L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Wed Aug 31 04:00:02 CEST 2016 France - It's time to Stand Up! For inclusion
29/08/16 Sexuality in High-Functioning Autism: A Systematic Review and Meta-analysis. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
29/08/16 Cerebral plasticity: Windows of opportunity in the developing brain. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
17/08/16 Regrowth of Serotonin Axons in the Adult Mouse Brain Following Injury: Neuron [cell]
17/08/16 Grossesse: Le paracetamol serait lie a des troubles du comportement chez l'enfant [20minutes]
17/08/16 Une anglaise donne des medicaments a ses enfants pour obtenir des prestations [pourquoidocteur]
16/08/16 USC - Viterbi School of Engineering - Machine Learning Puts New Lens on Autism Screening and Diagnostics [viterbi.usc]
16/08/16 The controversy over autism's most common therapy | Spectrum [spectrumnews]
16/08/16 Increased Risk of Autism Development in Children Whose Mothers Experienced Birth Complications or Received Labor and Delivery Drugs. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
16/08/16 Sydney scientists trial new nasal spray that could be used to treat autism | Daily Mail Online [dailymail.co]
16/08/16 Autisme : un traitement nasal a l'ocytocine disponible dans 5 ans - Femme Actuelle [femmeactuelle]
14/08/16 Timing is key to understanding sensory, social issues in autism | Spectrum [spectrumnews]
14/08/16 Autisme, Asperger : Pokemon Go pourrait etre d'une aide precieuse [psychomedia.qc]
14/08/16 Secteurs protege et adapte : ces abus passes sous silence... [informations.handicap]
14/08/16 Autism risk region arose during human evolution | Spectrum [spectrumnews]
14/08/16 How 'Pokemon Go' helps kids with autism and Asperger's [edition.cnn]
11/08/16 Le valproate affecte le developpement neurologique du foetus [psychomedia.qc]
11/08/16 1994 Fetal valproate syndrome: clinical and neuro-developmental features in two sibling pairs. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
11/08/16 A Single Low Dose of Valproic Acid in Late Prenatal Life Alters Postnatal Behavior and Glutamic Acid Decarboxylase Levels in the Mouse. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
11/08/16 Depakine : ''La responsabilite de l'Etat et du laboratoire est enorme dans ce scandale sanitaire'' [europe1]
11/08/16 Depakine Vidéo France 3 Limousin - JT 19/20 Limousin [france3-regions.francetvinfo]
11/08/16 Cinq questions autour du valproate de sodium [franceculture]
10/08/16 10 000 femmes enceintes auraient pris de la Depakine entre 2007 et 2014 [ouest-france]
08/08/16 Si elle ne s'inscrit pas a Pole Emploi, la mere d'un enfant autiste pourrait etre privee de son RSA [rtl]
08/08/16 Autism spectrum disorder: family quality of life while waiting for intervention services. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/08/16 PLOS ONE: Mirror-Touch Synaesthesia Is Not Associated with Heightened Empathy, and Can Occur with Autism [journals.plos]
08/08/16 Neurophysiological hyperresponsivity to sensory input in autism spectrum disorders | Journal of Neurodevelopmental Disorders | Full Text [jneurodevdisorders.biomedcentral]
08/08/16 Timing of Autism Diagnosis Tied to Choice of Treatment: MedlinePlus [medlineplus]
04/08/16 L'imposture morale de l'approche psychanalytique denoncee a l'Assemblee Nationale [blogs.mediapart]
01/08/16 Epilepsie : un cerveau ''virtuel'' pour une approche personnalisee [pourquoidocteur]
29/07/16 Les ados creent la peinture murale de l'aire de loisirs - 29/07/2016, Saint-Savin (86) - La Nouvelle Republique [lanouvellerepublique]
29/07/16 L'Irlande rejette la demande d'extradition d'une mere d'enfant autiste | The autist [blogs.lexpress]
28/07/16 Les autistes Asperger, talents trop mal employes en France [franceculture]
27/07/16 Court saves mum from extradition to France | Irish Examiner [irishexaminer]
27/07/16 High Court rejects request to extradite mother who brought son here from France | [breakingnews]
26/07/16 RAA « HP » et astroturfing | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
25/07/16 For children with autism, multiple languages may be a boon | Spectrum [spectrumnews]
24/07/16 Personne dans ce foyer ne connait l'autisme [lanouvellerepublique]
24/07/16 Jura | Lons : autiste, il passe 19 ans dans un etablissement public de sante mentale [leprogres]
21/07/16 New Video Shows Black Man Charles Kinsey Telling Police He's Unarmed Before Being Shot [mic]
20/07/16 Enfants autistes bienvenue a l'ecole ! - Presentation generale [enfantsautistesbienvenuealecole]
19/07/16 Haute Autorite de Sante - Appel a experts pour la constitution d'un groupe de travail portant sur « l'accueil et la prise en charge des personnes en situation de handicap en etablissement de sante » [has-sante]
19/07/16 Haute Autorite de Sante - Appel a experts pour la constitution d'un groupe de travail portant sur « L'organisation de la filiere de diagnostic et de prise en charge precoce des enfants atteints de troubles specifiques du langage et des apprentissages » [has-sante]
18/07/16 Adult men with autism participate in one-of-a-kind study [abc7]
18/07/16 Music application alleviates short-term memory impairments through increasing cell proliferation in the hippocampus of valproic acid-induced autist... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
18/07/16 Measuring neural excitation and inhibition in autism: different approaches, different findings and different interpretations. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
18/07/16 Does the Immune System Have a Role in Battling Autism? - Scientific American [scientificamerican]
17/07/16 CMPP ou psychologue liberal ? Recours devant la CDAPH | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
15/07/16 Disability-inclusive policies [ohchr]
15/07/16 Salivary cortisol and behavioral response to social evaluative threat in adolescents with autism spectrum disorder - Edmiston - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
15/07/16 A Meta-Analytic Review of the Efficacy of Physical Exercise Interventions on Cognition in Individuals with Autism Spectrum Disorder and ADHD. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/07/16 Comorbid Analysis of Genes Associated with Autism Spectrum Disorders Reveals Differential Evolutionary Constraints. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/07/16 Opening New Worlds for Those with Autism: Technology Is Creating Great New Possibilities for Those on Every Part of the Spectrum. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/07/16 Sleep and Mental Disorders: A Meta-Analysis of Polysomnographic Research. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/07/16 Researches create mini-brain model of idiopathic ASD characterized by early neuronal overgrowth [news-medical]
15/07/16 Monkey genes shed light on brain mysteries [geekwire]
15/07/16 Aspects of Sexuality in Adolescents and Adults Diagnosed with Autism Spectrum Disorders in Childhood - Online First - Springer [link.springer]
15/07/16 Correze : la fillette rejetee et cachee dans une voiture est devenue autiste - 13/07/2016 [ladepeche]
15/07/16 Affaire Serena : ''La maltraitance ne provoque pas d'autisme'' [pourquoidocteur]
15/07/16 Unravelling the mechanism of excess brain growth in autism [drugtargetreview]
15/07/16 * Children with autism spectrum disorder have reduced otoacoustic emissions at the 1 kHz mid-frequency region - Bennetto - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
15/07/16 New neurons reveal clues about an individual's autism [scienceblog]
13/07/16 People with Autism Can Read Emotions, Feel Empathy - Scientific American [scientificamerican]
11/07/16 Decision TA Rennes AVS Periscolaire [forum.asperansa]
11/07/16 14 animateurs pour les accueils de loisirs -, Saint-Savin (86) - La Nouvelle Republique [lanouvellerepublique]
10/07/16 Autism, episodic memory, and moral exemplars - Philosophical Psychology | Taylor & Francis Online [tandfonline]
10/07/16 Age at diagnosis of autism spectrum disorders: is there an association | NDT [dovepress]
09/07/16 Ecoliere handicapee. L'aide etendue au temps periscolaire [letelegramme]
08/07/16 Le suicide d'Emilie, maman privee d'allocations, suscite l'indignation - La Voix du Nord [lavoixdunord]
07/07/16 Genetic variants of MAOB affect serotonin level and specific behavioral attributes to increase autism spectrum disorder (ASD) susceptibility in males. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
06/07/16 Mon fils autiste prive de piscine : une discrimination qui ne doit plus se reproduire - le Plus [leplus.nouvelobs]
06/07/16 Toward an Interdisciplinary Understanding of Sensory Dysfunction in Autism Spectrum Disorder: An Integration of the Neural and Symptom Literatures. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
06/07/16 Appel a projets autisme : les outils numerique au service de l'autisme - CRA Limousin [cralimousin]
06/07/16 Semantic Verbal Fluency in Children with and without Autism Spectrum Disorder: Relationship with Chronological Age and IQ. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
06/07/16 La technique du neurofeedback, un placebo ? [sciencesetavenir]
05/07/16 France, Conseil d'Etat, 1ere chambre jugeant seule, 29 juin 2016, 398153 [juricaf]
05/07/16 Prenatal exposure to acetaminophen may increase autism spectrum symptoms | KurzweilAI [kurzweilai]
04/07/16 Marisol Touraine presente la strategie nationale e-sante 2020 - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
04/07/16 A Developmental Perspective of Global and Local Visual Perception in Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
04/07/16 Examining the reinforcing value of stimuli within social and non-social contexts in children with and without high-functioning autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
04/07/16 Sociomoral Reasoning, Empathy, and Meeting Developmental Tasks During the Transition to Adulthood in Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
04/07/16 Temporal voice areas exist in autism spectrum disorder but are dysfunctional for voice identity recognition. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
02/07/16 Early diagnosis and Early Start Denver Model intervention in autism spectrum disorders delivered in an Italian Public Health System service. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
02/07/16 Students with autism transitioning from primary to secondary schools: parents' perspectives and experiences - International Journal of Inclusive Education | Taylor & Francis Online [tandfonline]
02/07/16 A review of research into stakeholder perspectives on inclusion of students with autism in mainstream schools - International Journal of Inclusive Education | Taylor & Francis Online [tandfonline]
28/06/16 L'Arboretum de Peruwelz est depuis 20 ans au service des jeunes autistes [nordeclair]
28/06/16 La fierte d'etre autiste [la-croix]
28/06/16 Caen : Elle porte plainte contre l'Education Nationale qui discrimine son enfant handicape [blogs.lexpress]
28/06/16 Aripiprazole for autism spectrum disorders (ASD). - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/06/16 «95% des autistes pourraient s'inserer dans le monde du travail» [20minutes]
28/06/16 Ruderman Family Foundation » 2016 Ruderman Prize In Inclusion [rudermanfoundation]
28/06/16 Vidéo La psychanalyse en France - Entretien avec Sophie Robert by Cygnification [1080]
25/06/16 Aggressive Behaviors and Verbal Communication Skills in Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
25/06/16 La justice face a l'autisme : une formation s'impose ! - En ce moment (8909) [informations.handicap]
25/06/16 Isere : la justice maintient en foyer les enfants de Rachel, soupconnee d'inventer leur autisme - metronews [metronews]
22/06/16 Autisme : une anomalie du systeme de recompenses [actu.epfl]
18/06/16 The anatomy of empathy: Vicarious experience and disorders of social cognition [sciencedirect]
18/06/16 Oxytocin reversed MK-801-induced social interaction and aggression deficits in zebrafish [sciencedirect]
17/06/16 Circadian disruption: New clinical perspective of disease pathology and basis for chronotherapeutic intervention. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
17/06/16 Q Sénat Prise en charge des enfants en situation de handicap sur les temps extra-scolaires [senat]
17/06/16 Autisme au Senat : sortir des controverses et promouvoir les bonnes pratiques [lequotidiendumedecin]
16/06/16 The effects of cognitive remediation therapy using the frontal/executive program for autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
16/06/16 Effect of exercise intervention on the perceptual- motor skills in adolescents with autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
16/06/16 Teaching children with autism spectrum disorder how to sleep better: A pilot educational program for parents. [psycnet.apa]
16/06/16 Self-Monitoring for High School Students With Disabilities [pbi.sagepub]
15/06/16 Using Reframing to Reduce Negative Statements in Social Conversation for Adults With Autism Spectrum Disorder [pbi.sagepub]
15/06/16 Emploi accompagne : le medico-social prepare son monopole ? [informations.handicap]
15/06/16 Le pape denonce la mise a l'ecart des handicapes - Monde [20min]
15/06/16 Discours de Segolene NEUVILLE - Ouverture du seminaire des directeurs de l'Association des directeurs de maisons departementales des personnes handicapees - Discours - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
14/06/16 Lancement d'un appel a projets national relatif a l'accompagnement a l'autonomie en sante - Actualites du ministere - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
13/06/16 A Fresh Pair of Eyes: A Blind Observation Method for Evaluating Social Skills of Children with ASD in a Naturalistic Peer Situation in School. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
13/06/16 The relationship between autism symptoms and arousal level in toddlers with autism spectrum disorder, as measured by electrodermal activity. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
13/06/16 Current knowledge on the genetics of autism and propositions for future research. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
13/06/16 Reservoir Computing Properties of Neural Dynamics in Prefrontal Cortex. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
11/06/16 L'intervention precoce pour enfants autistes - Nouveaux principes pour soutenir une autre intelligence - Laurent Mottron - Afis - Association francaise pour l'information scientifique [pseudo-sciences]
10/06/16 Experience in VR the sensory overload a boy with autism feels every day [mashable]
10/06/16 Tchat Live 15 juin Signalement de l'enfance en danger : quelles sont les bonnes demarches ? [autonome-solidarite]
07/06/16 * The Stigma of Failure Slows Scientific Process [primemind]
07/06/16 Association between Asthma and Autism Spectrum Disorder: A Meta-Analysis. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
07/06/16 Exploring factors related to the anger superiority effect in children with Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
07/06/16 Comment les autistes Asperger percoivent-ils notre monde du travail? [20minutes]
07/06/16 Human Pluripotent Stem Cell-derived Cortical Neurons for High Throughput Medication Screening in Autism: A Proof of Concept Study in SHANK3 Haploinsufficiency Syndrome - EBioMedicine [ebiomedicine]

Sexuality in High-Functioning Autism: A Systematic Review and Meta-analysis. - PubMed - NCBI 29/08/2016

«Abstract Preliminary research examining sexuality within High-Functioning Autism (HFA) has been yet to consider the impact sex may have on the sexual/romantic functioning of this population. A systematic database search was carried out to identify 27 observational and cross-sectional publications meeting predetermined inclusion criteria. Using standardised mean differences, a random-effects meta-analysis pooled data from 9 eligible studies. Exhibiting higher levels of sexual understanding, females with HFA were subject to more adverse sexual experiences than males with HFA and neurotypical counterparts. Males reported greater desire for, and engagement in both solitary and dyadic sexual contact. Findings have provided initial insight into characterising the sexuality of males and females with HFA, yet also necessitated the need for future research in the field.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Cerebral plasticity: Windows of opportunity in the developing brain. - PubMed - NCBI 29/08/2016

«Abstract BACKGROUND: Neuroplasticity refers to the inherently dynamic biological capacity of the central nervous system (CNS) to undergo maturation, change structurally and functionally in response to experience and to adapt following injury. This malleability is achieved by modulating subsets of genetic, molecular and cellular mechanisms that influence the dynamics of synaptic connections and neural circuitry formation culminating in gain or loss of behavior or function. Neuroplasticity in the healthy developing brain exhibits a heterochronus cortex-specific developmental profile and is heightened during "critical and sensitive periods" of pre and postnatal brain development that enable the construction and consolidation of experience-dependent structural and functional brain connections. PURPOSE: In this review, our primary goal is to highlight the essential role of neuroplasticity in brain development, and to draw attention to the complex relationship between different levels of the developing nervous system that are subjected to plasticity in health and disease. Another goal of this review is to explore the relationship between plasticity responses of the developing brain and how they are influenced by critical and sensitive periods of brain development. Finally, we aim to motivate researchers in the pediatric neuromodulation field to build on the current knowledge of normal and abnormal neuroplasticity, especially synaptic plasticity, and their dependence on "critical or sensitive periods" of neural development to inform the design, timing and sequencing of neuromodulatory interventions in order to enhance and optimize their translational applications in childhood disorders of the brain. METHODS: literature review. RESULTS: We discuss in details five patterns of neuroplasticity expressed by the developing brain: 1) developmental plasticity which is further classified into normal and impaired developmental plasticity as seen in syndromic autism spectrum disorders, 2) adaptive (experience-dependent) plasticity following intense motor skill training, 3) reactive plasticity to pre and post natal CNS injury or sensory deprivation, 4) excessive plasticity (loss of homeostatic regulation) as seen in dystonia and refractory epilepsy, 6) and finally, plasticity as the brain's "Achilles tendon" which induces brain vulnerability under certain conditions such as hypoxic ischemic encephalopathy and epileptic encephalopathy syndromes. We then explore the unique feature of "time-sensitive heightened plasticity responses" in the developing brain in the in the context of neuromodulation. CONCLUSION: The different patterns of neuroplasticity and the unique feature of heightened plasticity during critical and sensitive periods are important concepts for researchers and clinicians in the field of pediatric neurology and neurodevelopmental disabilities. These concepts need to be examined systematically in the context of pediatric neuromodulation. We propose that critical and sensitive periods of brain development in health and disease can create "windows of opportunity" for neuromodulatory interventions that are not commonly seen in adult brain and probably augment plasticity responses and improve clinical outcomes.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Regrowth of Serotonin Axons in the Adult Mouse Brain Following Injury: Neuron 17/08/2016

«Highlights ...¢We measured serotonin axons in vivo using two-photon microscopy with brain injury ...¢Amphetamine injury produced large retrograde degeneration followed by slow regrowth ...¢Stab injury severed axons, which regrew from their cut ends across the stab rift ...¢Regrowing axons did not use pathways left by degenerated axons to guide regrowth Summary It is widely believed that damaged axons in the adult mammalian brain have little capacity to regrow, thereby impeding functional recovery after injury. Studies using fixed tissue have suggested that serotonin neurons might be a notable exception, but remain inconclusive. We have employed in vivo two-photon microscopy to produce time-lapse images of serotonin axons in the neocortex of the adult mouse. Serotonin axons undergo massive retrograde degeneration following amphetamine treatment and subsequent slow recovery of axonal density, which is dominated by new growth with little contribution from local sprouting. A stab injury that transects serotonin axons running in the neocortex is followed by local regression of cut serotonin axons and followed by regrowth from cut ends into and across the stab rift zone. Regrowing serotonin axons do not follow the pathways left by degenerated axons. The regrown axons release serotonin and their regrowth is correlated with recovery in behavioral tests.»...

<< Sommaire
cell

Grossesse: Le paracetamol serait lie a des troubles du comportement chez l'enfant 17/08/2016

«La consommation de paracétamol par les femmes enceintes pourrait augmenter le risque de troubles comportementaux chez l'enfant à naitre. Les autorités sanitaires recommandent pourtant son utilisation pendant la grossesse en cas de « douleur légère à modérée » et à « dose optimale » : 3 ou 4 g maximum par jour à raison de 500 mg ou 1 g à chaque prise. Mais selon une étude menée par des chercheurs de l'université de Bristol (Royaume-Uni) et publiée lundi dans le Journal of American Medical Association - Pediatrics, la molécule serait loin d'être inoffensive. Evaluer le comportement des enfants grâce à un test Les spécialistes ont observé 7.800 femmes, notamment leur consommation de paracétamol entre la 18e et la 32e semaine de grossesse et cinq ans après, ainsi que la consommation de leur partenaire. Une fois l'âge de sept ans atteint, les enfants ont rempli un questionnaire qui permet d'évaluer leur comportement. Résultat : 7 % des enfants étudiés ont présenté des problèmes de comportement. Des troubles tels que l'hyperactivité sont susceptibles d'être plus présents chez les jeunes dont les mères s'étaient soignées au paracétamol lors de leur grossesse. En revanche, la consommation de l'antidouleur par les pères n'a eu aucun effet sur les foetus, d'après les scientifiques.»...

<< Sommaire
20minutes

Une anglaise donne des medicaments a ses enfants pour obtenir des prestations 17/08/2016

«C'est une histoire sordide que relaie la presse britannique ce mardi. Celle d'une mère de 48 ans condamnée à sept ans et demi de prison pour avoir fait subir à ses enfants des traitements médicaux dont ils n'avaient pas besoin. Le but de l'entreprise : bénéficier de centaines de milliers de livres de prestations sociales. La tortionnaire dont l'identité n'a pas été dévoilée résidait à Croydon, dans la banlieue sud de Londres. Durant dix ans au minimum, elle a prétendu que son fils et sa fille souffraient de plusieurs problèmes de santé. Le point culminant de ces mensonges a été atteint lorsque des chirurgiens sont allés jusqu'à implanter des sondes gastriques à ses enfants pour les alimenter. Cela alors même que ces derniers étaient capables de se nourrir normalement, affirment les enquêteurs anglais. Autre sévice, l'administration à son fils de stéroides pour un asthme aigu alors qu'il n'en souffrait pas. Pire, ce dernier était même encouragé par sa mère à se comporter en autiste, un trouble envahissant du développement qui se manifeste par des altérations dans la capacité à établir des interactions sociales et à communiquer. Des centaines de milliers d'euros d'aide C'est ainsi que lle montant des prestations sociales demandées s'est envolé. D'après la police locale, elle a, au total, réclamé 375 200 de livres (432 544 euros) d'aides financières. Et les arnaques n'étaient pas limitées à la santé puisque cette mère de famille a aussi réclamé un revenu complémentaire à l'Etat. Elle vivait pourtant avec un homme ayant un emploi... Enfin, les enquêteurs ont découvert à son domicile un stock de médicaments non utilisés ayant couté à la Sécurité sociale britannique 145 000 livres (168 euros). Le procureur en charge de cette affaire, Malcolm McHaffie, a accusé cette femme de « cruauté extraordinaire, au-delà de tout entendement ». L'enquête sur cette affaire, ouverte à la suite d'une alerte ses services de protection de l'enfance, a duré trois ans. Au total, 114 personnes ont apporté leur témoignage.»...

<< Sommaire
pourquoidocteur

USC - Viterbi School of Engineering - Machine Learning Puts New Lens on Autism Screening and Diagnostics 16/08/2016

«Approximately one in 68 people are on the autism spectrum. Experts are unanimous on this: early intervention is critical for improving communication skills and addressing behavioral issues. But how can researchers expedite the identification of children in need of help and simultaneously provide a more clear-cut map for intervention and support? Researchers from the USC Signal Analysis and Interpretation Laboratory (SAIL) at the USC Viterbi School of Engineering Ming Hsieh's Department of Electrical Engineering, along with autism research leaders Catherine Lord (of Weill Cornell Medical College) and Somer Bishop (of University of California, San Francisco), are now exploring whether machine learning might play an important role in helping screen for autism and guide caregiver and practitioner intervention. Their newest interdisciplinary collaboration and research is documented in the paper "Use of Machine Learning to Improve Autism Screening and Diagnostic Instruments: Effectiveness, Efficiency, and Multi-Instrument," published in The Journal of Child Psychology and Psychiatry. Study authors Daniel Bone, Somer Bishop, Matthew P. Black, Matthew Goodwin, Catherine Lord and Shrikanth S. Narayanan looked at two established industry tests: the Autism Diagnostic Interview-Revised (ADI-R), and Social Responsiveness Scale (SRS), both exams in which parents are interviewed about their children's behaviors. The scholars then applied machine learning techniques to analyze how parents' responses on individual items and combinations of items matched up with the child's overall clinical diagnosis of ASD vs. non-ASD. One of the fundamental questions that drove this research project, said co-author and SAIL Director Shri Narayanan, was, "How can we support and enhance experts' decision-making beyond human capability, how can we make sense of data and patterns not able to be detected by a single person?" The researchers, eager to provide parents or caregivers and evaluators with "tools for better decision-making," studied over 1500 individuals' test scores, comparing the results of those individuals with autism spectrum disorder to those with other non-ASD diagnoses. By using machine learning to analyze thousands of caregiver responses, the researchers were able to identify redundancies in the questions asked to caregivers. By eliminating these redundancies, the authors identified five ADI-R questions that appeared to be capable of maintaining 95% of the instrument's performance. While it is unclear how these questions would function if they were administered separately from the overall interview, they suggest that certain diagnostic constructs (when reported by parents) may be particularly important for predicting clinical diagnosis. Further clinical testing is needed to understand the practical utility of these particular results, but use of these types of techniques could ultimately serve to reduce administrative time and to customize questions to identify the unique challenges that warrant intervention for a particular individual. The authors also believe they can use machine learning to provide another lens on autism, offering a picture that is clearer, more distilled, and overall more data-informed for caregivers and practitioners. This, the authors believe, could be revolutionary in that it "takes out the guesswork or subjectivity involved even in trusted, industry-wide instruments." "Machine learning can make a diagnosis more effective, more systematic," said USC's Daniel Bone, the study's lead author. Beyond early intervention, increased detail could also reduce the frequency of misdiagnoses that deny individuals access to services from the states or public schools, for example.»...

<< Sommaire
viterbi.usc

The controversy over autism's most common therapy | Spectrum 16/08/2016

«hen Lisa Quinones-Fontanez's son Norrin was diagnosed with autism at age 2, she and her husband did what most parents in their position do ...” they scrambled to form a plan to help their child. Ultimately, they followed the experts' advice. They put Norrin in a school that used applied behavioral analysis, or ABA, the longest-standing and best-established form of therapy for children with autism. They also hired an ABA therapist to direct a home program. ABA involves as much as 40 hours a week of one-on-one therapy. Certified therapists deliver or oversee the regimen, organized around the child's individual needs ...” developing social skills, for instance, and learning to write a name or use the bathroom. The approach breaks desirable behaviors down into steps and rewards the child for completing each step along the way. ABA was tough on everyone at first, says Quinones-Fontanez: "He would cry sitting at the table during those sessions, hysterically cry. I would have to walk out of the room and turn on the faucet to tune it out because I couldn't hear him cry." But once her son got settled into the routine of it, things improved, she says. Before he began therapy, Norrin did not speak. But within a few weeks, the ABA therapist had Norrin pointing his fingers at letters. Eventually, he learned to write letters, his name and other words on a dry-erase board. He could communicate. Norrin, now 10, has been receiving 15 hours a week of ABA therapy at home ever since. He is still in an ABA-based school. His therapists help him to practice age-appropriate conversation and social skills, and to memorize his address and his parents' names and phone numbers. "I credit ABA with helping him in a way that I could not," Quinones-Fontanez says. "Especially in those first few years, I don't even know where we would have been without ABA therapy." But in recent years, Quinones-Fontanez and parents like her have had cause to question ABA therapy, largely because of a fiercely articulate and vocal community of adults with autism. These advocates, many of them childhood recipients of ABA, say that the therapy is harmful. They contend that ABA is based on a cruel premise ...” of trying to make people with autism ...˜normal,' a goal articulated in the 1960s by psychologist Ole Ivar Lovaas, who developed ABA for autism.»...

<< Sommaire
spectrumnews

Increased Risk of Autism Development in Children Whose Mothers Experienced Birth Complications or Received Labor and Delivery Drugs. - PubMed - NCBI 16/08/2016

«Abstract Autism spectrum disorder (ASD) is a perplexing and pervasive developmental disorder characterized by social difficulties, communicative deficits, and repetitive behavior. The increased rate of ASD diagnosis has raised questions concerning the genetic and environmental factors contributing to the development of this disorder; meanwhile, the cause of ASD remains unknown. This study surveyed mothers of ASD and non-ASD children to determine possible effects of labor and delivery (L&D) drugs on the development of ASD. The survey was administered to mothers; however, the results were analyzed by child, as the study focused on the development of autism. Furthermore, an independent ASD dataset from the Southwest Autism Research and Resource Center was analyzed and compared. Indeed, L&D drugs are associated with ASD (p=.039). Moreover, the Southwest Autism Research and Resource Center dataset shows that the labor induction drug, Pitocin, is significantly associated with ASD (p=.004). We also observed a synergistic effect between administrations of L&D drugs and experiencing a birth complication, in which both obstetrics factors occurring together increased the likelihood of the fetus developing ASD later in life (p=.0003). The present study shows the possible effects of L&D drugs, such as Pitocin labor-inducing and analgesic drugs, on children and ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Sydney scientists trial new nasal spray that could be used to treat autism | Daily Mail Online 16/08/2016

«A nasal spray could become a ground-breaking new treatment for autism that has already shown increased levels of responsiveness and awareness from trial patients. A synthetically made version of oxytocin, also known as the 'cuddle hormone', will allow individuals with autism to become more social and has proved to have incredible results. Professor Adam Guastella from the University of Sydney's Brain and Mind Centre, who is leading the project, has said trials had proved to be extremely promising so far. 'The sorts of results that we have in our trials suggest children show more responsiveness and awareness of the important social information in a relationship,' Prof Guastella told 9News. 'They seem to be able to remember that information more effectively.' Autism spectrum disorder and autism are both general terms for a complex group of disorders that affect brain development. It is characterised with varying degrees of difficulties in social interaction both verbal and non-verbal.»...

<< Sommaire
dailymail.co

Autisme : un traitement nasal a l'ocytocine disponible dans 5 ans - Femme Actuelle 16/08/2016

«Des scientifiques ont mis au point un spray nasal qui pourrait révolutionner le traitement de l'autisme. Ce nouveau médicament améliorerait la sociabilité des enfants autistes. Mise sur le marché prévue pour 2021. Autisme : un spray à l'hormone de l'amour pour une meilleure sociabilisation En phase d'essai depuis 2015, ce médicament a montré un succès sans précédent avec les patients testés. Les résultats des travaux menés jusqu'alors ont montré que le traitement, une version synthétique de "hormone de l'amour", l'ocytocine, permet aux personnes vivants avec l'autisme de mieux se sociabiliser. Selon le professeur Adam Guastella, de l'Université de Sydney (Australie), les essais ont été extrêmement prometteurs jusqu'à présent. « Les enfants montrent plus de réactivité et de sensibilité dans leurs relations avec les autres », a t-il expliqué. Un taux d'ocytocine plus bas chez les autistes Dans l'autisme, il existerait un déficit de cette molécule dans le corps. Des études ont déjà montré que l'apparition de la maladie pouvait être favorisée par un manque d'ocytocine à la naissance. Aussi, les personnes touchées auraient des taux de cette hormone dans le sang plus bas que les autres. Le médicament pourrait être disponible dans le commerce pour les personnes atteintes d'autisme dans les cinq prochaines années.»...

<< Sommaire
femmeactuelle

Timing is key to understanding sensory, social issues in autism | Spectrum 14/08/2016

«As the philosopher and psychologist William James described it, to a baby the world is "one great blooming, buzzing confusion." Even for adults, this statement captures the essence of our sensory experiences, and highlights the complex and multisensory character of the world around us. At any moment, a mélange of information bombards our senses of sight, sound, touch, taste, smell and balance. One of the most important tasks for us ...” or, more accurately, for our brains ...” is to make sense of the incoming signals. Some of this information belongs to the same object or event ...” think of the sight and sound of a bouncing ball ...” and must be integrated or ...˜bound,' to be understood. Other pieces belong to different objects or events and need to be segregated. Without appropriate integration and segregation of sensory cues, the world becomes the blooming and buzzing confusion to which James referred. We gain a faster and more accurate perception of the world when we use information from multiple senses1. Picture yourself at a boisterous party. You are far more likely to ...˜hear' what a friend is saying several tables away if you watch her mouth movements and combine this visual cue with the weak auditory one2. Adept social communication requires the ability to grasp such multifaceted sensory input. It has long been known that up to 90 percent of individuals with autism have unique challenges in the way they process sensory information3. They may be either insensitive or oversensitive to sensory stimuli. They may also be ...˜sensory seeking,' stimulating their senses through repetitive behaviors such as twirling or hand flapping. These traits, which may encompass a number of the senses, are among those of autism spectrum disorder in the DSM-5, the latest revision of the "Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders." Window of sensitivity: Several laboratories ...” including our own ...” have embarked on a series of studies to better understand how people with autism process sensory information. We have found a telling oddity in how these individuals integrate sight and sound information to make sense of an event. This characteristic involves timing and is a key component of the larger social and cognitive difficulties that people with autism face. The sensory difference also might provide a path to treatment. Think again of the bouncing ball. When the ball hits the floor, the visual and auditory signals associated with that collision happen in the same place and at the same time. The brain is clever: It uses spatial and temporal information to make judgments about whether those visual and auditory signals came from the same event or from different events. If the two sets of signals come from the same place at around the same time, the brain decides that they belong to the same event, and binds them together. Of course, light travels faster than sound. So the time that these signals arrive at the eyes and ears is always slightly different. The brain solves this problem by creating a so-called window of time over which it will still bind sights and sounds and consider them connected. This window spans several hundred milliseconds, allowing us to integrate visual input with sound not only from events happening in front of our noses, but also from those occurring farther away ...” for example, when a friend yells to us across a parking lot.»...

