L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Fri Dec 19 04:00:02 CET 2014 France - It's time to Stand Up! For inclusion
18/12/14 Fragile Spectral and Temporal Auditory Processing in Adolescents with Autism Spectrum Disorder and Early Language Delay [link.springer]
17/12/14 * The organic anion transport inhibitor probenecid increases brain concentrations of the NKCC1 inhibitor bumetanide [sciencedirect]
17/12/14 Decret n° 2014-1485 du 11 decembre 2014 portant diverses dispositions relatives a la scolarisation des eleves en situation de handicap | Legifrance [legifrance.gouv]
17/12/14 CUI-CAE : un contrat d'''insertion'' dans la precarite durable [ac.eu]
17/12/14 Deceler l'autisme des l'age de dix-huit mois, Limoges en pointe sur le diagnostic [lepopulaire]
17/12/14 L'aide juridictionnelle n'intervient qu'en l'absence de protection juridique [leparticulier]
15/12/14 JR Buisson, le poids du lobbyiste, le combat d'un pere [lest-eclair]
13/12/14 F. Hollande a la CNH : bientot une ecole '' all inclusive '' ? [informations.handicap]
13/12/14 VIDEO - Embrace, un bracelet pour prevenir les crises d'epilepsie [rtl]
13/12/14 Conference sur l'evaluation : Le ministere affiche sa volonte de changement [cafepedagogique]
12/12/14 Maggie Simpson, auteure publiee dans une revue scientifique [bigbrowser.blog.lemonde]
12/12/14 Q Senat -Situation des AVS lors des temps d'activités périscolaires 14e législature Imprimer [senat]
12/12/14 Conference Nationale du Handicap 2014 : l'Ecole inclusive, une dynamique qui s'amplifie - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche [education.gouv]
12/12/14 Decroly, l'ecole qui a renonce aux notes il y a 60 ans [tempsreel.nouvelobs]
11/12/14 Conference nationale sur le handicap : le mecontentement de l'Unapei [allodocteurs]
11/12/14 Autisme : entre temoignage et droits des familles [lanouvellerepublique]
11/12/14 Suivez ici, en direct de l'Elysee, la Conference nationale du handicap, jeudi 11 decembre des 9h30 [social-sante.gouv]
10/12/14 Exploring Collaboration Patterns in a Multitouch Game to Encourage Social Interaction and Collaboration Among Users with Autism Spectrum Disorder [link.springer]
10/12/14 Overproduction of Upper-Layer Neurons in the Neocortex Leads to Autism-like Features in Mice [sciencedirect]
10/12/14 How to Help Students With Nonverbal Learning Disabilities [edudemic]
09/12/14 Sommet Mondial de l'Autisme a Rabat [lemag]
09/12/14 Supervised block sparse dictionary learning for simultaneous clustering and classification in computational anatomy. [ncbi.nlm.nih]
09/12/14 Social (pragmatic) communication disorder: a research review of this new DSM-5 diagnostic category. [ncbi.nlm.nih]
09/12/14 Preeclampsia, Placental Insufficiency, and Autism Spectrum Disorder... [ncbi.nlm.nih]
09/12/14 Designing Serious Game Interventions for Individuals with Autism [link.springer]
09/12/14 Autisme : vers une mise en place generalisee de la methode ABA ? - Alta Frequenza [alta-frequenza]
07/12/14 Kirikou aide les enfants face a l'autisme [handicapinfos]
07/12/14 Consensus Paper: The Role of the Cerebellum in Perceptual Processes - Online First - Springer [link.springer]
07/12/14 Genetics studies indicate that neural induction and early neuronal maturation are disturbed in autism. [ncbi.nlm.nih]
07/12/14 Droit au retour en formation initiale pour les 16-25 ans : publication des decrets | Najat Vallaud-Belkacem [najat-vallaud-belkacem]
06/12/14 Intervention de Najat vallaud-Belkacem a l'occasion du Forum jeunesse de la conference nationale du Handicap - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche [education.gouv]
06/12/14 Autism and gender nonconformity combined present unique challenges [medicalnewstoday]
04/12/14 Des centaines de milliers d'autistes prives d'ecole dans le monde [rfi]
04/12/14 AVS Deux etablissements publics condamnes [letelegramme]
04/12/14 Handicap : le defi de l'egalite et de la solidarite | PS - Parti socialiste [parti-socialiste]
03/12/14 Rejoignez la cagnotte 'Conseil d'Etat:honoraires avocat pour la mere de Tim autiste' [unknown]
02/12/14 Brain representations of social thoughts accurately predict autism diagnosis [sciencecodex]
30/11/14 Autisme : «A peu pres tout reste a faire» [ladepeche]
30/11/14 Genève: l'inclusion scolaire est possible ailleurs, pourquoi pas ici ? : Mise en abyme [miseenabyme.blog.tdg]
30/11/14 Accompagnants des eleves en situation de handicap - Senat [senat]
30/11/14 Prise en charge des auxiliaires de vie scolaire sur le temps periscolaire - Senat [senat]
30/11/14 Colloque international - 2-3 fevrier 2015 | Education inclusive la question de l'evaluation [blogs.univ-tlse2]
28/11/14 Auxiliaire de Vie Scolaire. Le flou scolastique [cestnabum.blogs.nouvelobs]
28/11/14 Chateauroux 12 déc Conférence débat - droit du handicap avec Me Sophie Janois + Dédicaces Hugo Horiot L'empereur c'est moi [inclure]
26/11/14 Clues To What Causes Autism Found In Missing Gene: What We Know About The Spectrum So Far [medicaldaily]
26/11/14 Deletion of [alpha]-neurexin II results in autism-related behaviors in mice [nature]
26/11/14 Installation du comite strategique sur la reforme de la tarification des etablissements et services medico-sociaux qui accueillent et accompagnent les personnes handicapees [social-sante.gouv]
25/11/14 Autisme. Le medecin brestois a choisi Limoges [letelegramme]
24/11/14 Autisme : un espoir [sudouest]
24/11/14 A Systematic Review of Tablet Computers and Portable Media Players as Speech Generating Devices for Individuals with Autism Spectrum Disorder. [ncbi.nlm.nih]
24/11/14 Rosie King: How autism freed me to be myself | Talk Video | [ted]
23/11/14 Autisme: rompre l'isolement, bannir la stigmatisation, affirme le pape [journaldemontreal]
23/11/14 Reforme des rythmes scolaires et AESH - Reponse a un Maire [scolaritepartenariat.chez-alice]
23/11/14 AUTISTES : ces entreprises qui misent sur eux. [unknown]
22/11/14 Le Pape recommande un engagement de tous pour faire face a l'autisme [news]
22/11/14 Pope: Break down isolation, stigma of Autism Vatican Radio [en.radiovaticana]
22/11/14 France : qu'as-tu fait de tes enfants autistes ? [jim]
22/11/14 Douze millions d'euros pour l'autisme en #Paca [lamarseillaise]
22/11/14 Mere d'un fils autiste impossible a scolariser [lanouvellerepublique]
21/11/14 De nouveaux droits pour les enfants [justice.gouv]
21/11/14 GABAergic/glutamatergic imbalance relative to excessive neuroinflammation in autism spectrum disorders [jneuroinflammation]
21/11/14 Smartphone videos could help diagnose autism earlier [mobihealthnews]
19/11/14 Pope Francis To Meet With Autistic Children And Their Families To 'Help Break The Isolation' [christianitydaily]
19/11/14 Une premiere mondiale: sommet sur l'autisme au Vatican [zenit]
18/11/14 How to teach ...anti-bullying Teacher Network [theguardian]
18/11/14 AutistanTV Temoignage de Romain Autisme IME France - YouTube [unknown]
18/11/14 Haute Autorite de Sante - Maltraitance chez l'enfant : reperage et conduite a tenir [has-sante]
18/11/14 Increasing Adaptive Behavior Skill Deficits From Childhood to Adolescence in Autism Spectrum Disorder: Role of Executive Function. [ncbi.nlm.nih]
18/11/14 Researchers refine cerebellum's role in autism [sfari]
17/11/14 Enfants maltraites : les medecins peuvent mieux faire [europe1]
17/11/14 Les limites du droit a la scolarisation des autistes [varmatin]
15/11/14 The disabled children locked up in cages [bbc]
15/11/14 Escroquerie a la secu : les freres taxi condamnes [lanouvellerepublique]
15/11/14 The backwards brain? How brain maps develop to help us perceive the world [sciencedaily]
15/11/14 Facial motion a clue to difficulties in social interaction among autistic adults [sciencedaily]
15/11/14 The science behind total recall: New player in brain function and memory [sciencedaily]
15/11/14 Synaptic, transcriptional and chromatin genes disrupted in autism [ncbi.nlm.nih]
15/11/14 Synaptic, transcriptional and chromatin genes disrupted in autism : Nature : Nature Publishing Group [nature]
15/11/14 Maternal Inflammation Contributes to Brain Overgrowth and Autism-Associated Behaviors through Altered Redox Signaling in Stem and Progenitor Cells [sciencedirect]
15/11/14 Design of dual inhibitors of ROCK-I and NOX2 as potential leads for the treatment of neuroinflammation associated with various neurological diseases including autism spectrum disorder - Molecular BioSystems (RSC Publishing) [pubs.rsc]
15/11/14 Tech and Biotech: Stemina to launch major study with new funds; Isomark adds a big-name investor : Wsj [host.madison]
14/11/14 Handicap 81 est en petard [ladepeche]
14/11/14 Ils facturaient des transports fictifs a la CPAM [lanouvellerepublique]
14/11/14 Syndrome de l'X fragile : une molecule developpee par le CNRS recoit la designation orpheline [www2.cnrs]
12/11/14 Un decret distingue les accueils de loisirs periscolaires et extrascolaires- Maire-info / AMF [maire-info]
12/11/14 Changes in scores of genes contribute to autism risk [eurekalert]
12/11/14 Longitudinal Volumetric Brain Changes in Autism Spectrum Disorder Ages 6-35 Years. [ncbi.nlm.nih]
11/11/14 The Best Treatment For Autism ... [spring.org]
11/11/14 Minority Kids May Be Missed in Autism Diagnoses [nlm.nih]
11/11/14 Haie ou adulee, de quel bois est faite Najat Vallaud-Belkacem ? - L'Obs [tempsreel.nouvelobs]
11/11/14 Ou et comment sont controles les comportements de peur et les troubles anxieux ? | Salle de presse | Press Room | INSERM [presse-inserm]
10/11/14 The Use of Grammatical Morphemes by Mandarin-Speaking Children with High Functioning Autism. [ncbi.nlm.nih]
10/11/14 Dendritic channelopathies contribute to neocortical and sensory hyperexcitability in Fmr1-/y mice : Nature Neuroscience [nature]
08/11/14 Le pape Francois organise un congres international sur l'autisme - Infos - Vivre FM [vivrefm]
08/11/14 D'ou viennent les resistances a l'adoption de l'inclusion ? : Mise en abyme [miseenabyme.blog.tdg]
07/11/14 CGT. Le collectif « assistante de vie scolaire » inquiet - Bretagne [letelegramme]
07/11/14 Tableau des Procedures SVA / Silence vaut accord (SVA) [legifrance.gouv]
07/11/14 A pour autre [apourautre]
06/11/14 Camille descolarisee : la faute a qui ? [lanouvellerepublique]
05/11/14 Budget 2015 de la CNSA : compensations toujours a la baisse [lagazettedescommunes]
04/11/14 Les decrets fixant les derogations au principe selon lequel le silence de l'administration vaut acceptation sont parus [lagazettedescommunes]
03/11/14 Prestation de Réalisation d'un diagnostic portant sur l'accès aux soins des personnes en situation de handicap, en région Bourgogne [editions-legislatives]
03/11/14 Mioto Legrand : ''Le syndrome de la Tourette pose probleme dans le lycee'' [rtl]
03/11/14 Dans le cerveau des autistes - Temple Grandin et Richard Panek - Afis - Association francaise pour l'information scientifique [pseudo-sciences]
02/11/14 Fragile X Syndrome: A Review of Associated Medical Problems [pediatrics.aappublications]
02/11/14 Lack of Effect of Risperidone on Core Autistic Symptoms: Data from a Longitudinal Study. [ncbi.nlm.nih]
02/11/14 A Natural Fix for A.D.H.D. [nytimes]
02/11/14 Pourquoi une Conference sur l'evaluation des eleves ? | Conference nationale sur l'evaluation des eleves [conference-evaluation-des-eleves.education.gouv]
01/11/14 Killing of disabled girl ''wholly inappropriate'' and ''extremely troubling'' says Autism group [liveactionnews]
01/11/14 Universite Toulouse 1 Capitole - Diplome d'universite Accompagner le parcours des personnes en situation de handicap [ut-capitole]
01/11/14 Master situation de handicap et participation sociale - Ecole des hautes etudes en sante publique (EHESP) [ehesp]
01/11/14 Chateauroux 12 déc Conférence débat - droit du handicap avec Me Sophie Janois - Dédicaces Hugo Horiot L'empereur c'est moi [inclure]
01/11/14 Formation Paris Novembre - Droit du handicap - Me Alexandra Grévin [alexandra-grevin]
30/10/14 Ecoles parisiennes : des AESH et des eleves dans la galere ! [informations.handicap]
30/10/14 Peer-mediated theatrical engagement for improving reciprocal social interaction in autism spectrum disorder. [ncbi.nlm.nih]
30/10/14 Precise minds in uncertain worlds: Predictive coding in autism. [ncbi.nlm.nih]
30/10/14 Austism's role in building big business [independent]
30/10/14 Psychologists are now prescribing video games as therapy [techtimes]
30/10/14 Langon 18 Nov Autisme et Ecole : pour une inclusion réussie - Soirée conférence-débat organisée par Lo Camin [locamin.unblog]
30/10/14 Windsor School Uses Robots To Teach Children With Autism [ctnow]
29/10/14 Man With Autism Found Locked In Caged Bed [news.sky]
28/10/14 Study offers evidence of unconscious thinking impacting conscious decision making [medicalxpress]
28/10/14 'Integrated Play Groups' help children with autism [news.sfsu]
28/10/14 Group classes teach parents effective autism therapy, study finds [medicalxpress]
27/10/14 Visualizing Syllables: Real-Time Computerized Feedback Within a Speech-Language Intervention. [ncbi.nlm.nih]
27/10/14 Affective and cognitive empathy in adolescents with autism spectrum disorder [ncbi.nlm.nih]
26/10/14 Scolarisation des eleves handicapes ... en chiffres [defis74.com.over-blog]
26/10/14 Najat Vallaud-Belkacem dans ''On n'est pas couche'' sur France 2 - Page 6 [neoprofs]
26/10/14 Un congres mondial sur l'autisme bientot organise au VaticanRadio Vatican [fr.radiovaticana]
25/10/14 Numerique et innovation Interview de Mathieu NEBRA, co-fondateur d'OpenClassrooms, responsable des innovations pedagogiques, le 21 octobre 2014 [arcep]
24/10/14 Valerie Dauge, chargee de mission au rectorat [lanouvellerepublique]
23/10/14 Your Next Psychologist May Prescribe 'The Legend of Zelda' [mashable]
23/10/14 'Darting' mice may hold clues to ADHD, autism and bipolar disorder [news.vanderbilt]
22/10/14 Autisme : Pau accueille une formation unique en France [larepubliquedespyrenees]
22/10/14 Les enjeux de la mise en oeuvre d'une intervention globale pour les enfants des ecoles publiques ayant des troubles du spectre autistique [autisme-info.blogspot]
21/10/14 La prostitution des ados, dans les ecoles aussi [franceinfo]
20/10/14 L'emouvante histoire de son fils autiste qui s'est lie d'amitie avec Siri | Touc [journaldemontreal]
19/10/14 How One Boy With Autism Became B.F.F.'s With Apple's Siri [nytimes]
18/10/14 Tool enhances social inclusion for people with autism [sciencedaily]
18/10/14 « Mon univers a part »: un tres emouvant clip de sensibilisation sur l'autisme... [blogs.lexpress]
17/10/14 Question Sénat Avenir des auxiliaires de vie scolaire [senat]
16/10/14 Le CHU de Limoges recrute 60 assistants d'education en autisme - CRDRAL [crdral]
15/10/14 Ecole et handicap : le TA de Montpellier s'en remet au Defenseur des droits [midilibre]
15/10/14 Autism Explained: Simple New Theory Links Confusing Array of Symptoms ...” PsyBlog [spring.org]
15/10/14 Augmentative and alternative communication supports for adults with autism spectrum disorders [aut.sagepub]
15/10/14 Handicap, ACTP et controle d'effectivite : les exigences abusives des Conseils generaux [blogs.mediapart]
15/10/14 Autisme : le sulforaphane des pousses de brocoli reduirait certains symptomes [psychomedia.qc]
14/10/14 Michel, enseignant referent handicap : adore sa liberte, n'aime pas quand les informations ne sont pas transmises | Changer le travail [changerletravail]
12/10/14 News Article: TRICARE Delays Change in Autism Reimbursement to April [defense]
12/10/14 UCLA study finds link between neural stem cell overgrowth and autism-like behavior in mice - Medical News Today [medicalnewstoday]
12/10/14 * New Hypothesis Posits Autism as Disorder of Prediction [psychcentral]
11/10/14 Comment on ''Oxytocin-mediated GABA inhibition during delivery attenuates autism pathogenesis in rodent offspring'' [sciencemag]
11/10/14 Une piste pour retablir la bonne integration des informations sensorielles chez les autistes [presse-inserm]
10/10/14 Plan autisme : Monsieur Hollande, la vraie ''revolution'', ce n'est pas la ghettoisation [leplus.nouvelobs]
09/10/14 Etudiante handicapee : la justice lui donne raison ! [informations.handicap]
09/10/14 Academie de Poitiers - Deplacement du President de la Republique a l'unite d'enseignement pour enfants autistes de l'ecole maternelle Pierre de Ronsard a Angouleme [ac-poitiers]
09/10/14 La mise en place des nouveaux rythmes scolaires [fnaseph]
09/10/14 Plan autisme : des « signaux positifs » en attendant la « revolution culturelle » [lemonde]
09/10/14 The effect of hypocalcemia in early childhood on autism-related social and communication skills in patients with 22q11 deletion syndrome. [ncbi.nlm.nih]
09/10/14 Les enseignants de retour dans la rue [sudouest]
07/10/14 Francois Hollande veut lutter contre l'autisme [lefigaro]
07/10/14 Petition · Pour que Timothee, autiste, soit accueilli en classe dans son college de secteur · Change.org [unknown]
06/10/14 L'autisme, une autre forme d'intelligence ? [lesechos]
06/10/14 Structured Synaptic Inhibition Has a Critical Role in Multiple-Choice Motion-Discrimination Tasks [jneurosci]
06/10/14 Long-Term Seizure Suppression and Optogenetic Analyses of Synaptic Connectivity in Epileptic Mice with Hippocampal Grafts of GABAergic Interneurons [jneurosci]
05/10/14 Accueil familial et ''baluchonnage'', meme combat ? [famidac]
03/10/14 Handik toujours au front [sudouest]
03/10/14 Caen : le directeur de l'hopital va payer pour sa folie des grandeurs [leparisien]
02/10/14 Communiqué FNASEPH: RENTRÉE SCOLAIRE 2014 DES ÉLÈVES HANDICAPÉS : TOUJOURS AUSSI DIFFICILE [inclure]
01/10/14 Jacques Toubon : ''Il faut plus de moyens pour les Maisons departementales du handicap'' [vivrefm]
01/10/14 Une classe maternelle pour enfants autistes ouvre a Angouleme [charentelibre]
01/10/14 Petition : AVS - Laissez Mylene avoir une scolarite normale ! [mesopinions]
30/09/14 Problemes de discrimation et d'assurance-vie dans Ca Peut Vous Arriver avec Julien Courbet [rtl]
30/09/14 Boys With Autism Show Certain Grammar Skills in Study [nlm.nih]
29/09/14 « Beaucoup d'eleves handicapes sont exclus des activites periscolaires. » - Faire Face [faire-face]
29/09/14 ORANGE : ce qui change avec le numerique, pour les personnes avec autisme [zonebourse]
29/09/14 Centres pour handicapes : ou sont les places promises ? [liberation]
27/09/14 Petition Pour que Timothee, autiste, soit accueilli en classe dans son college de secteur [unknown]
27/09/14 Altered ghrelin levels in boys with autism: a novel finding associated with hormonal dysregulation [nature]
26/09/14 Formations droit du handicap - Parents - Alexandra Grevin Avocat a la cour [alexandra-grevin]
26/09/14 Consommation : les actions de groupe seront possibles des le 1er octobre [leparisien]
24/09/14 Brainwave EEG test could be the key to accurate, precise identification of children with autism [news-medical]
24/09/14 Presence or absence of early language delay alters anatomy of the brain in autism -- ScienceDaily [sciencedaily]
24/09/14 Higher risk of autism found in children born at short and long interpregnancy intervals [sciencedaily]
24/09/14 Maltraitance : la mere d'un autiste en guerre contre un institut [lefigaro]
23/09/14 Enigmath.tic [gdm-62.etab.ac-lille]
22/09/14 Replay - Enfants en souffrance, la honte ! - Vendredi 3 Octobre 00h55 [france5]
21/09/14 Nancy: quatre gardes a vue apres une agression gratuite filmee a la pepiniere [ici-c-nancy]
20/09/14 Promoting active participation in book reading for preschoolers with Autism Spectrum Disorder: A preliminary study [clt.sagepub]

Fragile Spectral and Temporal Auditory Processing in Adolescents with Autism Spectrum Disorder and Early Language Delay 18/12/2014

«Abstract We investigated low-level auditory spectral and temporal processing in adolescents with autism spectrum disorder (ASD) and early language delay compared to matched typically developing controls. Auditory measures were designed to target right versus left auditory cortex processing (i.e. frequency discrimination and slow amplitude modulation (AM) detection versus gap-in-noise detection and faster AM detection), and to pinpoint the task and stimulus characteristics underlying putative superior spectral processing in ASD. We observed impaired frequency discrimination in the ASD group and suggestive evidence of poorer temporal resolution as indexed by gap-in-noise detection thresholds. These findings question the evidence of enhanced spectral sensitivity in ASD and do not support the hypothesis of superior right and inferior left hemispheric auditory processing in ASD.»...

<< Sommaire
link.springer

* The organic anion transport inhibitor probenecid increases brain concentrations of the NKCC1 inhibitor bumetanide 17/12/2014

«Abstract Bumetanide is increasingly being used for experimental treatment of brain disorders, including neonatal seizures, epilepsy, and autism, because the neuronal Na-K-Cl cotransporter NKCC1, which is inhibited by bumetanide, is implicated in the pathophysiology of such disorders. However, use of bumetanide for treatment of brain disorders is associated with problems, including poor brain penetration and systemic adverse effects such as diuresis, hypokalemic alkalosis, and hearing loss. The poor brain penetration is thought to be related to its high ionization rate and plasma protein binding, which restrict brain entry by passive diffusion, but more recently brain efflux transporters have been involved, too. Multidrug resistance protein 4 (MRP4), organic anion transporter 3 (OAT3) and organic anion transporting polypeptide 2 (OATP2) were suggested to mediate bumetanide brain efflux, but direct proof is lacking. Because MRP4, OAT3, and OATP2 can be inhibited by probenecid, we studied whether this drug alters brain levels of bumetanide in mice. Probenecid (50 mg/kg) significantly increased brain levels of bumetanide up to 3-fold; however, it also increased its plasma levels, so that the brain:plasma ratio (~0.015-0.02) was not altered. Probenecid markedly increased the plasma half-life of bumetanide, indicating reduced elimination of bumetanide most likely by inhibition of OAT-mediated transport of bumetanide in the kidney. However, the diuretic activity of bumetanide was not reduced by probenecid. In conclusion, our study demonstrates that the clinically available drug probenecid can be used to increase brain levels of bumetanide and decrease its elimination, which could have therapeutic potential in the treatment of brain disorders.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Decret n° 2014-1485 du 11 decembre 2014 portant diverses dispositions relatives a la scolarisation des eleves en situation de handicap | Legifrance 17/12/2014

«Décret n° 2014-1485 du 11 décembre 2014 portant diverses dispositions relatives à la scolarisation des élèves en situation de handicap NOR: MENE1423779D ELI: Objet : contenu et modalités d'adoption du projet personnalisé de scolarisation et procédure permettant à des élèves en situation de handicap de bénéficier de dispenses d'enseignement. Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain du jour de sa publication. Notice : le décret permet à des élèves en situation de handicap de bénéficier de dispenses d'enseignement. Il précise également le contenu et les modalités d'adoption du projet personnalisé de scolarisation. Il impose une procédure d'analyse des besoins de l'élève. Références : les dispositions du code de l'éducation modifiées par le présent décret peuvent être consultées, dans leur rédaction issue de cette modification, sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).»
[...]
« Article 5 En savoir plus sur cet article... L'article D. 351-7 du même code est remplacé par les dispositions suivantes : « Art. D. 351-7.-1° La commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées se prononce sur l'orientation propre à assurer la scolarisation de l'élève handicapé, au vu du projet personnalisé de scolarisation élaboré par l'équipe pluridisciplinaire et des observations formulées par l'élève majeur ou, s'il est mineur, ses parents ou son représentant légal. « Elle prend, en fonction des besoins de l'élève, les décisions d'orientation mentionnées à l'article D. 351-4 : « a) Soit en milieu scolaire ordinaire, y compris au sein des dispositifs collectifs de scolarisation et des enseignements adaptés ; « b) Soit au sein des unités d'enseignement définies à l'article D. 351-17 ; « c) Soit à temps partagé entre l'unité d'enseignement et l'établissement scolaire ; « 2° Elle se prononce sur l'attribution d'une aide humaine conformément aux dispositions de l'article L. 351-3 ; « 3° Elle se prononce sur un maintien à l'école maternelle ; « 4° Elle se prononce sur les mesures de compensation de nature à favoriser la scolarité de l'élève handicapé, notamment sur l'attribution d'un matériel pédagogique adapté ainsi que sur les actions pédagogiques, psychologiques, éducatives, sociales, médicales et paramédicales nécessaires. » »...
Source: http://www.legifrance.gouv.fr | Source Status

<< Sommaire
legifrance.gouv

CUI-CAE : un contrat d'''insertion'' dans la precarite durable 17/12/2014

«« Un contrat aidé, c'est toujours mieux que le chômage , et en plus ça économise l'argent public ». Une phrase de "bon sens", très populaire en ce moment. Mais il faut se méfier du bon sens populaire. Aujourd'hui, nous sommes très nombreux à être embauchés en CUI-CAE : en effet, ce contrat peut être proposé à l'ensemble des allocataires des minima sociaux , plusieurs millions de personnes, donc. Avec des compétences et des expériences très variées. Les employeurs privés et public ont toutes les raisons de choisir ce mode d'emploi : le salaire peut-être subventionné jusqu'à 90% et pour une durée allant jusqu'à cinq ans. Désormais les personnels en CUI-CAE sont aussi bien présents dans les usines que dans les écoles, dans les associations que dans les commerces. En « contrepartie » des avantages pour les employeurs, et de la précarité imposée aux salariéEs, les pouvoirs publics nous vantent l'existence d'une prétendue « insertion », d'un « sas vers l'emploi stable et durable » constitué par ces contrats.»
[...]
«A besoins permanents, précaires tournants, telle est désormais la devise des employeurs. L’extension des contrats dits d’ « insertion », détruit justement les emplois stables qu’on fait miroiter aux salariéEs qui acceptent ces contrats dérogatoires au Code du Travail en espérant que ce soit un sas vers une amélioration de leur situation, et vers l’embauche définitive dans une entreprise ou dans le secteur public. Le subventionnement élevé des salaires et les dérogations au Code du Travail constitués par les CUI-CAE augmentent la précarité et les situations de chômage, quand une indemnisation forte du chômage, au contraire , contraint les employeurs à proposer des emplois mieux rémunérés, plus stables et des conditions de travail décentes. Un véritable savoir technique de la précarisation de l’emploi se développe même chez les gros employeurs notamment dans la fonction publique. Comme on l’a vu avec les deux exemples ci-dessus, ceux-ci apprennent à jongler avec les contrats précaires et les salariéEs qui les occupent. »...

<< Sommaire
ac.eu

Deceler l'autisme des l'age de dix-huit mois, Limoges en pointe sur le diagnostic 17/12/2014

«C'est une première en France. En avril, l'Agence régionale de santé du Limousin annonçait la création d'un centre expert autisme. Rattachée au pôle neurosciences du CHU de Limoges, cette structure a ouvert ses portes le 1er octobre. A ce jour, vingt-six enfants ont pu bénéficier d'un diagnostic. Huit ont été pris en charge. Une liste d'attente comprend déjà quarante-cinq enfants. Rattraper le retard. « La France a trente ans de retard sur des pays comme les Etats-Unis ou le Canada, explique Philippe Calmette, directeur général de l'ARS. Il y avait une grande diversité d'écoles qui plaidaient chacune pour une certaine prise en charge. » Le centre expert autisme répond à deux objectifs : « constituer un pôle de référence » et assurer la formation de professionnels de la santé et de l'éducation. Comment fonctionne-t-il??»
[...]
«Un recrutement international. Or, « la profession d’assistant d’éducation en autisme n’existe pas en France », affirme le Dr Laurence Tandy, directrice adjointe de l’appui à la stratégie et du droit des personnes, à l’ARS. D’où la nécessité de former les professionnels. Une soixantaine d’assistants ont ainsi été recrutés localement par l’ARS. Le centre expert est placé sous la responsabilité du docteur Éric Lemmonier, spécialiste du neuro-développement. Si son recrutement s’est fait au niveau national -il vient de Bretagne-, ses futurs collègues eux viennent de contrées plus lointaines. Deux docteurs en psychologie canadiennes formeront les professionnels au diagnostic de l’autisme. Leur arrivée est prévue en mars. Des professionnels anglais, américains ou encore polonais ont aussi été recrutés. « Si les choses évoluent, il est encore difficile de recruter du personnel français formé et expérimenté en matière d’autisme », estime Geneviève Macé. À cela s’ajoute l’embauche d’orthophonistes, psychomotriciens, d’infirmiers. « La diversité de leurs compétences est liée à la diversité de l’altération des capacités des autistes », ajoute Geneviève Macé. Ils bénéficieront aussi d’une formation. « Tout cela prend du temps », justifie Laurence Tandy. Le centre devrait être pleinement opérationnel au premier trimestre 2015. »...

<< Sommaire
lepopulaire

L'aide juridictionnelle n'intervient qu'en l'absence de protection juridique 17/12/2014

«Dès le 14 février 2015, un justiciable ne pourra demander l'aide juridictionnelle que s'il présente une attestation de refus de prise en charge de son différend par son assurance de protection juridique. Avant de déposer un dossier d'aide juridictionnelle, il faudra, dès le 14 février 2015, joindre une attestation délivrée par son assurance de protection juridique de la non-prise en charge des frais du procès et notamment de la rémunération des auxiliaires de justice. Selon le gouvernement, l'objectif est d'améliorer l'articulation entre ces deux mécanismes en évitant le dépôt de demandes d'aide juridictionnelle si l'assureur prend en charge le litige. En cas de prise en charge partielle des frais de procédure par l'assurance, le justiciable doit fournir un justificatif précisant le montant des plafonds de garantie et de remboursement des frais, émoluments et honoraires couverts.»...

<< Sommaire
leparticulier

JR Buisson, le poids du lobbyiste, le combat d'un pere 15/12/2014

«Jean-René Buisson assume d'avoir mené des plans sociaux douloureux chez Danone et d'avoir défendu l'aspartame ou l'huile de palme. Comme il assume d'utiliser ses talents de lobbyiste pour faire avancer une cause: l'autisme qui touche trois de ses enfants. L'homme est petit, rond, la soixantaine bien entamée. Mais des cheveux blancs coiffés en brosse et toujours cette écharpe rose autour du cou qui lui donne un air décalé dans le monde conventionnel de l'agroalimentaire français. "C'est quelqu'un de très engagé dans les combats qu'il mène. Et avec lui, le dialogue est franc", estime Guillaume Garot, ministre délégué à l'Agroalimentaire de juin 2012 à mars 2014.»
[...]
«Entretemps, Jean-René Buisson a rencontré sa seconde épouse, Anne. Son assistante chez Kronenbourg. Ils ont Baptiste, puis des jumelles Chiara et Salomé, et enfin Ethan. Lui a déjà deux grands enfants. - Autisme et exclusion - Baptiste et les jumelles présentant des TED, troubles envahissants du développement, "on s'est retrouvés face à une France préhistorique sur l'autisme", confie-t-il. Le couple Buisson rejette l'approche psychanalytique et opte pour des méthodes psycho-éducatives. "Baptiste, quand il avait deux ans était couché par terre en boule. Aujourd'hui il a 16 ans, va tout seul au lycée et est le premier de sa classe". Les jumelles: l'une est en 5e avec une assistante médicale, l'autre en institut médical. Ethan, le dernier, est, lui, un peu hyperactif. "Ce n'est pas un cas isolé, ça arrive l'autisme dans une fratrie, d'autant plus chez des jumeaux", explique Vanessa Lagardère, psychologue. Elle s'est occupée de Baptiste toute sa petite enfance et explique que, forcément, les parents "sont démunis quand les enfants ne communiquent pas". Mais "Jean-René et Anne n'ont jamais baissé les bras". "C'est un couple extrêmement solide". Ils ont l'argent, les réseaux, tout pour offrir le meilleur à leurs enfants. Mais c'est le parcours du combattant: courir chez le psychologue, l'orthophoniste, le psychomotricien, le psychiatre... Alors en 2008, ils décident de créer avec Vanessa Lagardère "Sur les bancs de l'école". L'association lutte pour l'inclusion scolaire des enfants autistes avec 40 assistantes privées de vie scolaire et deux "maisons de TED", une à Paris, l'autre à Pontoise pour offrir en un seul lieu tous les services de soin dont ont besoin les enfants. Ils lèvent des fonds, ?uvrent à la création de la Fondation Initiatives Autisme sous l'égide de la Fondation de France et s'appuient sur le milieu de l'agroalimentaire pour soutenir la cause. »...

<< Sommaire
lest-eclair

F. Hollande a la CNH : bientot une ecole '' all inclusive '' ? 13/12/2014

«décembre 2014, à l'Elysée, était à « bonne école ». La quatrième et dernière table ronde portait sur l'éducation et la jeunesse, synthèse de la première conférence régionale dédiée à ce thème le 5 décembre, à Lille. Nadjat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, était assise au premier rang. En « bonne élève », elle a tenu à remercier « sincèrement les associations pour le travail accompli depuis 2005. » Avant de dresser son bilan...¦ 260 000 enfants handicapés en école ordinaire Près de 260 000 enfants handicapés (150 600 dans le 1er degré et 108 600 dans le 2ème) sont aujourd'hui scolarisés en milieu ordinaire. « C'est deux fois plus qu'en 2006, souligne la ministre. Et ce nombre continue d'augmenter chaque année de plus de 10%. » Et d'assurer que son ministère demeure pleinement mobilisé pour que la dynamique s'amplifie encore parce que, selon elle, « l'école a prouvé qu'elle pouvait ne pas être handicapante dès lors que les compensations étaient mises en oeuvre. » A l'instar de cette première en France : 200 jeunes autistes sont scolarisés depuis 2014 dans 29 unités d'enseignement (UE) comptant chacune 7 enfants. A terme, 90 UE seront créées. Dès septembre 2015, la qualité des apprentissages des enfants sourds sera renforcée par une meilleure prise en compte de leur choix linguistique et par une formation adéquate des enseignants spécialisés en Langue des signes française (LSF) et Langage parlé complété (LPC).»
[...]
« Une école inclusive et autonome ? Les intervenants de cette table ronde insistent sur le fait « que l'Education nationale doit s'emparer de la responsabilité de cette inclusion en interne et que l'accueil d'un élève handicapé ne devrait plus dépendre de la décision d'une MDPH ou du milieu médico-social ». Chaque projet d'école devra désormais comporter un volet sur l'accueil et les stratégies d'accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers. »...

<< Sommaire
informations.handicap

VIDEO - Embrace, un bracelet pour prevenir les crises d'epilepsie 13/12/2014

«VIDEO - Ce bracelet peut prévenir les épisodes épileptiques en analysant plusieurs mouvements et signaux physiologiques. En cas de crise, il prévient l'entourage de son propriétaire pour une intervention rapide des secours.Dans le monde, 50 millions de personnes sont épileptiques selon l'OMS. En France, entre 0,6 et 0,7% de la population est concernée par ces crises souvent accompagnées de mouvements compulsifs. Pour prévenir ces manifestations violentes et améliorer le quotidien des individus touchés par cette affection neurologique, une équipe du Massachusetts Institute of Technology a développé un bracelet connecté d'un nouveau genre. Une invention qui a bien failli ne jamais voir le jour. Conçu sous la houlette du professeur Rosalind Picard, le Embrace se destinait initialement aux enfants autistes, relate le site spécialisé américain Wired. Son objectif était de les aider à mieux appréhender leur stress au moyen des nombreux capteurs d'activité qu'il embarque. Jusqu'à ce qu'en 2008, lors de tests grandeur nature, un patient en proie à une crise d'épilepsie généralisée imprévue aiguille les chercheurs sur un nouvel usage potentiel pour le bracelet à la faveur des données recueillies pendant les convulsions du volontaire.»
[...]
«Pas commercialisé avant 2015 Toujours en campagne de financement sur la plateforme participative Indiegogo, le bracelet Embrace a déjà largement récolté les fonds nécessaires à sa commercialisation. Il doit désormais être lancé au cours de l'année 2015 moyennant 349 dollars, hors frais de port. Il n'a pas encore été approuvé par la FDA, l'autorité compétente en matière de validation du bénéfice médical d'un produit avant sa commercialisation aux États-Unis. »...

<< Sommaire
rtl

Conference sur l'evaluation : Le ministere affiche sa volonte de changement 13/12/2014

«Environ 300 personnes ont assisté le 11 décembre à la première journée de la conférence nationale sur l'évaluation. Tout au long de la journée se sont succédés spécialistes et équipes pédagogiques devant le jury de 30 personnes réuni par le ministère. Toutes les interventions vont dans le même sens : démontrer la nécessité d'appliquer une nouvelle évaluation tenant compte des compétences et bienveillante. La note tue l'apprentissage "La note est liée à l'idée du classement dans un système scolaire construit par en haut pour créer une élite". L'historien Antoine Prost a ouvert la journée en remettant la réflexion de la conférence dans l'histoire de l'évaluation dans l'Ecole française. Dans le secondaire, il explique que la note a été inventée à Polytechnique début 19ème siècle pour assurer e classement des élèves. Elle est ensuite passée par les clases prépas et les classes supérieures du lycée pour arriver ensuite dans les classes du début du secondaire. En 1890 un arrêté impose la note sur 20 pour les compositions dans tout le secondaire. Dans l'enseignement primaire elle n'existe jusqu'aux années 1950 qu'au seul certificat car l'école primaire n'a pas à sélectionner. Pour A Prost, actuellement on "secondarise le primaire alors qu'il faudrait primariser le secondaire". A Prost juge "immorale" l'évaluation de l'apprentissage. "La note tue l'apprentissage", affirme-t-il. Il invite à bien distinguer apprentissage et évaluation finale.»...

<< Sommaire
cafepedagogique

Maggie Simpson, auteure publiee dans une revue scientifique 12/12/2014

«La petite dernière de la famille Simpson, tétine éternelle clouée au bec, ne parle (presque) jamais. Et pourtant, elle publie déjà des articles dans des revues scientifiques, et celles-ci ne font pas partie du monde imaginaire de Springfield. Tout est parti d'Alex Smolyanitsky, un ingénieur américain qui souhaitait mettre en lumière l'absence de professionnalisme de certaines publications prétendument "scientifiques". En principe, chaque texte proposé à ses revues est scrupuleusement relu, analysé, discuté, et un collège d'experts décide si, oui ou non, il mérite d'être publié. Mais de nombreuses publications, bien moins regardantes, se contentent de publier ce qu'on leur envoie... contre espèces sonnantes et trébuchantes.»...

<< Sommaire
bigbrowser.blog.lemonde

Q Senat -Situation des AVS lors des temps d'activités périscolaires 14e législature Imprimer 12/12/2014

«Situation des AVS lors des temps d'activités périscolaires 14e législature M. Jean Germain attire l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la situation des auxiliaires de vie scolaire (AVS) ne pouvant pas accompagner les enfants lors des temps d'activités périscolaires (TAP) mis en place avec la réforme des rythmes scolaires. En effet, les auxiliaires de vie sont des acteurs indispensables à la scolarisation dans de bonnes conditions des enfants en situation de handicap. Ce rôle déterminant, le Gouvernement l'a pleinement reconnu en décidant le recrutement en 2013 de 350 nouveaux auxiliaires de vie scolaire pour l'aide individuelle et de 8 000 contrats aidés supplémentaires. Cependant le contrat des AVS se limite uniquement aux horaires d'école et ne leur permet pas d'accompagner les enfants en situation de handicap aux activités mises en place lors des temps d'activité périscolaires, ceci entrainant soit une impossibilité de l'enfant en situation de handicap de participer aux TAP, soit une difficulté supplémentaire d'organisation pour les écoles qui, dans la plupart des cas, doivent prévoir un ou plusieurs animateurs supplémentaires pour prendre en charge le ou les enfants en situation de handicap dans l'école, ceci entrainant pour la commune des frais supplémentaire et de la formation spécifique à l'accueil d'enfant en situation de handicap pour les équipes d'animateurs. Par conséquent, il souhaiterait connaitre les mesures qu'elle entend prendre pour faciliter l'accueil des enfants en situation de handicap dans les TAP en permettant aux AVS de prolonger leur contrat de travail sur le temps d'accueil périscolaire. En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche»...

<< Sommaire
senat

Conference Nationale du Handicap 2014 : l'Ecole inclusive, une dynamique qui s'amplifie - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche 12/12/2014

«Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, se réjouit des annonces du président de la République relatives au renforcement de la mobilisation de l'Etat en faveur des personnes en situation de handicap et notamment pour une école toujours plus inclusive. A l'occasion de la Conférence Nationale du Handicap (CNH), une série de mesures en faveur d'une école toujours plus inclusive a en effet été adoptée pour : offrir des parcours de formation plus inclusifs renforcer la professionnalisation des différents intervenants faciliter l'insertion professionnelle des jeunes en situation de handicap mobiliser le numérique au service des besoins éducatifs particuliers Par ailleurs, l'Etat, avec la Caisse Nationale d'Allocations Familiales, se mobilise pour accompagner - financièrement et en termes de méthode - les collectivités territoriales pour qu'elles puissent rendre leurs activités périscolaires déclarées accessibles à tous. Aujourd'hui, 260 000 élèves en situation de handicap sont scolarisés en milieu ordinaire. En 8 ans, ce nombre a doublé et il continue d'augmenter chaque année de plus de 10%. Parmi ces 260 000 élèves, certains sont accompagnés par près de 70 000 personnes qui assurent les missions d'auxiliaire de vie scolaire. La formation de tous ces personnels a été renforcée, et parmi eux, les 28 000 accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) ont vu leur statut évoluer. Après avoir exercé 6 ans en CDD, ils peuvent désormais bénéficier d'un CDI de droit public. Une vraie dynamique professionnelle est engagée. Le même élan est à l'oeuvre au sein de l'Enseignement supérieur. Entre 2005 et 2014, le nombre d'étudiants en situation de handicap est ainsi passé de 8 000 à 18 200, dont deux tiers bénéficient d'un accompagnement spécifique. Le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche demeure pleinement mobilisé pour que la dynamique s'amplifie encore.»
[...]
«L'École inclusive : une dynamique qui s'amplifie en faveur des élèves et des étudiants en situation de handicap PDF: L'École inclusive : déjà une réalité L'École inclusive : une dynamique qui s'amplifie Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves : quel plan pour qui ? Dossier du 11 décembre 2014 »...

