L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Thu Apr 19 18:30:03 CEST 2018 France - It's time to Stand Up! For inclusion
19/04/18 Autisme et psychanalyse, histoire d'un echec francais [theconversation]
18/04/18 RASSEMBLEMENT AVS le 2 mai a Nimes [cnt-f]
17/04/18 Traduction et adaptation du TEI-SF afin de documenter l'acceptabilite sociale de l'intervention comportementale intensive - ScienceDirect [sciencedirect]
17/04/18 Comprehension of conventional gestures in typical children, children with autism spectrum disorders and children with language disorders [sciencedirect]
17/04/18 Development of fine motor skills is associated with expressive language outcomes in infants at high and low risk for autism spectrum disorder | Journal of Neurodevelopmental Disorders | Full Text [jneurodevdisorders.biomedcentral]
16/04/18 Sophie Cluzel, invitee de la Maison des maternelles sur France 5 [faire-face]
12/04/18 Le CNSA se dote d'un nouveau conseil scientifique [capgeris]
09/04/18 Autisme : l'ecole ''n'est pas adaptee aux enfants differents'', deplore une specialiste [rtl]
09/04/18 Plan autisme : Le ministere et la realite [cafepedagogique]
08/04/18 Many People Taking Antidepressants Discover They Cannot Quit - The New York Times [nytimes]
07/04/18 Le medico-social desormais sous la houlette de la HAS [informations.handicap]
07/04/18 Strategie nationale 2018-2022 pour l'autisme : garantir la scolarisation effective des enfants et des jeunes - Ministere de l'Education nationale [education.gouv]
07/04/18 Quatrieme plan autisme : « Il n'a ni la forme ni les moyens d'un grand plan de sante publique » [mobile.lemonde]
06/04/18 Comment traiter l'autisme : histoire d'un conflit a Brest [ouest-france]
05/04/18 From institutions to community living - Part I: commitments and structures (Easy read) | European Union Agency for Fundamental Rights [fra.europa]
03/04/18 ‹Les enseignantes de l'ecole elementaire Henri Wallon a Vaulx-en-Velin en greve jeudi [lyonpremiere]
03/04/18 Fermetures de classes reelles ou fermetures de classes ressenties ? - Le monde bouge [telerama]
03/04/18 ONU Info |L’ONU appelle à autonomiser les femmes et les filles atteintes d’autisme [news.un]
03/04/18 Autisme : le cardinal Turkson appelle a davantage d'inclusion - Vatican News [vaticannews]
03/04/18 Haute Autorite de Sante - Autisme de l'adulte - S'adapter pour favoriser l'acces aux soins [has-sante]
02/04/18 Video: Autisme : ''Il faut, pour tous les enfants handicapes, que l'ecole soit le courant naturel'' [europe1]
01/04/18 La Journee mondiale de l'autisme 2018 centree sur les filles et femmes autistes (2 avril) | Psychomedia [psychomedia.qc]
01/04/18 Sex/Gender Differences in Screening for Autism Spectrum Disorder: Implications for Evidence-Based Assessment. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
30/03/18 La pedopsychiatrie ne veut pas mourir ! [liberation]
29/03/18 Stress post traumatique : les neurones responsables ont ete identifies [sciencesetavenir]
29/03/18 Anesm - «Pratiques de cooperation et de coordination du parcours » des personnes handicapees [anesm.sante.gouv]
29/03/18 Deux minutes pour mieux vivre l'autisme - Videos d'information pratique pour mieux accompagner l'autisme d'un enfant [deux-minutes-pour]
29/03/18 CAA : des solutions pour s'exprimer en cas de handicap ? [informations.handicap]
29/03/18 Inclusion scolaire systematique : un constat alarmant - Force Ouvriere [force-ouvriere]
28/03/18 Good social skills despite poor theory of mind: exploring compensation in autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/03/18 Acces aux loisirs en cas de handicap : vous en pensez quoi ? [informations.handicap]
28/03/18 Inconduite sexuelle au feminin | Le Devoir [ledevoir]
27/03/18 To be understood: Transitioning to adult life for people with Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
27/03/18 Challenged and changed: Quiet ego and posttraumatic growth in mothers raising children with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
27/03/18 Cluster analysis of autism spectrum disorder symptomatology: Qualitatively distinct subtypes or quantitative degrees of severity of a single disorder? - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
26/03/18 Reponse d'un neuroscientifique a Gerard Pommier | Le Blog de Ben-Ari [leblogdebenari]
24/03/18 « Les neurosciences, d'un point de vue educatif, ne servent a rien ! » - Le Point [lepoint]
24/03/18 Les experiences stressantes de l'enfance pourraient modifier l'ADN des cellules cerebrales [trustmyscience]
23/03/18 Handicap: 5 conseils pour reussir son entrepreneuriat! | Talenteo [talenteo]
22/03/18 France, Conseil d'Etat, Juge des referes, 17 janvier 2018, 416953 [juricaf]
21/03/18 « La prise en compte du handicap, priorite de mon mandat » - La Croix [la-croix]
21/03/18 Les creches suedoises accueillent la difference - La Croix [la-croix]
19/03/18 Vers un premier traitement contre l'autisme ? [lesechos]
18/03/18 Children with autism spectrum disorder show pronoun reversals in interpretation. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
18/03/18 Towards a future molecular diagnosis of autism: Recent advances in biomarkers research from saliva samples. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
18/03/18 Quelles sont les démarches prévues pour les candidats en situation de handicap sur Parcoursup [parcoursup]
18/03/18 Ecole inclusive : Point de vue de chercheur - YouTube [youtube]
18/03/18 consultation en ligne « Familles & Handicap » OpinionWay [ow.cawi]
17/03/18 FIFA: Lettres en direct du cerveau [ledevoir]
17/03/18 Etudiant, refoule d'une ecole a cause de son handicap - Education (10669) [informations.handicap]
16/03/18 Six points cles du rapport de la Commission europeenne sur la desinformation [medium]
16/03/18 UH researchers improve understanding of autism spectrum disorders [news-medical]
15/03/18 Efficacy of early interventions for infants and young children with, and at risk for, autism spectrum disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/03/18 Treatment of severe problem behaviour in children with autism spectrum disorder and intellectual disabilities. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/03/18 Family and Practitioner Perspectives on Telehealth for Services to Young Children with Autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/03/18 Composition du groupe d'etudes : autisme au 13 mars 2018 - 15eme legislature - Assemblee nationale [www2.assemblee-nationale]
15/03/18 Autisme : le gouvernement veut se baser sur la science [informations.handicap]
06/03/18 Dr Ducanda: une maman depose plainte | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
04/03/18 Short communication: Sex-linked differences in gamma-aminobutyric acid (GABA) are related to social functioning in autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
04/03/18 Cognoa's AI platform for autism diagnosis gets first FDA stamp | TechCrunch [techcrunch]
04/03/18 Marseille | Marseille : Neurochlore, une experience a suivre | La Provence [laprovence]
03/03/18 Besoins en matiere de compensation du handicap des personnes atteintes de troubles « dys » - Senat [senat]
03/03/18 Pour un mouvement des Precaires de l'education : tou.te.s en greve le 5 avril (...) - Confederation nationale du travail [cnt-f]
03/03/18 #AFGgate #AutiLeaks - « Antidesinstitutionnalisme » : Quand le lobby medico-social dicte les mesures du 4eme Plan Autisme. Le gouvernement a genoux devant AFG Autisme. - L'Autisme Vaincra [lautismevaincra]
01/03/18 Psychiatrie : des « traitements inhumains » a l'hopital de Saint-Etienne [lemonde]
01/03/18 Parent training boosts language in nonverbal children with autism | Spectrum | Autism Research News [spectrumnews]
01/03/18 Social Media Use and Happiness in Adults with Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
01/03/18 A Review of Oxytocin and Arginine-Vasopressin Receptors and Their Modulation of Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
01/03/18 Le potentiel des enfants autistes [ledevoir]
28/02/18 Haute Autorite de Sante - Appel a candidatures de representants d'usagers en etablissement de sante pour la constitution d'un groupe de travail relatif a l'amelioration de la qualite de la prise en charge des personnes en situation de handicap [has-sante]
28/02/18 Genetics underscores importance of motor deficits in autism [spectrumnews]
28/02/18 Un manuel sur l'autisme fera son entree a l'ecole ? [informations.handicap]
24/02/18 Autism Market 2027 Size, Development Status, Type and Application, Segmentation, Forecast by 2027 - The Financial [thefinancialconsulting]
24/02/18 Centre Presse : Une journee consacree au jeune en situation de handicap [centre-presse]
23/02/18 Pourquoi l'entreprise doit valoriser les personnes autistes - Les Echos Start [start.lesechos]
23/02/18 Polyhandicap : ils s'expriment via une commande oculaire - Techno (10583) [informations.handicap]
22/02/18 « Le Centre expert autisme du Limousin ne disparaitra pas », affirme l'agence regionale de sante - Limoges (87000) - Le Populaire du Centre [lepopulaire]
22/02/18 Relationship Between Odor Identification and Visual Distractors in Children with Autism Spectrum Disorders | SpringerLink [link.springer]
22/02/18 From child autistic symptoms to parental affective symptoms: A family process model. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
22/02/18 Evidence the U.S. autism epidemic initiated by acetaminophen (Tylenol) is aggravated by oral antibiotic amoxicillin/clavulanate (Augmentin) and now... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
22/02/18 Experience of parents of children with autism on YouTube: are there educationally useful videos? - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
22/02/18 Indices of repetitive behaviour are correlated with patterns of intrinsic functional connectivity in youth with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
22/02/18 Les Lislois sensibilises par le handicap [ladepeche]
20/02/18 Installation de la « Commission de promotion de la bientraitance et de lutte contre la maltraitance » des personnes vulnerables - Communiques de presse - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees [handicap.gouv]
20/02/18 Grand age et handicap: des mesures contre la maltraitance [informations.handicap]
19/02/18 Autisme : des biomarqueurs diagnostiques prometteurs [lequotidiendumedecin]
19/02/18 New blood test can detect autism in children | The Independent [independent.co]
18/02/18 Emotion-Focused Therapy for Autism Spectrum Disorder: A Case Conceptualization Model for Trauma-Related Experiences | SpringerLink [link.springer]
17/02/18 Tribune de la presidente de la Haute autorite de sante sur l'autisme : ''Poursuivons nos efforts'' [lejdd]
16/02/18 N° 635 - Proposition de resolution de M. Damien Abad tendant a la creation d'une commission d'enquete sur les difficultes administratives rencontrees par les personnes en situation de handicap [assemblee-nationale]
15/02/18 The content and function of interests in the broad autism phenotype [sciencedirect]
14/02/18 Can Speech Challenged Students Get an Appropriate Education? | Emma's Hope Book [emmashopebook]
14/02/18 ''Addiction'' des enfants aux ecrans : des professionnels de soin retablissent la verite - Femme Actuelle [femmeactuelle]
14/02/18 If not all the children go to school, then it can't be called a sustainable city [medium]
14/02/18 Compte-rendu du Conseil des ministres du mercredi 14 fevrier 2018 - Presidence de la Republique [elysee]
13/02/18 PCH : certains departements sont trois fois moins radins que d'autres [faire-face]
12/02/18 The impact on the family of the co-existing conditions of children with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
11/02/18 ASS et C3 d'AEEH sont cumulables | Toupi [toupi]
08/02/18 'France is 50 years behind': the 'state scandal' of French autism treatment | World news | The Guardian [theguardian]
06/02/18 Corrected Prevalence of Autism Spectrum Disorder in US Children and Adolescents | JAMA | The JAMA Network [jamanetwork]
06/02/18 Relationship between absolute and relative ratios of glutamate, glutamine and GABA and severity of autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
05/02/18 LE GOUVERNEMENT LANCE UNE GRANDE CONSULTATION AUPRES DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP [aladom]
30/01/18 Femmes porteuses de differences a caractere autistique : pour une reelle politique de prise en charge et d'integration | POINT DE VUE - Avant-Garde [lavantgarde]
30/01/18 Quelle scolarisation pour les eleves autistes dans les pays francophones ? Vers l'inclusion ? [resado82]
29/01/18 Handicap. Le voyage en Irlande des collegiens de Mulsanne suscite l'admiration de la secretaire d'Etat [actu]
29/01/18 Roche obtient une percee therapeutique aux USA pour balovaptan dans l'autisme [romandie]
29/01/18 Une Reunionnaise de St-Etienne, autiste, victime d'escroquerie [zinfos974]
26/01/18 La commission des affaires sociales lance, en presence de la secretaire d'Etat chargee des personnes handicapees, un groupe de travail sur la question du financement de la prise en charge du handicap - Senat [senat]
26/01/18 Magali Pignard, de l'Association Francophone de Femmes Autistes, participera samedi a la soiree ''L'autisme au feminin'' a la Maison Mosaique - Saint-Die Info [saintdieinfo]
26/01/18 Agnes Buzyn promet plus de moyens pour la psychiatrie [europe1]
26/01/18 Prise en charge de l'autisme : la France peut beaucoup mieux faire - Le Point [lepoint]
25/01/18 La politique en direction des personnes presentant des troubles du spectre de l'autisme | Cour des comptes [ccomptes]
24/01/18 Réponse Question n°3558 - Assemblee nationale [questions.assemblee-nationale]
24/01/18 Une demission collective au sein d'une association pour denoncer des « freins administratifs » - Limoges (87000) - Le Populaire du Centre [lepopulaire]
22/01/18 Guadeloupe: Jean-Jacques Felix, premier judoka autiste a recevoir la ceinture noire [outremers360]
22/01/18 Une ordonnance harmonise les modalites de controle des structures sociales et medicosociales [caissedesdepotsdesterritoires]
19/01/18 AUTISME : Retablir le circuit cerebral qui controle le comportement social | sante log [santelog]

Autisme et psychanalyse, histoire d'un echec francais 19/04/2018

«La France a un problème avec l'autisme. La Cour des comptes, juridiction chargée de la régularité des comptes publics, estime que le pays compte 700 000 personnes autistes, dont seules 75 000 ont été diagnostiquées. Les enfants sont diagnostiqués plus tard que dans les pays voisins. Ils sont souvent exclus du système éducatif traditionnel et ont un accès limité aux services de soutien scolaire et activités extrascolaires. Les enfants autistes français sont souvent cloitrés dans des hôpitaux de jour ou des institutions, isolés du reste de la communauté et bien souvent incapables de communiquer par oral. Alors qu'aux Etats-Unis, par exemple, les écoles publiques sont dans l'obligation légale d'inclure les enfants autistes dans les classes traditionnelles. Depuis des années, les familles du nord-est de la France doivent emmener leurs enfants en Belgique pour qu'ils bénéficient d'une meilleure prise en charge.»
[...]
«Le rôle de Françoise Dolto Mes recherches portent notamment sur l’impact de la pédopsychanalyste Françoise Dolto qui, dans les années 1970 et 1980, était considérée comme un « monument national ». Elle animait une émission de radio très populaire sur France Inter, où elle répondait aux auditeurs qui lui soumettaient leurs dilemmes en matière d’éducation. Elle a aussi fondé un réseau de centres pour enfants, les Maisons vertes, en partie dirigées par des psychanalystes. »...

<< Sommaire
theconversation

RASSEMBLEMENT AVS le 2 mai a Nimes 18/04/2018

«Parents, enseignant-e-s, AVS :un combat commun ! Pour faire valoir nos droits, celui de nos enfants et celui de nos élèves, Rassemblons-nous mercredi 2 mai devant la DSDEN à 15h ! 58 Rue Rouget de Lisle, 30030 Nîmes Inscrivez-vous sur la liste de diffusion en envoyant un mail à : collectif.avs.30@gmail.com NOS REVENDICATIONS : 1) Revalorisation des salaires. Nous ne devons plus vivre sous le seuil de pauvreté fixé à 840 E. 2) La Titularisation de tous les AESH avec le statut de fonctionnaire de l'état et plus seulement la cédéisation. Arrêt des contrats précaires CAE-CUI, mais des CDD AESH d'une durée de 3 ans voir plus...¦ 3) La prime REP/ REP + , nous faisons partie de l'équipe pédagogique. 4) Proposer des entretiens d'embauche avec évaluations de connaissances correspondant à un niveau d'études minimum de cycle 3 5) Proposer des temps complets (sur la base de 35 heures ) en tenant compte des heures invisibles(formations personnelles, réunions informelles avec les enseignants, parents, professionnels de l'accompagnement , préparation des ESS, préparation des cours, adaptation des contrôles...¦)et Ne plus imposer les temps partiels, qui sont actuellement subis. 6) Que les réunions, les ESS, les sorties scolaires ... soient des heures à récupérer. 7) Invitation systématique aux ESS et autres réunions concernant les élèves accompagnés pour un vrai travail d'équipe ! 8) Que nos missions soient claires et définies. Un rappel aux établissements, directeurs et professeurs de nos fonctions qui nous permettrait d'exercer correctement notre métier, notamment pour nos pauses et la surveillance des récréations . Une note de service doit être envoyée à chaque établissement. (sauf PPS stipulant que nous devons être présents auprès de nos élèves pendant la récréation). Nous ne sommes ni ATSEM ni AED. 9) Des formations payées par notre employeur sur notre temps de travail, adaptées aux élèves que l'on accompagne en fonction du handicap et nous former aussi dans l'élaboration des contrôles adaptés...¦Une formation particulière pour les AVS-CO exerçant en ULIS. Les besoins de ces élèves sont très spécifiques et une solide formation est nécessaire pour travailler dans de bonnes conditions. 10) L'accès dès la rentrée scolaire au GEVASCO et au dossier scolaire des élèves accompagnés. 11) La création d'un groupe de parole où nous pourrons trouver du soutien, des conseils et où nous pourrons nous rencontrer pour échanger, partager nos expériences. 12) La création d'un référent AVS formé et expérimenté, qui pourra répondre à nos questions (contrat, salaire, arrêt maladie, relations avec les parents/prof/direction...¦), qui serait disponible et très réactif en cas d'urgence ou de détresse. Les référents enseignants sont débordés, ils ne peuvent pas faire face à nos demandes. 13) Que les voeux des AVS/AESH reconnus travailleurs handicapés soient prioritaires sur des postes adaptés à leur handicap. 14) Que nous soyons présentés aux professeurs- vie scolaire- aux élèves et ce, dès la rentrée. 15) Favoriser notre lieu de travail en fonction de notre habitation Monsieur Macron promettait la reconnaissance de notre métier, un vrai statut, de vrais salaires, 20 000 d'entre nous ont été remerciés. Que doit-on attendre de sa part ? Nous sommes déjà 70 000 à vivre sous le seuil de pauvreté, beaucoup d'entre nous ne souhaitent pas renouveler leurs contrats car il est insuffisant pour vivre correctement. Jusqu'où allons-nous accepter notre situation de précaires ? Arrêtons de nous contenter d'avoir un emploi, nous sommes exploités, nous n'obtenons pas la reconnaissance due à la hauteur de notre travail/métier, notre manque de formation est inacceptable car il nous place souvent dans une situation de maltraitance envers nos élèves !!»...

<< Sommaire
cnt-f

Traduction et adaptation du TEI-SF afin de documenter l'acceptabilite sociale de l'intervention comportementale intensive - ScienceDirect 17/04/2018

«1. Introduction Le nombre d'enfants ayant un diagnostic de trouble du spectre de l'autisme (TSA) est en augmentation depuis quelques années. Le taux de prévalence atteindrait désormais environ 1 enfant sur 68 (Centers for Disease Control and Prevention ; CDCP, 2014). L'orientation des enfants ayant un TSA et de leur famille vers des services d'intervention précoce de qualité constitue donc une question de toute première importance, tant pour les décideurs, les pourvoyeurs de services que les familles et leur enfant. Plusieurs organisations gouvernementales nord-américaines, dont celles de plusieurs provinces canadiennes, ont mis sur pieds des services d'intervention comportementale précoce et intensive ou proposent du financement visant à permettre aux familles ayant un enfant avec TSA d'accéder à de tels services (voir notamment ministère de la Santé et des Services sociaux ; MSSS [Québec], 2003 ; Ministry of Children and Family Development [Colombie-Britannique], 2013 ; Ministry of Children and Youth services [Ontario], 2010). L'intervention comportementale intensive (ICI) réfère à certains programmes d'intervention prenant appui sur les principes de l'analyse appliquée du comportement (AAC) et qui visent à favoriser des apprentissages dans plusieurs domaines du développement chez les jeunes enfants ayant un TSA (Forget, Schuessler, Paquet, & Giroux, 2005). Dans le cadre de ces programmes, les intervenants ont recours à une variété de stratégies d'intervention comportementales ciblées, notamment l'enseignement par essais distincts (EED), tout comme d'autres stratégies plus naturalistes telles que l'enseignement incident (EI). La première stratégie prévoit un format d'enseignement en individuel, dit en un pour un, pendant lequel des séquences d'apprentissage sont répétées, celles-ci comprenant un stimulus discriminatif (le plus souvent une consigne de l'intervenant), une incitation, une réponse de l'enfant, ainsi qu'une conséquence (renforçateur) (Klintwall & Eikeseth, 2014). Cette séquence est répétée à plusieurs reprises au cours de la séance d'enseignement et chacun des essais est séparé par un intervalle de temps de quelques secondes. Cette procédure d'intervention vise l'acquisition de comportements dans différents domaines développementaux. La seconde stratégie, l'EI, vise également l'apprentissage d'une variété de comportements chez l'enfant, mais en manipulant l'environnement, afin de stimuler une certaine forme d'initiative de l'enfant, celle-ci étant encouragée par l'intervenant qui offre de l'aide à celui-ci et qui renforce l'émission de comportements adéquats dans le contexte (Fenske, Krantz, & McClannahan, 2001). Catégorisée comme étant une stratégie d'intervention naturaliste (NDPC, 2010), elle est généralement considérée comme complémentaire à l'EED, notamment pour l'apprentissage de comportements d'initiation de communication et pour la généralisation des apprentissages (p. ex., Fenske et al., 2001 ; Smith, 2001 ; Thompson, 2011).»
[...]
«Par ailleurs, à ce jour, peu d’études portent sur l’acceptabilité des programmes et des stratégies d’interventions ciblées destinés aux jeunes enfants autistes (Callahan, Henson, & Cowan, 2008 ; Schaeffer & Clément, 2010). Pourtant ce concept est énoncé clairement dans la définition de la l’AAC, discipline servant d’assise à une majorité d’interventions décrites au sein des guides de bonnes pratiques pour les enfants ayant un TSA. De plus, des défis d’implantation de ces pratiques dans des contextes réels d’intervention soit observées (p. ex., Odom et al., 2013). Dans le contexte d’une offre de services d’ICI à large échelle ou plus généralement d’interventions fondées sur l’AAC, offerte dans différents milieux, qui implique plusieurs interlocuteurs dont différentes catégories d’intervenants, une mesure de l’acceptabilité des objectifs et des procédures, prenant en considération les limites méthodologiques citées précédemment, s’avère pertinente. De plus, à notre connaissance aucun instrument en français ne permet d’évaluer l’acceptabilité sociale de l’intervention comportementale offerte aux jeunes enfants ayant un TSA. »...

<< Sommaire
sciencedirect

Comprehension of conventional gestures in typical children, children with autism spectrum disorders and children with language disorders 17/04/2018

«Résumé Contexte Les gestes conventionnels contribuent à la communication et sont un précurseur du langage verbal. Le but de notre étude était : (a) d'analyser le développement de la compréhension des gestes conventionnels chez les enfants typiques, (b) d'explorer cliniquement comment les enfants atteints de troubles du spectre autistique et de troubles du langage oral comprennent les gestes conventionnels. Méthodes La compréhension des gestes conventionnels a été évaluée au moyen d'un test vidéo. Le protocole consistait en 15 gestes arbitraires et 15 gestes iconiques. Nous avons recruté 262 enfants typiques âgés de 3 à 10 ans et 55 enfants atteints de troubles de la communication âgés de 4 à 8 ans : 36 enfants atteints de troubles du spectre autistique et 19 atteints de troubles du langage oral. Résultats La compréhension des gestes conventionnels augmente au cours du développement chez les enfants typiques. L'amélioration de la compréhension des gestes iconiques survient plus tôt que celle des gestes arbitraires. Les enfants atteints de troubles du spectre autistique ont des scores de compréhension des gestes conventionnels inférieurs à ceux des enfants typiques et des enfants ayant des troubles du langage oral. Pour chaque geste pris séparément, les enfants atteints de troubles du langage ont de meilleurs résultats que les enfants autistes mais aussi que les enfants typiques. En outre, l'analyse de la compréhension des gestes à la fois arbitraire et iconique montre que les enfants avec trouble du langage oral ont des meilleurs scores que les enfants typiques ou avec troubles du spectre autistique. Conclusions Nos résultats suggèrent : (i) une dissociation entre la compréhension du langage oral et la compréhension gestuelle chez les enfants atteints de trouble du langage et (ii) un déficit à la fois du langage oral et de la compréhension gestuelle chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Development of fine motor skills is associated with expressive language outcomes in infants at high and low risk for autism spectrum disorder | Journal of Neurodevelopmental Disorders | Full Text 17/04/2018

«Abstract Background A growing body of research suggests that fine motor abilities are associated with skills in a variety of domains in both typical and atypical development. In this study, we investigated developmental trajectories of fine motor skills between 6 and 24 months in relation to expressive language outcomes at 36 months in infants at high and low familial risk for autism spectrum disorder (ASD). Methods Participants included 71 high-risk infants without ASD diagnoses, 30 high-risk infants later diagnosed with ASD, and 69 low-risk infants without ASD diagnoses. As part of a prospective, longitudinal study, fine motor skills were assessed at 6, 12, 18, and 24 months of age and expressive language outcomes at 36 months using the Mullen Scales of Early Learning. Diagnosis of ASD was determined at the infant's last visit to the lab (18, 24, or 36 months) using the Autism Diagnostic Observation Schedule. Results Hierarchical linear modeling revealed that high-risk infants who later developed ASD showed significantly slower growth in fine motor skills between 6 and 24 months, compared to their typically developing peers. In contrast to group differences in growth from age 6 months, cross-sectional group differences emerged only in the second year of life. Also, fine motor skills at 6 months predicted expressive language outcomes at 3 years of age. Conclusions These results highlight the importance of utilizing longitudinal approaches in measuring early fine motor skills to reveal subtle group differences in infancy between ASD high-risk and low-risk infant populations and to predict their subsequent language outcomes.»...

<< Sommaire
jneurodevdisorders.biomedcentral

Sophie Cluzel, invitee de la Maison des maternelles sur France 5 16/04/2018


«La secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel, répondait aux questions des journalistes et téléspectateurs de la Maison des maternelles sur France 5 ce jeudi 12 avril. La pénurie d'auxiliaires de vie scolaire et les lourdeurs des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) comptent parmi les sujets évoqués. Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées, avait été conviée pour parler du 4e plan autisme. Ce dernier, lancé le 6 avril , est destiné à permettre à la France de « rattraper son retard ». Un retard dans l'établissement du diagnostic et de la prise en charge, notamment. Or, durant treize minutes, journalistes et téléspectateurs de la Maison des maternelles, une émission quotidienne de cinquante minutes dédiée à la petite enfance sur France 5, l'ont aussi interrogée sur des sujets plus larges.» [...]
«Mais pas vraiment de nouvelle annonce. Si ce n'est celle d'un décret à paraitre prochainement. Son but ? Assouplir les conditions de recrutement des auxiliaires de vie scolaire. « On a des postes ouverts, on n'arrive pas à recruter », se plaint la ministre. Avant de reconnaitre : « On sait [le ministre de l'Education nationale et elle-même, NDLR] que ça ne va pas et qu'il y a des délais d'attente incompréhensibles pour les parents. » Sophie Cluzel : « La solution est dans l'école. » Sophie Cluzel refuse aussi l'idée de permettre aux familles qui le peuvent de recruter des AVS privées. Cela au nom de l'égalité entre les familles. Pour elle, cela doit être réglé par l'Education nationale. « La solution est dans l'école. » Et comme sur France Inter deux semaines auparavant, dans l'émission Grand bien vous fasse, Sophie Cluzel a aussi pointé du doigt les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Elle les estime « trop lourdes actuellement pour être actives et proactives ». Quant au 4e plan autisme, elle en a rappelé les grandes lignes. Une meilleure formation des généralistes et des pédiatres. Mais aussi des plateformes territoriales, dès janvier 2019, pour la prise en charge des enfants concernés. Egalement, la mise à disposition d'un forfait de prise en charge de soins avant même que le diagnostic de trouble autistique ne soit confirmé et reconnu par la MDPH. »...

<< Sommaire
faire-face

Le CNSA se dote d'un nouveau conseil scientifique 12/04/2018

«Le Conseil scientifique de la CNSA est renouvelé au terme de sa 3e mandature. Par arrêté en date du 24 mars, publié au Journal officiel le 12 avril 2018, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, et la secrétaire d'état chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, viennent de désigner conjointement douze personnalités qualifiées comme membres de ce nouveau Conseil scientifique. La présidence en est confiée à Dominique Argoud, doyen de faculté, maitre de conférences en sciences de l'éducation à l'université Paris-Est Créteil, qui succède ainsi à Marie-Eve Jol. Il sera épaulé par Amaria Baghdadli, pédopsychiatre, professeur des universités-praticien hospitalier au CHU de Montpellier, qui est désignée vice-présidente, succédant à Jean-Yves Barreyre. Tous deux siègent au Conseil scientifique de la CNSA depuis 2010. Parmi les douze personnalités qualifiées nommées, huit n'y ont jamais siègé. Outre ce collège de personnalités qualifiées nommées pour quatre ans par les ministres, le Conseil scientifique comprend des représentants d'institutions impliquées dans la recherche sur le handicap et la perte d'autonomie : grands établissements de recherche, services statistiques ministériels, sociétés savantes.»...

<< Sommaire
capgeris

Autisme : l'ecole ''n'est pas adaptee aux enfants differents'', deplore une specialiste 09/04/2018

«Parler d'inclusion, et non d'intégration. C'est un point sur lequel insiste Christine Philip, spécialiste de la scolarisation des élèves autistes. Selon elle, une différence cruciale existe dans ces deux termes, qui à elle seule résume le problème des écoles aujourd'hui. L'intégration consiste à rejoindre la norme. Ainsi, la personne doit faire l'effort de s'adapter aux autres, mais le milieu en lui-même ne bouge pas. Tandis que l'inclusion est le processus inverse. Ce n'est pas à la personne de s'adapter mais au milieu qui l'accueille d'être capable de répondre à ses besoins particuliers. Pour Christine Philip, spécialiste de la scolarisation des enfants autistes, les écoles publiques françaises ne sont encore qu'au stade de l'intégration, et non de l'inclusion.»
[...]
«L’Italie mise sur une didactique inclusive. C’est à dire que ce système propose aux élèves des outils adaptés à chacun. Les supports, comme les manuels et le matériel sont adaptés en fonction des singularités de chaque élève. Un élève autiste a un manuel adapté aux caractéristiques de son trouble, il a par exemple le choix entre un puzzle, un texte à trous ou l'opportunité de dessiner au lieu d'écrire pour comprendre une leçon. Cet enseignement inclusif permet aux élèves d’apprendre en même temps, quels que soit leur rythme. Ce système permet "de ne plus se focaliser sur les difficultés mais plutôt sur les compétences et les réussites", conclue Olivier Paolini. »...

