L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Tue Feb 9 08:30:03 CET 2016 France - It's time to Stand Up! For inclusion
08/02/16 Syracuse University Jumps into Top Research Tier in New Carnegie Classifications [news.syr]
08/02/16 ''Pourquoi tu ne m'as pas laisse mourir ?'' : mon fils est epileptique, il n'est pas fou [leplus.nouvelobs]
07/02/16 5 Videos That Will Change Your Mind About Inclusive Education | Think Inclusive [thinkinclusive]
06/02/16 Yanous ! Droits et handicap. Une indemnisation multipliee par 19 ! [yanous]
06/02/16 UN -Report of France- 40.-41. Torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment [tbinternet.ohchr]
06/02/16 UN -Report of France- 40. Torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment [tbinternet.ohchr]
06/02/16 Exclusif : La censure est-elle une valeur republicaine ? [cafepedagogique]
05/02/16 Committee on the Rights of the Child Concluding observations on the fifth periodic report of France [tbinternet.ohchr]
05/02/16 La rapporteuse speciale handicap de l'ONU sollicite une visite en FRANCE [blogs.lexpress]
05/02/16 La rapporteuse speciale handicap de l'ONU sollicite une visite en FRANCE | The autist [blogs.lexpress]
05/02/16 Le DEAES - decret n° 2016-74 du 29 janvier 2016 [scolaritepartenariat.chez-alice]
04/02/16 Les activites de promotion de l'egalite et d'acces aux droits | Le Defenseur des Droits [defenseurdesdroits]
04/02/16 Autisme : une methode prometteuse pour agir des le plus jeune age [lemonde]
04/02/16 Les Lilas : elle se bat pour scolariser son fils autiste [leparisien]
04/02/16 Audition de la France a Geneve : le Comite des droits de l'enfant de l'ONU rend ses observations - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales, de la Sante et des Droits des femmes [social-sante.gouv]
04/02/16 REPLAY. Regardez l'emission ''Cash Investigation'' consacree aux pesticides et leurs dangers pour la sante - France 2 - 2 fevrier 2016 - En replay [francetvinfo]
02/02/16 The two fold role of oxytocin in social developmental disorders: A cause and a remedy? - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
02/02/16 Un decret installe un nouveau metier : accompagnant educatif et social [localtis]
02/02/16 Autisme, Parkinson... Une appli toulousaine va revolutionner le quotidien des malades et de leurs proches « Article « Cote Toulouse [actu.cotetoulouse]
31/01/16 Elevated plasma levels of glutamate in children with autism spectrum disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
30/01/16 Inclusion des élèves en situation de handicap Revue documentaire Conférence de comparaisons internationales [ciep]
30/01/16 Mise a jour sur la petition News : Audience TGI de Toulouse 17 mars ! + suite medias · [change]
30/01/16 Schizophrenie : les medias vecteurs de stereotypes et de stigmatisation ? [news.doctissimo]
29/01/16 In utero Exposure to β-2-Adrenergic Receptor Agonist Drugs and Risk for Autism Spectrum Disorders | Articles | Pediatrics [pediatrics.aappublications]
29/01/16 Handicap, le travail des enseignants tient du « bricolage heroique » - La Croix [la-croix]
29/01/16 La mere d'un petit autiste menacee sur Internet pour avoir scolarise son fils [lexpress]
29/01/16 Payer 25 points de qi pour une copie de gene en moins | EurekAlert! Science News [eurekalert]
29/01/16 Decret n° 2016-74 du 29 janvier 2016 relatif au diplome d'Etat d'accompagnant educatif et social et modifiant le code de l'action sociale et des familles (partie reglementaire) | Legifrance [legifrance.gouv]
29/01/16 Isere-Sud | Grenoble : 600 000 euros detournes au prejudice d'associations pour handicapes [ledauphine]
29/01/16 Reviens te former ! Un nouveau depart dans la vie [reviensteformer.gouv]
28/01/16 Des internautes se mobilisent pour la mere d'un enfant autiste insultee sur Facebook [francetvinfo]
28/01/16 Fleur Pellerin et Segolene Neuville font le bilan des avancees sur l'accessibilite des personnes handicapees aux arts et a la Culture et renouvellent les ambitions pour 2016-2017 - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales, de la Sante et des Droits des femmes [social-sante.gouv]
28/01/16 Etude sur l'inclusion scolaire des collegiens ayant un TSA - Recherche de participants - CRDRAL [cralimousin]
28/01/16 Formation - Comment travailler avec un eleve autiste en classe ? - Autisme formations en ligne gratuites [canalautisme]
27/01/16 Marvin Minsky's Marvelous Meat Machine ...” [medium]
26/01/16 Marvin Minsky, pionnier de l'intelligence artificielle, est mort [lemonde]
26/01/16 Des chercheurs creent des singes ''autistes'' pour mieux etudier ce trouble du developpement [francetvinfo]
24/01/16 Maltraitance dans une maison de retraite : les associations reagissent [lepoint]
23/01/16 Maman de trois enfants autistes, elle se bat devant la justice pour les recuperer [francebleu]
23/01/16 Les patients d'une maison de retraite maltraites par des stagiaires [lepoint]
22/01/16 Une mere d'enfants autistes mis en cause par la justice [vivrefm]
22/01/16 «Dans ce dossier, tout le monde nie l'autisme alors qu'on a les diagnostics» - Liberation [liberation]
16/01/16 Une avancee scientifique majeure dans la comprehension de l'autisme, Pharmacie - Sante [lesechos]
15/01/16 Limoges : une enseignante accusee de maltraitance relaxee [leparisien]
14/01/16 Audition de la France par le Comite droits enfant ONU - Handicap - YouTube [youtube]
14/01/16 Yann, ado autiste recherche un stage - 14/01/2016 - La Nouvelle Republique Indre [lanouvellerepublique]
13/01/16 Un psychologue condamne a trois ans de prison, dont un ferme, pour atteintes sexuelles sur mineurs [lexpress]
12/01/16 L'autisme se cache-t-il dans un pli du cerveau ? [www2.cnrs]
12/01/16 Hemispheric differences in language processing in autism spectrum disorders: A meta-analysis of neuroimaging studies - Herringshaw - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
12/01/16 Synaptic Wnt/GSK3β Signaling Hub in Autism [hindawi]
12/01/16 Pédagogie de l’inclusion : fondements, définition, défis et perspectives [assoreveil]
12/01/16 * Low oxytocin and melatonin levels and their possible role in the diagnosis and prognosis in Iraqi autistic children. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
11/01/16 Pouvoir judiciaire : comment justifier l'exclusion ? [blogs.lexpress]
10/01/16 One year survival of ART and conventional restorations in patients with disability. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
10/01/16 Autisme & prise en charge - Autisme formations en ligne gratuites [canalautisme]
09/01/16 tarifs de Prestation de Compensation du Handicap appliqués aux services prestataires d'aide à domicile dans chaque département [handeo]
08/01/16 Inclure tous les eleves - La librairie des Cahiers pedagogiques [librairie.cahiers-pedagogiques]
08/01/16 « On aimerait mieux, souvent, voir l'eleve inclus dans la classe. (...) - Les Cahiers pedagogiques [cahiers-pedagogiques]
08/01/16 Dans le contexte actuel, difficile... - Pour reintegration de Tim, autiste chasse de son college [facebook]
08/01/16 Enquête:Haute Autorite de Sante - Troubles du spectre de l'autisme : interventions et parcours de vie chez l'adulte avec autisme [has-sante]
08/01/16 Steenvoorde : il poursuit son combat juridique pour son fils, autiste, enleve par sa mere [lavoixdunord]
08/01/16 Steenvoorde : la maman qui a enleve son enfant autiste nous a telephone depuis l'Espagne [lavoixdunord]
07/01/16 Autisme : la piste du desequilibre hormonal [ladepeche]
07/01/16 Accompagnants d'eleves, un statut toujours « precaire » [ouest-france]
05/01/16 Hillary Clinton Proposing New Focus on Autism [wsj]
05/01/16 The role of oxytocin in parenting and as augmentative pharmacotherapy; critical issues and bold conjectures - van IJzendoorn - Journal of Neuroendocrinology - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
05/01/16 Targeting voltage-gated calcium channels in neurological and psychiatric diseases. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
05/01/16 The autism-associated MET receptor tyrosine kinase engages early neuronal growth mechanism and controls glutamatergic circuits development in the forebrain : Molecular Psychiatry [nature]
01/01/16 The psychophysiological impact of childhood autism spectrum disorder on siblings. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
01/01/16 Auditory encoding abnormalities in children with autism spectrum disorder suggest delayed development of auditory cortex. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
31/12/15 Improvement by methylphenidate and atomoxetine of social interaction deficits and recognition memory impairment in a mouse model of valproic acid-induced autism - Hara - 2015 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
28/12/15 Oxytocin in General Anxiety and Social Fear: A Translational Approach [sciencedirect]
28/12/15 Neuroenhancement of Memory for Children with Autism by a Mind-Body Exercise. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
27/12/15 How do we create ASD-friendly schools? A dilemma of placement - Goodall - 2015 - Support for Learning - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
25/12/15 Reorganization of functionally connected brain subnetworks in high-functioning autism - Glerean - 2015 - Human Brain Mapping - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
25/12/15 Seattle robotics club wants to be a national model for making STEM accessible to all students - GeekWire [geekwire]
22/12/15 Launch of public consultation on the review of the European Disability Strategy - Emploi, affaires sociales et inclusion - Commission europeenne [ec.europa]
22/12/15 French woman in Ireland to 'protect' autistic son - RTE News [rte]
22/12/15 Circulaire relative aux missions des inspecteurs d'académie-inspecteurs pédagogiques régionaux et des inspecteurs de l'éducation nationale [circulaire.legifrance.gouv]
21/12/15 Colloque Sensorialite et Handicap : appel a communication | Sensorialite [sensorialite.inshea]
21/12/15 Reduced GABAergic Action in the Autistic Brain: Current Biology [cell]
21/12/15 Autisme : l'implication du neurotransmetteur inhibiteur GABA demontree | Psychomedia [psychomedia.qc]
20/12/15 Frelinghien : Lylia aura enfin une auxiliaire de vie scolaire, apres Noel - La Voix du Nord [lavoixdunord]
20/12/15 Autisme & packing : le silence du Professeur Delion et la langue de bois de Martine Aubry - AgoraVox le media citoyen [agoravox]
17/12/15 Une piste pour soigner l'hypersensibilite des autistes [pourlascience]
16/12/15 Zn/Cu Levels in the Field of Autism Disorders: A Systematic Review and Meta-analysis. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
16/12/15 Petition : Le maintien de Karine, l'AVS d'Arthur ! [mesopinions]
15/12/15 Le beau-pere de Timothee, autiste, place en garde a vue par la police lyonnaise | The autist [blogs.lexpress]
15/12/15 Votre MDPH respecte-t-elle la loi ? [goo]
12/12/15 Rapport La violence a l'egard des enfants handicapes : legislation, politiques et programmes dans l'UE - Resume [fra.europa]
11/12/15 Laval, ville inclusive pour les personnes autistes - Actualites - Courrier Laval [courrierlaval]
11/12/15 Q n° 19032 Reussite des eleves handicapes a l'ecole - Senat [senat]
11/12/15 Autisme : il pourrait etre lie a un desequilibre hormonal de la mere [topsante]
11/12/15 Children with autism are impaired in the understanding of teaching. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
11/12/15 Odor Perception in Children with Autism Spectrum Disorder and its Relationship to Food Neophobia. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
09/12/15 Le handicap France : l'autre realite de l'enfance [facebook]
09/12/15 Autisme : un desequilibre hormonal de la mere mis en cause [femmeactuelle]
07/12/15 Impaired Processing in the Primary Auditory Cortex of an Animal Model of Autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
05/12/15 Handicap : quand la loi ne s'adapte plus aux besoins de la personne mais a ceux du sanitaire et medico-social | The autist [blogs.lexpress]
04/12/15 Therapeutic Effect of a Synthetic RORα/γ Agonist in an Animal Model of Autism - ACS Chemical Neuroscience (ACS Publications) [pubs.acs]
04/12/15 In Lab Research, Saint Louis University Scientists Limit Autistic Behavior - ScienceNewsline [sciencenewsline]
03/12/15 Animal Models of Speech and Vocal Communication Deficits Associated With Psychiatric Disorders [sciencedirect]
03/12/15 Maternal C-Reactive Protein Concentration in Early Pregnancy and Child Autistic Traits in the General Population - Koks - 2015 - Paediatric and Perinatal Epidemiology - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
03/12/15 Simple Steps for Teaching Prepositions to Students with Autism and Other Developmental Disabilities [isc.sagepub]
03/12/15 Resting-state functional connectivity predicts longitudinal change in autistic traits and adaptive functioning in autism [pnas]
03/12/15 Autisme en France : Le drame des familles [dupuiselise.canalblog]
03/12/15 Autisme en France : Le drame des familles - ''Au bonheur d'Elise'' [dupuiselise.canalblog]
03/12/15 Absence de prise en charge du handicap: le calvaire de la famille de Lotfi [lefigaro]
03/12/15 How does environmental enrichment reduce repetitive motor behaviors? Neuronal activation and dendritic morphology in the indirect basal ganglia pat... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
01/12/15 SLEEP - Sleep Dependent Memory Consolidation in Children with Autism Spectrum Disorder [journalsleep]
01/12/15 Nandy : les directeurs des sites pour autisme limoges, le personnel outre [leparisien]
30/11/15 ''Agir pour une société inclusive'' Les Rencontres PEP 2015 [lesrencontrespep]
30/11/15 Autism and AAC: Wretches and Jabberers [roselanc.blogspot]
27/11/15 Le Conseil d'Etat : L'engagement dans la fonction publique pour defendre les valeurs de la Republique [conseil-etat]
27/11/15 Film « Wretches & Jabberers » : vous ne verrez plus les autistes severes comme avant ! | The autist [blogs.lexpress]
25/11/15 A Comparison between iPad-Assisted and Teacher-Directed Reading Instruction for Students with Autism Spectrum Disorder (ASD) - Online First - Springer [link.springer]
25/11/15 A Comparison of PECS and iPad to Teach Requesting to Pre-schoolers with Autistic Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
25/11/15 Des eleves autrement capables! | Ancreai [ancreai]
25/11/15 Colloque handicap [maif]
25/11/15 Atypical Visual Saliency in Autism Spectrum Disorder Quantified through Model-Based Eye Tracking. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
25/11/15 ** Atypical working memory decline across the adult lifespan in autism spectrum disorder? [psycnet.apa]
24/11/15 AESH : une professionnalisation qui se fait attendre - Savoirs & connaissances magazine [savoir.actualitte]
24/11/15 Nouveau depart pour les parents et les aidants qui travaillent: la Commission lance une consultation publique sur l'equilibre entre vie professionnelle et vie privee - Emploi, affaires sociales et inclusion - Commission europeenne [ec.europa]
23/11/15 Autisme : des chercheurs expliquent comment la maladie affecte le cerveau [topsante]
21/11/15 Proces pour mise en danger : la MDPH relaxee [informations.handicap]
20/11/15 Handicap et protection de l'enfance : des droits pour des enfants invisibles | Le Defenseur des Droits [defenseurdesdroits]
19/11/15 The effect of sung speech on socio-communicative responsiveness in children with autism spectrum disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
18/11/15 Droits de l'enfant et handicap : la France va devoir rendre des comptes a l'ONU | The autist [blogs.lexpress]
18/11/15 Instructing Perisomatic Inhibition by Direct Lineage Reprogramming of Neocortical Projection Neurons: Neuron [cell]
18/11/15 Reprogramming neurons and rewiring the brain | KurzweilAI [kurzweilai]
18/11/15 * JMIR-Parent Engagement With a Telehealth-Based Parent-Mediated Intervention Program for Children With Autism Spectrum Disorders: Predictors of Program Use and Parent Outcomes | Ingersoll | Journal of Medical Internet Research [jmir]
18/11/15 Tuberous sclerosis complex. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
18/11/15 New Survey Identifies More Kids with Autism ...” Physician's First Watch [jwatch]
18/11/15 PLOS ONE: Genetic Evidence for Possible Involvement of the Calcium Channel Gene CACNA1A in Autism Pathogenesis in Chinese Han Population [journals.plos]
18/11/15 Altered tactile processing in children with autism spectrum disorder - Tavassoli - 2015 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
18/11/15 First insights into changes to developing brain caused by gene associated with autism [medicalxpress]
18/11/15 Etaples :11 eleves prives de leurs AVS a Jean Moulin [lesechosdutouquet]
13/11/15 Handicap : Segolene Neuville lance la reponse accompagnee pour tous -- Caisse des Depots [localtis]
13/11/15 Israel, un eldorado pour les autistes ? [tsa-quotidien]
13/11/15 Lambres-lez-Douai : faute d'accompagnant scolaire, Aleksandr ne va plus a l'ecole depuis le 1er octobre - La Voix du Nord [lavoixdunord]

Syracuse University Jumps into Top Research Tier in New Carnegie Classifications 08/02/2016

«Syracuse University has moved into the top tier for research activity among all doctoral universities in the nation, according to the recently released 2015 Carnegie Classification of Institutions of Higher Education. In the new rankings, which are issued twice a decade, Syracuse moved from an "R2" designation in 2010, denoting a "higher research activity," to an R1 designation, which is the top research class a university can be awarded. The distinction is based on an examination of recent data that helps Carnegie analysts gauge research activity as compared with other doctoral institutions. Criteria for research activity includes such factors as research and development expenditures, research staff and number of doctoral conferrals. Syracuse was one of 15 universities nationwide to move from R2 into the top category in the latest rankings. "Earning this classification is powerful recognition of our efforts to grow and expand research" says Syracuse University Interim Provost Liz Liddy. "We have already identified research and discovery as a key focus area in our academic strategic plan, and this is one more step in the right direction. I am proud of my colleagues across all of the schools and colleges and look forward to many future accomplishments." Interim Vice President for Research Peter Vanable says this distinction is a strong affirmation of faculty scholarship. "It acknowledges the great work that our faculty are already doing" says Vanable. "This is a proud moment, but there is much more we can do to effectively build on this momentum, and we plan on doing just that." The Carnegie Classification, created by the Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching and first published in 1973, is the widely accepted industry standard for classifying schools by higher education researchers and others. The U.S. Department of Education and many higher education associations use the classifications to organize data as well as determine a school's eligibility for grant money. The classifications are also used by U.S. News and World Report in grouping institutions by type for its popular Best Colleges rankings guide. The Carnegie Classification defines its doctoral grouping as those institutions that awarded at least 20 research/scholarship doctorates in 2013-14. Professional practice doctoral degrees, such as juris doctors, did not count toward that total. This year, a total of 335 institutions were classified as doctoral. Within that doctoral grouping, institutions were further classified as R1 (highest research activity), R2 (higher research activity) and R3 (moderate research activity).»...

<< Sommaire
news.syr

''Pourquoi tu ne m'as pas laisse mourir ?'' : mon fils est epileptique, il n'est pas fou 08/02/2016

«Mon fils a eu sa première crise d'épilepsie à 11 mois. Un jour, je l'ai retrouvé dans son lit. Son coeur ne bâtait plus. Il est mort quelques instants, mais a été réanimé par son père. A l'hôpital, on nous a expliqué que Judikaël avait fait une convulsion fébrile. Il aurait eu une otite que nous n'avions pas repérée, puis une forte poussée de fièvre qui aurait provoqué une convulsion. Au bout de quelques jours, son état s'étant stabilisé, nous sommes rentrés à la maison. Deux semaines plus tard, alors que je tenais mon bébé dans les bras, il a commencé à convulser. Son corps s'est crispé, et moi, je ne pouvais rien faire. J'étais paniquée, j'ai cru que mon fils allait mourir dans mes bras. Judikaël pouvait avoir plus de 15 crises par jour Quand Judikaël a eu 13 mois, il a commencé comme tous les enfants de son âge à marcher, mais à chaque fois qu'il trébuchait, il était saisi d'une nouvelle convulsion. Nous avons alors décidé de consulter un neuro-pédiatre. Le diagnostic est tombé : mon fils est épileptique.»
[...]
«Scolariser son enfant est un véritable combat Vivre avec un enfant atteint d’épilepsie est un combat quotidien : il faut trouver un bon médecin et surtout une école qui accepte de le prendre en charge. Ça a été très compliqué. En maternelle, Judikaël allait seulement deux heures par semaine à l’école, mais je devais rester dans le couloir en cas de problème. Au bout de deux ans, j’ai jeté l’éponge. Finalement, il a pu être pris en charge dans une école publique quand il a eu quatre ans. Il était scolarisé normalement, et pouvait même aller à la cantine. Il faut savoir que l’épilepsie peut entraîner des problèmes d’apprentissage. Mon fils a redoublé sa grande section pour être bien préparé au CP. "Votre fils le fait exprès" Certains de ses instituteurs ont fait preuve de beaucoup d’indulgence, d’autres ont été très durs. Je me souviens de son professeur de CE1 qui m’avait dit : "Judikaël le fait exprès. Il ne veut pas apprendre, il ne veut pas comprendre. Il ne peut pas rester ici." J’ai tenté de réclamer une auxiliaire de vie scolaire (AVS), mais cela m’a été refusé par le directeur de l’école. Abattue, j’ai eu la chance d’apprendre grâce au médecin de la Maison départementales des personnes handicapées (MDPH) de mon département qu’il existait un centre spécialisé pour les épileptiques à 80 km de chez nous. C'est le centre de Toul-ar-c'hoat à Châteaulin. Il a alors suivi une scolarité normale et pour son entrée en 6e, il a intégré une unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS). Aujourd’hui, il va avoir 16 ans, et il doit changer d’établissement. Il est probable qu’il soit accepté à Toulouse, à plus de 800 km de la maison. C’est dur à accepter, mais je sais aussi que c’est ce qu’il y a de mieux pour lui. »...

<< Sommaire
leplus.nouvelobs

5 Videos That Will Change Your Mind About Inclusive Education | Think Inclusive 07/02/2016


«Tomorrow Is Too Long to Wait for Inclusion 5 Videos That Will Change Your Mind About Inclusive Education November 1, 2013 By Tim Villegas 3 Comments Axel I don't know which side of the fence you are on in regard to inclusive education. And for all intents and purposes...¦it does not matter. This post could just as easily have been called, No...¦Really...¦I'm Not Crazy...¦Inclusive Education Works! Usually when I talk to people who are not familiar with the idea of having students with disabilities (including significant disabilities) in the general education setting they say they are having a hard time "wrapping their head around it" or want to see "what it actually looks like". So...¦just for those of you who need to see it to believe it, I have picked out five videos that will most definitely change your mind about whether inclusive education is really a good thing or not (or at least they should). Including Issac including isaac | a kala project from Bradley Productions on Vimeo. Including Issac is a 13 minute video about a boy with Spinal Muscular Atrophy (SMA) and his story of inclusion in a private Christian school in Michigan. It takes commitment from a school on all levels to make inclusion work for students with significant disabilities and this a clear example of how coming together for the benefit of one student can benefit all students. Watch this beautifully filmed and powerful video. Damian's Inclusion Project This video was made by the Georgia Department of Education (2011) to highlight a pilot inclusion program for students with the most significant cognitive disabilities in cooperation with Cobb County Schools. I am currently working on a follow up video to show how Damian is progressing through his 4th grade year (slated Fall of 2014). He is currently included for all segments in general education. Thaysa Thaysa from Dan Habib on Vimeo. Thasya Lumingkewas, 8, has autism and thrives at Maple Wood Elementary School in Somersworth, NH. The school has implemented Response to Intervention (RtI), Positive Behavioral Interventions and Supports (PBIS) and Universal Design for Learning (UDL). This film highlights the power of presuming competence, differentiated instruction and augmentative and alternative communication. Tana Vogele's Story Every year since Kindergarten, Tana Vogele has been included in general education classrooms despite her significant physical and intellectual disabilities. Watch this compelling video about the friendships that have been nurtured during her 4th grade year and what inclusion does to a classroom and school community. Axel AXEL open captioned FINAL HD 1080p from Dan Habib on Vimeo. This short film (16:39) focuses on Axel Cortes and the staff at Idelhurst Elementary School in Somersworth, NH. Axel is a fifth grader with autism who is non-verbal and exhibited significant behavioral challenges when he arrived at school. Axel came to Idelhurst during his 5th grade year from another school where he was exclusively in self-contained settings and was being taught preschool/kindergarten level. Through effective implementation of supports - including AAC, UDL, RtI, social stories, visual schedules and positive behavioral supports - Axel was able to learn 5th grade general education curriculum in a general education classroom within a few months. His challenging behaviors also decreased, and he thrived through interaction and engagement with ...˜typical' peers. Once Axel had an effective means of communication, the staff found that Axel was was bilingual and bi-literate (his family speaks Spanish at home). This film illustrates the potential for students with significant cognitive disabilities to achieve high academic outcomes. The film has received support from the National Center and State Collaborative (NCSC). The video shows how Axel accesses his environment via Augmentative and Alternative Communication as well as how his classmates accept him into their community. Watch how Axel is learning to type independently and makes strides with communicating his wants and needs in the general education setting. Sometimes we need to see examples of inclusion to really understand that it is possible and happening all over the world. Perhaps you are the one who can influence your local school to implement inclusive practices.»...

<< Sommaire
thinkinclusive

Yanous ! Droits et handicap. Une indemnisation multipliee par 19 ! 06/02/2016

«En 1994, un jeune piéton âgé de 9 ans était victime d'un grave accident de la circulation et subissait un traumatisme crânien grave. Une procédure amiable et une expertise médicale amiable étaient mises en place par la compagnie d'assurances pendant lesquelles la jeune victime était assistée de son père mais par aucun avocat. En 2005, 11 ans après l'accident, la compagnie d'assurances présentait enfin une offre d'indemnisation définitive d'un montant total de 449.000E. Désespéré, le père s'adressait alors à un avocat spécialisé afin qu'il représente les intérêts de son fils et le conseille sur l'opportunité d'accepter cette offre indemnitaire. L'avocat spécialisé, après avoir étudié le dossier, déconseillait d'accepter cette offre indemnitaire définitive manifestement sous-évaluée, et proposait d'assigner immédiatement l'assureur devant le Tribunal pour obtenir une juste et parfaite indemnisation. Le père fit confiance à l'avocat et suivit ses conseils en refusant cette offre définitive obtenue si tardivement après tant d'années de discussions amiables. Ce fut le début d'un long procès très difficile où, finalement, la victime obtint pleinement satisfaction.»
[...]
«Une fois encore, de nombreuses conclusions et pièces furent échangées devant la Cour d'Appel. La victime communiquait plus de 100 pièces. L'affaire fut à nouveau longuement plaidée. Par arrêt du 17 mars 2014, la Cour d'Appel de Paris donnait à nouveau gain de cause à la victime et condamnait la compagnie d'assurances à lui payer une somme en capital de 1.459.000€, ainsi que deux rentes viagères annuelles au titre de la tierce personne future et du préjudice professionnel d'un montant respectif, à compter d'août 2017, de 169.700€ et 18.000€, et représentant une somme capitalisée de 4.857.365€, soit une indemnisation totale du préjudice corporel à hauteur de 6.316.365€. A cette somme s'ajoutait la condamnation au titre du doublement des intérêts qui était confirmée et qui représentait plus de 1.870.000€ en sus, soit une indemnisation totale de plus de 8.180.000€. La compagnie d'assurance introduisait à nouveau un pourvoi en cassation, mais uniquement sur le doublement des intérêts qu'elle estimait totalement infondé. Conformément à notre droit, et heureusement pour la victime, la compagnie d'assurances a dû payer la totalité des condamnations avant de pouvoir faire examiner son pourvoi en cassation. Ainsi, après l'échange des mémoires, un arrêt fut rendu par la Cour de Cassation le 11 juin 2015, déboutant la compagnie d'assurances de la totalité de son pourvoi et de toutes ses illusions. Enfin, la victime introduisait une requête en interprétation devant la Cour d'Appel de Paris sur l'assiette du doublement des intérêts qui fut rejetée par arrêt du 19 octobre 2015. Ainsi, après 8 années de procédure intensive, ce dossier délicat et difficile est terminé. Il a donné toute satisfaction à la victime qui a obtenu par voie judiciaire une indemnisation 19 fois supérieure à l'offre d'indemnisation définitive et dérisoire formulée par la compagnie d'assurances en 2005 (8.180.000€ obtenus devant la Cour contre 449.000€ offerts initialement). Le jeune homme a certes perdu beaucoup de temps en se défendant seul, mais il a largement rattrapé le temps perdu. Il a pu obtenir gain de cause grâce à sa famille, qui a été patiente et persévérante en faisant toute confiance à son avocat spécialisé, lequel a mis tout en œuvre pour obtenir une très bonne indemnisation pour son client lors de ce captivant procès. Il faut rendre hommage à son père qui s'est battu pour obtenir une décision de justice garantissant les droits de son fils, ainsi qu'à sa mère qui a pris la relève et a aussi su le représenter avec ténacité. Le jeune homme, après avoir eu un parcours difficile, a enfin trouvé, avec sa mère, une vie équilibrée et sécurisée, lui permettant d'acquérir un logement et de vivre entouré des siens avec bonheur et sous la surveillance bienveillante de son oncle. »...

<< Sommaire
yanous

UN -Report of France- 40.-41. Torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment 06/02/2016


«40. The Committee is concerned by cases of ill-treatment of children with disabilities in institutions and the insufficient independent monitoring of such institutions. It is particularly concerned that in some cases, the personnel denouncing ill-treatment have reportedly been accused of defamation and condemned while perpetrators were rarely brought to justice, in spite of video recorded evidence. The Committee is further concerned that the “packing” technique (wrapping the child in cold, wet sheets), which amounts to ill-treatment, has not been legally prohibited and is reportedly still practiced on some children with autistic spectrum disorders.» [...]
« 41. The Committee urges the State party to increase initiatives to understand, prevent and counter the root causes of ill-treatment of children in institutions, and that it: (a) Establish oversight mechanisms able to undertake regular and effective independent inspections of institutions; (b) Thoroughly and promptly investigate any allegations of ill-treatment, bring the perpetrators to justice, and provide care, recovery, reintegration and compensation for child victims; (c) Create accessible and child-friendly reporting systems and services, including confidential channels for denouncing cases of ill-treatment and protection from reprisals, particularly for children, their families, and personnel; (d) Legally prohibit the practice of “packing” children and any other practice that amounts to ill treatment. »...

<< Sommaire
tbinternet.ohchr

UN -Report of France- 40. Torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment 06/02/2016

«40. The Committee is concerned by cases of ill-treatment of children with disabilities in institutions and the insufficient independent monitoring of such institutions. It is particularly concerned that in some cases, the personnel denouncing ill-treatment have reportedly been accused of defamation and condemned while perpetrators were rarely brought to justice, in spite of video recorded evidence. The Committee is further concerned that the “packing” technique (wrapping the child in cold, wet sheets), which amounts to ill-treatment, has not been legally prohibited and is reportedly still practiced on some children with autistic spectrum disorders.»...

<< Sommaire
tbinternet.ohchr

Exclusif : La censure est-elle une valeur republicaine ? 06/02/2016

«Modifié à 18h. Un numéro de la revue Diversité portant sur l'école et les valeurs républicaines est bloqué depuis un mois. L'information a été donnée par F Dhume, un chercheur, lors du colloque sur les discriminations organisé par le rectorat de Créteil. Selon nos informations, le contenu du numéro poserait problème au cabinet de N Vallaud-Belkacem. Pour l'éditeur, Canopé, la décision de publication est en attente et il n'y a pas de censure ministérielle. Comment le ministère a géré l'après Charlie La recherche peut-elle tout dire sur la façon dont les valeurs républicaines sont enseignées par l'Ecole ? Apparemment non. Un numéro de la revue scientifique Diversité, publiée par Canopé, est bloqué depuis un mois. Selon F Dhume ce numéro devait sortir début janvier. Nous avons contacté plusieurs auteurs de ce numéro qui confirment la non parution de ce numéro et qui rendent le cabinet de la ministre responsable de la non publication. L'idée d'un numéro sur L'Ecole et les valeurs de la République est née après Charlie et un colloque qui s'est tenu à Marseille sur ce thème. Le numéro devait réunir des contributions de Fabrice Dhume, Geneviève Zoia, Françoise Lorcerie, Benoit Falaize, tous des spécialistes reconnus sur les questions de citoyenneté, de discrimination, notamment de discrimination ethnique. Les articles évoquaient la généalogie du racisme dans l'institution scolaire, les usages de la laicité à l'école au niveau international et la gestion de l'après Charlie par le ministère. Au moins une contribution aurait suscité le blocage ministériel. Canopé dément Pour JM Merriaux, directeur général de Canopé et directeur de la publication, la décision de publication lui revient et il n'y a pas d'interférence du cabinet de N. Vallaud Belkacem.»...

<< Sommaire
cafepedagogique

Committee on the Rights of the Child Concluding observations on the fifth periodic report of France 05/02/2016

«Committee on the Rights of the Child Concluding observations on the fifth periodic report of France III. Main areas of concern and recommendations A. General measures of implementation (arts. 4, 42 and 44 (6)) The Committee’s previous recommendations 6. The Committee recommends that the State party adopt all the measures necessary to address those previous recommendations that have been partly, insufficiently, or not implemented at all (CRCCO4), such as those relating to corporal punishment, minimum age of responsibility, the juvenile justice system, and unaccompanied migrant children, and regrets in particular that the State party has not withdrawn its reservation to article 30 and its two declarations to articles 6 and 40. Legislation 7. The Committee is concerned that only a very limited number of the provisions of the Convention are recognized as self-executing and that its principles and rights are not duly included in national legislation 8. The Committee reiterates its recommendation to the State party that it ensure the applicability of all the provisions of the Convention on the whole territory of the State party and that it can be invoked by individuals in national courts at all levels (CRCCO4, para. 10).»
[...]
« Children with autism 59. The Committee is concerned that in spite of three successive Autism Plans, children with autism continue to be subjected to widespread violations of their rights. The Committee is particularly concerned that the majority of children with autism do not have access to education in mainstream schools, or receive limited education on a part-time basis with no specifically trained personnel to support their inclusion. The Committee is also concerned that: (a) The implementation of the 2012 recommendations by the High Health Authority is not mandatory and that children with autism are still proposed inefficient psychoanalytical therapies, over-medication, and placement in psychiatric hospitals and institutions, including in Belgium; (b) Professionals trained in internationally recognised therapies, development and education programmes are scarce and are not covered by the health insurance system; (c) Some parents who oppose the institutionalization of their children are intimidated, threatened, and, in some cases, lose the custody of their children, with the children being forcibly institutionalized or subject to administrative placement. 60. The Committee urges the State party to take immediate measures to ensure that the rights of children with autism, especially their right to inclusive education, are respected, that the 2012 recommendations of the High Health Authority are legally binding on professionals working with children with autism, and that only therapies and educational programmes which conform with the recommendations of the High Health Authority be authorised and reimbursed. The State party should also ensure that children with autism are not subjected to forced institutionalization or administrative placement and that parents are no longer subjected to reprisals when refusing institutionalisation of their children. »...

<< Sommaire
tbinternet.ohchr

La rapporteuse speciale handicap de l'ONU sollicite une visite en FRANCE 05/02/2016

«Mme Catalinas Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale de l'ONU aux droits des personnes handicapées, a sollicité en octobre 2015 une visite officielle en FRANCE (suite à une demande collective d'associations). Elle n'a toujours pas reçu de réponse du gouvernement. Manque de temps ? Pourtant, 5 mois, c'est large pour répondre non ? MMe Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale aux droits des personnes handicapées MMe Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale aux droits des personnes handicapées En attendant...¦Le Comité des droits de l'enfant de l'ONU vient de rendre ses observations finales sur la mise en oeuvre par la France de la convention des droits de l'enfant, dans le cadre du 5ème rapport périodique de la France. Alliance Autiste et Autisme France avaient rédigé un rapport alternatif au Comité concernant l'autisme. Le Comité n'a pas été dupe des réponses technocratiques de la France lors son audition les 13 et 14 janvier, et il tire aujourd'hui la sonnette d'alarme : il y a une violation généralisée des droits des enfants handicapés à l'éducation, à la scolarisation sans ségrégation, à la participation à la collectivité, à recevoir des accompagnements conséquents et adaptés à leurs spécificités dans tous leurs lieux de vie, à ne pas subir d'actes maltraitants, à ne pas être discriminés...¦. Voici en détail les observations / recommandations concernant le handicap.»
[...]
«Entre autres le Comité recommande à la France :
• de mettre en place des mécanismes de contrôle permettant de procéder à des inspections indépendantes, régulières et efficaces des institutions ;
• d’interdire légalement la pratique du packing,
• de rendre juridiquement contraignantes les recommandations autisme publiées par la HAS,
• de former les enseignants et professionnels de l’éducation à l’éducation inclusive,
• de prendre des mesures immédiates – pour assurer que les droits des enfants autistes, en particulier leur droit à l’éducation inclusive, soient respectés, – pour que seules les thérapies et les programmes éducatifs qui sont conformes aux recommandations de la Haute autorité de santé soient autorisés et remboursés,
• de veiller à ce que les enfants autistes ne soient pas soumis à l’institutionnalisation forcée ou au placement administratif et à ce que les parents ne soient plus soumis à des représailles lorsqu’ils refusent l’institutionnalisation de leurs enfants. »...

