L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Tue Dec 7 23:00:02 CET 2021 France - It's time to Stand Up! For inclusion
25/11/21 Researchers develop compound for autism treatment | Bengaluru News - Times of India [timesofindia.indiatimes]
07/11/21 Pass sanitaire : la liste des contre-indications medicales s'elargit - Faire Face - Toute l'actualite du handicap [faire-face]
03/11/21 Complex PTSD in young people in care - ACAMH [acamh]
09/10/21 DEPENDANCE : Decouverte d'un autre circuit de recompense | sante log [santelog]
05/10/21 Children with autism benefit from blood pressure medication, researchers say | NL Times [nltimes]
02/10/21 Bordeaux : un chercheur du CNRS invente un « super IRM » pour comprendre le cablage de notre cerveau [sudouest]
17/09/21 Serious childhood infections may increase autism risk, study finds [upi]
17/09/21 UC: Pilot study of diet/exercise in young adu | EurekAlert! [eurekalert]
17/09/21 Autistic campaigners to protest over study that sparked 'eugenics' fears - Disability News Service [disabilitynewsservice]
16/09/21 Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees [faire-face]
13/09/21 Tutelle : qui donne le consentement pour les soins? [informations.handicap]
10/09/21 Machine learning to analyze single-case graphs: A comparison to visual inspection - Lanovaz - - Journal of Applied Behavior Analysis - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]

Researchers develop compound for autism treatment | Bengaluru News - Times of India 25/11/2021

«Bengaluru: A group of researchers from Jawaharlal Nehru Centre for Advanced Scientific Research (JNCASR) in Bengaluru has developed a compound called 6BIO that can provide a better method to treat Autism Spectrum Disorder (ASD). The team has already determined the potency of the compound in a preclinical mice model. It says this is the first compound that has been proved in preclinical evaluation to have the potential for improving efficiency of daily activities like learning and recollecting new tasks in patients with ASD/intellectual disability (ID).The research ...” carried out by Vijaya Verma, MJ Vijay Kumar, Kavita Sharma, Sridhar Rajaram, Ravi Muddashetty, Ravi Manjithaya, Thomas Behnisch and James P Clement from JNCASR ...” has been published in Experimental Brain Research.»
[...]
« "Previous studies have attributed disruption in optimal brain development, mainly neuronal connections, during the early stage of development (babies/childhood) as one of the causes of ASD/ID. Due to altered brain development, information processing becomes aberrant and understanding simple tasks becomes exceptionally challenging for patients with ASD/ID," the researchers said.Pointing out that current therapeutics to treat ASD aim to alleviate symptoms such as epileptic seizures or sleep issues but not to treat the multiple problems of ASD/ID, they said a major challenge in finding better therapeutics is the potency of the drug to help patients perform daily activities with efficiency close to that of a healthy person. Achieving this is particularly difficult after a certain age, especially from the mid-childhood stages, they said, adding that ASD patients still struggle to perform everyday activities without assistance from others as they are unable to learn and recollect new tasks. "Data from the current study indicates that 6BIO ...” synthesised in JNCASR ...” can help such children learn and recall, be social, and alleviate other symptoms such as seizures or sleep issues. Thus, 6BIO, can be a better therapeutics option to treat ASD," they said. Using electrophysiology, which helps understand how neurons communicate, and behaviour experiments, which indicate the overall brain function, the team has shown that 6BIO can restore the information processing in the preclinical mouse model. Therefore, the compound, they said, had a strong potential for therapeutics to treat ASD/ID. ...˜Restored neural functions after mid-childhood too'All the behaviour and electrophysiology work was performed in Dr James Clement's lab at JNCASR, the authors said, adding that another novelty of this study was that 6BIO restored the neural functions not only when administered during development (1-2 years) and childhood stages (3-6 years) but also after mid-childhood (7-11 years) when most of the brain regions are considered to have formed properly. »...

<< Sommaire
timesofindia.indiatimes

Pass sanitaire : la liste des contre-indications medicales s'elargit - Faire Face - Toute l'actualite du handicap 07/11/2021

«Le Gouvernement vient de reconnaitre une nouvelle catégorie de contre-indications médicales à la vaccination anti-Covid-19. Elle concerne les patients atteints de maladies rares pour lesquels les experts de ces pathologies déconseillent le vaccin. C'est le cas notamment de la fibrodysplasie ossifiante progressive. Un récent décret vient d’élargir la – très courte – liste initiale qui avait été instituée le 7 août.»
[...]
«Une nouvelle catégorie de contre-indications Un récent décret vient d’élargir la – très courte – liste initiale qui avait été instituée le 7 août. « Une recommandation établie par un centre de référence maladies rares (CRMR) ou un centre de compétence maladies rares (CCMR) après concertation médicale pluridisciplinaire (avis collégial) de ne pas initier la vaccination contre la Covid-19 » permet désormais également d’obtenir un certificat faisant office de pass sanitaire. Cette nouvelle catégorie de contre-indications ne pointe donc pas nommément la Fop ou une autre maladie mais renvoie à l’appréciation par les experts de ces pathologies rares. !3_________ Quelles sont les contre-indications médicales reconnues aux vaccins anti-Covid-19 ? Le décret du 7 août modifié par le décret du 29 août dresse une liste de contre-indications ouvrant droit à un certificat médical faisant office de pass sanitaire : – allergie à un des composants du vaccin ; – réaction anaphylactique au moins de grade 2 à une première injection d’un vaccin contre le Covid ; – personnes ayant déjà présenté des épisodes de syndrome de fuite capillaire (contre-indication commune au vaccin Vaxzevria et au vaccin Janssen) ; – syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (Pims) post-Covid-19 ; – une recommandation établie après concertation médicale pluridisciplinaire de ne pas effectuer la seconde dose de vaccin suite à la survenue d’un effet indésirable d’intensité sévère ou grave (myocardite, syndrome de Guillain-Barré…). Il précise aussi deux contre-indications temporaires : – traitement par anticorps monoclonaux anti-SARS-CoV-2 ; – myocardites ou péricardites d’étiologie non liée à une infection par SARS-CoV-2 survenues antérieurement à la vaccination et toujours évolutives. »...