<< Sommaire
education.gouv

Decroly, l'ecole qui a renonce aux notes il y a 60 ans 12/12/2014

«Louis lève le doigt : "Et l'ensemble, ça vaut quoi ?", demande l'élève de quatrième, en désignant son devoir que Julien Lafitte, le professeur de Sciences de la Vie et de la Terre, vient de lui rendre. Une quinzaine d'enfants sont regroupés par petits ilots dans une salle aux airs de cabinet de curiosités. Je ne te le dirai pas, répond l'adulte. Si je te mets Très Bien, Bien, ou Assez Bien, c'est comme des notes, et ça, nous n'en voulons pas". Bienvenue à l'école publique Decroly à Saint-Mandé (Val-deMarne), où les notes sont hors-la loi, de la maternelle à la troisième. Un vieil hôtel particulier, quelques préfabriqués dans le parc : ce mini-établissement en bordure du bois de Vincennes recrute sur tout le département du Val-de-Marne. Il accueille 220 enfants au primaire, 130 au collège, dont les parents, plus bobos que prolos, se sont battus pour les inscrire dans ce lieu où l'enfant est "un individu à part entière", même si cela coute un peu cher - il faut payer une classe verte par an. La confiance retrouvée L'expérience est quasi-unique en France. Françoise Delahaye, blonde et affable, qui fait office de directrice de l'école, résume : Les notes incitent les enfants à se comparer, elles détournent leur attention de l'essentiel : leur travail et leurs progrès.»
[...]
«Pour moi, le but c’est de bien apprendre, je cherche pas à être le plus fort ", affirme sagement Gauthier, 11 ans, en sixième. "Ça fait perdre la confiance en toi, s’il y a des notes", avoue Melvin, 14 ans, arrivé l’année dernière d’un autre collège où il partait en vrille. Ici, chacun a sa place et progresse à son rythme, y compris les enfants "différents", "dys", autiste ou trisomique, comme Sophie, 12 ans, en sixième, une petite boule d'énergie qui vient en classe accompagnée par son Assistant de Vie Scolaire (AVS). Paul, 17 ans, aujourd’hui en terminale à Maurice Ravel, l'a découvert progressivement. Je ne faisais pas attention à leur particularité. Ce n’est qu’en cinquième que j’ai fait le lien entre le handicap et certains enfants de ma classe." Cet état de tolérance a sauvé Lola, 14 ans. Avec ses cheveux roux et sa silhouette de brindille, on la traitait de "sorcière" dans son collège du 93. »...

<< Sommaire
tempsreel.nouvelobs

Conference nationale sur le handicap : le mecontentement de l'Unapei 11/12/2014

«Scolarisation, emploi et accessibilité : ce sont les grands thèmes de la dernière conférence nationale sur le handicap qui s'est déroulée jeudi 11 décembre 2014, à l'Elysée. Mais pour l'Union nationale des associations de parents de personnes handicapées mentales (Unapei), le rendez-vous était loin d'être à la hauteur des enjeux. Entretien avec Christel Prado, présidente de l'UNAPEI Les associations attendaient avec impatience cette conférence sur le handicap en présence du président François Hollande. Pour l'Unapei, c'était même la réunion de la dernière chance. Mais selon sa présidente, Christel Prado, la réunion n'a pas été à la hauteur : "Aujourd'hui, il y a toujours 13.000 enfants sans solution éducative, 6.500 exilés en Belgique et 30.000 personnes handicapées vieillissantes qui n'ont pas de solution adaptée. Je ne pense pas qu'on puisse s'en contenter". "L'engagement que le président de la République devait prendre, c'est qu'en deux ans, il n'y ait plus de personnes sans solution. Comment peut-on accepter qu'à cause du handicap, des personnes soient discriminées ?"»...

<< Sommaire
allodocteurs

Autisme : entre temoignage et droits des familles 11/12/2014

«Parce qu'il est primordial que les familles d'enfants autistes soient armées face aux difficultés administratives qu'elles rencontrent au quotidien, le Centre de guidance parental, Pas à pas Indre, organise une conférence demain, vendredi 12 décembre, à 9...‰h, à la chapelle des Rédemptoristes, à Châteauroux. Elle s'adresse aussi bien aux professionnels qu'aux familles et sera animée par Me Sophie Janois, avocate au barreau de Paris, spécialisée dans la défense des droits des personnes autistes, et par Hugo Horiot, l'un des rares à être sorti de l'autisme en France et auteur de L'empereur, c'est moi. Une enfance en autisme. « La France est en retard de cinquante ans par rapport au traitement de l'autisme...‰: pas de diagnostic précoce, pas de formation à la méthode Aba, des placements en institutions pratiquement systématiques...¦ Les familles sont souvent désemparées et leurs droits sont souvent bafoués. Les parents doivent être tout à la fois juristes, médecins, éducateurs, avocats de leur propre cause. Est-ce normal...‰? », s'interroge Me Janois. Lors de la conférence qui se déroulera sur une matinée, Me Sophie Janois évoquera, entre autres, les procédures relatives à la MDPH, les différentes aides financières, mais également le droit à la scolarité et à une prise en charge adaptée...¦»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Suivez ici, en direct de l'Elysee, la Conference nationale du handicap, jeudi 11 decembre des 9h30 11/12/2014

«Jeudi 11 décembre, se tiendra la Conférence nationale du handicap à l'Elysée en présence du Président de la République. Cette conférence vient conclure un cycle de quatre forums régionaux portant respectivement sur l'accessibilité ; l'emploi ; la prévention, l'accompagnement médico-social et l'accès aux soins ; la jeunesse. Pour en savoir plus, consulter le dossier de la Conférence nationale du handicap (CNH)»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Exploring Collaboration Patterns in a Multitouch Game to Encourage Social Interaction and Collaboration Among Users with Autism Spectrum Disorder 10/12/2014

«Abstract In this paper, we present a design and evaluation of four Collaboration Patterns on a multitouch collaborative game designed to encourage collaboration among people diagnosed with ASD (autism spectrum disorder). We define Collaboration Patterns as collaborative interaction strategies on elements in a multiuser interface. The patterns presented here were designed according to both recommendations from experts in ASD and requirements of a group of youths with high ASD-related impairment in their social interactions and were inspired by collaborative methods used in other studies. The proposed Collaboration Patterns were evaluated using research criteria relating to social interaction actions and collaborative tasks achieved by users during a multitouch game. The evaluation results suggest that each Collaboration Pattern motivates the need for collaboration and encourages creation of social interaction expressions among users. The applied sequence of patterns gradually encouraged collaborative activities and verbal and gestural interaction expressions among users. The significant characteristics of the proposed Collaboration Patterns allow us to suggest that they might be used in other collaborative applications aimed at fostering social interaction and collaboration among people with ASD.»...

<< Sommaire
link.springer

Overproduction of Upper-Layer Neurons in the Neocortex Leads to Autism-like Features in Mice 10/12/2014

«Summary The functional integrity of the neocortex depends upon proper numbers of excitatory and inhibitory neurons; however, the consequences of dysregulated neuronal production during the development of the neocortex are unclear. As excess cortical neurons are linked to the neurodevelopmental disorder autism, we investigated whether the overproduction of neurons leads to neocortical malformation and malfunction in mice. We experimentally increased the number of pyramidal neurons in the upper neocortical layers by using the small molecule XAV939 to expand the intermediate progenitor population. The resultant overpopulation of neurons perturbs development of dendrites and spines of excitatory neurons and alters the laminar distribution of interneurons. Furthermore, these phenotypic changes are accompanied by dysregulated excitatory and inhibitory synaptic connection and balance. Importantly, these mice exhibit behavioral abnormalities resembling those of human autism. Thus, our findings collectively suggest a causal relationship between neuronal overproduction and autism-like features, providing developmental insights into the etiology of autism.»...

<< Sommaire
sciencedirect

How to Help Students With Nonverbal Learning Disabilities 10/12/2014

«The first time I encountered the term, "nonverbal learning disability," I was in the middle of an intake call with a parent, and I had no idea what she was talking about. "Is that a kind of autism?" I asked, feeling sheepish. The answer was complex: yes, according to some academics and educators; no according to the DSMIV. That's probably why I hadn't heard of it, and many educators still probably haven't either. Still, squabbles over exact definitions aside, the parent told me, this was her son's diagnosis. It came with an array of symptoms that certainly fit, and she needed my help. I told her I'd try my best, and immediately began my research. I learned a lot over the next year, both in my preparatory work and as I worked up close with my student, even as the disability was continually redefined by the educational community. Here is what I learned.»
[...]
«How is a Nonverbal Learning Disability Different Than an Autism Spectrum Disorder? The answer to this question depends on to whom you’re talking. As I touched on previously, there is no official diagnosis in the DSMIV for NVLDs, so students who visit a psychiatrist for their diagnosis are commonly told that they have Autism ADHD or PDD-NOS (Pervasive Developmental Disorder Not Otherwise Specified). NVLD, on the other hand, is a diagnosis from the field of neuropsychology, and is achieved as the result of a battery of tests. Given this split between the fields, there is controversy over whether or not NVLD should be considered separately from autism. Also complicating matters is the fact that many symptoms of NVLD overlap with that of Asperger’s. Most NVLD advocates set the difference in the severity of these symptoms. For example, while students with NVLD may repeat memorized information at inappropriate times, they tend to be less obsessive than students with Asperger’s, and therefore less likely to dig into one topic and learn — and repeat — everything they know. My student, as an example, was relatively socially adept, with his social awkwardness manifesting only in very specific ways, usually to do with a literal or rigid interpretation. He really wanted to have social interactions; it was just that he didn’t have an intuitive sense about how to go about forming them. However, symptoms for both disorders can range in severity. Like all learning disabilities, NVLDs have nothing to do with intelligence. As a wonderful instructor, Laura Rogan, of Wired for Reading, once put it in a course I took: students with learning disabilities have all of the same infrastructure; it’s just that they’re taking the country road to get from point A to point B rather than the freeway. They’ll get there eventually, they just might take a little longer. Official diagnosis aside, it’s our job as teachers to learn as much as we can about the roads their taking, and help them take a few shortcuts. How You Can Help 1. Help NVLD Students Organize Information Given the rigidity of an NVLD student’s thinking, it is crucial to help students organize information as it comes in so that it can be easily retrieved. In her book, Helping a Child With a Nonverbal Learning Disorder or Asperger’s Disorder, Kathryn Stewart uses the analogy of a dresser to demonstrate how important storing information in the right place is to retrieval. She says, for example, imagine how difficult it would be to find the socks you wanted if you sometimes put them in their own drawer, and you sometimes put them in with your underwear. Teachers and parents help students with NVLDs by working with them directly on developing a structure and routine both in the classroom and outside of it, to ensure all information is processed in a standard manner. However, in doing so, it is important not to overwhelm the student with information. Stewart describes how effective an index card system was for one student named Ivan, as opposed to a traditional schedule. On each index card there was a picture depicting what Ivan should be doing, like going to his desk, or waiting in line. The cards were then organized to depict his schedule. His teacher could discuss his schedule with him every day, and if anything needed to be changed, she could remove the card as he watched, so there were no surprises to upset him. Organizational systems are just as important for notes and assignments. While it is important to be comprehensive, it is also important to be concise so as not to overwhelm your student, and to really give them something to grasp onto. 2. Be Patient With a Slower Processing Speed In my experience, it wasn’t so much that new connections couldn’t be formed period — it was that they just took awhile to get there. As such, I tried my best to build my student’s knowledge base from the bottom up rather than top down. No matter what we were studying, we began with concrete facts and simple relationships, going over them again and again until they were really solid before moving on. I never started with the bigger, more abstract concept and worked my way down; rather, if I ever had hope of getting to those abstractions, I had to embrace the idea that they’d emerge from the smaller things. 3. Teach Students How to Focus This relates closely to another Stewart suggestion: teaching your student how to focus, especially in novel situations (and for students with NLVDs, most situations feel novel and stressful, as it’s difficult to see how new permutations are related to an old idea or experience). Breathing techniques can prove particularly effective, as well as an emphasis on capturing only as much information as they can the first time around, safe with the knowledge that you’ll let them go over everything again. You can further help students by making a concerted effort to break tasks down into manageable parts with step-by-step instructions. 4. Teach Social Skills Not all of us are social butterflies, and that’s okay. Work directly with your NVLD students to help them recognize facial cues, body languages, and emotions — both preventatively and during times of conflict. A devoted curriculum with lesson plans is best for this, as students will really need to imbibe social lessons intellectually. 5. Allow Self-Talk Students with NVLDs are great talkers; why not let them talk their way through a task? Ask them to repeat what you’ve just said, and give them a special space where they can work out problems aloud in a low voice. Doing so will help dig that information deeper into their brains, form those connections, and reinforce important concepts. 6. Avoid Punitive Action Imagine not really “getting” cause and effect or how different concepts and experiences are related to one another. Figuring out how to avoid trouble would be pretty difficult, wouldn’t it? Every punishment would feel like it came out of nowhere, because you wouldn’t be able to see the connections. Instead, opt for constructive criticism and coaching wherever possible. In Short My student with NVLD was one of the sweetest, most hard working, intelligent, kind hearted, and joyful kids I’ve ever worked with. I moved to a new city after working with him for a year, and more than two years on, I still ask the colleague I referred him to how he’s doing and if he’s said anything particularly hilarious lately. In the right environment with the right structure, patience, and one-on-one guidance, there’s nothing these bright students can’t do. Just as long as we take the time and the care to figure them out. »...

<< Sommaire
edudemic

Sommet Mondial de l'Autisme a Rabat 09/12/2014

«Rabat - Le Sommet mondial de l'Autisme se tiendra les 12 et 13 décembre à Rabat avec pour objectifs, l'établissement d'un terrain d'entente pour le consensus scientifique actuel sur la science de l'autisme, indique l'Université Mohammed V de Rabat dans un communiqué. Cet événement est initié par le Réseau des compétences américano-marocaines (AMCN), le ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration, le Centre National pour la Recherche Scientifique et Technique (CNRST), l'Association Américaine "Autism Speaks" et l'Université Mohammed V-Rabat (Faculté de Médecine et de Pharmacie). Ce sommet mondial ambitionne de fournir un résumé de l'état de la science génétique et du diagnostic de l'autisme, ainsi que les implications des consensus actuels sur la recherche en santé publique, tout en fournissant un aperçu de l'état de la science dans la recherche de la santé publique de cette pathologie, précise l'Université Mohammed VI.»...

<< Sommaire
lemag

Supervised block sparse dictionary learning for simultaneous clustering and classification in computational anatomy. 09/12/2014

«Abstract An important prerequisite for computational neuroanatomy is the spatial normalization of the data. Despite its importance for the success of the subsequent statistical analysis, image alignment is dealt with from the perspective of image matching, while its influence on the group analysis is neglected. The choice of the template, the registration algorithm as well as the registration parameters, all confound group differences and impact the outcome of the analysis. In order to limit their influence, we perform multiple registrations by varying these parameters, resulting in multiple instances for each sample. In order to harness the high dimensionality of the data and emphasize the group differences, we propose a supervised dimensionality reduction technique that takes into account the organization of the data. This is achieved by solving a supervised dictionary learning problem for block-sparse signals. Structured sparsity allows the grouping of instances across different independent samples, while label supervision allows for discriminative dictionaries. The block structure of dictionaries allows constructing multiple classifiers that treat each dictionary block as a basis of a subspace that spans a separate band of information. We formulate this problem as a convex optimization problem with a geometric programming (GP) component. Promising results that demonstrate the potential of the proposed approach are shown for an MR image dataset of Autism subjects.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Social (pragmatic) communication disorder: a research review of this new DSM-5 diagnostic category. 09/12/2014

«Abstract Social (pragmatic) communication disorder (SCD) is a new diagnostic category in the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, fifth edition (DSM-5). The purpose of this review is to describe and synthesize the relevant literature from language and autism spectrum disorder (ASD) research relating to pragmatic language impairment and other previously used terms that relate to SCD. The long-standing debate regarding how social communication/pragmatic impairments overlap and/or differ from language impairments, ASD, and other neurodevelopmental disorders is examined. The possible impact of the addition of SCD diagnostic category and directions for future research are also discussed.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Preeclampsia, Placental Insufficiency, and Autism Spectrum Disorder... 09/12/2014

«Abstract Importance: Increasing evidence suggests that autism spectrum disorder (ASD) and many forms of developmental delay (DD) originate during fetal development. Preeclampsia may trigger aberrant neurodevelopment through placental, maternal, and fetal physiologic mechanisms. Objective: To determine whether preeclampsia is associated with ASD and/or DD. Design, Setting, and Participants: The Childhood Autism Risks from Genetics and the Environment (CHARGE) study is a population-based, case-control investigation of ASD and/or DD origins. Children from 20 California counties aged 24 to 60 months at the time of recruitment and living in catchment areas with a biological parent fluent in English or Spanish were enrolled from January 29, 2003, through April 7, 2011. Children with ASD (n...‰=...‰517) and DD (n...‰=...‰194) were recruited through the California Department of Developmental Services, the Medical Investigation of Neurodevelopmental Disorders (MIND) Institute, and referrals. Controls with typical development (TD) (n...‰=...‰350) were randomly selected from birth records and frequency matched on age, sex, and broad geographic region. Physicians diagnosing preeclampsia were masked to neurodevelopmental outcome, and those assessing neurodevelopmental function were masked to preeclampsia status. Exposures: Preeclampsia and placental insufficiency were self-reported and abstracted from medical records. Main Outcomes and Measures: The Autism Diagnostic Observation Schedule and Autism Diagnostic Interview-Revised were used to confirm ASD, whereas children with DD and TD were confirmed by Mullen Scales of Early Learning and Vineland Adaptive Behavior Scales and were free of autistic symptoms. Hypotheses were formulated before data collection. Results: Children with ASD were twice as likely to have been exposed in utero to preeclampsia as controls with TD after adjustment for maternal educational level, parity, and prepregnancy obesity (adjusted odds ratio, 2.36; 95% CI, 1.18-4.68); risk increased with greater preeclampsia severity (test for trend, P...‰=...‰.02). Placental insufficiency appeared responsible for the increase in DD risk associated with severe preeclampsia (adjusted odds ratio, 5.49; 95% CI, 2.06-14.64). Conclusions and Relevance: Preeclampsia, particularly severe disease, is associated with ASD and DD. Faulty placentation manifests in the mother as preeclampsia with vascular damage, enhanced systemic inflammation, and insulin resistance; in the placenta as oxygen and nutrient transfer restriction and oxidative stress; and in the fetus as growth restriction and progressive hypoxemia. All are potential mechanisms for neurodevelopmental compromise.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Designing Serious Game Interventions for Individuals with Autism 09/12/2014

«Abstract The design of "Serious games" that use game components (e.g., storyline, long-term goals, rewards) to create engaging learning experiences has increased in recent years. We examine of the core principles of serious game design and examine the current use of these principles in computer-based interventions for individuals with autism. Participants who undergo these computer-based interventions often show little evidence of the ability to generalize such learning to novel, everyday social communicative interactions. This lack of generalized learning may result, in part, from the limited use of fundamental elements of serious game design that are known to maximize learning. We suggest that future computer-based interventions should consider the full range of serious game design principles that promote generalization of learning.»...

<< Sommaire
link.springer

Autisme : vers une mise en place generalisee de la methode ABA ? - Alta Frequenza 09/12/2014

«(Maria Lanfranchi - Alta Frequenza) - Avec l'ouverture récente d'une classe pour enfants atteints de troubles envahissants du développement à l'école Saint Jean d'Ajaccio, l'ARS de Corse se félicite de cette mise en place. Plus généralement le directeur de l'agence de santé régionale positionne son entité sur les aides possibles à apporter aux enfants et à leur famille. Au coeur de ce débat la méthode ABA, longtemps décriée, aujourd'hui reconnue par les plus hautes autorités comme une véritable réponse à ces problèmes de l'autisme et des maladies apparentées. Pourtant des problèmes demeurent quant à une mise en place généralisée et à une prise en charge des familles. On écoute à ce propos Jean-Jacques Coiplet le directeur de l'ARS de Corse.»...

<< Sommaire
alta-frequenza

Kirikou aide les enfants face a l'autisme 07/12/2014

«Pour ce Nol 2014, découvrez l'application « Kirikou et les enfants extra-ordinaires ». Elle est lancée par la société LearnEnjoy, fondée par Gaele Regnault, maman de trois enfants dont un petit garçon autiste de 10 ans. Conçue pour les enfants avec autisme, cette application éducative et ludique peut être utilisée par tous les enfants à partir de 3 ans. Elle propose une méthode d'apprentissage adaptée à tous et notamment aux enfants en situation de handicap cognitif tel que l'autisme. « Kirikou et les enfants extra-ordinaires » est un véritable outil de soutien à l'apprentissage en milieu scolaire, dans les établissements médico-sociaux ou en famille. Pour Gaele Regnault : « Il faut tout un village pour élever un enfant » c'est que l'on dit en Afrique, où j'ai grandi. Plus encore, il faut une société bienveillante pour élever un enfant extra-ordinaire, avec autisme, trisomie 21, ou présentant des difficultés d'apprentissage. Chacun de nous en aura croisés, chacun de nous va en rencontrer. Je crois qu'il est important de bien vivre ensemble, en accueillant et en aidant tous un peu nos enfants extra-ordinaires. A travers cette application, Kirikou nous y invite avec beaucoup de finesse : prendre le temps d'expliquer doucement, se mettre au niveau de chacun, pour que l'échange se fasse et que l'enfant extra-ordinaire grandisse dans la simplicité et la joie, en apprenant, au milieu de nous. Avec cette application qui met en scène un merveilleux petit héros curieux des autres et du monde, exigeant et bienveillant, je me fais le relais de Kirikou et de son créateur Michel Ocelot, pour que cette année Nol soit vraiment extra-ordinaire ! » La beauté et la richesse des graphismes, les couleurs chatoyantes, la diversité des personnages qui entourent Kirikou, ce petit garçon à l'intelligence et la générosité hors du commun, contribuent à créer une atmosphère captivante, ludique et propice à l'enseignement des enfants. Au-delà de son aspect à la fois merveilleux et instructif, « Kirikou et les enfants extra-ordinaires » est source d'interaction entre l'enfant et son environnement : professeurs, membres de la famille, accompagnants professionnels et aidants...¦.tous sont invités à y jouer ensemble. Apprendre à compter des ananas, reconnaitre qui est ou n'est pas Kirikou, classer des animaux et des instruments de musique, imiter une action, associer une image à un mot, sont autant d'exemples des exercices proposés.»...

<< Sommaire
handicapinfos

Consensus Paper: The Role of the Cerebellum in Perceptual Processes - Online First - Springer 07/12/2014

«Abstract Various lines of evidence accumulated over the past 30 years indicate that the cerebellum, long recognized as essential for motor control, also has considerable influence on perceptual processes. In this paper, we bring together experts from psychology and neuroscience, with the aim of providing a succinct but comprehensive overview of key findings related to the involvement of the cerebellum in sensory perception. The contributions cover such topics as anatomical and functional connectivity, evolutionary and comparative perspectives, visual and auditory processing, biological motion perception, nociception, self-motion, timing, predictive processing, and perceptual sequencing. While no single explanation has yet emerged concerning the role of the cerebellum in perceptual processes, this consensus paper summarizes the impressive empirical evidence on this problem and highlights diversities as well as commonalities between existing hypotheses. In addition to work with healthy individuals and patients with cerebellar disorders, it is also apparent that several neurological conditions in which perceptual disturbances occur, including autism and schizophrenia, are associated with cerebellar pathology. A better understanding of the involvement of the cerebellum in perceptual processes will thus likely be important for identifying and treating perceptual deficits that may at present go unnoticed and untreated. This paper provides a useful framework for further debate and empirical investigations into the influence of the cerebellum on sensory perception.»...

<< Sommaire
link.springer

Genetics studies indicate that neural induction and early neuronal maturation are disturbed in autism. 07/12/2014

«Abstract Postmortem neuropathological studies of autism consistently reveal distinctive types of malformations, including cortical dysplasias, heterotopias, and various neuronomorphometric abnormalities. In keeping with these observations, we review here that 88% of high-risk genes for autism influence neural induction and early maturation of the neuroblast. In addition, 80% of these same genes influence later stages of differentiation, including neurite and synapse development, suggesting that these gene products exhibit long-lasting developmental effects on cell development as well as elements of redundancy in processes of neural proliferation, growth, and maturation. We also address the putative genetic overlap of autism with conditions like epilepsy and schizophrenia, with implications to shared and divergent etiologies. This review imports the necessity of a frameshift in our understanding of the neurodevelopmental basis of autism to include all stages of neuronal maturation, ranging from neural induction to synaptogenesis»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Droit au retour en formation initiale pour les 16-25 ans : publication des decrets | Najat Vallaud-Belkacem 07/12/2014

«Communiqué du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, du ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social et du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et des Forêts suite à la publication des décrets relatifs à la durée complémentaire de formation qualifiante et à la formation des sortants sans qualification professionnelle Décret n° 2014-1453 du 5 décembre 2014 relatif à la durée complémentaire de formation qualifiante prévue à l'article L. 122-2 du code de l'éducation Décret n° 2014-1454 du 5 décembre 2014 relatif à la formation professionnelle des jeunes sortant sans qualification professionnelle du système éducatif Deux décrets d'application de la LOI n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République ont été publiés le 7 décembre au Journal officiel. Ces décrets précisent les conditions du droit au retour en formation pour tous les jeunes de 16 à 25 ans qui sont sortis du système scolaire sans diplôme ou sans qualification professionnelle. Pour exercer ce nouveau droit, tout jeune, de 16 à 25 ans, sans diplôme, peut demander un entretien avec un représentant du service public régional d'orientation : pour exprimer cette demande, il peut appeler le numéro gratuit 0 800 12 25 00 (10h-20h) ou adresser une lettre, un mél ou se rendre dans un Centre d'Information et d'Orientation (CIO), une plate-forme de suivi et d'appui aux décrocheurs, une mission locale ou une agence Pôle emploi. Tous ces services participent au service public régional d'orientation, nouveau service mis en place au 1er janvier 2015 et coordonné par la région.»...

<< Sommaire
najat-vallaud-belkacem

Intervention de Najat vallaud-Belkacem a l'occasion du Forum jeunesse de la conference nationale du Handicap - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche 06/12/2014

«La ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a participé au Forum jeunesse de la conférence nationale du Handicap, vendredi 5 décembre à Lille. A cette occasion, Najat Vallaud-Belkacem s'est exprimée sur les progrès et les mesures engagées pour une Ecole toujours plus inclusive. Seul le prononcé fait foi Madame la Ministre, Monsieur le Député, Monsieur le Préfet, Monsieur le Vice-Président du Conseil régional, Monsieur le Recteur, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs, Mesdames et Messieurs, En vous écoutant tout au long de cette table ronde, j'ai pu mesurer le chemin parcouru. J'ai aussi pu mesurer le chemin qu'il reste à parcourir. Vous qui êtes ici aujourd'hui pour parler de ce que fait notre gouvernement pour les personnes en situation de handicap, et plus particulièrement pour la jeunesse, je suis venue vous en rendre compte, s'agissant de l'éducation. C'est en tous cas ainsi que je l'entends : je suis venue vous rendre compte, parce que nous avons pris des engagements devant vous en 2012 et que nous avons à coeur d'y être fidèles. Nous allons cet après-midi faire un bilan d'étape de ce que nous avons fait en matière d'éducation. Ce bilan d'étape, je le prends très au sérieux. A titre personnel. J'étais en 2012 porte-parole de François Hollande, alors candidat à l'élection présidentielle. Je connais ses engagements. J'ai contribué à les porter. Je sais qu'avec l'accessibilité et l'emploi, l'éducation avait été identifiée comme l'une des trois priorités de François Hollande pour agir pour les personnes en situation de handicap. Notre présence ici atteste bien que c'est toujours le cas, plus que jamais, et l'éducation des enfants en situation de handicap fait pleinement partie de la priorité donnée par le Président de la République à la jeunesse dans son ensemble. Je suis aujourd'hui, en tant que ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et avec Ségolène Neuville, comptable de cet engagement sur l'éducation des élèves et étudiants handicapés. Je suis donc venue vous montrer le chemin parcouru, avec modestie, humilité face à l'ampleur de la tâche, mais aussi avec fierté dans le cadre de ce premier bilan. C'est un chemin déjà solide et qui correspond à celui que nous avions tracé auprès de vous avant d'arriver aux responsabilités. Puisque c'est la première fois que je m'exprime devant vous, je voudrais d'abord vous assurer que l'école de la République appartient à tous les enfants, peu importe leurs différences, peu importe leurs capacités. Peut-être n’ai-je même pas besoin de vous le préciser. Peut-être que pour vous, cela relève de l’évidence. Il n’en a toutefois pas toujours été ainsi et je veux donc le redire devant vous : l’école de la République est l’école de tous les enfants. Je crois que nous savons tous que l’enfant type n’existe pas. Il n’existe pas un enfant standard pour lequel l’école aurait été conçue. Il existe une diversité d’enfants. Divers par leurs origines sociales ou territoriales. Divers par le contexte familial dans lequel ils vivent. Et divers parce que certains peuvent présenter des handicaps qui font que chacun est une individualité. C’est le rôle et le devoir de l’école que d’accompagner l’ensemble de ces élèves dans les apprentissages, de leur transmettre un socle commun de compétences, de connaissances et de culture, et de leur donner les moyens, plus tard, de s’insérer dans le monde professionnel et dans la société. Parce qu’être en situation de handicap ne doit pas être un obstacle à la scolarité d’un enfant, ne doit pas être un obstacle à ses rêves, ne doit pas le limiter dans ses projets. Parce que de cette période dépend la suite de son avenir. Et parce que l’école et l’enseignement supérieur ne doivent pas, ne peuvent pas être pensés comme correspondant à un modèle d’enfant uniforme. Cela ne veut pas dire que ce soit simple. Cela ne veut pas dire que pour certains enfants, dans leur intérêt et parce que c’est le souhait de leur famille, la scolarisation en milieu ordinaire soit l’option retenue. Mais cela doit relever d’une évaluation partagée, celle pratiquée au sein de la maison départementale des personnes handicapées, en lien avec l’ensemble des personnes qui connaissent l’enfant : en premier lieu les parents, et aussi l’éducation nationale et les personnels médicaux et médico-sociaux. Je pense que tous ici, nous en sommes convaincus : avoir un enfant en situation de handicap dans une école, c’est une façon de modifier le regard que porte la société sur le handicap, parce que les élèves se considèrent avant tout comme des pairs, comme des enfants qui sont là pour apprendre, quelle que soit leur diversité. Je partage avec bon nombre d’entre vous la certitude que la scolarisation dès le plus jeune âge d’enfants différents est la meilleure manière d’apprendre à vivre ensemble, d’abord au sein d’une classe, ensuite au sein de la société.»
[...]
« Sur la base de ce premier bilan, nous ambitionnons d’aller plus loin pour bâtir ensemble, je l’espère, une école encore plus inclusive. Car si nous n’avons pas à rougir de ce bilan d’étape, nous ne devons pas nous en satisfaire pour autant. Je sais bien qu’il reste encore beaucoup à faire. Devant vous rassemblés, vous qui attendez tant de nous de façon légitime, je le dis : c’est pour moi un honneur et une fierté que de pouvoir y contribuer, aux côtés de Ségolène Neuville. L’enjeu, c’est encore et toujours l’intérêt de l’enfant. C’est donner aux enfants et aux jeunes de ce pays toutes les chances de réussite et leur permettre d’être heureux dans la société que nous bâtissons. Le Président de la République vous rencontrera le 11 décembre prochain et aura l’occasion de vous présenter les mesures qu’il entend privilégier, avec le Premier ministre, pour agir pour la suite de la mandature et rendre notre école encore plus inclusive. Une école plus inclusive, c’est une école qui continuera à améliorer la qualité des parcours de formation des jeunes en situation de handicap. Sans doute pouvons-nous aller plus loin pour relocaliser les unités d’enseignement en milieu ordinaire. Sans doute pouvons-nous encore mieux prendre en compte les besoins spécifiques, par exemple, des jeunes sourds, notamment en améliorant la formation des enseignants. Et sans doute pouvons-nous inciter les universités et les écoles de l’enseignement supérieur à être encore plus inclusives elles-aussi. Il y a certes le principe d’autonomie des universités ; nous le respectons pleinement. Mais il y a un objectif national, non négociable : celui d’une meilleure prise en compte des situations de handicap où qu’elles soient et notamment dans l’enseignement supérieur. Une école plus inclusive, c’est aussi une école qui poursuit ses efforts de professionnalisation de l’enseignement et de l’accompagnement. Nous avons beaucoup progressé ? Et bien nous devons aller plus loin, encore plus loin ! En profitant notamment de la création des écoles supérieures de professorat et d’éducation, les ÉSPE, pour agir davantage sur le levier de la formation initiale des enseignants. Je souhaite que nous y travaillions, en lien avec les universités dont dépendent les ÉSPE. Une école plus inclusive, c’est aussi une école qui se soucie de l’insertion professionnelle de ses élèves et notamment de ses élèves et de ses étudiants en situation de handicap. Vous le savez, cela fait partie de mes priorités. Enfin, une école plus inclusive, c’est une école qui se saisit pleinement du formidable outil que peut représenter le numérique pour mieux prendre en compte des besoins éducatifs particuliers. Le Président de la République a annoncé un Plan numérique pour l’éducation. Ce plan numérique devra également être au service des élèves et des étudiants en situation de handicap. L’école de la République est l’école de tous les enfants, donc. Elle l’est d’autant plus qu’à mi-mandat, nous avons avancé, avec vous, en matière d’évaluation des besoins, de formation et de professionnalisation des intervenants et de prise en charge de handicaps spécifiques s’agissant notamment de l’autisme, conformément au plan autisme 2013-2017. Je m’engage aujourd’hui, devant vous, à aller plus loin. J’ai conscience de la tâche qui est la mienne et je veux que vous sachiez que je n’ai qu’une ambition : être à la hauteur de vos attentes, à la hauteur des attentes des familles et à la hauteur des besoins des élèves. Je sais avoir la chance d’avoir l’ensemble de la communauté éducative à mes côtés pour mener ce combat. Je l’en remercie chaleureusement. Je vous remercie chaleureusement, enseignants, personnels de l’éducation nationale qui œuvrez avec moi à rendre nos engagements possibles. Vous méritez tout notre respect pour le chemin accompli. Je vous adresse également mes remerciements, chers partenaires associatifs qui êtes dans la salle, pour votre regard à la fois bienveillant et exigeant qui nous tire toujours vers le haut. Continuez à être force de propositions, à nous appuyer et nous accompagner dans la recherche d’une école bienveillante et exigeante pour tous les élèves. Vous pouvez compter sur moi ! »...

<< Sommaire
education.gouv

Autism and gender nonconformity combined present unique challenges 06/12/2014

«The challenges in providing psychotherapy to individuals with autism spectrum disorders (ASD) who also are struggling with their gender identity are explored in two case studies of high-functioning persons with diagnoses of ASD and gender dysphoria (GD). The authors describe the unique complexities presented by these two diagnoses and offer suggested techniques for helping these individuals explore their gender identities in an article in LGBT Health, a peer-reviewed journal from Mary Ann Liebert, Inc., publishers. The article is available free on the LGBT Health website until January 2, 2015. New York, NY-based psychotherapist Laura A. Jacobs, LCSW, and coauthors from New York University and private practice explain why characteristics of ASD, such as the limited ability to express feelings, difficulty with social interaction and impaired theory of mind, as well as the intolerance of ambiguity, may present special difficulties for gender identity formation in persons with GD. However, in the article "Gender Dysphoria and Co-Occurring Autism Spectrum Disorders: Review, Case Examples, and Treatment Considerations," the authors suggest that high-functioning individuals with ASDs and GD can be good candidates for gender transition and can benefit from it. "While much has been written recently on the co-occurrence of GD and ASDs, few case histories or papers discussing treatment have been published to date, gaps that this article addresses," says Editor-in-Chief William Byne, MD, PhD, Icahn School of Medicine at Mount Sinai, New York, NY. "The article also underscores that while the presence of an autism spectrum disorder poses particular issues that must be addressed, it does not preclude gender transition.»...

<< Sommaire
medicalnewstoday

Des centaines de milliers d'autistes prives d'ecole dans le monde 04/12/2014

«A l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées de l'ONU, RFI.fr se penche sur la situation des enfants autistes et des conditions difficiles de leur scolarisation. L'autisme ou trouble envahissant du développement, qui touche des millions de personnes dans le monde, continue d'être largement ignoré. Dans certains pays, des politiques publiques continuent même d'encourager des méthodes dépassées, alors que d'autres procédés permettent de vaincre ce handicap. L'autisme reste un bien étrange ensemble de pathologies sur lesquelles on ne sait pas encore tout. Elles ont en commun, sans constituer un retard mental, de manifester d'importants troubles du développement qui peuvent prendre la forme de problèmes de communication, de comportements physiques répétitifs (un peu comme des tic) ou encore de blocages sociaux plus ou moins graves (notamment chez les autistes dits aspergers). Pendant une bonne partie du XXe siècle, la médecine voyait dans ces handicaps les signes de problèmes psychiatriques, puisant des références et des pistes dans le traitement de la schizophrénie ou de la psychose. Il faudra attendre la fin du XXe siècle et le début du XXIe pour voir se répandre une autre logique. Alors que la recherche tend à identifier les sources de l'autisme dans des dysfonctionnements cérébraux, plusieurs pays entament un changement d'approche. On commence à sortir les autistes des institutions médicales pour les réintroduire dans un système éducatif, reposant sur l'utilisation de procédés stimulants le développement. Les résultats de ces méthodes (A.B.A, Teach, notamment) se révèlent souvent spectaculaires.»
[...]
« En avril 2014, à l'occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, le secrétaire général des Nations unies avait notamment appelé à « inclure les enfants avec différentes capacités d'apprentissage au sein d'écoles classiques ou spécialisées, pour changer les attitudes et promouvoir le respect ». Ban Ki-moon avait cependant regretté que « dans de nombreuses parties du monde, les autistes se voient nier leurs droits humains les plus fondamentaux ». De fait, rien qu'en France, des milliers d'enfants autistes sont exclus du système scolaire. « Sans accompagnement adéquat, ces enfants stagnent et sont condamnés à l'exclusion sociale, alors que les méthodes adaptées permettent à des personnes souffrant de troubles envahissant du développement de mener une vie presque normale à l'âge adulte », confie le père d'une jeune autiste. »...

<< Sommaire
rfi

AVS Deux etablissements publics condamnes 04/12/2014

«Après Rennes et Saint-Malo, « le conseil des prud'hommes de Quimper a requalifié, hier, les contrats aidés de quinze salariés AVS (assistant de vie scolaire) et EVS (emploi de vie scolaire) en contrats de travail à durée indéterminée (CDI) », indique, dans un communiqué, le Sgen-CFDT Bretagne. C'est le lycée Yves-Thépot et le collège Max-Jacob, à Quimper, employeurs des AVS-EVS par délégation du rectorat, qui ont été condamnés pour avoir « manqué à leurs obligations de formation et d'accompagnement », précise le syndicat.»...

<< Sommaire
letelegramme

Handicap : le defi de l'egalite et de la solidarite | PS - Parti socialiste 04/12/2014

«A l'occasion de la journée internationale des personnes handicapées, le Parti socialiste réaffirme sa vision d'une société de progrès qui s'adapte, innove pour inclure, rend accessible à tous l'espace public et les services. C'est la vision d'une société inclusive qui donne toute sa place à chacune et chacun susceptible de se retrouver, à n'importe quel âge, en situation de handicap temporaire ou définitif. Depuis 2012, le gouvernement a fait de la question du handicap une priorité. Ainsi, en 2013, le Comité interministériel du handicap (CIH) s'est réuni pour la première fois depuis sa création. Celui-ci a pris des dispositions dans de nombreux domaines et réalisé des avancées inédites sur le chemin d'une société inclusive. Il a défini la feuille de route à mettre en oeuvre. Par exemple, pour favoriser l'inclusion des élèves à l'école, 28 000 assistants de vie scolaire pourront bénéficier désormais d'un contrat à durée indéterminée. Le gouvernement poursuit par ailleurs la création, d'ici 2016, de 16 000 places supplémentaires dans les établissements médico-sociaux, sans compter les 3 500 places déjà prévues par le troisième « plan autisme ». Une charte pour l'accueil des étudiants handicapés dans les écoles de journalisme, les chaines de télévision et les radios a par ailleurs été signée avec le Conseil supérieur de l'audiovisuel.»
[...]
«Dans le prolongement du CIH, la Conférence nationale du Handicap du 11 décembre prochain fera un premier bilan de l’avancement de ses travaux et de la politique volontaire du gouvernement pour faire de l’inclusion une réalité. En cette Journée internationale des personnes handicapées, le Parti socialiste soutient toutes ces réalisations et mesures gouvernementales. Elles tracent avec cohérence la voie vers la société inclusive que promeut le Parti socialiste, où les personnes en situation de handicap sont des actrices de leur propre destin. »...

<< Sommaire
parti-socialiste

Rejoignez la cagnotte 'Conseil d'Etat:honoraires avocat pour la mere de Tim autiste' 03/12/2014

«Timothée, 15 ans, élève autiste scolarisé l'année dernière dans son collège de secteur a été empêché physiquement de rentrer cette année dans ce collège. Le personnel de direction a refusé de l'inscrire et de l'accueillir dans une classe. Aujourd'hui Timothée n'est toujours pas scolarisé, alors qu'il souhaitait fortement retourner à son collège cette année et dans lequel cela se passait bien (il avait de bons bulletins et était apprécié des autres élèves). ... Conséquences Il y a violation du droit à une éducation effective, du droit à des conditions nécessaires au développement de l'enfant. Cette violation de son droit à la scolarisation entraine des conséquences graves pour lui et porte atteinte à un droit fondamental. ... Actions en justice Maryna, sa mère, a fait un recours en référé liberté pour atteinte au droit à l'éducation de son enfant. Mais la décision du recours vient de rejeter sa demande sous ce motif : « la seule circonstance que cet enfant ne soit pas scolarisé en milieu ordinaire, même si elle ne répond pas aux souhaits de sa mère,ne caractérise pas une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale susceptible de justifier l'intervention du juge des référés sur ce fondement » En conséquence elle va faire appel devant le Conseil d'Etat. Elle a pour cela besoin de 4000 E pour payer l'avocat. Si cela est encore rejeté (la décision est prise quelque jours après le dépôt de la requête) , elle déposera une requête à la cour européenne des droits de l'homme, et là on verra bien... ... Les bénéfices de l'inclusion sur les personnes autistes L'inclusion permet d'éviter la création de handicaps secondaires et notamment les troubles psychologiques engendrés classiquement par l'éducation ségréguée ou une coupure de vie sociale avec les enfants ordinaires. Timothée a acquis une belle autonomie (il sait lire, écrire, compter, est autonome, sait faire à manger, le ménage, jouer du piano) grâce à sa scolarisation en milieu ordinaire et une prise en charge éducative, sa mère ayant toujours refusé l'institution comme choix imposé par la MDPH. Aujourd'hui elle souhaite pour lui un projet scolaire en vue d'un petit travail dans la société.»...
https://www.colleo.fr/cagnotte/957/Conseil-d-Etat-honoraires-avocat-pour-la-mere-de-Tim-autiste

<< Sommaire
unknown

Brain representations of social thoughts accurately predict autism diagnosis 02/12/2014

«Psychiatric disorders -- including autism -- are characterized and diagnosed based on a clinical assessment of verbal and physical behavior. However, brain imaging and cognitive neuroscience are poised to provide a powerful advanced new tool. Carnegie Mellon University researchers have created brain-reading techniques to use neural representations of social thoughts to predict autism diagnoses with 97 percent accuracy. This establishes the first biologically based diagnostic tool that measures a person's thoughts to detect the disorder that affects many children and adults worldwide. Published in PLoS One, the study combined functional magnetic resonance imaging (fMRI) and machine-learning techniques first developed at Carnegie Mellon that use brain activation patterns to scan and decode the contents of a person's thoughts of objects or emotions. The previous work also demonstrated that specific thoughts and emotions have a very similar neural signature across normal individuals, suggesting that brain disorders may display detectable alterations in thought activation patterns.»...