<< Sommaire
blogs.lexpress

La rapporteuse speciale handicap de l'ONU sollicite une visite en FRANCE | The autist 05/02/2016

«Mme Catalinas Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale de l'ONU aux droits des personnes handicapées, a sollicité en octobre 2015 une visite officielle en FRANCE (suite à une demande collective d'associations). Elle n'a toujours pas reçu de réponse du gouvernement. Manque de temps ? Pourtant, 5 mois, c'est large pour répondre non ? MMe Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale aux droits des personnes handicapées MMe Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale aux droits des personnes handicapées En attendant...¦Le Comité des droits de l'enfant de l'ONU vient de rendre ses observations finales sur la mise en oeuvre par la France de la convention des droits de l'enfant, dans le cadre du 5ème rapport périodique de la France. Alliance Autiste et Autisme France avaient rédigé un rapport alternatif au Comité concernant l'autisme. Le Comité n'a pas été dupe des réponses technocratiques de la France lors son audition les 13 et 14 janvier, et il tire aujourd'hui la sonnette d'alarme : il y a une violation généralisée des droits des enfants handicapés à l'éducation, à la scolarisation sans ségrégation, à la participation à la collectivité, à recevoir des accompagnements conséquents et adaptés à leurs spécificités dans tous leurs lieux de vie, à ne pas subir d'actes maltraitants, à ne pas être discriminés...¦. Voici en détail les observations / recommandations concernant le handicap Entre autres le Comité recommande à la France : ...¢ de mettre en place des mécanismes de contrôle permettant de procéder à des inspections indépendantes, régulières et efficaces des institutions ; ...¢ d'interdire légalement la pratique du packing, ...¢ de rendre juridiquement contraignantes les recommandations autisme publiées par la HAS, ...¢ de former les enseignants et professionnels de l'éducation à l'éducation inclusive, ...¢ de prendre des mesures immédiates - pour assurer que les droits des enfants autistes, en particulier leur droit à l'éducation inclusive, soient respectés, - pour que seules les thérapies et les programmes éducatifs qui sont conformes aux recommandations de la Haute autorité de santé soient autorisés et remboursés, ...¢ de veiller à ce que les enfants autistes ne soient pas soumis à l'institutionnalisation forcée ou au placement administratif et à ce que les parents ne soient plus soumis à des représailles lorsqu'ils refusent l'institutionnalisation de leurs enfants.»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Le DEAES - decret n° 2016-74 du 29 janvier 2016 05/02/2016


«DECRET n° 2016-74 du 29 janvier 2016 M. Manuel VALLS Premier ministre relatif au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social et modifiant le code de l'action sociale et des familles(partie réglementaire) JORF n°0026 du 31 janvier 2016 (texte n° 21) - NOR: AFSA1521331D On trouve ce décret sur le site : legifrance> décret n° 2016-74 du 29 janvier 2016 ou : NOR: AFSA1521331D è commentaire de ce décret : le DEAES Notice : ce décret crée un diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, en remplacement du diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale et du diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique. Ce décret fixe les modalités d'organisation de la formation et de délivrance du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social. Il prévoit une période transitoire pendant laquelle les personnes engagées dans un cycle de formation ou de validation des acquis de l'expérience relevant des précédentes dispositions applicables pour l'obtention d'un diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale ou d'aide médico-psychologique peuvent poursuivre leur formation.» [...]
«Article 1 Art. D. 451-88.-Le diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social atteste des compétences nécessaires pour réaliser un accompagnement social au quotidien, visant à compenser les conséquences d'un handicap, quelles qu'en soient l'origine ou la nature, qu'il s'agisse de difficultés liées à l'âge, à la maladie, ou au mode de vie, ou les conséquences d'une situation sociale de vulnérabilité, et à permettre à la personne de définir et de mettre en œuvre son projet de vie. Art. D. 451-89.-I.-Le diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social est structuré en un socle commun de compétences et trois spécialités : “ Accompagnement de la vie à domicile ”, “ Accompagnement de la vie en structure collective ”, “ Accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire ”. Le diplôme mentionne la spécialité acquise. Il peut être obtenu par la voie de la formation ou, en tout ou pour partie, par la validation des acquis de l'expérience. Il est délivré par le représentant de l'Etat dans la région. II.-Le certificat de spécialité “ accompagnement de la vie à domicile ” atteste des compétences nécessaires pour contribuer à la qualité de vie de la personne, au développement ou au maintien de ses capacités à vivre à son domicile. Le certificat de spécialité “ accompagnement à la vie en structure collective ” atteste des compétences nécessaires au soutien des relations interpersonnelles et à la qualité de vie de la personne dans son lieu de vie collectif. Le certificat de spécialité “ Accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire ” atteste des compétences nécessaires pour faciliter, favoriser et participer à l'autonomie des enfants, adolescents et des jeunes adultes en situation de handicap dans les activités d'apprentissage, et les activités culturelles, sportives, artistiques et de loisirs. Les certificats de spécialité peuvent être obtenus uniquement par les titulaires du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, par une formation complémentaire. Ils sont délivrés par le représentant de l'Etat dans la région. Art. D. 451-90.-La formation préparant au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, pour l'acquisition du socle commun de compétences et des spécialités, comprend une formation théorique et une formation pratique dispensée au cours de stages en alternance. Cette formation est dispensée par les établissements publics ou privés ayant satisfait aux obligations mentionnées aux articles L. 451-1 et suivants du code de l'action sociale et des familles. La durée et le contenu de la formation peuvent varier en fonction de l'expérience professionnelle et des diplômes possédés par les candidats. « Les candidats sont soumis à des épreuves d'entrée en formation, organisées par les établissements de formation selon des modalités fixées par arrêté. Art. D. 451-91.-Le représentant de l'Etat dans la région nomme le jury plénier du diplôme, qui comprend au plus treize membres dont le président et douze membres répartis en trois collèges égaux : 1° Des formateurs issus des établissements de formation, publics ou privés, préparant au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social ; 2° Des représentants de l'Etat, des collectivités publiques ou de personnes qualifiées dans le champ de l'action sociale, médico-sociale et dans le champ éducatif ; 3° Des représentants qualifiés du secteur professionnel. Le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale ou son représentant, préside le jury. Le président du jury a voix prépondérante, en cas d'égalité de voix. Ce jury procède à la délibération finale. Ce jury peut, en tant que de besoin, se subdiviser en groupes d'examinateurs. Art. D. 451-92.-Les titulaires du diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale ou du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide à domicile ou de la mention complémentaire aide à domicile sont, de droit, titulaires du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, spécialité “ accompagnement de la vie à domicile ”. Les titulaires du diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique ou du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide médico-psychologique sont, de droit, titulaires du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, spécialité “ accompagnement de la vie en structure collective ”. Art. D. 451-93.-Un arrêté du ministre chargé des affaires sociales précise les compétences professionnelles mentionnées à l'article D. 451-88, les modalités d'accès à la formation, le contenu et l'organisation de cette formation ainsi que les modalités de certification du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social. Article 2 A titre transitoire, les candidats engagés à la date de publication du présent décret dans une préparation au diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique ou au diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale restent soumis aux modalités de certification du diplôme préparé, qui demeure régi par les dispositions antérieures. De même, en cas de validation partielle, les candidats peuvent compléter la certification conformément aux dispositions antérieures. Article 3 A titre transitoire, les établissements de formation, titulaires d'une déclaration préalable les autorisant à délivrer une formation au diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique ou au diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale, peuvent être autorisés à dispenser la formation au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, (...) »...

<< Sommaire
scolaritepartenariat.chez-alice

Les activites de promotion de l'egalite et d'acces aux droits | Le Defenseur des Droits 04/02/2016

«Encadré 5 : Formation des cadres de l'Education nationale La loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République du 25 juin 2013, rappelle la nécessité de lutter contre les inégalités et les discriminations pour la réussite de tous les élèves. Dans le but d'accompagner l'école dans son ambition de promouvoir l'égalité, l'Ecole supérieure de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche (ESENESR) et le Défenseur des droits ont signé une convention de partenariat visant à développer des actions de formation en direction des publics accueillis à l'ESENESR, afin de contribuer à la lutte contre les discrimination, ainsi qu'à la promotion des droits et de l'égalité dans l'éducation. A la faveur de cette convention, le Défenseur des droits a développé en 2015 une série de onze sessions de formation en direction des chefs d'établissements et des inspecteurs de l'éducation nationale, ainsi que des équipes pédagogiques de l'ESENESR chargées de la conception et de l'animation des formations. Ces sessions de formation, proposées dans le cadre de la formation initiale des personnels de direction, ont eu pour objectif d'apporter des éléments de connaissances sur les missions et les actions du Défenseur des droits, ainsi que sur le droit de la lutte contre les discriminations en se basant notamment sur l'analyse juridique de situations de discrimination établies à partir des saisines du Défenseur des droits. 2400 personnels cadres de l'Education nationale ont participé à ces formations. Lors de ces différentes occasions, des situations anonymisées reçues par le Défenseur des droits, mettant en cause l'institution scolaire, ont fait l'objet de travaux en atelier visant à confronter les pratiques des cadres de l'éducation nationale pouvant rencontrer de telles situations au sein de leurs établissements ou de leurs académies. Pour l'année 2016, l'action du Défenseur des droits en matière de formation dans l'éducation portera sur deux principaux axes stratégiques : le renforcement de la formation initiale des personnels de direction de l'éducation à l'ESENESR ainsi que le développement des modules de formation continue des enseignants en académie à la faveur d'une convention en cours de signature entre le ministère de l'Education nationale et le Défenseur des droits.»...

<< Sommaire
defenseurdesdroits

Autisme : une methode prometteuse pour agir des le plus jeune age 04/02/2016


«Pong, pong. Dans une petite pièce au décor dépouillé, un enfant et une jeune femme se lancent un ballon de baudruche. Au bout de quelques passes, Jules (son prénom a été changé), 2 ans et demi, part dans un coin. «Fini», bredouille-t-il. Immédiatement, Carolina, l'adulte, range le ballon et lui propose un livre. Puis un puzzle. Sans succès. Alors elle embraye, se dissimule sous une couverture. Jules vient la chercher. D'une voix enjouée, la jeune femme l'incite à se cacher à son tour. Pas de réaction. Alliant le geste à la parole, elle tente «...Šla petite bête qui monte...Š». Cette fois, l'enfant sourit, son regard s'éclaire. Elle recommence encore et encore. Jules éclate de rire, cherche le contact physique avec Carolina. Un joli moment de complicité, mais pas seulement. «...ŠC'est une RSS, une routine ­sociale sensorielle, et c'est exactement ce que nous cherchons à obtenir, explique la jeune femme. Dès qu'un enfant émet un comportement social, on le renforce. Et dans cette démarche, trouver son sourire est un élément essentiel....Š»»...

<< Sommaire
lemonde

Les Lilas : elle se bat pour scolariser son fils autiste 04/02/2016

«« Votre fils en CP, c'est inenvisageable ». Pour Sabrina Deguine-Leroy, mère d'un enfant atteint de troubles du spectre autistique (TSA), la réponse de l'école est tombée comme une condamnation. Aujourd'hui, Ryan, 6 ans, est scolarisé dans une « classe normale » au sein de la maternelle Victor-Hugo aux Lilas. « Stimulé par les autres enfants, il a fait d'énormes progrès. Il a appris à compter jusqu'à dix », assure sa maman. Mais l'année prochaine, pas le choix...¦ Cet enfant qui souffre d'un retard du développement général et a tendance à « rester dans sa bulle » devra renoncer à son cartable d'écolier. Une seule option est proposée à l'enfant : une place en Institut médico-éducatif (IME). « Mais mon fils n'a rien à faire dans cette structure, poursuit Sabrina. Le suivi éducatif proposé est insuffisant et inadapté. De plus, côté médical, Ryan est déjà entouré par une équipe soignante de qualité avec laquelle il faudra rompre s'il intègre l'IME. »»...

<< Sommaire
leparisien

Audition de la France a Geneve : le Comite des droits de l'enfant de l'ONU rend ses observations - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales, de la Sante et des Droits des femmes 04/02/2016

«Laurence Rossignol, Secrétaire d'Etat chargée de la Famille, de l'Enfance, des Personnes âgées et de l'Autonomie et cheffe de la délégation française, s'était rendue à Genève pour réaffirmer l'ambition du Gouvernement en faveur de la politique de l'enfance, avec une attention toute particulière aux enfants les plus vulnérables. Au cours de l'audition, le comité avait souligné le haut niveau de la délégation et le sérieux des réponses de la France. C'est dans ce même esprit de dialogue constructif que les observations et recommandations sont rédigées. Le comité souligne les nombreuses évolutions positives, en particulier par l'élaboration et la mise en oeuvre de stratégies depuis 2012, notamment dans le domaine de la protection de l'enfance, de l'éducation et de la lutte contre la pauvreté. Plus particulièrement, il accueille très positivement la ratification de plusieurs grands textes, comme le 3ème protocole à la convention des droits de l'enfant, et la promulgation d'importantes dispositions législatives, telles que la loi de modernisation du système de santé, la loi sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes ou encore la loi de refondation de l'école de la République. Le comité note également avec satisfaction les soixante mille créations de postes dans l'Education Nationale contribuant ainsi à une meilleure inclusion des enfants porteurs de handicap. Bien que soulignant les efforts fournis, le comité relève des axes d'amélioration nécessaires dans les domainesde la prise en charge de l'autisme, de la justice des mineurs, de l'accueil des enfants étrangers ou encore de l'égalité des territoires, en particulier d'outre-mer. Consciente des progrès qu'il lui reste à accomplir à partir des recommandations du comité, la France orientera ses politiques publiques dans le respect des droits de l'enfant. La formation enfance du Haut Conseil de la Famille, de l'Enfance et de l'Age, prévue dans la loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement, promulguée le 28 décembre, y veillera. Elle sera en effet chargée du suivi des observations du Comité et permettra un lien constant entre les associations et institutions de l'enfance et notamment de défense et de promotion des droits de l'enfant. Il répondra ainsi dès le premier semestre 2016 à la recommandation du Comité d'avoir une instance garante de la cohérence et de l'ambition de la stratégie globale pour l'enfance.»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

REPLAY. Regardez l'emission ''Cash Investigation'' consacree aux pesticides et leurs dangers pour la sante - France 2 - 2 fevrier 2016 - En replay 04/02/2016

«Elles s'appellent Syngenta, Monsanto, Bayer ou Dow, vous ne les connaissez peut-être pas. Ce sont des multinationales de l'agrochimie qui fabriquent les pesticides utilisés dans l'agriculture. Leurs produits se retrouvent dans les aliments, dans l'eau du robinet et même dans l'air que l'on respire. Certains sont cancérigènes ou neurotoxiques, d'autres sont des perturbateurs endocriniens particulièrement dangereux pour les enfants. "Cash Investigation" a eu accès à une base de données confidentielle sur les ventes de pesticides en France, produit par produit, département par département, entre 2008 et 2013. En moyenne, ce sont près de 65 000 tonnes de pesticides purs qui sont épandues chaque année sur notre territoire. Aujourd'hui, l'Hexagone est le premier consommateur de produits phytosanitaires en Europe. Des molécules dangereuses Depuis 1980, les cancers infantiles augmentent de 1% par an en France, soit environ 2 500 cas supplémentaires chaque année. C'est la deuxième cause de mortalité chez l'enfant. Existe-t-il un lien entre ces maladies et l'exposition aux pesticides ? Pour les scientifiques du monde entier, il n'y a plus guère de doute. Le folpel produit par Bayer, l'atrazine de Syngenta ou le chlorpyrifos-éthyl de Dow Chemical. Derrière ces noms inconnus du grand public se cachent des molécules aux risques sanitaires avérés. Des molécules qui rapportent des milliards d'euros aux multinationales. Après un an d'investigation en France, en Allemagne, en Suisse ou aux Etats-Unis, "Cash Investigation" révèle comment certains produits mettent nos enfants en danger. La démocratie polluée par les pesticides Le dernier volet de l'enquête a conduit l'équipe de "Cash Investigation" à Hawai. Le climat de cet archipel paradisiaque permet quatre récoltes par an. C'est pourquoi les multinationales y testent leurs produits. Dans ce qui est probablement le plus grand labo à ciel ouvert d'expérimentation d'OGM au monde, elles font un usage massif de pesticides. On y recense dix fois plus d'anomalies congénitales que la moyenne aux Etats-Unis. La mobilisation des citoyens a permis de faire passer une loi locale pour limiter les dégâts. Les industriels ont immédiatement répliqué, attaquant cette loi devant les tribunaux, et ils ont gagné. A Hawai, au grand jeu de la démocratie, c'est la chimie qui l'emporte.»...

<< Sommaire
francetvinfo

REPLAY. Regardez l'emission ''Cash Investigation'' consacree aux pesticides et leurs dangers pour la sante - France 2 - 2 fevrier 2016 - En replay 04/02/2016

«Elles s'appellent Syngenta, Monsanto, Bayer ou Dow, vous ne les connaissez peut-être pas. Ce sont des multinationales de l'agrochimie qui fabriquent les pesticides utilisés dans l'agriculture. Leurs produits se retrouvent dans les aliments, dans l'eau du robinet et même dans l'air que l'on respire. Certains sont cancérigènes ou neurotoxiques, d'autres sont des perturbateurs endocriniens particulièrement dangereux pour les enfants. "Cash Investigation" a eu accès à une base de données confidentielle sur les ventes de pesticides en France, produit par produit, département par département, entre 2008 et 2013. En moyenne, ce sont près de 65 000 tonnes de pesticides purs qui sont épandues chaque année sur notre territoire. Aujourd'hui, l'Hexagone est le premier consommateur de produits phytosanitaires en Europe. Des molécules dangereuses Depuis 1980, les cancers infantiles augmentent de 1% par an en France, soit environ 2 500 cas supplémentaires chaque année. C'est la deuxième cause de mortalité chez l'enfant. Existe-t-il un lien entre ces maladies et l'exposition aux pesticides ? Pour les scientifiques du monde entier, il n'y a plus guère de doute. Le folpel produit par Bayer, l'atrazine de Syngenta ou le chlorpyrifos-éthyl de Dow Chemical. Derrière ces noms inconnus du grand public se cachent des molécules aux risques sanitaires avérés. Des molécules qui rapportent des milliards d'euros aux multinationales. Après un an d'investigation en France, en Allemagne, en Suisse ou aux Etats-Unis, "Cash Investigation" révèle comment certains produits mettent nos enfants en danger. La démocratie polluée par les pesticides Le dernier volet de l'enquête a conduit l'équipe de "Cash Investigation" à Hawai. Le climat de cet archipel paradisiaque permet quatre récoltes par an. C'est pourquoi les multinationales y testent leurs produits. Dans ce qui est probablement le plus grand labo à ciel ouvert d'expérimentation d'OGM au monde, elles font un usage massif de pesticides. On y recense dix fois plus d'anomalies congénitales que la moyenne aux Etats-Unis. La mobilisation des citoyens a permis de faire passer une loi locale pour limiter les dégâts. Les industriels ont immédiatement répliqué, attaquant cette loi devant les tribunaux, et ils ont gagné. A Hawai, au grand jeu de la démocratie, c'est la chimie qui l'emporte.»...

<< Sommaire
francetvinfo

The two fold role of oxytocin in social developmental disorders: A cause and a remedy? - PubMed - NCBI 02/02/2016

«Abstract Oxytocin is widely used by obstetricians to induce or facilitate labor. The long lasting consequences of oxytocin administration remain however unknown. Here, we discuss recent evidence suggesting a link between oxytocin labor induction and developmental social impairments such as autism spectrum disorders (ASD). Because these associations are methodologically questionable, we provide a review of animal studies investigating the long term effects of neonatal injection of oxytocin to shed light on the biological mechanisms that mediate the contribution of early oxytocin supplementation on the development of social impairments. In contrast to this potential negative impact on development, oxytocin has been shown to ameliorate social skills of ASD patients. However, results of chronic oxytocin administration from animal experiments are contradictory. We also review recent studies looking at chronic oxytocin effects in animal and in humans. Obstetric and psychiatric uses of exogenous oxytocin both impact on oxytocinergic neurotransmission but the effects may be sharply dissimilar.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Un decret installe un nouveau metier : accompagnant educatif et social 02/02/2016

«Un décret et un arrêté du 29 janvier 2016 créent officiellement un nouveau métier dans le secteur médicosocial et, plus précisément, dans la prise en charge des personnes en perte d'autonomie. Il s'agit en l'occurrence du décret créant le diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social et de l'arrêté précisant le contenu et le déroulé de la formation conduisant à l'obtention de ce diplôme. Le nouveau diplôme remplace ceux d'AVS et d'AMP Ce nouveau métier - qui n'a pas encore d'acronyme (AES ?) - remplace, en les fusionnant, deux autres diplômes d'Etat préexistants : celui d'auxiliaire de vie sociale (AVS) - plutôt orienté de fait vers les personnes âgées - et celui d'aide médicopsychologique (AMP), plutôt orienté vers les personnes handicapées. Le décret du 29 janvier 2016 précise que le nouveau diplôme "atteste des compétences nécessaires pour réaliser un accompagnement social au quotidien, visant à compenser les conséquences d'un handicap, quelles qu'en soient l'origine ou la nature, qu'il s'agisse de difficultés liées à l'âge, à la maladie, ou au mode de vie, ou les conséquences d'une situation sociale de vulnérabilité, et à permettre à la personne de définir et de mettre en oeuvre son projet de vie". Une définition qui s'inscrit directement dans le prolongement de celle de l'AVS ou de l'AMP. Le diplôme d'accompagnant éducatif et social - de niveau V dans la classification des emplois et des formations - comprend un socle commun de compétences et trois spécialités : "Accompagnement de la vie à domicile", "Accompagnement de la vie en structure collective", "Accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire". Cette dernière spécialité "atteste des compétences nécessaires pour faciliter, favoriser et participer à l'autonomie des enfants, adolescents et des jeunes adultes en situation de handicap dans les activités d'apprentissage, et les activités culturelles, sportives, artistiques et de loisirs". Il s'agit en l'occurrence de la mise en oeuvre de la reconnaissance et de la professionnalisation des auxiliaires de vie scolaire qui accompagnent les enfants handicapés scolarisés en milieu ordinaire. Une bascule automatique sur le nouveau diplôme Le diplôme est délivré par le préfet de région, après délibération d'un jury plénier composé de trois collèges égaux composés de formateurs pour le premier, de représentants de l'Etat, des collectivités et de personnalités qualifiées pour le second, et de représentants qualifiés du secteur professionnel pour le troisième. De façon classique, le cursus combine une formation théorique de 525 heures (dont 378 pour le socle commun et 147 pour la spécialité choisie) et une formation pratique de 840 heures, le tout s'étalant sur une période de un à deux ans. Le décret prévoit aussi un basculement automatique sur le diplôme d'accompagnant éducatif et social (spécialité "accompagnement de la vie à domicile") pour les titulaires du diplôme d'Etat d'AVS ou du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide à domicile ou de la mention complémentaire aide à domicile. De même, les titulaires du diplôme d'Etat d'AMP ou du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide médicopsychologique sont, de droit, titulaires du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, spécialité "accompagnement de la vie en structure collective". Enfin, le décret du 29 janvier 2016 prévoit - à titre transitoire - que "les candidats engagés à la date de publication du présent décret dans une préparation au diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique ou au diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale restent soumis aux modalités de certification du diplôme préparé, qui demeure régi par les dispositions antérieures". De son côté, l'arrêté du 29 janvier 2016 détaille les modalités d'accès à la formation conduisant au diplôme d'accompagnant éducatif et social, le contenu et l'organisation de cette formation, les modalités de certification et la validation des acquis de l'expérience (VAE). Les annexes de l'arrêté proposent notamment le référentiel professionnel de ce nouveau métier.»...

<< Sommaire
localtis

Autisme, Parkinson... Une appli toulousaine va revolutionner le quotidien des malades et de leurs proches « Article « Cote Toulouse 02/02/2016

«L'histoire d'Estelle, c'est celle de milliers, voire de millions de personnes en France qui vivent au quotidien avec une personne atteinte de troubles cognitifs. Maman d'Allan, un enfant diagnostiqué autiste à deux ans et scolarisé en Clis (Classe pour l'inclusion scolaire), cette sémillante toulousaine a voulu fructifier son expérience personnelle pour en faire profiter les personnes malades ou en perte d'autonomie et leurs proches et aidants familiaux. Ma base de départ était de trouver la façon de communiquer à distance avec les personnes porteuses d'un handicap via des alertes. Le but est que la personne soit la plus autonome possible, explique Estelle, qui a trouvé un énorme manque sur ce type de service dans ses différentes recherches.»...

<< Sommaire
actu.cotetoulouse

Elevated plasma levels of glutamate in children with autism spectrum disorders. - PubMed - NCBI 31/01/2016

«Abstract Excitatory neurotransmitter signaling through glutamate receptors modulates cognitive functions such as memory and learning, which are usually impaired in autism spectrum disorders (ASD). The aim of this study was to assess the clinical significance of plasma glutamate levels in ASD. Fifty-one children diagnosed with ASD, 51 typically developing children, and 51 children with intellectual disability matched for sex and age were assessed for plasma glutamate at admission. Plasma levels of glutamate were measured by liquid chromatography-tandem mass spectrometry and the severity of ASD was evaluated using the Childhood Autism Rating Scale Score. We found that the mean plasma glutamate levels were significantly (P<0.0001) higher in children with ASD compared with healthy controls and intellectual disability controls [36.1 (SD: 8.3) vs. 23.4 (4.2) vs. 24.7 (4.6)µM; P<0.001, respectively]. Levels of glutamate increased with increasing severity of ASD as defined by the Childhood Autism Rating Scale score. Receiver operating characteristics to diagnose ASD showed areas under the curve of glutamate of 0.92 [95% confidence interval (CI), 0.87-0.96], which was superior to high-sensitivity C-reactive protein [0.64 (95% CI, 0.55-0.75), P<0.001] and homocysteine (area under the curve, 0.72; 95% CI, 0.64-0.81; P<0.000). In multivariate logistic regression analysis, glutamate was an independent diagnosis indicator of ASD with an adjusted odds ratio of 1.362 (95% CI, 1.164-1.512; P<0.0001). The present study shows that autistic children had higher plasma levels of glutamate and elevated plasma glutamate levels may play an important role in the pathogenesis of autism. Further larger studies are required to support our findings.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Inclusion des élèves en situation de handicap Revue documentaire Conférence de comparaisons internationales 30/01/2016

«Inclusion des élèves en situation de handicap Revue documentaire Conférence de comparaisons internationales, les 28 - 29 janvier 2016 à Sèvres Inclusion des élèves en situation de handicap Revue documentaire pdf»...

<< Sommaire
ciep

Mise a jour sur la petition News : Audience TGI de Toulouse 17 mars ! + suite medias · 30/01/2016

«30 janv. 2016 ...” Avec plus de 850 signatures, on progresse bien mais nous avons besoin d'en avoir bien plus : alors merci de partager et rediffuser l'info. Nous voulons alerter les adhérents de l'APF pour qu'ils sachent ce qui se passe et leur permettre de se mobiliser en vue de l'AG de juin. Il faut donc que la pétition grossisse. Pour cela,les signatures de toutes les personnes en situation de handicap, de leurs proches et de tous ceux qui les soutiennent sont nécessaires. N'oublions pas que l'APF est un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics et donc ses positions impactent toutes les personnes handicapées : on a besoin de vous tous ! En attendant, une première bonne nouvelle : l'avocat d'Odile MAURIN a obtenu du Président du TGI de Toulouse l'autorisation d'assigner l'Association des Paralysés de France, "à jour fixe", le 17 mars à 14h, reconnaissant ainsi l'urgence de la situation. Copie de la requête et de l'ordonnance sont en cours de délivrance à l'APF. Mme MAURIN demande notamment l'annulation de son exclusion à titre rétroactif, sa réintégration, et 1E symbolique à titre de dommages et intérêts. Réintégration afin de pouvoir défendre avec ses camarades une réforme des statuts de l'APF devant l'AG de juin 2016, pour une APF démocratique, militante et revendicative !»...

<< Sommaire
change

Schizophrenie : les medias vecteurs de stereotypes et de stigmatisation ? 30/01/2016

«Alors qu'elle touche un Français sur 100, la schizophrénie reste largement méconnue et souffre de nombreux stéréotypes. Selon l'étude initiée par l'association PromesseS, du Collectif Schzophrénies, le traitement médiatique de cette maladie dans la presse écrite contribuerait encore à alimenter cette stigmatisation. Schizophrénie : les médias vecteurs de stéréotypes et de stigmatisation ? Le traitement de la schizophrénie dans la presse écrite alimenterait la stigmatisation et les idées fausses sur la maladie. Schizophrénie : une maladie largement méconnue La schizophrénie touche une personne sur 100 dans le monde, toutes cultures et tous milieux confondus. C'est l'une des plus invalidantes des "maladies psychiques" qui sont désormais le 3ème enjeu de santé publique derrière le cancer et les maladies cardiovasculaires. Il s'agit d'une maladie du cerveau, neurobiologique, résultant a priori de l'interaction entre une vulnérabilité génétique et des facteurs environnementaux. Les premiers signes sont variés : repli sur soi, isolement, perte d'intérêt, décrochage scolaire, troubles de l'attention, de la concentration, insomnie...¦ En phase aigue, les symptômes les plus typiques sont le sentiment de déréalisation, les hallucinations, les idées bizarres ou délirantes. La schizophrénie ne doit pas être confondue avec un trouble dissociatif de l'identité. La schizophrénie se déclenche le plus souvent vers 15-16 ans. Dans 60% des cas, la personne atteinte n'a pas conscience de sa maladie. Le diagnostic est très tardif : on note un retard de 5 à 6 ans en moyenne entre les premiers signes et le diagnostic. Le traitement médicamenteux est bénéfique dans 80 % des cas. Un traitement médiatique insuffisant et inadapté A l'occasion du Congrès de l'Encéphale qui s'est tenu à Paris le 20 janvier, l'association PromesseS, publie la première étude jamais réalisée en France sur la représentation de cette maladie dans les médias de la presse écrite. Les résultats sont dramatiques. L'information médicale y est quasi inexistante (terme présent sur 2 038 articles, dont 1% seulement d'articles vraiment dédiés !). L'étude note une corrélation constante du terme avec des idées fausses (violence, dédoublement, absence d'espoir, etc.). Certaines spécificités nationales sont également soulignées : la référence à la maladie concerne avant tout dans les articles culturels (56%) et adopte un mode caricatural. C'est ensuite dans un contexte policier et judiciaire que la pathologie apparait le plus souvent avec une image fausse médicalement (l'accusé est-il réellement malade ? Peut-il être réinséré ?...) et abstraite (sans définition réelle de la maladie). La France se caractérise également par un usage métaphorique débridé, déclinant à l'infini l'image du double, beaucoup plus important que l'usage médical (près de 6 articles sur 10). De plus, les auteurs notent une dérive forte de cet usage métaphorique, vers un sens diamétralement opposé à la réalité médicale : celui de la manipulation. Alors que le patient subit sa maladie et n'en joue pas.»
[...]
« Face à cette singularité française, les auteurs avancent l'hypothèse de l'existence d'un "archétype permettant de tenir la réalité à distance face à une perte de contrôle individuellement angoissante, mais aussi culturellement peu tolérée au pays des Lumières, a fortiori dans un monde à la complexité croissante, et prégnance historique de conceptions "psychanalysantes" archaiques et erronées". »...

<< Sommaire
news.doctissimo

In utero Exposure to β-2-Adrenergic Receptor Agonist Drugs and Risk for Autism Spectrum Disorders | Articles | Pediatrics 29/01/2016

«Abstract OBJECTIVES: The purpose of this study was to investigate associations between use of β-2-adrenergic receptor (B2AR) agonist drugs during pregnancy and risk for autism spectrum disorders (ASD). METHODS: A case-control study was conducted by using Denmark's health and population registers. Among children born between 1997 and 2006, 5200 cases with ASD admission diagnoses and 52000 controls without ASD were identified and individually matched on month and year of birth. Conditional logistic regression models were used to estimate odds ratios (OR) and confidence intervals (CI) for any B2AR agonist exposure during pregnancy, preconception, and by trimester. RESULTS: In total, 3.7% of cases and 2.9% of controls were exposed to B2ARs during pregnancy. Use of B2ARs during pregnancy was associated with increased risk of ASD, even after adjustment for maternal asthma and other covariates (OR: 1.3, 95% CI: 1.1-1.5). The elevated risk was observed with use of B2AR during preconception (OR: 1.3, 95% CI: 1.0-1.6), first trimester (OR: 1.3, 95% CI: 1.1-1.5), second trimester (OR: 1.5, 95% CI: 1.1-1.7), and the third trimester (OR: 1.4, 95% CI: 1.1-1.7). There was some evidence that longer B2AR within-pregnancy use was associated with the increased risk. CONCLUSIONS: B2AR agonist exposure during pregnancy may be associated with an increased risk for ASD. If the effect is real, any intervention must be balanced against benefits of indicated medication use by pregnant women.»...

<< Sommaire
pediatrics.aappublications

Handicap, le travail des enseignants tient du « bricolage heroique » - La Croix 29/01/2016

«La Croix: L'école française est-elle aujourd'hui plus « inclusive » qu'elle ne l'était avant l'adoption de la loi handicap en 2005? Serge Ebersold: Disons qu'elle est inclusive différemment. Cette loi a permis, c'est incontestable, un basculement quantitatif. On scolarise désormais en milieu ordinaire un nombre bien plus important d'élèves reconnus handicapés (1). Pour autant, l'école française n'est pas devenue plus équitable pour l'ensemble des enfants. On a mis l'accent sur l'accès physique à une scolarité ordinaire, en aménageant les locaux, en investissant dans du matériel, en recrutant des auxiliaires de vie scolaire. Mais on n'a pas véritablement donné aux équipes les moyens de penser ces enfants handicapés comme étant avant tout des élèves. L'évaluation les concernant porte sur leurs besoins de « services » et non sur leurs besoins pédagogiques et éducatifs. Par ailleurs, le travail réalisé au quotidien auprès d'eux par les enseignants n'est pas reconnu ni formalisé. Il tient souvent du bricolage héroique. Cette situation ne permet pas de transmettre les compétences acquises à d'autres collègues et futurs collègues. Elle est d'autant plus difficile à vivre que ces professeurs, souvent, se sentent peu épaulés, sinon totalement isolés au sein de leur établissement.»
[...]
« La France est-elle, en termes de scolarisation des enfants handicapés, en retard sur ses voisins? S. E. : Les pays qui sont les plus avancés, notamment les pays scandinaves et anglo-saxons, sont ceux dont le système éducatif conçoit l'établissement à la façon d'une communauté. Les différences, notamment le handicap, y sont plus facilement perçues comme une expression de la diversité humaine et donc considérées comme une source d'enrichissement. A l'inverse, les systèmes comme le nôtre, qui insistent davantage sur l'instruction au sens strict, sur l'enseignement des différentes disciplines, que sur l'éducation au sens large, ont plus de mal à se montrer inclusifs et équitables. La loi de 2005 pose comme principe général la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire. Peut-on dire, avec le recul, que cette stratégie, réclamée de longue date par de nombreux parents, est pertinente? Ne place-t-elle pas certains élèves dans une situation d'échec, sans toujours leur donner la possibilité de rejoindre des instituts spécialisés? S. E. : Il est difficile de valider ou d'invalider cette stratégie, notamment parce qu'on ne s'est pas donné les moyens d'évaluer l'apport des auxiliaires de vie scolaire, la façon dont leur accompagnement permet ou non à l'élève de s'inscrire dans le groupe classe, de s'engager pleinement dans les apprentissages. Une enquête que j'ai réalisée en classe de terminale a montré que cette aide avait permis à seulement 30 % des élèves handicapés de tirer profit des enseignements au même titre que leurs camarades ne présentant pas de déficience. L'augmentation très significative du nombre d'enfants accueillis en milieu ordinaire ne s'est pas accompagnée, dans des proportions similaires, d'une réduction du nombre de places en milieu spécialisé. L'erreur commise consiste plutôt à considérer celui-ci comme une solution de dernier recours quand l'accueil dans les écoles ordinaires s'est soldé par un échec. Au contraire, il faudrait voir en lui une mine de ressources et encourager des synergies qui pour l'heure ont du mal à voir le jour. Il faut dire aussi - et c'est là une spécificité française - que les associations qui gèrent les établissements spécialisés se sont souvent bâties, historiquement, en opposition au système scolaire. Et qu'aujourd'hui encore, de leur part, une certaine méfiance demeure. »...

<< Sommaire
la-croix

La mere d'un petit autiste menacee sur Internet pour avoir scolarise son fils 29/01/2016


«Elodie, la mère d'un petit garçon de 3 ans qui souffre d'autisme, a été prise à partie lors de messages privés sur Facebook. Elle a décidé de créer une page pour dénoncer les menaces et a été largement soutenue par les internautes. Elle a décidé de ne pas se laisser faire. Elodie, maman d'un petit Mathis de 3 ans, a créé une page Facebook pour dénoncer les menaces dont elle a fait l'objet sur le réseau social. Francetv info, qui raconte son histoire, explique que la maman a été prise à partie par une inconnue dans plusieurs messages privés. Son "tort", selon sa détractrice: scolariser son fils, autiste, dans une école classique. "Vous devriez avoir honte de l'avoir mis au monde car il n'est pas normal", écrit une certaine Sandrine. "Comment osez-vous le mettre à l'école normale", continue-t-elle. En effet, Mathis est scolarisé, mais uniquement deux heures par semaine, faute d'assistante de vie scolaire. Or, raconte RMC, le petit garçon ne parle pas et n'est pas propre, ce qui semble avoir agacé la personne qui s'en est pris à Elodie. "Mon fils m'a dit que votre fils avait des couches. Vous n'avez pas honte?", peut-on lire dans des messages partagés plus de 7000 fois sur Twitter.»...

<< Sommaire
lexpress

Payer 25 points de qi pour une copie de gene en moins | EurekAlert! Science News 29/01/2016

«MONTREAL, le 27 janvier 2015 - Aucun autisme n'est pareil. C'est aussi vrai de la plupart des maladies psychiatriques. «Nous comprenons maintenant que chaque mutation génétique a un effet propre, qui s'additionne aux autres pour brosser un portrait unique de la maladie chez chaque patient», déclare le docteur Sébastien Jacquemont, généticien qui reçoit au quotidien des enfants qui lui sont adressés pour évaluation d'un possible diagnostic génétique de troubles psychiatriques comme l'autisme. Pour comprendre cet effet additif, il est nécessaire de quantifier précisément l'effet des mutations qui sont identifiées chez ces patients. «Nous venons par exemple de découvrir qu'une copie en moins d'une région du chromosome 16 fait perdre 25 points de quotient intellectuel à une personne porteuse. Le gain d'une copie de la même région génomique fait perdre environ 16 points. Paradoxalement, même si les patients porteurs présentent un ensemble de symptômes très différents, parfois même aucun symptôme, l'effet particulier de ces deux mutations est, semble-t-il, toujours le même», explique le clinicien-chercheur du CHU Sainte-Justine et professeur à l'Université de Montréal, qui signe avec des collaborateurs internationaux un article dans la réputée revue scientifique JAMA Psychiatry.»...

<< Sommaire
eurekalert

Decret n° 2016-74 du 29 janvier 2016 relatif au diplome d'Etat d'accompagnant educatif et social et modifiant le code de l'action sociale et des familles (partie reglementaire) | Legifrance 29/01/2016

«Décret n° 2016-74 du 29 janvier 2016 relatif au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social et modifiant le code de l'action sociale et des familles (partie réglementaire) NOR: AFSA1521331D ELI: Objet : création d'un diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social. Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication. Notice : ce décret crée un diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, en remplacement du diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale et du diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique. Ce décret fixe les modalités d'organisation de la formation et de délivrance du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social. Il prévoit une période transitoire pendant laquelle les personnes engagées dans un cycle de formation ou de validation des acquis de l'expérience relevant des précédentes dispositions applicables pour l'obtention d'un diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale ou d'aide médico-psychologique peuvent poursuivre leur formation. Références : les dispositions du code de l'action sociale et des familles modifiées par le présent décret peuvent être consultées, dans leur rédaction résultant de cette modification, sur Légifrance (http:/www.legifrance.gouv.fr).»...

Source: http://www.legifrance.gouv.fr | Source Status

<< Sommaire
legifrance.gouv

Isere-Sud | Grenoble : 600 000 euros detournes au prejudice d'associations pour handicapes 29/01/2016

«Un couple de professeurs, enseignant dans deux lycées de l'agglomération grenobloise, ont été mis en examen jeudi pour « abus de confiance » et « blanchiment ». Ces deux quadragénaires sont suspectés de s'être enrichis personnellement en pillant les caisses de deux associations d'aides à des personnes handicapées mentales dont ils avaient la responsabilité. Le montant du préjudice s'élèverait à près de 600 000 euros, détournés en moins de 5 ans.»...