<< Sommaire
rtl

Plan autisme : Le ministere et la realite 09/04/2018

«Le nouveau Plan autisme gouvernemental prévoir de "rattraper le retard en matière de scolarisation" des enfants autistes. Mais est-il suffisant ? On peut en douter après les informations données par le Snuipp 93. Selon le plan, il s'agit de "scolariser en maternelle tous les enfants autistes", alors qu'un tiers l'est déjà. Il ambitionne aussi de scolariser davantage d'enfants autistes en ULIS, de l'école élémentaire au lycée. Le plan veut tripler le nombre d'unités d'enseignement maternel autisme. Il annonce aussi un plan de conversion des AVS en AESH, des emplois moins précaires. Enfin le plan veut "former les enseignants". Pour cela 100 enseignants spécialisés, un par département, seront déployés pour "intervenir sur place" dans les écoles.»
[...]
«Le problème c'est que l'on part d'un niveau très éloigné de ce qu'annonce le plan. Selon le Snuipp 93, " 3400 orientations en IME et en ITEP ont été décidées par la MDPH (maison départementale des personnes handicapées), alors qu’il n’y a que 1800 places dans ces établissements en Seine-Saint-Denis. Cette situation est grave, car cela signifie qu’environ 1600 enfants et adolescents se retrouvent à l’école (en ULIS ou en classes banales) alors que la MDPH estime qu’ils devraient être accueillis dans des structures spécialisées". Le syndicat soulève aussi les suppressions de contrats aidés d'AVS. " Des AVS (auxiliaires de vie scolaire), sur contrat CUI (contrat de droit privé de 24 mois maximum), sont de plus en plus nombreux-euses à se retrouver au chômage à la fin de leur contrat", affirme le Snuipp 93. "Alors même que la plupart de ces personnels ont un avis favorable pour devenir AESH : le nouveau contrat de droit public renouvelable pendant 6 ans avec possibilité d’une cédéisation à la suite de ces 6 ans. Pourquoi ces personnels ne signent pas de contrat maintenant ? De l’autre côté, le nombre d’enfants avec une notification MDPH mais se retrouvant sans AVS augmente dans les classes : certains, y compris dans le champ de l’autisme, se retrouvent sans aide du jour au lendemain parce que la personne en CUI est envoyée au chômage alors qu’elle pourrait signer un contrat AESH !" L’académie de Créteil a perdu 2019 CUI à la rentrée de septembre 2017 dans le 1er et le 2nd degrés. »...

<< Sommaire
cafepedagogique

Many People Taking Antidepressants Discover They Cannot Quit - The New York Times 08/04/2018

«Victoria Toline would hunch over the kitchen table, steady her hands and draw a bead of liquid from a vial with a small dropper. It was a delicate operation that had become a daily routine ...” extracting ever tinier doses of the antidepressant she had taken for three years, on and off, and was desperately trying to quit. "Basically that's all I have been doing ...” dealing with the dizziness, the confusion, the fatigue, all the symptoms of withdrawal," said Ms. Toline, 27, of Tacoma, Wash. It took nine months to wean herself from the drug, Zoloft, by taking increasingly smaller doses. "I couldn't finish my college degree," she said. "Only now am I feeling well enough to try to re-enter society and go back to work." Long-term use of antidepressants is surging in the United States, according to a new analysis of federal data by The New York Times. Some 15.5 million Americans have been taking the medications for at least five years. The rate has almost doubled since 2010, and more than tripled since 2000. Nearly 25 million adults, like Ms. Toline, have been on antidepressants for at least two years, a 60 percent increase since 2010.»
[...]
«For now, people who haven’t been able to quit just by following a doctor’s advice are turning to a method called microtapering: making tiny reductions over a long period of time, nine months, a year, two years — whatever it takes. “The tapering rates given by doctors are often way, way too fast,” said Laura Delano, who had severe symptoms while trying to get off several psychiatric drugs. She has created a website, The Withdrawal Project, that provides resources on psychiatric drug withdrawal, including a guide to tapering off. She is hardly the only one bewildered by the scarcity of good medical advice about unwinding prescriptions that have become so common. “It has taken a long, long time to get anyone to pay attention to this issue and take it seriously,” said Luke Montagu, a media entrepreneur and co-founder of the London-based Council for Evidence-Based Psychiatry, which pushed for Britain’s review of prescription drug addiction and dependence. “You’ve got this huge parallel community that’s emerged, largely online, in which people are supporting each other though withdrawal and developing best practices largely without the help of doctors,” he said. Dr. Stockmann, the psychiatrist in East London, wasn’t entirely convinced withdrawal was a serious issue before he went through it himself. His microtapering strategy finally worked. “There was a really significant moment,” he recalled. “I was walking down near my house, past a forest, and I suddenly realized I could feel the full range of emotions again. The birds were louder, the colors more vivid — I was happy. »...

<< Sommaire
nytimes

Le medico-social desormais sous la houlette de la HAS 07/04/2018

«« Le cloisonnement entre les champs sanitaire, social et médico-social a des effets délétères : errance des personnes, ruptures dans les parcours, non-recours à des soins ou des accompagnements. » Face à ce constat, en plus de son rôle central dans le champ sanitaire, la HAS (Haute autorité de santé) intervient désormais aussi dans les champs social et médico-social. A compter du 1er avril 2018, elle peut évaluer des établissements, élaborer des recommandations pour l'inclusion sociale, la protection de l'enfance et l'accompagnement des personnes handicapées et âgées. L'Agence vient en effet d'intégrer les missions de l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm), précise un communiqué publié le 5 avril 2018.»
[...]
«La santé dans sa globalité « Cette intégration répond à l'impératif d'envisager aujourd'hui la santé dans sa globalité, sans se limiter aux soins médicaux mais en y intégrant tous les aspects de la vie des personnes, en améliorant les pratiques de l'ensemble des professionnels et établissements impliqués », détaille ce communiqué. L'objectif est ainsi de favoriser des « parcours de santé complets et de qualité, coordonnés et transversaux, répondant aux besoins de soins et aux situations de vie de chaque personne ». Ne plus se limiter, seulement, à la prise en charge des maladies. Bien-être physique, mental et social La HAS part en effet du principe que l'état de santé d'une personne et sa situation de vie sont « étroitement imbriqués ». L'environnement de vie et de travail, l'accès au système de santé, les ressources sociales et personnelles ou encore les capacités physiques et psychologiques ont manifestement un impact sur la santé. A l'inverse, les soins médicaux peuvent avoir des conséquences sur les différents domaines du quotidien et nécessiter des accompagnements adaptés à chaque situation. Le défi de cette nouvelle organisation est donc de proposer des parcours, à la fois de vie et de santé, centrés sur les besoins de soins et d'accompagnement des personnes, afin de favoriser leur « bien-être physique, mental et social ». Ce rôle élargi va permettre, selon la HAS, de « renforcer sa mission première : améliorer les pratiques pour tous en s'appuyant sur une meilleure articulation et collaboration des différents acteurs sur le terrain et partager des approches de qualité ». Une direction dédiée Une direction spécifique au champ social et médico-social est créée au sein de la HAS : la Direction de la qualité de l'accompagnement social et médico-social (DiQASM). C'est elle qui aura la mission d'élaborer les recommandations de bonnes pratiques relatives à l'inclusion sociale, la protection de l'enfance, l'accompagnement des personnes handicapées et âgées mais aussi de fixer le cadre d'évaluation des 30 000 établissements et services sociaux et médico-sociaux en France (EHPAD, établissements et services d'aide par le travail, services d'aide et d'accompagnement à domicile, foyers et maisons d'accueil spécialisées, foyers de l'enfance, centres d'hébergement et de réinsertion sociale, centres d'accueil de demandeurs d'asile…). »...

<< Sommaire
informations.handicap

Strategie nationale 2018-2022 pour l'autisme : garantir la scolarisation effective des enfants et des jeunes - Ministere de l'Education nationale 07/04/2018

«La stratégie pour l'autisme au sein des troubles neuro-développement (TND) 2018-2022 a été présentée par le Premier Ministre Edouard Philippe et Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, ce vendredi 6 avril. Garantir la scolarisation effective des enfants et des jeunes est un des 5 engagements phares de cette stratégie. Scolariser en maternelle tous les enfants autistes Garantir à chaque enfant un parcours scolaire fluide et adapté à ses besoins, de l'école élémentaire au lycée Former et accompagner dans leur classe les enseignants accueillant des élèves autistes Garantir l'accès des jeunes qui le souhaitent à l'enseignement supérieur»...

<< Sommaire
education.gouv

Quatrieme plan autisme : « Il n'a ni la forme ni les moyens d'un grand plan de sante publique » 07/04/2018

«Depuis sa prise de fonctions voilà près d'un an, le président Emmanuel Macron a répété sa volonté de faire de la prise en charge de l'autisme une priorité nationale. Après neuf mois de concertation, le gouvernement a dévoilé, vendredi 6 avril, les premiers contours du quatrième plan autisme, très attendu par les familles. Mais les responsables associatifs dénoncent, à l'unisson, « un plan sans moyens » qui provoque une « déception immense » et une « vraie colère ».»...

<< Sommaire
mobile.lemonde

Comment traiter l'autisme : histoire d'un conflit a Brest 06/04/2018

«Recevez l'info matinale Chaque matin, recevez l'essentiel de l'actualité nationale et internationale Partagez Email En France, historiquement, deux écoles se querellent sur la prise en charge de l'autisme : l'approche comportementaliste et celle, psychanalytique. Plusieurs fois, l'hôpital de Brest a été le théâtre de ces débats. En France, depuis des décennies, deux écoles se divisent sur la prise en charge de l'autisme : les tenants d'une approche comportementaliste et les défenseurs d'une approche psychanalytique. L'hôpital de Brest a été, à plusieurs reprises, le théâtre de ces débats. Depuis 1999, Brest a la particularité d'accueillir le Centre ressources autisme (CRA) de Bretagne, géré jusqu'en 2016 par le CHU. Il n'assure pas directement les soins mais intervient en soutien et coordination auprès des antennes départementales. Le centre a été animé par des médecins plutôt pro-comportementalistes jusqu'aux années 2010, et l'arrivée d'un nouveau responsable, le Pr Michel Botbol, davantage partisan de la psychanalyse. Cette approche psychologique définit l'autisme par une carence de soins et d'affection. Elle recherche dans la relation à la mère l'origine de la maladie. Majoritaire en France dans les années 1960-1970, elle est devenue controversée, tout en restant influente.»
[...]
«Familles en colère Les méthodes psychologisantes du CRA sont entrées en conflit avec celles, éducatives, du Dr Éric Lemonnier. Ce pédopsychiatre prônait l'orthophonie et une scolarisation précoce des enfants en école ordinaire. Fin 2013, il a été muté dans un autre service. Finalement, il est parti prendre la tête du Centre expert autisme du Limousin. Autre épisode de tension : en février 2014, un colloque sur l'enfant autiste organisé par le service de psychiatrie de l'hôpital a été perturbé par des familles en colère. Pour elles, la psychanalyse n'est d'aucune aide dans le traitement de l'autisme qui est un trouble du développement d'origine neurobiologique. Cette crise a trouvé une solution. À la suite d'un audit de l'Agence régionale de santé, le CRA a été « sorti » du giron de l'hôpital brestois. Installé depuis 2016 dans de nouveaux locaux, indépendants du pôle psychiatrique, il est géré par l'association des Genêts d'or. Le climat s'est apaisé. »...

<< Sommaire
ouest-france

From institutions to community living - Part I: commitments and structures (Easy read) | European Union Agency for Fundamental Rights 05/04/2018

«This report looks at what the EU and the 28 countries have agreed to do to move people with disabilities from living in institutions to living in their local community with support. Downloads: From institutions to community living - Part I: commitments and structures (Easy read PDF) [...]
en (4.65 MB) FRA is looking at how to help people with disabilities move from living in institutions to living in their local community with support. This report is one of 3 reports which look at different parts of this issue.»...

<< Sommaire
fra.europa

From institutions to community living - Part I: commitments and structures (Easy read) | European Union Agency for Fundamental Rights 05/04/2018

«This report looks at what the EU and the 28 countries have agreed to do to move people with disabilities from living in institutions to living in their local community with support. Downloads: From institutions to community living - Part I: commitments and structures (Easy read PDF) [...]
en (4.65 MB) FRA is looking at how to help people with disabilities move from living in institutions to living in their local community with support. This report is one of 3 reports which look at different parts of this issue.»...

<< Sommaire
fra.europa

‹Les enseignantes de l'ecole elementaire Henri Wallon a Vaulx-en-Velin en greve jeudi 03/04/2018

«Les enseignantes de l'école élémentaire Henri Wallon à Vaulx-en-Velin seront en grève ce jeudi 5 avril. Elles rejoindront à midi le rassemblement des enseignants vaudais, rue des Frères Bertrand, qui demandent une hausse des moyens dans les circonscriptions de Vaulx-en-Velin. Les institutrices alertent depuis plusieurs mois leur hiérarchie sur le climat de plus en plus violent qui règne dans leur école, suite à la scolarisation d'élèves ayant de lourds troubles du comportement. A plusieurs reprises, elles affirment avoir renseigné le document unique d'évaluation des risques professionnels du CHSCT de l'Education Nationale. "Pour autant, la situation s'enlise" selon elles.»
[...]
«"Notre hiérarchie ne semble pas prendre la mesure de la gravité de notre situation. Malgré toute notre bonne volonté et notre engagement professionnel, nos aménagements pédagogiques s’avèrent peu productifs compte tenu de la problématique des élèves concernés. Au bout du compte, notre hiérarchie nous reproche de ne pas trouver de solution satisfaisante alors que l'historique de nos actions démontre que nous sommes face à une situation qui dépasse l’institution scolaire" conclut les enseignantes dans un communiqué adressé à la rédaction de Lyon 1ère. Pour elles, "ces difficultés majeures sont accentuées cette année, par le profil de certains élèves du dispositif Ulis TMC qui sont scolarisés dans notre école. Selon la MDPH, ces élèves relèvent d'Ulis TED ou d'IME. Cela engendre des tensions, en particulier lors des temps interclasses, de restauration et de péri scolaire. »...

<< Sommaire
lyonpremiere

Fermetures de classes reelles ou fermetures de classes ressenties ? - Le monde bouge 03/04/2018

«Alors que le ministère prétend que tout va bien madame la marquise, et que les syndicats promettent la fin de l'Educutaion nationale si les classes continuent à fermer, sortons de la bataille des chiffres se confronter un peu à la réalité. Je n'ai pas de chiffres. Non, moi non plus, je n'ai pas de chiffres. J'ignore précisément le nombre de classes ouvertes ou fermées dans le primaire. J'ai trouvé une jolie infographie du ministère qui explique que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. J'ai trouvé également les calculs d'un syndicat qui, bien entendu, montrent l'exact opposé. Qui croire ? Je n'en ai aucune idée. Ces batailles de chiffres sont sans fin. C'est un peu comme les histoires de température ressentie et de température réelle...¦ Personnellement, mon ressenti actuel est glacial. Polaire même. Autour de chez moi, on ferme des classes, et ça c'est un fait. Des gens en « haut lieu » ont reçu des chiffres en octobre qui leur permettent d'annoncer qu'il y aura moins de vingt-six élèves par classe. Horreur et damnation, moins de vingt-six élèves, luxe insupportable, vite vite supprimons des classes, éjectons des maitres ! .»
[...]
«Pas plus tard que lundi, Patrick Cohen a reçu sur Europe 1, dans la matinale, Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, à propos de l’autisme. C’était intéressant, mais je ne puis vous décrire ma consternation en entendant la secrétaire d’Etat déclarer à propos de l’intégration scolaire : « Il ne faut pas tout faire reposer sur les auxiliaires de vie. » Non, il faut que ce soit les enseignants qui se chargent de ces enfants. Comment ? Ah, mais avec la recette miracle de tous les ministres de l’Education nationale passés et à venir : la formation ! « Formation des enseignants [dit Mme Cluzel], pour qu’ils puissent avoir justement les ressources suffisantes pour accompagner et scolariser les enfants handicapés. » Je traduis : « Les AVS coûtent trop cher – un adulte par enfant, quel luxe ignoble ! –, les profs vont s’en charger. On va leur coller deux jours de formation sur l’autisme, on fera venir des caméras, on postera sur les réseaux sociaux, et hop ! c’est fait, les autistes sont pris en charge. » Deux jours ? Non, même là j’enjolive, car Mme Cluzel explique que ce sera à la rentrée « une plateforme ressources numériques pour pouvoir avoir les clés de lecture sur les adaptations nécessaires ». Ah, alors la formation numérique, j’ai déjà donné, merci, plus jamais. J’ai, dans mon collège, dans mes classes, des élèves avec syndrome autistique. Nous en avons tous. A trente élèves, sans AVS, c’est impossible. Qui est la première victime de cette façon de procéder ? L’enfant concerné, bien évidemment. L’intégration, oui, mais il y a tout à revoir pour que cela se fasse dans de bonnes conditions pour ces élèves-là, et pour les autres aussi. »...

<< Sommaire
telerama

ONU Info |L’ONU appelle à autonomiser les femmes et les filles atteintes d’autisme 03/04/2018

«En cette Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a souligné combien il était important d'autonomiser les femmes et les filles atteintes d'autisme. Audio - 10'26" Playlist ITW Marie Rabatel
Source: http://news.un.org | Source Status

<< Sommaire
news.un

Autisme : le cardinal Turkson appelle a davantage d'inclusion - Vatican News 03/04/2018

«Cette année, la Journée mondiale de l'autisme tombe le lundi de Pâques. C'est l'occasion pour l'Eglise de montrer sa proximité avec les autistes, leurs proches et les personnes qui s'en occupent tous les jours. Xavier Sartre - Cité du Vatican Le cardinal Peter Turkson, préfet du dicastère pour le Service du développement humain intégral, a publié un message à l'occasion de la Journée mondiale de l'autisme ce lundi 2 avril. Face à l'augmentation du nombre d'autistes, le préfet souligne d'emblée qu'un effort supplémentaire sera nécessaire pour affronter et répondre à cette situation. L'Eglise est prête à prendre toute sa part dans cette action. «L'Eglise, au travers de ses oeuvres, témoigne de son attention et de sa sollicitude envers les personnes atteintes de l'autisme», affirme le cardinal Turkson. Il reconnait toutefois qu'une vraie inclusion est encore difficile. Il rend hommage aux familles qui, malgré les nombreuses difficultés au quotidien, offrent «un témoignage extraordinaire d'amour pour la personne humaine». D'où la nécessité d'être aux côtés de ceux qui sont touchés par ces troubles, non seulement les parents mais aussi les autres enfants dont le développement nécessite une attention maximale. Si des lois existent aux niveaux national et international, les lois ne sont que peu appliquées, regrette le cardinal Turkson. Ce sont ainsi les familles qui doivent assumer «les lacunes et les défaillances des institutions et du système des services médicaux et d'assistance». Il est donc fondamental de «construire une solide alliance entre les secteurs sanitaire, socio-sanitaire et éducatif et de garantir la continuité de l'assistance et du soin sur tout l'arc de leur vie».»...

<< Sommaire
vaticannews

Haute Autorite de Sante - Autisme de l'adulte - S'adapter pour favoriser l'acces aux soins 03/04/2018

«La HAS et l'Anesm* - dont les équipes ont intégré la HAS le 1er avril 2018 - ont publié une recommandation sur les interventions et le parcours de vie de l'adulte autiste. Objectifs ? Améliorer les interventions sanitaires et médico-sociales auprès des adultes autistes afin de favoriser le respect de leurs droits, leur inclusion sociale, leur autonomie, leur santé et leur bien-être. Elle propose aux médecins des outils pour accompagner les adultes autistes et les prendre en charge d'une façon adaptée et coordonnée. Témoignages de professionnels de santé et de personnes impliquées dans cette problématique. Pour les familles et les usagers, l'offre d'accompagnement des adultes autistes en milieu ordinaire et en structure médico-sociale reste insuffisante. « Les personnes autistes ont peu de perspectives adultes alors que des réponses diversifiées devraient leur être proposées : habitat, accompagnement dans l'emploi et la vie sociale, places en établissements », affirme Didier Rocque, président d'une association de parents gestionnaire d'établissements. Père d'un homme autiste de 36 ans, il a participé aux recommandations de la HAS en tant que représentant de familles d'usagers. Les recommandations de la HAS préconisent notamment de personnaliser au maximum les interventions proposées aux adultes autistes. « Les personnes autistes se sont souvent senties rejetées par la société. Les accompagner de façon adaptée et les inciter à participer aux choix qui les concernent peuvent contribuer à restaurer leur estime de soi », estime Didier Rocque. Les recommandations de la HAS affirment également que les droits des personnes autistes doivent être respectés et leur autonomie, favorisée, quelles que soient leurs capacités. « Tout en prenant en compte les réalités du spectre de l'autisme, les recommandations se concentrent sur l'axe des droits pour penser les interventions et le parcours de vie des adultes autistes. Et ce, sans omettre les moyens de compensation nécessaires pour y parvenir », ajoute Stéfany Bonnot-Briey, « personne autiste et professionnelle de l'autisme ». Elle a également collaboré aux recommandations de la HAS en tant que représentante des usagers. L'autisme peut engendrer des difficultés à communiquer la douleur, à accepter les examens ou à adhérer aux soins...¦ Une vigilance particulière doit donc être accordée à l'état de santé de la personne autiste. Si les recommandations « rappellent encore et toujours la nécessité de formation professionnelle en phase avec les données scientifiques internationales », selon Stéfany Bonnot-Briey, elles représentent en elles-mêmes un socle de connaissance conséquent. « Elles ont l'avantage de proposer une approche pragmatique et non dogmatique validée après une large concertation de tous les acteurs concernés », conclut Didier Rocque.»...

<< Sommaire
has-sante

Video: Autisme : ''Il faut, pour tous les enfants handicapes, que l'ecole soit le courant naturel'' 02/04/2018


«Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées, explique sur Europe 1 que la scolarisation des enfants autistes est l'une des priorités du plan d'action du gouvernement contre ce trouble du développement. INTERVIEW La scolarisation des enfants autistes a été rendue obligatoire par la loi. Et pourtant, l'Etat français a été condamné à plusieurs reprises pour ses manquements. Aujourd'hui, seul 20% des enfants autistes sont scolarisés. "Le président ne veut plus de lois, il veut qu'on les mette en application et que ces droits deviennent efficients pour ces personnes", a commenté lundi, au micro de la matinale d'Europe 1, Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat, auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées. Alors qu'Emmanuel Macron doit dévoiler en fin de semaine sa stratégie contre l'autisme, l'une des causes de son quinquennat, la ministre explique que l'un des grands axes de sa politique sera de replacer la scolarisation au coeur de la prise en charge. "Je me fixe pour tous les enfants handicapés, quel que soit le handicap, que l'école soit le courant naturel", explique Sophie Cluzel. L'école comme moyen d'inclusion. "On déplace le centre de gravité [de la prise en charge, ndlr] du médico-social vers l'école", souligne la secrétaire d'Etat qui veut faire valoir une "école inclusive". Outre les auxiliaires de scolarité, elle souhaite également que les enseignants soient mieux armés, et assure que l'accent sera mis sur leur "formation pour qu'ils puissent avoir les ressources suffisantes pour accompagner et scolariser les enfants handicapés". Aider les enseignants. Mais d'ici à ce que la formation des enseignants porte ses fruits, Sophie Cluzel explique avoir mis en place à leur attention "des ressources immédiates que l'on peut mobiliser tout de suite". "A la rentrée de septembre, il y a[...]
une plateforme de ressources numériques pour pouvoir avoir les clefs de lecture sur les adaptations nécessaires", indique-t-elle. "Il y aura du personnel ressource ; des enseignants spécialisés, formés à l'autisme qui seront dans chaque académie pour répondre aux enseignants en situation de scolariser un enfant autiste", ajoute encore la ministre.»...

<< Sommaire
europe1

La Journee mondiale de l'autisme 2018 centree sur les filles et femmes autistes (2 avril) | Psychomedia 01/04/2018

«Les troubles du spectre autistique, précise le site des Nations Unies, « "regroupent un ensemble d'affections caractérisées par un certain degré d'altération du comportement social, de la communication et du langage, et par la modicité des centres d'intérêts et des activités, qui sont spécifiques à la personne et répétitifs" ». (Critères diagnostiques de l'autisme - DSM-5) A cette occasion, Fabienne Cazalis, neuroscientifique CNRS à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, et Adeline Lacroix, étudiante en master de psychologie, soulignent sur le site The Conversation, que la question du sous-diagnostic chez les femmes mérite d'être posée. Les études, rapportent-elles, font état de 1 femme pour 9 hommes ayant un diagnostic d'autisme dit «de haut niveau» (syndrome d'Asperger), c'est-à-dire sans déficience intellectuelle. Si l'on compare au ratio de 1 femme pour 4 hommes observé dans l'autisme dit «de bas niveau», où elles sont mieux repérées, « "on peut penser que beaucoup manquent à l'appel" ».»
[...]
«Ce n'est que depuis quelques années que la communauté scientifique s’est vraiment emparée du sujet, rapportent-elles. Par exemple, une étude intitulée « L’autisme au féminin » est menée par l'équipe de Laurent Mottron du département de psychiatrie de l’Université de Montréal (Québec) en collaboration avec l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Le recrutement de volontaires a démarré au début de cette année. D’autres recherches, citent-elles, tentent d’adapter les outils de diagnostic au sexe féminin. Une équipe de chercheurs australiens finalise un questionnaire spécifique pour les jeunes filles, le Q-ASC (Questionnaire for autism spectrum conditions) »...

<< Sommaire
psychomedia.qc

Sex/Gender Differences in Screening for Autism Spectrum Disorder: Implications for Evidence-Based Assessment. - PubMed - NCBI 01/04/2018

«Abstract Autism spectrum disorder (ASD) is diagnosed more often in boys than in girls; however, little is known about the nature of this sex/gender discrepancy or how it relates to diagnostic assessment practices. This study examined the performance of the Social Communication Questionnaire (SCQ) in screening for ASD among boys and girls. Data were drawn from the South Carolina Children's Educational Surveillance Study, a population-based study of ASD prevalence among children 8-10 years of age. Analyses were conducted using SCQ data from 3,520 children, with direct assessment data from 272 with elevated SCQ scores. A bifactor model based on the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders's (5th ed.) two ASD symptom domains fit the data well and performed slightly better for girls. In the general population sample, girls exhibited fewer social communication/interaction and restricted-repetitive behavior symptoms than boys. In the direct assessment sample, however, girls with ASD showed greater impairment in social communication/interaction than boys with ASD. Items pertaining to social communication/interaction problems at ages 4-5 were among the most diagnostically efficient overall and particularly for girls. Similarly, receiver operating characteristic analyses suggested that the SCQ performs adequately among boys and well among girls. Results support the use of the SCQ in screening for ASD but do not indicate sex/gender-specific cutoffs. Girls with ASD may exhibit pronounced intraindividual deficits in social communication/interaction compared to male peers with ASD and female peers without ASD. Although more research is needed, careful attention to social communication/interaction deficits around 4-5 years of age may be especially useful for assessing ASD in girls.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

La pedopsychiatrie ne veut pas mourir ! 30/03/2018

«En dix ans, le nombre de professionnels s’est réduit de moitié et la durée d’attente pour un premier rendez-vous dépasse parfois les dix-huit mois. Alors que la santé mentale de l’enfant est érigée en priorité, la discipline est à l’abandon. La pédopsychiatrie ne veut pas mourir ! Le système de santé français est à bout de forces. Les institutions sanitaires et médico-sociales connaissent une crise sans précédent. Dans ce contexte explosif où les problèmes ont souvent été niés, la pédopsychiatrie se voit particulièrement touchée. La pédopsychiatrie renvoie par essence aux questions politiques et sociales et se trouve au carrefour du soin, du handicap, de l’éducation, de la famille et du judiciaire. Si cette discipline de l’humain, science de la rencontre avec l’enfant, devait disparaître, la perte serait immense tant sur le plan scientifique que sur le plan éthique.»...

<< Sommaire
liberation

Stress post traumatique : les neurones responsables ont ete identifies 29/03/2018

«Un groupe de neurones particuliers et précisément localisés permettent d'identifier les situations de danger et d'adapter notre comportement en conséquence, selon de nouveaux résultats de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) publiés dans la revue Neuron et faits sur la souris. Ce processus par lequel hommes et animaux identifient les informations sensorielles pertinentes (sons, environnement, odeurs...¦) afin de choisir un comportement à adopter en présence d'un danger potentiel se nomme "discrimination contextuelle".»
[...]
«Le syndrome du stress post-traumatique (ESPT) : un dysfonctionnement de la discrimination contextuelle Mais certains souvenirs traumatisants peuvent dérégler ce processus et entrainer un stress émotionnel identique à celui du traumatisme originel lorsque l'environnement ressemble à celui du souvenir. C'est ce que l'on appelle le syndrome du stress post-traumatique (ESPT). Il peut être causé par l'expérience de la guerre, une catastrophe naturelle ou encore des attaques terroristes. Ces patients ne sont alors plus capables d'intégrer leurs propres perceptions pour réguler leur réponse physique et émotionnelle. Cependant, Les circuits neuronaux impliqués dans ce phénomène étaient inconnus. Les scientifiques savaient déjà que le processus de discrimination contextuelle prenait sa source au niveau de l'hippocampe. Or, les "données anatomiques et physiologiques" indiquaient qu'une structure appelée cortex préfrontal médian dorsal et située à l'avant du crâne recevait "des influx neuronaux de l'hippocampe", expliquent les auteurs de la publication. En outre, le cortex préfrontal médian dorsal est sollicité "pendant les périodes d'incertitude", en faisant un candidat idéal pour opérer la discrimination contextuelle. »...

