L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Sun Aug 18 12:00:08 CEST 2019 France - It's time to Stand Up! For inclusion
16/08/19 INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N°DGCS/SD3B/DGOS/DSS/DIA/2019/179 du 19 juillet 2019 relative à la mise en oeuvre des plateformes de coordination et d'orientation dans le cadre des parcours de bilan et intervention précoce des enfants de moins de 7 ans présentant des troubles du neuro-développement [circulaires.legifrance.gouv]
14/08/19 Recrutement des enseignants : Faut-il revenir sur la masterisation ? [cafepedagogique]
05/08/19 Decret n° 2019-823 du 2 aout 2019 relatif au controle de l'instruction dispensee dans la famille ou dans les etablissements d'enseignement prives hors contrat et aux sanctions des manquements aux obligations relatives au controle de l'inscription ou de l'assiduite dans les etablissements d'enseignement prives | Legifrance [legifrance.gouv]
05/08/19 Scientists find clue to 'maternal instinct [sciencedaily]
31/07/19 La MAS Virginie des Pavillons-sous-Bois mise sous administration provisoire | Agence regionale de sante Ile-de-France [iledefrance.ars.sante]
20/07/19 Rapport inclusion scolaire - Documents et publications | Legifrance [legifrance.gouv]
19/07/19 Region : L'ARS ferme le centre expert autisme du Limousin [l-echo]
18/07/19 Handicap: l'inclusion scolaire des eleves «avance a pas lents», souligne un rapport [lefigaro]
18/07/19 N° 2170 - Rapport d'information de M. Daniel Fasquelle et Mme Nathalie Sarles [www2.assemblee-nationale]
16/07/19 Davantage de sport dans les contrats de ville - Associations Mode d'Emploi [associationmodeemploi]
15/07/19 Les seances d'orthophonie pour les enfants en situation de handicap desormais prises en charge par l'assurance maladie egalement en milieu scolaire - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees [handicap.gouv]
15/07/19 Adultes autistes : des niveaux eleves d'evenements negatifs dans leur vie [blogs.mediapart]
13/07/19 6 mythes et realites sur l'autisme [msn]
12/07/19 Une section d'apprentissage inclusive - Onisep [onisep]
12/07/19 Zika Virus as a Possible Risk Factor for Autism Spectrum Disorder: Neuroimmunological Aspects. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
10/07/19 SERAFIN-PH. Publication des resultats de l'enquete de cout sur les donnees 2016| CNSA [cnsa]
09/07/19 Landes : un pere de famille se bat pour la prise en charge de l'AVS de son fils handicape [francebleu]
09/07/19 Autistic adults experience high rates of negative life events | EurekAlert! Science News [eurekalert]
09/07/19 Sex Differences in Externalizing and Internalizing Symptoms of Children with ASD. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
09/07/19 Arrete du 3 juillet 2019 fixant pour 2019 le niveau de la contribution du programme 157 « Handicap et dependance » au fonds d'intervention regional | Legifrance [legifrance.gouv]
04/07/19 A Novel EEG Paradigm to Simultaneously and Rapidly Assess the Functioning of Auditory and Visual Pathways. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
04/07/19 What are we targeting when we treat autism spectrum disorder? A systematic review of 406 clinical trials - Umberto Provenzani, Laura Fusar-Poli, Natascia Brondino, Stefano Damiani, Marco Vercesi, Nicholas Meyer, Matteo Rocchetti, Pierluigi Politi, 2019 [journals.sagepub]
04/07/19 Assistant au parcours de vie : lancement du 1er diplome ! [informations.handicap]
03/07/19 Aminata Niakate : « Nous voudrions creer une obligation de formation au handicap des professionnels du droit. » [faire-face]
02/07/19 La premiere circulaire tarifaire et budgetaire 2019 annonce les credits alloues aux etablissements de sante. Par Noemie Mandin, Avocat. [village-justice]
30/06/19 Stimming, thérapeutique pour les autistes, mérite d'être accepté [translate.google]
29/06/19 ''If you catch my drift...'': ability to infer implied meaning is distinct from vocabulary and grammar skills. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
29/06/19 Views of professionals about the educational needs of children with neurodevelopmental disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/06/19 Promoting Executive Functioning in Children with Autism Spectrum Disorder Through Mixed Martial Arts Training. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/06/19 Systematic Review of Sleep Disturbances and Circadian Sleep Desynchronization in Autism Spectrum Disorder: Toward an Integrative Model of a Self-Re... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/06/19 Benefits of medical clowning in the treatment of young children with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
21/06/19 Quelles sont les pratiques d'attribution des MDPH en matiere de scolarisation ? | CNSA [cnsa]
19/06/19 Mise en œuvre de la réforme de l'organisation territoriale de l'Etat [circulaire.legifrance.gouv]
18/06/19 Abus sexuels dans l'eglise : deux ans de prison requis contre un ancien pretre de Saint-Malo [actu]
11/06/19 Pour une rentree pleinement inclusive en 2019 - Ministere de l'Education nationale et de la Jeunesse [education.gouv]
11/06/19 Le nouveau plan de scolarisation des personnes handicapees prevoit ''une cellule de reponse aux familles'' et la lutte contre la precarite des accompagnants [francetvinfo]
07/06/19 Pas de place pour un enfant handicape ? L'Etat devra indemniser les parents [faire-face]
07/06/19 Yanous ! Espace Parents et handicap. Violences sexuelles dans les institutions. [yanous]
07/06/19 La scolarisation des eleves en situation de handicap - Ministere de l'Education nationale et de la Jeunesse [education.gouv]
07/06/19 AESH MENH1915158C - Ministere de l'Education nationale et de la Jeunesse [education.gouv]
07/06/19 Au BO du 6 juin 2019 : ecole inclusive, seconde professionnelle et competences de l'Etat et des regions en matiere d'information et d'orientation - Ministere de l'Education nationale et de la Jeunesse [education.gouv]
04/06/19 MENE1915810C - Ministere de l'Education nationale et de la Jeunesse [education.gouv]
04/06/19 Exploring autistic traits in adults with chronic depression: A clinical study - ScienceDirect [sciencedirect]
04/06/19 Les comorbidites, une piste pour stratifier les jeunes patients autistes [lequotidiendumedecin]
03/06/19 Rentree scolaires 2019 : quels changements dans les programmes en maternelle et elementaire ? | Parole de Mamans [paroledemamans]
02/06/19 MDPH, AEEH, complement, CAF : c'est quoi ce bordel ? | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
28/05/19 Participez a la consultation 'Comment la societe peut-elle garantir une vraie place aux personnes handicapees ?' [make]
26/05/19 INFO FRANCE 3 : derives dans un foyer pour handicapes a Pithiviers dans le Loiret - France 3 Centre-Val de Loire [france3-regions.francetvinfo]
26/05/19 EXCLU - Une educatrice specialisee de Frejus renvoyee devant la justice pour des violences sur des enfants handicapes [francebleu]
23/05/19 Apres une tentative d'exclusion de l'ecole des eleves handicapes, reculade du Senat [blogs.mediapart]
21/05/19 CLE Autistes repond a l'article du psychanalyste JC Maleval - CLE Autistes [cle-autistes]

INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N°DGCS/SD3B/DGOS/DSS/DIA/2019/179 du 19 juillet 2019 relative à la mise en oeuvre des plateformes de coordination et d'orientation dans le cadre des parcours de bilan et intervention précoce des enfants de moins de 7 ans présentant des troubles du neuro-développement 16/08/2019

«1 PREMIER MINISTREMINISTRE DES SOLIDARITES ET DE LA SANTESECRETAIRE D'ETAT CHARGEE DES PERSONNES HANDICAPEES Délégation interministérielle à la stratégie autisme et neuro-développement Delphine Corlay / Olivier Toche Tél. : 01 40 56 65 60 mél : delphine.corlay@pm.gouv.frDirection générale de la cohésion socialeSous-direction de l'autonomie des personneshandicapées et des personnes âgées Bureau de l'insertion, de la citoyenneté et du parcours de vie des personnes handicapées (3B)Eve Dujarrictél. : 01 40 56 86 56mél : eve.dujarric@social.gouv.frDirection générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l'offre de soins Bureau des prises en charge post-aiguës, des pathologies chroniques et de la santé mentale (R4)Anne Vebertél. : 01 40 56 65 76 mél : anne.veber@sante.gouv.frDirection de la sécurité socialeSous-direction du financement du système de soinsBureau des établissements de santé et des établissements médico-sociaux (1A)Laurent Butortél. : 01 40 56 71 10mél.:laurent.butor@sante.gouv.frLa ministre des solidarités et de la santéLa secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre,chargée des personnes handicapées A Mesdames et Messieurs les directeurs généraux des agences régionales de santé INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N°DGCS2019179 du 19 juillet 2019 relative à la mise en oeuvre des plateformes de coordination et d'orientation dans le cadre des parcours de bilan et intervention précoce des enfants de moins de 7 ans présentant des troubles du neuro-développement. Date d'application : immédiate»...

<< Sommaire
circulaires.legifrance.gouv

Recrutement des enseignants : Faut-il revenir sur la masterisation ? 14/08/2019

«Recrutement des enseignants : Faut-il revenir sur la masterisation ? Dans une étude publiée par la Fondation Jean Jaurès, Mélina Hillion, chargée d'études à la Dares, démontre la masterisation introduite en 2011 pour le recrutement des enseignants, " a engendré une forte diminution du nombre de candidats au concours externe de recrutement des professeurs des écoles". Elle serait responsable de la crise du recrutement que connait l'école française. Faut-il pour autant revenir à un recrutement en licence ?.»
[...]
«Le master et la chute du recrutement Lancée en 2011 pour justifier la suppression de plus de 20 000 postes de fonctionnaires stagiaires, la masterisation était censée compenser l'absence de formation professionnalisante par une excellence disciplinaire attestée par un master. La réforme remplaçait le recrutement précédent au niveau licence. "Nos résultats indiquent que la réforme de la « masterisation » a conduit à une diminution du nombre de candidats de l’ordre de 50 % entre 2011 et 2013, et de l’ordre de 40 % entre 2014 et 2017 suite à l’assouplissement de la réforme en 2014. Les notes des enseignants aux épreuves écrites des concours ont également diminué de manière significative après l’introduction de la réforme", constate Mélanie Hillion. Pour elle, "cette étude montre que l’exigence d’un niveau de qualification plus élevé n’a pas toujours un impact positif sur le recrutement. Bien entendu, l’augmentation du niveau des diplômes des enseignants n’est pas un problème en soi... La réforme de la « masterisation » montre avant tout un manque de réflexion sur le contexte et les modalités de sa mise en œuvre. L’absence de revalorisation salariale, alors que l’écart de rémunération entre les enseignants et les autres professions est considérablement plus élevé pour les titulaires d’un master que pour ceux d’une licence, a probablement joué un rôle important dans le choix des candidats. Ces résultats suggèrent de recruter à nouveau les enseignants au niveau licence. Mais ils appellent également à s’interroger sur la rémunération, les conditions de travail et, plus généralement, sur les facteurs d’attractivité de la profession. La qualité de l’éducation de plusieurs générations est en jeu et il est urgent que ces questions reçoivent l’attention qu’elles méritent". Une situation lié au New Public Management... A vrai dire la situation française n'a rien d'exceptionnelle. Elle s'inscrit dans la mise en place du New Public Management comme l'ont montré Florence Lefresne et Robert Rakocevic. En Angleterre, en Suède , aux Pays Bas aussi on a recruté les enseignants à un niveau plus élevé , celui du master. Et on rencontre la crise du recrutement, une poussée des démissions et aussi une baisse du niveau des enseignants, que l'étude de M Hillion montre aussi paradoxalement en FRance. Comme en France, les 3 pays cités ne trouvant pas suffisamment de candidats font appel à des contractuels. Et au final la réforme aboutit paradoxalement à aggraver la situation aussi bien pour le recrutement que pour la qualification des enseignants. »...

<< Sommaire
cafepedagogique

Decret n° 2019-823 du 2 aout 2019 relatif au controle de l'instruction dispensee dans la famille ou dans les etablissements d'enseignement prives hors contrat et aux sanctions des manquements aux obligations relatives au controle de l'inscription ou de l'assiduite dans les etablissements d'enseignement prives | Legifrance 05/08/2019

«Publics concernés : enfants soumis à l'obligation scolaire qui reçoivent une instruction dans leur famille, élèves soumis à l'obligation scolaire qui reçoivent une instruction dans les classes des établissements d'enseignement privés hors contrat, personnes responsables des enfants et des élèves concernés, personnels des établissements d'enseignement privés hors contrat et directeurs des établissements d'enseignement privés. Objet : modalités du contrôle de l'acquisition des connaissances et des compétences requises par les enfants instruits dans la famille ou dans les établissements d'enseignement privés hors contrat et sanctions des manquements des personnels enseignants des établissements d'enseignement privés hors contrat et des directeurs des établissements d'enseignement privés à leurs obligations relatives au contrôle de l'inscription ou de l'assiduité. Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur à compter de la rentrée scolaire 2019. Notice : le décret est pris, en premier lieu, en application des articles L. 131-10, L. 311-1 et L. 442-3 du code de l'éducation, issus des articles 19, 41 et 42 de la loi du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance. Il prévoit les modalités du contrôle de l'acquisition des connaissances et des compétences requises des enfants instruits dans la famille ou dans les établissements d'enseignement privés hors contrat. Il précise notamment les conditions d'information des personnes responsables de l'enfant instruit dans la famille. En second lieu, le présent décret porte sur les sanctions des manquements des personnels enseignants des établissements d'enseignement privés hors contrat et des directeurs des établissements d'enseignement privés à leurs obligations relatives au contrôle de l'inscription ou de l'assiduité des enfants dans les établissements d'enseignement privés prévues aux articles R. 131-2 à R. 131-9 du code de l'éducation. Références : le code de l'éducation modifié par le présent décret peut être consulté, dans sa rédaction issue de cette modification, sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr).»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Scientists find clue to 'maternal instinct 05/08/2019

«Summary: Oxytocin is referred to as the love hormone and is important in the regulation of social and maternal behavior. The oxytocin system in the brain may be key to new treatments for many mental health disorders including postpartum depression. A biologist has discovered a group of cells that are activated by oxytocin in one area of female mouse brains that are not present in the same area in male mouse brains.»...

<< Sommaire
sciencedaily

La MAS Virginie des Pavillons-sous-Bois mise sous administration provisoire | Agence regionale de sante Ile-de-France 31/07/2019

«L'Agence régionale de santé Ile-de-France a été destinataire le 1er juillet 2019 d'un signalement provenant de la famille d'un usager de la Maison d'accueil spécialisée (MAS) Virginie des Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) pour des faits de violences. Une inspection a été diligentée par l'ARS, qui s'est rendue dans l'établissement le 25 juillet. Celle-ci a permis de confirmer les actes de maltraitance à l'encontre d'un résident et a mis en évidence d'importantes carences en personnel.»
[...]
«La MAS a déjà fait l’objet de plusieurs signalements depuis 2014, qui avaient conduit l’ARS à mener plusieurs inspections dont une à l’été 2018. Ces inspections avaient été suivies d’injonctions à l’encontre de l’établissement concernant notamment la sécurisation du circuit des médicaments, l’incomplétude de l’équipe pluridisciplinaire, ou encore la communication avec les familles et tuteurs des résidents. Au regard de l’ensemble de ces éléments, l’Agence régionale de santé estime que la sécurité des usagers de la MAS Virginie n’est pas garantie et a pris la décision de placer l’établissement sous administration provisoire. L’Etablissement public de santé mentale de Ville-Evrard (Seine-Saint-Denis) a été désigné avec effet immédiat pour assurer cette administration provisoire, avec pour missions de garantir la qualité et la sécurité de la prise en charge des résidents et de veiller à la bonne gestion de l’établissement. »...