<< Sommaire
ledauphine

Reviens te former ! Un nouveau depart dans la vie 29/01/2016

«Tu as entre 16 et 25 ans, tu es sorti du système scolaire et tu veux reprendre une formation ? Entre ton numéro de téléphone (Exemple : 0623456542) Un(e) conseiller(ère) te rappelle Les conseillers d'orientation vous recontacteront du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h»...

<< Sommaire
reviensteformer.gouv

Des internautes se mobilisent pour la mere d'un enfant autiste insultee sur Facebook 28/01/2016

«Il place les lettres de l'alphabet une à une, avec précision. Mathis, 3 ans et demi, est autiste et Elodie, sa maman, a posté une vidéo de lui sur Facebook, sur une page intitulée "Pour que Mathis ait droit au même respect que les autres enfants". Elle l'a créée mi-janvier, "sur les conseils d'une amie", pour réagir aux insultes dont elle a été victime sur le même réseau social. Fin décembre, cette mère de quatre enfants, qui habite un petit village dans l'Aude, a reçu un message provenant d'une certaine Sandrine : "Bonjour, écrit-elle, je voulais vous dire que vous êtes sans honte de vous afficher comme ça avec votre fils Mathis. Vous devriez avoir honte de l'avoir mis au monde car il n'est pas normal, comment osez-vous le mettre à l'école normale ? Il n'est même pas propre." Ni le maire, ni la gendarmerie ne réagissent Elodie, qui tombe de sa chaise, tente de répondre à l'auteure de ce message, mais n'y parvient pas. "Elle avait du me bloquer ou supprimer sa page Facebook", raconte-t-elle à francetv info. Elle informe tout de suite le directeur de l'école maternelle où Mathis passe seulement deux heures par semaine, faute d'assistante de vie scolaire. "Il a pensé à une histoire de jalousie de la part d'une mère d'élève, car mon fils a été accueilli alors qu'il n'est pas encore propre, contrairement aux autres élèves", indique sa mère. C'est très isolé comme remarque car la majorité des personnes ont un regard bienveillant sur Mathis. Les enfants handicapés ont toute leur place à l'école. Le directeur de l'école où est scolarisé Mathis à francetv info Début janvier, nouvel e-mail : "Je vous ai déjà envoyé un message pour vous avertir que votre fils Mathis n'a pas sa place à l'école normale. Je ne vous avertirai pas plusieurs fois." Elodie retourne voir le directeur d'école qui, au vu du caractère plus menaçant du contenu, lui conseille de porter plainte. Mais à la gendarmerie la plus proche, on lui rétorque que sa plainte n'est pas recevable, "car le message ne contient pas de menaces de mort". L'injure, même dans un cadre privé, est pourtant punie par la loi. Contactée par francetv info, la gendarmerie refuse de communiquer.»...

<< Sommaire
francetvinfo

Fleur Pellerin et Segolene Neuville font le bilan des avancees sur l'accessibilite des personnes handicapees aux arts et a la Culture et renouvellent les ambitions pour 2016-2017 - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales, de la Sante et des Droits des femmes 28/01/2016

«Communiqué de presse de Ségolène Neuville Fleur Pellerin, Ministre de la Culture et de la Communication, et Ségolène Neuville, Secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, auprès de Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales de la Santé et des Droits des femmes, ont présidé, le 27 janvier 2016, la 10ème Commission Nationale Culture-Handicap. Aux côtés des ministres, et d'Etienne Petitmengin, secrétaire général du Comité interministériel du Handicap, la commission a fait le point sur les avancées enregistrées depuis 2014 et notamment :»
[...]
« La poursuite de l'amélioration de l'accessibilité des sites internet des établissements culturels, l'évolution significative du nombre d'établissements sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication dont les bâtiments sont déjà accessibles ; les actions du Centre national du cinéma (CNC) qui a développé des dispositifs de soutien en faveur de l'accessibilité aux oeuvres et aux établissements cinématographiques qui portent leurs fruits ; l'engagement et les moyens renforcés depuis 2012 en faveur des jeunes en situation de handicap a permis qu'ils bénéficient pleinement d'actions d'éducation artistique et culturelle ; L'accès aux écoles d'enseignement supérieur Culture a progressé ; Une mission type du service civique a été élaborée pour permettre à des jeunes valides de favoriser l'accueil des personnes handicapées dans les établissements culturels ; La ministre et la secrétaire d'Etat ont rappelé leur engagement à ce que les établissements culturels se mobilisent pour accueillir en service civique de nombreux jeunes en situation de handicap et proposé que tous les jeunes en service civique bénéficient d'une formation au handicap organisée en lien avec les associations représentatives des personnes handicapées. Enfin, la Ministre de la Culture et de la Communication a rappelé que le projet de loi relatif à la Liberté de création, à l'architecte au patrimoine intègre pleinement la question de l'accès à la culture des personnes handicapées et notamment améliore l'exception handicap aux droits d'auteurs, en incluant dans la définition des publics bénéficiaires les dyslexiques ou dyspraxiques ; ainsi qu'en favorisant la mutualisation des fichiers numériques des oeuvres adaptées aux situations de handicap entre les différentes structures agréées. Fleur Pellerin, et Ségolène Neuville ont surtout renouvelé leurs ambitions pour 2016 et 2017 Priorité à l'accessibilité à l'audiovisuel public France Télévisions s'est engagé en matière d'accessibilité aux programmes télévisuels avec notamment le déploiement, dès juin 2016, d'un lecteur (player) permettant la mise à disposition, sur la télévision connectée, de l'interprétation de certains programmes en langue des signes française, et dès octobre 2016, de accessibilité en langue des signes des journaux d'information de 13h et de 20h. D'autres mesures importantes ont été annoncées : dès qu'un événement justifiera l'interruption des programmes pour la diffusion d'un flash d'info, celui-ci sera traduit en langue des signes ; la future chaine d'information en continu inclura l'accessibilité dans ses missions dès son lancement ; le débat électoral, notamment de l'entre deux tours de l'élection présidentielle de 2017 sera également désormais traduit en langue des signes. Enfin, la direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC), en lien avec la Direction générale des entreprises, mobilisera le secteur professionnel pour que se développe rapidement un décodeur TNT vocalisant. Des nouvelles ambitions en faveur de l'édition adaptée et du numérique Une mission conjointe des inspections de la Culture et de la Communication (IGAC) et des Affaires sociales (IGAS) est lancée en vue d'améliorer les activités d'adaptation des oeuvres tout en rationalisant les moyens et financements publics qui y sont affectés. Par ailleurs, pour faire bénéficier aux personnes handicapées tout le potentiel du numérique, Fleur Pellerin et Ségolène Neuville ont annoncé qu'elles mobiliseraient les acteurs des nouvelles technologies, du handicap et les institutions culturelles dans le cadre d'un Hackathon, « Nouvelles technologies/ Culture/Accessibilité Universelle » et que la thématique « Accessibilité-Handicap » sera inscrite dans l'appel à projet « Service numérique culturel innovant » qui sera lancé courant 2016 par le secrétariat général du ministère de la Culture et de la Communication. S'engager en faveur de la formation des professionnels de la culture L'ensemble des établissements nationaux d'enseignement supérieur d'architecture intègre aujourd'hui un enseignement à l'accessibilité au sein de leurs différents cursus. Une action renforcée sera conduite en formation initiale dans les écoles d'art. Pour développer la formation continue les ateliers de l'accessibilité menée en lien avec les associations représentatives seront pérennisés, de nouveaux guides de la collection Culture Handicap seront publiés en 2016 et des MOOC seront initiés. « L'accessibilité des arts et de la culture aux personnes en situation de handicap est pour moi un enjeu majeur. Comment pourrait-il en être autrement, quand la première ambition que j'ai donnée à mon ministère est de rechercher la participation de tous les Français à la vie culturelle ? Cette ambition ne peut s'atteindre que dans la mesure où la vie culturelle même s'efforce de faire une place à chacun. Dans cette démarche d'inclusion, l'absence d'offre adaptée ne peut donc être la règle : elle ne peut être que l'exception. », a salué Fleur Pellerin. « En proclamant le principe d'accessibilité universelle - c'est à dire le droit accordé à toutes et à tous d'accéder à tout - la loi de 2005 a également ouvert aux personnes handicapées l'espace public dans sa totalité, et ce quel que soit leur handicap. Cela implique d'organiser leur pleine participation à la vie de la Cité. Ce principe se caractérise par l'étendue du champ des possibles qu'il ouvre. L'accès à la culture et à l'information y occupe une place d'une importance toute particulière », a déclaré Ségolène Neuville. »...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Etude sur l'inclusion scolaire des collegiens ayant un TSA - Recherche de participants - CRDRAL 28/01/2016

«Etude sur l'inclusion scolaire des collégiens ayant un TSA - Recherche de participants Détails Publication : 27 janvier 2016 Les membres d'une équipe de recherche de l'Université de Toulouse Jean-Jaurès, spécialisée dans le domaine des troubles du spectre autistique, sollicitent votre aide dans le cadre d'une étude sur la qualité de l'inclusion en milieu scolaire ordinaire des collégiens de 4e et 3e ayant un trouble du spectre autistique (TSA). La recherche porte plus particulièrement sur la perception que l'adolescent avecTSA, ses parents et ses enseignants ont de l'inclusion scolaire au collège. Cette recherche est menée conjointement en France et au Québec. L'objectif est de comprendre quels sont les facteurs (relatifs à l'élève et à l'environnement) qui facilitent ou entravent une inclusion scolaire réussie en s'appuyant sur les expériences des jeunes ayant un TSA qui ont réussi à poursuivre leur scolarisation et les adultes qui les ont accompagnés afin de mettre en place des stratégies efficaces pour ceux qui en sont au début de cette démarche d'inclusion. Sont donc recherchés : des collégiens de 4e ou 3e, ayant un TSA et intégrés à temps plein en classe ordinaire, intéressés pour prendre part à l'étude. Les parents et enseignants sont également invités à participer. Les collégiens seront invités à remplir 2 questionnaires et à participer à un entretien (durée environ 2h) avec le chercheur, entre octobre 2015 et juin 2016. Les parents et les enseignants volontaires seront également amenés à participer à un entretien et à remplir un questionnaire sur l'inclusion scolaire. Pour tout renseignement : recherche.asperger@gmail.com - Tél : 07-50-22-00-15 Lettre d'information à destination des collégiens Lettre d'information à destination des parents»...

<< Sommaire
cralimousin

Formation - Comment travailler avec un eleve autiste en classe ? - Autisme formations en ligne gratuites 28/01/2016

«Comment travailler avec un élève autiste en classe ? Cette formation, animée par Elisabeth BINTZ, est composée de 4 modules et dure un peu moins de 2 heures. Module 1 : Comment installer un élève autiste en classe Module 2 : La construction des compétences langagières chez l'élève avec Troubles Envahissants du Développement Module 3 : L'apprentissage de la lecture pour les élèves avec Troubles envahissants du Développement Module 4 : Enseigner les mathématiques à un enfant avec autisme Accéder à la formation Photo Elisabeth BINTZ Actuellement IEN (Inspectrice de l'Education Nationale) en éducation prioritaire, elle a également occupé les postes d'IEN ASH (Adaptation Scolaire et Handicap), de Conseillère Pédagogique ou encore d'Institutrice Spécialisée. Elle a en 2013 et 2014 écrit 2 ouvrages aux Editions TOM POUSSE : "Scolariser un enfant avec un AVS" et "Scolariser un enfant avec autisme". Pré-requis Cette formation est destinée en priorité aux enseignants, des compétences en matière de pédagogie sont utiles pour une bonne compréhension.»
[...]
« Module 4 : Enseigner les mathématiques à un enfant avec autisme Le contenu d’enseignement La construction du nombre Une progression qui a prouvé son efficacité La chaine numérique Les techniques opératoires La résolution de problème Un guidage La géométrie »...

<< Sommaire
canalautisme

Marvin Minsky's Marvelous Meat Machine ...” 27/01/2016

«There was a great contradiction about Marvin Minsky. As one of the creators of artificial intelligence (with John McCarthy), he believed as early as the 1950s that computers would have human-like cognition. But Marvin himself was an example of an intelligence so bountiful, unpredictable and sublime that not even a million Singularities could conceivably produce a machine with a mind to match his. At the least, it is beyond my imagination to conceive of that happening. But maybe Marvin could imagine it. His imagination respected no borders. Minsky died Sunday night, at 88. His body had been slowing down, but that mind had kept churning. He was more than a pioneering computer scientist...Š...”...Šhe was a guiding light for what intellect itself could do. He was also our Yoda. The entire computer community, which includes all of us, of course, is going to miss him. I first met him in 1982; I had written a story for Rolling Stone about young computer hackers, and it was optioned by Jane Fonda's production company. I traveled to Boston with Fonda's producer, Bruce Gilbert; and Susan Lyne, who had engineered my assignment to begin with. It was my first trip to MIT; my story about been about Stanford hackers. I was dazzled by Minsky, an impish man of clear importance whose every other utterance was a rabbit's hole of profundity and puzzlement. He'd been a professor at MIT since 1958, had invented stuff like the head mounted display, and besides AI, had done pioneering work in neural nets and robotics. But even had he done nothing, the blinding brilliance of his conversation, leavened by the humor of a lighthearted borscht belt comic, would have cemented a legacy. He questioned everything, and his observations were quirky, innovative, and made such perfect sense that you wonder why no one else had thought of them. After a couple of hours with him, your own vision of the world was altered. Only years later did I realize that his everyday Minsky-ness imparted a basic lesson: if you saw the world the way everybody else did, how smart could you really be?»
[...]
«Minsky was a champion of the hackers. When other professors complained about their pranks and other various violations of the rules — including hectoring faculty members whose projects they did not respect — he would stand up for his charges. “I think [the hackers] helped progress by undermining professors with stupid plans,” he told me. While the hackers always called each other by last name, he was always “Marvin” to them. »...

<< Sommaire
medium

Marvin Minsky, pionnier de l'intelligence artificielle, est mort 26/01/2016

«Le test de Turing, qui consiste à voir si une machine peut se faire passer de façon crédible pour un humain ? « Une blague ! » Dans un entretien vidéo mis en ligne en 2013, Marvin Minsky, lui-même prix Turing (1969), qualifiait de plaisanterie ce qui passe souvent pour l'épreuve définitive qui permettrait de qualifier d'intelligent un artefact créé par l'homme. Telle n'était pas l'intention d'Alan Turing, poursuivait le chercheur américain, dans ce blog consacré à la « singularité », ce point où les machines prendront définitivement l'ascendant sur Homo sapiens. L'intelligence, artificielle ou non, ne se laisserait pas enfermer dans un simple test, suggérait Minsky, après avoir passé l'essentiel de sa carrière à tenter d'en saisir l'essence pour la transmettre aux automates - et à constater qu'elle se dérobait en partie à ses efforts. Marvin Minsky, né le 9 aout 1927 à New York, est mort d'une hémorragie cérébrale, dimanche 24 janvier à Boston (Massachusetts). Il est considéré comme l'un des pères de l'intelligence artificielle, mais son éclectisme scientifique l'a aussi conduit à inventer le microscope confocal et à proposer, avec d'autres, un concept de fontaine spatiale qui offrirait un accès permanent à l'espace. Au sortir de la seconde guerre mondiale, où il sert dans la Navy, il entreprend des études de mathématiques à l'université Harvard puis à Princeton, où il soutient sa thèse. Ces années d'apprentissage, racontait-il, le mirent en contact avec de nombreux chercheurs ayant fui l'Europe pendant la montée du nazisme et la guerre, qu'il pouvait croiser sur le campus - tels Albert Einstein ou Kurt Gödel. « Concevoir une discipline nouvelle » Outre ses lectures d'enfance de Jules Verne, de H.G. Wells ou plus tard d'Asimov, qui devaient influencer son choix d'une carrière scientifique - il était aussi excellent pianiste - Minsky citait parmi les ouvrages l'ayant marqué Mathematical Biophysics, de Nicolas Rashevsky (1938). Ce texte devait le mettre sur la voie de la modélisation mathématique de phénomènes biologiques, notamment la façon dont les neurones peuvent apprendre. En 1951, il propose ainsi le stochastic neural analog reinforcement calculator (SNARC), le premier simulateur de réseau neuronal. Pour mieux saisir le fonctionnement des vrais neurones, il entreprend de mettre au point un nouveau type de microscope, dit confocal (1953), dont des versions améliorées sont toujours utilisées dans les laboratoires de biomédecine.»...

<< Sommaire
lemonde

Des chercheurs creent des singes ''autistes'' pour mieux etudier ce trouble du developpement 26/01/2016

«Cette étude pourrait permettre de mieux comprendre les troubles du spectre autistique. Des chercheurs chinois ont modifié l'ADN de huit singes afin de les rendre "autistes", a annoncé la revue scientifique Nature, lundi 25 janvier. Ces animaux sont désormais porteurs d'un gène humain associé à ce trouble envahissant du développement. Les scientifiques de l'Institut des neurosciences de Shanghai ont relevé des comportements évocateurs d'autisme chez les 13 petits macaques étudiés : déplacements en rond à répétition, réactions d'anxiété, ainsi qu'une diminution des interactions sociales avec leurs congénères. Les chercheurs doivent maintenant tenter d'identifier les déficiences du circuit cérébral de ces singes. Vers de nouveaux traitements des symptômes ? Les scientifiques espèrent pouvoir élaborer des stratégies thérapeutiques pour traiter les symptômes de l'autisme, encore méconnu, grâce à cette étude. Ils veulent notamment tester des "techniques d'édition de gène" pour apporter les modifications voulues. Vu la grande diversité de manifestations des troubles autistiques, "l'élaboration d'un modèle animal unique de l'autisme pourrait être difficile à réaliser", selon les chercheurs. L'équipe a précisé que les méthodes employées dans le cadre de l'étude sont conformes aux normes éthiques internationales.»...

<< Sommaire
francetvinfo

Maltraitance dans une maison de retraite : les associations reagissent 24/01/2016

«La Fédération des associations de personnes âgées a réagi à la révélation d'actes de maltraitance de trois jeunes stagiaires envers des résidents d'un établissement de Seine-et-Marne, en dénonçant le manque de personnel d'encadrement dans les maisons de retraite. "Ca parait énorme que des jeunes filles en stage en arrivent à violenter des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer", a réagi Jolle Le Gall, présidente honoraire de la Fédération nationale des associations de personnes âgées et de leurs familles (Fnapaef). Les vidéos des sévices postées sur Internet "Si le personnel de l'établissement, aides-soignants, infirmiers, médecins coordinateurs ne sont pas en capacité de bien encadrer les stagiaires, de prendre du temps pour les former, c'est un véritable problème", a-t-elle poursuivi. "Les moyens dans les EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) sont très largement insuffisants et c'est là le problème", a souligné la représentante d'associations. "Les personnes atteintes de maladies cognitives ont besoin d'un accompagnement social jusqu'à la fin de leur vie et de soins. Il ne faut jamais perdre de vue qu'elles sont atteintes de maladies invalidantes", souligne-t-elle. Trois jeunes filles, âgées de 16 et 17 ans, en stage dans une maison de retraite de Seine-et-Marne, ont été mises en examen vendredi pour violences en réunion avec préméditation, diffusion sur Internet de scènes de violence et atteinte à la vie privée. Elles ont été placées sous contrôle judiciaire. Elles avaient posté sur un réseau social des vidéos "montrant des personnes handicapées ou atteintes de maladies type Alzheimer", dont la violence avait ému leurs camarades de classe, selon la gendarmerie.»...

<< Sommaire
lepoint

Maman de trois enfants autistes, elle se bat devant la justice pour les recuperer 23/01/2016

«Une quarantaine de personnes sont venues ce vendredi soutenir Rachel, une maman de Saint-Marcellin (Isère), dans son combat pour récupérer ses 3 enfants de 4, 6 et 8 ans qui lui été retirés. Pour les associations, cette affaire emblématique montre la méconnaissance des professionnels sur l'autisme. La méconnaissance de l'autisme entraine parfois des injustices. C'est ce qu'étaient venues dire ce vendredi une cinquantaine de personnes de cinq associations iséroises devant le palais de Justice de Grenoble. Elles se sont rassemblées au moment où était jugé en appel le cas de Rachel, une maman de 29 ans, originaire de Saint-Marcellin. Ses trois enfants de 4, 6 et 8 ans, diagnostiqués par des centres spécialisés comme autistes, lui ont été retirés cet été par décision du juge des enfants. Ils ont été séparés et placés par les services d'Aide Sociale à l'Enfance parce qu'elle serait à l'origine de leurs troubles. La situation est compliqué par un contexte de conflit avec le père dont elle est séparée. Elle a fait appel de cette décision et l'affaire était rejugée ce vendredi devant la chambre des mineurs de la Cour d'appel de Grenoble. Nous avons des enfants autistes, nous pourrions tous être des Rachel" (les associations) Pour les associations qui se sont rassemblées devant le palais de Justice pendant l'audience, ce cas qui n'est pas unique est en France est emblématique parce qu'il montre le manque de formation des professionnels de l'enfance et de la santé sur cette maladie. C'est ce que défend Ghislaine Lubard, présidente de l'association Envol Isère Autisme.»...

<< Sommaire
francebleu

Les patients d'une maison de retraite maltraites par des stagiaires 23/01/2016

«Des sources ont rapporté que trois jeunes filles, mineures, en stage dans une maison de retraite de Seine-et-Marne, ont été mises en examen pour avoir violenté des résidents et posté leurs vidéos sur un réseau social. Les stagiaires, âgées de 16 et 17 ans, avaient commencé lundi un "stage d'apprentissage professionnel" dans un établissement pour personnes âgées d'Annet-sur-Marne. Des vidéos postées sur Internet Au début de la semaine, elles ont posté 33 vidéos sur la plateforme Snapchat, "montrant des personnes handicapées ou atteintes de maladies type Alzheimer", selon la gendarmerie. "Emus" par la violence des images, des "camarades" qui avaient visionné les vidéos ont alerté le corps enseignant, qui a retiré les élèves de la maison de retraite et prévenu la direction, a poursuivi la même source. Interpellées par les gendarmes et placées en garde à vue, elles ont été mises en examen vendredi pour violences en réunion avec préméditation, diffusion sur Internet de scènes de violence et atteinte à la vie privée, et placées sous contrôle judiciaire, a détaillé le parquet de Meaux. L'application de photos et de vidéos Snapchat, populaire auprès des adolescents, permet d'envoyer des messages qui disparaissent après quelques secondes.»...

<< Sommaire
lepoint

Une mere d'enfants autistes mis en cause par la justice 22/01/2016

«La cour d'appel de Grenoble examinait ce vendredi la requête d'une mère d'enfants autistes qui demandait l'annulation d'une décision de placement. Depuis Aout, cette mère a été séparée de ces trois enfants par le juge des enfants; on lui reproche d'être responsable de leurs troubles. Les associations appelaient à manifester pour défendre la mère. Un mère d'enfants autistes devant la cour d'appel de Grenoble Un mère d'enfants autistes devant la cour d'appel de Grenoble La mère attendait beaucoup de cette audience pour retouver ses enfants et les voir revenir à la maison. Mais le tribunal a été fortement à charge contre la maman faisant porter contre elle de nombreux soupçons. Le récit de la journée (à huis-clos) a suscité la colère des associations de parents qui avaient appelé à manifester devant le palais de justice. Les associations de parents soutiennent la mère devant le palais de justice L'audience a mis en cause les affirmations de la mère et contesté les certificats médicaux qu'elle a fournis, la mettant en cause à nouveau. "Pourquoi voulez vous avoir des enfants autistes?" Selon Maitre Sophie Janois, « La maman des trois enfants a été mise en accusation. On lui a posé pendant une heure des questions à la barre, en lui demandant pourquoi elle voulait avoir des enfants autistes. Et tout cela avec une sorte de suspicion selon laquelle elle aurait inventée tout cela. Nous avons présenté 35 pièces scientifiques pour démontrer que ces enfants sont autistes. »L'avocat général a préconisé la poursuite du placement avec une séparation de l'ainée en demandant qu'il ne soient plus considérés comme des enfants autistes et qu'ils soient considérés comme des enfants ordinaires. Cette dernière préconisation de la cour d'appel fait bondir l'avocate : « C'est une ineptie absolue dans la mesure ou ces enfants ont besoin d'une prise en charge comme tous les enfants autistes et alors même que l'aide sociale à l'enfance, où ont été placés les enfants, elle même a mis en place cette prise en charge. On continue de nier l'évidence et on continue d'accuser cette mère. »»...

<< Sommaire
vivrefm

«Dans ce dossier, tout le monde nie l'autisme alors qu'on a les diagnostics» - Liberation 22/01/2016

«L'audience en appel d'une mère qui conteste le placement de ses trois enfants autistes se tient ce vendredi à Grenoble. Son avocate dénonce l'aveuglement des services sociaux et de la justice. «Tout le monde nie l'autisme alors qu'on a les diagnostics» L'été dernier, «l'affaire Rachel» surgissait, qui venait illustrer le problème des placements abusifs d'autistes. Cette maman avait du confier ses trois enfants à l'aide sociale à l'enfance, accusée qu'elle était de provoquer délibérément chez eux des troubles du développement. L'un était diagnostiqué autiste et de forts soupçons d'autisme pesaient sur les deux autres. En cause donc, des troubles neurologiques, et non un problème d'éducation, comme nous l'expliquions à l'époque (nous présentions alors Rachel sous un pseudonyme). Rachel avait saisi la justice afin de récupérer ses enfants, mais avait été déboutée en première instance. L'audience en appel se tient ce vendredi matin à Grenoble. Son avocate, Sophie Janois, revient sur les avancées du dossier et ses craintes quant à l'issue de l'audience.»...

<< Sommaire
liberation

Une avancee scientifique majeure dans la comprehension de l'autisme, Pharmacie - Sante 16/01/2016

«Pour la première fois, des scientifiques ont établi un lien entre le comportement autistique et un neurotransmetteur. Il s'agit d'une découverte importante : certains symptômes de l'autisme proviendraient d'une difficulté à assimiler l'acide gamma amino butyrique, abrégé «GABA». C'est en tout cas ce qu'affirment des scientifiques d'Harvard et du MIT dans une étude publiée dans la revue Current Biology . Mais qu'est-ce que le GABA ? Il s'agit du principal neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central. En quelques mots : il empêche les cellules du cerveau de réagir aux informations reçues par les sens. Déluge des sens Et justement, «l'autisme est souvent décrit comme un trouble où toutes les données sensorielles déferlent simultanément», explique Caroline Robertson, la chercheuse principale de cette étude, au site Mother Jones . Là où la majorité des humains peut très simplement faire abstraction de n'importe quel son ou image dans la vie de tous les jours, ceux atteints d'autisme sont inondés par un déluge d'informations sensorielles qui peuvent transformer leur environnement quotidien en une expérience douloureuse.»
[...]
«Le rôle du GABA Pour mener cette étude, les scientifiques ont demandé à un panel de participants de regarder dans une paire de jumelles. A droite, une image, par exemple, un chat ; et à gauche, une autre image, par exemple, une pomme. L’humain est capable de se concentrer sur une image pour délaisser l’autre. Puis inverser. En fait, le neurotransmetteur inhibiteur GABA permet au cerveau de traiter les informations de façon digeste, plutôt que de tout prendre en compte en même temps. Ensuite, des tests d’imagerie cérébrale ont permis de confirmer une hypothèse : plus les participants réussissaient à traiter correctement les deux images différentes, plus ils avaient un taux de GABA élevé. Ce qui fait défaut aux personnes autistes Confrontées à ce test, les personnes autistes ont présenté des difficultés : l’oscillation entre les deux images s’avérait plus lente, et la concentration sur une seule image moins bien dirigée. Ensuite, l’imagerie cérébrale a révélé que les personnes autistes qui étaient meilleures au test, n’avaient pas pour autant un taux de GABA plus élevé que les autres personnes autistes... Ce qui suggère qu’il y a un problème général chez les autistes avec l’assimilation et la gestion de ce neurotransmetteur inhibiteur. « Ce n’est pas qu’il n’y a pas de GABA dans le cerveau » d’une personne autiste, explique Caroline Robertson, « c’est qu’il y a quelque chose de cassé sur son chemin ». L’espoir est grand, car le GABA inhibe toutes les sortes de simulations sensorielles, pas seulement la vue. Donc en théorie, un médicament qui « sécuriserait » le trajet du GABA dans le cerveau pourrait réduire tous les symptômes sensoriels dûs à l’autisme. »...

<< Sommaire
lesechos

Limoges : une enseignante accusee de maltraitance relaxee 15/01/2016

«Les enfants ont raconté avoir été «secoués», traités de «nuls», de «nouille», «d'incapable» voire d'avoir été «giflés», «bousculés», enfermés dans le dortoir plusieurs heures seuls ou dans le «placard aux sorcières». L'ancienne directrice d'école, soupçonnée de violences physiques et morales sur 24 de ses élèves de maternelle âgés de 3 à 5 ans, a été relaxée vendredi par le tribunal correctionnel de Limoges. Le parquet a aussitôt fait appel du jugement. Le 1er décembre, durant une longue audience suivie par une quarantaine de parents d'élèves parties civiles, l'ex-directrice de l'école maternelle de Feytiat, près de Limoges (Haute-Vienne), avait nié l'intégralité des faits qui lui étaient reprochés. Le parquet avait requis un an de prison avec sursis et l'interdiction d'exercer une activité professionnelle ou bénévole auprès de mineurs de 15 ans pendant une période de trois ans.»
[...]
«Le personnel de l'école stupéfait par la relaxe Le tribunal a écarté une partie des faits visés, antérieurs à 2012, considérant que la période était prescrite. Pour la période du 27 février 2012 à début 2015, le tribunal n'a pas suivi le parquet, considérant que les faits ne relevaient pas de violences physiques et morales commises par une personne ayant autorité sur des mineurs de moins de 15 ans pour lesquelles l'enseignante de 49 ans était jugée. Au total, les enquêteurs avaient examiné douze plaintes de parents d'élèves étayées par des témoignages de médecins et de personnels enseignants et techniques ayant travaillé dans l'entourage proche de cette enseignante. L'annonce de la relaxe de la directrice a suscité la stupéfaction du personnel de l'école de Feytiat. «Je ne comprends pas, et en toute franchise je suis écoeuré qu'un tribunal puisse dire qu'il n'est pas grave qu'une directrice d'école persécute des enfants de 3 ans et les enferme dans un placard», a réagi un enseignant proche du dossier »...

<< Sommaire
leparisien

Audition de la France par le Comite droits enfant ONU - Handicap - YouTube 14/01/2016

«Audition de la France les 13-14 janvier 2016 par le Comité des droits de l'enfant, dans le cadre du 5ème rapport périodique de la France. Recommandations du comité : 04 février 2016 Mr Cardona, rapporteur du Comité, pose ses questions à la France Timothée, cité à 4 min25s»...

<< Sommaire
youtube

Yann, ado autiste recherche un stage - 14/01/2016 - La Nouvelle Republique Indre 14/01/2016

«Elève au collège Touvent, Yann est à la recherche d'un stage de découverte d'une semaine en entreprise. Qui veut l'aider? Entouré de sa famille, accompagné au quotidien par Amandine, intervenante Aba, et suivi par Jennifer Couaillez, psychologue, Yann, adolescent autiste de 16 ans, a fait d'énormes progrès. « Yann sait lire, écrire, compter, et suit, depuis cette année, une scolarité à temps complet, au collège Touvent. Grâce aux enseignants, il s'est parfaitement intégré en classe et est devenu la mascotte de ses camarades qui l'ont bien accueilli », raconte sa maman, Fabienne Vedrenne. Tout cela ne s'est pas fait sans mal et ses parents ont du mener bataille pour parvenir à cette intégration. « Son dossier est suivi de près par le ministère de la Santé et petit à petit, les portes s'ouvrent, donnant une chance à Yann de s'intégrer dans la société. » Comme tous les enfants de troisième, Yann doit suivre cette année, trois stages de découverte en entreprise, qui devraient l'aider à s'orienter professionnellement. Deux semaines déjà trouvées, il en manque une ! « Si Yann est de plus en plus autonome et s'il possède un gros potentiel, il a, comme tous les enfants autistes, beaucoup de difficultés à communiquer avec les autres. Il lui faut du temps pour trouver ses repères, souligne sa maman. Nous avons eu la chance de rencontrer M. Paillardeau, responsable de l'entreprise A4Copie, à Châteauroux, qui lui a proposé un premier stage. » Grâce à la fibre sociale, à la pédagogie de cet entrepreneur qui lui a laissé le temps de prendre sa place, Yann a découvert le monde du travail et a pu réaliser des travaux de reprographie. Une première victoire. M. Paillardeau est prêt à le reprendre pour une deuxième semaine de stage, « mais il nous faut trouver une autre entreprise, pour la troisième semaine. Yann n'a pas de problème de compréhension des consignes et peut travailler sur informatique. C'est un gros challenge pour lui comme pour l'entreprise. » Un coup de pouce serait donc le bienvenu. Si vous pensez pouvoir offrir cet environnement de travail, Yann sera le plus heureux des adolescents. Il attend vos propositions.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Un psychologue condamne a trois ans de prison, dont un ferme, pour atteintes sexuelles sur mineurs 13/01/2016

«L'affaire avait éclaté en 2011, à la suite d'une plainte pour agression sexuelle déposée par les parents d'un patient autiste du praticien afp.com/DAMIEN MEYER Thonon-les-Bains (France) - Un psychologue de 32 ans a été condamné mardi à trois ans de prison, dont un an ferme, pour atteintes sexuelles sur mineurs et détention d'images pédopornographiques par le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie). Le prévenu a également été reconnu coupable de corruption de mineur et a été condamné à indemniser cinq de ses jeunes victimes et leurs parents qui s'étaient portés parties civiles. Le tribunal a prononcé une interdiction définitive d'exercer professionnellement ou bénévolement des activités avec des mineurs. Le psychologue sera également inscrit au fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV).»
[...]
« Lors de l'audience, le procureur avait requis 4 ans de prison, dont trois avec sursis. " Ces gamins ont été massacrés ", avait-il lancé. Installé depuis 2007 comme psychologue libéral à Thonon, le prévenu, par ailleurs père de famille, avait également été recruté par le diocèse d'Annecy en tant que psychologue scolaire dans des établissements privés. Son contrat avait été rompu à la suite de sa mise en examen. »...

<< Sommaire
lexpress

L'autisme se cache-t-il dans un pli du cerveau ? 12/01/2016

«Des chercheurs du CNRS, d'Aix-Marseille Université et de l'AP-HM ont identifié un marqueur cérébral spécifique de l'autisme, détectable par IRM et présent dès l'âge de deux ans. L'anomalie repérée consiste en un pli moins profond au niveau de l'aire de Broca, une région du cerveau spécialisée dans le langage et la communication, des fonctions altérées chez les patients atteints d'autisme. Cette découverte pourrait aider au diagnostic et à une prise en charge plus précoces de ces patients. Elle a été rendue possible par les compétences en traitement d'imagerie médicale de l'Institut de neurosciences de la Timone (CNRS/Aix-Marseille Université) et par l'accès à une cohorte de patients homogène, diagnostiqués très jeunes et ayant tous été évalués selon le même protocole au Centre de ressources autisme PACA. Les résultats de leur collaboration sont publiés le 12 janvier 2016 dans la revue Biological Psychiatry: Cognitive Neurosciences and Neuroimaging. Les troubles du spectre autistique sont un ensemble de troubles neurodéveloppementaux (autisme typique, syndrome d'Asperger ou encore trouble envahissant du développement non spécifié) qui affectent principalement les relations sociales et la communication. Ils sont associés à un développement anormal du cerveau. Les données récentes en neuro-imagerie suggèrent notamment l'existence d'anomalies dans le plissement du cortex cérébral (la formation des circonvolutions à la surface du cerveau). Cependant, les mesures classiques de neuro-anatomie avaient échoué, jusqu'à maintenant, à mettre en évidence des marqueurs spécifiques de chacune de ces troubles, et notamment de l'autisme typique. Des chercheurs de l'Institut de neurosciences de la Timone se sont intéressés à un nouveau marqueur géométrique, appelé « sulcal pit ». Il s'agit du point le plus profond de chaque sillon du cortex cérébral. C'est à partir de ces points que se développent les plis présents à la surface du cerveau. Ils sont donc mis en place très tôt au cours du développement, probablement sous influence génétique, ce qui en fait des indicateurs adaptés aux comparaisons entre individus. A partir de résultats d'IRM, les chercheurs ont observé les sulcal pits chez 102 jeunes garçons âgés de 2 à 10 ans, classés en trois groupes (enfants atteints d'autisme typique, enfants atteints de trouble envahissant du développement non spécifié et enfants dépourvus de troubles du spectre autistique). En comparant les trois groupes, ils ont découvert que, dans l'aire de Broca (une région connue pour être impliquée dans le langage et la communication), la profondeur maximale d'un sillon était moindre chez les enfants atteints d'autisme par comparaison aux deux autres groupes. De manière intéressante, cette atrophie très localisée est corrélée aux performances de communication chez le groupe d'enfant autistes : plus le sulcal pit est profond, plus les compétences en termes de production de langage sont limitées. Cette anomalie spécifique aux enfants atteints d'autisme pourrait donc constituer un biomarqueur de la pathologie qui pourrait aider à un diagnostic et à des prises en charge plus précoces, dès l'âge de deux ans. En effet, à l'heure actuelle, l'autisme est diagnostiqué sur la base uniquement de signes cliniques, à partir de l'observation des enfants et d'entretiens avec leurs parents et le diagnostic est posé en moyenne à 4 ans et demi en France. Cette étude a aussi débouché sur une découverte concernant le développement du cerveau. Alors que l'on pensait que le plissement du cortex était achevé à la naissance, les chercheurs ont observé que certains sillons (les plus superficiels) continuent à se creuser avec l'âge. Et ce, de manière identique chez les enfants atteints d'autisme et chez les autres. La recherche biomédicale peut donc également nous éclairer sur la compréhension des mécanismes du vivant.»...

