L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Sun Apr 21 15:00:02 CEST 2019 France - It's time to Stand Up! For inclusion
19/04/19 Autism Spectrum Disorder and the Experience of Traumatic Events: Review of the Current Literature to Inform Modifications to a Treatment Model for Children with Autism | SpringerLink [link.springer]
19/04/19 Laurent Habert, nouveau directeur general de l'ARS Centre-Val de Loire | Sites internet des ARS [centre-val-de-loire.ars.sante]
17/04/19 Melatonin Helps Kids With Autism, Ups Parents' Quality of Life [medscape]
16/04/19 Repetitive behaviors: Listening to the voice of people with high-functioning autism spectrum disorder - ScienceDirect [sciencedirect]
16/04/19 Identification of Post-Traumatic Stress Disorder in Individuals with Autism Spectrum Disorder and Intellectual Disability: A Systematic Review: Journal of Mental Health Research in Intellectual Disabilities: Vol 0, No 0 [tandfonline]
14/04/19 Julien Denormandie et Marlène Schiappa : «Nous lançons une brigade anti- discriminations» [m.leparisien]
14/04/19 Replay Astrid et Raphaelle - Puzzle - France 2 [france]
11/04/19 Avis 19-06 du 10 avril 2019 relatif a l'inclusion des eleves handicapes dans l'ecole et l'universite | Defenseur des Droits [defenseurdesdroits]
11/04/19 L'educatrice avait fait refaire sa cuisine par des jeunes en situation de handicap - 11/04/2019 [ladepeche]
11/04/19 La France va-t-elle rapatrier ''ses'' handicapes residant en Belgique ? [rtbf]
11/04/19 Poitiers : un veilleur de nuit violeur chez les autistes ? [lanouvellerepublique]
10/04/19 Replay: ''Pieces a conviction''. Psychiatrie : le grand naufrage - France 3 - 10 avril 2019 - En replay [francetvinfo]
09/04/19 Arrete du 15 fevrier 2019 fixant les modalites d'appreciation d'une situation de handicap donnant lieu a l'attribution de droits sans limitation de duree prevue par l'article R. 241-15 du code de l'action sociale et des familles et par l'article R. 821-5 du code de la securite sociale | Legifrance [legifrance.gouv]
08/04/19 Researchers identify role gender-biased protein may play in autism [medicalxpress]
07/04/19 Journee mondiale de l'autisme : le changement se fait-il encore attendre ? [jim]
04/04/19 A voir en avant-premiere sur Telerama, ''Rachel, l'autisme a l'epreuve de la justice'' - Television [telerama]
02/04/19 Le secretaire d'Etat Adrien Taquet veut sensibiliser les travailleurs sociaux a l'autisme [lemonde]
02/04/19 Journee mondiale de sensibilisation a l'autisme: fetons ensemble l'inaction politique et le business [huffingtonpost]
02/04/19 Autisme: l'impatience monte chez les familles - Sciences et Avenir [sciencesetavenir]
01/04/19 La mise en oeuvre de la strategie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-developpement - Compte rendu du Conseil des ministres du 1 avril 2019 | [gouvernement]
01/04/19 « Nous allons changer la donne »: la ministre Sophie Cluzel presente le plan autisme a 350 millions sur RMC [rmc.bfmtv]
01/04/19 Petition : Defaut de prise en charge pour nos enfants autistes [mesopinions]
01/04/19 Fathers of Youth with Autism Spectrum Disorder: A Systematic Review of the Impact of Fathers' Involvement on Youth, Families, and Intervention. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
01/04/19 Sexual Dysfunctions and Their Association with the Dual Control Model of Sexual Response in Men and Women with High-Functioning Autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
31/03/19 Nord: la maman d'un enfant handicape privee d'allocations se suicide [bfmtv]
26/03/19 Haute Autorite de Sante - Conseil pour l'engagement des usagers [has-sante]
26/03/19 ''Autisme info Service'', une nouvelle plate-forme pour orienter les familles - Sciences et Avenir [sciencesetavenir]
25/03/19 In autistic children, low intelligence forecasts later difficulties | Spectrum | Autism Research News [spectrumnews]
23/03/19 Pour la culture et le sport accessibles a tous [lanouvellerepublique]
18/03/19 U1253 - Apply to Have Your Say in Autism Research [ibrain.univ-tours]
18/03/19 AIMS-2-TRIALS Our Research [aims-2-trials]
18/03/19 Proposition de loi visant a favoriser la reconnaissance des proches aidants : un enjeu social et societal majeur [senat]
15/03/19 Conference des ministres europeens charges du handicap : un engagement commun pour renforcer la mobilisation en faveur de l'autonomie et de la pleine participation des personnes handicapees a l'echelle de l'Union europeenne - France-Diplomatie - Ministere de l'Europe et des Affaires etrangeres [diplomatie.gouv]
15/03/19 * Yes, there are a lot more adult autistics than commonly thought. The real question is what we do with this information. | Left Brain Right Brain [leftbrainrightbrain.co]
15/03/19 Commission d'enquete sur l'inclusion des eleves handicapes dans l'ecole et l'universite de la Republique, quatorze ans apres la loi du 11 fevrier 2005 - Assemblee nationale [www2.assemblee-nationale]
13/03/19 Investigating the relationship between fast mapping, retention, and generalisation of words in children with autism spectrum disorder and typical d... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
13/03/19 Some Children Can ''Recover'' From Autism, but Problems Often Remain | Albert Einstein College of Medicine [einstein.yu]
13/03/19 Actualisation fiches - Restitution de la concertation - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees [handicap.gouv]
13/03/19 Handicap : Sophie Cluzel veut « echanger sur les bonnes pratiques » avec ses homologues europeens | Public Senat [publicsenat]
13/03/19 Vidéo L'Encéphale : le Comite scientifique vous propose un bilan du congres 2019 ! Suicide, autisme, societe, depression et troubles psychotiques [m.facebook]
12/03/19 Le suicide chez les personnes autistes : une etude sur 20 ans [comprendrelautisme]
11/03/19 Autisme : des experts au chevet des professionnels [lanouvellerepublique]
10/03/19 Women and Autism Spectrum Disorder: Diagnosis and Implications for Treatment of Adolescents and Adults | SpringerLink [link.springer]
10/03/19 The role of astrocytic glutamate transporters GLT-1 and GLAST in neurological disorders: potential targets for neurotherapeutics. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
10/03/19 The role of multisensory development in early language learning - ScienceDirect [sciencedirect]
10/03/19 Do Children and Adults with Autism Spectrum Condition Anticipate Others' Actions as Goal-Directed? A Predictive Coding Perspective. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
10/03/19 DSM-5 criteria for autism spectrum disorder maximizes diagnostic sensitivity and specificity in preschool children | SpringerLink [link.springer]
10/03/19 Variability in first impressions of autistic adults made by neurotypical raters is driven more by characteristics of the rater than by characteristics of autistic adults - Kerrianne E Morrison, Kilee M DeBrabander, Daniel J Faso, Noah J Sasson, 2019 [journals.sagepub]
09/03/19 Placements abusifs, juge des enfants, ASE | The autist [blogs.lexpress]
09/03/19 Votre enfant est en situation de handicap, et est accompagne au quotidien par un(e) AESH ou un(e) AVS ? Votre temoignage nous interesse - Auxerre (89000) - L'Yonne Republicaine [lyonne]
08/03/19 Rapport Onu et handicap: la France deja en ordre de marche ? [informations.handicap]
08/03/19 Maison departementale des personnes handicapees de la Seine-Maritime (MDPH 76) - Rouen (Seine-Maritime) | Cour des comptes [ccomptes]
07/03/19 Autism diagnosis often followed by identification of other conditions | Spectrum | Autism Research News [spectrumnews]
06/03/19 HCDH | Le Conseil des droits de l'homme tient son debat annuel sur les droits des personnes handicapees [ohchr]
05/03/19 AAH L'Inclusion En Marche! est favorable à la désindexation. [facebook]
04/03/19 Rapport Onu et handicap: la France en prend pour son grade! [informations.handicap]
28/02/19 Olivier Paolini - ALLOCATION ADULTE HANDICAPE (AAH) [facebook]
26/02/19 Question de droit. Un accompagnant pas assez present [ouest-france]
25/02/19 For people with alexithymia, emotions are a mystery | Spectrum | Autism Research News [spectrumnews]
22/02/19 Sondage ALLOCATION ADULTE HANDICAPE (AAH) [docs.google]
21/02/19 La therapie genique inverse la surdite genetique - Sciences et Avenir [sciencesetavenir]
15/02/19 Scientists implicate hidden genes in the severity of autism symptoms [news-medical]
15/02/19 Abnormal timing found in the brains of people with autistic symptoms [news-medical]
14/02/19 Appel a projets : centres d'excellence dans le domaine de l'autisme et des TND - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees [handicap.gouv]
14/02/19 L'Assemblee nationale vote l'obligation de formation entre 16 et 18 ans [europe1]
13/02/19 Altered Urinary Amino Acids in Children With Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
13/02/19 Human brain protein associated with autism confers abnormal behavior in fruit flies [scienceblog]
11/02/19 Handicaps & Scolarite | CR concertations [handicapsscolarite.wixsite]
11/02/19 Restitution de la concertation - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees [handicap.gouv]
08/02/19 Relationship of the Acoustic Startle Response and Its Modulation to Adaptive and Maladaptive Behaviors in Typically Developing Children and Those W... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
02/02/19 Lancement d'une nouvelle experimentation : les PIAL (*) ....que faut-il en penser? [miroirsocial]
31/01/19 2 more plead guilty in Sumter Early Autism Project fraud [theitem]
30/01/19 Transformation de l'offre d'accompagnement des personnes handicapees - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees [handicap.gouv]
30/01/19 Arrete du 25 janvier 2019 portant nomination au cabinet de la secretaire d'Etat aupres du Premier ministre, chargee des personnes handicapees | Legifrance [legifrance.gouv]
30/01/19 Justice et handicap : une orientation en IME ne contrevient pas au droit a l'education - Faire Face - Toute l'actualite du handicap [faire-face]
29/01/19 Handicap : l'inclusion scolaire a tout prix ? Temoignez [lemonde]
28/01/19 Autism, Advocacy Organizations, and Past Injustice | Rosenblatt | Disability Studies Quarterly [dsq-sds]
28/01/19 Mesure de l'activite des etablissements et services sociaux et medico-sociaux : un guide methodologique | CNSA [cnsa]
26/01/19 Autisme a l'age adulte : les nouvelles recommandations de la HAS | Dans vos tetes | Francetv info [blog.francetvinfo]
25/01/19 Note d'orientation pour une action globale d'appui a la bientraitance dans l'aide a l'autonomie - Janvier 2019 - Ministere des Solidarites et de la Sante [solidarites-sante.gouv]
24/01/19 Commission d'enquete en vue a l'Assemblee sur l'inclusion des eleves handicapes [lefigaro]
24/01/19 Phase 3 Study Launched to Investigate Bumetanide to Treat Autism [rdmag]
24/01/19 Pas de droit a un milieu scolaire classique pour les autistes-CEDH - Boursorama [boursorama]
23/01/19 Severe infections in childhood may boost chances of autism diagnosis | Spectrum | Autism Research News [spectrumnews]
23/01/19 Relationship of the Acoustic Startle Response and Its Modulation to Adaptive and Maladaptive Behaviors in Typically Developing Children and Those With Autism Spectrum Disorders: A Pilot Study | Frontiers in Human Neuroscience [frontiersin]
23/01/19 Predictors of handwriting performance among children with autism spectrum disorder - ScienceDirect [sciencedirect]
23/01/19 Ecole inclusive : les deputes appeles a l'aide ! [informations.handicap]
23/01/19 Indemnisation en l'absence de prise en charge des troubles de l'autisme | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
22/01/19 Replay Pieces a conviction - Enfants places : les sacrifies de la Republique - France 3 [france]

Autism Spectrum Disorder and the Experience of Traumatic Events: Review of the Current Literature to Inform Modifications to a Treatment Model for Children with Autism | SpringerLink 19/04/2019

«Abstract Children with autism incur trauma and have increased vulnerabilities for experiencing trauma. This paper summarizes the current literature in the study of trauma in typically developing children and those with autism. A treatment model for children with autism, drawing on components from cognitive behavior therapy (CBT), trauma-focused CBT, and CBT to teach emotion regulation and treat anxiety in children with autism is suggested. Components include: (a) Functional Behavior Assessment; (b) behavior plans and behavioral skills training; (c) teaching emotion regulation; (d) exposure therapy; (e) cognitive restructuring; (f) parent and child support between sessions; (g) safety plan; and (h) programming for generalization and maintenance. Future research should establish evidence-based treatment of trauma in this population by evaluating the modified treatment package.»...

<< Sommaire
link.springer

Laurent Habert, nouveau directeur general de l'ARS Centre-Val de Loire | Sites internet des ARS 19/04/2019

«Laurent Habert a pris ses fonctions le 17 avril 2019 en tant que directeur général de l'ARS Centre-Val de Loire. Il succède ainsi à Anne Bouygard. Corps de texte Diplômé de Sciences Po Paris et ancien élève de l'Ecole nationale d'administration (1990-1992), Laurent Habert a commencé sa carrière à la Direction de la Sécurité Sociale (DSS). Après avoir été rapporteur à la Cour des comptes (1996-1998), il est ensuite nommé Directeur adjoint de l'Agence Régionale de l'Hospitalisation (ARH) des Pays de la Loire. Fin 2000, il quitte l'ARH pour revenir à la DSS en tant que sous-directeur de l'accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail. Il intègre en décembre 2004 le cabinet de Xavier Bertrand, secrétaire d'Etat à l'Assurance maladie puis ministre de la santé et des solidarités, en étant plus spécialement chargé des professionnels de santé libéraux. Chef de service, adjoint au directeur de la sécurité sociale en mars 2007, il est ensuite nommé Directeur général préfigurateur de l'Agence régionale de santé d'Alsace en septembre 2009, avant d'être confirmé au poste de Directeur général en avril 2010 au lancement officiel des ARS, poste qu'il occupe jusqu'en aout 2015. Il a dirigé la Caisse autonome nationale de la sécurité sociale dans les mines (CANSSM) à partir de cette date, avant de rejoindre le cabinet d'Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, comme conseiller sécurité sociale, finances sociales et budget (mai 2017-janvier 2019).»...

<< Sommaire
centre-val-de-loire.ars.sante

Melatonin Helps Kids With Autism, Ups Parents' Quality of Life 17/04/2019

«WARSAW, Poland ...” Prolonged-release melatonin improves sleep quality in children with autism spectrum disorder (ASD) and is associated not only with improved externalizing behaviors in kids, but also better quality of life for parents, results of a phase 3 trial and extended follow-up show. Here at the European Psychiatric Association (EPA) 2019 Congress, investigators presented the results of two studies of pediatric prolonged-release melatonin (pedPRM; Slenyto, Neurim Pharmaceuticals). Athanasios Maras, MD, PhD, Yulius Academy, Yulius Mental Health Organization, Barendrecht, The Netherlands, presented the initial phase 3 trial results that showed that pedPRM was associated with significantly improved sleep from baseline compared with placebo.»...

<< Sommaire
medscape

Repetitive behaviors: Listening to the voice of people with high-functioning autism spectrum disorder - ScienceDirect 16/04/2019

«Abstract This study examined how people with high-functioning autism spectrum disorder (HFASD) perceive and explain their own repetitive behaviors. Despite the wealth of knowledge on repetitive behaviors in HFASD, there are few studies on repetitive behaviors from the perspective of adults with HFASD. Here, data were collected from semi structured, phenomenological interviews with 16 adults (aged 35-55 years) with ASD. The findings indicated four main reasons for repetitive behavior: enhancing the ability to function; reducing external stimuli and avoiding communication; coping with stress, distress, and excitement; and coping with social communication. Conclusion The findings suggest that repetitive behaviors play a functional role in people with HFASD and also serve as a way for these individuals to cope with their environment.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Identification of Post-Traumatic Stress Disorder in Individuals with Autism Spectrum Disorder and Intellectual Disability: A Systematic Review: Journal of Mental Health Research in Intellectual Disabilities: Vol 0, No 0 16/04/2019

«ABSTRACT Introduction: autism spectrum disorder (ASD) and intellectual disability (ID) seem to influence the risk of and vulnerability to exposure to trauma and adverse events. While assessment of a psychiatric disorder in ASD and ID generally is challenging, identification of post-traumatic stress disorder (PTSD) seems particularly so, and knowledge does not seem easily accessible. Methods: This article provides asystematic review of studies describing trauma reactions in individuals with both ASD and ID, including studies involving any single case with the combination of ASD, ID, and PTSD. To systematically explore PTSD symptom presentation in the group, all reported symptoms from studies were assigned by DSM-5 criteria.»
[...]
«Results: Eighteen studies met the inclusion criteria, eight group studies and 10 case studies. Assessment methodology in studies varied, as did the format of symptom report. DSM-5 criteria provided a useful framework for integrating findings across studies, indicating that PTSD may be identified in individuals with ASD and ID. However, symptoms involving alterations in arousal and negative alterations in thought and behavior seem more easily identified than symptoms of reexperiencing and avoidance. Conclusions: There is an urgent need to identify behavioral equivalents to PTSD symptoms in this group, making it possible to identify warning signs of trauma and abuse even if such incidents are not known to family or professional carers »...

<< Sommaire
tandfonline

Julien Denormandie et Marlène Schiappa : «Nous lançons une brigade anti- discriminations» 14/04/2019

«Dans une tribune au Parisien - Aujourd’hui en France, Julien Denormandie et Marlène Schiappa annoncent le lancement de lundi 15 avril de la brigade anti-discrimination, qui vise à mettre en relation les victimes et les acteurs de la lutte contre les discriminations. Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, et Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes « En France, tous les citoyens sont égaux devant la loi. Chacun doit pouvoir accéder aux mêmes logements, postuler aux mêmes emplois, sortir dans les mêmes restaurants et ce, quelles que soient la couleur de sa peau, sa religion, son orientation sexuelle… Oui, mais en pratique, ces droits formels ne sont pas toujours réels. De trop nombreuses personnes sont encore discriminées et ne peuvent accéder au droit commun, des actes les plus anecdotiques, comme le choix d’une place dans un bar, aux plus graves, comme celui d’accéder à un emploi ou à un logement. Lutter contre ces discriminations est le sens de notre engagement en politique à tous les deux, le sens de la création d’En Marche, le sens de notre action et celle de ce gouvernement. Chacun doit pouvoir faire ses choix et, plus largement, faire sa vie sans être assigné à résidence, empêché, traité différemment.»
[...]
«De nombreux acteurs de terrain de la lutte contre les discriminations sont pleinement mobilisés. Il s’agit désormais de renforcer les mises en contact avec les personnes discriminées. S’ils ne vont pas au droit commun, le droit commun ira à eux. C’est dans cet objectif qu’avec l’ensemble des partenaires publics, associatifs et privés, nous lançons ce lundi 15 avril la BADI : la brigade anti-discrimination. Cette proposition a émergé de différents canaux pendant le grand débat national. La discrimination n’est pas une fatalité. Nous voulons dire aux personnes discriminées que le gouvernement est de leur côté, et aux personnes discriminantes qu’elles seront sanctionnées. Avec la DILCRAH, ou des associations comme SOS Racisme, la LICRA, le MRAP, SOS Homophobie, le Centre LGBT Paris Ile-de-France, l’Inter-LGBT, l’association Droits d’Urgence, Femmes Solidaires, Sportitude, Opcalia, l’Etat s’engage pour que l’égalité ne soit plus un concept éthéré, mais une réalité. La première mission confiée à la BADI, avec l’appui de Facebook France, sera de mettre à disposition de chacun une plateforme d’alerte, de mise en relation entre victimes et acteurs de la lutte contre les discriminations. La deuxième mission sera de sensibiliser toute la société afin d’abaisser le seuil de tolérance qui subsiste face à la haine. La troisième mission sera d’évaluer la pertinence des politiques publiques existantes et de proposer des mesures concrètes et efficaces en lien avec nos partenaires. La BADI agira en complément des opérations d’une ampleur inédite de testing menées par le gouvernement ; ainsi, les processus de recrutement de l’ensemble des entreprises du SBF120 seront testés sur trois ans. Il n’y a aucun sous-citoyen dans la République française. Nous en sommes convaincus : pour en finir avec les clivages que connaît notre société, la solution repose sur la considération de chaque citoyen pour ce qu’il est : un citoyen. Pas plus. Mais pas moins. » »...

<< Sommaire
m.leparisien

Replay Astrid et Raphaelle - Puzzle - France 2 14/04/2019

«diffusé le ven. 12.04.19 à 21h09 disponible jusqu'au 19.04.19 séries policières & thrillers - 90 min - 2019 - tous publics»...

<< Sommaire
france

Avis 19-06 du 10 avril 2019 relatif a l'inclusion des eleves handicapes dans l'ecole et l'universite | Defenseur des Droits 11/04/2019

«Quatorze ans après la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des chances, le Défenseur des droits était auditionné par les rapporteurs de la commission d'enquête sur l'inclusion des élèves handicapés dans l'école et l'université de la République. Dans son avis 19-06, le Défenseur des droits analyse les freins à la scolarisation inclusive et les conditions pour une école et une université réellement inclusives, que ce soit en matière d'accompagnement des élèves en situation de handicap ou d'aménagement de la scolarité et des examens. >> Consulter l'avis 19-06»...