<< Sommaire
spectrumnews

Autisme, Asperger : Pokemon Go pourrait etre d'une aide precieuse 14/08/2016

«Pokemon Go pourrait être d'une aide précieuse pour les enfants atteints d'autisme et du syndrome d'Asperger (autisme à haut niveau de fonctionnement), rapporte la chaine américaine CNN. Le nouveau jeu populaire de réalité augmentée, témoignent deux mères ravies, a encouragé leurs enfants atteints d'autisme à sortir de la maison et à interagir avec les autres. Les autres enfants sont tellement absorbés par le jeu qu'ils se concentrent moins sur les particularités de son fils et l'accueillent bien dans le groupe. « "Il semble plus heureux. Il rit plus. Il semble plus confiant" », dit-elle. Le jeu en lui-même peut faire appel à des forces et types d'intérêts particuliers des enfants autistes, estime James McPartland directeur de la Developmental Disabilities Clinic de l'Université Yale. « "Ils sont très bons pour apprendre des choses et les mémoriser, de sorte que non seulement est-ce une zone d'intérêt partagé avec les autres, mais également un domaine dans lequel leurs types de forces peut être en valeur." » Selon Peter Faustino, psychologue scolaire à New York, « "ce sont les intérêts en commun qui peuvent allumer l'étincelle pour les enfants autistes" ». Satoshi Tajiri, créateur du premier jeu de Pokémon en 1996, rapportent différentes sources, serait lui-même atteint du syndrome d'Asperger.»...

<< Sommaire
psychomedia.qc

Autisme, Asperger : Pokemon Go pourrait etre d'une aide precieuse 14/08/2016

«Pokemon Go pourrait être d'une aide précieuse pour les enfants atteints d'autisme et du syndrome d'Asperger (autisme à haut niveau de fonctionnement), rapporte la chaine américaine CNN. Le nouveau jeu populaire de réalité augmentée, témoignent deux mères ravies, a encouragé leurs enfants atteints d'autisme à sortir de la maison et à interagir avec les autres. Les autres enfants sont tellement absorbés par le jeu qu'ils se concentrent moins sur les particularités de son fils et l'accueillent bien dans le groupe. « "Il semble plus heureux. Il rit plus. Il semble plus confiant" », dit-elle. Le jeu en lui-même peut faire appel à des forces et types d'intérêts particuliers des enfants autistes, estime James McPartland directeur de la Developmental Disabilities Clinic de l'Université Yale. « "Ils sont très bons pour apprendre des choses et les mémoriser, de sorte que non seulement est-ce une zone d'intérêt partagé avec les autres, mais également un domaine dans lequel leurs types de forces peut être en valeur." » Selon Peter Faustino, psychologue scolaire à New York, « "ce sont les intérêts en commun qui peuvent allumer l'étincelle pour les enfants autistes" ». Satoshi Tajiri, créateur du premier jeu de Pokémon en 1996, rapportent différentes sources, serait lui-même atteint du syndrome d'Asperger.»...

<< Sommaire
psychomedia.qc

Secteurs protege et adapte : ces abus passes sous silence... 14/08/2016

«Le milieu adapté ou protégé a été conçu pour permettre aux travailleurs handicapés d'accéder à l'emploi dans un cadre "bienveillant" qui tient compte de leur potentiel mais également de leur vulnérabilité. Il arrive pourtant que le système dérape. Non-respect des règles de sécurité, course à la rentabilité, pressions au rendement, postes de travail non adaptés, encadrement défaillant.... La sphère professionnelle du milieu du handicap n'est pas épargnée par les dérives de certaines entités. Et, dans ces circonstances, les victimes, parfois trop "protégées", peinent à faire entendre leur voix. Jean-Michel se rebiffe Jean-Michel a décidé, pour sa part, de briser le silence. Il l'a payé de son emploi. Il était en poste depuis 2014, en tant que travailleur handicapé, dans une EA (entreprise ordinaire qui emploie au moins 80 % de travailleurs handicapés) du Sud de la France, gérée par une association médico-sociale. Il travaille en alternance avec une équipe aux espaces verts et seul en déchetterie où il affirme avoir cumulé "quantité de besognes". "Rapidement, explique-t-il, j'ai observé que le contremaitre et les chefs d'équipe, recrutés chez les "gens normaux", ne nous ménageaient pas et nous demandaient toujours davantage. Or nous sommes, de par la loi, "des travailleurs à efficience réduite"".»
[...]
« Des travailleurs ignorants du droit Il observe, chaque jour, des vexations, petites humiliations, la violence des rapports sociaux mais également, parfois, des infractions manifestes au droit du travail. Les victimes ne bronchent pas. Trop peur de perdre leur emploi. Pas en capacité de revendiquer. Pour la plupart en situation de handicap mental, ses collègues ne savent ni lire ni écrire et ne connaissent absolument pas leurs droits. "Leur ignorance du droit est telle chez mes camarades asservis qu'un contremaître se permet d'utiliser leur force de travail à des fins personnelles, poursuit-il." Jean-Michel décide de dénoncer cette situation, par écrit, à la direction de l'entreprise, puis à l'Inspection du travail. "Ayant peur de mon influence et ne pouvant pas immédiatement me licencier, la direction choisit de m'isoler et de me laisser seul travailler à la déchetterie". Lorsqu'un travailleur se rebelle, on le dit parfois violent, grossier. Ce fut le cas pour Jean-Michel ; "Logique, la faute à mon handicap psychique !" Le vase déborde le jour où il est contraint de manipuler des déchets chimiques sans protection adaptée. Il considère la mission trop dangereuse et refuse. Le 4 mai 2016, il est brutalement mis à pied puis, après un entretien préalable, licencié pour cause réelle et sérieuse. Des abus de toutes sortes Gilles Mendes, qui se définit comme lanceur d'alerte, cite à son tour le cas d'une EA dans laquelle les heures supplémentaires le soir et le week-end ne sont pas déclarées alors qu'elles sont interdites sauf sur autorisation de la médecine du travail et de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi). "Les salariés en CDD étaient menacés de ne pas voir leur contrat renouvelé s'ils n'acceptaient pas ces heures sup. J'ai même vu un travailleur handicapé remplacer le manager qui était parti en vacances. D'autres, porteurs d'autisme, ont dû prendre un arrêt de travail pour maladie après avoir été mis sur un poste nécessitant une concentration intellectuelle particulière pour une prestation de retranscription écrite d'enregistrements audio de réunions syndicales, sans aucune formation mais avec une pression de rendement intenable." La maman d'une jeune femme autiste, quant à elle employée en Esat (Etablissements et services d'aide par le travail), témoigne en ce sens : "Après huit mois, ma fille se retrouve en état de souffrance morale très intense. Elle a mis sa confiance dans les adultes et ceux-ci se sont joué d'elle, prétextant qu'elle ne travaillait pas assez vite". Et de déplorer la précarité du système dans ces lieux relevant du médico-social (et donc non soumis au code du Travail) : ni syndicats, ni inspection du travail, ni prud'hommes. De notoriété publique En 2003 déjà, le Sénat relaye ce type de dérives dans un rapport intitulé, "Maltraitance envers les personnes handicapées : briser la loi du silence". En introduction, il est écrit : "La maltraitance institutionnelle n'est pas propre aux établissements et services sociaux et médico-sociaux qui accueillent des personnes handicapées. Il s'agit malheureusement d'un phénomène beaucoup plus général, qui touche aussi l'école ou le lieu de travail." Alma France (article en lien ci-dessous), qui gère une plateforme d'écoute destinée aux personnes vulnérables, le 3977, assure que ses antennes reçoivent un grand nombre d'appels concernant des discriminations dans le milieu ordinaire de travail mais également dans les milieux adapté et protégé. Des "usagers" d'Esat (on ne les appelle pas "employés"), par exemple, sont de plus en plus nombreux à signaler le comportement maltraitant du personnel d'encadrement -même si ce sont parfois aussi les éducateurs qui se trouvent en difficulté dans leurs ateliers... victimes de leurs travailleurs !- Frapper à toutes les portes Dans ce contexte, autant que les abus aux visages multiples, c'est la difficulté à se faire entendre qui est dénoncée. Frapper à toutes les portes, alerter les associations de personnes handicapées, interpeler les politiques... Les victimes décrivent le même parcours du combattant pour joindre le bon interlocuteur, chacun se renvoyant la balle. Souvent en vain ! Gilles Mendes affirme n'avoir eu "que des fins de non-recevoir". "J'ai senti un vrai un malaise sur cette question. Et j'ai pu constater que certains dirigeants peu scrupuleux avaient des appuis politiques locaux, notamment auprès de députés, et pouvaient compter sur une solide réseau d'influence". Jean-Michel a, pour sa part, décidé de déposer une saisine pour "maltraitance" envers personne vulnérable et discrimination auprès du Défenseur des droits. Il a par ailleurs engagé une procédure contre l'association qui l'employait pour licenciement abusif auprès du tribunal des prud'hommes. Une conciliation est programmée le 3 octobre 2016. Les escrocs font de l'ombre... Tout n'est quand même pas pourri au royaume du travail adapté et protégé ? "Evidemment que non, conclut Gilles. Il y a une grande majorité d'entreprises honnêtes, et ce secteur a toute sa raison d'être. Il n'est pas question de faire un amalgame. Mais certaines brebis galeuses font parfois de l'ombre à ces Esat et EA qui bossent bien, prennent soin de leur travailleurs et ont une éthique solide. C'est pourquoi il serait grand temps de faire le ménage »...

<< Sommaire
informations.handicap

Autism risk region arose during human evolution | Spectrum 14/08/2016

«Humans may be uniquely prone to rearrangements of chromosome 16 that lead to autism, according to preliminary results presented Saturday at the 2014 American Society of Human Genetics Annual Meeting in San Diego. Duplications or deletions of a stretch of chromosome 16, called 16p11.2, lead to a range of neuropsychiatric symptoms: About one-quarter of people with these so-called copy number variants (CNVs) have autism. Most research on 16p11.2 has focused on the 27 genes within this ...˜critical' region, but its flanking regions are also important, says Xander Nuttle, a graduate student in Evan Eichler's lab at the University of Washington in Seattle. CNVs form when duplicated regions that flank these 27 genes bind to each other, then break and re-form at different points. Rearrangement is more likely when these regions are large, and if they are identical to each other. To see when in evolution these flanking duplications emerged, the researchers looked at the sequences of more than [2,359] people, [three archaic humans, a Neanderthal, a Denisovan] and 86 nonhuman primates, including chimpanzees, orangutans, gorillas and bonobos. They also created more precise versions of the reference sequence used to identify variation. They inferred that the genetic structure that leads to CNVs in 16p11.2 arose in the past [282,000] years and is unique to humans. The 16p11.2 region is almost twice the size in humans compared with orangutans, which lack the flanking duplications. The region is also flipped in orientation in chimpanzees versus humans, which leads to different CNVs in chimps than those seen in humans. The researchers also found that the size of the flanking regions and how well they match each other varies among people. "We predict that there's going to be vast differences in susceptibility for these duplications and deletions among the human population," says Nuttle. To look at evolution from humans' most recent ancestors, the researchers focused in particular on one gene in the flanking regions, called BOLA2. Neanderthals and Denisovans both diverged from humans about 700,000 years ago and have two copies of BOLA2, one for each chromosome. Looking at human DNA as old as 45,000 years as well as new sequences, the researchers found that people have at least 3 copies of BOLA2, and as many as [8]. The findings suggest that duplication of BOLA2 became ...˜fixed' during evolution ...” meaning that once the gene became duplicated, it remained so. That hints that the gene is involved in a human-specific function.»...

<< Sommaire
spectrumnews

Secteurs protege et adapte : ces abus passes sous silence... 14/08/2016

«Le milieu adapté ou protégé a été conçu pour permettre aux travailleurs handicapés d'accéder à l'emploi dans un cadre "bienveillant" qui tient compte de leur potentiel mais également de leur vulnérabilité. Il arrive pourtant que le système dérape. Non-respect des règles de sécurité, course à la rentabilité, pressions au rendement, postes de travail non adaptés, encadrement défaillant.... La sphère professionnelle du milieu du handicap n'est pas épargnée par les dérives de certaines entités. Et, dans ces circonstances, les victimes, parfois trop "protégées", peinent à faire entendre leur voix. Jean-Michel se rebiffe Jean-Michel a décidé, pour sa part, de briser le silence. Il l'a payé de son emploi. Il était en poste depuis 2014, en tant que travailleur handicapé, dans une EA (entreprise ordinaire qui emploie au moins 80 % de travailleurs handicapés) du Sud de la France, gérée par une association médico-sociale. Il travaille en alternance avec une équipe aux espaces verts et seul en déchetterie où il affirme avoir cumulé "quantité de besognes". "Rapidement, explique-t-il, j'ai observé que le contremaitre et les chefs d'équipe, recrutés chez les "gens normaux", ne nous ménageaient pas et nous demandaient toujours davantage. Or nous sommes, de par la loi, "des travailleurs à efficience réduite"".»
[...]
« Des travailleurs ignorants du droit Il observe, chaque jour, des vexations, petites humiliations, la violence des rapports sociaux mais également, parfois, des infractions manifestes au droit du travail. Les victimes ne bronchent pas. Trop peur de perdre leur emploi. Pas en capacité de revendiquer. Pour la plupart en situation de handicap mental, ses collègues ne savent ni lire ni écrire et ne connaissent absolument pas leurs droits. "Leur ignorance du droit est telle chez mes camarades asservis qu'un contremaître se permet d'utiliser leur force de travail à des fins personnelles, poursuit-il." Jean-Michel décide de dénoncer cette situation, par écrit, à la direction de l'entreprise, puis à l'Inspection du travail. "Ayant peur de mon influence et ne pouvant pas immédiatement me licencier, la direction choisit de m'isoler et de me laisser seul travailler à la déchetterie". Lorsqu'un travailleur se rebelle, on le dit parfois violent, grossier. Ce fut le cas pour Jean-Michel ; "Logique, la faute à mon handicap psychique !" Le vase déborde le jour où il est contraint de manipuler des déchets chimiques sans protection adaptée. Il considère la mission trop dangereuse et refuse. Le 4 mai 2016, il est brutalement mis à pied puis, après un entretien préalable, licencié pour cause réelle et sérieuse. Des abus de toutes sortes Gilles Mendes, qui se définit comme lanceur d'alerte, cite à son tour le cas d'une EA dans laquelle les heures supplémentaires le soir et le week-end ne sont pas déclarées alors qu'elles sont interdites sauf sur autorisation de la médecine du travail et de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi). "Les salariés en CDD étaient menacés de ne pas voir leur contrat renouvelé s'ils n'acceptaient pas ces heures sup. J'ai même vu un travailleur handicapé remplacer le manager qui était parti en vacances. D'autres, porteurs d'autisme, ont dû prendre un arrêt de travail pour maladie après avoir été mis sur un poste nécessitant une concentration intellectuelle particulière pour une prestation de retranscription écrite d'enregistrements audio de réunions syndicales, sans aucune formation mais avec une pression de rendement intenable." La maman d'une jeune femme autiste, quant à elle employée en Esat (Etablissements et services d'aide par le travail), témoigne en ce sens : "Après huit mois, ma fille se retrouve en état de souffrance morale très intense. Elle a mis sa confiance dans les adultes et ceux-ci se sont joué d'elle, prétextant qu'elle ne travaillait pas assez vite". Et de déplorer la précarité du système dans ces lieux relevant du médico-social (et donc non soumis au code du Travail) : ni syndicats, ni inspection du travail, ni prud'hommes. De notoriété publique En 2003 déjà, le Sénat relaye ce type de dérives dans un rapport intitulé, "Maltraitance envers les personnes handicapées : briser la loi du silence". En introduction, il est écrit : "La maltraitance institutionnelle n'est pas propre aux établissements et services sociaux et médico-sociaux qui accueillent des personnes handicapées. Il s'agit malheureusement d'un phénomène beaucoup plus général, qui touche aussi l'école ou le lieu de travail." Alma France (article en lien ci-dessous), qui gère une plateforme d'écoute destinée aux personnes vulnérables, le 3977, assure que ses antennes reçoivent un grand nombre d'appels concernant des discriminations dans le milieu ordinaire de travail mais également dans les milieux adapté et protégé. Des "usagers" d'Esat (on ne les appelle pas "employés"), par exemple, sont de plus en plus nombreux à signaler le comportement maltraitant du personnel d'encadrement -même si ce sont parfois aussi les éducateurs qui se trouvent en difficulté dans leurs ateliers... victimes de leurs travailleurs !- Frapper à toutes les portes Dans ce contexte, autant que les abus aux visages multiples, c'est la difficulté à se faire entendre qui est dénoncée. Frapper à toutes les portes, alerter les associations de personnes handicapées, interpeler les politiques... Les victimes décrivent le même parcours du combattant pour joindre le bon interlocuteur, chacun se renvoyant la balle. Souvent en vain ! Gilles Mendes affirme n'avoir eu "que des fins de non-recevoir". "J'ai senti un vrai un malaise sur cette question. Et j'ai pu constater que certains dirigeants peu scrupuleux avaient des appuis politiques locaux, notamment auprès de députés, et pouvaient compter sur une solide réseau d'influence". Jean-Michel a, pour sa part, décidé de déposer une saisine pour "maltraitance" envers personne vulnérable et discrimination auprès du Défenseur des droits. Il a par ailleurs engagé une procédure contre l'association qui l'employait pour licenciement abusif auprès du tribunal des prud'hommes. Une conciliation est programmée le 3 octobre 2016. Les escrocs font de l'ombre... Tout n'est quand même pas pourri au royaume du travail adapté et protégé ? "Evidemment que non, conclut Gilles. Il y a une grande majorité d'entreprises honnêtes, et ce secteur a toute sa raison d'être. Il n'est pas question de faire un amalgame. Mais certaines brebis galeuses font parfois de l'ombre à ces Esat et EA qui bossent bien, prennent soin de leur travailleurs et ont une éthique solide. C'est pourquoi il serait grand temps de faire le ménage »...

<< Sommaire
informations.handicap

How 'Pokemon Go' helps kids with autism and Asperger's 14/08/2016

«The moment 12-year-old Ian Thayer asked his mom to go outside for Pokemon hunting, Stephanie Barnhill was struck with wonder and excitement. No, she wasn't obsessed with trying to catch all 145 Pokemon. Ian has Asperger's syndrome, and for him, that means he struggles with social interactions and motivation to go outside. Barnhill often had difficulty asking and persuading Ian to leave his comfortable loft area to explore outside. He'd even rejected "Pokemon Go" at first. But Barnhill says that since her son started flicking away and catching Pokemon, Ian has taken the initiative to go outside more and interact with other children, as well as his community. Ian Thayer, 12, has been going outside more to catch Pokemon. Ian Thayer, 12, has been going outside more to catch Pokemon. "He's willingly starting to go out and going to Pokestops, get Pokeballs and catch creatures, whereas he didn't have the interest to go outside before," Barnhill said. "He's not a go-outside-and-play kind of kid. But this game has enabled him to want to reach out to people and strike up conversations about creatures that they've caught." The game's augmented-reality feature and method of rewarding players who go to Pokestops located at popular landmarks in their communities have led people to be more interactive than normal while playing video games. Lenore Koppelman is the mother of 6-year-old Ralphie, who has autism and hyperlexia, which is associated with verbal language difficulties. She has also found "Pokemon Go" useful in helping her son socialize with other kids. A parents' guide to Pokemon Go Pokemon Go: What parents should know about the hit game "They want to play 'Pokemon Go,' and so does he, so it gives them something in common to do. The kids are so fixated on catching Pokemon that they are concentrating on finding them more than they are concentrating on his behaviors like they usually do," Koppelman said. "As a result, he is finally finding himself in the middle of groups of kids he doesn't even know, being welcome to play with them." Ralphie Koppelman, 6, has been socializing with other kids over Pokemon.»...

<< Sommaire
edition.cnn

Le valproate affecte le developpement neurologique du foetus 11/08/2016

«L'anti-épileptique valproate (Depakote, Depakine...¦) durant la grossesse peut affecter le développement cérébral du foetus, selon une étude américano-britannique publiée dans le New England Journal of Medicine. Ce médicament est utilisé pour le traitement de l'épilepsie mais aussi pour le traitement de la migraine et de troubles psychiatriques comme le trouble bipolaire (pour lequel il est considéré comme un stabilisateur de l'humeur). Le valproate est le deuxième médicament antiépileptique le plus utilisé pour l'épilepsie. Des études précédentes ont montré que son utilisation pendant la grossesse augmentait le risque de retards de développement et de malformations majeures (le risque étant de 2 à 4 fois plus élevé qu'avec d'autres antiépileptiques). Dr Kimford Meador de l'Université Emory et ses collègues ont mené cette recherche avec 303 femmes traitées pour épilepsie ; 53 prenaient du valproate. A l'âge de 3 ans, les enfants dont les mères avaient pris du valproate durant leur grossesse avaient, en moyenne, un quotient intellectuel (QI) 9 points plus faible que les enfants dont les mères avaient été traitées avec un autre anticonvulsivant, le Lamictal (lamotrigine) et plus faible également que ceux dont les mères avaient été traitées avec le Tegretol (carbamazépine) et le (Dilantin) phénytoine. Le valproate ne devrait jamais être le premier choix de traitement pour les femmes en âge d'avoir des enfants, avertissent les auteurs. Des exceptions peuvent être faites si les crises épileptiques ne peuvent pas être contrôlées par d'autres médicaments.»...

<< Sommaire
psychomedia.qc

1994 Fetal valproate syndrome: clinical and neuro-developmental features in two sibling pairs. - PubMed - NCBI 11/08/2016

«Abstract The clinical and neurodevelopmental features are presented of four children--two sibling pairs--who were exposed in utero to valproic acid. One of each pair of children presented for diagnosis and assessment of developmental delay; the other sibling was examined at a later date. Three of the children were globally developmentally delayed with marked speech disability, and had dysmorphic features consistent with fetal valproate syndrome. One also had features of infantile autism. The fourth child had some of the dysmorphic features connected with fetal valproate syndrome, but had normal intellect, with his verbal ability being significantly below his non-verbal ability. He currently attends a school for learning-disabled children.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

A Single Low Dose of Valproic Acid in Late Prenatal Life Alters Postnatal Behavior and Glutamic Acid Decarboxylase Levels in the Mouse. - PubMed - NCBI 11/08/2016

«Abstract RATIONALE: Rodents exposed to valproic acid (VPA) in prenatal life exhibit post-natal characteristics analogous to autism spectrum disorder (ASD). Many previous studies used relatively high doses of VPA during early pregnancy, potentially confounding interpretation because the offspring are the 'survivors' of a toxic insult. Low dose or late gestation exposure has not been widely studied. OBJECTIVES: We examined the behavioral sequelae of late gestation exposure to low dose VPA in the mouse. We also examined postnatal levels of glutamic acid decarboxylase (GAD65 and GAD67) as markers for GABA neurons, because GABA pathology and subsequent excitatory/inhibitory imbalance is strongly implicated in ASD. METHODS: Pregnant C57BL/6N mice received a single subcutaneous injection of 100 or 200mg/kg on gestation day 17. The control group received a saline injection on the same day. The offspring were tested in a battery of behavioral tests in adolescence and adulthood. Six brain regions were harvested and GAD65 and GAD67 were measured by western blotting. RESULTS: Compared to saline-exposed controls, adult mice exposed to prenatal VPA had impaired novel object exploration and fear conditioning anomalies. GAD67 was decreased in midbrain, olfactory bulb, prefrontal cortex and increased in cerebellum, hippocampus and striatum; GAD65 was decreased in all 6 regions. CONCLUSIONS: Our results suggest that a low dose of VPA in late pregnancy has persistent effects on brain development, and in particular the GABA system, which may be relevant to ASD. Further attention to the impact of gestation time and dose of exposure in VPA-induced ASD models is encouraged»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Depakine : ''La responsabilite de l'Etat et du laboratoire est enorme dans ce scandale sanitaire'' 11/08/2016

«La président de l'association des victimes de la Dépakine dénonce un "scandale sanitaire" sous "la responsabilité de l'Etat". Le médicament pourrait faire des milliers de victimes. Plus de 10.000 femmes enceintes auraient été traitées avec de la Dépakine entre 2007 et 2010, selon une étude de l'Agence du médicament révélée par Le Canard enchainé mercredi. Ce médicament anti-épileptique, du laboratoire Sanofi, est soupçonné d'entrainer des retards de développement, des malformations et de l'autisme chez leurs enfants. "40% de chances d'avoir un handicapé". Le nombre de victimes - qui n'est pas encore connu - pourrait être "énorme" d'après la président de l'association des victimes (Apesac), Marine Martin. "Ces chiffres ne me surprennent pas du tout. Je sais très bien qu'il y avait énormément de femmes sous Dépakine et, quand il y a 40 % de chances d'avoir un enfant handicapé, le nombre de potentiels victimes est énorme", déplore-t-elle au micro d'Europe 1. L'Etat pointé du doigt. "Cela fait des années que je le répète : l'Agence de santé a couvert le laboratoire en continuant à donner l'autorisation de mise sur le marché du produit. Donc il y a une complicité des différents gouvernements qui se sont succédé. Donc la responsabilité de l'Etat et du laboratoire est énorme dans ce scandale sanitaire", accuse-t-elle. Marine Martin demande maintenant à l'Etat et au laboratoire d'assumer la prise en charge des enfants décédés et handicapés à vie.»...

<< Sommaire
europe1

Depakine Vidéo France 3 Limousin - JT 19/20 Limousin 11/08/2016

«France 3 Limousin - JT 19/20 Limousin Vidéo à 1:00 Témoignages mamans + DR Eric Lemonnier sur informations Direct Voir votre journal régional en direct JT 19/20 Limousin home Limousin Emissions JT 19/20 Limousin»...

<< Sommaire
france3-regions.francetvinfo

Cinq questions autour du valproate de sodium 11/08/2016

«La molécule présente dans un antiépileptique de la marque Sanofi, la Dépakine, a été prise par 10 000 femmes enceintes entre 2007 et 2014 selon Le Canard enchainé. Les risques de malformation pour les foetus sont nombreux. La Dépakine, un médicament produit par Sanofi La Dépakine, un médicament produit par Sanofi... Ce mercredi, Le Canard enchainé publie un article concernant une étude de l'Agence du médicament sur la Dépakine, un antiépileptique commercialisé par Sanofi. Le médicament aurait été consommé par plus de 10 000 femmes entre 2007 et 2014 avec des risques pour les foetus. Qu'est ce que la Dépakine ? La Dépakine est un médicament prescrit contre l'épilepsie, mais aussi par certains psychiatres pour les personnes bipolaires. Il est commercialisé par le laboratoire Sanofi depuis 1967. La molécule contenue dans ce médicament est le valproate de sodium. La Dépakine en bref La Dépakine en bref ...¢ Crédits : VisActu Quels sont les risques ? Les risques sont nombreux pour les enfants à naitre lorsque ce médicament est prescrit aux femmes enceintes. On parle de 10% de risques de malformations et de 30 à 40% de retards neuro-développementaux. Ces effets secondaires sont connus depuis les années 1980. Ils ont été notifiés dans le Vidal, la bible des médecins. Cependant, les patientes n'ont été informées que tardivement. C'est en 2010 qu'apparait sur la notice le risque lié à une grossesse. L'inspection générale des affaires sociales (IGAS) estime que cette mise en garde aurait du être faite depuis 2004 au vu de "l'accumulation des signaux". Que révèle l'étude de l'Agence du médicament ? L'étude a été menée conjointement par l'Agence nationale de sécurité et du médicament (ANSM) et la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAMTS). Le Canard enchainé révèle que 10 000 femmes ont pris de la Dépakine entre 2007 et 2014. Impossible de chiffrer combien d'enfants ont pu être touchés. L'Association d'Aide aux Parents d'Enfants souffrant du Syndrome de l'Anti-Convulsivant (APESAC) estime le nombre de victimes avérées à 2 426 et 401 morts et jusqu'à 70 000 victimes potentielles. En février dernier, l'IGAS faisait état de 450 malformations congénitales chez des enfants dont la mère s'était vu prescrire de la Dépakine entre 2006 et 2014. Pourquoi le médicament n'a-t-il pas été retiré du marché ? Pour interdire un médicament, on s'appuie sur la notion de balance "bénéfice / risque". Le problème c'est que cette molécule est incontournable pour certaines patientes qui sont pharmaco-resistantes à d'autres molécules. Pour Me Martine Verdier, avocate de plusieurs plaignantes, c'est le système d'alerte qui n'a pas fonctionné. "Pourquoi un laboratoire comme Sanofi, qui ne peut pas ignorer de quoi est faite la molécule du médicament, ne va pas évoquer les risques connus avec l'autorité de contrôle pour modifier la notice du médicament ? Il n'est pas question de cesser la commercialisation du médicament qui a des effets utiles, mais d'alerter le médecin quand il prescrit ce médicament, et d'éviter les risques connus notamment aux femmes enceintes."»...

<< Sommaire
franceculture

10 000 femmes enceintes auraient pris de la Depakine entre 2007 et 2014 10/08/2016

«Plus de 10 000 femmes auraient pris de la Dépakine, un anti-épileptique accusé notamment de provoquer des malformations chez le foetus, entre 2007 et 2014, affirme le Canard Enchainé dans son édition de mercredi. Le journal satirique précise que ce chiffre figure dans une étude « alarmante » menée conjointement par l'agence du médicament ANSM et la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAMTS). Présent dans plusieurs spécialités pharmaceutiques dont la Dépakine, le valproate de sodium est sur la sellette depuis plusieurs années à cause de son risque élevé de malformations - de l'ordre de 10% - mais également d'un risque plus élevé de retards intellectuels et/ou de la marche, ainsi que de cas d'autisme, qui peuvent atteindre jusqu'à 40% des enfants exposés. Une étude cachée par le gouvernement ? Utilisée pour traiter l'épilepsie, la Dépakine est commercialisée en France par Sanofi depuis 1967, puis sous forme générique par d'autres laboratoires. Mais le valproate est également prescrit dans les troubles bipolaires, sous d'autres appellations (Dépakote, Dépamide). Selon le Canard Enchainé, la première partie de l'étude aurait été communiquée au ministère de la Santé dès la mi-juillet mais « soigneusement cachée aux familles ». Cette dernière affirmation est démentie par le ministère de la Santé qui précise que « le premier volet » de l'étude sera présenté à l'Association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anticonvulsivant (Apesac) le 24 aout prochain. Il n'a pas commenté les chiffres publiés par le Canard. « Cette réunion a été fixée dès la fin du mois de juillet. Le ministère étudiera, en lien avec cette association représentative des familles avec laquelle il travaille étroitement, les mesures qu'il apparaitra nécessaire de mettre en oeuvre », précise le ministère qui ajoute que l'étude et « le plan d'action qui sera établi sur cette base » seront pour leur part rendus publics début septembre. 30 000 victimes ? L'Apesac avait donné l'alerte dès 2014, accusant Sanofi et les autorités sanitaires d'avoir tardé à agir alors que les risques du valproate de sodium sont connus depuis longtemps. Elle évalue à près de 30.000 le nombre des victimes du médicament depuis 1967. En février dernier, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait pour sa part évalué à 450 le nombre d'enfants nés avec des malformations congénitales entre 2006 et 2014 après avoir été exposés in utero au valproate. En 2014, avant la mise en place de nouvelles restrictions d'utilisation, 93.000 femmes en âge de procréer prenaient ce médicament en France dont 37.000 pour épilepsie et 56.000 pour des troubles bipolaires. Suite au rapport de l'Igas, la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé la création d'une filière pour prendre en charge les enfants victimes. Elle a également reçu la présidente de l'Apesac pour faire avancer le dossier des indemnisations.»...