<< Sommaire
iledefrance.ars.sante

Rapport inclusion scolaire - Documents et publications | Legifrance 20/07/2019

«Dépôt d'un rapport M. le Président de l'Assemblée nationale a reçu, le 18 juillet 2019, de Mme Jacqueline Dubois, présidente de la commission d'enquête sur l'inclusion des élèves handicapés dans l'école et l'université de la République, quatorze ans après la loi du 11 février 2005, le rapport fait au nom de cette commission par M. Sébastien Jumel. Ce rapport sera imprimé sous le numéro 2178 et distribué, sauf si l'Assemblée, constituée en comité secret, décide, par un vote spécial, de ne pas autoriser la publication de tout ou partie du rapport. La demande de constitution de l'Assemblée en comité secret doit parvenir à la présidence dans un délai de cinq jours francs à compter de la présente publication, soit avant le 24 juillet 2019.»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Region : L'ARS ferme le centre expert autisme du Limousin 19/07/2019

«Le Centre Expert Autisme du Limousin a été fermé définitivement le 1er juillet sur décision de l'ARS Nouvelle-Aquitaine. Il vient de saisir le tribunal administratif. C'était pourtant une réussite indiscutable puisque grâce à ce centre, la Haute-Vienne était depuis 2014 le seul département français qui assurait le diagnostic et la prise en charge de tous les enfants avec autisme de 0 à 6 ans. L’action du CEAL avait permis de multiplier le nombre d’enfants admis en classe de CP par 3,8 en deux ans. Les familles avaient largement manifesté leur satisfaction devant les progrès de leurs enfants.»
[...]
« Créé en 2014, il a pourtant fait la preuve de son efficacité auprès des enfants de moins de 6 ans. Au niveau des diagnostics, avec beaucoup plus d'enfants détectés. Une excellence qui a desservi le Centre Expert Autisme. Car, selon l’ARS, il crée une inégalité territoriale, les chiffres en Haute-Vienne étant bien meilleurs que chez nos voisins. L’ARS a donc décidé de retirer la partie diagnostic pour le redonner à ceux qui en avaient la charge auparavant, tandis que la prise en charge intensive précoce est confiée à des associations du secteur médico-social. Mais uniquement pour les enfants âgés de moins de 4 ans. Le Centre Expert Autisme rattaché à l’hôpital Le Cluzeau à Limoges devait s’étendre à la Corrèze et à la Creuse. Pour l’association Autisme Limousin, le coup est terrible : «Les conséquences de cette fermeture, pour le diagnostic, des retards supplémentaires alors que 300 personnes sont déjà en liste d’attente au CRA (Centre de Ressources Autisme du Limousin), et le recours à des services non spécialisés en autisme, pouvant entraîner des diagnostics erronés ou non posés. Pour la prise en charge, des critères empêchent les enfants de plus de 4 ans d’être admis en SESSAD d’intervention intensive précoce. Environ 50 % des enfants avec autisme de 0 à 6 ans sont concernés». L’association ajoute, «cette fermeture compromet l’avenir de ces enfants en matière de développement personnel et d’intégration scolaire et sociale. Ces conséquences s’ajoutent aux difficultés que les familles doivent affronter quotidiennement». »...

<< Sommaire
l-echo

Handicap: l'inclusion scolaire des eleves «avance a pas lents», souligne un rapport 18/07/2019


«Quatorze ans après la loi du 11 février 2005, qui pose le droit pour chaque enfant handicapé d'être scolarisé dans l'école de son quartier, force est de constater que l'inclusion scolaire et universitaire «avance à pas lents», souligne jeudi un rapport parlementaire. » «Les problèmes commencent dès l'inscription en maternelle», relaye dans son introduction ce rapport de près de 200 pages issu des travaux de la commission d'enquête à l'Assemblée sur l'inclusion scolaire des élèves handicapés de la maternelle à l'université. Le rapporteur de la commission d'enquête Sébastien Jumel (PCF) a expliqué lors d'une conférence de presse que son groupe avait choisi d'user de son «droit de tirage» en janvier pour créer cette commission en constatant que la rentrée scolaire était «semée d'embuches» pour les élèves concernés. La commission, qui s'était fixée notamment pour objectif de «proposer un acte II de la loi de 2005» pour l'égalité des droits et des chances, a mené 150 auditions et formulé 57 recommandations dans son rapport, a-t-il ajouté. Et le rapport a été «voté à l'unanimité» par les membres de la commission issus de tous les groupes politiques.» [...]
«Parmi ces propositions, il a cité l'idée de centraliser les statistiques sur le sujet en cohérence avec l'objectif de création d'un «grand service public de l'école inclusive» ou encore l'augmentation du nombre d'enseignants référents au «rôle pivot», afin de «viser un objectif de 100 élèves suivis» par chacun. Parmi les autres pistes, le rapport suggère de «publier largement et régulièrement les chiffres relatifs au nombre d'élèves en attente de prise en charge par un établissement spécialisé», de «mieux accompagner les familles dans leurs démarches» ou encore de «créer une plateforme numérique recensant les bonnes pratiques en matière d'aménagement de la scolarité et des concours». La présidente de la commission Jacqueline Dubois (LREM) a salué des travaux avec des «postures très éloignées des polémiques politiciennes», se félicitant d'un rapport «très documenté qui offre un panoramique de la situation des élèves en situation de handicap», avec des propositions «pertinentes», dont certaines ont déjà été ou vont être mises en place par le gouvernement. Le rapport sera remis aux ministères compétents, Jean-Michel Blanquer à l'Education s'étant engagé à étudier pendant l'été les suites qui pourraient être données aux propositions, selon Sebastien Jumel. »...

<< Sommaire
lefigaro

N° 2170 - Rapport d'information de M. Daniel Fasquelle et Mme Nathalie Sarles 18/07/2019

«N° 2170 ______ ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUINZIÈME LEGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 17 juillet 2019 RAPPORT D'INFORMATION DEPOSE en application de l'article 146-3, alinéa 8, du Règlement PAR LE COMITE D'EVALUATION ET DE CONTRÔLE DES POLITIQUES PUBLIQUES sur la mise en oeuvre des conclusions du rapport d'information (n° 1024) du 6 juin 2018 sur l'évaluation de la prise en charge de l'autisme ET PRESENTE PAR M. Daniel FASQUELLE et Mme Nathalie SARLES Députés.SOMMAIRE.»
[...]
«SYNTHÈSE INTRODUCTION 19 I. ASSURER UNE INTERVENTION PRÉCOCE AUPRÈS DES ENFANTS 21 A. LE FORFAIT D’INTERVENTION PRÉCOCE SERA BIENTÔT MIS EN ŒUVRE 22 1. L’ouverture du dispositif et les prestations concernées 22 2. Le financement du forfait d’intervention précoce par une enveloppe non limitative 23 B. UNE MISE EN PLACE PLUS RAPIDE DES PLATEFORMES D’ORIENTATION ET DE DIAGNOSTIC SERAIT SOUHAITABLE 24 1. Un processus de sélection prudent face à l’hétérogénéité des acteurs 25 2. Éviter l’écueil de voir les mêmes structures et les mêmes professionnels insuffisamment formés perdurer sous une appellation différente 26 C. LA FORMATION AU REPÉRAGE DES MÉDECINS DE PREMIÈRE LIGNE EST ENGAGÉE, MAIS N’EST PAS ENCORE SYSTÉMATIQUE 27 1. Un nouvel outil de repérage pour les consultations 27 2. La sensibilisation et la formation à dynamiser 28 D. LA SENSIBILISATION DES AUTRES PROFESSIONNELS EN CONTACT AVEC LES ENFANTS RESTE À CONSTRUIRE 30 II. DISPOSER DE PROFESSIONNELS AU SAVOIR ET AUX COMPÉTENCES ACTUALISÉS ET CONFORMES AUX RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ 31 A. FORMER LES PROFESSIONNELS : UNE TRANSFORMATION À L’ŒUVRE QUI DOIT VENIR À BOUT DES PRATIQUES AUJOURD’HUI REJETÉES 31 1. Les professions de santé : la réforme des études écartera, à terme, les enseignements non conformes 31 a. L’actualisation des contenus de diplômes nationaux 32 b. Un état des lieux des diplômes universitaires a été entrepris 32 c. La création de modules de base TSA-TND pour les professions de santé 33 d. L’évolution des formations continues dans le domaine de la santé : quelques leviers d’action mobilisables 34 2. La formation des autres professions intervenant auprès des personnes autistes évolue progressivement 34 B. L’INFORMATION DES PATIENTS ET DES FAMILLES : UNE CONSTRUCTION TROP LENTE 36 1. La plateforme téléphonique Autisme Info Service et la construction progressive d’un annuaire des ressources : une grande ambition pour une petite structure 36 2. Le site « Autisme.gouv.fr » reste institutionnel et très peu opérationnel 38 C. L’ÉVOLUTION DES PRISES EN CHARGE MÉDICALE ET ÉDUCATIVE : DES EFFORTS D’ÉVALUATION ET DE CERTIFICATION ONT ÉTÉ ENTREPRIS 39 1. La mise en œuvre des recommandations de la Haute autorité de santé : une évolution positive à vérifier sur le moyen et long terme 40 a. Évaluer l’apport des recommandations dans la pratique des professionnels 40 b. Réformer l’évaluation et la certification des établissements de santé et médico-sociaux 41 2. De nouvelles actions pour mieux prendre en compte l’avis et l’expertise des usagers 42 III. FAIRE PROGRESSER L’INCLUSION DES PERSONNES AUTISTES DANS LA SOCIÉTÉ 43 A. RATTRAPER LE RETARD EN MATIÈRE DE SCOLARISATION : UNE ÉVOLUTION POSITIVE 43 1. L’implantation des nouvelles unités d’enseignement est programmée à court terme 44 a. Les unités d’enseignement continuent à se développer et la scolarisation en maternelle sera bientôt évaluée 44 b. Le programme de création d’unités dans le secondaire se déploie, mais il est lié à la possibilité d’un soutien par une équipe médico-sociale 45 c. Réunir les intervenants en milieu scolaire pour une formation commune 45 2. De nouveaux postes spécialisés sont créés et de nouvelles ressources de formation sont mises à disposition 46 3. La place donnée aux écoles parentales et aux lieux d’accueil éducatifs créés par les associations reste insuffisante 47 4. Parcoursup a été adapté en 2019 49 B. FAIRE ÉVOLUER LA PRISE EN CHARGE DES ADULTES : LA VOLONTÉ DE TRANSFORMATION SE HEURTE À DES PESANTEURS AUXQUELLES IL FAUT REMÉDIER 50 1. Simplifier les démarches : une mesure a été actée et une réflexion entreprise concernant la prestation de compensation du handicap 50 2. La transformation progressive de l’offre en direction des adultes : un chantier complexe 51 a. Le repérage des adultes autistes : un processus à plusieurs étapes 52 b. Les premières « briques » de la construction d’une offre de services variée pour les adultes autistes 52 c. Des leviers se mettent en place pour une transformation à moyen et long terme 55 3. L’accès des familles à une plateforme de répit et d’accompagnement : une mesure qui prend du retard 56 4. Assurer un suivi médical de la personne au long de sa vie : un objectif de long terme lié à la mise en place d’équipes régionales 57 C. SOUTENIR L’INSERTION DES ADULTES AUTISTES DANS LA SOCIÉTÉ 58 1. Améliorer l’accès au logement : un dispositif nouveau et beaucoup d’évolutions positives à mettre en œuvre à court terme 59 a. Le forfait pour l’habitat inclusif : un dispositif approprié mais encore si limité qu’il conserve un caractère expérimental 59 b. La mutualisation des prestations individuelles nécessaire à l’habitat inclusif 61 c. Les autres actions du volet « logement » de la stratégie nationale 62 2. Développer l’emploi des adultes : le monde du travail encore peu accueillant pour les personnes autistes 63 a. Essaimer le dispositif de l’emploi accompagné, encore trop limité face aux besoins 64 b. Repérer et orienter les personnes 65 3. L’accompagnement dans la vie sociale, culturelle et affective : une dimension négligée jusqu’à aujourd’hui qui commence à être prise en compte plus systématiquement 66 IV. RENFORCER ET COORDONNER LA RECHERCHE SUR L’AUTISME 68 A. LA CRÉATION DU GROUPEMENT D’INTÉRÊT SCIENTIFIQUE QUELQUE PEU RETARDÉE 68 B. LES AUTRES ACTIONS ANNONCÉES PAR LA STRATÉGIE NATIONALE 70 1. La nomination de dix chefs de clinique 70 2. La sélection des centres d’excellence achevée 71 3. La création d’une cohorte d’étude de grande ampleur 72 EXAMEN PAR LE COMITÉ 75 ANNEXE N° 1 : TABLEAU DE SUIVI DES PROPOSITIONS 77 ANNEXE N° 2 : PERSONNES ENTENDUES PAR LES RAPPORTEURS 83 »...

<< Sommaire
www2.assemblee-nationale

Davantage de sport dans les contrats de ville - Associations Mode d'Emploi 16/07/2019


«Par la circulaire n° DS2019108 du 19 avril 2019 la ministre des Sports et celle de la Cohésion des territoires, incitent au déploiement de l'action sportive à vocation d'inclusion au sein des contrats de ville. Dans la perspective de la mise en oeuvre de la circulaire du Premier ministre du 22 janvier 2019, cette circulaire prévoit les conditions d'intégration de l'action sportive au sein des contrats de ville et leurs financements. Elle a été mise en ligne fin juin et sera opposable à partir du 1er janvier 2020. Elle encourage en particulier les activités sportives « révélatrice de talents », « porteuse de valeurs » ou comme « projet de territoire ». Des financements de l'agence nationale du sport seront consacrés à l'amorçage et à l'émergence de ces projets et une attention particulière sera portée aux territoires accueillant les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Dans la même optique, le label « génération 2024 » pour les écoles et établissements scolaires visera à développer les passerelles entre le monde scolaire et le mouvement sportif pour encourager la pratique physique et sportive des jeunes.»...

<< Sommaire
associationmodeemploi

Les seances d'orthophonie pour les enfants en situation de handicap desormais prises en charge par l'assurance maladie egalement en milieu scolaire - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees 15/07/2019

«Applicable au 15 juillet 2019, ce protocole d'accord permet la prise en charge par l'Assurance maladie des actes réalisés par les orthophonistes libéraux en milieu scolaire ou au sein de lieux d'accueil auprès des enfants en situation de handicap ou dans un lieu de formation auprès des adultes en situation de handicap. En effet, le projet thérapeutique de l'enfant en situation de handicap peut nécessiter que tout ou partie de l'intervention orthophonique soit effectuée dans son cadre de vie ordinaire. Non remboursés jusque-là en milieu scolaire, les soins devaient être réalisés au cabinet de l'orthophoniste ou au domicile du patient pour être pris en charge. Cette évolution marque une étape importante pour consolider le grand service public de l'école inclusive, qui doit permettre un maximum de prises en charge nécessaires aux enfants au sein de l'école, et ainsi faciliter la vie et l'organisation de leurs parents. Sophie Cluzel et Adrien Taquet saluent cette avancée visant une plus grande intégration des personnes en situation de handicap, notamment les plus jeunes. Enfin, cette mesure s'intègre dans un dispositif plus large visant une meilleure prise en charge des enfants au travers de la revalorisation d'actes d'orthophonie depuis le 1er juillet dernier (majoration pour la prise en charge d'enfants de moins de 3 ans ; revalorisation des actes de rééducation des retards de parole, des troubles de la communication et du langage oral).»...