<< Sommaire
defenseurdesdroits

L'educatrice avait fait refaire sa cuisine par des jeunes en situation de handicap - 11/04/2019 11/04/2019

«La cour d'appel de Montpellier a réformé un jugement des prud'hommes de Narbonne qui avaient condamné l'APAJH pour le licenciement jugé «sans cause réelle et sérieuse» d'une salariée d'un ITEP. Elle avait durant deux semaines fait venir des jeunes en situation de handicap à son domicile pour des travaux. Près de trois ans après un jugement du conseil des prud'hommes, c'est devant la chambre sociale de la cour d'appel de Montpellier que se retrouvaient la direction de l'Association pour adultes et jeunes handicapés de l'Aude (APAJH 11) et une ancienne salariée, monitrice-éducatrice licenciée pour faute grave en mars 2015.»
[...]
«Une démarche pleinement assumée par la salariée qui, contestant son licenciement devant les prud'hommes, avait certes reconnu avoir fait réaliser «des menus travaux» par ces jeunes qu'elle était chargée de suivre, les gratifiant de 20 € pour leur peine et «l'achat de friandises» 20 € aux jeunes pour «acheter des friandises» Avant d'assurer que ces travaux étaient «réalisés dans le cadre de chantiers-école afin de permettre à un jeune d'apprendre et d'exercer à dimension réelle un corps de métier dans un cadre sécurisé et sécurisant» Et de préciser que «ce fonctionnement était connu de tous, directeurs d'établissement et directeurs généraux» Le 16 janvier 2016, les prud'hommes narbonnais avaient pleinement suivi la salariée, qui avait également évoqué un licenciement en réalité provoqué par ses critiques émises neuf mois plus tôt sur des dysfonctionnements de l'ITEP : jugé sans cause réelle ni sérieuse, le licenciement avait donc valu à l'APAJH une condamnation à verser près de 80 000 € à la travailleuse sociale, dont 60 000 € à titre de dommages-intérêts. Jugement contesté en appel par l'APAJH. «Détournement de sa mission éducative» C'est le 20 mars dernier que la cour montpelliéraine a statué, en réformant dans toutes ses dispositions le jugement des prud'hommes narbonnais. L'appel aura ainsi valu de juger infondée la connaissance de cette pratique par l'APAJH. Avant de conclure que «le fait par un salarié, sous couvert de son statut d'éducateur, de demander à une personne en situation de handicap dont il a la charge d'effectuer, à l'insu de l'employeur, des travaux au domicile personnel de ce salarié, constitue bien une violation des obligations contractuelles par un détournement de sa mission et de sa responsabilité éducatives.» Et de juger enfin que l'éducatrice avait «nécessairement tiré un avantage personnel», «profitant manifestement de la situation de handicap des jeunes intervenants» De quoi rendre «impossible le maintien de la salariée dans l'entreprise» »...

<< Sommaire
ladepeche

La France va-t-elle rapatrier ''ses'' handicapes residant en Belgique ? 11/04/2019

«C'est l'histoire d'une dame atteinte d'autisme. Elle est française, placée dans une institution belge depuis 30 ans. « Cette dame va devoir quitter son centre, en Belgique, pour intégrer un autre centre, juste de l'autre côté de la frontière », dénonce Isabelle Resplendino. Elle-même maman d'un enfant autiste, et française, Isabelle préside l'association pour les Français en situation de handicap en Belgique. Elle dénonce ce qu'elle qualifie de rapatriement sauvage et inhumain. « L'association de tutelle a décidé de la placer dans un établissement français de l'autre côté de la frontière. La famille habite en région parisienne. L'éloignement est donc le même, d'un côté ou de l'autre de la frontière. On a mis la mère et la soeur devant le fait accompli, les prévenant au dernier moment. Une dame autiste qui a ses habitudes depuis 30 ans dans le même établissement, le même personnel ! C'est criminel, d'autant plus qu'une personne autiste supporte très mal tout changement, même minime ! » Pour Isabelle Resplendino, ce qui se passe est grave car le choix des familles n’est plus respecté. « Pourquoi pensez-vous que l’on vienne en Belgique ? Parce que l’accueil est meilleur, plus professionnel, plus adapté ! En France, bien souvent, on médicalise. Des personnes handicapées se trouvent sous camisole chimique, traitées dans des services de psychiatrie, contentionnées ! Ici en Belgique on propose des prises en charge très différentes. Les enfants peuvent aller dans l’enseignement spécialisé. Voilà pourquoi on vient chez vous ! Et l’Etat français veut rapatrier de force, pour faire du chiffre ! ». « Les gens ne sont pas des pots de fleurs, que l’on déplace n’importe comment », poursuit un autre interlocuteur actif dans le domaine de l’admission des personnes handicapées et les partenariats belgo-français. Il souhaite rester anonyme mais dénonce lui aussi. « Ce qui se passe là n’est pas entendable, c’est une énorme bourde ! » En marge de ce cas particulier, Isabelle Resplendino nous dit avoir été contactée plusieurs fois par jour par des proches de personnes handicapées placées en Belgique, qui ont reçu des documents de l’administration française, proposant d’envisager un retour en Belgique. Cela reste des propositions, mais s’ils disent « non », continueront-ils à recevoir des indemnités, des subsides ? « Beaucoup de gens s’inquiètent et ne veulent pas, pour des raisons de qualité de soin, d’un retour en France ».»
[...]
« Pas la même qualité d’accueil Pour Isabelle Resplendino, ce qui se passe est grave car le choix des familles n’est plus respecté. « Pourquoi pensez-vous que l’on vienne en Belgique ? Parce que l’accueil est meilleur, plus professionnel, plus adapté ! En France, bien souvent, on médicalise. Des personnes handicapées se trouvent sous camisole chimique, traitées dans des services de psychiatrie, contentionnées ! Ici en Belgique on propose des prises en charge très différentes. Les enfants peuvent aller dans l’enseignement spécialisé. Voilà pourquoi on vient chez vous ! Et l’Etat français veut rapatrier de force, pour faire du chiffre ! ». « Les gens ne sont pas des pots de fleurs, que l’on déplace n’importe comment », poursuit un autre interlocuteur actif dans le domaine de l’admission des personnes handicapées et les partenariats belgo-français. Il souhaite rester anonyme mais dénonce lui aussi. « Ce qui se passe là n’est pas entendable, c’est une énorme bourde ! » En marge de ce cas particulier, Isabelle Resplendino nous dit avoir été contactée plusieurs fois par jour par des proches de personnes handicapées placées en Belgique, qui ont reçu des documents de l’administration française, proposant d’envisager un retour en Belgique. Cela reste des propositions, mais s’ils disent « non », continueront-ils à recevoir des indemnités, des subsides ? « Beaucoup de gens s’inquiètent et ne veulent pas, pour des raisons de qualité de soin, d’un retour en France ». »...

<< Sommaire
rtbf

Poitiers : un veilleur de nuit violeur chez les autistes ? 11/04/2019

«Trois pensionnaires de l'établissement dans lequel il veille sur des autistes la nuit depuis 2009 l'ont mis en cause avec des mots bruts de décoffrage. Introductions digitales, fellations et masturbations imposées, ils l'accusent de faits similaires. C'est un jeune homme de 27 ans qui a brisé le silence et s'est confié à son éducateur il y a tout juste un an. La gendarmerie est saisie. Le pensionnaire raconte qu'Alexandre l'a agressé sexuellement alors qu'il se trouvait sous la douche...¦ et que ce n'est pas la première fois qu'il s'en prend à lui. Les déclarations d'un autre pensionnaire, râlant en apprenant qu'Alexandre serait de garde, entrainent son audition. Il raconte ne pas aimer faire des fellations au surveillant de nuit. Un troisième jeune homme vient alourdir la charge tandis qu'Alexandre, 46 ans, clame son innocence en dénonçant des accusations qui ne sont que « des paraphrases confuses ».»
[...]
«Sans doute, relève l’avocat général, mais dans ce dossier tout le monde n’est pas doué de parole de la même manière. Et Frédéric Clot veut protéger les pensionnaires, et éviter tout risque de renouvellement de l’infraction alors que le quadragénaire a été condamné en 2015 pour agression sexuelle en état d’ivresse sur une personne vulnérable. »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Replay: ''Pieces a conviction''. Psychiatrie : le grand naufrage - France 3 - 10 avril 2019 - En replay 10/04/2019

«C'est un drame pour chaque malade, chaque famille, mais aussi pour le pays tout entier. Chaque année, 2 millions de Français sont soignés pour des troubles psychiatriques, deux fois plus qu'il y a dix ans. Au cours de sa vie, un Français sur trois est atteint de troubles sévères : dépression, bipolarité, schizophrénie, troubles obsessionnels... La psychiatrie est aujourd'hui devenue un enjeu national, avec des couts directs et indirects évalués à 80 milliards d'euros par an par l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Le 10 avril 2019, "Pièces à conviction" propose une soirée spéciale en deux parties, présentée par Virna Sacchi.»...

<< Sommaire
francetvinfo

Arrete du 15 fevrier 2019 fixant les modalites d'appreciation d'une situation de handicap donnant lieu a l'attribution de droits sans limitation de duree prevue par l'article R. 241-15 du code de l'action sociale et des familles et par l'article R. 821-5 du code de la securite sociale | Legifrance 09/04/2019

«Arrêté du 15 février 2019 fixant les modalités d'appréciation d'une situation de handicap donnant lieu à l'attribution de droits sans limitation de durée prévue par l'article R. 241-15 du code de l'action sociale et des familles et par l'article R. 821-5 du code de la sécurité sociale NOR: PRMS1835387A ELI: [...]

«Objet : mesures de simplification au bénéfice des personnes handicapées, des maisons départementales des personnes handicapées, des caisses d'allocations familiales et des caisses de la mutualité sociale agricole. Entrée en vigueur : le présent arrêté entre en vigueur au lendemain de sa publication . Notice : l'arrêté est un texte d'application du décret n° 2018-1222 du 24 décembre 2018 portant diverses mesures de simplification dans le champ du handicap. Il précise les critères d'attribution de droits sans limitation de durée pour certaines prestations destinées aux personnes handicapées. L'article L. 114 du code de l'action sociale et des familles définit le handicap comme « toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant ». A ce titre, toute personne handicapée, quel que soit son type de handicap (physique, cognitif, psychique, etc.), qui remplit les critères définis par le présent arrêté peut bénéficier de l'attribution de droits sans limitation de durée pour les prestations suivantes : l'allocation aux adultes handicapées mentionnée à l'article L. 821-1 du code de sécurité sociale et la carte mobilité inclusion comportant la mention « invalidité » prévue au 1° du I de l'article L. 241-3 du code de l'action sociale et des familles. C'est l'évaluation individualisée de la situation de chaque demandeur qui doit permettre de vérifier s'il est possible de lui attribuer ces droits sans limitation de durée. Pour bénéficier de cette attribution, deux critères doivent être remplis au moment de la décision : les limitations d'activités ou restrictions de participation sociale ne doivent pas être susceptibles d'évolution favorable à long terme et le taux d'incapacité permanente doit être supérieur ou égal à 80 %. Pour rappel le guide-barème pour l'évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées figurant en annexe 2-4 du code de l'action sociale et des familles prévoit qu'un taux d'incapacité permanente d'au moins 80 % correspond à des troubles graves entraînant une entrave majeure dans la vie quotidienne de la personne avec une atteinte de son autonomie individuelle. Cette autonomie individuelle est définie comme l'ensemble des actions que doit mettre en œuvre une personne, vis-à-vis d'elle-même, dans la vie quotidienne. Dès lors qu'elle doit être aidée totalement ou partiellement, ou surveillée dans leur accomplissement, ou ne les assure qu'avec les plus grandes difficultés, le taux de 80 % est atteint. C'est également le cas lorsqu'il y a déficience sévère avec abolition d'une fonction. L'attribution de droits sans limitation de durée intervient à l'occasion du réexamen de la situation des droits arrivés à échéance. Aucune nouvelle demande n'est donc nécessaire lorsque des droits sont en cours. Références : le présent arrêté peut être consulté sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr). La secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, Vu le code de l'action sociale et des familles ; Vu le code de la sécurité sociale, Arrête : Article 1 En savoir plus sur cet article... Toute situation de handicap, qu'elle soit liée à l'altération d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, à un polyhandicap ou à un trouble de santé invalidant, donne lieu à l'attribution de droits sans limitation de durée prévue par le deuxième alinéa de l'article R. 241-15 du code de l'action sociale et des familles et par l'article R. 821-5 du code de la sécurité sociale si, compte tenu des données de la science, elle remplit les deux conditions suivantes : 1° L'évaluation établit l'absence de possibilité d'évolution favorable à long terme des limitations d'activités ou des restrictions de participation sociale occasionnant une atteinte définitive de l'autonomie individuelle des personnes qui ont besoin d'une aide totale ou partielle, d'une stimulation, d'un accompagnement pour l'accomplissement des actes de la vie quotidienne ou qui nécessitent une surveillance ; 2° Le taux d'incapacité permanente du demandeur, fixé selon le guide barème figurant en annexe 2-4 du code de l'action sociale et des familles, est supérieur ou égal à 80 %. Ces deux conditions sont évaluées individuellement au regard de la situation du demandeur. »...
Source: http://www.legifrance.gouv.fr | Source Status

<< Sommaire
legifrance.gouv

Researchers identify role gender-biased protein may play in autism 08/04/2019

«In the study, recently published in the journal Frontiers in Cellular Neuroscience, the researchers looked at an enzyme called AC3 which is genetically connected to major depressive disorder (MDD), obesity, and autism spectrum disorders (ASD). However, not much is known about how AC3 functions in the brain. What is known is that many neurodevelopmental disorders or psychiatric diseases, such as depression and autism, exhibit profound differences between males and females, known as sexual dimorphism. For example, females have a higher risk of depression, whereas autism affects more males, with a boy to girl ratio of four to one. The problem is that it is unclear what causes the differences.»
[...]
«The researchers point to evolution for possibly playing a part in how these proteins behave based on the key roles or functions of each sex. The female role has traditionally been multi-tasking several activities like childrearing, caring for the family, the home, and preparing meals whereas male tasks were more specifically focused on functions like hunting and gathering. You can see this highly focused trait in autistic males who are very smart but tend to be fixated on one thing and not interested in, or cannot handle, other social interactions. Chen says that this research is still in the early phase with mouse models and more studies are needed, but he is hopeful that it may open up a new research direction and one day could possibly lead to a new pharmacological treatment. »...

<< Sommaire
medicalxpress

Journee mondiale de l'autisme : le changement se fait-il encore attendre ? 07/04/2019

«Symbolisée par la couleur bleue qui doit parer certains bâtiments emblématiques de la planète ce soir, la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme est célébrée aujourd'hui. En France, cette manifestation revêt un visage singulièrement différent d'il y a une quinzaine d'années. A l'époque, la France était montrée du doigt par de nombreuses institutions internationales en raison de sa prise en charge déplorable des enfants autistes et par la place unique au monde et souvent délétère accordée à la psychanalyse. Ces critiques fréquemment répétées ont finalement contribué à une prise de conscience des institutions officielles et à l'émergence d'une volonté politique. De nouvelles recommandations ont été édictées afin de privilégier les approches éducatives et de restreindre les traitements non adaptés et n'ayant pas fait la preuve de leur efficacité, tandis que des fonds ont été débloqués pour améliorer le repérage des enfants et leur intégration scolaire. Cependant, en dépit de ces initiatives et des plans qui se sont succédé, les choses ont-elles vraiment changé (sans parler de la surmédiatisation de l'autisme qui aujourd'hui pourrait également avoir des effets contre-productifs en favorisant une image déformée de ces troubles voire en conduisant à des surdiagnostics) ?»
[...]
« Déployer des réseaux de professionnels libéraux compétents et sans reste à charge Pour faire face à cette situation, l’une des mesures phares de la stratégie nationale pour l’autisme initiée l’année dernière par le gouvernement est la mise en place d’un forfait intervention précoce, qui a été officiellement créé par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019. Ce forfait s’élève à 1 500 euros et doit permettre la suppression du reste à charge pour les familles concernant le financement du bilan initial et 35 séances chez des professionnels libéraux divers (sur douze mois). Cependant, son déploiement se fait encore attendre, puisque « la qualité des interventions des professionnels libéraux sera garantie par leur conventionnement avec des plateformes d’intervention précoce qui vont se déployer progressivement sur l’ensemble du territoire. Trente plateformes seront installées d’ici fin 2019, dont une dizaine à la fin du premier semestre, avec l’appui des agences régionales de santé qui pilotent leur déploiement » explique aujourd’hui le secrétariat d’État aux personnes handicapées dans un premier bilan. Le pari est que la plus grande participation de ces réseaux libéraux permettra de désengorger les CRA et d’améliorer le repérage et l’intervention précoce. »...

<< Sommaire
jim

A voir en avant-premiere sur Telerama, ''Rachel, l'autisme a l'epreuve de la justice'' - Television 04/04/2019

«Quand le système institutionnel prive une mère modèle de ses enfants : le récit tragique des conséquences de la méconnaissance de l'autisme. Un documentaire à voir en avant-première sur Télérama.fr pendant 48h, jusqu'à samedi 6 avril, 20h30.»...

<< Sommaire
telerama

Le secretaire d'Etat Adrien Taquet veut sensibiliser les travailleurs sociaux a l'autisme 02/04/2019

«Adrien Taquet, a annoncé, mardi 2 avril, le lancement d'un groupe de travail qui portera sur l'accueil des enfants autistes pris en charge par l'aide sociale à l'enfance (ASE). « La réflexion portera sur trois axes, a confié M. Taquet au Monde. Une action sur l'accompagnement à la parentalité des personnes handicapées, qui associera les personnes elles-mêmes, la mise en oeuvre d'une action de formation à l'autisme en direction des travailleurs sociaux mais aussi des personnels de justice, et la généralisation de la mention du handicap du parent ou de l'enfant, en cas d'information aux services de l'aide sociale à l'enfance, afin qu'un regard croisé expert puisse être mobilisé. » Ce dernier point est destiné à provoquer une collaboration plus étroite, en cas d'information préoccupante ou de signalement, entre l'ASE et les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), interlocuteur incontournable de ces familles. Certaines d'entre elles alertent en effet depuis des années sur le risque de confusion entre les manifestations des troubles de l'autisme et les signes de maltraitance, ce qui peut conduire à des enquêtes sociales. Le groupe de travail aura notamment pour mission d'élaborer un guide destiné à la fois aux parents et aux travailleurs sociaux.»...

<< Sommaire
lemonde

Journee mondiale de sensibilisation a l'autisme: fetons ensemble l'inaction politique et le business 02/04/2019

«Longtemps parent pauvre du handicap, l'autisme fait l'objet aujourd'hui d'un intérêt particulier de la part des politiques. Mais pas seulement. Il est aussi au coeur d'un marketing et d'un Business juteux qui semble sans limite: Entre de fausses psychologues en méthodes comportementales diverses et variées aux "traitements biomédicaux" les plus farfelus: Les coachs autisme, les nouveaux gourous qui se revendiquent des neurosciences, les pseudo-experts en autisme sur l'emploi, les formations bidon que l'on vend à prix d'or aux parents comme aux professionnels, les hypnothérapeutes ou ostéopathes avec la mention publicitaire "autisme", l'Equithérapie et la Delphinothérapie. Le Neurofeedback ou encore l'auriculothérapie... L'autisme est devenu en quelques années, un business lucratif qui s'est développé en appauvrissant les familles qui vont d'illusion en désillusion. Malgré de nombreux plans autisme, rien ne semble avancer sur le terrain et dans le quotidien des familles. Et pourtant nous fêterons encore et encore le 2 avril, énième commémoration internationale de l'autisme, alors que les droits fondamentaux de nos enfants ne sont pas respectés. Un constat validé par le dernier rapport de l'ONU! Moins de 20% seulement des personnes autistes vont à l'école. 2% seulement ont un emploi. Les auxiliaires de vie scolaire manquent à chaque rentrée. Et les personnels concernés: AVS, enseignants...ne sont toujours pas formés et payés correctement. Les centres pour adolescents sont bondés, les lieux de vie pour adultes quasi inexistants dans certaines régions. Il y a trop peu de programmes de Recherche en matière d'autisme, et toujours aucun médecin spécialisé. En effet, l'autisme ayant été rangé pendant des décennies dans la case "psychiatrie et psychanalyse", aucune "spécialisation ou filière autisme" n'existe dans le corps médical.»
[...]
«Que sommes-nous en mesure de fêter cette année pour cette journée particulière? L’inclusion scolaire? De nouvelles filières d’apprentissage? De nouveaux contrats d’embauche pour les AVS? De nouveaux centres pour adolescents? Des lieux de vie pour adultes? La prise en charge gratuite et remboursée par la sécurité sociale de tous les frais de santé incombant aux familles: Psychomotriciens, psychologues, ergothérapeutes! Non rien de tout ça. Sinon des appels à projets, dans quelques départements, avec une mise en place hypothétique de plateforme de professionnels (psychologues, psychomotriciens...) qui interviendraient gratuitement auprès des enfants. Mais ces plateformes datent déjà de l’ère Hollande. Alors va-t-on comme chaque 2 avril, regarder les associations se concurrencer et se partager “le gâteau médiatique” selon l’expression consacrée de certains communicants, spécialisés autisme, ou allumer les bâtiments de bleu et mettre des rubans à nos boutonnières? Va-t-on organiser une autre montée des marches de l’Elysée au casting bien orchestré en présence du couple présidentiel? Ou voir défiler dans les Médias, Madame la ministre du Handicap, suivie toujours de près par le Premier ministre, afin de nous persuader que “tout va très bien Madame la Marquise”! A moins que nous fêtions la sortie du nouvel annuaire de l’autisme, gadget inutile, sous couvert d’associations triées sur le volet de la complaisance, et qui a coûté 500.000 euros en fonds privés et publics! Une plateforme qui ne servira à rien puisque la prise en charge reste justement à la charge des familles, que les lieux spécialisés sont bondés, et que les délais pour consulter des spécialistes vont de 6 mois à trois ans! Une plateforme qui fait d’ailleurs son marché de “spécialistes en tout genre” sur les réseaux sociaux, prouvant le peu de crédibilité de cette opération people et marketing. De plus, cet annuaire, qui ne regroupe que quelques associations, ne fera encore une fois, que diviser un peu plus le milieu de l’autisme. Nous pouvons aussi envoyer des ballons bleus dans le ciel en espérant au moins que quelqu’un là-haut nous entende, à l’attention d’un Dieu qui serait plus à l’écoute que notre Jupiter? A moins que nous préférions pour les plus téméraires, monter sur des grues, ou descendre dans la rue avec nos 650.000 enfants afin d’enfiler le gilet jaune et bleu de la contestation pour obtenir gain de cause! Quoi qu’il en soit, bonne journée de l’autisme à tous et à toutes! »...