<< Sommaire
ouest-france

10 000 femmes enceintes auraient pris de la Depakine entre 2007 et 2014 10/08/2016

«Plus de 10 000 femmes auraient pris de la Dépakine, un anti-épileptique accusé notamment de provoquer des malformations chez le foetus, entre 2007 et 2014, affirme le Canard Enchainé dans son édition de mercredi. Le journal satirique précise que ce chiffre figure dans une étude « alarmante » menée conjointement par l'agence du médicament ANSM et la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAMTS). Présent dans plusieurs spécialités pharmaceutiques dont la Dépakine, le valproate de sodium est sur la sellette depuis plusieurs années à cause de son risque élevé de malformations - de l'ordre de 10% - mais également d'un risque plus élevé de retards intellectuels et/ou de la marche, ainsi que de cas d'autisme, qui peuvent atteindre jusqu'à 40% des enfants exposés. Une étude cachée par le gouvernement ? Utilisée pour traiter l'épilepsie, la Dépakine est commercialisée en France par Sanofi depuis 1967, puis sous forme générique par d'autres laboratoires. Mais le valproate est également prescrit dans les troubles bipolaires, sous d'autres appellations (Dépakote, Dépamide). Selon le Canard Enchainé, la première partie de l'étude aurait été communiquée au ministère de la Santé dès la mi-juillet mais « soigneusement cachée aux familles ». Cette dernière affirmation est démentie par le ministère de la Santé qui précise que « le premier volet » de l'étude sera présenté à l'Association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anticonvulsivant (Apesac) le 24 aout prochain. Il n'a pas commenté les chiffres publiés par le Canard. « Cette réunion a été fixée dès la fin du mois de juillet. Le ministère étudiera, en lien avec cette association représentative des familles avec laquelle il travaille étroitement, les mesures qu'il apparaitra nécessaire de mettre en oeuvre », précise le ministère qui ajoute que l'étude et « le plan d'action qui sera établi sur cette base » seront pour leur part rendus publics début septembre. 30 000 victimes ? L'Apesac avait donné l'alerte dès 2014, accusant Sanofi et les autorités sanitaires d'avoir tardé à agir alors que les risques du valproate de sodium sont connus depuis longtemps. Elle évalue à près de 30.000 le nombre des victimes du médicament depuis 1967. En février dernier, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait pour sa part évalué à 450 le nombre d'enfants nés avec des malformations congénitales entre 2006 et 2014 après avoir été exposés in utero au valproate. En 2014, avant la mise en place de nouvelles restrictions d'utilisation, 93.000 femmes en âge de procréer prenaient ce médicament en France dont 37.000 pour épilepsie et 56.000 pour des troubles bipolaires. Suite au rapport de l'Igas, la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé la création d'une filière pour prendre en charge les enfants victimes. Elle a également reçu la présidente de l'Apesac pour faire avancer le dossier des indemnisations.»...

<< Sommaire
ouest-france

10 000 femmes enceintes auraient pris de la Depakine entre 2007 et 2014 09/08/2016

«Plus de 10 000 femmes auraient pris de la Dépakine, un anti-épileptique accusé notamment de provoquer des malformations chez le foetus, entre 2007 et 2014, affirme le Canard Enchainé dans son édition de mercredi. Le journal satirique précise que ce chiffre figure dans une étude « alarmante » menée conjointement par l'agence du médicament ANSM et la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAMTS). Présent dans plusieurs spécialités pharmaceutiques dont la Dépakine, le valproate de sodium est sur la sellette depuis plusieurs années à cause de son risque élevé de malformations - de l'ordre de 10% - mais également d'un risque plus élevé de retards intellectuels et/ou de la marche, ainsi que de cas d'autisme, qui peuvent atteindre jusqu'à 40% des enfants exposés. Une étude cachée par le gouvernement ? Utilisée pour traiter l'épilepsie, la Dépakine est commercialisée en France par Sanofi depuis 1967, puis sous forme générique par d'autres laboratoires. Mais le valproate est également prescrit dans les troubles bipolaires, sous d'autres appellations (Dépakote, Dépamide). Selon le Canard Enchainé, la première partie de l'étude aurait été communiquée au ministère de la Santé dès la mi-juillet mais « soigneusement cachée aux familles ». Cette dernière affirmation est démentie par le ministère de la Santé qui précise que « le premier volet » de l'étude sera présenté à l'Association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anticonvulsivant (Apesac) le 24 aout prochain. Il n'a pas commenté les chiffres publiés par le Canard. « Cette réunion a été fixée dès la fin du mois de juillet. Le ministère étudiera, en lien avec cette association représentative des familles avec laquelle il travaille étroitement, les mesures qu'il apparaitra nécessaire de mettre en oeuvre », précise le ministère qui ajoute que l'étude et « le plan d'action qui sera établi sur cette base » seront pour leur part rendus publics début septembre. 30 000 victimes ? L'Apesac avait donné l'alerte dès 2014, accusant Sanofi et les autorités sanitaires d'avoir tardé à agir alors que les risques du valproate de sodium sont connus depuis longtemps. Elle évalue à près de 30.000 le nombre des victimes du médicament depuis 1967. En février dernier, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait pour sa part évalué à 450 le nombre d'enfants nés avec des malformations congénitales entre 2006 et 2014 après avoir été exposés in utero au valproate. En 2014, avant la mise en place de nouvelles restrictions d'utilisation, 93.000 femmes en âge de procréer prenaient ce médicament en France dont 37.000 pour épilepsie et 56.000 pour des troubles bipolaires. Suite au rapport de l'Igas, la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé la création d'une filière pour prendre en charge les enfants victimes. Elle a également reçu la présidente de l'Apesac pour faire avancer le dossier des indemnisations.»...

<< Sommaire
ouest-france

Si elle ne s'inscrit pas a Pole Emploi, la mere d'un enfant autiste pourrait etre privee de son RSA 08/08/2016

«Laura-Julia Fiquet est une jeune mère célibataire qui habite près de Caen. Son fils Johan, cinq ans, est autiste. Elle s'en occupe au quotidien, n'ayant que très peu de temps pour elle. Un courrier émanant du Conseil Départemental du Calvados reçu il y a quelques jours vient de la faire sortir de ses gongs car on lui notifie clairement que "dans un délai d'un mois, si vous n'êtes toujours pas inscrite à Pôle Emploi et si vous n'avez pas retourné les justificatifs réclamés, votre dossier sera soumis à l'avis de l'équipe pluridisciplinaire RSA pour une réduction ou suspension de votre allocation RSA". "Je n'en peux plus de devoir régulièrement me justifier auprès des organismes sociaux qui peinent à comprendre que dans ma situation, comme dans celle de nombreuses autres mamans comme moi, il nous est impossible d'avoir une activité professionnelle", explique-t-elle. Présidente de l'Union des Mamans d'enfants handicapés qu'elle a fondée il y a deux ans et qui compte aujourd'hui près de 2.800 membres, elle précise que plusieurs centaines de mamans vivent la même situation qu'elle en France. Comme toutes les mamans dans ma situation, on fait tout pour s'en sortir Laura-Julia Fiquet, maman de Johan, enfant autiste "On me demande de me réinscrire à Pôle emploi pour trouver du travail alors que je suis maman aidante familiale avec un enfant handicapé scolarisé une heure par jour. Je ne vois pas comment je pourrai trouver du travail seulement une heure par jour". Aujourd'hui, Laura-Julia âgée de 30 ans et qui ne travaille plus depuis la naissance de son fils explique vivre des minima sociaux "et comme toutes les mamans dans ma situation on fait tout pour s'en sortir comme on peut. Si l'Education Nationale appliquait la loi l'obligeant à scolariser les enfants handicapés nous ne serions pas dans de telles situations", conclut-elle.»...

<< Sommaire
rtl

Autism spectrum disorder: family quality of life while waiting for intervention services. - PubMed - NCBI 08/08/2016

«Abstract PURPOSE: Families of children with autism spectrum disorder (ASD) often experience high levels of stress; it is important to investigate the family quality of life (FQOL) to understand how to serve the entire family, not just the child. The purpose of this investigation was to determine: (a) how families with a child with ASD view their overall FQOL and (b) what aspects of everyday life have the greatest influence on the FQOL? METHODS: A survey designed to asses FQOL was mailed to all families (n = 454) of children with ASD (0-18 years) waiting for government-funded services. Results from 151 surveys were examined (31 % response rate). Descriptive on all variables, ordinal logistic regression, and t tests were used to analyze the data. RESULTS: The most influential factors on FQOL were whether the child with ASD had a major health concern, whether the family's needs were met by disability-related services, and whether there were opportunities to engage in leisure and recreation activities. CONCLUSIONS: Families on waitlists experience challenges in FQOL influenced by the health of the family members; this is implicitly important for service agencies and providers. Future research should continue to explore how access to disability-related services impacts FQOL; and how these associations may be moderated by contextual factors such as socioeconomic status, health of child and family members, access and engagement in recreation, and severity of the child's needs.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

PLOS ONE: Mirror-Touch Synaesthesia Is Not Associated with Heightened Empathy, and Can Occur with Autism 08/08/2016

«Abstract Research has linked Mirror-Touch (MT) synaesthesia with enhanced empathy. We test the largest sample of MT synaesthetes to date to examine two claims that have been previously made: that MT synaesthetes (1) have superior empathy; and (2) only ever experience their MT synaesthesia in response to viewing a person being touched. Given that autism has been suggested to involve deficits in cognitive empathy, we also test two predictions: that MT synaesthetes should (3) be less likely than general population individuals without MT synaesthesia to have an autism spectrum condition (ASC), if MT is characterized by superior empathy; and (4) have fewer autistic traits. We selected three groups: a pure MT synaesthesia group (N = 46), a pure grapheme-colour (GC) synaesthesia group (N = 36), and a typical control group without synaesthesia (N = 46). Participants took three measures of empathy and one measure of autistic traits. MT synaesthetes did not show enhanced empathy. In addition, 30% of all MT synaesthetes recruited into this study (N = 135) reported also having ASC, and MT synaesthetes showed higher autistic trait scores than controls. Finally, some MT experiences were reported in response to viewing objects being touched. Our findings dispute the views that MT synaesthesia is linked with enhanced empathy, is less likely to occur with ASC or elevated autistic traits, and is specific to seeing a person being touched.»...

<< Sommaire
journals.plos

Neurophysiological hyperresponsivity to sensory input in autism spectrum disorders | Journal of Neurodevelopmental Disorders | Full Text 08/08/2016

«Abstract Background Atypical sensory processing is a common clinical observation in autism spectrum disorder (ASD). Neural hyperexcitability has been suggested as the cause for sensory hypersensitivity, a frequently reported clinical observation in ASD. We examined visual evoked responses to parametric increases in stimulus contrast in order to model neural responsivity of sensory systems in ASD. Methods Thirteen high-functioning individuals with ASD and 12 typically developing (TD) individuals completed a steady-state visual evoked potential study. Stimuli were vertical circular gratings oscillating at 3.76 Hz at varying contrasts (5, 10, 20,...¦, 90 % contrast, 10 levels). The average spectral power at the stimulus oscillation frequency was calculated for each contrast level. Results The magnitude of evoked sensory responses increased at a significantly greater rate and resulted in disproportionately elevated activation with higher contrasts in the ASD group. Approximately 45 % of ASD participants had rates of response increases greater than any TD participant. This alteration was highly associated with parental reports of these participants' sensory difficulties. Conclusions Greater increases in visual responses over contrast manipulation suggest heightened excitability in the sensory cortex in ASD participants. Heightened neural excitability was observed in a substantial portion but not all of the ASD participants. This pattern suggests that individuals with higher excitability may constitute a neurobiologically distinct subgroup requiring individualized treatment interventions.»...

<< Sommaire
jneurodevdisorders.biomedcentral

Timing of Autism Diagnosis Tied to Choice of Treatment: MedlinePlus 08/08/2016

«Kids diagnosed before age 4 more likely to receive behavior therapy shown to improve outcomes, study says Email this page to a friend Print Facebook Twitter Bookmark & Share Subscribe to RSS By Robert Preidt Friday, August 5, 2016 HealthDay news image FRIDAY, Aug. 5, 2016 (HealthDay News) -- Children diagnosed with autism before age 4 are more likely to get behavioral therapy and less likely to be treated with drugs than those diagnosed later on, a new study says. There is strong evidence that behavioral therapy directed at core symptoms such as poor social skills and inflexible behaviors is an effective treatment. And, such therapy may offer long-term benefits for patients' functioning, according to an American Psychiatric Association news release about the study. Other treatments -- including medications such as antidepressants, attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) drugs and complementary and alternative therapies such as nutritional supplements -- are not as strongly supported by research, the study authors said. The researchers, led by Dr. Katharine Zuckerman, a pediatrician at Oregon Health & Science University, looked at data on 722 children between the ages of 6 and 11 with autism. On average, their parents discussed developmental concerns with a health care provider when the child was just over 2 years old, and the average age at autism diagnosis was more than 4 years of age. Children diagnosed before age 4 were more likely to receive behavioral therapy. Those diagnosed later were more likely to be treated with medications, the study found. The researchers also found that the use of complementary and alternative therapies was nearly twice as likely when more than two years had elapsed between initial discussions and diagnosis. The findings suggest that earlier diagnosis may lead to greater use of behavioral therapy and better outcomes for children with autism, Zuckerman and her colleagues concluded. The study was published online Aug. 1 in the journal Psychiatric Services in Advance. The American Academy of Pediatrics recommends all children be screened for autism at 18 months and at 24 months, but only about half of primary care doctors do so. The average age of autism diagnosis in the United States is more than 4 years old, the study authors said.»...

<< Sommaire
medlineplus

L'imposture morale de l'approche psychanalytique denoncee a l'Assemblee Nationale 04/08/2016


«A l'Assemblée Nationale, le 5 avril 2016, le député PS Gwendal Rouillard, associant son collègue, le député LR Daniel Fasquelle, adresse une question à Ségolène Neuville, Secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion. Il lui a demandé d'abandonner définitivement l'imposture morale de l'approche psychanalytique vis à vis de l'autisme, et la pratique maltraitante du packing que continuent pourtant de préconiser certains psychanalystes et pédopsychiatres de cette obédience autoproclamés scientifiques et réunis en prétendues sociétés savantes... Applaudissements nourris entre autres des députés PS et LR :
Source: http://blogs.mediapart.fr | Source Status

<< Sommaire
blogs.mediapart

Epilepsie : un cerveau ''virtuel'' pour une approche personnalisee 01/08/2016

«Grâce à la modélisation numérique, des chercheurs français ont réussi à reconstituer le cerveau d'une patiente atteinte d'épilepsie. Ce premier cerveau virtuel personnalisé, présenté dans la revue Neuroimage, devrait permettre de mieux comprendre l'évolution de la maladie chez chaque patient, préparer les gestes chirurgicaux avant l'opération ou tester l'efficacité d'un médicament. Près d'un pour cent de la population mondiale souffre d'épilepsie. Mais cette maladie neurologique se manifeste différemment chez chaque patient, d'où l'importance d'un diagnostic et de traitements individualisés. Or, aujourd'hui les neurologues n'ont à leur disposition que l'électroencéphalogramme et l'imagerie par résonance magnétique (IRM) pour déterminer l'origine du trouble. Des techniques loin d'être efficaces : 50 % des patients ne présentent pas d'anomalie visible à l'IRM, la cause de leur épilepsie reste donc inconnue.»...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Les ados creent la peinture murale de l'aire de loisirs - 29/07/2016, Saint-Savin (86) - La Nouvelle Republique 29/07/2016

«Abrités du soleil grâce à une bâche tendue le long de leur ouvrage, neuf adolescents du chantier loisirs organisé par la MJC Vigne-aux-Moines sont en train de parfaire leur oeuvre. A la place du mur blanc, une peinture murale de plus de deux mètres de haut accueillera désormais les visiteurs de l'aire de loisirs de Nalliers. Pendant quatre jours, suivant les indications de Cléo, l'artiste qui les accompagne dans leur activité de peinture, les jeunes ont reproduit une illustration de la célèbre maison Rossignol. Cette maison d'édition jadis basée à Nalliers a laissé un héritage très riche de croquis et de panneaux didactiques. C'est celui intitulé "Au bord de la rivière" que le conseil municipal de Nalliers a choisi. Charlotte, Yannis, Julie, Sophie, Maxime, Ronan, Océane, Suzanne et Elena, encadrés par Laure, Lou et Lucia sont joyeux et satisfaits de leur travail. Au jeu du remue-méninges ils lâchent quelques mots clefs: « magnifique, amusement, conversations, superbe, création, pinceaux, magie » et même un mot inventé pour l'occasion « cléolien. » Cléo est ravie de cette équipe « de jeunes très entreprenants, soudés, solidaires, et très aidants vis-à-vis des deux enfants en situation de handicap. » Car la MJC Vigne-aux-Moines prévoit dans ces activités de loisirs un volet inclusion pour des enfants handicapés.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

L'Irlande rejette la demande d'extradition d'une mere d'enfant autiste | The autist 29/07/2016

«Le tribunal empêche l'extradition d'une mère vers la France La cour de justice a rejeté la demande d'extradition vers la France d'une mère accusée d'avoir enlevé son fils. La femme française, que l'on ne peut nommer pour des raisons légales, a affirmé être venue en Irlande pour protéger son fils. Mais selon les autorités françaises, elle est recherchée pour soustraction d'enfant et pour ne pas avoir emmené le garçon chez son père, qui a l'autorité parentale conjointe. La garçon a aujourd'hui 17 ans. Le tribunal était déjà informé que la mère est venue en Irlande avec son fils au lendemain de la date à laquelle elle était censée l'amener chez son ex-mari. Elle dit avoir eu peur de lui ramener son fils, et que celui-ci passe le restant de ses jours dans une institution psychiatrique. A l'époque, le garçon avait 16 ans. Hier, Mme Justice Aileen Donnelly a rejeté la demande des autorités françaises qui voulaient faire extrader la femme. Selon le juge, la question était de savoir si l'enfant était ou non en mesure de consentir à aller en Irlande. Durant les précédentes audiences, le conseiller du Ministère de la Justice Vincent Heneghan BL avait argué du fait que l'accusation de la soustraction d'enfant en France avait pour équivalent l'accusation de la séquestration en Irlande. Michael Lynn SC, qui représente la femme française, a affirmé que le garçon est venu de son plein gré. Le fait que le garçon soit autiste ne signifie pas qu'il est incapable de prendre une décision le concernant, et selon lui, aucune preuve n'est venue étayer cette hypothèse. Mr Lynn a par ailleurs déclaré que le garçon n'avait d'aucune manière été forcé, et qu'à 17 ans, il était considéré comme étant capable de prendre des décisions selon la loi irlandaise. Dans son jugement, Mme Justice Donnelly a dit être convaincue que les faits énoncés dans le mandat d'arrêt européen et l'affaire en elle-même ne permettaient pas de déduire que le garçon n'était pas consentant. Par conséquent, elle a déclaré que l'exigence de la double d'incrimination n'est pas remplie puisque la soustraction d'enfant ne correspond pas au celui de la séquestration. La femme française a été acquittée par le tribunal, et l'affaire sera de nouveau mentionnée demain matin»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Les autistes Asperger, talents trop mal employes en France 28/07/2016

«Une étude de l'Université de Harvard faisait récemment cas d'entreprises informatiques qui, à l'étranger (Inde, Allemagne, Etats-Unis...¦), recrutent des autistes Asperger pour leurs compétences spécifiques. L'occasion de faire le point sur leur insertion professionnelle en France... plus difficile. "SAP, l'autisme au travail", tel est le nom de cette étude de cas signée Gary Pisano et Robert Austin, professeurs à la Harvard Business School, et parue en janvier 2016. SAP, c'est le nom d'une entreprise qui conçoit et vend des logiciels. En 2013, sa filiale en Inde a lancé un programme destiné à ce que 1% de sa masse salariale soit dorénavant composée d'autistes Asperger ou d'autistes de haut niveau (défini par un QI supérieur à 70 sur l’échelle de Wechsler). Asperger, cette forme d'autisme qui, sans impacter la cognition, rend difficiles les relations sociales pour ceux qui en souffrent.. .»
[...]
«Quelles perspectives nouvelles entrevoient les employeurs en recrutant des personnes ayant des troubles du spectre autistique ? "Tester des logiciels est un travail extrêmement exigeant et requiert beaucoup de précision, mais c’est tellement répétitif que ça anesthésie le cerveau, affirme Robert Austin,C’est important de le faire correctement, mais il est difficile de garder suffisamment d’attention pour ce faire." Or, comme le confirme Francine Stourdzé, cofondatrice de l’association privée Actions pour l’autisme, créée fin 2011, et grand-mère d'un garçon de 13 ans diagnostiqué Asperger, les autistes Asperger ont une capacité de concentration et un souci du détail exceptionnels : "Ils ont des difficultés pour rendre compréhensible une image complète, puisqu’ils vont s’attacher à des détails... Mais ça peut être aussi positif : on considère par exemple qu’ils sont excellents en tests informatiques car ils sont capables de repérer les erreurs avec plus de rapidité que tout le monde". Et de souligner que certaines personnes autistes de haut niveau, à l'image du très médiatisé Daniel Tammet, possèdent une appétence extraordinaire pour les chiffres, moyen de communication avec le monde extérieur. "L’innovation, c’est trouver les idées qui sont en dehors des paramètres normaux, et cela ne peut pas se faire par tranchage. Peut-être que ce sont les parties de personnes que nous leur demandons de laisser à la maison qui sont les plus susceptibles de produire les grandes innovations" Robert Austin »...

<< Sommaire
franceculture

Court saves mum from extradition to France | Irish Examiner 27/07/2016

«The French woman, who cannot be named for legal reasons, had claimed that she came to Ireland to protect her son. However, French authorities said that she is wanted for child abduction and for failing to deliver the boy to his father, who is entitled to joint custody. The boy is now 17 years old. The court previously heard that the mother flew to Ireland with her son one day after she was due to hand him over to her ex-husband. She said that she feared that if she returned her son to his father, the boy could end up in a psychiatric institution and become institutionalised for life. The boy was aged 16 at the time. Yesterday, Ms Justice Aileen Donnelly rejected the French authorities' request to surrender the woman for extradition. The issue in the case, the judge said, was if the child lacked the capacity to consent to being taken to Ireland. During earlier hearings, counsel for the Minister for Justice, Vincent Heneghan BL, made the argument that the charge of child abduction in France was equivalent to the charge of false imprisonment in Ireland. Michael Lynn SC, representing the French woman, argued that the boy came to Ireland willingly. The boy's autistic condition did not mean that he was incapable of making a decision for himself and no evidence had been heard to contradict that assumption, he said. Mr Lynn further stated that the boy was not forced in any way and that, as a 17-year-old, he was considered capable of making his own decisions under Irish law. In her judgement, Ms Justice Donnelly said she was satisfied that the facts set out in the European Arrest Warrant and the case did not demonstrate a lack of consent on the boy's part. Therefore, she said, there was no correspondence between the offence of child abduction and that of false imprisonment. The French woman was discharged from the court and her case was listed for mention again tomorrow morning.»...

<< Sommaire
irishexaminer

High Court rejects request to extradite mother who brought son here from France | 27/07/2016

«The High Court has rejected a request to extradite a mother to France to face an allegation that she abducted her own son. The French woman, who cannot be named for legal reasons, had claimed that she came to Ireland to protect her son. But French authorities said she is wanted for child abduction and for failing to deliver the boy to his father, who is entitled to joint custody. The boy is now 17 years old. The court previously heard that the mother flew to Ireland with her son one day after she was due to hand him over to her ex-husband. She said that she feared that if she returned her son to his father, the boy could end up in a psychiatric institution and become institutionalised for life. The boy was aged 16 at the time. Today, Ms Justice Aileen Donnelly rejected the French authorities' request to surrender the woman for extradition. advertisement The issue in the case, the judge said, was if the child lacked the capacity to consent to being taken to Ireland. During earlier hearings, counsel for the Minister for Justice Vincent Heneghan BL made the argument that the charge of child abduction in France was equivalent to a charge of false imprisonment in Ireland. Michael Lynn SC, representing the French woman, argued that the boy came to Ireland willingly. The boy's autistic condition did not mean that he was incapable of making a decision for himself and no evidence had been heard to contradict that, he said. Mr Lynn further stated that the boy was not forced in any way and that as a 17-year-old he was considered capable of making his own decisions under Irish law. In her judgement, Ms Justice Donnelly said she was satisfied that the facts set out in the European Arrest Warrant and the case did not demonstrate a lack of consent on the boy's part. Therefore, she said, there was no correspondence between the offence of child abduction and that of false imprisonment. The woman was discharged from the court and her case was listed for mention again on Thursday morning.»...

<< Sommaire
breakingnews

RAA « HP » et astroturfing | Le Club de Mediapart 26/07/2016

«Suite à un de mes précédents posts - Le RAA"HP" faux représentant des autistes et de leurs familles - un ami me signale que c'est un procédé classique de manipulation médiatique, l'astroturfing. Je me précipite donc sur Wikipedia :Cette tentative de manipulation fait référence à la pelouse artificielle de marque AstroTurf utilisée dans les stades. Elle consiste à simuler un mouvement citoyen, venu de la base (appelé grassroots movement en anglais américain). L'astroturfing peut prendre de multiples formes, de la simple dissimulation de son appartenance à un parti ou de ses liens financiers avec une société, tout en prétendant apporter un témoignage indépendant, jusqu'à des formes plus complexes, utilisant des logiciels qui multiplient de fausses identités sur Internet. Le but de ce type de campagne est faire passer un message en le présentant comme spontané, en masquant son caractère commandité. Les astroturfers tentent d'orchestrer des actions qui semblent provenir d'individus divers et dispersés géographiquement et utilisent des méthodes de désinformation. L'astroturfing peut être pratiqué par une personne seule selon un agenda préétabli ou par des groupes professionnels organisés, avec des appuis financiers de grosses entreprises ou d'organisations activistes ou non-lucratives. Très souvent, l'organisation est gérée par des consultants politiques qui sont spécialisés dans la recherche en opposition. » Astroturfing Astroturfing Je me suis endormi moins bête ce soir-là.»...

Source: http://blogs.mediapart.fr | Source Status

<< Sommaire
blogs.mediapart

For children with autism, multiple languages may be a boon | Spectrum 25/07/2016

«Oscar, 6, sits at the family dinner table and endures the loneliest hour of his day. The room bustles with activity: Oscar's sister passes plates and doles out broccoli florets. His father and uncle exchange playful banter. Oscar's mother emerges from the kitchen carrying a platter of carved meat; a cousin pulls up an empty chair. "Chi fan le!" shouts Oscar's older sister, in Mandarin Chinese. Time for dinner! "Hao," her grandfather responds from the other room. Okay. Family members tell stories and rehash the day, all in animated Chinese. But when they turn to Oscar, who has autism, they speak in English. "Eat rice," Oscar's father says. "Sit nice." Except there is no rice on the table. In Chinese, ...˜eat rice' can refer to any meal, but its meaning is lost in translation. Pediatricians, educators and speech therapists have long advised multilingual families to speak one language ...” the predominant one where they live ...” to children with autism or other developmental delays. The reasoning is simple: These children often struggle to learn language, so they're better off focusing on a single one. However, there are no data to support this notion. In fact, a handful of studies show that children with autism can learn two languages as well as they learn one, and might even thrive in multilingual environments. Lost in translation: It's not just children with autism who miss out when parents speak only English at home ...” their families, too, may experience frustrating miscommunications. Important instructions, offhand remarks and words of affection are often lost in translation when families swap their heritage language for English, says Betty Yu, associate professor of special education and communicative disorders at San Francisco State University. Yu, who is fluent in both English and Chinese, detailed Oscar's experience in the Journal of Autism and Developmental Disorders earlier this year1. (The details of dinner and other interactions from Oscar's everyday life described in this article are from Yu's case report.) The report hits home for researchers who study bilingual families of children with autism. "One mother said to me, ...˜Italian is the language of my heart and my home.' She was obviously very sad that she couldn't share that aspect of her identity with her daughter," says Sue Fletcher-Watson, chancellor's fellow in developmental psychology at the University of Edinburgh in the United Kingdom. The advice to stick with a language that the family doesn't speak well only intensifies the alienation experienced by these children, Fletcher-Watson and others say. "You're taking a child who is already socially isolated and you're making them even more isolated," she says. The kids are all right: The science ...” what little exists ...” in fact suggests that these children should embrace multilingualism. "There are few studies on bilingualism in children with developmental disorders, and even fewer with appropriate control groups," says Napoleon Katsos, lecturer in linguistics at the University of Cambridge in the United Kingdom. In typical children, learning a second or third language hones critical thinking and executive function ...” a set of skills that includes attention, self-control and mental flexibility2. It also gives them an edge in reading and writing3. Children with developmental delays might reap those same benefits. Bilingual children with autism have language skills on par with monolingual children with the condition, and they acquire social and cognitive skills at the same rate4,5,6. But these children are twice as likely as monolingual children with autism to use gestures such as pointing when they communicate, according to a 2012 study. This finding suggests that they have a strong command of joint attention and are adept at nonverbal communication. The standard tools for evaluating a child's social and communication skills are in English, and may underestimate the skills of bilingual children with autism, says Kruti Acharya, assistant professor of disability and human development at the University of Illinois at Chicago.»...