<< Sommaire
handicap.gouv

Adultes autistes : des niveaux eleves d'evenements negatifs dans leur vie 15/07/2019

«Les adultes autistes connaissent des niveaux élevés d'événements négatifs dans leur vie Université de Cambridge - 8 juillet 2019 Homeless man reading and his dog © Luna TMG Homeless man reading and his dog © Luna TMG Les adultes autistes sont vulnérables à de nombreux types d'expériences de vie négatives, y compris les difficultés d'emploi, les difficultés financières, la violence familiale et la criminalité conjugale, selon une nouvelle étude publiée aujourd'hui dans la revue "Autism Research". Ces expériences de vie négatives pourraient expliquer en partie les taux plus élevés de symptômes d'anxiété et de dépression et la baisse de satisfaction de vie chez les adultes autistes comparativement aux adultes non autistes. Les troubles de santé mentale, comme l'anxiété et la dépression, sont extrêmement fréquents chez les adultes autistes. Les expériences de vie négatives augmentent le risque d'anxiété et de dépression dans la population générale, mais peu d'études ont cherché à déterminer si la vulnérabilité à ces types d'expériences pourrait être responsable de taux plus élevés de dépression et d'anxiété et d'adultes autistes. L'un des obstacles à l'étude de la vulnérabilité de l'autisme est l'absence de mesures appropriées. L'équipe de recherche, basée au Centre de recherche sur l'autisme de l'Université de Cambridge, a donc mis au point une nouvelle mesure appelée le Vulnerability Experiences Quotient (VEQ). L'équipe a travaillé avec un groupe de conseillers adultes autistes pour élaborer la mesure afin de s'assurer qu'elle comprend des expériences que les personnes autistes estiment pertinentes pour elles. Le VEQ demande aux participants s'ils ont vécu 60 événements négatifs de la vie, dans une grande variété de milieux, y compris à l'âge adulte et pendant l'enfance.»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

6 mythes et realites sur l'autisme 13/07/2019

«On commence seulement à mieux comprendre le trouble du spectre de l'autisme (TSA), de telle sorte qu'il y a encore beaucoup d'idées préconçues à ce sujet. Geneviève St-Pierre, psychologue, nous aide à départager le vrai du faux. L'autisme est une forme de déficience intellectuelle. FAUX En fait, le cerveau d'une personne autiste est structuré différemment. Il traite et analyse l'information autrement, et cette particularité neurologique a une incidence sur leur quotidien. Par exemple, dans le film Rain Man, le personnage incarné par Dustin Hoffman s'inspirait d'un Américain, Kim Peek, vivant avec un TSA nommé «syndrome du savant». Non fonctionnel mais exceptionnellement doué, Kim a été le premier à faire réaliser aux chercheurs qu'on ne peut être à la fois brillant et présenter une déficience intellectuelle.»
[...]
«Les personnes autistes n’ont pas toutes des compétences extraordinaires. VRAI Le mythe selon lequel tous les autistes ont un don est répandu mais erroné. On peut être autiste et très intelligent, mais sans forcément avoir des compétences exceptionnelles. Rain Man, un des premiers films à traiter de l’autisme, a entre autres contribué à alimenter cette croyance. -Plus l’autisme est détecté tôt, plus grandes sont les chances d’en guérir. (DOUBLEMENT) FAUX L’autisme ne se guérit pas parce qu’il ne s’agit pas d’une maladie, mais d’un trouble neurodéveloppemental qui fait qu’on nait avec un cerveau connecté différemment. Les spécialistes croyaient jusqu’à tout récemment pouvoir bénéficier d’une fenêtre thérapeutique pour intervenir. Certains programmes peuvent avoir un effet à moyen terme, mais à l’heure actuelle, aucune intervention – même celles menées avant l’âge de quatre ans ou de la rentrée scolaire – n’a prouvé qu’elle était efficace à long terme. -Les rencontres sociales sont anxiogènes pour la plupart des personnes vivant avec un TSA. VRAI Les autistes sont tous un peu maladroits dans leurs interactions avec les autres. Ils ont de la difficulté à décoder les informations qui relèvent de l’abstrait dans des contextes sociaux. Certains aiment converser, malgré leur maladresse, mais pour d’autres, cela peut s’avérer un supplice. Pourquoi? Parce qu’une conversation est soumise à de multiples variables. On pourrait comparer l’expérience à une entrevue au cours de laquelle le candidat est constamment en mode analyse, aux aguets et pas du tout détendu. -Les autistes ont besoin de routines. VRAI La plupart aiment la routine et s’ils y tiennent, c’est parce qu’elle les rassure et les sécurise. Ce besoin découle souvent d’une compréhension partielle de ce qui se passe autour d’eux. Si la personne comprend que tout fonctionne pour le mieux et qu’elle se sent bien lorsque les choses sont exécutées dans un ordre donné, il est certain qu’elle voudra appliquer la même méthode le lendemain. Une fois la situation et l’environnement bien assimilés, les routines deviennent moins nécessaires et peuvent s’assouplir. -Les personnes vivant avec un TSA n’ont pas d’émotions. FAUX Par contre, si le cerveau est surchargé par des informations sensorielles extérieures difficiles à gérer, il ne traitera pas en priorité ce qui se passe en dedans. Les autistes ont parfois du mal à interpréter en temps réel ce qu’ils éprouvent à l’intérieur, même s’ils le vivent bel et bien. »...

<< Sommaire
msn

Une section d'apprentissage inclusive - Onisep 12/07/2019

«Les personnes en situation de handicap représentent 7% de la population active et restent deux fois plus longtemps au chômage. Afin de favoriser l'insertion professionnelle des jeunes en situation de handicap, l'Unea (Union nationale des entreprises adaptées) va créer une section d'apprentissage inclusive, en partenariat avec Enedis et la région Nouvelle-Aquitaine. Un dispositif expérimental Une convention signée le 2 juillet dernier entre les trois organismes vient d'officialiser ce projet. C'est la première fois qu'un dispositif d'apprentissage associe des entreprises adaptées, une grande entreprise, et un CFA. La section d'apprentissage inclusive, intitulée SAIJAH (section d'apprentissage inclusive jeunes et adultes handicapés), ouvrira à la rentrée 2018. Elle regroupera une douzaine d'apprentis qui seront formés aux métiers de l'électronique, de l'électricité et de l'électrotechnique.»
[...]
« La moitié de ces apprentis sera accueillie dans les différents sites d'Enedis et l'autre moitié dans les entreprises adaptées de la région. Ils suivront leur cursus en inclusion avec les autres élèves du CFA (centre de formation d'apprentis). Ils pourront notamment préparer le bac pro MELEC (métiers de l'électricité et de ses environnements connectés) avec Enedis. L'insertion en milieu ordinaire Dotée d'un important réseau de CFA, la région Nouvelle-Aquitaine mène de nombreuses actions en faveur de la formation des personnes en situation de handicap. Cette nouvelle section d'apprentissage inclusive permettra aux jeunes apprentis d'élaborer progressivement leur projet professionnel. Sans limite d'âge, elle est destinée à toutes les personnes en situation de handicap et facilite leur reclassement professionnel. Parallèlement des propositions devraient permettre de sécuriser le parcours de formation et l'emploi en milieu ordinaire. L'objectif de l'Unea est d'atteindre le chiffre de 600 contrats d'apprentissage par an d'ici 4 ans »...

<< Sommaire
onisep

Zika Virus as a Possible Risk Factor for Autism Spectrum Disorder: Neuroimmunological Aspects. - PubMed - NCBI 12/07/2019

«Abstract The recent outbreak of the Zika virus (ZIKV) and the discovery that perinatal Zika exposure can lead to the Congenital Zika Syndrome has promoted a call for prevention measures. Due to the increased number of babies born with microcephaly, structural brain abnormalities, and neurological alterations in regions affected by ZIKV, investigations were carried out in order to better understand this process. The maternal immune system directly influences the fetal central nervous system, and complications during pregnancy have been associated with neurodevelopmental disorders. Autism spectrum disorder (ASD), a neurodevelopmental disorder commonly manifested in the first years of life, is a disease with multifactorial etiology and is manifested typically by social and communication impairments, as well as stereotyped behaviors. Brain abnormalities, including both anatomically and functionally, can be observed in this disorder, suggesting delays in neuronal maturation and altered brain connectivity. It is known that some viral congenital infections, such as rubella, and cytomegalovirus can interfere with brain development, being associated with brain calcification, microcephaly, and ASD. Here, we reviewed a range of studies evaluating the aspects concerning brain development, immunological status during pregnancy, and neuroimmunomodulation in congenital viral infections, and we discuss if the fetal brain infection caused by ZIKV could predispose to ASD. Finally, we suggest a mechanism encompassing neurological and immunological pathways that could play a role in the development of ASD in infants after ZIKV infection in pregnancy.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

SERAFIN-PH. Publication des resultats de l'enquete de cout sur les donnees 2016| CNSA 10/07/2019

«Le projet SERAFIN-PH, qui vise à réformer la tarification des établissements et services médico-sociaux (ESMS) du champ du handicap, comporte une phase importante de connaissance fine des couts actuels des ESMS concernés par la réforme. C'est dans ce cadre qu'est publié le rapport présentant les résultats de la seconde enquête de couts, réalisée en 2017, sur les comptes 2016. Quel est l'objectif de l'enquête de couts SERAFIN-PH ? La seconde enquête de couts, comme la première, a été réalisée par l'Agence technique d'information sur l'hospitalisation (ATIH), pour l'équipe projet SERAFIN-PH qui en a rédigé le rapport. Ce rapport s'est nourri des échanges et des réflexions conduits par les instances du projet, dont le Groupe technique national qui rassemble les principaux acteurs (associatifs et institutionnels) du champ du handicap. L'enquête de couts consiste à réaliser une répartition des charges nettes des ESMS sur la nomenclature SERAFIN-PH des prestations. Les 207 ESMS participant à l'enquête doivent identifier les prestations directes (accompagnement des personnes) et les prestations indirectes (fonctions de gestion, management, et logistique) réalisées au sein de leur structure pour répartir l'ensemble de leurs charges selon ces différentes destinations. In fine, le retraitement des données comptables permet de déterminer, pour chaque ESMS, le montant total des dépenses par prestation de la nomenclature SERAFIN-PH de niveau 4 qui est le niveau de description le plus fin. Ces résultats, compte tenu de la taille de l'échantillon et de l'absence de données recueillies au niveau des personnes accompagnées, ne peuvent être interprétés pour l'ensemble des ESMS du champ du handicap et ne peuvent donc être utilisés pour tarifer.»
[...]
«Résultats et observations de l’enquête de coûts 2016 Les principaux enseignements de l’enquête de coûts 2016 confirment la diversité, voire l’hétérogénéité des coûts actuels des ESMS. Ainsi, on observe que les coûts par prestation sont hétérogènes entres les ESMS d’une même catégorie ou semblables pour des ESMS de catégories différentes. Par exemple, les coûts des foyers d’accueil médicalisés (FAM) et des maisons d’accueil spécialisées (MAS) sont proches en niveau et en structure : les dépenses relatives aux prestations en matière de soins infirmiers et d’autonomie représentent, en moyenne, pour les FAM entre 14 % et 20 % du total des dépenses et pour les MAS entre 15 % et 18 %, contre 2,5 % et 4,5 % pour le reste de l’échantillon. L’enquête de coûts permet aussi de valider l’utilisation des nomenclatures des prestations SERAFIN-PH pour décrire les réponses apportées par les ESMS aux personnes en situation de handicap. Les deux enquêtes de coûts (2015 et 2016) ont démontré que, moyennant un temps d’appropriation, les professionnels du secteur médico-social et les gestionnaires ont su se saisir de la nomenclature des prestations. Les échanges entre l’équipe SERAFIN-PH et les acteurs de terrain (agences régionales de santé – ARS – ou ESMS) confirment l’intérêt de leur utilisation. Les premières hypothèses expliquant la variation des coûts selon les catégories des structures et le type de clientèle principal accueilli restent cependant à préciser, au regard des limites inhérentes aux enquêtes de coûts (taille de l’échantillon et absence de données au niveau des personnes accompagnées). C’est l’objectif des études nationales de coûts réalisées en 2018 et en 2019, qui, en recueillant des données relatives aux personnes, doivent permettre d’aller plus loin dans l’analyse des coûts des ESMS en fonction des caractéristiques, des besoins et des accompagnements des personnes en situation de handicap. Documents à télécharger Rapport de l’enquête de coûts SERAFIN-PH. Exploitation des données de l’année 2016 ( PDF, 836.69 Ko ) »...

<< Sommaire
cnsa

Landes : un pere de famille se bat pour la prise en charge de l'AVS de son fils handicape 09/07/2019


«Un père de famille landais a écrit à Emmanuel Macron. Il veut savoir qui doit payer l'auxiliaire de vie scolaire de son fils : l'Etat ou sa commune ? Ce Landais vit à Sainte-Marie-de-Gosse. Il est père d'un enfant handicapé de 4 ans, atteint d'autisme. Son enfant, scolarisé en maternelle, a besoin d'une AVS (auxiliaire de vie scolaire) sur le temps périscolaire, le midi au moment de la cantine, et sur les temps de garderie. Seulement, il y a un trou dans la loi... Rien ne précise véritablement qui est en charge de payer cette AVS : la commune ou l'Etat.» [...]
« "En fait, c'est l'État qui se charge du salaire des AVS, mais seulement sur le temps scolaire, qui est un temps obligatoire, explique Serge Tauziet, directeur de cabinet de l'inspection académique des Landes. Concernant le salaire de l'AVS sur les temps périscolaires, c'est aux communes de s'en charger. Mais effectivement, il n'y pas de texte précis du Conseil d'État qui le précise." Serge Tauziet précise que l'année dernière, la ville de Dax a porté devant le Tribunal administratif de Pau le cas d'une famille. Cette dernière souhaitait que l'État paye le salaire de l'AVS qui s'occupait de leur enfant sur le temps de la cantine. Mais le tribunal de Pau a tranché : c'est à la mairie de payer. "On a aucun texte du Conseil d'État qui précise cela, mais nous on se base sur les décisions des tribunaux." »...

<< Sommaire
francebleu

Autistic adults experience high rates of negative life events | EurekAlert! Science News 09/07/2019

«Autistic adults are vulnerable to many types of negative life experience, including employment difficulties, financial hardship, domestic abuse and 'mate-crime', according to new research published today in the journal Autism Research. These negative life experiences could partially explain higher rates of anxiety and depression symptoms and lower life satisfaction in autistic adults compared to non-autistic adults. Mental health conditions, such as anxiety and depression, are extremely common in autistic adults. Negative life experiences increase the risk of anxiety and depression in the general population, yet few studies have investigated whether vulnerability to these types of experiences might be responsible for higher rates of depression and anxiety and autistic adults.»
[...]
«One barrier to investigating vulnerability in autism is the lack of suitable measures. The research team, based at the University of Cambridge, Autism Research Centre, therefore developed a new measure called the Vulnerability Experiences Quotient (VEQ). The team worked with an advisory group of autistic adults to develop the measure to ensure that it included experiences that autistic people felt were relevant to them. The VEQ asks participants whether they have experienced 60 negative life events, across a wide variety of settings, and including both adulthood and childhood experiences. 426 autistic adults and 268 non-autistic adults completed the VEQ via an online survey. The two groups had similar levels of educational attainment and the majority of autistic adults did not have intellectual disability. The autistic participants reported higher rates of 52 of the experiences in the VEQ. This included items relating to financial hardship: 45% of autistic adults said they had had a period of life without enough money to meet basic needs, compared to 25% of the non-autistic adults; domestic abuse: 20% of autistic adults that had been in a relationship had been sexual abused by their partner, compared to 9% of the non-autistic adults, and 'mate-crime': 70% said they had been bullied by someone they considered to be a friend, compared to 31% of the non-autistic adults. Participants also completed measures of anxiety and depression symptoms and a brief life-satisfaction scale. Autistic adults reported higher levels of depression and anxiety symptoms and lower levels of life satisfaction. Those individuals with the highest number of negative life experiences on the VEQ also experienced the highest number of current anxiety and depression symptoms and the lowest current life satisfaction. Although this study cannot prove that these negative experiences cause depression, anxiety or lower life satisfaction, as these are just associations, these findings are consistent with the idea that vulnerability to negative life experiences is partially responsible for higher rates of anxiety and depression and lower life satisfaction in autistic adults. Lead author Dr Sarah Griffiths, said: "This research highlights the challenges that autistic adults face in our society. With the right support many of these events are preventable. We need to ensure that all autistic adults have appropriate support to reduce their vulnerability and to improve their mental health outcomes." Dr Carrie Allison, one of the Cambridge research team said: "The results of this study are a wake-up call indicating the serious extent of negative experiences that autistic adults suffer in most areas of their lives. This study focused on intellectually able autistic adults due to the online survey method. Future work will focus on adults with intellectual disability who may have a different set of vulnerabilities." Professor Simon Baron-Cohen, director of the Autism Research Centre at Cambridge, said: "This research is vital to inform Government policy makers worldwide about the appalling violations of autistic people's human rights. Our next step will be working hard to translate these findings into new policies, such as the need for every autistic person to have a life-long support worker to whom they can turn to help them navigate the world". Clara, an autistic adult from London commented on the study: "This research is so important to me. Despite being intelligent and good with people, I've had too many negative challenging situations in my life - with work, close relationships, access to health, social services, and education. It has affected, and continues to affect my mental health." »...