<< Sommaire
sciencecodex

Autisme : «A peu pres tout reste a faire» 30/11/2014

«Josef Schovanec, autiste, diplômé de Sciences Po et docteur en philosophie, anime à 16 h 30 une conférence au Mouzon. Son intitulé : «Etre autiste, nos différences, nos difficultés, nos talents.» Quelle est la situation des autistes en France, aujourd'hui ? Pensez-vous que la société fait le nécessaire pour vous accueillir ? la situation actuelle des personnes autistes n'est pas brillante, c'est le moins que l'on puisse dire. Certes, les autistes ont de la chance par rapport par exemple aux personnes trisomiques 21, qui sont liquidées à 97 % : heureusement que dans le cas de l'autisme il n'y ait pas de test de dépistage prénatal fonctionnel. Sinon, à peu près tout reste à faire. Quelles sont les difficultés auxquelles vous faites face...¦ et les avancées récentes ? Assurément, il y a eu quelques avancées, mais elles sont fort timides par rapport aux impératifs, et surtout elles ne portent que sur certains domaines ponctuels, et ce dans certaines régions de France seulement. Ainsi, on a un peu commencé à s'intéresser à la question du diagnostic précoce et correct, il y a eu une certaine, quoique faible, mobilisation pour la scolarisation des enfants et plusieurs établissements qui pratiquaient des formes particulièrement barbares de maltraitance ont été dénoncés. Sur le reste, depuis l'emploi des adultes jusqu'au logement en passant par les loisirs et l'autisme chez les personnes âgées, c'est le silence radio. Votre vie le montre, être autiste ne veut pas dire être «enfermé dans son monde». L'autisme n'a jamais voulu dire être enfermé dans son monde. Ça, ce sont les hommes politiques. En revanche, trop souvent on a enfermé les autistes dans divers établissements, souvent d'ailleurs avec les meilleures intentions au monde, par exemple de les «guérir». Tout l'enjeu est précisément de permettre aux personnes autistes d'acquérir les compétences sociales requises pour pouvoir mener une vie autonome et digne.»...

<< Sommaire
ladepeche

Genève: l'inclusion scolaire est possible ailleurs, pourquoi pas ici ? : Mise en abyme 30/11/2014

«Autisme: l'inclusion scolaire est possible ailleurs, pourquoi pas ici ? Il faut cesser d'exclure nos enfants des écoles: leur place est parmi leurs pairs ! L'Etat de Genève doit cesser la politique ségrégationniste contraire à la Convention des droits de l'enfant. Soyons tous solidaires des enfants différents. Rendez-vous le: 4 décembre 16h15-17h15 - rassemblement devant l'hôtel de ville pour une école inclusive ! Origine de la manifestation : Fédération genevoise des associations de personnes handicapées et de leurs proches (FéGAPH).»...

<< Sommaire
miseenabyme.blog.tdg

Accompagnants des eleves en situation de handicap - Senat 30/11/2014

«Accompagnants des élèves en situation de handicap 14e législature Question écrite n° 13859 de M. Michel Le Scouarnec (Morbihan - CRC) publiée dans le JO Sénat du 27/11/2014 - page 2623 M. Michel Le Scouarnec attire l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la situation des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) qui remplacent désormais les assistants d'éducation-auxiliaires de vie scolaire (AED-AVS). Ce dispositif a été concrétisé par le décret n° 2014-724 du 27 juin 2014 complété par deux arrêtés du 27 juin 2014, l'un fixant les modalités de la rémunération des AESH et l'autre relatif aux modalités d'appréciation de leur valeur professionnelle. Les AESH sont, depuis la rentrée de septembre 2014, des agents contractuels de l'Etat recrutés par contrat de droit public. Ce type de contrat d'une durée maximale de trois ans, renouvelable dans la limite de six ans, ne peut être reconduit et pérennisé que par un contrat à durée indéterminée (CDI). Dans le département du Morbihan, cette mutation concernerait environ 350 salariés, essentiellement des femmes qui interviennent aux côtés des élèves présentant un handicap afin de favoriser leur intégration dans le monde scolaire. Malgré ces avancées significatives, la majorité des personnels a constaté une perte de salaire équivalente à un mois de paie sur une année travaillée. En effet, le changement de répartition annuelle du temps de service a pour conséquence une augmentation de ce temps de service hebdomadaire. De plus le crédit d'heures de formation (200 heures, à déduire des 1 607 heures pour un temps plein) et le temps de durée de préparation ont disparu du statut d'AESH, ce qui augmente d'autant plus la quotité de travail hebdomadaire sans augmentation de salaire. La formation, le temps de préparation sont indispensables aux AESH pour pouvoir exercer sereinement et avec professionnalisme leurs missions auprès des enfants qu'ils accompagnent. Il semble aberrant de ne pas prendre en compte dans le temps de travail des AESH les réunions de concertation, le suivi de scolarité ainsi que les temps de préparation indispensables dans leur profession. Aussi, il lui demande les dispositions que le Gouvernement entend prendre afin de compenser cet effet mécanique de perte de salaire, injuste au regard de la situation déjà très précaire de ces personnels pourtant très investis. En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.»...

<< Sommaire
senat

Accompagnants des eleves en situation de handicap - Senat 30/11/2014

«Accompagnants des élèves en situation de handicap 14e législature Question écrite n° 13859 de M. Michel Le Scouarnec (Morbihan - CRC) publiée dans le JO Sénat du 27/11/2014 - page 2623 M. Michel Le Scouarnec attire l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la situation des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) qui remplacent désormais les assistants d'éducation-auxiliaires de vie scolaire (AED-AVS). Ce dispositif a été concrétisé par le décret n° 2014-724 du 27 juin 2014 complété par deux arrêtés du 27 juin 2014, l'un fixant les modalités de la rémunération des AESH et l'autre relatif aux modalités d'appréciation de leur valeur professionnelle. Les AESH sont, depuis la rentrée de septembre 2014, des agents contractuels de l'Etat recrutés par contrat de droit public. Ce type de contrat d'une durée maximale de trois ans, renouvelable dans la limite de six ans, ne peut être reconduit et pérennisé que par un contrat à durée indéterminée (CDI). Dans le département du Morbihan, cette mutation concernerait environ 350 salariés, essentiellement des femmes qui interviennent aux côtés des élèves présentant un handicap afin de favoriser leur intégration dans le monde scolaire. Malgré ces avancées significatives, la majorité des personnels a constaté une perte de salaire équivalente à un mois de paie sur une année travaillée. En effet, le changement de répartition annuelle du temps de service a pour conséquence une augmentation de ce temps de service hebdomadaire. De plus le crédit d'heures de formation (200 heures, à déduire des 1 607 heures pour un temps plein) et le temps de durée de préparation ont disparu du statut d'AESH, ce qui augmente d'autant plus la quotité de travail hebdomadaire sans augmentation de salaire. La formation, le temps de préparation sont indispensables aux AESH pour pouvoir exercer sereinement et avec professionnalisme leurs missions auprès des enfants qu'ils accompagnent. Il semble aberrant de ne pas prendre en compte dans le temps de travail des AESH les réunions de concertation, le suivi de scolarité ainsi que les temps de préparation indispensables dans leur profession. Aussi, il lui demande les dispositions que le Gouvernement entend prendre afin de compenser cet effet mécanique de perte de salaire, injuste au regard de la situation déjà très précaire de ces personnels pourtant très investis. En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.»...

<< Sommaire
senat

Prise en charge des auxiliaires de vie scolaire sur le temps periscolaire - Senat 30/11/2014

«Question écrite n° 13943 de M. François Marc (Finistère - SOC) publiée dans le JO Sénat du 27/11/2014 - page 2624 M. François Marc attire l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la question du financement des auxiliaires de vie scolaire (AVS) sur le temps périscolaire. En effet, depuis récemment, consigne est donnée aux inspections d'académie de ne plus prendre en charge les AVS sur le temps périscolaire (cantine et temps d'activités périscolaires). Or, cette décision fait supporter une charge accrue importante aux communes, qui est particulièrement sensible pour les plus petites d'entre elles. C'est pourquoi il lui demande s'il n'est pas envisageable que les AVS soient pris en charge également sur le temps périscolaire par l'Etat comme c'était le cas avant 2014. En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.»...

<< Sommaire
senat

Colloque international - 2-3 fevrier 2015 | Education inclusive la question de l'evaluation 30/11/2014

«Education inclusive, la question de l'évaluation : des représentations aux pratiques évaluatives 1O ans après le vote de la loi française du 11 février 2005 pour "l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées" Sous le haut patronage du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche Organisé à Toulouse par l'UMR Education Formation Travail Savoirs (MA 122) de l'Université Jean Jaurès et l'Ecole Nationale de Formation Agronomique - Entrée 3 Cognitions, pratiques et développement professionnels L'éducation inclusive est fondée sur le droit à une éducation de qualité pour tous qui réponde aux besoins d'apprentissage fondamentaux et enrichisse l'existence des apprenants. Elle s'inscrit dans un mouvement international qui met en avant les principes de non-discrimination ou de reconnaissance des droits de la personne handicapée, dans le prolongement des principes de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948. Afin de valoriser l'égalité des chances, les législateurs de différents pays proposent de prendre en compte les besoins des apprenants en situation de handicap en créant des parcours de scolarisation personnalisés et des dispositifs de formation et d'évaluation adaptés. Ces directives impliquent en général d'importants infléchissements et changements tant au niveau des systèmes éducatifs, des dispositifs pédagogiques que des pratiques professionnelles des acteurs. Pour les enseignants et les formateurs, il s'agit de faire face à des questions complexes : Evaluer : débattre des valeurs sous-jacentes de l'évaluation : quels sont les acteurs de l'évaluation et leur formation ? Quelle évaluation des compétences (et dans quelles conditions d'exercice) des personnes à besoins particuliers tout au long de leur parcours ? Adapter et diversifier l'évaluation en prenant en compte les capacités et les compétences des personnes à besoins particuliers. Permettre la confrontation et la mutualisation de dispositifs d'évaluation existants : pour et vers une reconnaissance institutionnelle ?»...

<< Sommaire
blogs.univ-tlse2

Auxiliaire de Vie Scolaire. Le flou scolastique 28/11/2014

«Bienvenue dans le monde merveilleux du handicap ! Vous ne serez jamais au bout de vos surprises, devant des mesures faites de bric et de broc, des promesses qui n'engagent que ceux qui espèrent s'accrocher à une branche, fut-elle vermoulue. La loi d'intégration est une belle coquille vide, un jolie duperie collective qui s'habille de verroteries. Parmi celles-ci, il y a la présence aux côtés de l'enfant d'une personne adulte qui lui apportera aide et bienveillance afin qu'il puisse suivre sa scolarité du mieux possible. Si l'idée est généreuse, elle est porteuse de tant de défauts et d'imprécisions qu'elle distille un venin sournois. Je découvre ce phénomène dont j'ignorais tout ; les élèves de Segpa sont, quant à eux, exemptés de cette mesure pour des raisons aussi obscures qu'injustes ! L'auxiliaire de vie scolaire est une personne qui hérite d'un statut précaire dans un milieu, celui de l'école, où les enseignants sont, au contraire, protégés par leur fonction. Ajoutons alors un salaire misérable et la menace permanente de perdre le peu qui a été octroyé et vous devinez déjà que nos volontaires éducatifs sont en équilibre instable. Cela ne serait qu'une incongruité de plus si ces aidants étaient formés à la délicate mission qui est la leur. Là, ce serait considérer que l'école est encore un lieu important pour notre société, ce qui n'est plus le cas depuis quelques décennies moroses. On balance dans le grand bain des mères de famille pleines de bonne volonté, des jeunes gens sans solution, des gens mis sur le côté du marché de l'emploi.»
[...]
« L'enseignant est aussi démuni pour leur préciser la nature d'un rôle si peu défini que personne n'en comprend les contours et les limites. Qu'est-ce qu'une aide ? Quelles sont les limites de cette action ? Bien souvent on voit des AVS qui ne visent que la réussite de leur élève, ne lui laissant plus de place pour l'erreur et la recherche. Elles sont portées par le désir de la réussite quand elles ne devraient être que des truchements. Qui peut leur reprocher cette attitude quand personne n'est venu fixer le cadre ? Pire même, elles ne savent rien du handicap de l'élève et des mesures d'adaptation qu'il faudrait prendre pour lui faciliter les apprentissages. On voit souvent des personnes adultes démunies devant un ordinateur dont elles ne comprennent pas comment il peut apporter une aide à leur « client » ! Elles n'ont pas plus été informées sur la différence qu'il y a entre un statut de mère et celui d'auxiliaire de vie scolaire. Elles manquent de distance vis-à-vis de cet enfant avec lequel elles peuvent passer jusqu'à 24 heures par semaine dans une proximité incroyable. Qui leur a donné les clefs de cette redoutable tâche ? Qui leur apporte un regard critique pour éviter les dérives inévitables ? Personne ! vous l'aurez deviné, quand le bricolage est la règle d'un ministère sans gouvernance réelle depuis si longtemps. On prend les AVS quand elles arrivent, on leur dit bonsoir quand le contrat s'achève, sans se soucier le moins du monde de l'enfant. Combien de gamins perdent ainsi en milieu d'année celle qui les a accompagnés parce que les règles de l'administration se contrefichent du temps de l'enfant ? Je pourrais vous dire bien des dysfonctionnements mais je prendrais le risque de dévoiler des cas particuliers. Sachez que je n'exagère en rien ; que nous vivons une situation ubuesque pour faire croire aux familles à l'égalité des chances. Rien n'est mis sérieusement en œuvre pour justifier d'une telle ambition et le gaspillage est souvent la règle dans cette farce. »...

<< Sommaire
cestnabum.blogs.nouvelobs

Chateauroux 12 déc Conférence débat - droit du handicap avec Me Sophie Janois + Dédicaces Hugo Horiot L'empereur c'est moi 28/11/2014

««Chateauroux 12 déc Conférence débat - droit du handicap avec Me Sophie Janois - Dédicaces Hugo Horiot L'empereur c'est moi Sophie Janois : Thèmes : Problèmes liés à la prise en charge, problème de diagnostic, problème de scolarisation, problème d'établissement non adapté, d'octroi d'un AVS non qualifié, d'octroi d'une allocation... . Renseignements : 02 54 36 33 28»...»...

<< Sommaire
inclure

Clues To What Causes Autism Found In Missing Gene: What We Know About The Spectrum So Far 26/11/2014

«Comment Share on facebook 15 Share on twitter 28 Share on google_plusone_share Share on emailemail Share on printprint More Sharing Servicesmore Autism is a set of complex neurological disorders that impair socialization, communication, and cognitive ability, but researchers still aren't exactly sure what causes it. English researchers from the University of Leeds have found a gene to add to the connection of dots they're making to figure out what causes autism. They published their findings in the journal Translational Psychiatry while the rest of the world races to find another possible cause in hopes of a treatment. The research team zoomed in on a gene called neurexin-II, which they already knew was associated with autism symptoms. Except this time they got to see how a live animal functioned without the gene. The mice acted with symptoms similar to those found in autistic humans, such as lack of sociability or interest in other mice interaction. One in 68 children have been identified with autism spectrum disorder, according to the Centers for Disease Control and Prevention. The disorder is five times as prevalent in boys than among girls, and the sharp increase of autism diagnosis has shaken the medical community into action. They're not even sure if the rates have increased because more children are developing the disorder or because more children are being correctly diagnosed. Autism can vary greatly from highly functional to severely dependent on a caretaker. "In other respects, these mice were functioning normally," the study's lead author Dr. Steven Clapcote, Lecturer in Pharmacology in the University's Faculty of Biological Sciences, said in a press release. "The gene deficiency mapped closely with certain autism symptoms. This is exciting because we now have an animal model to investigate new treatments for autism." When the brain is missing neurexin-II, it also has lower levels of a specific protein called MUNC 18-1. The protein helps to release chemicals in the brain to make connections throughout different neurotransmitters, which are just pathways to send messages through. The lack of passageways for messages may be the reason social cues aren't picked up by autistic people. "Not all people with autism will have the neurexin-II defect, just as not all will have the neuroligin defect," Clapcote said. "But we are starting to build up a picture of the important role of genes involved in these synapse communications in better understanding autism." It's the first time a research team has made such an important discovery between autism symptoms and a specific gene. The last link was established by Professor Thomas Sudhof, a Nobel prize-winning biochemist at Stanford University, who found neurologin-1 had something to do with autism symptoms. While these are only a couple of the concrete evidential causes for autism, there are many theories. Some believe the body's immune system is incorrectly producing antibodies that attack the child's brain, which in turn causes autism. Meanwhile, others believe the brain's growth period while the baby is in the mother's womb has something to do with the incorrect organization of thoughts and synapses.»...

<< Sommaire
medicaldaily

Deletion of [alpha]-neurexin II results in autism-related behaviors in mice 26/11/2014

«Abstract Autism is a common and frequently disabling neurodevelopmental disorder with a strong genetic basis. Human genetic studies have discovered mutations disrupting exons of the NRXN2 gene, which encodes the synaptic adhesion protein α-neurexin II (Nrxn2α), in two unrelated individuals with autism, but a causal link between NRXN2 and the disorder remains unclear. To begin to test the hypothesis that Nrxn2α deficiency contributes to the symptoms of autism, we employed Nrxn2α knockout (KO) mice that genetically model Nrxn2α deficiency in vivo. We report that Nrxn2α KO mice displayed deficits in sociability and social memory when exposed to novel conspecifics. In tests of exploratory activity, Nrxn2α KO mice displayed an anxiety-like phenotype in comparison with wild-type littermates, with thigmotaxis in an open field, less time spent in the open arms of an elevated plus maze, more time spent in the enclosure of an emergence test and less time spent exploring novel objects. However, Nrxn2α KO mice did not exhibit any obvious changes in prepulse inhibition or in passive avoidance learning. Real-time PCR analysis of the frontal cortex and hippocampus revealed significant decreases in the mRNA levels of genes encoding proteins involved in both excitatory and inhibitory transmission. Quantification of protein expression revealed that Munc18-1, encoded by Stxbp1, was significantly decreased in the hippocampus of Nrxn2α KO mice, which is suggestive of deficiencies in presynaptic vesicular release. Our findings demonstrate a causal role for the loss of Nrxn2α in the genesis of autism-related behaviors in mice.»...

<< Sommaire
nature

Installation du comite strategique sur la reforme de la tarification des etablissements et services medico-sociaux qui accueillent et accompagnent les personnes handicapees 26/11/2014

«Installation du comité stratégique sur la réforme de la tarification des établissements et services médico-sociaux qui accueillent et accompagnent les personnes handicapées Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion auprès de Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a installé ce jour le comité stratégique sur la réforme de la tarification des établissements et services médico-sociaux qui accueillent et accompagnent les personnes handicapées. Cette première réunion lance la phase opérationnelle des travaux qui vont permettre de conduire une réforme en profondeur de la tarification de ces établissements. Ce comité est composé d'associations représentatives des personnes handicapées, d'organismes gestionnaires, de l'Assemblée des Départements de France (ADF) et d'opérateurs de l'Etat dans le champ du handicap. En s'appuyant sur les recommandations du rapport d'Agnès Jeannet et Laurent Vachey (IGAS-IGF), le chantier engagé contribuera notamment pour partie à la mise en oeuvre du rapport « Zéro sans solution » remis par Denis Piveteau en juin 2014 et dont la mise en oeuvre progressive a été confiée à Madame Marie-Sophie Desaulle. Ce chantier contribuera à ce que les réponses apportées par les établissements et services concernés s'adaptent, au plus près des besoins des personnes et de leurs familles, en privilégiant des réponses inclusives. C'est un chantier ambitieux qui s'inscrit dans un calendrier de 3 ans et dont la méthode prévoit des avancées progressives tout au long de la démarche. Ségolène Neuville a demandé que ce projet soit conjointement porté par la DGCS (Direction générale de la cohésion sociale) et la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie). Il associe l'ADF et la CNAMTS (Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés). L'équipe projet est issue de la DGCS et de la CNSA. Un groupe de travail national se réunira dès janvier et devra élaborer au cours de l'année 2015 les référentiels de besoins des personnes et des prestations.»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Autisme. Le medecin brestois a choisi Limoges 25/11/2014

«Ancien responsable du centre de ressources autisme de Brest, le Dr Eric Lemonnier, pédopsychiatre, va poursuivre son travail de recherche, mais à Limoges. « Je n'avais plus d'équipe, il n'était plus possible de travailler comme cela dans le laboratoire de Neurosciences qui m'avait accueilli à l'hôpital Morvan de Brest », explique le Dr Eric Lemonnier. Depuis le 1er octobre, il a pris la responsabilité du Centre Expert Autisme du Limousin.»
[...]
« Ce départ est regretté par les associations de parents d'enfants autistes. « Seul aspect positif : le projet qu'il prend en charge en Limousin est très intéressant et on espère, à terme, en bénéficier nous aussi », dit Jean Vinçot de l'association Asperansa. Le projet porte sur la création d'une filière de soins avec un diagnostic le plus précoce possible et une prise en charge individuelle d'une vingtaine d'heures par semaine. Côté CRA de Bretagne, après un audit, l'Agence régionale de santé de Bretagne a lancé en septembre un appel à projets. Un nouveau CRA au 1er juillet Les candidats ont jusqu'au 19 décembre pour présenter leur projet de CRA. Une commission comprenant des représentants d'usagers doit donner un avis le 26 mars puis l'ARS donnera sa décision avant le 19 juin pour une mise en place le 1er juillet. Actuellement, le CRA est toujours installé au CHRU de Brest. « Nous espérons que le prochain CRA de Bretagne sera indépendant du secteur sanitaire mais associera tous les professionnels intéressés et les familles », ajoute Jean Vinçot. »...

<< Sommaire
letelegramme

Autisme : un espoir 24/11/2014

«Une petite souris de labo, noire et vive, porte l'espoir de soigner des milliers d'enfants souffrant de troubles autistiques. La main qui la porte est celle d'Andreas Frick, chercheur neurologue qui dirige une équipe au sein d'une unité Inserm du Neurocentre Magendie à Bordeaux. Forte de résultats incroyablement encourageants sur l'autisme, l'équipe a bénéficié d'une publication dans la célèbre revue « Nature Neuroscience ». Saint-Graal des chercheurs.»
[...]
«« La bonne nouvelle, reprend Mélanie Ginger, c'est que l'étude a permis de révéler que cette molécule, qui nous intéresse au plus haut point, n'a pas d'effets indésirables. Du coup, les tests cliniques vont pouvoir démarrer très vite et nous avons gagné un temps précieux. » Ces découvertes présentent un nouvel espoir pour un traitement sur mesure des aspects sensoriels du syndrome de l'X Fragile et des troubles du spectre autistique. En particulier parce que ces traitements pourraient être appliqués à des patients adultes ou adolescents. »...

<< Sommaire
sudouest

A Systematic Review of Tablet Computers and Portable Media Players as Speech Generating Devices for Individuals with Autism Spectrum Disorder. 24/11/2014

«Abstract Powerful, portable, off-the-shelf handheld devices, such as tablet based computers (i.e., iPad®; Galaxy®) or portable multimedia players (i.e., iPod®), can be adapted to function as speech generating devices for individuals with autism spectrum disorders or related developmental disabilities. This paper reviews the research in this new and rapidly growing area and delineates an agenda for future investigations. In general, participants using these devices acquired verbal repertoires quickly. Studies comparing these devices to picture exchange or manual sign language found that acquisition was often quicker when using a tablet computer and that the vast majority of participants preferred using the device to picture exchange or manual sign language. Future research in interface design, user experience, and extended verbal repertoires is recommended.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Rosie King: How autism freed me to be myself | Talk Video | 24/11/2014

«"People are so afraid of variety that they try to fit everything into a tiny little box with a specific label," says 16-year-old Rosie King, who is bold, brash and autistic. She wants to know: Why is everyone so worried about being normal? She sounds a clarion call for every kid, parent, teacher and person to celebrate uniqueness. It's a soaring testament to the potential of human diversity. Interactive transcriptInteractive transcript Rosie King Storytelling activist Rosie King challenges stereotypes of people with autism and contextualizes the issue by asking us, "Why be normal?"»...

<< Sommaire
ted

Autisme: rompre l'isolement, bannir la stigmatisation, affirme le pape 23/11/2014

«CITE DU VATICAN - Le pape François a appelé à rompre l'isolement et à bannir la stigmatisation qui affecte encore dans la société les enfants autistes et leurs familles, en recevant plusieurs milliers d'entre eux, a annoncé un communiqué du Vatican. Le pape François a dialogué samedi pour la première fois avec des personnes autistes, leurs familles et des chercheurs, au total 7000 personnes, à l'issue d'une conférence organisée par le Vatican autour de cette maladie. «Il est souhaitable, a-t-il recommandé, de créer un réseau de soutien et de services, complet et accessible, qui implique, outre les parents, les grands-parents, amis, thérapeutes, éducateurs. Ces personnes peuvent aider les familles a surmonter la sensation (....) d'inadaptation, d'inefficacité et de frustration». «Il s'agit de rompre l'isolement, et dans de nombreux cas, la stigmatisation qui pèsent sur les personnes affectées de troubles autistiques, comme aussi souvent sur leurs familles», a-t-il ajouté. Il a encouragé les chercheurs pour leurs découvertes thérapeutiques afin de «prévenir l'apparition de ces troubles».»...

<< Sommaire
journaldemontreal

Reforme des rythmes scolaires et AESH - Reponse a un Maire 23/11/2014

«réponse à un Maire à propos de l'intervention des AVS au cours des activités périscolaires Suite à notre page "Des AVS sur les temps périscolaires", on nous a demandé quelles recommandations adresser à un Maire qui s'inquiète de l'absence d'un accompagnant quand il accueille un enfant handicapé au cours des activités des temps périscolaires organisées par ses services. Nous proposons donc ici quelques éléments de réponse. I - Le processus conduisant à l'affectation d'un AESH pendant les activités périscolaires 1. Principe général : le rôle de la MDPH Les AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) ou selon la nouvelle appellation les AESH (Accompagnant des Elèves en Situation de Handicap), ont mission pour accompagner les enfants sur les temps scolaires ou sur les temps périscolaires (à l'exclusion des temps extrascolaires). (1) Dans chaque département, c'est la MDPH qui a compétence pour évaluer les besoins d'accompagnement des enfants handicapés et pour attribuer les AVS (ou les AESH). Si l'école ou la collectivité qui a l'enfant en charge estime que l'aide d'un accompagnant est nécessaire durant ces temps de prise en charge, à temps plein ou à temps partiel, elle doit demander à la famille d'en faire la demande à la MDPH. La MDPH peut définir la quotité du temps d'intervention de l'AVS et préciser quelles seront les activités principales de l'AVS (par exemple aide scolaire et/ou interventions sur les temps périscolaires). (2) 2. Dans les faits : le rôle de l'ESS (Equipe se Suivi de la Scolarisation) Dans les faits, il arrive le plus souvent que la MDPH se contente d'attribuer un AVS mais en laissant aux acteurs du terrain le soin de déterminer les activités de cet accompagnant. C'est alors l'ESS (Equipe de Suivi de la Scolarité) qui doit fixer ces activités. L'ESS comprend, outre les parents, l'ensemble des professionnels qui interviennent autour de l'enfant. Elle est réunie par l'Enseignant Référent (ERH - Enseignant Référent Handicap) et sous sa responsabilité (3). L'Enseignant Référent doit réunir l'ESS au moins une fois pas an, mais aussi à la demande des parents ou à la demande des professionnels qui en font partie (4). L'Enseignant Référent organise donc une réunion de l'Equipe de Suivi de la Scolarisation. C'est à cette étape que le représentant des personnes qui interviennent pendant les activités périscolaires peut intervenir pour préciser les besoins particuliers de l'enfant et donc le besoin d'accompagnement. L'ESS décide alors de la répartition des temps d'activité de l'AVS. L'Enseignant Référent transmet à la MDPH les conclusions de l'ESS. Si la quotité d'accompagnement attribuée parait insuffisante ou s'il y a des dissensions au sein de l'ESS à propos de la répartition des activités de l'AVS, l'Enseignant Référent ou les parents demanderont à l'Equipe Pluridisciplinaire un nouvel examen du dossier. II. Ce n'est pas à la commune de prendre en charge l'accompagnement pendant les temps périscolaires. C'est à l'Etat et donc en l'occurrence à l'Education nationale qu'il appartient de rémunérer les AVS, sur les temps périscolaires comme sur les temps scolaires, dans le cadre de la quotité horaire fixée par la MDPH. Le Conseil d'Etat a eu l'occasion de le rappeler. (5).»
[...]
«Notes (1) Sur les missions des AVS, voir la circulaire n° 2003-093 du 11 juin 2003 - II "Les auxiliaires de vie scolaire interviennent à titre principal pendant le temps scolaire, mais aussi dans les activités péri-scolaires (cantine, garderie, ...) qui sont une condition de possibilité de la scolarité." Sur la définition des temps périscolaires, voir la circulaire 2013-036 du 22 mars 2012 (BOEN n° 12, du 21 mars 2013). (2) Décret n° 2012-903 du 23 juillet 2012 (3) Il existe sur chaque secteur scolaire un enseignant spécialisé qui a pour mission de veiller à la mise en œuvre des aménagements et des aides à apporter en réponse aux besoins de l’enfant en situation de handicap, en classe ou hors de la classe. C'est l'Enseignant Référent, qui joue donc ici un rôle important. (4) Circ. n° 2006-126 du 17 août 2006 - 2.3 : "L’équipe de suivi de la scolarisation est réunie par l’enseignant référent en tant que de besoin mais au moins une fois par an." Circ. n° 2006-126 du 17 août 2006 - 2.1.1 (ou Code de l’Education D351-10) : L'équipe de suivi de la scolarisation (…) procède, au moins une fois par an, à l'évaluation de ce projet et de sa mise en oeuvre et propose les aménagements nécessaires pour garantir la continuité du parcours de formation. Cette évaluation peut être organisée à la demande de l'élève, de ses parents ou de son représentant légal, ainsi qu'à la demande de l'équipe éducative de l'école ou de l'établissement scolaire, ou à la demande du directeur de l'établissement de santé ou de l'établissement médico-social, si des adaptations s'avèrent indispensables en cours d'année scolaire. (5) Conseil d'Etat - Arrêté du 20 avril 2011. On notera que l'Education nationale n'est pas satisfaite de cette situation et que ces dispositions seront sans douite modifiées dans les mois ou les années qui viennent. »...
Source: http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr | Source Status

<< Sommaire
scolaritepartenariat.chez-alice

AUTISTES : ces entreprises qui misent sur eux. 23/11/2014

«Aujourd'hui s'achève la semaine dédiée à l'emploi des personnes handicapées. Afin de terminer cette semaine, j'ai décidé de consacrer un article aux entreprises qui donnent leurs chances aux personnes porteuses d'un handicap, mais plus précisément aux personnes avec autisme. Les 03 et 04 Octobre derniers, se tenait la conférence ITASD à l'Institut Pasteur. Lors de cette conférence, une de mes plus belles surprises aura été de faire la connaissance, rapide mais marquante, de Dirk ROMBAULT. Directeur commercial de la société Passwerk en Belgique (Anvers), il avait entamé son discours de présentation en déclamant l'idée principale qui motivait sa société « lutter contre l'exclusion sociale des personnes ayant des Troubles du Spectre Autistique (TSA) ».»
[...]
«Embaucher des personnes avec TSA implique certaines adaptations et services de la part d’une entreprise. En ce point, Passwerk semble avoir trouvé la solution idéale. La société a mis en place un principe de job coaching. Pour 40 employés, (35 hommes et 5 femmes), Passwerk emploie 6 job coacher. Qu’est-ce qu’un job coaching ? Le job coacher est un assistant présent pour l’employé porteur de TSA. Son assistance peut comprendre le trajet du domicile au bureau et du bureau au domicile, la guidance dans le métro et les transports, l’aide à la rédaction de textes etc… Le coaching est permanent et propose des évaluations fréquentes du personnel, tout en offrant des capacités d’amélioration à ses employés avec TSA. Par exemple, afin de leur permettre de travailler et d’améliorer l’interaction sociale (grande problématique de la personne avec TSA), des ateliers de cuisine en groupes sont proposés. De quoi, également, créer et souder des liens entre les employés. Ce système de Job coaching étant très ficelé et représentant un grand investissement pour le fonctionnement de la société, il est donc très important que le candidat au poste d’ingénieur au sein de Passwerk accepte cette prise en charge individuelle, ce qui n’est pas évident pour toutes les personnes avec TSA. Une démarche commerciale concentrée sur le service Pour Dirk ROMBAULT, miser sur des personnes avec TSA en vaut la peine ! Le travail des ingénieurs consiste, en partie, à tester la qualité, vérifier et concevoir des applications et leurs différents formats. « Ce sont des tâches qui requièrent de la précision pour lesquelles les personnes avec TSA sont très doués naturellement ». »... https://associationpetitbonheur.wordpress.com/2014/11/23/autistes-ces-entreprises-qui-misent-sur-eux

<< Sommaire
unknown

Le Pape recommande un engagement de tous pour faire face a l'autisme 22/11/2014

«La 29ème Conférence Internationale du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé s'est conclue. Elle avait pour thème d'étude : la personne autiste, animer l'espérance. La rencontre avait pour objectif de mieux cerner les défis que pose les troubles liés à l'autisme, pour les personnes qui en souffrent, leurs familles, et les personnes qui les aident, les défis posés à la science, à la médecine, et plus généralement à la société et aux gouvernements. Recevant ce samedi matin les participants à cette Conférence, ainsi que de nombreuses familles , accompagnées de leurs enfants et des associations, - quelques 6.000 personnes - le Pape a d'emblée insisté sur la complexité des troubles de l'autisme, et la nécessité d'un engagement plus concret des gouvernements et des institutions, ainsi que des communautés chrétiennes pour venir en aide aux personnes concernées. Engagement de tous, pour promouvoir l'accueil, la rencontre, la solidarité, afin de susciter l'espérance et de rompre l'isolement des personnes autistes et leurs familles.»...

<< Sommaire
news

Pope: Break down isolation, stigma of Autism Vatican Radio 22/11/2014

«(Vatican Radio) Pope Francis says we need to "break down the isolation and stigma that burden" people living with autism spectrum disorders. The Pope was speaking to participants at a three-day conference sponsored by the Pontifical Council for Pastoral Health Care titled The Person with Autism Spectrum Disorders: Animating Hope. Listen to Emer McCarthy's report: 650 experts from 57 countries were joined in the Paul VI hall Saturday by hundreds of parents and children affected by autism. Warmly thanking them for their ...˜moving and meaningful testimonies' on what it means to live with the condition, Pope Francis spoke of the fragility of children and families suffering from autism spectrum disorders, describing the stigma and isolation they feel as a Cross. To meet their needs and break through their loneliness, the Pope spoke of creating a network of support and services on the ground that are comprehensive and accessible. This is the responsibility of governments and intuitions he said but also of Christian communities, parishes and friends. This continued the Pope would help families overcome the feelings, that can sometimes arise, of inadequacy, uselessness and frustration when faced with the daily realities of autism. Pope Francis concluded with words of encouragement for academics and researchers in the field that they may discover therapies and support tools, to help and heal and, above all, prevent the onset of these conditions as soon as possible. While always safeguarding the inalienable dignity of every person.»...

<< Sommaire
en.radiovaticana

France : qu'as-tu fait de tes enfants autistes ? 22/11/2014

«Paris, le samedi 22 novembre 2014 - A la manière de Prévert qui proposait sa recette poétique « Pour faire le portrait d'un oiseau », pour créer la « polémique », rien de tel que d'ouvrir la cage du débat sur la prise en charge de l'autisme en France. Evoquez la place de la psychanalyse, interrogez vous sur l'efficacité des méthodes comportementales, attendez (sans doute pas des années comme l'oiseau de Prévert) qu'un psychiatre ou un psychanalyste d'une part et une association de parents d'autre part s'enflamment et vous pourrez écrire votre nom dans un coin de l'article. A bien des égards, le blog de Magali Pignard intitulé « The Autist », hébergé sur le site de l'Express pourrait parfaitement être le moteur d'une controverse de ce type avec schématiquement et (un peu) caricaturalement psychanalystes vantant le packing d'un côté et familles ne jurant que par la méthode ABA de l'autre. L'auteur, mère d'un petit garçon, Julien, atteint d'autisme, ne cache pas par exemple son admiration pour la réalisatrice du film « Le Mur : la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme », bête noire d'un grand nombre de praticiens en France et qui à l'époque de sa sortie avait fait couler beaucoup d'encre. Vous avez dit « autisme » ? Et pourquoi pas plutôt « psychose infantile » ? Magali Pignard ne perd de même jamais une occasion de signaler et de décortiquer comment aujourd'hui les thèses éculées évoquant une responsabilité du mauvais lien « mère-enfant » dans l'autisme peuvent encore avoir pignon sur rue. Ainsi, le 28 octobre, elle présentait les conclusions d'une psychologue appelée à examiner le cas d'un enfant pour lequel sa mère souhaitait une prise en charge éducative et comportementale. A propos de ce cas (sur lequel elle ne donne aucune précision), elle relève que la psychologue invitée à se prononcer sur la pertinence du placement de l'enfant en institution spécialisée, conteste le diagnostic d'autisme préférant constater l'existence « de troubles qui s'apparentent à une forme de psychose avec crises d'angoisse, agitations, atteintes du langage, anomalies praxiques et retard d'organisation du raisonnement, troubles de nature psychotiques qui remettent en question la nature du lien mère enfant ».»
[...]
« Or, pour Magali Pignard, ce « milieu spécialisé », met en place une véritable ségrégation des enfants handicapés, n’hésitant pas même à parler d’apartheid. Sans aller jusqu’à conclure que cette ségrégation est inconsciemment (voire consciemment) sans doute voulue par les Français eux-mêmes, soulagés peut-être que les classes de leurs enfants ne comptent pas d’enfants handicapés de ce type, elle remarque : « Cette histoire est révélatrice de ce qui se passe avec les enfants vulnérables, pas seulement les enfants handicapés, mais aussi par exemple les Roms, qui eux aussi sont parfois orientés en établissement spécialisé (bien que non handicapés) ». »...

<< Sommaire
jim

Douze millions d'euros pour l'autisme en #Paca 22/11/2014

«52 places adultes et 79 enfants vont être créées dans le cadre du premier plan régional rendu public par l'Agence Régionale de Santé de Paca. Actuellement 1 250 places en établissements ou services ont été créées en Paca dont 700 pour les enfants. Le premier plan régional autisme entérine l'orientation déjà engagée par l'Agence dans ce domaine et se veut une déclinaison du 3e plan au niveau national. Le plan sera doté de 12 millions d'euros étalés sur 4 ans, soit 52 places adultes et 79 enfants. Dans les deux académies Aix-Marseille et Nice, respectivement 1 070 et 920 élèves atteints de troubles envahissants du développement (TED) dont l'autisme sont scolarisés en milieu ordinaire.»
[...]
«Trois structures sont concernées Des moyens vont leur être alloués pour officialiser cette prise en charge et professionnaliser les équipes. Des appels à candidatures seront lancés dans ce sens avec une contractualisation à la clé avec un cahier des charges et un ensemble de pratiques à respecter notamment celles validées par la Haute autorité de santé. Répondant aux journalistes sur l’évolution des pratiques, Dominique Gauthier a précisé que la HAS avait « repéré des pratiques qui ne doivent pas être réalisées ». Trois structures sont concernées en Paca dont « l’évaluation par le ministère est en cours ». Quant aux adultes, dont « nombre n’ont pas été diagnostiqués autistes alors qu’ils le sont », le plan régional a l’ambition de les trouver et de les diagnostiquer afin qu’ils bénéficient de la bonne prise en charge. La création d’une équipe mobile de diagnostic relevant de l’hôpital Valvert à Marseille devrait naître avant la fin de l’année. »...

<< Sommaire
lamarseillaise

Mere d'un fils autiste impossible a scolariser 22/11/2014

«Poitiers Vincent est autiste et violent. Une double peine qui le laisse dans un no man's land sanitaire. Sa mère cherche à toute force un point de chute pour une prise en charge adaptée. Sans succès. La juge des référés du tribunal administratif vient de mettre en demeure l'agence régionale de santé et la maison départementale des personnes handicapées de lui trouver un établissement d'accueil. Ils ont un mois pour le faire. Un mois pour trouver le lieu le plus à même de prendre en charge un adolescent qui doit, malgré son handicap, bénéficier d'une scolarisation jusqu'à ses 16 ans. Et surtout d'une prise en charge de ses nombreux autres problèmes.»
[...]
«Ballottée par les administrations sanitaires et après trois refus de la MDPH, la mère de Vincent s'est décidée à saisir la justice. L'absence de scolarisation, selon les experts, conduit en plus à une aggravation des symptômes dépressifs de l'enfant. Elle freine ses efforts de socialisation. Le juge des référés relèvent que, tant l'ARS que la MDPH, ont porté atteinte aux droits fondamentaux de Vincent en ne faisant pas tout le nécessaire pour trouver un établissement où le scolariser. »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

De nouveaux droits pour les enfants 21/11/2014

«La France signe le 3e protocole relatif à la Convention internationale des droits de l'enfant A l'occasion du 25e anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, ce jeudi 20 novembre, la France signe un nouveau protocole qui permettra aux mineurs de saisir directement l'ONU en cas de violation de leurs droits. C'est en compagnie de Michèle Barzach, Présidente de l'UNICEF France, que la ministre a décidé de marquer ce jour en visitant deux établissements gérés par la Protection judiciaire de la jeunesse : l'unité éducative d'activité de jour Romainville et l'unité éducative en milieu ouvert Les Lilas, toutes deux situées dans le 19ème arrondissement de Paris. .« Oui mais madame, c'est bien d'avoir des droits, mais s'ils ne les respectent pas, on fait quoi ? » La visite commence dans l'atelier préparant les jeunes au métier d'animateur de centre de loisirs ou de vacances. Peu à peu, ces mineurs et jeunes adultes accueillis au sein de l'unité éducative d'activité de jour de Romainville, au début réservés face à la ministre, se sentent de plus en plus à l'aise pour échanger avec elle. « C'est justement l'intérêt du 3eme protocole que la France signe aujourd'hui » explique Christiane Taubira : « dès que le Parlement l'aura transposé dans notre droit national, vous pourrez saisir vous-même le Comité des droits de l'enfant de l'ONU si vos droits ne sont pas respectés.»
[...]
«La France signe le 3e protocole relatif à la Convention internationale des droits de l’enfant A l’occasion du 25e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, ce jeudi 20 novembre, la France signe un nouveau protocole qui permettra aux mineurs de saisir directement l’ONU en cas de violation de leurs droits. C’est en compagnie de Michèle Barzach, Présidente de l’UNICEF France, que la ministre a décidé de marquer ce jour en visitant deux établissements gérés par la Protection judiciaire de la jeunesse : l’unité éducative d’activité de jour Romainville et l’unité éducative en milieu ouvert Les Lilas, toutes deux situées dans le 19ème arrondissement de Paris. .« Oui mais madame, c’est bien d’avoir des droits, mais s’ils ne les respectent pas, on fait quoi ? » La visite commence dans l’atelier préparant les jeunes au métier d’animateur de centre de loisirs ou de vacances. Peu à peu, ces mineurs et jeunes adultes accueillis au sein de l’unité éducative d’activité de jour de Romainville, au début réservés face à la ministre, se sentent de plus en plus à l’aise pour échanger avec elle. « C’est justement l’intérêt du 3eme protocole que la France signe aujourd’hui » explique Christiane Taubira : « dès que le Parlement l’aura transposé dans notre droit national, vous pourrez saisir vous-même le Comité des droits de l’enfant de l’ONU si vos droits ne sont pas respectés. »...