<< Sommaire
sciencesetavenir

Anesm - «Pratiques de cooperation et de coordination du parcours » des personnes handicapees 29/03/2018

«« Pratiques de coopération et de coordination du parcours » des personnes handicapées Les objectifs des recommandations De par son enjeu majeur, assurer un parcours de vie de qualité en misant sur la continuité des parcours afin d'éviter les ruptures, le projet de recommandations de bonnes pratiques professionnelles « Pratiques de coopération et de coordination du parcours des personnes handicapées » s'inscrit dans au programme de travail de l'Anesm au titre du programme 7 sur la « Qualité de vie ». Les politiques publiques ont pour vocation de faire évoluer la place de la personne handicapée dans la société. Elles sont attentives au bien-être, à la qualité de vie, à la continuité et à la fluidité des parcours de vie de la personne. Ces recommandations s'inscrivent au coeur des différentes démarches menées dans le cadre de la politique en faveur des personnes en situation de handicap. L'objectif de ces recommandations consiste à préciser les conditions favorables à la co-construction du projet de vie et à l'articulation entre les acteurs autour du parcours de vie de la personne. Cette articulation, favorisant le décloisonnement des secteurs (social, médico-social et sanitaire), fait appel à une complémentarité des actions. Elle vise à l'amélioration des pratiques de coopération et de coordination.»
[...]
«La prise en compte des besoins de la personne : Il s’agit de répondre aux différents besoins de la personne, c’est-à-dire de connaître la personne, ses particularités et de repérer les épisodes les plus fréquents au cours desquels la coordination entre acteurs est mise à l’épreuve (ex. : Entrées et sorties d’hospitalisation, transition d’un ESMS enfants vers un ESMS adultes, etc.). À partir de l’identification des facteurs de risque, comme par exemple les ruptures de parcours, et la connaissance des facteurs de protection à mettre en place pour la personne, les professionnels doivent mettre en place des stratégies d’accompagnement. Il s’agira pour l’ESSMS, à partir des besoins de la personne, de mobiliser les ressources de l’environnement et d’articuler les compétences des différents professionnels, champs et disciplines pour fluidifier le parcours de vie. La mise en œuvre opérationnelle de l’articulation pour accompagner la personne : Il s’agit pour l’ESSMS, à partir de l’évaluation de ses compétences et de ses limites, de proposer et développer de nouvelles façons d’accompagner avec et dans le territoire. Il s’agit également, à travers un travail transdisciplinaire (incluant la personne/la famille/les professionnels du social, médico-social et sanitaire), de valoriser les compétences des professionnels et de positionner l’ESSMS à l’interne comme à l’externe comme une ressource du territoire visant à répondre à la situation et aux besoins évolutifs de la personne, au même titre que différents acteurs et différents domaines. Il s’agira d’analyser et de repérer les bonnes pratiques pouvant construire une coordination entre organisations et entre professionnels eux-mêmes ; de formaliser les outils dans le cadre d’un document opérationnel qui permettront de mettre en place des habitudes de travail en commun (succession d’intervention, obligations de service réciproque, protocoles d’échange d’information, changement d’ESSMS, anticipation des périodes et situations à risques de ruptures évitables, etc.) ; et établir les leviers institutionnels territoriaux favorisant une mise en œuvre efficace des procédures promouvant l’appropriation de ces méthodes et outils par les gestionnaires et les professionnels concernés, avec les représentants des personnes qui l’accompagnent, afin que les recommandations soient acquises et appliquées de façon dynamique. Les destinataires des recommandations Ces recommandations sont destinées aux professionnels exerçant au sein des établissements et des services sociaux et médico-sociaux du secteur handicap. Plusieurs disciplines étant concernées par la thématique, des destinataires secondaires peuvent trouver utile de se référer à ces recommandations, tels que par exemple les professionnels du secteur sanitaire ou ceux de l’éducation nationale. De la même façon, la famille, les aidants et l’entourage étant indirectement concernés, ils peuvent venir y puiser quelques pistes de réflexion et de travail. »...

<< Sommaire
anesm.sante.gouv

Deux minutes pour mieux vivre l'autisme - Videos d'information pratique pour mieux accompagner l'autisme d'un enfant 29/03/2018

«Vidéos d'information pour soutenir au quotidien les aidants d'enfants autistes Sam, Emy et Tim sont de jeunes enfants autistes. Leurs familles, leurs enseignants et leurs rééducateurs, sont parfois déstabilisés face à leur comportement, leur façon de communiquer et d'apprendre. Les vidéos de ce site mettent en scène des situations de la vie quotidienne. Elles apportent des astuces et conseils pratiques pour soutenir les aidants d'enfants autistes. Elles sont accessibles gratuitement.»...

<< Sommaire
deux-minutes-pour

CAA : des solutions pour s'exprimer en cas de handicap ? 29/03/2018

«Handicap.fr : La CAA, c'est quoi ? Céline Poulet : Communication alternative et améliorée. Numérique ou non, elle propose des moyens de communication adaptés (gestes, symboles, pictogrammes, synthèses vocales, logiciels ludiques...) aux personnes qui ne parlent pas ou ont des difficultés de communication, pour favoriser leur autonomie et l'exercice de leur pleine et entière citoyenneté. H.fr : Qui est concerné ? CP : Un très large public. De nombreux handicaps et maladies entrainent des troubles de la parole ou du langage et empêchent la communication : les troubles du spectre de l'autisme, le polyhandicap, les troubles du développement intellectuel, la paralysie cérébrale, les lésions cérébrales, les aphasies ou dysphasies, les maladies neurologiques telles que la SLA (maladie de Charcot), le LIS (locked-in syndrom) ou la SEP (sclérose en plaques). Cette démarche peut aussi concerner toutes les personnes qui sont temporairement privées de la parole : qui sortent d'un coma, intubées suite à une opération...¦ H.fr : La France est à la traine dans ce domaine ? CP : En effet. Alors que de nombreux pays européens ont fait de la CAA une démarche nationale, notre pays reste largement en retard. A l'heure de la transition numérique et du développement des aides électroniques, il est urgent et indispensable de remédier à cette situation. La Croix-Rouge française espère que ce sujet essentiel sera pris en compte ; la prochaine Conférence nationale du handicap (ndlr : qui doit avoir lieu en mai 2018) serait d'ailleurs l'occasion de lancer cette démarche nationale.»
[...]
«CP : Ce sont notamment des Esat qui accueillent des publics qui n'ont pas besoin par exemple d'un eye tracker (outil de pointage commandé par l'œil). Pour le moment, nous nous concentrons sur les publics les plus éloignés de la communication. H.fr : Observez-vous déjà des résultats positifs ? CP : Oui, dans les établissements où la communication est encouragée depuis longtemps, on observe une baisse des « comportements problèmes » car les personnes peuvent enfin exprimer vraiment leurs besoins, leurs désirs et leurs douleurs. Les ambiances sont plus apaisées et sereines. »...

<< Sommaire
informations.handicap

Inclusion scolaire systematique : un constat alarmant - Force Ouvriere 29/03/2018

«Communiqué de la FNEC FP FO La FNEC FP FO demande au gouvernement d'ouvrir des négociations en urgence sur les conditions de travail des personnels A l'initiative de la FNEC FP FO, s'est tenue le 28 mars 2018, dans les locaux de la Confédération Force Ouvrière, une conférence sur le sujet de l'inclusion scolaire systématique rendue obligatoire par la loi Peillon de 2013 et mise en oeuvre par le ministre actuel de l'Education Nationale. Ce sont prés de 250 participants venus de tous les départements, de tous les secteurs d'enseignement 1er et 2nd degré, des lycées professionnels, qui ont apporté leur contribution sur le sujet. Participaient également à cette conférence des représentants de la fédération FO des Services publics de santé, des représentants de la FAGE et de la FNAS FO (Action Sociale). A l'issue de cette conférence, toutes les remontées des départements attestent de la dégradation des conditions de travail le confirment. La situation présente un caractère d'urgence. La réalité est accablante. A l'opposé des déclarations gouvernementales lénifiantes sur l'intégration des élèves handicapés, le gouvernement réduit de manière drastique, les moyens affectés à l'intégration/inclusion dégradant considérablement les conditions de travail des personnels de l'Education Nationale.»
[...]
«C’est pourquoi compte tenu de cette situation, la FNEC FP FO s’adresse à Monsieur le ministre de l’Education nationale pour lui demander d’ouvrir des négociations dans les meilleurs délais. Il est urgent d’inverser la tendance. À l’occasion de cette conférence a FNEC FP FO rappelle son exigence :
• du rétablissement du droit à un enseignement spécialisé pour les élèves dont la situation l’exige, ce qui signifie le retour à une orientation au cas par cas des élèves selon la nature et le degré du handicap. - du rétablissement et de la création de tous les postes, structures et établissements des besoins, ainsi que le retour à une réelle formation des enseignants exerçant dans l’enseignement spécialisé. - de l’intégration de tous les personnels accompagnants des élèves en situation de handicap dans un corps de la fonction publique d’État. »...

<< Sommaire
force-ouvriere

Good social skills despite poor theory of mind: exploring compensation in autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 28/03/2018

«Abstract BACKGROUND: It is proposed that some individuals with Autism Spectrum Disorder (ASD) can 'compensate' for their underlying difficulties (e.g. in theory of mind; ToM), thus demonstrating relatively few behavioural symptoms, despite continued core cognitive deficits. The mechanisms underpinning compensation are largely unexplored, as is its potential impact on mental health. This study aimed to estimate compensation patterns in ASD, by contrasting overt social behaviour with ToM task performance, in order to compare the characteristics of 'Low' and 'High' Compensators. METHODS: A total of 136 autistic adolescents, from the ongoing Social Relationships Study, completed a range of cognitive tasks, the Autistic Diagnostic Observation Schedule (ADOS) and a self-report anxiety questionnaire. Participants were assigned compensation group status; High Compensators demonstrated good ADOS scores despite poor ToM performance, while Low Compensators demonstrated similarly poor ToM, accompanied by poor ADOS scores. RESULTS: High Compensators demonstrated better IQ and executive function (EF), but greater self-reported anxiety, compared with Low Compensators. Such differences were not found when comparing individuals who had good versus poor ADOS scores, when ToM performance was good. Other core autistic characteristics (weak central coherence, nonsocial symptoms) did not differentiate the High and Low Compensators. CONCLUSIONS: IQ, EF and anxiety appear to be implicated in the processes by which certain autistic young people can compensate for their underlying ToM difficulties. This tendency to compensate does not appear to reflect the severity of 'hit' for ASD per se, suggesting that well-compensated individuals are not experiencing a milder form of ASD. The construct of compensation in ASD has implications for research and clinical practice.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Acces aux loisirs en cas de handicap : vous en pensez quoi ? 28/03/2018

«Etre parent d'un enfant en situation de handicap, c'est se voir régulièrement refuser l'accès à différents services, souvent mal adaptés, notamment dans le domaine des loisirs. Aujourd'hui, en France, près de 2/3 sont contraints de renoncer à leur activité professionnelle pour prendre en charge leur enfant. Pour tenter de trouver des solutions adaptées, la Mission nationale accueils de loisirs et handicap lance, du 15 mars au 30 avril 2018, une grande consultation en ligne. Elle invite à « partager les répercussions du handicap de votre enfant sur votre vie quotidienne, familiale et professionnelle et à nous faire part de votre expérience ou de vos attentes concernant les modes d'accueil en complément de l'école ou de l'établissement ». Répondre aux besoins des familles La Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf) et le Défenseur des droits sont à l'origine de cette mission mise en place en octobre 2017 et qui s'étend jusqu'en décembre 2018. Elle a pour objectif de dresser un bilan de la diversité des offres d'accueils de loisirs disponibles actuellement sur le territoire français et de trouver des solutions concrètes pour permettre aux parents de bénéficier d'un accueil adapté aux besoins particuliers de leur enfant. Selon les initiateurs de l'enquête, celle-ci pourrait permettre une meilleure conciliation des temps de vie familiaux et professionnels. Car si les loisirs jouent un rôle important, en complément de l'école, dans la socialisation de l'enfant, ils offrent également une parenthèse de répit aux parents.»
[...]
« Témoignages demandés Il est dès à présent possible de témoigner sur le site internet de la mission nationale (lien ci-dessous). Entre 1 500 et 2 000 participants sont nécessaires. La seconde étape consiste à établir un diagnostic sur l'accès des enfants handicapés aux accueils de loisirs en France. Par la suite, 500 projets seront soutenus par la Cnaf, la Fondation de France et la Caisse centrale de la MSA (Mutualité sociale agricole). La mission analysera également, dans plus de 40 départements, les différentes ressources dont bénéficient les accueils de loisirs depuis 2010. Une étude sur l'impact des changements mis en œuvre dans les structures fera aussi l'objet d'observations. Pour finir, des concertations locales et nationales avec les acteurs des accueils de loisirs seront mises en place. In fine, les recommandations issues de cette enquête seront adressées au gouvernement en décembre 2018. »...

<< Sommaire
informations.handicap

Inconduite sexuelle au feminin | Le Devoir 28/03/2018


«Un peu plus de 40 % des femmes québécoises auraient déjà essayé de contraindre un homme à avoir des relations sexuelles contre son gré, dévoile une des premières études à se pencher sur la coercition sexuelle au féminin. « C'est un pourcentage très élevé, ça nous a surpris, mais ça s'explique sans doute par le fait que nos questions étaient très, très larges », répond l'auteure de l'étude, Geneviève Parent, professeure au Département de psychoéducation et de psychologie à l'Université du Québec en Outaouais. Ainsi, les 41 % incluent toute une gamme de tactiques qui auraient été utilisées par les femmes « au moins une fois dans leur vie », que ce soit en relation de couple ou non, et que la tentative se soit soldée par une relation sexuelle ou non. « Dans les 41 %, on inclut celle qui, à l'âge de 17 ans, a essayé une fois de bouder pour avoir des préliminaires et celle qui a intoxiqué ses partenaires à de multiples reprises pour avoir des relations sexuelles complètes, il y a donc des nuances à apporter », précise la chercheuse en entrevue au Devoir. Ses chiffres sont un peu plus élevés que les quelques rares autres études qui se sont penchées sur le phénomène de la violence sexuelle au féminin. Selon elle, la moyenne des études se situe plutôt entre 15 et 30 %. « C'est extrêmement variable d'une étude à l'autre, ça dépend toujours de la façon dont les questions sont posées », explique la chercheuse.» [...]
«Séduction et manipulation Geneviève Parent a sondé près de 300 femmes, recrutées en milieu universitaire. Parmi celles qui ont avoué avoir déjà tenté de forcer un homme à avoir un contact sexuel, le tiers affirmait avoir utilisé des stratégies de séduction insistante, continuant de toucher ou de caresser la personne malgré son refus. La manipulation est également une arme de coercition très utilisée par les femmes, selon cette étude. Elles peuvent bouder, mais également s’en prendre aux compétences sexuelles de l’homme. « Ça va souvent avec des commentaires du genre : “on le sait bien, tu ne veux pas qu’on ait de sexe parce que ceci ou cela” », ajoute Mme Parent. Dans une moindre proportion, des femmes ont tenté d’intoxiquer des hommes ou ont profité de leur intoxication pour avoir des relations sexuelles. Enfin, aucune femme n’a rapporté avoir utilisé la violence physique pour parvenir à ses fins. « Les femmes vont avoir tendance à utiliser des méthodes considérées comme plus subtiles », constate la chercheuse, qui s’étonne toujours de voir comment certains gestes — par exemple, une main sur la cuisse d’une personne non consentante — ne suscitent pas la même indignation lorsqu’ils sont commis par une femme. L’étude de Geneviève Parent visait à reproduire celle d’une chercheuse américaine, mais elle s’est heurtée aux limites du modèle américain pour tenter d’expliquer le phénomène. La chercheuse avance donc des hypothèses avec prudence. Elle trace deux grandes trajectoires pour expliquer la coercition au féminin, en lien avec un « script sexuel selon lequel l’homme ne peut refuser des relations sexuelles, car il est attendu qu’il soit un perpétuel demandeur de celles-ci ». Elle évoque une approche impersonnelle et sans émotion de la sexualité (elle voit l’agression sexuelle comme une façon d’avoir une relation sexuelle en se souciant peu de l’émotion des autres) et un problème de régulation émotionnelle : face à un refus, la femme vit des « tourments émotionnels (honte, culpabilité, colère) provoqués par « l’incongruence avec son script sexuel ». « Il faut voir ça comme un premier pas, car on en est encore aux balbutiements pour essayer de bien comprendre le phénomène et on en a encore pour plusieurs années avant d’en arriver à des conclusions qui soient solides », conclut Geneviève Parent. Coercition et violences sexuelles La recherche tend de plus en plus à s'intéresser à la coercition sexuelle plutôt qu'aux violences sexuelles, note Massil Benbouriche, chercheur au département de psychologie de l'Université de Wayne State, aux États-Unis. Le chercheur signe un éditorial dans un numéro consacré à ce thème dans la revue Sexologies, qui publie également l'article de Geneviève Parent, de l'université du Québec en Outaouais, sur la coercition sexuelle perpétrée par les femmes. « Les études suggèrent que la grande majorité des violences sexuelles serait commise par des individus issus de la population générale, qui ne sont pas et ne seront probablement jamais identifiés par les autorités, explique le chercheur. En proposant d'étudier un spectre plus large de comportements que les seules infractions sexuelles, la notion de coercition sexuelle permet alors d'apprécier plus justement des violences sexuelles dans leur ensemble. » La coercition englobe des techniques plus subtiles de manipulation ou de pressions psychologiques qui mènent à un rapport sexuel qui n'est pas consenti. « Lorsqu'on parle de violence sexuelle, dans la tête des gens, il y a une dimension de violence physique ou de crime, alors que la coercition, c'est davantage dans l'idée de contraindre. » »...

<< Sommaire
ledevoir

To be understood: Transitioning to adult life for people with Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 27/03/2018

«Abstract INTRODUCTION: The purpose of this study was to explore the viewpoints of parents of young people with Autism Spectrum Disorder (ASD) in relation to their child's transition to adulthood. METHODS: Data were collected during four structured focus groups with 19 parents of young people with ASD with average to high intellectual capacities. Condensed meaning units were identified and checked during focus groups, and were subsequently linked to the International Classification of Functioning, Disability and Health (ICF). RESULTS: Three major themes emerged: to be understood, to understand the world and to succeed. The ICF domains of activity and participation and environmental factors emerged as having the greatest potential to influence transition outcomes. CONCLUSIONS: Policies and services should focus on strengths to maximise participation in higher education, employment and independent living amongst young people with ASD. Interventions targeting environmental factors could be effective in improving participation in adult life. Person-centred and individualised approaches could further complement this approach supporting the transition to adulthood for people with ASD, ultimately improving outcomes in adulthood.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Challenged and changed: Quiet ego and posttraumatic growth in mothers raising children with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 27/03/2018

«Abstract Posttraumatic growth theory posits that when life circumstances are perceived as stressful, secondary appraisal processes can be recruited in ways to facilitate both coping efforts and personal growth. Using a mixed-methods approach, we found mothers' most challenging experiences involved child behavior (e.g. aggression, communication, and social issues) and psychosocial impacts (e.g. lack of social support, perceived judgment of others, perceived loss, and personal distress). Descriptions of most rewarding experiences reflect posttraumatic growth frameworks including constructive perceptions about themselves, life, and their relationships as well as evidence for what Maercker and Zoellner call illusory types of posttraumatic growth. Quantitative data were subjected to a hierarchical regression analysis for self-reported posttraumatic growth and included mothers' demographics, child functioning, and psychosocial measures. As predicted, posttraumatic growth was positively associated with social support from mothers' most important network member and quiet ego characteristics, a type of eudaimonic motivation. Contrary to expectation, neither autism spectrum disorder-related rumination nor time since diagnosis (or their interaction) was associated with posttraumatic growth. Discussion focuses on the practical implications of our findings that posttraumatic growth-related coping includes both constructive and illusory forms and the importance of social support and eudaimonic motivation in facilitating positive forms of secondary coping.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Cluster analysis of autism spectrum disorder symptomatology: Qualitatively distinct subtypes or quantitative degrees of severity of a single disorder? - PubMed - NCBI 27/03/2018

«Abstract The decision to collapse several related disorders into a single diagnosis of Autism Spectrum Disorder (ASD) generated significant controversy and debate. There has been mixed evidence as to whether various ASD subtypes are qualitatively distinct or if they exist on a spectrum of symptom severity. The present study conducted a two-step cluster analysis of major ASD symptoms in a sample of 147 young males with ASD aged between 6yr and 18yr with IQ...¯>...¯70. Results indicated that a two-cluster solution (high and low severity of ASD symptomatology) was reliable and valid. Further, the construct of challenging behaviour was not a necessary component of the two-cluster solution, verifying the new conceptualisation of ASD. Further replication of these findings with other subsets of individuals with ASD is needed.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Reponse d'un neuroscientifique a Gerard Pommier | Le Blog de Ben-Ari 26/03/2018

«Gérard Pommier a récemment donné une interview dans Le Point. Les interventions de M. Pommier mélangent des sujets et domaines qui n'ont pas grand-chose à voir les uns avec les autres. Je n'ai aucune compétence particulière dans le domaine de l'éducation et n'ai pas, par conséquence, d'opinion professionnelle sur les projets du Ministre et de mon collègue Stanislas Dehaene sur la réforme de l'éducation. Par contre, les élucubrations de M. Pommier sur les neurosciences et leur inutilité appellent de ma part quelques remarques. Je suis de ceux qui pensent contrairement à la mode dominante que le tout génétique est une voie sans issue car ne tenant pas compte de l'importance cardinale du milieu et de l'environnement que d'ailleurs les neuroscientifiques sérieux n'arrêtent pas de souligner malgré les pressions pour tout « génétiser ». On ne peut par conséquent pas me mettre dans le wagon des génétomaniaques. Mes travaux par exemple ont clairement démontré que les mutations génétiques in utéro perturbent la construction du cerveau et ce sont finalement ces altérations et non la mutation qui sont la cause de la maladie et la cible potentielle de nouveaux traitements. Ce concept de Neuroarchéologie est fondamental et à déjà permis de développer une approche nouvelle pour traiter l'autisme, actuellement en phase 3 d'essai clinique avec une mise sur le marché d'un premier traitement de ce syndrome prévue en 2021. Au delà de cette approche clinique qui infirme les dires de M. Pommier sur notre intérêt restreint aux animaux, reste le problème fondamental du dualisme simpliste de cette approche de type psychanalyste qui ne permet pas de comprendre le substrat anatomique et biologique de la maladie et reproduit le débat dépassé sur un dualisme corps/esprit. Il faut de tout pour comprendre, de la psycho et de la recherche fondamentale, sans laquelle on reste cantonné à des déclarations théoriques sans aucune base sérieuse.»...

<< Sommaire
leblogdebenari

« Les neurosciences, d'un point de vue educatif, ne servent a rien ! » - Le Point 24/03/2018

«Ce samedi soir, à La Bellevilloise (Paris, 20e), autour de psychanalystes, de pédopsychiatres et d'enseignants, le fondateur de l'association Pour la psychanalyse invite à débattre autour de la question des neurosciences dans l'Education nationale : « Révolution ou coup de force ? » Le psychiatre et psychanalyste lacanien Gérard Pommier a déjà la réponse. Explications. Le Point : Pourquoi appelez-vous à la démission de Stanislas Dehaene ? N'est-ce pas un peu provocateur ? Gérard Pommier : Non, c'est sa nomination qui a été une provocation ! Nommer un neuroscientifique à la tête d'un conseil de l'Education nationale est un coup de force. C'est un paradigme qui change : avec les neurosciences, on nous fait croire que les problèmes des enfants sont des problèmes de conformité génétique, de neuro-développement...¦ alors que ces causes sont insignifiantes par rapport aux déterminations psychiques et familiales. Dire que l'humain est déterminé à l'avance par ses gènes, c'est de l'eugénisme ! Les théories de l'homme-machine, de l'enfant sauvage, cela fait plus d'un siècle que cela existe... .»
[...]
«Ce n'est pas la personne de M. Dehaene qui est en cause, mais il est le symbole d'un bouleversement radical du rapport à l'humanité que nous contestons : nous pensons qu'il ne lui revient pas de présider le Conseil scientifique. Nous souhaitons un remaniement de ce conseil qui comprend plus de la moitié de personnes qui s'inscrivent dans cette tendance neuroscientifique (le Conseil scientifique n'en compte en fait qu'un tiers, NDLR). Et espérons y voir des enseignants, des parents d'élèves, des sociologues, des psychanalystes, qui éduquent et s'occupent des enfants en souffrance depuis longtemps. Les neuroscientifiques, eux, devraient rester dans leurs laboratoires avec leurs singes, leurs souris et leurs cohortes de patients qu'ils n'ont jamais vus. »...

<< Sommaire
lepoint

Les experiences stressantes de l'enfance pourraient modifier l'ADN des cellules cerebrales 24/03/2018

«L'enfance représente une période cruciale dans le développement du cerveau et dans la façon dont les schémas neuronaux se construisent. Si le rôle de la plasticité cérébrale (la capacité du cerveau à remodeler ses connexions en réponse aux expériences vécues) est un phénomène bien connu en neurosciences, une nouvelle étude montre que ces expériences pourraient également modifier les neurones au niveau génétique. Une équipe de généticiens américains du Salk Institute for Biological Studies (Californie) vient en effet de publier une étude dans la revue Science, démontrant que lorsque des souriceaux sont négligés par leur mère dans les premiers temps après leur naissance, cela enclenche la copie et le déplacement de plusieurs gènes au sein de leurs cellules cérébrales. Un processus similaire pourrait avoir lieu dans le cerveau humain, expliquant le développement de certains troubles neurologiques. La capacité de certains gènes à produire une copie d'eux-mêmes puis à migrer dans un autre endroit du génome est un phénomène bien connu des biologistes qui l'étudient depuis plus d'un siècle. Ces copies génétiques, appelées « transposons », peuvent conduire à toute une mosaique de cellules environnantes génétiquement différentes (dans une certaine mesure). En génie génétique, les propriétés des transposons peuvent d'ailleurs, par exemple, être utilisées comme agents mutagènes.»
[...]
« « Nous pensons généralement que notre ADN est quelque chose de stable et d’immuable, faisant de nous ce que nous sommes, mais en réalité c’est un système très dynamique » explique Fred Gage, généticien et auteur de l’étude. « Il s’avère que certains gènes dans vos cellules sont capables de se copier et de se déplacer, ce qui signifie que votre ADN change effectivement ». Le fait que ce phénomène ait lieu dans les cellules cérébrales, lorsqu’elles se développent et se divisent, est également bien décrit par les biologistes. Certaines séquences transposables appelées LINEs (pour Long Interspersed Nuclear Elements ou longs éléments nucléaires intercalés) ont été observées changeant de position dans des cellules de l’hippocampe de rats il y a déjà plusieurs dizaines d’années. Mais au cours de ces dernières années, les généticiens ont tourné leur attention sur la manière dont les conditions environnementales conduisent à des modifications épigénétiques. »...

<< Sommaire
trustmyscience

Handicap: 5 conseils pour reussir son entrepreneuriat! | Talenteo 23/03/2018

«Que ce soit dans le sport, l'art ou la vie professionnelle, les personnes en situation de handicap ont depuis toujours démontré leur capacité à atteindre des sommets. L'entrepreneuriat n'échappe pas à cette vérité! Handicap: 5 conseils pour réussir son entrepreneuriat! En France, les entreprises créées par des demandeurs d'emploi en situation de handicap ont un taux de pérennité supérieur à celui des créateurs valides. Vous souhaitez vous lancer? Voici 5 conseils pour démarrer au mieux votre nouveau projet professionnel: 1/ Définissez votre projet C'est bien-sur la première étape de votre projet: parlez-en autour de vous! Dans une premier temps, n'hésitez pas consulter votre famille ou vos amis. Au moment de se lancer, il est toujours important de se sentir soutenu par ses proches. Ils connaissent vos qualités et vos défauts, ils sauront vous éclairer sur votre fibre entrepreneuriale. Dans un deuxième temps, vous pouvez solliciter votre conseiller Pôle emploi, ou Cap Emploi. Celui-ci vous aidera à faire le point sur la faisabilité de votre projet et vous orientera vers un expert de création d'activité de l'Agefiph. Avec lui vous aborderez le projet plus en profondeur: Comment l'offre répond-t-elle à une demande? Quels sont les risques? Les avantages? Quels sont les pièges à éviter? 2/ Sollicitez les aides financières En plus de vos fonds propres et de ceux des banques que vous avez pu solliciter, il existe de nombreuses aides et subventions qu'il est possible de mobiliser. L'aide financière de l'Agefiph intervient au démarrage de l'activité, dans le but de soutenir les frais de départ et doit donc être sollicitée avant l'inscription au Centre de Formalités des Entreprises (CFE). Entre autres, l'Allocation pour Adulte Handicapé (AAH) permet de vous garantir un revenu minimum, essentiel lorsqu'on commence une nouvelle activité. Il existe aussi plusieurs autres organismes à même de vous aider comme le crédit solidaire, le PCE ou encore les aides OSEO si toutefois votre projet respecte certaines conditions. 3/ Faites-vous accompagner par des professionnels Comme énoncé plus tôt, l'Agefiph peut choisir de mettre à votre disposition un conseiller de création d'activité professionnelle. Ce dernier a pour but de vous aider à faire le point sur l'évolution de votre activité au cours des 2 premières années. Il vous accompagne dans la mise en place d'outils de gestion et reste de bon conseil sur des thèmes tel que les aspects commerciaux ou juridiques. 4/ Formez-vous L'entrepreneuriat c'est une remise en question au quotidien, il est important de continuer à se former régulièrement dans son domaine d'activité. De plus, s'informer permet de rester à jour et donc d'effectuer une veille nécessaire dans tous les aspects de votre secteur. L'Agefiph propose également des aides individuelles pour la formation et l'adaptation des situations de travail. Si vous avez besoin d'adapter votre environnement de bureau en fonction de votre handicap, par exemple.»
[...]
«5/ N’ayez-pas peur de l’échec Tout ce que vous allez entreprendre ne pourra pas toujours aboutir à un succès total. Il faut dès le début prendre conscience que l’échec fait parti du processus de réussite. N’hésitez pas à communiquer avec d’autres entrepreneurs afin de partager vos craintes et vos doutes. L’échange et l’entraide sont les leviers qui vous aideront à rester mobilisé dans les moments les plus difficiles. Malgré tout, il y aura des situations que vous ne pourrez pas anticiper et il faudra redoubler d’efforts pour rester motivé. En tant que bon entrepreneur, vous devrez être prêt à faire face aux difficultés et savoir rebondir! Cet article vous a donné envie de vous lancer dans l’entrepreneuriat? Vous souhaitez proposer d’autres conseils? Rendez-vous dans les commentaires! »...