<< Sommaire
www2.cnrs

Hemispheric differences in language processing in autism spectrum disorders: A meta-analysis of neuroimaging studies - Herringshaw - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library 12/01/2016

«Language impairments, a hallmark feature of autism spectrum disorders (ASD), have been related to neuroanatomical and functional abnormalities. Abnormal lateralization of the functional language network, increased reliance on visual processing areas, and increased posterior brain activation have all been reported in ASD and proposed as explanatory models of language difficulties. Nevertheless, inconsistent findings across studies have prevented a comprehensive characterization of the functional language network in ASD. The aim of this study was to quantify common and consistent patterns of brain activation during language processing in ASD and typically developing control (TD) participants using a meta-analytic approach. Activation likelihood estimation (ALE) meta-analysis was used to examine 22 previously published functional Magnetic Resonance Imaging (fMRI)/positron emission tomography studies of language processing (ASD: N=328; TD: N=324). Tasks included in this study addressed semantic processing, sentence comprehension, processing figurative language, and speech production. Within-group analysis showed largely overlapping patterns of language-related activation in ASD and TD groups. However, the ASD participants, relative to TD participants, showed: (1) more right hemisphere activity in core language areas (i.e., superior temporal gyrus and inferior frontal gyrus), particularly in tasks where they had poorer performance accuracy; (2) bilateral MTG hypo-activation across many different paradigms; and (3) increased activation of the left lingual gyrus in tasks where they had intact performance. These findings show that the hypotheses reviewed here address the neural and cognitive aspects of language difficulties in ASD across all tasks only in a limited way. Instead, our findings suggest the nuances of language and brain in ASD in terms of its context-dependency.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Synaptic Wnt/GSK3β Signaling Hub in Autism 12/01/2016

«Abstract Hundreds of genes have been associated with autism spectrum disorders (ASDs) and the interaction of weak and de novo variants derive from distinct autistic phenotypes thus making up the "spectrum." The convergence of these variants in networks of genes associated with synaptic function warrants the study of cell signaling pathways involved in the regulation of the synapse. The Wnt/β
•catenin signaling pathway plays a central role in the development and regulation of the central nervous system and several genes belonging to the cascade have been genetically associated with ASDs. In the present paper, we review basic information regarding the role of Wnt/β
•catenin signaling in excitatory/inhibitory balance (E/I balance) through the regulation of pre- and postsynaptic compartments. Furthermore, we integrate information supporting the role of the glycogen synthase kinase 3β (GSK3β) in the onset/development of ASDs through direct modulation of Wnt/β
•catenin signaling. Finally, given GSK3β activity as key modulator of synaptic plasticity, we explore the potential of this kinase as a therapeutic target for ASD.»...

<< Sommaire
hindawi

Pédagogie de l’inclusion : fondements, définition, défis et perspectives 12/01/2016

«Introduction L'expression « communauté d'apprenantes et d'apprenants » a de plus en plus cours en éducation pour désigner ce que l'on a longtemps appelé « classe » ou « groupe-classe », qu'on définissait et que l'on définit toujours comme un « ensemble d'élèves d'un établissement d'enseignement réunis à partir d'une ou de plusieurs caractéristiques communes ». Or, qu'est-ce qu'une communauté ? Pour reprendre les termes de Scott Peck, une communauté c'est « un groupe qui a appris à transcender ses différences individuelles ». Transcender ses différences ne signifie pas les éliminer, mais bien les intégrer dans la fibre même du tissu communautaire. En plus des caractéristiques d'engagement et de consensus retrouvées dans toute communauté digne de ce nom, il faut rappeler que « la pire ennemie de la communauté est l'exclusion » (Peck (1993, p. 73)). C'est précisément de l'exigence d'ouverture, caractéristique fondamentale de la communauté d'apprenantes et d'apprenants, que nous allons traiter à l'intérieur du présent article. Les motifs d'exclusion pourraient être aussi nombreux que variés : race ou ethnie, classe ou groupe social, religion ou croyances, voire même le sexe des élèves ! La pédagogie de l'inclusion veut plus particulièrement contrer un type d'exclusion, celui qui se base sur les différences ou les particularités de fonctionnement des apprenantes et des apprenants. Parmi les volets complémentaires et interdépendants de la pédagogie actualisante, on trouve celui de la pédagogie de l'inclusion qui « reconnait le droit fondamental de l'élève à l'éducation dans un milieu qui accueille toutes les personnes ». Cette pédagogie de l'inclusion est également conforme à l'article 12 de la Loi sur l'éducation du Nouveau-Brunswick (1997) qui stipule que « dans la mesure du possible et en tenant compte des besoins en éducation de tous les élèves, le directeur général concerné doit placer un élève exceptionnel dans une classe ordinaire pour qu'il y reçoive les services et les programmes d'adaptation scolaire [...]
» nécessaires à son apprentissage. Enfin, la pédagogie de l'inclusion évite, d'une part, les distinctions entre les élèves exceptionnels, les élèves à besoins particuliers ou les élèves en difficulté et, d'autre part, l'ensemble des élèves sans handicap en préconisant « l'accès de tous les élèves aux ressources et aux milieux d'apprentissage les plus favorables à leur développement intégral en tant que personnes » (Université de Moncton (1997, p. 14)). La pédagogie de l'inclusion (inclusive education ou inclusive schools) est sans conteste l'un des sujets de l'heure en éducation. Bien qu'elle progresse lentement un peu partout au Canada, en Amérique du Nord et dans l'ensemble des pays occidentaux, l'intégration scolaire des élèves « handicapés », « à besoins particuliers », « exceptionnels » ou « en difficulté » pave tranquillement la voie à une véritable pédagogie de l'inclusion. A la fin des années 1980, Csapo et Goguen considéraient l'intégration scolaire comme le courant dominant de cette décennie au Canada. On peut maintenant affirmer que les années 1990 ont été marquées au sceau de la pédagogie de l'inclusion. Au Nouveau-Brunswick, cette pédagogie occupe également le devant de la scène depuis plusieurs années, et plus particulièrement depuis l'adoption, en juin 1986, de la nouvelle Loi scolaire qui abrogeait la Loi sur l'enseignement spécial (1957). La nouvelle loi a entrainé une politique d'intégration scolaire qu'on a alors qualifiée d'avant-gardiste au Canada. En effet, cette politique est sans contredit parmi les plus progressistes dans le domaine puisque le fardeau de la preuve pour exclure un élève exceptionnel de la classe ordinaire revient à l'école, qui doit démontrer, hors de tout doute raisonnable et « en tenant compte des besoins en éducation de tous les élèves » [article 12], que l'exclusion, même partielle, constitue la meilleure solution.»
[...]
«Mouvement des droits civiques Simultanément à ce mouvement pour l'intégration sociale des personnes handicapées, on assiste à l'établissement d'écoles et de classe spéciales de plus en plus nombreuses, de plus en plus spécialisées qui s'érigeront en système d'éducation parallèle au système scolaire ordinaire. C'est l'avènement de l'éducation spéciale. Le raisonnement voulant qu'il faut « ségréguer pour maximiser l'efficacité du processus enseignement-apprentissage » finit par s'imposer, et la ségrégation est perçue comme la seule manière de répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves exceptionnels et des autres élèves en difficulté. Certains parents et certains professionnels de l'éducation s'opposeront à cette ségrégation institutionnalisée. Parmi les arguments avancés, on fera remarquer qu'un très haut pourcentage d'élèves fréquentant les classes spéciales pour élèves affichant une déficience intellectuelle légère (Educable Mentally Retarded ou EMR) proviennent de milieux socio-économiques défavorisés ou de groupes ethniques minoritaires. Aux États-Unis, Dunn (1968) estime qu'environ 60 % à 80 % des élèves placés en classes spéciales proviennent de milieux sociaux défavorisés et sont pour une bonne part des enfants noirs, mexicains et portoricains. Bien que tel ne soit pas leur objectif, les classes spéciales entraînent une ségrégation sociale et raciale qui constitue une violation du cinquième amendement de la Constitution américaine. Le mouvement en faveur des droits civiques contestera donc les classes spéciales en soutenant que les groupements homogènes ont tendance à désavantager les enfants lents d'apprentissage et ceux de milieux défavorisés (Dunn (1968)). Plusieurs poursuites judiciaires seront entreprises, et comme le précisait Robichaud en 1978, « il est à noter que toutes les décisions judiciaires ont jusqu'ici favorisé le mouvement d'intégration ». Dix ans plus tard, la tendance semblait se maintenir au Nouveau-Brunswick (p. ex. cas Robichaud et autres contre le Conseil scolaire no 39 de Richibouctou au Nouveau-Brunswick en 1989) . Quintal, pour sa part, souligne l'influence déterminante de ce mouvement en faveur des droits civiques qui, selon elle, aurait pesé beaucoup plus lourd en faveur de l'intégration scolaire que les données empiriques de la recherche : [...]
it is important to appreciate that the trend away from segregated education resulted from social forces based on a growing respect and concern for civil rights. It was not a result of educational decision making supported by a solid research base favoring more regular placements. Mouvement de remise en question de l’efficacité des classes spéciales Un troisième mouvement a contribué à préparer le terrain pour la pédagogie de l'inclusion. Il s'agit de la remise en question de l'efficacité des classes spéciales, ces mêmes classes qui avaient fait l'objet des critiques du mouvement en faveur des droits civiques. Lloyd M. Dunn (1968) fut parmi les premiers spécialistes en éducation spéciale à remettre en question l'efficacité et la pertinence de classes spéciales pour les élèves dits « déficients éducables », en particulier pour les nombreux enfants issus de milieux socialement défavorisés ou de groupes ethniques minoritaires, élèves injustement classés parmi les « déficients » et placés dans ces voies sans issue que deviennent pour eux les classes spéciales. Dans un retentissant article intitulé Special education for the mildly retarded - is much of it justifiable ?, Dunn (1968, p. 5) écrit : J'ai loyalement appuyé et fait la promotion des classes spéciales pour les élèves avec déficience intellectuelle légère tout au long des 20 dernières années, mais avec de plus en plus de réserves. De mon point de vue, la plupart de nos pratiques passées et présentes sont mauvaises, tant sur le plan moral que sur le plan éducatif. La remise en question de Dunn (1968) s'appuie sur quatre arguments, repris et analysés subséquemment par Gottlieb (1981). Après avoir soulevé la question des droits civiques, Dunn met en doute l'efficacité des classes spéciales en ce qui a trait au rendement scolaire des élèves dits « déficients éducables », puis il critique les effets négatifs de l'étiquetage sur les attentes de l'enseignant et sur le concept de soi des enfants classés comme « déficients ». Dunn (1968) conclut par l'analyse des progrès du système scolaire ordinaire qu'il considère apte à individualiser et à adapter ses interventions à cette catégorie d'élèves en difficulté. Le second argument de Dunn (1968), soit l'absence de données empiriques appuyant la supériorité pédagogique du placement en classes spéciales, nous amène à aborder la deuxième catégorie de fondements de la pédagogie de l'inclusion, soit celle des fondements empiriques. Fondements empiriques Nous aborderons les fondements empiriques en deux temps. Tout d'abord, à l'aide des résultats des premières recherches (1932 à 1985), nous tenterons de déterminer l'efficacité pédagogique des classes spéciales par rapport à celle des classes ordinaires. Notre aperçu analytique des fondements empiriques sera suivi d'un essai de synthèse des nombreuses données de la recherche à partir des résultats de trois méta-analyses récentes dans le domaine. Résultats des premières recherches Dans son article de 1968, Dunn rappelle le paradoxe soulevé quelques années plus tôt par Johnson (1962), à savoir que malgré la présence d'enseignantes et d'enseignants spécialement formés, un « ratio » enseignant/élèves nettement moins élevé et davantage de fonds alloués à leur éducation, la performance des élèves de classes spéciales n'est, dans le meilleur des cas, qu'équivalente à celle d'élèves « qui n'avaient pas joui de ces avantages et qu'on avait obligés à demeurer dans les classes ordinaires » (Johnson (1962, p. 66), notre traduction). Gottlieb (1981) appuie cet argument de Dunn (1968) en rappelant que parmi les premières études comparatives entre classes spéciales et classes ordinaires, effectuées entre 1932 et 1965, les résultats de cinq d'entre elles ne démontrent aucune différence significative dans la performance scolaire des deux groupes alors que les cinq autres affichent des résultats supérieurs pour les élèves des classes ordinaires. Des recherches plus récentes sont venues appuyer ces premières données, confirmant l'incapacité des classes spéciales à prouver leur supériorité pédagogique. »...

<< Sommaire
assoreveil

* Low oxytocin and melatonin levels and their possible role in the diagnosis and prognosis in Iraqi autistic children. - PubMed - NCBI 12/01/2016

«OBJECTIVES: To test the possible association between oxytocin and melatonin levels with the severity of social and cognitive dysfunctions, and to study the correlation between these parameters in children with autism. METHODS: A case-control study was carried out in the Department of Chemistry and Biochemistry, College of Medicine, Al-Nahrain University, Baghdad, Iraq. The study was performed on 60 male autistic patients recruited from the Pediatric Department of Al-Sader General Hospital, Baghdad, Iraq between November 2014 and April 2015. The levels of oxytocin and melatonin were measured in the serum of these autistic male patients, and categorized as mild, moderate, and severe (20 patients each), and was compared with 26 age- and gender-matched control subjects. RESULTS: The data indicated that the levels of oxytocin (44.72 ± 36.1 μIU/mL) and melatonin in patients (23.08 ± 10.41 pg/mL) were significantly lower (p less than 0.05) than that of age-matched (102.1 ± 34.31 μIU/mL) and gender-matched controls (53.05 ± 38.38 pg/mL). These parameters were remarkably associated with the severity of the disease that was indicated by the significant decrease in the levels of oxytocin (47 ± 25.47 μIU/mL) and melatonin in moderate (20 ± 6.14 pg/mL), and patients with severe oxytocin (27.92 ± 10.23 μIU/mL) and patients with severe melatonin (21.69 ± 7.02 pg/mL) when compared with mild autistic patients with oxytocin (59.22 ± 27.32 μIU/mL) and melatonin (27.55 ± 14.71 pg/mL). These 2 parameters showed a significant positive correlation with each other in moderate (r=0.513; p=0.021), and severe patients (r=0.598; p=0.005). CONCLUSION: Receiver operating characteristic analysis revealed that oxytocin can be considered as a good diagnostic marker in severe autistic patients while melatonin can be considered as a good diagnostic marker in all autistic subgroups. This study proves the possibility of using oxytocin and melatonin in the diagnosis, and as markers of autism severity.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Pouvoir judiciaire : comment justifier l'exclusion ? 11/01/2016

«Suite du texte du beau-père de Timothée, relatif au pouvoir psychiatrique Il s'agit de tenter de comprendre les fonctionnements qui autorisent en particulier les dispositifs d'exclusion sociale s'exerçant en direction des personnes atteintes d'autisme, en rapportant des analyses théoriques à l'histoire récente vécue par T. et sa mère. exclusion Je crois que c'est bien cela, la fonction de ces psychologues, psychothérapeutes, criminologues, psychanalystes, etc. ; qu'est-ce sinon d'être les agents de l'organisation d'un dispositif disciplinaire qui va se brancher, se précipiter là où se produit une béance dans la souveraineté familiale ? Michel Foucault, Le pouvoir psychiatrique, 1973-74, Seuil-Gallimard, 2003[1] Je terminais avec cette citation en rappel. Les décisions judiciaires se sont enchainées, toujours au détriment de l'insertion de T., adolescnt atteint d'autisme, et à charge contre sa mère, au point que T. est maintenant en IME, sous la garde de son père. Défaite en rase campagne pour les droits fondamentaux de T., on espère provisoire (au moment où j'écrivais cela, on ne savait pas encore que l'IME allait faire conduire T. à l'hôpital psychiatrique par son père, où il subirait un traitement neuroleptique vigoureux, avec contention, visant clairement à casser toute résistance au sort qui lui est fait). Mais il faut comprendre comment on en arrive là, et dire simplement qu'on a eu affaire à un acharnement, à un effet de réseau, cela ne suffit pas, on ne peut que rester en colère, vaine. J'ai repris la lecture de Foucault, encore une fois.»
[...]
«Pour revenir à notre affaire, le dispositif, en tant que technique d’élimination (élimination de T. d’une scolarité ordinaire, et d’une vie commune dans le milieu commun ; mais pas seulement lui, puisque les exemples se multiplient en ce moment de procédures plus ou moins similaires), c’est l’articulation du juridique et du psychiatrique (voir plus haut) ; mais ce dispositif, en tant que technique, doit se comprendre dans le contexte ou le cadre plus large d’une politique, qui est une biopolitique : assurer la régulation d’une population selon une norme. Être dans la norme ou ne pas être, telle est, en somme, la question. Il y a peut-être un pouvoir judiciaire, mais en tant que technique, ou partie d’un dispositif. De fait, le droit en tant que protection de l’individu vis-à-vis du pouvoir, n’est qu’une illusion. Illusion utile et indispensable du point de vue du pouvoir, car elle est censée faire accepter l’état de sujétion de l’individu, accepter l’adaptation à ce type de gouvernementalité (mot de Foucault) qui assigne chacun à sa place dans le corps social. Dans un tel état de fait, aucune attitude critique ne sera tolérée (toujours au sens de Foucault, qui définit ainsi l’attitude critique) : « comment ne pas être gouverné comme cela, par ceux-là, au nom de ces principes-ci, en vue de tels objectifs, et par le moyen de tels procédés, pas comme ça, pas pour ça, pas par eux », in Qu’est-ce que la critique ?, éd. Vrin, 2015, p.37) On avait donc l’articulation du dispositif disciplinaire (régi ici par l’expertise psychiatrique) avec le droit comme système légitimant ; l’ensemble doit être perçu désormais comme s’inscrivant dans une bio-politique de régulation : la norme impose l’exclusion de ce qui n’est pas elle-même, de l’autre (l’anormal, le fou, l’handicapé, etc.) ; comme disait tel fonctionnaire (plus ou moins haut placé) : « cet enfant est trop handicapé pour être scolarisé ». Et l’attitude critique (« comment ne pas être gouverné comme cela… ») conduit celui ou celle qui l’endosse, la mère tout particulièrement dans notre pays de pensée psychanalytique invétérée, à devenir elle-même objet du droit et de son corollaire l’expertise psychiatrique : elle sera taxée d’anormalité (mère excessive, toute-puissante, procédurière, incapable d’entendre les autres, syndrome de Münchhausen, toujours recevable en France, bien que discrédité ailleurs…), et devra en subir les conséquences, en premier lieu l’arrachement de son enfant qu’il s’agit d’éloigner radicalement de ces vibrations mauvaises. »...

<< Sommaire
blogs.lexpress

One year survival of ART and conventional restorations in patients with disability. - PubMed - NCBI 10/01/2016

«Abstract BACKGROUND: Providing restorative treatment for persons with disability may be challenging and has been related to the patient's ability to cope with the anxiety engendered by treatment and to cooperate fully with the demands of the clinical situation. The aim of the present study was to assess the survival rate of ART restorations compared to conventional restorations in people with disability referred for special care dentistry. METHODS: Three treatment protocols were distinguished: ART (hand instruments/high-viscosity glass-ionomer); conventional restorative treatment (rotary instrumentation/resin composite) in the clinic (CRT/clinic) and under general anaesthesia (CRT/GA). Patients were referred for restorative care to a special care centre and treated by one of two specialists. Patients and/or their caregivers were provided with written and verbal information regarding the proposed techniques, and selected the type of treatment they were to receive. Treatment was provided as selected but if this option proved clinically unfeasible one of the alternative techniques was subsequently proposed. Evaluation of restoration survival was performed by two independent trained and calibrated examiners using established ART restoration assessment codes at 6 months and 12 months. The Proportional Hazard model with frailty corrections was applied to calculate survival estimates over a one year period. RESULTS: 66 patients (13.6±7.8 years) with 16 different medical disorders participated. CRT/clinic proved feasible for 5 patients (7.5%), the ART approach for 47 patients (71.2%), and 14 patients received CRT/GA (21.2%). In all, 298 dentine carious lesions were restored in primary and permanent teeth, 182 (ART), 21 (CRT/clinic) and 95 (CRT/GA). The 1-year survival rates and jackknife standard error of ART and CRT restorations were 97.8±1.0% and 90.5±3.2%, respectively (p=0.01). CONCLUSIONS: These short-term results indicate that ART appears to be an effective treatment protocol for treating patients with disability restoratively, many of whom have difficulty coping with the conventional restorative treatment.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Autisme & prise en charge - Autisme formations en ligne gratuites 10/01/2016

«Cette formation est composée de 2 modules :
• Module 1 : L'autisme et les troubles envahissants du développement (Eric Lemonnier) - Module 2 : Troubles du spectre de l'autisme : Recommandations de bonne pratique de la Haute Autorité de Santé (Valérie Caron) Elle propose d'apporter aux participants un éclairage sur ce qu'est l'autisme ainsi que différentes possibilités de prise en charge. Photo Eric LEMONNIER Il exerce comme Praticien Hospitalier et Responsable du Centre Expert Autisme du Limousin au CHU de Limoges depuis 2014. Auparavant, Praticien Hospitalier en charge du Centre Interrégional d'étude et de Ressource sur l'Autisme de Bretagne, Pays de Loire. Il officie également comme membre du conseil scientifique de l'ARAPI (Association pour la Recherche sur l'Autisme et la Prévention des Inadaptations). Auteur de nombreuses publications scientifiques sur l'autisme, il a élaboré et enseigné dans deux DU « Autisme infantile » et « Nouvelles parentalités-nouveaux enfants : un défi pour les professionnels » au CHU de Brest. Photo Valérie CARON Responsable du programme d'intervention précoce intensif en autisme chez Centre Expert Autisme, CHU de Limoges. Auparavant elle était Chargée de cours au Département de psychoéducation de l'UQTR (Université du Québec à Trois-Rivières) où elle dispensait un enseignement baccalauréat en psychoéducation, cours évaluation et intervention précoce, déficience intellectuelle, trouble de spectre de autisme. Pré-requis Aucune connaissance spécifique n'est nécessaire pour suivre cette formation. Plusieurs thématiques seront abordées pendant cette formation Module 1 : L'autisme et les troubles envahissants du développement L'autisme et les TED Altérations qualitatives des interactions sociales réciproques Altérations qualitatives de la communication Caractère restreint, répétitif et stéréotypé des comportements, des intérêts et des activités Pourquoi la question du diagnostic précoce se pose-t-elle? De la clinique.»
[...]
«Module 2 : Troubles du spectre de l’autisme : Recommandations de bonne pratique de la Haute Autorité de Santé Introduction Les principes directeurs ABA L'approche structurée A retenir HAS les interventions non consensuelles et conclusion Accéder à la formation Les outils & moyens pédagogiques - une formation 100% en ligne disponible 24h/24, 7j/7, composée de modules vidéo courts - des supports qui présentent les interactions entre les différents partenaires - des supports en images et des documents - des séquences vidéo de témoignages - des échanges avec les membres de la communauté Canal Autisme Durée Cette formation dure environ 2 heures. Elle est 100% en ligne vous pourrez donc la suivre où vous voulez et quand vous le voulez depuis un ordinateur connecté à Internet ! A votre rythme et en toute tranquillité. »...

<< Sommaire
canalautisme

tarifs de Prestation de Compensation du Handicap appliqués aux services prestataires d'aide à domicile dans chaque département 09/01/2016

«En comparant les tarifs de Prestation de Compensation du Handicap appliqués aux services prestataires d'aide à domicile dans chaque département, le premier baromètre thématique de l'Observatoire national des aides humaines met à jour trois modèles de tarification : tarif unique tarif différencié tarif personnalisé Visuel du baromètre HANDEO'SCOPE Télécharger le baromètre thématique n°1 consacré à la PCH
Source: http://www.handeo.fr | Source Status

<< Sommaire
handeo

Inclure tous les eleves - La librairie des Cahiers pedagogiques 08/01/2016

«Revue n°526 - janvier 2016 Pour les élèves à besoins éducatifs particuliers, l'écart est parfois grand entre ce qui est prescrit et la réalité de leur scolarisation. Ce dossier vise à en pointer les freins et à proposer des leviers à même de faire vivre l'école inclusive refondée. 526-sommaire A partir de : 10,00 E n Utopies, lois et réalités 12 « E t toi, tu relèves de quoi ? » Gwenael Le Guevel 14 Pour une école et une société plus inclusives Isabelle Lardon 16 A l’épreuve de l’école Camille Bonnemberger 18 Le rôle de l’environnement Marc Blin 21 L’école ordinaire et le secteur médicosocial Anna d’Onofrio 22 Le quotidien de deux jeunes enfants étrangers Maria Renata Prado Martin 24 Quelle scolarisation pour les élèves allophones ?»
[...]
«SomMaire n Utopies, lois et réalités 12 « E t toi, tu relèves de quoi ? » Gwenael Le Guevel 14 Pour une école et une société plus inclusives Isabelle Lardon 16 A l’épreuve de l’école Camille Bonnemberger 18 Le rôle de l’environnement Marc Blin 21 L’école ordinaire et le secteur médicosocial Anna d’Onofrio 22 Le quotidien de deux jeunes enfants étrangers Maria Renata Prado Martin 24 Quelle scolarisation pour les élèves allophones ? Tania Bouchet, Valérie Lanier, Corinne Marchand 26 Il sait lire, oui, mais comment ? Patricia Girardet 28 Que disent les élèves de CLIS 1 de leur place dans l’école ? Claire de Saint Martin 30 La double peine Nicole Bouin n Autrement et ailleurs 31 L’ITEP, pour vivre et apprendre ensemble P ierre Lignée 33 L’EIP, un élève à besoins éducatifs particuliers Marie-Josèphe Méline 34 La prise en compte des « dys » au lycée F abrice Pilat, Nathalie Verstraete 36 Enseigner en situation de handicap P asc ale De Moura 38 À Genève, le REP, un outil de l’école inclusive ? Julie Pelhate 40 Les élèves « autrement capables » en Italie P ina Aless i 42 Éduquer pour mieux inclure : l’exemple écossais James Forbes n Comment faire ? 43 La médiation par l’image Vaness a Parent 45 Le « sac d’histoires » M ichèle Elfass y, Julie Portocarrero 47 Différencier pour inclure en EPS Jean-Pierre Garel 49 Enseignante référente Marie-Claude Bock 50 Ulis collège : travailler en équipe Sarah Goupil, Delphine Watrin 52 Accompagnant d’élèves en situation de handicap D ominique Delperdange »...

<< Sommaire
librairie.cahiers-pedagogiques

« On aimerait mieux, souvent, voir l'eleve inclus dans la classe. (...) - Les Cahiers pedagogiques 08/01/2016

«Interview des coordonnatrices, Elisabeth Bussienne et Evelyne Clavier 8 janvier 2016 La loi de refondation de l'école de juillet 2013 a institué l'école inclusive, affirmant l'obligation pour l'institution d'inclure en « milieu ordinaire » les enfants allophones, du voyage, en situation de handicap, intellectuellement précoce. Une scolarisation qui n'est pas encore une évidence pour tous, alors que la démarche a beaucoup à apporter au système et surtout à l'ensemble des élèves. Tour d'horizon du dossier de notre dernier numéro, avec ses coordinatrices. JPEG - 70.5 ko Elisabeth Bussienne et Evelyne Clavier Y a-t-il quelque chose qui vous a particulièrement surprises durant la construction de ce dossier ? EC : Le grand nombre d'articles proposés m'a surprise, ils n'ont pas tous pu être publiés malgré leur intérêt et leur qualité. Il a fallu faire des choix. Il manque toutefois des textes sur le rôle des corps intermédiaires dans la mise en oeuvre de l'école inclusive, celui-ci est juste suggéré par de Delphine Watrin enseignante coordinatrice Ulis dans la fin de son interview. On aurait aimé en savoir plus sur leur travail qui n'est certainement pas aisé et qui demande beaucoup de diplomatie. Il manque aussi un texte sur l'inclusion des enfants issus des familles itinérantes et de voyageurs concernés par la loi de Refondation de l'école. EB : Les propositions d'articles sont venues, pour la plupart, des collègues qui travaillent dans le secteur de l'inclusion ou d'équipes de direction très engagées en ce domaine. Les enseignants qui accueillent les élèves inclus dans leurs classes se sont peu manifestés pour témoigner des outils qu'ils utilisaient ou des difficultés qu'ils vivaient dans cette situation : or quand je vais dans les écoles, on me parle toujours immédiatement de l'élève « à besoin particulier » qui ne peut pas vraiment travailler avec les autres, pour qui il faut faire une deuxième préparation de journée de classe...¯etc, On en parle gentiment, mais comme d'une excuse pour tout ce qui risque de ne pas bien se passer dans la classe : signe que tout n'est pas si simple de ce côté là. Inclure est un peu vécu comme « faire une bonne action dans le domaine professionnel ». Un autre manque : une réflexion de fond sur l'utilité des outils numériques dans une pédagogie inclusive. Est-ce que vous faites le constat que du chemin a été accompli depuis la loi de 2005 et même celle de 2013 ? EC : Oui et c'est tant mieux ! La loi de Refondation de l'école de juillet 2013 a été une étape importante pour les élèves en situation de handicap mais aussi pour les élèves allophones et les élèves intellectuellement précoces. Elle a été source de progrès pour la qualité de leur scolarisation même s'il reste encore à faire. Les enseignants commencent à être mieux formés et à envisager de manière collective, à l'échelle des établissements, l'inclusion des élèves à besoin éducatif particulier qui ne va pas de soi et qui demande changer de pratiques pédagogiques. Loin d'être un poids, ces élèves qui posent question sont peut-être une chance pour l'école, celle de la faire évoluer, et leur présence en milieu scolaire va peut-être aider à la formation d'une citoyenneté ouverte sur l'altérité. EB : La loi a donné droit de cité au secteur de l'ASH à égalité avec le système « normal » (à supposer que ce mot ait un sens), encouragé et libéré les initiatives tant individuelles qu'institutionnelles. C'est bien. Mais pas sur qu'elle ait fait changer le regard majoritairement porté sur les élèves à inclure ! Un regard très humaniste, mais on aimerait mieux, souvent, voir l'élève inclus dans la classe du collègue. Finalement, quel bilan tirez-vous de ce dossier : plutôt optimiste ou pessimiste ? EC : Pour ma part, je trouve que ce dossier témoigne de la vitalité et de l'inventivité de ceux qui réfléchissent et agissent pour l'école inclusive ainsi que de leur engagement pour une école plus démocratique. Il y a donc de l'espoir ! EB : Oui, le dossier est plutôt optimiste ; les auteurs donnent souvent une dimension militante à leur travail, on sent de l'énergie, de l'enthousiasme, derrière des pratiques très professionnelles. Mais on est encore loin de l'inclusion perçue par tous comme un geste professionnel de base.»...

<< Sommaire
cahiers-pedagogiques

Dans le contexte actuel, difficile... - Pour reintegration de Tim, autiste chasse de son college 08/01/2016


«Dans le contexte actuel, difficile d'ajuster le ton, je resterai donc strictement factuelle. Je fus arrêtée et maintenue en prison pendant 5 jours afin d'être présentée à la High Court de Dublin qui m'a remise en liberté sous caution. L'arrestation s'est faite sur la base d'un mandat d'arrêt européen, émis par le substitut du procureur du parquet de Lyon. Dans le premier paragraphe du mandat, il est dit que je dois être arrêtée pour purger une peine de prison (sans autre précision). En droit français, seul le tribunal compétent peut condamner pour la peine de prison, après une mise en examen par le juge d'instruction. Je n'étais ni mise en examen ni condamnée à une peine qui pourrait répondre aux condition d'un mandat d'arrêt européen. Il est également dit que la chambre spéciale des mineurs à statué sur la question d'autorité parentale et a fixé la résidence de mon fils chez son père. Or, seul un Juge aux Affaire Familiales est compétent, en France, pour traiter de la question de la résidence et d'autorité parentale. Je me dispense de qualifier ces "omissions" de la justice lyonnaise. Mon époux fut arrêté et mis en garde à vue pendant 48 heures: mesure exceptionnelle réservée aux crimes les plus graves. Il lui est reproché de me soutenir après mon départ en Irlande et de m'avoir rejointe. Le code civil, quant à lui, stipule que les époux se doivent soutien et assistance mutuelle. Il est interdit d'abord de sortie du territoire, et ensuite autorisé à se rendre en Irlande jusqu'au 31 janvier (délai arrêté arbitrairement). L'article 8 de la déclaration européenne des droits de l'homme interdit l'ingérence de l'Etat dans la vie familiale: mon mari doit être privé de sa famille pour une durée indéterminée sans même être condamné. Mon fils et notre fille commune n'ont pas été placés durant mon arrestation, puisqu'ils ont été accueillis dans des familles amies; néanmoins, ils ont subi un traumatisme profond de cette situation, conjuguée à l'angoisse et à l'inconnu. Timothée, atteint d'autisme, est fortement déstabilisé, son état s'est détérioré suite à ces événements. Le père de Timothée dont la plainte a permis de lancer l'action publique, n'a fait aucune démarche pour le retour de son fils. Il a obtenu la suspension de la pension alimentaire et même réclamé le remboursement d'une, versée "indument" après mon départ. Sans aucun revenu ayant quitté mon travail, je ne reçois donc rien de sa part pour l'éducation et entretien de Timothee. Il a contacté, à plusieurs reprises, les personnes et associations qui défendent les droits de son fils afin de protester, il profère des menaces et diffuse des informations diffamatoires à mon égard: comme le fait que je serait déjà condamnée à un an de prison etc. A son fils, il a envoyé une carte virtuelle de Nol, une semaine après Nol. Le 11 janvier se tiendra une audience de mise en état pour la demande d'extradition à mon encontre. Un délai serait demandé en vue de la préparation de la défense: un nombre important des documents est à traduire. Il est absolument clair et assumé pour moi, que je ne suis aucunement une mère "fugueuse" telle qu'on essaye de me présenter. Je défends les droits de mon fils qui ont été bafoués en France. Si la situation l'exige, le statut du réfugié serait demandé pour lui. J'ai entière confiance dans la justice Irlandaise et tout ce qui est nécessaire, c'est de présenter et clairement expliciter les documents en ma possession. Je remercie encore toutes les personnes qui nous apportent leur soutien actif, sans tomber dans la crainte d'être accusé de "complicité". Et je remercie mes amis irlandais, tous "complices actifs"!»...

<< Sommaire
facebook

Enquête:Haute Autorite de Sante - Troubles du spectre de l'autisme : interventions et parcours de vie chez l'adulte avec autisme 08/01/2016

«Enquête de pratiques L'Anesm et la HAS sont en cours d'élaboration d'une recommandation de bonne pratique intitulée « Troubles du spectre de l'autisme : interventions et parcours de vie chez l'adulte ». Dans le cadre de ce projet, une enquête qualitative est lancée auprès des professionnels exerçant avec des personnes adultes avec autisme, aussi bien en libéral qu'en établissements ou centres de santé et établissements ou services sociaux et médico-sociaux. Cette enquête a pour objectif de recueillir des exemples de pratiques mises en oeuvre, qui seront portées à la connaissance du groupe de pilotage, en complément de l'analyse des articles scientifiques et avis d'auteurs identifiés. Les professionnels sont invités à décrire la ou les pratiques concrètes qu'ils jugent adaptées et dont ils souhaitent faire part au groupe de pilotage de la recommandation. Les thématiques définies dans la note de cadrage forment la trame des questions ouvertes proposées. Les professionnels peuvent répondre à une ou plusieurs thématiques qu'ils souhaitent partager. L'analyse des réponses sera qualitative et non quantitative. > Pour répondre : cliquer ici La date limite de réponse est le 8 février 2016.»...

<< Sommaire
has-sante

Dans le contexte actuel, difficile... - Pour reintegration de Tim, autiste chasse de son college 08/01/2016

«Dans le contexte actuel, difficile d'ajuster le ton, je resterai donc strictement factuelle. Je fus arrêtée et maintenue en prison pendant 5 jours afin d'être présentée à la High Court de Dublin qui m'a remise en liberté sous caution. L'arrestation s'est faite sur la base d'un mandat d'arrêt européen, émis par le substitut du procureur du parquet de Lyon. Dans le premier paragraphe du mandat, il est dit que je dois être arrêtée pour purger une peine de prison (sans autre précision). En droit français, seul le tribunal compétent peut condamner pour la peine de prison, après une mise en examen par le juge d'instruction. Je n'étais ni mise en examen ni condamnée à une peine qui pourrait répondre aux condition d'un mandat d'arrêt européen. Il est également dit que la chambre spéciale des mineurs à statué sur la question d'autorité parentale et a fixé la résidence de mon fils chez son père. Or, seul un Juge aux Affaire Familiales est compétent, en France, pour traiter de la question de la résidence et d'autorité parentale. Je me dispense de qualifier ces "omissions" de la justice lyonnaise. Mon époux fut arrêté et mis en garde à vue pendant 48 heures: mesure exceptionnelle réservée aux crimes les plus graves. Il lui est reproché de me soutenir après mon départ en Irlande et de m'avoir rejointe. Le code civil, quant à lui, stipule que les époux se doivent soutien et assistance mutuelle. Il est interdit d'abord de sortie du territoire, et ensuite autorisé à se rendre en Irlande jusqu'au 31 janvier (délai arrêté arbitrairement). L'article 8 de la déclaration européenne des droits de l'homme interdit l'ingérence de l'Etat dans la vie familiale: mon mari doit être privé de sa famille pour une durée indéterminée sans même être condamné. Mon fils et notre fille commune n'ont pas été placés durant mon arrestation, puisqu'ils ont été accueillis dans des familles amies; néanmoins, ils ont subi un traumatisme profond de cette situation, conjuguée à l'angoisse et à l'inconnu. Timothée, atteint d'autisme, est fortement déstabilisé, son état s'est détérioré suite à ces événements. Le père de Timothée dont la plainte a permis de lancer l'action publique, n'a fait aucune démarche pour le retour de son fils. Il a obtenu la suspension de la pension alimentaire et même réclamé le remboursement d'une, versée "indument" après mon départ. Sans aucun revenu ayant quitté mon travail, je ne reçois donc rien de sa part pour l'éducation et entretien de Timothee. Il a contacté, à plusieurs reprises, les personnes et associations qui défendent les droits de son fils afin de protester, il profère des menaces et diffuse des informations diffamatoires à mon égard: comme le fait que je serait déjà condamnée à un an de prison etc. A son fils, il a envoyé une carte virtuelle de Nol, une semaine après Nol. Le 11 janvier se tiendra une audience de mise en état pour la demande d'extradition à mon encontre. Un délai serait demandé en vue de la préparation de la défense: un nombre important des documents est à traduire. Il est absolument clair et assumé pour moi, que je ne suis aucunement une mère "fugueuse" telle qu'on essaye de me présenter. Je défends les droits de mon fils qui ont été bafoués en France. Si la situation l'exige, le statut du réfugié serait demandé pour lui. J'ai entière confiance dans la justice Irlandaise et tout ce qui est nécessaire, c'est de présenter et clairement expliciter les documents en ma possession. Je remercie encore toutes les personnes qui nous apportent leur soutien actif, sans tomber dans la crainte d'être accusé de "complicité". Et je remercie mes amis irlandais, tous "complices actifs"!»...