<< Sommaire
faire-face

Complex PTSD in young people in care - ACAMH 03/11/2021

«In March 2021 we joined CAMHS around the Campfire, the online journal club run by ACAMH with the Mental Elf, to discuss Rachel's recent paper on complex posttraumatic stress disorder (PTSD) in young people in care.1 Briefly, this paper presented results of a longitudinal study exploring the role of key cognitive predictors of both ...˜standard' PTSD and complex PTSD symptoms. The sample included 120 10-18 year-olds living in care in England. The study found that our current models of PTSD were applicable to young people in care. Maladaptive cognitions (e.g., "I can't trust anyone" or "the world isn't safe"), cognitive coping (e.g., avoiding thinking about what happened), and memory qualities (e.g., memories being muddled or confused) were all associated with PTSD symptoms and complex features. Maladaptive cognitions were particularly important. This suggests that targeting these mechanisms in intervention would be useful for young people with complex PTSD symptoms. In this article we reflect on some of the important points raised in the Campfire discussion about this research.»
[...]
«Are PTSD and complex PTSD different? PTSD is a trauma-specific mental health difficulty. A young person who has experienced trauma (whether that might be called maltreatment, complex trauma, developmental trauma, or any other trauma exposure) is at risk of developing PTSD. According to the World Health Organisation’s diagnostic classification system (ICD-11), PTSD includes three symptom clusters: re-experiencing the trauma, avoiding reminders of the trauma and hyper-arousal. Young people with PTSD commonly also have other mental health problems, such as depression or anxiety. We know that rates of PTSD are very high in care-experienced young people. Complex PTSD is a new diagnosis in the ICD-11, but has not been included in the American Psychiatric Association’s diagnostic classification system (DSM-5). Crucially, to meet criteria for complex PTSD, the young person must have PTSD as well as additional complex features of difficulties with: relationships, emotion dysregulation and negative self-concept (e.g., “I’m not worth anything”). Rachel’s work indicates that the same processes that drive PTSD, also drive complex PTSD. This suggests we may not need to develop completely new treatments for complex PTSD. We already have interventions that target these processes – called trauma-focused cognitive behaviour therapies (tf-CBT), the NICE-recommended first-line treatment for PTSD.2 There is growing research supporting this by showing that tf-CBT is an effective treatment for those with complex presentations.3 It’s possible that young people with complex presentations may benefit from more sessions to allow a more in-depth focus on certain aspects of treatment. Getting young people in care the right treatment It’s important that young people in care get the right treatment to address their needs. We know that even our best evidenced treatments do not work 100% of the time for 100% of young people, but they should be the starting point to giving young people the best chance at overcoming their mental health difficulty. As with any treatment, it is also important that the young person receives appropriate psychoeducation, not just about PTSD, but also about the treatment. People with PTSD often want to avoid thinking about what they have been through, which means they might struggle to engage in earlier sessions or not turn up to some sessions. In the psychoeducation component of tf-CBT it is important that avoidance is openly discussed. Similarly, it can be useful for practitioners to reflect on whether they may inadvertently encourage avoidance by delaying starting parts of treatment that are harder, such as memory work. We also acknowledge the barriers that often exist in services that might mean practitioners find it difficult to deliver tf-CBT. It might be that they are not able to provide the required 12-20 sessions, or that they do not have training and supervision available to them. But there also seems to be a pervasive belief that tf-CBT is not appropriate for young people exposed to complex trauma, like abuse. This belief is not supported by the evidence or the most recent NICE review for PTSD, and is also challenged by mechanism research. Understanding how we can address service-level and individual-level barriers remains an important area of research, so practitioners and services can be encouraged and supported to deliver evidence-based treatments, such as tf-CBT. Listening to young people in care »...

<< Sommaire
acamh

DEPENDANCE : Decouverte d'un autre circuit de recompense | sante log 09/10/2021

«Comprendre le système de récompense est la clé de la compréhension et du traitement des dépendances et de nombreux troubles psychiatriques (Visuel Adobe Stock 306974165) Chercher et trouver « les voies de la récompense », dans le cerveau, peut paraitre un peu expérimental. Cependant, c'est bien la clé de la compréhension et du traitement des dépendances et de nombreux troubles psychiatriques. Ces neuroscientifiques du du Bruchas Lab de l'Université de Washington « plongent » comme ils l'écrivent « au plus profond de l'enfer de notre cerveau et des circuits qui nous font nous sentir bien ». Leurs travaux menés chez la souris et publiés dans la revue Nature Neuroscience, font avancer la science sur nos voies de récompense.»
[...]
« Les neurones GABAergiques de l'aire tegmentale ventrale, une nouvelle voie de la récompense ? Le rôle clé des les neurones VTA GABA : La découverte est faite chez des souris mâles et femelles, chez qui les neurones VTA GABA à longues projections sont impliqués dans un comportement de récompense et de renforcement. Leur projection GABAergique inhibe les interneurones cholinergiques, acteurs clés de l'apprentissage lié à la récompense. Le Dr. Michael Bruchas, professeur d'anesthésiologie et de médecine de la douleur, qui dirige le Bruchas Lab commente ces résultats : « Ce que nous avons trouvé, ce sont des cellules GABAergiques uniques qui se projettent largement vers le noyau accumbens, mais dont seule une partie des projections contribuent au renforcement de la récompense ». Cette meilleure compréhension du rôle clé de ces neurones GABAergiques de la VTA, et de l'ensemble des circuits neuronaux associés et des neuromodulateurs spécifiques libérés pendant le processus de récompense sont la clé pour mieux traiter un grand nombre de troubles neuropsychiatriques tels que la dépression et la toxicomanie. La recherche avance... »...

<< Sommaire
santelog

Children with autism benefit from blood pressure medication, researchers say | NL Times 05/10/2021

«An existing medicine for high blood pressure also helps children with autism to better process stimuli, Amsterdam UMC concluded in a study. The drug involved is bumetanide. According to the university hospital, this drug has a beneficial effect on the brains of children who have difficulty processing information. Their stimulus balance isn't optimal; the brain is over- or under-stimulated. "The researchers showed that bumetanide can influence the stimulus balance by reducing the chlorine concentration in the brain cells," according to Amsterdam UMC. The researchers also developed an algorithm to predict which children this medicine will work for and which not. They do this with the help of a brain video (EEG). "Just prescribing something for children with autism symptoms must be a thing of the past. We found a method in which we can see quite precisely for which child this drug will work," said child psychiatrist Hilgo Bruining. He pointed out that bumetanide has no severe side effects like antipsychotics or Ritalin. The study involved 92 children aged 7-15 years with autism. The study was published in the medical journal Biological Psychiatry CNNI.»...