<< Sommaire
justice.gouv

GABAergic/glutamatergic imbalance relative to excessive neuroinflammation in autism spectrum disorders 21/11/2014

«Abstract (provisional) BackgroundAutism spectrum disorder (ASD) is characterized by three core behavioral domains: social deficits, impaired communication, and repetitive behaviors. Glutamatergic/GABAergic imbalance has been found in various preclinical models of ASD. Additionally, autoimmunity immune dysfunction, and neuroinflammation are also considered as etiological mechanisms of this disorder. This study aimed to elucidate the relationship between glutamatergic/ GABAergic imbalance and neuroinflammation as two recently-discovered autism-related etiological mechanisms.MethodsTwenty autistic patients aged 3 to 15?years and 19 age- and gender-matched healthy controls were included in this study. The plasma levels of glutamate, GABA and glutamate/GABA ratio as markers of excitotoxicity together with TNF-?, IL-6, IFN-? and IFI16 as markers of neuroinflammation were determined in both groups.ResultsAutistic patients exhibited glutamate excitotoxicity based on a much higher glutamate concentration in the autistic patients than in the control subjects. Unexpectedly higher GABA and lower glutamate/GABA levels were recorded in autistic patients compared to control subjects. TNF-? and IL-6 were significantly lower, whereas IFN-? and IFI16 were remarkably higher in the autistic patients than in the control subjects.ConclusionMultiple regression analysis revealed associations between reduced GABA level, neuroinflammation and glutamate excitotoxicity. This study indicates that autism is a developmental synaptic disorder showing imbalance in GABAergic and glutamatergic synapses as a consequence of neuroinflammation.»...

<< Sommaire
jneuroinflammation

Smartphone videos could help diagnose autism earlier 21/11/2014

«Diagnosing autism remotely, from videos taken with a parent's smartphone, was found to be 87 percent as accurate as in-person diagnosis in a small preliminary study funded by an NIH grant. The NODA system (Naturalistic Observation Diagnosis Assessment) is an app developed by Atlanta, Georgia-based Behavior Imaging Solutions. Agata Rozga, a researcher at Georgia Tech who has conducted some of the research on the NODA platform, presented the technology at a showcase of companies incubated at the Interoperability & Integration Innovation Lab (I3L) at Georgia Tech. "The problem is that despite all the increased awareness of autism, we're still seeing pretty significant delays between when parents first notice that there's something off about their child and when we're actually able to get them into the office for a diagnosis," she said. "And the kids are missing out on treatment during that early crucial time." The clinical study included 32 children identified as possibly autistic, 9 neurotypical children, and 6 children with non-autism concerns. Parents followed the NODA protocol but also took the child to an in-person clinician who was blinded to the NODA process. Eighty-seven percent of the diagnoses matched up, Rozga said, and there were more false positives than false negatives among those that didn’t match.»
[...]
«The intervention is designed to address the problem of long waiting lists for parents to get their child screened for autism, but it also has implications for parents in rural areas far away from a specialist. In some ways the videos might have an advantage over a clinical assessment, since they show the child immersed in his or her everyday life. The clinical study included 32 children identified as possibly autistic, 9 neurotypical children, and 6 children with non-autism concerns. Parents followed the NODA protocol but also took the child to an in-person clinician who was blinded to the NODA process. Eighty-seven percent of the diagnoses matched up, Rozga said, and there were more false positives than false negatives among those that didn’t match. »...

<< Sommaire
mobihealthnews

Pope Francis To Meet With Autistic Children And Their Families To 'Help Break The Isolation' 19/11/2014

«In a move aimed at eradicating the stigma and seclusion experienced by people suffering from autism spectrum disorders, Pope Francis has set a meeting with autistic children along with their families. Apart from the goal of eliminating the discrimination against those living with such illness, the pope also aims to assist in improving the public's perception of this condition. According to Rev. P. Augusto Chendi of the Pontifical Council for Health Care Workers, the international autism conference aspires to "help break the isolation, and in many cases the stigma, that surrounds people affected by autistic spectrum disorders." Monsignor Zygmunt Zimowski, the lead health expert at the Vatican, shared that they opted to shed light on autism for this year's international conference in order to provide hope and support to families struggling with this condition. The international conference, which is currently being hosted by the Vatican's health care office, seeks to discuss autism with the aid of roughly 650 medical experts coming from 57 countries. This convention is hailed as the largest medical discussion focusing on autism. Dr. Stefano Vicari, the chief of the pediatric neuropsychiatry at the Roman hospital Bambin Gesu, autism remains as one of the widely unrecognized and undiagnosed conditions in most countries such as Italy. In addition, Dr. Vicari shared that 1 in 68 children in the United States fall within the autism spectrum. Apart from medical advice, autism experts also point out that parents of children living with autism spectrum disorders should have dependable pastoral care due to the high probability of deciding to separate or obtain a divorce. Relationships of parents with an autistic child often become strained because of the financial demands and emotional turbulence brought about by the disorder. One of the anticipated highlights of the international conference will be the speech delivered by Pope Francis, who has been widely known to for his tremendous concern for children living with special needs.»...

<< Sommaire
christianitydaily

Une premiere mondiale: sommet sur l'autisme au Vatican 19/11/2014

«C'est une première mondiale que le congrès international sur l'autisme organisé au Vatican de jeudi 20 à samedi 22 novembre, dans le cadre de la XXIXe Conférence internationale du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé. Pour la première fois aussi un pape dira sa proximité aux personnes concernées par l'autisme: l'audience du pape François est prévue samedi 22 novembre, en fin de matinée, dans le cadre d'une animation musicale. L'événement a été présenté ce mardi 18 novembre à la salle de presse du Saint-Siège par le président du dicastère organisateur, Mgr Zygmunt Zimowski, entouré du secrétaire, Mgr Jean-Marie Maté Musivi Mupendawatu, du père Augusto Chendi, M.I. et du prof. Stefano Vicari, chef du département de neuropsychiatrie de l'hôpital pédiatrique du "Bambino Gesù" de Rome, qui dépend du Saint-Siège. Le titre de la conférence de trois jours est: "La personne affectées du Trouble du spectre autistique (TSA): encourager l'espérance". Le TSA, conviennent les intervenants, est "une question complexe et sensible". Ils ont précisé que le TSA, qui est un trouble neuro-comportemental également appelé syndrome de Kanner, est d'origine multiple: pas seulement génétique ni seulement historique. Il se manifeste principalement dans les trois premières années de la vie et il se poursuit toute la vie. Il affecte peu plus d'un pour cent des enfants: un enfant sur 68 naissances, ce qui est beaucoup. Et plus le diagnostic est précoce plus les soins peuvent être efficace pour améliorer notamment la communication. Pour le prof. Vicari, les thérapies comme l'hippothérapie our la delphinothérapie, mais aussi la musicothérapie sont particulièrement utiles avant les 5 ans du petit enfant. Les organisateurs ont pu parler d'une "urgence sociale cachée", qu'il faut faire venir à la surface, non seulement pour ceux qui en souffrent en tant qu'affectés par les syndrome mais aussi pour les familles, la question des parents étant toujours: "Et après nous, que devient-il?". Avec ce manque de finesse dans le discernement qui fait que des autistes adultes finissent souvent leur vie dans une structure inadéquate, étant assimilés à des personnes affectées de schizophrénie, par exemple. Ce congrès constituera "une grande opportunité, car il rassemble de grands scientifiques", a déclaré l'archevêque polonais. Il a insisté sur le fait que la question ne touche pas seulement le médecin, le psychologue ou le thérapeute, mais toute la société, et "pas seulement l'enfant affecté par l'autisme, mais toute une famille".»...

<< Sommaire
zenit

How to teach ...anti-bullying Teacher Network 18/11/2014

«Children with special educational needs (SEN) are twice as likely as other young people to suffer persistent bullying, according to research by the Institute of Education. The Anti-Bullying Alliance (ABA), the organisation that coordinates national Anti-Bullying Week which runs until Friday 21 November, is focusing on stopping all bullying, including disabled children and those with SEN. This week we've put together a collection of lesson ideas and resources to help teachers tackle bullying head on. Created specifically for this year's Anti-Bullying Week, the ABA has created some fantastic materials. For key stages 1, 2, 3 and 4, there are activities which explore the concept of bullying, inclusion and accepting difference. Working in groups, ask students to write a definition of what they think bullying is, where it might happen and what the consequences might be. What should you do if you see someone being bullied? Pupils could use these ideas to write a class charter.»...

<< Sommaire
theguardian

AutistanTV Temoignage de Romain Autisme IME France - YouTube 18/11/2014

«AutistanTV 20141112 Témoignage de Romain Autisme IME France Autistan.TV : les autistes vous parlent Autistan.TV : les autistes vous parlent Romain et sa mère expliquent les grandes difficultés qu'ils doivent affronter depuis le début, notamment pour la scolarité. Harcèlement quotidien par les autres jeunes en IME, incongruité totale (et mensonges) à l'hôpital, errements de l'Education Nationale et autres, incohérences administratives et injustices sociales sont hélas le mode de vie des autistes en France, et ce témoignage en donne une illustration. Si vous êtes autiste ou parent, témoignez aussi. contact@autistan.tv»...
https://www.youtube.com/watch?v=4BSio1eX5Es

<< Sommaire
unknown

Haute Autorite de Sante - Maltraitance chez l'enfant : reperage et conduite a tenir 18/11/2014

«Maltraitance chez l'enfant : repérage et conduite à tenir Cette fiche mémo concerne les enfants maltraités comme ceux en risque de l'être. Elle est dans la continuité des travaux déjà engagés par la HAS sur la question des violences interpersonnelles et de leur impact sur la santé. Plus de 80 % des mauvais traitements sur un enfant sont infligés au sein de la famille. La maltraitance est caractérisée par son début précoce et sa chronicité. La difficulté et la complexité des situations, ainsi que le fort sentiment d'isolement du professionnel, expliquent la nécessité de mettre à la disposition des professionnels des informations claires et précises pour les aider dans le repérage des violences chez l'enfant et la conduite à tenir pour protéger l'enfant. Date de validation octobre 2014 Documents Maltraitance enfant - Fiche Mémo ( 306,76 Ko) ReadSpeaker Ecouter Maltraitance enfant - Rapport d'élaboration ( 1,34 Mo) ReadSpeaker Ecouter Maltraitance enfant - Modèle type de signalement - Format Word ( 59 Ko) ReadSpeaker Ecouter Maltraitance enfant - Modèle type de signalement - Format pdf ( 125,37 Ko) ReadSpeaker Ecouter Maltraitance enfant - Modèle type de certificat sur demande spontanée - Format Word ( 50,5 Ko) ReadSpeaker Ecouter Maltraitance enfant - Modèle type de certificat sur demande spontanée - format pdf ( 119,73 Ko) ReadSpeaker Ecouter Outils Outil Repérage de la Maltraitance enfants»...

<< Sommaire
has-sante

Increasing Adaptive Behavior Skill Deficits From Childhood to Adolescence in Autism Spectrum Disorder: Role of Executive Function. 18/11/2014

«Abstract Almost half of all children with autism spectrum disorder have average cognitive abilities, yet outcome remains poor. Because outcome in HFASD is more related to adaptive behavior skills than cognitive level it is important to identify predictors of adaptive behavior. This study examines cognitive and demographic factors related to adaptive behavior, with specific attention to the role of executive function (EF) in youth with HFASD aged 4-23. There was a negative relationship between age and adaptive behavior and the discrepancy between IQ and adaptive behavior increased with age. EF problems contributed to lower adaptive behavior scores across domains. As such, it is important to target adaptive skills, and the EF problems that may contribute to them, in youth with HFASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Researchers refine cerebellum's role in autism 18/11/2014

«People with autism have trouble moving in response to something they see, a process tuned by the cerebellum. Researchers presented the unpublished study today at the 2014 Society for Neuroscience annual meeting in Washington, D.C. Another study presented today links defects in a section of the cerebellum to language problems in autism, underscoring the region's importance in the disorder. The cerebellum receives inputs from sensory brain regions such as the visual cortex and sends signals out to the motor cortex. It's the region that allows us to shift our eyes when we decide to look at someone, for example. This ancient brain region evolved as far back as fish and amphibians, but often gets short shrift when researchers study complex human disorders such as autism.»
[...]
«Most people with autism process language on the right side of their cortex, which interacts with the left side of the cerebellum. This shift in language processing might be a compensatory mechanism, which is not possible if there are defects in the left cerebellum, suggests Stoodley. The researchers plan to use brain scans to map links between the cerebellum and other parts of the brain. Stoodley says she is impressed by Mosconi's assay, and hopes to use it in in her work as well. In the meantime, studies that are trying to pin down subregions of the cerebellum are best equipped to understand its function, says Wang. "One should not think of the cerebellum as a single monolithic object," he says. "I think that sharpening one's understanding of which part of the cerebellum might contribute to loss of function would be pretty interesting." »...

<< Sommaire
sfari

Enfants maltraites : les medecins peuvent mieux faire 17/11/2014

«VIGILANCE - Moins de 5 % des signalements de maltraitance infantile proviennent du secteur médical. La Haute autorité de santé (HAS) veut donc davantage sensibiliser les professionnels de santé. Les signalements de maltraitance infantile émanant du corps médical sont "très faibles". La Haute autorité de santé (HAS) entend y remédier en sensibilisant les médecins et en mettant à leur dispositions un mémo qui a été dévoilé lundi.»...

<< Sommaire
europe1

Les limites du droit a la scolarisation des autistes 17/11/2014

«Le Lavandou Faute d'assistante de vie scolaire, Imed, 5 ans, n'a pu réintégrer l'école Legouhy depuis le 15 octobre. L'association le Chemin bleu se bat pour l'application de la loi et dénonce. Leur quotidien est semé d'embuches et tourne trop souvent au casse-tête insoluble. C'est pour cette raison que plusieurs parents d'enfants autistes qui n'acceptent pas la situation ont rejoint les rangs de l'association Le Chemin bleu (basée à La Valette) qui a été créée début janvier 2014. Ils sont déjà cinquante adhérents - plusieurs dizaines de familles - domiciliés dans l'agglomération toulonnaise, jusqu'au bassin hyérois. « Notre objectif est de promouvoir l'accès à l'éducation des enfants du Var, souffrant de troubles du spectre autistique ; d'informer soutenir et former les familles varoises, ainsi que le public pour mieux faire accepter la différence ; de promouvoir, créer des projets, actions, visant à réduire l'impact du handicap », détaille Magali Mosca, présidente fondatrice de l'association. Ni périscolaire, ni cantine, ni sport Au Lavandou, faute d'assistante de vie scolaire, Imed, 5 ans, n'a pu réintégrer l'école Legouhy depuis le 15 octobre. L'association le Chemin bleu se bat pour l'application de la loi et dénonce. Ce soir-là, en compagnie d'autres parents, le rendez-vous est fixé au Lavandou, chez Micheline Rassoul, trésorière adjointe du Chemin bleu, maman du petit Imed, autiste âgé de 5 ans. Leur histoire résume à elle seule le sens de leur combat, et de celui des adhérents, qu'elle légitimise. Faute d'assistante de vie scolaire (AVS) Imed, scolarisé en maternelle grande section à l'école Marc-Legouhy, établissement qu'il a intégré il y a trois ans, n'a pu reprendre les cours depuis le 15 octobre ! Kafkaien.»...

<< Sommaire
varmatin

The disabled children locked up in cages 15/11/2014

«Disabled people in Greece are often stigmatised and can struggle to get the support they need. Some disabled children who live in a state-run home are locked up in cages - staff say they want to improve conditions but money is short. Nine-year-old Jenny stands and rocks backwards and forwards, staring through the bars of a wooden cage. When the door is unlocked she jumps down on to the stone floor and wraps her arms tightly around the nurse. But a few minutes later she allows herself to be locked back in again without a fuss. She is used to her cage. It's been her home since she was two years old. Jenny, who has been diagnosed with autism, lives in a state-run institution for disabled children in Lechaina, a small town in the south of Greece, along with more than 60 others, many of whom are locked in cells or cages. Fotis, who is in his twenties and has Down's syndrome, sleeps in a small cell separated from the other residents by ceiling-high wooden bars and a locked gate. His cell is furnished only with a single bed. There are no personal possessions in sight anywhere in the centre. "Are we going on a trip?" is this wiry young man's hopeful refrain whenever he sees anyone new. But with barely six members of staff caring for more than 65 residents there is rarely an opportunity to leave the centre. A caged bed and wooden bars separating a section of a room - some of the wood has been painted Some of the wooden partitions have been painted in bright colours In the small staff room, an array of closed circuit TV screens flicker, permanently tuned into the large wooden boxes that dominate the upstairs rooms. The poor conditions first came to the attention of the authorities five years ago when a group of European graduates spent several months at the centre as volunteers. Catarina Neves, a Portuguese psychology graduate was among them."On the first day there I was completely shocked… I could never have imagined that we would have this situation in a modern European country but I was even more surprised that the staff were behaving like it was normal," she says.»...

<< Sommaire
bbc

Escroquerie a la secu : les freres taxi condamnes 15/11/2014

«Le jugement est tombé pour les frères « taxi » qui comparaissaient ce jeudi au tribunal correctionnel de Poitiers (lire notre édition d'hier vendredi). Ils étaient jugés pour une affaire d'escroquerie au préjudice de la Caisse primaire d'assurance-maladie de la Vienne. Pendant trois ans (du 1er aout 2010 au 31 mai 2013), les deux frères Dominique (57 ans) et Frédéric (52 ans), par le biais de fausses factures ont escroqué la CPAM pour un montant de 348.250...‰E au total. 1.200 heures de travail pour la CPAM Le frère ainé Dominique a été condamné à 2 ans de prison dont 18 mois avec sursis. Quant à Frédéric, il écope d'un an de prison avec sursis. Les deux ont l'interdiction de gérer une entreprise pendant 10 ans. Par ailleurs, ils devront rembourser la CPAM...‰: 245.484,82...‰E pour Dominique et 102.765,25...‰E pour Frédéric. Et solidairement, ils devront également verser la somme de 29.717,26...‰E au titre de « préjudice de désorganisation » à la CPAM. En effet, la Caisse a eu recours à des personnels supplémentaires en contrat à durée déterminée pour exhumer des archives 18.129 dossiers. « Il a fallu collecter et exploiter par des techniciens tous les dossiers un à un pour 1.200 heures de travail. En moyenne, ça représente 4 mn par dossier », n'a pas manqué de rappeler Me Laurent Sillard, le conseil de la CPAM. La décision du tribunal sera également publiée dans la presse.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

The backwards brain? How brain maps develop to help us perceive the world 15/11/2014

«Driving to work becomes routine -- but could you drive the entire way in reverse gear? Humans, like many animals, are accustomed to seeing objects pass behind us as we go forward. Moving backwards feels unnatural.In a new study, scientists from The Scripps Research Institute (TSRI) reveal that moving forward actually trains the brain to perceive the world normally. The findings also show that the relationship between neurons in the eye and the brain is more complicated than previously thought -- in fact, the order in which we see things could help the brain calibrate how we perceive time, as well as the objects around us. "We were trying to understand how that happens and the rules used during brain development," said the study's senior author Hollis Cline, who is the Hahn Professor of Neuroscience and member of the Dorris Neuroscience Center at TSRI. This research, published this week in the journal Proceedings of the National Academy of Sciences could have implications for treating sensory processing disorders such as autism. Reversing the Map The new study began when Masaki Hiramoto, a staff scientist in Cline's lab, asked an important question: "How does the visual system of the brain get better "tuned" over time?" Previous studies had shown that people use the visual system to create an internal map of the world. The key to creating this map is sensing the "optic flow" of objects as we walk or drive forward. "It's natural because we've learned it," said Cline. To study how this system develops, Hiramoto and Cline used transparent tadpoles to watch as nerve fibers, called axons, developed between the retina and the brain. The scientists marked the positions of the axons using fluorescent proteins. The tadpoles were split into groups and raised in small chambers. One group was shown a computer screen with bars of light that moved past the tadpoles from front to back -- simulating a normal optic flow as if the animal were moving forward. A second group saw the bars in reverse -- simulating an unnatural backwards motion. Using the TSRI Dorris Neuroscience Center microscopy facility, Hiramoto then captured high-resolution images of these neurons as they grew over time. The researchers found that tadpoles' visual map developed normally when shown bars moving from front to back. But tadpoles shown the bars in reverse order extended axons to the wrong spots in their map. With those axons out of order, the brain would perceive visual images as reversed or squished.»...

<< Sommaire
sciencedaily

Facial motion a clue to difficulties in social interaction among autistic adults 15/11/2014

«People on the autistic spectrum may struggle to recognize social cues, unfamiliar people or even someone's gender because of an inability to interpret changing facial expressions, new research has found. According to the study by academics at Brunel University London, adults with autism spectrum disorders (ASD), though able to recognize static faces, struggle with tasks that require them to discriminate between sequences of facial motion or to use facial motion as a cue to identity. The research supports previous evidence to suggest that impairments in perceiving biological motion more generally may underlie difficulties in social interaction. This is in contrast to suggestions that poor attention skills are at the root of the problem. Dr Justin O'Brien, from the Centre for Research in Infant Behaviour in the Department of Psychology at Brunel University London, and one of the authors of the study, said: "Existing studies have suggested that biological motion deficits are accountable for impairment in social cognition, but there has been little investigation of facial motion when discussing adults with ASD. "Our data indicates that people with ASD are unable to pick up on changing visual information that informs their judgment of someone's identity or emotional state, and that this could contribute to difficulties in social interaction."»...

<< Sommaire
sciencedaily

The science behind total recall: New player in brain function and memory 15/11/2014

«Is it possible to change the amount of information the brain can store? Maybe, according to a new international study led by the Research Institute of the McGill University Health Centre (RI-MUHC). Their research has identified a molecule that puts a brake on brain processing and when removed, brain function and memory recall is improved. Published in the latest issue of Cell Reports, the study has implications for neurodevelopmental and neurodegenerative diseases, such as autism spectral disorders and Alzheimer's disease.»
[...]
«Disease link "The role of FXR1P was a surprising result," says Dr. Murai. "Previous to our work, no-one had identified a role for this regulator in the brain. Our findings have provided fundamental knowledge about how the brain processes information. We've identified a new pathway that directly regulates how information is handled and this could have relevance for understanding and treating brain diseases." "Future research in this area could be very interesting," he adds. "If we can identify compounds that control the braking potential of FXR1P, we may be able to alter the amount of brain activity or plasticity. For example, in autism, one may want to decrease certain brain activity and in Alzheimer's disease, we may want to enhance the activity. By manipulating FXR1P, we may eventually be able to adjust memory formation and retrieval, thus improving the quality of life of people suffering from brain diseases." »...

<< Sommaire
sciencedaily

Synaptic, transcriptional and chromatin genes disrupted in autism 15/11/2014

«Abstract The genetic architecture of autism spectrum disorder involves the interplay of common and rare variants and their impact on hundreds of genes. Using exome sequencing, here we show that analysis of rare coding variation in 3,871 autism cases and 9,937 ancestry-matched or parental controls implicates 22 autosomal genes at a false discovery rate (FDR) < 0.05, plus a set of 107 autosomal genes strongly enriched for those likely to affect risk (FDR < 0.30). These 107 genes, which show unusual evolutionary constraint against mutations, incur de novo loss-of-function mutations in over 5% of autistic subjects. Many of the genes implicated encode proteins for synaptic formation, transcriptional regulation and chromatin-remodelling pathways. These include voltage-gated ion channels regulating the propagation of action potentials, pacemaking and excitability-transcription coupling, as well as histone-modifying enzymes and chromatin remodellers-most prominently those that mediate post-translational lysine methylation/demethylation modifications of histones.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Synaptic, transcriptional and chromatin genes disrupted in autism : Nature : Nature Publishing Group 15/11/2014

«Abstract Abstract...¢ Change history...¢ References...¢ Author information...¢ Extended data figures and tables...¢ Supplementary information The genetic architecture of autism spectrum disorder involves the interplay of common and rare variants and their impact on hundreds of genes. Using exome sequencing, here we show that analysis of rare coding variation in 3,871 autism cases and 9,937 ancestry-matched or parental controls implicates 22 autosomal genes at a false discovery rate (FDR) < 0.05, plus a set of 107 autosomal genes strongly enriched for those likely to affect risk (FDR < 0.30). These 107 genes, which show unusual evolutionary constraint against mutations, incur de novo loss-of-function mutations in over 5% of autistic subjects. Many of the genes implicated encode proteins for synaptic formation, transcriptional regulation and chromatin-remodelling pathways. These include voltage-gated ion channels regulating the propagation of action potentials, pacemaking and excitability-transcription coupling, as well as histone-modifying enzymes and chromatin remodellers...”most prominently those that mediate post-translational lysine methylation/demethylation modifications of histones.»...

<< Sommaire
nature

Maternal Inflammation Contributes to Brain Overgrowth and Autism-Associated Behaviors through Altered Redox Signaling in Stem and Progenitor Cells 15/11/2014

«Summary A period of mild brain overgrowth with an unknown etiology has been identified as one of the most common phenotypes in autism. Here, we test the hypothesis that maternal inflammation during critical periods of embryonic development can cause brain overgrowth and autism-associated behaviors as a result of altered neural stem cell function. Pregnant mice treated with low-dose lipopolysaccharide at embryonic day 9 had offspring with brain overgrowth, with a more pronounced effect in PTEN heterozygotes. Exposure to maternal inflammation also enhanced NADPH oxidase (NOX)-PI3K pathway signaling, stimulated the hyperproliferation of neural stem and progenitor cells, increased forebrain microglia, and produced abnormal autism-associated behaviors in affected pups. Our evidence supports the idea that a prenatal neuroinflammatory dysregulation in neural stem cell redox signaling can act in concert with underlying genetic susceptibilities to affect cellular responses to environmentally altered cellular levels of reactive oxygen species.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Design of dual inhibitors of ROCK-I and NOX2 as potential leads for the treatment of neuroinflammation associated with various neurological diseases including autism spectrum disorder - Molecular BioSystems (RSC Publishing) 15/11/2014

«Inhibition of both Rho kinase (ROCK-I) and NADPH oxidase (NOX2) to treat neuroinflammation could be very effective in the treatment of progressive neurological diseases like Alzheimer's disease, autism spectral disorder, and fragile X syndrome. NOX2 being a multi-enzyme component is activated during host defense in phagocytes such as microglia, to catalyze the production of superoxide from oxygen, while ROCK is an important mediator of fundamental cell processes like adhesion, proliferation and migration. Phosphorylated ROCK was found to activate NOX2 assembly via Ras related C3 botulinum toxin substrate (Rac) in disease conditions. Overexpression of ROCK-I and NOX2 in innate immune cells like microglial cells contribute to progressive neuronal damage early in neurological disease development. In the present study we employed computer-aided methodology combining pharmacophore and molecular docking to identify new chemical entities that could inhibit ROCK-I as well as NOX2 (p47 phox). Among the huge dataset of a commercial database, top 18 molecules with crucial binding interactions were selected for biological evaluation. Seven among the lead molecules exhibited inhibitory potential against ROCK-I and NOX2 with IC50s ranging from 1.588 to 856.2 nM and 0.8942 to 10.24 µM respectively and emerged as potential hits as dual inhibitors with adequate selectivity index (SI= CC50/GIC50) in cell-based assays. The most active compound 3 was further found to show reduction of the pro-inflammatory mediators such as TNFα, interleukin-6 (IL-6) and interleukin-1beta (IL-1β) mRNA expression levels in activated (MeHg treated) human neuroblastoma (IMR32) cell lines. Hence the present work documented the utility of these dual inhibitors as prototypical leads to be useful for the treatment of neurological disorders including autism spectrum disorder and Alzheimer's disease.»...

<< Sommaire
pubs.rsc

Tech and Biotech: Stemina to launch major study with new funds; Isomark adds a big-name investor : Wsj 15/11/2014

«Stemina Biomarker Discovery will be able to launch a new, bigger and broader study into identifying children with autism by markers found in their blood now that the Madison biotech is getting $2.3 million from the Nancy Lurie Marks Family Foundation in Wellesley, Massachusetts. "We're going to be able to enroll our own clinical study," Stemina CEO Elizabeth Donley said. So far, Stemina has conducted three studies, one of which was published last week in the journal PLOS ONE. It looked at blood banked samples from 68 children with autism and 35 normally developing youngsters, ages 4 to 6, and was conducted with the MIND Institute at the University of California-Davis. The study showed Stemina's technology accurately identified the children with autism spectrum disorders (ASD) 81 percent of the time, or four out of five children.»...

<< Sommaire
host.madison

Handicap 81 est en petard 14/11/2014

«Ras le bol. Le collectif Handicap 81, qui rassemble plusieurs associations tarnaises tournées vers les différentes formes de handicap, tire une nouvelle fois le signal d'alarme. Les droits des enfants handicapés et la loi de 2005, qui permet à ces enfants d'être scolarisés en milieu ordinaire, sont régulièrement bafoués, assurent les membres de la commission scolarisation du collectif. «Presque 10 ans plus tard, la réalité sur le terrain est toute autre. Les parents doivent se battre sans cesse pour faire respecter les droits de leurs enfants», explique Sandrine Reynés, membre de la commission . Dans le collimateur du collectif, l'administration en charge des personnes handicapées, la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) qui dépend du conseil général et qui «ne remplit pas pleinement son rôle dans le Tarn». «Les parents subissent ainsi la double peine. Ils doivent justifier en permanence le handicap de leur enfant, remplir des dossiers tous les ans pour les mêmes droits comme si les miracles existaient. Tout cela est lourd et épuisant», poursuit cette mère de famille. Dans le hit-parade des griefs contre la MDPH «qui ne respecte pas la loi : le délai de traitement des dossiers qui dépasse largement les 4 mois de délai légal ; les dossiers ne sont pas tous débattus en commission et les décisions prises sont contraires aux souhaits des personnes ; beaucoup de décisions sont aussi contraires aux certificats médicaux fournis et aux avis des professionnels et des enseignants ; les projets d'inclusion souhaités par les familles sont rarement respectés».»...

<< Sommaire
ladepeche

Ils facturaient des transports fictifs a la CPAM 14/11/2014

«Poitiers. Unis à jamais par les liens de sang et désormais par une affaire d'escroquerie au préjudice de la Caisse primaire d'assurance-maladie de la Vienne pour un montant de 348.250 euros (entre le 1er aout 2010 et le 31 mai 2013). En 2008, Dominique (57 ans) quitte la région strasbourgeoise pour venir s'installer à Châtellerault d'où il est originaire. Il y achète une licence de taxi/VSL (Véhicule sanitaire léger) notamment pour l'agrément « transport d'enfants en difficultés ou handicapés ». Agrément qui lui est refusé dans un premier temps. Il finit par l'obtenir des services de la CPAM mais impute son « dérapage » à ce retard d'obtention de l'agrément. Une perte de chiffre d'affaire (de 90.000 € à 4.000 € par an) le contraignant, selon ses dires, à trouver une idée pour redresser son entreprise et rembourser à la fois ses emprunts professionnel et personnel (au total 220.000 €). Va s'ensuivre un engrenage savamment huilé. Pour booster son chiffre d'affaire, Dominique va facturer à la CPAM des transports sanitaires fictifs ou des transports groupés au tarif non dégressif concernant des enfants suivis au CMPEA (Centre médico-psychologique attaché à l'hôpital Laborit) qui a une antenne à Châtellerault. Des « courses » sont également facturées pendant des jours ou des horaires de fermeture. Après deux années de « faux » et un surcroit de travail, il propose à son frère Frédéric (52 ans) de monter sa propre société de taxi à Lencloitre, avec agrément de la CPAM, afin de l'épauler dans les trajets. Là encore, le « jeu » des fausses factures va se poursuivre pendant une année encore orchestrée, selon Frédéric, par Dominique, son frère ainé qui organisait deux plannings quotidiens pour les vrais et les faux déplacements.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Syndrome de l'X fragile : une molecule developpee par le CNRS recoit la designation orpheline 14/11/2014

«Syndrome de l'X fragile : une molécule développée par le CNRS reçoit la désignation orpheline L'Agence européenne des médicaments (EMA) vient d'accorder la « désignation orpheline » à la molécule BMS 204352(1) développée par le CNRS pour le traitement du syndrome de l'X fragile, une maladie génétique rare pour laquelle il n'existe aucun traitement à ce jour. Le docteur Sylvain Briault, du Centre hospitalier régional d'Orléans et son équipe du laboratoire Immunologie et neurogénétique expérimentales et moléculaires -INEM (CNRS/Université d'Orléans) vont ainsi bénéficier d'une assistance protocolaire de l'EMA lors du développement clinique. Cette maladie génétique entraine un déficit intellectuel souvent associé à des troubles du comportement de type autistique ainsi qu'à des signes physiques caractéristiques. Touchant près d'une naissance pour 4 000, c'est une des maladies rares les plus fréquentes, mais aucun traitement n'existe à ce jour. De précédentes recherches menées par le docteur Sylvain Briault avaient montré l'association de cas de déficience mentale et de trouble autistique avec une activité anormale du canal potassique BKCa. Dans le cas du syndrome de l'X fragile, ce canal est « normal » mais deux fois moins présent que chez les sujets sains. BKCa a donc été identifié par les chercheurs de l'INEM comme une potentielle nouvelle cible thérapeutique. L'équipe a testé la molécule BMS 204352 qui est capable d'ouvrir ce canal. Cette molécule a déjà fait l'objet d'un essai clinique de phase III au cours duquel aucune toxicité n'a été observée. Des éléments qui ont encouragé ce choix, même si son administration sera différente de celle précédemment développée. Les résultats prometteurs obtenus in vitro ont amené les chercheurs à poursuivre les essais in vivo sur un modèle de souris porteuse du syndrome de l'X fragile. Ils ont constaté que cette molécule ouvre très largement les canaux potassiques existant et accroit considérablement leur activité, la rendant équivalente aux témoins. Ainsi le comportement -cognitif, émotionnel, social- des souris modèles du syndrome de l'X fragile est devenu similaire à celui des souris sauvages, témoins de cette étude Cette désignation présente plusieurs avantages :»
[...]
«Il s'agit de la première désignation orpheline demandée par le CNRS. L'élaboration complexe de ce dossier s'est faite en étroite collaboration avec FIST SA et la Fondation maladies rares, structure nationale de coordination et de financement de la recherche sur les maladies rares et a reçu le soutien méthodologique d'Orphan Dev/F-CRIN, plateforme nationale dédiée aux essais cliniques dans les maladies rares. Une demande complémentaire sera également déposée prochainement auprès de la FDA (Food and drug administration) pour l'obtention d'une désignation orpheline aux Etats-Unis. Cette désignation présente plusieurs avantages :
• assistance protocolaire gratuite de l'Agence européenne du médicament pour conduire les essais cliniques et guider le demandeur dans sa demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM) - exclusivité commerciale pendant 10 ans au sein de l'Union européenne après l'obtention de l'AMM, indépendamment du brevet. »...

<< Sommaire
www2.cnrs

Un decret distingue les accueils de loisirs periscolaires et extrascolaires- Maire-info / AMF 12/11/2014

«La réforme des rythmes scolaires n'en finit pas de modifier, par effet boule de neige, la réglementation des activités périscolaires organisées sous forme d'accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) déclaré auprès de la direction départementale de la cohésion sociale. Jusqu'à présent, les ALSH du mercredi étaient considérés par le ministère en charge de la Jeunesse et des Sports comme faisant partie du temps extrascolaire. Or, l'assouplissement de la réforme des rythmes scolaires prévu par le décret du 7 mai 2014, qui permet aux communes bénéficiaires de regrouper les nouvelles activités périscolaires (Tap/Nap) sur un après-midi, a rendu nécessaire de mieux clarifier la définition des accueils de loisirs périscolaires et des accueils de loisirs extrascolaires. Depuis de longs mois, l'Association des maires de France demandait aux services de la Jeunesse et des Sports que la réglementation soit assouplie et harmonisée. C'est enfin chose faite depuis la publication, au Journal officiel du 5 novembre, du décret n° 2014-1320. Ce décret modifie la définition des accueils de loisirs péri ou extrascolaire : les ALSH périscolaires ont lieu durant les journées avec école, incluant les accueils du matin, du midi et du soir (Tap et périscolaire existant) et y ajoutant dorénavant le mercredi après-midi qui relevait jusqu'alors du temps extrascolaire. Les ALSH incluent également le regroupement des Tap/Nap sur un après-midi de la semaine scolaire. En revanche, les ALSH extrascolaires restent ceux qui sont organisés lorsqu'il n'y a pas école : pendant les vacances scolaires ou les week-ends. Ainsi, le passage du mercredi après-midi en temps périscolaire (si école le matin) permet aux organisateurs d'ALSH d'appliquer des taux d'encadrements moins exigeants : un animateur pour dix enfants âgés de moins de 6 ans (un pour quatorze si PEDT), au lieu d'un animateur pour huit enfants, et un animateur pour quatorze enfants âgés d'au moins six ans (un sur dix-huit si PEDT), au lieu d'un animateur pour douze enfants. Autre limite modifiée, celle du nombre d'enfants pouvant être accueillis : « L'accueil de loisirs périscolaire peut comprendre un nombre de mineurs pouvant aller jusqu'à l'effectif maximum de l'école à laquelle il s'adosse ». L'AMF militait également en faveur de cet assouplissement car jusqu'à présent, au-delà de 300 mineurs, la commune était obligée d'ouvrir un second ALSH, donc de faire une nouvelle déclaration et recruter un second directeur. Le décret maintient toutefois ce seuil dans deux cas : « Lorsque l'accueil se déroule sur plusieurs sites ou lorsqu'il regroupe des enfants de plusieurs écoles, l'effectif maximum accueilli reste limité à trois cents enfants ». L'accueil extrascolaire a lui une limite de 300 enfants mineurs accueillis.»
[...]
«Ce décret est par ailleurs accompagné de plusieurs arrêtés qui visent à assouplir les règles d'organisation des ALSH en matière de déclaration et de qualification des intervenants (animateurs ou directeurs). Télécharger le décret 3 novembre 2014 modifiant les articles R. 227-1 et R. 227-16 du code de l'action sociale et des familles. Télécharger l’arrêté du 3 novembre 2014 modifiant l'arrêté du 12 décembre 2013 relatif à l'encadrement des accueils de loisirs organisés pendant les heures qui précèdent et suivent la classe pour une durée de plus de quatre-vingts jours et pour un effectif supérieur à quatre-vingts mineurs. Télécharger l’arrêté du 3 novembre 2014 portant modification de l'arrêté du 9 février 2007 fixant les titres et diplômes permettant d'exercer les fonctions d'animation et de direction en séjours de vacances, en accueils sans hébergement et en accueils de scoutisme. Télécharger l’arrêté du 3 novembre 2014 relatif à la déclaration préalable aux accueils de mineurs prévue par l'article R. 227-2 du code de l'action sociale et des familles. »...

<< Sommaire
maire-info

Un decret distingue les accueils de loisirs periscolaires et extrascolaires- Maire-info / AMF 12/11/2014

«La réforme des rythmes scolaires n'en finit pas de modifier, par effet boule de neige, la réglementation des activités périscolaires organisées sous forme d'accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) déclaré auprès de la direction départementale de la cohésion sociale. Jusqu'à présent, les ALSH du mercredi étaient considérés par le ministère en charge de la Jeunesse et des Sports comme faisant partie du temps extrascolaire. Or, l'assouplissement de la réforme des rythmes scolaires prévu par le décret du 7 mai 2014, qui permet aux communes bénéficiaires de regrouper les nouvelles activités périscolaires (Tap/Nap) sur un après-midi, a rendu nécessaire de mieux clarifier la définition des accueils de loisirs périscolaires et des accueils de loisirs extrascolaires. Depuis de longs mois, l'Association des maires de France demandait aux services de la Jeunesse et des Sports que la réglementation soit assouplie et harmonisée. C'est enfin chose faite depuis la publication, au Journal officiel du 5 novembre, du décret n° 2014-1320. Ce décret modifie la définition des accueils de loisirs péri ou extrascolaire : les ALSH périscolaires ont lieu durant les journées avec école, incluant les accueils du matin, du midi et du soir (Tap et périscolaire existant) et y ajoutant dorénavant le mercredi après-midi qui relevait jusqu'alors du temps extrascolaire. Les ALSH incluent également le regroupement des Tap/Nap sur un après-midi de la semaine scolaire. En revanche, les ALSH extrascolaires restent ceux qui sont organisés lorsqu'il n'y a pas école : pendant les vacances scolaires ou les week-ends. Ainsi, le passage du mercredi après-midi en temps périscolaire (si école le matin) permet aux organisateurs d'ALSH d'appliquer des taux d'encadrements moins exigeants : un animateur pour dix enfants âgés de moins de 6 ans (un pour quatorze si PEDT), au lieu d'un animateur pour huit enfants, et un animateur pour quatorze enfants âgés d'au moins six ans (un sur dix-huit si PEDT), au lieu d'un animateur pour douze enfants. Autre limite modifiée, celle du nombre d'enfants pouvant être accueillis : « L'accueil de loisirs périscolaire peut comprendre un nombre de mineurs pouvant aller jusqu'à l'effectif maximum de l'école à laquelle il s'adosse ». L'AMF militait également en faveur de cet assouplissement car jusqu'à présent, au-delà de 300 mineurs, la commune était obligée d'ouvrir un second ALSH, donc de faire une nouvelle déclaration et recruter un second directeur. Le décret maintient toutefois ce seuil dans deux cas : « Lorsque l'accueil se déroule sur plusieurs sites ou lorsqu'il regroupe des enfants de plusieurs écoles, l'effectif maximum accueilli reste limité à trois cents enfants ». L'accueil extrascolaire a lui une limite de 300 enfants mineurs accueillis.»
[...]
«Ce décret est par ailleurs accompagné de plusieurs arrêtés qui visent à assouplir les règles d'organisation des ALSH en matière de déclaration et de qualification des intervenants (animateurs ou directeurs). Télécharger le décret 3 novembre 2014 modifiant les articles R. 227-1 et R. 227-16 du code de l'action sociale et des familles. Télécharger l’arrêté du 3 novembre 2014 modifiant l'arrêté du 12 décembre 2013 relatif à l'encadrement des accueils de loisirs organisés pendant les heures qui précèdent et suivent la classe pour une durée de plus de quatre-vingts jours et pour un effectif supérieur à quatre-vingts mineurs. Télécharger l’arrêté du 3 novembre 2014 portant modification de l'arrêté du 9 février 2007 fixant les titres et diplômes permettant d'exercer les fonctions d'animation et de direction en séjours de vacances, en accueils sans hébergement et en accueils de scoutisme. Télécharger l’arrêté du 3 novembre 2014 relatif à la déclaration préalable aux accueils de mineurs prévue par l'article R. 227-2 du code de l'action sociale et des familles. »...