<< Sommaire
talenteo

France, Conseil d'Etat, Juge des referes, 17 janvier 2018, 416953 22/03/2018


«Numéro d'arrêt : 416953 Numéro NOR : CETATEXT000036521826 ? Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2018-01-17;416953 ? Texte : Vu la procédure suivante : M. B...A...a demandé au tribunal administratif de Paris, statuant sur le fondement de l'article L. 521-2 du code de justice administrative, d'enjoindre à la présidente du conseil départemental de Paris de l'admettre au bénéfice de la protection prévue par les dispositions de l'article L. 222-5 4° du code de l'action sociale et des familles et d'organiser sa prise en charge par une maison d'accueil spécialisée, un foyer d'accueil médicalisé ou l'association " Le silence des justes " pendant une durée de 12 mois, dans un délai de huit jours à compter de la notification de l'ordonnance, et ce sous astreinte de 500 euros par jour de retard. Par une ordonnance n° 1719014 du 15 décembre 2017, le juge des référés du tribunal administratif de Paris a enjoint à la présidente du conseil de Paris de prendre en charge M. A... comme jeune majeur, au titre de l'aide sociale à l'enfance, dans un délai de sept jours à compter de la notification de l'ordonnance jusqu'à son admission dans un foyer d'accueil médicalisé ou une maison d'accueil spécialisé. Par une requête, enregistrée le 29 décembre 2017 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, le département de Paris demande au juge des référés du Conseil d'Etat, statuant sur le fondement de l'article L. 521-2 du code de justice administrative : 1°) d'annuler cette ordonnance ; 2°) de rejeter la demande présentée par M. A...devant le juge des référés de première instance. Le département de Paris soutient que :
• le juge des référés du tribunal administratif a insuffisamment motivé son ordonnance en se bornant à relever, sans l'étayer, une carence caractérisée de la part du département ;
• il a commis une erreur de droit, et en tout cas d'appréciation, en retenant que la prise en charge de M.A..., jeune majeur souffrant d'un handicap autistique sévère, relevait de la compétence du département alors qu'elle relevait de celle de l'Etat au titre de l'article L. 114-1 du code de l'action sociale et des familles ;
• le juge des référés de première instance a commis une erreur de droit, à tout le moins une erreur d'appréciation en considérant que le refus de prise en charge de M.A..., à supposer qu'elle relève de la compétence du département, constituait une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale sans prendre en considération les pouvoirs et moyens de celui-ci. Par un mémoire en défense, enregistré le 8 janvier 2018, M. B...A...conclut au rejet de la requête. Il fait valoir que les moyens soulevés par le département requérant ne sont pas fondés. La ministre des solidarités et de la santé a produit des observations, enregistrées le 8 janvier 2018, dans lesquelles elle conclut au rejet de la requête. Par un mémoire en réplique, enregistré le 8 janvier 2018, le département de Paris maintient les conclusions de sa requête par les mêmes moyens.» [...]
« 5. Il résulte de l'instruction que la décision d'orientation prise le 7 février 2017 par la CDAPH de Paris ne peut pas être immédiatement mise en oeuvre faute de places disponibles dans un FAM, l'établissement d'accueil devant être proche du domicile de sa mère pour des raisons tenant à l'état de santé de M.A.... Il ne ressort pas des pièces du dossier qu'informé de cette situation, le département de Paris aurait, avant le courrier adressé le 22 décembre 2017 à l'agence régionale de santé d'Ile de France, pris des initiatives pour trouver avec les services de l'Etat en charge du handicap une solution temporaire permettant qu'il soit mis fin à la prise en charge de M. A...au titre de l'aide sociale à l'enfance sans placer l'intéressé dans une situation de nature à compromettre son équilibre. Il n'est pas contesté que la fin de cette prise en charge conduirait l'association " Le silence des justes " à ne plus pouvoir accueillir M. A...et placerait ainsi M. A...et ses proches dans une situation particulièrement difficile et dangereuse dans la mesure où son retour au domicile familial n'est pas envisageable, compte tenu des risques qu'il présenterait pour lui-même et son entourage et qu'aucune autre solution n'a été mise en place. Si le département de Paris fait valoir que cette association ne dispose pas de l'agrément lui permettant d'accueillir dans cette structure un majeur dans la situation de M.A..., il ne soutient pas, en tout état de cause, que la poursuite à titre temporaire de cet accueil ferait courir un danger à l'intéressé ou aux autres personnes accueillies par cette association. Il résulte également de l'instruction et notamment des observations produites par la ministre des solidarités et de la santé que M. A...a vocation à être accueilli dans un FAM en cours de construction dans Paris, qui doit en principe ouvrir au deuxième trimestre de l'année 2018. Il résulte de ces circonstances, propres à la présente espèce, que la décision du département de Paris du 16 novembre 2017 de cesser brutalement toute prise en charge de M. A...au titre de l'aide sociale à l'enfance, sans s'être préalablement assuré de l'existence d'une solution temporaire dans l'attente de son accueil dans une structure adaptée à son état, est constitutive d'une carence caractérisée du département de Paris dans l'accomplissement des missions qui lui incombent tant au titre de l'aide sociale à l'enfance à l'égard d'un mineur pris en charge à ce titre et devenu jeune majeur que de l'aide sociale aux personnes handicapées, telles qu'elles résultent des dispositions citées au point 4 et porte une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale eu égard aux conséquences particulièrement graves de cette mesure pour M.A.... Par suite, le département de Paris n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par l'ordonnance attaquée, qui est suffisamment motivée, le juge des référés du tribunal administratif de Paris lui a enjoint de poursuivre temporairement la prise en charge de M. A...au titre de l'aide sociale à l'enfance jusqu'à son admission dans un foyer d'accueil médicalisé ou une maison d'accueil spécialisé. »...

<< Sommaire
juricaf

« La prise en compte du handicap, priorite de mon mandat » - La Croix 21/03/2018

«La Croix  : La Cnaf peut-elle favoriser un meilleur accueil des enfants en situation de handicap ? Isabelle Sancerni: Non seulement elle le peut mais elle le doit. Je fais de la prise en compte du handicap la priorité de mon mandat. Je considère en effet que la branche famille de la Sécurité sociale a un rôle naturel à jouer en matière de handicap, ce dont elle s'acquitte déjà d'ailleurs. Il nous faut cependant accentuer l'effort. Comment pouvez-vous faire bouger les lignes? I. S.: Nous disposons de plusieurs leviers d'action. La branche famille soutient les initiatives grâce aux fonds « publics et territoires » afin de financer le surcout des places d'accueil pour les enfants en situation de handicap. Nous aidons aussi directement les familles grâce à une tarification avantageuse pour les enfants porteurs de handicap ou atteints de maladies chroniques. Nous avons, d'autre part, un réel rôle d'impulsion des bonnes pratiques. Je rappelle que la Cnaf n'intervient jamais seule. Elle noue des partenariats, au niveau local, avec les opérateurs des crèches, les centres de loisirs, etc. Elle peut donc conditionner ses financements au respect de certains critères. Ce levier est essentiel. Il nous permettra par exemple d'accompagner la formation des professionnels des crèches à la détection précoce des troubles autistiques.»
[...]
«Quels chantiers jugez-vous prioritaires ? I.S. : Nous devons garantir le droit au répit des parents. Ceux-ci sont souvent épuisés, ils sont menacés par un repli sur eux-mêmes. Des initiatives intéressantes existent déjà. Dans l’Ain, la CAF expérimente depuis septembre 2016 un dispositif d’aide à domicile pour les enfants de moins de 16 ans. D’autres expériences s’adressent aux parents d’enfants plus jeunes, entre 0 et 6 ans. Nous réfléchissons aussi aux moyens d’accélérer une prise en charge adaptée. Des expérimentations sont en cours dans le Nord, le Calvados et en Seine-Maritime, dans le cadre de la dématérialisation des échanges entre les CAF et les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) afin d’accélérer l’ouverture des droits. L’objectif est de réduire les délais entre le volet médical et le volet administratif. Les Caf sont aussi un maillon essentiel pour mettre en relation les familles et les ressources qui existent. Cela est déjà fait dans certains territoires mais nous sommes pour l’instant au milieu du gué. Nous devons plus généralement rendre notre action plus lisible, aider les usagers à s’y retrouver. Je souhaite qu’un onglet « handicap » soit visible sur la page d’accueil de notre site Internet. Plus généralement, celui-ci doit être plus accessible aux personnes en situation de handicap. C’est essentiel pour garantir le recours aux droits. »...

<< Sommaire
la-croix

Les creches suedoises accueillent la difference - La Croix 21/03/2018

«Oscar a 6 ans. Il saute sur un trampoline, les mains fermement tenues par celles de sa « pédagogue », comme on appelle en Suède les membres du personnel des crèches. « Bien, bravo. Allez, maintenant tu peux te reposer », poursuit la pédagogue. Pour lui, une pièce a été aménagée en petit royaume un peu à l'écart du passage, au calme. Là, un canapé attend le petit garçon, sous un chapiteau de tissu coloré et des guirlandes. Oscar sort de sa séance « d'entrainement » de psychomotricité quotidienne. Mais pour le reste, c'est un enfant presque comme les autres au sein de l'école maternelle Villagatan - l'équivalent d'une crèche en France, qui accueille des enfants de 1 à 6 ans. « Il participe aux activités à sa mesure. Et quand il est fatigué, il va dans sa petite pièce », explique Jessika von Malmborg, directrice de l'établissement.»
[...]
«Ce matin-là, Oscar reçoit la visite de la secrétaire d’État française au handicap, Sophie Cluzel. Dans le cadre de son tour d’Europe des bonnes pratiques, elle est venue voir ce qui pourrait être l’accueil de demain en France. La ministre fait en effet de la petite enfance une priorité. « Alors qu’aujourd’hui les parents doivent le plus souvent arrêter de travailler ou réduire leur activité afin de pouvoir accompagner leur enfant chez l’orthophoniste, le kiné, etc., je souhaite que les enfants porteurs de handicap soient accueillis de façon plus systématique dans les crèches françaises et que les soins y soient donnés directement », explique Sophie Cluzel. L’idée est qu’à terme « les parents puissent déposer leur enfant à la crèche le matin et le récupérer le soir, et qu’entre-temps les soins puissent avoir été prodigués en crèche ». C’est déjà le cas en Suède. « Ici, c’est la crèche qui doit s’adapter aux enfants et non l’inverse », confirme Jessika von Malmborg. Son équipe est ainsi renforcée par des intervenants spécialisés. Les séances de kiné ou d’orthophonie ont lieu sur place. La crèche est le pivot de toute la prise en charge de l’enfant et de sa famille. »...

<< Sommaire
la-croix

Les creches suedoises accueillent la difference - La Croix 21/03/2018

«Oscar a 6 ans. Il saute sur un trampoline, les mains fermement tenues par celles de sa « pédagogue », comme on appelle en Suède les membres du personnel des crèches. « Bien, bravo. Allez, maintenant tu peux te reposer », poursuit la pédagogue. Pour lui, une pièce a été aménagée en petit royaume un peu à l'écart du passage, au calme. Là, un canapé attend le petit garçon, sous un chapiteau de tissu coloré et des guirlandes. Oscar sort de sa séance « d'entrainement » de psychomotricité quotidienne. Mais pour le reste, c'est un enfant presque comme les autres au sein de l'école maternelle Villagatan - l'équivalent d'une crèche en France, qui accueille des enfants de 1 à 6 ans. « Il participe aux activités à sa mesure. Et quand il est fatigué, il va dans sa petite pièce », explique Jessika von Malmborg, directrice de l'établissement.»
[...]
«Ce matin-là, Oscar reçoit la visite de la secrétaire d’État française au handicap, Sophie Cluzel. Dans le cadre de son tour d’Europe des bonnes pratiques, elle est venue voir ce qui pourrait être l’accueil de demain en France. La ministre fait en effet de la petite enfance une priorité. « Alors qu’aujourd’hui les parents doivent le plus souvent arrêter de travailler ou réduire leur activité afin de pouvoir accompagner leur enfant chez l’orthophoniste, le kiné, etc., je souhaite que les enfants porteurs de handicap soient accueillis de façon plus systématique dans les crèches françaises et que les soins y soient donnés directement », explique Sophie Cluzel. L’idée est qu’à terme « les parents puissent déposer leur enfant à la crèche le matin et le récupérer le soir, et qu’entre-temps les soins puissent avoir été prodigués en crèche ». C’est déjà le cas en Suède. « Ici, c’est la crèche qui doit s’adapter aux enfants et non l’inverse », confirme Jessika von Malmborg. Son équipe est ainsi renforcée par des intervenants spécialisés. Les séances de kiné ou d’orthophonie ont lieu sur place. La crèche est le pivot de toute la prise en charge de l’enfant et de sa famille. »...

<< Sommaire
la-croix

Vers un premier traitement contre l'autisme ? 19/03/2018

«SCIENCES. Un simple diurétique commercialisé depuis près d'une cinquantaine d'années, la bumétanide, atténue les difficultés que rencontrent les autistes dans leurs rapports sociaux. Un premier traitement contre l'autisme va-t-il bientôt voir le jour ? Yehezkel Ben-Ari y croit, et se démène pour y parvenir. A soixante-quatorze ans, ce neurobiologiste spécialiste des courants électriques circulant dans le cerveau, à l'état normal ou pathologique, a gardé l'ardeur de ses jeunes années dans son combat contre ce trouble du développement affectant, sous une forme ou sous une autre, un enfant sur 100. Son arme s'appelle la bumétanide, un simple diurétique développé au début des années 1970 par les laboratoires Roche. Couramment utilisé pour réduire les oedèmes ou lutter contre l'hypertension, ce médicament semble avoir un impact positif sur les troubles du spectre autistique. C'est du moins ce qu'il apparait à la lecture d' une étude publiée le 26 février dans la revue « Nature Scientific Reports » et réalisée en collaboration avec l'experte en imagerie cérébrale Nouchine Hadjikhani (Harvard Medical School) et le pédopsychiatre et neuroscientifique Eric Lemonnier (CHU de Limoges).»
[...]
« Dans cette expérience, il a été demandé à huit autistes Asperger (capables de s'exprimer normalement) de fixer la région des yeux de visages humains (une croix centrée sur la pupille était censée les aider à focaliser leur regard sur ce point précis). Pendant qu'ils se livraient à cet exercice, Nouchine Hadjikhani les soumettait à un examen d'imagerie cérébrale. Dans le viseur de la radiologue, l'activité de l'amygdale, cette structure du système limbique jouant un rôle central dans les émotions, et notamment la peur. Les résultats ont été nets et conformes aux attentes des trois chercheurs : alors que chez les sujets du groupe contrôle ce « contact visuel forcé » entraînait une hyperactivation de l'amygdale, témoin de la peur qu'éprouvent les autistes à regarder quelqu'un dans les yeux, chez ceux qui avaient préalablement été traités pendant dix mois à la bumétanide cette hyperactivation était nettement réduite. Le protocole a pu également mettre en évidence que ceux-ci, même lorsqu'ils n'étaient soumis à aucune contrainte, regardaient plus spontanément les autres dans les yeux. »...

<< Sommaire
lesechos

Children with autism spectrum disorder show pronoun reversals in interpretation. - PubMed - NCBI 18/03/2018

«Abstract Pronoun reversals, saying you when meaning I, in children with autism spectrum disorder (ASD) are generally viewed as manifesting in early development and speech production only. This study investigates pronoun reversals in later development (age 6-12) in interpretation in 48 Dutch-speaking children with ASD and 43 typically developing (TD) peers. We contrasted children's interpretation of I and you in indirect and direct speech reports, with the latter type requiring an additional perspective shift. To examine which cognitive processes are involved in pronoun interpretation, additional tasks were administered to measure Theory of Mind (ToM) understanding, cognitive inhibition, cognitive flexibility, and working memory. We found that children with ASD showed more problems than TD children interpreting pronouns in direct speech, resulting in pronoun reversals in interpretation. Children with ASD hardly improved with age. Older children with ASD thus showed more pronoun reversals than did their TD peers. ToM understanding, working memory, IQ, and verbal ability, but not inhibition and flexibility, were associated with pronoun interpretation. ToM understanding in particular was associated with correct pronoun interpretation in older TD children relative to younger TD children, but this improvement was not found in children with ASD. These findings indicate that pronoun reversals most likely result from perspective-shifting difficulties. We conclude that pronoun reversals are more pronounced in individuals with ASD, occur beyond early development, and require sufficient cognitive resources. The relation with ToM understanding, but not inhibition and flexibility, suggests that pronoun reversals are best classified as a social communication problem in the diagnosis of ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Towards a future molecular diagnosis of autism: Recent advances in biomarkers research from saliva samples. - PubMed - NCBI 18/03/2018

«Abstract Autism spectrum disorder diagnosis is currently based on clinical observations and behavioral evaluations exclusively, without any biological determination. Molecular biomarkers are usually obtained from biological fluids, such as blood or urine, generally through invasive and uncomfortable procedures. Patients with autism are characterized by sensory reactivity and behavioral difficulties which make sample collection problematic. Saliva has emerged as a feasible alternative to obtain relevant biological information and is especially indicated in the case of children with autism due to its painless and noninvasive sampling characteristics. Furthermore, saliva represents a valuable resource to study candidate biomarkers of autism. This has resulted in a number of interesting studies reported during the last 5 years that we have gathered and briefly discussed.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Quelles sont les démarches prévues pour les candidats en situation de handicap sur Parcoursup 18/03/2018

«Quelles sont les démarches prévues pour les candidats en situation de handicap sur Parcoursup pour faciliter leur accès à l'enseignement supérieur ? Dans l'ancien système APB, 5 académies seulement avaient un dispositif spécifique pour prendre en compte la situation de lycéens ou étudiants en réorientation qui souhaitaient s'inscrire dans une formation de 1er cycle. Dans les 25 autres académies, c'est-à-dire pour l'essentiel du territoire, rien n'était prévu de particulier. Avec Parcoursup, le ministère a souhaité en finir avec ces inégalités et mettre en place un dispositif qui s'applique sur l'ensemble du territoire, afin d'accompagner l'accès des lycéens en situation de handicap aux formations de l'enseignement supérieur. Des dispositions ont ainsi été introduites spécifiquement dans la loi du 8 mars 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants. Dans ce cadre, les candidats en situation de handicap, lycéens ou étudiants en réorientation inscrits sur Parcoursup, peuvent, s'ils le souhaitent, faire figurer dans les rubriques « projet de formation motivé » ou « Eléments liés à ma scolarité » (onglet scolarité/année 2017-2018, cliquez sur modifier et saisissez en bas de la page) du dossier Parcoursup, tous les éléments qui leur paraissent utiles et notamment des particularités liées à leur scolarité, à leur projet de formation ou encore apporter des éléments d'information sur leur handicap. Ce sont des rubriques d'expression libre pour les candidats, qui ont jusqu'au 31 mars pour les remplir. Les éléments renseignés dans ces rubriques sur Parcoursup seront portées à la connaissance des personnes autorisées de l'établissement qui propose la formation demandée et seulement d'elles. La loi du 8 mars 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants permet également aux candidats en situation de handicap de solliciter le recteur de leur académie pour demander un réexamen de leur dossier si l'affectation qu'ils ont reçue après le 22 mai n'est pas compatible avec leur situation ou leurs besoins particuliers. Sur cette base, le recteur pourra les inscrire dans l'établissement de leur choix, adapté à leur situation particulière. La procédure d'examen de ces situations sera organisée au travers d'un décret qui sera concerté dans les prochaines semaines avec les associations représentatives des personnes en situation de handicap.»...

<< Sommaire
parcoursup

Ecole inclusive : Point de vue de chercheur - YouTube 18/03/2018

«Ecole inclusive : Point de vue de chercheur Ajoutée le 16 mars 2018 Marie Toullec-Théry - maitre de conférences en didactique comparée, à l'Université de Nantes et à l'ESPE de l'académie de Nantes»...

<< Sommaire
youtube

consultation en ligne « Familles & Handicap » OpinionWay 18/03/2018

«Madame, Monsieur, Bienvenue sur le site de la grande consultation en ligne « Familles & Handicap ». En répondant à notre questionnaire, nous vous invitons à partager les répercussions du handicap de votre enfant sur votre vie quotidienne, familiale et professionnelle et à nous faire part de votre expérience ou de vos attentes concernant les modes d'accueil en complément de l'école ou de l'établissement. Vos réponses contribueront aux recommandations qui seront adressées au gouvernement, en décembre 2018, pour faire changer la donne : développer un meilleur accès des enfants en situation de handicap aux accueils de loisirs sans hébergement, comme un droit fondamental contribuer, ainsi, à une meilleure conciliation des temps de vie familiaux et professionnels des parents confrontés au handicap de leur enfant Nous vous rappelons que l'ensemble des réponses que vous fournirez resteront strictement confidentielles et anonymes. Nous vous remercions, très sincèrement, pour votre participation. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour commencer à répondre.»...

<< Sommaire
ow.cawi

FIFA: Lettres en direct du cerveau 17/03/2018

«Hélène Nicolas ne parle pas. Elle n'a jamais parlé de sa vie. Et pourtant, elle signe des textes à la langue fulgurante. Son dernier-né, un roman intitulé Rouge de soi, parait ces jours-ci en France, sous le pseudonyme de Babouillec. Hélène Nicolas est autiste. Jusqu'à l'âge de 14 ans, elle ne communiquait avec personne, même pas par le toucher. Lorsqu'elle a eu vingt ans, sa mère a réalisé qu'elle savait écrire. Elle le fait à l'aide de lettres plastifiées qu'elle place sur un tableau, puisqu'elle ne peut pas manipuler un crayon. La cinéaste Julie Bertucelli l'a suivie durant deux ans pour réaliser le film Dernières nouvelles du cosmos, présenté au Festival international du film sur l'art (FIFA).»...

<< Sommaire
ledevoir

Etudiant, refoule d'une ecole a cause de son handicap - Education (10669) 17/03/2018

«éagissez à cet article ! « Votre candidature a retenu toute notre attention. Néanmoins, les locaux de l'école comportent de nombreux escaliers, y compris l'accès de la rue, cela risque d'être très compliqué et difficile pour vous. » Compliqué en effet pour Tom, étudiant en journalisme de 22 ans puisqu'il se déplace avec des béquilles ou en fauteuil roulant. Cette réponse, il l'a reçue par mail de l'Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Paris, le 12 mars 2018. Son père, Thierry Rousset, s'est aussitôt empressé de la partager sur les réseaux sociaux, interpellant notre confrère spécialiste du handicap Vivre FM. Il accompagne son alerte du texte suivant : « Mon fils a un projet professionnel depuis toujours : devenir journaliste sportif. Et il est doué pour ça. Il est incollable sur la NBA, les JO, il connait aussi très bien la boxe, il est bilingue... Bref, je ne dis pas ça parce que c'est mon fils, mais il est brillant. » Tom a en effet obtenu une licence d'anglais dans la prestigieuse université de Berkeley, en Californie.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Six points cles du rapport de la Commission europeenne sur la desinformation 16/03/2018

«La Commission européenne a publié aujourd'hui le rapport final du groupe d'experts de haut niveau sur les « fake news », intitulé « Une approche multidimensionnelle de la désinformation ». Ce rapport, soutenu par certaines des plus grandes entreprises technologiques, des journalistes, « fact-checkers », chercheurs et représentants de la société civile, comporte un certain nombre de points importants, et notamment : un important travail de définition rejetant l'utilisation de l'expression « fake news » ; un accent mis sur la liberté d'expression, droit fondamental ; un rejet sans ambiguité de toute tentative de censure des contenus ; un appel à renforcer la lutte contre l'ingérence dans les élections ; un engagement des plateformes technologiques à partager des données ; un appel à des investissements dans l'éducation aux médias et une évaluation des progrès réalisés dans ce domaine ; ainsi qu'à des recherches internationales sur l'ampleur et les conséquences de la désinformation. Plus important encore, il présente un processus de recherche continue à mesure que les menaces évoluent et propose des mécanismes d'examen et d'évaluation de la mise en oeuvre des recommandations décrites dans le rapport.»...

<< Sommaire
medium

UH researchers improve understanding of autism spectrum disorders 16/03/2018

«Two University of Houston scientists are reporting that defects in a portion of the brain's hippocampus, called the dentate gyrus, is regulated by the nuclear receptor LXRβ (Liver X receptor Beta). The dentate gyrus, or DG, is responsible for emotion and memory and is known to be involved in autism spectrum disorders (ASD). Margaret Warner, professor of biology and biochemistry, and Jan-Åke Gustafsson, professor of biology, biochemistry and founding director of the UH Center of Nuclear Receptors and Cell Signaling, describe the work in the Proceedings of the National Academy of Sciences. For four decades they have worked together, making discovery after discovery about the role of nuclear receptors in brain functions, and they show no sign of slowing down. Tracking down the culprit Neurogenesis, or the regulation of growth of the dentate gyrus, occurs prenatally and postnatally. "Our findings suggest early changes in DG neurogenesis ultimately provide an aberrant template upon which to build the circuitry that is involved in normal social function," said Warner. Their studies propose that defects in the neurogenesis of the DG seem to be involved in the etiology of autism spectrum disorders and their associated behaviors. Specifically, defects in the nuclear receptor LXRβ has emerged as the possible culprit of defects in the DG.»...

<< Sommaire
news-medical

Efficacy of early interventions for infants and young children with, and at risk for, autism spectrum disorders. - PubMed - NCBI 15/03/2018

«Abstract With advances in the field's ability to identify autism spectrum disorders (ASD) at younger ages, the need for information about the evidence-base for early intervention continues to rise. This review of the ASD early intervention (EI) literature focuses on efficacy studies published within the past 15 years. The neurodevelopmental context for early intervention, timing of initiating intervention, primary intervention approaches, and predictors of treatment outcomes are discussed. The evidence indicates that young children with ASD benefit from EI, and their parents learn to implement child-responsive engagement strategies when a parent-coaching intervention is provided. Evidence supports combining parent-mediated and direct clinician-implemented intervention to maximize child developmental gains. Clinical practice recommendations are presented, based on the literature reviewed.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Treatment of severe problem behaviour in children with autism spectrum disorder and intellectual disabilities. - PubMed - NCBI 15/03/2018

«Abstract Children with autism spectrum disorder (ASD) and intellectual disabilities (ID) present with problem behaviour at rates disproportionately higher than their typically-developing peers. Problem behaviour, such as self-injury, aggression, pica, disruption, and elopement result in a diminished quality-of-life for the individual and family. Applied behaviour analysis has a well-established research base, detailing a number of assessment and treatment methods designed to address behaviour problems in children with ASD and ID. Although the variables that lead to the emergence of problem behaviour are not precisely known, those that are currently responsible for the maintenance of these problems can be identified via functional behaviour assessment, which is designed to identify events that occasion problem behaviour, consequences that maintain it, as well as other environmental factors that exert influence on the behaviour. Corresponding function-based treatment is implemented when environmental determinants are identified, with the aim of decreasing or eliminating problem behaviour, as well as teaching the individual to engage in more appropriate, alternative behaviour. In some cases, when problem behaviour is under the control of both environmental and biological variables, including psychiatric conditions, combining behavioural and pharmacological interventions is viewed as optimal, although there is limited empirical support for integrating these approaches.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Family and Practitioner Perspectives on Telehealth for Services to Young Children with Autism. - PubMed - NCBI 15/03/2018

«Abstract Telehealth offers the potential to address inequalities in autism service access for young children living in regional and rural areas with limited access to autism specialists. Our aim was to explore parent and practitioner uses of technology, and views about telehealth, including perceived barriers, for autism early intervention service delivery in a regional town in Australia. Fifteen mothers and 19 front-line autism practitioners completed surveys distributed by local autism service and support providers in the regional town; eight front-line practitioners from one service participated in interviews. Mothers and practitioners had access to technology that could be used for video-communication, but had little or no experience with telehealth. Mothers appeared more willing to try telehealth for receiving autism services than practitioners appeared to believe, and practitioners preferred to use it for consulting with other professionals and professional development. Barriers to telehealth included limited experience and practitioners not knowing what a telehealth service would look like, poor access to reliable and high speed internet, lack of skill and technical supports, and practitioners believing families preferred face-to-face services. The success of telehealth in this regional town will rely on better infrastructure, and upskilling practitioners in evidence-based autism interventions so they can provide the required support remotely. Use of telehealth to upskill practitioners in evidence-based practice could provide a first step in ensuring equitable access to expert autism services to regional and rural families.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Composition du groupe d'etudes : autisme au 13 mars 2018 - 15eme legislature - Assemblee nationale 15/03/2018


«Composition du groupe d'études : autisme au 13 mars 2018 XVe Législature - Legislature courante Partager Vues : Liste Alphabétique Nom Fonction Commissions Groupe Circonscription M. Daniel Fasquelle Co-Président Affaires économiques Les Républicains Pas-de-Calais 4e Mme Carole Grandjean Co-Présidente Affaires sociales La République en Marche Meurthe-et-Moselle 1re M. Jean-Félix Acquaviva Affaires culturelles et éducation Non inscrit Haute-Corse 2e M. Julien Borowczyk Affaires sociales La République en Marche Loire 6e M. Xavier Breton Lois Les Républicains Ain 1re Mme Carole Bureau-Bonnard Défense La République en Marche Oise 6e Mme Marie-Christine Dalloz Finances Les Républicains Jura 2e M. Julien Dive Affaires sociales Les Républicains Aisne 2e Mme Virginie Duby-Muller Lois Les Républicains Haute-Savoie 4e Mme Agnès Firmin Le Bodo Affaires sociales UDI, Agir et Indépendants Seine-Maritime 7e M. Philippe Folliot Défense La République en Marche Tarn 1re M. Laurent Garcia Affaires culturelles et éducation Mouvement Démocrate et apparentés Meurthe-et-Moselle 2e M. Guillaume Gouffier-Cha Défense La République en Marche Val-de-Marne 6e M. David Habib Lois Nouvelle Gauche Pyrénées-Atlantiques 3e M. Yannick Haury Développement durable La République en Marche Loire-Atlantique 9e M. Patrick Hetzel Finances Les Républicains Bas-Rhin 7e Mme Caroline Janvier Affaires sociales La République en Marche Loiret 2e Mme Anissa Khedher Défense La République en Marche Rhône 7e M. Rodrigue Kokouendo Affaires étrangères La République en Marche Seine-et-Marne 7e M. Guillaume Larrivé Lois Les Républicains Yonne 1re M. Marc Le Fur Finances Les Républicains Côtes-d'Armor 3e Mme Charlotte Lecocq Affaires sociales La République en Marche Nord 6e Mme Marie-France Lorho Lois Non inscrit Vaucluse 4e Mme Véronique Louwagie Finances Les Républicains Orne 2e M. Gilles Lurton Affaires sociales Les Républicains Ille-et-Vilaine 7e Mme Marie-Ange Magne Finances La République en Marche Haute-Vienne 3e M. Jean François Mbaye Affaires étrangères La République en Marche Val-de-Marne 2e M. Paul Molac Lois La République en Marche Morbihan 4e M. Pierre Morel-A-L'Huissier Lois UDI, Agir et Indépendants Lozère 1re Mme Valérie Oppelt Affaires économiques La République en Marche Loire-Atlantique 2e M. Bernard Perrut Affaires sociales Les Républicains Rhône 9e M. Stéphane Peu Lois Gauche démocrate et républicaine Seine-Saint-Denis 2e Mme Natalia Pouzyreff Défense La République en Marche Yvelines 6e M. Aurélien Pradié Lois Les Républicains Lot 1re M. Didier Quentin Affaires étrangères Les Républicains Charente-Maritime 5e M. Alain Ramadier Affaires sociales Les Républicains Seine-Saint-Denis 10e Mme Cécile Rilhac Affaires culturelles et éducation La République en Marche Val-d'Oise 3e M. Vincent Rolland Affaires économiques Les Républicains Savoie 2e Mme Laëtitia Romeiro Dias Affaires sociales La République en Marche Essonne 3e M. Gwendal Rouillard Défense La République en Marche Morbihan 5e Mme Nathalie Sarles Développement durable La République en Marche Loire 5e M. Adrien Taquet Affaires sociales La République en Marche Hauts-de-Seine 2e Mme Laurence Vanceunebrock-Mialon Développement durable La République en Marche Allier 2e M. Pierre Vatin Développement durable Les Républicains Oise 5e M. Patrice Verchère Défense Les Républicains Rhône 8e M. Cédric Villani Lois La République en Marche Essonne 5e Secrétaire administratif : Mme Emilie Prevel»...