<< Sommaire
nltimes

Bordeaux : un chercheur du CNRS invente un « super IRM » pour comprendre le cablage de notre cerveau 02/10/2021


«Michel Thiebaut de Schotten, directeur de recherche au CNRS et à l'Institut des maladies neurodégénératives, vient de créer le Functionnectome, utilisé notamment par l'Université de Harvard L'effervescent cerveau du chercheur bordelais bouillonne pour mieux comprendre le nôtre. Michel Thiebaut de Schotten, directeur de recherche au CNRS et à l'Institut des maladies neurodégénératives de Bordeaux, vient d'inventer une sorte de « super IRM » pour mieux décoder le câblage de notre cerveau. Une révolution qui ouvre la porte à d'infinies recherches scientifiques et qui permettra une pratique médicale personnalisée. Le bleu indique les zones communes au plus grand de personnes, les jaunes et rouge, celles étant plus spécifiques selon les individus.» [...]
«Jusqu’à présent l’unique technique permettant de voir fonctionner le cerveau était l’IRM fonctionnelle. Ses images montrent les zones du cerveau activées lorsque le sujet effectue telle ou telle tâche. Le Functionnectome bordelais permet, lui, à partir de l’IRM fonctionnelle classique, de voir les câbles reliant ces zones et quels sont ceux permettant l’activation des différentes zones. “On peut également mesurer les interactions entre zones et « câbles » lorsqu’une tâche est réalisée » explique Michel Thiebaut de Schotten. Les scientifiques ont donc mis au point une méthode permettant de mettre à jour la relation entre les circuits cérébraux et les fonctions. Ces résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications Biology. Mis en service à la mi-septembre, cette méthode révolutionnaire est déjà utilisée notamment par l’université de Harvard. Après un AVC Le courant scientifique spécialisé dans l’étude des zones cérébrales indépendamment les unes des autres ne comprenait pas, par exemple, pourquoi un patient opéré après un AVC et dont les zones cérébrales étaient intactes, ne recouvraient pas ses capacités. Michel Thiebaut de Schotten a choisi d’explorer les « câbles » qui auraient pu être coupés, déconnectés. Il plonge alors dans ces liens et, avec des auteurs britanniques, publie « L’Atlas des connexions cérébrales ». « Nous voulions comprendre l’association entre les neurones grâce à leurs connexions » explique le chercheur. Sachant que le cerveau contient environ 100 milliards de neurones et que chaque neurone comprend mille connexions, le champ d’étude n’est pas près de se tarir. « Pour schématiser, dit le chercheur passionnant à écouter, nous pensons que le cerveau n’est pas seulement un montage électrique en série mais plutôt un chant en chœur qui permet à l’être humain de penser. » »...

<< Sommaire
sudouest

Serious childhood infections may increase autism risk, study finds 17/09/2021

«Sept. 17 (UPI) -- Serious infections in infancy appear to increase the risk for autism spectrum disorder in male children, a study published by the journal Scientific Advances found. The infections that sickened these children included the flu, severe skin infections, fungal infections of the lungs, bacterial food poisoning, whooping cough and hand, foot and mouth disease, they said. Of the more than 3.6 million children included in the analysis, nearly 23,000 were diagnosed with autism spectrum disorder -- roughly 4,400 females and 18,200 males -- the data showed.»
[...]
« Among the male children diagnosed with autism spectrum disorder between age 18 months and 4 years, there was a higher prevalence of severe infections that required hospitalization, the researchers said. RELATED Children with autism have unique collection of healthy gut bacteria While the study does not prove the illnesses cause autism, the researchers said their findings support previous studies showing severe infections, and their effects on the immune systems of children, increases risk for neurological conditions. Many of these infections cited are preventable with vaccination, according to the researchers. "Our results strongly suggest that parents should vaccinate their children to avoid serious infections that could increase the probability of autism, and perhaps even other psychiatric disorders," study co-author Alcino J. Silva told UPI in an email. »...

<< Sommaire
upi

UC: Pilot study of diet/exercise in young adu | EurekAlert! 17/09/2021

«Adhering to a diet and exercise program to manage health can be a challenge for anyone. But maintaining a healthy weight may present unique challenges for young adults with inherent barriers such as cognitive impairment. A pilot study at the University of Cincinnati found that young adults with autism spectrum disorder (ASD) and intellectual disabilities (ID) were able to lose or maintain their weight with a system of education and support in place.»...

<< Sommaire
eurekalert

Autistic campaigners to protest over study that sparked 'eugenics' fears - Disability News Service 17/09/2021

«A utistic campaigners are to protest outside a University of Cambridge autism research centre over a £3 million study they fear could be used to find a cure for autism, or even to attempt to eradicate it altogether through pre-natal screening. Their campaigning efforts have already persuaded the researchers to pause work on the project, which was aiming to collect DNA samples from 10,000 autistic people across the UK. The Spectrum 10K project would be the largest study of autism in the UK, and the researchers behind it say they want to examine how biological and environmental factors impact on the wellbeing of autistic people. They say the project will "not look for a cure for autism and does not aim to eradicate autism". But campaigners say there are "enormous" concerns about the research and are warning autistic people not to take part. The study is led by researchers at the Autism Research Centre (ARC) at the University of Cambridge, the Wellcome Sanger Institute, based near Cambridge, and the University of California Los Angeles (UCLA). But last month's high-profile launch, which included endorsements from celebrities such as autistic naturalist and television presenter Chris Packham, led to a significant backlash and sparked a new autistic-led campaign, Boycott Spectrum 10K.»...