<< Sommaire
facebook

Steenvoorde : il poursuit son combat juridique pour son fils, autiste, enleve par sa mere 08/01/2016

«Alors qu'il est toujours sans nouvelles de son fils Nathan, autiste sévère, que sa mère a emmené fin novembre en Espagne, Renaud Dominois poursuit ses démarches auprès de la justice. C'est son conseil, Maitre Cattoir qui a indiqué avoir saisi hier le juge des tutelles : « On a entrepris la seule chose qui restait à faire sur le plan civil, à savoir une action en protection des jeunes majeurs. » Toutefois, l'avocat bailleulois indique que cette procédure qu'il considère particulièrement adaptée au cas de Nathan doit encore attendre la publication d'un décret de loi pour être applicable. Dans l'attente, une tutelle ou une habilitation judiciaire pourrait être décidée. « Des risques » Selon Me Cattoir, la mère de Nathan « s'est permis d'arrêter le traitement médical et cela semble grave, les conséquences peuvent être dramatiques. Quand un autiste est privé de soin, il peut y avoir des risques ». Par ailleurs, « sur le plan pénal, j'ai saisi le procureur de la République pour demander une audience avec mon client ». L'avocat évoque ses « craintes sur les capacités de la mère à assumer un jeune autiste après avoir vu son compte Facebook ». Si Me Cattoir ne parle pas de violences directes, il évoque un enlèvement puisque, selon lui, « Nathan ne peut pas avoir exprimé un consentement pour partir en Espagne ». Et Me Cattoir de conclure : « Je suis d'abord un père de famille qui réagit et après, je suis un avocat. » Pour la mère de Nathan Elle assure prendre soin de lui, en Andalousie. Nathan « est heureux », un éducateur vient s'en occuper. Elle estime qu' « il bénéficie des meilleurs soins»...

<< Sommaire
lavoixdunord

Steenvoorde : la maman qui a enleve son enfant autiste nous a telephone depuis l'Espagne 08/01/2016

«Elle est recherchée depuis fin novembre pour avoir enlevé son fils Nathan, autiste sévère, devenu majeur quelques jours plus tard, le 8 décembre. Cette mère de 56 ans nous explique, par téléphone, qu’elle l’a emmené en Andalousie et nous affirme qu’il se porte bien. Nathan, majeur depuis le 8 décembre, était suivi à l’institut médico-éducatif de Saint-Jans-Cappel. « Mon fils va bien, il est content, il ne manque de rien. Il reprend une vie normale car il n’est plus enfermé comme à La Sapinière », estime cette mère de 56 ans, recherchée pour avoir enlevé Nathan, son fils autiste sévère, dont le père vit à Steenvoorde. La Sapinière, c’est l’institut médico-éducatif de Saint-Jans-Cappel, où elle ne l’a pas ramené comme prévu le lundi 30 novembre, à l’issue d’un droit de garde le week-end précédent. La première fois qu’elle pouvait garder son fils sans la présence d’un tiers... Elle a aussitôt quitté le pays et pris la direction de l’Espagne avec lui.»
[...]
« Ce lundi matin, cette professeur de français et de latin retraitée nous a appelés à la rédaction d’Hazebrouck, depuis son téléphone portable. Elle accepte de nous donner quelques précisions sur l’endroit où elle se trouve exactement : « J’ai loué une très belle maison en Andalousie, avec trois chambres, un grand jardin, une piscine. » Un témoignage surréaliste. Quand nous lui demandons si elle se rend compte qu’elle est recherchée par la police, qu’une enquête a été ouverte pour enlèvement, elle nous rétorque : « Recherchée, oui et non, estime-t-elle. Mon fils a eu 18 ans le 8 décembre. Légalement, une fois majeur, il devait décider avec qui il voulait vivre, son père ou sa mère. » Nathan ne pouvait évidemment pas décider. Selon elle, il possède le développement mental « d’un enfant de 2 ans. Mais la loi ne dit rien dans ces cas-là, il y a un vide juridique », dit celle qui semble au fait de la chose juridique. Alors elle a choisi pour Nathan. Un acte prémédité ? Son acte était donc prémédité ? Celle qui répond au prénom de Sophie nous glisse entre les lignes que... oui : « J’avais prévu pour ma retraite d’aller vivre en Espagne, où le coût de la vie est moins élevé. Je regardais déjà les maisons. Et quelques jours avant mon départ, j’ai consulté un avocat qui m’a dit que c’était au premier qui prenait Nathan... Bien sûr, ce n’était pas dans ces termes-là, mais c’est ce que cela voulait dire. » Sous-entendu, selon ses dires : le premier du père ou de la mère qui met la main sur leur fils le garde. « Si les autorités me trouvent ? Mon fils n’est pas sous tutelle, il est majeur, ce qui est valable en France est valable ici », répète-t-elle. Nous nous apercevons au fil de la conversation téléphonique, qui a duré vingt bonnes minutes, qu’elle est – c’est en tout cas ce qu’elle nous affirme –, en lien avec plusieurs avocats, du Nord et d’ailleurs. Notamment parce qu’elle cherchait à récupérer depuis des années la garde de Nathan. Comme le rappelle Éric Fouard, procureur de la République : « Elle n’avait pas eu la garde de l’enfant et ça, c’est rarissime... » Celle qui décrit le père de Nathan, son ex-mari, comme un individu néfaste, estime, elle, qu’elle « a sauvé Nathan ». Nathan prend moins de médicaments... Lorsque nous demandons à cette femme des nouvelles précises de Nathan, elle explique qu’ « il est heureux » en Espagne, qu’un éducateur vient s’en occuper « chaque matin sauf le dimanche ». Elle poursuit : « Il bénéficie des meilleurs soins. En France, il prend 11 neuroleptiques et psychotropes par jour. On a pu réduire de moitié ici, grâce à un autre traitement. » Selon cette maman, Nathan prend trop de médicaments. »...

<< Sommaire
lavoixdunord

Autisme : la piste du desequilibre hormonal 07/01/2016

«Des médecins suédois mettent en avant une cause hormonale susceptible d'expliquer certains cas d'autisme ou de troubles apparentés. Ce risque serait plus élevé chez les enfants nés de femmes souffrant d'un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Le Dr Kyriaki Kosidou et ses collègues du Karolinska Institutet de Solna (Suède) ont travaillé sur les bases de données nationales concernant la population et la santé. Leur étude a porté sur tous les enfants de 4 à 17 ans, nés entre 1984 et 2007. Ils en ont « extrait » 24 000 atteints de troubles du spectre autistique. « Nous avons découvert que le risque de développer des troubles de cet ordre était plus élevé de 59% chez les enfants dont la mère souffrait de SOPK », souligne Kyriaki Kosidou. Il s'agit de la plus fréquente des maladies endocriniennes de la femme jeune. Elle frapperait plus de 5% des femmes en âge de procréer et expliquerait plus de 70% des infertilités par anovulation. C'est-à-dire par absence d'ovulation. Le développement de ce syndrome serait particulièrement lié à la présence d'un taux ovarien élevé d'androgènes - les hormones mâles - lors de la grossesse.»...

<< Sommaire
ladepeche

Accompagnants d'eleves, un statut toujours « precaire » 07/01/2016

«Les accompagnants d'élèves en situation de handicap attendent de véritables perspectives d'avenir. Ce mercredi, ils ont obtenu quelques réponses...¦ Ils sont 1 200 personnels accompagnant les élèves en situation de handicap dans l'académie de Nantes, dont environ 300 équivalents temps plein. Ceux qui réclament une « vraie reconnaissance de leur statut » ont été reçus ce mercredi par l'inspectrice d'académie, à La Roche-sur-Yon. Missions, CDisation, formation, défraiements...¦ Toutes les questions ont été mises sur le tapis par un collectif qui s'est créé pour faire valoir les droits des accompagnants. « Car cette fonction regroupe plusieurs statuts plus ou moins précaires », selon Véronique Gorce du syndicat Sud Education. Citons l'AESH (Accompagnant d'élève en situation de handicap) en vogue depuis le décret de juillet 2014. « On nous a confirmé que l'AESH est soumis à des contraintes budgétaires, le nombre de poste reste donc très limité », déplore Véronique Gorce. Tous espéraient une amélioration avec l'arrivée de l'AESH...¦ « Au contraire, on a vu la précarité s'accentuer. » Certains accompagnants suivent plusieurs enfants dans différentes écoles, « rien n'est envisagé en terme de défraiement ». Leur quota horaire peut varier d'une année sur l'autre. Impossible de se projeter. Salaire moyen : 700 E. Autre point essentiel abordé avec l'inspectrice d'académie : la définition précise des fonctions des accompagnants. « Ils sont en train de réfléchir à un protocole déterminant leurs missions et obligations. On est enfin sur la bonne voie », espère Véronique Gorce. Ce mercredi, le collectif a obtenu des réponses « mais qui ne sont pas toutes satisfaisantes. Le but des accompagnants est de pourvoir accéder à un CDI, d'entrer dans un processus avec des perspectives d'avenir. Ce n'est pas encore le cas ». Contact : collectif.aesh-cui.85@laposte.net»...

<< Sommaire
ouest-france

Hillary Clinton Proposing New Focus on Autism 05/01/2016

«DES MOINES, Iowa...”Democratic presidential front-runner Hillary Clinton is proposing a new focus on autism, the latest targeted policy proposal from her campaign. The plan, released Tuesday, aims to increase screening, improve treatment, bolster research and expand employment and housing opportunities for people with the condition. More than 3.5 million Americans are believed to have an autism spectrum disorder. Mrs. Clinton planned to discuss her ideas at a town-hall meeting Tuesday in Sioux City, Iowa. Her plan would encourage states to require that private insurers cover autism services. Some states don't require insurers who sell plans on their state exchanges to cover certain autism services, or they cap the number of services allowed. Mrs. Clinton's plan aims to close those gaps. She also is proposing a national outreach campaign to encourage early screening, and she said she would support legislation to ban use of mechanical and chemical restraints. She also promises an initiative to help students with autism transition out of school and into the workforce. Mrs. Clinton cast her proposal as one of the things she wants to do to help families with problems that affect their everyday lives. "I want more screening so we can find out earlier if there's a problem. I want to make sure insurance companies cover the services families need," she said Tuesday at an event in Osage, Iowa. "We need more services. We need more support."»...

<< Sommaire
wsj

The role of oxytocin in parenting and as augmentative pharmacotherapy; critical issues and bold conjectures - van IJzendoorn - Journal of Neuroendocrinology - Wiley Online Library 05/01/2016

«Abstract Despite the sometimes heated debate about the validity of human oxytocin studies, experimental oxytocin research with intranasal administration is a growing field with promising preliminary findings. The effects of intranasally administered oxytocin compared to placebo on brain neural activity has been supported in animal studies and in human studies of neural resting state. In several studies oxytocin sniffs have been shown to lead to down-regulation of amygdala activation in response to infant attachment vocalizations. Meta-analytic evidence shows that oxytocin enhances the salience of (emotional) stimuli, lowers stress and arousal, and elevates empathic concern and tender care in particular for offspring and in-group members. Less firm evidence points at amnestic effects of oxytocin. We also note that the average effect sizes of oxytocin experiments are small to modest and that most studies include a small number of subjects and thus are seriously underpowered, which implies a high risk for publication bias and non-replicability. Nevertheless, we argue that the power of within-subjects experiments with oxytocin have been underestimated. Much more work is however needed to create a firm knowledge base of the neural and behavioral effects of oxytocin. Human oxytocin research is still taking place in the context of discovery, in which bold conjectures are being generated. In the context of justification these conjectures should subsequently be subjected to stringent attempts at refutations before we jump to theoretical or clinical conclusions. For this context of justification we propose a multisite multiple replications project on the social stimuli salience enhancing effect of oxytocin. Clinical application of oxytocin is premature. Meta-analytically the use of oxytocin in clinical groups tends to show only effectiveness in changing symptomatology in individuals with autism spectrum disorders, but even then it is not yet a validated therapy and its use is premature as safety and long-term side-effects have not been sufficiently studied, in particular in children.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Targeting voltage-gated calcium channels in neurological and psychiatric diseases. - PubMed - NCBI 05/01/2016

«Abstract Voltage-gated calcium channels are important regulators of brain, heart and muscle functions, and their dysfunction can give rise to pathophysiological conditions ranging from cardiovascular disorders to neurological and psychiatric conditions such as epilepsy, pain and autism. In the nervous system, calcium channel blockers have been used successfully to treat absence seizures, and are emerging as potential therapeutic avenues for pathologies such as pain, Parkinson disease, addiction and anxiety. This Review provides an overview of calcium channels as drug targets for nervous system disorders, and discusses potential challenges and opportunities for the development of new clinically effective calcium channel inhibitors.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

The autism-associated MET receptor tyrosine kinase engages early neuronal growth mechanism and controls glutamatergic circuits development in the forebrain : Molecular Psychiatry 05/01/2016

«The human MET gene imparts a replicated risk for autism spectrum disorder (ASD), and is implicated in the structural and functional integrity of brain. MET encodes a receptor tyrosine kinase, MET, which has a pleiotropic role in embryogenesis and modifies a large number of neurodevelopmental events. Very little is known, however, on how MET signaling engages distinct cellular events to collectively affect brain development in ASD-relevant disease domains. Here, we show that MET protein expression is dynamically regulated and compartmentalized in developing neurons. MET is heavily expressed in neuronal growth cones at early developmental stages and its activation engages small GTPase Cdc42 to promote neuronal growth, dendritic arborization and spine formation. Genetic ablation of MET signaling in mouse dorsal pallium leads to altered neuronal morphology indicative of early functional maturation. In contrast, prolonged activation of MET represses the formation and functional maturation of glutamatergic synapses. Moreover, manipulating MET signaling levels in vivo in the developing prefrontal projection neurons disrupts the local circuit connectivity made onto these neurons. Therefore, normal time-delimited MET signaling is critical in regulating the timing of neuronal growth, glutamatergic synapse maturation and cortical circuit function. Dysregulated MET signaling may lead to pathological changes in forebrain maturation and connectivity, and thus contribute to the emergence of neurological symptoms associated with ASD.»...

<< Sommaire
nature

The psychophysiological impact of childhood autism spectrum disorder on siblings. - PubMed - NCBI 01/01/2016

«Abstract OBJECTIVE: The negative impact of caring for a child with autism spectrum disorder (ASD) on parents' psychophysiological functioning has been widely evidenced. However, siblings, who also face emotional, social and physical challenges associated with having a brother/sister with ASD, have been less widely studied. This study examined the psychophysiological impact of childhood ASD on siblings. METHODS: A sample of 25 siblings of children with ASD (and their mothers) and a control group of 20 siblings of neuro-typical children (and their mothers) completed questionnaires assessing: (a) demographic and lifestyle information, (b) family characteristics, (c) child behaviour problems, (d) social support and (e) depressive symptomology. Saliva samples were collected at several time points on two consecutive days, and estimates of the cortisol awakening response (CAR), diurnal cortisol slope and mean diurnal cortisol output were derived. RESULTS: Total depressive symptoms were higher in siblings of children with ASD compared with controls. Group differences with respect to depressive symptomology were driven more by emotional than functional problems. With respect to physiological functioning, groups were comparable on all cortisol indices. In siblings of children with ASD, social support, especially from parents and close friends, predicted total depressive symptoms, as did the behaviour problems of their brother/sister with ASD. CONCLUSION: Siblings of children with ASD experience greater emotional problems and overall depressive symptoms compared with a control group. Interventions that enhance social support, as well as helping siblings better understand the behaviour problems of their brother/sister with ASD, might be effective for alleviating depressive symptoms.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Auditory encoding abnormalities in children with autism spectrum disorder suggest delayed development of auditory cortex. - PubMed - NCBI 01/01/2016

«Abstract BACKGROUND: Findings of auditory abnormalities in children with autism spectrum disorder (ASD) include delayed superior temporal gyrus auditory responses, pre- and post-stimulus superior temporal gyrus (STG) auditory oscillatory abnormalities, and atypical hemispheric lateralization. These abnormalities are likely associated with abnormal brain maturation. To better understand changes in brain activity as a function of age, the present study investigated associations between age and STG auditory time-domain and time-frequency neural activity. METHODS: While 306-channel magnetoencephalography (MEG) data were recorded, 500- and 1000-Hz tones of 300-ms duration were binaurally presented. Evaluable data were obtained from 63 typically developing children (TDC) (6 to 14 years old) and 52 children with ASD (6 to 14 years old). T1-weighted structural MRI was obtained, and a source model created using single dipoles anatomically constrained to each participant's left and right STG. Using this source model, left and right 50-ms (M50), 100-ms (M100), and 200-ms (M200) time-domain and time-frequency measures (total power (TP) and inter-trial coherence (ITC)) were obtained. RESULTS: Paired t tests showed a right STG M100 latency delay in ASD versus TDC (significant for right 500 Hz and marginally significant for right 1000 Hz). In the left and right STG, time-frequency analyses showed a greater pre- to post-stimulus increase in 4- to 16-Hz TP for both tones in ASD versus TDC after 150 ms. In the right STG, greater post-stimulus 4- to 16-Hz ITC for both tones was observed in TDC versus ASD after 200 ms. Analyses of age effects suggested M200 group differences that were due to a maturational delay in ASD, with left and right M200 decreasing with age in TDC but significantly less so in ASD. Additional evidence indicating delayed maturation of auditory cortex in ASD included atypical hemispheric functional asymmetries, including a right versus left M100 latency advantage in TDC but not ASD, and a stronger left than right M50 response in TDC but not ASD. CONCLUSIONS: Present findings indicated maturational abnormalities in the development of primary/secondary auditory areas in children with ASD. It is hypothesized that a longitudinal investigation of the maturation of auditory network activity will indicate delayed development of each component of the auditory processing system in ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Improvement by methylphenidate and atomoxetine of social interaction deficits and recognition memory impairment in a mouse model of valproic acid-induced autism - Hara - 2015 - Autism Research - Wiley Online Library 31/12/2015

«Abstract Rodents exposed prenatally to valproic acid (VPA) show autism-related behavioral abnormalities. We recently found that prenatal VPA exposure causes a reduction of dopaminergic activity in the prefrontal cortex of male, but not female, mice. This suggests that reduced prefrontal dopaminergic activity is associated with behavioral abnormalities in VPA-treated mice. In the present study, we examined whether the attention deficit/hyperactivity disorder drugs methylphenidate and atomoxetine (which increase dopamine release in the prefrontal cortex, but not striatum, in mice) could alleviate the behavioral abnormalities and changes in dendritic spine morphology induced by prenatal VPA exposure. We found that methylphenidate and atomoxetine increased prefrontal dopamine and noradrenaline release in VPA-treated mice. Acute treatment with methylphenidate or atomoxetine did not alleviate the social interaction deficits or recognition memory impairment in VPA-treated mice, while chronic treatment for 2 weeks did. Methylphenidate or atomoxetine for 2 weeks also improved the prenatal VPA-induced decrease in dendritic spine density in the prefrontal cortex. The effects of these drugs on behaviors and dendritic spine morphology were antagonized by concomitant treatment with the dopamine-D1 receptor antagonist SCH39166 or the dopamine-D2 receptor antagonist raclopride, but not by the α2-adrenoceptor antagonist idazoxan. These findings suggest that chronic treatment with methylphenidate or atomoxetine improves abnormal behaviors and diminishes the reduction in spine density in VPA-treated mice via a prefrontal dopaminergic system-dependent mechanism»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Oxytocin in General Anxiety and Social Fear: A Translational Approach 28/12/2015

«Abstract The neuropeptide oxytocin (OXT) has been revealed as a profound anxiolytic and antistress factor of the brain, besides its many prosocial and reproductive effects. Therefore, there is substantial scientific and medical interest in its potential therapeutic use for the treatment of psychopathologies associated with anxiety, fear, and social dysfunctions, such as generalized anxiety disorder, posttraumatic stress disorder, and social anxiety disorder, as well as autism and schizophrenia, among others. Focusing on preclinical studies, we review the existing evidence for the regulatory capacity of OXT to fine-tune general and social anxiety-related behaviors, as well as cued and social fear conditioning from a translational perspective. The available evidence from animal and human studies substantiates the hypothesis of an imbalance of the endogenous brain OXT system in the etiology of anxiety disorders, particularly those with a social component such as social anxiety disorder. In addition, such an imbalance of the OXT system is also likely to be the consequence of chronic OXT treatment resulting in a dose-dependent reduction in OXT receptor availability and increased anxiety.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Neuroenhancement of Memory for Children with Autism by a Mind-Body Exercise. - PubMed - NCBI 28/12/2015

«Abstract The memory deficits found in individuals with autism spectrum disorder (ASD) may be caused by the lack of an effective strategy to aid memory. The executive control of memory processing is mediated largely by the timely coupling between frontal and posterior brain regions. The present study aimed to explore the potential effect of a Chinese mind-body exercise, namely Nei Gong, for enhancing learning and memory in children with ASD, and the possible neural basis of the improvement. Sixty-six children with ASD were randomly assigned to groups receiving Nei Gong training (NGT), progressive muscle relaxation (PMR) training, or no training for 1 month. Before and after training, the participants were tested individually on a computerized visual memory task while EEG signals were acquired during the memory encoding phase. Children in the NGT group demonstrated significantly enhanced memory performance and more effective use of a memory strategy, which was not observed in the other two groups. Furthermore, the improved memory after NGT was consistent with findings of elevated EEG theta coherence between frontal and posterior brain regions, a measure of functional coupling. The scalp EEG signals were localized by the standardized low resolution brain electromagnetic tomography method and found to originate from a neural network that promotes effective memory processing, including the prefrontal cortex, the parietal cortex, and the medial and inferior temporal cortex. This alteration in neural processing was not found in children receiving PMR or in those who received no training. The present findings suggest that the mind-body exercise program may have the potential effect on modulating neural functional connectivity underlying memory processing and hence enhance memory functions in individuals with autism.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

How do we create ASD-friendly schools? A dilemma of placement - Goodall - 2015 - Support for Learning - Wiley Online Library 27/12/2015

«Scope exists within the Northern Ireland (NI) education system to transform mainstream schools into autistic spectrum disorder (ASD)-friendly environments. The efficacy of mainstream inclusion is discussed prior to discussing the creation of ASD-friendly schools. The transformation of mainstream school environments is underpinned by concepts such as inclusive pedagogical approach, universal design for learning and learning without limits. These are discussed alongside strategies to enact core inclusive principles of equity, participation and belonging. However, the need for ASD-specific approaches and schools is also recognised. Our perspectives as educators influence pedagogy, attitudes and approaches to educating autistic children. A social constructivist consciousness is fundamental to moving from deficit SEN rhetoric to creating enabling education for autistic young people. The question of how to achieve this is answered within this article. The use of identity-first language is preferred by a large proportion of the autism community; therefore the term ...˜autistic child', rather than ...˜child with autism', is adopted throughout.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Reorganization of functionally connected brain subnetworks in high-functioning autism - Glerean - 2015 - Human Brain Mapping - Wiley Online Library 25/12/2015

«Abstract Previous functional connectivity studies have found both hypo- and hyper-connectivity in brains of individuals having autism spectrum disorder (ASD). Here we studied abnormalities in functional brain subnetworks in high-functioning individuals with ASD during free viewing of a movie containing social cues and interactions. Twenty-six subjects (13 with ASD) watched a 68-min movie during functional magnetic resonance imaging. For each subject, we computed Pearson's correlation between haemodynamic time-courses of each pair of 6-mm isotropic voxels. From the whole-brain functional networks, we derived individual and group-level subnetworks using graph theory. Scaled inclusivity was then calculated between all subject pairs to estimate intersubject similarity of connectivity structure of each subnetwork. Additional 54 individuals (27 with ASD) from the ABIDE resting-state database were included to test the reproducibility of the results. Between-group differences were observed in the composition of default-mode and ventro-temporal-limbic (VTL) subnetworks. The VTL subnetwork included amygdala, striatum, thalamus, parahippocampal, fusiform, and inferior temporal gyri. Further, VTL subnetwork similarity between subject pairs correlated significantly with similarity of symptom gravity measured with autism quotient. This correlation was observed also within the controls, and in the reproducibility dataset with ADI-R and ADOS scores. Our results highlight how the reorganization of functional subnetworks in individuals with ASD clarifies the mixture of hypo- and hyper-connectivity findings. Importantly, only the functional organization of the VTL subnetwork emerges as a marker of inter-individual similarities that co-vary with behavioral measures across all participants. These findings suggest a pivotal role of ventro-temporal and limbic systems in autism»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Seattle robotics club wants to be a national model for making STEM accessible to all students - GeekWire 25/12/2015

«The push for STEM education is evident in schools, clubs and community centers just about everywhere. But Delaney Foster saw that there was a population still largely excluded from the race for programs in science, technology, engineering and math: kids with learning challenges ...” kids like her sister, Kendall, who has autism. So Delaney, a senior at King's High School in Shoreline, decided to do something about it. She formed a robotics team that welcomed Kendall and the other students in her special-education program at Seattle's Roosevelt High School. "It was important for me that this club could be for anyone," Delaney said. Her sister, also a senior, had been stuck watching Delaney from the sidelines as she participated in Cyberknights, the King's robotics team. "I wanted this to be a robotics club she could be part of." Unified Robotics Club logoDelaney convinced her fellow Cyberknights to pair up with special-ed students at Roosevelt to create the Unified Robotics Club. For six weeks, the 25-student club met weekly and worked on their robots in small teams. Last week they had a season finale "Battle Bots" competition in which teams tried to knock each others' robots out of the ring.»...

<< Sommaire
geekwire

Launch of public consultation on the review of the European Disability Strategy - Emploi, affaires sociales et inclusion - Commission europeenne 22/12/2015


«Launch of public consultation on the review of the European Disability Strategy 22/12/2015 Public consultation on the mid-term review of the European Disability Strategy 2010-2020 The European Commission is launching a public consultation today on the mid-term review of the European Disability Strategy (2010-2020). This Strategy provides a roadmap for the implementation of the United Nations Convention on the Rights of Persons with Disabilities, to which the European Union is a party. It has identified eight main areas for action at EU level: accessibility, participation, equality, employment, education and training, social protection, health external action This public consultation asks for your opinion on what has been achieved so far in each of these areas, your views on the challenges faced by all persons with disabilities, how the EU should address these challenges. We appreciate all replies from citizens, organisations, public authorities, businesses, academics and other stakeholders. You have time to submit your contribution until 18 March 2016. The survey is available in all official languages of the EU, except Irish.»...

<< Sommaire
ec.europa

French woman in Ireland to 'protect' autistic son - RTE News 22/12/2015

«The High Court has heard a French woman moved to Ireland from France because she wanted to protect her autistic son. The woman, 48, flew to Ireland with her son a day after she was due to hand him over to her ex-husband. Her husband and their daughter followed soon after. Woman wanted in France on a child abduction charge remanded in custody RELATED AUDIO & VIDEO Watch: Woman wanted in France on a child abduction charge remanded in custody In an affidavit given to the court she said she feared that if she had returned her son to his father he could end up in a psychiatric institution and become institutionalised for life. She pointed out international bodies have condemned the French government's policies on Autism. She was arrested last week by Gardaí as French authorities want to extradite her on child abduction charges and for failing to obey the court order requiring her to deliver the boy to his father. She had been held in custody and was applying for bail today. A Garda sergeant told the court there were serious concerns of a flight risk as the woman had not complied with a French court order and had access to considerable cash from the sale of an apartment in Lyon. The court heard the woman and her husband plan to buy a house here with some of the E300,000 they had in an account in France. They have paid a booking deposit on a house. Her husband had flown to France to access the money and was arrested in connection with the case. Judge Aileen Donnelly asked why she has not offered some of the cash she has available to buy a house as a surety for bail. Her barrister Ian Whelan said she was willing to do anything the court asked as she is anxious to be reunited with her children but said it could take some days to transfer money from France particularly at this time of year. She is keen to be with her children for Christmas and she had friends who could offer E2,000 and she could probably get E1,000 today which meant she could offer E3,000 to the court today. Judge Donnelly said the woman is a flight risk because she has shown she is determined not to return to France and the fact that herself and husband have access to a large amount of cash. She said the only way to mitigate that risk was to set bail at E75,000 either in her own surety or in the form of an independent surety such as a bank account here that would be frozen. The judge remanded her in custody until 11 January, however she was granted bail today after the funds were sent over from France.»...

<< Sommaire
rte

Circulaire relative aux missions des inspecteurs d'académie-inspecteurs pédagogiques régionaux et des inspecteurs de l'éducation nationale 22/12/2015

«Résumé : Les diverses missions des inspecteurs d'académie-inspecteurs pédagogiques régionaux et des inspecteurs de l'éducation nationale. Nombre d'annexes : 0 NOR : MENH1528933C | Numéro interne : | CERFA : | Référence de publication au Journal officiel ou au Bulletin officiel : Auteur :Bureau des IA-IPR et des IEN (DGRHE2-2) Destinataire(s) :Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; aux vice-rectrices et vice-recteurs ; aux directrices et directeurs d'administration centrale ; aux présidentes et présidents d'université ; aux directrices et directeurs d'établissements publics nationaux ; à la chef du service de l'éducation nationale de Saint-Pierre-et-Miquelon ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie-directrices et directeurs académiques des services de l'éducation nationale Signataire :Madame Catherine GAUDY, Directrice générale des ressources humaines Catégorie :
• Directives adressées par le ministre aux services chargés de leur application, sous réserve, le cas échéant, de l'examen particulier des situations individuelles.»...

<< Sommaire
circulaire.legifrance.gouv

Colloque Sensorialite et Handicap : appel a communication | Sensorialite 21/12/2015

«Toucher pour apprendre, toucher pour communiquer Dans le prolongement du cycle de colloques Sensorialité et handicap (« Olfaction, mémoire et apprentissages » 2009, « Ecouter, agir - Musique et plasticité cérébrale » 2011), ce colloque s'intéresse au toucher. Des programmes de recherches visent actuellement à mieux comprendre les principes fondamentaux mis en oeuvre (toucher proprioceptif, extéroceptif, mouvements tactilo-kinesthésiques), comme on l'a fait pour la vision ou l'audition (Dupin, Hayward et Wexler 2015). Yvette Hatwell (1986) et ses collaborateurs (Streri, 1991 ; Hatwell, Streri, Gentaz, 2000 ; Gentaz, 2009) ont montré depuis longtemps que le toucher est un outil performant : la modalité tactile et la modalité visuelle communiquent très précocement entre elles chez le bébé voyant et le toucher permet la connaissance de l'environnement et la construction de l'espace chez le sujet non-voyant. Rarement sollicité dans certaines sociétés, rarement mis en mots (Verine, 2014), le toucher est pourtant, pour certaines personnes handicapées, indispensable, dans leur vie quotidienne et en tant que moyen de communication et outil d'apprentissage. On pense évidemment aux aveugles et aux malvoyants profonds, mais aussi aux personnes sourdaveugles (Souriau, 2013), à celles qui sont entravées dans leur communication verbale ou encore aux personnes polyhandicapées pour lesquelles ce canal de communication est privilégié. Le toucher enfin est peu sollicité chez les enfants tout venants, alors que les recherches d'Edouard Gentaz (Bara, Gentaz et Colé, 2004) ont montré aussi que, pour des élèves d'école maternelle, l'exploration haptique de lettres en relief favorise la connexion entre les représentations visuelles des lettres et leurs représentations phonologiques, ce qui favorise à terme l'apprentissage de la lecture et de l'écriture.»
[...]
« Procédure pour l’envoi des propositions de communications orales ou affichées Les propositions de contributions, en anglais ou en français, seront envoyées au format PDF (police Times 12, interligne 1,5, marges 2,5 cm.) Elles comporteront le titre de la communication ou du poster, un résumé de 500 mots maximum, 3 à 5 mots-clés, des références bibliographiques (10 au maximum). Les participants indiqueront le format désiré pour leur présentation (communication orale ou affichée) et le type de contribution (scientifique ou témoignage réflexif). Merci de préciser le nom et l’appartenance institutionnelle de l’auteur ou des auteurs, et l’adresse de correspondance. Les propositions sont à envoyer en pièce jointe à : severine.maillet[at]inshea.fr »...

<< Sommaire
sensorialite.inshea

Reduced GABAergic Action in the Autistic Brain: Current Biology 21/12/2015

«Summary An imbalance between excitatory/inhibitory neurotransmission has been posited as a central characteristic of the neurobiology of autism [...]
, inspired in part by the striking prevalence of seizures among individuals with the disorder [...]
. Evidence supporting this hypothesis has specifically implicated the signaling pathway of the inhibitory neurotransmitter, γ-aminobutyric acid (GABA), in this putative imbalance: GABA receptor genes have been associated with autism in linkage and copy number variation studies [ 3-7 ], fewer GABA receptor subunits have been observed in the post-mortem tissue of autistic individuals [ 8, 9 ], and GABAergic signaling is disrupted across heterogeneous mouse models of autism [ 10 ]. Yet, empirical evidence supporting this hypothesis in humans is lacking, leaving a gulf between animal and human studies of the condition. Here, we present a direct link between GABA signaling and autistic perceptual symptomatology. We first demonstrate a robust, replicated autistic deficit in binocular rivalry [ 11 ], a basic visual function that is thought to rely on the balance of excitation/inhibition in visual cortex [ 12-15 ]. Then, using magnetic resonance spectroscopy, we demonstrate a tight linkage between binocular rivalry dynamics in typical participants and both GABA and glutamate levels in the visual cortex. Finally, we show that the link between GABA and binocular rivalry dynamics is completely and specifically absent in autism. These results suggest a disruption in inhibitory signaling in the autistic brain and forge a translational path between animal and human models of the condition.»...

<< Sommaire
cell

Autisme : l'implication du neurotransmetteur inhibiteur GABA demontree | Psychomedia 21/12/2015

«Une étude, publiée dans la revue Current Biology, est la première à démontrer un lien direct entre un neurotransmetteur spécifique du cerveau mesuré chez des personnes atteintes d'autisme et un de leurs symptômes. Caroline Robertson de l'Université Harvard et ses collègues (1) ont identifié un lien direct entre un symptôme sensoriel et la réduction de l'action inhibitrice du GABA. Les neurotransmetteurs, qui transmettent les signaux d'une cellule nerveuse à une autre, sont inhibiteurs ou excitateurs, c'est-à-dire qu'ils commandent l'arrêt ou le déclenchement de l'activité de la cellule qui reçoit le signal. Plus d'un tiers des synapses (espaces de communication entre les cellules nerveuses) utilisent ce neurotransmetteur.»...

<< Sommaire
psychomedia.qc

Frelinghien : Lylia aura enfin une auxiliaire de vie scolaire, apres Noel - La Voix du Nord 20/12/2015

«A 7 ans et demi, Lylia a besoin d'une auxiliaire de vie scolaire (AVS) pour ne pas perdre pied à l'école. Mais depuis la Toussaint, l'accompagnement a été supprimé. Le dossier de la fillette était bloqué à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) du Nord. Mais un miracle a eu lieu ! Lylia, 7 ans et demi, ici avec son papa, Reynald et sa maman, Céline, aura une auxiliaire de vie scolaire après Nol. Imprimer - A + C'est un cadeau de Nol prématuré pour Céline Delbaere, la maman de Lylia. Ce vendredi matin, la directrice de l'école Pasteur, où sa fille est scolarisée depuis trois ans, lui a appris la bonne nouvelle : « Lylia aura de nouveau une auxiliaire de vie scolaire (AVS) à la rentrée des vacances de Nol. Et une AVS attitrée dès le 1er février. Je suis très contente, merci ! », souffle la jeune femme, soulagée. « Lylia va pouvoir reprendre confiance et entamer le deuxième trimestre dans de bonnes conditions. ».»
[...]
« « Rappelez en février » Séances d’orthophonie, ergothérapeute et, depuis trois ans, scolarisée à l’école Pasteur, Lylia a obtenu l’aide d’une AVS douze heures par semaine. « Les progrès ont été énormes, pour parler, écrire, aller vers les autres enfants », témoigne Céline. Et puis, un peu avant les vacances de la Toussaint, le contrat de l’AVS a pris fin. « Il fallait un dossier de renouvellement, que j’ai déposé en mars. Mais depuis, pas de nouvelles, on m’a dit de rappeler en février », soupire la maman, angoissée à l’idée que Lylia puisse perdre tous les bénéfices du soutien reçu pendant trois ans. « Elle redouble son CP et ne progresse plus sans l’AVS », regrette-t-elle. Alors, on a appelé la MDPH, la directrice de l’école aussi, qui n’a pas pu s’exprimer sur ce cas particulier mais a ensuite rappelé la maman hier pour lui annoncer la bonne nouvelle, l’arrivée d’une AVS après Noël. « Sans votre aide, on n’en serait pas là », assure Céline. Si on y est pour quelque chose dans ce « miracle » de Noël, tant mieux. Des contacts qui peuvent servir Si vous vous retrouvez confrontés à un problème identique, sachez qu’une procédure « accélérée » existe pour les dossiers enfants. Dans ce cas-là, un seul numéro de téléphone à composer, celui de la MDPH au 03 59 73 73 73. Le hic, c’est qu’il s’agit du standard lui aussi saturé. « Pour avoir un interlocuteur, j’ai dû patienter quarante minutes », a ainsi indiqué la mère de Lylia. La MDPH conseille aussi de contacter ses services via les adresses électroniques de secteur. - Pour le secteur de Lille : lille-mdph@lenord.fr - Pour le secteur de Roubaix-Tourcoing : roubaix-tourcoing-mdph@lenord.fr - Pour le secteur des Flandres : dunkerque-mdph@lenord.fr Si l’inspecteur de circonscription n’a pu être joint ce vendredi, on sait que l’Éducation nationale doit faire face à des difficultés de recrutement des AVS, dont le temps de formation est également assez élevé. Des délais de réponse trop longs À la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), basée à Villeneuve-d’Ascq, on indique que le « nombre de demandes » de prise en charge augmente chaque année. En novembre, la MDPH recensait ainsi plus de 170 000 demandes sur l’année, soit 15 000 de plus que l’an dernier à la même période. Le tout conjugué aux moyens « qui restent constants », cela donne « des délais de réponse trop longs, malgré les efforts de modernisation et l’important travail des équipes », explique la chargée de communication de la structure. En revanche, elle ajoute qu’une procédure accélérée (délai d’un mois) a été mise en place avec l’Éducation nationale « pour répondre plus rapidement aux situations d’urgence, comme une rupture de parcours, pour les dossiers enfants ». Cette procédure peut être activée en « s’adressant à l’enseignant référent qui pourra, via l’inspecteur spécialisé de l’Éducation nationale, la déclencher », ajoute la MDPH. Le hic, c’est qu’à aucun moment, la procédure n’a été présentée à la maman de Lylia lors de ses appels répétés à la MDPH. »...