<< Sommaire
www2.assemblee-nationale

Autisme : le gouvernement veut se baser sur la science 15/03/2018


«"Vivant sur les idées fausses sur l'autisme, notre société continue de caricaturer. C'en est assez ! Avec Emmanuel Macron, nous voulons remettre la science au coeur de la politique publique de l'autisme", a déclaré le 14 mars 2018 Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat en charge du Handicap, à propos du 4e plan autisme. Les détails de ce plan seront connus "début avril", a-t-elle précisé lors de la séance des questions au gouvernement, interrogée par la députée LREM Danièle Cazarian.» [...]
« La France pas au niveau "En matière de politique de l'autisme, la France n'est pas au niveau", a souligné la secrétaire d'État. "Naître en France avec un autisme expose encore trop souvent les familles concernées à un parcours du combattant indigne de notre République". "Il y a encore trop d'informations fausses sur l'autisme" et notre société continue de caricaturer et de reléguer", a-t-elle ajouté. "La France se trouve loin derrière de nombreux pays de l'OCDE en matière de recherche sur le neurodéveloppement, l'éco-système de la recherche n'est pas structuré, les moyens trop peu mutualisés et les chercheurs trop peu nombreux". Une politique basée sur les preuves À sa demande, des experts de l'autisme venus du monde entier s'étaient réunis à Paris en mars 2017 pour parler diagnostic, recherche et de trouver de nouveaux modes d'accompagnement (article en lien ci-dessous). "Il est temps de mettre en place une politique basée sur les preuves, et une politique basée sur la confiance", a-t-elle dit en citant les parents, les professionnels de la petite enfance et de la santé qui, "mieux formés, doivent pouvoir orienter vite et donner accès à des interventions sans délai", et "l'ensemble des acteurs de l'accompagnement et surtout de l'éducation". Emmanuel Macron a lancé en juillet à l'Élysée la concertation sur le 4e plan autisme (article en lien ci-dessous). Le précédent, pour la période 2013-2017, avait été doté de 205 millions d'euros. »...

<< Sommaire
informations.handicap

Dr Ducanda: une maman depose plainte | Le Club de Mediapart 06/03/2018

«Nous avons coutume au pays de descartes et des lumières d'avoir sanctuarisé la liberté d'expression assortit de gardes fous. Ainsi au sens de l'article R 4127-13 du code de la santé publique précise: "Lorsque le médecin participe à une action d'information du public de caractère éducatif et sanitaire, quel qu'en soit le moyen de diffusion, il doit ne faire état que de données confirmées, faire preuve de prudence et avoir le souci des répercussions de ses propos auprès du public. Il doit se garder à cette occasion de toute attitude publicitaire, soit personnelle, soit en faveur des organismes où il exerce ou auxquels il prête son concours, soit en faveur d'une cause qui ne soit pas d'intérêt général" Ainsi docteur Ducanda aurait ainsi violé de manière flagrante un devoir essentielle lié à l'exercice de sa profession.»
[...]
«Tout est partit à la suite d'une publication sur youtube d'une vidéo ou ce professionnel de santé comparait les effets d'une sur exposition aux écrans de jeunes enfants à de "l'autisme virtuelle". Le champ lexical utilisé par cette professionnelle se réfère aux observations réalisés sur de jeunes enfants autistes. Les grands médias tel que le figaro ou encore Elisabeth Lucet portent à connaissance du public ces travaux . Et les réactions de chercheurs tel que le chercheur Patrick Pellou ou de responsables d'associations ne manquent pas. Au point que plusieurs dizaines de courriels de protestations sont écrits au conseil de l'ordre dont dépends Mme.Ducanda. D'après Patrick Pellou, les propos de Mme.Ducanda ne sont que des fake news, basés sur aucun fondement scientifique. Franck Ramus, directeur de recherche au CNRS et professeur attaché à l'école de l'école normale supérieure et Hugo Peyre , pédopsychiatre à l'hopital Robert Debré et chercheur à l'école normale supèrieure, considèrent quand à eux que les propos de Dr.Ducanda ne sont ni plus ni moins qu'une opération de diabolisation trop générale et pas assez étayée des écrans. Au delà de cette campagne délibérée d'enfumage médiatique et d'intoxication du plus grand nombre, nous avons un excellent cas d'école illustratif de la nuisance de la médiatisation d'informations qui trompent le plus grand nombre. Avec pour conséquence ,dans la vie de tout les jours, l'augmentation de l'incompréhension, des préjugés envers les autistes et l'encouragement implicite donnée au français du quotidien de mépriser et de maltraiter leurs semblables. Sans oublier également les répercussions négatives en terme de violences verbales, de violences physiques que les autistes subissent et tout un panel de discriminations ainsi légitimés par un professionnel de médeçin n'ayant pas vérifié ses informations. »...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Short communication: Sex-linked differences in gamma-aminobutyric acid (GABA) are related to social functioning in autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 04/03/2018

«Abstract Magnetic resonance spectroscopy (MRS) was utilized to investigate sex differences in gamma-aminobutyric acid (GABA) between adults with autism spectrum disorder (ASD) and neurotypical (NT) controls. GABA at the right superior temporal sulcus (STS) is reported for 12 ASD and 14 NT participants. The results show no group differences in GABA. There was, however, a significant positive association between GABA at the STS and autism-related social impairments in females with ASD. These findings provide preliminary support for sex differences in GABAergic distribution and processes that contribute to social functioning in ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Cognoa's AI platform for autism diagnosis gets first FDA stamp | TechCrunch 04/03/2018

«Cognoa  has gained regulatory recognition for its machine learning software as a class II diagnostic medical device for autism ...” meaning the digital health startup is now positioned to submit an application for full FDA clearance. It's a first but important regulatory step for a business that was founded back in 2014, and plays in a still nascent digital health space where untested ...˜wellness' apps are far more plentiful than medical technologies with robust data to prove out the efficacy of their interventions.»
[...]
«Discussions with the FDA started in early 2017, says Cognoa CEO Brent Vaughan, adding that it's hoping to gain full FDA clearance this year. He says the ultimate goal for the US startup is to become a standard part of domestic health insurance-covered medical provision ...” and for that FDA clearance is essential to opening the doors. We first covered the Cognoa at launch in 2014 and the following year when it was still being careful to describe its technology as a screening rather than a diagnostic system. It's since gathered enough data to be confident in using the ...˜D' word ...” having run a pilot with 250,000 parents, offering free screening for their children so it could gather more data to refine its machine learning models. "We were lucky that we had investors," says Vaughan. "There's not a huge business model in providing free screening services to kids, right, because we were certainly never going to sell ads. That wasn't the goal. "It took a little patience but in the process of providing free screening and at least showing parents how to navigate their way to the front of a line as more of an information service we were able to build the data models to support a development of a diagnostic device actually a couple of years sooner than we originally thought we would. So it ultimately paid off for us." Cognoa has raised $20.4M to date. Its main investor is the Chinese private investment group Morningside. Vaughan tells TechCrunch it'll likely be looking to raise another round by the end of this year. It has also conducted multiple studies over the last 2.5 years across the US, including blinded control trials and side-by-side comparisons of its different versions ...” working with children's hospitals and secondary care centers. It now bills its technology as a "pediatric behavioral health diagnostics and digital therapeutics platform". The initial machine learning model, which was targeted at screening for autism, was based on the work of Stanford pediatrics and psychiatry professor Dennis Wall. The model itself was built by combining and structuring existing datasets of behavioral observations on about 10,000 children. Though, as noted above, Cognoa has continued to refine its autism model with structured contributions from parents participating in the pilot and inputting data via its app. »...

<< Sommaire
techcrunch

Marseille | Marseille : Neurochlore, une experience a suivre | La Provence 04/03/2018

«A 74 ans, Yehezkel Ben-Ari aurait pu se contenter de développer la biotech Neurochlore, qu'il a cofondé il y a six ans, avec les docteurs Lezmonier et Hadjikhani. Installée à Marseille sur le campus de Luminy, l'entreprise, qui conduit des travaux sur l'autisme et teste actuellement la bumétanide (une molécule déjà connue et utilisée dans des compositions diurétiques) pour réduire les effets du trouble neurodéveloppemental, a signé l'an passé un accord de licence exclusive avec le laboratoire français Servier. En échange d'un apport de 20 millions d'euros, Neurochlore et Servier poursuivent des études de tests dits de "phase 3", qui doivent conduire à la mise au point d'un sirop pour l'enfant autiste.»
[...]
«Une fois cette étape, actuellement en cours, achevée auprès de 400 patients répartis dans 6 pays de l'Union européenne, une demande d'autorisation de mise sur le marché sera déposée à l'horizon 2021. Une fois celle-ci obtenue, le laboratoire Servier en assurera la commercialisation de façon exclusive pour les pays de l'Union européenne, Neurochlore restant libre de commercialiser le futur médicament dans le reste du monde, dont les États-Unis où le docteur Ben-Ari a obtenu ses premiers soutiens, celui de la fondation Simons en tête. Les résultats prometteurs des travaux en cours, rehaussés de publications qui accréditent les effets de la molécule testée chez les patients autistes et en pédiatrie avec au premier rang "une amélioration de la sociabilité", ne suffisent donc pas à contenter Yehezkel Ben-Ari qui explique "ne vivre que pour sa passion, la recherche". Ancien directeur émérite de l'Inserme et fondateur de l'Institut de neurologie de la Méditerranée (Inmed), également rattaché à l'Inserm, il nourrit le projet "d'un institut de recherche translationnelle sur les maladies cérébrales". Un projet qu'il décrit comme "unique en ambitieux", qu'il entend appuyer par la Fondation Ben Ari pour la neuro-archéologie. Le nom désignant ce qu'il nomme lui-même "un chantier" où le cerveau apparaît comme un terrain à défricher avec minutie, "comme le font des archéologues". »...

<< Sommaire
laprovence

Besoins en matiere de compensation du handicap des personnes atteintes de troubles « dys » - Senat 03/03/2018

«Question écrite n° 03498 de Mme Florence Lassarade (Gironde - Les Républicains) publiée dans le JO Sénat du 01/03/2018 - page 926 Mme Florence Lassarade appelle l'attention de Mme la secrétaire d'Etat, auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées sur les besoins en matière de compensation du handicap pour les « dys ». L'obtention du projet personnalisé de scolarisation (PPS) est très difficile même si la partie médicale et le projet de vie mettent en avant les besoins de compensations dans tous les domaines de la vie de l'enfant. Malgré le guide de la caisse nationale de solidarité et d'autonomie pour harmoniser les réponses des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), celles-ci dépendent trop de la représentation de ces troubles que s'en font les professionnels des équipes pluridisciplinaires d'évaluation. Certaines MDPH rejettent de façon massive les demandes des familles au prétexte qu'un trouble spécifique du langage et des apprentissages ne causerait pas une situation de handicap nécessitant des compensations dans le domaine scolaire, financier (allocation d'éducation d'enfant handicapé) pour financer la psychomotricité ou l'ergothérapie, et renvoient de ce fait vers le plan d'accompagnement personnalisé (PAP). Les familles doivent démontrer chaque année que leur enfant est réellement « handicapé » et redemander des bilans pour justifier leurs demandes, alors qu'une obtention d'un PPS pour un cycle permettrait de désengorger les MDPH. Il manque de nombreuses places en service d'éducation spéciale et soins à domicile (SESSAD) ce qui occasionne des délais d'attente de plusieurs années et les SESSAD pour les troubles spécifiques du langage et des apprentissages (TSLA) ne sont pas assez nombreux. Les unités locales d'inclusion scolaire (ULIS) TSLA sont inexistantes dans la majorité des départements. Les jeunes adultes ont énormément de difficultés à faire prendre en charge le surcout du passage du permis de conduire au titre de leur handicap (PCH). Face à ces situations, elle lui demande quelles mesures compte mettre en place le Gouvernement pour faire en sorte que les moyens de compensation du handicap correspondent réellement aux besoins des enfants et adultes concernés.»...

<< Sommaire
senat

Pour un mouvement des Precaires de l'education : tou.te.s en greve le 5 avril (...) - Confederation nationale du travail 03/03/2018

«Grève des précaires de l'Education le 5 avril 2018 : où en sommes nous ? #PrecairesEducNatEnGreve05042018 #PrecairesDeLeducationEnGreve Depuis la rentrée 2016 nous, précaires de l'éducation nationale en Île-de-France, nous nous réunissons en assemblée ouverte afin de nous organiser collectivement. Nous sommes AESH, AED, AP ou prof contractuel-les. Bien qu'ayant des statuts différents, nos revendications sont communes et relèvent d'une seule et même condition de précarité : classes sur-chargées, sous-effectifs, salaires minuscules, renouvellements incertains, missions aléatoires et informelles etc. Dans ce cadre nous avons décidé d'appeler à une journée de grève nationale des précaires de l'éducation nationale le 5 avril 2018, parce que nous pensons que c'est seulement par la lutte nous pourrons satisfaire nos revendications. Nous demandons des meilleurs salaires, des effectifs à la hauteur des besoins, la reconnaissance pleine et entière de nos fonctions pédagogiques, une maitrise de nos emplois du temps et la garantie du renouvellement de nos contrats ; à plus long terme, la titularisation de tout-es celles et ceux qui le souhaitent, sans conditions de concours, de diplôme, de nationalité, de formation ou de stage. Nous avons lancé cet appel à la grève très en avance afin d'avoir le temps de nous organiser et de contacter d'autres collectifs qui s'organisent ailleurs sur le territoire. Nous avions d'ailleurs rédigé un "Appel aux collectifs de précaires de l'Education" que vous trouverez ci-dessous.»...

<< Sommaire
cnt-f

#AFGgate #AutiLeaks - « Antidesinstitutionnalisme » : Quand le lobby medico-social dicte les mesures du 4eme Plan Autisme. Le gouvernement a genoux devant AFG Autisme. - L'Autisme Vaincra 03/03/2018

«Suite à une « fuite » AutiLeaks, nous apprenons que c'est au siège de l'association gestionnaire AFG Autisme que, le 20 novembre 2017, une réunion a été organisée avec les membres des groupes de travail et du comité de pilotage du 4ème Plan Autisme, pour « dégager les objectifs opérationnels et les mesures prioritaires qui seront ensuite transmis au Comité de pilotage ».»...

<< Sommaire
lautismevaincra

Psychiatrie : des « traitements inhumains » a l'hopital de Saint-Etienne 01/03/2018

«Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté a saisi en urgence le gouvernement pour mettre fin à des violations de la dignité et des droits des patients Le Monde | 01.03.2018 à 06h00 ...¢ Mis à jour le 01.03.2018 à 10h39 | Par Jean-Baptiste Jacquin L'entrée du CHU de Saint-Etienne, le 15 septembre 2009. La dernière fois que le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) avait fait usage de la procédure d'urgence pour alerter publiquement le gouvernement sur une situation qu'il jugeait alarmante, c'était en décembre 2016 au sujet de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), notoirement insalubre et occupée à plus de 200 %. Les mêmes termes de « traitement inhumain ou dégradant » se retrouvent aujourd'hui sous sa plume au sujet des conditions de vie de certaines personnes hospitalisées au pôle de psychiatrie du centre hospitalier universitaire (CHU) de Saint-Etienne.»
[...]
«« Pratique générale d’isolement et de contention » Au total, les urgences de l’hôpital accueillaient, à la mi-janvier, vingt patients de psychiatrie, dont treize étaient sur des brancards dans les couloirs. Sept personnes « faisaient l’objet de contentions au niveau des pieds et d’une ou des deux mains », qu’elles soient sous le régime de l’hospitalisation sans consentement ou en soins libres. Depuis sa nomination en 2014, Adeline Hazan a accentué l’inspection, en plus des établissements pénitentiaires, des lieux de privation de liberté que sont aussi les hôpitaux et les unités psychiatriques. Son objectif est que chaque établissement soit visité au moins une fois d’ici la fin de son mandat, en 2020. Aucun signalement n’avait attiré son attention sur le CHU de Saint-Etienne avant sa visite de routine. Dans le service de psychiatrie (216 lits) de l’établissement de la Loire, la situation ne semble pas plus conforme au droit. « Une patiente non agitée mais souffrant de troubles compulsifs est ainsi placée en isolement dans sa chambre ordinaire depuis plusieurs mois, avec porte des toilettes fermée à clé et quatre sorties d’un quart d’heure autorisées par jour pour fumer », note le CGLPL. En l’absence de « projet médical de pôle », l’hôpital recourt de manière abusive à « une pratique générale d’isolement et de contention ». »...

<< Sommaire
lemonde

Parent training boosts language in nonverbal children with autism | Spectrum | Autism Research News 01/03/2018

«Children with autism who speak few or no words improve in their verbal abilities after their parents learn to engage them in conversation during play, according to a pilot study1. The parents learn strategies such as following their child's focus and engaging the child with words and toys. These strategies are part of an established behavioral therapy for autism called JASPER, which is known to improve social skills and communication when implemented by trained therapists. The new work is part of an ongoing trend of coaching parents to provide autism therapies. This approach has the advantage of incorporating the treatments into the child's daily life. Few studies have explored the effectiveness of this approach, however. The new study's findings begin to fill that gap. "Parents really took to the intervention," says lead investigator Connie Kasari, professor of human development and psychology at the University of California, Los Angeles. "They really could master the strategies to the same extent as therapists." The findings also show that parents do not need to use these strategies perfectly: Those who implement at least 75 percent of the techniques see improvements in their children. "That's an important message," says Helen Tager-Flusberg, director of the Center for Autism Research Excellence at Boston University, who was not involved in the study. "Because if you say to parents, ...˜You've got to be as good as the therapist,' they're going to throw their hands up."»...

<< Sommaire
spectrumnews

Social Media Use and Happiness in Adults with Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 01/03/2018

«Abstract Social media (SM) use by adults with autism spectrum disorder (ASD) is not well understood. Co-occurring mental health concerns, such as depression, are common for adults with ASD. The current investigation explored the relationship between SM use and happiness in a population of adults with self-disclosed ASD. Of the 84 percent of the sample who used SM, those who used Facebook, the most popular site, were happier than those who did not. The same relationship did not exist for the second most popular site, Twitter. Happiness and SM use showed a quadratic relationship: Happiness and SM use increased together until they reached a point where happiness fell off. SM use by adults with ASD, specifically Facebook use in moderation, may enhance well-being and may be a protective factor against secondary mental health concerns common in this population.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

A Review of Oxytocin and Arginine-Vasopressin Receptors and Their Modulation of Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 01/03/2018

«Abstract Oxytocin (OXT) and arginine-vasopressin (AVP) play a key regulatory part in social and affiliative behaviors; two aspects highly compromised in Autism Spectrum Disorder (ASD). Furthermore, variants in the adjacent oxytocin-vasopressin gene regions have been found to be associated with ASD diagnosis and endophenotypes. This review focuses mainly on common OXTr single nucleotide polymorphisms (SNPs), AVPR1a microsatellites and AVPR1b polymorphisms in relation to the development of autism. Although these genes did not surface in genome-wide association studies, evidence supports the hypothesis that these receptors and their polymorphisms are widely involved in the regulation of social behavior, and in modulating neural and physiological pathways contributing to the etiology of ASD. With a specific focus on variants considered to be among the most prevalent in the development of ASD, these issues will be discussed in-depth and suggestions to approach inconsistencies in the present literature will be provided. Translational implications and future directions are deliberated from a short-term and a forward-looking perspective. While the scientific community has made significant progress in enhancing our understanding of ASD, more research is required for the ontology of this disorder to be fully elucidated. By supplementing information related to genetics, highlighting the differences across male and female sexes, this review provides a wider view of the current state of knowledge of OXTr and AVPr mechanisms of functioning, eventually addressing future research in the identification of further risk factors, to build new strategies for early interventions.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Le potentiel des enfants autistes 01/03/2018

«« L'enfant autiste a de la difficulté à faire le tri dans une masse d'information, résume Isabelle Soulières, neuropsychologue, titulaire de la nouvelle Chaire de recherche sur l'optimisation du potentiel cognitif des personnes autistes et professeure au Département de psychologie de l'UQAM. C'est beaucoup plus simple pour lui de se faire demander combien font deux plus deux multipliés par trois. » Comment alors favoriser leur réussite scolaire ? « En fait, les profs adaptent déjà beaucoup leur enseignement aux enfants autistes, en développant des outils personnalisés, ne serait-ce qu'en simplifiant les choses, en enlevant des détails inutiles », indique-t-elle. Le véritable problème se situe ailleurs, de l'avis de la spécialiste, plutôt dans l'évaluation. « Quand arrive l'épreuve uniforme du ministère, l'enfant ne peut plus utiliser les outils particuliers développés avec son professeur. On se retrouve alors avec des élèves qui ont acquis la compétence, mais qui ne peuvent pas passer au niveau supérieur. » La neuropsychologue est donc en lien avec des commissions scolaires et des conseillers pédagogiques pour faire le pont, elle qui mène des études cliniques sur les meilleures manières d'enseigner à ces enfants. L'idée est de travailler avec les forces et les faiblesses des autistes en cherchant à comprendre avec quelles méthodes et dans quelles situations ils apprennent le mieux en vue de les reproduire à l'école. « On sait qu'il y a environ 10 % des enfants autistes qui apprennent à lire par eux-mêmes ; ils sont capables de décoder les règles sous-jacentes et réussissent très bien les tests de raisonnement, même mieux que ce qui serait attendu d'eux en fonction de leurs résultats aux tests de QI », souligne-t-elle.»
[...]
« Si certains enfants autistes présentent des retards de langage, ils vont généralement développer d’autres forces en ce qui a trait à la perception visuelle et auditive. « Ils vont par exemple être doués au jeu des différences », illustre Mme Soulières. D’autres ne présentent pas de retard et ont un très bon niveau verbal. Pour ces derniers, il est beaucoup plus aisé de s’adapter en société. Ce sont ceux qu’on appelait autrefois les « Asperger », avant que le syndrome ne soit retiré du manuel diagnostique des troubles mentaux, le fameux DSM. « Mais tous les autistes ont en commun le fait d’être très systématiques au niveau de l’analyse, rationnels, rigoureux, capables de détecter les patterns et règles sous-jacentes, bien sûr chacun à son niveau », indique la chercheuse. Société mal adaptée Isabelle Soulières affirme que la détection de l’autisme est bien meilleure aujourd’hui qu’il y a 25 ans. « Les médecins, les éducatrices en garderie et les enseignants reconnaissent davantage les signes, se réjouit-elle. On ne peut plus parler de sous-diagnostic avec des seuils de prévalence d’au minimum 1 %. Aux États-Unis, on est rendus à 1 sur 68. » Si parler de « trouble » du spectre de l’autisme ou, pire, d’enfant qui « souffre » d’autisme est désormais considéré comme péjoratif, il demeure que la société ne s’est pas suffisamment adaptée à cette différence neurologique, selon la chercheuse, ce qui entraîne encore une forme de handicap. « Si je dis à un parent que son enfant autiste est tout simplement différent des enfants dits typiques, il ne va peut-être pas l’accepter, parce que son enfant fait des crises et que c’est effectivement très difficile, explique Mme Soulières. Mais pourquoi fait-il des crises ? Car il n’arrive pas à communiquer ses besoins. Or si je prends un enfant francophone et que je l’envoie dans une famille qui parle l’arabe ou le mandarin et qu’il n’arrive plus à se faire comprendre, il est fort probable qu’il piquera une crise lui aussi. » La chercheuse prévoit à avoir du travail pour des années encore, tant il y a du pain sur la planche pour bien comprendre les enfants autistes et optimiser leur plein potentiel cognitif. »...

<< Sommaire
ledevoir

Haute Autorite de Sante - Appel a candidatures de representants d'usagers en etablissement de sante pour la constitution d'un groupe de travail relatif a l'amelioration de la qualite de la prise en charge des personnes en situation de handicap 28/02/2018

«Mission et composition du groupe de travail Les personnes en situation de handicap font face à des difficultés d'accès aux soins (curatifs et préventifs), de respect de leurs droits en tant que patient hospitalisé, de prise en charge personnalisée adaptée à leurs besoins. Ces difficultés sont rencontrées aussi par l'entourage et les professionnels de santé. Ces derniers disposent d'un guide relatif à l'accueil et la prise en charge des personnes en situation de handicap en établissement de santé publié en septembre 2017. Dans le cadre de sa mission d'amélioration de la qualité des soins, la Haute Autorité de Santé (HAS) souhaite élaborer un document d'information destiné aux représentants d'usagers intervenant en établissement de santé au sein de la commission des usagers (CDU). Ce document d'information concerne l'amélioration de la prise en charge des patients en situation de handicap en établissement de santé. Il sera élaboré à partir du guide publié. La finalité de ce document est d'améliorer la diffusion et l'utilisation du guide en relayant pour cela les messages clé qu'il contient au plus près du terrain par le biais des représentants d'usagers, pour faciliter le recours des personnes en situation de handicap aux établissements de santé. Le groupe de travail, composé de représentants d'usagers a pour mission de produire ce document d'information. Le groupe de travail comprendra 8 à 10 personnes environ. Une consultation des parties prenantes (associations de patients) sera effectuée en amont et en aval du groupe de travail. Période de travail Le groupe de travail se réunira dans les locaux de la HAS sur convocation. Une à deux réunions du groupe de travail d'une demi-journée sera réalisée. La première réunion sera tiendra le 27 mars 2018 le matin. Compétences recherchées La HAS recherche des représentants d'usagers en établissements de santé particulièrement investis dans le domaine du handicap. Les candidats doivent faire part de leur intérêt pour le thème. Indépendance et déclaration d'intérêts Afin de garantir l'indépendance des travaux de la HAS, les experts qui participent aux travaux de la HAS ne peuvent traiter une question pour laquelle ils auraient un lien susceptible de faire naitre un risque de conflit d'intérêt entre la mission de l'expert dans le cadre du groupe de travail et ses activités extérieures. Dans un but de prévention des conflits d'intérêts, ils devront remplir une déclaration d'intérêts en ligne sur le site gouvernemental unique dpi.sante.gouv.fr, mentionnant leurs liens directs ou indirects avec les entreprises et organisations professionnelles ainsi qu'avec les sociétés ou organismes de conseil qui interviennent dans ces secteurs. Les experts s'engagent à signaler toute modification concernant ces liens. Les déclarations d'intérêts des candidats retenus sont rendues publiques sur le site gouvernemental unique dpi.sante.gouv.fr. La procédure d'activation de votre compte déclarant nécessite que vous nous communiquiez votre numéro de téléphone mobile. Celui-ci restera confidentiel et sera utilisé par le seul gestionnaire en charge de gérer les déclarations d'intérêts pour le site dpi.sante.gouv.fr. Il sera utilisé pour vous envoyer un code par SMS vous permettant de vous connecter. Pour tout renseignement, veuillez prendre contact avec Chantal Hottin par mail : c.hottin[at]has-sante.fr Indemnités et prise en charge des frais de déplacement Les experts sont indemnisés et remboursés de leurs frais de déplacement selon les règles applicables à la HAS. Modalités de candidature Les candidatures doivent être envoyées au plus tard le 9 mars 2018, à l'adresse suivante : c.hottin[at]has-sante.fr»...

<< Sommaire
has-sante

Genetics underscores importance of motor deficits in autism 28/02/2018

«Spontaneous mutations that impair proteins can cause motor problems in children with autism even in the absence of intellectual disability, a new study suggests1. The findings indicate that motor problems are an inherent feature of autism. "People should pay more attention, when making the diagnosis [of autism], to look carefully at the kids' physical disabilities," says lead researcher Michael Wigler, professor at Cold Spring Harbor Laboratory in New York. The presence of motor deficits in a child with autism might also indicate that the child has a spontaneous mutation. The work appeared 6 February in the Proceedings of the National Academy of Sciences. Severe spontaneous mutations are linked to both intellectual disability and motor problems. In a 2015 study, Wigler and his colleagues showed that harmful mutations increase the likelihood that a child with autism has intellectual disability2. The new findings suggest that problems with motor skills arise more readily in children with autism than intellectual disability does, says Ivan Iossifov, associate professor at Cold Spring Harbor Laboratory.»...

<< Sommaire
spectrumnews

Un manuel sur l'autisme fera son entree a l'ecole ? 28/02/2018

«Des nombreux instituteurs se retrouveront un jour ou l'autre face à un élève autiste ; que faire, comment réagir ? Le livre Comment garder un enfant autiste quelques heures pour aider ses parents (éditions La boite à Pandore), sorti le 8 février 2018, donne des clés pour comprendre et mieux accompagner une personne avec des troubles du spectre de l'autisme. En 100 pages, imagées et accompagnées de textes simples, le manuel est accessible à tous. Parce qu'il véhicule des bonnes pratiques, il pourrait prochainement être déposé dans la base pédagogique de l'Education nationale. La procédure est en cours et devrait prendre quelques mois...¦»...

<< Sommaire
informations.handicap

Autism Market 2027 Size, Development Status, Type and Application, Segmentation, Forecast by 2027 - The Financial 24/02/2018

«Autism - Market Insights, Epidemiology and Market Forecast - 2027...³" report provides a detailed analysis of the Autism epidemiology and market outlook for the 7MM.United States, EU5 (Germany, France, Italy, Spain, and the United Kingdom), Japan Markets Covered for the study period undertaken from 2017-2027. The Autism market report provides the overview of the Autism by providing the disease overview, definition, classification, symptoms, etiology, pathophysiology and diagnostic methods. It also covers the detailed treatment approaches and therapy areas under research and development for 7MM. According to , the forecasted patient population of Autism for the year 2027 will be XX, increasing at a CAGR of XX% from 2017 to 2027 and the Autism 7MM market size is estimated to be USD XX by 2027. The Report will help in enhanced understanding of the Autism market from inside out, with transparency into the calculated patient forecasting data and estimated market size. Request for sample PDF copy of Autism Market research report at: It also includes the explanation of changing trends of epidemiology after evaluating numerous studies, survey reports and views of key opinion leaders. The Report provides the 10 years forecast from 2018 to 2027 segmented by seven major markets, enabling to understand the potential of the Autism in the respective markets. The epidemiology data is presented with graphs and tables to provide a clear assessment of the landscape. The drug chapter segment covers the complete analysis of marketed drugs and Phase III & late Phase II pipeline drugs. This division focuses on the recent breakthroughs like clinical development analysis, agreements and collaborations, clinical trial details, allotted designations, published results, pharmacological effects, patent expiry, and expected launch timings. Moreover, advantages and disadvantages of the therapy along with opinion of experts for marketed and emerging drugs are also provided.»...