<< Sommaire
maire-info

Changes in scores of genes contribute to autism risk 12/11/2014

«Newfound genetic differences provide many hints at causes Small differences in as many as a thousand genes contribute to risk for autism, according to a study led by Mount Sinai researchers and the Autism Sequencing Consortium (ASC), and published today in the journal Nature. The new study examined data on several types of rare, genetic differences in more than 14,000 DNA samples from parents, affected children, and unrelated individuals - by far the largest number to date - to dramatically expand the list of genes identified with autism spectrum disorder (ASD). Most of the genes that contribute to autism remain unknown, but the current study increases the number of definitive autism genes almost fourfold to 33, compared to the 9 genes most closely tied to risk in recent years by similar studies in several labs. It also identified more than 70 additional, likely ASD genes. Each of these genes is mutated in more than 5 percent of individuals with autism, signifying a large, relative contribution to risk for a complex genetic disease. By casting a wider net, a research team from 37 institutions found that previously unsuspected sets of genes may be involved in ASD risk, including some that control how nerve networks form in the brain. Occurring in one out of 68 children in the U.S., ASD affects a person's social interactions, including communication, as well as behaviors with varying levels of severity. "The steps we added to our analysis over past studies provide the most complete theoretical picture to date of how many genetic changes pile up to affect the brains of children with autism," said Joseph D. Buxbaum, PhD, Professor of Psychiatry, Neuroscience and Genetics and Genomic Sciences at the Icahn School of Medicine at Mount Sinai and Director of the Seaver Autism Center. Dr. Buxbaum is senior author for the Nature study, together with Mark J. Daly, PhD, co-director of the Program in Medical and Population Genetics at the Broad Institute of MIT and Harvard. "Beyond autism, we think this work will yield insights into what makes us social beings," Dr. Buxbaum said. "While we have very strong findings in these genetic analyses, newfound genetic discoveries must next be moved into molecular, cell and animal studies to realize future benefits for families," added Dr. Buxbaum. "A study like this creates an industry for years to come, with labs worldwide checking the brain changes linked to each new genetic finding, and searching for drugs to counter them." For the first time, the study authors were able to assess the effects of both inherited genetic differences and those that happen spontaneously in the sperm and eggs that go on to form human embryos. While small, rare genetic differences in the top 107 genes were found to confer a relatively large jump in a person's risk, many more changes in other genes add smaller amounts of risk. According to the authors, the interplay between gene variations, both common and rare, holds the key to understanding autism. Along these lines, the team, by looking at how many times variations occurred in each of the 107 genes, was able to predict that small differences in about 1,000 genes will eventually be found to increase autism risk.»...

<< Sommaire
eurekalert

Longitudinal Volumetric Brain Changes in Autism Spectrum Disorder Ages 6-35 Years. 12/11/2014

«Abstract Since the impairments associated with autism spectrum disorder (ASD) tend to persist or worsen from childhood into adulthood, it is of critical importance to examine how the brain develops over this growth epoch. We report initial findings on whole and regional longitudinal brain development in 100 male participants with ASD (226 high-quality magnetic resonance imaging [...]
scans; mean inter-scan interval 2.7 years) compared to 56 typically developing controls (TDCs) (117 high-quality scans; mean inter-scan interval 2.6 years) from childhood into adulthood, for a total of 156 participants scanned over an 8-year period. This initial analysis includes between one and three high-quality scans per participant that have been processed and segmented to date, with 21% having one scan, 27% with two scans, and 52% with three scans in the ASD sample; corresponding percentages for the TDC sample are 30%, 30%, and 40%. The proportion of participants with multiple scans (79% of ASDs and 68% of TDCs) was high in comparison to that of large longitudinal neuroimaging studies of typical development. We provide volumetric growth curves for the entire brain, total gray matter (GM), frontal GM, temporal GM, parietal GM, occipital GM, total cortical white matter (WM), corpus callosum, caudate, thalamus, total cerebellum, and total ventricles. Mean volume of cortical WM was reduced significantly. Mean ventricular volume was increased in the ASD sample relative to the TDCs across the broad age range studied. Decreases in regional mean volumes in the ASD sample most often were due to decreases during late adolescence and adulthood. The growth curve of whole brain volume over time showed increased volumes in young children with autism, and subsequently decreased during adolescence to meet the TDC curve between 10 and 15 years of age. The volume of many structures continued to decline atypically into adulthood in the ASD sample. The data suggest that ASD is a dynamic disorder with complex changes in whole and regional brain volumes that change over time from childhood into adulthood.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

The Best Treatment For Autism ... 11/11/2014

«The best way of treating autism involves training parents how to work with their children in the home environment, new research finds. The 7-year-long study found that parents needed to be taught by clinicians how to use psychological strategies in their everyday lives, not just at a clinic (Wetherby et al., 2014). Professor Amy Wetherby, director of the Autism Institute at Florida State and study principal, said: "With our specialized methodology, we taught families to work with their children 20 to 25 hours a week in their everyday activities ...” not only play but also meals and snacks, caregiving, family chores ...” and taught them how to bring their children into that activity. We also taught them how to go out in the community, how to take the child to a playground, to a grocery store, to a restaurant, and use these strategies.»...

<< Sommaire
spring.org

Minority Kids May Be Missed in Autism Diagnoses 11/11/2014

«Black and Hispanic students are less likely to be identified as having autism than white students, a new study reveals. Researchers analyzed autism identification rates at schools across the United States between 2000 and 2007. These rates reflect how many students have been identified by schools -- not necessarily a doctor -- as having autism. Rates among black, Hispanic and white students increased in all states and the District of Columbia, but the overall increase was smaller than predicted by the U.S. Centers for Disease Control and Prevention. Rates among black students climbed in all states except Alaska and Montana, and rates among Hispanic students increased in all states except Kentucky, Louisiana and the District of Columbia, the investigators found. Rate increases among black and Hispanic students were much smaller than among whites, according to the study in the November issue of the Journal of Special Education. "Nearly every state that had proportional representation of students in 2000 underidentified black and Hispanic students in 2007," Jason Travers, assistant professor of special education at the University of Kansas, and colleagues, wrote.»...

<< Sommaire
nlm.nih

Haie ou adulee, de quel bois est faite Najat Vallaud-Belkacem ? - L'Obs 11/11/2014

«Ce lundi 25 aout, Arnaud Montebourg quitte Bercy emporté par ses tirades contre la politique d'austérité mise en oeuvre par François Hollande et Manuel Valls. Dans la foulée, Benoit Hamon et Aurélie Filippetti claquent la porte. La fracture est idéologique, le doute ronge les esprits socialistes. Il faut recomposer un gouvernement dans l'urgence. Au fracas succède la sidération dans les ministères. Dans tous, sauf un.»
[...]
«Ne pas ulcérer le mammouth En accédant à la rue de Grenelle, elle est passée en première division et personne ne lui fera de cadeau. L'Elysée, qui a souhaité qu'elle conserve le directeur de cabinet en place, un fin connaisseur des arcanes, surveille les premières réactions du corps enseignant et des syndicats, comme le lait sur le feu. Attendris par sa reconnaissance exprimée aux professeurs de sa jeunesse et impressionnés par son parcours méritocratique, ils l'ont bien accueillie. Néanmoins, des inquiétudes commencent à suinter. Son sourire est un masque. Elle est de glace et ne s'intéresse qu'aux dossiers qui peuvent avoir un éclat médiatique. Elle ne va pas au fond des sujets", dit un visiteur qui tient à préserver son anonymat. Plus modéré, Yves Durand, le député socialiste du Nord, rapporteur de la loi sur la refondation de l'école, constate qu'elle "a la volonté de continuer le travail engagé" ajoutant toutefois que "l'Ecole nécessite de la pédagogie, pas des coups de pub. Il faut parfois être très silencieux". Il ne faut pas ulcérer le mammouth. »...

<< Sommaire
tempsreel.nouvelobs

Ou et comment sont controles les comportements de peur et les troubles anxieux ? | Salle de presse | Press Room | INSERM 11/11/2014

«Une équipe de chercheurs de l'Inserm dirigés par Cyril Herry (Unité Inserm 862 « Neurocentre magendie » à Bordeaux) vient de montrer que des interneurones situés dans le cerveau antérieur au niveau du cortex préfrontal sont fortement impliqués dans le contrôle des réponses de peur. En utilisant une approche combinant des enregistrements in-vivo et des manipulations optogénétiques chez la souris, les chercheurs sont parvenus à montrer que l'inhibition des interneurones préfrontaux exprimant la parvalbumine déclenche une réaction en chaine aboutissant à un comportement de peur. A l'inverse l'activation de ces interneurones parvalbumine diminue significativement les réponses de peur chez le rongeur.»
[...]
«En utilisant une approche innovante combinant des techniques d’enregistrements électrophysiologiques, des manipulations optogénétiques ainsi que des approches comportementales, les chercheurs ont pu démontrer que l’expression de peur est liée à l’inhibition d’interneurones bien spécifiques : les interneurones préfrontaux exprimant la parvalbumine. En détail, l’inhibition de leur activité désinhibe celles des neurones de projection préfrontaux et synchronise leur action. La synchronisation de l’activité des différents réseaux de neurones dans le cerveau est un processus fondamental pour transmettre des informations précises et déclencher les réponses comportementales adéquates. »...

<< Sommaire
presse-inserm

The Use of Grammatical Morphemes by Mandarin-Speaking Children with High Functioning Autism. 10/11/2014

«Abstract The present study investigated the production of grammatical morphemes by Mandarin-speaking children with high functioning autism. Previous research found that a subgroup of English-speaking children with autism exhibit deficits in the use of grammatical morphemes that mark tense. In order to see whether this impairment in grammatical morphology can be generalised to children with autism from other languages, the present study examined whether or not high-functioning Mandarin-speaking children with autism also exhibit deficits in using grammatical morphemes that mark aspect. The results show that Mandarin-speaking children with autism produced grammatical morphemes significantly less often than age-matched and IQ-matched TD peers as well as MLU-matched TD peers. The implications of these findings for understanding the grammatical abilities of children with autism were discussed.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Dendritic channelopathies contribute to neocortical and sensory hyperexcitability in Fmr1-/y mice : Nature Neuroscience 10/11/2014

«Hypersensitivity in response to sensory stimuli and neocortical hyperexcitability are prominent features of Fragile X Syndrome (FXS) and autism spectrum disorders, but little is known about the dendritic mechanisms underlying these phenomena. We found that the primary somatosensory neocortex (S1) was hyperexcited in response to tactile sensory stimulation in Fmr1−/y mice. This correlated with neuronal and dendritic hyperexcitability of S1 pyramidal neurons, which affect all major aspects of neuronal computation, from the integration of synaptic input to the generation of action potential output. Using dendritic electrophysiological recordings, calcium imaging, pharmacology, biochemistry and a computer model, we found that this defect was, at least in part, attributable to the reduction and dysfunction of dendritic h- and BKCa channels. We pharmacologically rescued several core hyperexcitability phenomena by targeting BKCa channels. Our results provide strong evidence pointing to the utility of BKCa channel openers for the treatment of the sensory hypersensitivity aspects of FXS.»...

<< Sommaire
nature

Le pape Francois organise un congres international sur l'autisme - Infos - Vivre FM 08/11/2014

«Le pape François consacre la vingt-neuvième conférence internationale du Vatican à l'autisme. Durant trois jours, une cinquantaine de chercheurs, personnel soignant etc. vont débattre du « spectre de l'autisme » et des moyens pour y faire face. Que doit-on en attendre ? En 2013, un enfant autiste était resté au coté de François pendant toute une cérémonie. En 2013, un enfant autiste était resté au coté de François pendant toute une cérémonie. Ce congrès mondial sur l'autisme sera organisé par le Vatican du 20 au 22 novembre prochain. Par cette manifestation, le Saint Siège prévoit de réunir différents spécialistes venus du monde entier autour du thème « l'autisme, maladie aux divers visages : engendrer l'espérance ». Le but annoncé est de promouvoir la solidarité et l'intégration des personnes atteintes de l'autisme. Ce sera pour l'Eglise l'occasion de faire passer le message selon lequel toute approche efficace de cette problématique passe par la compréhension et le respect de la dignité des personnes atteintes : « Il est nécessaire d'entreprendre le chemin de l'intégration dans la communauté, en brisant l'isolement et les barrières dressées par la maladie et le préjugé, en ressoudant les relations interpersonnelles... », explique Mgr. Sygmunt Zimoski, président du conseil pontifical pour les services de santé. Cette manifestation, du reste, entre dans la logique de l'action pontificale du pape François, orientée vers la défense des plus faibles. L'autisme est un trouble envahissant du développement qui affecte les fonctions cérébrales et dure tout au long de la vie. On estime qu'une personne sur 150 en est aujourd'hui atteinte dans le monde.»...

<< Sommaire
vivrefm

D'ou viennent les resistances a l'adoption de l'inclusion ? : Mise en abyme 08/11/2014

«Paradoxalement, le handicap principal de l'inclusion est son faible cout. Dans le domaine de l'inclusion scolaire, l'analyse comparée des divers systèmes européens de réponse aux besoins éducatifs particuliers fait ressortir que l'adoption de l'inclusion scolaire dépend en premier lieu de l'importance de l'économie des institutions spécialisées. Les besoins éducatifs particuliers en Europe 2003 European Agency for Development in Special Needs Education p.14 1.5.5 Obstacles « En plus du financement, l'existence même d'une large structure d'éducation séparée peut être une entrave au processus d'inclusion. Comme nous l'avons vu précédemment, dans les pays disposant d'une structure différenciée assez conséquente, les enseignants et les institutions spécialisées peuvent se sentir menacés par le processus d'inclusion : ils craignent que l'inclusion remette en cause leur rôle et ainsi mette en danger la pérennité de leur position. La tension à ce niveau est d'autant plus vive que le contexte économique du pays est difficile, posant le risque d'éventuelles restructurations. Dans de telles conditions, il est extrêmement difficile de discuter de l'inclusion sur la base d'arguments éducatifs ou normatifs. »»...

<< Sommaire
miseenabyme.blog.tdg

CGT. Le collectif « assistante de vie scolaire » inquiet - Bretagne 07/11/2014

«Le collectif « assistante de vie scolaire 56 », soutenu par Sud-éducation et la CGT, va écrire à la ministre de l'Education nationale et à la nouvelle déléguée aux droits des femmes pour attirer leur attention sur la précarisation de leur situation. Il tire, en effet la sonnette d'alarme après le changement de statut intervenu en septembre dans la profession et qui s'est traduit par la transformation des « assistantes de vie scolaire » (AVS) en « accompagnant des élèves en situation de handicap ». Hier, à l'union départementale CGT de Lorient, la représentante du collectif a dénoncé les effets pervers de ce changement de statut qui s'est traduit, selon elle, par une baisse des fiches de paie de septembre par rapport à celle du mois d'aout, les heures de présence réelle auprès des élèves étant seules comptabilisées. « On nous a enlevé des heures de concertation, de réunion et de formation de notre temps de travail pourtant indispensables », dénonce la porte-parole du collectif. Prenant son cas personnel en exemple, elle estime que son manque à gagner va être quasiment d'un mois de salaire sur l'année. Cette profession concerne 300 à 400 salariés dans le seul département du Morbihan (essentiellement des femmes) qui interviennent aux côtés des élèves présentant un handicap, de la maternelle à l'université, pour favoriser leur intégration dans le monde scolaire.»...

<< Sommaire
letelegramme

Tableau des Procedures SVA / Silence vaut accord (SVA) 07/11/2014

«Tableau des procédures pour lesquelles le silence gardé par l'administration sur une demande vaut accord»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

A pour autre 07/11/2014

«A POUR AUTRE Cet outil interactif s'adresse d'abord aux jeunes vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA). Cette expérience ludique vise à sensibiliser à la réalité de l'Autre, l'Autre étant parfois le neurotypique, parfois le jeune présentant un TSA. Peu importe la cause des difficultés à interagir socialement, le temps consacré à l'expérience de cette plateforme web permettra de développer des compétences ou du moins de susciter des réflexions.»...

<< Sommaire
apourautre

Camille descolarisee : la faute a qui ? 06/11/2014

«Le tribunal administratif de Poitiers rendra sa décision dans quinze jours. Pour le rapporteur public, dont les avis sont généralement suivis, l'Etat n'est pas fautif dans cette affaire qui avait défrayé la chronique locale...: Philippe Cantet, le père de Camille, avait observé une grève de la faim de vingt-cinq jours pour trouver une solution de scolarisation pour sa fille handicapée. C'est une obligation de l'Etat à l'égard des enfants âgés entre 6 et 16 ans et ce, quelles que soient les capacités. L'enfant handicapé, pour lequel une solution à trouver au cas par cas est compliquée et parfois couteuse, ne permet pas à l'Etat de s'affranchir des règles. Camille avait alors 13 ans. Il fallait lui trouver une solution car le dialogue entre les parents de la jeune fille handicapée à 80% et l'Institut régional des jeunes sourds (IRJS) où elle se trouvait était dans l'impasse. Les parents reprochent alors beaucoup de choses à la nouvelle direction, ils veulent placer leur fille ailleurs. En 2010, la commission qui statue sur l'orientation des enfants handicapés dit que Camille doit aller dans un établissement du type IRJS mais pas à l'IRJS compte tenu du conflit entre les parents et la direction! Que faire? Un médiateur s'interpose, une convention est couchée sur le papier: les parents doivent s'engager à ne plus formuler de commentaires jugés offensants ou diffamants. Le couple refuse et aucune solution de secours n'intervient. Du coup, Camille sera scolarisée à domicile pendant deux ans. Une opération couteuse, près de 30.000 €, que la famille veut faire régler par l'Etat qu'elle juge responsable de la situation. Ce n'est pas l'avis du rapporteur public qui estime qu'aucune faute ne peut lui être reprochée. La famille pouvait accepter la solution de l'IRTS, certes sous condition, ou trouver autre chose de son propre chef. Mais l'Etat a fait ce qu'il avait à faire. Me Géraldine Pryfer, du cabinet Jorion, et Philippe Cantet sont sortis très remontés de l'audience d'hier. « C'était à l'Etat de faire scolariser ma fille de force », soutient le père de Camille. « La préfecture nous disait qu'elle ne pouvait pas aller dans une classe spécialisée (ULIS), elle y est, à France-Bloch et ça se passe très bien. Les réticences étaient injustifiées. Les quatre mois à l'essai se sont transformés en trois ans ! » Mais Camille va sur ses 17 ans, sa famille devra rechercher un autre établissement d'accueil.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Budget 2015 de la CNSA : compensations toujours a la baisse 05/11/2014

«Le 18 novembre, le conseil de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie aura à examiner un budget d'austérité pour 2015. L'Assemblée des départements de France s'émeut d'ores et déjà de la baisse des compensations de l'APA et de la PCH.»...

<< Sommaire
lagazettedescommunes

Les decrets fixant les derogations au principe selon lequel le silence de l'administration vaut acceptation sont parus 04/11/2014

«Le silence vaut rejet pour des motifs tenant à l'objet de la décision ou de bonne administration Tout d'abord, sont prévues des dérogations pour des motifs tenant à l'objet de la décision ou pour des motifs de bonne administration. Ainsi, une série de décrets liste les procédures dans lesquelles le silence de l'administration vaut rejet pour des motifs tenant à l'objet de la décision ou de bonne administration : Un décret précise la liste des procédures relevant des services du Premier ministre (secrétariat général pour la défense et la sécurité nationale) ou concernant l'accès aux documents et informations et réutilisation des informations publiques détenus par les administrations de l'Etat et les établissements publics administratifs de l'Etat dans lesquelles le silence de l'administration continuera de valoir décision de rejet. Un décret précise la liste des procédures, relevant du ministère des affaires étrangères et du développement international, dans lesquelles le silence de l'administration continuera de valoir décision de rejet. Un décret précise la liste des procédures relevant du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie dans lesquelles le silence de l'administration continuera de valoir décision de rejet. Un décret précise la liste des procédures, relevant du ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, dans lesquelles le silence de l'administration continuera de valoir décision de rejet. Un décret précise la liste des procédures, relevant du ministère de la justice, dans lesquelles le silence de l'administration continuera de valoir décision de rejet. Un décret précise la liste des procédures, relevant du ministère des finances et des comptes publics et du ministère de l'économie, de l'industrie et du numérique, dans lesquelles le silence de l'administration continuera de valoir décision de rejet. Un décret précise la liste des procédures relevant du ministère de la défense dans lesquelles le silence de l'administration continuera de valoir décision de rejet. Un décret précise la liste des procédures relevant du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes dans lesquelles le silence de l'administration continuera de valoir décision de rejet.»
[...]
« Liste décrets JORF n°0254 du 1 novembre 2014 :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichJO.do?idJO=JORFCONT000029675059 Source: http://www.legifrance.gouv.fr | Source Status »...

<< Sommaire
lagazettedescommunes

Prestation de Réalisation d'un diagnostic portant sur l'accès aux soins des personnes en situation de handicap, en région Bourgogne 03/11/2014

«Prestation de Réalisation d'un diagnostic portant sur l'accès aux soins des personnes en situation de handicap, en région Bourgogne IDENTIFICATION DE L’ORGANISME QUI PASSE LE MARCHE : Nom, adresses et point(s) de contact : ARS Bourgogne, à l'attention de M. TESSIER Marie- Caroline, Responsable Achats 2, Place des Savoirs CS 73535, F - 21035 Dijon, Tél : +33 380419788 Adresse auprès de laquelle des informations complémentaires peuvent être obtenues :ARS Bourgogne, Via la Plateforme des marchés, à l'attention de Mme Marie-Caroline Tessier, 2 place des savoirs.»
[...]
« OBJET DU MARCHE : Le rapport de la mission « Piveteau » intitulé « Zéro sans solution : le devoir collectif de permettre un parcours de vie sans rupture, pour les personnes en situation de handicap et pour leur proches » présente, parmi ses 20 mesures importantes, la mesure n°9 : « Structurer, autour d’un cahier des charges précis en termes de formation, de délais, d’adaptation des locaux et d’accueil des accompagnants, un dispositif d’accès aux soins primaires prioritairement appuyé sur les structures libérales d’exercice coordonné. Identifier, pour les diagnostics et soins de spécialités, un maillage de plateaux techniques hospitaliers ». Le marché a pour objet de réaliser, en région Bourgogne, un état des lieux de l’accessibilité aux soins primaires et de spécialités pour les personnes en situation de handicap ainsi que l’élaboration d’un plan d’actions visant à améliorer cet accès aux soins. »...

<< Sommaire
editions-legislatives

Mioto Legrand : ''Le syndrome de la Tourette pose probleme dans le lycee'' 03/11/2014

«Mère d'un adolescent atteint du syndrome de la Tourette, Mioto Legrand doit parcourir 212 kilomètres chaque jour pour l'emmener au lycée et se bat pour faire évoluer cette situation. La page de l'émission : Le Choix d'Yves Calvi Mioto Legrand : "La maladie de mon fils pose problème à son lycée"»...

<< Sommaire
rtl

Dans le cerveau des autistes - Temple Grandin et Richard Panek - Afis - Association francaise pour l'information scientifique 03/11/2014

«« J'ai de la chance d'être née en 1947. (...¦) Le diagnostic d'autisme n'avait que quatre ans. Presque personne ne savait ce que c'était. » C'est par cette phrase surprenante que commence le premier chapitre du livre de Temple Grandin, Dans le cerveau des autistes, traduction française du titre original, The Autistic Brain. Thinking Across the Spectrum. En quoi est-ce une chance ? Parce que, dit-elle, lorsque sa mère identifia chez elle les symptômes qui conduiraient aujourd'hui à poser ce diagnostic d'autisme, c'est un neurologue qu'elle consulta. Il diagnostiqua des lésions cérébrales et la mit entre les mains d'une orthophoniste qui l'aida à entendre et à prononcer les consonnes, la félicitant à chaque réussite, comme le fait de nos jours un thérapeute comportementaliste. Puis sa mère embaucha une nounou qui jouait constamment avec sa soeur et elle. Temple Grandin écrit : « L'approche de cette nounou était là aussi identique à celle des thérapeutes comportementalistes actuels ». Si ce fut une chance pour Temple Grandin de naitre en 1947, c'est donc parce qu'elle échappa au diagnostic psychiatrique hérité de Léo Kanner et de Bruno Bettelheim, qui sévit dix ans plus tard, selon lequel l'autisme était un traumatisme psychique engendré par la mauvaise relation avec une mère réfrigérante. Elle échappa ainsi à l'institution psychiatrique. A la fin du premier chapitre, elle dit clairement que la recherche d'une cause psychique de l'autisme est totalement dépassée. Grâce à deux nouvelles pistes de recherche, l'imagerie cérébrale et la génétique, l'autisme « révèle enfin ses secrets aux sciences dures » : « L'autisme, c'est psychologique ? - Non.

• En fait, c'est dans le cerveau que cela se passe ».»...

<< Sommaire
pseudo-sciences

Fragile X Syndrome: A Review of Associated Medical Problems 02/11/2014

«Abstract Fragile X syndrome (FXS) is the most common known genetic cause of inherited intellectual disability and the most common known single-gene cause of autism spectrum disorder. It has been reported that a spectrum of medical problems are commonly experienced by people with FXS, such as otitis media, seizures, and gastrointestinal problems. Previous studies examining the prevalence of medical problems related to FXS have been challenging to interpret because of their marked differences in population, setting, and sampling. Through this comprehensive review, we update the literature by reviewing studies that have reported on prominent medical problems associated with FXS. We then compare prevalence results from those studies with results from a large cross-sectional database consisting of data collected by fragile X clinics that specialize in the care of children with FXS and are part of the Fragile X Clinical and Research Consortium. It is vital for pediatricians and other clinicians to be familiar with the medical problems related to FXS so that affected patients may receive proper diagnosis and treatment; improved care may lead to better quality of life for these patients and their families.»...

<< Sommaire
pediatrics.aappublications

Lack of Effect of Risperidone on Core Autistic Symptoms: Data from a Longitudinal Study. 02/11/2014

«Abstract Abstract Objective: The purpose of this study was to investigate the course of autistic symptoms, using a quantitative measure of core autistic traits, among risperidone-treated children who participated in a 10 year life course longitudinal study. Methods: Parents completed surveys of intervention history, as well as serial symptom severity measurements using the Social Responsiveness Scale (SRS), on their autism spectrum disorder (ASD)-affected children. Fifty participants (out of a total of 184 with full intervention histories) were reported to have been treated with risperidone during the course of the study. Serial SRS scores during risperidone treatment were available for a majority of children whose parents reported a positive effect from risperidone. Results: Two thirds of risperidone-treated children (n=33) were reported by parents to have improved by taking the medication, with the principal effects described being that children were calmer, better focused, and less aggressive. SRS scores of children reported to have responded positively to risperidone did not improve over time. Conclusions: Risperidone's beneficial effect on aggression and other elements of adaptive functioning were not necessarily accompanied by reduction in core ASD symptoms, as serially assessed by the same caregivers who reported improvement in their children. These results reflect the distinction between reduction in core symptom burden and improvement in adaptive functioning. Given the cumulative risks of atypical neuroleptics, the findings underscore the importance of periodic re-evaluation of medication benefit for children with ASD receiving neuroleptic treatment.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

A Natural Fix for A.D.H.D. 02/11/2014

«ATTENTION deficit hyperactivity disorder is now the most prevalent psychiatric illness of young people in America, affecting 11 percent of them at some point between the ages of 4 and 17. The rates of both diagnosis and treatment have increased so much in the past decade that you may wonder whether something that affects so many people can really be a disease. And for a good reason. Recent neuroscience research shows that people with A.D.H.D. are actually hard-wired for novelty-seeking ...” a trait that had, until relatively recently, a distinct evolutionary advantage. Compared with the rest of us, they have sluggish and underfed brain reward circuits, so much of everyday life feels routine and understimulating. To compensate, they are drawn to new and exciting experiences and get famously impatient and restless with the regimented structure that characterizes our modern world. In short, people with A.D.H.D. may not have a disease, so much as a set of behavioral traits that don't match the expectations of our contemporary culture.»
[...]
«But perhaps we can leverage the experience of adults who grew out of their symptoms to help these kids. First, we should do everything we can to help young people with A.D.H.D. select situations — whether schools now or professions later on — that are a better fit for their novelty-seeking behavior, just the way adults seem to self-select jobs in which they are more likely to succeed. In school, these curious, experience-seeking kids would most likely do better in small classes that emphasize hands-on-learning, self-paced computer assignments and tasks that build specific skills. This will not eliminate the need for many kids with A.D.H.D. to take psychostimulants. But let’s not rush to medicalize their curiosity, energy and novelty-seeking; in the right environment, these traits are not a disability, and can be a real asset. »...

<< Sommaire
nytimes

Pourquoi une Conference sur l'evaluation des eleves ? | Conference nationale sur l'evaluation des eleves 02/11/2014

«L'évaluation doit devenir un véritable outil de réussite qui permette à tous les élèves de mieux mesurer les progrès qu'ils réalisent dans leurs apprentissages, de prendre confiance dans leurs capacités et d'identifier leurs difficultés pour y remédier. Afin de nourrir la réflexion et de définir des objectifs, des principes et des modalités partagés par les élèves, les familles, les enseignants et les équipes pédagogiques, la ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, souhaite recueillir une série de propositions émanant de la société civile. La Conférence nationale sur l'évaluation des élèves est une démarche originale, ambitieuse et participative. Un Jury, composé d'acteurs et d'usagers du système éducatif, est convié à élaborer des recommandations fondées sur les résultats de la recherche, les connaissances scientifiques, et les pratiques de terrain, nationales et internationales. Un Comité d'organisation a été constitué pour accompagner cette démarche, qui s'achèvera par les Journées de l'évaluation, du 11 au 13 décembre 2014. A l'issue de ces Journées, le Jury remettra ses recommandations à la ministre.»
[...]
«Comment déposer votre contribution ? La Conférence sur l’évaluation des élèves s’articule autour de 5 questions :
• Comment l’évaluation peut-elle être au service des apprentissages des élèves et participer à leurs progrès ? - Comment rendre compte aux familles des progrès des élèves ? - Quelle place et quelle forme de la notation dans l’évaluation des élèves ? - Quels doivent être les moments de l’évaluation dans les parcours des élèves ? - Comment mobiliser les évaluations dans la détermination des parcours des élèves, leurs choix d’orientation et les procédures d’affectation ? »...
Source: http://www.conference-evaluation-des-eleves.education.gouv.fr | Source Status

<< Sommaire
conference-evaluation-des-eleves.education.gouv

Killing of disabled girl ''wholly inappropriate'' and ''extremely troubling'' says Autism group 01/11/2014

«The euthanasia of Nancy Fitzmaurice, a severely disabled child who was not dying has made international waves with disability advocates especially outraged. Nancy's mother had requested that her daughter be killed and was granted approval by the British legal system. While the 12-year-old Nancy had significant disabilities, she was able to breathe on her own and did not require life support. Following the starving of Nancy through the withholding of fluids, the Autism Self Advocacy Network has released a statement slamming this decision, calling it "troubling" and "concerning". They said that: The decision constitutes an extremely troubling legal precedent, representing the first time the British legal system has allowed a child breathing on her own, not on life support and not diagnosed with any terminal illness, to be killed by the medical system. Euthanasia of people with disabilities is an extremely dangerous and wholly inappropriate solution to inadequate pain management. In cases where painkillers are insufficient, a number of alternatives for pain management exist. A policy of euthanasia targets vulnerable people, particularly when it is applied to children. People with disabilities who experience chronic pain should have same access as others to life-sustaining medical treatment.»...

<< Sommaire
liveactionnews

Universite Toulouse 1 Capitole - Diplome d'universite Accompagner le parcours des personnes en situation de handicap 01/11/2014

«Nature Formation diplômante Ville(s) Toulouse Accessible en Formation initiale Formation continue Spécificités Les enseignements se font à distance et en présentiel. Objectifs Cette formation à distance est créée pour répondre à un besoin de formation des publics intervenant auprès des personnes handicapées, et ce en cohérence avec la loi du 11 février 2005. Cette initiative s'inscrit dans la politique d'établissement des deux partenaires établissements pionniers dans l'accompagnement du handicap : l'Université Toulouse 1 capitole et le CNED. Contrôle des connaissances Les modalités de contrôle des connaissances sont définies par l'arrêté d'examen (voir scolarité). Les modules 1 et 2 sont sanctionnés chacun par 2 examens écrits (chacun coef.1). Ils se déroulent entre janvier et juin dans les locaux de l'université Toulouse 1 Capitole. Il s'agit d'épreuves écrites de 3 heures chacune. A l'intérieur d'un même module, les notes des deux examens sont susceptibles de se compenser, il en sera alors fait mention dans le relevé de notes. Les 3 modules (2 académiques et 1 PPA) ne se compensent pas. Une seconde session est organisée la première quinzaine de septembre. Le PPA ne donne pas lieu à rattrapage. En cas d'échec aux modules 1 et 2 ou à l'un d'entre eux, la note du PPA reste acquise pendant un an.»...

<< Sommaire
ut-capitole

Master situation de handicap et participation sociale - Ecole des hautes etudes en sante publique (EHESP) 01/11/2014

«Objectifs La Convention des Nations Unies pour les droits des personnes handicapées et, en France, la loi de 2005, font de la participation des personnes handicapées l'affirmation d'un droit central, et pour la société, un défi à relever. Le but de ce master 2 situation de handicap et participation sociale (SHPS) est de donner aux professionnels les nouvelles compétences permettant de traduire en termes opérationnels les principes d'égalité, d'accès aux droits et de participation sociale dans tous les domaines de la vie (éducation, emploi, santé, loisirs, etc). Ce master prend en compte la dimension professionnelle et européenne en intégrant dans les enseignements, les apports d'intervenants belges et suisses. Descriptif Lieu : Rennes Durée : 1 an (septembre à septembre) Langue d'enseignement : Français ECTS : 60 par an Téléchargez le programme des enseignements (pdf, 77 ko) L'enseignement est organisé en 8 UE à raison d'une semaine de formation par mois. Cette formule facilité l'accès des étudiants éloignés géographiquement. Septembre à janvier Fondamentaux Les paradigmes du handicap Populations et besoins (dont 2 semaines de stage en octobre) Législation et politiques du handicap, comparaisons européennes Financement des politiques du handicap et gestion financière Formation à la recherche à visée inclusive Séminaire de recherche Février à juin Projets Conception et conduite de projets inclusifs Environnement et compensations des situations de handicap Evaluation de la mise en oeuvre et de l'impact des projets Stage de 4 mois minimum à partir de janvier : conseil, pilotage et conduite de projets inclusifs donnant lieu à la production d'un mémoire professionnel ou de recherche Temps de stage Un stage court de 2 semaines en octobre Un stage long de 5 mois à partir de janvier Compétences ou capacités visées Analyser les interactions des facteurs qui génèrent des situations de handicap Identifier des besoins et les droits des populations concernées Elaborer, piloter et évaluer des programmes de développement de leur participation sociale Gérer les différentes dimensions des programmes d'intervention : programmation, mise en oeuvre et évaluation Développer des méthodes innovantes d'intégration et évaluer avec les publics concernés les résultats des interventions»...

<< Sommaire
ehesp

Chateauroux 12 déc Conférence débat - droit du handicap avec Me Sophie Janois - Dédicaces Hugo Horiot L'empereur c'est moi 01/11/2014

«Chateauroux 12 déc Conférence débat - droit du handicap avec Me Sophie Janois - Dédicaces Hugo Horiot L'empereur c'est moi Sophie Janois : Thèmes : Problèmes liés à la prise en charge, problème de diagnostic, problème de scolarisation, problème d'établissement non adapté, d'octroi d'un AVS non qualifié, d'octroi d'une allocation... . Renseignements : 02 54 36 33 28»...

<< Sommaire
inclure

Formation Paris Novembre - Droit du handicap - Me Alexandra Grévin 01/11/2014

«Ces formations s'adressent aux familles. Elles ont lieu à Paris. Se défendre devant le Tribunal du contentieux de l'incapacité, vendredi 7 novembre 2014, de 9h30 à 12h30 à PARIS En savoir plus Savoir l'essentiel sur la curatelle et la tutelle, vendredi 14 novembre 2014, de 9h30 à 12h30 à PARIS En savoir plus Apprenez à remplir le dossier MDPH de l'adulte en situation de handicap, jeudi 20 novembre 2014, de 9h30 à 12h30 à PARIS. En savoir plus»...

<< Sommaire
alexandra-grevin

Ecoles parisiennes : des AESH et des eleves dans la galere ! 30/10/2014

«Tous les ans, à la rentrée, les mêmes "embuches" dans la scolarité des élèves handicapés. Le tout nouveau contrat des AVS (auxiliaire de vie scolaire), aujourd'hui dénommés AESH (accompagnant d'élèves en situation de handicap), apporte des bénéfices concrets (lire article en lien ci-dessous) mais la mise en place de ce nouveau dispositif ne s'est pas fait sans quelques difficultés. C'est en tout cas ce que dénonce, à Paris, le syndicat d'enseignants SNUipp-FSU qui a toujours porté la question de la scolarisation des élèves en situation de handicap. Combien d'élèves sans AESH ? Mais, selon lui, "force est de constater que, dans l'académie de Paris, le Ministère ne met pas les moyens pour scolariser ces élèves dans de bonnes conditions. Sans même parler de l'insuffisance de la formation initiale et continue des enseignant-es sur la question du handicap, un grand nombre d'élèves est privé de l'accompagnement humain auquel ils ont droit." Il regrette que certains se retrouvent encore sans l'accompagnement prévu par une notification de la MDPH. Des medias se sont saisi du problème et ont mené leur enquête : cent cas selon Le Parisien, deux cents selon l'Humanité ! Sans que l'on ne soit en mesure d'en définir le nombre, en dépit des relances du syndicat auprès du rectorat, ce sont plusieurs dizaines d'élèves en situation de handicap qui n'ont pas pu bénéficier de la présence de l'AESH prévu. Un nouveau service en rodage Pour ajouter au désordre, le SNUipp-FSU dit avoir découvert, mi-octobre, que de nombreux AESH travaillaient depuis la rentrée sans être payés et ne le seraient a priori pas avant le mois de novembre pour une partie d'entre eux ; d'autres travaillaient sans contrat de travail ; d'autres encore ont été recrutés et attendent chez eux d'être convoqués au rectorat pour signer leur contrat alors que les élèves les attendent dans les écoles...¦»...

<< Sommaire
informations.handicap

Peer-mediated theatrical engagement for improving reciprocal social interaction in autism spectrum disorder. 30/10/2014

«Abstract The hallmark characteristic of autism spectrum disorder (ASD) is poor reciprocal social communication. Interventions designed to improve this core deficit are critically needed. Social skills interventions such as direct training, peer mediation, and video modeling have contributed to improvements in various social skills in children with ASD. This paper reviews existing social competence interventions available for children with ASD while highlighting hypothesized critical components for advancing, maintaining, and generalizing skills, which include (1) peer mediation, (2) active learning, and (3) implementation in supportive, natural contexts. As a framework for these approaches, this conceptual paper describes SENSE Theatre, a novel intervention that combines trained peers that facilitate the performance-based theatrical treatment delivered in a supportive, community-based environment. A review of previous research shows early feasibility, setting the stage for more rigorous studies to aid in developing a standardized intervention package»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Precise minds in uncertain worlds: Predictive coding in autism. 30/10/2014

«Abstract There have been numerous attempts to explain the enigma of autism, but existing neurocognitive theories often provide merely a refined description of 1 cluster of symptoms. Here we argue that deficits in executive functioning, theory of mind, and central coherence can all be understood as the consequence of a core deficit in the flexibility with which people with autism spectrum disorder can process violations to their expectations. More formally we argue that the human mind processes information by making and testing predictions and that the errors resulting from violations to these predictions are given a uniform, inflexibly high weight in autism spectrum disorder. The complex, fluctuating nature of regularities in the world and the stochastic and noisy biological system through which people experience it require that, in the real world, people not only learn from their errors but also need to (meta-)learn to sometimes ignore errors. Especially when situations (e.g., social) or stimuli (e.g., faces) become too complex or dynamic, people need to tolerate a certain degree of error in order to develop a more abstract level of representation. Starting from an inability to flexibly process prediction errors, a number of seemingly core deficits become logically secondary symptoms. Moreover, an insistence on sameness or the acting out of stereotyped and repetitive behaviors can be understood as attempts to provide a reassuring sense of predictive success in a world otherwise filled with error.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Synaptic, transcriptional and chromatin genes disrupted in autism 30/10/2014

«Abstract The genetic architecture of autism spectrum disorder involves the interplay of common and rare variants and their impact on hundreds of genes. Using exome sequencing, here we show that analysis of rare coding variation in 3,871 autism cases and 9,937 ancestry-matched or parental controls implicates 22 autosomal genes at a false discovery rate (FDR) < 0.05, plus a set of 107 autosomal genes strongly enriched for those likely to affect risk (FDR < 0.30). These 107 genes, which show unusual evolutionary constraint against mutations, incur de novo loss-of-function mutations in over 5% of autistic subjects. Many of the genes implicated encode proteins for synaptic formation, transcriptional regulation and chromatin-remodelling pathways. These include voltage-gated ion channels regulating the propagation of action potentials, pacemaking and excitability-transcription coupling, as well as histone-modifying enzymes and chromatin remodellers...”most prominently those that mediate post-translational lysine methylation/demethylation modifications of histones.»...

<< Sommaire
nature

Austism's role in building big business 30/10/2014

«PayPal co-founder, billionaire, and venture capitalist Peter Thiel recently mused in a San Francisco ballroom about the benefits of mild autism and not being competitive. In a wide-ranging talk a conference for gay MBAs, he also took a direct shot at the culture of business school and posed some provocative questions about the entrepreneurial spirit of gay people. Mr Thiel is himself openly gay. "So many of the successful companies are formed by people who seem to be suffering from a mild form of Asperger's," Mr Thiel said. People with Asperger's often have limited socialisation skills and, he said, are unafraid of pursuing ideas seen as strange. "What is it about our society where anyone who does not have Asperger's gets talked out of their heterodox ideas?" Mr Thiel was speaking to promote Zero to One: Notes on Startups, or How to Build the Future, a new book in which he argues that competition stifles original thought. He praises those with Asperger's for their willingness to pursue offbeat ideas. "I often think of business school-of people who go to business school-as being sort of the anti-Asperger's extreme," he said. By contrast, Mr Thiel said, MBA programs produce thinkers who tend to buy into innovations only once they've peaked.»...