<< Sommaire
huffingtonpost

Autisme: l'impatience monte chez les familles - Sciences et Avenir 02/04/2019

«La stratégie nationale sur l'autisme, lancée l'année dernière en 2018, commencera à porter ses fruits à la rentrée, a assuré le gouvernement. Mais les familles, qui peinent toujours à trouver une prise en charge adaptée pour leur enfant, s'impatientent. Une trentaine de plateformes d'intervention précoce, destinées à orienter les familles vers une prise en charge adaptée, doivent être mises en place d'ici à la fin de l'année 2019, dont une dizaine d'ici à fin juin 2019, a indiqué Claire Compagnon, déléguée interministérielle chargée du dossier.»
[...]
«"Cela va contribuer à une meilleure inclusion à l'école: les choses avancent", s'est félicitée sur ce point Mme Meignien. "Mais ce ne sont que quelques classes dans toute la France, et il y a encore beaucoup d'enfants sans aucune solution", a-t-elle tempéré. Les associations critiquent par ailleurs les insuffisances de la stratégie en direction des adultes autistes - qui seraient quelque 600.000 en France, dont seulement 75.000 ont été diagnostiqués. Le gouvernement met en avant ses efforts pour favoriser leur insertion dans l'emploi. "Je veux bien qu'on pense aux plus autonomes", commente Mme Langloys. Mais de nombreux autistes ne sont pas suffisamment autonomes pour envisager d'occuper un emploi, "et pour eux il n'y a rien, zéro centime! Ils restent sur le carreau". »...

<< Sommaire
sciencesetavenir

La mise en oeuvre de la strategie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-developpement - Compte rendu du Conseil des ministres du 1 avril 2019 | 01/04/2019

«La secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, a présenté une communication relative à la mise en oeuvre de la stratégie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-développement. C'est pour prendre en compte toutes les différences et la diversité des expériences vécues par les personnes autistes, leurs familles et les acteurs professionnels que cette stratégie a fait l'objet d'une longue concertation. Elle est la résultante des propositions et des résultats observés sur le terrain.»
[...]
«Portant sur l’ensemble du parcours de vie des personnes, de la toute petite enfance à l’âge adulte, elle peut être résumée par cinq engagements, rendus possibles par une mobilisation de l’ensemble du Gouvernement et un engagement financier sans précédent dans le champ de l’autisme, avec 344 millions d’euros de moyens nouveaux. En premier lieu, il faut remettre la science et la recherche au cœur de notre politique publique, pour accélérer nos connaissances, les diffuser plus rapidement afin d’en finir avec les idées reçues, les préjugés et, parfois, les mauvaises pratiques professionnelles. La structuration d’une communauté de chercheurs exigeante et forte est d’ores et déjà engagée. Elle passe par le renforcement du nombre de chercheurs, avec la création, en octobre 2018, de dix postes de chefs de clinique en pédopsychiatrie ; par le développement, en cours, de trois centres d’excellence alliant recherche, pratiques cliniques innovantes et transfert des connaissances ; par la constitution d’ici à juin 2019 d’un groupement d’intérêt scientifique pour soutenir les projets innovants afin de faire de notre pays un acteur majeur de la recherche au plan mondial. En deuxième lieu, il convient d’engager une action résolue en faveur du repérage et du diagnostic des troubles neuro développementaux au sein desquels figure l’autisme. À cette fin, un parcours de soins coordonnés pour les moins de sept ans est mis en place pour soutenir le développement des plus jeunes et prévenir les sur-handicaps. Il se déploiera progressivement dans les territoires. Au cours de l’année 2019, trente plateformes d’intervention précoce seront installées afin d’organiser la mobilisation des professionnels libéraux et de coordonner leurs interventions dans le respect des bonnes pratiques de la Haute autorité de santé. De manière à ce que la promesse républicaine d’égalité soit une réalité, un forfait « intervention précoce », institué par la loi du 22 décembre 2018 de financement de la sécurité sociale pour 2019, permettra de financer, sur une période de douze mois, l’ensemble des éléments de bilan et les interventions des psychiatres, ergothérapeutes, et psychomotriciens libéraux coordonnés par ces plateformes, sans attendre la notification des maisons départementales des personnes handicapées. De manière complémentaire, médecins généralistes, de protection maternelle et infantile et pédiatres seront outillés en vue de mieux repérer les troubles, dès le plus jeune âge : un outil, très simple, de repérage des signaux d’alerte sera disponible prochainement. En troisième lieu, il est nécessaire de rattraper notre retard en matière de scolarisation des enfants autistes et proposer aux familles une offre de scolarisation diversifiée pour répondre aux besoins éducatifs particuliers des enfants, de la maternelle à l’université. Le nombre d’unités d’enseignement maternel autisme sera triplé d’ici à 2022 ; la rentrée 2019 permettra l’ouverture de trente nouvelles unités. Une offre de scolarisation renforcée en école élémentaire pour les enfants présentant des troubles plus sévères sera également déployée progressivement. Une dizaine d’unités élémentaires seront ouvertes à la rentrée 2019, à partir de l’expérimentation de six unités, engagée dès la rentrée 2018. De manière complémentaire, en cohérence avec la mobilisation pour l’école inclusive, un appui particulier est apporté aux enseignants accueillant dans leurs classes des enfants autistes. Cinquante enseignants ressources spécifiquement formés aux troubles du spectre autistiques seront recrutés pour la rentrée 2019. En quatrième lieu, l’action auprès des adultes autistes doit être résolue pour changer la donne dans notre pays en matière d’autisme. La fin des hospitalisations inadéquates des adultes autistes dans les établissements de santé mentale et l’amélioration de la pertinence des accompagnements reposent sur l’engagement d’une campagne nationale de repérage, dont les outils doivent être définis en 2019. Une politique d'inclusion des personnes adultes appelle une mobilisation de tous. L’accès à un logement autonome sera facilité avec la création dans la loi du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique, d’un forfait d’habitat inclusif et la possibilité de recourir à des colocations dans le parc de logement social. De même, le programme « 10 000 logements accompagnés » doit permettre le soutien de trois projets dédiés au logement de personnes autistes en 2019. Enfin, l’accès et le maintien dans l’emploi seront facilités avec le doublement des crédits d’emploi accompagné, portés à 12 millions d’euros en 2019 puis 17 millions en 2020. En dernier lieu, il importe de répondre aux attentes des familles et des personnes de vivre la vie la plus ordinaire et la plus autonome possible. Les parcours des personnes et des familles doivent être mieux organisés, fluides et accompagnés. Des programmes de formation des aidants ont été lancés. Des dispositifs de soutien pour les personnes autistes sont en cours d’installation avec la création, dès 2019, de groupement d’entraide mutuelle dans les départements. La mise en œuvre de la stratégie est ainsi engagée avec détermination par la déléguée interministérielle pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement, nommée le 27 avril 2018. Elle associe étroitement l’ensemble des parties prenantes, au premier rang desquelles les personnes et les familles, représentées au sein du conseil national des troubles du spectre autistique et des troubles du neuro-développement, installé le 3 juillet 2018. C’est auprès des personnes et des familles, aussi, qu’il faudra constamment vérifier la pertinence et l’adéquation de ces actions à leurs attentes. À cette fin, un institut de sondage indépendant conduira des enquêtes dès 2019. La mise en œuvre de cette stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement s’inscrit dans l’ambition du Gouvernement de construire une société plus fraternelle et plus solidaire, une société inclusive. »...

<< Sommaire
gouvernement

« Nous allons changer la donne »: la ministre Sophie Cluzel presente le plan autisme a 350 millions sur RMC 01/04/2019

«01/04/2019 à 10h16 Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, est venue sur RMC ce lundi matin évoquer le nouveau plan du gouvernement pour accompagner l'autisme. Une meilleure prise en charge, plus tôt. Le gouvernement va présenter, ce lundi, à la veille de la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, de nouvelles mesures destinées notamment au moins de 7 ans. La secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel présente ce lundi en Conseil des ministres ce nouveau plan d'action pour accompagner les familles qui ont un enfant autiste.»
[...]
«"On s'engage qu'en six mois, il y aura un diagnostic posé et une intervention sans débourser un centime" "C'est pour que l'on prenne vraiment en compte les besoins des enfants. On met 90 millions sur la table dès cette année, pour que les parents n'aient plus à débourser ces interventions, ces bilans. On adresse tout de suite un parcours, qui va permettre aux parents d'aller, avec son diagnostic, faire de la psychomotricité, faire de l'ergothérapie, faire un bilan psychologique sans débourser un centime car il aura enfin un référent spécialisé dans l'autisme qui va pouvoir l'orienter, donc c'est fini cette errance. On raccourcit ce délai qui peut aller jusqu'à deux ans. On s'engage que dans les six mois, dès que les premiers signes d'alerte auront été faits, il y aura un diagnostic posé et une intervention sans débourser un centime, contre près de 3.500 euros aujourd'hui." Les adultes oubliés du plan ? "Nous avons aussi pris à bras-le corps cette problématique" Les associations sont quant à elles partagées, notamment sur la prise en charge des enfants de plus de 6 ans, pas comprises dans le plan. Mais la secrétaire d'Etat assure que les adultes ne seront pas oubliés. "Dans la stratégie nous prenons en compte tous les âges. Sur les adultes on est très en retard, encore plus que pour les enfants. Ils sont dans des prises en charges inadéquates dans des hôpitaux psychiatriques dans lesquels ils n'ont rien à faire. On travaille sur le logement regroupé, des équipes mobiles. Il faut qu'on leur fasse leur place dans notre société. Nous avons aussi pris à bras-le corps la problématique des adultes. Nous engageons à les faire sortir des hôpitaux psychiatriques." »...

<< Sommaire
rmc.bfmtv

Petition : Defaut de prise en charge pour nos enfants autistes 01/04/2019

«Aujourd'hui beaucoup d'enfants porteurs de handicaps quels qu'ils soient et surtout dans le champs des Troubles du spectre autistique (autisme, tdah, dys, etc) se retrouvent sans prise en charge adaptée. Depuis plusieurs années, les familles se retrouvent avec (ou sans) un choix inadéquat entre placement en institution ou inclusion à petite dose dans nos écoles françaises dont les enseignants et accompagnants n'ont ni la formation ni les moyens pour que cet accueil se passent dans les conditions optimales. On trouve parfois en libéral des personnes qualifiées avec des méthodes comportementales qui pourraient aider nos enfants à évoluer et qui sont préconisés par la Haute autorité de santé.Mais la plupart des parents ne peuvent pas y accéder faute de moyens. Aujourd'hui, dans notre pays on préfère subventionner des établissements inadaptés qui coutent 6 000 euros / mois et par enfant à la sécurité sociale alors que des prises en charge individuelles à domicile pourraient maximiser les chances de nos enfants à devenir autonome, en coutant moitié moins cher à l'état .Comment peut-on laisser des familles dans une telle détresse et sans solution face aux besoins de leurs enfants?»...

<< Sommaire
mesopinions

Fathers of Youth with Autism Spectrum Disorder: A Systematic Review of the Impact of Fathers' Involvement on Youth, Families, and Intervention. - PubMed - NCBI 01/04/2019

«Abstract Literature in developmental psychology suggests that mothers and fathers both play unique and important roles in their children's development. However, research investigating the unique contributions and psychological functioning of fathers of youth with developmental disabilities, and the role that fathers play in effective intervention, remains limited. Whereas evidence suggests that parent-mediated interventions for children with autism spectrum disorder (ASD) can lead to increased engagement from parents, and reduced stress and psychopathology commonly experienced by parents of youth with ASD, these interventions often do not specifically address potential benefits of paternal involvement. This systematic review aimed to understand how often/how commonly research on children with ASD examines the father's role within the family, how often fathers are targeted directly during intervention efforts, and the impact of increased paternal involvement. This review suggests that fathers of children with ASD are not often included in research on children with ASD, in either their general involvement or in their inclusion in intervention. While studies generally suggest that these fathers may be less involved than mothers in childrearing practices, having both parents highly involved may improve the overall family system across many levels, and fathers may be equally as effective as mothers in implementing intervention strategies. Overall, this review suggests that while often overlooked, fathers of youth with ASD make important contributions to children with ASD and the larger family and should be included in future research on children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Sexual Dysfunctions and Their Association with the Dual Control Model of Sexual Response in Men and Women with High-Functioning Autism. - PubMed - NCBI 01/04/2019

«Abstract Adults with an Autism Spectrum Disorder (ASD) are characterized by impairments in social interaction and communication, repetitive and stereotyped interests and behaviours as well as hyper- and/or hyposensitivities. These disorder specific symptoms could be associated with the development of sexual disorders. The Dual Control Model of Sexual Response presents one approach that is frequently used to explain the emergence of sexual dysfunctions. The aim of the present study was to assess the extent of symptoms of sexual dysfunctions in men and women with ASD and to evaluate their association with the individual propensity of sexual excitation and inhibition as defined by the Dual Control Model. Both men and women with ASD were more likely to report about sexual dysfunctions than individuals from the control group. In men with ASD, sexual inhibition was significantly correlated with the emergence of sexual dysfunctions, while there was no association between sexual functioning and sexual excitation. In women, the opposite pattern was found. Especially the peculiarities in sensitive perception could be responsible for the observed problems with sexual functioning in individuals with ASD. The present findings highlight the great need for specialized treatment programs addressing the frequently observed sexuality-related problems in individuals with ASD. However, up to now such treatment programs are lacking.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Nord: la maman d'un enfant handicape privee d'allocations se suicide 31/03/2019

«Elle se disait "fatiguée", "à bout". Emilie Loridan, une maman de deux enfants, dont l'un handicapé, a mis fin à ses jours dimanche dernier. La jeune femme, qui avait lancé plusieurs appels à l'aide et frappé à la porte de tous les services, ne s'en sortait plus financièrement. Dernièrement, elle avait perdu une allocation pour sa fille trisomique.»...

<< Sommaire
bfmtv

Haute Autorite de Sante - Conseil pour l'engagement des usagers 26/03/2019

«Conseil pour l'engagement des usagers Missions Le conseil pour l'engagement des usagers est un groupe d'appui et de ressources permanent pour éclairer les travaux de l'institution. Il est conçu comme un lieu de réflexion et d'échange rassemblant diverses expertises, afin de promouvoir l'engagement des patients et des personnes accompagnées au sein du système de santé, sanitaire, médicosocial et social.»
[...]
« Il a pour mission de : accompagner, soutenir et évaluer l'ensemble des actions de la HAS en faveur de l'engagement en santé ; concourir aux réflexions éthiques qui peuvent se poser dans le cadre de travaux d'évaluations ou de recommandations de la HAS ; concourir par ses travaux aux progrès de l'engagement en santé dans le système de santé français, y compris au sein de la HAS ; initier, avec les collaborations scientifiques et institutionnelles utiles, un observatoire de l'engagement en santé ; donner un avis sur les sujets que le collège juge utiles à la préparation de ses délibérations, notamment concernant les demandes d'inscription au programme de travail et le droit d'alerte formulés par les associations de patients, de personnes accompagnées ou d'usagers ; alerter le collège en cas de difficulté rencontrée dans la mise en oeuvre des actions de la HAS en faveur de l'engagement en santé. Le conseil pour l'engagement des usagers est mis en place pour 5 ans, durée des orientations stratégiques 2019-2024. Réunions La première réunion aura lieu le 23 avril 2019 Modalités de travail Le conseil se réunit trois à quatre fois par an, sur une journée, dans les locaux de la HAS. Composition Président  : Christian Saout. Membres François Blot , médecin, réanimation médicale,  Julia Boivin , usager des systèmes de soins, sociaux ou médico-sociaux Agnès Bourdon-Busin , usager des systèmes de soins, sociaux ou médico-sociaux Nicolas Brun , usager des systèmes de soins, sociaux ou médico-sociaux Véronique Cornu , directrice d'établissement médico-social Christophe Demonfaucon , usager des systèmes de soins, sociaux ou médico-sociaux Ève Gardien , enseignant-chercheur, sociologue Olivia Gross-Khalifa , enseignant-chercheur, en sciences de l'éducation Julie Haesebaert , médecin de santé publique Arnaud Lacquit , infirmier en établissement de santé spécialisé en psychiatrie Francine Laigle , usager des systèmes de soins, sociaux ou médico-sociaux Sylvie Le Moal , directrice adjointe de l'accueil et des relations avec les usagers en établissement de santé Cyril Martin , usager des systèmes de soins, sociaux ou médico-sociaux Etienne Minvielle , médecin de santé publique, directeur de recherche en gestion et management des organisations de santé Fabienne Ragain-Gire , usager des systèmes de soins, sociaux ou médico-sociaux Thomas Sannié , usager des systèmes de soins, sociaux ou médico-sociaux Claude Séverac , usager des systèmes de soins, sociaux ou médico-sociaux Patrick Vuattoux , médecin généraliste en maison de santé pluriprofessionnelle »...

<< Sommaire
has-sante

''Autisme info Service'', une nouvelle plate-forme pour orienter les familles - Sciences et Avenir 26/03/2019

«Où trouver un psychiatre, un orthophoniste, un centre de diagnostic pour une personne autiste? Souvent désemparées, les quelque 700.000 familles concernées disposeront à partir du 2 avril d'un service gratuit de conseil et d'information, via une ligne téléphonique dédiée et un annuaire en ligne. Porté par une association fondée par des parents, et financée à parité par des fonds publics et privés, "Autisme Info Service" veut apporter une "écoute" à des parents "désespérés, parce qu'ils ne savent pas qui appeler" et les orienter vers des services ou des professionnels proches de chez eux, ont expliqué les promoteurs du projet lors d'une conférence de presse mardi à Paris.»
[...]
«Cinq personnes à temps plein seront chargées de répondre à la ligne téléphonique (0800 71 40 40), ouverte du lundi au vendredi de 9h à 13h, et le mardi de 18h à 20h, et pourront transmettre les questions plus complexes à une équipe d'experts. Le service sera également accessible par chat sur le site autismeinfoservice.fr, qui inclura un annuaire des professionnels et des services. Ce dernier outil s'insère dans le cadre de la "stratégie autisme" annoncée il y a un an par le gouvernement, et qui vise "rattraper le retard" de la France en la matière. Avec la plateforme d'écoute et le site web, il s'agit de "rompre l'isolement, d'arrêter ce porte-à-porte permanent des familles, ce parcours du combattant pour trouver des solutions de proximité", a résumé la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel. "Autisme Info Service", doté d'un budget de 1,2 million d'euros pour les deux ans et demi à venir, est financé par l'Etat, la région Ile-de-France et les trois fondations privées Bettencourt-Schueller, Michelin et Orange. »...

<< Sommaire
sciencesetavenir

In autistic children, low intelligence forecasts later difficulties | Spectrum | Autism Research News 25/03/2019

«Without timely intervention, intellectual disability in autistic children can worsen over time, contributing to poor life skills and challenging behavior, according to a 15-year study1. Nearly one in three autistic people has intellectual disability, defined as an intelligence quotient (IQ) below 70. This condition can limit these individuals' adaptive behaviors ...” daily living skills such as self-care, managing money and maintaining relationships. The new study tracked 106 autistic children at four time points from ages 5 to 20 years. Of these children, 98 had mild to severe intellectual disability at age 5 ...” meaning they had an estimated IQ of 20 to 69. The children's core autism traits ...” such as emotional and communication difficulties ...” remained remarkably stable into young adulthood, with some exceptions: Six lost their autism diagnosis, and some children's language and communication skills improved. But children who had severe autism traits developed more severe intellectual disability as adults. They were more likely than the other participants to show challenging behaviors, such as hyperactivity and irritability, that interfered with their daily lives.»
[...]
«The new study underscores the devastating effects of the lack of therapies for autism, especially in France, she says. The French system for diagnosing and treating autism has improved over the past 20 years; the prognosis for young adults with autism may be better today, Baghdadli says. Autistic people of any age can improve, she says. She recommends that adults with intellectual disability living in institutions be screened for autism; these individuals, often forgotten, are particularly vulnerable. »...

<< Sommaire
spectrumnews

Pour la culture et le sport accessibles a tous 23/03/2019


«Le 2 avril, pour la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, Déborah et Thomas rencontreront les élèves pour parler et faire connaitre ce trouble du développement. « Thomas ira au collège l'an prochain, il faut sensibiliser ses futurs camarades sur l'autisme. » Elle vient de créer l'association Inclusion enfants handicaps sellois. L'idée est que les enfants porteurs d'un handicap puissent partager et participer des activités. « Quand je vais à une lecture de contes à la médiathèque, Thomas, au bout de dix minutes il crie, il court, l'autisme est un handicap invisible, les gens ne le voient pas et ne comprennent pas ces réactions », témoigne Déborah Goyvaerts. « Ces enfants ont le droit comme les autres à l'accès à la culture, aux sports...¦ » Ainsi, avec des partenaires (cinéma, bibliothèque, château de Selles-sur-Cher...¦), des sorties vont être dédiées à ces enfants porteurs d'un handicap. Des animations conçues pour ce public avec, par exemple, des séances de cinéma de 10 à 15 minutes.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

U1253 - Apply to Have Your Say in Autism Research 18/03/2019

«To join a group that will consult on a large autism research project Autism Research Applications are open for autistic people, parents and carers to join a group that will consult on a large autism research project. The group will represent the many different perspectives of people with personal experience of autism from all across Europe. It will give the autism community an independent voice in the research project, which is called AIMS-2-TRIALS. This project aims to explore the biology of autism to tailor treatments and develop new medicines. The group will be called the Autism Representatives - A-Reps for short - and will hold discussions around four times per year, mostly by telephone or video call, from now until 2023. Members will be reimbursed for their time and any expenses.»...