<< Sommaire
eurekalert

Sex Differences in Externalizing and Internalizing Symptoms of Children with ASD. - PubMed - NCBI 09/07/2019

«Abstract This study examined sex differences in externalizing and internalizing symptoms of children with ASD without intellectual disability (ID). The sample (n=80) included 40 girls and 40 boys, ages 6-12 years, with ASD (without ID) matched on age and IQ. Externalizing and internalizing symptoms were significantly elevated for this sample (girls and boys) relative to normative estimates for all the scales (hyperactivity, aggression, anxiety, and depression) except conduct problems. No significant differences were found between girls and boys for either externalizing symptoms or internalizing symptoms (based on standard score and raw score analyses). Implications for clinical practice and future research are discussed.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Arrete du 3 juillet 2019 fixant pour 2019 le niveau de la contribution du programme 157 « Handicap et dependance » au fonds d'intervention regional | Legifrance 09/07/2019

«La ministre des solidarités et de la santé et la secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, Vu l'article L. 5213-2-1 du code du travail ; Vu l'article L. 243-1 du code de l'action sociale et des familles ; Vu le décret n° 2016-1899 modifié du 27 décembre 2016 relatif à la mise en oeuvre du dispositif d'emploi accompagné et au financement du compte personnel de formation des travailleurs handicapés, Arrêtent : Article 1 En savoir plus sur cet article... Conformément aux dispositions du 4° de l'article L. 1435-9 du code de la santé publique, la contribution du programme 157 « handicap et dépendance » au fonds mentionné à l'article L. 1435-8 du code de la santé publique est fixée à 6 712 756 E pour l'année 2019. Article 2 En savoir plus sur cet article... Les actions financées par les crédits mentionnés à l'article 1er du présent arrêté feront l'objet d'un suivi dans les états financiers régionaux annuels du fonds mentionné à l'article L. 1435-8 du code de la santé publique.»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

A Novel EEG Paradigm to Simultaneously and Rapidly Assess the Functioning of Auditory and Visual Pathways. - PubMed - NCBI 04/07/2019

«Abstract Objective assessment of the sensory pathways is crucial for understanding their development across the lifespan and how they may be affected by neurodevelopmental disorders (e.g., autism) and neurological pathologies (e.g., stroke, multiple sclerosis, etc.). Quick and passive measurements, for example using electroencephalography (EEG), are especially important when working with infants and young children, and with patient populations having communication deficits (e.g., aphasia). However, many EEG paradigms are limited to measuring activity from one sensory domain at a time, may be time consuming, and target only a subset of possible responses from that particular sensory domain (e.g., only auditory brainstem responses or only auditory P1-N1-P2 evoked potentials). Thus, we developed a new multisensory paradigm that enables simultaneous, robust, and rapid (6-12 minute) measurements of both auditory and visual EEG activity, including auditory brainstem responses (ABRs), auditory and visual evoked potentials, as well as auditory and visual steady-state responses. This novel method allows us to examine neural activity at various stations along the auditory and visual hierarchies with an ecologically valid continuous speech stimulus, while an unrelated video is playing. Both the speech stimulus and the video can be customized for any population of interest. Furthermore, by using two simultaneous visual steady-state stimulation rates, we demonstrate the ability of this paradigm to track both parafoveal and peripheral visual processing concurrently. We report results from twenty-five healthy young adults, which validate this new paradigm.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

What are we targeting when we treat autism spectrum disorder? A systematic review of 406 clinical trials - Umberto Provenzani, Laura Fusar-Poli, Natascia Brondino, Stefano Damiani, Marco Vercesi, Nicholas Meyer, Matteo Rocchetti, Pierluigi Politi, 2019 04/07/2019

«Abstract The number of trials aimed at evaluating treatments for autism spectrum disorder has been increasing progressively. However, it is not clear which outcome measures should be used to assess their efficacy, especially for treatments which target core symptoms. The present review aimed to provide a comprehensive overview regarding the outcome measures used in clinical trials for people with autism spectrum disorder. We systematically searched the Web of KnowledgeSM database between 1980 and 2016 to identify published controlled trials investigating the efficacy of interventions in autism spectrum disorder. We included 406 trials in the final database, from which a total of 327 outcome measures were identified. Only seven scales were used in more than 5% of the studies, among which only three measured core symptoms (Autism Diagnostic Observation Schedule, Childhood Autism Rating Scale, and Social Responsiveness Scale). Of note, 69% of the tools were used in the literature only once. Our systematic review has shown that the evaluation of efficacy in intervention trials for autism spectrum disorder relies on heterogeneous and often non-specific tools for this condition. The fragmentation of tools may significantly hamper the comparisons between studies and thus the discovery of effective treatments for autism spectrum disorder. Greater consensus regarding the choice of these measures should be reached.»...

<< Sommaire
journals.sagepub

Assistant au parcours de vie : lancement du 1er diplome ! 04/07/2019

«Rentrée innovante en perspective ! L'école universitaire de management de Limoges (IAE) proposera, dès septembre 2019, le premier diplôme « Assistant aux projet et parcours de vie » (APPV). Ce métier émergent est dédié à l'accompagnement des familles, des aidants et/ou des personnes en situation de handicap, dans une logique inclusive et de « renforcement du pouvoir d'agir » (article en lien ci-dessous). Intéressés ? Jusqu'au 10 septembre 2019 pour s'inscrire !»...

<< Sommaire
informations.handicap

Aminata Niakate : « Nous voudrions creer une obligation de formation au handicap des professionnels du droit. » 03/07/2019

«Aminata Niakaté : « Nous voudrions créer une obligation de formation au handicap des professionnels du droit. » Sophie Massieu il y a 22 heures Droits, Société Laisser un commentaire La présidente de la commission égalité du Conseil national des barreaux détaille les principales propositions de l'Ordre des avocats pour qu'enfin l'accès au droit des 12 millions de personnes handicapées soit facilité. Au premier rang d'entre elles : des formations encore à imaginer...¦ Faire-Face.fr : Quelles connaissances, informations, les avocats détiennent-ils en matière de handicap ? « Nous ferons du lobbying comme nous en faisons déjà pour rendre plus accessible l'accès à notre profession, en aménageant les épreuves d'admission. » Aminata Niakaté : Jusqu'à il y a deux ou trois ans, ils ont très peu été sensibilisés à la question. Par exemple, lors de notre formation initiale, nous ne recevons aucune information. Plus tard, dans notre carrière, peu d'initiatives sont encore prises par la profession. Ici, au Conseil national des barreaux, nous nous sommes saisis du sujet lors de la mandature précédente. Nous avons organisé un premier colloque fin 2017 afin d'interpeller la profession et lancer ce Grenelle droit et handicap, qui a eu lieu vendredi 28 juin. Nous faisons de cette journée un marqueur politique de la volonté des avocats de se saisir de la question.»
[...]
« Un kit de sensibilisation dans les écoles début 2020 F-F.fr : La prochaine étape consiste à faire adopter ces propositions à votre assemblée générale le week-end du 6 juillet. Comment allez-vous faire avancer le sujet en dehors de vos cercles professionnels ? A.N : Nous ferons du lobbying. En matière de formation, par exemple, nous avons des entrées au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche et de l’innovation. Nous allons surveiller le calendrier législatif, tenter de trouver un véhicule législatif [une loi sur un sujet approchant pour faire passer la mesure dans l’un de ses articles, NDLR]. Nous faisons déjà du lobbying pour rendre plus accessible l’accès à notre profession, en aménageant les épreuves d’admission. Notre kit de sensibilisation devrait sortir au plus tard au début 2020, pour sensibiliser dans les écoles. Les personnes handicapées représentent 12 millions de justiciables, il était temps de nous en préoccuper. »...

<< Sommaire
faire-face

La premiere circulaire tarifaire et budgetaire 2019 annonce les credits alloues aux etablissements de sante. Par Noemie Mandin, Avocat. 02/07/2019

«- 21,5 milliards d'euros (MdE) de crédits alloués, 663 millions (ME) économisés et 415ME mis en réserve, tels sont les axes annoncés par la première circulaire relative à la campagne tarifaire et budgétaire 2019 des établissements de santé, texte qui s'inscrit dans le cadre de la deuxième année de mise en oeuvre du plan d'économies 2018-2022 sur l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (ONDAM).»
[...]
«Le ministère alloue par ailleurs, en conformité avec le plan autisme au sein des troubles du neuro-développement 2018-2022, dans le cadre du repérage des adultes autistes non diagnostiqués en établissements de santé et médico-sociaux, la somme de 985.000€ pour « renforcer » les centres de ressources autisme (CRA). »...

<< Sommaire
village-justice

Stimming, thérapeutique pour les autistes, mérite d'être accepté 30/06/2019

«Les comportements rythmiques et répétitifs sont la marque de l'autisme. Les battements de mains, les cercles qui tournent, le bercement de corps, les vocalisations telles que le grognement et les murmures, et d'autres habitudes peuvent être inquiétants pour des personnes qui ne les connaissent pas bien. Les scientifiques et les cliniciens ont longtemps été perplexes sur la signification de ces comportements et sur la manière d'y répondre.»
[...]
«Mais de plus en plus de preuves suggèrent que les comportements répétitifs ont été mal compris - et qu’ils peuvent en fait être incroyablement utiles. Mes collègues et moi avons constaté que ces comportements donnaient aux personnes autistes un sentiment de contrôle, les aidant à faire face à des stimuli externes insurmontables, et un moyen de calmer et de communiquer leurs humeurs. D'autre part, de nombreuses personnes autistes disent que s'engager dans des comportements répétitifs leur donne l'impression d'être des marginaux sociaux. Les participants ont rapporté que certains membres de la famille et amis proches perspicaces savaient comment «lire» leurs émotions en observant les nuances de leurs comportements de stimulation. Il est évident que cette compréhension est la clé de l’acceptation sociale de la modération. »...

<< Sommaire
translate.google

''If you catch my drift...'': ability to infer implied meaning is distinct from vocabulary and grammar skills. - PubMed - NCBI 29/06/2019

«Abstract Background: Some individuals with autism find it challenging to use and understand language in conversation, despite having good abilities in core aspects of language such as grammar and vocabulary. This suggests that pragmatic skills (such as understanding implied meanings in conversation) are separable from core language skills. However, it has been surprisingly difficult to demonstrate this dissociation in the general population. We propose that this may be because prior studies have used tasks in which different aspects of language are confounded. Methods: The present study used novel language tasks and factor analysis to test whether pragmatic language skills are separable from core language skills. 120 adult participants were recruited online to complete a 7-task battery, including a test assessing comprehension of conversational implicature. Results: In confirmatory analysis of a preregistered model, we compared whether the data showed better fit to a two-factor structure (including a pragmatic conversation comprehension and core language factor) or a simpler one-factor structure (comprising a general language factor). The two-factor model showed significantly better fit. Conclusions: This study supports the view that interpreting context-dependent conversational meaning is partially distinct from core language skill. This has implications for understanding the pragmatic language impairments reported in autism.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Views of professionals about the educational needs of children with neurodevelopmental disorders. - PubMed - NCBI 29/06/2019

«Abstract BACKGROUND: Professionals play a key role in supporting children with special educational needs in schools. However, the views of those working with neurodevelopmental disorders are less known. AIMS: This study examined the views of professionals (including teachers, teaching assistants, educational psychologists, speech and language therapists, physio and occupational therapists etc.) working with children with Williams Syndrome (WS), Down Syndrome (DS) or with Autism Spectrum Disorders (ASD) in terms of how informed professionals are about the disorder and their views about the type of support these children need to be receiving. METHODS AND PROCEDURES: Professionals working with 77 children with ASD, 26 with DS and 38 with WS completed an online questionnaire. OUTCOMES AND RESULTS: Professionals in all three groups highlighted relevant areas of difficulty for these children, but they did not recognise some of the less phenotypical difficulties that children with a specific disorder may experience. In addition, there was a disconnect between the difficulties identified by the professionals and the type of specialist support that may be necessary. CONCLUSIONS AND IMPLICATIONS: Although professionals have a lot of knowledge about the specific neurodevelopmental disorders, further evidence-based training would allow more effective support for children with neurodevelopmental disorders in the classroom but also equip professionals better and raise their confidence in meeting these children's needs.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Promoting Executive Functioning in Children with Autism Spectrum Disorder Through Mixed Martial Arts Training. - PubMed - NCBI 28/06/2019


«Abstract The present study evaluated the effectiveness of a mixed martial arts (MMA) intervention in improving executive functions (EFs) in a sample with autism spectrum disorder (ASD). School-aged children with ASD were randomly assigned to a MMA intervention group or a waitlist control (WLC) group. The intervention featured a 26-class program over a 13-week period; the WLC group did not participate in any martial arts between pre- and post-test. Results indicated that the MMA group had significantly better EFs at post-test compared to the WLC group. The intervention appeared to be efficacious in meeting its goals of improving the executive functioning of children with ASD. The present study extends the current literature on the malleability of EFs among children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Promoting Executive Functioning in Children with Autism Spectrum Disorder Through Mixed Martial Arts Training. - PubMed - NCBI 28/06/2019


«Abstract The present study evaluated the effectiveness of a mixed martial arts (MMA) intervention in improving executive functions (EFs) in a sample with autism spectrum disorder (ASD). School-aged children with ASD were randomly assigned to a MMA intervention group or a waitlist control (WLC) group. The intervention featured a 26-class program over a 13-week period; the WLC group did not participate in any martial arts between pre- and post-test. Results indicated that the MMA group had significantly better EFs at post-test compared to the WLC group. The intervention appeared to be efficacious in meeting its goals of improving the executive functioning of children with ASD. The present study extends the current literature on the malleability of EFs among children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Systematic Review of Sleep Disturbances and Circadian Sleep Desynchronization in Autism Spectrum Disorder: Toward an Integrative Model of a Self-Re... - PubMed - NCBI 28/06/2019

«Abstract Background: A compelling number of studies, conducted in both children and adults, have reported an association between sleep disturbances/circadian sleep alterations and autism spectrum disorder (ASD); however, the data are sparse and the nature of this link is still unclear. The present review aimed to systematically collect the literature data relevant on sleep disturbances and circadian sleep dysrhythmicity related to ASD across all ages and to provide an integrative theoretical framework of their association. Methods: A systematic review of the MEDLINE, PubMed, and Cochrane databases was conducted from November 2018 to February 2019. The search strategies used were MeSH headings and keywords for "sleep-wake circadian rhythms" OR "circadian sleep disorders" OR "sleep-wake pattern" OR "sleep disorders" OR "melatonin" AND "autism spectrum disorder" OR "autism". Results: One hundred and three studies were identified, 15 regarded circadian sleep dysrhythmicity, 74 regarded sleep disturbances, and 17 regarded melatonin alterations in children and adults with ASD. Our findings suggested that autistic subjects frequently present sleep disturbances in particular short sleep duration, low sleep quality/efficiency, and circadian sleep desynchronization such as delayed phases and/or eveningness. Sleep disturbances and circadian sleep alterations have been related to the severity of autistic symptoms. Genetic studies have shown polymorphisms in circadian CLOCK genes and in genes involved in melatonin pathways in subjects with ASD. Conclusions: Sleep disturbances and circadian sleep alterations are frequent in subjects with autistic symptoms. These subjects have shown polymorphisms in clock genes expression and in genes involved in melatonin production. The impairment of circadian sleep regulation may increase the individual's vulnerability to develop symptoms of ASD by altering the sleep regulation in toto, which plays a key role in normal brain development. Even though controversies and "research gaps" are present in literature at this point, we may hypothesize a bidirectional relation between circadian sleep dysfunction and ASD. In particular, circadian sleep dysrhythmicity may predispose to develop ASD symptoms and vice versa within a self-reinforcing feedback loop. By targeting sleep disturbances and circadian sleep dysrhythmicity, we may improve treatment strategies for both children and adults with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Benefits of medical clowning in the treatment of young children with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 28/06/2019

«Abstract We investigated the contribution of group therapy delivered by a medical clown to young children diagnosed with autism spectrum disorder (ASD). So far, scientific publications regarding medical clowning focus on general health advantages. The current study is the first controlled research examining the use of medical clowning in the therapy for children with ASD. Twenty-four children aged 2-6 years old with ASD enrolled in our special education intensive program were examined before and after group sessions with clown intervention (CI) and other intervention (OI). We tested stereotypic behaviors, verbal expression, play reciprocity, and social smiles. Data was collected during 12 weeks of intervention, and the trajectory of change was evaluated in addition to the pre-/post-intervention.Conclusion: improvement over time in all measures: Significant increase in word production, play reciprocity, and amount of social smiles during CI as compared with OI. We also found a reduction in frequency of stereotypic behaviors during and following CI as compared with before CI. These preliminary results indicate that medical clowning may be beneficial for young children with ASD, since it promotes communication and social reciprocity in a fun and lively interventional setting. What is Known: ...¢ Many therapies are used and proven as efficacious interventions for children with ASD. ...¢ So far, medical clowning was not tested as an intervention or therapy for ASD. What is New: ...¢ Medical clowning sessions with children with ASD elicited enhanced communication during the interventions as compared with other interventions. ...¢ Medical clowning sessions contributed to a decrease in frequency of stereotypic movements over time, in children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Quelles sont les pratiques d'attribution des MDPH en matiere de scolarisation ? | CNSA 21/06/2019

«La scolarisation des élèves en situation de handicap dans les établissements scolaires a connu une forte augmentation depuis 2006, passant de 100 000 élèves accueillis à plus de 320 000 en 2017. En 2017, 39 % des demandes déposées par les familles auprès des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) pour leur enfant concernaient la scolarisation ; 10 % étaient des demandes d'orientation scolaire et 16 % des demandes d'aides humaines à la scolarisation.»...