<< Sommaire
independent

Psychologists are now prescribing video games as therapy 30/10/2014

«Video gaming could help autistic patients become more comfortable with social interaction and communication. At least that's what researchers at the Center for BrainHealth at The University of Texas at Dallas learned after prescribing video games to some of their patients. The particular game in question is a virtual reality game designed for patients who struggle with social cognition, such as those with autism, traumatic brain disorders and anxiety-related disorders. "Practicing social interaction in a safe, non-threatening, gaming environment helps people reduce anxiety and gain the confidence and skills they need to attempt more social interactions in their daily lives," says Dr. Sandra Bond Chapman, the center's founder and chief director. The game puts its players in a virtual environment where they can safely learn how to interact and communicate with others. The game, which features non-scripted conversation, also works on developing the ability to understand facial expressions. The program is a modern version of role-play therapy, but provides a more immersive and realistic environment. It doesn't take the place of therapy per se, but does provide an additional form of treatment that works with traditional practices. Gaming is required of patients for a total of 10 hours over 5-6 weeks. In tests, patients reported feeling more comfortable in social situations. "[Participants] have told me that the training improves their conversation skills and has helped them make friends," says Tandra Allen M.D., the project's lead clinician. "Parents of children have expressed that they see their child have a better understanding of quality of relationships following the program (knowing who is a good friend versus a bully)." Allen also reported improved abilities in children for controlling emotions and handling them in a more "positive manner."»...

<< Sommaire
techtimes

Langon 18 Nov Autisme et Ecole : pour une inclusion réussie - Soirée conférence-débat organisée par Lo Camin 30/10/2014

«Autisme et Ecole : pour une inclusion réussie - Soirée conférence-débat organisée par Lo Camin L'automne est arrivé, les feuilles rougissent, les enfants ont repris le chemin de l'école...¦ Tous les enfants ? Comme à chaque rentrée, il suffisait au mois de septembre, d'écouter la radio ou de regarder la télévision pour savoir que tous...¦ les enfants handicapés, et donc bien entendu les enfants autistes, et leurs parents, devaient dans de nombreux cas faire face à des difficultés pour passer la porte de l'école. Les choses ont bien entendu beaucoup évolué depuis la loi de 2005 sur le handicap. L'Education Nationale a mis en place un ensemble de dispositifs pour permettre la scolarisation de nos enfants. Les enseignants ont beaucoup oeuvré pour leur permettre de suivre une scolarité. Mais le « Camin » est semé d'embuches : des contraintes administratives, des délais très longs, un ensemble d'acronymes barbares. Afin d'aider enfants autistes, parents, enseignants, directeurs, ...¦ pour que nos enfants suivent le chemin de l'école, Lo Camin a décidé de consacrer sa prochaine soirée conférence-débat à ce sujet. Le titre de la soirée sera : « Autisme et Ecole : pour une inclusion réussie », et sera animée par Anne-Valérie Delaplace, enseignante. Car qui mieux qu'une enseignante pour expliquer les rouages complexes qui mènent nos enfants entre les murs de l'Education Nationale.»
[...]
« Anne-Valérie Delaplace abordera lors de sa présentation les thèmes suivants :
• question de vocabulaire : scolarisation, intégration, inclusion, … - pourquoi il est important que nos enfants aillent à l’école ? - quels sont les différents systèmes qui existent : classe ordinaire, CLIS, ULIS, avec ou sans AVS … ? - comment faire une demande de scolarisation, une demande d’AVS ? - quels sont les différentes sortes d’AVS, quels sont leurs statuts ? - comment travailler tous (professeur, directeur, AVS, parents, enseignant référent) en collaboration ? - quel est le rôle de chacun : rôle de l’enseignant, de l’AVS, de l’enseignant référent ? - les équipes éducatives : constitution, rôle – comment travailler avec nos enfants ? - la relation enfant-adulte ; obtenir sa coopération - développer une cohérence dans les apprentissages - mettre du sens dans les apprentissages - quels sont les aménagements pratiques possibles La présentation sera suivi d’un débat entre le public et l’intervenante afin que chacun puisse apporter sa pierre à l’édifice, trouver des réponses à ses questions. »...

<< Sommaire
locamin.unblog

Windsor School Uses Robots To Teach Children With Autism 30/10/2014

«WINDSOR ...”Ben and Jerry stood atop a table in the center of the room, ready to do their thing. Several students sat nearby, waiting to see what they would do. The performers were 24-inch-tall, interactive robots, and their audience consited of three students with autism at the River Street School. The two robots warmed up the students with some talking and a song and dance routine, including an abbreviated performance of "Thriller" that ends with horror film legend Vincent Price's voiceover. "That was creepy, robot," said a clapping student named Natalie. "I want to see him do another move. What dance move can you do next?" School officials were showing the robots, which have been at the school since last summer, and how students at the school respond to them. Teachers have been using the robots, which are programmed with more than 50 applications, including story-telling, number and spelling exercises, singing and movement, to help 30 to 40 students at the school improve their social, sensory and cognitive skills. The robots, which were purchased with a $5,000 grant from the Mike Maloney and Pete Landry Memorial Golf Tournament, will also help the students with motor control skills, eye contact and turn-taking.»...

<< Sommaire
ctnow

Man With Autism Found Locked In Caged Bed 29/10/2014

«Two people have been charged with unlawful imprisonment after a 19-year-old man with autism was found locked in a caged bed in Michigan. A sheriff's deputy found the man after responding to a disturbance at the property on 20 October, according to Huron County Sheriff's Office.»...

<< Sommaire
news.sky

Study offers evidence of unconscious thinking impacting conscious decision making 28/10/2014

«bstract The controversial idea that information can be processed and evaluated unconsciously to change behavior has had a particularly impactful history. Here, we extend a simple model of conscious decision-making to explain both conscious and unconscious accumulation of decisional evidence. Using a novel dichoptic suppression paradigm to titrate conscious and unconscious evidence, we show that unconscious information can be accumulated over time and integrated with conscious elements presented either before or after to boost or diminish decision accuracy. The unconscious information could only be used when some conscious decision-relevant information was also present. These data are fit well by a simple diffusion model in which the rate and variability of evidence accumulation is reduced but not eliminated by the removal of conscious awareness. Surprisingly, the unconscious boost in accuracy was not accompanied by corresponding increases in confidence, suggesting that we have poor metacognition for unconscious decisional evidence.»...

<< Sommaire
medicalxpress

'Integrated Play Groups' help children with autism 28/10/2014

«It's an often agonizing challenge facing any parent of a child with autism: How can I help my son or daughter socialize with his or her typically developing peers? The solution, SF State's Pamela Wolfberg found, may lie in a different type of playgroup that focuses on collaborative rather than adult-directed activities. Professor of Special Education and Communicative Disorders Pamela Wolfberg Professor of Special Education and Communicative Disorders Pamela Wolfberg A new study shows that "Integrated Play Groups," or IPGs, developed by Wolfberg over several years, are effective in teaching children with autism the skills they need to interact with their peers and engage in symbolic play such as pretending. In IPGs, adults help children with autism and their typically developing peers engage in playful activities of mutual interest, but do not direct the play themselves. That sets them apart from more traditional interventions, according to Wolfberg, a professor of special education and communicative disorders. "Children learn much better how to play through interactions with peers than they do from adults, because adults are not like children anymore," she said. "We can definitely have wonderful interactions with kids through play, and we should. But this is qualitatively different." Wolfberg and her colleagues studied 48 children with autism during free-play activities, in which they did not know the other children, twice before and once after those same children participated in an Integrated Play Groups program with familiar peers. They found that, following the IPG intervention, the children's ability to interact with kids they did not know and to engage in pretend play had risen dramatically, indicating the IPGs were successful in providing them with transferable social and symbolic play skills.»...

<< Sommaire
news.sfsu

Group classes teach parents effective autism therapy, study finds 28/10/2014

«Parents can learn to use a scientifically validated autism therapy with their own children by taking a short series of group classes, a new study by researchers at the Stanford University School of Medicine and Lucile Packard Children's Hospital Stanford has found. The therapy helped children improve their language skills, an area of deficiency in autism, according to the study, which will be published Oct. 27 in the Journal of Child Psychology and Psychiatry. The study is the first randomized, controlled trial to test whether group classes are a good way to train parents on using an autism therapy. "We're teaching parents to become more than parents," said the study's lead author, Antonio Hardan, MD, professor of psychiatry and behavioral sciences, who directs the hospital's Autism and Developmental Disabilities Clinic. "What we're most excited about is that parents are able to learn this intervention and implement it with their kids."»...

<< Sommaire
medicalxpress

Visualizing Syllables: Real-Time Computerized Feedback Within a Speech-Language Intervention. 27/10/2014

«Abstract Computerized technologies now offer unprecedented opportunities to provide real-time visual feedback to facilitate children's speech-language development. We employed a mixed-method design to examine the effectiveness of two speech-language interventions aimed at facilitating children's multisyllabic productions: one incorporated a novel computerized feedback system, VocSyl, while the other used a traditional noncomputerized pacing board. Eighteen children with a variety of diagnoses, all of whom were at the single word stage of development, enrolled in either one of the two explicit speech-language interventions (VocSyl or Pacing Board) or an active control group. Convergent findings between and within groups supported the effectiveness of the VocSyl condition. For the children with a clinical diagnosis of autism in particular, visual inspection of individual data on treatment versus control targets indicated positive treatment effects for both of the two children enrolled in the VocSyl condition and one of the two children enrolled in the Pacing Board condition. Although the study does not permit definitive conclusions about the effectiveness of any particular treatment tool or strategy in isolation, it offers preliminary support for the integration of real-time computerized feedback within speech-language intervention.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Affective and cognitive empathy in adolescents with autism spectrum disorder 27/10/2014

«Abstract The broad construct of empathy incorporates both cognitive and affective dimensions. Recent evidence suggests that the subjects with autistic spectrum disorder (ASD) show a significant impairment in empathic ability. The aim of this study was to evaluate the cognitive and affective components of empathy in adolescents with ASD compared to controls. Fifteen adolescents with ASD and 15 controls underwent paper and pencil measures and a computerized Multifaceted Empathy Test. All measures were divided into mentalizing and experience sharing abilities. Adolescents with ASD compared to controls showed deficits in all mentalizing measures: they were incapable of interpreting and understanding the mental and emotional states of other people. Instead, in the sharing experience measures, the adolescents with ASD were able to empathize with the emotional experience of other people when they express emotions with positive valence, but were not able to do so when the emotional valence is negative. These results were confirmed by the computerized task. In conclusion, our results suggest that adolescents with ASD show a difficulty in cognitive empathy, whereas the deficit in affective empathy is specific for the negative emotional valence.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Scolarisation des eleves handicapes ... en chiffres 26/10/2014

«Ce que dit la loi : La loi du 11 février 2005, fondée sur le principes généraux de non-discrimination relative à l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, réaffirme l'obligation pour le service public de l'éducation d'assurer une formation scolaire, professionnelle ou supérieure aux enfants, adolescents et adultes présentant un handicap, en privilégiant le milieu ordinaire. L'article L. 111-1 du code de l'éducation dispose que : « L'éducation est la première priorité nationale. Le service public de l'éducation est conçu et organisé en fonction des élèves et des étudiants. Il contribue à l'égalité des chances et à lutter contre les inégalités sociales et territoriales en matière de réussite scolaire et éducative. Il reconnait que tous les enfants partagent la capacité d'apprendre et de progresser. Il veille à l'inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction. Il veille également à la mixité sociale des publics scolarisés au sein des établissements d'enseignement ...»
[...]
«Nombre d'élèves handicapés scolarisés en milieu ordinaire : Scolarisation des élèves handicapés ... en chiffres On note simplement une augmentation de 5% d'élèves handicapés orientés dans des classes "à part" dans des écoles ordinaires. En conclusion : la loi du 11 février 2005 n'a finalement pas changé grand chose à la scolarisation des élèves en situation de handicap si ce n'est d'imposer à ces enfants et à leurs familles une multitudes de démarches à accomplir pour faire la preuve que leur enfant pourrait bénéficier de ce droit constitutionnel qu'est le droit à l'enseignement et à la formation professionnelle pou tous ... si toutefois. Et l'école de la République scolarisera au final que les enfants qu'elle voudra bien considérer considérer comme "scolarisable". »...

<< Sommaire
defis74.com.over-blog

Najat Vallaud-Belkacem dans ''On n'est pas couche'' sur France 2 - Page 6 26/10/2014

«Re: Najat Vallaud-Belkacem dans "On n'est pas couché" sur France 2 Message par Chopin Aujourd'hui à 3:47 Finalement, il était bien Peillon... Laughing Chopin Niveau 9 Voir le profil de l'utilisateur Revenir en haut Aller en bas Re: Najat Vallaud-Belkacem dans "On n'est pas couché" sur France 2 Message par Bel-Ami Aujourd'hui à 7:20 Vallaud-Belkacem est nulle. Absolument nulle. C'est une carriériste qui, selon moi, n'a strictement que du mépris pour les enseignants. Je me souviens pourtant il y a deux ans, sur ce forum, où il était presque interdit de la critiquer... Elle a été nommée car 1)elle ne fera pas de vagues comme Hamon car c'est un bon soldat : "on décide pour elle, elle exécute" ; 2)Elle sera quasi impossible à critiquer car sa spécialité, à la moindre critique, est de dégainer ses trois armes favorites : racisme, sexisme, jeunisme. L'interview de ce soir est l'illustration : non seulement elle ne connait rien à ses dossiers, non seulement elle méprise les profs dont elle ne connait pas les difficultés quotidiennes mais surtout elle est incapable de réfléchir et d'avoir une pensée propre une fois sortie de ses dogmes. Bref, je regrette Hamon qui, certes, n'a rien fait mais c'est déjà mieux que de mal faire. Bel-Ami Habitué(e) du forum Voir le profil de l'utilisateur Revenir en haut Aller en bas Re: Najat Vallaud-Belkacem dans "On n'est pas couché" sur France 2 Message par Roumégueur Ier Aujourd'hui à 7:44 Eh bien, une intervention somme toute assez révélatrice de la maitrise des dossiers qu'elle a en charge :
• j'ai noté comme Nannie que les contractuels étaient formés, c'est nouveau ça - elle ignorait (ou a fait mine de le faire) les recrutements en dessous de 05/20 au CRPE (c'est grave quand même) - elle a parlé de l'Isae, sans préciser qu'il s'agit de la somme en brut (400 euros) - elle n'a pipé mot sur les nouveaux programmes et le fameux CSP qui s'en charge - elle a affirmé que les problèmes de recrutement au CRPE se limitaient à quelques académies (alors que même Toulouse par exemple en a souffert) et elle n'a même pas évoqué le Capes, ni trop le secondaire qui passe pour un milieu de favorisés finalement par rapport aux PE (a priori parce que Caron, qui s'était renseigné, lui, n'avait fait son boulot que sur le primaire) - la sortie sur les enseignants, tout sourire, qui ne travaillent pas pour l'argent, était plus que méprisante - la conclusion est d'ailleurs sans ambages : les PE n'auront rien de plus, a fortiori les autres...
• on voit dans les discussions badines du début ('Alors on a failli vous voir à la Culture et pis pof, vous voilà à l'éducation), que ce milieu politicien ne sait rien sur rien, est constitué de personnalités interchangeables qui ne sont mues que par leur propre ambition. Le problème c'est que là, ça se voit que les dossiers n'ont pas été préparés. Allez, il reste encore à finir l'année scolaire avec ces charlots, jusqu'en 2017. Une longue, très longue année scolaire. Et quand on voit comment considèrent l'école ceux qui prendront la relève, on remercie chaudement le PS pour laisser faire ça. Roumégueur Ier Fidèle du forum Voir le profil de l'utilisateur»...

<< Sommaire
neoprofs

Un congres mondial sur l'autisme bientot organise au VaticanRadio Vatican 26/10/2014

«« Animer l'espérance pour les personnes avec des troubles du spectre autistique ». C'est le thème de la 29e conférence internationale du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, qui aura lieu du 20 au 22 novembre prochains dans la salle du Synode, au Vatican.»...

<< Sommaire
fr.radiovaticana

Numerique et innovation Interview de Mathieu NEBRA, co-fondateur d'OpenClassrooms, responsable des innovations pedagogiques, le 21 octobre 2014 25/10/2014

«A l'avant-garde du développement des MOOC - massive open online course - Openclassrooms est une plateforme de cours en ligne. C'est en 1999 que l'idée a vu le jour alors que Mathieu Nebra, son jeune co-fondateur, fréquente encore les bancs du collège. Transformé en entreprise en 2007, le site, qui est aussi une maison d'édition, génère à présent un chiffre d'affaires annuel de 1,5 millions d'euros. Le crédo d'OpenClassrooms : accélérer le partage de connaissances en rapprochant les meilleurs professeurs des étudiants les plus motivés (« Great teachers, bright classmates »). Avec une communauté de près de 900 000 professeurs et étudiants, qui peuvent accéder à près d'un millier de cours gratuits en ligne, une seule limite semble freiner l'essor de la start-up qui veut « révolutionner l'éducation » : le très haut débit. L'usage de plus en plus important de la vidéo nécessite en effet que les utilisateurs puissent accéder rapidement au très haut débit, sans quoi la qualité des cours est dégradée et celle de l'apprentissage moins bonne. Explications de Mathieu Nebra.»...

<< Sommaire
arcep

Valerie Dauge, chargee de mission au rectorat 24/10/2014

«Au-delà des nouvelles mesures pour favoriser la réussite scolaire des élèves handicapés à la rentrée, le recteur de l'académie de Poitiers a nommé un chargé de mission afin que la prise en compte des besoins de ces élèves soit facilitée. Depuis le 1er octobre, Valérie Dauge a rejoint le cabinet en tant que chargée de mission « Adaptation et scolarisation des élèves en situation de handicap (ASH) ». Elle intervient au côté du conseiller technique ASH. Assistante de direction au pôle régional Centre et Poitou-Charentes du group Transdev, Valérie Dauge a également été très impliquée, au niveau associatif, dans divers projets et initiatives en lien avec le handicap et plus particulièrement l'autisme. Conseillère générale du canton de Châtellerault-Nord, vice-présidente du conseil général, elle a présidé également la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH 86).»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Your Next Psychologist May Prescribe 'The Legend of Zelda' 23/10/2014

«When Carly McCullar, 32, was diagnosed with autism spectrum disorder as an adult, she wanted to improve her social and communication skills before heading into the next stage of her life. Never having received such help before, she volunteered to participate in a unique treatment program: virtual reality. Sitting at a computer that tracked her facial expressions, the game tested her social cognition and provided feedback, McCullar played through various realistic scenarios, including a job interview, a confrontation with a loud neighbor and even dating. The program, a collaborative effort from gaming technology experts and health researchers at the Center for BrainHealth at the University of Texas at Dallas, simulates everyday experiences and social situations that are typically difficult for those with autism or anxiety disorders. And it's just one example in a growing trend in which video games are forms of therapy.»...

<< Sommaire
mashable

'Darting' mice may hold clues to ADHD, autism and bipolar disorder 23/10/2014

«A darting mouse may hold an important clue in the development of Attention Deficit Hyperactivity Disorder (ADHD), autism and bipolar disorder, according to a study by a Vanderbilt University-led research team published this week in the Proceedings of the National Academy of Sciences. The transgenic mouse, into which was inserted a rare human genetic variation in the dopamine transporter (DAT), could lead to improvements in the diagnosis and treatment of these all-too-common brain disorders, said Randy Blakely, Ph.D., the report's senior author. The mutation, which has been found in people with ADHD, autism and bipolar disorder, affects the function of DAT, a protein that regulates the brain's supply of the neurotransmitter by removing excess dopamine from the synapse, or the space between nerve cells. The DAT mutation causes the transporter to become "leaky" and spew out dopamine like "a vacuum cleaner in reverse," said Blakely, Allan D. Bass Professor of Pharmacology. While mice with leaky DAT proteins have too much dopamine hanging around their synapses, surprisingly they aren't particularly hyperactive, possibly because DAT can still remove some of the dopamine. But the mice exhibit an unusual "darting behavior." While their wild-type littermates are docile and quite unresponsive when researchers pick them up, those with the mutation "take off." "Early on," Blakely said, "we could tell which ones carried the mutation by observing this response." Heightened anxiety does not appear to be the cause. Blakely and his colleagues wonder whether this behavior is a form of "impulsivity." Rather than acting on their memories of being picked up a lot, the mice are opting for an inappropriate escape strategy. Normal mice also stand up a lot to explore their cage. This "rearing" behavior is exacerbated by stimulant drugs. But not in these mice. "We wonder whether this may be a sign that their behavior is driven less by searching for clues to appropriate behavior versus acting on innate impulses," Blakely said. Other, better tests of impulsivity that evaluate premature decision-making can be applied in rodents and humans. "These tests are next on our docket," he said.»...

<< Sommaire
news.vanderbilt

Autisme : Pau accueille une formation unique en France 22/10/2014

«La rentrée a été singulière pour vingt étudiants, les premiers à suivre la formation d'accompagnement à l'autisme proposée à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour. Sa création a été discrète et pourtant c'est une première en France : "Aucun autre diplôme universitaire ne concerne directement l'accompagnement" précise Christian Sottou, président de l'association Autisme Pau Béarn. L'Université de Pau et des Pays de l'Adour propose depuis cette rentrée une formation de 126 heures sur douze mois (deux jours par mois) entièrement dédiée à l'accompagnement des personnes avec autisme au terme de laquelle les étudiants seront titulaires d'un diplôme universitaire.»
[...]
« Fondée sur les préconisations de la Haute autorité de santé en terme de diagnostic précoce et d'accompagnement spécifique, cette formation, qui n'existe qu'à Pau, est l'axe majeur du plan autisme Aquitaine. Une convention avec l'Éducation nationale Dans le même temps, une convention elle aussi unique en France a été élaborée avec l'Éducation nationale pour soutenir et développer la scolarisation des enfants autistes (1) via un plan local proposant des formations et des outils éducatifs adaptés aux professeurs des écoles. La professionnalisation, notamment à travers l'ouverture du diplôme universitaire, représente selon le président d'Autisme Pau Béarn un espoir pour toutes les familles que leurs enfants soient mieux compris et accompagnés. »...

<< Sommaire
larepubliquedespyrenees

Les enjeux de la mise en oeuvre d'une intervention globale pour les enfants des ecoles publiques ayant des troubles du spectre autistique 22/10/2014

«Résumé Beaucoup d'élèves avec des troubles du spectre autistique (TSA) sont éduqués séparément de leurs pairs au développement normal, tandis que d'autres sont placés dans des classes inclusives mais sans soutien qui les aideraient à bénéficier de placements moins restrictifs. Les besoins des élèves avec TSA qui sont dans des milieux inclusifs ne sont souvent pas prévus pour ou pas satisfaits de façon appropriée, ce qui entraine des problèmes persistants et du mouvement vers des environnements de plus en plus restrictifs ou des placements exclusifs. Il y a un besoin critique pour les modèles scolaires de combler le manque de services appropriés pour cette population d'enfants avec TSA. Ces modèles devraient inclure ce qui est exigeant pour l'école et l'inclusion, ce qui peut être mis en oeuvre dans de nombreux districts scolaires, et ce qui est sensible à la combinaison unique de forces et de faiblesses de ces étudiants. Dans le présent article, les auteurs décrivent le développement et les composants de base du modèle, et la mise en oeuvre du programme de Nest TSA dans les écoles publiques de New York City.»
[...]
«La formation du personnel est un élément essentiel du programme de Nest TSA. La formation initiale pour les enseignants et les thérapeutes se compose de deux cours de troisième cycle de trois crédits chacun au Hunter College. Ces cours modifiés, dérivés du programme de master en éducation spéciale précoce de la petite enfance, se concentrent davantage sur les types d'enfants desservis dans le programme de Nest TSA. Un cours offre une large base sur les troubles du spectre autistique et les stratégies d'intervention, et l'autre cours est axé sur la théorie du comportement et de son application pour les jeunes enfants avec TSA. Un cours d'un crédit sur ​​l'intervention du développement social est également fourni, en utilisant les idées de l'intervention de développement de la relation (Gutstein & Sheely, 2002), la pensée sociale (Winner, 2007), et d'autres approches cognitives sociales. Les enseignants ont suivi les trois cours, avec le personnel de services associé (par exemple, des orthophonistes, des ergothérapeutes, des travailleurs sociaux = conseillers d'orientation) en prenant au moins deux des trois cours, avec l'ensemble du personnel de service associé prenant le cours sur les bases et tous les orthophonistes prenant le cours sur l'intervention de développement social. »...

<< Sommaire
autisme-info.blogspot

Les enjeux de la mise en oeuvre d'une intervention globale pour les enfants des ecoles publiques ayant des troubles du spectre autistique 22/10/2014


«Résumé Beaucoup d'élèves avec des troubles du spectre autistique (TSA) sont éduqués séparément de leurs pairs au développement normal, tandis que d'autres sont placés dans des classes inclusives mais sans soutien qui les aideraient à bénéficier de placements moins restrictifs. Les besoins des élèves avec TSA qui sont dans des milieux inclusifs ne sont souvent pas prévus pour ou pas satisfaits de façon appropriée, ce qui entraine des problèmes persistants et du mouvement vers des environnements de plus en plus restrictifs ou des placements exclusifs. Il y a un besoin critique pour les modèles scolaires de combler le manque de services appropriés pour cette population d'enfants avec TSA. Ces modèles devraient inclure ce qui est exigeant pour l'école et l'inclusion, ce qui peut être mis en oeuvre dans de nombreux districts scolaires, et ce qui est sensible à la combinaison unique de forces et de faiblesses de ces étudiants. Dans le présent article, les auteurs décrivent le développement et les composants de base du modèle, et la mise en oeuvre du programme de Nest TSA dans les écoles publiques de New York City.» [...]
«La formation du personnel est un élément essentiel du programme de Nest TSA. La formation initiale pour les enseignants et les thérapeutes se compose de deux cours de troisième cycle de trois crédits chacun au Hunter College. Ces cours modifiés, dérivés du programme de master en éducation spéciale précoce de la petite enfance, se concentrent davantage sur les types d'enfants desservis dans le programme de Nest TSA. Un cours offre une large base sur les troubles du spectre autistique et les stratégies d'intervention, et l'autre cours est axé sur la théorie du comportement et de son application pour les jeunes enfants avec TSA. Un cours d'un crédit sur ​​l'intervention du développement social est également fourni, en utilisant les idées de l'intervention de développement de la relation (Gutstein & Sheely, 2002), la pensée sociale (Winner, 2007), et d'autres approches cognitives sociales. Les enseignants ont suivi les trois cours, avec le personnel de services associé (par exemple, des orthophonistes, des ergothérapeutes, des travailleurs sociaux = conseillers d'orientation) en prenant au moins deux des trois cours, avec l'ensemble du personnel de service associé prenant le cours sur les bases et tous les orthophonistes prenant le cours sur l'intervention de développement social. »...

<< Sommaire
autisme-info.blogspot

La prostitution des ados, dans les ecoles aussi 21/10/2014

«C'est une campagne choc que lance l'association Agir contre la prostitution des enfants. En France, 5.000 à 8.000 mineurs sont prostitués. Parfois même en milieu scolaire. Pour cette campagne, l'ACPE a délibérément décidé de provoquer. Une des vidéos bientôt diffusées à la télé et sur Internet, montre par exemple les toilettes d'un établissement scolaire. Par terre, un cartable. Derrière une porte, on devine la silhouette d'une jeune fille, accroupie, en train de faire une fellation. Le lundi 20 octobre 2014 L'une des trois vidéos que vous verrez à la télévision Ces images sont choquantes mais bien réelles, dès le collège. Car parler de prostitution des mineurs aujourd'hui, ce n'est plus seulement sous la forme de réseaux tels qu'on les connaissait avant. Marie Derain, ancienne Défenseur des Enfants, soutient la campagne. "L'enjeu c'est d'éviter que des enfants s'organisent spontanément pour se prostituer eux-mêmes ou bien d'entrer dans le système des 'boys lovers' avec des questions qui vont prostituer leurs petites amies au motif justement que c'est une preuve d'amour si elles sont capables d'aller coucher ou faire une fellation à un autre garçon". "Il faut juste reconnaitre que ceci est un risque dans notre société" Les "boys lovers", ce sont des sortes de proxénètes adolescents donc. Un phénomène très difficile à accepter. Tellement difficile d'ailleurs que la question reste pour l'instant taboue. Et notamment "parce que les adultes sont mal renseignés et donc ne savent pas comment l'aborder". L'une des solutions contre ce phénomène, c'est donc d'en parler. Et c'est bien l'objectif de la campagne lancée par l'association Agir contre la prostitution des enfants. Sa présidente, Armelle Le Bigot-Macaux, reste mesurée : "Il faut juste reconnaitre que ceci est un risque dans notre société. C'est tout. Moi je n'agite pas de drapeau rouge. Je préviens qu'il faut être vigilant et attentif".»...

<< Sommaire
franceinfo

L'emouvante histoire de son fils autiste qui s'est lie d'amitie avec Siri | Touc 20/10/2014

«Dans l'article viral depuis sa publication vendredi dernier, la mère raconte le quotidien de son fils et de son amie Siri. Elle a notamment rapporté cette conversation, qui touche beaucoup les internautes. Gus: Tu es un très bon ordinateur. Siri: C'est bien d'être appréciée. Gus: Tu me demandes toujours si tu peux m'aider. Est-ce que je peux faire quelque chose pour toi? Siri: Merci, mais j'ai tout ce qu'il me faut. Gus: OK, alors bonne nuit! Siri: Ah, mais il n'est que 17h06. Gus: Oh désolé, je voulais dire au revoir. Siri: A plus tard! Une lettre d'amour à Siri Judith considère son hommage comme une lettre d'amour à la machine, citant l'histoire impossible entre Joaquin Phoenix et son système d'exploitation intelligent incarné par la voix de Scarlett Johansson dans Her. Tout a commencé lorsque la maman de Gus a lu un article sur les choses méconnues que peut faire un iPhone. La femme a alors dit à voix haute: «Mais qui veut savoir quels avions volent au-dessus de sa tête?». Son garçon lui a répondu: «Pour savoir à qui tu envoies la main, Mommy.» Le petit a alors découvert qu'il pouvait trouver de l'information sur ses sujets préférés et discuter de ses obsessions (trains, avions, autobus, escaliers mécaniques et tout ce qui concerne la météo) avec quelqu'un. Judith affirme que son fils sait que Siri n'est pas humaine. «Mais comme la plupart des gens autistes, Gus croit que les objets inanimés sont dignes de notre attention.» Elle a réalisé ceci lorsque son fils a voulu amener son iPod dans une boutique Apple afin que ce dernier puisse être avec ses amis.»...

<< Sommaire
journaldemontreal

How One Boy With Autism Became B.F.F.'s With Apple's Siri 19/10/2014

«Just how bad a mother am I? I wondered, as I watched my 13-year-old son deep in conversation with Siri. Gus has autism, and Siri, Apple's "intelligent personal assistant" on the iPhone, is currently his B.F.F. Obsessed with weather formations, Gus had spent the hour parsing the difference between isolated and scattered thunderstorms ...” an hour in which, thank God, I didn't have to discuss them. After a while I heard this: Gus: "You're a really nice computer." Siri: "It's nice to be appreciated." Gus: "You are always asking if you can help me. Is there anything you want?" Siri: "Thank you, but I have very few wants." Gus: "O.K.! Well, good night!" Siri: "Ah, it's 5:06 p.m." Gus: "Oh sorry, I mean, goodbye." Siri: "See you later!" That Siri. She doesn't let my communications-impaired son get away with anything. Indeed, many of us wanted an imaginary friend, and now we have one. Only she's not entirely imaginary. This is a love letter to a machine. It's not quite the love Joaquin Phoenix felt in "Her," last year's Spike Jonze film about a lonely man's romantic relationship with his intelligent operating system (played by the voice of Scarlett Johansson). But it's close. In a world where the commonly held wisdom is that technology isolates us, it's worth considering another side of the story.»...

<< Sommaire
nytimes

How One Boy With Autism Became B.F.F.'s With Apple's Siri 19/10/2014

«Just how bad a mother am I? I wondered, as I watched my 13-year-old son deep in conversation with Siri. Gus has autism, and Siri, Apple's "intelligent personal assistant" on the iPhone, is currently his B.F.F. Obsessed with weather formations, Gus had spent the hour parsing the difference between isolated and scattered thunderstorms ...” an hour in which, thank God, I didn't have to discuss them. After a while I heard this: Gus: "You're a really nice computer." Siri: "It's nice to be appreciated." Gus: "You are always asking if you can help me. Is there anything you want?" Siri: "Thank you, but I have very few wants." Gus: "O.K.! Well, good night!" Siri: "Ah, it's 5:06 p.m." Gus: "Oh sorry, I mean, goodbye." Siri: "See you later!" That Siri. She doesn't let my communications-impaired son get away with anything. Indeed, many of us wanted an imaginary friend, and now we have one. Only she's not entirely imaginary. This is a love letter to a machine. It's not quite the love Joaquin Phoenix felt in "Her," last year's Spike Jonze film about a lonely man's romantic relationship with his intelligent operating system (played by the voice of Scarlett Johansson). But it's close. In a world where the commonly held wisdom is that technology isolates us, it's worth considering another side of the story.»...

<< Sommaire
nytimes

Tool enhances social inclusion for people with autism 18/10/2014

«The University of Alicante has developed, together with centres in the UK, Spain and Bulgaria, a tool designed to assist people with autism spectrum disorders by adapting written documents into a format that is easier for them to read and understand. This is the main result of the three-year project FIRST (A Flexible Interactive Reading Support Tool), funded by the European Commission under the Seventh Framework Programme. "Through language technology and a simple interface we have achieved an enriched version of text which allows a better understanding without assistance. The software called Open Book provides synonyms, images, metaphors and definitions of complex verbs," explains Paloma Moreda, computer programmer at the University of Alicante. "It provides additional information to understand the main ideas of a document and therefore increases independence and social inclusion of the users as they gain better access to education, employment, health care and social activities," she adds. An important feature of the software is that it is personalisable and adapts to the abilities of each person. In other words, the user can choose to just see definitions or images, interpretation of metaphors or analyses of a feeling, for example. Furthermore, it is applicable to a broad range of documents from school textbooks, children's stories and literature. Although in principle the tool has been designed for people with autism spectrum disorders who generally have difficulties in areas such as communication, social interaction and understanding of information, the benefits of the tool can be extended to many more groups. In this regard the researcher points out that "Open Book can also be helpful for people with low literacy or learning difficulties, as well as people who are learning a foreign language and the elderly who have problems grasping new words."»...

<< Sommaire
sciencedaily

« Mon univers a part »: un tres emouvant clip de sensibilisation sur l'autisme... 18/10/2014

«J'ai envie de vous présenter ce superbe clip sur l'autisme, fait par Sophie Robert, réalisatrice-productrice que je connais bien et qui m'est très chère. Sophie Robert a débarqué dans le monde de l'autisme il y 3 ans, avec la diffusion de son film Le mur ; la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme, documentaire libéré après 2 ans de censure. Elle avait reçu le choc de sa vie les premiers jours de diffusion en découvrant notre combat quotidien pour faire valoir nos droits, la façon dont les familles concernées par l'autisme sont traitées par l'état français.»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Question Sénat Avenir des auxiliaires de vie scolaire 17/10/2014

«Question écrite n° 13357 de M. Jean-Pierre Masseret (Moselle - SOC) publiée dans le JO Sénat du 16/10/2014 - page 2328 M. Jean-Pierre Masseret attire l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur les difficultés rencontrées par les auxiliaires de vie scolaires (AVS) ayant travaillé pendant plus de six années et dont la pérennisation dans l'emploi est remise en question en raison du type de contrat dont ils disposent. En effet, une partie des employés de vie scolaire, travaillant en soutien auprès des élèves en situation de handicap notamment, sont recrutés en contrat unique d'insertion (CUI). Ils sont soumis pour le renouvellement de leurs contrats aux conditions d'éligibilité évaluées par Pôle emploi. Ainsi, ils n'entrent pas dans le dispositif impulsé par le Gouvernement afin de sortir les AVS de la précarité en proposant aux salariés justifiant de six années de présence en tant qu'assistants d'éducation (AED) de voir leurs contrats traduit en contrat à durée indéterminée (CDI). A terme, ce seraient près de 28 000 personnes qui verraient leur travail reconnu et leur situation sociale améliorée. En conséquence, il lui demande les mesures qu'elle entend prendre afin de permettre aux AVS en CUI de se maintenir dans l'emploi.»...

<< Sommaire
senat

Le CHU de Limoges recrute 60 assistants d'education en autisme - CRDRAL 16/10/2014

«Dans le cadre du 1er centre expert autisme français (intervention intensive précoce pour tous les enfants dépistés avant 5 ans dans la région), le CHU de Limoges recrute, par le biais d'une mise à disposition par l'employeur actuel, 60 assistants d'éducation en autisme. L'objectif est d'intervenir auprès des enfants avec autisme dans le cadre d'un programme d'intervention intensive en milieu ordinaire de vie.»...

<< Sommaire
crdral

Ecole et handicap : le TA de Montpellier s'en remet au Defenseur des droits 15/10/2014

«D ans l'attente des propositions du Défenseur des droits auquel il a demandé de trouver une solution, le président du tribunal administratif de Montpellier saisi en référé liberté sur une demande de scolarisation d'une enfant handicapée, a repoussé mardi sa décision. Le président du tribunal administratif de Montpellier saisi en référé liberté sur une demande de scolarisation d'une enfant handicapée a repoussé mardi sa décision dans l'attente des propositions du Défenseur des droits auquel il a demandé de trouver une solution. "Avant de statuer sur la requête, il est confié au Défenseur des droits la mission de préciser, conjointement avec les autorités publiques mises en cause (...) les conditions dans lesquelles (...), dans le respect de ses droits fondamentaux, l'enfant pourrait être accueillie en milieu scolaire et/ou hospitalier", écrit le président du tribunal dans sa décision dont l'AFP a obtenu une copie. "Aucune carence grave et avérée des autorités publiques" Le tribunal a donné un délai de deux mois au Défenseur des droits pour rendre un avis motivé. Il est également chargé, "dans la mesure qui lui semblera possible" de "tenter de concilier les parties". Il s'agit d'une décision inédite du TA, selon Me Sandrine Serpentier Linares, l'avocate de l'association "Egalité qualité de vie des enfants en situation de handicap (Equaleh)", précisant qu'elle concerne une fillette autiste de 9 ans. "Seulement, nous avons déjà saisi le Défenseur des droits en juillet 2013 pour l'alerter dans de nombreux cas d'enfants déscolarisés et en danger. Nous attendons encore son intervention qui est restée inefficace", a ajouté la présidente d'Equaleh, Mme Emmanuelle Hernandez. Dans son ordonnance, le président du tribunal constate que la non scolarisation est "susceptible de causer des retards irréversibles". Mais il considère aussi qu'il n'y "aucune carence grave et avérée des autorités publiques" car l'enfant souffre "d'une pathologie lourde".»...

<< Sommaire
midilibre

Autism Explained: Simple New Theory Links Confusing Array of Symptoms ...” PsyBlog 15/10/2014

«People with autism often display a complex and confusing range of symptoms, including hypersensitivity to sound, problems interacting with others and repetitive behaviours. Scientist have long wondered what all these ...” and other, seemingly unrelated symptoms ...” have in common. Now MIT researchers are testing a brand new theory: that autistic children have difficulties predicting what is going to happen next, and it's this problem that is at the root of autism (Sinha et al., 2014). Without the ability to predict simple events, to an autistic child, life seems to happen randomly and almost magically, with no rhyme or reason. Professor Pawan Sinha, the lead author of the new paper, explains: "If we were unable to habituate to stimuli, then the world would become overwhelming very quickly. It's like you can't escape this cacophony that's falling on your ears or that you're observing."»...

<< Sommaire
spring.org

Augmentative and alternative communication supports for adults with autism spectrum disorders 15/10/2014

«Abstract Many adults with autism spectrum disorders have complex communication needs and may benefit from the use of augmentative and alternative communication. However, there is a lack of research examining the specific communication needs of these adults, let alone the outcomes of interventions aimed at addressing them. The aim of this study was to explore the views and experiences of support workers and family members regarding the outcomes of providing low-technology communication aids to adults with autism spectrum disorders. The participants were six support workers and two family members of six men and women with autism spectrum disorders, who had received low-technology communication aids. Using semi-structured, in-depth interviews and following thematic analysis, the results revealed strong support for, and the potential benefits of, augmentative and alternative communication for both adults with autism spectrum disorders and their communication partners. The results also revealed inconsistencies in the actions taken to support the use of the prescribed augmentative and alternative communication systems, pointing to the clinical need to address common barriers to the provision of augmentative and alternative communication support. These barriers include organisational practices and limitations in the knowledge and skills of key stakeholders, as well as problematic attitudes.»...

<< Sommaire
aut.sagepub

Handicap, ACTP et controle d'effectivite : les exigences abusives des Conseils generaux 15/10/2014

«Plusieurs adhérents du CDTHED nous ont fait part récemment de problèmes rencontrés par les bénéficiaires de l'ACTP (Allocation Compensatrice Tierce Personne) du fait de l'attitude des services de certains Conseils généraux et de certaines MDPH (Maison Départementales des Personnes Handicapées), exemples : ...¢ En Isère, une circulaire envoyée dans le cadre du contrôle d'effectivité indique : « Le bénéficiaire d'une ACTP au taux de 80 % doit être en mesure de justifier l'utilisation de l'intégralité du montant versé mensuellement par le Conseil général ». ...¢ Dans le Finistère, le service juridique d'une association « représentative », visiblement influencé par la MDPH locale, déclare à l'une de nos adhérentes que : « le basculement vers la PCH (Prestation de Compensation du Handicap) sera automatique à l'occasion de la demande de renouvellement ». Or, tout ceci est parfaitement faux ! Rappelons les points essentiels de la réglementation et de la jurisprudence, toujours en vigueur :»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Autisme : le sulforaphane des pousses de brocoli reduirait certains symptomes 15/10/2014

«Une substance extraite de pousses de brocoli, le sulforaphane, soulagerait les symptômes comportementaux des troubles du spectre de l'autisme, selon une petite étude clinique publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Le sulforaphane est jusqu'à maintenant surtout connu pour ses capacités alléguées de prévention du cancer. Paul Talalay et Andrew Zimmerman de l'Université Johns Hopkins ont, avec leurs collègues, mené cette étude avec 40 adolescents et jeunes adultes atteints d'autisme sévère à modéré, âgés de 13 à 27 ans. ""Nous pensons que ces résultats peuvent constituer des évidences préliminaires d'un premier traitement de l'autisme qui améliore les symptômes de l'autisme en corrigeant, apparemment, certains des problèmes cellulaires sous-jacents"", dit Talalay. ""Nous sommes loin d'être en mesure de déclarer une victoire sur l'autisme, mais cela nous donne des informations importantes sur ce qui pourrait aider"," ajoute Zimmerman. Plusieurs des anomalies biochimiques et moléculaires accompagnant l'autisme qui ont été décrites sont liées à l'efficacité de la production d'énergie dans les cellules. Les cellules des personnes atteintes ont souvent des niveaux élevés de stress oxydatif causé par l'accumulation de sous-produits nuisibles de l'utilisation d'oxygène qui peut causer une inflammation, endommager l'ADN, et conduire à des cancers et d'autres maladies chroniques. En 1992, l'équipe de Talalay a découvert que le sulforaphane a une certaine capacité à renforcer les défenses naturelles de l'organisme contre le stress oxydatif, l'inflammation et les dommages de l'ADN. Il s'est avéré plus tard que la substance améliore aussi la réponse de l'organisme au choc de chaleur : il s'agit d'une cascade d'événements qui protège les cellules contre le stress causé par des températures élevées, incluant celles de la fièvre. Or, fait intrigant, explique le chercheur, environ la moitié des parents rapportent que le comportement autiste de leurs enfants s'améliore sensiblement quand ils ont de la fièvre, puis revient à la normale quand la fièvre disparait. En 2007, Zimmerman a mené une étude clinique qui a confirmé ce phénomène, sans toutefois identifier de mécanisme sous-jacent. Parce que la fièvre, comme le sulforaphane, initie la réponse de l'organisme au choc thermique, Zimmerman et Talalay se sont demandé si le sulforaphane pourrait provoquer la même amélioration temporaire de l'autisme que la fièvre.»...