Source: http://thefinancialconsulting.com | Source Status

<< Sommaire
thefinancialconsulting

Centre Presse : Une journee consacree au jeune en situation de handicap 24/02/2018

«La Bibera (multi-accueil associatif en gestion parentale de Lavasseau) co-organise avec Claire Pironnet, référente handicap petite enfance départementale en partenariat avec l'ACEPP86 et la fédération des centres sociaux de la Vienne, une troisième table ronde sur le thème de l'accueil du jeune enfant en situation de handicap. Cette table ronde se déroulera le samedi 10 mars de 9h30 à 17h à la salle des fêtes de Quinçay. Une journée de témoignages et d'échanges sur la question de l'accueil des jeunes enfants en situation de handicap sera ouverte à tous avec les témoignages suivants: Aude Bairille, auteur d'un livre « Une petite leçon d'obstacle », les 18 années d'un difficile combat parcours d'une mère dans l'accompagnement de son enfant avant qu'elle ne soit reconnue autiste asperger. Valérie Dauge, maman d'un enfant autiste, militante associative en faveur de l'inclusion scolaire et vice-présidente en charge des personnes handicapées au conseil départemental de la Vienne. Et les témoignages de plusieurs professionnels, assistantes maternelles et professionnels EAJE sur leur expérience. Seront présents également Olivier Bibaud, Muriel Meyer, et l'association l'ALEPA avec sa caravane de sensibilisation à l'autisme.»...

<< Sommaire
centre-presse

Pourquoi l'entreprise doit valoriser les personnes autistes - Les Echos Start 23/02/2018

«En France, on évalue à 700.000 le nombre de personnes présentant un trouble du spectre autistique (TSA), enfants et adultes confondus. Améliorer leur situation passe évidemment par une réponse plus efficace des pouvoirs publics. Toutefois, les entreprises ont également un rôle à jouer, en favorisant leur emploi. Il ne s'agit pas d'une vision utopiste : des business models adaptés existent, et ils sont performants. Grâce à l'implication d'associations très actives et à la médiatisation de témoignages d'autistes ou de leurs familles, la question de l'autisme est désormais inscrite à l'agenda politique.»
[...]
«Pour améliorer la situation, il est impératif que les entreprises perçoivent les potentialités de la très grande diversité des personnes avec TSA, et ne les enferment pas dans un stéréotype négatif : celui d’une personne non adaptée au monde du travail. La première étape consiste repenser la conception des sources de performance et à refonder les stratégies ainsi que les pratiques de gestion des ressources humaines. Il faut adopter une « idéologie de la valorisation », c’est-à-dire de chercher à voir dans chaque ressources un potentiel de création de valeur économique et sociale, en abandonnant tout jugement de valeur a priori. Faire de l’extraordinaire à partir de ressources ordinaires »...

<< Sommaire
start.lesechos

Polyhandicap : ils s'expriment via une commande oculaire - Techno (10583) 23/02/2018

«« Je n'ai que mes yeux pour parler, donnez-moi la parole ! » Ils ne peuvent ni oraliser, ni se servir de leurs mains pour désigner, jouer ou cliquer sur une souris d'ordinateur...¦ Comment leur permettre de communiquer ? Situé à Auxerre, le Centre médico-éducatif (CME) Les petits princes, pôle enfance de l'EPNAK, accueille une vingtaine d'enfants et de jeunes âgés entre 3 et 20 ans, en situation de polyhandicap. Il a sollicité la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, via l'opération Pièces jaunes, pour faire l'acquisition de matériel numérique spécialisé leur permettant de mieux s'exprimer : dix commandes numériques oculaires. Elles ont été officiellement livrées le 14 février 2018.»...

<< Sommaire
informations.handicap

« Le Centre expert autisme du Limousin ne disparaitra pas », affirme l'agence regionale de sante - Limoges (87000) - Le Populaire du Centre 22/02/2018

«A la suite de la conférence de presse tenue lundi 19 février par des membres du collectif de défense du Centre expert autisme du Limousin toujours très inquiets, l'agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine, qui étudie depuis plusieurs mois le fonctionnement de ce dispositif jusque là expérimental, souhaitait dans un premier temps attendre le rapport définitif pour communiquer sur le sujet, soit pas avant le 16 mars. Mais l'instance a finalement choisi de s'exprimer et d'apporter des précisions.»
[...]
«Identité préservée au sein du CRA Ainsi, pour François Négrier, qui dirige l'antenne de l'ARS en Haute-Vienne, « il n'est pas prévu de fermer ou de faire disparaître le Centre expert autisme, mais ses missions vont être dissociées. Son appelation, son identité et son rôle de repérage vont perdurer au sein du Centre de ressources autisme, le CRA. Un service particulier dédié au diagnostic rapide pour les très jeunes enfants sera préservé. ». Quant à l'intervention dans le lieu de vie, « c'est le périmètre qui change et elle sera assurée par des services médico-sociaux dont c'est le véritable rôle » : « la quantité et l'intensité seront garanties », assure François Négrier. « Pas de retrait de financement » « La régression annoncée n'est pas notre intention. Nous voulons conforter, voire élargir à la Creuse et la Corrèze cet accompagnement. Il n'y aura ni enfant laissé pour compte, ni retrait de financement ». Le Centre expert autisme était en effet financé grâce à une enveloppe spécifique de l'ARS : le fonds d'intervention régional (FIR), un budget annexe « qui n'a pas vocation à être pérenne ». « Il fallait un retour dans le droit commun : mettre l'argent dans les bonnes cases », poursuit le délégué territorial. »...

<< Sommaire
lepopulaire

Relationship Between Odor Identification and Visual Distractors in Children with Autism Spectrum Disorders | SpringerLink 22/02/2018

«Abstract Understanding the nature of olfactory abnormalities is crucial for optimal interventions in children with autism spectrum disorders (ASD). However, previous studies that have investigated odor identification in children with ASD have produced inconsistent results. The ability to correctly identify an odor relies heavily on visual inputs in the general population. We tested odor identification in eight children with ASD and eight age-matched children with typical development (TD). After confirming that all children were able to identify each odor without visual input, we measured odor identification under the visual-distractor condition. Odor identification was hindered by visual distractors for all children with ASD but was not affected in all children with TD. Our results improve understanding of odor identification in ASD.»...

<< Sommaire
link.springer

From child autistic symptoms to parental affective symptoms: A family process model. - PubMed - NCBI 22/02/2018

«Abstract BACKGROUND: Depression and anxiety are prevalent among parents of children with autism spectrum disorder (ASD), but limited research has investigated why parenting a child with ASD is associated with elevated distress and increased risks of mental health problems. We responded to this gap in the literature by examining the associations between child autistic symptoms and parental affective symptoms, as well as the potential underlying mechanisms. Guided by a family process theory, we hypothesized that child autistic symptoms would be positively associated with parental depressive and anxiety symptoms, and that these associations would be mediated by parents' concerns about their children's characteristics (future-related worry), parental roles (parenting stress), marital relationships (marital conflicts), and family conditions (family economic pressure). METHODS: Cross-sectional questionnaire data were collected from 375 parents of children with ASD residing in Hong Kong, China. The hypotheses were tested using structural equation modeling. RESULTS: Child autistic symptoms were positively associated with parental depressive and anxiety symptoms. These associations were mediated by future-related worry, parenting stress, marital conflicts, and family economic pressure. CONCLUSIONS: Our findings revealed the potential pathways through which child autism symptomatology may adversely affect parental mental health. Our findings also highlighted the importance of designing multipronged intervention programs for families raising children with ASD in order to improve relevant family processes and reduce parental affective symptoms.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Evidence the U.S. autism epidemic initiated by acetaminophen (Tylenol) is aggravated by oral antibiotic amoxicillin/clavulanate (Augmentin) and now... - PubMed - NCBI 22/02/2018

«Abstract Because certain hereditary diseases show autistic behavior, and autism often runs in families, researchers seek genes underlying the pathophysiology of autism, thus core behaviors. Other researchers argue environmental factors are decisive, citing compelling evidence of an autism epidemic in the United States beginning about 1980. Recognition that environmental factors influence gene expression led to synthesis of these views - an 'epigenetic epidemic' provoked by pervasive environmental agents altering expression of vulnerable genes, inducing characteristic autistic biochemistries in many mothers and infants. Two toxins most implicated in the U.S. autism epidemic are analgesic/antipyretic acetaminophen (Tylenol) and oral antibiotic amoxicillin/clavulanate (Augmentin). Recently herbicide glyphosate (Roundup) was exponentially implicated. What do these toxins have in common? Acetaminophen depletes sulfate and glutathione required to detoxify it. Oral antibiotics kill and glyphosate inhibits intestinal bacteria that synthesize methionine (precursor of sulfate and glutathione, and required to methylate DNA), bacteria that synthesize tryptophan (sole precursor of neuroinhibitor serotonin), and bacteria that restrain ammonia-generating anaerobes. Sulfate plus glutathione normally sulfate fetal adrenal androgen dehydroepiandrosterone to DHEAS - major precursor of placental/postnatal estrogens. Glyphosate (and heavy metals) also inhibit aromatase that turns androgens to estrogens. Placental/postnatal estrogens dehydrate/mature brain myelin sheaths, mature corpus callosum and left hemisphere preferentially, dilate brain blood vessels, and elevate brain serotonin and oxytocin. Stress-induced weak androgens and estrogen depletion coherently explain white matter asymmetry and dysconnection in autism, extreme male brain, low brain blood flow, hyperexcitability, social anxiety, and insufficient maternal oxytocin at birth to limit fetal brain chloride/water and mature GABA.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Experience of parents of children with autism on YouTube: are there educationally useful videos? - PubMed - NCBI 22/02/2018

«Abstract The aims of this study were to determine the following: first, are there educationally useful videos of parents of children with autism sharing their experiences? Second, do any of the data related to videos help in identifying useful videos? And third, what do posted comments tell us? YouTube was searched for videos of parents sharing their experiences. The following parameters were collected: title, creator, URL, duration, number of viewers, likes, dislikes, comments, days on YouTube, and country. Based on agreed-upon criteria, videos were divided independently into educationally useful and non-useful categories. A critical thematic analysis of comments was conducted. A total of 180 videos were finally identified, of which 106 (59%) provided useful information, scoring 15.3 ± 0.7 (mean ± SD); 74 (41%) were determined to be not educationally useful, scoring 8.6 ± 2.1. The differences in scores were significant (p < 0.001), but there were no significant differences between the useful and non-useful groups in terms of video parameters. No correlation was found between scores and any of the videos' parameters. In conclusion, there are videos that can be used as educational resources. The videos' parameters did not differentiate between useful and non useful. Useful videos were mostly created by professional societies and by parents. The study reflects the emerging role of YouTube in sharing experiences.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Indices of repetitive behaviour are correlated with patterns of intrinsic functional connectivity in youth with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 22/02/2018

«Abstract The purpose of the current study was to examine how repetitive behaviour in Autism Spectrum Disorder (ASD) is related to intrinsic functional connectivity patterns in a number of large-scale, neural networks. Resting-state fMRI scans from thirty subjects with ASD and thirty-two age-matched, typically developing control subjects were analysed. Seed-to-voxel and ROI-to-ROI functional connectivity analyses were used to examine resting-state connectivity in a number of cortical and subcortical neural networks. Bivariate correlation analysis was performed to examine the relationship between repetitive behaviour scores from the Repetitive Behaviour Scale - Revised and intrinsic functional connectivity in ASD subjects. Compared to control subjects, ASD subjects displayed marked over-connectivity of the thalamus with several cortical sensory processing areas, as well as over-connectivity of the basal ganglia with somatosensory and motor cortices. Within the ASD group, significant correlations were found between functional connectivity patterns and total RBS-R scores as well as one principal component analysis-derived score from the RBS-R. These results suggest that thalamocortical resting-state connectivity is altered in individuals with ASD, and that resting-state functional connectivity is associated with ASD symptomatology.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Les Lislois sensibilises par le handicap 22/02/2018

«La mise en place du PEDTi (Projet éducatif territorial intercommunal) au sein de la communauté de communes de la Gascogne toulousaine (CCGT) démontre la prise en compte spécifique d'une politique inclusive pour l'enfant en général mais également envers le handicap. Un projet porteur de sens et de valeurs. Un état des lieux concernant toutes les structures de la petite enfance, l'enfance et la jeunesse est en cours. En ressortiront les besoins, la part de la population concernée, les moyens nécessaires et l'amélioration à apporter ainsi qu'un plan de politique éducative avec de la formation, des outils pédagogiques et la structure d'un réseau avec des concertations. Ce socle commun entre les acteurs les Accueil de Loisirs Associé à l'Ecole(ALAE), l'accueil de loisirs sans hébergement(ALSH), l'AJ, les lieux d'accueil enfants-parents (LAEP), le centre social assurera l'accueil de la singularité dans un ensemble pluriel y compris l'inclusion des enfants en situation de handicap. C'est à ce sujet que vient de se tenir à Auch la journée de lancement départemental du réseau Grandir Handi'Férence.»...

<< Sommaire
ladepeche

Installation de la « Commission de promotion de la bientraitance et de lutte contre la maltraitance » des personnes vulnerables - Communiques de presse - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees 20/02/2018

«Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées, ont installé la « Commission de promotion de la bientraitance et de lutte contre la maltraitance » des personnes vulnérables. Ce matin, 19 février 2018, Madame Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé et Madame Sophie CLUZEL, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des Personnes Handicapées ont installé la Commission de promotion de la bientraitance et de lutte contre la maltraitance, conjointe entre le Haut Conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge (HCFEA) et le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH). Cette commission, présidée par Monsieur Denis PIVETEAU, Conseiller d'Etat, s'attachera à proposer des mesures de protection en direction des personnes vulnérables en raison de leur âge ou d'un handicap. Les deux ministres soulignent à cette occasion l'importance qu'elles accordent à ce sujet de société. La commission est composée, outre des membres désignés par le HCFEA et le CNCPH, de personnes qualifiées (experts) et de représentants de tous les secteurs concernés notamment des ministères des Solidarité et de la Santé, de la Justice, de l'Intérieur et des Personnes handicapées, des Agences régionales de santé, des Conseils départementaux. Elle est chargée de faire des propositions sur le risque de maltraitance dans tous les lieux de vie, que ce soit à domicile ou en établissement. L'installation de cette commission prévue par la loi d'adaptation de la société au vieillissement doit permettre d'améliorer la connaissance d'un phénomène longtemps tabou, faciliter le repérage, le signalement et le traitement de situations de maltraitance, promouvoir la bientraitance et l'accompagnement des acteurs dans le quotidien. Elle veillera notamment à promouvoir la pleine représentation et l'expression des personnes concernées. Cette commission permanente proposera une définition commune de la bientraitance, et les moyens et mesures pour l'inscrire dans une prise en compte de qualité des personnes vulnérables.»...

<< Sommaire
handicap.gouv

Grand age et handicap: des mesures contre la maltraitance 20/02/2018

«Le gouvernement a installé le 19 février 2018 une commission chargée de faire des propositions pour prévenir la maltraitance des personnes âgées ou handicapées, comme prévu par la loi sur le vieillissement entrée en vigueur en 2016. Pilotée par Denis Piveteau Cette « Commission de promotion de la bientraitance et de lutte contre la maltraitance », conjointe entre le Haut conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge (HCFEA) et le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), est présidée par le conseiller d'Etat Denis Piveteau, celui-là même qui avait rédigé le rapport « Zéro sans solution » dédié à l'accueil des personnes handicapées en état d'urgence. Cette commission est composée, outre des membres désignés par les deux institutions, de personnes qualifiées (experts) et de représentants de tous les secteurs concernés, notamment des ministères des Solidarité et de la Santé, de la Justice, de l'Intérieur et des Personnes handicapées, des Agences régionales de santé, des Conseils départementaux. Un phénomène tabou Annoncée dans un communiqué par la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, et la secrétaire d'Etat au Handicap, Sophie Cluzel, cette commission est chargée « de faire des propositions sur le risque de maltraitance dans tous les lieux de vie, que ce soit à domicile ou en établissement ». Il s'agit « d'améliorer la connaissance d'un phénomène longtemps tabou, faciliter le repérage, le signalement et le traitement de situations de maltraitance, promouvoir la bientraitance et l'accompagnement des acteurs dans le quotidien ». Les deux ministres soulignent à cette occasion « l'importance qu'elles accordent à ce sujet de société ». Lors de ses voeux au CNCPH, le 18 janvier, Sophie Cluzel, avait d'ailleurs promis de se montrer « intraitable » sur la maltraitance. Le domicile pas épargné L'AD-PA (Association des directeurs au service des personnes âgées), qui avait largement participé aux travaux des différents comités antérieurs, dont notamment ceux du dernier Comité national bientraitance et droits des personnes âgées et personnes handicapées (CNBD), dit « saluer cette initiative ». Pour autant, il ajoute que « les travaux de cette commission ne pourront se résumer aux seules situations individuelles. Elle devra donc également travailler sur les questions de droits et libertés (citoyenneté, effectivité des droits, libertés publiques...) ». Selon son président, Pascal Champvert, il faut « une vraie réflexion sur l'autonomie des personnes âgées, la priorité étant d'augmenter le nombre de professionnels dans les établissements et à domicile ». Un argument qui vaut aussi pour les personnes handicapées. Sur France info, il dénonce un « phénomène de maltraitance colossal », précisant que la majorité des cas ont lieu au domicile parce que les aidants s'épuisent.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Autisme : des biomarqueurs diagnostiques prometteurs 19/02/2018

«Alors qu'en France, la Haute Autorité de santé (HAS) vient de publier des nouvelles recommandations sur l'autisme chez l'adulte et chez l'enfant, une équipe de chercheurs de l'université de Warwick (Royaume-Uni) a étudié des biomarqueurs sanguins et urinaires qui pourraient se révéler utiles dans le diagnostic des troubles du spectre autistique (TSA). Identifier précocement les TSA Le caractère très hétérogène de ces troubles rend leur diagnostic difficile. Le développement de biomarqueurs permettrait de poser un diagnostic de façon précoce et ainsi de mettre en place une prise en charge adaptée le plus tôt possible. L'équipe de Warwick s'est associée à l'université de Bologne (Italie) pour recruter 69 enfants de l'hôpital Bellaria de Bologne (Child Neurology and Psychiatry Unit). Trente-huit avaient un diagnostic de TSA (29 garçons et 9 filles, 7,6 ± 2 ans) posé par deux experts de l'unité. Les 31 autres avaient un développement normal (23 garçons et 8 filles, 8,6 ± 2 ans). Des dysfonctions biochimiques observées chez les enfants TSA A partir de prélèvements d'urine et de sang, les chercheurs se sont attachés à analyser le lien entre dommages protéotoxiques et TSA en quantifiant les niveaux des produits de glycation, d'oxydation et de nitration des protéines plasmatiques et des acides aminés dans le plasma et l'urine. Les résultats, publiés dans « Molecular Autism », montrent des différences entre les deux groupes.»
[...]
«Un algorithme pour étudier le potentiel diagnostique des biomarqueurs Un algorithme de hautes sensibilité et spécificité a été utilisé pour analyser l'ensemble des modifications biochimiques. Il vise à distinguer les enfants atteints de TSA des enfants sains et ainsi à étudier le potentiel diagnostique de ces biomarqueurs. « Cette nouvelle approche de biomarqueurs centrée sur les dommages protéiques et le stress protéotoxique pourrait conduire à un diagnostic biochimique de TSA et suggère que les AGE et l'oxydation peuvent être liées à la pathogenèse des TSA », indiquent les auteurs. Ces observations sont à confirmer par d'autres études afin d'évaluer la performance du test diagnostique. « Avec d'autres tests, nous pourrions révéler des profils spécifiques plasmatiques et urinaires ou des "empreintes" de composés avec altérations. Cela pourrait contribuer à améliorer le diagnostic des TSA et à ouvrir la voie à de nouvelles causes de TSA », ajoutent les auteurs. »...

<< Sommaire
lequotidiendumedecin

New blood test can detect autism in children | The Independent 19/02/2018

«Scientists have developed a blood and urine test that can detect autism in children. Researchers at the University of Warwick said the test, believed to be the first of its kind, could lead to earlier diagnosis of autism spectrum disorders (ASD) in children who could then be given appropriate treatment much earlier in their lives.»...

<< Sommaire
independent.co

Emotion-Focused Therapy for Autism Spectrum Disorder: A Case Conceptualization Model for Trauma-Related Experiences | SpringerLink 18/02/2018

«Abstract People with autism spectrum disorder (ASD) report painful experiences through emotional misunderstandings with typically developing peers. There are limited intervention methodologies for ASD on the impact of emotional injuries and how to work with resulting trauma. This paper presents a rational-empirical model of trauma-related experiences with the first presentation of a new case conceptualization model for emotion-focused therapy for ASD. It describes the transformation of problematic emotion schemes through a sequence of emotional processing steps illustrated with a case example. These steps include: overcoming differentiation of core painful feelings (such as loneliness, shame, and fear); autobiographical memory recall of distanced trauma, using a novel method of video Interpersonal Process Recall; and articulation of the unmet needs contained in core painful feelings. This is followed by the expression of an emotional response to those feelings/needs; typically, self-soothing, protective anger and compassion responses offered interpersonally by group members. These emerging adaptive emotions facilitate mentalization of self and other that strengthens intrapersonal and interpersonal agency. This rational-empirical case conceptualization acts as a hypothesis for testing in subsequent trials.»...

<< Sommaire
link.springer

Tribune de la presidente de la Haute autorite de sante sur l'autisme : ''Poursuivons nos efforts'' 17/02/2018

«Dans trois semaines, à la mi-mars, le gouvernement dévoilera le contenu du quatrième plan autisme, préparé par Sophie Cluzel, la secrétaire d'Etat chargée du handicap. Mais dès ce lundi, la situation des 700.000 personnes atteintes de troubles neuro-développementaux sera au coeur du débat. Deux nouvelles recommandations de prise en charge de l'autisme, destinées aux professionnels de la santé et du social mais aussi aux personnes autistes et à leurs familles, vont en effet être présentées. La première, actualisation d'un travail achevé en 2012, concerne les enfants et cherche à renforcer leur accès à un diagnostic précoce. La seconde traite, pour la première fois, de l'accompagnement des adultes, grands oubliés des politiques publiques, comme vient de le pointer un rapport de la Cour des comptes. Dans une tribune publiée par le JDD.fr, la professeure Dominique Le Guludec, présidente du collège de la Haute autorité de santé (HAS), dévoile la philosophie des nouvelles recommandations, centrées sur la mise en place d'"interventions personnalisées, adaptées et réévaluées tout au long de la vie". Voici sa tribune :»...

<< Sommaire
lejdd

N° 635 - Proposition de resolution de M. Damien Abad tendant a la creation d'une commission d'enquete sur les difficultes administratives rencontrees par les personnes en situation de handicap 16/02/2018


«ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUINZIEME LEGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 6 février 2018. PROPOSITION DE RESOLUTION tendant à la création d'une commission d'enquête sur les difficultés administratives rencontrées par les personnes en situation de handicap, (Renvoyée à la commission des affaires sociales, à défaut de constitution d'une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.) présentée par Mesdames et Messieurs Damien ABAD, Marc LE FUR, Emmanuelle ANTHOINE, Thibault BAZIN, Valérie BAZIN-MALGRAS, Valérie BEAUVAIS, Jean-Yves BONY, Valérie BOYER, Xavier BRETON, Bernard BROCHAND, Fabrice BRUN, Jacques CATTIN, Eric CIOTTI, Olivier DASSAULT, Claude de GANAY, Charles de la VERPILLIÈRE, Rémi DELATTE, Julien DIVE, Marianne DUBOIS, Virginie DUBY-MULLER, Jean-Jacques FERRARA, Laurent FURST, Philippe GOSSELIN, Jean-Carles GRELIER, Michel HERBILLON, Patrick HETZEL, Brigitte KUSTER, Guillaume LARRIVE, Véronique LOUWAGIE, Gilles LURTON, Franck MARLIN, Jean-Louis MASSON, Frédérique MEUNIER, Maxime MINOT, Jean-François PARIGI, Eric PAUGET, Bernard PERRUT, Bérengère POLETTI, Aurélien PRADIE, Nadia RAMASSAMY, Frédéric REISS, Martial SADDIER, Raphaël SCHELLENBERGER, Jean-Marie SERMIER, Eric STRAUMANN, Laurence TRASTOUR-ISNART, Isabelle VALENTIN, Pierre VATIN, Arnaud VIALA, Michel VIALAY, Jean-Pierre VIGIER, députés.» [...]
« EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Comme le rappelle le professeur Charles Gardou dans son ouvrage Société inclusive, parlons-en !, « une personne passe en moyenne huit années de son existence en situation de handicap. » (1). Avec le vieillissement de la population, ce chiffre est amené à croître et la question du handicap à occuper une place de plus en plus prépondérante dans la définition des politiques publiques. En France, l’INSEE estime que ce sont 9,6 millions de personnes qui seraient touchées par le handicap (2). L’accès à l’éducation, aux loisirs, au monde du travail et, plus généralement, l’intégration à la société, reste encore très difficile pour ces personnes, qui se retrouvent bien souvent en situation de précarité. Le handicap n’est pas le combat des personnes handicapées contre tous mais le combat de tous pour aider les personnes handicapées. Les lois du 30 juin 1975 et du 11 février 2005 ont grandement contribué à une meilleure prise en compte de la situation des personnes handicapées. Pourtant, la mise en œuvre des principes arrêtés par le législateur connaît de grandes difficultés. Les personnes en situation de handicap sont alors confrontées à différents obstacles, qu’ils soient relatifs à l’accessibilité, à l’égalité des chances, ou encore à l’insertion dans la société. Certaines de ces difficultés sont purement administratives, et donc du fait de l’État et des collectivités territoriales. Il existe d’ailleurs de fortes disparités territoriales : qu’il s’agisse des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), de la Prestation de compensation du handicap (PCH) ou même de la scolarisation en milieu ordinaire, l’attention accordée aux personnes handicapées, à leurs besoins, les délais d’attente, les solutions proposées continuent de varier très fortement d’un département à un autre. Les MDPH sont d’ailleurs une excellente illustration de la complexité et des obstacles administratifs que rencontrent les personnes en situation de handicap. La loi du 11 février 2005 a créé ce dispositif constituant ainsi un lieu d’informations, de conseils et un lieu d’accès unique à des droits spécifiques pour les personnes en situation de handicap et leur famille. Les MDPH ont deux objectifs : offrir aux personnes handicapées ainsi qu’à leurs familles la possibilité d’accéder aux principaux droits et prestations favorisant l’accueil et l’accompagnement de ces derniers et de sensibiliser les personnes sur les problèmes liés au handicap. Dans chaque département, la MDPH prend en charge les démarches liées aux différentes situations de handicap et en effectue le suivi. Or, dans les faits et malgré ce guichet unique, les difficultés rencontrées par les personnes handicapées dans l’instruction de leurs demandes sont croissantes, ce qui n’a de cesse d’augmenter la durée de traitement des dossiers et de précariser davantage les personnes handicapées. Il est donc nécessaire de dresser un bilan des difficultés rencontrées au quotidien par les personnes en situation de handicap auprès des administrations compétentes et de leur apporter les solutions nécessaires et harmonisées au niveau national, afin de faciliter leurs démarches et de répondre à leurs attentes. C’est pourquoi nous proposons la mise en place d’une commission d’enquête relative aux difficultés administratives rencontrées par les personnes en situation de handicap. Elle aura plusieurs objectifs : – dresser un bilan des difficultés rencontrées, par les personnes en situation de handicap, dans leurs différentes démarches auprès des administrations compétentes ; – établir une évaluation des maisons départementales du handicap ; – s’interroger sur les conditions de la Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ; – proposer des mesures susceptibles pour renforcer et simplifier les démarches administratives des personnes en situation de handicap. PROPOSITION DE RÉSOLUTION Article unique En application des articles 137 et suivants du Règlement de l’Assemblée nationale, il est créé une commission d’enquête de vingt membres chargée d’examiner les difficultés administratives rencontrées par les personnes en situation de handicap. 1° Elle a pour mission de dresser un bilan des difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap dans leurs différentes démarches auprès des administrations compétentes. 2° Elle s’attache particulièrement à établir une évaluation des maisons départementales du handicap. 3° Elle s’interroge sur les conditions de la Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé. 4° Elle propose sur la base de ce diagnostic des mesures susceptibles d’être mises en place pour renforcer et simplifier les démarches administratives des personnes en situation de handicap. »...