<< Sommaire
cnsa

Mise en œuvre de la réforme de l'organisation territoriale de l'Etat 19/06/2019

«Domaine(s) : Intérieur Administration Pouvoirs publics Ministère(s) déposant(s) : PRM - Premier ministre Autre(s) Ministère(s) concerné(s) : TRE - Transition écologique et solidaire ; ESR - Enseignement supérieur, recherche et innovation ; INT - Intérieur ; ARM - Armées ; LOG - Cohésion des territoires et relations avec les collectivités territoriales - ville et logement ; MOM - Outre-mer ; SPO - Sports ; EAE - Europe et affaires étrangères ; JUS - Justice ; TRA - Transports ; TER - Cohésion des territoires et relations avec les collectivités territoriales ; EUR - Affaires européennes ; SSA - Solidarités et santé ; MIC - Culture ; ECO - Economie ; MTR - Travail ; CPA - Action et comptes publics ; EQU - Transport, équipement, tourisme et mer ; AGR - Agriculture et alimentation ; COT - Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales ; MEN - Education nationale Date de signature : 12/06/2019 | Date de mise en ligne : 18/06/2019 Résumé :»
[...]
«La présente circulaire met en oeuvre la réforme de l'organisation territoriale de l'Etat laquelle doit poursuivre quatre objectifs : 1. Désenchevêtrer les compétences de l'Etat, avec les collectivités territoriales, les opérateurs et les acteurs hors de la sphère publique ; ce mouvement devra se poursuivre et un travail en ce sens sera engagé dès le mois de juin avec les collectivités territoriales, conformément aux engagements du Président de la République ; 2. Réorganiser le réseau déconcentré de l'Etat pour mieux répondre aux priorités du Gouvernement ; 3. Gagner en efficience en rationalisant les moyens et en favorisant les coopérations interdépartementales ; 4. Conférer aux responsables déconcentrés, et notamment aux responsables départementaux, des pouvoirs de gestion accrus et garantir la cohérence de l'action de l'Etat au profit des territoires. Nombre d'annexes : 0 NOR : PRMX1917197C | Numéro interne : 6092/SG | CERFA : | Référence de publication au Journal officiel ou au Bulletin officiel : JORF n°0135 du 13 juin 2019 Auteur :Le Premier ministre Destinataire(s) :Mesdames et Messieurs les préfets de régions, Monsieur le ministre d'Etat, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs les secrétaires d'Etat, Mesdames et Messieurs les préfets de département Signataire :Edouard Philippe "Cohésion sociale - formation 1 certification, en transférant, après allègement de la mission, à l'éducation nationale et à l'enseignement supérieur la certification des diplômes post-baccalauréat dans le secteur social, ainsi que dans le domaine sanitaire et paramédical ; 1' organisation et le positionnement des instances médicales et de réforme pour la fonction publique (FPE et FPH) seront également réformés. "
• Handicap, en simplifiant la représentation de 1 'Etat au sein des instances des MDPH, accompagnée de la mise en place d'une mission nationale de contrôle. " »...
Source: http://circulaire.legifrance.gouv.fr | Source Status

<< Sommaire
circulaire.legifrance.gouv

Abus sexuels dans l'eglise : deux ans de prison requis contre un ancien pretre de Saint-Malo 18/06/2019

«Un ancien prêtre de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), aujourd'hui âgé 46 ans, était jugé ce lundi 17 juin 2019, devant le tribunal correctionnel de Rennes, pour des faits d'agressions et d'atteintes sexuelles sur un adolescent de la région malouine. « C'est avant tout l'histoire d'un prêtre deviant, habité par une pulsion profonde homosexuelle, qui va se cristalliser sur un jeune éphèbe dont il parle comme d'une statue grecque », résume le procureur.»
[...]
«Monseigneur d’Ornellas, lui, ne se souvient pas avoir prononcé un tel conseil. Il exprime même, finalement, l’exact opposé. Il aurait réagi immédiatement, envoyé sa brebis égarée à l’Arche dans l’Oise, communauté de personnes handicapées mentales, pour deux années de travail. »...

<< Sommaire
actu

Pour une rentree pleinement inclusive en 2019 - Ministere de l'Education nationale et de la Jeunesse 11/06/2019

«Le handicap est une des grandes causes du quinquennat. La réalisation d'une Ecole pleinement inclusive est à ce titre une priorité. Depuis la loi de 2005, les gouvernements successifs ont contribué à l'amélioration de l'accueil des enfants en situation de handicap. Le nombre d'élèves accompagnés par une aide humaine a été multiplié par 6. Ces deux dernières années, le budget dédié à la scolarisation d'enfants en situation de handicap a augmenté de 25 %. L'éducation nationale y consacre aujourd'hui 2,4 milliards d'euros pour scolariser 340 000 élèves. Nous avons ainsi augmenté significativement le nombre d'accompagnants tout en mettant fin aux contrats précaires. Aujourd'hui, nous devons aller plus loin pour offrir à chaque enfant en situation de handicap une rentrée similaire à celle de tous les autres enfants. Nous devons garantir à chaque enfant de la République un même accès à l'éducation en déployant, de façon complémentaire, toute une palette de solutions pour s'adapter au mieux aux différentes situations. Pour cela, il est indispensable de mieux accompagner les familles. Chaque demande des familles sera prise en compte sous 24 heures. Ainsi, nous enclencherons un cercle vertueux de confiance entre les professionnels, les professeurs, les familles et les élèves. Des pôles d'accompagnement coordonneront l'activité des accompagnants, des équipes éducatives et, à terme, des intervenants médico-sociaux afin de répondre sans délai aux besoins des élèves. A la rentrée 2019, ces pôles sont déployés dans un tiers des collèges avant d'être généralisés.»
[...]
«Un grand service public de l'École inclusive dès la rentrée 2019 Permettre à l’École d’être pleinement inclusive est une ambition forte du président de la République qui a fait de la scolarisation des élèves en situation de handicap une priorité du quinquennat. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre en charge des Personnes handicapées, se sont donnés pour objectif de construire un grand service public de l’École inclusive dès la rentrée 2019. Afin d’atteindre cet objectif, le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse transforme en profondeur l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Face à l’augmentation constante du nombre d’élèves concernés, l’École replace la proximité et la réactivité au cœur de l’organisation de l’accompagnement. La simplification des démarches des familles et la personnalisation des parcours des élèves sont deux autres piliers de ce plan de transformation, qui s’articule autour de sept axes. 1. Instituer un service de l’accompagnement des élèves en situation de handicap 2. Mieux accueillir les parents et l’élève et simplifier les démarches 3. Former et accompagner les enseignants 4. Professionnaliser les accompagnants d’élèves en situation de handicap 5. S’adapter aux besoins éducatifs particuliers des élèves 6. Structurer la coopération entre les professionnels de l’éducation nationale et du secteur médico-social dans les établissements scolaires 7. Piloter et évaluer le déploiement des mesures Les Pial, vecteurs d’un meilleur accompagnement des élèves en situation de handicap Les pôles inclusifs d’accompagnement localisés (Pial) sont une nouvelle forme d’organisation. Ils favorisent la coordination des ressources au plus près des élèves en situation de handicap (les aides humaines, pédagogiques, éducatives, et, à terme, thérapeutiques) pour une meilleure prise en compte de leurs besoins. En savoir plus sur les Pial [Infographie] 2019-2022 : création d’un grand service public pour accompagner sans délai les élèves »...

<< Sommaire
education.gouv

Le nouveau plan de scolarisation des personnes handicapees prevoit ''une cellule de reponse aux familles'' et la lutte contre la precarite des accompagnants 11/06/2019


«Le ministre de l'Education nationale et la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées annoncent mardi 11 juin leur plan pour améliorer la scolarisation des élèves handicapés, intitulé "Pour une rentrée pleinement inclusive en 2019". Jean-Michel Blanquer et Sophie Cluzel promettent un "grand service public de l'école inclusive" dès la rentrée 2019. Parmi les mesures phares de ce plan, la création d'une "cellule de réponse aux familles". 340 000 enfants bénéficient aujourd'hui d'un accompagnement à l'école, un chiffre en hausse. Pour mieux encadrer leurs proches, le plan présenté mardi matin prévoit notamment la création d'une cellule de réponse aux familles. Dans chaque département, elle doit répondre aux questions des familles sous 24 heures mais pas forcément résoudre le problème. Elle sera ouverte tous les ans de juin à octobre.» [...]
«Les accompagnants embauchés en CDD de 3 ans L'autre volet concerne la lutte contre la précarité des AESH, les accompagnants d'élèves handicapés. Ils ne devraient plus être embauchés sous contrats aidés, mais sous CDD de trois ans renouvelables une fois, avant un CDI. Ces accompagnants, seront gérés par des nouvelles structures créées au niveau d'un collège ou de quelques écoles. En matière de formation, le plan prévoit des modules de formation continue pour les enseignants déjà en poste et une plateforme en ligne censée aider les profs à adapter leur pédagogie à différents types de handicaps. Insuffisant pour Bénédicte Kail, de l'association APF France Handicap :" Ce qui manque, c'est la formation initiale des enseignants. On sait bien que faire avancer l'école inclusive, c'est avant tout faire en sorte que les enseignants soient à même de répondre en terme d'aménagements et d'adaptation pédagogique. Et là, il n'y a rien là-dessus." Même si à ses yeux, ce plan traduit une vraie volonté politique. »...

<< Sommaire
francetvinfo

Le nouveau plan de scolarisation des personnes handicapees prevoit ''une cellule de reponse aux familles'' et la lutte contre la precarite des accompagnants 11/06/2019


«Le ministre de l'Education nationale et la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées annoncent mardi 11 juin leur plan pour améliorer la scolarisation des élèves handicapés, intitulé "Pour une rentrée pleinement inclusive en 2019". Jean-Michel Blanquer et Sophie Cluzel promettent un "grand service public de l'école inclusive" dès la rentrée 2019. Parmi les mesures phares de ce plan, la création d'une "cellule de réponse aux familles". 340 000 enfants bénéficient aujourd'hui d'un accompagnement à l'école, un chiffre en hausse. Pour mieux encadrer leurs proches, le plan présenté mardi matin prévoit notamment la création d'une cellule de réponse aux familles. Dans chaque département, elle doit répondre aux questions des familles sous 24 heures mais pas forcément résoudre le problème. Elle sera ouverte tous les ans de juin à octobre.» [...]
«Les accompagnants embauchés en CDD de 3 ans L'autre volet concerne la lutte contre la précarité des AESH, les accompagnants d'élèves handicapés. Ils ne devraient plus être embauchés sous contrats aidés, mais sous CDD de trois ans renouvelables une fois, avant un CDI. Ces accompagnants, seront gérés par des nouvelles structures créées au niveau d'un collège ou de quelques écoles. En matière de formation, le plan prévoit des modules de formation continue pour les enseignants déjà en poste et une plateforme en ligne censée aider les profs à adapter leur pédagogie à différents types de handicaps. Insuffisant pour Bénédicte Kail, de l'association APF France Handicap :" Ce qui manque, c'est la formation initiale des enseignants. On sait bien que faire avancer l'école inclusive, c'est avant tout faire en sorte que les enseignants soient à même de répondre en terme d'aménagements et d'adaptation pédagogique. Et là, il n'y a rien là-dessus." Même si à ses yeux, ce plan traduit une vraie volonté politique. »...

<< Sommaire
francetvinfo

Pas de place pour un enfant handicape ? L'Etat devra indemniser les parents 07/06/2019

«Pendant près de deux ans, un enfant autiste n'a été accueilli qu'à temps très partiel dans un institut spécialisé alors que la MDPH avait notifié une prise en charge à temps plein. Un tribunal a condamné l'Etat à verser 35 000 E à sa famille. C'est en passe de devenir un classique. L'Etat vient une nouvelle fois d'être condamné pour « carence dans la prise en charge » d'un enfant en situation de handicap. Le jeune Ludovic, en l'occurrence, atteint de troubles résultant du syndrome autistique. Le tribunal administratif de Toulouse a basé son jugement, rendu en avril 2019, sur le droit à l'éducation garanti à chaque enfant (articles L. 111-1 et L. 111-2 du code de l'éducation). Ainsi que sur le droit à une prise en charge pluridisciplinaire pour les personnes autistes (article L. 246-1 du code de l'action sociale et des familles). Mais il distingue différentes périodes dans la vie du jeune enfant. En fonction, notamment, des raisons qui ont conduit à l'absence de prise en charge En mai 2015, sa famille déménage en Aveyron. Quelques mois plus tôt, en décembre 2014, la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) l’avait orienté, vers un institut médico-éducatif (IME) en semi-internat, implanté dans ce département. Mais, faute de place, l’Institut du château de la Roquette ne l’accueille qu’une demi-journée par semaine.»
[...]
« Prise en charge nettement insuffisante. » En mai 2015, sa famille déménage en Aveyron. Quelques mois plus tôt, en décembre 2014, la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) l’avait orienté, vers un institut médico-éducatif (IME) en semi-internat, implanté dans ce département. Mais, faute de place, l’Institut du château de la Roquette ne l’accueille qu’une demi-journée par semaine. « Cette prise en charge était nettement insuffisante au regard des troubles dont souffre le jeune Ludovic », note le tribunal. La carence de l’État ne fait donc pas de doute, de mai à début novembre 2015. Pas d’internat pour allergie alimentaire Le 6 novembre 2015, la CDAPH a en effet prononcé une nouvelle orientation. Vers une maison d’accueil temporaire, en internat. Mais l’admission de Ludovic se révèle impossible en raison des allergies alimentaires dont il souffre. La responsabilité de l’État ne saurait donc être engagée, souligne le tribunal, pour la période s’étendant du 6 novembre 2015 au 22 janvier 2016, date d’une troisième décision d’orientation de la CDAPH. »...