<< Sommaire
disabilitynewsservice

Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees 16/09/2021

«En 2010, la France ratifiait la convention relative aux droits des personnes handicapées. Onze ans plus tard, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies pointe les lacunes de l'Etat français qui n'a pas intégré l'approche du handicap fondée sur les droits de l'Homme. Y compris concernant l'AAH. Le Gouvernement se retrouve de plus en plus isolé. L'Onu vient, elle aussi, de se prononcer en faveur de la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Un nom de plus - et pas n'importe lequel - sur la déjà longue liste des partisans de la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de cette allocation. Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies recommande en effet au gouvernement français de « réformer le règlement de l'AAH afin de séparer le revenu des personnes handicapées de celui de leur conjoint ». Un pavé dans la mare de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées qui y est farouchement opposée. Pour Sophie Cluzel, il faut continuer à prendre en compte les ressources du conjoint pour calculer l'AAH.»
[...]
«18 pages de « sujets de préoccupation » Cette divergence de vues est loin d’être la seule, concernant la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Fin août, le CDPH avait auditionné la délégation française, emmenée par Sophie Cluzel. Ses observations finales, rendues publiques le 14 septembre et dans lesquelles figure la préconisation sur l’AAH, contiennent certes quelques points positifs. Comme la reconnaissance, il y a deux ans, du droit de vote à toutes les personnes handicapées. Ou bien l’instauration de sanctions, en 2019, en cas de non-respect des obligations de mise en accessibilité numérique. Mais la liste des « sujets de préoccupation » est bien plus fournie. Ils occupent 18 des 20 pages du rapport ! « Mettre fin à l’institutionnalisation » L’un des plus spectaculaires concerne les établissements. Plus de 150 000 adultes et 20 000 à 30 000 enfants handicapés y résident. Sur le fondement de l’article 19 de la convention qui consacre le droit à vivre de manière indépendante, le CDPH préconise en effet de « mettre fin à l’institutionnalisation ». Y compris dans l’habitat inclusif et dans l’habitat partagé. Or, le Gouvernement souhaite, lui, développer ces « foyers de petites taille » comme les appelle le comité. « Progresser vers l’éradication » des Ésat et des Ulis La désinstitutionnalisation doit également concerner les établissements et services d’aide par le travail (Ésat). Le CDPH appelle en effet à leur « éradication ». La divergence est, là aussi, profonde avec le Gouvernement, qui vient d’élaborer un plan d’amélioration des droits de leurs usagers. « Les classes spéciales séparées dans des écoles ordinaires », les Ulis, sont aussi dans le viseur du comité. « Ce contexte d’éducation ségréguée (…) perpétue la stigmatisation et l’exclusion. » »...

<< Sommaire
faire-face

Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees 16/09/2021

«En 2010, la France ratifiait la convention relative aux droits des personnes handicapées. Onze ans plus tard, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies pointe les lacunes de l'Etat français qui n'a pas intégré l'approche du handicap fondée sur les droits de l'Homme. Y compris concernant l'AAH. Le Gouvernement se retrouve de plus en plus isolé. L'Onu vient, elle aussi, de se prononcer en faveur de la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Un nom de plus - et pas n'importe lequel - sur la déjà longue liste des partisans de la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de cette allocation. Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies recommande en effet au gouvernement français de « réformer le règlement de l'AAH afin de séparer le revenu des personnes handicapées de celui de leur conjoint ». Un pavé dans la mare de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées qui y est farouchement opposée. Pour Sophie Cluzel, il faut continuer à prendre en compte les ressources du conjoint pour calculer l'AAH.»
[...]
«18 pages de « sujets de préoccupation » Cette divergence de vues est loin d’être la seule, concernant la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Fin août, le CDPH avait auditionné la délégation française, emmenée par Sophie Cluzel. Ses observations finales, rendues publiques le 14 septembre et dans lesquelles figure la préconisation sur l’AAH, contiennent certes quelques points positifs. Comme la reconnaissance, il y a deux ans, du droit de vote à toutes les personnes handicapées. Ou bien l’instauration de sanctions, en 2019, en cas de non-respect des obligations de mise en accessibilité numérique. Mais la liste des « sujets de préoccupation » est bien plus fournie. Ils occupent 18 des 20 pages du rapport ! « Mettre fin à l’institutionnalisation » L’un des plus spectaculaires concerne les établissements. Plus de 150 000 adultes et 20 000 à 30 000 enfants handicapés y résident. Sur le fondement de l’article 19 de la convention qui consacre le droit à vivre de manière indépendante, le CDPH préconise en effet de « mettre fin à l’institutionnalisation ». Y compris dans l’habitat inclusif et dans l’habitat partagé. Or, le Gouvernement souhaite, lui, développer ces « foyers de petites taille » comme les appelle le comité. « Progresser vers l’éradication » des Ésat et des Ulis La désinstitutionnalisation doit également concerner les établissements et services d’aide par le travail (Ésat). Le CDPH appelle en effet à leur « éradication ». La divergence est, là aussi, profonde avec le Gouvernement, qui vient d’élaborer un plan d’amélioration des droits de leurs usagers. « Les classes spéciales séparées dans des écoles ordinaires », les Ulis, sont aussi dans le viseur du comité. « Ce contexte d’éducation ségréguée (…) perpétue la stigmatisation et l’exclusion. » »...

<< Sommaire
faire-face

Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees 16/09/2021

«En 2010, la France ratifiait la convention relative aux droits des personnes handicapées. Onze ans plus tard, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies pointe les lacunes de l'Etat français qui n'a pas intégré l'approche du handicap fondée sur les droits de l'Homme. Y compris concernant l'AAH. Le Gouvernement se retrouve de plus en plus isolé. L'Onu vient, elle aussi, de se prononcer en faveur de la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Un nom de plus - et pas n'importe lequel - sur la déjà longue liste des partisans de la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de cette allocation. Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies recommande en effet au gouvernement français de « réformer le règlement de l'AAH afin de séparer le revenu des personnes handicapées de celui de leur conjoint ». Un pavé dans la mare de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées qui y est farouchement opposée. Pour Sophie Cluzel, il faut continuer à prendre en compte les ressources du conjoint pour calculer l'AAH.»
[...]
«18 pages de « sujets de préoccupation » Cette divergence de vues est loin d’être la seule, concernant la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Fin août, le CDPH avait auditionné la délégation française, emmenée par Sophie Cluzel. Ses observations finales, rendues publiques le 14 septembre et dans lesquelles figure la préconisation sur l’AAH, contiennent certes quelques points positifs. Comme la reconnaissance, il y a deux ans, du droit de vote à toutes les personnes handicapées. Ou bien l’instauration de sanctions, en 2019, en cas de non-respect des obligations de mise en accessibilité numérique. Mais la liste des « sujets de préoccupation » est bien plus fournie. Ils occupent 18 des 20 pages du rapport ! « Mettre fin à l’institutionnalisation » L’un des plus spectaculaires concerne les établissements. Plus de 150 000 adultes et 20 000 à 30 000 enfants handicapés y résident. Sur le fondement de l’article 19 de la convention qui consacre le droit à vivre de manière indépendante, le CDPH préconise en effet de « mettre fin à l’institutionnalisation ». Y compris dans l’habitat inclusif et dans l’habitat partagé. Or, le Gouvernement souhaite, lui, développer ces « foyers de petites taille » comme les appelle le comité. « Progresser vers l’éradication » des Ésat et des Ulis La désinstitutionnalisation doit également concerner les établissements et services d’aide par le travail (Ésat). Le CDPH appelle en effet à leur « éradication ». La divergence est, là aussi, profonde avec le Gouvernement, qui vient d’élaborer un plan d’amélioration des droits de leurs usagers. « Les classes spéciales séparées dans des écoles ordinaires », les Ulis, sont aussi dans le viseur du comité. « Ce contexte d’éducation ségréguée (…) perpétue la stigmatisation et l’exclusion. » »...