<< Sommaire
psychomedia.qc

Michel, enseignant referent handicap : adore sa liberte, n'aime pas quand les informations ne sont pas transmises | Changer le travail 14/10/2014

«Michel, 54 ans, est enseignant référent handicap. « Un métier complexe à expliquer », sourit-il. S'il travaille depuis un collège et dépend de l'Education nationale, il n'a pas de copie à corriger, de conseil de classe à préparer, ou même d'élève à sa charge. Son travail consiste à accompagner le parcours des enfants handicapés scolarisés dans des établissements spécialisés, et à faire la liaison entre les personnels paramédicaux, l'équipe pédagogique et la famille. Le but ? « Faire en sorte que l'enfant soit dans les meilleures conditions pour apprendre. » « J'aime dans mon travail : la liberté, l'épanouissement et me savoir utile » Ce qu'il aime, c'est la grande liberté qu'il a à organiser son emploi du temps qui, selon lui, est « très variable ». « Personne n'est là pour me dire ...˜Eh, tu as cinq minutes de retard'. C'est moi qui détermine ma manière de travailler. » Dans cette même logique, Michel apprécie de se fabriquer lui-même ses outils informatiques, qui lui permettent de d'alléger les charges administratives et « de gagner un temps considérable ». Autre satisfaction : l'épanouissement que lui offre sa profession. « Je touche à tout ce qui concerne l'enfant : médical, pédagogique, psychologique...¦ Je suis aussi bien en contact avec des psychiatres qu'avec des collectivités territoriales. » Autrefois instituteur, il ne regrette pas de ne plus donner cours : « J'ai voulu aller au-delà du cercle de l'Education nationale, parce qu'on se sent quand même un peu isolé quand on est dans une classe. » Mais que serait son métier sans son utilité sociale ? Michel éprouve bien entendu un « grand contentement » lorsqu'il apprend que, malgré son handicap, un enfant qu'il a suivi s'en sort. « Il y a quelques jours, j'ai reçu un mail de remerciement d'une gamine que j'accompagne depuis la maternelle qui se retrouve cette année en BTS. Ca m'a fait très plaisir. » « J'aime pas : le manque d'information, les tâches répétitives, et les problèmes techniques » Michel déteste lorsque la communication entre ses interlocuteurs passe mal et que des informations importantes ne lui sont pas transférées. »»
[...]
«Vous aussi témoignez ! »...

<< Sommaire
changerletravail

News Article: TRICARE Delays Change in Autism Reimbursement to April 12/10/2014

«WASHINGTON, Oct. 10, 2014 - TRICARE has delayed until April a 46-percent reduction in the reimbursement level for some autism services while it awaits the results of an independent assessment of the prevailing rate for the services, defense officials said today. The reduced reimbursement rate -- for one-on-one therapy with a board-certified behavior analyst for those with autism spectrum disorder -- was one of several program changes scheduled to go into effect Oct. 20 as TRICARE implements its new Comprehensive Autism Care Demonstration, or Autism Care Demo. On Sept. 19, after the Defense Department published related changes to the TRICARE Operations Manual, providers and beneficiaries raised issues. Rand Corp. independent analysis On Oct. 8, Assistant Secretary of Defense for Health Affairs Dr. Jonathan Woodson directed that the rate change be postponed until April 20, 2015, while RAND Corp. completes an independent analysis of prevailing rates for the service. TRICARE will continue to pay the previous rate of $125 an hour for one-on-one therapy with a board-certified behavior analyst rather than the new $68-per-hour rate. Defense officials say the new Autism Care Demo does not cut applied behavior analysis benefits. The new TRICARE Autism Care Demo began July 25 and replaces current applied behavior analysis benefits with one simple program, according to the TRICARE website.»...

<< Sommaire
defense

UCLA study finds link between neural stem cell overgrowth and autism-like behavior in mice - Medical News Today 12/10/2014

«People with autism spectrum disorder often experience a period of accelerated brain growth after birth. No one knows why, or whether the change is linked to any specific behavioral changes. A new study by UCLA researchers demonstrates how, in pregnant mice, inflammation, a first line defense of the immune system, can trigger an excessive division of neural stem cells that can cause "overgrowth" in the offspring's brain. The paper appeared Oct. 9 in the online edition of the journal Stem Cell Reports. "We have now shown that one way maternal inflammation could result in larger brains and, ultimately, autistic behavior, is through the activation of the neural stem cells that reside in the brain of all developing and adult mammals," said Dr. Harley Kornblum, the paper's senior author and a director of the Neural Stem Cell Research Center at UCLA's Semel Institute for Neuroscience and Human Behavior. In the study, the researchers mimicked environmental factors that could activate the immune system - such as an infection or an autoimmune disorder - by injecting a pregnant mouse with a very low dose of lipopolysaccharide, a toxin found in E. coli bacteria. The researchers discovered the toxin caused an excessive production of neural stem cells and enlarged the offspring's' brains. Neural stem cells become the major types of cells in the brain, including the neurons that process and transmit information and the glial cells that support and protect them. Notably, the researchers found that mice with enlarged brains also displayed behaviors like those associated with autism in humans. For example, they were less likely to vocalize when they were separated from their mother as pups, were less likely to show interest in interacting with other mice, showed increased levels of anxiety and were more likely to engage in repetitive behaviors like excessive grooming.»...

<< Sommaire
medicalnewstoday

* New Hypothesis Posits Autism as Disorder of Prediction 12/10/2014


«Massachusetts Institute of Technology (MIT) neuroscientists have posed a new hypothesis for autism, suggesting that the disorder may be rooted in an impaired ability to predict events and other people's actions. The researchers assert that, to an autistic child, the world appears to be a "magical" and random place, rather than one of order and predictability. Therefore, symptoms such as repetitive behavior and the need for a highly structured environment may be coping strategies in an unpredictable world. "At the moment, the treatments that have been developed are driven by the end symptoms. We're suggesting that the deeper problem is a predictive impairment problem, so we should directly address that ability," said lead author Dr. Pawan Sinha, an MIT professor of brain and cognitive sciences. "I don't know what techniques would be most effective for improving predictive skills, but it would at least argue for the target of a therapy being predictive skills rather than other manifestations of autism," he said. The researchers turned toward prediction skills as a possible root cause for autism based on reports from parents that their autistic children demanded a controlled, predictable environment.» [...]
«The researchers suggest this could result from an inability to predict another person’s behavior based on past interactions. The MIT team suggests that different children may show a variety of symptoms of autism based on the timing of the predictive impairment. “In the millisecond range, you would expect to have more of an impairment in language,” said Sinha. “In the tens of milliseconds range, it might be more of a motor impairment, and in the range of seconds, you would expect to see more of a social and planning impairment.” The hypothesis also predicts that certain cognitive skills — those based more on rules than on prediction — should remain untouched, or even get better in autistic individuals. This includes skills such as math, drawing, and music, typical strengths for autistic children. »...

<< Sommaire
psychcentral

Comment on ''Oxytocin-mediated GABA inhibition during delivery attenuates autism pathogenesis in rodent offspring'' 11/10/2014

«Abstract Tyzio et al. (Reports, 7 February 2014, p. 675) reported that bumetanide restored the impaired oxytocin-mediated γ-aminobutyric acid (GABA) excitatory-inhibitory shift during delivery in animal models of autism, ameliorating some autistic-like characteristics in the offspring. However, standard practices in the study of these models, such as the use of sex-dimorphic or males-only analyses and implementation of tests measuring social behavior, are lacking to definitely associate their findings to autism.»...

<< Sommaire
sciencemag

Une piste pour retablir la bonne integration des informations sensorielles chez les autistes 11/10/2014

«Chez les enfants autistes, les informations en provenance des 5 sens : du touché, de l'ouie, de la vision, ou d'autres stimuli, ne sont pas intégrées correctement dans le cerveau, conduisant à un comportement inapproprié et à des réactions parfois violentes. Des chercheurs de l'Inserm dirigé par Andréas Frick au sein de l'Unité Inserm 862 « Neurocentre Magendie » viennent de comprendre pourquoi en étudiant un modèle de souris mimant la maladie. Ils ont même trouvé une molécule pouvant inverser ces effets et rétablir un comportement « normal » chez ces souris. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature Neuroscience cerveau c Fotolia Les troubles du spectre autistique (TSA) touchent plus de 3 millions de personnes dans l'union européenne dont environ 650 000 en France. Des estimations récentes du Centre pour le contrôle des maladies (aux Etats-Unis) suggèrent qu'un enfant sur 68 est touché par cette maladie. Les TSA sont des troubles neuro-développementaux qui affectent les enfants de toutes origines ethniques et socio-économiques, et sont caractérisés par un spectre de symptômes regroupant à la fois des difficultés pour les interactions sociales et la communication, et des comportements répétitifs stéréotypés. Un autre aspect fréquent des maladies neuro-développementales est le problème du traitement des informations sensorielles. Près de 90% des enfants avec des TSA sont touchés par différents types de problèmes sensoriels. Les anomalies d'intégration sensorielle proviennent du fait que les informations périphériques, que ce soit du touché, de l'ouie, de la vision, ou d'autres stimuli, ne sont pas intégrées ou organisées correctement dans le cerveau, conduisant à un comportement inapproprié. De telles anomalies peuvent être extrêmement handicapantes au quotidien pour les personnes atteintes d'autisme et elles posent un défi aux parents et éducateurs. Par exemple, lors d'une sortie au supermarché, de simples lumières fluorescentes peuvent être une expérience sensorielle aversive.»...

<< Sommaire
presse-inserm

Plan autisme : Monsieur Hollande, la vraie ''revolution'', ce n'est pas la ghettoisation 10/10/2014

«François Hollande s'est rendu à Angoulême, ce jeudi, pour dresser un premier bilan du troisième plan autisme. Le président a notamment visité un centre d'action médico-sociale précoce, qui accueille des jeunes présentant des déficits sensoriels, moteurs ou mentaux. Un très mauvais signal pour la scolarisation des enfants autistes, pour d'Olivia Cattan, présidente de SOS Autisme France. En allant à Angoulême avec la ministre de l'Education nationale visiter un centre médico-social et une unité éducative où tous les enfants autistes sont placés ensemble dans une structure spécialisée, le président de la République adresse aux familles un message alarmant et négatif pour l'avenir de nos enfants. Alors que dans de nombreux pays, du Danemark aux Etats-Unis, les enfants "différents" sont intégrés avec les autres enfants dans des classes ordinaires, la France continue de pratiquer sa politique de ségrégation vis-à-vis des autistes. Une politique qui les stigmatise et qui va à l'encontre de toutes des recommandations thérapeutiques. Ghettoiser des enfants autistes est inacceptable Ghettoiser des enfants autistes dans une même classe est une erreur majeure et une discrimination inacceptable. Les nombreuses études sur le sujet ont montré que ces enfants étaient dans l'imitation des autres comportements. En France les réussites de cette "inclusion scolaire" le confirment. Il y a quinze ans, la France avait ratifié la Charte sociale européenne qui garantissait le droit des enfants et adolescents autistes à la scolarisation "en priorité dans les établissements de droit commun, et l'absence de prédominance d'un caractère éducatif au sein des institutions spécialisées". Le Conseil de l'Europe a également condamné à plusieurs reprises la France pour ne pas avoir respecté le droit des enfants autistes à recevoir une éducation.»
[...]
«La véritable révolution se fera en bousculant les consciences La révolution culturelle dont vous parlez, Monsieur le président, ne peut pas se faire seulement avec des mots, mais avec des actions effectivement révolutionnaires qui bousculent l’ordre établi. Il faut sans doute beaucoup de courage pour faire bouger l’Éducation nationale, et encore aussi du courage pour aller à l’encontre de la psychanalyse qui préférera toujours les traitements médicamenteux à l’éducation et aux méthodes cognitives. Le rôle de SOS autisme en France est d’orienter par son expertise et son expérience les politiques publiques. Et c’est en défonçant les portes des consciences que l’on fait une véritable révolution. Alors, Monsieur le président, si vous souhaitez être ce révolutionnaire qui aura permis aux enfants autistes français d’avoir accès enfin à leur droit fondamental, l’éducation, il vous faudra faire preuve de courage et de ténacité pour que nos enfants puissent devenir des enfants comme les autres. Il vous faudra ouvrir les portes de l’Éducation nationale et faire comprendre aux directeurs d’établissements qu'avoir un enfant différent dans leurs écoles est une chance et non un poids supplémentaire. Il vous faudra aller chercher le budget pour financer le plan autisme dans les hôpitaux de jour où nos enfants continuent d’être parqués. »...

<< Sommaire
leplus.nouvelobs

Etudiante handicapee : la justice lui donne raison ! 09/10/2014

«En avril 2014, la pétition lancée par une étudiante handicapée avait fait grand bruit (article complet en lien ci-dessous) ; un comité de soutien avait vu le jour, multipliant ses actions pour se faire entendre. Laurie, 19 ans, handicapée à 80%, se battait depuis des mois avec le Conseil général de la Haute-Savoie pour obtenir la prise en charge de ses déplacements jusqu'à son université, située à Grenoble. La justice a finalement tranché et Laurie obtenu gain de cause. Rappel de faits Cette jeune fille IMC (Infirme moteur cérébral) se déplace en fauteuil roulant électrique. A la rentrée 2013, Laurie est accueillie dans une université grenobloise. Le hic, c'est que ses parents habitent en Haute-Savoie, à 150 km de là. Laurie n'a donc pas d'autre choix que de séjourner, dans la semaine, dans une résidence étudiante et de ne rentrer chez elle que le week-end. Or le Conseil général de Haute-Savoie, partant du principe que Laurie à une résidence universitaire à Grenoble, refuse de prendre en charge le cout de ces transports scolaires. La CDAPH (Commission des droits et de l'autonomie de personnes handicapées) donne un avis favorable pour un aller-retour par jour si Laurie décide de continuer à vivre chez eux, quitte à faire 300 km en taxi par jour ; la facture s'élèverait alors à 10 000 euros par mois. Pourtant, le Conseil général s'obstine à ne pas vouloir payer un aller-retour par semaine uniquement, soit une facture de 2 000 E par mois ! Ubuesque ! Jugement du tribunal Après avoir tout tenté, et parce que Laurie a du être déscolarisée en cours d'année après que ses parents ont investi 7 000 euros pour assurer ses transports, la famille a décidé de porter cette affaire devant la justice. Qui a fini par lui donner raison...¦ Dans son jugement rendu le 21 juillet 2014, le tribunal administratif de Grenoble précise qu'il « revient dès lors au département de Haute-Savoie de prendre en charge l'ensemble des frais exposés par l'intéressée pour mener à bien ses études, lesquels comprennent non seulement ses frais de déplacement de son domicile à Saint-Pierre-en-Faucigny à l'IUT de Grenoble mais également ses frais de déplacement de sa résidence universitaire à l'IUT de Grenoble ». Cette décision, qui confirme ce que dit la loi, fait jurisprudence. Une épreuve absurde ? Même si l'issue fut finalement heureuse, cette « famille réhabilitée » regrette néanmoins cette « épreuve supplémentaire, absurde, dans un parcours chaotique et incertain ». Et Sylvie, la maman d'ajouter : « Les mensonges, les manipulations, les menaces, bref la violence quotidienne, ordinaire, faite à bien des familles d'enfants en situation de handicap a été particulièrement rude. Un conflit déloyal. Nous n'avons rien lâché pour ne pas devenir les victimes d'un système qui déraille. »»...

<< Sommaire
informations.handicap

Academie de Poitiers - Deplacement du President de la Republique a l'unite d'enseignement pour enfants autistes de l'ecole maternelle Pierre de Ronsard a Angouleme 09/10/2014

«Ce jeudi 9 octobre 2014, le Président de la République, François Hollande, se déplace en Charente pour faire le point sur lÂ’avancée du 3ème Plan Autisme. Accompagné de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation nationale, de lÂ’enseignement supérieur et de la recherche et de Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, le chef de l'Etat visite l'unité d'enseignement en école maternelle (UEM) de l'école Pierre de Ronsard à Angoulême. A l'école maternelle Pierre de Ronsard, en présence du recteur d'académie, Jacques Moret, le Président de la République a rencontré et échangé avec les enfants de l'UEM, les enseignants et les familles. Cette unité d'enseignement, créée à la rentrée 2014, vise à améliorer l'inclusion scolaire des enfants avec un trouble du spectre autistique ou autres troubles envahissants du développement (Ted) dès la petite enfance, en s'appuyant sur le déploiement d'interventions précoces, personnalisées, globales et coordonnées. Elle scolarise, à temps plein, 7 enfants de 3 à 6 ans avec l'appui d'une équipe médico-sociale implantée au sein même de l'école pour permettre la conduite des actions pédagogiques et éducatives sur un même lieu. Les objectifs d'apprentissage sont ceux attendus dans les programmes de l'école maternelle. Une formation pluri-professionnelle, préalable à l'ouverture de l'UEM, a réuni tous les personnels de l'école au tout début du mois de septembre pour que chacun connaisse et s'approprie les gestes professionnels adaptés aux troubles de ces enfants dans le respect des recommandations de bonnes pratiques de la haute autorité de santé (HAS).»...

<< Sommaire
ac-poitiers

Academie de Poitiers - Deplacement du President de la Republique a l'unite d'enseignement pour enfants autistes de l'ecole maternelle Pierre de Ronsard a Angouleme 09/10/2014

«Ce jeudi 9 octobre 2014, le Président de la République, François Hollande, se déplace en Charente pour faire le point sur lÂ’avancée du 3ème Plan Autisme. Accompagné de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation nationale, de lÂ’enseignement supérieur et de la recherche et de Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, le chef de l'Etat visite l'unité d'enseignement en école maternelle (UEM) de l'école Pierre de Ronsard à Angoulême. A l'école maternelle Pierre de Ronsard, en présence du recteur d'académie, Jacques Moret, le Président de la République a rencontré et échangé avec les enfants de l'UEM, les enseignants et les familles. Cette unité d'enseignement, créée à la rentrée 2014, vise à améliorer l'inclusion scolaire des enfants avec un trouble du spectre autistique ou autres troubles envahissants du développement (Ted) dès la petite enfance, en s'appuyant sur le déploiement d'interventions précoces, personnalisées, globales et coordonnées. Elle scolarise, à temps plein, 7 enfants de 3 à 6 ans avec l'appui d'une équipe médico-sociale implantée au sein même de l'école pour permettre la conduite des actions pédagogiques et éducatives sur un même lieu. Les objectifs d'apprentissage sont ceux attendus dans les programmes de l'école maternelle. Une formation pluri-professionnelle, préalable à l'ouverture de l'UEM, a réuni tous les personnels de l'école au tout début du mois de septembre pour que chacun connaisse et s'approprie les gestes professionnels adaptés aux troubles de ces enfants dans le respect des recommandations de bonnes pratiques de la haute autorité de santé (HAS).»...

<< Sommaire
ac-poitiers

La mise en place des nouveaux rythmes scolaires 09/10/2014

«4 - La mise en place des nouveaux rythmes scolaires La réforme des temps scolaires à l'école primaire prévue par le décret n° 2013-77 du 24 janvier 2013 doit viser à mieux répartir le temps d'enseignement sur la semaine en assurant une plus grande régularité et une meilleure répartition des temps d'enseignement, de manière à faciliter les apprentissages de tous les élèves, en particulier des plus fragiles. Pour répondre à certaines difficultés locales, le décret n°2014-457 du 7 mai 2014 a autorisé des expérimentations, dans le cadre d'un projet construit conjointement par la commune et les conseils d'école. Ces expérimentations, valables pendant 3 ans au plus, seront réévaluées par les recteurs chaque année en fonction de leur intérêt pédagogique et de la bonne prise en charge des enfants. Au total, l'ensemble des enfants bénéficieront, à la rentrée 2014, de la nouvelle organisation des temps scolaires, aménagée autour de 5 matinées de classe par semaine.»
[...]
«La FNASEPH reçoit en cette rentrée des appels de parents d’élèves en situation de handicap rencontrant des difficultés à bénéficier de ces aménagements : problèmes de transports, refus d’inclusion (au motif le plus souvent de manque de personnels «spécialisés », …). Il est important de collecter ces informations pour veiller et agir dans le respect du droit des élèves. Il est aussi nécessaire que les familles dans toute demande à la MDPH (dans le projet de vie expliquant attentes et besoins), puissent requérir que soit étudiée (au titre du plan de compensation - le PPC) si une solution particulière est nécessaire pour l’inclusion dans ces temps de vie autour de l’école. Si l’étude des besoins par l'EP (Equipe Pluridisciplinaire de la MDPH) montre qu’il n’y a pas de besoin particulier, l’accueil sur ces temps de vie doit se mettre en place sans modération ! Il est vrai que jusqu'à maintenant les EP n'ont pas eu l'habitude ni les demandes pour traiter de cette question. La CNSA explique bien que "le PPC est élaboré par l’équipe pluridisciplinaire" en considération des besoins et des aspirations de la personne handicapée tels qu’ils sont exprimés dans son projet de vie » et il fait partie des éléments pris en compte par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées pour prendre ses décisions. L’équipe construit en effet, après cet échange avec la personne ou avec son entourage, un "plan personnalisé de compensation" qui fait des propositions en réponse à des besoins qui peuvent être très divers : aides individuelles, hébergement, logement adapté, aide à la communication, scolarisation, orientation professionnelle... Le plan personnalisé de compensation se place dans une approche globale de la personne au vu de son projet de vie, de son handicap et de l’évaluation menée. Il peut contenir des recommandations concernant des prestations, des orientations en établissement ou services, des préconisations ou conseils. La FNASEPH rappelle que selon leurs besoins et sans rupture de parcours, les jeunes doivent pouvoir bénéficier d’accompagnants sur tous leurs lieux et temps de formation et de socialisation (périscolaire, loisirs, stages de formation, etc.) et les familles doivent enfin bénéficier d’un vrai service d’accompagnement au niveau départemental : analyses des pratiques, remplacement des accompagnants en cas de maladie, anticipation des besoins, gestion de l’accompagnement sur tous les temps de vie, y compris pour les stages et les activités d’apprentissage culturel et social, organisation de coopérations entre les différents professionnels, …. Compte tenu de nombreux appels et mails que nous recevons concernant les difficultés d’accès des enfants handicapés aux NAP (Nouvelles Activités Périscolaires) et TAP (Temps d’Activités Périscolaires) consécutives à la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, il est conseillé aux familles d’interpeller directement le Défenseur des Droits et des Enfants selon la procédure nationale. Il est évident qu'à ce jour, les différentes instances se renvoient la balle: ces temps ne sont plus ceux de l'école, les collectivités disent ne pas avoir de moyens, la CNSA que de telles décisions de CDAPH ne sont pas prévues . Ces réactions parlent bien de la solitude des parents face à ces renvois de responsabilité. Nous vous demandons defenseurde nous faire part de la résolution de ces problèmes dans le but de nous aider à répondre le plus positivement possible aux autres familles si le cas similaire venait à se présenter à nouveau. Ci-après le lien pour le mode de saisine : »...
Source: http://fnaseph.fr | Source Status

<< Sommaire
fnaseph

Plan autisme : des « signaux positifs » en attendant la « revolution culturelle » 09/10/2014

«Près d'un an après le début de la mise en oeuvre du troisième plan autisme (2013-2017), François Hollande se rend, jeudi 9 octobre dans la matinée, à Angoulême (Charente), pour en dresser un premier « bilan d'étape ». Si elles saluent l'esprit d'un plan auquel elles ont été partiellement associées, les associations de parents d'enfants autistes regrettent néanmoins un certain nombre d'insuffisances. « Il y a un décalage entre les ambitions du plan et ce qu'on peut observer comme changements sur le terrain », souligne Danielle Langloys, déléguée générale d'Autisme France, une structure qui représente 10 000 familles, tout en saluant un dispositif qui « va dans la bonne direction ». Le plan, doté de 205 millions d'euros sur quatre ans, met l'accent sur le dépistage, le diagnostic et l'accompagnement précoce des enfants autistes. Il prévoit notamment la création d'ici à 2017 d'une unité d'enseignement en maternelle (UEM) dans chaque département, chaque unité devant accueillir sept enfants autistes âgés de 3 à 6 ans. Le chef de l'Etat doit visiter jeudi une des trente structures de ce type à avoir déjà ouvert ses portes à la rentrée 2014 : celle du groupe scolaire Ronsard, à Angoulême.»
[...]
«Lire aussi (édition abonnés) : Le Plan autisme provoque la fronde de certains professionnels de la psychatrie Les associations de parents regrettent également la difficulté et le délai trop long pour établir un diagnostic. « A Marseille, il faut deux ans pour en établir un », explique Vincent Gerhards. « Il n'existe en France aucun service d'intervention précoce », déplore pour sa part Danielle Langloys, rappelant que « la moitié des enfants n'ont aucun diagnostic ». Lors de l'annonce du plan, en mai 2013, Marie-Arlette Carlotti, la ministre déléguée chargée des personnes handicapées, avait annoncé vouloir « mettre en place un vrai maillage à l'échelon le plus bas du territoire, afin de pouvoir faire un repérage dès 18 mois », allouant 63 millions sur quatre ans au diagnostic et à l'intervention précoce. Lire aussi (édition abonnés) : Un nouveau plan autisme pour renforcer le dépistage précoce et améliorer les méthodes de prise en charge Le diagnostic d'autisme est actuellement posé en moyenne à l'âge de 5 ans et demi, soit bien au-delà des trente-six mois recommandés par la Haute Autorité de santé (HAS). Pour le président d'Autistes sans frontières, la France doit aujourd'hui rattraper « trente ans de retard » dans le domaine du diagnostic et de l'intervention précoce. »...

<< Sommaire
lemonde

The effect of hypocalcemia in early childhood on autism-related social and communication skills in patients with 22q11 deletion syndrome. 09/10/2014

«Abstract 22q11 deletion syndrome (22qDS), also known as DiGeorge syndrome, is a copy number variant disorder that has a diverse clinical presentation including hypocalcaemia, learning disabilities, and psychiatric disorders. Many patients with 22q11DS present with signs that overlap with autism spectrum disorder (ASD) yet the possible physiological mechanisms that link 22q11DS with ASD are unknown. We hypothesized that early childhood hypocalcemia influences the neurobehavioral phenotype of 22q11DS. Drawing on a longitudinal cohort of 22q11DS patients, we abstracted albumin-adjusted serum calcium levels from 151 participants ranging in age from newborn to 19.5 years (mean 2.5 years). We then examined a subset of 20 infants and toddlers from this group for the association between the lowest calcium level on record and scores on the Communication and Symbolic Behavior Scales-Developmental Profile Infant-Toddler Checklist (CSBS-DP ITC). The mean (SD) age at calcium testing was 6.2 (8.5) months, whereas the mean (SD) age at the CSBS-DP ITC assessment was 14.7 (3.8) months. Lower calcium was associated with significantly greater impairment in the CSBS-DP ITC Social (p < 0.05), Speech (p < 0.01), and Symbolic domains (p < 0.05), in regression models adjusted for sex, age at blood draw, and age at the psychological assessment. Nevertheless, these findings are limited by the small sample size of children with combined data on calcium and CSBS-DP ITC, and hence will require replication in a larger cohort with longitudinal assessments. Considering the role of calcium regulation in neurodevelopment and neuroplasticity, low calcium during early brain development could be a risk factor for adverse neurobehavioral outcomes.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Les enseignants de retour dans la rue 09/10/2014

«A près une rentrée mouvementée sur fond de contestation contre la nouvelle carte scolaire, les syndicats enseignants avaient rangé leur porte-voix pour un retour au calme appréciable. Même si les moyens supplémentaires demandés pour le Gers ne sont jamais venus, il a fallu se mettre au travail dans des conditions parfois compliquées, pour assurer les premières semaines de l'année. Pour autant, les sujets de mécontentement n'ont pas été enterrés et demain, c'est de rentrée syndicale dont on parlera, sous les balcons de l'inspection d'académie à Auch. Les enseignants appellent à manifester contre la précarité qui frappe les accompagnants d'élèves en situation de handicap : « Cela fait onze ans que les auxiliaires de vie scolaire (AVS) ont été créés, rappelle le SNUipp-FSU du Gers dans un communiqué. Depuis, malgré la mise en place d'un nouveau statut d'accompagnant aux élèves en situation de handicap (AESH), on a souvent affaire à des personnels en grande précarité. » Vers la professionnalisation Le décret 2014-724 du 27 juin dernier fixe pourtant les conditions de recrutement et d'emploi des AESH. Il s'agit là de la continuité d'un mouvement initié par l'ex-ministre de l'Education Vincent Peillon, qui avait mis en place un groupe de travail intitulé « Professionnaliser les accompagnants pour la réussite des enfants et adolescents en situation de handicap ». L'objectif de rendre moins précaire cette activité était clairement affiché. Mais sur le terrain, selon le SNUipp-FSU, on est encore loin du compte. Le statut de ces accompagnants professionnels reste en pleine construction et en attendant, les personnels naviguent entre deux eaux : « Ceux qui pourront accéder à un CDI sont bien moins nombreux que ceux qui, faute de pouvoir décrocher un poste d'AESH et se trouvant sous le régime d'un contrat unique d'insertion, ne verront majoritairement pas leurs missions reconduites au-delà des deux ans réglementaires, s'inquiète Betty Jean dit Teyssier, secrétaire départemental.« Même si la mise en place des AESH constitue une avancée par rapport à la situation existante, il n'en demeure pas moins que, concrètement, le budget prévu pour la rentrée 2014 ne prévoyant aucune hausse du nombre de postes, les places sont chères et le nombre de collègues concernés extrêmement faible. » Le syndicat dénonce également les défauts de communications de l'inspection d'académie face à des situations précises : « Depuis quelque temps, des faits inacceptables, irrespectueux des personnes et de leurs droits nous ont été rapportés : informations incomplètes, voire contradictoires mettant en jeu la poursuite de leur contrat, non-renouvellement de contrat par simple courrier recommandé, sans entretien préalable, sans justification et non renouvellement de contrat avec pour seul motif une mauvaise communication entre les différents partenaires concernés. »»...

<< Sommaire
sudouest

Francois Hollande veut lutter contre l'autisme 07/10/2014

«Il n'avait plus effectué de déplacement public dans les provinces françaises depuis la fin aout. Après une parenthèse de plus de six semaines, François Hollande reprend jeudi son bâton de pèlerin pour une visite à Angoulême sur le thème de l'autisme. Une sortie millimétrée, prudemment limitée à trois petites heures et au cours de laquelle le chef de l'Etat ne devrait se livrer à aucun bain de foule ou "déambulation", prévient-on à l'Elysée où l'on invoque la gravité du sujet qui l'amène dans la préfecture de Charente. Il s'agit de "renouer le fil rompu de la confiance entre les Français et le président mais aussi et plus généralement avec la politique", souligne un proche du président Hollande, qui y voit "un défi extraordinaire pour tout responsable politique". François Hollande, dont la cote de popularité continue d'évoluer en eaux profondes, avait consacré sa précédente visite en province à l'Ile de Sein, le 25 aout, clôturant un cycle de commémorations estivales des deux Guerres mondiales. La pénultième remontait au 10 juillet, lorsqu'il s'était rendu sur la 6e étape du Tour de France. Le chef d'Etat entend aborder en Charente un sujet purement intérieur: la mise en oeuvre du 3e plan autisme. Lancé en mai 2013 et doté de 205 millions d'euros, ce plan vise à créer 3400 places d'accueil supplémentaires d'ici à 2017 pour des enfants et des adultes autistes et à promouvoir un dépistage précoce de la maladie, dès l'âge de 18 mois. Deux rendez-vous l'illustreront. Le premier conduira le chef de l'Etat au Centre d'action médico-sociale précoce de Soyaux, en périphérie d'Angoulême où il se fera présenter des actions de dépistage et d'accompagnement d'enfants autistes âgés de 18 mois à 6 ans. Puis François Hollande rejoindra une "unité d'enseignement en école maternelle", à l'école Pierre de Ronsard d'Angoulême, l'une des trente nouvelles unités de ce type ouvertes à la rentrée 2014 pour accueillir des enfants autistes de 3 à 6 ans. "Il a voulu un sujet social, une réalisation concrète de l'action de l'exécutif depuis 2012", souligne l'entourage du président, qui précise que cette visite en annonce d'autres "dans les semaines qui viennent" pour aller à la rencontre des "Français qui réussissent»...

<< Sommaire
lefigaro

Petition · Pour que Timothee, autiste, soit accueilli en classe dans son college de secteur · Change.org 07/10/2014

«–  Contexte Tim était scolarisé l'année dernière dans ce collège (à 100 m de chez lui), avec une AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire), en 5ème. Bien que n'ayant pas le niveau requis, il était content d'aller au collège, avait de bonnes appréciations de ses professeurs, il était bien intégré selon les autres élèves. Mais la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) a décidé pour cette année une orientation en institutions (IME), dans lesquelles il n'y a pas de place. Sa mère a contesté la décision car elle est contraire à ce qu'elle veut pour Tim, à savoir une scolarisation en milieu ordinaire. En attendant que cette décision soit réexaminée par le tribunal (audience prévue le 06/10), et faute de place en institution, le principal doit le scolariser : obligation scolaire, et le droit à l'éducation est garanti pour tous. Il a également obligation de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour que cette obligation et ce droit aient un caractère effectif. (Arrêt du conseil d'Etat du 08/04/09).»
[...]
«
• Les rouages de l'exclusion Ce placement en institution est un travail au long cours, soigneusement élaboré par la MDPH et l'inspection; qui travaillent main dans la main, avec les juges. Ce "travail" a commencé en juin dernier, par le turn-over des AVS, ce qui a déstabilisé Tim : celui-ci a commis alors un geste d'angoisse qui lui a valu un conseil de discipline et une plainte à la police (démesure totale). S'en est suivie la décision de la MDPH en Août dernier qui s'auto-saisit d'une demande d'orientation et oriente Tim dans un IME, sans demander l'avis à la mère, alors détentrice de l'autorité parentale en matière de scolarisation. Là-dessus, le collège refuse Tim, acte approuvé par l'inspection. Il s'ensuit la décision de la juge aux affaires familiales qui se sert du geste inapproprié de Tim pour conclure que le collège n'est pas adapté à lui, et elle permet donc au père d'autoriser à l'inscrire dans un IME, avec ou sans l'accord de la mère, qui s'en occupe 80 % du temps. Enfin, l'audience du TCI qui statuera probablement, au vu de tout ce qui est mentionné juste au dessus, une orientation en IME, avec décision d’exécution immédiate (sans possibilité de recours suspensif), satisfaisant ainsi pleinement le père, alors que c'est la mère qui a demandé le recours. Maryna ne pouvait absolument rien contre ce système maltraitant et bien organisé. Les acteurs de cette maltraitance (MDPH, inspection, juges) sont bien conscients de leurs actes et sont conscients que certains français le découvrent maintenant grâce à cette affaire, d'où la rapidité avec laquelle elle a été expédiée. Pour toutes ces raisons, je vous invite à diffuser au maximum la pétition, c'est le seul moyen d'action que nous avons... »... https://www.change.org/p/pour-que-timoth%C3%A9e-autiste-soit-accueilli-en-classe-dans-son-coll%C3%A8ge-de-secteur-autisme

<< Sommaire
unknown

L'autisme, une autre forme d'intelligence ? 06/10/2014

«Docteur honoris causa de l'université de Montréal, la chercheuse canadienne Michelle Dawson est une spécialiste mondialement reconnue de l'autisme. Ses dix années de recherche sur le sujet l'ont convaincue qu'il fallait complètement changer notre regard sur ce trouble du développement dont la prévalence ne cesse de s'accroitre d'année en année (lire ci-dessous). Malgré leurs difficultés à interagir et à communiquer, malgré leurs comportements répétitifs, les autistes, affirme Michelle Dawson, ne sont pas des versions défectueuses de monsieur et madame Tout-le-Monde. Leur fonctionnement mental n'est pas déficient, mais différent. Et leur potentiel, bien trop souvent inexploité. Michelle Dawson est bien placée pour le savoir. Avant de rejoindre en 2004 le département de psychiatrie de l'université de Montréal à la demande de Laurent Mottron, ponte canadien de l'autisme qui avait su déceler chez elle des qualités exceptionnelles, elle travaillait comme simple employée des Postes canadiennes. Autiste elle-même, elle aurait pu végéter toute sa vie dans cette position subalterne. Neurodiversité L'approche qu'ont Laurent Mottron et Michelle Dawson de l'autisme s'inscrit dans un courant de pensée né aux Etats-Unis dans les années 1990, mais resté peu étudié par la communauté scientifique : la « neurodiversité ». Les promoteurs de ce concept bataillent pour que l'autisme ne soit plus défini par rapport au fonctionnement cognitif de la majorité - ces individus dits « normaux », qu'eux préfèrent appeler les « neurotypiques ». Cette comparaison, argumentent-ils, ne fait ressortir que les caractéristiques négatives de l'autisme, telles que le défaut de langage ou le caractère restreint des centres d'intérêt, et laisse dans l'ombre d'autres traits tout aussi caractéristiques, mais ceux-là positifs : les compétences et même les hypercompétences propres aux autistes, trop souvent ignorées. Pour les partisans de la neurodiversité, l'autisme constitue non pas une maladie mentale mais une autre forme de cognition humaine, une autre forme d'intelligence. Une autre forme d'intelligence ? A première vue, cela parait relativement facile à admettre s'agissant de ces autistes de haut niveau, aux dons parfois exceptionnels (calculateur prodige, polyglotte prodige...¦), que sont les porteurs du syndrome d'Asperger, à l'instar de l'Anglais Daniel Tammett, auteur du best-seller « Je suis né un jour bleu ». Mais les tenants de la neurodiversité vont beaucoup plus loin, en soulignant que ce concept s'applique à tous les autistes et tous les autismes. Même aux cas les plus sévères, lorsque l'enfant se révèle en grandissant incapable d'apprendre à parler et que les tests standards de quotient intellectuel font apparaitre un score largement inférieur à 70, seuil en deçà duquel le sujet est considéré comme retardé intellectuellement. La littérature scientifique sur l'autisme indique que, si l'on appliquait les tests standards de QI à l'ensemble des autistes, 75 % d'entre eux obtiendraient un score inférieur à ce seuil et seraient donc étiquetés « retardés mentaux ». Mais, pour Laurent Mottron et Michelle Dawson, ce résultat ne prouve qu'une chose : que ces tests standards, conçus par des neurotypiques pour des neurotypiques, ne sont pas adaptés aux autistes. Les tests de QI courants, dérivés de l'échelle WAIS (« Wechsler adult intelligence scale »), font une large part à l'expression verbale, qui est la principale pierre d'achoppement à laquelle se heurtent les autistes. Mais il existe d'autres tests, plus adaptés. Comme la matrice de Raven, développée à l'origine par l'armée britannique pour recruter ses futurs pilotes de chasse sur la base de l'intelligence pure, c'est-à-dire en gommant le plus possible l'impact de l'environnement socioculturel. « En mesurant l'intelligence des autistes à l'aide de la matrice de Raven, qui ne fait pas appel à la parole ni à la culture générale, on obtient des scores bien plus proches de la moyenne de la population », indique la chercheuse en sciences cognitives et spécialiste de l'autisme Fabienne Cazalis. Hyperperceptifs Si l'imagerie a montré qu'il existait une base cérébrale à la spécificité de la cognition des autistes (lire ci-dessous), des expériences ont également été faites pour mieux caractériser ce fonctionnement particulier. « Les autistes sont des hyperperceptifs. Ils perçoivent dans leur environnement beaucoup plus de détails que nous, ce qui fait qu'ils sont continuellement assaillis par une masse d'informations sensorielles supérieure à celle que nous recevons et devons traiter », explique Fabienne Cazalis. Cet afflux permanent, qui leur complique la vie au quotidien, développe leur capacité à traiter de l'information en situation de surcharge attentionnelle. Cela a été établi par l'Anglaise Nilli Lavie, de l'University College London. Ses expériences ont montré que, confrontés à un nombre croissant d'éléments à surveiller simultanément, les autistes arrivent à saturation moins vite que les neurotypiques. Un atout majeur dans le monde du travail !»...

<< Sommaire
lesechos

Structured Synaptic Inhibition Has a Critical Role in Multiple-Choice Motion-Discrimination Tasks 06/10/2014

«Abstract Neural network models have been constructed to explore the underlying neural mechanisms for decision-making in multiple-choice motion-discrimination tasks. Despite great progress made, several key experimental observations have not been interpreted. In contrast to homogeneous connectivity between pyramidal cells and interneurons in previous models, here their connectivity is totally structured in a continuous recurrent network model. Specifically, we assume two types of inhibitory connectivity: opposite-feature and similar-feature inhibition, representing that the connectivity strength has a maximum between neural pairs with opposite and identical preferred directions, respectively. With a common parameter set, the model accounted for a wide variety of physiological and behavioral data from monkey experiments, including those that previous models failed to reproduce. We found that the opposite-feature inhibition endows the decision-making circuit with an elimination strategy, which effectively reduces the number of choice alternatives for inspection to speed up the decision process at the cost of decision accuracy. Conversely, the similar-feature inhibition markedly enhances the ability of the network to make a choice among multiple options and improves the accuracy of decisions, while slowing down the decision process. A simplified mean-field model was also presented to analytically characterize the effect of structured inhibition on fine discrimination. We made a testable prediction: only the combination of cross-feature and similar-feature inhibition enables the circuit to make a categorical choice among 12 alternatives. Together, the current work highlights the importance of structured synaptic inhibition in multiple-choice decision-making processes and sheds light on the neural mechanisms for visual motion perception.»...