<< Sommaire
faire-face

Yanous ! Espace Parents et handicap. Violences sexuelles dans les institutions. 07/06/2019

«Violences sexuelles dans les institutions. Une mission sénatoriale reproche aux trois plus importantes associations gestionnaires d'établissements pour enfants et jeunes handicapés de ne pas se mobiliser à la hauteur des enjeux. Qu'en disent leurs représentants ? "Nous n'avons pas perçu de la part des trois grandes associations qui fédèrent les établissements et services pour handicapés, l'APF France Handicap, l'Unapei et l'Association pour adultes et jeunes handicapés (Apajh), une réelle prise en compte du problème des violences sexuelles sur mineurs à hauteur de l'enjeu".»
[...]
« "Nous n'avons pas perçu de la part des trois grandes associations qui fédèrent les établissements et services pour handicapés, l'APF France Handicap, l'Unapei et l'Association pour adultes et jeunes handicapés (Apajh), une réelle prise en compte du problème des violences sexuelles sur mineurs à hauteur de l'enjeu". La sénatrice socialiste Michelle Meunier était sévère lors de l'examen et l'adoption, le 28 mai dernier, d'un rapport du Sénat relatif à la répression des infractions sexuelles sur les mineurs. "Nous avons tenté d'organiser une table ronde sur le handicap avec les associations concernées mais seule l'une d'entre elles a répondu à notre invitation", relevait en séance le 7 mai la présidente de la Mission, la sénatrice Catherine Deroche. Le rapport souligne les actions de prévention réalisées par l'Education Nationale et les organismes d'accueil collectif de mineurs, et relève des lacunes, dont celles d'associations gestionnaires d'établissements et services pour jeunes handicapés : "La mission d'information est particulièrement préoccupée, à l'issue de ses six mois d'investigation, par le décalage qu'elle a perçu entre la vulnérabilité des mineurs handicapés, public fragile et peu à même de dénoncer, et la faiblesse des contrôles effectués au moment du recrutement par les établissements et services sociaux et médico-sociaux qui les accueillent." Il met notamment en cause l'absence de demande de consultation du fichier des délinquants et criminels sexuels (FIJAISV) et une confusion entre les bulletins de casier judiciaire pouvant être consultés. Qu'en disent les trois organisations mises en cause ? Confusions à la Fédération Apajh. Pour ce qui concerne la Fédération des Associations pour Adultes et Jeunes Handicapées (Apajh) dont plus d'un tiers des 700 établissements médico-sociaux reçoivent des enfants ou jeunes mineurs, le rapport est sévère : "Quant aux réponses écrites de l'APAJH, elles révèlent que le sujet des violences sexuelles n'est pas une préoccupation majeure dans ses établissements : l'association ne dispose pas d'éléments permettant de faire état de la particulière vulnérabilité des mineurs handicapés et il n'existe pas de formation systématique des professionnels au sein de cette fédération sur la détection et la prévention des violences sexuelles." »...

<< Sommaire
yanous

La scolarisation des eleves en situation de handicap - Ministere de l'Education nationale et de la Jeunesse 07/06/2019


«La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation de la citoyenneté des personnes handicapées a permis des avancées majeures dans la politique de scolarisation des élèves en situation de handicap. Le service public d'éducation doit veiller à l'inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction. Une approche nouvelle est consacrée : quels que soient les besoins particuliers de l'élève, c'est à l'école de s'assurer que l'environnement est adapté à sa scolarité. Depuis 2006, le nombre d'élèves en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire a plus que doublé. Le ministère chargé de l'Education nationale a fait des efforts sans précédent pour améliorer la scolarisation en milieu ordinaire des élèves en situation de handicap. Les différents dispositifs de scolarisation, les parcours de formation individualisés et les aménagements personnalisés en fonction des besoins des élèves sont autant de mesures participant à l'inclusion scolaire. A la rentrée 2017, 321 476 élèves en situation de handicap étaient scolarisés dans les écoles et établissements publics et privés relevant du ministère de l'Education nationale : 181 158 dans le 1er degré et 140 318 dans le 2d degré. Désormais, grâce à l'amélioration de la scolarisation et la professionnalisation des accompagnants, les parcours des enfants en situation de handicap se diversifient et s'allongent à l'Ecole. A l'occasion du comité interministériel du handicap qui s'est tenu le 20 septembre 2017, il a été, d'ici 2022 : réaffirmé la création de plus de 8 000 postes d'accompagnants annoncé la création de 250 ULIS en lycée.» [...]
«Focus sur la scolarisation des élèves présentant des troubles du spectre de l’autisme La stratégie nationale 2018-2022 pour l'autisme La stratégie pour l'autisme au sein des troubles neuro-développement (TND) 2018-2022 a été présentée par le Premier ministre Édouard Philippe et Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, le vendredi 6 avril 2018. Garantir la scolarisation effective des enfants et des jeunes est l'un des cinq engagements phares de cette stratégie. À la rentrée 2018, la stratégie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neurodéveloppement se traduit concrètement par : 180 unités d'enseignement en maternelle autisme (Uema) à créer sur la durée de la stratégie nationale pour l'autisme ; 45 unités d’enseignement élémentaire Troubles du spectre autistique prévues dans la continuité des Uema (premières expérimentations à la rentrée 2018) dont cinq dès la rentrée 2018. Stratégie nationale 2018-2022 pour l'autisme : garantir la scolarisation effective des enfants et des jeunes Focus sur la scolarisation des jeunes sourds La loi du 11 février 2005 fait de la langue des signes française une langue à part entière et garantit aux parents de jeunes sourds une liberté de choix entre une communication bilingue - langue des signes française et langue française - et une communication en langue française (avec ou sans langage parlé codé). L’enseignement de la langue des signes française (LSF) est dispensé en primaire, au collège, au lycée d’enseignement général et technologique et au lycée professionnel. Les jeunes sourds bénéficient d’une notification de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) pour toute orientation vers un pôle d'enseignement pour les jeunes sourds (PEJS). C’est un dispositif qui permet de regrouper dans un secteur géographique donné des ressources nécessaires à l'accompagnement des élèves ayant fait un choix linguistique bilinguisme LSF/français écrit ou LPC. La formation des enseignants intervenant au sein des PEJS est renforcée afin de leur permettre d’atteindre pour la LSF le niveau C1 du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) ; les enseignants utilisant le LPC verront également leurs compétences renforcées. La circulaire n° 2017-011 du 3 février 2017 précise la mise en œuvre du parcours de formation du jeune sourd. Cette circulaire décline notamment : les conditions d’exercice du choix par les familles du mode de communication les modalités de scolarisation les différents parcours au sein des Pôles d’enseignement pour les jeunes sourds (PEJS) »...

<< Sommaire
education.gouv

AESH MENH1915158C - Ministere de l'Education nationale et de la Jeunesse 07/06/2019

«Personnels contractuels Cadre de gestion des personnels exerçant des missions d'accompagnement d'élèves en situation de handicap (AESH) NOR : MENH1915158C circulaire n° 2019-090 du 5-6-2019 MENJ - DGRH B1-3 Texte adressé aux rectrices et aux recteurs d'académie ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie-directrices et directeurs académiques des services de l'éducation nationale ; aux chefs d'établissements Références : article L. 917-1 du Code de l'éducation ; décrets n° 86-83 du 17-1-1986 et n° 2014-724 du 27-6-2014 ; arrêtés du 27-6-2014 ; circulaires n° 2014-083 du 8-7-2014 et n° 2017-084 du 3-5-2017 Scolariser dans de bonnes conditions les élèves en situation de handicap est une priorité du Gouvernement, qui, depuis deux ans, a engagé une nouvelle étape dans la réalisation d'une école pleinement inclusive. Des avancées majeures ont été accomplies : la rentrée des élèves à besoin particulier se prépare comme celle des élèves ordinaires ; des Pôles inclusifs d'accompagnement localisé (Pial) sont créés ; les démarches sont simplifiées pour les familles.»
[...]
«En cette rentrée, la transformation s'accélère grâce à une mobilisation importante de moyens, notamment humains. Le présent cadre de gestion, issu d'une concertation approfondie avec les partenaires sociaux, constitue l'un des leviers essentiels de réalisation du saut qualitatif annoncé de l'École inclusive et de la transformation durable du dispositif d'accompagnement. Il pose les fondements d'une gestion pérenne et valorisante des accompagnants d'élève en situation de handicap (AESH). En particulier, il définit des mesures de nature à consolider leur place dans la communauté éducative et à améliorer leur gestion administrative et les conditions d'exercice de leur métier. Il se substitue au I (conditions de recrutement et d'emploi des AESH) et aux annexes de la circulaire n° 2014-083 du 8 juillet 2014 portant conditions de recrutement et d'emploi des AESH, ainsi qu'aux sections 5.1 et 6.1 de la circulaire du 3 mai 2017 mentionnée en référence. Les modalités de reprise en qualité d'AESH des personnes exerçant ou ayant exercé les fonctions d'auxiliaire de vie scolaire et de l'accompagnement des personnels en situation de handicap traités par le II de la circulaire du 8 juillet 2014 restent applicables. Pour mémoire, les textes cités en référence constituent le cadre réglementaire du recrutement, de la gestion, de la rémunération et de l'évaluation des AESH. 1. Renforcer l'appartenance des AESH à la communauté éducative par un suivi adapté et une gestion coordonnée par les services académiques 2. Le cadre juridique du contrat 2.1 Conditions de diplôme 2.2 Durée du contrat à durée déterminée et renouvellement 2.3 Accès au contrat à durée indéterminée 2.4 Modification d'un élément substantiel du contrat de travail 2.5 Période d'essai 2.6 Rémunération 2.6.1 Détermination de la rémunération 2.6.2 Réexamen de la rémunération 2.7 Appréciation de la valeur professionnelle 2.8 Commissions consultatives paritaires 2.9 Motifs et procédure de licenciement 2.10 Certificat de travail 3. Les conditions d'exercice des fonctions d'AESH, élément déterminant de leur pleine intégration dans la communauté éducative 3.1 Fonctions exercées 3.2 Lieux d'exercice 3.2.1 L'exercice des fonctions au sein d'un Pial 3.2.1 L'exercice des fonctions en dehors d'un Pial 3.3 Rattachement hiérarchique et fonctionnel des AESH 3.4 Temps et quotité de service 3.5 Absence et congés 3.6 Frais de déplacement 4. Le droit à la formation Annexes Annexe 1 : Modèle de CDD Annexe 2 : Modèle de CDI Annexe 3 : Modèle de certificat de travail Annexe 4 : Indices de référence Annexe 5 : Modèle de compte-rendu de l'entretien professionnel »...

<< Sommaire
education.gouv

Au BO du 6 juin 2019 : ecole inclusive, seconde professionnelle et competences de l'Etat et des regions en matiere d'information et d'orientation - Ministere de l'Education nationale et de la Jeunesse 07/06/2019

«Circulaire de rentrée 2019 - Ecole inclusive Une circulaire précise les actions et moyens à mettre en oeuvre dès la rentrée 2019 pour une école plus inclusive : Instituer un service départemental Ecole inclusive Organiser les pôles inclusifs d'accompagnement localisés Mieux accueillir les parents et mieux scolariser les élèves Reconnaitre le travail des enseignants, les soutenir et déployer une offre de formation accessible Renforcer l'appartenance des AESH à la communauté éducative Simplifier les démarches pour tous Mieux suivre les parcours inclusifs et évaluer la qualité des actions.»
[...]
« Dans chaque académie et dans chaque département sera institué un service public de l'École inclusive afin de ne laisser aucun élève au bord du chemin et afin que l'École puisse remplir mieux encore, dans le cadre d'un partenariat exigeant, son rôle de creuset de la République. Pour une École inclusive Seconde professionnelle Les familles de métiers regroupent des compétences professionnelles communes à plusieurs spécialités de baccalauréat professionnel en classe de seconde. Lorsqu'elles existent, les familles de métiers sont obligatoires dans les formations sous statut scolaire. La liste des familles de métiers est publiée dans un arrêté qui précise les intitulés de ces familles et les spécialités de baccalauréat professionnel présentant des compétences professionnelles communes. Au terme de la classe de seconde, l'élève poursuit son cycle de formation dans une classe de première professionnelle de l'une des spécialités de la famille de métiers dont il est issu. Définition des familles de métiers mentionnées dans le Code de l'éducation Information et orientation : compétences de l'État et des régions Les ministres de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, le président et le président délégué de Régions de France ont signé le Cadre national de référence relatif à la mise en œuvre des compétences de l'État et des Régions en matière d'information et d'orientation pour les publics scolaire, étudiant et apprenti. Les objectifs sont de : préciser les compétences respectives de l'État et des Régions dans l'exercice de leurs missions en matière d'orientation et d'information et les principes communs de leur action permettre une meilleure cohérence de leurs interventions Mise en œuvre des compétences de l'État et des régions en matière d'information et d'orientation pour les publics scolaire, étudiant et apprenti »...

<< Sommaire
education.gouv

MENE1915810C - Ministere de l'Education nationale et de la Jeunesse 04/06/2019

«NOR : MENE1915810C note de service n° 2019-087 du 28-5-2019 MENJ - DGESCO A1-1 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie; aux inspectrices et inspecteurs d'académie-directrices et directeurs académiques des services de l'éducation nationale ; aux inspectrices et inspecteurs de l'éducation nationale du premier degré ; aux directrices et directeurs des écoles et des établissements d'enseignement privés du premier degré sous contrat; aux professeurs des écoles et des établissements d'enseignement privés du premier degré sous contrat Pour la rentrée 2019, l'école primaire reste à la première place des priorités du Gouvernement en matière de politique éducative. C'est pourquoi cette circulaire de rentrée porte spécifiquement sur le premier degré. L'école primaire est déterminante pour la réussite de nos élèves. En effet, l'inégale maitrise des savoirs fondamentaux constitue l'un des principaux obstacles à la réduction des inégalités sociales. Seule une politique d'élévation générale du niveau des élèves peut donc permettre à l'Ecole républicaine de répondre à sa mission et de lutter efficacement contre les déterminismes. En travaillant à une meilleure maitrise par tous les élèves des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui), chaque professeur des écoles, dans son rôle de pédagogue, contribue aussi à la construction d'une société plus juste. Cette ambition que porte l'Ecole doit se construire dès les premières années : c'est tout le sens de l'abaissement à trois ans de l'instruction obligatoire. Voilà pourquoi les trois recommandations qui accompagnent cette circulaire portent toutes sur l'école maternelle. Ecole des premiers apprentissages, dans un cadre qui doit être sécurisant pour les élèves, sa place et son rôle seront particulièrement mis en valeur au cours de l'année scolaire qui vient. Pour cela, des moyens supplémentaires importants sont mis à disposition : alors même que le nombre d'élèves baisse, 2 300 postes sont créés. Cet investissement va permettre d'achever le dédoublement des classes de CP et CE1 en éducation prioritaire. Désormais, ce sont 300 000 élèves, soit 20 % d'une génération, qui bénéficieront, à cette rentrée, d'un suivi renforcé dans l'apprentissage de la lecture et des mathématiques. Afin d'approfondir ce qui a été engagé, le président de la République a fixé le cap : dédoublement des classes de grande section en éducation prioritaire et un maximum de 24 élèves pour toutes les classes de grande section, CP et CE1. Dès cette rentrée, là où c'est possible, ces mesures seront engagées sans tarder. Elles s'accompliront pleinement au cours des rentrées 2020 et 2021. Pour être parfaitement efficace, cet investissement doit s'accompagner d'un meilleur suivi des progrès des élèves et d'une plus grande personnalisation pédagogique. Les programmes de l'école maternelle et de l'école primaire en donnent la trame et les objectifs. La publication de progressions annuelles permet d'offrir de solides repères à tous les professeurs. Des recommandations, notamment celles sur la maternelle et qui accompagnent la présente circulaire, permettent de nourrir la réflexion pédagogique menée par les équipes éducatives. Les évaluations de début de CP, mi-CP et de début de CE1 donnent aux professeurs des outils supplémentaires pour personnaliser davantage encore leur pédagogie et faire progresser les élèves vers ces objectifs. Grâce à l'engagement de tous les professeurs et des équipes qui les soutiennent, les mesures engagées produisent déjà des effets significatifs. En cette rentrée, il s'agit donc de continuer l'oeuvre engagée afin de mener notre école au meilleur niveau.»
[...]
«Mieux accueillir les élèves en situation de handicap Le devoir de solidarité de la Nation concerne au premier chef les élèves en situation de handicap et leur famille. Sur ce sujet, l'éducation nationale poursuit et intensifie son action, en particulier grâce à la loi pour une École de la confiance, qui vise à établir un véritable « service public de l'École inclusive ». Elle pose les bases d'une coopération plus étroite et plus efficace entre l'éducation nationale et les établissements et services médico-éducatifs. Ses grandes priorités seront déclinées dans une circulaire de rentrée dédiée. La première priorité est celle d'améliorer le lien avec les familles et la qualité de la réponse qu'apporte l'institution à leurs demandes. L'organisation des services départementaux sera donc revue afin d'apporter une réponse plus rapide, sous 24 heures, aux demandes des familles. Des pôles inclusifs d'accompagnement localisé (Pial) seront mis en place au niveau des circonscriptions, afin que la mise à disposition des moyens d'accompagnement des élèves en situation de handicap (AESH) soit plus proche du terrain et adaptée au besoin de chaque élève. Dans le même temps, les professeurs des écoles ont besoin d'être mieux accompagnés dans la prise en charge, au sein de la classe, des élèves en situation de handicap. Dès la rentrée scolaire 2019, la plateforme Cap École inclusive proposera aux professeurs des ressources pédagogiques, immédiatement utilisables en classe. Cette plateforme leur permettra aussi de contacter des professeurs ressources qui pourront les accompagner dans la mise en place d'adaptations et aménagements pédagogiques, notamment pour les élèves avec des troubles du spectre de l'autisme (TSA). Dans l'objectif d'améliorer la prise en compte des besoins des élèves, les académies et départements renforceront leurs plans de formation par des modules spécifiques portant sur les positionnements respectifs des AESH et des professeurs, et sur les problématiques liées à la prise en charge des élèves en situation de handicap. »...