<< Sommaire
spectrumnews

Personne dans ce foyer ne connait l'autisme 24/07/2016

«Issus de la région, des parents d'autistes pensionnaires d'un foyer dans le Loiret s'alarment. Ils remettent en cause la sécurité et l'encadrement. " Cette ambiance ne m'a pas donné envie d'y rester " Il y a un an, nous avions rencontré, à Binas, les parents de Raphael, jeune adulte autiste résidant dans le foyer d'accueil médicalisé Dialogue Autisme à Saran (Loiret). A l'époque, ils pointaient quelques dysfonctionnements dans l'espoir que des solutions soient trouvées pour le bien-être de leur fils (lire NR du 2 juillet 2015). Douze mois plus tard, la situation a-t-elle évolué positivement? Non aux yeux de plusieurs familles. « Rien de ce que nous réclamions n'a été obtenu, lance Armand Amar, papa de Raphaël, 23 ans. Le renforcement du personnel de nuit n'y est pas. » Des parents se sont inquiétés quand ils ont appris l'accident survenu en janvier dernier. « Un résidant s'est levé la nuit et a visité une chambre en fracassant du matériel qui s'y trouvait, avant d'aller dans une autre pièce où il a pris la table de chevet pour taper sur la tête d'un pensionnaire qui a fini à l'hôpital, racontent Armand Amar et Nathalie Meziane, maman de Samy, autiste de 19 ans. La personne qui était censée surveiller n'a rien entendu. C'est le blessé qui est allé la voir avec le visage en sang. On a demandé à avoir la vidéosurveillance. La solution de la direction a été d'enfermer la nuit l'autiste qui avait commis l'agression, mais ce n'est pas une solution. Avant ça, un autre événement s'est produit en fin d'année dernière qui a conduit à la mort d'un résidant. Il semblerait que son décès soit lié à une fausse route, mais nous avons peu très d'informations. On peut donc se poser des questions. » Constatant que la situation n'évoluait pas, des familles se sont tournées vers le conseil départemental du Loiret. Egalement avertie par courrier, l'Agence régionale de santé a décidé de financer un audit. Celui-ci a été réalisé à partir du 16 mars dernier et restitué le 20 mai. « Depuis, c'est le flou. Rien n'a changé, se désespère Nathalie Meziane. On a un turnover d'employés hallucinant et un taux d'absentéisme de 25%. Le personnel remplaçant est formé sur le tas, c'est-à-dire sur nos enfants. On ne respecte pas le rythme de vie des autistes. » Les parents de Raphael sont préoccupés par les plaies de leur fils au niveau du crâne: « Pour éviter qu'il ne se tape, l'établissement a fait l'acquisition d'un casque, mais il a continué à se frapper avec. Ce fut donc un échec total sur le plan de la gestion des comportements. Personne ne cherche à savoir pourquoi il se tape. On ne règle jamais les problèmes, on les colmate. » Les familles déplorent également des vols au sein de la structure. « Six tablettes ont été achetées, il n'en reste plus qu'une. Des vêtements disparaissent. » "Notre fils s'est refermé sur lui-même" Pour Murielle, maman de Jean-Luc, 33 ans, son fils n'est pas à sa place: « Il a pleuré pendant des mois pour qu'on lui donne du travail, quelque chose à faire dans sa journée qui lui confère un sens. Malheureusement, il n'a pas le droit de choisir. Notre fils s'est petit à petit refermé sur lui-même. Il est dans un tel état dépressif que nous sommes obligés de le sortir du foyer pour lui garder la tête hors de l'eau. En entrant dans ce foyer, Jean-Luc se tenait droit, était jeune, sociable et gai. Ce long séjour dans cet établissement en a fait un vieil homme, amer, courbé, replié sur lui-même. Personne dans ce foyer ne connait l'autisme.»
[...]
« " Un plan d'actions suite à l'audit " Un audit organisationnel a été sollicité par l'Agence régionale de santé, suite à des réclamations des représentants légaux des résidants accueillis dans le foyer Dialogue Autisme de Saran. « Les premiers résultats de cet audit ont été partagés avec l'ensemble des personnes et des représentants légaux en mai dernier, souligne l'ARS. Un plan d'actions sera travaillé à la suite de cet audit, avec les professionnels de la structure, les résidants et les représentants légaux. Les actions à mener sont en cours de définition avec le représentant du conseil de vie sociale, et le plan sera connu en septembre 2016. » Mathieu Feroldi, administrateur bénévole du Groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) dont fait partie le foyer de Saran et père d'un enfant autiste, annonce que l'audit n'a pas révélé de situations catastrophiques au sein de cet établissement, mais a relevé des attentes de la part des familles en terme de communication. « La structure est récente, tout n'a pas pu encore être mis en place, assure Mathieu Feroldi. Nous devons continuer à développer des activités, à améliorer la communication avec les familles dont certaines sont particulièrement exigeantes et renforcer la formation du personnel. »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Jura | Lons : autiste, il passe 19 ans dans un etablissement public de sante mentale 24/07/2016

«Le diagnostic est tombé en septembre 2015 : Dimitri Fargette, qui vient de passer 19 ans dans un établissement public de santé mentale, est autiste. Ses proches se battent depuis plusieurs années pour qu'il sorte. Quelques mois plus tard, le 9 février 2016, il rentre chez lui, où sa famille s'occupe désormais de lui. Mais aujourd'hui, elle demande des comptes. Une plainte a été déposée pour maltraitance contre le Centre hospitalier spécialisé de Saint-Ylie et une autre contre l'Etat pour «mauvaise prise en charge sur personne autiste». "Pendant toutes ces années, l'autisme de mon frère n'a jamais été diagnostiqué", commente Nicolas Fargette. "Il a subi des traitements qui ne correspondaient en rien à sa pathologie". Aujourd'hui, Dimitri Fargette a le sourire. Il est passé de 35 cachets quotidiens à 8.»...

<< Sommaire
leprogres

New Video Shows Black Man Charles Kinsey Telling Police He's Unarmed Before Being Shot 21/07/2016

«New cell phone video released Wednesday evening reportedly shows an unarmed black man laying in the middle of the road begging police officers to not shoot, but was shot anyway. Charles Kinsey, a therapist who works at an assisted living facility, was trying to help an autistic patient that escaped from a group home on Monday. Police arrived in response to a 911 call regarding an armed man who was threatening suicide. "All he has is a toy truck," Kinsey can be heard saying in the video during the ordeal. "A toy truck. I am a behavior therapist at a group home." Kinsey was then shot by North Miami Police, despite being unarmed and pleading with the officers, his hands in the air. He survived and was treated for his wound. "I thought it was a mosquito bite, and when it hit me I had my hands in the air, and I'm thinking I just got shot!" the caregiver told WSVN. "And I'm saying, 'Sir, why did you shoot me?' and his words to me were, 'I don't know.'" "Arriving officers attempted to negotiate with two men on the scene, one of whom was later identified as suffering from autism," North Miami Police said in a statement. "At some point during the on-scene negotiation, one of the responding officers discharged his weapon, striking the employee."»...

<< Sommaire
mic

Enfants autistes bienvenue a l'ecole ! - Presentation generale 20/07/2016

«Cinq programmes vidéo pédagogiques dédiés à l'inclusion scolaire des enfants autistes L'objectif est de fournir aux professeurs, aux AESH, et plus généralement à toute personne intervenant dans le champ de l'autisme et du handicap au sein de l'Education Nationale, un outil de sensibilisation et de formation à l'inclusion scolaire, qui lui permette d'entrer dans la démarche pour faciliter l'inclusion des enfants autistes. Les moyens : filmer des professeurs inclusifs, des enseignants spécialisés, et des experts de la pédagogie différenciée (psychologues TEACCH, ABA, Montessori, orthophonistes) qui vont partager avec le public leur expertise, et leur expérience de terrain, pour aborder pas à pas, et l'illustrer en situation, toute la démarche de l'inclusion à l'intention de leurs collègues. Dans cette série, le vecteur principal de l'information ce sont des professeurs et des experts au sein de l'Education Nationale qui parlent aux professeurs. Ceci afin d'aborder les problématiques des enseignants et répondre à leurs interrogations de façon très concrète. In fine, il s'agit de fournir un programme pédagogique positif qui dédramatise, et sensibilise à la démarche avec un enthousiasme communiquant, afin de faciliter le passage à l'acte de l'inclusion, à travers la valorisation de ce qui marche. En effet cette série va mettre en valeur les ressources intellectuelles, pédagogiques et humaines au sein de l'Education Nationale afin que ces personnes ressources servent de « rôle model » aux enseignants qui s'interrogent. Cette série vidéo est porteuse de valeurs. Elle montrera que les outils de la pédagogie différenciée et de l'adaptation scolaire bénéficient à tous les élèves : enfants porteurs d'autres formes de handicap que l'autisme, enfants en difficultés, mais aussi enfants ordinaires bien adaptés à l'école enrichi par le contact de la diversité humaine : l'inclusion est un bénéfice pour tous.»...

<< Sommaire
enfantsautistesbienvenuealecole

Haute Autorite de Sante - Appel a experts pour la constitution d'un groupe de travail portant sur « l'accueil et la prise en charge des personnes en situation de handicap en etablissement de sante » 19/07/2016

«Clôture de l'appel à candidatures : le 05 aout 2016. Mission et composition du groupe de travail Dans le cadre de ses missions d'amélioration de la qualité des soins, la HAS souhaite élaborer un guide sur l'accueil et la prise en charge des personnes en situation de handicap en établissement de santé. La finalité est d'améliorer la qualité de l'accueil et de la prise en charge. Les personnes en situation de handicap font face à des difficultés d'accès aux soins (curatifs et préventifs), de respect de leurs droits en tant que patient hospitalisé, de prise en charge personnalisée adaptée à leurs besoins. Ces difficultés sont rencontrées aussi par l'entourage et par le personnel soignant pour appréhender le handicap et adapter leur pratique. Le groupe de travail, composé de professionnels de terrain, d'experts, et de représentants d'usagers a pour mission de produire ce guide d'amélioration des pratiques professionnelles. Il pourra être décliné selon une approche parcours (de l'entrée du patient dans l'établissement de santé jusqu'à sa sortie). Le groupe de travail comprendra 15 à 20 personnes environ. Une consultation de parties prenantes sera effectuée en amont et en aval du groupe de travail. Période de travail Le groupe de travail se réunira dans les locaux de la Haute Autorité de Santé sur convocation. 2 réunions du groupe de travail seront réalisées. Les réunions seront fixées le 28 septembre 2016 (10h-17h) et le 25 novembre 2016. Compétences recherchées La HAS recherche principalement des professionnels exerçant en établissement de santé public ou privé étant particulièrement investis dans ce domaine. Les candidats doivent faire part de leur intérêt pour le thème de ce guide et de leurs connaissances et pratiques auprès de cette population de patients.»...

<< Sommaire
has-sante

Haute Autorite de Sante - Appel a experts pour la constitution d'un groupe de travail portant sur « L'organisation de la filiere de diagnostic et de prise en charge precoce des enfants atteints de troubles specifiques du langage et des apprentissages » 19/07/2016

«Mission et composition du groupe de travail Le service Evaluation de la pertinence des soins et amélioration des pratiques et des parcours constitue un groupe de travail pour l'élaboration de fiches parcours portant sur : L'organisation de la filière de diagnostic et de prise en charge précoce des enfants atteints de troubles spécifiques du langage et des apprentissages (« troubles dys ») La méthode d'élaboration de ces outils destinés aux professionnels intervenant auprès de patients atteints de troubles dys reposera sur les modalités suivantes : analyse de la littérature scientifique, prise en compte des publications HAS et rédaction d'une note méthodologique et de synthèse documentaire. La mission des membres du groupe de travail, composé d'une vingtaine d'experts environ, sera de participer au travail d'élaboration des outils. Période de travail Le groupe de travail se réunira 2 fois dans les locaux de la HAS sur convocation les jeudis 13 octobre et 10 novembre 2016 de 9 h 30 à 17 h. Compétences recherchées La HAS recherche donc des professionnels ayant une expérience de l'accompagnement/prise en charge des patients atteints de troubles dys : Représentants d'associations de patients Médecins généralistes Pédiatres de ville Pédiatres hospitaliers Pédiatres de PMI Médecins scolaires Psychologues scolaires Neuropédiatres Pédopsychiatres Orthophonistes Psychomotricien Ergothérapeutes Orthoptistes Psychologues cliniciens Neuropsychologues Professionnels exerçant au sein de réseaux de santé « troubles dys » Médecins exerçant en CMP ou en CMPP Pilotes ARS Formateurs d'enseignants autour des troubles dys Les candidats doivent faire part de leur intérêt pour ces travaux. Indépendance et déclaration d'intérêts Afin de garantir l'indépendance des travaux, les experts qui collaborent aux travaux de la HAS ne peuvent traiter une question dans laquelle ils auraient un lien direct ou indirect avec les entreprises ou établissements dont les produits (tests biologiques, médicaments ou dispositifs médicaux) entrent dans le champ de compétence de la HAS, ainsi qu'avec les sociétés ou organismes de conseil intervenant dans ces secteurs. Les candidats doivent donc remplir en ligne une déclaration d'intérêts mentionnant leurs liens directs ou indirects tels qu'indiqués au paragraphe ci-dessus. Si le candidat est retenu pour participer au groupe de travail, sa déclaration d'intérêts sera publiée, à l'exception des données personnelles, sur le site internet de la HAS avant la première réunion du groupe de travail.»...

<< Sommaire
has-sante

Haute Autorite de Sante - Appel a experts pour la constitution d'un groupe de travail portant sur « L'organisation de la filiere de diagnostic et de prise en charge precoce des enfants atteints de troubles specifiques du langage et des apprentissages » 18/07/2016

«Mission et composition du groupe de travail Le service Evaluation de la pertinence des soins et amélioration des pratiques et des parcours constitue un groupe de travail pour l'élaboration de fiches parcours portant sur : L'organisation de la filière de diagnostic et de prise en charge précoce des enfants atteints de troubles spécifiques du langage et des apprentissages (« troubles dys ») La méthode d'élaboration de ces outils destinés aux professionnels intervenant auprès de patients atteints de troubles dys reposera sur les modalités suivantes : analyse de la littérature scientifique, prise en compte des publications HAS et rédaction d'une note méthodologique et de synthèse documentaire. La mission des membres du groupe de travail, composé d'une vingtaine d'experts environ, sera de participer au travail d'élaboration des outils. Période de travail Le groupe de travail se réunira 2 fois dans les locaux de la HAS sur convocation les jeudis 13 octobre et 10 novembre 2016 de 9 h 30 à 17 h. Compétences recherchées La HAS recherche donc des professionnels ayant une expérience de l'accompagnement/prise en charge des patients atteints de troubles dys : Représentants d'associations de patients Médecins généralistes Pédiatres de ville Pédiatres hospitaliers Pédiatres de PMI Médecins scolaires Psychologues scolaires Neuropédiatres Pédopsychiatres Orthophonistes Psychomotricien Ergothérapeutes Orthoptistes Psychologues cliniciens Neuropsychologues Professionnels exerçant au sein de réseaux de santé « troubles dys » Médecins exerçant en CMP ou en CMPP Pilotes ARS Formateurs d'enseignants autour des troubles dys Les candidats doivent faire part de leur intérêt pour ces travaux. Indépendance et déclaration d'intérêts Afin de garantir l'indépendance des travaux, les experts qui collaborent aux travaux de la HAS ne peuvent traiter une question dans laquelle ils auraient un lien direct ou indirect avec les entreprises ou établissements dont les produits (tests biologiques, médicaments ou dispositifs médicaux) entrent dans le champ de compétence de la HAS, ainsi qu'avec les sociétés ou organismes de conseil intervenant dans ces secteurs. Les candidats doivent donc remplir en ligne une déclaration d'intérêts mentionnant leurs liens directs ou indirects tels qu'indiqués au paragraphe ci-dessus. Si le candidat est retenu pour participer au groupe de travail, sa déclaration d'intérêts sera publiée, à l'exception des données personnelles, sur le site internet de la HAS avant la première réunion du groupe de travail.»...

<< Sommaire
has-sante

Adult men with autism participate in one-of-a-kind study 18/07/2016

«LOS ANGELES (KABC) -- Forty autistic men, including Jason Bunn-Parsons, are participating in a longitudinal study on autism and aging. Bunn-Parsons goes to Barrow Neurological Institute (BNI) in Phoenix every two years. Researchers run MRI tests to track changes in his brain. "It definitely is interesting to see what role my autism may or may not play in the aging process. Would it accelerate it? Would it actually slow it down?" Bunn-Parsons said. This study was launched by researchers at BNI and the Southwest Autism Research and Resource Center (SARRC). "There are subtle differences between typically developing individuals and subtle differences across age groups that will turn around and inform what we need to do by way of treatment to help individuals live more independently for longer periods of time," SAARC vice president and research director Christopher Smith said. The MRI results have already revealed differences in areas of the brain controlling memory, attention span and the ability to organize and stay on task, according to BNI clinical neuropsychologist Leslie Baxter. "They're not having problems that would cause them to be unable to function in their environment, but they may over time need a little bit more help to stay independent," Baxter said. Researchers plan on continuing the study indefinitely. They are accepting participants that are ages 18-25 and 40 to 60 who are able to return to the BNI every two years.»...

<< Sommaire
abc7

Music application alleviates short-term memory impairments through increasing cell proliferation in the hippocampus of valproic acid-induced autist... - PubMed - NCBI 18/07/2016

«Abstract Autism is a neurodevelopmental disorder and this disorder shows impairment in reciprocal social interactions, deficits in communication, and restrictive and repetitive patterns of behaviors and interests. The effect of music on short-term memory in the view of cell proliferation in the hippocampus was evaluated using valproic acid-induced autistic rat pups. Animal model of autism was made by subcutaneous injection of 400-mg/kg valproic acid into the rat pups on the postnatal day 14. The rat pups in the music-applied groups were exposed to the 65-dB comfortable classic music for 1 hr once a day, starting postnatal day 15 and continued until postnatal day 28. In the present results, short-term memory was deteriorated by autism induction. The numbers of 5-bromo-2'-deoxyridine (BrdU)-positive, Ki-67-positive, and doublecortin (DCX)-positive cells in the hippocampal dentate gyrus were decreased by autism induction. Brain-derived neurotrophic factor (BDNF) and tyrosine kinase B (TrkB) expressions in the hippocampus were also suppressed in the autistic rat pups. Music application alleviated short-term memory deficits with enhancing the numbers of BrdU-positive, Ki-67-positive, and DCX-positive cells in the autistic rat pups. Music application also enhanced BDNF and TrkB expressions in the autistic rat pups. The present study show that application of music enhanced hippocampal cell proliferation and alleviated short-term memory impairment through stimulating BDNF-TrkB signaling in the autistic rat pups. Music can be suggested as the therapeutic strategy to overcome the autism-induced memory deficits»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Measuring neural excitation and inhibition in autism: different approaches, different findings and different interpretations. - PubMed - NCBI 18/07/2016

«Abstract The balance of neural excitation and inhibition (E/I balance) is often hypothesised to be altered in autism spectrum disorder (ASD). One widely held view is that excitation levels are elevated relative to inhibition in ASD. Understanding whether, and how, E/I balance may be altered in ASD is important given the recent interest in trialling pharmacological interventions for ASD which target inhibitory neurotransmitter function. Here we provide a critical review of evidence for E/I balance in ASD. We conclude that data from a number of domains provides support for alteration in excitation and inhibitory neurotransmission in ASD, but when considered collectively, the available literature provide little evidence to support claims for either a net increase in excitation or a net increase in inhibition. Strengths and limitations of available techniques are considered, and directions for future research discussed.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Does the Immune System Have a Role in Battling Autism? - Scientific American 18/07/2016

«The researchers found that without interferon gamma, signals in a brain region called the prefrontal cortex (pictured) run rampant, and mice tend to be asocial. Credit: BodyParts3D via Wikimedia Commons Molecules that protect the body from infection may be needed for mice to socialize with their peers, according to a study published today in Nature. This double duty could help safeguard the health of animals that live in close quarters. The findings bolster an emerging link between the immune system and conditions such as autism, says lead researcher Jonathan Kipnis, professor of neuroscience at the University of Virginia in Charlottesville. "Whether we like it or not, there is a piling up of evidence that the immune system has a major impact on brain function: The brain is not isolated from the rest of the body," he says. The study pinpoints an immune molecule called interferon gamma as the key to this link. This molecule primes cells to attack intruders, and is ramped up during infections. The researchers found that without interferon gamma, signals in a brain region called the prefrontal cortex run rampant, and mice tend to be asocial. The prefrontal cortex is involved in social behavior, and is thought to be overactive in some people with autism. "We show that an immune molecule directly controls brain circuits through neurons," Kipnis says. The researchers presented preliminary results last year at the Society for Neuroscience annual meeting in Chicago. "[The results] suggest that the immune system and the central nervous system are extremely intertwined, and the function of both systems is critical for neuronal brain function," says Carlos Pardo-Villamizar, associate professor of neurology and pathology at Johns Hopkins University in Baltimore, Maryland. Pardo-Villamizar was not involved in the study.»
[...]
«The findings may explain the observation that some children with autism seem to become more sociable when they have a fever, Kipnis says. Elevated levels of molecules such as interferon gamma accompany fevers. Kipnis says understanding the immune link to social behavior might help scientists find drugs that treat autism. Clinicians might be able to administer the treatment in the cerebrospinal fluid, he says, rather than via the brain. »...

<< Sommaire
scientificamerican

CMPP ou psychologue liberal ? Recours devant la CDAPH | Le Club de Mediapart 17/07/2016

«Les usagers commencent par utiliser les structures du secteur public. C'est leur carence manifeste qui les conduit à trouver ailleurs des solutions. Il est nécessaire d'en assurer correctement le financement, par équité : ce qui ne va pas sans mal. Exemple d'un recours nécessaire - et réussi. Les parents d'E** contestent devant la CDAPH (commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées) le rejet de leurs dépenses de soins pour un psychologue en libéral pour le calcul de leurs droits au complément d'AEEH (allocation d'éducation de l'enfant handicapé). Ci-dessous, leur lettre de recours gracieux, puis leur intervention à la réunion de la commission. Suivies de la position de la CNSA.»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Disability-inclusive policies 15/07/2016


«The Special Rapporteur on the rights of persons with disabilities, Ms. Catalina Devandas-Aguilar, is currently preparing a study, to be presented at the 71st session of the General Assembly (October 2016), on disability-inclusive policies. The Special Rapporteur welcomes inputs, in accessible formats (Word), in English, French or Spanish, from Member States, international and regional organizations, UN agencies, funds and programmes, organizations of and for persons with disabilities, civil society, national human rights institutions and other national independent mechanisms designated or established to monitor the implementation of the Convention on the Rights of Persons with Disabilities, disability or equality Ombudspersons, scholars, research institutions and policy think tanks, private sector businesses and networks, community movements, and private individuals, to provide information on disability-inclusive policies". Submissions should be sent by e-mail to the address sr.disability@ohchr.org no later than 18 May 2016. Concise responses are encouraged, inclusive of relevant attachments where available. Kindly indicate if you have any objections with regard to your reply being posted on this website. New: replies received. Only official responses in accessible word format have been posted Specific information request (click to download the questionnaire in word format) in English | French | Spanish and in International Sign.»...

<< Sommaire
ohchr

Salivary cortisol and behavioral response to social evaluative threat in adolescents with autism spectrum disorder - Edmiston - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library 15/07/2016

«Autism Spectrum Disorder (ASD) is a neurodevelopmental disorder characterized by deficits in social behavior. One possible explanation for social communication deficits in ASD could be differences in biological systems that support responses to environmental stimuli. If so, it is unclear if differences in the arousal response to social stimuli in ASD are due to reduced interest in social information, or to an increased stress response. The hypothalamic pituitary adrenal axis facilitates arousal and the stress response to sensory input, including social stimuli. Previous research shows blunted cortisol response to social evaluative threat in children with ASD. The majority of prior work has focused on children with ASD, but adolescents with ASD are understudied. The adolescent period is of interest, as this developmental epoch is associated with increased salience of social evaluative threat in typically developing (TD) populations. In this study, we employed the Trier Social Stress Test (TSST), a laboratory paradigm that involves exposure to social evaluative threat, to study the cortisol and behavioral response to social evaluative threat in ASD and TD adolescents. Salivary cortisol data were collected at six time points before and after the TSST. Behavioral data were collected using video recordings of the TSST, which were then operationalized and coded. Paired sample t-tests were used to calculate within-group cortisol response to the TSST. Cortisol significantly increased in response to the TSST in the TD group but not the ASD group. The TD group showed a trend for more self-soothing behaviors during the stressor than the ASD group. The lack of a cortisol response to the TSST in the ASD group suggests that the TSST is not interpreted as stressful or salient for ASD adolescents»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

A Meta-Analytic Review of the Efficacy of Physical Exercise Interventions on Cognition in Individuals with Autism Spectrum Disorder and ADHD. - PubMed - NCBI 15/07/2016

«Abstract This review evaluates the efficacy of using physical exercise interventions on improving cognitive functions in individuals with autism spectrum disorder (ASD) and/or attention deficit hyperactivity disorder (ADHD). This review includes a meta-analysis based on a random-effects model of data reported in 22 studies with 579 participants aged 3-25 year old. The results revealed an overall small to medium effect of exercise on cognition, supporting the efficacy of exercise interventions in enhancing certain aspects of cognitive performance in individuals with ASD and/or ADHD. Specifically, similar to the general population literature, the cognitive benefits of exercise are not consistent across all aspects of cognitive functions (i.e., some areas are not improved). The clinical significance of the reported effect sizes is also considered.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Comorbid Analysis of Genes Associated with Autism Spectrum Disorders Reveals Differential Evolutionary Constraints. - PubMed - NCBI 15/07/2016

«Abstract The burden of comorbidity in Autism Spectrum Disorder (ASD) is substantial. The symptoms of autism overlap with many other human conditions, reflecting common molecular pathologies suggesting that cross-disorder analysis will help prioritize autism gene candidates. Genes in the intersection between autism and related conditions may represent nonspecific indicators of dysregulation while genes unique to autism may play a more causal role. Thorough literature review allowed us to extract 125 ICD-9 codes comorbid to ASD that we mapped to 30 specific human disorders. In the present work, we performed an automated extraction of genes associated with ASD and its comorbid disorders, and found 1031 genes involved in ASD, among which 262 are involved in ASD only, with the remaining 779 involved in ASD and at least one comorbid disorder. A pathway analysis revealed 13 pathways not involved in any other comorbid disorders and therefore unique to ASD, all associated with basal cellular functions. These pathways differ from the pathways associated with both ASD and its comorbid conditions, with the latter being more specific to neural function. To determine whether the sequence of these genes have been subjected to differential evolutionary constraints, we studied long term constraints by looking into Genomic Evolutionary Rate Profiling, and showed that genes involved in several comorbid disorders seem to have undergone more purifying selection than the genes involved in ASD only. This result was corroborated by a higher dN/dS ratio for genes unique to ASD as compare to those that are shared between ASD and its comorbid disorders. Short-term evolutionary constraints showed the same trend as the pN/pS ratio indicates that genes unique to ASD were under significantly less evolutionary constraint than the genes associated with all other disorders.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Opening New Worlds for Those with Autism: Technology Is Creating Great New Possibilities for Those on Every Part of the Spectrum. - PubMed - NCBI 15/07/2016

«Abstract In April 2016, in honor of Autism Acceptance Month, Apple released a video that quickly went viral, racking up more than 4 million views in its first few days (As a nonverbal person, until he learned to use the device, he had no way of showing people that he was aware, thoughtful, paying attention, and eager to communicate. He just didn't have the necessary control over his body?s vocal apparatus to let people know he was really there. Suddenly, this little piece of 21st-century technology gave him that ability. For him, the technology has been literally life-changing.»...

Source: http://www.ncbi.nlm.nih.gov | Source Status

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Sleep and Mental Disorders: A Meta-Analysis of Polysomnographic Research. - PubMed - NCBI 15/07/2016

«Abstract Investigating sleep in mental disorders has the potential to reveal both disorder-specific and transdiagnostic psychophysiological mechanisms. This meta-analysis aimed at determining the polysomnographic (PSG) characteristics of several mental disorders. Relevant studies were searched through standard strategies. Controlled PSG studies evaluating sleep in affective, anxiety, eating, pervasive developmental, borderline and antisocial personality disorders, attention-deficit-hyperactivity disorder (ADHD), and schizophrenia were included. PSG variables of sleep continuity, depth, and architecture, as well as rapid-eye movement (REM) sleep were considered. Calculations were performed with the "Comprehensive Meta-Analysis" and "R" software. Using random effects modeling, for each disorder and each variable, a separate meta-analysis was conducted if at least 3 studies were available for calculation of effect sizes as standardized means (Hedges' g). Sources of variability, that is, sex, age, and mental disorders comorbidity, were evaluated in subgroup analyses. Sleep alterations were evidenced in all disorders, with the exception of ADHD and seasonal affective disorders. Sleep continuity problems were observed in most mental disorders. Sleep depth and REM pressure alterations were associated with affective, anxiety, autism and schizophrenia disorders. Comorbidity was associated with enhanced REM sleep pressure and more inhibition of sleep depth. No sleep parameter was exclusively altered in 1 condition; however, no 2 conditions shared the same PSG profile. Sleep continuity disturbances imply a transdiagnostic imbalance in the arousal system likely representing a basic dimension of mental health. Sleep depth and REM variables might play a key role in psychiatric comorbidity processes. Constellations of sleep alterations may define distinct disorders better than alterations in 1 single variable. (PsycINFO Database Record»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Researches create mini-brain model of idiopathic ASD characterized by early neuronal overgrowth 15/07/2016

«The vast majority of cases of autism spectrum disorder (ASD) are idiopathic - the cause is unknown. In a paper published this month in the journal Molecular Psychiatry, researchers at the University of California San Diego School of Medicine, with colleagues across the nation and world, have created a "mini-brain" model, derived from persons with a particular form of idiopathic ASD characterized by over-sized brains, revealing a defective molecular pathway during brain development that results in early neuronal overgrowth and dysfunctional cortical networks. "The bottom line is that we can now effectively model idiopathic ASD using a cohort of individuals selected by a clear endophenotype. In this case, brain volume," said senior author Alysson R. Muotri, PhD, associate professor in the UC San Diego School of Medicine departments of Pediatrics and Cellular and Molecular Medicine. "And early developmental brain enlargement can be explained by underlying molecular and cellular pathway dysregulation, leading to altered neuronal cortical networks." The characteristics and causes of ASD are diverse and not entirely known - facts that have made it difficult to fully uncover relevant genetic, pathologic and cellular factors that might be broadly shared. One distinct pathophysiology or disordered process is the occurrence of macrencephaly in some children with ASD, which is characterized by early neuronal overgrowth and abnormally enlarged brains. Macrencephaly occurs in the first three years of life and precedes the first clinical signs of ASD. Approximately 20 percent of ASD individuals have macrencephaly. The researchers reasoned that ASD individuals with macrencephaly likely shared an underlying molecular and cellular pathology. They created neural progenitor cells programmed from induced pluripotent stem cells derived from children with ASD. Related Stories Researchers discover new biological pathway involved in Alzheimer's disease Novel approach provides insight into how the brain listens to the stomach during eating Leukemia drug increases brain dopamine, lowers toxic proteins linked to Parkinson's or dementia "By genome sequencing, we realized that some, but not all, carried clear mutations in the Wnt pathway, which is a molecular pathway previously implicated in cancer," said Muotri. "Defects on cell cycle control were also obvious from gene expression on these cells. As a consequence, neural progenitor cells derived from these kids proliferate faster than controls, explaining the big brain phenotype." Next, the researchers differentiated the progenitor cells into networks of cortical neurons, the primary functional cell type of the brain's cortex (gray matter). "We showed that ASD networks fail to produce inhibitory neurons and found that several receptors and neurotransmitters related to GABA (an amino acid that acts as a neurotransmitter) are misregulated on these neurons. We also showed that the number of excitatory synapses is reduced, leading to functional defects when we analyzed the maturation of neuronal networks over time. Basically, we detected a lack of burst synchronization (when multiple neurons fire simultaneously). Finally, the research team tested a drug already in clinical trials (IGF-1) on a cohort of study participants, finding that it provoked a reversal of neural alterations, though the degree of response varied by ASD individual. Muotri said the findings show it is possible to more effectively stratify ASD individuals for clinical trials by identifying persons who are likely to be more responsive to specific therapies using their "mini-brains" in a dish.»...

<< Sommaire
news-medical

Monkey genes shed light on brain mysteries 15/07/2016

«A project led by Seattle's Allen Institute for Brain Science has mapped out how genes get fired up in key areas of a rhesus monkey's brain as it develops - and the results could help researchers unlock the mysteries surrounding autism, microcephaly, schizophrenia and other neurological conditions. The gene expression map, laid out today in research published by the journal Nature, shows that rhesus macaque monkeys are much better models than the usual mice for humans when it comes to brain development. It also confirms the view that different neurological disorders follow dramatically different genetic pathways. "The sets of genes that turn on early, and the sets of genes that turn on in the adult, shift dramatically," Allen Institute neuroscientist Ed Lein, the study's senior author, told GeekWire. The gene map follows up on earlier work that Lein and his colleagues have done with mice, to track how the brain develops from its fetal stage to adulthood. The Allen Institute has done similar work with adult human brains and fetal brains as well.»...