<< Sommaire
jneurosci

Long-Term Seizure Suppression and Optogenetic Analyses of Synaptic Connectivity in Epileptic Mice with Hippocampal Grafts of GABAergic Interneurons 06/10/2014

«Abstract Studies in rodent epilepsy models suggest that GABAergic interneuron progenitor grafts can reduce hyperexcitability and seizures in temporal lobe epilepsy (TLE). Although integration of the transplanted cells has been proposed as the underlying mechanism for these disease-modifying effects, prior studies have not explicitly examined cell types and synaptic mechanisms for long-term seizure suppression. To address this gap, we transplanted medial ganglionic eminence (MGE) cells from embryonic day 13.5 VGAT-Venus or VGAT-ChR2-EYFP transgenic embryos into the dentate gyrus (DG) of adult mice 2 weeks after induction of TLE with pilocarpine. Beginning 3-4 weeks after status epilepticus, we conducted continuous video-electroencephalographic recording until 90-100 d. TLE mice with bilateral MGE cell grafts in the DG had significantly fewer and milder electrographic seizures, compared with TLE controls. Immunohistochemical studies showed that the transplants contained multiple neuropeptide or calcium-binding protein-expressing interneuron types and these cells established dense terminal arborizations onto the somas, apical dendrites, and axon initial segments of dentate granule cells (GCs). A majority of the synaptic terminals formed by the transplanted cells were apposed to large postsynaptic clusters of gephyrin, indicative of mature inhibitory synaptic complexes. Functionality of these new inhibitory synapses was demonstrated by optogenetically activating VGAT-ChR2-EYFP-expressing transplanted neurons, which generated robust hyperpolarizations in GCs. These findings suggest that fetal GABAergic interneuron grafts may suppress pharmacoresistant seizures by enhancing synaptic inhibition in DG neural circuits.»...

<< Sommaire
jneurosci

Accueil familial et ''baluchonnage'', meme combat ? 05/10/2014

«Comment assurer une présence continue, 24 heures par jour, sans déroger, comme les éducateurs familiaux, au code du travail ? Lever ce verrou permettrait tout à la fois de développer le baluchonnage ... et de clarifier le statut des accueillants familiaux. PDF - 541.1 ko Avis du CESE sur le projet de Loi pour l'adaptation de la société au vieillissement (extrait) Le baluchonnage est un service de remplacement temporaire d'aidants familiaux vivant avec un proche malade ou handicapé. Un "baluchonneur" prend le relais de l'aidant pendant son absence, à son domicile, 24h/24 et 7j/7. Objectifs : lui permettre de profiter d'une périodes de répit, préserver les habitudes de la personne aidée, qui reste dans son cadre de vie habituel. Ce dispositif, qui existe au Québec et en Belgique, se développe depuis peu en France. Les freins à une transposition du baluchonnage en France ont essentiellement trait au droit du travail : le statut et l'organisation du travail des baluchonneuses (présence à domicile 24 heures sur 24) se heurtent à notre législation (impossibilité de travailler au-delà de 12 heures d'affilée). C'est ce que souligne le Conseil économique, social et environnemental (Cese), dans son avis du 26 mars 2014 sur le projet de Loi pour l'adaptation de la société au vieillissement. Extrait (page 3) : Rien ne sera possible sans une meilleure attractivité des métiers nécessaires à la personne âgée et le CESE approuve les initiatives présentées dans le rapport annexé (revalorisation des indemnités kilométriques, amélioration de la qualification...). Dans ce cadre, le CESE s'interroge toutefois sur la "balluchonnage" qui permet un service de remplacement de l'aidant familial. En effet, s'il soutient la reconnaissance d'un droit au répit, il considère que ce dispositif déroge au droit du travail et doit faire l'objet de négociations préalable avec les partenaires sociaux. Enfin, pour rendre effectif ce droit au répit, le CESE souhaite l'étendre aux proches aidants non bénéficiaires de l'APA.»...

<< Sommaire
famidac

Handik toujours au front 03/10/2014

«Chaque année, les parents d'élèves handicapés réunis au sein du collecif Handik (1) font le décompte insatisfaisant des moyens alloués à leurs enfants par l'Education nationale. Avec une irritation croissante. Patrice Lagisquet, l'un leurs représentants, fustige « des rentrées de plus en plus calamiteuses ». Selon les chiffres obtenus par Handik, dans le département, plus de cent élèves ne bénéficieraient pas de l'auxiliaire de vie scolaire (AVS) indispensable à leur scolarité. Parmi ceux-ci, le privé compte pour une trentaine de cas, dont six dans les ikastolas (écoles en langue basque). Ces chiffres et les besoins qu'ils traduisent ne tombent pas du ciel. Ce sont les notifications de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), qui relève du Conseil général. Par souci de précision, Patrice Lagisquet indique que le collectif dispose d'un décompte « arrêté il y a quinze jours ». Hier, l'inspecteur d'académie, Pierre Barrière, apportait « les chiffres du jour » : « Sur 841 personnes concernées, nous en avons accompagné 780. Il en reste donc 61 qui vont être prises en charge. » Jurisprudence Ces chiffres ne seront pas de nature à apaiser les parents. « Il y a des enfants qui doivent rester chez eux parce qu'ils n'ont pas d'AVS. Cela un mois après la rentrée, c'est inadmissible », tranche Patrice Lagisquet. Handik rappelle que le tribunal administratif s'est déjà prononcé en faveur des parents en pareil cas.»
[...]
« Recrutements Le fils de véronique Laudebat vient d'entrer en troisième au collège Largenté. « Il a une notification pour un handicap évalué entre 50 et 80 %. Il a droit à 16 heures d'AVS. Il ne les a pas. Il est complètement perdu. » La fille d'Anne-Catherine Lendre passera le bac à la fin de l'année. Elle a droit de recevoir un accompagnement individuel de 18 heures. « Aujourd'hui, elle partage un AVS avec une autre fille de sa classe, qui elle a droit à 16 heures. L'AVS a un contrat pour heures. Elle fait ce qu'elle peut, mais c'est impossible. » Pierre Barrière juge « sévère » les griefs qui lui sont adressés, même s'il « comprend qu'un mois d'attente puisse paraître long ». « Mais nous avons recruté 500 personnes sur contrat, durant ce mois, pour assurer une aide scolaire aux handicapés. On ne peut pas dire que nous n'avons rien fait. » Les parents, qui ont rempli les dossiers de demande d'AVS en mars, ne s'en contenteront pas. Le directeur académique, lui, insiste sur « l'approche qualitative du recrutement », qui demande du temps. « L'objectif n'est pas de coller un nom en face d'un autre. De solliciter Pôle Emploi et considérer que le travail est fait. » Une chose est certaine, si les 61 élèves en souffrance le restaient encore longtemps, leurs parents n'hésiteraient pas longtemps à revenir en justice. »...

<< Sommaire
sudouest

Caen : le directeur de l'hopital va payer pour sa folie des grandeurs 03/10/2014

«Il avait fait scandale en 2009 parce qu'il avait dépensé près d'un million d'euros pour... rénover son logement de fonction. Révoqué, mis en examen, Jol Martinez va écoper d'une nouvelle sanction financière. Un rebondissement dont l'ancien directeur du CHU de Caen (Calvados) se serait bien passé... Retour en arrière, 10 mars 2009. Le « patron » de l'hôpital de Caen, Jol Martinez, démissionne en catastrophe. Et pour cause... alors que l'hôpital, estampillé « le plus amianté de France », nage en plein marasme financier, on apprend que son directeur de 60 ans a dépensé des sommes folles, en 2007 et 2008, pour rénover son « pavillon » de fonction -- en fait une jolie demeure de 266 m². L'inspection générale des affaires sociales (Igas) révèlera peu après que les sommes en question ont frôlé le million d'euros -- elles ont très précisément atteint 966 115 E -- pour un logement dont la valeur estimée était au mieux deux fois moindre. Cascade d'ennuis Cheminée, terrasses, serrurerie à prix d'or (lire ci-dessous)... le scandale est d'autant plus grand que le CHU de Caen est alors l'un des plus endettés de France, juste après les Antilles.»...

<< Sommaire
leparisien

Communiqué FNASEPH: RENTRÉE SCOLAIRE 2014 DES ÉLÈVES HANDICAPÉS : TOUJOURS AUSSI DIFFICILE 02/10/2014

«RENTRÉE SCOLAIRE 2014 DES ÉLÈVES HANDICAPÉS : TOUJOURS AUSSI DIFFICILE L’incompréhension des familles qui voient partir l’accompagnant de leur enfant après quelques jours de rentrée  Des accompagnants devant faire une période d’essai de 6 à 8 ans en CDD pour prétendre passer en CDI ! La rentrée scolaire de 2014 est plus que jamais cacophonique pour les familles et les accompagnants des élèves handicapés. Sur le terrain les textes se télescopent et complexifient les recrutements pourtant souvent anticipés correctement, au grand désarroi des familles.»
[...]
« La création d’un CDI au sein de l’Éducation nationale pour les accompagnants scolaires renommés AESH qui ont fait 6 à 8 ans de période d’essai, ne reste qu'une demi-mesure ! La FNASEPH, fédération d’associations qui regroupe des dizaines de milliers de familles, rappelle les faits et demande enfin du courage politique : Car :  Le passage en CDI ne sortira pas les Accompagnants de la précarité (temps partiels imposés, rémunérations faibles de 680 euros net par mois insuffisantes pour vivre, d’où la persistance d’un turnover encore important).  La formation et le diplôme proposés – inférieurs au bac- ne répondent :
• ni aux besoins des jeunes pour faciliter leur accès aux apprentissages - ni aux missions confiées aux AVS (60% des AVS ont actuellement un bac +2 ou plus). La rétribution des AESH ne sera même pas valorisée s'ils accèdent à ce diplôme par VAE.  Plus de la moitié des jeunes handicapés reste accompagnée par un Accompagnant en contrat aidé (deux ans) dont l'accès au CDI n'est aucunement garanti ; c’est une situation injuste, inéquitable, contraire à l’esprit de nos institutions et qui semble appelée à s’amplifier.  Selon leurs besoins et sans rupture de parcours, les jeunes doivent pouvoir bénéficier d'accompagnants sur tous leurs lieux et temps de formation et de socialisation (périscolaire, loisirs, stages de formation, apprentissage etc.). »...

<< Sommaire
inclure

Jacques Toubon : ''Il faut plus de moyens pour les Maisons departementales du handicap'' 01/10/2014

«En réponse aux manifestations de personnes handicapées et de familles devant les MDPH, le nouveau Défenseur des droits estiment que "les Maisons départementales ne sont pas assez équipées". Il était l'invité de la rédaction de Vivre FM ce mardi 30 septembre. Le Nouveau Défenseurs des droits Jacques Toubon Le Nouveau Défenseurs des droits Jacques Toubon Jacques Toubon nommé en Juillet au Poste de Défenseur des droits succède à Dominique Baudis. Sur Vivre FM, le nouveau Défenseur estime que "on a affaire à des besoins très nombreux multiple, les réponses du droit ne sont pas suffisant, les droits ne sont pas toujours réalisés. Notre objectif est de les rendre effectifs". Répondant aux revendications des manifestants devant les Maisons Départementales du Handicap, Jacques Toubon estime que "les mécanismes départementaux connaissent des problèmes : insuffisance de moyens, mécanismes d'orientation pas adaptés,.... " Il poursuit en expliquant : "j'étais Jeudi et vendredi à Lyon. L'un des points qui a été mis en exergue c'est l'insuffisance de la réponse de la MDPH. Donc c'est un point important auquel je vais m'attacher dans les mois qui viennent." Réécouter l'émission. Patrick Gohet devient adjoint en charge de la lutte contre la discrimination et la promotion de l'égalité Samedi, le Défenseur a nommé ses adjoints. Patrick Gohet, qui aura 62 ans en octobre, succède à Maryvonne Lyazid à la lutte contre les discriminations et la promotion de l'égalité. Inspecteur général des affaires sociales depuis 2009, il a été directeur général de l'Unapei (fédérations d'associations représentant les handicapés mentaux et leurs familles) de 1987 à 2002. Il a ensuite été délégué interministériel aux personnes handicapées (de 2002 à 2009) et président du conseil national consultatif des personnes handicapées (de 2009 à 2012). La nouvelle Défenseure des enfants, Geneviève Avenard, 56 ans, succède à Marie Derain. Mme Avenard a occupé diverses fonctions de direction dans le domaine des politiques sociales et de la protection de l'enfance, d'abord au sein de conseils généraux et depuis 2008 au sein de l'association Acodège. Elle a été directrice générale adjointe de l'Observatoire de l'action sociale décentralisée (Odas) de 2006 à 2008, et est membre du conseil scientifique de l'Observatoire national de l'enfance en danger (Oned). Un troisième adjoint doit encore être nommé pour succéder à Françoise Mothes, à la déontologie dans le domaine de la sécurité.»...

<< Sommaire
vivrefm

Une classe maternelle pour enfants autistes ouvre a Angouleme 01/10/2014

«C'est une première dans la région. Une unité d'enseignement pour enfants autistes vient d'ouvrir au sein de l'école maternelle Ronsard à Ma Campagne. Elle accueille six élèves de 3 à 6 ans. Six enfants souffrant de troubles autistiques sont désormais scolarisés à temps plein au sein de la maternelle Ronsard à Ma Campagne. Six enfants souffrant de troubles autistiques sont désormais scolarisés à temps plein au sein de la maternelle Ronsard à Ma Campagne.. Mani n'était pas peu fier de souffler ses cinq bougies devant ses cinq camarades, ce mardi après-midi, dans la toute nouvelle classe de l'école maternelle Ronsard à Ma Campagne. D'autant que le recteur lui-même est venu lui souhaiter un bon anniversaire. Jacques Moret n'a pas fait le déplacement pour manger un bout de gâteau avec lui, mais pour visiter cette classe un peu particulière, la première «unité d'enseignement» de son académie qui scolarise à temps plein des enfants présentant des troubles autistiques ou troubles envahissants du développement (TED). La nouvelle classe, qui peut accueillir sept élèves de 3 à 6 ans, n'a ouvert que le 22septembre, trois semaines après la rentrée, le temps de former le personnel, selon les méthodes recommandées par la Haute autorité de santé, et d'aménager les locaux. «Afin de les accueillir le mieux possible, on a libéré la salle la plus adaptée aux besoins de ces enfants», explique la directrice de la maternelle, Christine Fauconnet, «ravie de voir son école s'enrichir d'une nouvelle équipe qualifiée avec notamment du personnel venu de l'Institut médico-éducatif des Rochers de Soyaux». Ces six nouveaux élèves, qui ont besoin d'être très encadrés et ne supportent pas les flottements, bénéficient donc de la présence d'une enseignante spécialisée, Annie Rabault, d'un auxiliaire de vie scolaire (AVS), d'Atsem, d'une orthophoniste, d'une psychomotricienne, d'une éducatrice spécialisée, d'une éducatrice jeunes enfants, plus deux aides médico-psychologiques en formation et un chauffeur de bus qui les prend en charge de leur domicile à l'école. Les repas et la récré avec les autres enfants Proche des sanitaires et avec un accès direct vers l'extérieur, pour protéger au maximum ces enfants de toute agitation, la salle de classe a été réaménagée avec l'aide financière de la Ville d'Angoulême. Elle ressemble à n'importe quelle autre classe de maternelle, sauf dans la disposition des bureaux, séparés par des étagères qui font office de petites cloisons pour permettre aux élèves de travailler séparément tout en étant accompagnés d'un adulte chacun.»...

<< Sommaire
charentelibre

Petition : AVS - Laissez Mylene avoir une scolarite normale ! 01/10/2014

«A l'attention : de l'Inspectrice de l'Education Nationale pour la Seine-et-Marne Signons pour que le recrutement d'une nouvelle Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS) soit mis en place le plus rapidement possible afin de permettre à Mylène de pouvoir aller à l'école régulièrement. Madame l'Inspectrice de l'Education Nationale Depuis le début de l'année 2013, nous avons à maintes reprises signalé les absences à répétition de l'Auxiliaire de Vie Scolaire attribuée à notre fille. Nous avons donc du palier à ses absences en ramenant notre fille à notre domicile, la privant ainsi d'une scolarité normale. Le 2 mai 2013, nous avons était reçus dans vos locaux de Meaux pour une réunion pour débloquer cette situation. Nous pensions avoir été entendus en nous assurant qu'une décision allait être prise si les absences se renouvelaient, hors une semaine seulement après cet entretien les faits ont recommencé. L'enseignant référent pour la scolarité des enfants handicapés nous avait assuré le 16 Mai qu'un recrutement allait avoir lieu pour remplacer cette personne, mais le 4 juillet changement de discours : nous apprenions que vos services n'avaient pas autorisé ce recrutement. Cette année depuis la rentrée, Mylène n'a pu bénéficier que de six jours d'école pour le mois de septembre. J'ai appelé vos service à trois reprises pour la seule journée du 29 septembre, on m'a assuré que j'allais être rappelé mais vous n'avez pas tenu cet engagement. Vous voudrez bien reconnaitre que nous avons été plus que patients dans cette affaire et que ce n'est pas seulement la scolarité de notre fille qui est en cause, mais un épuisement familial général. Mylène est une petite fille qui adorait aller à l'école et qui maintenant redoute de se voir refouler de sa classe devant ses petits camarades, par la faute d'une personne peut attentive au bien-être et à la scolarité d'une petite fille. Votre administration est trop laxiste et ne tient pas ses engagements. Nous exigeons que Mylène puisse bénéficier de toutes les chances de suivre une scolarité normale, et pour se faire, de bien vouloir lui attribuer une autre auxiliaire de vie scolaire le plus rapidement possible sans attendre une quelconque procédure envers celle qui est sensée la suivre actuellement.»...

<< Sommaire
mesopinions

Problemes de discrimation et d'assurance-vie dans Ca Peut Vous Arriver avec Julien Courbet 30/09/2014

«Le fils de Maryna a 15 ans, Timothée est autiste. Il est scolarisé dans son collège de secteur et bien intégré dans sa classe. Cette année, le jour de sa rentrée en classe de quatrième, Timothée s'est vu refuser l'entrée au collège par le directeur de l'établissement, sans explication...»...

<< Sommaire
rtl

Boys With Autism Show Certain Grammar Skills in Study 30/09/2014

«Boys with high-functioning autism are stronger in a certain grammar skill than those without autism, according to a small study. Researchers compared 20 boys, ages 7 to 13, with high-functioning autism and 25 boys without autism. They found that those with autism were much faster at producing past tenses for regular verbs. "We had not expected this interesting finding. It makes us wonder whether some children with autism might also show related strengths, as yet unrecognized," study senior author Michael Ullman, director of the brain and language laboratory at Georgetown University Medical Center, said in a university news release. The findings appear in the November issue of the journal Research in Autism Spectrum Disorders. The boys with autism were faster at creating regular past tense words that end in "-ed" -- such as work and worked or step and stepped. However, they weren't faster when it came to irregular past tenses, such as sing and sang, the study's authors said. "Processing regular past tenses reflects our grammatical abilities that are critical for understanding and producing sentences, while irregular forms are simply stored in our mental dictionary alongside words like cat. The results suggest that children with high-functioning autism may show speeded processing of grammar, while this pattern might not hold for at least some stored words," Ullman explained. "These grammatical abilities appear to depend on the procedural memory system -- implicit memory that we use to learn and perform cognitive and motor skills such as playing video games and driving," Ullman said. "We don't know if the increased speed we saw in processing regular past tenses in children with high-functioning autism affects other aspects of procedural memory, but we are excited to explore that possibility," he said.»...

<< Sommaire
nlm.nih

« Beaucoup d'eleves handicapes sont exclus des activites periscolaires. » - Faire Face 29/09/2014

«Un mois après une rentrée marquée par la réforme des rythmes scolaires, Sophie Cluzel s'indigne du traitement réservé aux élèves en situation de handicap. Interview de la présidente de la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant un handicap (Fnaseph). Sophie CluzelFaire Face : Quel bilan dressez-vous de la rentrée ? Sophie Cluzel : Il semble qu'il y ait eu, globalement, moins de problèmes que les années précédentes. Moins d'enfants sans auxiliaire de vie scolaire (AVS) ou accompagnant d'élève en situation de handicap (AESH), le jour de la rentrée, alors que la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) avait notifié qu'ils en avaient besoin. Moins de directeurs d'école refusant l'accès à des enfants, au motif que leur AVS ou AESH n'était pas encore affecté. Les académies ont démarré les procédures de recrutement plus tôt que les années passées. Ce qui a permis de limiter les ratés. Mais paradoxalement, cette anticipation pose problème maintenant. FF : Que voulez-vous dire ? S.C : Les AVS recrutés courant juin pour la rentrée 2014/2015 ont été sélectionnés sur les critères prévalant pour les assistants d'éducation (1) : avoir au moins le niveau bac. Mais fin juin, le statut d'assistant d'éducation a été remplacé par celui d'AESH. Et les critères de recrutement ont changé : « Les candidats aux fonctions d'AESH doivent être titulaires d'un diplôme professionnel dans le domaine de l'aide à la personne. » Résultat : les personnes recrutées au niveau bac, mais n'ayant pas ce type de diplôme, ne peuvent continuer à exercer. Le ministère a donc rompu leur contrat de travail, courant septembre, durant leur période d'essai. Nous avons connaissance de plusieurs dizaines d'enfants qui ont perdu leur AVS, alors que celui-ci donnait entière satisfaction. C'est insensé. FF : Quels retours avez-vous concernant les activités périscolaires, mises en place après la classe, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires ? S.C : Ces temps d'activité périscolaires (Tap) relèvent de la responsabilité des collectivités locales. C'est donc à elles de prévoir leur accessibilité aux enfants en situation de handicap. Y compris l'accompagnement humain s'il est nécessaire car les AVS ou les AESH, employés par le ministère de l'Education nationale n'ont pas pour mission d'accompagner les enfants aux ateliers théâtre, poterie ou basket. Mais de nombreuses collectivités n'ont pas pris ces besoins en considération. Résultat : beaucoup d'enfants ont situation de handicap en sont exclus. FF : Pouvez-vous nous donner quelques exemples ? S.C : Certaines situations sont particulièrement révoltantes. Je pense à cet enfant que la mairie a écarté d'office des Tap, sans même lui proposer un essai, parce qu'il n'y avait pas d'accompagnement.»...

<< Sommaire
faire-face

ORANGE : ce qui change avec le numerique, pour les personnes avec autisme 29/09/2014


«La Fondation Orange, Autism Speaks et la Fondation Adapta, organisent, les 3 et 4 octobre, la 2ème conférence internationale sur les technologies innovantes au service de l'autisme à l'institut Pasteur. Cette conférence va réunir scientifiques, aidants, professionnels, associations et familles. Une occasion unique de découvrir et partager ce qu'apportent les nouvelles technologies numériques dans la connaissance de l'autisme et dans le quotidien des familles. Universitaires et chercheurs venus de 9 pays vont exposer, en avant première pour certains, les dernières applications du numérique dans la recherche, le diagnostic, le traitement de l'autisme. Rob Ring (Autism Speaks, Etats-Unis) interviendra par exemple sur l'impact du « Big Data » dans la recherche génétique. Développeurs et éditeurs vont présenter les toutes nouvelles solutions numériques déjà disponibles pour faire progresser les personnes avec autisme et améliorer leur quotidien. L'occasion de découvrir l'application la plus adaptée ou de faire connaissance, par exemple avec NAO, le robot « médiateur » (Aldebaran Robotics, France) qui permet de faire le lien entre les enseignants et les jeunes avec autisme. Ces deux journées exceptionnelles s'articuleront autour de conférences mais aussi de démonstrations des solutions numériques et d'échanges entre public et intervenants. Pour favoriser le partage d'expériences et l'accès à l'information au plus grand nombre, la Fondation Orange mettra le contenu des conférences à disposition du public sur www.itasd.org, à partir du 10 octobre.»...

<< Sommaire
zonebourse

Centres pour handicapes : ou sont les places promises ? 29/09/2014

«Où sont les places créées chaque année dans les établissements pour personnes handicapées ? La secrétaire d'Etat Ségolène Neuville répète en boucle que 4 000 places sortent de terre tous les ans. «Encore 3 761 ont été ouvertes en 2013», assurait-elle à Libération, en mai dernier. «Pas possible, c'est du bluff», doutent des familles épuisées d'attendre une place qui n'arrive pas. «Si la ministre dit vrai, alors comment expliquer ces listes d'attente qui s'allongent et ces personnes forcées de s'exiler en Belgique ?» La France dépense chaque année 36 milliards pour la politique du handicap, dont 9 milliards d'euros servent à faire tourner les 17 000 établissements existants. Et 200 millions sont rajoutés depuis plusieurs années pour ouvrir de nouvelles places. Libération est donc parti à la recherche de celles créées l'an dernier, baladé d'administration en administration, pour en arriver à cette conclusion : le compte n'y est pas. Où l'on apprend que les places ne répondent pas aux besoins Comment sont décidées les créations de places, financées avec l'argent public ? Les arbitrages se font au niveau des conseils généraux et des agences régionales de santé (ARS). Jean-Christian Sovrano, de l'ARS d'Ile de France, explique: «En fait, on croise le nombre d'habitants sur le territoire et le taux d'équipement existant.» Ce qui donne des résultats parfois à côté de la plaque. «En Seine-et-Marne, par exemple, l'ARS retient un taux d'équipement important. Mais 45% des personnes dans les centres viennent d'autres départements ! Ça fausse tout», se désole Lydie Autreux, élue en charge des solidarités au conseil général de Seine-et-Marne. Pourquoi ne pas se baser sur les besoins réels? Parce que personne ne les connait...»
[...]
«Où l’on découvre qu’il existe un autre «vrai problème» «Comprenez bien que nous n’avons aucun intérêt à dire que des places sont créées si elles ne sont pas, insiste Marc Bourquin, directeur du pôle médicosocial à l’ARS Ile-de-France, qui appelle à son tour pour se justifier. Non, le vrai problème, ce n’est pas celui-là. C’est plutôt les places inoccupées. Nous ne savons pas qui se trouve vraiment dans les établissements.» Il n’existe aucun système de remontée d’informations permettant de savoir si les places effectivement créées sont occupées ou laissées vides. «Dans la plupart des cas, poursuit Marc Bourquin, on verse une enveloppe annuelle aux établissements, mais si le directeur n’a pas tous les lits occupés, nous n’avons pas de moyen de le savoir, si ce n’est deux ans après…» Donc, en résumé, l’Etat, via les ARS, distribue des milliards pour financer des places, sans savoir si elles sont effectivement occupées. Le pouvoir de pression des ARS sur les établissements est très limité, insiste Marc Bourquin. «Lorsqu’un établissement met fin à la prise en charge d’une personne, même sans respecter les règles nous n’avons que peu de leviers pour intervenir.» Les établissements en France sont en grande majorité gérés par des associations, et sont donc libres de choisir les personnes qu’elles accueillent. »...

<< Sommaire
liberation

Petition Pour que Timothee, autiste, soit accueilli en classe dans son college de secteur 27/09/2014

«Pour que Timothée, autiste, soit accueilli en classe dans son collège de secteur Magali Pignard Pétition de Magali Pignard Grenoble, France ...¢ Mercredi 03 septembre, Lyon, collège Tourette Tim a été empêché physiquement de faire sa rentrée à son collège de secteur, empêché par le personnel de direction : la vidéo (qui est dans la pétition) montrant cela a été vue plus de 200 000 fois, quasiment sans relais médiatique. ...¢ Lundi 22 septembre Sa mère, l'ayant jusque là gardé chez elle a décidé de le remettre au collège. Tim a pu rentrer, mais depuis lundi il n'est accueilli dans aucune classe. Il est mis à l'écart, à part : un surveillant le balade dans le collège et le tient à distance des élèves qui veulent interagir avec lui. C'est important de signer, car cette situation de mise à l'écart est inacceptable, alors qu'il a envie de rejoindre ses anciens camarades dans leur classe.»...
https://www.change.org/p/pour-que-timoth%C3%A9e-autiste-soit-accueilli-en-classe-dans-son-coll%C3%A8ge-de-secteur-autisme

<< Sommaire
unknown

Altered ghrelin levels in boys with autism: a novel finding associated with hormonal dysregulation 27/09/2014

«Autism is a neurodevelopmental disorder with unclear pathogenesis. Many clinical observations and hormone studies have suggested the involvement of the neuroprotective hormone ghrelin in autism. The current study aimed to investigate the potential role of ghrelin in autism and to elucidate the associated hormonal dysregulation. This case-control study investigated acyl ghrelin (AG), des-acyl ghrelin (DG), total testosterone (TT), free testosterone (FT), leptin and growth hormone (GH) levels in 31 male children with autism and 28 healthy age and sex-matched controls. Hormone levels were measured in the blood using enzyme-linked immunosorbent assay and chemiluminescence immunoassay kits. AG, DG and GH levels were significantly lower in the autism group than in the control group (p ≤ 0.001, p ≤ 0.005 and p ≤ 0.05, respectively). However, TT, FT and leptin levels were significantly higher in the autism group than in the control group (p ≤ 0.05, p ≤ 0.001 and p ≤ 0.01, respectively). Our results for the first time demonstrate low AG and DG levels in autistic children. Considering the capacity of ghrelin to affect neuroinflammatory and apoptotic processes that are linked to autism, this study suggests a potential role for the hormone ghrelin in the pathogenesis of autism.»...

<< Sommaire
nature

Formations droit du handicap - Parents - Alexandra Grevin Avocat a la cour 26/09/2014


«Formations droit du handicap - Parents - Alexandra Grevin Avocat a la cour - Droit du handicap Formations - Familles Me Alexandra GREVIN donne, régulièrement, des formations au sein d'associations et auprès d'autres organismes. Dans ces cas de figure, les formations sont faites « sur mesure » en fonction de la demande du client. En outre, Me GREVIN a conçu ses propres formations sur les thématiques suivantes :»» [...]
« Formations :
•Savoir l'essentiel sur le projet personnalisé de scolarisation et le GEVA Sco, vendredi 3 octobre 2014, de 9h30 à 12h30 à PARIS En savoir plus. -Apprenez à remplir le dossier MDPH pour votre enfant en situation de handicap, vendredi 10 octobre 2014 de 9h30 à 12h30 à PARIS. En savoir plus. -Se défendre devant la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées, vendredi 17 octobre 2014, de 9h30 à 12h30 à PARIS En savoir plus. -Se défendre devant le Tribunal du contentieux de l'incapacité, vendredi 7 novembre 2014, de 9h30 à 12h30 à PARIS En savoir plus. -Savoir l'essentiel sur la curatelle et la tutelle, vendredi 14 novembre 2014, de 9h30 à 12h30 à PARIS En savoir plus. -Apprenez à remplir le dossier MDPH de l'adulte en situation de handicap, jeudi 20 novembre 2014, de 9h30 à 12h30 à PARIS. En savoir plus »... »...

<< Sommaire
alexandra-grevin

Consommation : les actions de groupe seront possibles des le 1er octobre 26/09/2014

«Le décret relatif à l'action de groupe en matière de consommation, mesure-phare de la loi Hamon votée par le Parlement en février, a été publié vendredi au Journal officiel. Cette nouvelle procédure civile, réservée aux associations de consommateurs agréées, entrera en vigueur le 1er octobre. Elle permet de regrouper les demandes de réparation, à l'exclusion des domaines de la santé et de l'environnement. Le texte précise notamment les modalités d'information des consommateurs concernés par une action de groupe et attribue une compétence territoriale aux tribunaux de grande instance «pour éviter un éclatement des contentieux»»...

<< Sommaire
leparisien

Brainwave EEG test could be the key to accurate, precise identification of children with autism 24/09/2014

«A new study by researchers at Albert Einstein College of Medicine of Yeshiva University suggests that measuring how fast the brain responds to sights and sounds could help in objectively classifying people on the autism spectrum and may help diagnose the condition earlier. The paper was published today in the online edition of the Journal of Autism and Developmental Disabilities. The U.S. Centers for Disease Control and Prevention estimates that 1 in 68 children has been identified with an autism spectrum disorder (ASD). The signs and symptoms of ASD vary significantly from person to person, ranging from mild social and communication difficulties to profound cognitive impairments. "One of the challenges in autism is that we don't know how to classify patients into subgroups or even what those subgroups might be," said study leader Sophie Molholm, Ph.D., associate professor in the Dominick P. Purpura Department of Neuroscience and the Muriel and Harold Block Faculty Scholar in Mental Illness in the department of pediatrics at Einstein. "This has greatly limited our understanding of the disorder and how to treat it." Autism is diagnosed based on a patient's behavioral characteristics and symptoms. "These assessments can be highly subjective and require a tremendous amount of clinical expertise," said Dr. Molholm. "We clearly need a more objective way to diagnose and classify this disorder." An earlier study by Dr. Molholm and colleagues suggested that brainwave electroencephalogram (EEG) recordings could potentially reveal how severely ASD individuals are affected. That study found that children with ASD process sensory information...”such as sound, touch and vision...”less rapidly than typically developing children do. The current study was intended to see whether sensory processing varies along the autism spectrum. Forty-three ASD children aged 6 to 17 were presented with either a simple auditory tone, a visual image (red circle), or a tone combined with an image, and instructed to press a button as soon as possible after hearing the tone, seeing the image or seeing and hearing the two stimuli together. Continuous EEG recordings were made via 70 scalp electrodes to determine how fast the children's brains were processing the stimuli. Related Stories Intervention program to help parents manage children's behaviors after being diagnosed with autism State highlights: Officials say Medi-Cal autism coverage details still emerging; Ill. Attorney General presses for video cameras in nursing homes Get SET Early: New program to reduce mean age of ASD diagnosis in multiple cities The speed with which the subjects processed auditory signals strongly correlated with the severity of their symptoms: the more time required for an ASD individual to process the auditory signals, the more severe that person's autistic symptoms. "This finding is in line with studies showing that, in people with ASD, the microarchitecture in the brain's auditory center differs from that of typically developing children," Dr. Molholm said.»...

<< Sommaire
news-medical

Presence or absence of early language delay alters anatomy of the brain in autism -- ScienceDaily 24/09/2014

«Individual differences in early language development, and in later language functioning, are associated with changes in the anatomy of the brain in autism. A new study led by researchers from the University of Cambridge has found that a common characteristic of autism -- language delay in early childhood -- leaves a 'signature' in the brain. The results are published in the journal Cerebral Cortex. The researchers studied 80 adult men with autism: 38 who had delayed language onset and 42 who did not. They found that language delay was associated with differences in brain volume in a number of key regions, including the temporal lobe, insula, ventral basal ganglia, which were all smaller in those with language delay; and in brainstem structures, which were larger in those with delayed language onset. Additionally, they found that current language function is associated with a specific pattern of grey and white matter volume changes in some key brain regions, particularly temporal, frontal and cerebellar structures. The Cambridge researchers, in collaboration with King's College London and the University of Oxford, studied participants who were part of the MRC Autism Imaging Multicentre Study (AIMS). Delayed language onset -- defined as when a child's first meaningful words occur after 24 months of age, or their first phrase occurs after 33 months of age -- is seen in a subgroup of children with autism, and is one of the clearest features triggering an assessment for developmental delay in children, including an assessment of autism. "Although people with autism share many features, they also have a number of key differences," said Dr Meng-Chuan Lai of the Cambridge Autism Research Centre, and the paper's lead author. "Language development and ability is one major source of variation within autism. This new study will help us understand the substantial variety within the umbrella category of 'autism spectrum'. We need to move beyond investigating average differences in individuals with and without autism, and move towards identifying key dimensions of individual differences within the spectrum." He added: "This study shows how the brain in men with autism varies based on their early language development and their current language functioning. This suggests there are potentially long-lasting effects of delayed language onset on the brain in autism." Last year, the American Psychiatric Association removed Asperger Syndrome (Asperger's Disorder) as a separate diagnosis from its diagnostic manual (DSM-5), and instead subsumed it within 'autism spectrum disorder.' The change was one of many controversial decisions in DSM-5, the main manual for diagnosing psychiatric conditions.»...

<< Sommaire
sciencedaily

Higher risk of autism found in children born at short and long interpregnancy intervals 24/09/2014

«A study published in the MONTH 2014 issue of the Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry found that children who were conceived either less than 1 year or more than 5 years after the birth of their prior sibling were more likely to be diagnosed with autism than children conceived following an interval of 2-5 years. Using data from the Finnish Prenatal Study of Autism (FIPS-A), a group of researchers led by Keely Cheslack-Postava, PhD, of Columbia University, analyzed records from 7371 children born between 1987 and 2005 in Finland. Roughly a third of the children had been diagnosed with autism, while the rest were drawn from other births occurring at similar times and locations. The study used information from several national registries to compare the spacing of pregnancies between the children who had been diagnosed with autism and those who had not. The study found that the risk of an autism diagnosis among children conceived less than 12 months following a sibling's birth was one and a half times as high as those conceived following an interval of 24-59 months. Children conceived following an interval of 60-120 months were almost 30% more likely to be diagnosed with autism. For intervals of more than 120 months, the risk of autism was over 40% higher. The analysis accounted for certain factors that might explain the association, such as parents' age, prior number of children, and parental history of psychiatric disorders. The FIPS-A is a case-control study based in a national birth cohort consisting of all children born in Finland from 1987-2005. It makes use of linked national registries and archived serum samples.»...

<< Sommaire
sciencedaily

Maltraitance : la mere d'un autiste en guerre contre un institut 24/09/2014

«Une mère accuse la Fondation de Rothschild à Meaux de violences à l'encontre de son fils autiste âgé de 24 ans. L'établissement dément et attaque la mère en diffamation. Publicité L'anglais ?Apprenez l'anglais avec Babbel et LeFigaro Démarrer 1/5 Le 17 septembre s'est tenu à la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris une audience de référé dans le procès en diffamation qui oppose la mère d'un jeune autiste à la Fondation de Rothschild. Le jugement a été mis en délibéré au 8 octobre. Nicole S. 50 ans est accusée de diffamation par la Fondation qui accueille depuis 2008 Daniel, son fils autiste de 24 ans. Il réside cinq jours sur sept à la Maison d'accueil spécialisée (MAS) gérée par la Fondation de Rothschild, située rue Alfred-Maury, à Meaux. Trente-deux adultes autistes y sont hébergés. Cet été, la mère a mis en ligne une pétition qui a recueilli plus de 2600 signatures. C'est le texte de la pétition que la Fondation de Rothschild a justement attaqué en diffamation. La mère y raconte que par deux fois en six mois, elle a retrouvé son fils blessé (5 dents cassés, oeil au beurre noir, bleus sur le corps), les médecins ayant respectivement donné 10 jours d'incapacité temporaire totale (ITT) et 15 jours. Après le premier incident survenu en décembre 2013, elle a déposé plainte pour violence sur personne vulnérable. Un mois auparavant, un adulte autiste avait trouvé la mort au sein du même établissement. Le procureur de la République de Meaux avait ouvert une information judiciaire pour recherche des causes de la mort. Deuxième incident cet été: le 28 juillet, Nicole apprend que son fils a été transporté aux urgences pour un traumatisme crânien. Elle dépose une nouvelle plainte. C'est ensuite qu'elle rédigera le texte de la pétition mise en ligne. «Neuroleptisation massive» Outre les blessures, la mère dénonce également le traitement médicamenteux administré à son fils.»...

<< Sommaire
lefigaro

Enigmath.tic 23/09/2014

«Enigmath.tic est une production du Groupe Départemental de Mathématiques. fleche Visitez le site du GDM62. Enigmath.tic a pour ambition : fleche de proposer une base de donnée d'énigmes de la GS à la 6e : des énigmes pour jouer, des énigmes pour calculer, des énigmes pour chercher ; fleche d'inscrire chaque énigme dans une progression de cycle aboutissant aux compétences des paliers 1 et 2 du socle commun. fleche pour le 1er degré de proposer une séquence d'apprentissages en lien avec l'énigme ; fleche pour le 2nd degré de proposer des pistes pédagogiques de mise en oeuvre des énigmes ; fleche d'inscrire chaque énigme dans une progression de cycle aboutissant aux compétences des paliers 1 et 2 du socle commun. Enigmath.tic a pour buts : fleche de proposer aux élèves des situations mathématiques ludiques s'inscrivant dans leurs apprentissages en dehors de toute compétition type rallye et de développer ainsi une appétence pour les mathématiques ; fleche d'offrir aux enseignants des idées et des pistes pédagogiques pour l'élaboration de leur progression et la construction de leurs séquences d'apprentissage. fleche d'apporter une aide à la validation des items de la compétence 3 du socle commun avec un diaporama et des exercices d'évaluation permettant de renseigner les items de la compétence 3 du socle commun. Toutes les énigmes proposées au cours de l'année sont archivées. Il n'y a donc pas de contrainte temporelle. Chaque enseignant est ainsi libre d'utiliser l'énigme au moment qu'il juge opportun et de la manière qui lui convient. Une inscription est requise pour avoir accès à toutes les énigmes.»...

<< Sommaire
gdm-62.etab.ac-lille

Replay - Enfants en souffrance, la honte ! - Vendredi 3 Octobre 00h55 22/09/2014

«Enquête sur l'Aide Sociale à l'Enfance et cet univers opaque où la loi du silence règne. Pendant deux ans, les journalistes Alexandra Riguet et Pauline Legrand ont cherché à comprendre ce système et ses problèmes. En 2011, plus de 7,5 milliards d'euros de l'argent des contribuables ont servi à cette structure. Mais les drames et les faits divers se multiplient : un directeur d'association touchant notamment plus de 9000 euros de salaire, en plus des milliers d'euros de frais personnels pris sur le budget de fonctionnement, ou encore un pédophile, déjà condamné, engagé comme veilleur de nuit d'un foyer hébergeant des mineurs. Les manques et l'inexistence de contrôles des établissements ou des familles chargés de cette protection de l'enfance restent nombreux.»...

<< Sommaire
france5

Nancy: quatre gardes a vue apres une agression gratuite filmee a la pepiniere 21/09/2014

«Nancy- Le 17 septembre dernier au parc de la Pépinière à Nancy, une jeune handicapée était agressée par une jeune femme accompagnée de plusieurs amies, une vidéo de l'agression a été tournée et partagée sur les réseaux sociaux... AgressionPepiniere La vidéo, abjecte, a été vue et partagée des milliers de fois sur Facebook, on y voit un groupe d'amis se diriger en direction d'une jeune femme assise seule sur un banc du parc de la Pépinière à Nancy. Rapidement, une jeune femme mène la danse et demande des comptes à la victime qui semble tomber des nues et ne pas connaitre son agresseuse. Après quelques moqueries, la mise en cause demande à la jeune femme, légèrement handicapée, de se lever et de tendre la joue afin de la frapper avant de lui asséner deux gifles. Le tout sous les rires « intelligents » des amis de la lâche agresseuse toute fière de voir sa proie quitter les lieux en pleurant. La toile se déchaine Selon L'Est Républicain, quatre jeunes femmes, âgées de 15 à 18 ans, ont été placées en garde à vue vendredi au commissariat du boulevard Lobau où elles ont été entendues par les policiers du groupe d'appui judiciaire.»...

<< Sommaire
ici-c-nancy

Promoting active participation in book reading for preschoolers with Autism Spectrum Disorder: A preliminary study 20/09/2014

«Abstract A common literacy practice in early childhood classrooms is reading aloud to children. Little is known, however, about the quality of engagement in shared reading activities for young children with Autism Spectrum Disorders (ASD). Dialogic reading is one method of shared reading in which adults encourage children to actively participate in the reading process by asking them a variety of questions while reading a book. The current study used a multiple baseline design across participants to examine the effect of a dialogic reading intervention on book reading participation for three preschool boys with ASD. Compared to baseline book readings, dialogic book reading resulted in increased rates of child verbal participation and longer duration spent engaged with printed materials. Based on these preliminary findings we suggest that this reading strategy may be a promising practice for early childhood educators that warrants further exploration.»...

<< Sommaire
clt.sagepub