<< Sommaire
lavoixdunord

Autisme & packing : le silence du Professeur Delion et la langue de bois de Martine Aubry - AgoraVox le media citoyen 20/12/2015

«Le packing consiste à envelopper étroitement, des pieds à la tête, un enfant pratiquement nu dans des draps mouillés placés auparavant pendant 1h au réfrigérateur. Les thérapeutes (4 ou 5 pour un enfant) le maintiennent ainsi pendant environ 30 minutes et commentent la situation. Ce traitement est répété plusieurs fois par semaine, à heure fixe. La HAS s'est formellement opposée à cette pratique, mais en plus en 2011 la ministre de la santé, Roselyne Bachelot avait ordonné un moratoire sur le packing, en attendant le résultat de l'étude du Professeur Pierre DELION pour statuer sur son maintien ou son interdiction. L'étude portant sur le packing, menée par le professeur Pierre Delion au CHRU de Lille, reste donc aujourd'hui la seule faille juridique permettant d'orchestrer, en France, cette pratique, notamment sur des sujets autistes. Cette étude a été diligentée il y a quatre ans. Cela a pour conséquence de maintenir cette formation dans divers organismes, tels que le SNUP, SOFOR, CEMEA Languedoc Roussillon, ainsi que sa pratique dans divers centres, sous couvert de recherche clinique. On trouve encore aujourd'hui en France, d'ardents défenseurs de cette pratique, comme le Dr Albernhe, psychiatre au CHU d'Avignon. Cette recherche menée par le Professeur Delion a mystérieusement bénéficié de deux reports exceptionnels successifs et suite à cela, 4 ans plus tard, toujours aucun résultat n'est encore publié. Ainsi, à Lille, sous couverts de "recherche clinique", mais également dans d'autres instituts, les autistes continuent d'être "packés" en toute légalité alors que les conclusions du professeur Pierre Delion demeurent, encore et toujours, invisibles. A l'instar de nombreuses personnes concernées par la question et un grand nombre d'associations sensibilisées à ce sujet, je m'étais déjà interrogé sur les raisons du silence assourdissant du Professeur concernant les résultats de sa recherche et des raisons de ces reports. Psychiatre d'obédience psychanalytique, donner des conclusions ne serait pas une réponse de psychanalyste, pourrait rétorquer le professeur Delion, comme on a déjà pu l'entendre dire. Ce silence serait-il donc la manifestation habituelle du refus d'évaluation de la psychanalyse, se masquant ici, et c'est là souvent son plus grand tort, derrière le visage de la psychiatrie ? Quand on entend les élucubrations des défenseurs du packing, leurs arguments ne reposent sur aucune preuve ou étude tangible, mais uniquement sur des interprétations hasardeuses et purement empiriques. Et manifestement, les délais octroyés au Professeur Delion au nom de la recherche clinique n'ont apporté aucune conclusion supplémentaire.»...

<< Sommaire
agoravox

Une piste pour soigner l'hypersensibilite des autistes 17/12/2015

«Des biologistes ont identifié la cause de l'hypersensibilité sensorielle qui touche un grand nombre d'autistes et réussi à la corriger chez la souris.»...

<< Sommaire
pourlascience

Zn/Cu Levels in the Field of Autism Disorders: A Systematic Review and Meta-analysis. - PubMed - NCBI 16/12/2015

«Abstract OBJECTIVE: There is probably a relationship between zinc/cupper concentration in individuals with autism. The present review was written to estimate this probability by using meta-analysis method. MARTIALS & METHODS: In this meta-analysis of Fixed Effect Model, by searching PubMed, Scopus and Google scholar databases, 11 articles were selected and verified published in 1978 to 2012. I² statistics were calculated to examine heterogeneity. The information was analyzed by R and STATA Ver. 11.2. RESULTS: Due to non-uniform measurement methods of Zn/Cu concentrations, the concentration of these elements was measured in various subgroups (plasma, hair and general) in both study cases and controls. There was a significant statistical difference between plasma OR=0.252 (95% CI:
•0.001-0.504) and hair OR=0.27(95% CI: 0.059-0.481, P=0.01) concentrations of Zn/Cu statuses between controls and autistic patients. Using a Fixed Effects Model, the overall integration of data from the two groups was significant as risk factor OR=0.31(95% CI:0.16-0.46, P=0.001). CONCLUSION: Significant correlation existed between Zn/Cu levels and the development of autistic disorders in general analysis. Therefore, Zn/Cu levels could be mentioned as a pathogenesis reason of autism spectrum disorders.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Petition : Le maintien de Karine, l'AVS d'Arthur ! 16/12/2015

«A l'attention : de l'Education Nationale, de l'Académie de Poitiers et de M. le Recteur de la Vienne Notre fils Arthur, 8 ans, est scolarisé en classe de CE2. Il présente un trouble de l'attention avec hyperactivité, ainsi que des troubles praxiques et des troubles du spectre autistique associés (TSA). Il suit une scolarité classique grâce à l'intervention de Karine, son AVS. Karine est une personne extrêmement compétente. Elle connait parfaitement Arthur et sa manière particulière de fonctionner. Elle a suivi les cours de l'ergothérapeute et maitrise donc tous les outils spécifiques dont il a besoin. Elle sait réguler l'utilisation de son ordinateur, elle adapte ses activités, elle le conduit vers l'autonomie en le laissant gérer seul les activités lorsque c'est possible. Elle sait réagir rapidement quand Arthur a des troubles du comportement, ce qui les limite considérablement. Au sein de l'école, elle intervient auprès des autres élèves lorsque des problèmes d'interactions apparaissent. Elle l'aide à se concentrer car Arthur se disperse très rapidement. Elle est un soutien précieux pour Arthur et une aide importante pour l'enseignante. Elle est mutualisée pour une autre élève de la classe, qui a également besoin de sa présence. Le contrat de Karine arrive à son terme le 26 janvier 2016. Elle souhaite continuer son travail auprès d'Arthur. Le décret N°2014-714 du 27 juin 2014 prévoit que les AVS, contrat aidé puissent être, à l'issue de leur contrat aidé de 2ans, recrutée comme AESH en CDD. Elle justifie d'une expérience professionnelle de 2 ans, dans le domaine de l'aide à l'inclusion scolaire des enfants en situation de handicap. Ne pas poursuivre son contrat serait perdre les compétences d'une personne qui a su s'adapter à un handicap particulièrement complexe. Il faut du temps pour comprendre le fonctionnement particulier d'une personne avec des TSA. C'est aussi mettre en danger la scolarisation d'un enfant qui a considérablement progressé, surtout au plein milieu d'une année scolaire. Voilà donc pourquoi nous avons besoin de votre soutien :
• Pour que le travail de Karine soit reconnu - Pour que Karine obtienne le statut d'AESH - Pour que Karine reste auprès d'Arthur - Pour que l'on prenne en compte les besoins spécifiques des enfants en situation de handicap.»...

<< Sommaire
mesopinions

Le beau-pere de Timothee, autiste, place en garde a vue par la police lyonnaise | The autist 15/12/2015

«Fin septembre, Maryna avait fui le pays avec son fils Timothée (16 ans, autiste) afin de le protéger d'une décision judiciaire le mettant en danger : en effet, Tim revenait alors d'un « séjour » de 9 jours de détention en hôpital psychiatrique (attaché au lit et ingestion de fortes doses de neuroleptiques). Malgré un communiqué de l'ONU condamnant cet internement en Hôpital Psychiatrique, la juge des enfants avait, sans demander l'avis de Timothée, confirmé sa décision antérieure, dont les conséquences directes ont été l'institutionnalisation (IME) suivi de l'Hôpital Psychiatrique. Dès le lendemain de sa fuite (en Irlande), les policiers et gendarmes débarquaient chez elle en France (dans l'Ain) et fouillaient la maison de fond en comble pour dénicher Timothée, interrogeant son mari pour savoir où Timothée était. Le reste de sa famille les a alors rejoints en Ferry, à Cork. Les 13 et 14 janvier 2016, la France sera auditionnée par le comité des droits de l'enfant de l'ONU : elle va devoir répondre à une question précise posée par le comité sur la situation de Timothée. liste de points-extrait -
Source: http://blogs.lexpress.fr | Source Status

<< Sommaire
blogs.lexpress

Votre MDPH respecte-t-elle la loi ? 15/12/2015

«Votre MDPH respecte-t-elle la loi ? Cette enquête est réalisée à l'initiative des associations et collectifs suivants : Autisme France, Egalited, TouPI et Dys Nos Droits. Ce questionnaire est destiné à évaluer quelles sont les MDPH qui respectent certaines dispositions législatives importantes. Si vous avez eu l'expérience de plusieurs MDPH au cours des années récentes et que vous voulez témoigner pour chaque MDPH que vous connaissez, merci de remplir un questionnaire par MDPH. Ce questionnaire est anonyme.»...

<< Sommaire
goo

Rapport La violence a l'egard des enfants handicapes : legislation, politiques et programmes dans l'UE - Resume 12/12/2015

«1Les enfants handicapés rencontrent d’importants obstacles qui les empêchent de jouir de leurs droits fondamentaux. Ils sont souvent exclus de la société et vivent parfois dans des structures loin de leur famille. Ils se voient également refuser l’accès à des services de base, tels que les soins de santé et l’éducation, et sont confrontés à la stigmatisation et la discrimination, ainsi qu’à des violences sexuelles, physiques et psychologiques. Le droit à la protection contre toutes les formes de violence est reconnu dans le droit au niveau international, de l’Union européenne (UE) et national. Bien qu’il existe des mesures de protection au sein de l’UE, les enfants handicapés sont plus susceptibles d’être victimes de violence, d’abus sexuels ou d’intimidation à l’école, à la maison, ou dans des institutions que les enfants n’ayant pas de handicap ; ils sont également souvent confrontés à des actes de violence liés à leur handicap.»
[...]
« Violence against children with disabilities »...
Source: http://fra.europa.eu | Source Status

<< Sommaire
fra.europa

Laval, ville inclusive pour les personnes autistes - Actualites - Courrier Laval 11/12/2015

«PARTENARIAT. Laval s'emploie à devenir la première ville canadienne accessible et inclusive pour les personnes autistes.L'administration Demers vient de s'associer à l'école A pas de géant et son centre de ressources et de formation, seule institution d'éducation privée au Québec vouée aux jeunes âgés de 4 à 21 ans atteints des symptômes appartenant au spectre de l'autisme. L'annonce coincidait avec la Journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, dont le thème cette année incite justement à «tendre vers une société inclusive». Briser l'isolement Cette nouvelle collaboration «vise à donner un meilleur accès aux personnes autistes et à leur famille à la vie de leur communauté, en favorisant la sensibilisation, l'acceptation et la valorisation de l'autisme», a indiqué le directeur général de l'école, Seiun Thomas Henderson. L'animateur Charles Lafortune, dont le fils de 13 ans est autiste, a vivement salué l'initiative de Marc Demers et invité, entre autres, les maires Denis Coderre et Régis Labeaume à lui emboiter le pas. «Etre parent d'un enfant autiste, c'est un peu vivre sur la voie d'évitement [...¦] C'est aussi se sentir extrêmement seul», a-t-il témoigné. M. Lafortune a aussi fait valoir que l'autisme affectait plus de personnes que le cancer, la fibrose kystique et la sclérose en plaques réunis. A Laval, on évalue à 4000 le nombre de personnes souffrant d'un trouble du spectre de l'autisme. Vaste projet Si la première étape consiste à former les intervenants des services d'urgence à interagir correctement avec la clientèle autiste, ce partenariat entend également développer des projets liés au transport collectif, au logement, à l'employabilité, à l'enseignement, au tourisme ainsi qu'aux arts et autres formes de divertissement. «Il faut couvrir un large spectre d'intervention allant de la formation des policiers à l'adaptation des transports publics jusqu'à la sensibilisation des employeurs de façon à répondre aux besoins particuliers des personnes autistes», a déclaré M. Henderson. Formation Déjà, les chefs aux opérations des pompiers et officiers ont reçu leur formation, informe le directeur du Service de sécurité incendie, Robert Séguin. Ceux-ci verront à former au fil des prochaines semaines les 245 pompiers au combat. Idem pour l'état-major du Service de police de Laval. Quant aux chauffeurs d'autobus de la Société de transport de Laval (STL), leur tour viendra en 2016. Finalement, le registre des personnes autistes sera intégré aux outils de travail des agents du 911.»...

<< Sommaire
courrierlaval

Q n° 19032 Reussite des eleves handicapes a l'ecole - Senat 11/12/2015

«Question écrite n° 19032 de M. François Calvet (Pyrénées-Orientales - Les Républicains) publiée dans le JO Sénat du 26/11/2015 - page 2725 M. François Calvet attire l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur les moyens affectés par l'Etat à la réussite de l'intégration des élèves handicapés en milieu scolaire ordinaire. En effet, la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées affirme que tout enfant ou adolescent, quel que soit son handicap, doit pouvoir s'inscrire dans l'établissement scolaire le plus proche de son domicile. L'article 19 de la loi précise « que l'Etat met en place les moyens financiers et humains nécessaires à la scolarisation en milieu ordinaire des enfants, adolescents ou adultes handicapés ». Or, les moyens alloués pour favoriser l'accueil des élèves handicapés en milieu scolaire ne sont visiblement pas suffisants. Les témoignages abondent sur la difficulté d'intégrer des enfants handicapés nécessitant des soins et un soutien adaptés dans les classes. L'affectation de ces tâches aux auxiliaires de vie scolaire (AVS) et AVS individuels a les limites que l'on connait. Aujourd'hui, force est de constater que les moyens sont insuffisants pour couvrir les frais liés à la gestion et à la pérennisation de ces emplois. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui préciser les moyens humains et financiers supplémentaires que le Gouvernement entend affecter à l'éducation nationale pour assurer de manière durable la stabilité dont les élèves handicapés et leurs familles ont besoin.»...

<< Sommaire
senat

Autisme : il pourrait etre lie a un desequilibre hormonal de la mere 11/12/2015

«Les chercheurs de l'Institut Karolinska de Stockholm (Suède) ont réalisé une étude épidémiologique sur les causes de l'autisme. Selon les conclusions de leurs travaux publiés dans la revue médicale le journal Molecular Psychiatry, il existerait un lien entre le syndrome de Stein-Leventhal et les troubles autistiques. En effet, les femmes qui produisent un excès d'hormones mâles auraient plus de risque d'accoucher d'un enfant avec des troubles de l'autisme. Les scientifiques ont analysé les données médicales en étudiant les dossiers médicaux de tous les enfants de 4 à 17 ans nés en Suède entre 1984 et 2007. Les chercheurs ont établi un lien statistique entre le syndrome de Stein-Leventhal (les femmes atteintes de cette pathologie (ou ovaires polykystiques, SOPK), entre 5 et 15% des femmes en âge d'avoir des enfants, secrètent une quantité anormalement grande d'hormones androgènes, y compris pendant la grossesse) et les troubles du spectre autistique (TSA). « Nous avons découvert qu'un diagnostic de SOPK chez la mère augmentait de 59% le risque de TSA chez l'enfant », a précisé la psychiatre Kyriaki Kosidou du département des Sciences de la santé publique à l'Institut Karolinska. « Le risque était encore plus important chez les mères atteintes à la fois de SOPK et d'obésité, une affection commune en cas d'excès plus marqué de production d'androgènes », a-t-elle ajouté.»...

<< Sommaire
topsante

Children with autism are impaired in the understanding of teaching. - PubMed - NCBI 11/12/2015

«Abstract Children learn novel information using various methods, and one of the most common is human pedagogical communication or teaching - the purposeful imparting of information from one person to another. Neuro-typically developing (TD) children gain the ability to recognize and understand teaching as a core method for acquiring knowledge from others. However, it is not known when children with Autism Spectrum Disorder (ASD) acquire the ability to recognize and understand teaching. This study (total N = 70) examined whether children with ASD recognize the two central elements that define teaching: (1) that teaching is an intentional activity; and (2) that teaching requires a knowledge difference between teacher and learner. Theory of mind understanding was also tested. Compared to individually matched TD children, high cognitively functioning children with ASD were impaired in their comprehension of both components of teaching understanding, and their performance was correlated with theory of mind understanding. These findings could have broad implications for explaining learning in children with autism, and could help in designing more effective interventions, which could ultimately lead to improved learning outcomes for everyday life skills, school performance, health, and overall well-being.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Odor Perception in Children with Autism Spectrum Disorder and its Relationship to Food Neophobia. - PubMed - NCBI 11/12/2015

«Abstract Atypical sensory functioning in Autism Spectrum Disorder (ASD) has been well documented in the last decade for the visual, tactile and auditory systems, but olfaction in ASD is still understudied. The aim of the present study was to examine whether children with ASD and neuro-typically (NT) developed children differed in odor perception, at the cognitive (familiarity and identification ability), sensorimotor (olfactory exploration) and affective levels (hedonic evaluation). Because an important function of the sense of smell is its involvement in eating, from food selection to appreciation and recognition, a potential link between odor perception and food neophobia was also investigated. To these ends, 10 children between 6 and 13 years old diagnosed with ASD and 10 NT control children were tested. To compare performance, 16 stimuli were used and food neophobia was assessed by the parents on a short food neophobia scale. Results revealed that (i) significant hedonic discrimination between attractive and aversive odors was observed in NT (p = 0.005; d = 2.378) and ASD children (p = 0.042; d = 0.941), and (ii) hedonic discrimination level was negatively correlated with food neophobia scores in ASD (p = 0.007) but not NT children. In conclusion, this study offers new insights into odor perception in ASD children, highlighting a relationship between odor hedonic reactivity and eating behavior. This opens up new perspectives on both (i) the role of olfaction in the construction of eating behavior in ASD children, and (ii) the measurement and meaning of food neophobia in this population»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Le handicap France : l'autre realite de l'enfance 09/12/2015

«Il y a des sujets que la classe politique française a du mal à aborder, des sujets lourds qui électoralement parlant ne sont pas considérés comme payants. Le handicap à l'école en est un et il fait peur. Comme si le simple fait d'en parler pouvait le rendre contagieux. La France pays des droits de l'homme dissimule donc sous le tapis une terrible réalité. Près de 10% des enfants en âge d'être scolarisés relèvent d'un handicap au sens de l'éducation nationale et du ministère de la santé. Cette notion de handicap (handicap physique, psychique, émotionnel) est extrêmement vaste. Cela a pour conséquences de ne jamais avoir de statistiques très précises et surtout de maintenir une grande ambiguité sur le sujet. En effet le handicap à l'école n'est pas que physique et visible, loin s'en faut. Il faut savoir qu'un enfant ayant un QI de 180 et présentant des troubles du comportement en raison d'une surcharge émotionnelle dépendra d'une notification MDPH, (Maison Départementale des Personnes Handicapées) au même titre qu'un enfant handicapé moteur. Il en va de même :
•d'un enfant atteint d'un TDAH (Trouble de l'Attention avec ou sans Hyperactivité 3% à 5% d'une classe d'âge).
•un enfant présentant des troubles envahissants du développement (TED) -un enfant présentant des troubles DYS (dyslexie, dysorthographie, dysphasie, dyspraxie, dyscalculie) -un enfant présentant des troubles du spectre autistique TSA. La règle qu'il faut effectivement retenir c'est qu'à partir du moment où ces troubles gènent les apprentissages et/ou l'école, l'enfant est susceptible de rentrer dans le cadre du handicap.»
[...]
«Ainsi les prises en charges des troubles d’origine neurologique en France ont parfois plusieurs décennies de retard. Tout un pan de la médecine psychiatrique française (école psychanalytique) s’acharne à traiter des troubles neurologiques chez les enfants, comme des troubles liés à des carences éducatives, affectives ou familiales, alors que les neuro sciences ont démontré qu’il n’en est rien. Des milliards d’euros de soins inadaptés sont dépensés chaque année par la sécurité sociale. Les moyens financiers sont donc là. S’ils étaient employés à bon escient cela permettrait à des dizaines de milliers d’enfants d’être scolarisés normalement, en milieu ordinaire, dans de bonnes conditions et de recevoir des soins adaptés. Il est temps de mettre un terme à un système d’exclusion généralisé qui s’auto génère et s’autofinance avec l’argent de la sécurité sociale. (Ecole, médico-social, Aide Social à l’Enfance) L’UNICEF a d’ailleurs été particulièrement critique vis-à-vis de la France dans son rapport de juin 2015. Elle pointe du doigt les trop nombreuses défaillances de notre système éducatif en général et plus particulièrement la prise en charge des enfants les plus fragiles. A l’heure ou le « vivre ensemble » incantatoire gouvernemental est servi à toutes les sauces, peut-être serait-il enfin temps de prendre soin de nos enfants. Ce scandale doit prendre fin. Il faut cesser d’exclure ou de parquer dans des structures inadaptées des enfants qui n’ont rien à y faire en espérant que les parents affligés, ne se plaindront pas trop fort. Il faut que les recours manifestement abusifs aux procédures de l’information préoccupante ou du signalement pour faire taire les parents et les associations de défense des enfants à besoin particulier soient sanctionnés. Aujourd’hui ce n’est pas possible. L’accueil des enfants présentant un handicap à l’école ne doit plus être abordé par l’état français comme un service que l’on rendrait aux parents en accueillant leurs enfants mais réellement comme un droit de l’enfant a être scolarisé. »...

<< Sommaire
facebook

Autisme : un desequilibre hormonal de la mere mis en cause 09/12/2015

«Une étude suédoise publiée dans le journal Molecular Psychiatry vient d'établir un lien entre déséquilibres hormonaux des mères et les troubles autistiques de leurs enfants. Pour réaliser cette étude épidémiologique, les chercheurs de l'Institut Karolinska de Stockholm ont étudié les dossiers médicaux de tous les enfants nés en Suède entre 1984 et 2007, et ont établi un lien entre les troubles du spectre autistique (TSA) et le syndrome de Stein-Leventhal. Ce dernier, également appelé syndrome des ovaires polykistyques, (SOPK) est un désiquilibre endocrinien courant : on estime qu'il touche entre 5 et 15% des femmes en âge d'avoir des enfants. Les femmes qui en souffrent sécrètent une anormalement importante d'androgènes, y compris pendant la grossesse. Or c'est précisément cet excès d'hormones masculines qui favoriserait le développement de troubles autistiques chez l'enfant à naitre : « Nous avons découvert qu'un diagnostic de SOPK chez la mère augmentait de 59% le risque de TSA chez l'enfant », a déclaré le Professeur Kyriaki Kosidou, du département de la santé publique de l'Institut Karolinska. Toujours d'après cette étude, le risque serait plus important pour les enfants de mères atteintes à la fois du syndrome des ovaires polykystiques et d'obésité, cette association favorisant une plus grande production d'androgènes. Si l'on sait que les garçons sont 4 fois plus touchés par l'autisme que les filles, cette étude ne démontre aucune différence en matière d'exposition aux risques. Selon les chercheurs, des études approfondies seront nécessaires pour déterminer les causes précises du lien entre ce syndrome hormonal et les troubles de l'autisme. S'il est encore trop tôt pour émettre des recommandations, les auteurs de cette étude affirment que cette découverte pourrait permettre un dépistage plus précoce des TSA chez les enfants.de mères souffrant d'un déséquilibre hormonal.»...

<< Sommaire
femmeactuelle

Impaired Processing in the Primary Auditory Cortex of an Animal Model of Autism. - PubMed - NCBI 07/12/2015

«Abstract Autism is a neurodevelopmental disorder clinically characterized by deficits in communication, lack of social interaction and repetitive behaviors with restricted interests. A number of studies have reported that sensory perception abnormalities are common in autistic individuals and might contribute to the complex behavioral symptoms of the disorder. In this context, hearing incongruence is particularly prevalent. Considering that some of this abnormal processing might stem from the unbalance of inhibitory and excitatory drives in brain circuitries, we used an animal model of autism induced by valproic acid (VPA) during pregnancy in order to investigate the tonotopic organization of the primary auditory cortex (AI) and its local inhibitory circuitry. Our results show that VPA rats have distorted primary auditory maps with over-representation of high frequencies, broadly tuned receptive fields and higher sound intensity thresholds as compared to controls. However, we did not detect differences in the number of parvalbumin-positive interneurons in AI of VPA and control rats. Altogether our findings show that neurophysiological impairments of hearing perception in this autism model occur independently of alterations in the number of parvalbumin-expressing interneurons. These data support the notion that fine circuit alterations, rather than gross cellular modification, could lead to neurophysiological changes in the autistic brain.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Handicap : quand la loi ne s'adapte plus aux besoins de la personne mais a ceux du sanitaire et medico-social | The autist 05/12/2015

«Avant-hier (03 dec), j'ai eu un rendez-vous téléphonique avec Laurence Lefevre, directrice du cabinet de Mme Neuville (secrétaire d'Etat aux personnes handicapées). Après avoir lu sur mon blog des choses sur l'article 21 bis de la lois santé ils voulaient avoir mon avis dessus.. Sauf que je n'ai jamais jamais mentionné l'article 21 bis dans mon blog, mais bon.. Cet article donne le droit aux MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) de décider une orientation non adaptée aux besoins de l'enfant, tout en dégageant la responsabilité de l'Etat à faire en sorte que « Toute personne atteinte du handicap résultant du syndrome autistique et des troubles qui lui sont apparentés bénéficie, quel que soit son âge, d'une prise en charge pluridisciplinaire qui tient compte de ses besoins et difficultés spécifiques. » (article L246-1 du Casf). Ainsi, plus de possibilité de gagner un recours contre l'Etat puisque celui-ci apporte une réponse, adaptée ou non. (le gouvernement avait récemment du débourser plus de 240 000 E suite à des recours contre l'Etat : ceci explique donc cela). J'ai dit que je ne comprenais pas trop pourquoi ils voulaient mon avis sur un article déjà adopté (contre l'avis des usagers non gestionnaires d'établissements). Réponse de Mme Lefevre : « Parce que je suis une femme de dialogue ». Donc si j'ai bien compris, le dialogue, c'est passer un article en force et ensuite demander leur avis aux personnes concernées. J'ai dit que j'étais contre, en disant que vu que désormais la MDPH aurait le droit de décider une orientation en Hôpital Psychiatrique ou CMP à mon fils (chose désormais possible avec cet article), cela ne me convenait pas. Mme Levevre a fait semblant d'être choquée : « Mais ça n'est pas adapté cette solution, c'est horrible ! » Oui c'est horrible mais c'est pourtant ce qui se passera pour les enfants autistes avec cet article auquel ils tiennent tant.»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Therapeutic Effect of a Synthetic RORα/γ Agonist in an Animal Model of Autism - ACS Chemical Neuroscience (ACS Publications) 04/12/2015

«Abstract Abstract Image Autism is a developmental disorder of the nervous system associated with impaired social communication and interactions as well excessive repetitive behaviors. There are no drug therapies that directly target the pathology of this disease. The retinoic acid receptor-related orphan receptor α (RORα) is a nuclear receptor that has been demonstrated to have reduced expression in many individuals with autism spectrum disorder (ASD). Several genes that have been shown to be downregulated in individuals with ASD have also been identified as putative RORα target genes. Utilizing a synthetic RORα/γ agonist, SR1078, that we identified previously, we demonstrate that treatment of BTBR mice (a model of autism) with SR1078 results in reduced repetitive behavior. Furthermore, these mice display increased expression of ASD-associated RORα target genes in both the brains of the BTBR mice and in a human neuroblastoma cell line treated with SR1078. These data suggest that pharmacological activation of RORα may be a method for treatment of autism.»...

<< Sommaire
pubs.acs

In Lab Research, Saint Louis University Scientists Limit Autistic Behavior - ScienceNewsline 04/12/2015

«ST. LOUIS -- In a study published this week in ACS Chemical Neuroscience, Saint Louis University researchers report that treating mice with a compound, SR1078, reduces autistic behavior. The drug, developed by Thomas Burris, Ph.D., chair of pharmacology and physiology at SLU, and his lab, increases the expression of genes that are known to be low in the brains of autistic patients. Autism spectrum disorder is a group of neurodevelopmental disorders that include difficulty with social interaction, communication and excessive repetitive behaviors. Currently, though there are medications available to treat some symptoms, no drug therapies exist that treat the underlying disorder itself. While scientists don't fully understand the causes of autism, studies have demonstrated that certain genes tend to be low (underexpressed) in the brains of autistic children. RORa, a nuclear receptor, is also low in the brains of those with autism. An activator of gene expression, RORa has been shown to regulate the key genes that are underexpressed in autistic brains. Burris's team developed a drug, SR1078, that increases the activity of RORa, and, subsequently, increases expression of the missing genes. "We developed the first drugs that can target RORa effectively. SR1078 is, at this point, more of compound than a true drug. It will have to be optimized before it is ready for human testing," Burris said. "However, it is able to reach the brain, and that is a key factor." Burris's group used a particular strain of mouse that displays autistic behavior and in this mouse model, animals display behavior such as overgrooming, fixation on inanimate objects and social deficits. "Mice groom themselves constantly. We use videotape and count their grooming events. A normal mouse will groom itself around 125 times in 10 minutes. Mice with an autistic profile will groom themselves 250 times in that span due to excessive repetitive behavior." When these mice were treated with the drug compound, Burris found both increased expression of the missing genes and reduced autistic behavior, with a significant decrease in repetitive grooming events. Additionally, studies with human brain cells in culture also showed that the drug increases the expression of these genes, as well. Next, the research team will study the mice's social activity and see what impact the drug has on this aspect of their behavior. The research is in early stages and much more study will need to be completed, including clinical trials in humans, before it could be used as a therapy for children with autism. However, the research team is encouraged by their progress in a field that currently offers very few pharmacological options for those on the autism spectrum. "There's such a paucity of autism therapies," Burris said. "There's not much out there, and approved drugs are antipsychotic compounds that treat symptoms. "We are aiming to modulate genes that were dysregulated by the disorder. We hope this will be the start of developing therapies that will get closer to aiming at a root cause."»...

<< Sommaire
sciencenewsline

Animal Models of Speech and Vocal Communication Deficits Associated With Psychiatric Disorders 03/12/2015

«Abstract Disruptions in speech, language, and vocal communication are hallmarks of several neuropsychiatric disorders, most notably autism spectrum disorders. Historically, the use of animal models to dissect molecular pathways and connect them to behavioral endophenotypes in cognitive disorders has proven to be an effective approach for developing and testing disease-relevant therapeutics. The unique aspects of human language compared with vocal behaviors in other animals make such an approach potentially more challenging. However, the study of vocal learning in species with analogous brain circuits to humans may provide entry points for understanding this human-specific phenotype and diseases. We review animal models of vocal learning and vocal communication and specifically link phenotypes of psychiatric disorders to relevant model systems. Evolutionary constraints in the organization of neural circuits and synaptic plasticity result in similarities in the brain mechanisms for vocal learning and vocal communication. Comparative approaches and careful consideration of the behavioral limitations among different animal models can provide critical avenues for dissecting the molecular pathways underlying cognitive disorders that disrupt speech, language, and vocal communication.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Maternal C-Reactive Protein Concentration in Early Pregnancy and Child Autistic Traits in the General Population - Koks - 2015 - Paediatric and Perinatal Epidemiology - Wiley Online Library 03/12/2015

«Abstract Background Exposure to elevated levels of inflammatory markers during pregnancy has been suggested as possible aetiologic factor in the occurrence of autism spectrum disorder (ASD). In this study, we investigated the prospective relation between maternal C-reactive protein (CRP) during early pregnancy and children's autistic traits in the general population. Methods In a large population-based cohort in the Netherlands, we measured maternal CRP levels before 18 weeks of gestation (N=4165). Parents reported on their children's autistic traits at age 6 years using the Social Responsiveness Scale, and the Pervasive Developmental Problem scale. Regression models were used to examine the relation between maternal CRP levels and autistic traits in children. Results Compared with the reference group (CRP 7.8mg/L) in pregnant women were associated with higher Social Responsiveness Scale scores in children [β=0.055, 95% confidence interval (CI) 0.033, 0.078]; however, the effect was strongly attenuated after adjustment for several socioeconomic factors and in particular by maternal health-related factors including body mass index (fully adjusted model β=0.018, 95% CI −0.005, 0.042). We found no relation between maternal CRP levels and pervasive developmental problem. Conclusions Our results suggest that the association between elevated levels of maternal CRP in pregnancy and autistic traits in children is confounded by maternal health-related and socioeconomic factors. Further studies are needed to explore whether other maternal inflammatory markers during pregnancy, as a response to maternal inflammation, are associated with the development of autistic traits in the offspring.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Simple Steps for Teaching Prepositions to Students with Autism and Other Developmental Disabilities 03/12/2015

«Abstract The acquisition of receptive and expressive language skills by students with autism and developmental disabilities (DD) is often delayed, thus making the process of communicating with others challenging. Some students develop language skills incidentally through conversations with their families and peers, but others require instruction in specific aspects of language to build their communicative repertoire. Preposition comprehension is a critical component for the development of language that is meaningful for both academic and functional purposes. The use of a direct instruction script may be a way to improve preposition comprehension for students with autism and DD. This column provides an overview of this script, materials, and procedures and additional tips for efficiently teaching prepositions to this population of students.»...

<< Sommaire
isc.sagepub

Resting-state functional connectivity predicts longitudinal change in autistic traits and adaptive functioning in autism 03/12/2015

«Abstract Although typically identified in early childhood, the social communication symptoms and adaptive behavior deficits that are characteristic of autism spectrum disorder (ASD) persist throughout the lifespan. Despite this persistence, even individuals without cooccurring intellectual disability show substantial heterogeneity in outcomes. Previous studies have found various behavioral assessments [such as intelligence quotient (IQ), early language ability, and baseline autistic traits and adaptive behavior scores] to be predictive of outcome, but most of the variance in functioning remains unexplained by such factors. In this study, we investigated to what extent functional brain connectivity measures obtained from resting-state functional connectivity MRI (rs-fcMRI) could predict the variance left unexplained by age and behavior (follow-up latency and baseline autistic traits and adaptive behavior scores) in two measures of outcome...”adaptive behaviors and autistic traits at least 1 y postscan (mean follow-up latency = 2 y, 10 mo). We found that connectivity involving the so-called salience network (SN), default-mode network (DMN), and frontoparietal task control network (FPTCN) was highly predictive of future autistic traits and the change in autistic traits and adaptive behavior over the same time period. Furthermore, functional connectivity involving the SN, which is predominantly composed of the anterior insula and the dorsal anterior cingulate, predicted reliable improvement in adaptive behaviors with 100% sensitivity and 70.59% precision. From rs-fcMRI data, our study successfully predicted heterogeneity in outcomes for individuals with ASD that was unaccounted for by simple behavioral metrics and provides unique evidence for networks underlying long-term symptom abatement.»...

<< Sommaire
pnas

Autisme en France : Le drame des familles 03/12/2015

«Des milliers de jeunes autistes sont pris en charge en Belgique, faute de place en France. Un scandale qui perdure depuis des années, malgré quelques bonnes volontés politiques et le combat des associations. Pire, certains parents, qui cherchent une solution de prise en charge adaptée pour leur enfant, font face à des accusations de « maltraitance ». Au coeur de l'été, le 15 juillet dernier, l'Etat français était condamné par le tribunal administratif de Paris à verser plus de 240.000 euros de dommages à sept familles d'enfants autistes pour «défaut de prise en charge adaptée». Pour deux d'entre elles, contraintes d'envoyer leur enfant en Belgique faute de places en France, la justice a également reconnu un «préjudice moral». Une première. Dans la foulée de cette condamnation, Ségolène Neuville, la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées, annonçait la fin de tout nouveau départ d'enfant ou adulte handicapé en Belgique et le déblocage d'un fonds d'amorçage de 15 millions d'euros pour financer leur accueil en France. Au même moment, les parents d'une jeune fille handicapée de 20 ans, Elodie, s'organisaient pour arranger seuls la prise en charge de leur enfant à domicile, en l'absence d'autre solution que celle de la Belgique. La commission (CDAPH) du Val-d'Oise en charge de leur dossier leur a indiqué que seul un établissement belge pourrait accueillir leur fille. «On nous a dit qu'Elodie, arrivée au terme de sa prise en charge dans un institut médico-éducatif adapté, bouchait la filière et qu'il fallait compter cinq à dix ans pour l'ouverture d'un centre à proximité de chez nous, raconte sa mère, Martine. J'ai demandé, sur le ton de la provocation: "Si ce n'est pas la Belgique, ma fille reste à la maison et je porte plainte?" On m'a répondu oui.» Quelques semaines après cet entretien houleux, Martine trouve sur son répondeur le message d'une institution belge pour lui demander si elle donnait suite à sa demande d'inscription. «Le ciel m'est tombé sur la tête. Je n'avais contacté aucun centre. J'ai découvert que cet établissement avait reçu une fiche sur ma fille estampillée du conseil départemental et de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Tous les acteurs du médico-social rentrent dans le jeu et disent aux parents qu'ils n'auront pas le choix. C'est un système lâche, hypocrite, nauséabond», explose-t-elle. J'ai demandé, sur le ton de la provocation : "Si ce n'est pas la Belgique, ma fille reste à la maison et je porte plainte ?" On m'a répondu oui. » Troubles autistiques, retard mental, problèmes d'audition...¦ Elodie cumule les handicaps. A sa naissance, le tableau était très noir. «Si nous nous en étions tenus au bilan médical, elle serait restée comme un légume dans un lit», confie sa maman. Au pays de la lourdeur administrative, cette employée de banque de 56 ans a bataillé sans relâche pour que sa fille «qui ne rentre pas dans les cases» soit toujours bien accompagnée. «Les turpitudes bureaucratiques et la bêtise humaine nous ont plus usés que le handicap», résume-t-elle. Aujourd'hui, Elodie écrit, se sert de l'ordinateur et adore la musique. De grandes victoires qui n'ont pas sonné la fin du combat pour la jeune fille qui partage désormais ses journées «entre la chambre et le salon». Son père, ingénieur territorial, vient de passer à temps partiel pour s'occuper d'elle. Un sacrifice qui représente 40 % de son salaire, mais préférable à celui de l'éloignement pour ces parents qui revendiquent «un droit à la vie de famille». «Oserait-on exiler en Belgique des personnes atteintes d'un cancer ou du sida pour qu'elles puissent se faire soigner? Oserait-on proposer à des parents d'enfants "normaux" une place d'école à 300 km de chez eux? N'avons-nous pas le droit d'aimer et de chérir comme n'importe quelle famille? Nos enfants ne sont pas du bétail qu'il s'agit de placer dans un enclos!», lâche Martine, qui attend toujours des réponses aux nombreuses lettres d'appel à l'aide qu'elle a envoyées aux politiques.»
[...]
«L'«erreur médicale du siècle» Au premier rang des accusés, l'approche psychanalytique de l'autisme qui a longtemps prévalu en France. L'«erreur médicale du siècle» aux dires des associations de parents. En 2012, la Haute Autorité de santé (HAS) a cependant jeté un pavé dans la mare en qualifiant cette approche de «non consensuelle» et en donnant la priorité aux prises en charge éducatives et comportementales, répandues hors de nos frontières. «Il nous faudra cependant des années pour sortir de ce système. Difficile d'opérer le virage après un tel marasme. D'autant qu'en France, la politique du handicap n'est pas évaluée en fonction des besoins», pointe Christel Prado, la présidente de l'Unapei. «Le ministère connaît le nombre de personnes touchées par la grippe, mais pas le nombre de personnes autistes, ironise Vincent Dennery, président du Collectif Autisme. Au moins 160.000 enfants sont touchés à des degrés divers par ce trouble neuro-développemental. Près de la moitié d'entre eux ne sont pas accompagnés du tout ou ne bénéficient que d'une prise en charge très faible.» Le « grand virage » espéré semble encore loin, et les scandales continuent d'éclater. Les dernières promesses du secrétariat d'État aux Personnes handicapées - notamment le lancement de l'expérimentation du dispositif «zéro sans solution» afin de ne laisser aucun handicapé sur le bord de la route - ont cependant bénéficié d'un bon accueil du milieu associatif. Mais le «grand virage» espéré semble encore loin, et les scandales continuent d'éclater. Derniers en date, les signalements, voire les placements abusifs d'enfants autistes à l'Aide sociale à l'enfance (ASE), l'ancienne DDASS. «Depuis un an, je reçois un dossier par semaine de parents signalés pour maltraitance, explique l'avocate Sophie Janois, qui s'est spécialisée dans la défense des autistes. Le mécanisme est souvent le même. Des parents dénoncent une prise en charge inadaptée de leur enfant. Ils deviennent “gênants”. L'ASE est avertie. Ses services découvrent que l'enfant souffre de troubles du comportement et estiment, par méconnaissance, que les parents en sont responsables. Bien que ces affaires se soldent souvent par des non-lieux, les juges prennent parfois une décision de placement ou d'action éducative en milieu ouvert. Il en résulte une prise en charge complètement inadaptée ou le déchirement d'une famille.» En août, quelque 100 associations ont dénoncé d'une seule voix cette aberration. Avec pour emblème, le cas de Rachel, une mère qui s'est fait retirer ses trois enfants dont l'un a été diagnostiqué autiste. La première, âgée de 9 ans, a été placée dans un foyer pour adolescents et les deux autres dans une pouponnière de l'ASE. Le 20 novembre, le Défenseur des droits a, lui aussi, dénoncé ce dysfonctionnement dans son rapport sur les droits de l'enfant et préconisé une formation des travailleurs sociaux et des magistrats aux troubles du spectre autistique… Dans le milieu de l'autisme, les malades ne sont pas les seuls à souffrir de troubles de la communication. »...