<< Sommaire
geekwire

Aspects of Sexuality in Adolescents and Adults Diagnosed with Autism Spectrum Disorders in Childhood - Online First - Springer 15/07/2016

«Abstract The literature concerning sexuality in autism spectrum disorders (ASDs) is limited regarding inappropriate sexual behaviours and paraphilias and its relation to age, verbal ability, symptom severity, intellectual ability, or adaptive functioning. A cohort of 184 adolescents and young adults (ages 15-39 years) with ASD diagnosed in childhood, including both low and high functioning individuals, was examined. The large majority were found to have a sexual interest and showed interest towards the opposite sex. Inappropriate sexual behaviours and paraphilias were reported for about a fourth of the individuals. No relationships were found between inappropriate sexual behaviours and any of the background variables listed above. However, associations were found between paraphilias and ASD symptom severity, intellectual ability, and adaptive functioning.»...

<< Sommaire
link.springer

Correze : la fillette rejetee et cachee dans une voiture est devenue autiste - 13/07/2016 15/07/2016

«Trois ans après la découverte de Serena dans le coffre d'une voiture, la petite corrézienne de 18 mois est devenue autiste. L'avocate de l'association «Innocence en danger» a donc réclamé une requalification des faits pour les parents jusqu'à lors mis en examen pour violences habituelles sur mineur. Son calvaire l'a-t-elle rendue autiste ? Serena, fillette cachée depuis sa naissance par ses parents, avait été retrouvée en octobre 2013 dans le coffre d'une voiture. agée d'à peine 18 mois, la petite fille avait été découverte dans le plus grand délabrement, nue, déshydratée et en carence manifeste de soins. Cette affaire avait suscité une vive émotion en France et soulevé de nombreuses questions sur cette dissimulation exceptionnelle. PUBLICITE inRead invented by Teads Sa mère, Rose, mariée et élevant normalement trois autres enfants, avait expliqué peu après, lors d'un entretien télévisé, comment elle avait donné naissance, seule, chez elle, le 24 novembre 2011 à l'aube, à la fillette. Elle assurait n'avoir pu parler de cette naissance, qu'elle avait gardée secrète, y compris aux yeux de son mari. «C'est un bébé qui a vécu dans ma maison, dans une pièce où personne n'allait», avait-elle confié. «Pour moi, je ne l'ai jamais maltraitée. Je ne pouvais pas m'en occuper comme je me suis occupée de mes trois premiers enfants, mais j'ai essayé de la maintenir en vie». Son avocate avait rapidement évoqué la thèse d'un déni de grossesse. L'infirmité de la fillette, un facteur aggravant Les deux parents avaient été mis en examen pour privation de soins par ascendants, violence habituelle sur mineur et dissimulation. Autant de délits passibles de plus de dix ans de prison. Mais un rapport d'expertise, cité hier par le parquet de Brive, change la donne. Il révèle que Serena souffre aujourd'hui d'autisme. Un mal qui serait la conséquence des privations qu'elle a subies. Les faits reprochés aux parents de l'enfant sont donc désormais plus graves. «Le père et la mère pourraient comparaitre devant une cour d'assises», indique Laurent Czernik, procureur de la République de Brive. Pour les experts, Serena souffrira d'une «incapacité permanente qui sera certainement importante», mais encore impossible à évaluer définitivement. Les séquelles résulteraient de la maltraitance psychologique et émotionnelle que Serena a subi, même s'il n'y a pas eu directement de violences physiques. Les faits reprochés aux parents de la fillette peuvent donc désormais être qualifiés de «violences habituelles sur mineure de 15 ans ayant entrainé une infirmité permanente ». Des faits passibles de 20 ans de réclusion criminelle. Un syndrome «irréversible» Lorsqu'ils ont examiné Serena, les experts ont relevé que «la sphère de la communication et notamment de la communication verbale était gravement altérée. Le langage comportait des sons sommaires qui n'étaient pas adressés à autrui sauf, à des moments privilégiés, à son assistante maternelle», précise le procureur de Brive.»...

<< Sommaire
ladepeche

Affaire Serena : ''La maltraitance ne provoque pas d'autisme'' 15/07/2016

«Affaire Serena : "La maltraitance ne provoque pas d'autisme" par Mathilde Ledieu avec Audrey Vaugrente ENTRETIEN - Maltraiter un enfant ne peut pas provoquer de syndrome autistique, selon le président de Vaincre l'autisme. Il critique l'expertise livrée sur la petite Serena. Affaire Serena : Dubova/epictura Publié le 13.07.2016 à 20h25 A A Mots-clés : autisme association experts L'isolement et la maltraitance peuvent-ils réellement provoquer l'autisme ? Dans l'affaire de la petite Serena, la justice a tranché et confirme le diagnostic d'autisme. La petite fille a été retrouvée en 2013 dans le coffre d'une voiture confiée pour réparation à un garagiste. L'enfant de 2 ans est nue, sale, déshydratée. L'enquête révèle plus tard un manque de soins : Serena a été maintenue recluse, dans une pièce plongée dans l'obscurité où personne n'entre. Aucun contact avec l'extérieur et les personnes environnantes. L'expertise rendue publique ce 12 juillet conclut à une maltraitance et confirme un syndrome autistique « vraisemblablement irréversible ». Le développement de Serena est retardé, son langage se résume à des sons inarticulés, elle ne regarde pas les gens dans les yeux. Les parents encourent 20 ans de prison car les experts font un lien entre l'isolement, la privation sensorielle et son syndrome autistique. Une conclusion erronée pour M'Hammed Sajidi, président de l'association Vaincre l'autisme. Que pensez-vous de cette expertise ? M'Hammed Sajidi : Nous sommes très choqués d'entendre que la maltraitance de ces parents a provoqué l'autisme chez un enfant. L'autisme est une maladie neurologique qui affecte le fonctionnement du cerveau, le système immunitaire et biologique, et surtout la capacité de reconnaissance des expressions et des codes sociaux et affectifs. Il y a une hypersensibilité émotionnelle et l'ensemble génère des troubles du comportement. Comment expliquez-vous cette erreur ? M'Hammed Sajidi : Cette maladie a toujours été considérée comme un trouble psychiatrique ou psychologique liée aux relations mère-enfant. Nous savons que cette donnée provient de la psychiatrie psychanalytique, qui a toujours accusé les parents. Cette actualité fait souffrir des parents en les accusant d'être déclencheurs de l'autisme de leur enfant.»...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Unravelling the mechanism of excess brain growth in autism 15/07/2016

«The brains of some people with autism spectrum disorder grow faster than usual early on in life, often before diagnosis. autism These cells show specific defects compared with those neurons derived from healthy people. CREDIT: Salk Institute A new study has employed a cutting-edge stem cell technique to unravel the mechanisms driving this mysterious phenomenon. The findings show that it is possible to use stem cell reprogramming technologies to model the earliest stages of complex disorders. It also shows the technique can be used to evaluate potential therapies. The team, co-led by Salk Institute scientists, found that stem cell-derived neurons made fewer connections in the dish. Furthermore, the scientists were able to restore communication between the cells by adding IGF-1. "This technology allows us to generate views of neuron development that have historically been intractable," says Rusty Gage. "We're excited by the possibility of using stem cell methods to unravel the biology of autism and to possibly screen for new drug treatments for this debilitating disorder." Rusty Gage is a professor in Salk's Laboratory of Genetics. In 2010, Gage and colleagues showed they could recreate features of Rett syndrome - a disorder that shares features of autism - in a petri dish. They did so by taking skin cells from patients. They then added chemicals that instructed those cells to form induced pluripotent stem cells (iPSCs). After that, they coaxed their new stem cells into neurons. "In that study, induced pluripotent stem cells gave us a window into the birth of a neuron that we would not otherwise have," says Carol Marchetto of Salk's Laboratory of Genetics. "Seeing features of Rett syndrome in a dish gave us the confidence to next study classical autism." Neuron precursor cells multiplied faster In the new study, Gage's team created stem cells from a subset of people with autism whose brains had grown up to 23 percent faster than usual. autism Neurons derived from people with autism spectrum disorder (bottom) form fewer inhibitory connections. This is shown in the red stain. Neurons derived from healthy individuals appear in the top panel. CREDIT: Salk Institute The neuron precursor cells derived from the patients multiplied faster than those of typically developing individuals. The finding supports a theory that brain enlargement is caused by disruptions to the cell's normal cycle of division. In addition, the stem cell-derived neurons of individuals with autism behaved abnormally. They burst with activity less often compared with those cells of healthy people. Those neurons' activity seemed to improve by adding IGF-1, which is known to enhance the connections between neurons. The group plans to use the patient cells to investigate the molecular mechanisms behind IGF-1's effects.»...

<< Sommaire
drugtargetreview

* Children with autism spectrum disorder have reduced otoacoustic emissions at the 1 kHz mid-frequency region - Bennetto - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library 15/07/2016

«Autism spectrum disorder (ASD) is a behaviorally diagnosed disorder of early onset characterized by impairment in social communication and restricted and repetitive behaviors. Some of the earliest signs of ASD involve auditory processing, and a recent study found that hearing thresholds in children with ASD in the mid-range frequencies were significantly related to receptive and expressive language measures. In addition, otoacoustic emissions have been used to detect reduced cochlear function in the presence of normal audiometric thresholds. We were interested then to know if otoacoustic emissions in children with normal audiometric thresholds would also reveal differences between children with ASD and typical developing (TD) controls in mid-frequency regions. Our objective was to specifically measure baseline afferent otoacoustic emissions (distortion-product otoacoustic emissions [DPOAEs]), transient-evoked otoacoustic emissions (TrOAEs), and efferent suppression, in 35 children with high-functioning ASD compared with 42 aged-matched TD controls. All participants were males 6-17 years old, with normal audiometry, and rigorously characterized via Autism Diagnostic Interview-Revised and Autism Diagnostic Observation Schedule. Children with ASD had greatly reduced DPOAE responses in the 1 kHz frequency range, yet had comparable DPOAE responses at 0.5 and 4-8 kHz regions. Furthermore, analysis of the spectral features of TrOAEs revealed significantly decreased emissions in ASD in similar frequencies. No significant differences were noted in DPOAE or TrOAE noise floors, middle ear muscle reflex activity, or efferent suppression between children with ASD and TD controls. In conclusion, attention to specific-frequency deficits using non-invasive measures of cochlear function may be important in auditory processing impairments found in ASD.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

New neurons reveal clues about an individual's autism 15/07/2016

«The brains of some people with autism spectrum disorder grow faster than usual early on in life, often before diagnosis. A new study co-led by Salk Institute scientists has employed a cutting-edge stem cell technique to unravel the mechanisms driving the mysterious phenomenon of excess brain growth, which affects as many as 30 percent of people with autism. The findings, published July 6, 2016 in the journal Molecular Psychiatry, show that it is possible to use stem cell reprogramming technologies developed in the past decade to model the earliest stages of complex disorders and to evaluate potential therapeutic drugs. Intriguingly, the Salk team found that stem cell-derived neurons made fewer connections in the dish compared to cells from healthy individuals. Furthermore, the scientists were able to restore communication between the cells by adding IGF-1, a drug currently being evaluated in clinical trials of autism. "This technology allows us to generate views of neuron development that have historically been intractable," says senior investigator Rusty Gage, a professor in Salk's Laboratory of Genetics and holder of the Vi and John Adler Chair for Research on Age-Related Neurodegenerative Diseases. "We're excited by the possibility of using stem cell methods to unravel the biology of autism and to possibly screen for new drug treatments for this debilitating disorder."»...

<< Sommaire
scienceblog

People with Autism Can Read Emotions, Feel Empathy - Scientific American 13/07/2016

«There is a persistent stereotype that people with autism are individuals who lack empathy and cannot understand emotion. It's true that many people with autism don't show emotion in ways that people without the condition would recognize. But the notion that people with autism generally lack empathy and cannot recognize feelings is wrong. Holding such a view can distort our perception of these individuals and possibly delay effective treatments. We became skeptical of this notion several years ago. In the course of our studies of social and emotional skills, some of our research volunteers with autism and their families mentioned to us that people with autism do display empathy. Many of these individuals said they experience typical, or even excessive, empathy at times. One of our volunteers, for example, described in detail his intense empathic reaction to his sister's distress at a family funeral. Yet some of our volunteers with autism agreed that emotions and empathy are difficult for them. We were not willing to brush off this discrepancy with the ever-ready explanation that people with autism differ from one another. We wanted to explain the difference, rather than just recognize it. So we looked into the overlap between autism and alexithymia, a condition defined by a difficulty understanding and identifying one's own emotions. People with high levels of alexithymia (which we assess with questionnaires) might suspect they are experiencing an emotion, but are unsure which emotion it is. They could be sad, angry, anxious or maybe just overheated. About 10 percent of the population at large ...” and about 50 percent of people with autism ...” has alexithymia.»...

<< Sommaire
scientificamerican

Decision TA Rennes AVS Periscolaire 11/07/2016

«1. Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que le 23 juillet 2015, la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) d'Ille...‘et-Vilaine a accordé à l'enfant S , scolarisée depuis le mois de septembre 2015 à l'école Jacques Prévert de Bruz, une aide individuelle par une auxiliaire de vie scolaire (AVS) du 1er septembre 2015 au 31 juillet 2016 sur le temps scolaire et périscolaire en précisant qu'il fallait tenir compte de la fatigabilité de l'enfant ; qu'en exécution de cette décision, le recteur de l'académie de Rennes a recruté Mme B. pour assister et accompagner S tout le temps scolaire et pendant les pauses méridiennes ; que M. B n'étant pas satisfait des conditions de prise en charge de sa fille, il a notamment demandé au recteur de l'académie et ce en exécution de la décision de la CDAPH du 23 juillet 2015, que l'auxiliaire de vie scolaire assiste également S pendant les temps de garderie, le matin entre 8h et 8h30 et l'après-midi entre 16h30 et 18h30, et pendant le temps d'activités périscolaires, ces dernières étant regroupées, à Bruz, le jeudi après-midi ; que, le 11 janvier 2016, le directeur académique des services de l'éducation nationale lui a indiqué que les temps d'activités périscolaires étant un service public facultatif mis en place par les communes, il incombait à la mairie de Bruz d'organiser la prise en charge de S au cours de ces périodes, à l'exception toutefois des pauses méridiennes, lesquelles sont financièrement prises en charge par les services de l'éducation nationale, dès lors qu'elles font un lien entre deux périodes scolaires ; que la requête de M. B doit être regardée comme tendant à titre principal à l'annulation pour excès de pouvoir de cette décision ; qu'en effet, si le requérant semble contester également, dans son mémoire introductif d'instance, une décision portant « refus d'apporter l'aide individualisée dont [sa] fille a besoin durant la récréation », l'existence d'une telle décision, contredite par l'administration en défense, n'est pas démontrée par le requérant ni ne ressort des pièces du dossier, et M. B , qui ne formule d'ailleurs dans ses écritures ultérieures aucune demande expresse d'annulation d'une telle décision, a abandonné dans son mémoire enregistré le 14 avril 2016 ses conclusions tendant à ce qu'il soit enjoint à l'administration d'assurer que S soit aidée en cour de récréation ; Et qu'il incombe donc à l'État « de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour que le droit à l'éducation et l'obligation scolaire aient, pour les enfants handicapés, un caractère effectif ». Cette obligation implique la prise en charge par l'État « des mesures propres à assurer l'accès de ces enfants aux activités périscolaires ».»
[...]
«Le juge administratif a considéré, au contraire, que « les missions d'assistants d'éducation affectés à l'accueil et à l'intégration scolaire des enfants handicapés s'étendent au-delà du seul temps scolaire ». Et qu'il incombe donc à l'État « de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour que le droit à l'éducation et l'obligation scolaire aient, pour les enfants handicapés, un caractère effectif ». Cette obligation implique la prise en charge par l'État « des mesures propres à assurer l'accès de ces enfants aux activités périscolaires ». Le tribunal a donné raison au père de famille en annulant la décision de l'inspecteur d'académie qui indiquait que la prise en charge de la fillette incombait à la mairie. »...

<< Sommaire
forum.asperansa

14 animateurs pour les accueils de loisirs -, Saint-Savin (86) - La Nouvelle Republique 11/07/2016

«La MJC de la Vigne-aux-Moines ne lésine pas en matière de pédagogie participative. Elle a réuni pendant une semaine l'ensemble des animateurs Auriane, Brieuc, Camille, Cécile, Charlotte, Dylan, Elodie, Laure, Laurent, Lou, Lucas, Lucia, Pierre et Thierry afin qu'ils préparent leurs animations et accordent leurs violons pour la qualité de l'accueil loisirs. Angeline explique « Leur travail a pris diverses formes: échanges créatifs (débats mouvants, théâtre forum, paroles boxées...¦), formations sur la communication bienveillante, le rôle de l'animateur, la Petite Enfance, l'Inclusion des enfants en situation de handicap, sans oublier un rappel de la législation et une sensibilisation aux risques professionnels...¦ Ce travail collectif produira, juste avant l'accueil des premiers enfants, une charte de l'animateur (ice) et la liste des projets pédagogiques spécifiques aux 2 accueils de loisirs. » Mercredi à l'école, un forum d'information a permis à tous les parents curieux de rencontrer les animateurs répartis à diverses tables, sur des thèmes précis, horaires, projet pédagogique, inclusion d'enfants autistes...¦ L'occasion aussi de compléter les dossiers d'inscription. Dylan, en co-direction avec Charlotte confie « c'est la première fois que j'ai cette chance d'une semaine complète de préparation en équipe. Pour la cohésion du groupe, c'est précieux. Moi ce qui m'a fait venir ici, c'est le projet Montessori. » La MJC remercie Elisabeth Lartigue, éducatrice de jeunes enfants PMI, Nadia Berthault et Sylvain Cariou, référent handicap dans la Vienne, Lydia Deforges assistante technique en Santé Travail, pour leur précieuse collaboration.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Autism, episodic memory, and moral exemplars - Philosophical Psychology | Taylor & Francis Online 10/07/2016

«Abstract This paper presents a challenge for exemplar theories of moral concepts. Some have proposed that we acquire moral concepts by way of exemplars of actions that are prohibited as well as of actions that are required, and we classify newly encountered actions based on their similarity to these exemplars. Judgments of (im)permissibility then follow from these exemplar-based classifications. However, if this were true, then we would expect that individuals who lacked, or were deficient in, the capacity to form or access exemplars of this kind would be similarly deficient in the ability to classify new actions according to them, and this relative inability would be manifested in the moral judgments made by such individuals. However, there is reason to suspect, I think, that a number of individuals who have been diagnosed with Autism Spectrum Disorder (ASD) actually have the deficiencies I have described here but are nevertheless fully able to make sound moral judgments. If this is so, then it must be the case that classifying actions as instances of a given moral concept and making judgments based on said classification does not rely solely on exemplars.»...

<< Sommaire
tandfonline

Age at diagnosis of autism spectrum disorders: is there an association | NDT 10/07/2016

«Background: The marked increase in autism spectrum disorders (ASD) prevalence has stimulated worldwide interest in exploring broader circumstances of care of autistic children, including the role of socioeconomic status (SES) and family information on autism. Methods: Our sample comprised of 160 children who participated in a diagnostic examination focused on autism, and their parents who completed a simple descriptive questionnaire focusing on the family situation as well as family self-education about autism. The diagnosis of ASD was confirmed in 120 children (75% of the sample; 94 boys, 26 girls) with mean age 6.2±2.7 years (median 5.3, range 2.2-17.2 years). In 71 autistic patients (59.2%), a diagnosis of mental retardation was also established. Results: The age at diagnosis of ASD correlated negatively with maternal (P=0.014) and paternal (P=0.002) ages at the time of birth of the ASD child as well as with paternal (P=0.002) and maternal (P=0.050) education. The age at diagnosis of ASD did not correlate with family SES. Mothers were significantly more active in seeking information on autism than fathers or both parents equally (80 vs 9 vs 28 cases, respectively; P<0.001). The mean number of information sources on autism was 3.5±1.8 with a range 0-9. The mean number of resources did not differ among the three SES groups (3.50 vs 3.49 vs 4.25, respectively; P=0.704). The mean number of sources did not correlate with the age at diagnosis of ASD. The most often used sources were the Internet (81.7%), followed by psychologists (48.3%), books (46.7%), and child and adolescent psychiatrists (43.3%). Conclusion: An earlier diagnosis of ASD is associated with higher parental age at birth and higher parental education but not with family SES or number of family information sources.»...

<< Sommaire
dovepress

Ecoliere handicapee. L'aide etendue au temps periscolaire 09/07/2016

«Le tribunal administratif de Rennes a jugé que l'aide iLe tribunal administratif de Rennes a jugé que l'aide individuelle apportée par les auxiliaires de vie scolaire aux écoliers handicapés concernait aussi, en plus des heures de classes, les temps d'activités périscolaires, annulant ainsi la décision du directeur académique d'Ille-et-Vilaine. Voici un an, la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées d'Ille-et-Vilaine (CDAPH) accordait à la petite Sara, écolière dans une commune de l'agglomération rennaise, une aide individuelle sur le temps scolaire. Mais aussi sur le temps périscolaire « en raison de la fatigabilité de l'enfant ».»
[...]
« Renvoi vers la commune Le rectorat a alors recruté une assistante de vie scolaire (AVS) pour accompagner la fillette « tout le temps scolaire et pendant les pauses méridiennes ». Le père de la petite a demandé que soit prise en compte la décision de la commission mais le directeur académique a répondu que les temps d'activités périscolaires (TAP) étant un service facultatif mis en place par les communes, il appartenait à la mairie du lieu d'organiser la prise en charge de Sara. Aussi a-t-il limité à 30,90 heures la durée de travail hebdomadaire de l'AVS. TAP oui... Cet effet imprévu de la réforme Peillon a conduit le père à saisir le tribunal administratif de Rennes, lequel a eu une tout autre lecture du Code de l'Éducation que celle à laquelle s'est livré le directeur académique. Le juge a en effet considéré que les missions des assistants d'éducation affectés à l'accueil et à l'intégration des enfants handicapés s'étendent au-delà du seul temps scolaire, et qu'« il incombe à l'État, au titre de sa mission d'organisation générale du service public de l'éducation... d'assurer l'accès de ces enfants aux activités périscolaires alors même qu'elles ne relèveraient pas de sa compétence », à conditions toutefois que la mesure soit « préconisée par la CDAPH », comme c'est le cas ici. »...

<< Sommaire
letelegramme

Le suicide d'Emilie, maman privee d'allocations, suscite l'indignation - La Voix du Nord 08/07/2016

«Dimanche, Emilie, 31 ans, maman de deux enfants, dont une petite fille trisomique, a mis fin à ses jours. Cette Armentiéroise se retrouvait avec pour seule ressource une allocation belge. Une situation ubuesque. Privée de RSA parce qu'elle touche une allocation belge Emilie a mis fin à ses jours Comment une femme de 31 ans, française et maman de deux enfants français, allocataire de la CAF, a-t-elle pu se retrouver avec pour seule ressource une allocation pour enfant handicapée belge ? C'est ce que nous avions tenté de comprendre quand Emilie Loridan avait sollicité La Voix du Nord en mai. Elle se retrouvait privée de ses allocations par la CAF du Nord au motif qu'elle percevait une allocation pour enfant handicapée par la Belgique. Le papa, dont elle est séparée, étant salarié et belge, et, d'après les explications de la CAF, « le droit belge étant de ce fait prioritaire ». Concrètement, cela faisait passer ses ressources de 1 125 euros d'allocations françaises à...¦ 398 euros. Dimanche, Emilie Loridan s'est pendue, à son domicile. La réaction de la CAF du Nord, laconique, est arrivée par mail : « Vous venez de nous apprendre le décès de Mme Loridan dans de tragiques circonstances. La CAF du Nord s'associe à la douleur de la famille. Son dossier a fait l'objet d'une régularisation conforme au droit commun. Pour des raisons de confidentialité, nous ne pouvons vous communiquer les éléments du dossier. » Le cas dramatique d'Emilie fera peut-être évoluer les prises en charge Mohamed Lounas, de la fédération nationale CGT des personnels des organismes sociaux, y voit un éclairage révélateur : « On apporte des réponses techniques mais on laisse des gens, dans des situations terribles. Votre article reflète les difficultés que rencontrent beaucoup de gens devenus invisibles. » Emilie avait pourtant sollicité la CAF d'Armentières, le Point d'accès au droit et le CCAS de la ville. Des aides lui ont été apportées sous forme d'une inscription à l'épicerie solidaire et de bons alimentaires en urgence. Mais sur le fond, la réponse de la CAF restait la même, et sa situation financière était devenue intenable, même si ce n'est évidemment pas la seule explication à son geste. Daniel Lenoir, directeur de la Caisse nationale des allocations familiales, exprime son émotion : « La CAF n'a fait hélas qu'appliquer la réglementation pour les couples transfrontaliers. Elle a essayé aussi de faire bénéficier Emilie de l'allocation de soutien familial. Mais, là aussi, la réglementation est complexe pour les transfrontaliers. » Il prône la mise en place de « dispositifs de médiation pour une application plus souple et plus personnalisée de la réglementation ». Le cas dramatique d'Emilie fera peut-être évoluer les prises en charge.»...

<< Sommaire
lavoixdunord

Genetic variants of MAOB affect serotonin level and specific behavioral attributes to increase autism spectrum disorder (ASD) susceptibility in males. - PubMed - NCBI 07/07/2016

«Abstract Serotonergic system participates in various developmental processes and modulation of behaviour. Autism Spectrum Disorder (ASD) is characterized by a range of behavioral symptoms scaling from mild to severe. Abnormal 5-HT synthesis and signalling, platelet hyperserotonemia and amelioration of repetitive behaviours by SSRI are some of the key findings, which reinforced the hypothesis that serotonergic genes might act as ASD susceptible genes. Therefore, genes encoding monoamine oxidases A/B (MAOA/MAOB) received special attention as these genes are located on the X-chromosome and the gene products are responsible for 5-HT degradation. In the present study, we conducted population-based association analysis of eight markers of MAOB with ASD in a study cohort of 203 cases and 236 controls form India and examined its effect on platelet 5-HT content and behaviour. Gender-specific changes were observed for the contrasting LD between pair of markers among cases and controls. Case-control analysis demonstrated over-distribution of major C allele of rs2283728 and rs2283727 in male and female ASD cases respectively. Haplotypic distribution and interaction among markers showed more robust effect in male cases. Interestingly, male ASD cases displayed higher platelet 5-HT content in comparison to the respective controls. Quantitative trait analysis revealed significant correlation of genetic variants and haplotypes of MAOB markers, rs1799836 and rs6324 with increased platelet 5-HT level and CARS scores for specific behavioral symptoms respectively in males. This study suggests that MAOB increases ASD risk in males, possibly through its sex-specific regulatory effect on 5-HT metabolism and behavior.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Mon fils autiste prive de piscine : une discrimination qui ne doit plus se reproduire - le Plus 06/07/2016

«LE PLUS. L'été dernier, Agnès Jamain a voulu inscrire son fils autiste de 9 ans à un stage de natation dans une piscine municipale. Elle a saisi le défenseur des droits après que cela lui ait été refusé. Ce dernier vient de rendre son verdict : cette décision "caractérise une discrimination au sens des articles 225-1 et 225-2 du code pénal". Elle témoigne. Le défenseur des droits, que nous avons saisi l'été dernier, car une piscine avait refusé un stage de natation à notre enfant autiste, vient de rendre ses conclusions : ce refus consiste bel et bien une discrimination basée sur son handicap. Nous espérons que cet avis, qu'il faut diffuser le plus largement possible, servira aux autres parents qui, comme nous, doivent se battre au quotidien pour leurs enfants. Une discrimination basée sur son handicap Mathieu, 9 ans, est un autiste non-verbal qui ne s'exprime que par la langue des signes et bientôt sa tablette numérique. Scolarisé en milieu ordinaire, il a suivi des cours de natation toute l'année dernière et cela s'est toujours très bien passé. Il est constamment accompagné d'une assistante de vie scolaire (AVS), et nous avons proposé que cette dernière participe également au stage d'un mois auquel nous avons voulu l'inscrire l'été dernier. Mais cette demande nous a été refusée au motif que la piscine n'acceptait pas la présence d'une tierce personne (intervenant ou parent). C'est inacceptable et discriminatoire : l'intervenant est justement là pour garantir la sécurité de notre enfant et son meilleur accompagnement. Quel autre motif pourrait justifier ce rejet, sachant que notre fils sait nager, si ce n'est une discrimination basée sur son handicap ? Mathieu progresse grâce aux autres enfants Suite à ce retour négatif, nous avons inscrit Mathieu dans une autre piscine qui l'a immédiatement accepté. Bilan, un an après : le stage de natation de notre fils s'est tellement bien passé que l'on a décidé de l'inscrire à cette piscine pour toute l'année (il y va tous les lundis). De plus, il refait un autre stage durant ce mois de juillet ! La preuve que nos enfants autistes ne doivent pas être exclus de la société. A la piscine, suivre les autres est ce qui fait avancer Mathieu. Il est parfaitement intégré dans le groupe. On s'est battu pour qu'il n'aille pas en Clis Ce constat s'applique bien sur également à la scolarité. Franco-italiens, nous avons vécu pendant longtemps à Reggio Emilia à côté de Parme, en Italie, où Mathieu bénéficiait d'une très bonne prise en charge dans une école inclusive. Lors de notre arrivée en France il y a trois ans, nous nous sommes retrouvés sans rien ou presque. Nous avons lutté pour qu'il n'aille pas en Clis (classe pour l'inclusion scolaire, réservée aux enfants en situation de handicap) et qu'il intègre un parcours ordinaire. Regrouper les personnes autistes entre elles ne les aide pas forcément, alors que les mettre en lien avec des neurotypiques les fait progresser. La preuve : Mathieu s'est très bien intégré à l'école et rentre en CM1 l'année prochaine. On espère qu'il pourra continuer sa scolarité en milieu ordinaire. Nous espérons aider les autres familles Nos enfants ne sont pas malades, ils sont simplement différents. Nous espérons, à travers notre saisine du défenseur des droits, pouvoir aider d'autres familles victimes de discrimination et participer à faire tomber des tabous.»...

<< Sommaire
leplus.nouvelobs

Toward an Interdisciplinary Understanding of Sensory Dysfunction in Autism Spectrum Disorder: An Integration of the Neural and Symptom Literatures. - PubMed - NCBI 06/07/2016

«Abstract Sensory processing differences have long been associated with autism spectrum disorder (ASD), and they have recently been added to the diagnostic criteria for the disorder. The focus on sensory processing in ASD research has increased substantially in the last decade. This research has been approached from two different perspectives: the first focuses on characterizing the symptoms that manifest in response to real world sensory stimulation, and the second focuses on the neural pathways and mechanisms underlying sensory processing. The purpose of this paper is to integrate the empirical literature on sensory processing in ASD from the last decade, including both studies characterizing sensory symptoms and those that investigate neural response to sensory stimuli. We begin with a discussion of definitions to clarify some of the inconsistencies in terminology that currently exist in the field. Next, the sensory symptoms literature is reviewed with a particular focus on developmental considerations and the relationship of sensory symptoms to other core features of the disorder. Then, the neuroscience literature is reviewed with a focus on methodological approaches and specific sensory modalities. Currently, these sensory symptoms and neuroscience perspectives are largely developing independently from each other leading to multiple, but separate, theories and methods, thus creating a multidisciplinary approach to sensory processing in ASD. In order to progress our understanding of sensory processing in ASD, it is now critical to integrate these two research perspectives and move toward an interdisciplinary approach. This will inevitably aid in a better understanding of the underlying biological basis of these symptoms and help realize the translational value through its application to early identification and treatment. The review ends with specific recommendations for future research to help bridge these two research perspectives in order to advance our understanding of sensory processing in ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Appel a projets autisme : les outils numerique au service de l'autisme - CRA Limousin 06/07/2016

«ancement du nouvel appel à projets sur les outils numériques au service de l'autisme de la Fondation Orange. Les principaux critères de sélection :
• La solution doit faire partie du projet éducatif de l'établissement et de la personne autiste en lien avec avec l'évolution des connaissances et des recommandations de la HAS et de l'Anesm.