<< Sommaire
assemblee-nationale

N° 635 - Proposition de resolution de M. Damien Abad tendant a la creation d'une commission d'enquete sur les difficultes administratives rencontrees par les personnes en situation de handicap 16/02/2018

«ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUINZIEME LEGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 6 février 2018. PROPOSITION DE RESOLUTION tendant à la création d'une commission d'enquête sur les difficultés administratives rencontrées par les personnes en situation de handicap, (Renvoyée à la commission des affaires sociales, à défaut de constitution d'une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.) présentée par Mesdames et Messieurs Damien ABAD, Marc LE FUR, Emmanuelle ANTHOINE, Thibault BAZIN, Valérie BAZIN-MALGRAS, Valérie BEAUVAIS, Jean-Yves BONY, Valérie BOYER, Xavier BRETON, Bernard BROCHAND, Fabrice BRUN, Jacques CATTIN, Eric CIOTTI, Olivier DASSAULT, Claude de GANAY, Charles de la VERPILLIÈRE, Rémi DELATTE, Julien DIVE, Marianne DUBOIS, Virginie DUBY-MULLER, Jean-Jacques FERRARA, Laurent FURST, Philippe GOSSELIN, Jean-Carles GRELIER, Michel HERBILLON, Patrick HETZEL, Brigitte KUSTER, Guillaume LARRIVE, Véronique LOUWAGIE, Gilles LURTON, Franck MARLIN, Jean-Louis MASSON, Frédérique MEUNIER, Maxime MINOT, Jean-François PARIGI, Eric PAUGET, Bernard PERRUT, Bérengère POLETTI, Aurélien PRADIE, Nadia RAMASSAMY, Frédéric REISS, Martial SADDIER, Raphaël SCHELLENBERGER, Jean-Marie SERMIER, Eric STRAUMANN, Laurence TRASTOUR-ISNART, Isabelle VALENTIN, Pierre VATIN, Arnaud VIALA, Michel VIALAY, Jean-Pierre VIGIER, députés.»
[...]
« EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Comme le rappelle le professeur Charles Gardou dans son ouvrage Société inclusive, parlons-en !, « une personne passe en moyenne huit années de son existence en situation de handicap. » (1). Avec le vieillissement de la population, ce chiffre est amené à croître et la question du handicap à occuper une place de plus en plus prépondérante dans la définition des politiques publiques. En France, l’INSEE estime que ce sont 9,6 millions de personnes qui seraient touchées par le handicap (2). L’accès à l’éducation, aux loisirs, au monde du travail et, plus généralement, l’intégration à la société, reste encore très difficile pour ces personnes, qui se retrouvent bien souvent en situation de précarité. Le handicap n’est pas le combat des personnes handicapées contre tous mais le combat de tous pour aider les personnes handicapées. Les lois du 30 juin 1975 et du 11 février 2005 ont grandement contribué à une meilleure prise en compte de la situation des personnes handicapées. Pourtant, la mise en œuvre des principes arrêtés par le législateur connaît de grandes difficultés. Les personnes en situation de handicap sont alors confrontées à différents obstacles, qu’ils soient relatifs à l’accessibilité, à l’égalité des chances, ou encore à l’insertion dans la société. Certaines de ces difficultés sont purement administratives, et donc du fait de l’État et des collectivités territoriales. Il existe d’ailleurs de fortes disparités territoriales : qu’il s’agisse des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), de la Prestation de compensation du handicap (PCH) ou même de la scolarisation en milieu ordinaire, l’attention accordée aux personnes handicapées, à leurs besoins, les délais d’attente, les solutions proposées continuent de varier très fortement d’un département à un autre. Les MDPH sont d’ailleurs une excellente illustration de la complexité et des obstacles administratifs que rencontrent les personnes en situation de handicap. La loi du 11 février 2005 a créé ce dispositif constituant ainsi un lieu d’informations, de conseils et un lieu d’accès unique à des droits spécifiques pour les personnes en situation de handicap et leur famille. Les MDPH ont deux objectifs : offrir aux personnes handicapées ainsi qu’à leurs familles la possibilité d’accéder aux principaux droits et prestations favorisant l’accueil et l’accompagnement de ces derniers et de sensibiliser les personnes sur les problèmes liés au handicap. Dans chaque département, la MDPH prend en charge les démarches liées aux différentes situations de handicap et en effectue le suivi. Or, dans les faits et malgré ce guichet unique, les difficultés rencontrées par les personnes handicapées dans l’instruction de leurs demandes sont croissantes, ce qui n’a de cesse d’augmenter la durée de traitement des dossiers et de précariser davantage les personnes handicapées. Il est donc nécessaire de dresser un bilan des difficultés rencontrées au quotidien par les personnes en situation de handicap auprès des administrations compétentes et de leur apporter les solutions nécessaires et harmonisées au niveau national, afin de faciliter leurs démarches et de répondre à leurs attentes. C’est pourquoi nous proposons la mise en place d’une commission d’enquête relative aux difficultés administratives rencontrées par les personnes en situation de handicap. Elle aura plusieurs objectifs : – dresser un bilan des difficultés rencontrées, par les personnes en situation de handicap, dans leurs différentes démarches auprès des administrations compétentes ; – établir une évaluation des maisons départementales du handicap ; – s’interroger sur les conditions de la Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ; – proposer des mesures susceptibles pour renforcer et simplifier les démarches administratives des personnes en situation de handicap. PROPOSITION DE RÉSOLUTION Article unique En application des articles 137 et suivants du Règlement de l’Assemblée nationale, il est créé une commission d’enquête de vingt membres chargée d’examiner les difficultés administratives rencontrées par les personnes en situation de handicap. 1° Elle a pour mission de dresser un bilan des difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap dans leurs différentes démarches auprès des administrations compétentes. 2° Elle s’attache particulièrement à établir une évaluation des maisons départementales du handicap. 3° Elle s’interroge sur les conditions de la Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé. 4° Elle propose sur la base de ce diagnostic des mesures susceptibles d’être mises en place pour renforcer et simplifier les démarches administratives des personnes en situation de handicap. »...

<< Sommaire
assemblee-nationale

The content and function of interests in the broad autism phenotype 15/02/2018

«Abstract Background The Broad Autism Phenotype (BAP) refers to mild characteristics of autism spectrum disorder (ASD) that extend beyond the threshold of diagnosis into the general population. Individuals with BAP traits exhibit reduced social skill and social cognitive ability relative to individuals without these traits, but the degree to which non-social aspects of ASD extend to the BAP has received considerably less attention. The current study examined whether a prominent non-social characteristic of ASD, circumscribed interests (CIs), are qualitatively similar in the BAP. Method Typically-developing adults (N...¯=...¯174) categorized as either BAP positive (n...¯=...¯49) or BAP negative (n...¯=...¯125) on the Broad Autism Phenotype Questionnaire rated their subjective emotional responses to images of common CIs and non-CIs (i.e., interests not commonly reported in ASD). Participants also completed the Interests Scale measuring the number of their current interests and the intensity with which they pursue their primary interest. Results BAP positive adults rated CIs more arousing (i.e., more energizing) and non-CIs lower on valence (i.e., less pleasurable) compared to BAP negative adults. Additionally, BAP positive males but not females showed higher valence responses for CIs relative to their BAP negative counterparts. BAP positive adults also endorsed more CIs than BAP negative adults on the Interests Scale, and reported greater intensity and inflexibility when engaging with their primary interest. Conclusions These findings suggest that many aspects of the content and function of CIs reported for autism extend to the BAP in the general population in a milder form.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Can Speech Challenged Students Get an Appropriate Education? | Emma's Hope Book 14/02/2018

«What would you do if the whimper in your heart could not find the right words to speak? What if you couldn't control the things you felt compelled to say, even if you knew those who heard you would not understand? Speaking is not an accurate reflection of my intelligence. Typing is a better method for me to convey my thinking, but it is laborious and exhausting. So what is to be done with someone like me? Is it better to put students like myself, of which there are many, in a segregated school or classroom, is inclusion the better option or is there another answer? I was believed not capable enough to attend a regular school, nor was I able to prove this assumption wrong. In an ideal world these questions would not need to be asked because a diagnosis of autism would not lead to branding a person as less than or inferior. Those who cannot speak or who have limited speech would not immediately be labeled "intellectually disabled" and "low functioning". We would live in a society that would embrace diversity and welcome all people, regardless of race, culture, religion, neurology or disability. Our education system mirrors our society and in both, we come up short. In New York City kids like me are not attending mainstream schools because we are believed to be unable to learn complex subject matter. I was sent to both public and private special education schools, specifically created for speaking and non-speaking autistic students and those believed to have emotional issues. Because I cannot voice my thoughts and so rely on favorite scripts, my spoken language causes people to assume my thinking is simple, I am unable to pay attention and cannot comprehend most of what is said to me. As a result, none of these schools presumed that I, or the other students, were competent and their curricula reflected this. At the private school I attended for six years, I was regularly asked to do simple equations such as 3 + 2 = ? When I said "two", because that was the last number spoken and my mouth would not form the word "five", my teachers believed I could not do basic math. It was the same with reading and something as simple as being asked to define the word "cup". I clearly know what a cup is, but when I could not say it, I was marked as not knowing. This school used the same fairy tale, "Three Billy Goats Gruff", for three years as the foundation of a "curriculum". At another school, this time public, while my older brother was learning about World War II and writing essays on whether the United States should have dropped an atomic bomb on Hiroshima, my class was planting seeds in soil and asked what kinds of things were needed for the seed to take root and grow. When my classmates, many of whom could not speak at all, and I could not answer with the words "sunlight" and "water", it was assumed we did not know the answers or understand the question. At another public school I spent months going over how many seconds are in a minute, minutes in an hour, hours in a day, but when I could not demonstrate that I understood either in writing or spoken language, it was believed I had no concept of time. There is no test that allows me to show the creative ways in which I learn. I cannot sit quietly unless I am able to twirl my string, softly murmur to myself and have a timer nearby. I cannot read aloud or answer most questions verbally, but I can type. My mind is lightning fast. I can hear a song and then replay it note for note with my voice. I have an incredibly large capacity to listen, learn and feel. I listen to conversations around me regularly and often wish that some parents would appreciate their children more. The other day on the subway a Mom said, "Shut up, you're being stupid!" to her son. The boy was silent and put his head down. The Mom proceeded to play a game on her phone. I have learned that everyone is delicate. In that moment my body felt tremendous sadness. I see patterns in unrelated things, such as I am able to notice every article of clothing that someone wears on a given day. People's attitudes are reflected in their choice of clothing. When the same clothes are worn over and over, I have the feeling the wearer is stuck. People's self-confidence increases when wearing new clothing. My expansive vocabulary is impressive. I've listened to how people put words together my entire life. As I have made sense of the words used, I have been able to understand their meaning, though I am unable to ask for definitions. I notice people's sadness, even when they are smiling. I almost feel like I am violating someone because I can see inside of them and know their feelings. I'm told I use the written word in unusual and interesting ways. I have been published in magazines and blogs. I give presentations around the country on autism and gave the keynote address at an autism conference this past fall. I am co-directing a documentary, Unspoken, about my life and being autistic and I hope, one day, to be a performer.»
[...]
« The best education I’ve received to date in a school is at a private non special education school, where none of the teachers or administration has been given “training” in autism or what that supposedly means. They do not believe I cannot do things the other students are able to do. In fact, though I am just fourteen-years old and technically should be in eighth grade, I am doing upper level work. I am treated respectfully by teachers and students alike. My typing is slow, but the class waits for me and gives me a chance to express myself. During a recent Socratic seminar where the students were expected to speak on the book we had just finished, everyone waited for me to type my thoughts and gave me time to have my thoughts on an earlier point, read later. In my theater class the teacher began the semester with non-speaking work. We learned about mime, silent theater and the importance and impact of physicality while performing. I have been asked for what I need in order to excel, and accommodations have been made, I know, but I hope and believe that I am not the only one benefitting from my presence at such a terrific school. There is a saying in the disabilities community, “Nothing about us, without us.” A complete rethinking about autism and autistic neurology is needed if special education schools or any schools are going to educate those of us who think differently. Believing in the potential of all students is not on any test. Presuming that each and every student, whether they can speak or not, can and will eventually learn given the necessary supports and encouragement is not commonly believed, but it should be. Wouldn’t it be great if autistic people’s ideas were included in designing curriculum and the tests that are meant to evaluate them. Isn’t that what you would want if you were like me? »...

<< Sommaire
emmashopebook

''Addiction'' des enfants aux ecrans : des professionnels de soin retablissent la verite - Femme Actuelle 14/02/2018

«Dans une tribune publiée dans Le Monde, un collectif de professionnels de soin s'inquiète des "affirmations erronées" qui circulent suite au reportage d'Envoyé Spécial. Les écrans seraient-ils les nouveaux doudous des enfants ? L'émission Envoyé Spécial tentait, le 18 janvier dernier, de répondre à cette question à travers un reportage "Accros aux écrans". Et pour cause, les Français s'inquiètent. Selon un sondage IFOP, 69% sont préoccupés par la place que prennent les écrans dans la vie de leurs enfants. Un danger pour leur santé, oui mais attention à de pas déformer la vérité, s'inquiète un collectif de professionnels de soin, de prévention ainsi que des chercheurs spécialisés dans la petite enfance, l'autisme et l'addiction. Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, ils dénoncent des "affirmations erronées" au sujet notamment de "l'addiction" aux écrans. Les écrans, de la drogue ?.»
[...]
«Les écrans favorisent-ils l'autisme ? Une autre problématique a perturbé le collectif : le lien entre autisme et consommation d’écran. Si dans la sphère scientifique, “aucune étude à ce jour ne permet d’établir une relation de cause à effet”, sur Internet, des vidéos circulent en attestant que des signes d’autisme surviennent chez les enfants exposés précocement à la télévision. Une information inexacte selon les experts de la tribune. “Ce qui est (...) fréquemment constaté, c’est un intérêt précoce des enfants atteints de troubles autistiques pour les écrans, qui prend une forme répétitive et qui est en lien avec leurs particularités cognitives”. “Les rumeurs infondées lancées actuellement nourrissent une panique morale exploitée par certains médias, en dehors de toute rigueur scientifique”, alertent les signataires. Connaître les bons usages des écrans Une bonne et courte utilisation des écrans est tout de même recommandée. Pour garder le contrôle, l’Institut d’Education Médicale et de Prévention lance sa première campagne nationale à travers un site Internet. Ce dernier répond à des questions généralement posées par les parents : “comment savoir si l’on utilise trop les écrans ?” “Quelles sont les réelles conséquences ?” ou encore “Comment limiter les risques ?” »...

<< Sommaire
femmeactuelle

If not all the children go to school, then it can't be called a sustainable city 14/02/2018

«Interview with Mr. Armel de la Bourdonnaye, chair of ParisTech Collegiate university, chair of Conference of Directors of French Engineering Schools, dean of Ecole des Ponts in 2012-2017 (I graduated from the university in 2015), Paris, France Kasia Lechka: Would you say the higher education system in France is an inclusive environment for students with disabilities? Armel de la Bourdonnaye: The question is too broad for me to be able to answer it in a simple way. There are many kinds of disabilities and higher education institutions can be inclusive to some types and not for others. I think that we can manage most mobility impairments. That said, it gets more complicated for those who have perception or cognitive disabilities like blind or deaf students that require special assistance services. What has been done in this matter as of today, is that engineer schools' admission sessions have special arrangements for some disabilities. What is also sure is that disabled students often don't make it until college. For example, since I have been at Ecole des Ponts, it's been 5 years now, I have seen two students with impairments: one deaf and one with mobility impairment.»...

<< Sommaire
medium

Compte-rendu du Conseil des ministres du mercredi 14 fevrier 2018 - Presidence de la Republique 14/02/2018

«MESURES D'ORDRE INDIVIDUEL Le conseil des ministres a adopté les mesures individuelles suivantes : Sur proposition du Premier ministre :
• M. Yves GUEGANO, administrateur hors classe de l'INSEE, est nommé conseiller maitre en service extraordinaire à la Cour des comptes, à compter du 26 février 2018. Sur proposition du ministre d'Etat, ministre de l'intérieur :
• M. François MAINSARD, inspecteur général de la police nationale, est nommé préfet délégué pour la sécurité et la sureté des plates-formes aéroportuaires de Paris Charles de Gaulle, du Bourget et de Paris-Orly, auprès du préfet de police. Sur proposition du ministre de l'éducation nationale et de la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation :
• Mme Marie-Danièle CAMPION, rectrice de l'académie de Clermont-Ferrand, est nommée rectrice de la région académique Auvergne-Rhône-Alpes, rectrice de l'académie de Lyon ;
• M. Benoit DELAUNAY, professeur des universités, est nommé recteur de l'académie de Clermont-Ferrand ;
• Mme Valérie CABUIL, rectrice de l'académie d'Amiens, est nommée rectrice de la région académique Hauts de France, rectrice de l'académie de Lille ;
• Mme Béatrice CORMIER, rectrice de la région académique de la Martinique, rectrice de l'académie de la Martinique, est nommée rectrice de l'académie d'Amiens ;
• M. Pascal JAN, professeur des universités, est nommé recteur de la région académique de la Martinique, recteur de l'académie de la Martinique ;
• Mme Armande LE PELLEC MULLER, rectrice de la région académique Occitanie, rectrice de l'académie de Montpellier, est nommée rectrice de la région académique Bretagne, rectrice de l'académie de Rennes ;
• Mme Béatrice GILLE, rectrice de l'académie de Créteil, est nommée rectrice de la région académique Occitanie, rectrice de l'académie de Montpellier ;
• M. Daniel AUVERLOT, recteur de l'académie de Limoges, est nommé recteur de l'académie de Créteil ;
• Mme Anne BISAGNI-FAURE, rectrice de l'académie de Poitiers, est nommée rectrice de l'académie de Toulouse ;
• M. Armel de LA BOURDONNAYE, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, est nommé recteur de l'académie de Poitiers ;
• M. Mostafa FOURAR, professeur des universités, est nommé recteur de la région académique de la Guadeloupe, recteur de l'académie de la Guadeloupe.»...

<< Sommaire
elysee

PCH : certains departements sont trois fois moins radins que d'autres 13/02/2018

«Le montant moyen de la prestation de compensation du handicap (PCH) varie de 2 812 E à 9 407 E selon les départements. Soit un rapport de 1 à 3,3. Leurs caractéristiques socio-économiques mais aussi la politique menée dans ce domaine expliquent cet énorme écart. Avec une évaluation plus ou moins restrictive des besoins ou des tarifs PCH supérieurs au minimum réglementaire. Dis-moi où tu habites, je te dirai si tu vis dans un département plus "généreux" que la moyenne avec la prestation de compensation du handicap. Cette carte de France figure dans le rapport annuel de la Cour des comptes, rendu public mercredi 7 février. Les départements y sont classés en fonction du montant annuel moyen de la PCH accordé par leur Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Montant moyen de la PCH : 5 555 E En 2015, la dépense moyenne par bénéficiaire s'élevait à 5 555 E sur le plan national, départements d'outre-mer compris. Mais elle présentait des écarts importants, de 2 812 E à 9 407 E, souligne la Cour des comptes, soit un rapport de 1 à 3,3. Neuf départements figurent en tête du classement avec plus de 6 800 E en moyenne : les Bouches-du-Rhône, les Deux-Sèvres, la Gironde, la Haute-Garonne, l'Hérault, l'Indre-et-Loire, le Lot, la Martinique et le Rhône. Cinq ferment le ban avec moins de 3 500 E en moyenne : les Ardennes, la Haute-Saône, le Loiret, le Territoire de Belfort et les Vosges. Source : Cour des comptes à partir de données DGCL, données 2015 Un plan d'aide à la baisse pour limiter le reste à charge Comment expliquer de tels écarts, essentiellement liés à l'aide humaine qui représente 90 % de la PCH en moyenne (voir graphique en fin d'article) ? Une étude réalisée, en 2015, à la demande de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), avance plusieurs raisons. A commencer par les caractéristiques socio-économiques du département : potentiel fiscal, part des classes favorisées, etc. « Les départements où le potentiel fiscal par habitant est élevé disposent de budgets plus importants et peuvent mettre en place des politiques plus "généreuses". » Par ailleurs, les allocataires aux ressources modestes vont avoir tendance à négocier un plan d'aide humaine à la baisse. Lorsque le tarif PCH attribué ne couvre pas le prix de l'aide humaine facturé par un service prestataire, ce qui est souvent le cas, chaque heure supplémentaire attribuée creuse en effet le reste à charge.»...

<< Sommaire
faire-face

The impact on the family of the co-existing conditions of children with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 12/02/2018

«Abstract We aimed to investigate whether the impact on families of children with Autism Spectrum Disorder (ASD) is associated with the number and/or type of emotional and behavioral co-existing conditions that parents/carers of children with ASD reported as occurring frequently. In addition, we examined whether there was a greater impact on families if their child was male, had lower levels of language, had more severe autism symptomatology, and whether impact was associated with the number and/or type of co-existing conditions. Families were recruited from large UK research databases. 420 parents/carers of children aged 3 years 2 months to 18 years 8 months completed the revised Impact on Family (IoF) Scale and reported on the frequency/rate of their child's co-existing conditions. Parents/carers reported higher mean IoF scores if their child: had a greater number of frequent co-existing conditions; had sleep problems; was only able to communicate physically; and had more severe autism symptomatology. The development and implementation of targeted treatment and management approaches are needed to reduce the impact of co-existing conditions on family life. Autism Res 2018. © 2018 International Society for Autism Research, Wiley Periodicals, Inc. LAY SUMMARY: Autism Spectrum Disorder (ASD) is commonly associated with emotional and/or behavior conditions that affect family life. Parents/carers of children with ASD who: (a) reported a greater number of frequent co-existing conditions, (b) had sleep problems, (c) were only able to communicate physically, and (d) had more severe symptoms characteristic of autism, reported a greater burden/strain on the family. Treatment approaches to target co-existing conditions alongside characteristics of ASD are needed to reduce their impact on family life.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

ASS et C3 d'AEEH sont cumulables | Toupi 11/02/2018

«Le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de Saint-Brieuc a donné raison à la mère d'un enfant handicapé qui avait été privée par la CAF des Côtes d'Armor de son complément 3 d'AEEH (Allocation d'Education de l'Enfant Handicapé). La MDPH avait accordé le complément 3 d'AEEH parce que cette maman ne pouvait pas travailler à plus qu'à mi-temps du fait du handicap de son enfant. Elle percevait en outre l'ASS (Allocation de Solidarité Spécifique) car elle était en recherche d'emploi. La CAF, prétendant que le complément 3 d'AEEH et l'ASS n'étaient pas cumulables, lui avait supprimé le complément 3 d'AEEH et réclamé un trop-perçu. Le Tribunal a reconnu qu'il est parfaitement possible : de rechercher un emploi à mi-temps et d'être indemnisé à ce titre via l'ASS et, concomitamment, de percevoir le complément 3 d'AEEH car le handicap empêche d'envisager un temps de travail supérieur à un mi-temps Cette jurisprudence est transposable à d'autres situations, notamment le cumul du complément d'AEEH avec une indemnité chômage. Elle peut s'appliquer à tous les compléments qui ont été attribués en considération d'une réduction de temps de travail de 20% ou de 50% (ou seulement pour frais) : les compléments 1,2,3 mais aussi le complément 4 si celui-ci a été attribué pour une réduction du temps de travail de 20% ou de 50%, accompagnée de dépenses liées au handicap. En revanche, si le complément 4 a été attribué pour cessation de travail, le cumul ne pourra s'appliquer. Veillez donc à ce que la notification de la MDPH soit précise sur la raison exacte pour laquelle le complément a été accordé. Le jugement n'a cependant pas reconnu qu'un travail à hauteur de 20 heures par semaine représentait un mi-temps au titre de l'AEEH. Sur l'un des mois de la période considérée, où la demanderesse travaillait 20h, il ne lui a donc été accordé qu'un complément 2, comme si elle travaillait à 80%. Cette interprétation nous semble néanmoins fragile dans la mesure où le complément 3 correspond soit à un mi-temps, soit à 20 heures de tierce-personne. Il y a donc dans les textes concernant le complément d'AEEH une équivalence entre 20 heures de tierce-personne et mi-temps»...

<< Sommaire
toupi

'France is 50 years behind': the 'state scandal' of French autism treatment | World news | The Guardian 08/02/2018

«Like thousands of French children whose parents believe they have autism, Rachel's six-year-old son had been placed by the state in a psychiatric hospital day unit. The team there, of the school of post-Freudian psychoanalysis, did not give a clear-cut diagnosis. Rachel, who lived in a small village outside the alpine city of Grenoble, said she would go elsewhere to assess all three of her children. But the hospital called social services, who threatened to take the children away from her. A consultant psychiatrist said Rachel was fabricating her children's symptoms for attention, that they were not autistic, and that she wanted them to have autism spectrum disorder in order to make herself look more interesting. Rachel's children were taken and placed in care homes. The children were subsequently diagnosed with autism and other issues, proving Rachel right. But despite a high-profile court battle in which parents' groups denounced the "prehistoric vision of autism in France", Rachel, who herself has Asperger syndrome, has still not won back custody of her children two years later. They remain in care with limited visiting rights. Local authorities insist the decision was correct.»...

<< Sommaire
theguardian

Corrected Prevalence of Autism Spectrum Disorder in US Children and Adolescents | JAMA | The JAMA Network 06/02/2018

«To the Editor In the January 2, 2018, issue of JAMA, we published a Research Letter: "Prevalence of Autism Spectrum Disorder Among US Children and Adolescents, 2014-2016."1 Using data from the National Health Interview Survey (NHIS), we found that the weighted prevalence of autism spectrum disorder (ASD) was 2.41% (95% CI, 2.17%-2.65%) in 2014-2016. Sample weights are provided with the NHIS data for researchers to use during analysis to take into account unequal probabilities of selection and nonresponse. For the analysis of the 2016 data, we used the weights originally released by the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) in June 2017. The CDC identified inaccuracies in the original sampling weights and updated them in November 2017, after acceptance of the Research Letter, but we did not become aware of this change until December 27, 2017. We reran all the analyses for our estimates using the updated weights. The conclusions were not changed, but there were some small changes in the results for the 2016 data and the pooled data from 2014-2016. For example, the overall prevalence of ASD changed from 2.41% to 2.47% (95% CI, 2.20%-2.73%), with the estimate being within the original 95% CI. The text and table of the Research Letter have been corrected online and a correction notice accompanies this letter.»...

<< Sommaire
jamanetwork

Relationship between absolute and relative ratios of glutamate, glutamine and GABA and severity of autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 06/02/2018

«Abstract Autism spectrum disorder (ASD) is a neurodevelopmental pathology characterized by an impairment in social interaction, communication difficulties, and repetitive behaviors. Glutamate signaling abnormalities are thought to be considered as major etiological mechanisms leading to ASD. The search for amino-acidic catabolytes related to glutamate in patients with different levels of ASD might help current research to clarify the mechanisms underlying glutamate signaling and its disorders, particularly in relation to ASD. In the present study, plasma levels of the amino acids and their derivatives glutamate, glutamine, and γ-aminobutyric acid (GABA), associated with their relative ratios, were evaluated using an enzyme-linked immunosorbent assay (ELISA) technique in 40 male children with ASD and in 38 age- and gender-matched neurotypical health controls. The Social Responsiveness Scale (SRS) was used to evaluate social cognition, and the Childhood Autism Rating Scale (CARS) was used to assess subjects' behaviors. Children with ASD exhibited a significant elevation of plasma GABA and glutamate/glutamine ratio, as well as significantly lower levels of plasma glutamine and glutamate/GABA ratios compared to controls. No significant correlation was found between glutamate levels and the severity of autism, measured by CARS and SRS. In receiver operating characteristic (ROC) curve analysis, the area under the curve for GABA compared to other parameters was close to one, indicating its potential use as a biomarker. Glutamine appeared as the best predictive prognostic markers in the present study. The results of the present study indicate a disturbed balance between GABAergic and glutamatergic neurotransmission in ASD. The study also indicates that an increased plasma level of GABA can be potentially used as an early diagnostic biomarker for ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

LE GOUVERNEMENT LANCE UNE GRANDE CONSULTATION AUPRES DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 05/02/2018

«Le handicap est une priorité du quinquennat et le gouvernement lance une consultation en ligne inédite auprès des personnes en situation de handicap et de leurs proches afin de simplifier leur relation avec l'administration. Il y a aujourd'hui en France, plus de 10 millions de personnes concernées par le handicap. Elles font face en permanence à la complexité et à la lenteur des démarches administratives. Ceci a poussé le Premier Ministre, la Secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, et le Ministre de l'Action et des Comptes publics à demander au député Adrien Taquet et à Jean-François Serres, conseiller du CESE, de mener une mission visant à simplifier le parcours administratif des personnes en situation de handicap. Ils ont lancé la première grande consultation en direction des personnes en situation de handicap et de leurs aidants afin d'écouter les personnes concernées en partant de leurs besoins. Sur un site internet dédié, il sera possible d'identifier les freins et les blocages rencontrés au quotidien à travers de 7 grands moments : la découverte et la reconnaissance du handicap ; la prise en charge et l'accès aux soins ; l'éducation et la formation ; l'emploi ; la vie quotidienne ; la vie citoyenne ; l'avancée en âge. Les personnes en situation de handicap, leurs aidants, ainsi que les associations qui les représentent peuvent contribuer jusqu'au 9 mars, à l'adresse www.egalite-handicap.gouv.fr»...

<< Sommaire
aladom

Femmes porteuses de differences a caractere autistique : pour une reelle politique de prise en charge et d'integration | POINT DE VUE - Avant-Garde 30/01/2018


«La France, 5ème puissance mondiale, au 9ème rang pour le PIB (produit intérieur brut) ...¦ est un pays toujours en retard pour les questions de prises en charges des neuroatypies. Les personnes avec autisme Asperger notamment sont aujourd'hui laissées pour compte dans un pays où la bourgeoisie au pouvoir exerce une dictature financière qui, chaque année, baisse les moyens alloués aux CRA (centres ressources autisme), structures hospitalières ou dispositifs d'intégration scolaire. Les femmes avec le syndrome d'Asperger (forme d'autisme dite « légère ») doivent relever le double défi d'affronter une société à la fois patriarcale et validiste. Le fond du problème est que depuis les débuts des programmes de diagnostics du syndrome d'Asperger, le patriarcat, de par ses stéréotypes sexistes, met les petites filles autistes sur la touche (le terme « petite fille » est utilisé car dans la plupart des cas les diagnostics sont faits entre 3 et 8-10 ans). Cela s'entend lorsque l'on analyse les clichés sexistes du processus de socialisation primaire des enfants. On place les enfants dès la naissance dans des cases normées : garçon ou fille. Un petit garçon relevant de la norme sera turbulent, bagarreur et se devra de faire du sport. Les fillettes, elles, seront plus douces, plus discrètes, plus calmes. Le diagnostic a pour intérêt de mettre des mots sur une différence dont on se doute souvent quand on est proche d'une personne avec autisme. Il permet d'établir un suivi d'ordre neurologique, pédiatrique, psychomoteur ou psychologique. Grâce au diagnostic, des dispositifs d'intégration scolaire comme les PAI (Projet d'Accueil Individualisé) peuvent être mis en place (aménagement d'épreuves, AVS). Il permet également d'assurer des temps d'aide aux habiletés sociales. Tous ces aménagements sont menacés par les politiques d'austérité de l'Etat capitaliste. Lorsque des parents se posent la question de la présence d'un syndrome d'Asperger chez leur fille, et qu'ils poussent la porte d'un cabinet médical, le/la médecin, dans la plupart des cas malheureusement, assimilera les symptômes de l'autisme au fait que la patiente soit une fille.» [...]
«Le diagnostic et le traitement de l’autisme victime de l’austérité Un rapport de la cour des comptes révélé par Europe 1 vient tirer la sonnette d’alarme sur la situation française de la prise en charge de l’autisme. Après le quatrième plan autisme et une flopée de belle déclarations de nos dirigeants, le constat est le même : pour un nombre de personnes avec autisme proche de 1 % de la population française, soit environ 700 000 concerné.e.s diagnostiqué.e.s, et des dizaines de milliers non diagnostiqué.e.s, les politiques publiques en matière d’autisme sont toujours aussi inefficaces. Et faire des commissions parlementaires, de beaux sommets, de grands discours présidentiels ne changera strictement rien à la situation tant que l’État n’aura pas rompu avec la logique capitaliste qui consiste à appliquer l’austérité, notamment dans les structures hospitalières et para hospitalières comme les CRA, les SESSAD (Services d’Éducation Spéciales et de Soins à Domicile). Ces structures ne parviennent pas aujourd’hui à remplir leur rôle, à savoir fournir un diagnostic (CRA) et proposer des programmes d’aide aux habiletés sociales ou à l’intégration en générale (SESSAD). Le centre expert autisme du Limousin, dirigé par le docteur Eric Lemonnier, est un centre particulièrement efficace pour le diagnostic du syndrome d’Asperger dès le plus jeune âge, et notamment les petites filles. Il a donc permi à de très nombreuses personnes d’avoir un suivi approprié. Aujourd’hui le centre est menacé d’une très grosse coupe budgétaire par l’ARS Nouvelle Aquitaine. Les fautes médicales et sociales et les baisses de budget significatives causées par le patriarcat et le capitalisme sont responsables du sous diagnostic de milliers de femmes avec syndrome d’Asperger. Le combat pour la reconnaissance de l’autisme féminin est encore long, aussi la lutte doit s’intensifier pour que la conscience générale évolue et nous amène au dépassement du patriarcat, de la psychophobie comme celui du capitalisme qui se nourrit de la division créée par ces oppressions. »...