<< Sommaire
dupuiselise.canalblog

Autisme en France : Le drame des familles - ''Au bonheur d'Elise'' 03/12/2015

«Des milliers de jeunes autistes sont pris en charge en Belgique, faute de place en France. Un scandale qui perdure depuis des années, malgré quelques bonnes volontés politiques et le combat des associations. Pire, certains parents, qui cherchent une solution de prise en charge adaptée pour leur enfant, font face à des accusations de « maltraitance ». Au coeur de l'été, le 15 juillet dernier, l'Etat français était condamné par le tribunal administratif de Paris à verser plus de 240.000 euros de dommages à sept familles d'enfants autistes pour «défaut de prise en charge adaptée». Pour deux d'entre elles, contraintes d'envoyer leur enfant en Belgique faute de places en France, la justice a également reconnu un «préjudice moral». Une première. Dans la foulée de cette condamnation, Ségolène Neuville, la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées, annonçait la fin de tout nouveau départ d'enfant ou adulte handicapé en Belgique et le déblocage d'un fonds d'amorçage de 15 millions d'euros pour financer leur accueil en France. Au même moment, les parents d'une jeune fille handicapée de 20 ans, Elodie, s'organisaient pour arranger seuls la prise en charge de leur enfant à domicile, en l'absence d'autre solution que celle de la Belgique. La commission (CDAPH) du Val-d'Oise en charge de leur dossier leur a indiqué que seul un établissement belge pourrait accueillir leur fille. «On nous a dit qu'Elodie, arrivée au terme de sa prise en charge dans un institut médico-éducatif adapté, bouchait la filière et qu'il fallait compter cinq à dix ans pour l'ouverture d'un centre à proximité de chez nous, raconte sa mère, Martine. J'ai demandé, sur le ton de la provocation: "Si ce n'est pas la Belgique, ma fille reste à la maison et je porte plainte?" On m'a répondu oui.» Quelques semaines après cet entretien houleux, Martine trouve sur son répondeur le message d'une institution belge pour lui demander si elle donnait suite à sa demande d'inscription. «Le ciel m'est tombé sur la tête. Je n'avais contacté aucun centre. J'ai découvert que cet établissement avait reçu une fiche sur ma fille estampillée du conseil départemental et de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Tous les acteurs du médico-social rentrent dans le jeu et disent aux parents qu'ils n'auront pas le choix. C'est un système lâche, hypocrite, nauséabond», explose-t-elle. J'ai demandé, sur le ton de la provocation : "Si ce n'est pas la Belgique, ma fille reste à la maison et je porte plainte ?" On m'a répondu oui. »»...

<< Sommaire
dupuiselise.canalblog

Absence de prise en charge du handicap: le calvaire de la famille de Lotfi 03/12/2015

«TEMOIGNAGE - Ils sont des centaines comme Lotfi, un garçon de 11 ans souffrant de troubles autistiques, à devoir rester à la maison faute de solution adaptée. Sa maman témoigne, à l'occasion de la journée du handicap. Publicité LuisaviaromaIlluminez vos tenues des plus beaux bijoux DECOUVREZ Des histoires comme celle de Lotfi, 11 ans, qui souffre d'un handicap mental et de troubles autistiques, l'Unapei (fédération d'associations françaises de représentation et de défense des intérêts des personnes handicapées mentales et de leurs familles) en a récolté des centaines. Quelque 47.000 personnes handicapées sont laissées sans solution d'accompagnement en France, pointe la Fédération. Et plus de 6500 enfants et adultes handicapés, souvent autistes, sont accueillis dans des établissements en Belgique faute de structures adaptées dans l'Hexagone. Pire, des familles qui souffrent d'une prise en charge erratique de leurs enfants sont même parfois signalées à l'Aide sociale à l'enfance (ASE)...¦ Comme Lotfi, 11 ans, qui souffre d'un handicap mental et de troubles autistiques. Il a suffi d'un séjour de répit de sa mère, en juin 2012, pour le faire basculer dans la case des enfants handicapés «sans solutions». Pendant trois ans, il a été laissé sans aucun accompagnement. Epuisée, sa mère, Zineb, l'avait confié à son père dont elle est séparée et qui habite dans un département voisin. Pendant ces quelques semaines d'absence, le dossier de l'enfant est transféré sur le lieu de résidence du père. «En juillet, à mon retour, j'ai appris que mon fils n'avait plus de place. Il n'était inscrit nul part. Son institut médico-éducatif a refusé de le reprendre», raconte-t-elle.»
[...]
«Quelques mois plus tard, Zineb reçoit une lettre pour lui signaler que ses enfants faisaient l'objet d'une information préoccupante à l'aide sociale à l'enfance, l'ASE (l'ex-DDASS). «Ils ont pensé que mes enfants étaient en danger. Par contre, il n'y avait aucune réponse à ma demande de trouver une école spécialisée, se désespère-t-elle. Je suis rentrée dans un engrenage. Je pleurais tout le temps. On me disait que je ne travaillais pas - j'ai du arrêter mon mi-temps d'agent administratif pour m'occuper de Lotfi - que mon fils n'était plus scolarisé… Il n'est pas dangereux mais comme il se comportait mal, ils ont estimé que ma fille de huit ans n'avait pas à vivre cette situation. C'est comme s'ils voulaient déchirer ma famille. Et puis j'avais peur que l'on m'oblige à placer mon fils en Belgique, que l'État décide à ma place.». Un rendez-vous avec un juge permet cependant à Zineb de calmer un peu le jeu. Ses enfants ne lui seront pas enlevés mais une «mesure ouverte» est mise en place, soit la venue d'un éducateur à domicile qui s'assure du bien-être des enfants. Grâce à une association d'autistes, elle vient récemment de trouver une unité mobile interdépartementales (UMI) pour s'occuper de son fils, après trois longues années sans prise en charge. »...

<< Sommaire
lefigaro

How does environmental enrichment reduce repetitive motor behaviors? Neuronal activation and dendritic morphology in the indirect basal ganglia pat... - PubMed - NCBI 03/12/2015

«Abstract Repetitive motor behaviors are observed in many neurodevelopmental and neurological disorders (e.g. autism spectrum disorders, Tourette syndrome, fronto-temporal dementia). Despite their clinical importance, the neurobiology underlying these highly stereotyped, apparently functionless behaviors is poorly understood. Identification of mechanisms that mediate the development of repetitive behaviors will aid in the discovery of new therapeutic targets and treatment development. Using a deer mouse model, we have shown that decreased indirect basal ganglia pathway activity is associated with high levels of repetitive behavior. Environmental enrichment (EE) markedly attenuates the development of such aberrant behaviors in mice, although mechanisms driving this effect are unknown. We hypothesized that EE would reduce repetitive motor behaviors by increasing indirect basal ganglia pathway function. We assessed neuronal activation and dendritic spine density in basal ganglia of adult deer mice reared in EE and standard housing. Significant increases in neuronal activation and dendritic spine densities were observed only in the subthalamic nucleus (STN) and globus pallidus (GP), and only for those mice that exhibited an EE-induced decrease in repetitive motor behavior. As the STN and GP lie within the indirect pathway, these data suggest that EE-induced attenuation of repetitive motor behaviors is associated with increased functional activation of the indirect basal ganglia pathway. These results are consistent with our other findings highlighting the importance of the indirect pathway in mediating repetitive motor behaviors.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

SLEEP - Sleep Dependent Memory Consolidation in Children with Autism Spectrum Disorder 01/12/2015

«Study Objectives: Examine the role of sleep in the consolidation of declarative memory in children with autism spectrum disorder (ASD). Design: Case-control study. Setting: Home-based study with sleep and wake conditions. Participants: Twenty-two participants with ASD and 20 control participants between 9 and 16 y of age. Measurements and Results: Participants were trained to criterion on a spatial declarative memory task and then given a cued recall test. Retest occurred after a period of daytime wake (Wake) or a night of sleep (Sleep) with home-based polysomnography; Wake and Sleep conditions were counterbalanced. Children with ASD had poorer sleep efficiency than controls, but other sleep macroarchitectural and microarchitectural measures were comparable after controlling for age and medication use. Both groups demonstrated better memory consolidation across Sleep than Wake, although participants with ASD had poorer overall memory consolidation than controls. There was no interaction between group and condition. The change in performance across sleep, independent of medication and age, showed no significant relationships with any specific sleep parameters other than total sleep time and showed a trend toward less forgetting in the control group. Conclusion: This study shows that despite their more disturbed sleep quality, children with autism spectrum disorder (ASD) still demonstrate more stable memory consolidation across sleep than in wake conditions. The findings support the importance of sleep for stabilizing memory in children with and without neurodevelopmental disabilities. Our results suggest that improving sleep quality in children with ASD could have direct benefits to improving their overall cognitive functioning.»...

<< Sommaire
journalsleep

Nandy : les directeurs des sites pour autisme limoges, le personnel outre 01/12/2015

««C'est le quatrième directeur général qui part en quatre ans ! Le président a un vrai problème je pense...» Plusieurs dizaines de personnels de l'association pour autistes Sagep, basée à Chelles et qui gère notamment trois structures à Nandy accueillant 63 autistes, sont venues manifester leur incompréhension et leur colère sur le site de Nandy vendredi après avoir appris que le président, Marcel Hérault, venait de licencier le directeur général Jean-Luc Bonnefoy et lançait la même procédure pour le directeur de Nandy, Christian Parfaite. Ces renvois sont le point d'orgue d'un litige entamé en 2011 entre Marcel Hérault et Christian Parfaite. A l'époque, ce dernier s'était fait remonter les bretelles par l'Agence régionale de santé pour des irrégularités financières, des transferts d'argent entre différents structures de l'association.»...

<< Sommaire
leparisien

''Agir pour une société inclusive'' Les Rencontres PEP 2015 30/11/2015

«L'objectif de la troisième édition des Rencontres PEP sera de débattre autour de la thématique "Agir pour une société inclusive". Trois jours durant, devant un parterre de chercheurs, de personnalités politiques, de représentants d'entreprises, d'acteurs associatifs et d'organismes publics, se tiendront des tables rondes, des conférences, des ateliers, ainsi qu'un forum emplois et un espace village. Au menu, les enjeux et la nécessité de la mise en place d'une société inclusive. En outre, ces rencontres 2015 revêtent un caractère exceptionnel. Elle seront l'occasion de fêter les 100 ans de notre fédération.»
[...]
« Le 10/12/15 - De 09:30 à 10:15 Discours d’ouverture par Jean-Pierre Villain : Président de la Fédération Générale des PEP en présence de Madame Najat Vallaud-Belkacem : Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Le 10/12/15 - De 10:15 à 12:00 Présentation de la 2ème édition du baromètre sur la société inclusive par TNS Sofres. Le 10/12/15 - De 12:00 à 12:30 Célébration du Centenaire des PEP. Introduction à l’Histoire des PEP Le 10/12/15 - De 16:00 à 18:00 Conférence de Gérard Delfau : ancien Sénateur, Maître de conférence honoraire de l’Université Paris 7, Président d’ÉGALE (Égalité, Laïcité, Europe) et Administrateur de la Fédération Générale des PEP « Solidarité et laïcité : bases philosophiques et politiques de la société inclusive » Le 10/12/15 - De 18:00 à 20:00 Conférence de Jean-Yves Rochex : psychologue, professeur en sciences de l’éducation à Paris 7 « Inégalités sociales et crise des solidarités » Le 11/12/15 - De 09:30 à 10:45 En présence de Madame Ségolène Neuville : Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion. Table-ronde : Philippe Mazereau : Maître de conférences à l’Université de Caen-Basse-Normandie, Nicolas Guirimand : Maître de conférences à l’Université de Rouen, Christophe Berthelot : Représentant des associations départementales PEP au sein du Comité de pilotage Recherche Action, Typhaine Mahé : chargée de mission évaluation et actions innovantes à la CNSA *pressentis Le 11/12/15 - De 14:30 à 15:30 Conférence de Mathias Gardet : Professeur des Universités à l’Université de Paris 8 Vincennes/Saint-Denis, Auteur des Tomes 1 et 2 de l’Histoire des PEP Le 11/12/15 - De 16:00 à 18:00 Conférence de Pascal Jacob : Président d’Handidactique, auteur du rapport « L’accès aux soins et à la santé des personnes handicapées ». Parcours et accompagnement. »...

<< Sommaire
lesrencontrespep

''Agir pour une société inclusive'' Les Rencontres PEP 2015 30/11/2015

«L'objectif de la troisième édition des Rencontres PEP sera de débattre autour de la thématique "Agir pour une société inclusive". Trois jours durant, devant un parterre de chercheurs, de personnalités politiques, de représentants d'entreprises, d'acteurs associatifs et d'organismes publics, se tiendront des tables rondes, des conférences, des ateliers, ainsi qu'un forum emplois et un espace village. Au menu, les enjeux et la nécessité de la mise en place d'une société inclusive. En outre, ces rencontres 2015 revêtent un caractère exceptionnel. Elle seront l'occasion de fêter les 100 ans de notre fédération.»
[...]
« Le 10/12/15 - De 09:30 à 10:15 Discours d’ouverture par Jean-Pierre Villain : Président de la Fédération Générale des PEP en présence de Madame Najat Vallaud-Belkacem : Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Le 10/12/15 - De 10:15 à 12:00 Présentation de la 2ème édition du baromètre sur la société inclusive par TNS Sofres. Le 10/12/15 - De 12:00 à 12:30 Célébration du Centenaire des PEP. Introduction à l’Histoire des PEP Le 10/12/15 - De 16:00 à 18:00 Conférence de Gérard Delfau : ancien Sénateur, Maître de conférence honoraire de l’Université Paris 7, Président d’ÉGALE (Égalité, Laïcité, Europe) et Administrateur de la Fédération Générale des PEP « Solidarité et laïcité : bases philosophiques et politiques de la société inclusive » Le 10/12/15 - De 18:00 à 20:00 Conférence de Jean-Yves Rochex : psychologue, professeur en sciences de l’éducation à Paris 7 « Inégalités sociales et crise des solidarités » Le 11/12/15 - De 09:30 à 10:45 En présence de Madame Ségolène Neuville : Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion. Table-ronde : Philippe Mazereau : Maître de conférences à l’Université de Caen-Basse-Normandie, Nicolas Guirimand : Maître de conférences à l’Université de Rouen, Christophe Berthelot : Représentant des associations départementales PEP au sein du Comité de pilotage Recherche Action, Typhaine Mahé : chargée de mission évaluation et actions innovantes à la CNSA *pressentis Le 11/12/15 - De 14:30 à 15:30 Conférence de Mathias Gardet : Professeur des Universités à l’Université de Paris 8 Vincennes/Saint-Denis, Auteur des Tomes 1 et 2 de l’Histoire des PEP Le 11/12/15 - De 16:00 à 18:00 Conférence de Pascal Jacob : Président d’Handidactique, auteur du rapport « L’accès aux soins et à la santé des personnes handicapées ». Parcours et accompagnement. »...

<< Sommaire
lesrencontrespep

Autism and AAC: Wretches and Jabberers 30/11/2015

«Too often in the world today individuals with disabilities, specifically autism, are considered unintelligent and insignificant to society as a whole. Wretches and Jabberers documents the journey of two men with autism as they travel around the globe to advocate and educate others about autism. The two men, Tracy Thresher (42) and Larry Bissonnette (52) can attest to the challenges persons with autism face as each grew up isolated from society and the public school system, because they were seen as "retarded." Once each learned to communicate through typing, their work of advocacy began. The film documents their visit to see individuals with autism in Sri Lanka, Japan, and Finland to discuss public attitudes about autism, ways to reconsider competency, and the future. Not only does Wretches and Jabberers give insight to the reality of having autism and helps put an end to the stigma regarding persons with autism's intellect, but it also portrays the various communication forms and Augmentative and Alternative Communication (AAC) persons with disabilities can use to foster effective communication. Common misconceptions of individuals with autism is that since they cannot speak or consistently control their actions and emotions, it must mean that they have an intellectual disability. Antti Lappalainen, an individual Tracy and Larry met in Finland states, "Not being able to speak does not make our heads empty." Though some individuals with severe autism cannot speak, they have extremely bright minds. Larry even says in the film, "Poor social skills caused by intelligence lack, not true." Acquiring access to communicate through typing has helped these individuals gain a voice. Each of the individuals Tracy and Larry met, including themselves, used some sort of AAC device that involved a keyboard. Larry and Tracy typically have assistance in this. Both Pascal Cheng, Larry's assistant, and Harvey Lavoy, Tracy's assistant, place a hand on their client's arm to steady it while they type out what they want to say. This is referred to facilitated communication or supported typing, which originated in the 1970's, and can be seen as quite controversial. ASHA states that various forms of abuse and other social implications have been reported with the technique, whereas the Institute on Communication and Inclusion (ICI) includes different training processes and other forms of informative data and timelines to support facilitated communication. Wretches and Jabberers portrays this technique and shows that along with physical support for typing, each assistant also provides mental and emotional support as well. This allows Tracy and Larry to most effectively communicate and socially interact with others. As noted in the film, individuals with autism can become frustrated with their difficulties. Expressing themselves through communication has helped ease these frustrations. Along with physical support for typing, each assistant also provides mental and emotional support as well. This allows Tracy and Larry to most effectively communicate and socially interact with others. As noted in the film, individuals with autism can become frustrated with their difficulties. Expressing themselves through communication has helped ease these frustrations. Attaining this form of communication has opened up an entire new world for Tracy and Larry. Before learning to type, their world was secluded and dark. Each had so much to communicate, but no way to express it. For years, the misconceptions and solitude took its toll. The urge to express themselves and communicate was even described as a raging beast waiting to emerge. As Tracy and Larry embarked on their journey across the world they found their purpose in life. Wretches and Jabberers are changing the world's perspectives on autism one viewing at a time.»...

<< Sommaire
roselanc.blogspot

Le Conseil d'Etat : L'engagement dans la fonction publique pour defendre les valeurs de la Republique 27/11/2015

«I. Il nous faut tout d'abord faire retour sur nous-mêmes, retrouver nos repères et revenir à la source du pacte républicain. A. Les responsables publics et les institutions qu'ils représentent sont les garants de l'ensemble des principes de la République, que proclament, avec des mots si simples et clairs, la Déclaration des droits de l'Homme, le préambule et le titre Ier de notre Constitution. Ce sont des valeurs universelles, fondatrices de l'Etat de droit moderne, placées depuis 1789 au coeur du contrat social conclu entre le peuple français et ses gouvernants et reçues en partage par toutes les nations démocratiques. Ces principes sont aussi ceux du service public, de son organisation et de son fonctionnement quotidien : la continuité, l'égalité et la mutabilité composent le triptyque des « lois de Rolland », qui ont été systématisées au début du XXème siècle et auxquelles s'ajoutent les principes de neutralité et de laicité. Ces règles de conduite animent l'ensemble des agents de la sphère publique, sans pour autant exclure ou entrer en contradiction avec d'autres valeurs professionnelles, comme la reconnaissance du mérite - pour cause notamment d'article 6 de la Déclaration des droits de l'Homme -, l'efficacité ou la performance. On ne saurait à cet égard opposer, d'une manière binaire, les secteurs public et privé : si le service de l'intérêt général est notre signe distinctif, notre marque de fabrique, les deux secteurs se réfèrent à des exigences professionnelles souvent communes et leurs méthodes de travail peuvent s'enrichir mutuellement. La fonction publique s'est trop longtemps et à son détriment défiée des nouveaux outils de gestion et d'évaluation de son efficacité ou des mérites de ses agents. Elle est au contraire fidèle à ses valeurs, en faisant preuve de résilience, d'imagination et de capacité d'adaptation. B. Il faut le souligner nettement : les principes de la République sont un patrimoine qui nous vient de loin, ils sont inscrits dans notre devise et au frontispice de nos édifices publics. Mais ils doivent se traduire en actes : car ils sont une exigence impérieuse pour le temps présent et une promesse pour l'avenir de notre pays. Les défendre, ce n'est pas invoquer, d'une manière incantatoire, des idées abstraites et désincarnées ; ce n'est pas non plus réclamer, d'une manière rétrograde, la restauration d'un prétendu âge d'or. C'est au contraire les faire vivre dans la société d'aujourd'hui, par des mesures concrètes et utiles, d'une façon innovante, en faisant preuve d'imagination créatrice, dans la fidélité à ce qu'ils ont d'essentiel. Il ne faut par conséquent pas se contenter de formules creuses ou d'habitudes sclérosantes, il faut actualiser nos principes et les inscrire dans la réalité : comment, par exemple, exercer les libertés d'opinion, d'expression et de réunion, face aux menaces qui pèsent sur nous ? Que signifie l'égalité d'accès à la fonction publique, quand tant de nos compatriotes en sont de facto exclus ? La fraternité a-t-elle encore un sens dans une société éclatée et défiante ? Il n'y aura de réponses solides à ces questions qu'en nous réappropriant nos règles et nos principes fondateurs. On doit à cet égard se réjouir de l'expression solennelle, dans le projet de loi relatif à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires, des règles qui s'imposent aux agents publics : dignité, impartialité, intégrité, probité, neutralité, laicité, prévention et résolution des conflits d'intérêts...¦ Mais plus fondamentalement, il faut aussi que ces agents contribuent à réduire la distance, voire parfois la fracture entre les principes de la République et la réalité. Le temps des incantations doit faire place à celui des réalisations. Il nous faut revivifier le modèle républicain.»
[...]
«Pour atteindre nos objectifs et relever les défis du temps présent, notre démarche doit être guidée par une éthique de l’exemplarité. A. Pour vaincre le soupçon et le doute qui pèsent désormais sur tous les acteurs publics, notre devoir est de vivre, de manière plus exigeante, cette éthique de l’exemplarité. On demande – et c’est légitime - aux serviteurs de la chose publique plus que la conformité à la Constitution et à la loi, plus que le sens commun et la probité du « bon père de famille » ou, pour être correct, de la « bonne mère de famille ». On attend d’eux des preuves de désintéressement et de dévouement à l’intérêt général ; plus encore : la dignité inhérente à l’exercice d’une parcelle de la puissance publique. Ce qui anime les responsables publics, c’est justement la conscience vive et claire de se savoir chargés d’un projet qui les dépasse. Ils ne jouent pas une aventure personnelle, ni même collective ; ils servent le bien public et contribuent, par leur engagement, à l’exercice plein et digne de notre souveraineté. Notre conduite doit exprimer cet état et cette conviction. Nous devons, par conséquent, être plus que jamais responsables ensemble mais aussi individuellement, face à nos hiérarchies ou au corps social, du bon accomplissement de nos missions. Les exercer avec modestie, sans arrogance, ni morgue, ni pompe. Et pratiquer une déontologie exemplaire. »...

<< Sommaire
conseil-etat

Film « Wretches & Jabberers » : vous ne verrez plus les autistes severes comme avant ! | The autist 27/11/2015

«Et si les autistes sévères étaient intelligents ? Et si, malgré leurs tocs, leur quasi-absence de langage, leurs troubles sévères du comportement, leur apparente insensibilité et inconscience des autres et du monde dans lequel ils vivent, étaient aussi intelligents que vous et moi (mais avec une intelligence différente), capables de pensées profondes ? Je me garderai bien de répondre pour tous les autistes sévères, mais pour ceux que j'ai vu dans le film Wretches and jabberers, je peux affirmer que oui. Car en visionnant ce DVD j'ai pris une énorme claque. Ce film a été présenté vendredi 13 novembre à Bruxelles à The Extraordinary film festival. Dans ce film, deux hommes autistes américains (présents à la projection) voyagent dans divers pays pour changer la vision du handicap et de l'intelligence (« voir l'intelligence plutôt que le handicap ») et aider les autistes à briser l'isolement qu'ils ont si bien connu. Tracy Thresher (42 ans) et Larry Bissonnette (52 ans), autistes sévères avec de gros troubles du comportement, considérés comme retardés mentaux, ont été exclus du milieu ordinaire dès le plus jeune âge et ont passé de longues années en institutions psychiatriques, incapables de transmettre leur intelligence. Ils n'ont appris à communiquer qu'à l'âge adulte en tapant des mots à l'ordinateur vocal qui prononce leurs mots avec une voix de synthèse, leur donnant ainsi un moyen d'exprimer leurs pensées, les sentiments et les besoins. Ce moyen de communication a changé leur vie de façon spectaculaire. Il est juste sidérant de voir l'écart entre leur apparence (car ils ont de gros troubles sensoriels, un visage inexpressif et semblent incapables de la moindre interaction) et leurs pensées intérieures, leur conscience aiguë des autres, leur humour, leur compréhension du monde et leur sagesse, que peu de personnes ont. Si vous le voyez, vous prendrez sans doute une énorme claque et vous ne verrez plus du tout les autistes sévères comme avant...¦ Extraits Réponse de Larry, répondant à la question : « Quelle est l'idée la plus fausse la plus répandue sur l'autisme ? » « Des compétences sociales pauvres dues à un manque d'intelligence. » « Rien de ce que j'ai fait n'a pu convaincre les autres que j'avais une vie intérieure, jusqu'à ce que je commence à communiquer. » Tracy : « Nous sommes l'exemple même d'une toute autre intelligence qui s'exprime très différemment » Naoki (autiste sévère japonais, auteur du livre Sais-tu pourquoi je saute ?) « Personne ne me comprenait quoi que je fasse, comme faire une crise, pleurer ou hurler. »»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

A Comparison between iPad-Assisted and Teacher-Directed Reading Instruction for Students with Autism Spectrum Disorder (ASD) - Online First - Springer 25/11/2015

«Abstract We conducted an alternating treatment research design to investigate the effects of a multicomponent reading comprehension intervention on reading comprehension performance and task refusal behavior of three elementary students with autism spectrum disorder (ASD). This study also sought to investigate the effects of utilizing teacher-directed instruction (TDI) in comparison to iPad® -assisted instruction (IAI) as the primary mode of instructional delivery during reading sessions. The multicomponent intervention during the TDI sessions consisted of teaching text preview strategy (i.e., looking at text and picture, making predictions), identifying the main idea of each paragraph using a graphic organizer, and the use of a token economy system. Whereas IAI treatment sessions consisted of the use of an iPad® application that focused on identifying main idea paired with implementing a token economy system for task completion. Three elementary students identified with ASD participated in this study. Results indicate that the multicomponent intervention implemented during both conditions was associated with improved performance on curriculum-based measure (CBM) probes during TDI and IAI treatments, with an indication that the TDI treatment was more effective in increasing accuracy of responding on CBM probes in comparison to the IAI condition. Findings from this study also indicate that both treatment conditions (TDI and IAI) were associated with a reduction of task refusal for the three participants with fewer occurrences of the challenging behavior during IAI in comparison to TDI treatment.»...

<< Sommaire
link.springer

A Comparison of PECS and iPad to Teach Requesting to Pre-schoolers with Autistic Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI 25/11/2015

«Few studies have compared the efficacy of the Picture Exchange Communication System (PECS) and iPads used as speech generating devices (SGDs), and none have targeted preschoolers. This study compares the relative efficacy of PECS and an iPad/SGD with three preschool-aged children with autism spectrum disorder and limited functional speech who lived in Malta. The study utilized an adapted alternating treatment design embedded in a multiple baseline design, with requesting of reinforcers as the dependent variable. Visual analysis of the results indicated that all participants required more prompted trials and sessions for the iPad/SGD condition. All participants learned a three step navigational sequence on the iPad. Participant preference probes were inconclusive and were not linked to speed of acquisition of requesting skills. Results suggest that both PECS and an iPad could be appropriate for teaching requesting skills to beginning communicators.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Des eleves autrement capables! | Ancreai 25/11/2015

«Paris 03 Décembre 2015 MAIF Scolarisation et handicap : 10 ans après la loi de 2005 A l'occasion de la journée internationale des personnes handicapées, la MAIF et ses partenaires l'APPEA, la DGESCO, la Fédération des APAJH, la FNASEPH et l'INSHEA organisent un colloque qui se déroulera le Jeudi 3 décembre 2015 au Pan Piper, Impasse Lamier - Paris 11ème. Au cours de ce colloque, seront abordés lors de tables rondes les sujets suivants :
• De la loi de 2005 à l'école inclusive.
• Des professionnels autrement compétents pour des élèves autrement capables.

• L'impact sociétal de l'école inclusive. La journée sera également l'occasion de donner la parole à de jeunes gens en situation de handicap.»...

<< Sommaire
ancreai

Colloque handicap 25/11/2015

«Après la loi votée en 2005, où en sommes-nous ? Ce colloque permettra de faire le point sur les changements réalisés en 10 ans. Les réussites mais également les axes de progrès à effectuer en faveur d'un accès à l'école pour tous et d'un parcours de formation réussi. Pour rappel, la loi n° 2005-102 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, votée le 11 février 2005, affirme le droit pour chacun à une scolarisation en milieu ordinaire au plus près de son domicile, à un parcours scolaire continu et adapté. Colloque sur invitation, réservé aux professionnels Colloque - PARIS 03/12/2015 - Nombre de places limitées»...

<< Sommaire
maif

Atypical Visual Saliency in Autism Spectrum Disorder Quantified through Model-Based Eye Tracking. - PubMed - NCBI 25/11/2015

«Abstract The social difficulties that are a hallmark of autism spectrum disorder (ASD) are thought to arise, at least in part, from atypical attention toward stimuli and their features. To investigate this hypothesis comprehensively, we characterized 700 complex natural scene images with a novel three-layered saliency model that incorporated pixel-level (e.g., contrast), object-level (e.g., shape), and semantic-level attributes (e.g., faces) on 5,551 annotated objects. Compared with matched controls, people with ASD had a stronger image center bias regardless of object distribution, reduced saliency for faces and for locations indicated by social gaze, and yet a general increase in pixel-level saliency at the expense of semantic-level saliency. These results were further corroborated by direct analysis of fixation characteristics and investigation of feature interactions. Our results for the first time quantify atypical visual attention in ASD across multiple levels and categories of objects.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

** Atypical working memory decline across the adult lifespan in autism spectrum disorder? 25/11/2015

«Whereas working memory (WM) performance in typical development increases across childhood and adolescence, and decreases during adulthood, WM development seems to be delayed in young individuals with autism spectrum disorder (ASD). How WM changes when individuals with ASD grow old is largely unknown. We bridge this gap with a cross-sectional study comparing age-related patterns in WM performance (n-back task: 3 load levels) among a large sample of individuals with and without ASD (N = 275) over the entire adult life span (19-79 years) as well as interindividual differences therein. Results demonstrated that, despite longer RTs, adults with ASD showed similar WM performance to adults without ASD. Age-related differences appeared to be different among adults with and without ASD as adults without ASD showed an age-related decline in WM performance, which was not so evident in adults with ASD. Moreover, only IQ scores reliably dissociated interindividual differences in age-gradients, but no evidence was found for a role of basic demographics, comorbidities, and executive functions. These findings provide initial insights into how ASD modulates cognitive aging, but also underline the need for further WM research into late adulthood in ASD and for analyzing individual change trajectories in longitudinal studies.»...

<< Sommaire
psycnet.apa

AESH : une professionnalisation qui se fait attendre - Savoirs & connaissances magazine 24/11/2015

«Depuis 2012 et l'arrivée au pouvoir de François Hollande, les initiatives se sont multipliées pour avancer dans la professionnalisation du personnel chargé d'accompagner les élèves en situation de handicap. Ce travail a abouti à la circulaire de juillet 2014 fixant les conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH). Mais, pour le syndicat enseignant SE-Unsa, tout reste encore à faire pour assurer une véritable formation à ces personnels tout en leur permettant de sortir de la précarité. Selon le SE-Unsa, « les conditions de travail et d'emploi des CUI, CDD et CDD sous mission assistance handicap ne cessent de se dégrader : temps partiel subi, absence de formation, pas de visibilité sur l'avenir, temps de travail aléatoire, salaire en-dessous du seuil de pauvreté, multiplicité des interlocuteurs...¦ La diversité des contrats pour effectuer le même travail est un non-sens. Le statut d'AESH, crée en juin 2014, avait pour objectif de reconnaitre la professionnalité des accompagnants par une formation et un diplôme reconnu. Plus d'un an après la réforme, les AESH se sentent seul(e)s , sans aucune nouvelle de ce diplôme et sans aucune formation. Pour que l'avenir de ces personnels s'éclaircisse, le ministère de l'éducation nationale doit prendre toutes ses responsabilités d'employeur. » Afin de pousser à une nouvelle avancée sur ce terrain, le SE-Unsa a lancé une pétition en ligne. Il s'agit de demander à ce que le diplôme tant promis voit enfin le jour et que la formation adéquate soit mise en place. « Pour des contrats de droit public uniquement, pour un salaire décent, pour une professionnalité reconnue », ce syndicat appelle à signer massivement. Selon la circulaire de juillet 2014, on reste encore dans un certain flou puisqu'il est précisé une refonte prochaine des diplômes relatifs à l'accompagnement des personnes. Le diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale, le diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique ou mention complémentaire aide à domicile vont être repensés pour être remplacés par un diplôme professionnel unique. Ce dernier intégrera les spécificités liées à l'accompagnement des élèves en situation de handicap. Selon le site Intégration Scolaire & Partenariat, « il semble que ce soit la mise au point de ce nouveau diplôme qui pose actuellement le plus de problème. C'est un diplôme de niveau 5 (CAP) qui est en cours d'élaboration sous la responsabilité du ministère de la santé. Les négociations sont très complexes. Il y a tout un pan des missions des AVS qui ne se retrouveraient pas dans le diplôme mis en place (parce que relevant du niveau 4), dont tout ce qui est accompagnement des apprentissages, mais aussi les compétences en informatique par exemple...¦ Le diplôme ne prendra en compte qu'une partie des missions des AVS, tout ce qui sera autour de la vie quotidienne. Des débats aussi autour de la question des accompagnements en dehors des temps de scolarisation. En dehors des arbitrages fait par l'éducation nationale, il faut interpeler d'autres acteurs pour prévoir les accompagnements hors temps scolaire. Il faut des compétences sur l'évaluation de l'accompagnement hors temps scolaire au sein des MDPH. »»...

<< Sommaire
savoir.actualitte

Nouveau depart pour les parents et les aidants qui travaillent: la Commission lance une consultation publique sur l'equilibre entre vie professionnelle et vie privee - Emploi, affaires sociales et inclusion - Commission europeenne 24/11/2015

«18/11/2015 La Commission européenne a lancé aujourd'hui une consultation publique sur la manière d'améliorer l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée et de réduire les obstacles à la participation des femmes au marché du travail, contribuant ainsi à atteindre le principal objectif de la stratégie Europe 2020 en ce qui concerne l'emploi. Cette consultation fait suite au retrait de la proposition de la Commission de 2008 visant à modifier la directive de 1992 relative au congé de maternité. La Commission s'engage à remplacer la proposition par l'initiative «nouveau départ» dans son programme de travail 2016. Elle aura pour objectif de remédier à la faible participation des femmes au marché du travail par l'amélioration de l'actuel cadre juridique et politique de l'UE, de permettre aux personnes ayant des proches à leur charge et aux parents qui travaillent, de mieux équilibrer leurs responsabilités familiales et professionnelles, de favoriser un meilleur partage des responsabilités familiales entre les femmes et les hommes, de renforcer l'égalité des sexes. Un processus de consultation des partenaires sociaux européens sur les améliorations possibles de la législation européenne en matière d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée a été lancé le 11 novembre. Le document de la consultation donne un aperçu des défis majeurs pour les parents et les personnes avec des responsabilités familiales, en matière d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée et dresse le bilan des mesures déjà en place au niveau européen. En parallèle à la consultation des partenaires sociaux sur les mesures législatives, la consultation lancée aujourd'hui invite le public à se prononcer sur ces défis et les mesures possibles au niveau de la politique européenne. Ces mesures pourraient inclure des recommandations générales d'action, des échanges de bonnes pratiques entre les Etats membres et les parties concernées, un suivi renforcé dans le cadre du semestre européen, un soutien financier renforcé au niveau européen. La consultation en ligne est ouverte jusqu'au 17 février 2016.»...

<< Sommaire
ec.europa

Autisme : des chercheurs expliquent comment la maladie affecte le cerveau 23/11/2015

«Les troubles du spectre autistique (TSA) désignent des troubles neurologiques qui affectent les relations sociales et la communication. Ils se manifestent aussi par des comportements inhabituels (répétitifs, notamment) et le traitement anormal de l'information sensorielle chez les personnes qui en sont atteintes. TSA : 650 000 personnes touchées en France Les TSA, qui englobent l'autisme, le syndrome d'Asperger ou le trouble envahissant du développement - non spécifié (TED...‘ns), toucheraient plus de 3 millions de personnes dans l'union européenne dont environ 650 000 en France. Un enfant sur 68 serait ainsi atteint de TSA, selon des estimations récentes du Centre pour le contrôle des maladies aux Etats-Unis. A l'aide de l'Imagerie par résonance magnétique (IRM), une équipe de chercheurs, dirigée par Andréas Frick de l'Inserm, a observé, chez une souris affectée par le syndrome de l'X fragile (un trouble neurodéveloppemental étroitement lié à l'autisme), une altération des connections et de la communication entre différentes zones du cerveau. Ces nouvelles données, publiées le 20 novembre 2015 dans la revue Science Advances, pourraient expliquer certains symptômes des troubles du spectre autistique comme l'hypersensibilité aux informations sensorielles ou les altérations de la perception visuelle. Aussi, ces résultats rejoignent des hypothèses émises depuis longtemps»...