• Les objectifs en termes d'apprentissages, d'usage doivent être clairement définis.
• Le projet doit intégrer une évaluation de l'impact sur les bénéficiaires, cette évaluation doit être diffusable afin que les enseignements correspondant puissent être partagés.
• Pour les projets relatifs à des contenus ceux-ci doivent être gratuits, libres de droit, pérennes et bénéficier au plus grand nombre. Le projet doit se dérouler sur le territoire français, une diffusion à l'international peut être envisagée. Le dépôt des dossiers en ligne est ouvert du 5 juillet au 24 septembre 2016. Le comité de sélection est prévu en novembre 2016. En savoir plus»...

<< Sommaire
cralimousin

Semantic Verbal Fluency in Children with and without Autism Spectrum Disorder: Relationship with Chronological Age and IQ. - PubMed - NCBI 06/07/2016

«Abstract We administered a semantic verbal fluency (SVF) task to two groups of children (age range from 5 to 8): 47 diagnosed with Autism Spectrum Disorder (ASD Group) and 53 with typical development (Comparison Group), matched on gender, chronological age, and non-verbal IQ. Four specific indexes were calculated from the SVF task, reflecting the different underlying cognitive strategies used: clustering (component of generativity and lexical-semantic access), and switching (executive component, cognitive flexibility). First, we compared the performance of the two groups on the different SVF task indicators, with the ASD group scoring lower than the Comparison Group, although the difference was greater on switching than on clustering. Second, we analyzed the relationships between the different SVF measures and chronological age, verbal IQ and non-verbal IQ. While in the Comparison Group chronological age was the main predictor of performance on the SVF task, in the ASD Group verbal IQ was the best predictor. In the children with ASD, therefore, greater linguistic competence would be associated with better performance on the SVF task, which should be taken into account in speech therapies designed to achieve improvements in linguistic generativity and cognitive flexibility.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

La technique du neurofeedback, un placebo ? 06/07/2016

«CERVEAU. Très tendance depuis quelques années, le neurofeedback, cette technique qui consiste à moduler son activité cérébrale (voir encadré), pourrait bien relever...¦ uniquement de l'effet placebo ! Selon une étude récente parue dans le Lancet Psychiatry, un faux traitement de neurofeedback - c'est-à-dire simulé - permet en effet d'obtenir des résultats similaires à ceux enregistrés par électroencéphalographie (méthode d'exploration cérébrale qui mesure l'activité électrique du cerveau par des électrodes) lors d'un exercice véritable. Une pierre dans le jardin des tenants de cette technique largement utilisée aujourd'hui pour faire face à de très nombreux troubles (hyperactivité, épilepsie, dépression, anxiété, insomnie, autisme, alcoolisme...¦ ). Pour parvenir à cette conclusion sans appel, Robert Thibault et Amir Raz, deux chercheurs de l'université McGill de Montréal (Canada), ont analysé la littérature scientifique. « Certains patients dépensent des milliers de dollars et consacrent jusqu'à six mois de leur vie à l'entrainement de leur cerveau par neurofeedback, écrit Robert Thibault. Or, ils tentent de maitriser des processus cérébraux difficiles à appréhender. » Les chercheurs doivent désormais examiner les facteurs psychologiques et sociaux à l'origine de la réelle et indéniable amélioration des symptômes rapportée par les patients qui pratiquent cette technique. Leur objectif n'étant pas de décrédibiliser le neurofeedback mais d'établir comment en tirer parti « d'une façon judicieuse sur le plan scientifique et acceptable sur le plan de l'éthique », selon leurs propos.»...

<< Sommaire
sciencesetavenir

France, Conseil d'Etat, 1ere chambre jugeant seule, 29 juin 2016, 398153 05/07/2016

«Numéro d'arrêt : 398153 Numéro NOR : CETATEXT000032800970 ? Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2016-06-29;398153 ? Texte : Vu la procédure suivante : Mme A...B...a demandé au tribunal administratif de Nice d'annuler la décision du 17 décembre 2015 par laquelle la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées des Alpes-Maritimes a refusé de lui accorder le renouvellement de la prestation de compensation du handicap pour des charges liées à un besoin d'aides humaines. Par une ordonnance n° 1600134 du 4 février 2016, le président de la 2ème chambre du tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande comme portée devant une juridiction incompétente pour en connaitre. Par une requête, enregistrée le 21 mars 2016 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, Mme B...demande au Conseil d'Etat : 1°) d'annuler cette ordonnance du président de la 2ème chambre du tribunal administratif de Nice du 4 février 2016 ; 2°) réglant l'affaire au fond, de faire droit à sa demande.»
[...]
«2. Aux termes du premier alinéa du I de l'article L. 245-1 du code de l'action sociale et des familles : " Toute personne handicapée résidant de façon stable et régulière en France métropolitaine (...), dont l'âge est inférieur à une limite fixée par décret et dont le handicap répond à des critères définis par décret prenant notamment en compte la nature et l'importance des besoins de compensation au regard de son projet de vie, a droit à une prestation de compensation qui a le caractère d'une prestation en nature qui peut être versée, selon le choix du bénéficiaire, en nature ou en espèces ". Aux termes de l'article L. 245-2 du même code : " La prestation de compensation est accordée par la commission [des droits et de l'autonomie des personnes handicapées] (...) Les décisions relatives à l'attribution de la prestation par la commission (...) peuvent faire l'objet d'un recours devant la juridiction du contentieux technique de la sécurité sociale (...) ". 3. Mme B...a demandé au tribunal administratif de Nice d'annuler la décision du 17 décembre 2015 par laquelle la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées des Alpes-Maritimes a refusé de lui accorder le renouvellement de la prestation de compensation du handicap pour des charges liées à un besoin d'aides humaines. Il résulte des dispositions citées ci-dessus qu'il appartient à la juridiction du contentieux technique de la sécurité sociale - à ce titre, en première instance, au tribunal du contentieux de l'incapacité - de connaître d'un recours dirigé contre un refus de renouvellement de la prestation de compensation du handicap. Par suite, le pourvoi se rapporte à un litige qui, ainsi que l'a jugé le président de la 2ème chambre du tribunal administratif de Nice, ne relève pas de la compétence de la juridiction administrative. 4. Il résulte de ce qui précède que la requête de Mme B...doit être rejetée. »...

<< Sommaire
juricaf

Prenatal exposure to acetaminophen may increase autism spectrum symptoms | KurzweilAI 05/07/2016

«A new study has found that paracetamol (aka acetaminophen; trade names include Tylenol and Panadol), which is used extensively during pregnancy, has a strong association with autism spectrum symptoms in boys and for both genders in relation to attention-related and hyperactivity symptoms. The findings* were published this week in the International Journal of Epidemiology. This is the first study of its kind to report an independent association between the use of this drug in pregnancy and autism spectrum symptoms in children. It is also the first study to report different effects on boys and girls. Comparing persistently to nonexposed children, the study has found an increase of 30 per cent in the risk of detriment to some attention functions, and an increase of two clinical symptoms of autism spectrum symptoms in boys. Boys also showed more autism spectrum symptoms when persistently exposed to paracetamol. "Paracetamol could be harmful to neurodevelopment for several reasons," said Co-author Dr. Jordi Júlvez, also a researcher at CREAL. "First of all, it relieves pain by acting on cannabinoid receptors in the brain. Why boys are more likely to have autism "Since these receptors normally help determine how neurons mature and connect with one another, paracetamol could alter these important processes. It can also affect the development of the immune system, or be directly toxic to some fetuses that may not have the same capacity as an adult to metabolize this drug, or by creating oxidative stress." There could also be an explanation for why boys are more likely to have autism spectrum symptoms: "The male brain may be more vulnerable to harmful influences during early life", said Claudia Avella-Garcia. "Our differing gender results suggest that androgenic endocrine disruption, to which male brains could be more sensitive, may explain the association." Results: Over 40% of mothers reported using acetaminophen. Ever-exposed offspring had higher risks of presenting more hyperactivity/impulsivity symptoms [incidence rate ratio (IRR) = 1.41, 95% confidence interval (CI) 1.01–1.98), K-CPT commission errors (IRR = 1.10, 1.03–1.17), and lower detectability scores (coefficient β = −0.75, −0.13–−0.02). CAST scores were increased in ever-exposed males (β = 0.63, 0.09–1.18). Increased effect sizes of risks by frequency of use were observed for hyperactivity/impulsivity symptoms (IRR = 2.01, 0.95–4.24) in all children, K-CPT commission errors (IRR = 1.32, 1.05–1.66) and detectability (β = −0.18, −0.36–0.00) in females, and CAST scores in males (β = 1.91, 0.44–3.38).»
[...]
«Methods: This Spanish birth cohort study included 2644 mother-child pairs recruited during pregnancy. The proportion of liveborn participants evaluated at 1 and 5 years was 88.8% and 79.9%, respectively. Use of acetaminophen was evaluated prospectively in two structured interviews. Ever/never use and frequency of use (never, sporadic, persistent) were measured. Main neurodevelopment outcomes were assessed using Childhood Autism Spectrum Test (CAST), Conner’s Kiddie Continuous Performance Test (K-CPT) and ADHD-DSM-IV form list. Regression models were adjusted for social determinants and co-morbidities. Results: Over 40% of mothers reported using acetaminophen. Ever-exposed offspring had higher risks of presenting more hyperactivity/impulsivity symptoms [incidence rate ratio (IRR) = 1.41, 95% confidence interval (CI) 1.01–1.98), K-CPT commission errors (IRR = 1.10, 1.03–1.17), and lower detectability scores (coefficient β = −0.75, −0.13–−0.02). CAST scores were increased in ever-exposed males (β = 0.63, 0.09–1.18). Increased effect sizes of risks by frequency of use were observed for hyperactivity/impulsivity symptoms (IRR = 2.01, 0.95–4.24) in all children, K-CPT commission errors (IRR = 1.32, 1.05–1.66) and detectability (β = −0.18, −0.36–0.00) in females, and CAST scores in males (β = 1.91, 0.44–3.38). Conclusions: Prenatal acetaminophen exposure was associated with a greater number of autism spectrum symptoms in males and showed adverse effects on attention-related outcomes for both genders. These associations seem to be dependent on the frequency of exposure. »...

<< Sommaire
kurzweilai

Marisol Touraine presente la strategie nationale e-sante 2020 - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 04/07/2016

«Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a présenté aujourd'hui, dans les locaux de la start-up parisienne BePATIENT, la stratégie nationale e-santé 2020. Objectifs de ce plan : accompagner les acteurs du système de soins dans le virage numérique et permettre à la France de rester à la pointe en matière d'innovation. La stratégie nationale e-santé 2020, présentée aujourd'hui par Marisol TOURAINE, s'articule autour de quatre grandes priorités :
• développer la médecine connectée à travers un plan « big data » en santé, fruit d'une réflexion lancée en septembre dernier. Ce plan permettra par exemple la mise au point de nouvelles applications de suivi à distance ou d'interprétation des données médicales pour assister les médecins dans leurs diagnostics ;
• encourager la co-innovation entre professionnels de santé, citoyens et acteurs économiques par le lancement d'appels à projets dédiés à l'e-santé ou le développement de living labs afin d'imaginer, en lien direct avec les utilisateurs, la médecine de demain (outils de télémédecine, applications de suivi des traitements, ect.) ;
• simplifier les démarches administratives des patients (admission, prise de rendez-vous en ligne, etc.) et outiller la démocratie sanitaire à l'aide d'une plateforme numérique facilitant la consultation et la participation des usagers ;
• renforcer la sécurité des systèmes d'information en santé grâce à un plan d'action dédié. La ministre mettra en place à l'automne un conseil stratégique pour piloter la stratégie e-santé 2020. Il réunira des représentants des professionnels du secteur, des usagers, des industriels et les institutions publiques qui concourent à sa mise en oeuvre. Les mesures présentées aujourd'hui complètent les actions menées par la ministre depuis 2012, telles que le programme hôpital numérique, le plan « Territoires de soins numérique », la relance du dossier médical partagé et les expérimentations de télémédecine. Marisol Touraine a par ailleurs annoncé, en mai dernier, un plan d'investissement de 2 milliards d'euros dont l'un des volets porte sur le numérique et les systèmes d'information dans les territoires. « La rencontre entre le numérique et la santé est une promesse pour les patients, les professionnels et le système de santé dans son ensemble. Cette stratégie permettra à la France d'entrer pleinement dans l'ère de la médecine digitale » a déclaré Marisol Touraine. pdf Consulter la stratégie e-santé 2020 dans son intégralité Téléchargement (506.8 ko) pdf Télécharger le communiqué de presse au format PDF Téléchargement (38.7 ko) - Le discours de Marisol Touraine»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Marisol Touraine presente la strategie nationale e-sante 2020 - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 04/07/2016

«Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a présenté aujourd'hui, dans les locaux de la start-up parisienne BePATIENT, la stratégie nationale e-santé 2020. Objectifs de ce plan : accompagner les acteurs du système de soins dans le virage numérique et permettre à la France de rester à la pointe en matière d'innovation. La stratégie nationale e-santé 2020, présentée aujourd'hui par Marisol TOURAINE, s'articule autour de quatre grandes priorités :
• développer la médecine connectée à travers un plan « big data » en santé, fruit d'une réflexion lancée en septembre dernier. Ce plan permettra par exemple la mise au point de nouvelles applications de suivi à distance ou d'interprétation des données médicales pour assister les médecins dans leurs diagnostics ;
• encourager la co-innovation entre professionnels de santé, citoyens et acteurs économiques par le lancement d'appels à projets dédiés à l'e-santé ou le développement de living labs afin d'imaginer, en lien direct avec les utilisateurs, la médecine de demain (outils de télémédecine, applications de suivi des traitements, ect.) ;
• simplifier les démarches administratives des patients (admission, prise de rendez-vous en ligne, etc.) et outiller la démocratie sanitaire à l'aide d'une plateforme numérique facilitant la consultation et la participation des usagers ;
• renforcer la sécurité des systèmes d'information en santé grâce à un plan d'action dédié. La ministre mettra en place à l'automne un conseil stratégique pour piloter la stratégie e-santé 2020. Il réunira des représentants des professionnels du secteur, des usagers, des industriels et les institutions publiques qui concourent à sa mise en oeuvre. Les mesures présentées aujourd'hui complètent les actions menées par la ministre depuis 2012, telles que le programme hôpital numérique, le plan « Territoires de soins numérique », la relance du dossier médical partagé et les expérimentations de télémédecine. Marisol Touraine a par ailleurs annoncé, en mai dernier, un plan d'investissement de 2 milliards d'euros dont l'un des volets porte sur le numérique et les systèmes d'information dans les territoires. « La rencontre entre le numérique et la santé est une promesse pour les patients, les professionnels et le système de santé dans son ensemble. Cette stratégie permettra à la France d'entrer pleinement dans l'ère de la médecine digitale » a déclaré Marisol Touraine. pdf Consulter la stratégie e-santé 2020 dans son intégralité Téléchargement (506.8 ko) pdf Télécharger le communiqué de presse au format PDF Téléchargement (38.7 ko) - Le discours de Marisol Touraine»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

A Developmental Perspective of Global and Local Visual Perception in Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 04/07/2016

«Abstract Individuals with autism spectrum disorder (ASD) demonstrate superior performances on visuo-spatial tasks emphasizing local information processing; however, findings from studies involving hierarchical stimuli are inconsistent. Wide age ranges and group means complicate their interpretability. Children and adolescents with and without ASD completed a Navon task wherein they identified global and local stimuli composed of either consistent or inconsistent letters. Trajectories of reaction time in global and local conditions were similar within and between groups when consistent and inconsistent stimuli were considered together, but the effect of local-to-global interference was significantly higher in participants with than without ASD. Age was not a significant predictor of local-to-global interference, suggesting that this effect emerges in childhood and persists throughout adolescence in ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Examining the reinforcing value of stimuli within social and non-social contexts in children with and without high-functioning autism. - PubMed - NCBI 04/07/2016

«Abstract One of the key diagnostic criteria for autism spectrum disorder includes impairments in social interactions. This study compared the extent to which boys with high-functioning autism and typically developing boys "value" engaging in activities with a parent or alone. Two different assessments that can empirically determine the relative reinforcing value of social and non-social stimuli were employed: paired-choice preference assessments and progressive-ratio schedules. There were no significant differences between boys with high-functioning autism and typically developing boys on either measure. Moreover, there was a strong correspondence in performance across these two measures for participants in each group. These results suggest that the relative reinforcing value of engaging in activities with a primary caregiver is not diminished for children with autism spectrum disorder.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Sociomoral Reasoning, Empathy, and Meeting Developmental Tasks During the Transition to Adulthood in Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 04/07/2016

«Abstract This mixed methods study investigated sociomoral reasoning, empathy, and challenging and supportive factors during the transition to adulthood in emerging adults (18-27-years-old) with autism spectrum disorder (ASD) to better understand how these variables facilitated positive developmental outcomes. Same-aged ASD (n = 22) and typically developing (TD) (n = 22) groups completed quantitative and qualitative measures assessing these constructs. Compared to the TD group, the ASD group had significantly lower sociomoral reasoning and perspective-taking, significantly higher personal distress, but similar empathic concern. Inductive content analysis showed those with ASD and better developmental outcomes more often discussed the value of informal social support and utilized perspective-taking during challenging sociomoral situations.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Temporal voice areas exist in autism spectrum disorder but are dysfunctional for voice identity recognition. - PubMed - NCBI 04/07/2016

«Abstract The ability to recognise the identity of others is a key requirement for successful communication. Brain regions that respond selectively to voices exist in humans from early infancy on. Currently it is unclear whether dysfunction of these voice-sensitive regions can explain voice identity recognition impairments. Here, we used two independent functional magnetic resonance imaging (fMRI) studies to investigate voice processing in a population that has been reported to have no voice-sensitive regions: autism spectrum disorder (ASD). Our results refute the earlier report that individuals with ASD have no responses in voice-sensitive regions: Passive listening to vocal, compared to non-vocal, sounds elicited typical responses in voice-sensitive regions in the high-functioning ASD group and controls. In contrast, the ASD group had a dysfunction in voice-sensitive regions during voice identity but not speech recognition in the right posterior superior temporal sulcus/gyrus (STS/STG)- a region implicated in processing complex spectrotemporal voice features and unfamiliar voices. The right anterior STS/STG correlated with voice identity recognition performance in controls but not in the ASD group. The findings suggest that right STS/STG dysfunction is critical for explaining voice recognition impairments in high-functioning ASD and show that ASD is not characterised by a general lack of voice-sensitive responses.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Early diagnosis and Early Start Denver Model intervention in autism spectrum disorders delivered in an Italian Public Health System service. - PubMed - NCBI 02/07/2016

«Abstract BACKGROUND: Early diagnosis combined with an early intervention program, such as the Early Start Denver Model (ESDM), can positively influence the early natural history of autism spectrum disorders. This study evaluated the effectiveness of an early ESDM-inspired intervention, in a small group of toddlers, delivered at low intensity by the Italian Public Health System. METHODS: Twenty-one toddlers at risk for autism spectrum disorders, aged 20-36 months, received 3 hours/wk of one-to-one ESDM-inspired intervention by trained therapists, combined with parents' and teachers' active engagement in ecological implementation of treatment. The mean duration of treatment was 15 months. Cognitive and communication skills, as well as severity of autism symptoms, were assessed by using standardized measures at pre-intervention (Time 0 [T0]; mean age =27 months) and post-intervention (Time 1 [T1]; mean age =42 months). RESULTS: Children made statistically significant improvements in the language and cognitive domains, as demonstrated by a series of nonparametric Wilcoxon tests for paired data. Regarding severity of autism symptoms, younger age at diagnosis was positively associated with greater improvement at post-assessment. CONCLUSION: Our results are consistent with the literature that underlines the importance of early diagnosis and early intervention, since prompt diagnosis can reduce the severity of autism symptoms and improve cognitive and language skills in younger children. Particularly in toddlers, it seems that an intervention model based on the ESDM principles, involving the active engagement of parents and nursery school teachers, may be effective even when the individual treatment is delivered at low intensity. Furthermore, our study supports the adaptation and the positive impact of the ESDM entirely sustained by the Italian Public Health System.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Students with autism transitioning from primary to secondary schools: parents' perspectives and experiences - International Journal of Inclusive Education | Taylor & Francis Online 02/07/2016

«ABSTRACT The transition from primary to high school can be a challenging process for students with autism spectrum disorder (ASD). During this time, research-based practices like home-school collaboration are crucial in facilitating a smoother transition. However, existing research indicates that the transition from primary to high school is a period of anxiety and reduced support for students with ASD and their families. This article describes the experiences of parents of students with ASD in regard to this transition and home-school collaboration. Semi-structured interviews were carried out with 15 parents of children with ASD who attended mainstream government high schools in metropolitan Sydney. Through content analysis, parents were found to have received varying levels of transition support. Their experiences of home-school collaboration were, however, generally positive. Overall, it is recommended that parents' knowledge of their children with ASD should be prioritised and utilised in transition planning. Findings also suggest that a greater implementation of practices including mandated transition planning and home-school collaboration in schools would contribute to more authentic inclusion of students with ASD.»...

<< Sommaire
tandfonline

A review of research into stakeholder perspectives on inclusion of students with autism in mainstream schools - International Journal of Inclusive Education | Taylor & Francis Online 02/07/2016

«ABSTRACT Increasing numbers of students with autism are being educated in mainstream schools. However, outcomes for students with autism are poor when compared to typical students and students with other developmental disabilities. In order to better understand facilitators and barriers to success at school for students with autism, research into the attitudes of key stakeholders, educators, parents, people with autism, to inclusion in mainstream schools for students with autism, was reviewed. Key themes emerging included attitudes to inclusion, the characteristics of autism and social communication in particular and interaction with the school environment, and consequent student problem behaviour. Level of knowledge and understanding of school staff emerged as the primary issue with all stakeholders identifying the need for more training. Other support needs identified included the need for structural support, resources and funding. Parents, in particular, identified the need for a collaborative approach to the education process. The findings highlight the need to translate theory into practice to increase capacity in schools to provide effective educational programmes for students with autism.»...

<< Sommaire
tandfonline

L'Arboretum de Peruwelz est depuis 20 ans au service des jeunes autistes 28/06/2016

«La prise en charge des personnes handicapées est une des plus grandes pourvoyeuses d'emplois en Wallonie picarde. Près de 100 postes de travail, par exemple, rien que pour « l'Arboretum », une ASBL péruwelzienne, spécialiste de l'autisme, qui accueille 25 personnes, toutes d'origine française.»...

<< Sommaire
nordeclair

La fierte d'etre autiste 28/06/2016

«L'Autistic Pride Day, célébré le 18 juin, est porté par un mouvement identitaire faisant de la « culture autistique » un instrument de revendication sociale et politique. L'événement a eu lieu le 18 juin dans plusieurs pays anglo-saxons. Mais pas en France. Ce jour-là a été organisé l'Autistic Pride Day, notamment aux Etats-Unis ou en Angleterre. Une sorte de « journée de fierté » de l'autisme visant à « célébrer les différences » plutôt que « renforcer les stéréotypes autour de l'autisme perçu comme une maladie ». C'est ce que souligne dans son éditorial la revue scientifique The Lancet. « C'est en 2005 qu'a été créée cette journée par un mouvement de revendication identitaire et culturaliste portée notamment aux Etats-Unis par des personnes autistes estimant que la question du handicap était davantage un problème sociopolitique qu'un problème individuel d'ordre médical », indique Brigitte Chamak, sociologue à l'Inserm et à l'université Paris-Descartes»...

<< Sommaire
la-croix

Caen : Elle porte plainte contre l'Education Nationale qui discrimine son enfant handicape 28/06/2016

«Je viens de lire sur facebook un article (plus de 3300 partages) que je souhaite aussi partager car j'ai vécu la même chose avec Julien alors qu'il était encore scolarisé : refus de l'emmener en sortie scolaire car pas d'AVS (assistante de scolarisation, que je rémunérais de ma poche), et refus que je remplace l'AVS. Moi en pleurs, elles (directrice + enseignante) : « Mais non Madame, votre fils n'est pas rejeté, faut pas vous mettre dans des états comme ça ! » Dans la situation que je partage, c'est allé un cran au-dessus : voici les explications de la maman sous l'article. discrimination Mardi après-midi je suis allée chercher mon fils après son unique heure d'école. La maitresse m'annonce que jeudi il ne pourra pas venir à l'école (il y va 2 h chaque jeudi matin). Je lui en demande la raison. Elle me répond qu'il y a la sortie scolaire. Je n'étais pas au courant de cette sortie. Choquée par la nouvelle je suis rentrée chez moi avec Johan. Le mercredi Johan n'est pas scolarisé. J'ai donc téléphoné a 11 h directement au directeur de l'école pour lui demander de m'expliquer ce qu'est cette sortie scolaire dont on ne m'avait informée d'aucunes façons. Ni oralement, ni au travers de son cahier de liaison. Il m'annonce que c'est une sortie prévue au zoo de Champrepus. Je lui ai demandé si toute l'école s'y rendait et il m'a dit que oui. Immédiatement je me suis proposée accompagnante pour Johan et j'ai proposé de venir au zoo les rejoindre par mes propres moyens. Il me dit que ce n'est pas possible, que tout ce que je peux faire c'est venir « à titre personnel » au zoo avec Johan car il n'y a pas l'assistance nécessaire. Je lui ai fait part de ma sidération et je lui ai annoncé clairement mon intention de porter plainte au plus haut niveau. J'ai proposé une alternative pour que Johan puisse profiter de la sortie au zoo. Je suis restée sans nouvelles de l'école. A 15 h j'ai porté plainte auprès du commissariat de police de Caen contre le Ministère de l'Education Nationale pour discrimination envers mon enfant du fait de son handicap mais aussi pour manquement grave a ses obligations de scolarité envers lui. Jeudi j'ai pris la décision de tout de même emmener Johan au zoo par mes propres moyens. J'ai croisé le groupe scolaire et je me suis prise une claque phénoménale : Parmi les parents d'élèves encadrant le groupe se trouvait...¦. L'assistante de vie scolaire de mon fils !!!!!!!!!!!!»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Aripiprazole for autism spectrum disorders (ASD). - PubMed - NCBI 28/06/2016

«Abstract BACKGROUND: Autism spectrum disorders (ASD) include autistic disorder, Asperger's disorder and pervasive developmental disorder - not otherwise specified (PDD-NOS). Antipsychotics have been used as a medication intervention for irritability related to ASD. Aripiprazole, a third-generation, atypical antipsychotic, is a relatively new drug that has a unique mechanism of action different from that of other antipsychotics. This review updates a previous Cochrane review on the safety and efficacy of aripiprazole for individuals with ASD, published in 2011 (Ching 2011). OBJECTIVES: To assess the safety and efficacy of aripiprazole as medication treatment for individuals with ASD. SEARCH METHODS: In October 2015, we searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), Ovid MEDLINE, Embase, the Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL) and seven other databases as well as two trial registers. We searched for records published in 1990 or later, as this was the year aripiprazole became available. SELECTION CRITERIA: Randomised controlled trials (RCTs) of aripiprazole (administered orally and at any dosage) versus placebo for treatment of individuals with a diagnosis of ASD. DATA COLLECTION AND ANALYSIS: Two review authors independently collected, evaluated and analysed data. We performed meta-analysis for primary and secondary outcomes, when possible. We used the GRADE (Grades of Recommendation, Assessment, Development and Evaluation) approach to rate the overall quality of the evidence. MAIN RESULTS: We included three trials in this review. Two were included in the previous published review, and the results of one, placebo-controlled discontinuation study were added to this review. Although we searched for studies across age groups, we found only studies conducted in children and youth. Included trials had low risk of bias across most domains. High risk of bias was seen in only one trial with incomplete outcome data. We judged the overall quality of the evidence for most outcomes to be moderate.Two RCTs with similar methods evaluated use of aripiprazole for a duration of eight weeks in 316 children/adolescents with ASD. Meta-analysis of study results revealed a mean improvement of -6.17 points on the Aberrant Behavior Checklist (ABC) - Irritability subscale (95% confidence intervals (CIs) -9.07 to -3.26, two studies, 308 children/adolescents, moderate-quality evidence), -7.93 points on the ABC - Hyperactivity subscale (95% CI -10.98 to -4.88, two studies, 308 children/adolescents, moderate-quality evidence) and -2.66 points on the ABC - Stereotypy subscale (95% CI -3.55 to -1.77, two studies, 308 children/adolescents, moderate-quality evidence) in children/adolescents taking aripiprazole relative to children/adolescents taking placebo. In terms of side effects, children/adolescents taking aripiprazole had a greater increase in weight, with a mean increase of 1.13 kg relative to placebo (95% CI 0.71 to 1.54, two studies, 308 children/adolescents, moderate-quality evidence), and had a higher risk ratio (RR) for sedation (RR 4.28, 95% CI 1.58 to 11.60, two studies, 313 children/adolescents, moderate-quality evidence) and tremor (RR 10.26, 95% CI 1.37 to 76.63, two studies, 313 children/adolescents, moderate-quality evidence). A randomised, placebo-controlled discontinuation study found that 35% of children/adolescents randomised to continue intervention with aripiprazole relapsed with respect to their symptoms of irritability, compared with 52% of children/adolescents randomised to placebo, for a hazard ratio of 0.57 (95% CI 0.28 to 1.12, 85 children/adolescents, low-quality evidence).All three included trials were supported by Bristol-Myers Squibb (Princeton, NJ) and Otsuka Pharmaceutical Company, Ltd. (Tokyo, Japan), with editorial support provided by Ogilvy Healthworld Medical Education and Bristol-Myers Squibb. AUTHORS' CONCLUSIONS: Evidence from two RCTs suggests that aripiprazole can be effective as a short-term medication intervention for some behavioural aspects of ASD in children/adolescents. After a short-term medication intervention with aripiprazole, children/adolescents showed less irritability and hyperactivity and fewer stereotypies (repetitive, purposeless actions). However, notable side effects, such as weight gain, sedation, drooling and tremor, must be considered. One long-term, placebo discontinuation study found that relapse rates did not differ between children/adolescents randomised to continue aripiprazole versus children/adolescents randomised to receive placebo, suggesting that re-evaluation of aripiprazole use after a period of stabilisation in irritability symptoms is warranted. Studies included in this review used criteria from the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fourth Edition (DSM-IV) (APA 2000) for ASD diagnosis; however, the diagnostic criteria for ASD changed significantly with release of the fifth edition of the DSM (DSM-5) in 2013 (APA 2013).»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

«95% des autistes pourraient s'inserer dans le monde du travail» 28/06/2016

«Le philosophe et militant Josef Schovanec, autiste, prépare pour le gouvernement un rapport sur l'insertion professionnelle des personnes autistes...¦ C'est une petite révolution. Le cabinet de conseil informatique Auticonsult est la première entreprise française à recruter quasi exclusivement des personnes atteintes de « troubles du spectre autistique ». En d'autres termes, d'autisme. Jusqu'à présent, seule une poignée d'associations se battaient pour l'emploi de ces personnes. Les autistes peuvent-ils être des salariés comme les autres ? 20 Minutes a posé la question au philosophe et chroniqueur (sur Europe 1) Josef Schovanec, lui-même autiste. Comment expliquez-vous qu'en France, moins de 1 % des adultes atteints de troubles du spectre autistique travaillent ? Les raisons sont nombreuses mais elles peuvent être résumées en trois points. Primo, l'autocensure. Les personnes autistes ont une si mauvaise image d'elles-mêmes que la plupart d'entre elles n'osent même pas déposer de candidatures. Il faut dire que la formulation des annonces ne les aide pas : la quasi-totalité met en avant la nécessité de bénéficier d'un bon sens relationnel, ce dont manquent justement les personnes autistes...¦ Secundo, si l'autisme n'est pas une maladie, il est un handicap. Or les structures censées favoriser l'emploi des personnes handicapées, à commencer par l'Agefiph, ignorent totalement l'autisme. Enfin, les entreprises n'ont ni la volonté, ni les compétences pour recruter une personne autiste. Du moins en France, car ce n'est pas forcément le cas ailleurs. >> A lire aussi : Comment les autistes Asperger perçoivent-ils notre monde du travail? Quels sont les pays plus avancés en termes d'emploi des personnes autistes ? L'Allemagne, le Canada, Israël - pays où les entreprises se battent, et c'est vraiment le terme, pour recruter des autistes - ou encore les Etats-Unis. Alors qu'en France, les personnes atteintes de troubles du spectre autistique ont pour perspective au mieux l'hôpital psychiatrique, au pire la rue, elles ont accès à des emplois ultra-spécialisés outre-Atlantique. A votre avis, pourquoi Facebook a-t-il un logo bleu ? Parce que c'est la couleur de l'autisme ! Mark Zuckerberg fait partie de notre club, comme Bill Gates et comme la plupart des ingénieurs de la Silicon valley. Vous voyez : notre marginalité peut être profitable à la société. D'ailleurs, j'ai traduit en français l'ouvrage américain L'autisme pour les nuls et j'ai été contraint de supprimer tout un chapitre, celui intitulé « Comment gérer sa fortune ? ». Il aurait été provocant de le conserver en France, pays où la quasi-totalité des autistes vivent du RSA.»...