<< Sommaire
faire-face

Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees 16/09/2021

«En 2010, la France ratifiait la convention relative aux droits des personnes handicapées. Onze ans plus tard, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies pointe les lacunes de l'Etat français qui n'a pas intégré l'approche du handicap fondée sur les droits de l'Homme. Y compris concernant l'AAH. Le Gouvernement se retrouve de plus en plus isolé. L'Onu vient, elle aussi, de se prononcer en faveur de la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Un nom de plus - et pas n'importe lequel - sur la déjà longue liste des partisans de la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de cette allocation. Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies recommande en effet au gouvernement français de « réformer le règlement de l'AAH afin de séparer le revenu des personnes handicapées de celui de leur conjoint ». Un pavé dans la mare de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées qui y est farouchement opposée. Pour Sophie Cluzel, il faut continuer à prendre en compte les ressources du conjoint pour calculer l'AAH.»
[...]
«18 pages de « sujets de préoccupation » Cette divergence de vues est loin d’être la seule, concernant la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Fin août, le CDPH avait auditionné la délégation française, emmenée par Sophie Cluzel. Ses observations finales, rendues publiques le 14 septembre et dans lesquelles figure la préconisation sur l’AAH, contiennent certes quelques points positifs. Comme la reconnaissance, il y a deux ans, du droit de vote à toutes les personnes handicapées. Ou bien l’instauration de sanctions, en 2019, en cas de non-respect des obligations de mise en accessibilité numérique. Mais la liste des « sujets de préoccupation » est bien plus fournie. Ils occupent 18 des 20 pages du rapport ! « Mettre fin à l’institutionnalisation » L’un des plus spectaculaires concerne les établissements. Plus de 150 000 adultes et 20 000 à 30 000 enfants handicapés y résident. Sur le fondement de l’article 19 de la convention qui consacre le droit à vivre de manière indépendante, le CDPH préconise en effet de « mettre fin à l’institutionnalisation ». Y compris dans l’habitat inclusif et dans l’habitat partagé. Or, le Gouvernement souhaite, lui, développer ces « foyers de petites taille » comme les appelle le comité. « Progresser vers l’éradication » des Ésat et des Ulis La désinstitutionnalisation doit également concerner les établissements et services d’aide par le travail (Ésat). Le CDPH appelle en effet à leur « éradication ». La divergence est, là aussi, profonde avec le Gouvernement, qui vient d’élaborer un plan d’amélioration des droits de leurs usagers. « Les classes spéciales séparées dans des écoles ordinaires », les Ulis, sont aussi dans le viseur du comité. « Ce contexte d’éducation ségréguée (…) perpétue la stigmatisation et l’exclusion. » »...

<< Sommaire
faire-face

Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees 16/09/2021

«En 2010, la France ratifiait la convention relative aux droits des personnes handicapées. Onze ans plus tard, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies pointe les lacunes de l'Etat français qui n'a pas intégré l'approche du handicap fondée sur les droits de l'Homme. Y compris concernant l'AAH. Le Gouvernement se retrouve de plus en plus isolé. L'Onu vient, elle aussi, de se prononcer en faveur de la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Un nom de plus - et pas n'importe lequel - sur la déjà longue liste des partisans de la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de cette allocation. Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies recommande en effet au gouvernement français de « réformer le règlement de l'AAH afin de séparer le revenu des personnes handicapées de celui de leur conjoint ». Un pavé dans la mare de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées qui y est farouchement opposée. Pour Sophie Cluzel, il faut continuer à prendre en compte les ressources du conjoint pour calculer l'AAH.»
[...]
«18 pages de « sujets de préoccupation » Cette divergence de vues est loin d’être la seule, concernant la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Fin août, le CDPH avait auditionné la délégation française, emmenée par Sophie Cluzel. Ses observations finales, rendues publiques le 14 septembre et dans lesquelles figure la préconisation sur l’AAH, contiennent certes quelques points positifs. Comme la reconnaissance, il y a deux ans, du droit de vote à toutes les personnes handicapées. Ou bien l’instauration de sanctions, en 2019, en cas de non-respect des obligations de mise en accessibilité numérique. Mais la liste des « sujets de préoccupation » est bien plus fournie. Ils occupent 18 des 20 pages du rapport ! « Mettre fin à l’institutionnalisation » L’un des plus spectaculaires concerne les établissements. Plus de 150 000 adultes et 20 000 à 30 000 enfants handicapés y résident. Sur le fondement de l’article 19 de la convention qui consacre le droit à vivre de manière indépendante, le CDPH préconise en effet de « mettre fin à l’institutionnalisation ». Y compris dans l’habitat inclusif et dans l’habitat partagé. Or, le Gouvernement souhaite, lui, développer ces « foyers de petites taille » comme les appelle le comité. « Progresser vers l’éradication » des Ésat et des Ulis La désinstitutionnalisation doit également concerner les établissements et services d’aide par le travail (Ésat). Le CDPH appelle en effet à leur « éradication ». La divergence est, là aussi, profonde avec le Gouvernement, qui vient d’élaborer un plan d’amélioration des droits de leurs usagers. « Les classes spéciales séparées dans des écoles ordinaires », les Ulis, sont aussi dans le viseur du comité. « Ce contexte d’éducation ségréguée (…) perpétue la stigmatisation et l’exclusion. » »...