<< Sommaire
education.gouv

Exploring autistic traits in adults with chronic depression: A clinical study - ScienceDirect 04/06/2019

«Abstract Background Chronic depression is characterized by persistent or recurrent depressive symptoms, defined according to DSM criteria, and is associated with lack of empathy; deficits in social perception, interaction, and communication; and social withdrawal. These symptoms are reminiscent of autism spectrum disorders, yet the co-occurrence of autistic traits and chronic depression has been rarely explored. We explored measures of autistic traits in chronically depressed adult patients in order to further define and delineate the overlap of symptoms between chronic depression and autism spectrum disorders.»
[...]
« Method Three groups were tested: 31 patients with chronic depression, 27 patients with autism spectrum disorder, and 31 healthy controls. The Autism Spectrum Quotient (AQ) and the Empathy Quotient (EQ) were used to measure autistic traits. The severity of depression was measured by Beck’s Depression Inventory. Results The group of chronically depressed patients showed significantly elevated autistic traits according to both AQ and EQ measures. In addition, 48.4% of the patients with chronic depression showed AQ scores within the range of the broader autistic phenotype. Similar scores were found among 3.2% of the healthy controls and 100% of the patients with autism spectrum disorder. Conclusions About half of the chronically depressed patients showed elevated autistic or autism-like traits. It remained unclear whether this was due to the state of chronic depression or a kind of premorbid autistic personality trait. The findings illustrate the need for further research to clarify the possible role of autistic traits in the development of chronic depression. Furthermore, they reveal that it might be clinically useful to focus on autism-like social impairments in therapy for chronic depression »...

<< Sommaire
sciencedirect

Les comorbidites, une piste pour stratifier les jeunes patients autistes 04/06/2019

«Les enfants atteints d'autismes sont souvent atteints d'autres pathologies avec de grande variation en termes de sévérité et d'âge de début. Or « la présence de ces comorbidités modifie grandement la présentation clinique de l'autisme et une meilleure compréhension de ces pathologies pourrait améliorer le diagnostic et les protocoles thérapeutiques », affirment les chercheurs de l'institut polytechnique Rensselaer, à New York, dans un article publié dans la revue « Autisme Research », proposant une nouvelle classification des patients sur la base de leur comorbidité. Ces dernières pourraient effet être le reflet de mécanismes physiopathologiques distincts et donc d'étiologies particulières de la maladie. Pour établir leur classification, les chercheurs ont mené une étude rétrospective sur une cohorte de 3278 enfants, suivis pendant au moins 5 ans et présentant des troubles du spectre autistique (TSA). Leurs données ont été collectées entre 2000 et 2015 via les bases de données d'assurances privées américaines de santé. Ces enfants ont été comparés à une cohorte témoin de 279693 enfants de la population générale sans TSA.»
[...]
«Trois groupes distincts Les prévalences de toutes les comorbidités étaient significativement plus élevées dans la cohorte des enfants présentant des TSA, que chez les enfants de la population générale, et tout particulièrement pour ce qui concerne les troubles du développement, les troubles psychiatriques, l'épilepsie et les troubles du sommeil. Les données d'apparition des symptômes furent ensuite analysées par un algorithme dont l'objectif était d'identifier des patterns communs à de larges groupes de patients. Trois ensembles ont été ainsi identifiés : un premier groupe (23,7 % de la cohorte) caractérisé par un fort taux de comorbidités, un second caractérisé par un taux intermédiaire (26,5 %), et un troisième groupe ayant une prévalence faible et rassemblant la moitié des patients. Dans ce dernier groupe, seuls les retards du développement étaient significativement plus fréquents que dans la population générale. C'est aussi dans ce 3e groupe que le diagnostic de l'autisme est, en médiane, le plus tardif. Cette dernière observation s'expliquerait, selon les auteurs, par le fait que ces patients sont moins souvent en contact avec le système de santé. Les auteurs préconisent la tenue de travaux pour évaluer une éventuelle relation statistique entre la fréquence des comorbidités et la sévérité des TSA. L'analyse statistique indique également que certaines comorbidités ont tendance à apparaître au cours des mêmes périodes de temps. C'est ainsi le cas des troubles gastro-intestinaux et des pathologies auto-immunes d'une part et de l'épilepsie et des troubles du sommeil d'autre part. Cette observation conduit les chercheurs à s'interroger sur des mécanismes communs qui lieraient ces pathologies entre elles et à l'autisme. Les catégories proposées par les chercheurs de l'Institut polytechnique Rensselaer « pourraient constituer la base d'un système de classification de différents sous-types d'autisme », affirment les auteurs. Un tel système de classification serait pertinent pour améliorer le recrutement des patients dans les programmes de recherche fondamentale et de recherche clinique. »...

<< Sommaire
lequotidiendumedecin

Les comorbidites, une piste pour stratifier les jeunes patients autistes 04/06/2019

«Les enfants atteints d'autismes sont souvent atteints d'autres pathologies avec de grande variation en termes de sévérité et d'âge de début. Or « la présence de ces comorbidités modifie grandement la présentation clinique de l'autisme et une meilleure compréhension de ces pathologies pourrait améliorer le diagnostic et les protocoles thérapeutiques », affirment les chercheurs de l'institut polytechnique Rensselaer, à New York, dans un article publié dans la revue « Autisme Research », proposant une nouvelle classification des patients sur la base de leur comorbidité. Ces dernières pourraient effet être le reflet de mécanismes physiopathologiques distincts et donc d'étiologies particulières de la maladie. Pour établir leur classification, les chercheurs ont mené une étude rétrospective sur une cohorte de 3278 enfants, suivis pendant au moins 5 ans et présentant des troubles du spectre autistique (TSA). Leurs données ont été collectées entre 2000 et 2015 via les bases de données d'assurances privées américaines de santé. Ces enfants ont été comparés à une cohorte témoin de 279693 enfants de la population générale sans TSA.»
[...]
«Trois groupes distincts Les prévalences de toutes les comorbidités étaient significativement plus élevées dans la cohorte des enfants présentant des TSA, que chez les enfants de la population générale, et tout particulièrement pour ce qui concerne les troubles du développement, les troubles psychiatriques, l'épilepsie et les troubles du sommeil. Les données d'apparition des symptômes furent ensuite analysées par un algorithme dont l'objectif était d'identifier des patterns communs à de larges groupes de patients. Trois ensembles ont été ainsi identifiés : un premier groupe (23,7 % de la cohorte) caractérisé par un fort taux de comorbidités, un second caractérisé par un taux intermédiaire (26,5 %), et un troisième groupe ayant une prévalence faible et rassemblant la moitié des patients. Dans ce dernier groupe, seuls les retards du développement étaient significativement plus fréquents que dans la population générale. C'est aussi dans ce 3e groupe que le diagnostic de l'autisme est, en médiane, le plus tardif. Cette dernière observation s'expliquerait, selon les auteurs, par le fait que ces patients sont moins souvent en contact avec le système de santé. Les auteurs préconisent la tenue de travaux pour évaluer une éventuelle relation statistique entre la fréquence des comorbidités et la sévérité des TSA. L'analyse statistique indique également que certaines comorbidités ont tendance à apparaître au cours des mêmes périodes de temps. C'est ainsi le cas des troubles gastro-intestinaux et des pathologies auto-immunes d'une part et de l'épilepsie et des troubles du sommeil d'autre part. Cette observation conduit les chercheurs à s'interroger sur des mécanismes communs qui lieraient ces pathologies entre elles et à l'autisme. Les catégories proposées par les chercheurs de l'Institut polytechnique Rensselaer « pourraient constituer la base d'un système de classification de différents sous-types d'autisme », affirment les auteurs. Un tel système de classification serait pertinent pour améliorer le recrutement des patients dans les programmes de recherche fondamentale et de recherche clinique. »...

<< Sommaire
lequotidiendumedecin

Rentree scolaires 2019 : quels changements dans les programmes en maternelle et elementaire ? | Parole de Mamans 03/06/2019

«C'est la troisième rentrée scolaire pour le ministre de l'Education Nationale et certainement une des plus importantes puisqu'elle doit consolider et expliciter la loi sur une école de la Confiance, adoptée le 21 mai 2019. Adressée à tous les professionnels de l'éducation nationale des recteurs d'Académie aux professeurs, cette directive liste et affirme les principaux objectifs à atteindre ou à consolider. On sait depuis l'obligation de l'instruction à partir de 3 ans, que la petite et la tendre enfance sont dans le viseur du gouvernement comme sources principales des inégalités futures entre citoyens. La directive le réaffirme : "L'inégale maitrise des savoirs fondamentaux constitue l'un des principaux obstacles à la réduction des inégalités sociales." C'est pour cela que les principales mesures concernent cette période : 2 300 postes d'enseignants créés, une plus large diffusion du suivi renforcé dans l'apprentissage de la lecture et des mathématiques qui s'étendra désormais à 300 000 élèves, soit 20 % d'une génération. Enfin, la mesure phare pour l'éducation d'Emmanuel Macron sur le dédoublement des classes de CP en zone prioritaire s'étend également : "dédoublement des classes de grande section en éducation prioritaire et un maximum de 24 élèves pour toutes les classes de grande section, CP et CE1. Dès cette rentrée, là où c'est possible, ces mesures seront engagées sans tarder. Elles s'accompliront pleinement au cours des rentrées 2020 et 2021.»
[...]
«Les enfants en situation de handicap Emmanuel Macron avait, lors de sa campagne, fait de nombreuses promesses sur le handicap, notamment concernant les enfants handicapés et leur accès à l’école avec comme objectif que chaque enfant ait accès à un auxiliaire de vie scolaire pour avoir une scolarité comme les autres. Si ce but est loin d’être atteint, la directive reprend le chemin de cet objectif : “Des pôles inclusifs d’accompagnement localisé (Pial) seront mis en place au niveau des circonscriptions, afin que la mise à disposition des moyens d’accompagnement des élèves en situation de handicap (AESH) soit plus proche du terrain et adaptée au besoin de chaque élève.” Même si cette mesure contient beaucoup d'éléments de langage et peu d’avancées concrètes, elle a le mérite de rappeler qu’il y a toujours un gros problème sur ce sujet en France et l’administration pourra plus difficilement ne plus y répondre : “L’organisation des services départementaux sera donc revue afin d’apporter une réponse plus rapide, sous 24 heures, aux demandes des familles.” Enfin, afin que les professeurs soient mieux formés et aidés dans l’accompagnement de leurs élèves en situation de handicap, une plateforme Cap école inclusive sera mise en place dès la rentrée 2019. Elle proposera aux professeurs “des ressources pédagogiques, immédiatement utilisables en classe (...), de contacter des professeurs ressources qui pourront les accompagner dans la mise en place d’adaptations et aménagements pédagogiques, notamment pour les élèves avec des troubles du spectre de l’autisme (TSA).” Cette directive dresse donc les objectifs pour la rentrée scolaire 2019, sans mesures exceptionnelles ou avancées capitales, elle rappelle l’importance d’un apprentissage de qualité dès le plus jeune âge car c’est à ce moment précis que se joue la réussite des études futures. »...

<< Sommaire
paroledemamans

MDPH, AEEH, complement, CAF : c'est quoi ce bordel ? | Le Club de Mediapart 02/06/2019

«Des mesures de "simplification" qui remettent en cause l'indemnisation de la prise en charge des troubles dys, ainsi que celle des frais liés au handicap. Une répartition des rôles entre CAF et MDPH à respecter. La mise en oeuvre chaotique des échanges dématérialisés entre CAF et MDPH. Favori Recommander Alerter Imprimer Partager Tweet Commentez 1 recommandé Un décret du 27 décembre 2018 simplifie les démarches pour l'AEEH. Il prévoit notamment, quand le taux de handicap est compris entre 50% et 80%, que la durée minimum d'attribution est de 2 ans - au lieu d'un an auparavant - et 3 ans si le taux de handicap est au moins égal à 80% Je fais le point sur quelques problèmes d'application pour l'attribution de l'AEEH et de ses compléments. Quelques soucis également dans les relations MDPH/CAF.»
[...]
«Répartition du contrôle entre la MDPH et la CAF sur les frais et la réduction d'activité pour le droit au complément d'AEEH Des allocataires de la CAF percevant un complément d'AEEH reçoivent des demandes de justification des frais engagés. L'AEEH est parfois suspendue en l'attente de production de pièces justificatives. La MDPH est sollicitée par les allocataires, parce que les pièces lui ont été fournies. Procédé inutile et illégal. Seule la MDPH est habilitée à contrôler les frais. La CAF ne contrôle que le recours à une "tierce personne" (parent ou salarié), mais elle n'a pas le droit de le faire avant d'ouvrir le droit. Arrêté du 24 avril 2002 relatif aux conditions d'attribution des six catégories de complément d'allocation d'éducation spéciale | Legifrance A signaler : au moins la MSA, pour ceux qui en relèvent, vous fout la paix. :) ODPF = organisme débiteur des prestations familiales, en général CAF ou MSA. Le guide d'évaluation annexé à l'arrêté du 24 avril 2002 précise dans son introduction: "Elle [CDES=CDAPH/MDPH] devra alors prendre sa décision pour une durée brève (un an), afin de réévaluer rapidement la situation, en s'assurant lors du renouvellement de l'attribution de l'AES de l'effectivité des charges qui lui avaient initialement été présentées, et de réajuster au besoin sa décision. La CAF assure le contrôle de la mobilisation effective de l'aide humaine. Elle apprécie le volume de l'aide humaine sur justificatifs : bulletin de paie de la tierce personne, attestation de l'employeur du ou des parents, ou constat de l'absence totale d'activité professionnelle d'un des parents. Elle réduit le versement de la prestation, lorsque l'aide humaine apportée réellement est inférieure à celle évaluée par la CDES lors de l'attribution du complément. La CDES doit alors réévaluer la situation. Conformément à l'article 3 du présent arrêté, elle prend une nouvelle décision infirmant ou confirmant sa précédente décision dans un délai de deux mois suivant sa saisine par la CAF." La circulaire ministérielle 20002-290 a précisé :
Source: https://solidarites-sante.gouv.fr | Source Status "II. - MISE EN PLACE DU DISPOSITIF : COMPÉTENCES RESPECTIVES DE LA COMMISSION DÉPARTEMENTALE DE L'ÉDUCATION SPÉCIALE ET DE L'ORGANISME DÉBITEUR DES PRESTATIONS FAMILIALES (ODPF) Afin de permettre à l'ODPF de mettre en paiement le montant du complément mais aussi d'exercer le contrôle prévu par la réglementation, il appartient à la CDES de lui adresser une notification motivée précisant la quotité globale de recours à une tierce personne nécessitée par l'état de l'enfant ainsi que le montant des dépenses engagées. A cet égard, il est recommandé aux CDES d'utiliser les libellés de motivation joints en annexe. L'ODPF verse le complément attribué par la CDES sans effectuer de contrôle a priori de l'effectivité et de l'importance du recours à une tierce personne, mais il peut effectuer à tout moment ce contrôle en cours de droit. Si ce contrôle fait apparaître des modifications de la quotité du recours global à une tierce personne (par exemple, une diminution globale en additionnant la diminution ou la cessation d'activité du ou des parents et le temps du recours à une tierce personne rémunérée), l'ODPF suspend le versement du complément attribué par la CDES et sert provisoirement, à titre d'avance, le complément correspondant à la situation constatée. Parallèlement, il saisit la CDES afin que celle-ci réexamine le droit à complément. Pour ce faire, l'ODPF informe la CDES de la date d'effet et de la catégorie du complément servi à titre d'avance, et transmet les pièces justificatives de la nouvelle situation constatée. La date d'effet correspond à la date du constat dressé par l'ODPF. En retour, il appartient à la CDES de prendre une nouvelle décision pour la période commençant au premier jour du mois suivant la date d'effet du complément servi à titre d'avance par l'ODPF." Copie du dossier MDPH demandée par la CAF Des bénéficiaires d’allocation (AEEH ou AAH) ont été très surpris par la demande de leur CAF de communiquer leur demande à la MDPH, à savoir actuellement le dossier de 20 pages. Ils estiment, à juste titre, que la CAF n’a pas besoin de connaître tous les éléments compris dans ce dossier. Ils croient que la CAF doit payer les prestations sur la base de la notification de la CDAPH. Jusqu’au 31 décembre 2018, la législation prévoyait que la MDPH transmettait à la CAF une copie de la demande. Depuis le 1er janvier 2019, seules les données pertinentes peuvent être transmises. Ces données figurent dans la demande, mais pas dans la notification. Lorsque les MDPH décident d’appliquer à la lettre la nouvelle réglementation, elles ne transmettent rien à la CAF. Alors qu’elles devraient transmettre les données pertinentes. On peut se fatiguer à demander à la MDPH – puisque c’est son rôle – de communiquer à la CAF les données nécessaires. Cependant, puisque le demandeur d’une prestation doit prouver son droit, il est plus simple de communiquer une copie de la demande, même si la plupart des informations n’ont pas d’intérêt pour la CAF. Vous ne pouvez pas deviner quelles zones ou quelles pages sont nécessaires à la liquidation des prestations. J’ai parfois vu des documents drôlement photocopiés. Il n’est pas possible d’imaginer qu’un organisme admette la communication d’un dossier tronqué. J’y ai été confronté quand je travaillais dans un service de prestations familiales à la MSA. Il est arrivé qu’il s’agissait d’une demande d’allocation de soutien familial pour un employé de la MSA, suite à un divorce pour faute. Après avoir pris connaissance de l’intégralité du document, j’ai accepté qu’il n’y ait une copie que des pages essentielles du document (date du divorce, décision sur la pension alimentaire) dans le dossier : en effet, il n’était pas possible de garantir la confidentialité des archives papiers ou électroniques par rapport aux collègues de travail, malgré la règle du secret professionnel. Cela a été une exception en plus de 35 ans de travail. Cela n’a été possible qu’après consultation de l’ensemble du document, ce qui permettait d’attester de la véracité des pages conservées dans les archives. La liquidation d’une nouvelle prestation familiale exige une déclaration du demandeur de sa situation familiale et professionnelle, celle de son « conjoint » et de ses enfants à charge. Cela passe par ce qui est appelé l’imprimé pivot, qui est intégré à l’imprimé de demande de la prestation quand vous téléchargez l’imprimé. Si vous êtes déjà connu de la CAF/MSA, il s’agit de vérifier si les informations existantes dans les fichiers sont toujours d’actualité. »...
Source: http://blogs.mediapart.fr | Source Status