<< Sommaire
20minutes

Ruderman Family Foundation » 2016 Ruderman Prize In Inclusion 28/06/2016


«WE ARE EXCITED TO ANNOUNCE THE OPENING OF THE 2016 RUDERMAN PRIZE IN INCLUSION COMPETITION! PRIZE-INCLUSION-LOGO Watch the the video with Hebrew subtitles here The Ruderman Family Foundation has opened the nomination period for its international Ruderman Prize in Inclusion, which awards companies and organizations operating innovative programs and services that foster the full inclusion of people with disabilities. Now in its fifth year, the Ruderman Prize shines a spotlight on the important work being done, celebrates models that can be replicated elsewhere and ensures that resources are available to allow them to continue. This year priority will be given to innovations in the fields of technology, entertainment, art & fashion, media, social businesses and advocacy. Past winners include organizations in Russia, United Kingdom, United States, Mexico, Israel, South Africa, Australia, Canada and Argentina. Five individual $50,000 awards will be given, totaling $250,000 Nominees can be 501 (c)(3) nonprofit organizations or companies with an American nonprofit fiscal sponsor The first stage of the application is due August 9, 2016 at 5:00 PM EST; organizations that pass the first stage will receive an email with further application instructions Do you have a program or service worthy of the Ruderman Prize in Inclusion? Then apply today and show us how you are leading the way in disability inclusion. APPLY HERE Help us spread the word on Facebook & Twitter! #inclusion2016»...

<< Sommaire
rudermanfoundation

Vidéo La psychanalyse en France - Entretien avec Sophie Robert by Cygnification 28/06/2016

«La psychanalyse en France - Entretien avec Sophie Robert by Cygnification»...

<< Sommaire
1080

Aggressive Behaviors and Verbal Communication Skills in Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI 25/06/2016

«Abstract Aggressive behavior is a common problem among children with autism spectrum disorder (ASD) and could negatively affect family functioning and school and social competence. The aim of the present study was to investigate the relationship between aggressive behavior, such as self-aggression and other-aggression, with verbal communication ability and IQ level in children with ASD. The sample examined in this study included 88 children with a diagnosis of ASD. For the purposes of our study, much attention was focused on individual items of the Autism Diagnostic Observation Schedule and the Autism Diagnostic Interview-Revised that were useful to evaluate the aggressive behavior. We have not found any association between aggressive behavior (other-aggression and self-aggression) and the absence of language or low IQ in children with ASD. Thus, the degree of severity of autism is probably the most important risk factor for this behavior.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

La justice face a l'autisme : une formation s'impose ! - En ce moment (8909) 25/06/2016

«Depuis des mois, le cas de Rachel défraye la chronique et agite les tribunaux (article en lien ci-dessous). Cette maman s'est vu retirer la garde de ses trois enfants autistes sur décision de justice sous prétexte qu'elle provoquait leurs symptômes. Dès aout 2015, la situation de cette famille mobilise le milieu associatif (127 associations au total) qui y voit un cas emblématique de placement abusif du à une méconnaissance de ce handicap. Maltraités ou Asperger ? Depuis, les trois enfants ont été diagnostiqués autistes Asperger par le Centre de ressources autisme Rhône-Alpes. Or, en janvier 2016, lors de l'audience d'appel, le ministère public a demandé le maintien du placement et de la séparation de la fratrie. Décision renouvelée le 24 juin. Les associations dénoncent les « dysfonctionnements » de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) et une « vision préhistorique de l'autisme » basée sur une approche psychanalytique. Et, plus globalement, des « dérapages qui ont déjà fait l'objet de plusieurs rapports officiels depuis 15 ans », et qui touchent souvent des mamans seules. Comment, dans ce contexte, aider la justice à faire la différence entre des troubles neurologiques et la maltraitance parentale, voire les conséquences d'un syndrome de Munchhausen par procuration -ce dont des experts psychiatres continuent d'accuser Rachel- ? Ces suspicions ne concernent d'ailleurs pas seulement l'autisme ; certains parents d'enfants atteints par exemple de la maladie des os de verre (les os se brisent en morceaux) sont parfois suspectés de mauvais traitements. D'autres handicaps encore... Des connaissances insuffisantes Pour éviter ce genre de « malaise», en avril 2016, le gouvernement a souhaité ajouter au Plan autisme 2013-2017 une « Fiche nouvelle action » qui porte le N°38. Elle vise à prendre en compte les spécificités des troubles du spectre de l'autisme dans le processus de décisions en protection de l'enfance. En d'autres termes, à sensibiliser les magistrats et les professionnels concernés à ce type de troubles visiblement encore méconnus. Le texte affirme en effet « qu'ils ne disposent pas tous de la formation et des informations actualisées sur les troubles du spectre de l'autisme (TSA), ni des contacts, relais et ressources spécialisés et compétentes sur le territoire leur permettant de prendre en compte de façon éclairée les spécificités des TSA dans le cadre de leurs missions ». Cette situation peut alors conduire à des décisions en contradiction avec l'intérêt de l'enfant et générer des informations préoccupantes ou des signalements qui ne tiennent pas compte de son handicap et des difficultés rencontrées par les familles.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Isere : la justice maintient en foyer les enfants de Rachel, soupconnee d'inventer leur autisme - metronews 25/06/2016

«JUSTICE - Le tribunal de Grenoble a décidé, ce vendredi 24 juin, de prolonger d'un an le placement des trois enfants de Rachel. Il soupçonne cette jeune mère d'avoir inventé leurs troubles du comportement. Elle, de son côté, assure que ses enfants sont autistes. 494 16 1 Pour le moment, les enfants de Rachel restent placés en pouponnière et en maison d'accueil. Pour le moment, les enfants de Rachel restent placés en pouponnière et en maison d'accueil. Photo d'illustration / AFP Photo: Ce n'est guère une surprise. Le tribunal de Grenoble a décidé, ce vendredi 24 juin, de prolonger pendant un an le placement des trois enfants de Rachel, une maman de 30 ans originaire de l'Isère, soupçonnée d'être à l'origine de leurs troubles du comportement. Mais pour les nombreuses associations qui la soutiennent depuis plus d'une année maintenant, comme pour son avocate, la réalité est bien plus complexe. Car la maman en est certaine : ses enfants montrent, selon elle, des troubles autistiques. D'ailleurs, le rapport d'un collège de médecins du centre ressources autisme de Lyon aboutit au même constat. Mais le tribunal a préféré s'en tenir au tout premier diagnostic, réalisé au début de l'instruction, par une experte pédopsychiatre qui, elle, n'a observé aucun signe d'autisme dans la fratrie. Résultat : voilà Rachel soupçonnée d'avoir développé un syndrome de Muncchausen par procuration. En d'autres termes, d'avoir inventé les troubles de ses enfants pour attirer l'attention sur elle. Une visite tous les quinze jours L'éventualité d'une garde assumée par les grands parents ayant été, elle aussi, rejetée, les enfants restent donc pour le moment placés séparément. L'ainée, âgée de dix ans, réside dans une maison d'accueil tandis que les deux garçons, de 6 et 9 ans, vivent en pouponnière. Leur mère ne pourra seulement les voir que pendant deux heures, deux fois par mois.»...

<< Sommaire
metronews

Autisme : une anomalie du systeme de recompenses 22/06/2016

«Autisme : une anomalie du système de récompenses à la base de comportements sociaux perturbés. Les troubles du spectre autistique constituent un groupe hétérogène de troubles neurodéveloppementaux ayant pour caractéristiques principales des altérations de la communication sociale ainsi que des intérêts restreints et des comportements répétitifs. Si les hypothèses visant à identifier les altérations des circuits cérébraux qui pourraient être responsables des troubles autistiques sont nombreuses, de récentes recherches émettent l'hypothèse d'une implication du système de récompense dans ces troubles. Ce système cérébral, dont le rôle est de motiver à réaliser des actions en vue d'obtenir une récompense tel que les récompenses naturelles, comme la nourriture, mais aussi les interactions sociales. Un dysfonctionnement du système de récompenses, et donc de la motivation à interagir socialement, pourrait ainsi être à la base de l'altération du comportement social typique des troubles autistiques. Mais quels sont les mécanismes neurobiologiques sous-jacents à certains dysfonctionnements sociaux ? Serait-il possible d'identifier des stratégies thérapeutiques visant à pallier ces anomalies ? Ce sont à ces questions que des neuroscientifiques des universités de Lausanne, Genève et Bordeaux, sous la direction de la professeure Camilla Bellone, ont répondu. Des résultats, à lire dans Nature Neuroscience, qui démontrent pour la première fois que le système de récompenses est impliqué dans l'autisme. A terme, ils pourraient aider à détecter la maladie précocement, en observant grâce à l'imagerie cérébrale d'éventuelles dysfonctions au niveau des circuits composant le système de récompenses. SHANK3, un gène clé pour les comportements sociaux De nombreux cas d'autisme semblent être liés à une mutation ou délétion de SHANK3, un gène situé sur le chromosome 23 exprimé dans les synapses. Ce gène code en effet pour une protéine ayant un rôle central dans la structure et le fonctionnement des synapses, et le mauvais fonctionnement synaptique a été mis en évidence chez de nombreuses personnes souffrant de troubles autistiques. Une expression limitée du gène SHANK3 induit ainsi des modifications importantes dans les neurones produisant de la dopamine et du GABA, deux neurotransmetteurs responsables de réguler l'activité synaptique. Ces altérations entrainent alors un déficit dans les comportements sociaux. « Si la délétion d'un gène entraine des troubles du comportement social, serait-ce à cause du mauvais fonctionnement des circuits qui normalement sont responsables de maintenir, chez les individus, la motivation pour les relations à l'autre ? C'est l'hypothèse que nous avons voulu tester,» explique Camilla Bellone. « Nous avons donc utilisé un modèle animal dans lequel l'expression du gène SHANK3 a été diminué spécifiquement dans l'aire tegmental ventral, région clef du système de la récompense,pour en étudier les conséquences, tant au niveau cellulaire - dans les synapses - qu'au niveau du comportement social des animaux. » Et les scientifiques ont bien observé tant des altérations synaptiques que des comportements sociaux perturbés: si, de prime abord, les souris dépourvues de SHANK3 dans l'aire tegmental ventral se sont intéressées à leurs congénères, tant leur intérêt pour les autres souris et leurs interactions disparaissent très rapidement, démontrant ainsi leur manque de motivation à poursuivre la relation sociale . Mieux comprendre pour mieux prendre en charge la maladie Les neuroscientifiques ont ensuite fait un pas de plus : en injectant un modulateur d'un récepteur glutamatergique aux souris dépourvues de SHANK3 pendant leur phase de développement, ils ont observé une nette amélioration des fonctions synaptiques, neuronales et comportementales. « Au début de la vie, le cerveau, disposant encore d'une grande plasticité, répond plus efficacement aux traitements. Nos recherches ne concernent que les souris, et il n'est pour l'instant pas question d'appliquer le même traitement aux êtres humains. Mais notre étude montre bien qu'il est crucial de détecter les troubles autistiques le plus tôt possible pour intervenir lors de cette phase de développement, » souligne la professeure Bellone»...

<< Sommaire
actu.epfl

The anatomy of empathy: Vicarious experience and disorders of social cognition 18/06/2016

«Aspects of vicarious experience may be atypical in psychopathy and autism. Abstract Empathy, the ability to vicariously experience and to understand the affect of other people, is fundamental for successful social-cognitive ability and behaviour. Empathy is thought to be a critical facilitator of prosocial behaviour and is disrupted in a number of psychiatric and neurological disorders. Research has begun to uncover the neural basis of such ...˜vicarious experience', which has been studied as a proxy measure of empathy. Together, these studies have identified portions of the insula and anterior cingulate cortex as critically involved. A key debate is whether overlapping or non-overlapping brain areas respond to personal and vicarious experience. This review will highlight emerging evidence for both types of brain response. Importantly, animal models have suggested that there are central divisions between the anterior cingulate gyrus and anterior cingulate sulcus that may be crucial for understanding social behaviour. Attention to this specific anatomy of vicarious processing could therefore help shed light on the functional profile of empathy. Studies in individuals with psychopathy and autism spectrum disorders have found that vicarious experience is atypical. However, the precise nature of these atypicalities is mixed. Understanding the mechanisms of vicarious experience can enhance our knowledge of the neural basis of empathy and, ultimately, help those with disorders of social cognition and behaviour.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Oxytocin reversed MK-801-induced social interaction and aggression deficits in zebrafish 18/06/2016

«Abstract Changes in social behavior occur in several neuropsychiatric disorders such as schizophrenia and autism. The interaction between individuals is an essential aspect and an adaptive response of several species, among them the zebrafish. Oxytocin is a neuroendocrine hormone associated with social behavior. The aim of the present study was to investigate the effects of MK-801, a non-competitive antagonist of glutamate NMDA receptors, on social interaction and aggression in zebrafish. We also examined the modulation of those effects by oxytocin, the oxytocin receptor agonist carbetocin and the oxytocin receptor antagonist L-368,899. Our results showed that MK-801 induced a decrease in the time spent in the segment closest to the conspecific school and in the time spent in the segment nearest to the mirror image, suggesting an effect on social behavior. The treatment with oxytocin after the exposure to MK-801 was able to reestablish the time spent in the segment closest to the conspecific school, as well as the time spent in the segment nearest to the mirror image. In addition, in support of the role of the oxytocin pathway in modulating those responses, we showed that the oxytocin receptor agonist carbetocin reestablished the social and aggressive behavioral deficits induced by MK-801. However, the oxytocin receptor antagonist L-368,899 was not able to reverse the behavioral changes induced by MK-801. This study supports the critical role for NMDA receptors and the oxytocinergic system in the regulation of social behavior and aggression which may be relevant for the mechanisms associated to autism and schizophrenia.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Circadian disruption: New clinical perspective of disease pathology and basis for chronotherapeutic intervention. - PubMed - NCBI 17/06/2016

«Abstract Biological processes are organized in time as innate rhythms defined by the period (Ï„), phase (peak [Φ] and trough time), amplitude (A, peak-trough difference) and mean level. The human time structure in its entirety is comprised of ultradian (Ï„ Ï„ 28 h) bioperiodicities. The circadian time structure (CTS) of human beings, which is more complicated than in lower animals, is orchestrated and staged by a brain central multioscillator system that includes a prominent pacemaker - the suprachiasmatic nuclei of the hypothalamus. Additional pacemaker activities are provided by the pineal hormone melatonin, which circulates during the nighttime, and the left and right cerebral cortices. Under ordinary circumstances this system coordinates the Ï„ and Φ of rhythms driven by subservient peripheral cell, tissue and organ clock networks. Cyclic environmental, feeding and social time cues synchronize the endogenous 24 h clocks and rhythms. Accordingly, processes and functions of the internal environment are integrated in time for maximum biological efficiency, and they are also organized and synchronized in time to the external environment to ensure optimal performance and response to challenge. Artificial light at night (ALAN) exposure can alter the CTS as can night work, which, like rapid transmeridian displacement by air travel, necessitates realignment of the Φ of the multitude of 24 h rhythms. In 2001, Stevens and Rea coined the phrase "circadian disruption" (CD) to label the CTS misalignment induced by ALAN and shift work (SW) as a potential pathologic mechanism of the increased risk for cancer and other medical conditions. Current concerns relating to the effects of ALAN exposure on the CTS motivated us to renew our long-standing interest in the possible role of CD in the etiopathology of common human diseases and patient care. A surprisingly large number of medical conditions involve CD: adrenal insufficiency; nocturia; sleep-time non-dipping and rising blood pressure 24 h patterns (nocturnal hypertension); delayed sleep phase syndrome, non-24 h sleep/wake disorder; recurrent hypersomnia; SW intolerance; delirium; peptic ulcer disease; kidney failure; depression; mania; bipolar disorder; Parkinson's disease; Smith-Magenis syndrome; fatal familial insomnia syndrome; autism spectrum disorder; asthma; byssinosis; cancers; hand, foot and mouth disease; post-operative state; and ICU outcome. Poorly conceived medical interventions, for example nighttime dosing of synthetic corticosteroids and certain β-antagonists and cyclic nocturnal enteral or parenteral nutrition, plus lifestyle habits, including atypical eating times and chronic alcohol consumption, also can be causal of CD. Just as surprisingly are the many proven chronotherapeutic strategies available today to manage the CD of several of these medical conditions. In clinical medicine, CD seems to be a common, yet mostly unrecognized, pathologic mechanism of human disease as are the many effective chronotherapeutic interventions to remedy it.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Q Sénat Prise en charge des enfants en situation de handicap sur les temps extra-scolaires 17/06/2016

«Question écrite n° 22324 de M. Jean-François Husson (Meurthe-et-Moselle - Les Républicains) publiée dans le JO Sénat du 16/06/2016 - page 2626 M. Jean-François Husson attire l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la question de l'accueil des enfants en situation de handicap sur les temps extra-scolaires. La réforme des rythmes scolaires mise en place en septembre 2014 a imposé aux collectivités d'augmenter de trois heures leurs capacités d'accueil périscolaire. L'application de cette réforme impose aux communes de définir, en concertation avec les services de l'Etat (éducation nationale, direction départementale de la cohésion sociale), un projet éducatif territorial. Alors que les collectivités territoriales ont à leur charge l'organisation des activités périscolaires, il apparait très souvent que les agents communaux chargés de ces activités n'ont pas reçu de formation spécifique pour la prise en charge des enfants en situation de handicap. Cette absence de solution perturbe de façon conséquente la vie des familles, au sein desquelles certains parents ne reprennent pas d'activité professionnelle pour être aux côtés de leur enfant porteur de handicap. Il rappelle que le Conseil d'Etat, dans une décision du 20 avril 2011, a confirmé la responsabilité financière de l'Etat dans l'organisation des activités périscolaires pour les enfants en situation de handicap. Il souhaite donc connaitre les dispositions que l'Etat a prévues pour soutenir humainement et financièrement les collectivités territoriales dans l'accueil des enfants handicapés en dehors du temps scolaire, dans le respect de la décision du Conseil d'Etat du 20 avril 2011. Il souhaite également savoir quelles mesures sont prises pour aider les familles d'enfants handicapés mises en difficulté par l'accroissement des temps extra-scolaires. En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.»...

<< Sommaire
senat

Autisme au Senat : sortir des controverses et promouvoir les bonnes pratiques 17/06/2016

«Ambiance feutrée au Sénat ce 15 juin pour un colloque sur « la prise en compte de la personne avec autisme tout au long de la vie », organisé à l'initiative de Bernard Lalande, sénateur de Charente-Maritime et Catherine Génisson (Pas-de-Calais). « Société inclusive, diagnostic précoce, formation des acteurs du social, du médico-social et de la santé et de l'éducation nationale, accompagnement des familles et fratries », les concepts agités en introduction - laissant dans le silence les controverses - donne le tempo. Qui se veut mesuré : « On a peut-être surmédicalisé la prise en charge du handicap, mais cela ne veut pas dire qu'il faut tomber dans l'excès inverse du "tout n'est qu'éducation" », résume Catherine Génisson, anesthésiste et vice-présidente de la commission des Affaires sociales. Les preuves, pour construire une politique régionale « La culture de l'opinion est parfois plus présente que la culture de la preuve », a déploré Michel Laforcade, directeur général de l'agence régionale de santé Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC). Un constat regrettable, pour le champ de l'autisme, où « le très sérieux retard que la France avait il y a 10 ans n'est pas tout à fait comblé, tandis que la prévalence augmente », note-t-il. Appliquée à une politique régionale de santé, la culture de la preuve commence par l'élaboration d'un diagnostic territorial partagé : « il faut se focaliser non sur l'offre, mais sur les besoins », a exhorté Michel Laforcade, mettant en garde contre les confusions entre besoins et demandes. « Il faut s'interroger sur ce que devrait être le parcours idéal et naturel et identifier les ruptures et lacunes », préconise le DG. Michel Laforcade décline ensuite localement le 3e plan autisme selon 4 axes : la formation de tous les acteurs, l'accès au diagnostic précoce et tout au long de la vie (il a notamment mentionné pour les adultes les unités de séjour séquentiel d'observation), l'accès aux soins somatiques (et de citer en exemple l'hospitalisation de jour à Châtellerault) et l'amélioration de la qualité de l'offre, en prenant comme boussole les recommandations HAS-ANESM. « Nous avons lancé une enquête sur les recommandations de bonnes pratiques. Cette appropriation n'est pas homogène sur l'ensemble du territoire. Le social et le médico-social ont besoin de s'inspirer de la médecine et d'aller plus loin dans les preuves », a indiqué Michel Laforcade. « Le rôle de l'ARS est de demander aux professionnels s'ils sont dans la théorie (modifiable selon l'évolution des connaissances) ou dans l'idéologie (de l'ordre de la croyance)», a-t-il insisté.»
[...]
«Plaidoyer pour la coordination autour de la personne Le Pr Manuel Bouvard, chef du pôle psychiatrie du CHU de Bordeaux, appelle à individualiser les prises en charge. « Il faut passer du spectre autistique à l'individu. La personne ne doit pas être perdue dans la masse », explique-t-il, insistant sur l'importance d'identifier les troubles associés (TDAH, troubles du langage, de l'attention, etc.) pour intervenir dessus. L'enjeu devient alors le bilan, puis la construction d'un projet personnel individualisé et actualisé au cours de la vie de la personne. Environ 60 % des enfants ont un diagnostic posé, et seulement 20 % des adultes, note-t-il. Le maître-mot est alors la complémentarité entre les familles, l'éducation nationale, le sanitaire et le médico-social. « Il ne faut pas aller l'un contre l'autre ». S'il met en garde contre la « démédicalisation » à tous crins, il prône en revanche la « désinstitutionnalisation de l'autisme » et le changement de culture : « il faut mettre la personne au centre, pas l'institution », dit-il. Avant de conclure sur l'importance de la recherche non seulement expérimentale, ou génétique et épigénétique, mais aussi la recherche-action. Qui appelle, encore une fois, l'orchestration de compétences plurielles. »...

<< Sommaire
lequotidiendumedecin

The effects of cognitive remediation therapy using the frontal/executive program for autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 16/06/2016

«Abstract OBJECTIVE: The cognitive features and treatment of autism spectrum disorder have been the subject of much debate in recent years. Therapeutic approaches to date have focused on skills acquisition, support tailored to the characteristics of autism spectrum disorder, and interventions in social cognitive functioning; there have been few reports describing interventions aimed at neurocognitive dysfunction. In this study, we focus on impairment of executive functioning in autism spectrum disorder patients and investigate improvements in executive functioning and their generalization to social functioning. METHOD: The intervention adopted for this study was cognitive remediation therapy using the frontal/executive program. To investigate the effectiveness of frontal/executive program, 15 subjects who consented to participate in the study were randomly assigned to an intervention group or control group. Frontal/executive program was administered to the intervention group for about six months. Both groups were evaluated using the same scales: BACS-J, WCST, and CPT for cognitive assessment; SCoRS-J, GAF, and LASMI for social functioning; and GSE for self-efficacy. RESULTS: Both groups had lower scores for cognitive functioning than normal individuals at baseline. After completion of frontal/executive program, the intervention group showed improved performance on BACS-J for overall score, digit sequencing, verbal fluency, and Tower of London tasks. Improvements were also seen on SCoRS-J and LASMI scales of social functioning. CONCLUSIONS: This was the first study to use frontal/executive program to focus on neurocognitive dysfunction in autism spectrum disorder patients. Frontal/executive program is effective in improving impaired executive functioning in autism spectrum disorder patients and may also lead to improvements in some aspects of social functioning.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Effect of exercise intervention on the perceptual- motor skills in adolescents with autism. - PubMed - NCBI 16/06/2016

«Abstract BACKGROUND: Motor skill impairment has been reported in many studies of autistic adolescents. The aim of this study was to examine the effect of selected physical exercise on Perceptual- motor skills in adolescents with autism. METHODS: Twenty adolescents with autism that were under special education in Tehran based on their Childhood Autism Rating Scale scores (CARS) and level of abilities were selected. Measurement tool was Bruininks Oseretsky Test of Motor Proficiency (BOTMP). Selected group motor program in this study includes motor activities, games and sports for adolescents that were performed for 10 weeks. RESULTS: Results showed that selected physical exercise training has significant effects on all of the variables (p<0.001) except the speed of running and agility (p=0.61), bilateral coordination (p=0.12) and response speed (p=0.42). CONCLUSIONS: It seems that miscellaneous physical exercise programs which include ball games, delightful play and targeted play can improve perceptual- motor skills in adolescents with autism.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Teaching children with autism spectrum disorder how to sleep better: A pilot educational program for parents. 16/06/2016

«While many factors contribute to sleep difficulties in children with autism spectrum disorder (ASD), behavioral sleep education is often effective. However, providing families with the educational tools and the support they need to help their children sleep can be challenging given limited access to care. We piloted the use of a 5-week home sleep education program in 10 parents of children with ASD, ages 3-9 years. Parents read a sleep education manual (extracted from a book on sleep and ASD) and then implemented the suggested strategies with their children. The Children's Sleep Habits Questionnaire, the Family Inventory of Sleep Habits, and actigraphy were completed prior to and after the intervention. Parents also completed a postintervention interview to assess understanding and comfort with implementation. Of 8 completers, 6 children showed improvement in sleep patterns, which included bedtime resistance, time to fall asleep, night wakings, and cosleeping. Actigraphy data showed improvements in sleep latency (time to fall asleep) for most of the children. Two children were able to discontinue supplemental melatonin. All parents reported good to excellent understanding of the manual and reported high comfort levels with implementation. Our pilot findings suggest that some parents can learn effective strategies for promoting sleep and teach them to their children with ASD without the guidance of a trained educator»...

<< Sommaire
psycnet.apa

Self-Monitoring for High School Students With Disabilities 16/06/2016

«Abstract Self-monitoring interventions are well supported within the empirical literature as improving classroom engagement for students with disabilities. However, studies implementing self-monitoring interventions in high school settings are rarely conducted despite their potential to improve student academic and behavioral outcomes. In an investigation of an unobtrusive, self-monitoring application loaded on a handheld device, classroom engagement and perceived academic benefits were assessed in a withdrawal design for three high school students with different disabilities (specific learning disability, autism, and intellectual disability) in varied instructional arrangements. Direct observation data supported the intervention as effective in improving classroom engagement for all three students during intervention and maintenance phases»...

<< Sommaire
pbi.sagepub

Using Reframing to Reduce Negative Statements in Social Conversation for Adults With Autism Spectrum Disorder 15/06/2016

«Abstract This study examined the effects of teaching the reframing of negative statements through self-management and video-feedback on social conversation in adults with autism spectrum disorder (ASD). A multiple baseline design across five participants showed that, following intervention, all were able to increase their positive and neutral statements while decreasing negative statements, with generalization to peers in new settings. In addition, four of the five participants' affect and interest improved following the intervention, and three were rated as more socially desirable. Furthermore, post-treatment improvements were noted on standardized measures of depression, anxiety, and hopelessness. Results are discussed in terms of improving general social communicative interactions and quality of life in adults with ASD.»...