<< Sommaire
faire-face

Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees 16/09/2021

«En 2010, la France ratifiait la convention relative aux droits des personnes handicapées. Onze ans plus tard, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies pointe les lacunes de l'Etat français qui n'a pas intégré l'approche du handicap fondée sur les droits de l'Homme. Y compris concernant l'AAH. Le Gouvernement se retrouve de plus en plus isolé. L'Onu vient, elle aussi, de se prononcer en faveur de la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Un nom de plus - et pas n'importe lequel - sur la déjà longue liste des partisans de la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de cette allocation. Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies recommande en effet au gouvernement français de « réformer le règlement de l'AAH afin de séparer le revenu des personnes handicapées de celui de leur conjoint ». Un pavé dans la mare de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées qui y est farouchement opposée. Pour Sophie Cluzel, il faut continuer à prendre en compte les ressources du conjoint pour calculer l'AAH.»
[...]
«18 pages de « sujets de préoccupation » Cette divergence de vues est loin d’être la seule, concernant la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Fin août, le CDPH avait auditionné la délégation française, emmenée par Sophie Cluzel. Ses observations finales, rendues publiques le 14 septembre et dans lesquelles figure la préconisation sur l’AAH, contiennent certes quelques points positifs. Comme la reconnaissance, il y a deux ans, du droit de vote à toutes les personnes handicapées. Ou bien l’instauration de sanctions, en 2019, en cas de non-respect des obligations de mise en accessibilité numérique. Mais la liste des « sujets de préoccupation » est bien plus fournie. Ils occupent 18 des 20 pages du rapport ! « Mettre fin à l’institutionnalisation » L’un des plus spectaculaires concerne les établissements. Plus de 150 000 adultes et 20 000 à 30 000 enfants handicapés y résident. Sur le fondement de l’article 19 de la convention qui consacre le droit à vivre de manière indépendante, le CDPH préconise en effet de « mettre fin à l’institutionnalisation ». Y compris dans l’habitat inclusif et dans l’habitat partagé. Or, le Gouvernement souhaite, lui, développer ces « foyers de petites taille » comme les appelle le comité. « Progresser vers l’éradication » des Ésat et des Ulis La désinstitutionnalisation doit également concerner les établissements et services d’aide par le travail (Ésat). Le CDPH appelle en effet à leur « éradication ». La divergence est, là aussi, profonde avec le Gouvernement, qui vient d’élaborer un plan d’amélioration des droits de leurs usagers. « Les classes spéciales séparées dans des écoles ordinaires », les Ulis, sont aussi dans le viseur du comité. « Ce contexte d’éducation ségréguée (…) perpétue la stigmatisation et l’exclusion. » »...

<< Sommaire
faire-face

Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees 16/09/2021

«En 2010, la France ratifiait la convention relative aux droits des personnes handicapées. Onze ans plus tard, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies pointe les lacunes de l'Etat français qui n'a pas intégré l'approche du handicap fondée sur les droits de l'Homme. Y compris concernant l'AAH. Le Gouvernement se retrouve de plus en plus isolé. L'Onu vient, elle aussi, de se prononcer en faveur de la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Un nom de plus - et pas n'importe lequel - sur la déjà longue liste des partisans de la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de cette allocation. Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies recommande en effet au gouvernement français de « réformer le règlement de l'AAH afin de séparer le revenu des personnes handicapées de celui de leur conjoint ». Un pavé dans la mare de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées qui y est farouchement opposée. Pour Sophie Cluzel, il faut continuer à prendre en compte les ressources du conjoint pour calculer l'AAH.»
[...]
«18 pages de « sujets de préoccupation » Cette divergence de vues est loin d’être la seule, concernant la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Fin août, le CDPH avait auditionné la délégation française, emmenée par Sophie Cluzel. Ses observations finales, rendues publiques le 14 septembre et dans lesquelles figure la préconisation sur l’AAH, contiennent certes quelques points positifs. Comme la reconnaissance, il y a deux ans, du droit de vote à toutes les personnes handicapées. Ou bien l’instauration de sanctions, en 2019, en cas de non-respect des obligations de mise en accessibilité numérique. Mais la liste des « sujets de préoccupation » est bien plus fournie. Ils occupent 18 des 20 pages du rapport ! « Mettre fin à l’institutionnalisation » L’un des plus spectaculaires concerne les établissements. Plus de 150 000 adultes et 20 000 à 30 000 enfants handicapés y résident. Sur le fondement de l’article 19 de la convention qui consacre le droit à vivre de manière indépendante, le CDPH préconise en effet de « mettre fin à l’institutionnalisation ». Y compris dans l’habitat inclusif et dans l’habitat partagé. Or, le Gouvernement souhaite, lui, développer ces « foyers de petites taille » comme les appelle le comité. « Progresser vers l’éradication » des Ésat et des Ulis La désinstitutionnalisation doit également concerner les établissements et services d’aide par le travail (Ésat). Le CDPH appelle en effet à leur « éradication ». La divergence est, là aussi, profonde avec le Gouvernement, qui vient d’élaborer un plan d’amélioration des droits de leurs usagers. « Les classes spéciales séparées dans des écoles ordinaires », les Ulis, sont aussi dans le viseur du comité. « Ce contexte d’éducation ségréguée (…) perpétue la stigmatisation et l’exclusion. » »...

<< Sommaire
faire-face

Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees 16/09/2021

«En 2010, la France ratifiait la convention relative aux droits des personnes handicapées. Onze ans plus tard, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies pointe les lacunes de l'Etat français qui n'a pas intégré l'approche du handicap fondée sur les droits de l'Homme. Y compris concernant l'AAH. Le Gouvernement se retrouve de plus en plus isolé. L'Onu vient, elle aussi, de se prononcer en faveur de la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Un nom de plus - et pas n'importe lequel - sur la déjà longue liste des partisans de la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de cette allocation. Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies recommande en effet au gouvernement français de « réformer le règlement de l'AAH afin de séparer le revenu des personnes handicapées de celui de leur conjoint ». Un pavé dans la mare de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées qui y est farouchement opposée. Pour Sophie Cluzel, il faut continuer à prendre en compte les ressources du conjoint pour calculer l'AAH.»
[...]
«18 pages de « sujets de préoccupation » Cette divergence de vues est loin d’être la seule, concernant la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Fin août, le CDPH avait auditionné la délégation française, emmenée par Sophie Cluzel. Ses observations finales, rendues publiques le 14 septembre et dans lesquelles figure la préconisation sur l’AAH, contiennent certes quelques points positifs. Comme la reconnaissance, il y a deux ans, du droit de vote à toutes les personnes handicapées. Ou bien l’instauration de sanctions, en 2019, en cas de non-respect des obligations de mise en accessibilité numérique. Mais la liste des « sujets de préoccupation » est bien plus fournie. Ils occupent 18 des 20 pages du rapport ! « Mettre fin à l’institutionnalisation » L’un des plus spectaculaires concerne les établissements. Plus de 150 000 adultes et 20 000 à 30 000 enfants handicapés y résident. Sur le fondement de l’article 19 de la convention qui consacre le droit à vivre de manière indépendante, le CDPH préconise en effet de « mettre fin à l’institutionnalisation ». Y compris dans l’habitat inclusif et dans l’habitat partagé. Or, le Gouvernement souhaite, lui, développer ces « foyers de petites taille » comme les appelle le comité. « Progresser vers l’éradication » des Ésat et des Ulis La désinstitutionnalisation doit également concerner les établissements et services d’aide par le travail (Ésat). Le CDPH appelle en effet à leur « éradication ». La divergence est, là aussi, profonde avec le Gouvernement, qui vient d’élaborer un plan d’amélioration des droits de leurs usagers. « Les classes spéciales séparées dans des écoles ordinaires », les Ulis, sont aussi dans le viseur du comité. « Ce contexte d’éducation ségréguée (…) perpétue la stigmatisation et l’exclusion. » »...