<< Sommaire
ibrain.univ-tours

AIMS-2-TRIALS Our Research 18/03/2019

«AIMS-2-TRIALS is not a single research study, but includes a range of studies carried out by different groups. These include research into biomarkers (markers to predict how a person develops and how they might respond to treatment) and tests of new medicines, as well as research into autism policy. We also aim to improve the research process, for example by creating new ways to manage large datasets, creating a clinical research network across Europe, and providing training. Ethics is embedded into each study from the very beginning and, for added oversight, the ethical issues of all studies are coordinated across the whole programme. Each part of this large and complex project aims to contribute to the wellbeing of autistic people.»...

<< Sommaire
aims-2-trials

Proposition de loi visant a favoriser la reconnaissance des proches aidants : un enjeu social et societal majeur 18/03/2019

«Le Sénat a adopté avec modifications, en deuxième lecture, la proposition de loi, modifiée par l'Assemblée nationale en première lecture, dont la teneur suit : Voir les numéros : Sénat : 1re lecture : 565 (2017...‘2018), 26, 27 rect. et T.A. 11 (2018...‘2019). 2e lecture : 184, 361 et 362 (2018...‘2019). Assemblée nationale (15e législature) : 1re lecture : 1353, 1449 et T.A. 202. Proposition de loi visant à favoriser la reconnaissance des proches aidants TITRE Ier Favoriser le recours au congé de proche aidant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Articles 2 et 2 bis (Suppression conforme) TITRE II Sécuriser les droits sociaux de l'aidant Articles 3 et 4 (Suppression conforme) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Article 5 bis Le V de l'article L. 14...‘10...‘5 du code de l'action sociale et des familles est ainsi modifié : 1° Au premier alinéa, après la référence : « 4° », est insérée la référence : « , 5° » ; 2° Au a, les mots : « mêmes 1°, 2°, 4° et 6° » sont remplacés par les références : « 1°, 2°, 4°, 5° et 6° de l'article L. 233...‘1 ». Article 6 I.
• L'article L. 1111...‘15 du code de la santé publique est ainsi modifié : 1° A la fin du troisième alinéa, les mots : « et à la personne de confiance mentionnée à l'article L. 1111...‘6 » sont remplacés par les mots : « , à la personne de confiance mentionnée à l'article L. 1111...‘6 du présent code et à la personne de confiance mentionnée à l'article L. 311...‘5...‘1 du code de l'action sociale et des familles » ; 2° Après le même troisième alinéa, sont insérés deux alinéas ainsi rédigés : « Le dossier médical partagé comporte aussi un volet relatif aux personnes qui remplissent auprès du titulaire du dossier la qualité de proches aidants ou de proches aidés, en ce qu'elles aident le titulaire du dossier ou reçoivent une aide du titulaire du dossier, au sens de l'article L. 113...‘1...‘3 du même code soit en raison de l'âge, d'une situation de handicap ou d'une maladie. « Les informations mentionnées au quatrième alinéa du présent article sont renseignées dans le dossier médical partagé par son titulaire ou par le médecin traitant mentionné à l'article L. 162...‘5...‘3 du code de la sécurité sociale du titulaire à la demande du titulaire ou d'un proche aidant. Lorsque les personnes désignées possèdent un dossier médical partagé, ces informations sont ajoutées dans leur dossier médical partagé. Elles peuvent être modifiées à tout moment à la demande de l'une d'entre elles. » II.
• Le I du présent article entre en vigueur six mois après la publication de la présente loi. Article 7 (Suppression conforme) Délibéré en séance publique, à Paris, le 13 mars 2019.»...

<< Sommaire
senat

Conference des ministres europeens charges du handicap : un engagement commun pour renforcer la mobilisation en faveur de l'autonomie et de la pleine participation des personnes handicapees a l'echelle de l'Union europeenne - France-Diplomatie - Ministere de l'Europe et des Affaires etrangeres 15/03/2019

«A l'initiative de Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées, et de Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes, dix ministres et secrétaires d'Etat chargés des personnes en situation de handicap et des représentants de l'ensemble des Etats membres se sont réunis le jeudi 14 mars, au ministère de l'Europe et des Affaires étrangères. Cette réunion inédite a été organisée en coopération avec la Présidence roumaine du Conseil de l'Union européenne et la Commission européenne.»
[...]
«Par ailleurs, ils sont convenus de renforcer leur coopération en matière de recherche, en particulier s’agissant de l’autisme et des troubles du neuro-développement. Dans le cadre de sa stratégie nationale adoptée en avril 2018, la France propose de mettre en œuvre des programmes de recherche de plus grande envergure, afin d’accompagner la structuration des activités de recherche et d’innovation autour des troubles du neuro-développement. »...

<< Sommaire
diplomatie.gouv

* Yes, there are a lot more adult autistics than commonly thought. The real question is what we do with this information. | Left Brain Right Brain 15/03/2019

«What if I told you that there are a lot more autistics born in the 1980's than 1 in 10,000. And this isn't me saying "it's almost certainly true". This is fact. I'd hope that one of your first reactions would be, "what should we do with this information to make life better for autistic people?" Hang around online autism discussions, especially those involving causation, and you will undoubtedly read someone claiming "back in the 1980's, the autism rate was 1 in 10,000." People base this on studies done back in the 1980's and they assume or assert, "nothing has changed since then". Which is odd, since a whole lot has changes in autism understanding since the 1980's. What if I told you that there are a lot more autistics born in the 1980's than 1 in 10,000. And this isn't me saying "it's almost certainly true". This is fact. I'd hope that one of your first reactions would be, "what should we do with this information to make life better for autistic people?" If your first reaction was, "this can't be true. There's an autism epidemic because of vaccines or some other pet causation theory", you have your priorities in the wrong place. If you think you are an autism advocate, you aren't. Report this ad Back to the recent study. When I read a recent study from Denmark, I was amazed. No exaggeration, I was amazed to see data so clearly showing that the autism prevalence for autistics born in the 1980's is much higher than previously reported. I say this with apologies to the study authors, because there's a lot more in this study. That said, there is also the trend of prevalence* with time. It's, well, amazing. The study is Cumulative Incidence of Autism Into Adulthood for Birth Cohorts in Denmark, 1980-2012. Basically, the authors mined the Danish Central Person Register for people with autism diagnoses. Here's the graph from that study (click to enlarge):.»
[...]
«Let’s say again what we see here: 1) the autism ‘rate’ for Danes born in 1980-81 is not 1 in 10,000, it’s about 1 in 300. Getting comparable to the autism ‘rates’ reported today. 2) the majority of these autistics were not identified until they were older than 10 years old. 3) the autism ‘rate’ is still climbing today. Yes, they are still diagnosing people well into adulthood. Now, consider some of the other data in the study. For example, Danes born in 2000-01 had an autism prevalence in 2016 of 2.8%. With no sign of a plateau. When those Danes were 8 years old, their autism prevalence was about 0.77%. Yes, it climbed by a factor of 3+ from age 8 to age 16. Another way to look at this is: people have been diagnosed throughout the lifespan. And this is still going on. We’ve only looked at a small subset of the data in this study, but we have to ask ourselves what do we do with these results? I know what I think we need to do: First, we have to accept that many autistics were not diagnosed when they were children. The autism prevalence in the adult population is much higher than the old data would suggest. It may be (probably is, in my view) close to or the same as the prevalence in children. Second, we have to accept that the autism prevalence in children is likely higher than what is being reported today. The 2.8% reported for one birth cohort in Denmark is basically the same as that reported in the highest estimates in the U.S.. And there was no sign that this Danish value is the maximum value that will be seen for that cohort, or any other. Third, and here’s where we need actual action, not just a change in beliefs. If we believe that the supports, services and therapies autistics deserve are different than those targeting other disabilities (which I firmly believe), we should be working harder to diagnose those as yet undiagnosed. This goes for young children as well as adults. »...

<< Sommaire
leftbrainrightbrain.co

Commission d'enquete sur l'inclusion des eleves handicapes dans l'ecole et l'universite de la Republique, quatorze ans apres la loi du 11 fevrier 2005 - Assemblee nationale 15/03/2019

«Commission d'enquête sur l'inclusion des élèves handicapés dans l'école et l'université de la République, quatorze ans après la loi du 11 février 2005 Mme Jacqueline Dubois Affaires culturelles et éducation La République en Marche Dordogne 4e Vice-Présidents M. Bertrand Bouyx Affaires culturelles et éducation La République en Marche M. Aurélien Pradié Lois Les Républicains Mme Cécile Rilhac Affaires culturelles et éducation La République en Marche Mme Nathalie Sarles Développement durable La République en Marche»...

<< Sommaire
www2.assemblee-nationale

Investigating the relationship between fast mapping, retention, and generalisation of words in children with autism spectrum disorder and typical d... - PubMed - NCBI 13/03/2019

«Abstract While many studies have investigated how autism spectrum disorder (ASD) impacts how children identify the meanings of new words, this task alone does not constitute learning. Here we investigate fast (referent selection) and slow (retention, generalisation) word learning processes as an integrated system and explore relationships between these mechanisms in ASD and typical development. In Study 1, children with ASD and typically developing (TD) children matched on receptive vocabulary utilised mutual exclusivity to identify referents of unfamiliar words, but showed substantially reduced accuracy on delayed retention and generalisation trials. Thus, Study 2 investigated whether re-directing children's attention to target objects following referent selection would enhance delayed retention. Participants received either social feedback (target objects were labelled and highlighted via social cues) or non-social feedback (target objects were labelled and highlighted via a flashing light). In both conditions, children with ASD were less accurate in their use of mutual exclusivity to fast-map novel words than TD children. However, children with ASD who received social feedback responded more accurately on delayed retention and generalisation trials than TD controls, and children with ASD who received non-social feedback or no feedback (in Study 1). Our findings imply that fundamental word learning mechanisms, and the relationships between them, are not qualitatively different in ASD. We argue that ASD may affect the efficiency of these mechanisms by disrupting children's intake of linguistic input in natural environments, but difficulties may be mitigated by presenting visual and auditory stimuli in a way that appeals to the population's strengths.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Some Children Can ''Recover'' From Autism, but Problems Often Remain | Albert Einstein College of Medicine 13/03/2019

«Research in the past several years has shown that children can outgrow a diagnosis of autism spectrum disorder (ASD), once considered a lifelong condition. In a new study, researchers at Albert Einstein College of Medicine and Montefiore Health System have found that the vast majority of such children still have difficulties that require therapeutic and educational support. The study was published online today in the Journal of Child Neurology. Lisa Shulman, M.D., at Albert Einstein College of Medicine has found that most children who outgrow an autism diagnosis still have language and learning disabilities, along with emotional and behavioral problems. Lisa Shulman, M.D."It's certainly encouraging to confirm that a subset of children with early ASD diagnosis accompanied by developmental delays can in essence recover from the disorder and go on to have typical social and cognitive functioning," said lead author Lisa Shulman, M.D., professor of pediatrics at Einstein and interim director of the Rose F. Kennedy Children's Evaluation and Rehabilitation Center (CERC) at Montefiore. "But by and large, these children continue to struggle with daily life. Almost all of them still have to contend with language and learning disabilities and a variety of emotional and behavioral problems." In the study, Dr. Shulman and her colleagues reviewed clinical records of 569 patients who were diagnosed with ASD between 2003 and 2013 at CERC, a university-affiliated early intervention program in the Bronx for children with developmental disabilities. Their mean age was 2-1/2 years at initial diagnosis and 6-1/2 years at follow up. The vast majority had received early intervention services, a mix of speech and occupational therapies, special instruction, and applied behavioral analysis (the main evidence-based treatment for ASD).»
[...]
«Only three (8 percent) of the 38 children recovered from ASD and had no other problems. Follow-up cognitive testing (available in 33 of the 38 participants) showed that none of the children was intellectually disabled. “Our findings beg the question, what is going on with these children who no longer have an ASD diagnosis?” said Dr. Shulman. “Was autism initially over-diagnosed? Are some children better able to respond to intervention? Does the specific intervention the child receives contribute to outcome? Our sense is that some children with ASD respond to intervention while others have unique developmental trajectories that lead to improvement. Those children who evolve in a positive direction generally have the mildest symptoms to begin with.” The current study is the largest of its kind with the most rigorous diagnostic follow up. “The message from our study is that some of our kids do amazingly well, but most of them have persistent difficulties requiring ongoing monitoring and therapeutic support,” said Dr. Shulman. »...

<< Sommaire
einstein.yu

Actualisation fiches - Restitution de la concertation - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees 13/03/2019

«Le lundi 11 février 2019, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education Nationale et de la Jeunesse, et Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, ont assisté à la restitution de la concertation engagée en octobre dernier intitulée "Ensemble pour une école inclusive". Une forte mobilisation des partenaires Le ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse, et le secrétariat d'Etat chargée des personnes handicapées se sont mis à l'écoute des acteurs de terrain et des remontées des territoires. La concertation a mobilisé plus de 120 participants (parents, associations de personnes en situation de handicap, gestionnaires d'établissement médico sociaux, professionnels de l'éducation et accompagnants) et s'est organisée autour de vingt-deux réunions en lien étroit avec le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH). Le diagnostic partagé de l'ensemble des partenaires de la concertation fait ressortir trois priorités : Renouer la confiance avec les familles. Soutenir les enseignants et, plus globalement, l'équipe éducative avec l'appui des professionnels du secteur médico-social Revaloriser le métier d'accompagnants et reconnaitre leur place au sein de la communauté éducative.»
[...]
«Les travaux des groupes de travail Les groupes de travail ont auditionné des dispositifs innovants, qui permettent déjà aux professionnels du secteur médico-social d’intervenir dans les établissements scolaires, ou à des accompagnants de travailler à temps plein sur les temps scolaires et périscolaires. Voici le résultat de leurs travaux : Restitution sur la simplification des parcours. Restitution sur la coopération dans l’école. Restitution sur le l’élaboration du PPS. Restitution sur le dispositif second employeur. Restitution sur l’accompagnement humain - Focus sur les AESH. Focus sur les porteurs de projets audtionnés dans le cadre de la concertation "coopérer dans l’école" Le groupe d’experts a auditionné des porteurs de projets ou dispositifs qui agissent pour accélérer la coopération dans l’école afin de mieux prendre en compte les besoins éducatifs particuliers des élèves. Découvrez la carte des porteurs de projets Consultez les fiches descriptives des porteurs de projets auditionnés pdf Téléchargez les fiches descriptives des projets (VERSION PDF) Téléchargement (503.4 ko) docx Téléchargez les fiches descriptives des projets (VERSION WORD) Téléchargement (327.1 ko) »...

<< Sommaire
handicap.gouv

Handicap : Sophie Cluzel veut « echanger sur les bonnes pratiques » avec ses homologues europeens | Public Senat 13/03/2019

«La secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées réunit à Paris le 14 mars ses homologues de l'Union européenne pour croiser les expériences en matière d'inclusion. Par Public Sénat 3mn Elles représentent 80 millions de personnes à l'échelle de l'Union européenne. Les personnes en situation de handicap seront au centre d'une réunion transnationale à Paris ce jeudi 14 mars. A l'initiative du gouvernement français, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel réunira, avec la ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, ses partenaires européens pour échanger sur ces sujets. « Il fallait que nous nous réunissions et que nous puissions parler de ce qui marchait », explique-t-elle au micro de Public Sénat. Ecole inclusive, accession au monde de l'entreprise, citoyenneté : les sujets abordés seront nombreux. « Nous avons des choses à apprendre mutuellement pour améliorer la participation sociale, la citoyenneté des personnes handicapées, leur accès à l'école, à l'insertion professionnelle », détaille la secrétaire d'Etat. « Nous avons aussi à partager les bonnes pratiques que nous avons ».»
[...]
«Le comité européen de jeudi s’attardera également sur les dernières avancées technologiques et scientifiques, et notamment sur l’autisme. En France, le trouble du spectre de l'autisme touche « une naissance sur cent », rappelle Sophie Cluzel. »...

<< Sommaire
publicsenat

Vidéo L'Encéphale : le Comite scientifique vous propose un bilan du congres 2019 ! Suicide, autisme, societe, depression et troubles psychotiques 13/03/2019


«L'Encéphale était en direct ...” à Paris. En direct : le Comité scientifique vous propose un bilan du congrès 2019 ! Suicide, autisme, société, dépression et troubles psychotiques : posez vos questions sur vos sessions favorites !»...

<< Sommaire
m.facebook

Le suicide chez les personnes autistes : une etude sur 20 ans 12/03/2019

«Cet article est un résumé de l'étude A 20-Year Study of Suicide Death in a State wide Autism Population, Autism Res. 2019 Jan 21. Dans la population générale, le suicide se produit plus souvent chez les hommes que chez les femmes, avec un ratio de 3.5 pour 1 (NIMH, 2018) et les femmes ont également tendance à utiliser des méthodes de suicide moins violentes que les hommes (Ajdacic-Gross et al., 2008). Les familles, les cliniciens et les personnes autistes mettent en avant leurs inquiétudes en même temps qu'émergent des études montrant un taux de pensées suicidaires et comportements suicidaires élevés parmi les personnes autistes (Veenstra-Vander- Weele, 2018). Cependant il y a actuellement peu d'études sur le risque de décès par suicide sur la population des personnes autistes. Cette étude s'intéresse spécifiquement aux décès par suicide chez les personnes autistes en Utah afin d'identifier les incidences et les caractéristiques des personnes décédées.»...

<< Sommaire
comprendrelautisme

Autisme : des experts au chevet des professionnels 11/03/2019


«Ils travaillent dans l'enseignement, le secteur libéral, sanitaire ou médico-social... En tout, soixante et un professionnels en contacts réguliers avec des personnes présentant des troubles du spectre autistique (TSA) étaient invités, mercredi, au siège de l'Adapei, à la présentation d'un nouveau parcours de formation mis en place par l'Agence régionale de santé (ARS), qui leur est dédié. Prise en charge par l’ARS « L’idée de cette formation est née du groupe départemental de coordination Autisme 36, piloté par l’ARS et constitué d’acteurs de terrain qui ont identifié des besoins », explique Élodie Fougeray, responsable de l’unité Personnes handicapées à l’ARS. En effet, que ce soit pour des difficultés de diagnostic ou d’accès aux soins, les familles et les aidants sont souvent confrontés à une errance dans les parcours de soins et d’orientation.» [...]
« Le premier s’adresse à vingt-quatre personnes déjà formées aux techniques comportementales et durera 19 jours, dont 9 en coaching. Le second s’adresse à 37 personnes désireuses d’acquérir les bases de différentes techniques et durera 14 jours, dont 4 en coaching. A noter que le coût de cette formation – 45.000 € pour la première année ; 20.000 €, pour la seconde – est pris en charge par l’ARS. »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Women and Autism Spectrum Disorder: Diagnosis and Implications for Treatment of Adolescents and Adults | SpringerLink 10/03/2019

«Abstract Purpose of Review We review the recent literature regarding the implications of gender on the diagnosis and treatment of autism spectrum disorder (ASD) in women and adolescent females. We also discuss important clinical observations in treating this population. Recent Findings Growing research supports gender specificity in ASD symptom presentation. Differing phenotypes, psychiatric co-morbidities, and level of "camouflaging" (behavioral coping strategies to conceal symptoms for use in social situations) are thought to further contribute to the discrepancy in prevalence rates and resulting misdiagnosis or delayed diagnosis in adolescent females and women. Summary Both nosological and cultural factors appear to be contributing to differences in the diagnosis of ASD in women. These differences in presentation have important implications for late diagnosis, treatment of ASD, and the quality of life for women with autism.»...