<< Sommaire
blogs.mediapart

Participez a la consultation 'Comment la societe peut-elle garantir une vraie place aux personnes handicapees ?' 28/05/2019

«Comment la société peut-elle garantir une vraie place aux personnes handicapées ? Des milliers de citoyens proposent des solutions. Prenez position sur ces solutions et proposez les vôtres ! Les meilleures détermineront nos actions»...

<< Sommaire
make

INFO FRANCE 3 : derives dans un foyer pour handicapes a Pithiviers dans le Loiret - France 3 Centre-Val de Loire 26/05/2019

«Insultes, propos déplacés, moqueries, c'est l'ambiance depuis quelques semaines aux Cèdres, un établissement qui accueille 23 personnes handicapées mentales. Dans ce foyer d'hébergement, les personnes en situation de handicap sont accueillies, hébergées et accompagnées tout au long des différentes étapes de leur vie avec l'objectif de les insérer socialement et professionnellement, soit en milieu ordinaire de travail soit en milieu de travail protégé. La structure est gérée par une association : l'AFPAI, Association Familiale de Parents d'Adultes Inadaptés. Plusieurs salariés ont décidé de témoigner mais ils ont souhaité le faire dans un anonymat total "par peur de représailles". Tous parlent d'un profond malaise et nous ont confié ce qu'ils ont vu ou entendu. Insultes, propos déplacés, moqueries Dernièrement, un résident est venu en pleurs confier sa peine à un salarié. Alors qu'il vient de découvrir que ses provisions de nourriture ont disparu, il s'entend dire par son éducateur : "Il ne faut pas en faire tout un plat". Un autre salarié rapporte qu'il a entendu le même éducateur, nous l'appellerons "Hervé", parler d'une résidente (qui marche avec une canne) dans les termes suivants : "Elle a la chance d'avoir de gros seins et un gros cul, ça lui permet d'avoir l'équilibre". Un autre résident se serait confié à un salarié et lui aurait dit : "Hervé me ment, je n'ai plus confiance en lui ». Une autre fois, c'est un employé qui entend toujours ce même éducateur se moquer ouvertement du handicap d'un résident, en l'imitant et le traitant de "gogol".»
[...]
«De la violence physique aussi La violence ne serait pas que verbale : les résidents sont aussi malmenés physiquement : dernièrement l'un d'entre eux a été bousculé, attrapé par l'épaule par "Hervé" puis collé au mur et emmené ainsi au bureau des éducateurs. Des cris ont ausi été entendus. Toujours selon plusieurs salariés, les résidents subissent mais n’osent pas se plaindre : ils ont peur de "Hervé" qui travaille depuis plusieurs années au sein de la structure. Les salariés ont parlé du malaise général au directeur de l’établissement. Celui-ci s’est révélé impuissant à agir, pas franchement soutenu par sa hiérarchie. Il est actuellement en arrêt maladie. Les salariés affirment que Ingrid Haentjens, la directrice générale de l’association AFPAI, leur a tenu les propos suivants : "il faut régler cette histoire en interne." Contactée par téléphone, Ingrid Haentjens, se dit bien "embêtée". »...

<< Sommaire
france3-regions.francetvinfo

EXCLU - Une educatrice specialisee de Frejus renvoyee devant la justice pour des violences sur des enfants handicapes 26/05/2019

«Neuf plaintes ont été déposées contre une éducatrice spécialisée d'un institut médico-éducatif de Fréjus par des familles d'enfants de 7 à 9 ans scolarisés dans l'établissement. La professionnelle, qui avait 15 ans d'ancienneté, est accusée d'avoir utilisé des livres pour corriger les petits résidents, et d'en avoir trainé certains par les oreilles sur plusieurs mètres. Des faits qui se sont déroulés entre novembre 2017 et juin 2018. Le directeur de l'établissement a tout d'abord mené une enquête interne avant de convoquer en novembre dernier une à une les familles des victimes présumées pour leur exposer les faits, et leur indiquer qu'elles pouvaient déposer plainte.»
[...]
« Cette grand-mère se dit révoltée par le désintérêt que porte la société sur les handicapés. "J'ai même contacté plusieurs avocats à Fréjus pour qu'ils nous représentent, et je n'ai jamais eu de réponse. Tout le monde s'en fout, mais il s'agit d'enfants !" précise t-elle. Elle a d'ailleurs écrit à Brigitte Macron. Un courrier dans lequel elle demande notamment à la Première dame de France de faire en sorte que "les classes des IME soient équipées de caméras, afin que nos enfants soient en sécurité, car cela fera changer les comportements des éducateurs". La direction de l'établissement n'a pas souhaité répondre aux questions de France Bleu Provence, indiquant simplement qu'un procès allait avoir lieu. L'audience est prévue le mois prochain devant le tribunal correctionnel de Draguignan. Quant à l'éducatrice spécialisée qui ne travaille plus dans l'établissement, elle a reconnu les faits. Selon des propos rapportés par une famille, des faits que la direction de l'établissement explique par "un pétage de plombs". »...

<< Sommaire
francebleu

Apres une tentative d'exclusion de l'ecole des eleves handicapes, reculade du Senat 23/05/2019

«Un amendement sénatorial - désormais abandonné - nous rappelle les oppositions puissantes au respect de la loi de 2005, qui soutient la scolarisation en milieu ordinaire. Et pourtant, çà marche et il est faut aller beaucoup plus loin. Un article de Spectrum News, un post de Danièle Langloys et une lettre ouverte de TouPI. Quelle meilleure introduction pour parler de la tentative du Sénat de remettre en cause la scolarisation en milieu ordinaire telle qu'elle devrait résulter de la loi de 2005. Phan Tom publie aujourd'hui, dans son blog Comprendre l'Autisme, une traduction d'un article de Spectrum News "Les enfants autistes ayant de plus faibles capacités cognitives montrent une amélioration plus importante de leurs compétences cognitives lorsqu'ils sont placés dans des classes avec des enfants typiques plutôt que dans des groupes composés uniquement d'enfants autistes." Cet amendement avorté nous confirme qu'il y a encore de puissantes résistances à l'inclusion.»
[...]
«Il y a encore beaucoup à faire pour assurer la scolarisation en milieu ordinaire des enfants avec handicap, en particulier des enfants autistes, premières victimes de l'exclusion scolaire. Cet amendement avorté nous confirme qu'il y a encore de puissantes résistances à l'inclusion. »...

<< Sommaire
blogs.mediapart

CLE Autistes repond a l'article du psychanalyste JC Maleval - CLE Autistes 21/05/2019

«« Ecoutez les autistes », prétend Jean-Claude Maleval d'entrée...¦ Non, Monsieur Maleval, vous ne souhaitez nullement écouter les autistes, mais bien récupérer des alliés dans votre guerre contre l'ABA et les associations de parents, tout en maintenant les autistes sous votre tutelle paternaliste et psychanalysante. Votre texte rivalise de validosplaining, vous le sachant prétendant nous apporter le savoir qui nous manquerait...¦ Cette déduction ne résulte guère de peurs archaico-délirantes ou de notre prétendu manque de bords sans trous, mais de l'analyse textuelle et iconographique de votre article. Vous qui gagnez votre vie à analyser les paroles de l'autre, permettez que l'on agisse avec cette même politesse envers vous. Gratuitement, qui plus est ! Vous employez à deux reprises le « nous » dans votre tribune : s'agit-il de vous exprimer au nom de l'ensemble des psychanalystes freudo-lacaniens ? L'affreuse image de bouche au travers de papier rose déchiré, par laquelle vous trouvez opportun d'entamer votre texte, constitue t-elle une référence aux théories des bords sans trous énoncées par vous-mêmes et l'un de vos confrères, le freudien Bernard Seynhaeve ? D'après lui, une grande partie des problèmes de ses « patients » autistes découleraient d'une perception du corps comme d'une « surface sans trou » : « s'il n'a pas de trou, le sujet n'a pas non plus d'objet d'échange avec le monde, avec l'Autre. Pure superficie, le corps-carapace est ce qu'il advient d'un corps dont tous les orifices sont bouchés [...¦] l'autiste se constitue un vêtement-carapace qu'il refuse d'ôter [...¦] la violence s'inscrit dans une logique où l'excès d'excitation ne peut pas être traité par le sujet. Soit parce que l'excès d'excitation envahit son corps, soit parce que l'Autre tente de faire effraction dans le corps-carapace » S’ensuit un nouveau long paragraphe prétendant nous expliquer que notre souhait d’inclusion, notamment scolaire, serait louable mais impossible pour l’ensemble des personnes autistes : « Les cliniciens redoutent que l’inclusion systématique pour tous, aujourd’hui prônée en France, soit une rêverie bureaucratique, laquelle, en fermant des établissements de soins, conduise probablement à alourdir la charge des parents ». Cher M. Maleval (cher au sens premier, cher au sens financier, cher au sens du coût par séance), cette phrase à elle seule démontre que nous ne partagerons jamais vos objectifs.»
[...]
«Vous prétendez par la suite expliquer, soit votre position au sujet de l’autisme, soit celle de l’ensemble des psychanalyste… Vous manifestez votre accord à parler des « autistes » et non des « personnes avec autisme », expression qui « ferait de l’autisme une adjonction maladive, ou une substance étrangère, dont il faudrait débarrasser la personne »… Monsieur Maleval, avez-vous bien lu le premier livre de Josef Schovanec ? Il y explique cette expression, que vous décrivez comme « politiquement correcte », à la page 247 : « non pas que je croie que l’on puisse un jour avoir l’autisme comme une valise (un parapluie, diront les psychanalystes […]) mais parce que la simple allusion à cette possibilité met en lumière le fait que la personne, quoi qu’il arrive, dépasse de sa valise […] je crois que l’être humain est très complexe, qu’on ne peut jamais le décrire par un seul critère ». S’ensuit un nouveau long paragraphe prétendant nous expliquer que notre souhait d’inclusion, notamment scolaire, serait louable mais impossible pour l’ensemble des personnes autistes : « Les cliniciens redoutent que l’inclusion systématique pour tous, aujourd’hui prônée en France, soit une rêverie bureaucratique, laquelle, en fermant des établissements de soins, conduise probablement à alourdir la charge des parents ». Cher M. Maleval (cher au sens premier, cher au sens financier, cher au sens du coût par séance), cette phrase à elle seule démontre que nous ne partagerons jamais vos objectifs. La désinstitutionnalisation et la vie autonome font partie de nos droits humains fondamentaux. L’inclusion n’a aucune conditions. Elle n’est ni négociable, ni fragmentable en sous-catégories par degré de handicap. Sans transformation du système scolaire et de soutien au sein de l’école, pas d’inclusion. Concernant la désinstitutionnalisation, le but n’est pas de transférer des services à domicile, mais de démédicaliser et de fournir un soutien pour pouvoir accéder à ses droits fondamentaux. Nous souhaitons l’intervention d’équipes de professionnels, sans que les parents ne soient obligés de le faire (service public à l’école prôné par l’ONU). La désinstitutionnalisation est la pierre angulaire de notre projet, et nous ne souhaitons guère à cet égard recevoir vos leçons pontifiantes. Quant à qualifier les autistes de « charge pour leurs parents » reconnaissez que c’est un jugement de valeurs qui n’engage que vous, mais pas les autistes ! Dans le paragraphe suivant, vous expliquez, M. Maleval, que « le savoir du sujet sur lui-même est méprisé dans l’attente que le cerveau livre ses secrets ». Nous qualifier de « sujets » tout en prétendant devenir notre allié a quelque chose de drôle ! Que nous soyons opposés à l’ABA et à l’exclusion des autistes de la recherche ne signifie en rien que nous embrasserions (tiens, un trou !) béatement le bagage théorique psychanalytique, dont nombre d’entre nous ont très directement expérimenté l’inutilité, sinon la nuisance : diagnostics farfelus et erronés (dysharmonie psychotique…), culpabilisation de nos parents, etc. Notre critique de l’ABA repose sur la question des normes intégrées et sur le manque d’intérêt pour le bien-être de l’enfant. Il n’est pas question de prôner une approche psychanalytique en substitut, notre but est surtout de bénéficier d’une éducation accessible. Vous regrettez ensuite que Hugo Horiot vous ait cité nommément sur Twitter en ces mots : « Jean-Claude Maleval et Michel Grollier [les auteurs], voici mon diagnostic : un peu cons sur les bords et au fond du trou ». Cela ne nous semble nullement relever d’un « arrêt du discours » ou d’une « pensée paresseuse » comme vous le prétendez, mais bien d’une saine réaction de colère face aux inepties que vous écrivez, tout en prétendant nous « écouter ». »...

<< Sommaire
cle-autistes