<< Sommaire
pbi.sagepub

Emploi accompagne : le medico-social prepare son monopole ? 15/06/2016

«Handicap.fr : Avant toute chose, l'emploi accompagné, c'est quoi ? Hervé Allart de Hees : Selon la définition qu'en a donné le Président de la République lors de la Conférence nationale du handicap de mai 2016, le concept d'emploi accompagné, introduit dans le projet de loi Travail, s'adresse tant aux salariés handicapés qu'aux employeurs en milieu ordinaire, et propose un accompagnement pérenne et mobilisable à tout moment. Porté par le service public de l'emploi et ses partenaires, avec l'appui des Esat, il vise l'amélioration des conditions d'insertion professionnelle et la sécurisation sur le poste de travail de ces salariés. H.fr : Cela satisfait-il le Medef ? HAH : Non. Les deux amendements (N°4701 et 4742) en cours de débat sont inappropriés sur la forme car le sujet de l'emploi et handicap relève du champ du paritarisme. H.fr : En d'autres termes ? HAH : Une telle décision implique une concertation avec les partenaires sociaux, c'est-à-dire les syndicats et les entreprises, ce qui n'a pas été le cas. Ces amendements ont été déposés sans qu'à aucun moment ils n'aient été consultés. Les députés et le gouvernement ont oeuvré dans leur coin. Alors, en d'autres termes, que l'entreprise et son salarié handicapé doivent pouvoir rester maitre de la mise en oeuvre du dispositif et choisir librement le prestataire afin d'en changer si nécessaire. H.fr : Que reprochez-vous à l'emploi accompagné tel qu'il est envisagé pour le moment ? HAH : D'où est-ce venu ? Du lobbying du médico-social car ce sont les grosses associations gestionnaires qui seraient en charge de l'accompagnement des travailleurs handicapés et des équipes au sein des entreprises ordinaires. C'est a priori ce qui est écrit dans le texte « accompagnement médico-social » mais c'est assez clair-obscur et cela donnera certainement matière à interprétation. H.fr : Le médico-social est tout de même en bonne place dans ce domaine...¦ Ses professionnels ont l'habitude d'accompagner les personnes handicapées. Cela parait assez logique de leur confier ce type de mission. HAH : Bien sur mais ça ne doit pas devenir son monopole. L'entreprise en milieu ordinaire, qui est quand même la première concernée, doit rester libre de ses choix. Nous recherchons en priorité de vrais professionnels de l'accompagnement dans l'emploi avec des objectifs de performance. L'autre point, c'est que c'est la CDAPH (Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées au sein des MDPH) qui va décider pour la personne handicapée, et cela touche donc à sa liberté individuelle. H.fr : Mais vous imaginez donc des « job-coachs » issus du privé ? Comment avoir la garantie qu'ils proposeront des prestations adaptées et de qualité s'ils méconnaissent les particularités du handicap ? Ne risque-ton pas de voir apparaitre une génération spontanée de conseillers en tous genres qui n'auront pas les compétences ? HAH : Je suis libéral par définition et considère que la loi du marché est capable de faire la sélection naturelle. Et lorsqu'on fait appel à des organismes agréés, on plombe cette problématique d'efficacité. Dans la « vraie vie » des entreprises, ne perdurent que celles qui sont compétentes ! H.fr : Vous affirmez donc que le médico-social n'a pas les compétences ad-hoc en matière d'emploi en milieu ordinaire ? HAH : Il a évidemment une vraie légitimité dans son environnement mais quand on a affaire à une entreprise liée aux impératifs du marché, il faut avoir une lecture différente. Il couvre déjà un spectre suffisamment large et décide aujourd'hui de contrôler l'emploi vers le milieu ordinaire. Il faut, je le répète, laisser plus de liberté dans ce champ de l'accompagnement. H.fr : Le système plus libéral que vous proposez a-t-il fait ses preuves ailleurs ? HAH : Je vais vous donner l'exemple d'un entrepreneur français qui a eu besoin de recruter des personnes handicapées pour un restaurant qu'il ouvrait en Angleterre ; il a eu un nombre impressionnant de réponses et toutes venaient du secteur privé. A l'étranger, certains pays sont plus dans une logique de type « marchand » avec des prestataires dédiés pour une réponse adaptée à leurs besoins. H.fr : Pourquoi pensez-vous que le secteur médico-social souhaite se saisir de cette question de l'emploi en milieu ordinaire ? HAH : Parce que la désinstitutionalisation est en marche et qu'il lui faut trouver de nouveaux débouchés. Mais ce n'est pas parce qu'on est un bon éducateur, un bon psychologue ou un bon ergothérapeute qu'on fera un bon job-coach pour un besoin professionnel. H.fr : Alors, que proposez-vous ? HAH : La réglementation, on en meurt ! Alors plutôt que de légiférer, il faudrait encadrer davantage et créer un référentiel des acteurs qui permette d'avoir un avis et des garanties comme sur les sites marchands. Internet a cela de bon qu'on peut évaluer et noter les performances des organisations. L'Agefiph ou le Fiphfp par exemple, devraient être pourvoyeurs de références ou animer une plateforme pour évaluer la pertinence des offres.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Le pape denonce la mise a l'ecart des handicapes - Monde 15/06/2016

«Le pape s'est exprimé sur la culture du corps ambiante, qui pousse à rejeter les personnes qui ne correspondent pas à ces standards, dimanche. François a dénoncé dimanche la dépression, «pathologie de la tristesse» de la société contemporaine, et la marginalisation des handicapés. Il s'exprimait devant 20'000 malades et handicapés réunis place Saint-Pierre à l'occasion du Jubilé des malades. Lors de la messe, retransmise en mondiovision, l'évangile du jour a été joué pour la première fois par un groupe de handicapés mentaux déguisés en costume de l'époque du Christ, qui ont mimé avec des gestes le récit de la femme pécheresse qui verse un parfum sur les pieds de Jésus. Une jeune aveugle a prononcé une lecture à partir d'un missel en braille. Les textes du jour ont été traduits par des sourds dans la langue internationale des signes. Des trisomiques ont servi la messe. La communion a été distribuée à des milliers de personnes sur des fauteuils roulants. Culture du divertissement «Ces temps-ci, on considère qu'une personne malade ou portant un handicap ne peut pas être heureuse, parce qu'elle est incapable de mener le style de vie imposé par la culture du divertissement», a dénoncé François. «A cette époque où un certain soin du corps est devenu un mythe de masse et donc une affaire économique, ce qui est imparfait doit être masqué, parce que cela porte atteinte à la sérénité des privilégiés et met en crise le modèle dominant», a-t-il dit. Le souverain pontife a critiqué l'idée qu'«il vaut mieux maintenir ces personnes séparées dans une «enceinte» - peut-être dorée - ou dans les «réserves» du piétisme et de l'assistantialisme (...) Dans certains cas, on soutient même qu'il vaut mieux s'en débarrasser, parce qu'elles deviennent un poids économique insoutenable en un temps de crise». Plaidoyer pour le sourire François a opposé «la thérapie du sourire», qui peut redonner le désir de vivre à «la pathologie de la tristesse». «Aujourd'hui, l'une des plus fréquentes pathologies est aussi celle qui touche l'esprit (...) Lorsqu'on fait l'expérience de la trahison dans les relations importantes, alors la tentation de se replier sur soi devient très forte».»...

<< Sommaire
20min

Discours de Segolene NEUVILLE - Ouverture du seminaire des directeurs de l'Association des directeurs de maisons departementales des personnes handicapees - Discours - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 15/06/2016

«Mesdames et Messieurs les directrices et les directeurs de MDPH, Madame la Présidente de l'Association des Directeurs, Annie Coletta, Madame la directrice de la CNSA, Geneviève Gueydan, Monsieur le directeur de la DGCS, Jean-Philippe Vinquant, J'ai tenu à venir ouvrir la journée de séminaire de l'Association des directeurs de maisons départementales des personnes handicapées (ADMDPH), comme j'ai déjà eu l'occasion de le faire en décembre dernier. Entretemps s'est tenue, le 19 mai, la Conférence nationale du handicap. Comme vous le savez sans doute, elle a été l'occasion pour le Président de la République de rappeler publiquement le sens de la politique du handicap menée par le Gouvernent et de mettre l'accent sur son caractère inclusif. J'aimerais vous en dire quelques mots. L'objectif poursuivi par le Gouvernement est clair : agir pour l'émancipation et la liberté de choix de toutes les personnes en situation de handicap. Il s'inscrit dans le droit fil, et du tournant pris par le législateur en 2005, et de la ratification de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées par la France cinq ans plus tard, en 2010. Pour que l'émancipation et la liberté de choix soient garanties, il faut que le handicap devienne l'affaire de tous, de toute la société. C'est pour cela que le Président de la République a rappelé la nécessité de rendre notre société plus inclusive encore. Il s'agit là d'un engagement de grande ampleur si l'on songe à la multiplicité des domaines de la vie quotidienne dans lesquels les personnes en situation de handicap se heurtent à des obstacles. Le but est de parvenir à les lever, de garantir aux personnes l'accès à leurs droits ainsi que des réponses concrètes. Cela passe, et par la compensation du handicap, et par le développement d'une politique d'accessibilité universelle. Trois thèmes ont été illustrés par des réalisations exemplaires lors de la Conférence nationale du handicap : l'emploi, le logement et l'accès aux études. Il me semble que la directrice de la CNSA a prévu de développer le sujet de l'accessibilité universelle dans son intervention, c'est pourquoi je ne le ferai pas ici. Il est un second engagement de l'Etat, celui de ne laisser aucune personne en situation de handicap sans solution. Ce devoir, il nous incombe collectivement ; il réclame la recherche de réponses sur mesure, adaptées aux attentes et aux besoins des personnes en situation de handicap, tout en évitant les ruptures de parcours. C'est là l'esprit même du dispositif dit « une réponse accompagnée pour tous » lancé en 2014, dont l'objectif est de faire évoluer les processus d'orientation et l'approche du handicap, afin de pouvoir proposer une réponse aux personnes aujourd'hui sans solution adéquate en termes de services ou d'établissement d'accueil.»
[...]
«Les MDPH, cela va sans dire, y jouent un rôle majeur. Au contact direct des personnes, ce sont elles qui constituent la clef de voûte du dispositif puisque ce sont elles qui jouent le rôle d’assembleur des solutions de proximité. C’est pourquoi le Président de la République a veillé à ce que les MDPH soient soutenues ; en parallèle, les mesures de simplifications qui visent à alléger la tâche administrative très lourde qui pèsent sur elles demeurent plus que jamais une priorité pour le Gouvernement. Les 24 départements pionniers qui se sont engagés dans la première phase de déploiement de la mission confiée à Marie-Sophie Desaulle au lendemain de la Conférence nationale du handicap de 2014, bénéficieront en effet d’un soutien exceptionnel de 8 millions d’euros sur trois ans. En première ligne dans la mise en œuvre de la réforme dite de « réponse accompagnée pour tous », il apparaît en effet capital que de leur donner des moyens nouveaux pour assurer leur rôle. Par ailleurs, un soutien de 13 millions d’euros aux départements a été annoncé par le Président de la République pour la mise en place du nouveau système d’information harmonisé des MDPH auxquels s’ajoutent 2 millions d’euros pour construire un module orientation conforme à la logique de la réponse accompagnée. Le but est de permettre une meilleure connaissance des besoins ainsi que d’améliorer le suivi des orientations et le parcours des personnes. Vous connaissez le problème : il est à l’heure actuelle impossible de connaître le nombre exact de personnes en situation de handicap. Cet état de fait s’explique par une absence de surveillance épidémiologique et par l’existence de systèmes d’information propres à chaque MDPH. Pour y remédier, nous avons travaillé depuis deux ans avec la CNSA à identifier et à faire aboutir les évolutions techniques nécessaires auprès des éditeurs de logiciels. Je veux croire que ce soutien de 15 millions voulu par le Président de la République, est de nature à inciter les MDPH à opter pour le système d’information harmonisé que l’Etat met désormais à leur disposition. Et ce d’autant plus que le dispositif, couplé au système d’information relative à l’offre médico-sociale développé en parallèle par les ARS, nous permet collectivement d’accroître notre capacité d’observation et d’analyse des besoins, et donc de parvenir à une meilleure programmation des réponses. J’en viens maintenant à la création de la carte mobilité inclusion, mesure de simplification dans l’élaboration de laquelle les discussions avec l’Association de directeurs de MDPH se sont avérées fondamentales. Elles ont permis de faire évoluer le projet pour le rendre plus pertinent encore et emporter l’adhésion des parlementaires. La création de cette nouvelle carte a été proposée et votée à l’unanimité lors de la lecture du projet de loi pour une République numérique au Sénat. Son objectif est double : il s’agit d’une part de faire bénéficier, à partir du 1er janvier 2017, les personnes en situation de handicap d’une carte unique, moderne et sécurisée se substituant aux cartes d’invalidité, de stationnement et de priorité. De l’autre, l’externalisation de sa fabrication doit permettre d’alléger la tâche administrative qui pèse sur les MPDH. D’après le rapport de synthèse de décembre 2015 de la CNSA, en effet, le traitement des cartes est de façon générale une activité particulièrement chronophage puisque 12, 5% des demandes qui sont adressées aux MDPH ont trait aux cartes de stationnement et 18,5% aux cartes de priorité ou d’invalidité. »...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Lancement d'un appel a projets national relatif a l'accompagnement a l'autonomie en sante - Actualites du ministere - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 14/06/2016

«En application de l'article 92 de la loi de modernisation de notre système de santé, le ministère des affaires sociales et de la santé lance le 13 juin 2016 un appel à projet dédié à l'accompagnement des personnes malades, en situation de handicap ou à risque de développer une maladie chronique sur le plan administratif, sanitaire et social pour gagner en autonomie. Date limite de soumission : 16 aout 2016. Cet appel à projets a pour objectif d'expérimenter des projets pilotes innovants, reproductibles et diversifiés qui permettront aux personnes malades, en situation de handicap ou à risque de développer une maladie chronique, de disposer d'informations, de conseils, de soutiens et de formations leur permettant de maintenir ou d'accroitre leur autonomie, de participer à l'élaboration du parcours de santé les concernant, de faire valoir leurs droits et de développer leur projet de vie ». La date limite de soumission et d'envoi d'un dossier de candidature à l'agence régionale de santé de la région où se situe votre projet (ou l'agence de santé de référence pour les projets pilotes s'ils sont situés sur plusieurs territoires de régions limitrophes), est fixée au 16 aout 2016 à minuit. pdf Cahier des charges des projets pilotes Téléchargement (180.5 ko) docx Dossier de candidature Téléchargement (65.3 ko) xls Annexe financière Téléchargement (44 ko) Pour tout renseignement complémentaire, merci de contacter votre agence régionale de santé ou d'envoyer un mail à : dgs-mctremplin[@]sante.gouv.fr»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

A Fresh Pair of Eyes: A Blind Observation Method for Evaluating Social Skills of Children with ASD in a Naturalistic Peer Situation in School. - PubMed - NCBI 13/06/2016

«Abstract The Social skills Observation Measure (SOM) is a direct observation method for social skills used in naturalistic everyday situations in school. This study describes the development of the SOM and investigates its psychometric properties in 86 children with Autism spectrum disorder, aged 9.8-13.1 years. The interrater reliability was found to be good to excellent. The convergent validity was low in relation to parent and teacher reports of social skills, and also to parent interview on adaptive social functioning. Therefore this direct observation seems to provide additional information on the frequency and quality of social behaviors in daily life situations. As such it contributes to parent and teacher information as a blind measurement to evaluate Social Skills Training.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

The relationship between autism symptoms and arousal level in toddlers with autism spectrum disorder, as measured by electrodermal activity. - PubMed - NCBI 13/06/2016

«Electrodermal activity was examined as a measure of physiological arousal within a naturalistic play context in 2-year-old toddlers (N=27) with and without autism spectrum disorder. Toddlers with autism spectrum disorder were found to have greater increases in skin conductance level than their typical peers in response to administered play activities. In the autism spectrum disorder group, a positive relationship was observed between restrictive and repetitive behaviors and skin conductance level increases in response to mechanical toys, whereas the opposite pattern was observed for passive toys. This preliminary study is the first to examine electrodermal activity levels in toddlers with autism spectrum disorder during play-based, naturalistic settings, and it highlights the potential for electrodermal activity as a measure of individual variability within autism spectrum disorder and early development.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Current knowledge on the genetics of autism and propositions for future research. - PubMed - NCBI 13/06/2016

«Abstract Autism spectrum disorders (ASD) are a heterogeneous group of neuropsychiatric disorders characterized by problems in social communication, as well as by the presence of restricted interests, stereotyped and repetitive behaviours. In the last 40years, genetic studies have provided crucial information on the causes of ASD and its diversity. In this article, I will first review the current knowledge on the genetics of ASD and then suggest three propositions to foster research in this field. Twin and familial studies estimated the heritability of ASD to be 50%. While most of the inherited part of ASD is captured by common variants, our current knowledge on the genetics of ASD comes almost exclusively from the identification of highly penetrant de novo mutations through candidate gene or whole exome/genome sequencing studies. Approximately 10% of patients with ASD, especially those with intellectual disability, are carriers of de novo copy-number (CNV) or single nucleotide variants (SNV) affecting clinically relevant genes for ASD. Given the function of these genes, it was hypothesized that abnormal synaptic plasticity and failure of neuronal/synaptic homeostasis could increase the risk of ASD. In addition to these discoveries, three propositions coming from institutions, researchers and/or communities of patients and families can be made to foster research on ASD: (i) to use more dimensional and quantitative data than diagnostic categories; (ii) to increase data sharing and research on genetic and brain diversity in human populations; (iii) to involve patients and relatives as participants for research. Hopefully, this knowledge will lead to a better diagnosis, care and integration of individuals with ASD»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Reservoir Computing Properties of Neural Dynamics in Prefrontal Cortex. - PubMed - NCBI 13/06/2016

«Abstract Primates display a remarkable ability to adapt to novel situations. Determining what is most pertinent in these situations is not always possible based only on the current sensory inputs, and often also depends on recent inputs and behavioral outputs that contribute to internal states. Thus, one can ask how cortical dynamics generate representations of these complex situations. It has been observed that mixed selectivity in cortical neurons contributes to represent diverse situations defined by a combination of the current stimuli, and that mixed selectivity is readily obtained in randomly connected recurrent networks. In this context, these reservoir networks reproduce the highly recurrent nature of local cortical connectivity. Recombining present and past inputs, random recurrent networks from the reservoir computing framework generate mixed selectivity which provides pre-coded representations of an essentially universal set of contexts. These representations can then be selectively amplified through learning to solve the task at hand. We thus explored their representational power and dynamical properties after training a reservoir to perform a complex cognitive task initially developed for monkeys. The reservoir model inherently displayed a dynamic form of mixed selectivity, key to the representation of the behavioral context over time. The pre-coded representation of context was amplified by training a feedback neuron to explicitly represent this context, thereby reproducing the effect of learning and allowing the model to perform more robustly. This second version of the model demonstrates how a hybrid dynamical regime combining spatio-temporal processing of reservoirs, and input driven attracting dynamics generated by the feedback neuron, can be used to solve a complex cognitive task. We compared reservoir activity to neural activity of dorsal anterior cingulate cortex of monkeys which revealed similar network dynamics. We argue that reservoir computing is a pertinent framework to model local cortical dynamics and their contribution to higher cognitive function.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

L'intervention precoce pour enfants autistes - Nouveaux principes pour soutenir une autre intelligence - Laurent Mottron - Afis - Association francaise pour l'information scientifique 11/06/2016

«Comme l'indique son auteur, ce livre ne contient pas de nouvelles données scientifiques d'intervention, il se présente plutôt comme « une refondation des postulats, cibles et principes techniques de l'intervention comportementale intensive précoce (ICIP) » (p.11). Il constitue une sérieuse remise en question de cette intervention pratiquée aux Etats-Unis, au Québec et plus récemment en France. Le Royaume-Uni est le seul pays à avoir résisté à cette pratique avec ce qu'elle implique. Quant à la France, elle occupe une place particulière dans la mesure où, selon l'auteur, elle a maintenu beaucoup plus longtemps que les autres pays une interprétation psychanalytique de l'autisme dont elle peine encore à se défaire aujourd'hui. Du coup, elle se trouve aujourd'hui dans une posture de « guerrier », avec une vision binaire entre psychanalyse et sciences comportementales, en considérant que si l'on n'est pas d'un côté, on est nécessairement de l'autre ! Laurent Mottron, quant à lui, refuse cette vision binaire et n'hésite pas à remettre en cause certaines pratiques comportementales, sans pour autant adhérer à la psychanalyse dont il affirme à plusieurs reprises qu'elle est inadéquate. L'ouvrage se déploie en six chapitres : en premier lieu, il est question de repenser l'autisme et son fonctionnement particulier, avant de s'attarder sur les résultats de l'intervention comportementale précoce dont il est montré qu'ils sont loin d'être scientifiquement prouvés, comme on l'entend souvent affirmé, notamment en France. Nous avons ensuite une présentation d'une autre approche pour les enfants autistes d'âge préscolaire, basée sur le principe de nourrir « une autre intelligence », titre de l'ouvrage précédent de l'auteur1. Dans les deux derniers chapitres, un message est adressé d'abord aux parents qui viennent d'avoir le diagnostic d'autisme, puis aux politiques chargés de mettre en oeuvres les pratiques sociales. Dans cette note, nous souhaitons mettre l'accent sur les apports nouveaux de cet ouvrage, à savoir : tout d'abord une nouvelle présentation des autistes non verbaux, considérés non comme des êtres déficients et asociaux, mais au contraire comme doués d'une intelligence particulière et d'une sensibilité sociale inaperçue par les non-autistes. Puis une nouvelle intervention est proposée, susceptible de se substituer à l'ICIP. Et comme dans son ouvrage précédent, Laurent Mottron défend une autre vision de l'autisme, non seulement comme une série de déficits qu'il faut compenser, mais comme des forces à exploiter dans un processus éducatif, et si possible parmi les autres dès le début du parcours de vie. L'auteur se propose de « refonder notre compréhension de l'autisme à l'âge pré-scolaire » (Chap. 1). Ce qui interpelle notamment dans son approche, c'est ce qui est appelé « la refondation de la socialisation autistique » (p.36-43). La conception de l'autisme comme déficit social est toujours bien présente dans le monde médical. Il est encore très fréquent d'entendre définir l'autisme comme un trouble de la communication. Quant à l'intervention précoce proposée, elle est souvent basée sur une sorte de réparation de ce déficit social qui a pourtant servi de repère pour le diagnostic, comme si l'on voulait supprimer ces signes autistiques en rapprochant l'autiste de la norme. Ce qu'il appelle « la cible sociale de l'ICIP » consiste en effet à entrainer l'enfant aux compétences sociales des autres enfants du même âge chronologique, par exemple, lui apprendre à regarder dans les yeux ou à communiquer en pointant du doigt. Selon l'auteur, faire une telle proposition revient à ne pas tenir compte du fonctionnement particulier de ces enfants, en essayant de les rapprocher du fonctionnement des enfants neurotypiques. Or ces enfants autistes non verbaux, dans le bas du spectre de l'autisme, contrairement à ce que l'on pense, ne sont pas dépourvus de compétences sociales. Le problème est qu'ils expriment leur socialité autrement, d'une façon qui n'est pas repérée, non seulement par l'entourage, mais aussi par les professionnels spécialistes de l'autisme. A ce sujet, Laurent Mottron signale une éclosion d'études scientifiques récentes sur les aspects de la socialisation des autistes (Birmingham et al, 2015, et Forgeot d'Arc et al en cours de publication). Ainsi, ces enfants autistes non verbaux, contrairement à ce que l'on croit, n'ont pas peur des autres et ne cherchent pas à les éviter. Il leur arrive même de faire des demandes à leur façon, en prenant la main de leur interlocuteur, mais ils envoient moins de signaux sociaux aux autres. Quant à leur intelligence, l'auteur fait comprendre que pendant cette période pré-scolaire, elle n'est accessible que par la voie non-verbale et se caractérise par un sur-fonctionnement perceptif, non pris en compte par les non-autistes.»...

<< Sommaire
pseudo-sciences

Experience in VR the sensory overload a boy with autism feels every day 10/06/2016

«LONDON ...” The clicking of heeled shoes on the floor. The flickering of lights above. The sounds of everyday life which many people simply don't notice can be overwhelming for someone who is on the autism spectrum. SEE ALSO: Video brings you the sensory overload a boy with autism feels Now everyone can feel what this is like with the National Autistic Society's virtual reality experience. It's a remake of their video about a boy with autism who becomes overwhelmed in a shopping centre with his mother. In the VR experience, you are seeing the situation through the boy's eyes. Autism is "a developmental disability that affects how a person communicates with and relates to other people and how they experience the world around them," the society says. In the 360-degree video, you can look around and see and hear the different sensations. For the VR experience, you can download the app here and view the film with Google Cardboard. The charity hopes that the medium of VR will effectively communicate the experiences of someone with autism, and that the public will respond with empathy.»...

<< Sommaire
mashable

Tchat Live 15 juin Signalement de l'enfance en danger : quelles sont les bonnes demarches ? 10/06/2016

«Signalement de l'enfance en danger : quelles sont les bonnes démarches ? Tout personnel ayant connaissance de la maltraitance d'un élève ou d'un danger potentiel doit le signaler. En pratique, il est parfois difficile de déterminer quels cas doivent faire l'objet d'un signalement. Quand faut-il signaler ? Tchat Live 15 Juin à 18h - Posez vos questions dès maintenant !»...

<< Sommaire
autonome-solidarite

* The Stigma of Failure Slows Scientific Process 07/06/2016

«sychology is in a state of flux. Ever since the prominent Dutch psychologist Diederik Stapel admitted in 2011 to fabricating and manipulating the data in his work, the field's research methods have been in the spotlight. The debate has focused on whether replication is a way to confirm accuracy. In theory, if a study was done properly, a research group should be able to reliably repeat it and get the same results. This view has long been a cornerstone of the scientific method. But is it realistic? If the answer is no, what does that mean for the field of psychology? Last August, Nature published a three-year effort by 270 researchers who attempted to replicate 100 recent psychology studies­­. They managed to replicate only 40 percent of them. That result was called into question in March when Dan Gilbert, a Harvard University psychologist, and colleagues published a comment in Science that argued the replication efforts were flawed. The debate spawned a messy row in which Gilbert called the replicators "shameless little bullies." It is fair to say things got personal. The scientists who conducted the replications have hit back, arguing that their critics have mischaracterized the replications. While Gilbert's side alleges key differences between the original experiments and the failed replications, the replicators argue that the differences are both incidental and irrelevant. They also note that the authors of the original experiments approved the changes before work on the replications began. If you're starting to get a little lost, don't worry. It's not just you. The editor of The Psychologist, Jon Sutton, summed up the argument well when he tweeted: "I guess it's possible the paper that says the paper that says psychology is a bit shit is a bit shit is a bit shit." The replication crisis in psychology is not confined to relatively abstract claims; some of the most widely repeated psychological claims of recent years have now been shown to be unreplicable. And the replication crisis is by no means limited to psychology. A recent study has suggested $28 billion is spent every year on preclinical research that can't be replicated.»
[...]
«The notion that only positive findings are useful is an “Alice in Wonderland” view of reality (my positive finding is your negative finding and vice versa). The fact that a Harvard professor could get this so wrong demonstrates just how blind we can be to the value of negative results. Verifying findings is at the heart of good science. As Karl Popper famously observed, seeing millions of white swans doesn’t prove all swans are white, but just one black swan is all it takes to show us that all swans are not white. Sometimes one black swan can tell you far more than a dozen white swans ever could. While all good scientists respect the principle of falsifiability, it doesn’t make it any less painful when a result a scientist has staked their career on draws a negative. For example, when Yale psychologist John Bargh’s classic priming experiment could not be replicated, he blasted off a fierce attack on the researchers responsible for the replication, titled “nothing in their heads.” He later deleted his outburst amid equally fierce criticism. We are fast moving to a world of better research practices, such as pre-registration of clinical trials and uploading of research materials to online repositories, but none of this will matter if scientists can’t overcome their egos. While ego isn’t something that will ever go away, the irrational idea that good scientists only ever find results that support their original hypotheses is something we can change. A good first step might be to stop calling these discoveries "failures.” Negative results are good. Negative results are healthy. Negative results are the very cornerstone of scientific process. It's time we began to treat them as such. »...

<< Sommaire
primemind

Association between Asthma and Autism Spectrum Disorder: A Meta-Analysis. - PubMed - NCBI 07/06/2016

«Abstract OBJECTIVE: We conducted a meta-analysis to summarize the evidence from epidemiological studies of the association between asthma and autism spectrum disorder (ASD). METHODS: A literature search was conducted using PubMed, Embase, and Cochrane library for studies published before February 2nd, 2016. Observational studies investigating the association between asthma and ASD were included. A random effects model was used to calculate the pooled risk estimates for the outcome. Subgroup analysis was used to explore potential sources of heterogeneity and publication bias was estimated using Begg's and Egger's tests. RESULTS: Ten studies encompassing 175,406 participants and 8,809 cases of ASD were included in this meta-analysis. In the cross-sectional studies, the prevalence of asthma in ASD was 20.4%, while the prevalence of asthma in controls was 15.4% (P < 0.001). The pooled odds ratio (OR) for the prevalence of asthma in ASD in the cross-sectional studies was 1.26 (95% confidence interval (CI): 0.98-1.61) (P = 0.07), with moderate heterogeneity (I2 = 65.0%, P = 0.02) across studies. In the case-control studies, the pooled OR for the prevalence of asthma in ASD was 0.98 (95% CI: 0.68-1.43) (P = 0.94), and there was no evidence of an association between asthma and ASD. No evidence of significant publication bias on the association between asthma and ASD was found. CONCLUSIONS: In conclusion, the results of this meta-analysis do not suggest an association between asthma and ASD. Further prospective studies ascertaining the association between asthma and ASD are warranted.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Exploring factors related to the anger superiority effect in children with Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 07/06/2016

«Abstract Despite face and emotion recognition deficits, individuals with Autism Spectrum Disorder (ASD) appear to experience the anger superiority effect, where an angry face in a crowd is detected faster than a neutral face. This study extended past research to examine the impacts of ecologically valid photographic stimuli, gender and anxiety symptoms on the anger superiority effect in children with and without ASD. Participants were 81, 7-12year old children, 42 with ASD matched on age, gender and perceptual IQ to 39 typically developing (TYP) children. The photographic stimuli did not impact on task performance in ASD with both groups exhibiting the anger superiority effect. There were no gender differences and no associations with anxiety. Age was associated with the effect in the TYP but not ASD group. These findings confirm a robust effect of speeded detection of threat in ASD which does not appear to be confounded by gender or anxiety, but may have different underlying age-associated mechanisms.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Comment les autistes Asperger percoivent-ils notre monde du travail? 07/06/2016

«TRAVAIL « 20 Minutes » a demandé à trois autistes Asperger de se confier sur leurs parcours professionnels. L'occasion de voir notre monde du travail avec un regard neuf...¦ « Je vois enfin le bout du tunnel. » S'il réussit l'ultime test - une formation de 15 jours qui débute ce lundi -, Alexandre, 25 ans, signera son premier CDI. Une intégration rare pour un autiste : en France, moins de 1 % des 400.000 adultes présentant un « trouble du spectre autistique » travaillent. Nombre d'entre eux sont pourtant dotés d'une intelligence normale et présentent même des compétences hors du commun. Et pour cause : « Les autistes ont des centres d'intérêt très restreints auxquels ils consacrent tout leur temps. Ils deviennent donc des experts dans ces domaines. Par exemple en informatique, où leur capacité de concentration et leur sens du détail leur permettent de repérer rapidement des erreurs dans des schémas complexes », détaille Flora Thiébaut, cofondatrice d' Auticonsult, l'entreprise de service informatique(1) qui s'apprête à recruter Alexandre.»
[...]
«« Notre marginalité peut-être profitable à la société » Josef Schovanec estime normal d’apprendre les codes des neurotypiques. Mais il aimerait bien que les neurotypiques apprennent ceux des autistes. « En France, l’autisme touche 1 % de la population, ce n’est pas rien ! ». Ce globe-trotter qui parle 13 langues dont six couramment cite l’exemple de Tel-Aviv, où « le moindre agent aéroportuaire sait comment reconnaître un autiste et comment lui parler. Mais en Israël, les entreprises se battent – et c’est vraiment le terme – pour recruter des autistes ». Ce qui les séduit ? Leur perfectionnisme, leur force de travail et surtout, leur regard différent. Illustration avec cette petite fille autiste à qui l’on demande quel est le pluriel d’« arbre » et qui écrit « forêt ». « Nous pouvons trouver des solutions que vous n’aurez jamais vues. Je crois que c’est ce que nous pouvons apporter de mieux au monde de l’entreprise », dit Alexandre. Et c’est déjà ce qu’outre-Atlantique, les autistes font, comme le rappelle Josef Schovanec : « A votre avis, pourquoi Facebook a-t-il un logo bleu ? Parce que c’est la couleur de l’autisme ! Mark Zuckerberg fait partie de notre club, comme Bill Gates et comme la plupart des ingénieurs de la Silicon valley. Vous voyez : notre marginalité peut être profitable à la société ». La Silicon valley prouve qu’elle peut même en définir les nouvelles interactions sociales. »...

<< Sommaire
20minutes

Human Pluripotent Stem Cell-derived Cortical Neurons for High Throughput Medication Screening in Autism: A Proof of Concept Study in SHANK3 Haploinsufficiency Syndrome - EBioMedicine 07/06/2016

«Abstract Autism spectrum disorders affect millions of individuals worldwide, but their heterogeneity complicates therapeutic intervention that is essentially symptomatic. A versatile yet relevant model to rationally screen among hundreds of therapeutic options would help improving clinical practice. Here we investigated whether neurons differentiated from pluripotent stem cells can provide such a tool using SHANK3 haploinsufficiency as a proof of principle. A library of compounds was screened for potential to increase SHANK3 mRNA content in neurons differentiated from control human embryonic stem cells. Using induced pluripotent stem cell technology, active compounds were then evaluated for efficacy in correcting dysfunctional networks of neurons differentiated from individuals with deleterious point mutations of SHANK3. Among 202 compounds tested, lithium and valproic acid showed the best efficacy at corrected SHANK3 haploinsufficiency associated phenotypes in cellulo. Lithium pharmacotherapy was subsequently provided to one patient and, after one year, an encouraging decrease in autism severity was observed. This demonstrated that pluripotent stem cell-derived neurons provide a novel cellular paradigm exploitable in the search for specific disease-modifying treatments.»...

<< Sommaire
ebiomedicine