<< Sommaire
lavantgarde

Quelle scolarisation pour les eleves autistes dans les pays francophones ? Vers l'inclusion ? 30/01/2018

«Faire le point sur les différentes modalités de scolarisation des élèves autistes dans les pays francophones, en France, en Belgique, au Québec, au Canada ou en Suisse romande, et comparer les pratiques en prenant comme repère et point de mire cette « école inclusive » dont il est beaucoup question aujourd'hui. D'où ces questions : jusqu'où et selon quelles modalités ces différents pays s'engagent dans ce qu'il faut considérer moins comme un objectif à atteindre que comme un processus sans fin et un défi permanent ? Dans ce dossier nous explorons les différentes dimensions de l'inclusion scolaire, que ce soit la dimension politique qui s'appuie sur les textes légaux et réglementaires de chaque pays, la dimension philosophique et éthique de ce nouveau paradigme, sans oublier la dimension pédagogique sans laquelle ce processus inclusif ne saurait aboutir. Rappelons que sur le plan international cette option d'inclusion a été prise en 1990 à Jomtien en Thailande, lors d'une conférence mondiale sur « l'Education pour tous ». Elle ne concerne pas seulement les situations de handicap (et en particulier l'autisme), mais vise tous les enfants et adolescents ainsi que toutes les différences, même si de nos jours elle tend à s'appliquer surtout dans le champ du handicap.»
[...]
« Pour conclure L’ensemble de ces contributions donne un aperçu intéressant de la situation actuelle de la scolarisation de ces élèves dans les pays francophones et un peu au-delà avec le Canada. On découvre que la situation n’est pas forcément meilleure en dehors de nos frontières. Mais plusieurs pistes se dessinent, notamment mettre sous la responsabilité du ministère de l’Éducation nationale tous les enfants présentant un handicap, et accorder plus d’importance à la scolarisation, même lorsqu’elle se développe en dehors du milieu ordinaire. Il est intéressant de constater que c’est dans les régions du Canada où l’on s’est affranchi de l’approche dite « catégorielle » que l’inclusion scolaire est la plus développée. Et si ce qui entrave les pays francophones pour être plus inclusifs était cette approche catégorielle et médicale, exclusivement centrée sur le handicap et les diagnostics, qui incite au développement de dispositifs spécifiques ? Il serait temps en France de sortir de cette approche médicale et catégorielle et de s’engager dans une désinstitutionalisation progressive, comme cela est prôné par le Conseil de l’Europe depuis 2010 ? Par ailleurs tant que l’on ne s’engagera pas dans une réforme du fonctionnement du système scolaire dans sa globalité, la situation évoluera peu, car le fonctionnement actuel de ce système avec ses programmes, ses normes et ses modes d’évaluation représente un obstacle de taille à l’inclusion. Il conviendrait de le modifier pour le rendre capable de répondre à un plus grand nombre de difficultés, si ce n’est à toutes, en permettant à chacun d’apprendre à son rythme… Tant que l’on restera centré sur le handicap et les procédures pour l’accueillir davantage, on pratiquera ce que certains appellent une « intégration poussée », sans toucher au milieu d’accueil qui continuera à être ce qu’il est, un milieu souvent enclin à ne pas prendre en compte les différences de tous les élèves et pas seulement celles liées au handicap. Si l’on souhaite que l’inclusion scolaire ne soit pas seulement comme le dit Charles Gardou « une danse avec les mots », il ne faut pas seulement viser l’inclusion scolaire des élèves en situation de handicap, mais transformer l’école pour qu’elle devienne inclusive en accueillant et en prenant en compte « toutes » les différences. Christine PHILIP, Maître de conférences honoraire en sciences de l’éducation, »...

<< Sommaire
resado82

Handicap. Le voyage en Irlande des collegiens de Mulsanne suscite l'admiration de la secretaire d'Etat 29/01/2018

«C'est un voyage en Irlande modèle qui se prépare pour 47 élèves de 5e du collège Bollée de Mulsanne (Sarthe). Du mardi 10 avril au lundi 16 avril 2018 inclus, ils visiteront la côte Est de l'ile via deux capitales Belfast et Dublin. La particularité de ce périple ? La gestion de l'accessibilité pour trois élèves en situation de handicap. Pour l'équipe éducative, il était hors de question de laisser Elouann, Angelo et Lina sur le bord du chemin, quitte à se démener pour trouver les 4 000 E nécessaires pour couvrir le surcout du à l'hébergement des AESH, comprenez « Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap ». De plus, un autocar adapté pour les Personnes à Mobilité Réduite a été réservé ainsi que des cabines particulières dans le ferry.»...

<< Sommaire
actu

Roche obtient une percee therapeutique aux USA pour balovaptan dans l'autisme 29/01/2018

«Zurich (awp) - Roche a obtenu auprès de l'agence américaine des médicaments (FDA) un statut de percée thérapeutique pour balovaptan. Le médicament est utilisé chez les patients atteint de troubles du spectre autistique (TSA), précise la société pharmaceutique bâloise lundi. Actuellement en phase d'étude, balovaptan, précédemment connu sous le nom RG7314, pourrait potentiellement devenir le premier traitement pour aider les personnes atteintes de troubles du spectre autistique à améliorer les interactions sociales et la communication avec leur entourage. La molécule est un antagoniste des récepteurs de la vasopressine, une hormone jouant un rôle dans les comportements sociaux selon plusieurs études. Le statut de la FDA a été accordé sur la base des résultats de l'étude de phase II Vanilla chez des adultes souffrant de TSA.»...

<< Sommaire
romandie

Une Reunionnaise de St-Etienne, autiste, victime d'escroquerie 29/01/2018

«Une Réunionnaise résidant à St-Etienne pousse un cri de colère dans les colonnes du Quotidien. Léonore, originaire de Sainte-Marie, diagnostiquée autiste asperger tout comme son fils Alam, affirme qu'elle a été escroquée par l'association Autisme Loire. Elle reproche à l'association d'avoir cessé la prise en charge de son fils après que le conseil départemental de la Loire ait décidé de suspendre les chèques emplois service pour ce type de prestations, mais également de ne pas lui avoir remboursé le trop payé. En effet, Léonore avait réglé d'avance "les prestations pour un semestre à raison de trois cents euros par mois pour trois heures de prise en charge hebdomadaires", relate Le Quotidien. Pire, des cas de maltraitance sur les enfants ont été dénoncés par les propres employés de l'association, qui souhaitent faire éclater son conseil d'administration. Une assemblée générale se tiendra d'ailleurs le 10 février prochain "pour statuer sur la situation" poursuit le média.»...

<< Sommaire
zinfos974

La commission des affaires sociales lance, en presence de la secretaire d'Etat chargee des personnes handicapees, un groupe de travail sur la question du financement de la prise en charge du handicap - Senat 26/01/2018

«La commission des affaires sociales du Sénat, en présence de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, a lancé le 25 janvier 2018 un groupe de travail présidé par M. Philippe Mouiller (Les Républicains - Deux-Sèvres) et composé de M. Alain Milon, président de la commission des affaires sociales (Les Républicains - Vaucluse), Mme Michelle Meunier (SOCR - Loire-Atlantique), Mme Nassimah Dindar (UC - La Réunion), M. Michel Amiel (LaREM - Bouches-du-Rhône), M. Stéphane Artano (RDSE -Saint-Pierre-et-Miquelon), M. Dominique Watrin (CRCE - Pas-de-Calais) et M. Daniel Chasseing (Les Indépendants - Corrèze).»
[...]
«Le Gouvernement actuel a hérité d’un certain nombre de dossiers en matière de handicap dont la précédente majorité s’était saisie sans tous les mener à leur terme. Ces chantiers s’inspiraient en grande partie des conclusions du rapport Piveteau rendu en 2013, qui préconise un profond changement de paradigme dans la prise en charge des personnes handicapées, dont le projet personnel devait désormais constituer le fil rouge du parcours de vie. "Réponse accompagnée pour tous", plan d’accompagnement global, fonds d’amorçage sont autant de dispositifs initiés dans les dernières années du quinquennat précédent et qui, bien qu’animés d’intentions louables, ne paraissent pas encore de nature à incarner la grande réforme d’ensemble que le secteur et les personnes handicapées attendent. Le groupe de travail de la commission des affaires sociales se donne pour objectif d’examiner une thématique sans doute un peu plus austère, mais tout aussi fondamentale : celle du financement de la prise en charge. En prolongement de l’exercice auquel le Parlement se livre chaque année lors de l’examen des crédits de l’Ondam médico-social, il apparaît important au groupe de travail d’approfondir le contrôle de ces crédits, ordinairement effectué dans un délai très contraint. Plusieurs problèmes, déjà soulevés à l’occasion d’un rapport présenté en décembre 2016 par Philippe Mouiller et Claire-Lise Campion sur l’exil de personnes handicapées en Belgique, paraissent devoir être rapidement traités. La fongibilité des dotations de l’assurance maladie, l’impératif du décloisonnement des financements, l’aberration administrative des services et établissements cofinancés en constituent quelques exemples. En matière de financement, les réformes menées jusqu’ici se sont malheureusement contentées d’une action de surface, sans jamais interroger la profondeur de certains dysfonctionnements. Par ailleurs, le groupe de travail s’est également donné pour mission de faire une partie de la lumière sur le projet de réforme de la tarification du secteur du handicap, dont la représentation nationale ne connaît jusqu’ici que le nom : Serafin-PH. Ponctuellement évoqué à chaque PLFSS, promis à des échéances variables entre 2020 et 2022, ce grand projet aux impacts nécessairement majeurs n’a pour l’heure pratiquement pas été présenté aux parlementaires, pourtant fréquemment interpellés sur les carences de l’offre de places dans leurs territoires et de ce fait à même d’éclairer la préparation de cette réforme. »...

<< Sommaire
senat

Magali Pignard, de l'Association Francophone de Femmes Autistes, participera samedi a la soiree ''L'autisme au feminin'' a la Maison Mosaique - Saint-Die Info 26/01/2018

«Magali Pignard est trésorière et co-fondatrice de l'Association Francophone de Femmes Autistes - AFFA. Ce samedi à partir de 18h, elle interviendra à la Maison Mosaique avec d'autres femmes diagnostiquées autistes Asperger, dans le cadre d'une soirée intitulée « L'autisme au féminin » (voir ici). L'avant-veille de cette soirée ouverte à tous, elle s'est aimablement prêtée au jeu de nos questions. Bonjour Magali, pouvez-vous brièvement vous présenter à nos lecteurs ? Je suis maman d'un enfant autiste typique, non verbal âgé de 12 ans. J'ai eu moi-même le diagnostic de syndrome d'Asperger lorsqu'il avait 6 ans.Je suis assistante d'édition au CNED (Centre National d'Enseignement à Distance); sur le site de Grenoble, après avoir été prof de physique-chimie pendant 8 ans. Je suis active dans le milieu de l'autisme.»
[...]
« Comment avez-vous découvert votre propre autisme ? Je ne suis jamais sentie à ma place, je sentais bien quelque chose clochait en moi. Les choses ont empiré lorsque Julien est né : entre sa naissance et ses 5 ans, j’ai fait plusieurs tentatives de suicide, avec des passages en urgences psychiatriques, puis clinique psychiatrique. Me sentant totalement inadaptée au monde, »sous-férieure », j’ai écrit une petite note sur Facebook pour décrire ce sentiment. Par la suite j’ai fait connaissance sur Facebook , via une page dédiée au syndrome d’Asperger avec une jeune femme qui était asperger. Je me suis reconnue dans son fonctionnement, j’ai pu enfin trouver des explications à tous mes déboires. Quelles sont aujourd’hui vos principales préconisations quant à la prise en charge d’un enfant autiste ? Dans l’idéal, je pense qu‘il faudrait que les enfants autistes puissent être scolarisés en milieu ordinaire, avec aménagements : un accompagnant formé à l’autisme et à la gestion de troubles du comportement, un enseignant adaptant les contenus et devoirs, un petit groupe d’élèves « coachés“ , ayant pour mission de le stimuler, car les référents d’un enfant autiste, ce ne sont pas des professionnels, mais ses pairs. Un lieu avant-tout bienveillant. Il faudrait que ces enfants aient la possibilité de faire également des activités sportives dans les centres sportifs, et soient accueillis dans les centres de loisirs. Mais ce que je décris n’est pas possible, car l’environnement actuel est hostile : l’Education Nationale dans son ensemble accepte les enfants autistes à condition qu’ils se comportent comme des enfants non autistes et dans le moule. La loi 2005 d’égalité des chances est vu comme une contrainte et les enfants handicapés comme des boulets. Les parents voulant leur scolarisation en milieu ordinaire considérés comme « dans le déni du handicap“. Les enseignants, psys scolaires, etc considérant que leur place est dans une institution « spécialisée“. Si les parents refusent d’accepter d’institutionnaliser leur enfant, ils sont menacés de signalement au procureur de la république pour défaut de soin. Cette société est hostile aux personnes handicapés. Donc pour moi les préconisations c’est selon moi un changement de la société. Une solution pour moi, serait d’avoir des personnes jouant le rôle d' »assistant d’inclusion » : personnes faisant le lien entre la famille, l’école (et l’accompagnant), les centres de loisirs, pour permettre une scolarisation dans de bonnes conditions. Quand a été créée l’Association Francophone de Femmes Autistes – (AFFA) – et quelles en sont les principales missions ? L’AFFA a été créée en octobre 2016 (environ 70 membres diagnostiquées aujourd’hui). Sa mission principale est de donner de la visibilité aux femmes autistes, quel que soit leur âge, contexte de vie (y compris les filles/femmes en institution), niveau de fonctionnement. Nos objectifs sont de : sensibiliser les pouvoirs publics et les divers acteurs aux spécificités des femmes autistes afin que leur condition soit prise en compte pour permettre un diagnostic et un accompagnement adapté ; inciter les pouvoirs publics à créer et à développer une campagne de prévention concernant les abus sexuels des filles et femmes autistes, de tous niveaux ; favoriser l’entraide et la pair-émulation entre les femmes ayant un TSA, que ce soit pour la démarche diagnostique, les problèmes reliés à l’emploi, la maternité, les abus de toutes sorte. Pourquoi avoir souhaité organiser une soirée consacrée aux femmes Asperger à la Maison Mosaïque de Saint-Dié-des-Vosges ? J’avais participé en 2011 à une conférence de personnes autistes, à la Maison Mosaique. J’ai alors fait connaissance avec Alberto Szwarcer et je suis restée en lien avec lui. Je suis allée le voir l’été dernier, avec une amie proche (Cynthia Ruiz), je lui ai parlé de mon association, et c’est tout naturellement qu’il m’a proposé que l’on fasse une conférence sur l’autisme au féminin. C’est une des premières conférences en France sur ce thème, j’espère que cela va « faire des petits ». »...

<< Sommaire
saintdieinfo

Agnes Buzyn promet plus de moyens pour la psychiatrie 26/01/2018

«La ministre de la Santé a assuré que "la psychiatrie ne sera plus le parent pauvre" et que le domaine "sera l'une des premières disciplines concernées par les financements des parcours innovants". La ministre de la Santé Agnès Buzyn a promis vendredi plus de moyens pour la psychiatrie, "parent pauvre" de la médecine dont elle veut "faire évoluer le modèle de financement". La psychiatrie "une priorité de santé". "La psychiatrie ne sera plus le parent pauvre. Soyez-en assurés, car j'en fais une priorité de santé", a-t-elle déclaré en clôture du Congrès de l'encéphale à Paris, consacré à la psychiatrie. "La psychiatrie est une discipline d'avenir, mais l'organisation des soins en santé mentale et leur place dans la société ne sont pas à la hauteur de ce constat. La prévention est insuffisante, et les diagnostics trop tardifs", a déploré Agnès Buzyn.»...

<< Sommaire
europe1

Prise en charge de l'autisme : la France peut beaucoup mieux faire - Le Point 26/01/2018

«Depuis 2005, les plans sur l'autisme se succèdent, quelques progrès sont enregistrés au fil des années, mais la situation reste globalement déplorable. A plusieurs reprises, l'Etat a été condamné pour manquement à ses obligations légales en matière éducative, thérapeutique ou sociale vis-à-vis de ces personnes. Le gouvernement s'apprête à lancer un quatrième plan. « La France accuse toujours un retard de 20 à 30 ans sur des pays étrangers modèles », s'alarme Adrien Taquet, un député devant lequel le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, a dévoilé mercredi le rapport de son institution sur l'évaluation des politiques publiques de la prise en charge de l'autisme (voir document complet ci-dessous). Approximativement 700 000 personnes - plus de 100 000 enfants et jeunes de moins de 20 ans, 600 000 adultes dont seulement 75 000 sont identifiés - souffrent de troubles du spectre autistique dans le pays. Il n'est pas possible de les dénombrer plus précisément faute d'enquête épidémiologique d'envergure nationale. Le cout de leur prise en charge médicale, médico-sociale et psychiatrique, frise les 4 milliards d'euros, auxquels s'ajoutent au moins 2,5 milliards de prestations, de dépenses fiscales et pour les aidants à la scolarisation.»
[...]
«« Globalement, l'inclusion des autistes dans le système éducatif est encore difficile » Les listes d'attente sont longues, beaucoup d'enfants placés en Belgique il y a quelques années y demeurent, beaucoup y partent encore. La scolarisation des élèves présentant des troubles de l'autisme est certes meilleure qu'auparavant, quelques réalisations régionales sont exemplaires comme autour de Limoges, mais globalement leur inclusion dans le système éducatif est encore difficile. En conséquence, le niveau atteint par les élèves autistes progresse moins vite que pour ceux atteints d'autres handicaps : seulement 6,6 % des premiers ont rejoint le niveau secondaire, contre au lieu de 16,3 % pour les autres. Troisième faille, abyssale celle-ci, l'accompagnement pour les adolescents et les adultes autistes émerge à peine. Outre qu'ils ne sont que marginalement dénombrés, que les connaissances sur cette population importante sont très faibles, leurs parcours de soins et d'aide sont heurtés, entre des institutions et des professionnels très divers. La Cour des comptes, qui a réalisé un sondage d'envergure auprès de personnes autistes et de leurs familles, relève que près de la moitié des répondants (46,5 %) ont fait état de périodes de rupture dans leur accompagnement, bref, ont été abandonnés à eux-mêmes. Plusieurs réponses d'adultes autistes eux-mêmes notent avec amertume qu'il ne peut pas y avoir de rupture puisque pour eux il n'y a pas eu de parcours. »...

<< Sommaire
lepoint

La politique en direction des personnes presentant des troubles du spectre de l'autisme | Cour des comptes 25/01/2018

«La Cour a évalué la politique publique en direction des personnes présentant des troubles du spectre de l'autisme (TSA), à la demande du comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques de l'Assemblée nationale. Les TSA, dont le taux de prévalence atteint environ 1% de la population, sont devenues progressivement un enjeu de santé publique et ont fait l'objet de plans successifs depuis 2005 pour diffuser les connaissances et mettre à niveau l'offre de soins et d'accompagnement. La connaissance des TSA, bien qu'en progrès, demeure toutefois lacunaire et doit être améliorée. Les progrès réalisés dans les prises en charge des enfants et surtout des adultes sont encore insuffisants. Enfin, la méthodologie des plans déployés doit mieux articuler les interventions des différents acteurs et mieux mobiliser les outils disponibles, au service d'un objectif renforcé d'inclusion. La Cour formule en ce sens onze recommandations.»...

<< Sommaire
ccomptes

Réponse Question n°3558 - Assemblee nationale 24/01/2018

«Texte de la question M. Cédric Villani attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur le manque d'accompagnement des enfants autistes en France, et en particulier sur la baisse (30 à 40 % évoqués) de dotations prévues pour le centre expert autisme Limousin (CEAL), centre d'expertise français reconnu, permettant de diagnostiquer et d'intervenir de façon très précoce auprès des enfants autistes, ce qui est essentiel pour améliorer leurs chances de s'adapter à leur environnement. Il souhaite s'assurer que les dotations ne baisseront pas et plus encore, que d'autres centres de ce type, dont les résultats sont à l'évidence excellents, puissent voir le jour au plus vite dans d'autres régions. Il lui demande quelle est la position du Gouvernement sur ce sujet.»
[...]
« Texte de la réponse L'agence régionale de santé (ARS) Nouvelle Aquitaine a conduit une mission d‘évaluation portant sur le fonctionnement et les résultats du centre expert autisme Limousin (CEAL). L'expérimentation organisée par ce centre dure depuis 3 ans et l'évaluation mise en place par l'ARS s'est faite en constante concertation avec l'ensemble des parties prenantes locales (CHU Limoges, associations partenaires…). L'ARS a en effet pour mission d'accompagner les structures financées par les pouvoirs publics dans leur évolution. Il ressort des éléments de l'évaluation que le CEAL a obtenu des résultats positifs. Néanmoins, des améliorations restent à engager au vu de son fonctionnement actuel. Le diagnostic et la prise en charge précoce des enfants avec troubles du spectre autistique (TSA) est une priorité forte des ARS, conformément à la politique poursuivie depuis plusieurs années. Le développement du réseau des centres de ressources autisme (CRA) atteste de la volonté de l'Etat de structurer une organisation permettant d'améliorer le dépistage des enfants et adultes autistes. Initiés depuis 1999 d'abord à titre expérimental, puis développés à la suite de la circulaire du 8 mars 2005 portant sur le premier plan autisme (2005-2008), l'ensemble des régions disposent aujourd'hui d'un CRA, autorisé par l'ARS en qualité de service médico-social. En qualité de centres de ressources, ils assurent des missions d'information, de formation, de conseil d'expertise et de coordination au bénéfice des personnes avec autisme ou un autre trouble envahissant du développement (TED) ainsi que de leurs familles et des acteurs impliqués dans leur prise en charge et leur accompagnement. Ils assurent également une mission de diagnostic complexe pour laquelle ils disposent du concours d'équipes hospitalières de soins. Ils constituent en région la « référence » de la réponse à l'autisme et aux autres troubles envahissants du développement. Une réflexion sur le rapprochement du CEAL des autres centres de diagnostics existants en Nouvelle-Aquitaine (CRA de Limoges, Bordeaux et Poitiers) doit être engagée. Celui-ci nécessitera l'accord de l'ensemble des structures qui pourront ainsi travailler en lien étroit avec les associations représentatives des usagers membres du Comité technique régional de l'autisme (CTRA). D'une façon plus générale, l'ARS a pris l'engagement d'associer les parents aux décisions qui seront prises. Ils recevront le rapport intermédiaire et pourront faire part de leurs avis et propositions. Un échange aura également lieu sur la base du rapport final, afin de recueillir leur avis et les informer des suites concrètes que l'ARS souhaite engager en concertation étroite avec tous les partenaires locaux. Cette réflexion s'articulera avec les préconisations du 4ème Plan autisme, dont la présentation est attendue au premier trimestre 2018. Le Président de la République a lancé à l'Elysée le 6 juillet 2017 la concertation en vue de l'élaboration de ce 4ème plan autisme avec l'ensemble des associations concernées. Il aura pour objectif d'améliorer et amplifier les effets du 3ème plan autisme (2013-2017). Il devra notamment tirer les conséquences de l'évaluation de ce 3ème plan autisme faite par l'Inspection Générale des Affaires Sociales, du rapport de Josef Schovanec concernant l'accès à l'emploi et à l'enseignement supérieur des personnes autistes et de la mission d'évaluation des politiques publiques sur l'autisme, menée par la 6e chambre de la Cour des comptes à la demande de l'Assemblée nationale. Un comité de pilotage national du 4ème Plan autisme se réunit régulièrement depuis le 7 septembre 2017. Des groupes de travail nationaux ont également été mis en place. Ils s'articulent autour de cinq axes : la scolarisation et l'accès à l'enseignement supérieur et à la formation professionnelle des personnes autistes ; l'inclusion sociale et la citoyenneté des adultes autistes ; la recherche, l'innovation et la formation universitaire ; la famille, la fluidité des parcours et l'accès aux soins ; la qualité des interventions, la formation des professionnels et l'accompagnement au changement. Le sujet des centres experts et des CRA est ainsi traité avec les participants, notamment dans le cadre des travaux concernant l'amélioration du diagnostic des personnes autistes. La question fait l'objet d'échanges avec l'ensemble des participants, notamment avec les « auto-représentants et auto-représentantes » des adultes autistes qui participent à ces groupes de travail afin de partager leurs expériences et propositions. »...

<< Sommaire
questions.assemblee-nationale

Une demission collective au sein d'une association pour denoncer des « freins administratifs » - Limoges (87000) - Le Populaire du Centre 24/01/2018

«Le 16 janvier, l'ensemble des administrateurs du CREAI Limousin (centre régional d'études, d'actions et d'informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité) a démissionné en bloc. Explications. Par cette action collective, ils ont souhaité exprimer leur « ras-le-bol » face aux « freins administratifs » que l'organisme à vocation technique (*) rencontrerait depuis plus de deux ans. « Cela faisait de nombreux mois que nous nous débattions dans des difficultés récurrentes. Nous estimons ne plus être en capacité de les gérer et nous avons des inquiétudes sur l'avenir d'une partie du personnel », confie un des membres démissionnaires du conseil d'administration. « Nous demandons donc à l'agence régionale de santé de prendre ses responsabilités. » La gestion du CRA devait être transférée à Autisme France, une coordination d’associations sur l’autisme, en juin 2016.»
[...]
«En cause, selon les administrateurs, une « absence de réponses » du côté de l’agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine. Depuis 2015, selon une instruction ministérielle, les CREAI ne doivent plus gérer d’établissement médico-social et il est prévu que les centres se regroupent pour qu’il n’y en ait qu’un par grande région. Or actuellement, le CREAI Limousin n’a toujours pas fusionné avec celui d’Aquitaine car il s’occupe encore du Centre ressources autisme (CRA). La gestion du CRA devait être transférée à Autisme France, une coordination d’associations sur l’autisme, en juin 2016. Mais la situation aurait été « bloquée » quand la nouvelle ARS a souhaité remettre à plat ce qui avait été acté par l’ancienne agence régionale de santé. Et si c’est finalement au CHU de Limoges qu’échoit la mission de prendre le CRA en charge, la décision officialisée en octobre dernier ne serait concrétisée que mi-2018. Un « manque de réactivité » et un « sentiment de ne pas avoir été aidé » que le conseil d’administration du CREAI Limousin a souhaité dénoncer en démissionnant. »...

<< Sommaire
lepopulaire

Guadeloupe: Jean-Jacques Felix, premier judoka autiste a recevoir la ceinture noire 22/01/2018

«Entouré de sa famille et des membres de son club, Jean-Jacques Félix a reçu le 21 janvier dernier des mains du président de la Ligue de Judo, sa nouvelle ceinture noire. Agé de 54 ans aujourd'hui, c'est la première ceinture noire décernée en Guadeloupe à une personne en situation de handicap. Jean-Jacques Félix surnommé Bibi, a débuté le judo à l'âge de 4 ans. Un sport dans lequel il s'est vite épanoui et investi. Licencié au Club Maeda, Jean Jacques Félix est également accompagnateur de judo pour les jeunes en situation de handicap et coach particulier de Florian, atteint de troubles du comportement qui pratique également le judo.»...

<< Sommaire
outremers360

Une ordonnance harmonise les modalites de controle des structures sociales et medicosociales 22/01/2018

«Une ordonnance du 17 janvier 2018 révise les modalités de contrôle, la police administrative et les infractions pénales des structures sociales et médicosociales, ainsi que des organisateurs de séjours de vacances adaptées pour les personnes handicapées majeures. Ce texte est pris à nouveau en application de l'article 204 de la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé. Il s'agit en l'occurrence de "remédier aux difficultés d'interprétation et aux lacunes signalées par l'Inspection générale des affaires sociales et par les services d'inspection et de contrôle des services déconcentrés et des agences régionales de santé", tenant avant tout à "la coexistence de deux corpus de textes comportant des références entrecroisées d'une articulation difficile" : les articles L.331-1 à L.331-9 du code de l'action sociale et des familles (CASF) - issus d'une loi de 1930 - et des dispositions issues de la loi du 2 janvier 2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale.»
[...]
«Préfet, directeur général de l'ARS et président du conseil départemental Sans entrer dans le détail d'un enchevêtrement juridique particulièrement complexe, on retiendra notamment l'existence de "différences injustifiées" entre les prérogatives des différentes autorités de contrôle (les mêmes qu'en matière d'autorisation) : le préfet, le directeur général de l'ARS ou le président du conseil départemental. Le préfet dispose ainsi d'une compétence générale, y compris pour les structures qu'il n'autorise pas et notamment en cas de carence des autres intérêts. Mais le rapport au président de la République relève que, de façon "beaucoup moins justifiable", le préfet "est également compétent, de manière exclusive, pour fermer les établissements relevant de l'aide sociale à l'enfance et plus généralement les établissements autorisés par le département ou déclarés auprès de lui, mais relevant d'autres collectivités territoriales, ou même pour exécuter les décisions de fermeture prises par le président du Conseil départemental dans les autres cas". Des précisions sur les injonctions et les sanctions administratives L'ordonnance procède donc à une réécriture des dispositions du CASF afin d'harmoniser ces compétences. Elle précise également le champ de compétence des autorités de contrôle. D'autres dispositions de l'ordonnance harmonisent les modalités des injonctions qui peuvent être délivrées aux gestionnaires de structures autorisées sur les risques existant pour les usagers. Elles permettent aussi la modulation des mesures administratives - outre la désignation d'un administrateur provisoire - qui peuvent être prises lorsqu'il n'est pas satisfait à une injonction, sous la forme d'interdictions partielles et de sanctions financières et d'astreintes, dans le respect du principe de proportionnalité. Par ailleurs, l'ordonnance substitue à la notion de fermeture celle de suspension ou cessation d'activité, mieux adaptée notamment en l'absence d'hébergement et dans les cas de réduction d'activité. Enfin, un article beaucoup plus bref harmonise les dispositions du Code du tourisme relatives au contrôle des activités de vacances adaptées destinées à des personnes handicapées majeures, en les alignant sur les modalités du contrôle prévues par le CASF. »...

<< Sommaire
caissedesdepotsdesterritoires

AUTISME : Retablir le circuit cerebral qui controle le comportement social | sante log 19/01/2018

«Cette étude présentée dans la revue Biological Psychiatry, identifie un circuit cérébral spécifique pouvant conduire à des déficiences sociales dans les troubles du spectre autistique (TSA). Ce faisant, l'équipe du laboratoire Roche (Roche Pharma Research & Early Development, Roche Innovation - Bâle), vient de découvrir une cible clé, le circuit neuronal qui contrôle le comportement social. L'augmentation de l'activité de cette zone, l'habenula, conduit à des déficits sociaux chez les rongeurs, sa réduction semble résoudre ces anomalies comportementales.»...

<< Sommaire
santelog