<< Sommaire
topsante

Proces pour mise en danger : la MDPH relaxee 21/11/2015

«C'était une première en France. Laurence Lemaitre engageait une procédure pénale pour faire condamner la MDPH de Nancy sur le fondement de « délaissement de personne vulnérable » (article complet en lien ci-dessous). Cette jeune femme de 34 ans, tétraplégique, se déplace exclusivement en fauteuil électrique et a besoin d'aide pour tous les actes de sa vie quotidienne : se lever, se doucher, manger, se coucher... Mais, en octobre 2014, l'aide humaine dont elle bénéficiait est passée de 22 heures par jour à 9h56, sans que son état de santé ne se soit amélioré. Laurence avait donc décidé de porter plainte devant le Tribunal correctionnel de Nancy, contre la MDPH. Un appel possible ? Selon un article paru dans l'Est républicain, l'avocat de la MDPH, Me Bruno Zillig, « a justifié ce tour de vis par le déménagement de Laurence Lemaitre vers un logement adapté à son handicap. Il y avait donc moins besoin de l'aider. D'autant moins que la trentenaire vit maintenant avec un compagnon qui est susceptible de l'assister au quotidien. » Au vu de ces éléments, le 2 novembre 2015, le tribunal a tranché, après s'être accordé un délai de réflexion dans cette affaire délicate, et a prononcé la relaxe de la MDPH, déboutant ainsi la plaignante tétraplégique. Contactée par handicap.fr, son avocate, Me Alexandra Grévin, dit ne pas avoir encore reçu le jugement écrit. Sa cliente, juridiquement, peut faire appel de cette décision mais il faut attendre de voir comment le jugement a été motivé et sur quels fondements la plainte a été rejetée.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Handicap et protection de l'enfance : des droits pour des enfants invisibles | Le Defenseur des Droits 20/11/2015

«A l'occasion de la journée internationale des droits de l'enfant, le 20 novembre, le Défenseur des droits et la Défenseure des enfants, son adjointe, rendent public leur rapport annuel sur les droits de l'enfant. Saisi de multiples réclamations provenant de parents, d'associations ou de professionnels, le Défenseur des droits a voulu consacrer son rapport sur un sujet peu connu et peu traité : les enfants en situation de handicap et pris en charge par les services de la protection de l'enfance. Ce rapport du Défenseur des droits, au sujet inédit dans le paysage institutionnel, met en exergue la grande hétérogénéité et la grande complexité des situations et les difficultés spécifiques auxquelles sont confrontées les familles, la fragilisation extrême de ces enfants les exposant tout particulièrement à des dénis de leurs droits : à la santé, à la scolarité, à une vie en famille, à la protection contre la violence sous toutes ses formes... .»
[...]
« Le rapport PROPOSITION 1 : De nombreux enfants en situation de handicap se trouvent aujourd’hui, en l’absence de réponses adaptées à leurs besoins de compensation contraints, de rester à domicile ou accueillis par défaut dans des structures relevant de la protection de l’enfance, et se voient ainsi privés de certains de leurs droits fondamentaux. Le Défenseur des droits recommande ainsi : –– la mise en place systématisée de fiches de liaison entre l’ASE et la MDPH pour chaque mineur pris en charge ainsi que la création d’un référent ASE au sein des MDPH, et réciproquement, afin de faciliter le suivi des décisions d’orientation ; –– de mettre en place un système de recensement des besoins des enfants handicapés et d’information sur l’offre institutionnelle permettant d’obtenir, en temps réel, des données objectives au niveau national ; –– d’accompagner la création de places en établissements spécialisés du développement d’équipes mobiles, sanitaires et médico-sociales, en appui des structures et des familles d’accueil de l’ASE ; –– que les maisons départementales des personnes handicapées soient assistées dans la mise en place d’un mécanisme de suivi de leurs décisions d’orientation ; –– de définir des critères objectifs de gestion de listes d’attente par les établissements spécialisés et de mettre en place un suivi externe de la mise en oeuvre des conditions et modalités d’admission ; –– d’assurer une égalité territoriale dans l’accès des familles aux structures de diagnostic ; le diagnostic précoce doit être considéré comme une priorité des politiques publiques ; –– de prendre des mesures visant à réduire les inégalités dans l’accès aux soins pédopsychiatriques sur l’ensemble du territoire, à renforcer la formation des professionnels du milieu médical aux problématiques de santé mentale, et à garantir l’accueil des mineurs dans un service qui leur soit spécifiquement destiné avec des personnels spécialisé ; –– de mettre en cohérence les évolutions de l’offre de service relevant tant des Départements. PROPOSITION 2 : Il a été constaté que l’appréciation du danger ou du risque de danger pouvait résulter d’une méconnaissance du handicap, notamment pour les acteurs de l’Education nationale. Aussi, le Défenseur des droits recommande : –– de renforcer les liens entre la médecine scolaire et les services de la PMI, dans le cadre de protocoles et de formations croisées relatives au handicap ; –– de sensibiliser les acteurs de l’Education nationale au handicap et aux spécificités d’une prise en charge par le dispositif de protection de l’enfance ; –– la mise à la disposition généralisée, pour les enseignants, de guides pratiques contenant des informations relatives aux différents partenaires, à l’orientation vers les structures de diagnostic, à la prévention du harcèlement des élèves handicapés, à la sensibilisation au repérage et à la gestion des troubles du comportement… PROPOSITION 11 : La dimension de la scolarité est déterminante pour les enfants relevant de la protection de l’enfance, d’autant plus lorsqu’ils sont en situation de handicap. Aussi, le Défenseur des droits préconise : –– une révision de l’article D. 351-10 du code de l’éducation relatif à la composition de l’équipe de suivi et de scolarisation (ESS) au sein de la MDPH. Il est essentiel que cet article vise expressément le cas des enfants relevant de la protection de l’enfance en rendant obligatoire la présence aux ESS d’un représentant de l’ASE ; –– de renforcer les liens entre l’Education nationale et l’Aide sociale à l’enfance de manière à favoriser la remobilisation des enfants autour de projets éducatifs conformes à leurs potentiels et à leur permettre de réussir dans toute la mesure de leurs capacités. PROPOSITION 12 : La sortie du dispositif de protection de l’enfance est en général un moment d’intenses ruptures. Les difficultés rencontrées par les jeunes lors de la fin de leur accompagnement par l’ASE se trouvent singulièrement aggravées en cas de handicap. Aussi, le Défenseur des droits préconise : –– qu’une instance départementale associant les différents services (ASE, MDPH, PAPH) se réunisse au moins un an avant la majorité pour examiner les situations des adolescents accompagnés par l’ASE et en situation de handicap, afin de favoriser leur autonomisation et d’anticiper les difficultés et les freins ; –– que des contrats jeunes majeurs soient spécialement conçus pour organiser le passage à la majorité de ces mineurs porteurs de handicaps dont le parcours vers l’autonomie doit être particulièrement préparé, accompagné et soutenu ; –– la mise en place d’équipes « 16-25 ans » au sein des MDPH afin d’assurer les préparations nécessaires à des transitions sans ruptures entre les secteurs enfants et adultes ; –– que les schémas départementaux de la protection de l’enfance et de l’autonomie soient articulés sur les sorties du dispositif de l’ASE ; –– que des groupes de travail en réseau soient installés par les Départements et les ARS afin de faire se rencontrer les secteurs du handicap et de l’ASE, mais également les secteurs enfants et adultes, de manière à éviter les ruptures et offrir de véritables projets d’autonomisation. »...
Source: http://www.defenseurdesdroits.fr | Source Status

<< Sommaire
defenseurdesdroits

The effect of sung speech on socio-communicative responsiveness in children with autism spectrum disorders. - PubMed - NCBI 19/11/2015

«Abstract There is emerging evidence to demonstrate the efficacy of music-based interventions for improving social functioning in children with Autism Spectrum Disorders (ASD). While this evidence lends some support in favor of using song over spoken directives in facilitating engagement and receptive intervention in ASD, there has been little research that has investigated the efficacy of such stimuli on socio-communicative responsiveness measures. Here, we present preliminary results from a pilot study which tested whether sung instruction, as compared to spoken directives, could elicit greater number of socio-communicative behaviors in young children with ASD. Using an adapted single-subject design, three children between the ages of 3 and 4 years, participated in a programme consisting of 18 sessions, of which 9 were delivered with spoken directives and 9 with sung. Sessions were counterbalanced and randomized for three play activities-block matching, picture matching and clay play. All sessions were video-recorded for post-hoc observational coding of three behavioral metrics which included performance, frequency of social gesture and eye contact. Analysis of the videos by two independent raters indicated increased socio-communicative responsiveness in terms of frequency of social gesture as well as eye contact during sung compared to spoken conditions, across all participants. Our findings suggest that sung directives may play a useful role in engaging children with ASD and also serve as an effective interventional medium to enhance socio-communicative responsiveness.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Droits de l'enfant et handicap : la France va devoir rendre des comptes a l'ONU | The autist 18/11/2015

«J'ai participé jeudi dernier en tant que membre d'Alliance Autiste à une réunion organisée par le cabinet du secrétariat chargée de l'enfance, dans le cadre de la préparation de l'audition de la France par le Comité des droits de l'enfant de l'ONU, le 27 janvier 2016 : la France a en effet été questionnée par le Comité sur la violation de la convention des droits de l'enfant et doit rendre des comptes. cycle_CDE_france Etaient présents Mme Rossignol, Secrétaire d'Etat chargée entre autres de l'enfance, des membres de la DGCS (Direction Générale de la Cohésion Sociale) ainsi que les représentants d'associations/ONG (une douzaine) ayant soumis un rapport alternatif au Comité, dont Autisme France et Alliance Autiste. Après le discours de Mme la Secrétaire d'Etat, la parole a été donné à chacun des représentants sur les constats et préconisations sur les points saillants des rapports. Points concernant la violations des droits des enfants handicapés La vice-présidente d'Autisme France et moi-même avons pris la parole sur les violations des droits des enfants en situation de handicap en France, en particulier autistes : â–º l'enfant handicapé est peu consulté sur les projets de vie et orientations qui le concernent ; â–º l'intérêt supérieur de l'enfant est largement oublié en CDAPH (Commission de la MDPH décidant des orientations, attributions AVS/Allocations/Prestations etc.) : cette commission n'est pas indépendante car composée de membres du conseil général, du secteur médico-social, de l'Education nationale, qui privilégient leurs propres intérêts ;
• les droits de l'enfant sont aussi violés dans tous les cas de signalements abusifs. Typiquement, un travailleur social qui, dans la toute puissance, fait un rapport uniquement à charge sur une mère isolée à laquelle il reproche une maltraitance imaginaire et dont le seul « tort » est d'avoir cherché à obtenir un diagnostic pour son enfant autiste : les enfants peuvent alors être retirés à leur mère, au mépris du droit inscrit dans la Convention ONU de vivre en famille, privés de tout soin, maltraités et mis en danger par l'ASE alors-même que ce service a pour fonction de les protéger. La dernière audition de la France (2009) par le Comité ne s'étant pas bien passée, l'enjeu de cette audition future serait, d'après Mme la secrétaire d'Etat, d'obtenir quelques bons points de leur part, mais aussi de montrer au pays à quel point le gouvernement est impliqué dans la mise en oeuvre de la Convention des droits de l'enfant. et dans l'attention particulière développée aux plus vulnérables. Et c'est vrai qu'au 1er abord, il m'a semblé que le projet de réforme de la protection de l'enfance avait de belles ambitions, une stratégie efficace, notamment concernant la l'évolution des pratiques professionnelles.»
[...]
« Quant à la désinstitutionnalisation, question sur laquelle le Comité est très sensible, nous ne manquerons pas de faire remarquer l’écart colossal qui existe entre cette réponse, la réalité de terrain et les mesures prises, notamment la toute récente création d’un projet d’article de loi (article 21 bis) qui fera encore moins peser la voix des parents quand à l’orientation de leur enfant et qui rendra possible une orientation en hôpital psychiatrique. »...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Instructing Perisomatic Inhibition by Direct Lineage Reprogramming of Neocortical Projection Neurons: Neuron 18/11/2015

«Summary During development of the cerebral cortex, local GABAergic interneurons recognize and pair with excitatory projection neurons to ensure the fine excitatory-inhibitory balance essential for proper circuit function. Whether the class-specific identity of projection neurons has a role in the establishment of afferent inhibitory synapses is debated. Here, we report that direct in vivo lineage reprogramming of layer 2/3 (L2/3) callosal projection neurons (CPNs) into induced corticofugal projection neurons (iCFuPNs) increases inhibitory input onto the converted neurons to levels similar to that of endogenous CFuPNs normally found in layer 5 (L5). iCFuPNs recruit increased numbers of inhibitory perisomatic synapses from parvalbumin (PV)-positive interneurons, with single-cell precision and despite their ectopic location in L2/3. The data show that individual reprogrammed excitatory projection neurons extrinsically modulate afferent input by local PV+ interneurons, suggesting that projection neuron class-specific identity can actively control the wiring of the cortical microcircuit.»...

<< Sommaire
cell

Reprogramming neurons and rewiring the brain | KurzweilAI 18/11/2015

«In previous research, Harvard Stem Cell Institute researchers disproved neurobiology dogma by "reprogramming" neurons ...” turning one form of neuron into another ...” in the brains of living animals. Now they've taken it a step further, showing that networks of communication among reprogrammed neurons and their neighbors can also be changed, or "rewired." The finding, by Paola Arlotta, a professor of stem cell and regenerative biology, in close collaboration with Takao Hensch, a professor of molecular and cellular biology, has implications for both a basic understanding of how neurons choose their synaptic partners when circuits wire during early development, and for developing strategies to change defective communication in psychiatric and neurodevelopmental diseases, such as schizophrenia and autism, the researchers suggest. In the new research, the research team reprogrammed one type of excitatory neurons into another type of excitatory neurons, and then observed connections made by a type of inhibitory neurons, noticing that the inhibitory neurons then recognized the reprogrammed excitatory neurons as "new" cells and modified their circuitry as a result.* "What we've shown here is that not only neurons can be dramatically changed from one type into another from within the brain," said Arlotta, but also that "neighboring neurons recognize the reprogrammed cells as different and adapt by changing how they communicate with them. Transformed neurons were recognized as ...˜new' cells, with different properties, by neighboring inhibitory interneurons, which in turn created new circuitry appropriate for their ...˜new' neuronal target," Arlotta said. That demonstrates that "synaptic connections among neurons are not made randomly," she added. "The brain is much more sophisticated, and different neurons have ways to control the behavior of neighboring circuits in their own unique way to ultimately change how much inhibition, for example, they receive from their synaptic partners." Rewiring the brain to fix a damaged circuit One of the major focuses today in regenerative neurobiology is to use stem cells to produce and replace neurons killed off by disease, and then implant them into patients' brains. "Instead of making neurons in a dish from stem cells, an alternative would be to reprogram the identity of other neurons," Arlotta said. "These are early but exciting days," Arlotta said. "The work thus far has been done in the brains of young mice, which are far more plastic than adult brains," she pointed out. The next frontier, she said, is to attempt to reprogram neurons and circuits in older brains. "If we could do it in an adult brain, it would be immensely powerful." Arlotta is also an associate member of the Stanley Center for Psychiatric Disease at the Broad Institute of Harvard and MIT. The work is published in the latest edition of the journal Neuron. * The researchers first reprogrammed "glutamatergic excitatory projection neurons (PNs)" (neurons of the cerebral cortex that normally would connect the two sides of the brain) into another type of PN neurons that instead connect far away, for example in the spinal cord. They then monitored the behavior of a third class of cells, "local GABAergic inhibitory interneurons (INs)" and showed that the INs change their synaptic connections to connect to the reprogrammed PN neurons. Abstract of Instructing Perisomatic Inhibition by Direct Lineage Reprogramming of Neocortical Projection Neurons During development of the cerebral cortex, local GABAergic interneurons recognize and pair with excitatory projection neurons to ensure the fine excitatory-inhibitory balance essential for proper circuit function. Whether the class-specific identity of projection neurons has a role in the establishment of afferent inhibitory synapses is debated. Here, we report that direct in vivo lineage reprogramming of layer 2/3 (L2/3) callosal projection neurons (CPNs) into induced corticofugal projection neurons (iCFuPNs) increases inhibitory input onto the converted neurons to levels similar to that of endogenous CFuPNs normally found in layer 5 (L5). iCFuPNs recruit increased numbers of inhibitory perisomatic synapses from parvalbumin (PV)-positive interneurons, with single-cell precision and despite their ectopic location in L2/3. The data show that individual reprogrammed excitatory projection neurons extrinsically modulate afferent input by local PV+ interneurons, suggesting that projection neuron class-specific identity can actively control the wiring of the cortical microcircuit.»...

<< Sommaire
kurzweilai

* JMIR-Parent Engagement With a Telehealth-Based Parent-Mediated Intervention Program for Children With Autism Spectrum Disorders: Predictors of Program Use and Parent Outcomes | Ingersoll | Journal of Medical Internet Research 18/11/2015

«ABSTRACT Background: There has been growing interest in using telehealth to increase access to parent-mediated interventions for children with ASD. However, little is known about how parents engage with such programs. Objective: This paper presents program engagement data from a pilot study comparing self-directed and therapist-assisted versions of a novel telehealth-based parent-mediated intervention for young children with autism spectrum disorders (ASD). Methods: Parents of young children with ASD were randomly assigned to receive a self-directed or therapist-assisted version of ImPACT Online. Parent engagement and satisfaction with the different components of the program website were examined using the program's automated data collection and a post-treatment evaluation survey. We examined the relationship between program engagement and changes in parent knowledge and implementation and participant characteristics associated with program engagement. Results: Of the 27 parent participants, the majority were female (26/27, 96%), married (22/27, 81%), with a college degree or higher (15/27, 56%), and less than half were not employed outside of the home (10/27, 37%). The mean chronological age of the child participants was 43.26 months, and the majority were male (19/27, 70%) and white (21/27, 78%). Most of the families (19/27, 70%) resided in a rural or medically underserved area. Parents logged into the website an average of 46.85 times, spent an average of 964.70 minutes on the site, and completed an average of 90.17% of the lesson learning activities. Participants in the therapist-assisted group were more likely to engage with the website than those in the self-directed group: F2,24=17.65, P<.001. In total, 85% of participants completed the program, with a significantly greater completion rate in the therapist-assisted group (N=27): χ21=5.06, P=.03. Lesson learning activities were visited significantly more often than the supplemental activities (all Ps<.05). Multiple regression controlling for pretreatment performance indicated that program completion (beta=.51, P=.02) predicted post-treatment intervention knowledge, and program completion (beta=.43, P=.03) and group assignment (beta=-.37, P=.045) predicted post-treatment intervention fidelity. Partial correlations indicated that parent depressive symptoms at pretreatment were negatively associated with program completion (r=-.40, P=.04), but other key parent and child demographic factors were not. Post-treatment measures of website usability (r=.65, P<.001), treatment acceptability (r=.58, P=.002), and overall satisfaction (r=.58, P=.002) were all related to program completion. Conclusions: Parent engagement and satisfaction with ImPACT Online was high for both self-directed and therapist-assisted versions of the program, although therapist assistance increased engagement. Program completion was associated with parent outcomes, providing support for the role of the website in parent learning. This program has the potential to increase access to parent-mediated intervention for families of children with ASD.»...

<< Sommaire
jmir

Tuberous sclerosis complex. - PubMed - NCBI 18/11/2015

«Abstract Tuberous sclerosis complex (TSC) is a neurocutaneous syndrome that can affect the brain, skin, eyes, kidneys, heart, and lungs. TSC alters cellular proliferation and differentiation, resulting in hamartomas of various organs, tumor formation, and altered neuronal migration. The phenotype is highly variable. Most individuals have seizures, commonly including infantile spasms, and there is variable intellectual disability and autism. Neonates can present with cardiac failure due to intracardiac rhabdomyomas. The likelihood of renal angiomyolipomas increases with age, and renal disease is the most common cause of death in adults with TSC. Pulmonary involvement occurs predominantly in women and carries a high morbidity and mortality. TSC is inherited as an autosomal dominant trait, but spontaneous mutations are common. A mutation of either TSC1 on chromosome 9 or TSC2 on chromosome 16 leads to dysfunction of hamartin or tuberin, respectively. These two proteins form a functional complex that modulates the mammalian target of rapamycin (mTOR) pathway. Medications that inhibit mTOR are being used to treat TSC-related tumors, and current studies are investigating whether these agents could alleviate other TSC complications. Consensus statements guide identification and optimal management of many of the TSC-related complications at diagnosis and throughout the lifespan. A multidisciplinary approach is necessary for optimal management of individuals with TSC.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

New Survey Identifies More Kids with Autism ...” Physician's First Watch 18/11/2015

«From 2011 to 2014, researchers interviewed the parents of 43,000 children aged 3 to 17 through the National Health Interview Survey. In the 2011 to 2013 surveys, parents were asked whether a healthcare provider had ever told them their child had any of 10 conditions; autism/autism spectrum disorder was one of the choices. But in 2014, the following question was asked: "Did a doctor or health professional ever tell you that [child's name] had autism, Asperger's disorder, pervasive developmental disorder, or autism spectrum disorder?" Following the change, the prevalence of autism spectrum disorder was 2.24%, a significant increase over the 1.25% average from 2011 to 2013. Concurrently, a significant decrease in other developmental delays was observed, from 4.84% to 3.57%. The authors say the 2014 data likely represent a more accurate depiction of the prevalence of autism spectrum disorders among U.S. children.»...

<< Sommaire
jwatch

PLOS ONE: Genetic Evidence for Possible Involvement of the Calcium Channel Gene CACNA1A in Autism Pathogenesis in Chinese Han Population 18/11/2015

«Abstract Autism spectrum disorders (ASD) are a group of neurodevelopmental disorders. Recent studies suggested that calcium channel genes might be involved in the genetic etiology of ASD. CACNA1A, encoding an alpha-1 subunit of voltage-gated calcium channel, has been reported to play an important role in neural development. Previous study detected that a single nucleotide polymorphism (SNP) in CACNA1A confers risk to ASD in Central European population. However, the genetic relationship between autism and CACNA1A in Chinese Han population remains unclear. To explore the association of CACNA1A with autism, we performed a family-based association study. First, we carried out a family-based association test between twelve tagged SNPs and autism in 239 trios. To further confirm the association, the sample size was expanded to 553 trios by recruiting 314 additional trios. In a total of 553 trios, we identified association of rs7249246 and rs12609735 with autism though this would not survive after Bonferroni correction. Our findings suggest that CACNA1A might play a role in the etiology of autism.»...

<< Sommaire
journals.plos

Altered tactile processing in children with autism spectrum disorder - Tavassoli - 2015 - Autism Research - Wiley Online Library 18/11/2015

«Although tactile reactivity issues are commonly reported in children with autism spectrum disorder (ASD), the underlying mechanisms are poorly understood. Less feed-forward inhibition has been proposed as a potential mechanism for some symptoms of ASD. We tested static and dynamic tactile thresholds as a behavioral proxy of feed-forward inhibition in 42 children (21 children with ASD and 21 typically developing [TD] children). Subthreshold conditioning typically raises the dynamic detection threshold, thus comparison of the dynamic to the static threshold generates a metric that predicts gamma-aminobutyric acid (GABA) mediated feed-forward inhibition. Children with ASD had marginally higher static thresholds and a significantly lower ratio between thresholds as compared with TD children. The lower ratio, only seen in children with ASD, might be indicative of less inhibition. Static thresholds were correlated with autism spectrum quotient scores, indicating the higher the tactile threshold, the more ASD traits. The amount of feed-forward inhibition (ratio between dynamic/static) was negatively correlated with autism diagnostic observation schedule repetitive behavior scores, meaning the less inhibition the more ASD symptoms. In summary, children with ASD showed altered tactile processing compared with TD children; thus measuring static and dynamic thresholds could be a potential biomarker for ASD and might be useful for prediction of treatment response with therapeutics, including those that target the GABAergic system.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

First insights into changes to developing brain caused by gene associated with autism 18/11/2015

«The hippocampus is a region of the brain largely responsible for memory formation. Credit: Salk Institute A study led by the University of Utah School of Medicine provides new insights into how the subtle changes within cells, caused by disruptions in a gene called Kirrel3, could underlie some types of intellectual disability and autism. A second paper to be published on the same day in the journal eLife, led by Harvard Medical School, shows how three proteins regulate chemical messengers that are key to autism spectrum disorders and syndromes such as Down's and Rett syndrome. "Understanding fundamental changes in the brain that could lead to intellectual disabilities may one day help in the development of better treatments," says Megan Williams, lead author on the Kirrel3 study. About one in 68 children are identified with autism spectrum disorder in the US and about one in six children had a developmental disability of some kind in 2006-2008. In the UK, 1.1% of the population may have autism, equating to around 700,000 people. Variations to the Kirrel3 gene are known to be associated with intellectual disability, autism, and Jacobsen syndrome, a rare developmental disorder that often includesintellectual disabilities. Because of this strong association, the University of Utah team investigated how changes to Kirrel3 impair brain circuits critical for memory and learning. Any cognitive task, from learning a new skill, having a conversation or driving to work requires the neurons of our brains to talk to each other. They are linked by connections called synapses that transmit these messages from one neuron to the next. Each neuron makes multiple synapses allowing it to send and receive information to many neurons within a large network. hippocampus The hippocampus is a region of the brain largely responsible for memory formation. Credit: Salk Institute The study shows that Kirrel3 helps form part of a large synaptic structure called the mossy fibre synapse that is located in the hippocampus, a major region of the brain required for learning and memory. In developing mice that don't have Kirrel3, the mossy fibre synapse becomes malformed, causing the hippocampus to become overactive. "Our work shows how even very small changes to synapses can alter brain function and could lead to intellectual disabilities," says Williams»...

<< Sommaire
medicalxpress

Etaples :11 eleves prives de leurs AVS a Jean Moulin 18/11/2015

«Parce qu'ils ont des troubles du comportement, d'élocution, d'écriture ou autistiques, la Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) a validé une Assistante de Vie Scolaire (AVS) pour onze élèves de l'école primaire Jean Moulin, à mi-temps ou à temps complet selon les difficultés rencontrées par ces enfants. Or, depuis la rentrée de septembre, les instituteurs/trices doivent « bricoler » ...¦ pas d'autres choix en effet lorsque l'établissement dispose de deux AVS au lieu des 5 et demi nécessaires ! « Les enfants rentrent, mettent de la bonne volonté à faire leurs devoirs mais ils n'ont pas su ou pas eu le temps de les copier dans le cahier de texte, idem avec les leçons. Les maitresses font ce qu'elles peuvent, elles sont sympas, elles font des polycopiés mais cela n'empêche pas le décrochage, surtout que, parfois, elles ont plusieurs enfants atteints de ces troubles dans leur classe...¦ cette situation n'est plus acceptable ni pour les enseignants, ni pour les enfants ni pour nous ! » nous confiaient des parents désarmés. Ils comprennent d'autant moins qu'on est ici classé Réseaux d'Education Prioritaire et que 5 autres enfants ayant besoin d'une AVS à leurs côtés sont annoncés dans l'établissement à la rentrée prochaine. La faute à qui ? « Nous on sait que le directeur a formulé la demande en temps et en heure auprès de l'ASH (Adaptation Scolarisation Handicap) de Calais mais, de ce qu'on a bien voulu nous laisser entendre le budget n'a pas été demandé auprès du rectorat ». On n'en sait donc pas davantage, la seule réponse qu'ils aient obtenu c'est « Ça s'arrangera après les vacances d'automne » mais les AVS sont toujours au nombre de deux. « On ne sait plus quoi faire car à Rombly il n'en manque qu'une et à Jean Macé ils ont le nombre suffisant alors pourquoi ? » ... Un papa rappelle juste que ce n'est pas eux qui imposent une AVS à l'école et que lorsque le corps médical décide qu'un enfant peut suivre une scolarité normale en théorie, il faut qu'en pratique elle soit suivie d'effet, sinon c'est un manquement grave à la loi de 2005. Aujourd'hui, certains de ces enfants refusent d'aller à l'école parce qu'il se sentent (encore plus) en situation d'échec.»...

<< Sommaire
lesechosdutouquet

Handicap : Segolene Neuville lance la reponse accompagnee pour tous -- Caisse des Depots 13/11/2015

«Le terme utilisé jusqu'alors de "zéro sans solution" a sans doute du sembler un peu trop négatif. C'est donc sous la nouvelle appellation de "réponse accompagnée pour tous" que Ségolène Neuville - la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion - a esquissé, le 10 novembre, le futur dispositif destiné à éviter qu'un enfant ou un adulte handicapé se retrouve sans solution d'accueil à un moment de son parcours. La démarche, qui doit être expérimentée dans 23 "départements pionniers", constitue la suite de l'affaire Amélie Loquet (voir nos articles ci-contre). En début d'expérimentation, un concept encore assez flou La journée du 10 novembre - qui réunissait notamment les 23 départements expérimentateurs - a d'ailleurs été ouverte par Denis Piveteau, conseiller d'Etat et auteur du rapport "Zéro sans solution : le devoir collectif de permettre un parcours de vie sans rupture, pour les personnes en situation de handicap et pour leurs proches". Assistait également à cette séance, Anne-Sophie Desaulle, ancienne directrice générale de l'agence régionale de santé (ARS) des pays de la Loire, chargée d'une mission sur la réforme de la tarification des structures pour personnes handicapées, qui englobe la mise en oeuvre du "zéro sans solution" (voir notre article ci-contre du 1er décembre 2014). A ce stade, le concept de "la réponse accompagnée pour tous" reste encore assez flou. L'objectif de l'expérimentation est précisément de l'affiner, avant une extension à l'ensemble du territoire. Dans son intervention, Ségolène Neuville s'est d'ailleurs bien gardée - sur ce sujet très sensible auprès des associations - d'esquisser des réponses formalisées. L'article 21 bis du projet de loi Santé Elle s'est contentée d'insister sur l'importance de l'article 21 bis (numérotation provisoire) du projet de loi Santé, qui est en passe d'achever son parcours au Parlement. Cet article consacre en effet "l'une des mesures importantes du rapport 'Zéro sans solution' : le dispositif d'orientation permanent" (le projet de loi parle plutôt de "plan d'accompagnement global"). Pour la ministre, cet article "instaure le principe du tour de table, de la concertation autour de la MDPH positionnée comme assembleur des solutions de proximité" et "pose l'exigence non négociable de la participation de la personne à cette concertation et son accord exprès pour que toute proposition puisse être transmise à la CDPAH". L'accueil des associations a toutefois été plus que mitigé, le comité d'entente n'hésitant pas à demander le retrait de l'amendement correspondant (voir notre article ci-contre du 7 octobre 2015). Ségolène Neuville a d'ailleurs précisé que "l'article 21 bis n'est pas l'alpha et l'oméga du rapport et de sa feuille de route, mais il signifie clairement la fin de la 'politique de la chaise vide' et sa substitution par une 'politique de la solution partagée' et co-construite avec les personnes". Quatre axes de travail En attendant, quatre groupes de travail mis en place au cours de cette journée tracent néanmoins les grands axes d'une possible réforme. Le premier concerne le "dispositif d'orientation permanent" et sera piloté par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), également chargée d'assister les départements expérimentateurs. Le second axe est celui de la "réponse territorialisée", animé par le secrétariat général des ministères sociaux. Troisième axe : la "dynamique d'accompagnement par les pairs", confié au secrétariat général du comité interministériel du handicap. Enfin le quatrième axe recouvre la "conduite du changement", sous l'égide de la direction générale de la cohésion sociale. A noter : la ministre est également restée floue sur le calendrier de la réforme. Elle a simplement donné rendez-vous aux participants "l'année prochaine pour faire le point sur cette première vague et lancer la seconde vague". D'autres départements, mais aussi des régions, souhaitent en effet rejoindre l'expérimentation.»...

<< Sommaire
localtis

Israel, un eldorado pour les autistes ? 13/11/2015

«Alors que la France continue d'exporter nombre d'enfants et d'adultes autistes en Belgique, en Israël, les autistes font le bonheur des start-up qui vont à la conquête du reste du monde. Hamou Bouakkaz, président de l'association Paul Guinot, nous livre son point de vue. Il est un pays où handicap et performance ne sont pas antagonistes ! un pays où on parie sur la plasticité et la capacité à progresser des personnes handicapées et où on a su créer le cercle vertueux grâce auquel, peu à peu,il est permis aux personnes les plus éloignées de l'emploi de contribuer positivement à la croissance du pays. Ester Zabar, une pionnière Spécialiste du testing de logiciels, Ester Zabar souhaitait conjuguer son talent avec la promotion d'une cause inclusive. Ses recherches l'ont amené au Danemark où elle a rencontré l'entreprise Special Eastern, spécialisée dans le recrutement, la formation et la mise en clientèle de consultants autistes. Special Eastern a développé des outils spécifiques de détection des potentiels, de formation aux habilités sociales et professionnelles des personnes autistes. De retour en Israël, Ester mobilise son réseau et adapte le modèle danois aux spécificités israéliennes. Elle crée l'entreprise AQA. Elle s'adjoint le concours d'une experte en management des autistes et crée un module de formation au testing de logiciels. Elle forme une première promotion de six personnes autistes qu'elle sélectionne sur la motivation, la maturité mais pas sur les diplômes antérieurs. Certains sont issus de l'enseignement spécialisé, d'autres de l'enseignement ordinaire. D'autres ne sont plus scolarisés. Elle les fait embaucher par de grandes sociétés dont elle sensibilise le collectif de travail. Elle intervient beaucoup au moment de l'intégration mais s'efface très vite, ne revenant ponctuellement qu'à l'occasion d'un événement exceptionnel : changement de manager, changement de poste du collaborateur... L'entreprise a 7 ans et ce sont près de cinquante personnes autistes qui travaillent dans ce secteur en croissance. Des clients très satisfaits Si l'abord n'est jamais facile, toutes les entreprises qui ont recruté les élèves d'Ester souhaitent en recruter d'autres. Les collaborateurs sont particulièrement concentrés sur leurs tâches, ne vont pas à la machine à café, ont une productivité hors du commun. Ils s'avèrent avoir des capacités de progression bornées le plus souvent par le manque d'audace des managers. Tel collaborateur embauché pour tester une toute petite partie d'un logiciel, obligé suite à une compression de personnel de tester l'ensemble des modules du logiciel s'avère parfaitement capable de faire le travail dans des conditions exceptionnelles de performance. Nombre d'autistes apprennent et se perfectionnent en auto-didactes depuis leur enfance au fur et à mesure que leurs intérêts spécifiques émergent. En principe, les personnes autistes n'aspirent ni aux responsabilités ni au commercial ! Plusieurs des élèves d'Ester ont pris tant d'assurance qu'ils managent désormais de petites équipes.»...

<< Sommaire
tsa-quotidien

Lambres-lez-Douai : faute d'accompagnant scolaire, Aleksandr ne va plus a l'ecole depuis le 1er octobre - La Voix du Nord 13/11/2015

«Depuis que la loi du 11 février 2005 garanti la scolarisation des enfants handicapés, les choses ont bien évolué. Mais des problèmes liés à la nomination des assistants de vie scolaire peuvent subsiter comme à Lambres-lez-Douai. Un cas qui devrait toutefois trouver sa solution dès lundi. LAMBRES-LEZ-DOUAI - Anne-Hélène Gandarillas (maman Aleksandr) Imprimer - A + Aleksandr a 7 ans. Atteint du syndrome d'apert il est né sans doigts aux mains ni aux pieds. Il avait aussi la fontanelle déjà soudée à la naissance mais, ayant pu être opéré, son cerveau s'est heureusement développé tout à fait correctement. Grâce à l'assistante de vie scolaire (AVS) qui lui est accordée à raison de 24 heures par semaine (le maximum), il a pu suivre une scolarité normale. Jusqu'au 1er octobre...¦ Le contrat de Marie-Jo, son AVS, s'interrompt au 30 septembre et n'est pas renouvelé. Une autre AVS aurait du prendre le relais à la rentrée des vacances de Toussaint, mais ne s'est en fait pas présentée. Tous renseignements pris, son contrat n'était pas signé et elle ne serait pas disponible avant le 1er décembre...¦ « Deux longs mois sans école pour Aleksandr, proteste sa maman, à l'exception de trois demi-journées grâce à une personne proposée en dépannage par la commune de Lambres. » Le petit garçon est très affecté par la situation, de même que toute sa famille. Anne-Hélène Gandarillas-Arenal, ne décolère pas. Pour elle, le problème est l'aboutissement de toute une chaine de loupés. Elle en est persuadée, le dossier de projet personnalisé de scolarité (PPS) de son fils a été déposé trop tard - le 25 avril - par l'enseignant référent auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). D'ailleurs, le PPS de l'année passée s'est interrompu, au 30 aout, sans être remplacé par le nouveau. Il a fallu une intervention de Caroline Sanchez, conseillère départementale, et de Geneviève Mannarino, vice-présidente du conseil départemental aux personnes handicapées, pour débloquer la situation.»
[...]
««Une AVS devrait arriver dès lundi» « Nous avons bien pris la mesure de l’urgence de la situation d’Aleksandr, explique Christine Maiffret, inspectrice ASH (adaptation et scolarité des élèves handicapés). Nous avons bien compris qu’il souffre d’un handicap lourd. Ainsi que nous en avons informé Mme Gandarillas, une assistante de vie scolaire devrait arriver dès lundi. La date du 1er décembre correspondait, au moment où elle a été donnée, à un dernier délai. Le contrat de la nouvelle AVS d’Aleksandr est arrivé au lycée mutualisateur – qui est en fait l’employeur des AVS – ce vendredi. Elle n’a plus qu’à le signer pour pouvoir commencer. » Christine Maiffret répond également sur le dossier de projet personnalisé de scolarité déposé trop tardivement selon la maman d’Aleksandr : « En fait, c’est à la famille de déposer le dossier de PPS. L’enseignant référent peut le faire pour aider, mais ce n’est pas sa mission première. Si Mme Gandarillas n’est pas satisfaite de la manière dont le dossier a été déposé, le mieux est qu’elle s’en occupe elle-même la prochaine fois. » Pour Mme Maiffret, le cas d’Aleksandr est un peu une exception par rapport à toutes les autres nominations d’AVS qui se passent bien : « Chaque inspecteur ASH suit entre cinq cents et six cents enfants, explique-t-elle. Dans le Nord, nous gérons plus de trois mille personnes qui accompagnent six mille enfants environ. Un assistant de vie scolaire accompagne en effet deux enfants en moyenne. Tous les cas ne sont pas aussi lourds que celui d’Alksandr qui a une AVS à temps plein. Il peut y avoir encore des problèmes, mais globalement, nous avons fait de gros progrès par rapport à il y a quelques années. La plupart des trains arrivent heureusement à l’heure désormais… » Ce que dit la loi La loi du 11 février 2005 Pour l’égalité des droits, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées prévoit que « tout enfant, tout adolescent présentant un handicap ou un trouble invalidant de la santé est inscrit dans l’école de son quartier. Il pourra ensuite être accueilli dans un autre établissement, en fonction du projet personnalisé de scolarisation. Les parents sont pleinement associés aux décisions concernant leur enfant. Sont mis en place les équipes de suivi de la scolarisation et les enseignants référents ». Une circulaire d’application de la loi du 5 octobre 2009 stipule que « l’État a, en matière de réponse aux besoins d’accompagnement scolaire des enfants handicapés, une obligation de résultat ». Le site officiel Education.gouv.fr note enfin que « les recrutements sous contrats d’assistants d’éducation ou sous contrats aidés soient suffisamment anticipés pour leur permettre d’être présents le jour de la rentrée ». »...

<< Sommaire
lavoixdunord