<< Sommaire
faire-face

Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees 16/09/2021

«En 2010, la France ratifiait la convention relative aux droits des personnes handicapées. Onze ans plus tard, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies pointe les lacunes de l'Etat français qui n'a pas intégré l'approche du handicap fondée sur les droits de l'Homme. Y compris concernant l'AAH. Le Gouvernement se retrouve de plus en plus isolé. L'Onu vient, elle aussi, de se prononcer en faveur de la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Un nom de plus - et pas n'importe lequel - sur la déjà longue liste des partisans de la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de cette allocation. Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies recommande en effet au gouvernement français de « réformer le règlement de l'AAH afin de séparer le revenu des personnes handicapées de celui de leur conjoint ». Un pavé dans la mare de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées qui y est farouchement opposée. Pour Sophie Cluzel, il faut continuer à prendre en compte les ressources du conjoint pour calculer l'AAH.»
[...]
«18 pages de « sujets de préoccupation » Cette divergence de vues est loin d’être la seule, concernant la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Fin août, le CDPH avait auditionné la délégation française, emmenée par Sophie Cluzel. Ses observations finales, rendues publiques le 14 septembre et dans lesquelles figure la préconisation sur l’AAH, contiennent certes quelques points positifs. Comme la reconnaissance, il y a deux ans, du droit de vote à toutes les personnes handicapées. Ou bien l’instauration de sanctions, en 2019, en cas de non-respect des obligations de mise en accessibilité numérique. Mais la liste des « sujets de préoccupation » est bien plus fournie. Ils occupent 18 des 20 pages du rapport ! « Mettre fin à l’institutionnalisation » L’un des plus spectaculaires concerne les établissements. Plus de 150 000 adultes et 20 000 à 30 000 enfants handicapés y résident. Sur le fondement de l’article 19 de la convention qui consacre le droit à vivre de manière indépendante, le CDPH préconise en effet de « mettre fin à l’institutionnalisation ». Y compris dans l’habitat inclusif et dans l’habitat partagé. Or, le Gouvernement souhaite, lui, développer ces « foyers de petites taille » comme les appelle le comité. « Progresser vers l’éradication » des Ésat et des Ulis La désinstitutionnalisation doit également concerner les établissements et services d’aide par le travail (Ésat). Le CDPH appelle en effet à leur « éradication ». La divergence est, là aussi, profonde avec le Gouvernement, qui vient d’élaborer un plan d’amélioration des droits de leurs usagers. « Les classes spéciales séparées dans des écoles ordinaires », les Ulis, sont aussi dans le viseur du comité. « Ce contexte d’éducation ségréguée (…) perpétue la stigmatisation et l’exclusion. » »...

<< Sommaire
faire-face

Pour l'Onu, la France bafoue les droits des personnes handicapees 16/09/2021

«En 2010, la France ratifiait la convention relative aux droits des personnes handicapées. Onze ans plus tard, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies pointe les lacunes de l'Etat français qui n'a pas intégré l'approche du handicap fondée sur les droits de l'Homme. Y compris concernant l'AAH. Le Gouvernement se retrouve de plus en plus isolé. L'Onu vient, elle aussi, de se prononcer en faveur de la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH). Un nom de plus - et pas n'importe lequel - sur la déjà longue liste des partisans de la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de cette allocation. Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies recommande en effet au gouvernement français de « réformer le règlement de l'AAH afin de séparer le revenu des personnes handicapées de celui de leur conjoint ». Un pavé dans la mare de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées qui y est farouchement opposée. Pour Sophie Cluzel, il faut continuer à prendre en compte les ressources du conjoint pour calculer l'AAH.»
[...]
«18 pages de « sujets de préoccupation » Cette divergence de vues est loin d’être la seule, concernant la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Fin août, le CDPH avait auditionné la délégation française, emmenée par Sophie Cluzel. Ses observations finales, rendues publiques le 14 septembre et dans lesquelles figure la préconisation sur l’AAH, contiennent certes quelques points positifs. Comme la reconnaissance, il y a deux ans, du droit de vote à toutes les personnes handicapées. Ou bien l’instauration de sanctions, en 2019, en cas de non-respect des obligations de mise en accessibilité numérique. Mais la liste des « sujets de préoccupation » est bien plus fournie. Ils occupent 18 des 20 pages du rapport ! « Mettre fin à l’institutionnalisation » L’un des plus spectaculaires concerne les établissements. Plus de 150 000 adultes et 20 000 à 30 000 enfants handicapés y résident. Sur le fondement de l’article 19 de la convention qui consacre le droit à vivre de manière indépendante, le CDPH préconise en effet de « mettre fin à l’institutionnalisation ». Y compris dans l’habitat inclusif et dans l’habitat partagé. Or, le Gouvernement souhaite, lui, développer ces « foyers de petites taille » comme les appelle le comité. « Progresser vers l’éradication » des Ésat et des Ulis La désinstitutionnalisation doit également concerner les établissements et services d’aide par le travail (Ésat). Le CDPH appelle en effet à leur « éradication ». La divergence est, là aussi, profonde avec le Gouvernement, qui vient d’élaborer un plan d’amélioration des droits de leurs usagers. « Les classes spéciales séparées dans des écoles ordinaires », les Ulis, sont aussi dans le viseur du comité. « Ce contexte d’éducation ségréguée (…) perpétue la stigmatisation et l’exclusion. » »...