<< Sommaire
link.springer

The role of astrocytic glutamate transporters GLT-1 and GLAST in neurological disorders: potential targets for neurotherapeutics. - PubMed - NCBI 10/03/2019

«Abstract Glutamate is the primary excitatory neurotransmitter in the central nervous system (CNS) that initiates a rapid signal transmission in the synapse before its re-uptake into the surrounding glia, specifically astrocytes. The astrocytic glutamate transporters, glutamate-aspartate transporter (GLAST) and glutamate transporter-1 (GLT-1) and their human homologs excitatory amino acid transporter 1 (EAAT1) and 2 (EAAT2), respectively, are the major transporters that take up synaptic glutamate to maintain its optimal extracellular levels, thus preventing its accumulation in the synaptic cleft and the ensuing excitotoxicity. Growing evidence has shown that excitotoxicity is associated with various neurological disorders, including amyotrophic lateral sclerosis (ALS), Alzheimer's disease (AD), Parkinson's disease (PD), manganism, ischemia, schizophrenia, epilepsy, and autism. While the mechanisms of neurological disorders are not well understood, the dysregulation of GLAST/GLT-1 may play a significant role in excitotoxicity and associated neuropathogenesis. The expression and function of GLAST/GLT-1 may be dysregulated at the genetic, epigenetic, transcriptional or translational levels, leading to high levels of extracellular glutamate and excitotoxicity. Consequently, understanding the regulatory mechanisms of GLAST/GLT-1 has been an area of interest in developing therapeutics for the treatment of neurological disorders. Pharmacological agents including β-lactam antibiotics, estrogen/selective estrogen receptor modulators (SERMs), growth factors, histone deacetylase inhibitors (HDACi), and translational activators have shown significant efficacy in enhancing the expression and function of GLAST/GLT-1 and glutamate uptake in both in vitro and in vivo settings. This comprehensive review will discuss the regulatory mechanisms of GLAST/GLT-1, their association with neurological disorders, and the pharmacological agents that mediate their expression and function.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

The role of multisensory development in early language learning - ScienceDirect 10/03/2019

«Abstract In typical development, communicative skills such as language emerge from infants' ability to combine multisensory information into cohesive percepts. For example, the act of associating the visual or tactile experience of an object with its spoken name is commonly used as a measure of early word learning, and social attention and speech perception frequently involve integrating both visual and auditory attributes. Early perspectives once regarded perceptual integration as one of infants' primary challenges, whereas recent work suggests that caregivers' social responses contain structured patterns that may facilitate infants' perception of multisensory social cues. In the current review, we discuss the regularities within caregiver feedback that may allow infants to more easily discriminate and learn from social signals. We focus on the statistical regularities that emerge in the moment-by-moment behaviors observed in studies of naturalistic caregiver-infant play. We propose that the spatial form and contingencies of caregivers' responses to infants' looks and prelinguistic vocalizations facilitate communicative and cognitive development. We also explore how individual differences in infants' sensory and motor abilities may reciprocally influence caregivers' response patterns, in turn regulating and constraining the types of social learning opportunities that infants experience across early development. We end by discussing implications for neurodevelopmental conditions affecting both multisensory integration and communication (i.e., autism) and suggest avenues for further research and intervention.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Do Children and Adults with Autism Spectrum Condition Anticipate Others' Actions as Goal-Directed? A Predictive Coding Perspective. - PubMed - NCBI 10/03/2019

«Abstract An action's end state can be anticipated by considering the agent's goal, or simply by projecting the movement trajectory. Theories suggest that individuals with autism spectrum condition (ASC) have difficulties anticipating other's goal-directed actions, caused by an impairment using prior information. We examined whether children, adolescents and adults with and without ASC visually anticipate another's action based on its goal or movement trajectory by presenting participants an agent repeatedly taking different paths to reach the same of two targets. The ASC group anticipated the goal and not just the movement pattern, but needed more time to perform goal-directed anticipations. Results are in line with predictive coding accounts, claiming that the use of prior information is impaired in ASC.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

DSM-5 criteria for autism spectrum disorder maximizes diagnostic sensitivity and specificity in preschool children | SpringerLink 10/03/2019

«Abstract Purpose The criteria for autism spectrum disorder (ASD) were revised in the fifth edition of the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM). The objective of this study was to compare the sensitivity and specificity of DSM-IV-Text Revision (DSM-IV-TR) and DSM-5 definitions of ASD in a community-based sample of preschool children. Methods Children between 2 and 5 years of age were enrolled in the Study to Explore Early Development-Phase 2 (SEED2) and received a comprehensive developmental evaluation. The clinician(s) who evaluated the child completed two diagnostic checklists that indicated the presence and severity of DSM-IV-TR and DSM-5 criteria. Definitions for DSM-5 ASD, DSM-IV-TR autistic disorder, and DSM-IV-TR Pervasive Developmental Disorder Not Otherwise Specified (PDD-NOS) were created from the diagnostic checklists. Results 773 children met SEED2 criteria for ASD and 288 met criteria for another developmental disorder (DD). Agreement between DSM-5 and DSM-IV-TR definitions of ASD were good for autistic disorder (0.78) and moderate for PDD-NOS (0.57 and 0.59). Children who met DSM-IV-TR autistic disorder but not DSM-5 ASD (n=71) were more likely to have mild ASD symptoms, or symptoms accounted for by another disorder. Children who met PDD-NOS but not DSM-5 ASD (n=66), or vice versa (n=120) were less likely to have intellectual disability and more likely to be female. Sensitivity and specificity were best balanced with DSM-5 ASD criteria (0.95 and 0.78, respectively). Conclusions The DSM-5 definition of ASD maximizes diagnostic sensitivity and specificity in the SEED2 sample. These findings support the DSM-5 conceptualization of ASD in preschool children.»...

<< Sommaire
link.springer

Variability in first impressions of autistic adults made by neurotypical raters is driven more by characteristics of the rater than by characteristics of autistic adults - Kerrianne E Morrison, Kilee M DeBrabander, Daniel J Faso, Noah J Sasson, 2019 10/03/2019


«Abstract Previous work indicates that first impressions of autistic adults are more favorable when neurotypical raters know their clinical diagnosis and have high understanding about autism, suggesting that social experiences of autistic adults are affected by the knowledge and beliefs of the neurotypical individuals they encounter. Here, we examine these patterns in more detail by assessing variability in first impression ratings of autistic adults (N=20) by neurotypical raters (N=505). Variability in ratings was driven more by characteristics of raters than those of autistic adults, particularly for items related to "intentions to interact." Specifically, variability in rater stigma toward autism and autism knowledge contributed to first impression ratings. Only ratings of "awkwardness" were driven more by characteristics of the autistic adults than characteristics of the raters. Furthermore, although first impressions of autistic adults generally improved when raters were informed of their autism status, providing a diagnosis worsened impressions made by neurotypical raters with high stigma toward autism. Variations in how the diagnosis was labeled (e.g. "autistic" vs "has autism") did not affect results. These findings indicate a large role of neurotypical perceptions and biases in shaping the social experiences for autistic adults that may be improved by reducing stigma and increasing acceptance.»...

<< Sommaire
journals.sagepub

Variability in first impressions of autistic adults made by neurotypical raters is driven more by characteristics of the rater than by characteristics of autistic adults - Kerrianne E Morrison, Kilee M DeBrabander, Daniel J Faso, Noah J Sasson, 2019 10/03/2019


«Abstract Previous work indicates that first impressions of autistic adults are more favorable when neurotypical raters know their clinical diagnosis and have high understanding about autism, suggesting that social experiences of autistic adults are affected by the knowledge and beliefs of the neurotypical individuals they encounter. Here, we examine these patterns in more detail by assessing variability in first impression ratings of autistic adults (N=20) by neurotypical raters (N=505). Variability in ratings was driven more by characteristics of raters than those of autistic adults, particularly for items related to "intentions to interact." Specifically, variability in rater stigma toward autism and autism knowledge contributed to first impression ratings. Only ratings of "awkwardness" were driven more by characteristics of the autistic adults than characteristics of the raters. Furthermore, although first impressions of autistic adults generally improved when raters were informed of their autism status, providing a diagnosis worsened impressions made by neurotypical raters with high stigma toward autism. Variations in how the diagnosis was labeled (e.g. "autistic" vs "has autism") did not affect results. These findings indicate a large role of neurotypical perceptions and biases in shaping the social experiences for autistic adults that may be improved by reducing stigma and increasing acceptance.»...

<< Sommaire
journals.sagepub

Placements abusifs, juge des enfants, ASE | The autist 09/03/2019

«L'Association Francophone de Femmes Autistes dresse un état des lieux des mécanismes amenant l'aide sociale à l'enfance à la pratique de placements abusifs, notamment dans les familles les plus vulnérables, incomprises de part leur handicap. Ce jour (05 mars 2019), Maitre Sophie Janois, avocate experte en droit de la santé et particulièrement attachée au respect des droits des personnes avec autisme alerte les familles sur le besoin de faire connaitre leur histoire au plus haut sommet de l'Etat. « Mesdames, Messieurs, si, parent d'un enfant autiste ou TDAH, vous avez fait l'objet d'une IP ou d'un signalement au cours de ces dernières années : Madame la « déléguée interministérielle à la stratégie nationale pour l'autisme », Claire COMPAGNON, manquerait de témoignages pour attester de la réalité des informations préoccupantes et signalements dont les parents d'enfant autiste ou TDAH font l'objet. En effet, un parent d'enfant autiste ou TDAH, souhaitant défendre les droits fondamentaux de son enfant, peut être la cible des institutions et devenir l'objet d'une information préoccupante (IP). Les services de l'aide sociale à l'enfance, ignorant les problématiques liées à autisme, rendent des rapports à charge, souvent contre les mères, niant les diagnostics et estimant que les troubles des enfants sont liés à une carence éducative.»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Votre enfant est en situation de handicap, et est accompagne au quotidien par un(e) AESH ou un(e) AVS ? Votre temoignage nous interesse - Auxerre (89000) - L'Yonne Republicaine 09/03/2019

«Votre enfant est en situation de handicap. Il est scolarisé en milieu ordinaire, et bénéficie d'un accompagnement quotidien en classe ? Quels progrès, ou difficultés constatez-vous ? Quel regard portez-vous sur l'inclusion scolaire ? Faites-nous part de votre expérience. Dans le cadre d'un article consacré au rôle des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) et auxiliaires de vie scolaire (AVS), nous sommes à la recherche de témoignages de parents concernés. Au quotidien, la scolarisation de votre enfant en milieu ordinaire demande la présence d'un accompagnant en classe. Votre enfant bénéficie d'une notification de la MDPH pour bénéficier d'un accompagnement, mais il n'a pas encore été mis en place. Votre témoignage nous intéresse. Si vous êtes prêts à en parler, merci de nous indiquer votre prénom et votre numéro de téléphone via message privé sur notre page Facebook ou à l'adresse mail de notre journaliste caroline.girard@centrefrance.com.»...

<< Sommaire
lyonne

Rapport Onu et handicap: la France deja en ordre de marche ? 08/03/2019

«Handicap.fr : L'Onu vient de rendre un rapport de 22 pages sur la situation des personnes handicapées en France mais, contrairement au rapport préliminaire dévoilé en octobre 2017, personne n'en parle (articles en lien ci-dessous). Comment expliquez-vous cela ? Sophie Cluzel : C'est un point d'étape. La France sera entendue en 2020, dans le cadre de la présentation de notre action. Classiquement, il y a d'abord eu un pré-rapport, sur lequel nous avions d'ailleurs réagi, et maintenant celui-là...»
[...]
« H.fr : Ce rapport déplore la sous-représentation des personnes handicapées au sein du CNCPH (Conseil national consultatif des personnes handicapés). Qu'en pensez-vous ? SC : J'ai confié une mission à Thierry Michels et Carine Radian pour réinterroger cette représentation. Il est essentiel que le futur conseil soit totalement légitime pour accélérer la co-construction de la politique publique avec les personnes en situation de handicap. »...

<< Sommaire
informations.handicap

Maison departementale des personnes handicapees de la Seine-Maritime (MDPH 76) - Rouen (Seine-Maritime) | Cour des comptes 08/03/2019

«Publications Maison départementale des personnes handicapées de la Seine-Maritime (MDPH 76) - Rouen (Seine-Maritime) La chambre régionale des comptes Normandie a examiné la gestion de la Maison départementale des personnes handicapées de Seine-Maritime (MDPH 76) pour les exercices 2012 à 2016. Synthèse La maison départementale des personnes handicapées de Seine-Maritime (MDPH-76) a été créée sous la forme d'un groupement d'intérêt public (GIP) par l'Etat, le département de la Seine-Maritime, les caisses primaires d'assurance maladie du département et de la région et les caisses d'allocations familiales du département. L'organisation Opérationnelle dès janvier 2006, la MDPH-76 a commencé à fonctionner avant même l'échéance du 31 janvier 2006 fixée par la loi. La convention constitutive du GIP aurait du être modifiée en 2011 pour tenir compte de la loi du 28 juillet 2011, du retrait de la CARSAT et de la fusion des CAF du département. L'actualisation de la convention est intervenue en juillet 2017, soit avec près de six années de retard. Ce retard est d'autant plus préjudiciable que les nouvelles dispositions contractuelles ont été mises en oeuvre par anticipation, fragilisant ainsi les décisions prises par la commission exécutive de la MDPH. Entre-temps, la convention constitutive a été modifiée par des conventions bilatérales permettant d'ajuster les moyens de fonctionnement du GIP mais conclues en méconnaissance des règles qui prévoient que toute modification apportée à la convention doit recevoir l'accord de tous les partenaires. Le fonctionnement de la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) est également critiquable. Celle-ci se réunit en formation restreinte en méconnaissance des dispositions du code de l'action sociale et des familles. De même, les demandeurs ne sont pas informés de la date de passage de leur dossier devant la CDAPH et de la possibilité d'y défendre leur cause.»
[...]
«En principe, un plan de compensation est élaboré par l’équipe pluridisciplinaire au terme d’un dialogue avec le demandeur. Pour réduire les délais d’instruction, la MDPH-76 ne rédige un plan de compensation que si le demandeur a sollicité la prestation de compensation du handicap. De même, le dialogue avec le demandeur, notamment avec les enfants, est parfois incomplet. La CDAPH, chargée de valider les décisions proposées par l’équipe pluridisciplinaire, statue sur un grand nombre de dossiers mais n’examine que quelques cas choisis par l’équipe. La CDAPH dispose également d’un droit d’évocation qu’elle utilise très peu. Pour toutes ces raisons, le mode de travail de la CDAPH, s’il lui permet de résorber le stock des dossiers, s’apparente à une chambre d’enregistrement. »...

<< Sommaire
ccomptes

Autism diagnosis often followed by identification of other conditions | Spectrum | Autism Research News 07/03/2019

«Behavioral conditions such as attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) crop up in about one in three autistic people within 15 years of their autism diagnosis. About 20 percent of autistic people are diagnosed with anxiety in that time period. A study of nearly 6 million people reveals the onset and prevalence of nine such diagnoses that often accompany autism1. The work, which includes 30,423 people with autism, is the largest to focus on psychiatric and developmental conditions that occur together. Most of the findings fit with prior research. For example, the ADHD finding jibes with several smaller studies reporting that roughly one in three people with autism has ADHD. But the new analysis draws on an unprecedented amount of data. "We've gone from the ...˜whole Earth' down to the street level; we've pixelated the data ...” and when we did that, it was quite a surprise. We found that comorbidity was pervasive," says lead researcher John McGrath, Niels Bohr Professor at Aarhus University in Denmark. Experts hail the study as a technical feat. "This was a huge data repository that gave us unique abilities to look at the relationships between these disorders," says Paul Lipkin, director of the Interactive Autism Network at the Kennedy Krieger Institute in Baltimore, Maryland, who was not involved in the research.»
[...]
«Incidence of co-occurring conditions following an autism diagnosis Big data: McGrath and his colleagues combed Danish national registries dating back to the 1960s for the mental health diagnoses of 2,958,293 men and 2,982,485 women. The registries include everyone born in Denmark from 1900 to 2015. Health conditions in Denmark are diagnosed using the International Classification of Diseases; because the study period extended over decades, the diagnoses were made under various versions of the manual. To account for the evolving definitions of conditions, the researchers outlined 10 broad classes, ranging from developmental and mood disorders to substance misuse and various forms of dementia. They probed associations between pairs of conditions over time. They found, for example, that about 9 percent of autistic people are diagnosed with schizophrenia within 15 years of their autism diagnosis. The chances of being diagnosed with a second accompanying condition is generally highest in the year after being diagnosed with the first. The findings appeared in January in JAMA Psychiatry. The results are a reminder to clinicians to watch for features of the other nine conditions in autistic people. Fresh ground: Some conditions showed up less often in the Danish sample than they do in other populations of autistic individuals. Intellectual disability, for example, was diagnosed in about 15 percent of people in the 15 years following a childhood autism diagnosis; the U.S. Centers for Disease Control and Prevention puts this number closer to 31 percent. Roughly 20 percent of autistic people received a diagnosis of a neurotic condition, such as anxiety — previous studies have estimated anywhere from 11 to 84 percent. The estimate from this study is on the low end because some clinicians may consider anxiety a part of autism and therefore don’t diagnose it separately, says Ann Neumeyer, medical director of the Lurie Center for Autism at MassGeneral Hospital for Children in Boston, who was not involved in the study. The study also breaks fresh ground for a group that gets little research attention: middle-aged autistic adults. More than 10 percent of people diagnosed with autism from age 40 to 60 develop a dementia condition such as Alzheimer’s disease within 15 years. »...

<< Sommaire
spectrumnews

HCDH | Le Conseil des droits de l'homme tient son debat annuel sur les droits des personnes handicapees 06/03/2019

«Mme Devandas Aguilar a rappelé que l'accès à l'adaptation et à la réadaptation est une obligation des Etats en matière de droits de l'homme - une obligation qui découle de plusieurs droits, comme le droit à la santé, le droit à l'éducation, le droit au travail et le droit à la participation. Le grand apport de la Convention relative aux droits des personnes handicapées est de rendre cette obligation explicite, ce qui permet de sortir du paradigme médical et « paternaliste » qui cherchait à « guérir » et « réparer » les personnes porteuses d'un handicap plutôt que d'encourager leur indépendance et leur participation, s'est-elle félicitée. Les programmes prévus par l'article 26 de la Convention doivent être mis en place le plus tôt possible, être fondés sur une évaluation multidisciplinaire, soutenir la participation et l'inclusion, être volontaires et à la disposition des personnes handicapées au plus près de leur propre communauté, a souligné la Rapporteuse spéciale. Alors que l'article 26 de la Convention établit clairement les obligations des Etats en matière de mesures à prendre pour permettre aux personnes handicapées d'atteindre et de conserver le maximum d'autonomie et de réaliser pleinement leur potentiel physique, mental, social et professionnel, beaucoup d'Etats n'ont toujours pas atteint ces objectifs, a pour sa part regretté M. Purcil. Mme Cieza a indiqué que le principal obstacle à la réadaptation, selon les observations de l'OMS, est que les services de réadaptation sont insuffisants et inefficaces. Elle a mentionné un autre obstacle encore plus fondamental, à savoir le manque d'engagement politique en faveur de la réadaptation. S'agissant de la stratégie de l'OMS pour renforcer la réadaptation, Mme Cieza a indiqué que l'Organisation plaidait pour inclure la réadaptation dans le programme de couverture de santé universelle (CSU) car la CSU est basée sur les principes de l'équité, de la qualité des services et de la protection financière - autant de principes qu'il convient d'appliquer à la réadaptation.»...

<< Sommaire
ohchr

AAH L'Inclusion En Marche! est favorable à la désindexation. 05/03/2019

«L'Inclusion En Marche! est favorable à la désindexation. Le revenu du conjoint n'a pas à être considéré dans le calcul de l'Allocation Adulte Handicapé (AAH).»...

<< Sommaire
facebook

Rapport Onu et handicap: la France en prend pour son grade! 04/03/2019

«40 recommandations pour accorder aux personnes handicapées leur pleine citoyenneté. L'Onu rend son rapport sur la situation en France. Objectif : respect des droits et milieu ordinaire, quitte à fermer toutes les institutions. La leçon est sévère... Le 13 octobre 2017, la rapporteure de l'Onu sur les droits des personnes handicapées, après une visite en France, rendait son verdict préliminaire sur leur situation dans notre pays (article en lien ci-dessous). Sans langue de bois, Catalina Devandas-Aguilar saluait les avancées mais faisait également part de ses vives inquiétudes, assurant que notre pays devait faire de gros efforts. Elle avait jeté quelques pavés dans la marre, en affirmant, entre autres, que « par définition, un bon établissement n'existe pas », nourrissant l'ensemble de son discours d'une volonté farouche d'accorder aux personnes handicapées leur pleine citoyenneté en milieu ordinaire, au risque d'ébranler un système français bien rodé où la vie en institution est le plus souvent la norme. Elle avait fâché certains très fort... .»
[...]
«Des personnes handicapées sous-représentées Catalina Devandas égratigne par ailleurs le CNCPH (Conseil national consultatif du handicap), observant la surreprésentation des « prestataires de service et les associations de parents », qui « continuent d'influencer la prise de décisions » alors que « des efforts plus importants sont nécessaires pour consulter en premier lieu les organisations de personnes handicapées et élargir leur représentation au sein du Conseil ». Et de citer les personnes autistes, présentant des handicaps psychosociaux, avec des handicaps intellectuels, sourdes et sourdes-aveugles. Elle se dit également « préoccupée par l'absence d'un budget de fonctionnement favorisant la bonne marche » de cette instance. Plus globalement, elle déplore que « dans les processus d'élaboration de politiques (…) les personnes handicapées n'ont généralement pas voix au chapitre et leurs opinions ne sont pas prises en compte », a fortiori lorsque ce sont des femmes. Et suggère, lors de la prochaine Conférence nationale du handicap qui doit être clôturée en juin 2019 par Emmanuel Macron, de « s'entretenir en priorité avec les différentes organisations de personnes handicapées plutôt que de consulter d'abord les prestataires de services ». »...

<< Sommaire
informations.handicap

Olivier Paolini - ALLOCATION ADULTE HANDICAPE (AAH) 28/02/2019


«ALLOCATION ADULTE HANDICAPE (AAH) J'ai évoqué avec Sophie Cluzel secrétaire d'Etat aux Personnes Handicapées les inquiétudes relatives au calcul de l'AAH qui prend en considération les revenus du conjoint dans son calcul entrainant dépendance et perte d'autonomie pour la personne handicapée. La revalorisation de l'AAH pour tous a été une promesse de campagne et une mesure appliquée rapidement après l'élection d'Emmanuel Macron. D'un cout important (plus de deux milliards d'euros), cette revalorisation a permis d'augmenter les revenus des personnes handicapées. Le grand débat national a permis une remontée de données sur le sujet et a fait apparaitre l'AAH au premier plan avec une problématique bien spécifique : la prise en compte du revenu du conjoint(e) dans le calcul de l'AAH. Les échanges sont tellement nombreux sur ce point qu'elle focalise toutes les attentions, en devenant LA proposition phare des citoyens qui ne comprendraient pas que le Gouvernement n'agisse pas pour changer cette injustice. A titre personnel, je suis favorable à la désindexation du revenu du conjoint qui n'a pas à être considéré dans le calcul de l'AAH.»...

<< Sommaire
facebook

Question de droit. Un accompagnant pas assez present 26/02/2019


«L'AESH qui doit aider le jeune handicapé Slimane n'assure en réalité que la moitié des heures prévues. La maison départementale des personnes handicapées (MDPH), en charge d'évaluer les besoins des enfants handicapés, a décidé que Slimane, le fils de Lucie, devait bénéficier d'un accompagnant d'élèves en situation de handicap (AESH) quinze heures par semaine. Cependant, l'AESH n'assure véritablement que la moitié des heures prévues.» [...]
«Les décisions prises par la MDPH doivent être mises en œuvre par les services académiques. Cependant, il arrive parfois que, comme dans le cas de Slimane, un enfant ne soit pas suffisamment - voire pas du tout - accompagné, par manque de candidats ou pour des raisons budgétaires. Si vous êtes dans la même situation que Lucie, vous pouvez vous adresser à l’enseignant référent de votre enfant afin qu’il indique les motifs de ce retard et le délai dans lequel la situation sera rétablie. Vous pouvez également vous adresser au service du rectorat en charge du recrutement des AESH pour solliciter un complément d’heures, l’affectation d’un second accompagnant ou la mise en œuvre d’aménagements dans l’attente du recrutement. En cas de réponse négative ou d’absence de réponse de la part des services académiques, vous pouvez saisir le Défenseur des droits ou son délégué local afin qu’il sollicite des explications. Si l’accès à l’école de votre enfant est remis en cause, vous pouvez saisir le tribunal administratif dans le cadre d’une procédure d’urgence dans laquelle le Défenseur des droits pourra présenter ses observations. Le juge administratif pourra alors demander aux services académiques de procéder au recrutement d’un AESH. Cette procédure est complexe et nécessite un accompagnement (avocat, maison de justice et du droit, etc.). »...

<< Sommaire
ouest-france

For people with alexithymia, emotions are a mystery | Spectrum | Autism Research News 25/02/2019

«Stephen has been married twice. Two wedding days. Two "I do"s. Yet Stephen has no happy memories from either ...” or, in fact, from the marriages or any of his relationships. He met his first wife on a pre-nursing course when he was just 16. Six years later, they were married. Three years after that, they got divorced; she was never really the right one for him, he says. Almost two decades on, in 2009, he met his second wife through a dating site. He threw himself into the relationship, and the following year, with his father and her two adult siblings present, they married at the registrar's office in Sheffield, England, where they both live. He put on smiles for the wedding photos because he recognized that they were expected, but, as he explains: "From an inner-feeling point of view, anything I do that requires an emotional response feels like a fake. Most of my responses are learned responses. In an environment where everyone is being jolly and happy, it feels like I'm lying. Acting. Which I am. So it is a lie." Happiness isn't the only emotion that Stephen struggles with. Excitement, shame, disgust, anticipation, even love ...¦ he doesn't feel these, either. "I feel something, but I'm unable to distinguish in any real way what that feeling is." The only emotions he is familiar with are fear and anger. Such profound problems with emotion are sometimes associated with autism, which Stephen does not have, or with psychopathy, which he doesn't have, either. Last year, at the age of 51, he finally learned what he does have: a little-known condition called alexithymia, a word made from Greek parts meaning, roughly, "no words for emotion." Despite the name, the real problem for people with alexithymia isn't so much that they have no words for their emotions, but that they lack the emotions themselves. Still, not everyone with the condition has the same experiences. Some have gaps and distortions in the typical emotional repertoire. Some realize they're feeling an emotion but don't know which, whereas others confuse signs of certain emotions for something else ...” perhaps interpreting butterflies in the stomach as hunger pangs.»...

<< Sommaire
spectrumnews

Arrete du 15 fevrier 2019 fixant les modalites d'appreciation d'une situation de handicap donnant lieu a l'attribution de droits sans limitation de duree prevue par l'article R. 241-15 du code de l'action sociale et des familles et par l'article R. 821-5 du code de la securite sociale | Legifrance 24/02/2019

«Publics concernés : personnes handicapées, maisons départementales des personnes handicapées, caisses d'allocations familiales et caisses de mutualité sociale agricole. Objet : mesures de simplification au bénéfice des personnes handicapées, des maisons départementales des personnes handicapées, des caisses d'allocations familiales et des caisses de la mutualité sociale agricole. Entrée en vigueur : le présent arrêté entre en vigueur au lendemain de sa publication . Notice : l'arrêté est un texte d'application du décret n° 2018-1222 du 24 décembre 2018 portant diverses mesures de simplification dans le champ du handicap. Il précise les critères d'attribution de droits sans limitation de durée pour certaines prestations destinées aux personnes handicapées. L'article L. 114 du code de l'action sociale et des familles définit le handicap comme « toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant ». A ce titre, toute personne handicapée, quel que soit son type de handicap (physique, cognitif, psychique, etc.), qui remplit les critères définis par le présent arrêté peut bénéficier de l'attribution de droits sans limitation de durée pour les prestations suivantes : l'allocation aux adultes handicapées mentionnée à l'article L. 821-1 du code de sécurité sociale et la carte mobilité inclusion comportant la mention « invalidité » prévue au 1° du I de l'article L. 241-3 du code de l'action sociale et des familles. C'est l'évaluation individualisée de la situation de chaque demandeur qui doit permettre de vérifier s'il est possible de lui attribuer ces droits sans limitation de durée. Pour bénéficier de cette attribution, deux critères doivent être remplis au moment de la décision : les limitations d'activités ou restrictions de participation sociale ne doivent pas être susceptibles d'évolution favorable à long terme et le taux d'incapacité permanente doit être supérieur ou égal à 80 %. Pour rappel le guide-barème pour l'évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées figurant en annexe 2-4 du code de l'action sociale et des familles prévoit qu'un taux d'incapacité permanente d'au moins 80 % correspond à des troubles graves entrainant une entrave majeure dans la vie quotidienne de la personne avec une atteinte de son autonomie individuelle. Cette autonomie individuelle est définie comme l'ensemble des actions que doit mettre en oeuvre une personne, vis-à-vis d'elle-même, dans la vie quotidienne. Dès lors qu'elle doit être aidée totalement ou partiellement, ou surveillée dans leur accomplissement, ou ne les assure qu'avec les plus grandes difficultés, le taux de 80 % est atteint. C'est également le cas lorsqu'il y a déficience sévère avec abolition d'une fonction. L'attribution de droits sans limitation de durée intervient à l'occasion du réexamen de la situation des droits arrivés à échéance. Aucune nouvelle demande n'est donc nécessaire lorsque des droits sont en cours. Références : le présent arrêté peut être consulté sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr).»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Sondage ALLOCATION ADULTE HANDICAPE (AAH) 22/02/2019

«ALLOCATION ADULTE HANDICAPE (AAH) Pensez-vous que la prise en compte du revenu du conjoint(e) soit nécessaire dans le calcul de l'Allocation Adulte Handicapé (AAH)? OUI, la solidarité financière du foyer doit s'appliquer dans le calcul de l'AAH. NON, le revenu du conjoint(e) n'a pas à être considéré dans le calcul de l'AAH. Si OUI: pourquoi pensez-vous que la solidarité financière du foyer doit s'appliquer dans le calcul de l'AAH? Si NON: pourquoi le revenu du conjoint(e) n'a pas à être considéré dans le calcul de l'AAH?»...

<< Sommaire
docs.google

La therapie genique inverse la surdite genetique - Sciences et Avenir 21/02/2019

«Des chercheurs de l'Institut Pasteur, de l'Inserm, du CNRS, du Collège de France, de Sorbonne Université et de l'Université Clermont Auvergne, en collaboration avec les universités de Miami, de Columbia et de San Francisco, ont réussi à soigner la surdité de souris en remplaçant un gène défectueux par un gène normal. Ces souris étaient atteintes de l'équivalent murin de la surdité "DFNB9", une forme de surdité d'origine génétique. C'est une première mondiale. Leurs résultats sont publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Une surdité profonde d'origine génétique La surdité DFNB9 est un trouble auditif, qui représente 2 à 8% des surdités génétiques congénitales. Les personnes atteintes sont dépourvues du gène codant pour l'otoferline, une protéine essentielle à la transmission de l'information sonore au niveau des synapses des cellules sensorielles auditives.»
[...]
«Un défi : traiter la surdité à l'âge adulte Un des principaux problèmes rencontrés dans le traitement de cette surdité est qu'elle se met en place pendant la grossesse, autour de 20 semaines. Lorsque le bébé naît et qu'elle est diagnostiquée, les options de traitement étaient donc limitées jusqu'à présent aux implants cochléaires. Mais l'équipe dirigée par le généticien Saaïd Safieddine s'est attelée à trouver des traitements alternatifs. Leur piste : tenter de rétablir l'audition chez des souris présentant cette surdité génétique en insérant dans leur génome le gène manquant, responsable de la production de l’otoferline. On appelle cette méthode thérapie génique. Restaurer le gène manquant grâce à la thérapie génique Pour relever ce défi, les chercheurs ont utilisé comme vecteurs des virus adéno-associés (AAV), c’est-à-dire dépourvus de potentiel pathologique, mais capables de s'insérer dans les cellules. "Nous sommes presque tous porteurs de ce type de virus, sans être pour autant malades, souligne Saaïd Safieddine. Ils vivent avec nous, et ne sont pas immunogènes. En outre, ils n'intègrent pas leur génome dans l'ADN des cellules qu'ils pénètrent, comme les retrovirus, ce qui peut être la source de problèmes. Ils restent dans le cytoplasme sous forme épisomale. Ce sont d'excellents vecteurs". Mais l'équipe s'est heurtée à une difficulté : ce type de virus a une capacité de stockage limitée, et la séquence codante du gène à intégrer ne doit pas être trop longue (pas plus de 4700 paires de bases, c'est-à-dire les lettres qui composent l'ADN). Or, le gène Otof codant pour l’otoferline a une séquence codante de 6000 paires de bases. Pour contourner ce problème, les chercheurs ont réparti l’information génétique dans deux vecteurs différents. "Nous avons tranché la séquence génétique là où une enzyme s'en charge d'habitude, explique Saaïd Safieddine. Puis nous avons injecté cette paire de vecteurs dans la cochlée des souris sourdes adultes. Au moment de la traduction de la séquence en ARN, les deux segments de la séquence codante de l’odoferline se sont naturellement réassemblés dans le cytoplasme des cellules ciliées internes. C'est un phénomène de "réparation" favorisé par une propriété de l'ADN viral. Cela a permis la restauration de l’expression de l’otoferline et, ultimement, la restauration de l’audition des souris. Et les résultats sont très durables, car ces cellules spécifiques ne se renouvellent pas au cours de la vie, ni chez les souris ni chez les humains." Ces résultats sont très encourageants car ils prouvent que la fenêtre thérapeutique pour le traitement de la surdité DFNB9 est bien plus large qu’on ne le pensait jusque-là. On peut désormais espérer étendre ce succès au traitement d’autres formes de surdité génétique. Les chercheurs de l'Institut Pasteur ont fait une demande de brevet pour déposer leur technique, et deux séries d'essais cliniques devraient avoir lieu d'ici 5 ans, pour évaluer la toxicité et les éventuels effets secondaires de ce traitement. »...

<< Sommaire
sciencesetavenir

Scientists implicate hidden genes in the severity of autism symptoms 15/02/2019

«Scientists at the University of Colorado Anschutz Medical Campus have implicated a largely hidden part of the human genome in the severity of autism symptoms, a discovery that could lead to new insights into the disorder and eventually to clinical therapies for the condition. The researchers found the critical genes are part of the human genome that is so complex and difficult to study that it has been unexamined by conventional genome analysis methods.»...

<< Sommaire
news-medical

Abnormal timing found in the brains of people with autistic symptoms 15/02/2019

«The neural 'time windows' in certain small brain areas contribute to the complex cognitive symptoms of autism, new research suggests. In a brain imaging study of adults, the severity of autistic symptoms was linked to how long these brain areas stored information. The differences in neural timescales may underlie features of autism like hypersensitivity and could be useful as a future diagnostic tool.»...

<< Sommaire
news-medical

Arrete du 15 fevrier 2019 fixant les modalites d'appreciation d'une situation de handicap donnant lieu a l'attribution de droits sans limitation de duree prevue par l'article R. 241-15 du code de l'action sociale et des familles et par l'article R. 821-5 du code de la securite sociale | Legifrance 15/02/2019

«Arrêté du 15 février 2019 fixant les modalités d'appréciation d'une situation de handicap donnant lieu à l'attribution de droits sans limitation de durée prévue par l'article R. 241-15 du code de l'action sociale et des familles et par l'article R. 821-5 du code de la sécurité sociale NOR: PRMS1835387A ELI: [...]

«Objet : mesures de simplification au bénéfice des personnes handicapées, des maisons départementales des personnes handicapées, des caisses d'allocations familiales et des caisses de la mutualité sociale agricole. Entrée en vigueur : le présent arrêté entre en vigueur au lendemain de sa publication . Notice : l'arrêté est un texte d'application du décret n° 2018-1222 du 24 décembre 2018 portant diverses mesures de simplification dans le champ du handicap. Il précise les critères d'attribution de droits sans limitation de durée pour certaines prestations destinées aux personnes handicapées. L'article L. 114 du code de l'action sociale et des familles définit le handicap comme « toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant ». A ce titre, toute personne handicapée, quel que soit son type de handicap (physique, cognitif, psychique, etc.), qui remplit les critères définis par le présent arrêté peut bénéficier de l'attribution de droits sans limitation de durée pour les prestations suivantes : l'allocation aux adultes handicapées mentionnée à l'article L. 821-1 du code de sécurité sociale et la carte mobilité inclusion comportant la mention « invalidité » prévue au 1° du I de l'article L. 241-3 du code de l'action sociale et des familles. C'est l'évaluation individualisée de la situation de chaque demandeur qui doit permettre de vérifier s'il est possible de lui attribuer ces droits sans limitation de durée. Pour bénéficier de cette attribution, deux critères doivent être remplis au moment de la décision : les limitations d'activités ou restrictions de participation sociale ne doivent pas être susceptibles d'évolution favorable à long terme et le taux d'incapacité permanente doit être supérieur ou égal à 80 %. Pour rappel le guide-barème pour l'évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées figurant en annexe 2-4 du code de l'action sociale et des familles prévoit qu'un taux d'incapacité permanente d'au moins 80 % correspond à des troubles graves entraînant une entrave majeure dans la vie quotidienne de la personne avec une atteinte de son autonomie individuelle. Cette autonomie individuelle est définie comme l'ensemble des actions que doit mettre en œuvre une personne, vis-à-vis d'elle-même, dans la vie quotidienne. Dès lors qu'elle doit être aidée totalement ou partiellement, ou surveillée dans leur accomplissement, ou ne les assure qu'avec les plus grandes difficultés, le taux de 80 % est atteint. C'est également le cas lorsqu'il y a déficience sévère avec abolition d'une fonction. L'attribution de droits sans limitation de durée intervient à l'occasion du réexamen de la situation des droits arrivés à échéance. Aucune nouvelle demande n'est donc nécessaire lorsque des droits sont en cours. Références : le présent arrêté peut être consulté sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr). La secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, Vu le code de l'action sociale et des familles ; Vu le code de la sécurité sociale, Arrête : Article 1 En savoir plus sur cet article... Toute situation de handicap, qu'elle soit liée à l'altération d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, à un polyhandicap ou à un trouble de santé invalidant, donne lieu à l'attribution de droits sans limitation de durée prévue par le deuxième alinéa de l'article R. 241-15 du code de l'action sociale et des familles et par l'article R. 821-5 du code de la sécurité sociale si, compte tenu des données de la science, elle remplit les deux conditions suivantes : 1° L'évaluation établit l'absence de possibilité d'évolution favorable à long terme des limitations d'activités ou des restrictions de participation sociale occasionnant une atteinte définitive de l'autonomie individuelle des personnes qui ont besoin d'une aide totale ou partielle, d'une stimulation, d'un accompagnement pour l'accomplissement des actes de la vie quotidienne ou qui nécessitent une surveillance ; 2° Le taux d'incapacité permanente du demandeur, fixé selon le guide barème figurant en annexe 2-4 du code de l'action sociale et des familles, est supérieur ou égal à 80 %. Ces deux conditions sont évaluées individuellement au regard de la situation du demandeur. »...
Source: http://www.legifrance.gouv.fr | Source Status

<< Sommaire
legifrance.gouv

Appel a projets : centres d'excellence dans le domaine de l'autisme et des TND - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees 14/02/2019

«Cet appel à candidatures est organisé par la délégation interministérielle à la stratégie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-développement, en lien avec la Direction générale de la recherche et de l'innovation (DGRI) et la Direction générale de l'offre de soins (DGOS). Le dossier de candidature est à demander et à transmettre à benoit.lavallart@recherche.gouv.fr . L'appel sera ouvert le 06 février 2019 et sera clôturé le 30 avril 2019 à 20h, heure de Paris docx Téléchargez l'appel à projets - centres d'excellence autisme et (...) Téléchargement (85.4 ko)»...

<< Sommaire
handicap.gouv

L'Assemblee nationale vote l'obligation de formation entre 16 et 18 ans 14/02/2019

«Les députés ont adopté dans la nuit de mercredi à jeudi un amendement du gouvernement pour l'obligation de formation pour les jeunes de 16 à 18 ans afin de ne "laisser aucun jeune au bord de la route", a affirmé le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de mercredi à jeudi le principe d'une obligation de formation pour les jeunes de 16 à 18 ans, lors de l'examen du projet de loi "pour une école de la confiance". "Ne laisser aucun jeune au bord de la route". Les députés ont adopté un amendement du gouvernement en ce sens, traduisant une mesure du plan pauvreté annoncé en septembre dernier par Emmanuel Macron. "Il s'agit de ne laisser aucun jeune au bord de la route", a affirmé le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. Une formation proposée aux "décrocheurs". Le plan pauvreté prévoit que les jeunes "décrocheurs" du système scolaire (évalués à 20.000 par an par le gouvernement) âgés de 16 à 18 ans se verront systématiquement proposer, à partir de 2020, une formation ou un apprentissage. Des moyens supplémentaires seront attribués aux missions locales pour qu'elles repèrent les décrocheurs du système scolaire et leur proposent des formations.»...

<< Sommaire
europe1

Appel a projets : centres d'excellence dans le domaine de l'autisme et des TND - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees 13/02/2019

«Cet appel à candidatures est organisé par la délégation interministérielle à la stratégie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-développement, en lien avec la Direction générale de la recherche et de l'innovation (DGRI) et la Direction générale de l'offre de soins (DGOS). Le dossier de candidature est à demander et à transmettre à benoit.lavallart@recherche.gouv.fr . L'appel sera ouvert le 06 février 2019 et sera clôturé le 30 avril 2019 à 20h, heure de Paris»...

<< Sommaire
handicap.gouv

Altered Urinary Amino Acids in Children With Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI 13/02/2019

«Abstract Autism spectrum disorders (ASD) affect 1% of children. Although there is no cure, early diagnosis and behavioral intervention can relieve the symptoms. The clinical heterogeneity of ASD has created a need for improved sensitive and specific laboratory diagnostic methods. Liquid chromatography-tandem mass spectrometry (LC-MS/MS)-based analysis of the metabolome has shown great potential to uncover biomarkers for complex diseases such as ASD. Here, we used a two-step discovery-validation approach to identify potential novel metabolic biomarkers for ASD. Urine samples from 57 children with ASD and 81 matched children with typical development (TD) were analyzed by LS-MS/MS to assess differences in urinary amino acids and their metabolites (referred to as UAA indicators). A total of 63 UAA indicators were identified, of which 21 were present at significantly different levels in the urine of ASD children compared with TD children. Of these 21, the concentrations of 19 and 10 were higher and lower, respectively, in the urine of ASD children compared with TD children. Using support vector machine modeling and receiver operating characteristic curve analysis, we identified a panel of 7 UAA indicators that discriminated between the samples from ASD and TD children (lysine, 2-aminoisobutyric acid, 5-hydroxytryptamine, proline, aspartate, arginine/ornithine, and 4-hydroxyproline). Among the significantly changed pathways in ASD children were the ornithine/urea cycle (decreased levels of the excitatory amino acid aspartate [p = 2.15 × 10-10] and increased arginine/ornithine [p = 5.21 × 10-9]), tryptophan metabolism (increased levels of inhibitory 5-hydroxytryptamine p = 3.62 × 10-9), the methionine cycle (increased methionine sulfoxide [p = 1.46 × 10-10] and decreased homocysteine [p = 2.73 × 10-7]), and lysine metabolism (reduced lysine [p = 7.8 × 10-9], α-aminoadipic acid [p = 1.16 × 10-9], and 5-aminovaleric acid [p = 1.05 × 10-5]). Collectively, the data presented here identify a possible imbalance between excitatory and inhibitory amino acid metabolism in ASD children. The significantly altered UAA indicators could therefore be potential diagnostic biomarkers for ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Human brain protein associated with autism confers abnormal behavior in fruit flies 13/02/2019

«A mutant gene that encodes a brain protein in a child with autism has been placed into the brains of fruit flies. Fruit flies hosting that gene produce the variant human brain protein and show abnormal behaviors of fear, repetitive activity and altered social interaction, reminiscent of autism impairments. The genetic variant was found in the Simon Simplex Collection, which has collected genetic samples from 2,600 simplex families with autism spectrum disorder, or ASD. The brain protein is the dopamine transporter, or DAT, whose job is to pump the neurotransmitter dopamine back into nerve cells once the neurotransmitter has been released. The mutant protein is missing a single amino acid.»...

<< Sommaire
scienceblog

Handicaps & Scolarite | CR concertations 11/02/2019

«Mme Sylvie MOSCILLO, Présidente de l'association DEFIS74 a été invitée à participer aux concertations sur l'école inclusive, invitation acceptée pour représenter les associations partenaires du collectif Handicaps & Scolarité ci-contre mentionnées. Afin de préparer aux mieux ces concertations, nos associations ont initié en amont une collecte d'informations auprès des membres de leurs associations respectives afin d'analyser les freins à l'égal accès à l'école pour tous, ainsi qu'un rappel des droits de nos enfants. En raison de l'immense mascarade qu'auront été ces concertations - omettant d'informer les parents sur les expérimentations PIAL déjà en cours afin qu'ils n'en comprennent pas les tenants et aboutissants - il nous semble indispensable de rappeler ici et par écrit les exigences portées par nos associations afin que cesse l'élaboration de tous plans, dispositifs attentatoires aux droits de nos enfants.»
[...]
«L’école pour tous : un droit constitutionnel, une liberté fondamentale. L’obligation d’instruction entre 6 et 16 ans s’applique à tous les enfants. Le droit à l’égal accès à l’instruction pour tous, inscrit dans la constitution de 1946, est d’ailleurs reconnu comme une liberté fondamentale. La loi du 11 février 2005 – pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées -rappelle ce droit constitutionnel et réaffirme l’obligation du service public de l’Etat d’assurer la formation scolaire, professionnelle et supérieure de tous les enfants, adolescents et adultes en situation de handicap. Ce cadre législatif crée ainsi l’obligation pour l’Etat de mettre en œuvre les moyens humains et financiers nécessaires à rendre effectif ce droit à l’école pour tous. C’est cela, l’école de la République. Afin de garantir un parcours adapté à tout enfant en situation de handicap, les Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH) se sont vues confier la mission d’évaluation des besoins et compétences de tout enfant en situation de handicap afin d’apporter des réponses de droits spéciaux consignées dans un document, le Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS), garant de la continuité et de la cohérence du parcours de l’enfant, puisque l’ensemble des mesures prises s’imposent à l’établissement qui accueille l’enfant. La loi de 2005 explique – pour partie – que le nombre d’enfants handicapés de 2006 à aujourd’hui est passé de 155 000 à 320 000, augmentant par là même les mesures de compensation. Pour autant, le retard de la France en matière de scolarisation des enfants en situation de handicap reste plus que préoccupant : un enfant en situation de handicap sur quatre ne peut pas avoir accès à l’école, sans parler de la qualité de la scolarisation de ceux qui sont scolarisés qui ne bénéficient pas des aménagements indispensables, sont scolarisés sur des temps plus que partiels, sont ségrégués dans des classes/dispositifs Ulis ou assimilés etc…. Des engagements bien vite oubliés. Si E. Macron avait fait de cette promesse que chaque enfant handicapé aurait son accompagnant un slogan phare de sa campagne électorale, promesse rappelée par ses Ministres à la rentrée 2017 puis à la rentrée 2018, force est de constater que les seuls actes posés sont une diminution du nombre de postes d’AVS (Auxiliaires de Vie Scolaire) ; en effet, à chacune de ces rentrées, l’annonce mirobolante du recrutement de 10 000 postes supplémentaires en CDD est faite, oubliant de préciser que dans le même temps, on supprime 20 000 postes en contrats aidés. Faute de ces accompagnements, nombre de nos enfants restent aux portes de l’école quand d’autres sont orientés dans des dispositifs collectifs qui permettent de mutualiser les moyens mais pas forcément l’égalité des droits et des chances. Au nom de l’école inclusive … Depuis 18 mois, on concerte dans un entregent, on commande des rapports qui ne rapportent rien si ce n’est que de poser le constat que si la loi n’entre pas en application, c’est que la loi serait mauvaise et à changer. Ainsi, le Ministère de l’Education Nationale s’étonne dans ses rapports de "l’impatience des parents à exiger le respect des droits de leurs enfants", 14 ans après la promulgation d'une loi. Et dans ce contexte de réduction drastique de moyens (suppression de postes d’enseignants et d’AVS, formations des professionnels de l’Education Nationale réduites à de simples MOOC), et parce que les considérations financières et organisationnelles président à toute réflexion, y compris celles de remplir ces obligations légales et d’apporter les moyens, l’objectif premier pour améliorer la qualité de l’école inclusive va se poser ainsi : comment arriver à mutualiser les moyens humains pour faire du saupoudrage d’accompagnement pour chacun des enfants handicapés ? Le PIAL (Pôle d’Inclusion d’Accompagnement Localisé) : L’expérimentation des PIAL a été lancée par Mr Blanquer le 18 juillet 2018. Ces PIAL auraient pour objectif de réorganiser l’accompagnement dont bénéficient certains élèves au titre de la compensation de la situation de handicap. Ils sont censés répondre aux soucis, tout à fait louable, d’impliquer davantage l’ensemble des acteurs de la communauté éducative dans la mise en œuvre de « l’inclusion ». Le deuxième objectif, plus discutable serait d’améliorer la communication entre les équipes pédagogiques et les professionnels des secteurs sanitaires et médicaux-sociaux en vue de transformer ces derniers. En d’autres termes, ce dispositif aurait pour but d'unifier, "de mettre en synergie" des moyens de compensation des conséquences du handicap non plus au service de l’enfant pour lui permettre l’accès au droit commun, l’accès à l’école, aux soins et rééducation mais de conditionner la scolarisation de l’enfant à la condition qu’il s’adapte à l’offre d’accompagnement proposée par le PIAL. Les PIAL sont actuellement expérimentés dans plusieurs régions, et sont censés être généralisés à toutes les académies à la rentrée 2019. Ce dispositif est pensé notamment en considération des recommandations du rapport n°2018-055 de l’IGAS, IGEN, IGAENR sur l’évaluation de l’aide humaine pour les élèves en situation de handicap. Ce rapport constate un certain nombre de défaillances du système actuel :
• Le "recours trop systématique à l'aide humaine pour accompagner les enfants" à la demande de l'école. - L’absence de PPS, document qui actuellement peut être attribué dès qu’un enfant entre dans le champ du handicap tel que défini par l’article L114 du code de l’action sociale et des familles, à des enfants ayant besoin d’une aide humaine à temps complet. Les PIAL, au lieu d’envisager de remédier aux défaillances du système, en ont fait les bases de leur fonctionnement ! 1 - Concernant l’évaluation des besoins de compensation des enfants : Elle est actuellement effectuée par les équipes pluridisciplinaires des MDPH, qui comprennent des professionnels médicaux et paramédicaux ainsi que des professionnels de l’éducation. Les PIAL prévoient que l’évaluation actuelle des besoins soit faite par le biais d’un document appelé APUI-Sco, qui laisserait entièrement aux équipes de l’éducation nationale la tâche d’évaluer les besoins de l’enfant et les compensations à mettre en œuvre. Si ces besoins excèdent la simple adaptation, les dossiers seraient transmis à la MDPH, qui rédigerait alors un véritable PPS. Il est irresponsable et contraire au droit de faire relever l’évaluation des besoins des enfants uniquement par des professionnels de l’éducation nationale. Les personnels de l’éducation nationale ne sont pas qualifiés pour accéder aux informations d’ordre médical. Ils n’ont aucune compétence pour apprécier correctement les compétences cognitives et comportementales des enfants, ainsi que leurs possibilités de développement. Un tel fonctionnement remettrait en cause directement le droit à une évaluation des besoins de l’enfant tel que l’édicte l’article L112-2 du Code de l’éducation. 2 - Concernant l’évolution de l'outil garant du parcours adapté (le PPS) : Le remplacement des PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation), validés par la CDAPH (Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées), opposables devant la loi de par sa nature, par des sortes de PPS internes établis uniquement par l’éducation nationale, non opposables, pour les élèves ayant un besoin d’accompagnement à temps partiel, laisserait les familles sans aucun recours dans le cas où l’accompagnement serait insuffisant pour le bon déroulement de la scolarité d’un enfant, et dans le cas où les décisions d’orientation dépendraient d’évaluations et d’accompagnements décidés unilatéralement par l’éducation nationale. C’est la situation qui prévalait avant la loi de 2005. Un tel fonctionnement serait un recul pur et simple du droit à l’éducation des enfants porteurs de handicap. 3 - Concernant la constitution de « pôles » : Il s’agirait d’établissements ou de circonscriptions au sein desquels seraient affectées les AESH, et où le chef d’établissement ou l’inspecteur de circonscription seraient responsables de l’allocation des moyens aux enfants. Les AESH seraient, pour la quasi-totalité d’entre elles, mutualisées, et leur temps d’intervention auprès de tel ou tel enfant serait décidé par les services de l’éducation nationale, en fonction de l’évaluation des besoins faite par ces mêmes services qui seraient à la fois juges et parties. Il s’agit là juste d’une manœuvre dilatoire pour :
• contourner la MDPH pour qu’elle ne crée pas de droit opposable en fonction des besoins de compensation de l’enfant en situation de handicap. - de laisser évaluer nos enfants par l’école qui décidera qui relève du champ du handicap ou pas et adaptera les réponses en fonction de ce dont elle dispose. En conclusion : Il est bien regrettable que l’Education Nationale ne se soit pas rappelée de ses missions légales : « L'éducation est la première priorité nationale. Le service public de l'éducation est conçu et organisé en fonction des élèves et des étudiants. Il contribue à l'égalité des chances et à lutter contre les inégalités sociales et territoriales en matière de réussite scolaire et éducative. Il reconnaît que tous les enfants partagent la capacité d'apprendre et de progresser. Il veille à l'inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction. » article L111-1 du code de l’éducation. Ainsi, M. Blanquer aurait sans doute rappelé que l’objectif à viser pour une école inclusive, c’est avant tout d'améliorer les conditions d’accueils de nos enfants. On se demandera ce qui dans ces deux mots « égal accès » échappe encore à nos pédagogues, pour qu’ils nous expliquent qu’ils pourraient soumettre ce droit constitutionnel à une quelconque condition, un besoin de catégorisation, de stigmatisation. Chacun comprendra aisément qu’un droit constitutionnel n’a pas à faire l’objet de négociations dans le cadre de concertation où chacun s’arrogerait le droit de dénier les droits de nos enfants, au regard de considérations financières, organisationnelles. Nos enfants ne sauront être livrés en pâture d’une telle désorganisation, au service d’une double démarche voulue par l’administration. En effet, tandis que l’on occupe les acteurs de l’école inclusive dans un ersatz de concertations depuis cet automne, par types d’acteurs pour mieux pouvoir instrumentaliser le débat, où l’animateur des échanges – le secrétariat d’Etat – fera l’article des bienfaits d’un PIAL qu’il ne présente pas, tout en prenant garde de ne pas prendre en considération une quelconque référence aux droits de nos enfants … ni même au simple bon sens, M. Blanquer peaufine sa proposition de loi sur l’école de la confiance. C’est sans doute parce que M. le Ministre pense que la confiance se décrète qu’il a prévu un article pour permettre au service public de l’éducation d’expérimenter – ce qui pourrait alors justifier que ce service public se soit permis d’expérimenter le déni des droits de nos enfants depuis quelques mois déjà … sans la moindre autorisation, si ce n’est celle de son auto-évaluation, pour ne pas dire auto-satisfecit rapportée dans le rapport de l’IGAS : aucun parent n’ayant fait recours quand on a détourné l’aide attribuée à son enfant pour la mutualiser au profit de l’école, pourquoi ne pas continuer à procéder ainsi ? ​ Aussi, nos associations signataires exigent l’arrêt immédiat :
• de l’expérimentation des PIAL qui rendent l’exercice du droit de nos enfants impossible, - de cette mascarade que sont ces pseudos « concertations » tant que ne sera pas produit en amont de tout échange un état des lieux factuel et exhaustif de la situation de nos enfants en France par une entité indépendante. Il ne suffit pas de partir dans des élucubrations ni de s’égarer dans des cours magistraux en gestion de ressources humaines pour retrouver assez d’humilité, d’humanité pour penser l’école pour tous de demain. - de toute communication décomplexée, irrespectueuse et préjudiciable à nos enfants, en ce qu’elle laisserait à penser que le handicap de nos enfants justifierait un traitement particulier (scolarité soumise à l'évaluation des compétences par l'école) et par conséquent discriminant pour avoir droit à l’égal accès à l’instruction et à la culture. L’égalité des droits et des chances pour nos enfants voulue au nom de la non-discrimination et de la solidarité nationale ne saurait exister tant que l’Etat omettra de s’acquitter de ses obligations légales en mettant en œuvre les moyens nécessaires à l’effectivité de la scolarisation de nos enfants. Bien des pays (notamment l’Italie) nous montrent que l’école pour tous n’est pas une utopie, pour peu que l’on se donne les moyens de nos ambitions. Mettons fin à ces grands palabres stériles sur des concepts d’école « inclusive », d’école « de la confiance » pour être tous mobilisés pour une école de la République pour tous, en capacité de remplir sa mission d’instruction pour tous ! »...

<< Sommaire
handicapsscolarite.wixsite

Restitution de la concertation - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees 11/02/2019

«Une forte mobilisation des partenaires Le ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse, et le secrétariat d'Etat chargée des personnes handicapées se sont mis à l'écoute des acteurs de terrain et des remontées des territoires. La concertation a mobilisé plus de 120 participants (parents, associations de personnes en situation de handicap, gestionnaires d'établissement médico sociaux, professionnels de l'éducation et accompagnants) et s'est organisée autour de vingt-deux réunions en lien étroit avec le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH). Le diagnostic partagé de l'ensemble des partenaires de la concertation fait ressortir trois priorités : Renouer la confiance avec les familles. Soutenir les enseignants et, plus globalement, l'équipe éducative avec l'appui des professionnels du secteur médico-social Revaloriser le métier d'accompagnants et reconnaitre leur place au sein de la communauté éducative Les groupes de travail ont auditionné des dispositifs innovants, qui permettent déjà aux professionnels du secteur médico-social d’intervenir dans les établissements scolaires, ou à des accompagnants de travailler à temps plein sur les temps scolaires et périscolaires. Voici le résultat de leurs travaux :»
[...]
«Les travaux des groupes de travail Les groupes de travail ont auditionné des dispositifs innovants, qui permettent déjà aux professionnels du secteur médico-social d’intervenir dans les établissements scolaires, ou à des accompagnants de travailler à temps plein sur les temps scolaires et périscolaires. Voici le résultat de leurs travaux : Restitution sur la simplification des parcours. Restitution sur la coopération dans l’école. Restitution sur le l’élaboration du PPS. Restitution sur le dispositif second employeur. Le point sur les mesures Des premières mesures ont déjà été annoncées à l’Assemblée nationale le 31 janvier, concernant les accompagnants qui, à partir de 2019, ne seront plus recrutés en contrats aidés. Les propositions complémentaires issues de cette large concertation seront toutes analysées par les ministères concernés, pour en évaluer l’impact et définir leurs conditions de mises en œuvre. Un plan d’actions détaillant l’ensemble des mesures retenues et prenant en compte les contributions du Grand Débat National sera présenté courant mars 2019. »...

<< Sommaire
handicap.gouv

Relationship of the Acoustic Startle Response and Its Modulation to Adaptive and Maladaptive Behaviors in Typically Developing Children and Those W... - PubMed - NCBI 08/02/2019

«Abstract Background: Autism spectrum disorder (ASD) is associated with persistent impairments in adaptive functioning across multiple domains of daily life. Thus, investigation of the biological background of both adaptive and maladaptive behaviors may shed light on developing effective interventions for improving social adaptation in ASD. In this study, we examined the relationship between adaptive/maladaptive behaviors and the acoustic startle response (ASR) and its modulation, which are promising neurophysiological markers for ASD translational research. Method: We investigated the ASR and its modulation in 11 children with ASD and 18 with typical development (TD), analyzing the relationship between startle measures and adaptive/maladaptive behaviors assessed with the Vineland Adaptive Behavior Scales (VABS) Second Edition. Results: Peak-ASR latency was negatively correlated with the VABS total score and socialization domain score of adaptive behaviors, while the ASR magnitude for relatively weak stimuli of 75-85 dB was positively correlated with VABS maladaptive behavior scores. Prepulse inhibition (PPI) at the prepulse intensity of 70-75 dB was also correlated with VABS maladaptive behavior. However, these relationships did not remain significant after adjustment for multiple comparisons. Conclusions: Our results indicate that the prolonged peak-ASR latency of ASD children might be associated with impairment in the developmental level of adaptive behavior, and that the greater ASR magnitude to relatively weak acoustic stimuli and smaller PPI of ASD children might increase the risk of maladaptive behavior. Future studies that have larger sample sizes will be important for further elucidating the neurophysiological factors that underpin adaptive as well as maladaptive behaviors in ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Lancement d'une nouvelle experimentation : les PIAL (*) ....que faut-il en penser? 02/02/2019

«Le 18 janvier, dans le cadre du rapport « ensemble pour l'école inclusive », le ministre annonce l'expérimentation de « Pôles inclusifs d'accompagnement localisés » (PIAL) dans chaque académie. Ces PIAL sont mis en place au moment où 10 900 postes d'AESH sont créés, mais 20 000 contrats d'AVS sont supprimés, soit des milliers de personnels précaires mis au chômage et des milliers d'heures en moins pour l'accompagnement des élèves en situation de handicap. Les suppressions de postes, les fermetures d'établissements spécialisés et adaptés ne suffisent plus. L'accompagnement des élèves par des personnels précaires et sous-payés est encore trop cher pour le gouvernement. Les PIAL sont donc les dispositifs qui vont accompagner la diminution de l'aide aux élèves en situation de handicap. De quelle manière ? Avec les PIAL, deux objectifs principaux sont avancés : « L'organisation des moyens d'accompagnement au niveau des établissements ou des circonscriptions apparait comme une modalité d'action intéressante » « Dans le cadre de cette expérimentation, le focus de la compensation est déplacé vers celui de l'organisation pédagogique ».»
[...]
«Avec les PIAL, on demande aux personnels de participer à la diminution de l’aide aux élèves en situation de handicap Il s’agit de confier la gestion des AESH et CUI-PEC au niveau des circonscriptions ou de réseaux d’écoles. C’est à ce niveau-là que les affectations, les emplois du temps des AESH ou des CUI-PEC seraient gérées, dans une logique de mutualisation. Il s’agit de réduire drastiquement le nombre d’heures d’accompagnement dévolues précisément par la MDPH aux élèves en situation de handicap et d’organiser cette diminution des moyens d’accompagnement par les directeurs d’école et les adjoints. L’objectif est bien que toute règlementation dans les notifications soit cassée, au profit d’une mutualisation visant à faire des économies sur le dos des personnels enseignants, AESH(**) ou PEC-CUI (***)et des élèves en situation de handicap Dans le un département, dans le cadre de l’expérimentation, directeurs d’école, IEN et chefs d’établissement sont réunis pour une présentation de cette expérimentation. Dans le livret de présentation projeté lors de la réunion, on les prévient de risques de « réactions négatives de parents et des professionnels concernés (professeurs, AESH…) ». En effet, on peut comprendre les réactions indignées chez les personnels et les parents d’élèves que ce nouveau dispositif ne manquera pas de provoquer ! Comment donc faire passer la pilule ? Toujours lors de cette réunion, on indique aux participants qu’il faut « convaincre les familles qu’il ne s’agit pas de faire plus avec moins de moyens mais de travailler autrement » et « engager les professeurs dans les changements de pratique incluant une meilleure prise en compte des besoins particuliers des élèves » Voilà donc avec quels arguments le ministre entend faire passer la diminution drastique d’aide aux élèves en situation de handicap ! On leur enjoint également « d’accompagner les équipes pour limiter leurs interventions visant à influencer les familles à réclamer au-delà du besoin ». Les choses sont claires : les enseignants devraient inciter les familles à ne pas demander l’aide à laquelle les élèves ont droit. Inacceptable ! Par ailleurs, dans certains départements, sont créés des postes de « professeurs ressources référent pour les PIAL », pour contribuer au pilotage des PIAL au niveau départemental, postes soumis aux 1607h annualisées ! »...

<< Sommaire
miroirsocial

2 more plead guilty in Sumter Early Autism Project fraud 31/01/2019

«An embezzlement case related to Sumter-based Early Autism Project Inc. over-billing insurance companies continues as two former employees pleaded guilty earlier this month to making false claims for services that were partly or never rendered. In plea agreements dated Jan. 11 and Jan. 16 for former director of clinical services Angela Keith and co-founder Ann Eldridge, respectively, the two defendants agreed to waive indictment and arraignment and pleaded guilty to making false statements in relation to Medicaid benefits between January 2009 and June 2016. The penalty for the offense is a $1,000 fine and imprisonment for up to one year with one year of supervised release plus a special assessment of $25 for each misdemeanor charge conviction. Any monetary penalties imposed by the court will have to be paid immediately, according to the plea agreement. In exchange for the concessions made through the agreements, Keith and Eldridge waive the right to contest any conviction or sentence in a direct appeal or other post-conviction action. The Clothing Exchange The agreement also requires that Keith and Eldridge testify in front of a grand jury or during any trial when necessary. Related to the alleged fraudulent billing, Susan Butler, co-founder of EAP, also faces legal action after she was indicted on Jan. 15 for allegedly working with others to defraud Medicaid and Tricare by over-billing for autism-related and other services between January 2007 and June 2016. If she is convicted, Butler would have to repay the federal government $9,020,589.56. "Since her son, Collin, was born with autism, Susan Butler has dedicated her life to helping provide the highest quality of care to children with autism and their families," said Beattie Ashmore, Butler's attorney. "She is pleading not guilty to all charges," he said about Butler's scheduled arraignment in Columbia today. In a settlement reached on Aug. 2, 2018, EAP agreed to pay $8,833,615 to resolve a False Claims Act investigation regarding the submission of false claims to Tricare and South Carolina Medicaid programs, according to a release from the United States Attorney's Office for the District of South Carolina. The organization was accused of padding billable time for therapists who had not actively worked with children during those listed hours. The investigation started when a former employee, Olivia Zeigler, filed a lawsuit under the whistleblower provisions of the False Claims Act in July 2015. Under the act, Zeigler received $435,000 after the U.S. recovered money from the settlement.»...

<< Sommaire
theitem

Transformation de l'offre d'accompagnement des personnes handicapees - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees 30/01/2019

«Le deuxième comité de pilotage de la transformation de l'offre d'accompagnement des personnes en situation de handicap s'est tenu en présence de toutes les parties prenantes : administrations, services de l'Etat, collectivités territoriales, maisons départementales des personnes handicapées, associations représentant les personnes en situation de handicap, associations gestionnaires. Quelques 15 000 établissements et services sociaux et médico-sociaux accompagnent aujourd'hui plus de 158 000 enfants et 335 000 adultes en situation de handicap. Cette offre a presque doublé en 10 ans. Réuni à la fondation Saint-Jean-de-Dieu, qui a mis en place des offres d'accompagnement innovantes, en particulier une maison de répit en coeur de ville, le comité de pilotage a permis de partager d'autres initiatives inspirantes, telles que les coordonnateur de projet et de parcours porté par la Fondation OVE ou les assistants au projet de vie du Centre de ressources régional de l'association Trisomie 21 de Nouvelle Aquitaine. Il s'agit d'un véritable levier de l'autodétermination pour les personnes accompagnées afin de concrétiser le principe « Jamais rien pour nous sans nous ! ». Les membres du comité de pilotage ont fait un point d'étape sur les actions engagées, afin d'accélérer le mouvement de transformation porté par les acteurs de terrain. Il vise à sécuriser les parcours quel que soit le lieu de vie choisi et à garantir à chaque personne un accompagnement souple, modulaire et construit au regard de ses attentes, favorisant son accès effectif aux apprentissages, à la formation et l'emploi, à la santé, au logement, et à toutes activités favorisant sa pleine participation à la vie sociale. Un plan d'actions a également été présenté, dessinant les engagements partagés pour l'avenir. Il prévoit, en particulier, la mise en place d'une mesure de la satisfaction des personnes accompagnées avec l'appui de la Haute autorité de santé, la modélisation de nouvelles réponses inclusives et la signature d'un engagement de développement de l'emploi et des compétences avec les branches professionnelles du secteur. La création de nouvelles réponses inclusives, notamment des pôles de compétences et de prestations externalisées, la création dans la loi Elan d'un forfait pour l'habitat inclusif et le lancement des Territoires 100 % inclusifs, constituent des actions marquantes de l'année écoulée. Elles illustrent la politique de co-construction entre l'Etat et l'Assemblée des départements de France qui partagent la responsabilité de cette politique.»...

<< Sommaire
handicap.gouv

Arrete du 25 janvier 2019 portant nomination au cabinet de la secretaire d'Etat aupres du Premier ministre, chargee des personnes handicapees | Legifrance 30/01/2019

«Arrêté du 25 janvier 2019 portant nomination au cabinet de la secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées NOR: PRMX1902862A ELI: Non disponible La secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, Vu le décret n° 2017-1063 du 18 mai 2017 relatif aux cabinets ministériels ; Vu le décret n° 2017-1098 du 14 juin 2017 relatif aux collaborateurs du Président de la République et des membres du Gouvernement ; Vu le décret du 19 juin 2017 portant nomination du Premier ministre ; Vu le décret du 21 juin 2017 relatif à la composition du Gouvernement, Arrête : Article 1 Est nommé, à compter du 11 février 2019, au cabinet de la secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées : M. Jean-Christophe CANLER, chef de cabinet, conseiller accompagnement des parcours.»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Justice et handicap : une orientation en IME ne contrevient pas au droit a l'education - Faire Face - Toute l'actualite du handicap 30/01/2019

«La maman d'un enfant handicapé orienté en Institut médico-éducatif et non en Ulis comme elle le souhaitait avait saisi la Cour européenne des droits de l'homme. Elle estimait que cette orientation le privait d'instruction scolaire. Les magistrats ne lui ont pas donné raison. Oui, l'instruction est un droit. Mais non, le respect de ce principe, posé par la convention européenne des droits de l'Homme, ne passe pas impérativement par l'école du quartier pour certains enfants en situation de handicap. « Le refus d'admettre [E., le fils de la plaignante] en milieu scolaire ordinaire ne saurait constituer un manquement de l'Etat à ses obligations », a estimé cette cour dans un jugement rendu public récemment. Clis et Sessad refusés La Cour européenne des droits de l'homme a rendu son jugement deux ans après avoir été saisie. Bettina Dupin, la maman de E., un garçon autiste alors âgé de 14 ans, avait saisi cette juridiction fin 2016. En 2011, elle avait demandé, à la Maison départementale des personnes handicapées, une orientation en classe pour l'inclusion scolaire (Clis, devenus depuis Ulis). Ainsi qu'un accompagnement en service d'éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad).»
[...]
«Il ressort des éléments fournis que « cette prise en charge scolaire, certes à temps partiel, (…) convient à son épanouissement ». Elle satisfait également le père d’E., qui en a la garde, les deux parents étant divorcés. Le refus d’admettre leur fils à l’école ordinaire ne constitue donc pas « une négation systémique de son droit à l’instruction en raison de son handicap ». »...

<< Sommaire
faire-face

Handicap : l'inclusion scolaire a tout prix ? Temoignez 29/01/2019

«Handicap : l'inclusion scolaire à tout prix ? Témoignez Discussion lancée le 28 janvier 2019 Dernière modification le 28 janvier 2019 Partager Vous êtes enseignant et accueillez dans votre classe des élèves en situation de handicap, vous êtes parents d'élève et vous interrogez sur l'inclusion scolaire de votre enfant : racontez-nous. Etes-vous satisfait des politiques d'inclusion mises en oeuvre depuis la loi « pour l'égalité des droits et des chances » de 2005 ? Comment celles-ci se traduisent-elles dans votre quotidien d'enseignant, de chef d'établissement ou de parent ? Quelles sont les difficultés ? Les réussites ? Quelles relations entretenez-vous avec les différents acteurs qui accompagnent le jeune (MDPH, enseignants, accompagnants, parents) ? Selon vous, comment l'école peut-elle améliorer l'accueil des élèves en situation de handicap ? Quelles évolutions sont nécessaires, tant dans la manière de penser l'inclusion que de la mettre en oeuvre ? Votre témoignage pourra être utilisé dans le cadre d'un article à paraitre dans Le Monde. N'oubliez pas de saisir une adresse électronique que vous consultez souvent ou un numéro de téléphone, au cas où nous souhaiterions vous contacter pour quelques précisions. Vos coordonnées resteront strictement confidentielles, et vos témoignages anonymes si vous le demandez.»...

<< Sommaire
lemonde

Autism, Advocacy Organizations, and Past Injustice | Rosenblatt | Disability Studies Quarterly 28/01/2019

«Abstract Fruitful connections can be made between Disability Studies and post-conflict transitional justice, two areas of scholarship concerned with human rights and the impacts of violence that have rarely been brought into critical dialogue with one another. For over a decade, one of the world's largest and best-known autism organizations, the US-based Autism Speaks, has been subject to criticisms and boycotts by autistic self-advocates and their allies. This article describes the forms of harm attributed to the organization, arguing that these harms can be viewed through the lens of what transitional justice scholar Jill Stauffer calls "ethical loneliness": "the experience of being abandoned by humanity compounded by the experience of not being heard" (2015b, 1). I argue that Autism Speaks's recent reforms and responses to criticism, in focusing largely on present-day organizational policies and structures, fail to grasp the full temporal dimensions of ethical loneliness or the importance of addressing past injustice.»...

<< Sommaire
dsq-sds

Mesure de l'activite des etablissements et services sociaux et medico-sociaux : un guide methodologique | CNSA 28/01/2019

«La CNSA publie un guide pour accompagner les établissements et services médico-sociaux, les agences régionales de santé et les conseils départementaux dans la mise en oeuvre du décret relatif à la modulation de la dotation en fonction de l'activité. Objectifs du guide de la mesure de l'activité des établissements et services sociaux et médico-sociaux Le guide méthodologique de la mesure de l'activité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (PDF 701 Ko) poursuit deux objectifs principaux : accompagner les acteurs locaux, aller vers une harmonisation leurs pratiques en les outillant pour mettre en oeuvre le décret relatif à la modulation de la dotation en fonction de l'activité, en proposant des définitions des termes et des « conventions de mesure de l'activité » les plus consensuelles possible ; éclairer les dialogues de gestion entre autorités de tarification et gestionnaires en formulant des recommandations quant à l'usage de ces conventions de mesure dans le cadre de la tarification. Ce guide s'inscrit dans une palette d'outils et de référentiels existants : tableau de bord de la performance, rapports d'activité pour les CAMSP et les CMPP, etc. A qui s'adresse ce guide ? La guide s'adresse aux agences régionales de santé et aux conseils départementaux, qui ont exprimé le souhait que des travaux nationaux leur fournissent un cadre de référence pour conduire le dialogue de gestion et les négociations contractuelles avec les établissements et services médico-sociaux. Il s'adresse aux organismes gestionnaires et aux établissements et services médico-sociaux, favorables à l'harmonisation des pratiques des autorités de tarifications et à la définition de certaines notions (file active, acte, séance, intervention...). Toutes les catégories d'ESSMS, à l'exception des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), des petites unités de vie et des résidences autonomie (ex-logements foyers) sont concernées par ce guide. Ce chantier est apparu nécessaire tant pour les établissements, dont l'activité est comptabilisée en fonction du nombre de places et de journées réalisées, que pour les structures et services qui proposent des « consultations », des actions de prévention ou un accompagnement en milieu ordinaire de vie, dont l'activité ne peut se traduire en journées et où la notion de place a peu de sens.»...

<< Sommaire
cnsa

Autisme a l'age adulte : les nouvelles recommandations de la HAS | Dans vos tetes | Francetv info 26/01/2019

«La Haute Autorité de Santé (HAS) a récemment édité des recommandations de bonnes pratiques (RBP) concernant les interventions auprès des adultes autistes1. Ces recommandations s'inscrivent dans le cadre du 3ème plan Autisme. Elles étaient attendues par les familles et les professionnels puisque nous ne disposions jusqu'à présent pour cette population que de recommandations concernant le diagnostic et l'évaluation (2011). En comparaison, les RBP relatives aux interventions auprès des enfants et adolescents datent de 2012. Cette distinction s'explique en partie par le fait que l'on dispose de moins de données concernant la population adulte par rapport aux jeunes. A tel point que les RBP concernant les interventions auprès des adultes ne sont surtout fondées que sur des accords d'experts (les rares recommandations basées sur des preuves scientifiques n'obtiennent qu'un grade C, équivalent à un "faible niveau de preuve"). Ces RBP sont principalement destinées aux professionnels2. Elles s'adressent bien-sur aussi aux parents, personnes autistes3 et toute personne de l'entourage. En voici un résumé...¦»...

<< Sommaire
blog.francetvinfo

Note d'orientation pour une action globale d'appui a la bientraitance dans l'aide a l'autonomie - Janvier 2019 - Ministere des Solidarites et de la Sante 25/01/2019

«En tant que commission conjointe du Haut conseil de la famille et de l'âge (HCFEA) et du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), sa composition a été fixée par décision conjointe de ces deux instances. Depuis son installation, la Commission a consacré ses auditions et ses travaux à établir cette « Note d'orientation ». Il s'agit bien d'une orientation générale, plutôt qu'un rapport technique. Elle vise à définir les éléments de ce que pourrait être une action collective de lutte contre la maltraitance et de promotion de la bientraitance. La Commission y fait, certes, plusieurs propositions concrètes, mais elle a privilégié une approche globale du sujet, en souhaitant, dans cette première étape, contribuer au sens de l'action à conduire. pdf Télécharger la « Note d'orientation pour une action globale d'appui à la (...)»...

<< Sommaire
solidarites-sante.gouv

Commission d'enquete en vue a l'Assemblee sur l'inclusion des eleves handicapes 24/01/2019

«Le chef de file des députés PCF André Chassaigne a indiqué en conférence des présidents de l'Assemblée que son groupe allait utiliser son "droit de tirage" (une fois par session) pour la création de cette commission d'enquête. Ces parlementaires veulent étudier l'inclusion de ces élèves, quatorze ans après la loi de février 2005 qui pose le droit pour chaque enfant handicapé d'être scolarisé dans l'école de son quartier. Le gouvernement a affirmé en 2017 que l'action en faveur des personnes handicapées était "une des priorités" du quinquennat. Sur le même sujet, une proposition de loi PS "pour une école vraiment inclusive", axée sur un meilleur accompagnement des élèves, a été adoptée à l'unanimité aujoud'hui en commission des Affaires culturelles, après avoir été partiellement vidée de sa substance. Elle sera examinée dans l'hémicycle jeudi 31 janvier dans le cadre d'une journée réservée au groupe socialiste ("niche parlementaire").»...

<< Sommaire
lefigaro

Phase 3 Study Launched to Investigate Bumetanide to Treat Autism 24/01/2019

«Servier, an independent, international pharmaceutical company, and Neurochlore, a French biotechnology, announce the launch in Europe of phase 3 studies to evaluate the use of bumetanide in children suffering from Autism Spectrum Disorders (ASD). The pediatric investigation plan, which involves the use of an oral liquid formulation for children, has been approved by the Pediatric Committee of the European Medicines Agency. Two multicenter, randomized, double-blind, placebo-controlled clinical trials conducted by Servier are underway and will evaluate the efficacy and safety of bumetanide administered twice a day to children suffering from ASD aged 2 to 6 years and 7 to 17 years. The main aim of these trials is to evaluate the efficacy and safety of bumetanide, compared with placebo, on the core symptoms (persistent impairment in reciprocal social communication and interaction and restricted and repetitive patterns of behavior) of ASD after a 6-month treatment. Overall the total duration of each of these two trials will be one year. Following the 6-month evaluation period versus placebo all the patients will be treated with bumetanide for a period of 6 months. Each patient will thus have the opportunity to be on active treatment for at least 6 months. Servier has obtained the required authorizations to conduct these clinical trials in some European countries (France, Spain, Hungary, Germany, Italy, Poland and United Kingdom). Following additional regulatory approval, other European countries and countries outside Europe should be included as well in these trials. The objective is to recruit approximately 200 patients in each study. For each trial, the design, the outcome measures, the eligibility criteria and the contacts and locations of the clinical centers are available at Medication may not be the ideal solution for many of those affected, but it is much needed by other sufferers, who eagerly await drug treatment innovations that will improve their everyday lives. This is why Servier is very keen to help develop a pediatric drug for inclusion in effective multidisciplinary treatment, thereby bringing hope to patients and their families." Bumetanide reduces the high concentrations of chloride observed in neurons in certain neurodevelopmental disorders like ASD. In 2017, Neurochlore published results supporting efficacy and safety from its phase 2b study with bumetanide in 6 centers in France in almost 90 children (aged 2-18 years). Bumetanide's favorable effects on several aspects of ASD allow to envision management of autism, particularly of its core symptoms. Professor Ben-Ari, President of Neurochlore, commented: "We are pleased with the launch of these phase 3 studies which are in the continuum of our ongoing research into autism, for which there is still no drug treatment." These clinical studies are in the frame of a partnership agreement signed in 2017 in which Servier will develop and commercialize bumetanide in Europe while Neurochlore will retain the rights for the rest of the world.»...

Source: http://www.rdmag.com | Source Status

<< Sommaire
rdmag

Pas de droit a un milieu scolaire classique pour les autistes-CEDH - Boursorama 24/01/2019

«STRASBOURG, 24 janvier (Reuters) - La Cour européenne des droits de l'homme a débouté jeudi la mère d'un enfant autiste pour qui le placement de son fils en Institut médico-éducatif (IME), et non en milieu scolaire classique, violait son droit à l'instruction et obéissait à des critères essentiellement économiques. un groupe d'expert chargé de veiller au respect de la Charte sociale européenne par les Etats membres du Conseil de l'Europe a estimé jeudi que la France n'était toujours pas en conformité avec ses engagements, s'agissant de l'éducation et de la formation professionnelle des autistes.»
[...]
«Hasard ou non du calendrier, le Comité des droits sociaux, un groupe d'expert chargé de veiller au respect de la Charte sociale européenne par les Etats membres du Conseil de l'Europe a estimé jeudi que la France n'était toujours pas en conformité avec ses engagements, s'agissant de l'éducation et de la formation professionnelle des autistes. Cette avis d'étape fait suite à deux condamnation de la France, en 2003 et 2013, après des réclamations formulées par les associations Autisme Europe et Action européenne des handicapés. Selon les chiffres présentés par le gouvernement lors du lancement, en avril dernier, du quatrième "plan autisme", 30 % des enfants autistes sont scolarisés à l'école maternelle - en moyenne moins de deux journées par semaine - et 40 % à l'école primaire. »...

<< Sommaire
boursorama

Severe infections in childhood may boost chances of autism diagnosis | Spectrum | Autism Research News 23/01/2019

«Children who contract serious infections have an increased likelihood of being diagnosed with autism, a study of more than 1 million children suggests1. Many studies have explored the link between infection in a pregnant woman and autism in her child. The new study is among the first to examine the relationship between autism and infection in a child. The researchers found that infections requiring hospitalization increase a child's chances of being diagnosed with any of a number of mental conditions, not just autism. Milder infections seem to slightly boost the chances of some diagnoses, but not of autism. Timing may matter. In the three months after a hospital stay for an infection, a child's chances of receiving a psychiatric diagnosis jump to more than fivefold the typical rate. This risk lessens over time. "One interpretation could be [infection] actually causes the mental disorder, which would fit with this temporal association," says lead researcher Michael Benros, senior researcher at the University of Copenhagen in Denmark. "Another explanation could be that it's due to social factors or underlying genetic factors that make you more prone to getting infection."»...

<< Sommaire
spectrumnews

Relationship of the Acoustic Startle Response and Its Modulation to Adaptive and Maladaptive Behaviors in Typically Developing Children and Those With Autism Spectrum Disorders: A Pilot Study | Frontiers in Human Neuroscience 23/01/2019

«Background: Autism spectrum disorder (ASD) is associated with persistent impairments in adaptive functioning across multiple domains of daily life. Thus, investigation of the biological background of both adaptive and maladaptive behaviors may shed light on developing effective interventions for improving social adaptation in ASD. In this study, we examined the relationship between adaptive/maladaptive behaviors and the acoustic startle response (ASR) and its modulation, which are promising neurophysiological markers for ASD translational research. Method: We investigated the ASR and its modulation in 11 children with ASD and 18 with typical development (TD), analyzing the relationship between startle measures and adaptive/maladaptive behaviors assessed with the Vineland Adaptive Behavior Scales (VABS) Second Edition. Results: Peak-ASR latency was negatively correlated with the VABS total score and socialization domain score of adaptive behaviors, while the ASR magnitude for relatively weak stimuli of 75-85 dB was positively correlated with VABS maladaptive behavior scores. Prepulse inhibition (PPI) at the prepulse intensity of 70-75 dB was also correlated with VABS maladaptive behavior. However, these relationships did not remain significant after adjustment for multiple comparisons. Conclusions: Our results indicate that the prolonged peak-ASR latency of ASD children might be associated with impairment in the developmental level of adaptive behavior, and that the greater ASR magnitude to relatively weak acoustic stimuli and smaller PPI of ASD children might increase the risk of maladaptive behavior. Future studies that have larger sample sizes will be important for further elucidating the neurophysiological factors that underpin adaptive as well as maladaptive behaviors in ASD»...

<< Sommaire
frontiersin

Predictors of handwriting performance among children with autism spectrum disorder - ScienceDirect 23/01/2019

«Abstract Background Literature indicates that deficient handwriting abilities among children with autism spectrum disorder (ASD) relate especially to their overall legibility and speed. The aim of this study was to investigate further whether the handwriting production process in children with ASD relates to lower-level processes, such as visual perception, motor coordination, and visual-motor integration, and to higher-level processes, such as executive functions. Method Sixty children aged 9-12 years, including 30 children with ASD and 30 controls with typical development participated in the study. Parents completed the Behavior Rating Inventory of Executive Function (BRIEF) questionnaire. The children were tested using the Beery-Buktenica Developmental Test of Visual-Motor Integration (VMI-V) and performed a story-writing task on a sheet of paper affixed to an electroic tablet of ComPET, a computerized penmanship evaluation tool. Results Significant differences were found between children with ASD and children with typical development in executive function, in all BRIEF scales, and in the visual-motor integration and motor coordination sections of the VMI-V, but not in the VMI-V visual-perception subtest. Visual-motor integration did not predict handwriting process measures. However, executive functions...”specifically working memory and shifting...”correlated with the handwriting process measures of children with ASD and were found to predict the handwriting. Conclusion The results of this study provide further insight into the handwriting difficulties of children with ASD by highlighting the role of executive functions, specifically working memory and shifting, in the story-writing process of children with ASD.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Ecole inclusive : les deputes appeles a l'aide ! 23/01/2019

«A quand un débat sur la scolarisation des élèves handicapés ? Malgré le lancement de la concertation "Ensemble pour une école inclusive", les associations appellent les députés de la majorité parlementaire à se mobiliser sur ce sujet.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Indemnisation en l'absence de prise en charge des troubles de l'autisme | Le Club de Mediapart 23/01/2019

«Une confirmation de l'indemnisation des personnes autistes quand les décisions de la CDAPH n'ont pas été respectées, même si d'autres prises en charge ont été réalisées. Il faut faire attention aux conséquences, sur ce plan, d'un Plan d'Accompagnement Global. Mais est-ce que les décisions CDAPH couvrent-elles tous les besoins de prise en charge des personnes autistes ?»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Replay Pieces a conviction - Enfants places : les sacrifies de la Republique - France 3 22/01/2019

«Pièces à conviction Enfants placés : les sacrifiés de la République - 142 min L'enquête menée par Sylvain Louvet au coeur de l'Aide Sociale à l'Enfance révèle l'ampleur d'une réalité jusqu'ici étouffée. Elle montre des éducateurs dépassés et parfois maltraitants,»...

<< Sommaire
france

Replay Pieces a conviction - Enfants places : les sacrifies de la Republique - France 3 22/01/2019

«Pièces à conviction Enfants placés : les sacrifiés de la République - 142 min L'enquête menée par Sylvain Louvet au coeur de l'Aide Sociale à l'Enfance révèle l'ampleur d'une réalité jusqu'ici étouffée. Elle montre des éducateurs dépassés et parfois maltraitants,»...

<< Sommaire
france