<< Sommaire
faire-face

Tutelle : qui donne le consentement pour les soins? 13/09/2021

«Tutelle, curatelle...¦ qui donne le consentement pour les soins médicaux d'un majeur protégé ? C'est à cette question que répondent deux nouvelles fiches conseil mises en ligne en 2021 (en lien ci-dessous) par HandiConnect.fr. Porté par l'association Co Actis santé, ce site-ressource aide les professionnels de santé dans leur pratique quotidienne auprès de patients en situation de handicap. L'article 459 du Code civil indique que le droit commun s'applique aussi dans le domaine de la santé pour une personne majeure protégée. Son consentement, même sous tutelle, doit donc être systématiquement recherché par le professionnel de santé, si elle est « apte à exprimer sa volonté et à participer à la décision ». Ce qui sous-entend que le patient est aussi en droit de refuser des soins de manière autonome. Une information adaptée à ses facultés de discernement doit, pour ce faire, lui être donnée. Mais encore faut-il que le praticien soit au courant des particularités des régimes juridiques de ses patients… Des infos concrètes Ces deux nouvelles fiches (en lien ci-dessous) entendent ainsi les « guider dans la recherche du consentement nécessaire avant la réalisation de tout acte auprès de leurs patients protégés ». Elles détaillent les différentes mesures de protection juridique (c'est-à-dire, par ordre croissant de protection : sauvegarde de justice, habilitation familiale, curatelle ou tutelle) et comment s'appuyer sur l'accompagnant (proche-aidant, aidant professionnel ou personne de confiance) pour obtenir le consentement du majeur s'il a des difficultés ou ne peut pas s'exprimer. Différents formulaires, notamment à destination du tuteur ou du curateur pour donner l'autorisation d'opérer, sont également mis à disposition.»
[...]
«La recherche du consentement L'article 459 du Code civil indique que le droit commun s'applique aussi dans le domaine de la santé pour une personne majeure protégée. Son consentement, même sous tutelle, doit donc être systématiquement recherché par le professionnel de santé, si elle est « apte à exprimer sa volonté et à participer à la décision ». Ce qui sous-entend que le patient est aussi en droit de refuser des soins de manière autonome. Une information adaptée à ses facultés de discernement doit, pour ce faire, lui être donnée. Mais encore faut-il que le praticien soit au courant des particularités des régimes juridiques de ses patients… Des infos concrètes Ces deux nouvelles fiches (en lien ci-dessous) entendent ainsi les « guider dans la recherche du consentement nécessaire avant la réalisation de tout acte auprès de leurs patients protégés ». Elles détaillent les différentes mesures de protection juridique (c'est-à-dire, par ordre croissant de protection : sauvegarde de justice, habilitation familiale, curatelle ou tutelle) et comment s'appuyer sur l'accompagnant (proche-aidant, aidant professionnel ou personne de confiance) pour obtenir le consentement du majeur s'il a des difficultés ou ne peut pas s'exprimer. Différents formulaires, notamment à destination du tuteur ou du curateur pour donner l'autorisation d'opérer, sont également mis à disposition. »...

<< Sommaire
informations.handicap

Tutelle : qui donne le consentement pour les soins? 13/09/2021

«Tutelle, curatelle...¦ qui donne le consentement pour les soins médicaux d'un majeur protégé ? C'est à cette question que répondent deux nouvelles fiches conseil mises en ligne en 2021 (en lien ci-dessous) par HandiConnect.fr. Porté par l'association Co Actis santé, ce site-ressource aide les professionnels de santé dans leur pratique quotidienne auprès de patients en situation de handicap. L'article 459 du Code civil indique que le droit commun s'applique aussi dans le domaine de la santé pour une personne majeure protégée. Son consentement, même sous tutelle, doit donc être systématiquement recherché par le professionnel de santé, si elle est « apte à exprimer sa volonté et à participer à la décision ». Ce qui sous-entend que le patient est aussi en droit de refuser des soins de manière autonome. Une information adaptée à ses facultés de discernement doit, pour ce faire, lui être donnée. Mais encore faut-il que le praticien soit au courant des particularités des régimes juridiques de ses patients… Des infos concrètes Ces deux nouvelles fiches (en lien ci-dessous) entendent ainsi les « guider dans la recherche du consentement nécessaire avant la réalisation de tout acte auprès de leurs patients protégés ». Elles détaillent les différentes mesures de protection juridique (c'est-à-dire, par ordre croissant de protection : sauvegarde de justice, habilitation familiale, curatelle ou tutelle) et comment s'appuyer sur l'accompagnant (proche-aidant, aidant professionnel ou personne de confiance) pour obtenir le consentement du majeur s'il a des difficultés ou ne peut pas s'exprimer. Différents formulaires, notamment à destination du tuteur ou du curateur pour donner l'autorisation d'opérer, sont également mis à disposition.»
[...]
«La recherche du consentement L'article 459 du Code civil indique que le droit commun s'applique aussi dans le domaine de la santé pour une personne majeure protégée. Son consentement, même sous tutelle, doit donc être systématiquement recherché par le professionnel de santé, si elle est « apte à exprimer sa volonté et à participer à la décision ». Ce qui sous-entend que le patient est aussi en droit de refuser des soins de manière autonome. Une information adaptée à ses facultés de discernement doit, pour ce faire, lui être donnée. Mais encore faut-il que le praticien soit au courant des particularités des régimes juridiques de ses patients… Des infos concrètes Ces deux nouvelles fiches (en lien ci-dessous) entendent ainsi les « guider dans la recherche du consentement nécessaire avant la réalisation de tout acte auprès de leurs patients protégés ». Elles détaillent les différentes mesures de protection juridique (c'est-à-dire, par ordre croissant de protection : sauvegarde de justice, habilitation familiale, curatelle ou tutelle) et comment s'appuyer sur l'accompagnant (proche-aidant, aidant professionnel ou personne de confiance) pour obtenir le consentement du majeur s'il a des difficultés ou ne peut pas s'exprimer. Différents formulaires, notamment à destination du tuteur ou du curateur pour donner l'autorisation d'opérer, sont également mis à disposition. »...

<< Sommaire
informations.handicap

Machine learning to analyze single-case graphs: A comparison to visual inspection - Lanovaz - - Journal of Applied Behavior Analysis - Wiley Online Library 10/09/2021

«Abstract Behavior analysts commonly use visual inspection to analyze single-case graphs, but studies on its reliability have produced mixed results. To examine this issue, we compared the Type I error rate and power of visual inspection with a novel approach...”machine learning. Five expert visual raters analyzed 1,024 simulated AB graphs, which differed on number of points per phase, autocorrelation, trend, variability, and effect size. The ratings were compared to those obtained by the conservative dual-criteria method and two models derived from machine learning. On average, visual raters agreed with each other on only 75% of graphs. In contrast, both models derived from machine learning showed the best balance between Type I error rate and power while producing more consistent results across different graph characteristics. The results suggest that machine learning may support researchers and practitioners in making fewer errors when analyzing single-case graphs, but replications remain necessary.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley