L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Wed Apr 14 17:00:03 CEST 2021 France - It's time to Stand Up! For inclusion
09/04/21 Commission sur les violences sexuelles et l'inceste - Ministere des Solidarites et de la Sante [solidarites-sante.gouv]
08/04/21 Lutte contre les discriminations : le gouvernement lance une consultation citoyenne sur internet [franceinter]
06/04/21 Listening Difficulties in Children with Autism Spectrum Diso... : The Hearing Journal [journals.lww]
05/04/21 FDA OKs first new ADHD drug in over a decade for children [apnews]
30/03/21 Autisme Mon Enfant ma bataille2 - Le Monde en face France 5 - YouTube [youtube]
26/03/21 Pronostiquer l'autisme des la naissance grace a l'intelligence artificielle : une etude menee a Limoges - Limoges (87000) [lepopulaire]
26/03/21 Machine learning analysis of pregnancy data enables early identification of a subpopulation of newborns with ASD | Scientific Reports [nature]
26/03/21 Adultes autistes severes : la vie en unites plutot qu'en HP ? [informations.handicap]
25/03/21 Les assistants au parcours et au projet de vie - Gazette Sante Social [gazette-sante-social]
23/03/21 La Caf finance enfin le repit et l'accompagnement des parents d'enfants handicapes [faire-face]
13/03/21 Adolescents with autism may engage neural control systems differently, study finds: Researchers used brain scans to measure proactive and reactive executive control -- ScienceDaily [sciencedaily]
08/02/21 Synchronization of brain hemispheres changes what we hear [medicalxpress]
08/02/21 Virtual reality and naturalistic developmental behavioral interventions for children with autism spectrum disorder. | Physician's Weekly [physiciansweekly]
04/02/21 Songbird system may provide new treatment options for children with autism [news-medical]
18/01/21 Inceste, viol : « En France, en 2021, les medecins et les psy ne sont pas formes » - Elle [elle]
16/01/21 Handicap : quels sports autorises a partir du 16 janvier? [informations.handicap]

Commission sur les violences sexuelles et l'inceste - Ministere des Solidarites et de la Sante 09/04/2021

«Présidents ...¢ Edouard DURAND Juge des enfants de Bobigny ; membre du Haut conseil à l'égalité ; a participé à l'élaboration du premier plan contre les violences faites aux enfants de la ministre Laurence Rossignol.

• Contact : edouard.durand@sg.social.gouv.fr / ed.durand@wanadoo.fr ...¢ Nathalie MATHIEU Directrice Générale de l'association Docteurs Bru, ancienne responsable du dispositif d'accueil au service ASE Seine Saint Denis, ancienne directrice d'établissements médico-sociaux. Auteur d'une thèse sur la jurisprudence de la CEDH concernant les enfants. Auteur d'ouvrages méthodologiques sur les écrits du travail social.
• Contact : nathalie.mathieu@sg.social.gouv.fr / n.mathieu@associationdocteursbru.fr / .» [...]
« Membres de la commission
• Marie-Françoise BELLEE-van-THONG Administratrice territoriale Ancienne DEF du département des Hauts-de-Seine Représentante de l’Andass au Conseil national de protection de l’enfance
• Ernestine RONAI - Responsable du premier Observatoire départemental des violences envers les femmes en Seine-Saint-Denis. Elle a été Coordinatrice nationale de la lutte contre les violences envers les femmes au sein de la MIPROF jusqu’en décembre 2016.
• Fabienne QUIRIAU - Directrice générale de la CNAPE - La fédération des associations de protection de l’enfant
• Marie RABATEL - Experte au groupe de travail « Handicap » au Grenelle des Violences Conjugales, experte à la MIPROF, chez Handiconnect, et à la HAS. Présidente de l’Association Francophone de Femmes Autistes.
• Caroline REY-SALMON - Pédiatre des Hôpitaux, médecin légiste, coordonnatrice des urgences médico-judiciaires de l’Hôtel-Dieu à Paris (AP-HP). Elle a fondé en 2003 la section des mineurs.
• Caroline MIGNOT - Pédiatre, ex-praticienne attachée à l’hôpital Necker-Enfants malades, Paris, et à l’hôpital Ambroise-Paré, Boulogne-Billancourt ; membre du conseil d’administration de l’Afirem.
• Muriel SALMONA - Psychiatre, fondatrice de l’association Mémoire traumatique et victimologie
• Guillaume BRONSARD - Psychiatre de l’enfant et de l’adolescent, CHRU de Brest.
• Karen SADLIER - Psychologue clinicienne spécialiste des violences au sein du couple exerçant en libéral, ancienne directrice du centre de psychotraumatisme de l’institut de victimologie de Paris, ancienne secrétaire générale de la Société européenne du stress et trauma. Elle a été auditionnée par la commission Flament Calmette, et consultante à l’Observatoire de la violence envers les femmes 93.
• Linda TROMELEUE - Psychologue clinicienne, Thérapeute familiale spécialisée dans la prise en charge des victimes de violences intra et extra familiales
• Jean-Paul MUGNIER - Thérapeute familial et de couples, directeur de l’Institut d’Études Systémiques à Paris. Auteur de nombreux essais et romans parmi lesquels « Les stratégies de l’indifférence », « La promesse des enfants meurtris », ou encore « Le silence des enfants ».
• Alice DEBAUCHE - Maîtresse de conférence en sociologie à l’université de Strasbourg ; chercheuse associée à l’INED ; a travaillé sur enquête Virage. Sa thèse intitulée « Viols et rapports de genre » a été obtenue à l’IEP de Paris. Elle travaille depuis plus de 15 ans sur les violences sexuelles.
• Dorothée DUSSY - Anthropologue au CNRS et directrice de recherches ; auteure de l’ouvrage Le Berceau des dominations ; a conduit un travail sur les auteurs de violences sexuelles sur mineurs.
• Anne-Claude AMBROISE-RENDU - Professeure d’histoire contemporaine, université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) ; spécialiste de l’histoire de la justice et du crime ; a travaillé sur l’histoire de la pédophilie du 19ème au 21ème siècle.
• Patrick POIRRET - Magistrat, premier avocat général près la cour de cassation, ancien inspecteur général de la justice, ancien procureur général près la cour d’appel de Nancy.
• Nicolas BONNAL - Magistrat, ancien premier vice-président du tribunal de grande instance de Bobigny, ancien président de chambre à la cour d’appel de Paris, doyen de la chambre criminelle de la cour de cassation.
• Marie-Bénédicte MAIZY - Magistrate, ancienne secrétaire générale de l’inspection générale de la justice, présidente du tribunal judiciaire de Melun.
• Carine DURRIEU DIEBOLT - Avocate, Barreau de Paris. Spécialisée dans la défense des victimes au pénal. Avocate de Victimes de viol ou agression sexuelle ou violence physique.
• Véronique BÉCHU - Directrice d’un office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), qui lutte contre l’exploitation sexuelle des mineurs en ligne ; Capitaine de la Police-Direction Centrale pour la Répression des violences aux personnes, Cheffe du Groupe central des Mineurs victimes.
• Jean-Michel BRETON - Gendarmerie Nationale Comsop GN Fort de Rosny »...

<< Sommaire
solidarites-sante.gouv

Lutte contre les discriminations : le gouvernement lance une consultation citoyenne sur internet 08/04/2021

«Le gouvernement donne le coup d'envoi ce jeudi d'une grande consultation citoyenne sur internet. L'idée est de connaitre les mesures préconisées par les Français afin de lutter contre les discriminations. Les conclusions seront restituées fin juin. Pendant que le projet de loi contre les séparatismes poursuit son parcours au Sénat, l’exécutif ne veut rien lâcher sur le volet "égalité des chances". Emmanuel Macron l’avait amorcé lors de son discours aux Mureaux le 2 octobre 2020, puis confirmé en décembre dernier lors de son interview au média Brut, quelques semaines après l’affaire Zecler, ce producteur de musique, noir, tabassé par des policiers.»
[...]
« Le gouvernement lance donc ce jeudi une consultation citoyenne sur internet : un site (consultation-discriminations.gouv.fr) ouvert afin de sonder les Français sur les mesures qu’ils préconisent pour lutter contre les discriminations. Dans le prolongement de la plateforme anti-discriminations Handicap, accès au logement, difficultés à l’embauche, cette consultation de deux mois s’inscrit dans le prolongement dans la première plateforme anti-discriminations lancée en février, promettant une écoute et un accompagnement des personnes s'estimant discriminées. Elle avait été sollicitée plus de 10.000 fois notamment au travers du numéro vert, le 3928. "Côté pile, cela veut dire que l’outil fonctionne, côté face, que c’est un vrai problème qui touche tout le monde", analyse un conseiller de la ministre Élisabeth Moreno. »...

<< Sommaire
franceinter

Listening Difficulties in Children with Autism Spectrum Diso... : The Hearing Journal 06/04/2021

«Even when presenting with normal pure-tone hearing sensitivity, many individuals with autism spectrum disorder (ASD) experience listening and communication issues likely stemming from abnormal auditory processing of speech sounds.1 Listening deficits are also evident in parent/teacher observations, self-report, and behavioral test measures of auditory processing.2,3 Given the deleterious impact of these auditory deficits on understanding and communication in everyday situations, like noisy school classrooms, hearing health care professionals have the unique opportunity to document these deficits and to recommend strategies to mitigate the effects. This article provides a brief overview of the measurable behavioral, observed, and self-reported deficits in individuals with ASD; discusses the need for a streamlined protocol for assessing listening difficulties in this population; and summarizes the evidence-based interventions available to address these listening deficits.»...

<< Sommaire
journals.lww

FDA OKs first new ADHD drug in over a decade for children 05/04/2021

«U.S. regulators have approved the first new drug in over a decade for children with ADHD, which causes inattention, hyperactivity and impulsivity. The Food and Drug Administration late Friday OK'd Qelbree (KELL'-bree) for treating attention deficit hyperactivity disorder in children ages 6 to 17. It comes as a capsule that's taken daily. Unlike nearly all other ADHD medicines, Qelbree is not a stimulant or a controlled substance, making it harder to abuse than older drugs. That's been a problem with earlier ADHD treatments like Ritalin, nearly all of which contain the stimulants amphetamine or methylphenidate.»
[...]
«Qelbree, developed by Supernus Pharmaceuticals of Rockville, Maryland, carries a warning of potential for suicidal thoughts and behavior, which occurred in fewer than 1% of volunteers in studies of the drug. Supernus wouldn’t disclose the drug’s list price, but it’s sure to be higher than the many cheap generic ADHD pills. ADHD affects about 6 million American children and adolescents. For many, problems include trouble paying attention and completing tasks, fidgeting and impulsiveness. Experts say the drug may appeal to parents who don’t want to give their child stimulants. It also could be an option for kids who have substance abuse problems, dislike the side effects of stimulants or need additional therapy, said Dr. David W. Goodman, director of Suburban Psychiatric Associates near Baltimore and an assistant professor of psychiatry at Johns Hopkins School of Medicine. Goodman said most ADHD patients taking medication currently are prescribed long-acting stimulants, which are harder to to abuse to get a high than the original, fast-acting versions. In a key late-stage study funded by Supernus, 477 children ages 6 to 11 took the drug for six weeks. Inattention and hyperactivity symptoms were reduced by about 50% compared to the placebo group. Qelbree, also known as viloxazine, helped reduce symptoms in some study volunteers within a week. Common side effects include sleepiness, lethargy, decreased appetite and headache. Supernus is in late-stage testing for adults with ADHD. That’s a much smaller group than children, but that market is growing because few adults currently take ADHD medicines. »...

<< Sommaire
apnews

Autisme Mon Enfant ma bataille2 - Le Monde en face France 5 - YouTube 30/03/2021

«Lien sur la vidéo FR Autisme Mon Enfant ma bataille2 - Le Monde en face France 5»...

<< Sommaire
youtube

Pronostiquer l'autisme des la naissance grace a l'intelligence artificielle : une etude menee a Limoges - Limoges (87000) 26/03/2021

«Une équipe composée de médecins et chercheurs du CHU et de l'université de Limoges, mais aussi de Paris et Marseille (*), a publié des travaux qui permettraient d'identifier, dès la naissance, les enfants susceptibles d'être porteurs d'un trouble du spectre autistique. Evaluer le risque d'autisme dès la naissance, grâce à l'intelligence artificielle, afin d'enclencher une prise en charge la plus précoce possible, c'est l'objectif de l'étude baptisée AUT ANT, publiée le 25 mars dans la revue Scientific Reports. Trois ans de recueil de données Le projet de recherche a été mené à partir des données de bébés nés à l'hôpital de la mère et de l'enfant (HME), au CHU de Limoges et diagnostiqués ensuite autistes par le Centre expert autisme du Limousin. Il a porté sur le recueil des données du suivi, depuis le début de la grossesse jusqu'à la naissance, de 65 enfants avec troubles du spectre autistique (TSA). Des données qui ont été comparées à celles de 240 autres naissances sans diagnostic d'autisme dans la même maternité. 120 critères analysés.»
[...]
« Une première étape Les résultats de cette étude ont pour l’instant besoin d’être confortés : « Il s’agit d’un pronostic, non d’un diagnostic et sa fiabilité nécessite d’être consolidée par des estimations sur des centaines de bébés », indique un communiqué de presse du CHU. La prochaine étape sera celle d’un élargissement à d’autres maternités françaises et étrangères. « Pour nourrir l’intelligence artificielle et obtenir un algorithme solide, il faudrait recruter jusqu’à 600 enfants autistes et trois fois plus d’enfants “témoins” », indique Hugues Caly. Après ce travail rétrospectif, l’objectif serait de faire une étude prospective en suivant les femmes depuis le début de leur grossesse. Le docteur Lemonnier imagine l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine où 15.000 femmes accouchent chaque année dans une maternité de niveau 3 (avec des soins intensifs de néonatalogie). »...

<< Sommaire
lepopulaire

Pronostiquer l'autisme des la naissance grace a l'intelligence artificielle : une etude menee a Limoges - Limoges (87000) 26/03/2021

«Une équipe composée de médecins et chercheurs du CHU et de l'université de Limoges, mais aussi de Paris et Marseille (*), a publié des travaux qui permettraient d'identifier, dès la naissance, les enfants susceptibles d'être porteurs d'un trouble du spectre autistique. Evaluer le risque d'autisme dès la naissance, grâce à l'intelligence artificielle, afin d'enclencher une prise en charge la plus précoce possible, c'est l'objectif de l'étude baptisée AUT ANT, publiée le 25 mars dans la revue Scientific Reports. Trois ans de recueil de données Le projet de recherche a été mené à partir des données de bébés nés à l'hôpital de la mère et de l'enfant (HME), au CHU de Limoges et diagnostiqués ensuite autistes par le Centre expert autisme du Limousin. Il a porté sur le recueil des données du suivi, depuis le début de la grossesse jusqu'à la naissance, de 65 enfants avec troubles du spectre autistique (TSA). Des données qui ont été comparées à celles de 240 autres naissances sans diagnostic d'autisme dans la même maternité. 120 critères analysés.»
[...]
« Une première étape Les résultats de cette étude ont pour l’instant besoin d’être confortés : « Il s’agit d’un pronostic, non d’un diagnostic et sa fiabilité nécessite d’être consolidée par des estimations sur des centaines de bébés », indique un communiqué de presse du CHU. La prochaine étape sera celle d’un élargissement à d’autres maternités françaises et étrangères. « Pour nourrir l’intelligence artificielle et obtenir un algorithme solide, il faudrait recruter jusqu’à 600 enfants autistes et trois fois plus d’enfants “témoins” », indique Hugues Caly. Après ce travail rétrospectif, l’objectif serait de faire une étude prospective en suivant les femmes depuis le début de leur grossesse. Le docteur Lemonnier imagine l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine où 15.000 femmes accouchent chaque année dans une maternité de niveau 3 (avec des soins intensifs de néonatalogie). »...

<< Sommaire
lepopulaire

Machine learning analysis of pregnancy data enables early identification of a subpopulation of newborns with ASD | Scientific Reports 26/03/2021

«Scientific Reports volume 11, Article number: 6877 (2021) Cite this article 9 Altmetric Metrics details Abstract To identify newborns at risk of developing ASD and to detect ASD biomarkers early after birth, we compared retrospectively ultrasound and biological measurements of babies diagnosed later with ASD or neurotypical (NT) that are collected routinely during pregnancy and birth. We used a supervised machine learning algorithm with a cross-validation technique to classify NT and ASD babies and performed various statistical tests. With a minimization of the false positive rate, 96% of NT and 41% of ASD babies were identified with a positive predictive value of 77%. We identified the following biomarkers related to ASD: sex, maternal familial history of auto-immune diseases, maternal immunization to CMV, IgG CMV level, timing of fetal rotation on head, femur length in the 3rd trimester, white blood cell count in the 3rd trimester, fetal heart rate during labor, newborn feeding and temperature difference between birth and one day after. Furthermore, statistical models revealed that a subpopulation of 38% of babies at risk of ASD had significantly larger fetal head circumference than age-matched NT ones, suggesting an in utero origin of the reported bigger brains of toddlers with ASD. Our results suggest that pregnancy follow-up measurements might provide an early prognosis of ASD enabling pre-symptomatic behavioral interventions to attenuate efficiently ASD developmental sequels.»...

<< Sommaire
nature

Adultes autistes severes : la vie en unites plutot qu'en HP ? 26/03/2021


«Un constat sans appel La Délégation interministérielle à la stratégie nationale pour l'autisme et les TND ne nie pas ce constat. Son bilan est sans appel, comme une triste liste à la Prévert. Selon elle, les dispositifs d'accompagnement sont « mis en échec », parfois « maltraitants », avec de nombreuses « ruptures de parcours », des « prises en charge inadaptées », un « défaut d'accès aux droits », des « évictions suite à des violences sur le personnel », des « équipes insuffisamment formées aux spécificités de l'autisme et à l'accompagnement des troubles graves du comportement dans les établissements médico-sociaux et sanitaires », tandis que le « fréquent défaut d'accès aux soins somatiques » est un « facteur aggravant des troubles du comportement ». « Ces troubles ont été fabriqués par incompétence dans le sanitaire ou le médico-social, sans aucun outil de communication ni d'aménagement du temps et de l'espace et une absence d'activités structurées », complète Danièle Langloys, présidente d'Autisme France. Cette carence de prise en charge engendre, selon elle, « des comportements-problèmes » et, pour les régler, ces « patients » sont « bourrés de médicaments ». Claire Compagnon, à la tête de la délégation, admet à son tour que « ces traitements peuvent parfois renforcer les troubles et n'ont pas l'effet apaisant espéré ». Il y a alors souvent de la violence, envers soi-même ou les autres...¦ En effet.» [...]
«Ces unités de toute petite taille doivent accueillir six résidents maximum (3x2 ou 2x3) avec l'objectif de leur offrir, en milieu urbain, un « lieu de vie pérenne » et « digne ». Il s'appuiera sur les établissements médico-sociaux et le secteur sanitaire, notamment psychiatrique. 4,4 personnes (éducateurs, aides, médecins…) en équivalent temps plein sont prévues pour assurer l'accompagnement 365 jours par an et 24h sur 24. Cet écosystème doit permettre de gérer les crises éventuelles et d'assurer la continuité des prises en charge lors des hospitalisations et prévoit des temps d'échange avec les familles… Presque du un pour un, même si Autisme France précise que ces adultes ont souvent besoin d'un encadrement de deux pour un, « avec des professionnels techniquement très formés et supervisés ». Selon l'association, il faut, pour ces « très grands handicapés, des activités strictement adaptées à leurs particularités individuelles : besoin de marcher, d'être dehors ou dans l'eau ». « Il leur faut surtout du bien-être et de la dignité », insiste sa présidente. Le groupe de travail dédié a identifié 200 à 240 personnes susceptibles d'intégrer ces unités, soit une quarantaine au total sur tout le territoire. Encore faut-il les moyens dédiés, estimés par Autisme France à 160 000 euros par an pour une « place ». Les premiers projets devraient être déployés dès 2021, avec des ouvertures en 2022 ou 2023, sans qu'un calendrier précis ne soit arrêté. Un espoir pour ces humains « fracassés » ? »...

<< Sommaire
informations.handicap

Adultes autistes severes : la vie en unites plutot qu'en HP ? 26/03/2021

«Un constat sans appel La Délégation interministérielle à la stratégie nationale pour l'autisme et les TND ne nie pas ce constat. Son bilan est sans appel, comme une triste liste à la Prévert. Selon elle, les dispositifs d'accompagnement sont « mis en échec », parfois « maltraitants », avec de nombreuses « ruptures de parcours », des « prises en charge inadaptées », un « défaut d'accès aux droits », des « évictions suite à des violences sur le personnel », des « équipes insuffisamment formées aux spécificités de l'autisme et à l'accompagnement des troubles graves du comportement dans les établissements médico-sociaux et sanitaires », tandis que le « fréquent défaut d'accès aux soins somatiques » est un « facteur aggravant des troubles du comportement ». « Ces troubles ont été fabriqués par incompétence dans le sanitaire ou le médico-social, sans aucun outil de communication ni d'aménagement du temps et de l'espace et une absence d'activités structurées », complète Danièle Langloys, présidente d'Autisme France. Cette carence de prise en charge engendre, selon elle, « des comportements-problèmes » et, pour les régler, ces « patients » sont « bourrés de médicaments ». Claire Compagnon, à la tête de la délégation, admet à son tour que « ces traitements peuvent parfois renforcer les troubles et n'ont pas l'effet apaisant espéré ». Il y a alors souvent de la violence, envers soi-même ou les autres...¦ En effet.»
[...]
«Ces unités de toute petite taille doivent accueillir six résidents maximum (3x2 ou 2x3) avec l'objectif de leur offrir, en milieu urbain, un « lieu de vie pérenne » et « digne ». Il s'appuiera sur les établissements médico-sociaux et le secteur sanitaire, notamment psychiatrique. 4,4 personnes (éducateurs, aides, médecins…) en équivalent temps plein sont prévues pour assurer l'accompagnement 365 jours par an et 24h sur 24. Cet écosystème doit permettre de gérer les crises éventuelles et d'assurer la continuité des prises en charge lors des hospitalisations et prévoit des temps d'échange avec les familles… Presque du un pour un, même si Autisme France précise que ces adultes ont souvent besoin d'un encadrement de deux pour un, « avec des professionnels techniquement très formés et supervisés ». Selon l'association, il faut, pour ces « très grands handicapés, des activités strictement adaptées à leurs particularités individuelles : besoin de marcher, d'être dehors ou dans l'eau ». « Il leur faut surtout du bien-être et de la dignité », insiste sa présidente. Le groupe de travail dédié a identifié 200 à 240 personnes susceptibles d'intégrer ces unités, soit une quarantaine au total sur tout le territoire. Encore faut-il les moyens dédiés, estimés par Autisme France à 160 000 euros par an pour une « place ». Les premiers projets devraient être déployés dès 2021, avec des ouvertures en 2022 ou 2023, sans qu'un calendrier précis ne soit arrêté. Un espoir pour ces humains « fracassés » ? »...

<< Sommaire
informations.handicap

Les assistants au parcours et au projet de vie - Gazette Sante Social 25/03/2021

«L'assistant au parcours et au projet de vie est un nouveau métier offrant un accompagnement aux personnes en situation de handicap. Une fonction toujours en expérimentation mais qui fait ses preuves sur le terrain. Email Email «J'aide les personnes en situation de handicap ainsi que leur famille dans l'expression de leur projet de vie afin de favoriser leur émergence par rapport aux souhaits exprimés...¯», explique Carlotta Onali, facilitatrice de parcours de vie au sein de la plateforme «...¯ressources...¯» de l'association Trisomie 21 Alpes-Maritimes. Les assistants au parcours et au projet de vie (APPV) exercent trois missions principales...…: faciliter la fluidité du parcours de la personne dans le cadre d'un accès au droit et aux dispositifs de droit commun, éviter les ruptures de parcours, et enfin stimuler l'accompagnement en réseau en donnant sa place aux personnes et aux familles afin qu'elles ne subissent pas le parcours.»...

<< Sommaire
gazette-sante-social

Les assistants au parcours et au projet de vie - Gazette Sante Social 25/03/2021

«L'assistant au parcours et au projet de vie est un nouveau métier offrant un accompagnement aux personnes en situation de handicap. Une fonction toujours en expérimentation mais qui fait ses preuves sur le terrain. Email Email «J'aide les personnes en situation de handicap ainsi que leur famille dans l'expression de leur projet de vie afin de favoriser leur émergence par rapport aux souhaits exprimés...¯», explique Carlotta Onali, facilitatrice de parcours de vie au sein de la plateforme «...¯ressources...¯» de l'association Trisomie 21 Alpes-Maritimes. Les assistants au parcours et au projet de vie (APPV) exercent trois missions principales...…: faciliter la fluidité du parcours de la personne dans le cadre d'un accès au droit et aux dispositifs de droit commun, éviter les ruptures de parcours, et enfin stimuler l'accompagnement en réseau en donnant sa place aux personnes et aux familles afin qu'elles ne subissent pas le parcours.»...

<< Sommaire
gazette-sante-social

La Caf finance enfin le repit et l'accompagnement des parents d'enfants handicapes 23/03/2021


«La Caf finance enfin le répit et l'accompagnement des parents d'enfants handicapés Franck Seuret il y a 6 heures Autonomie Laisser un commentaire Besoin d'être accompagné dans vos démarches de reconnaissance du handicap de votre enfant ? Ou de répit, en attendant de trouver une solution pérenne ? La Caf peut désormais financer des heures d'intervention de professionnels à domicile, sans notification de la MDPH. C'est un dispositif des Caisses d'allocations familiales (Caf) méconnu des parents d'enfants handicapés. Et pour cause ! Jusqu'à début mars, ils ne pouvaient prétendre aux services d'aide et d'accompagnement à domicile (Saad) qu'elles financent. Mais désormais, ils sont éligibles à ce « soutien temporaire destiné aux familles traversant une période difficile ».» [...]
«Quand en bénéficier ? La Caisse nationale, la Cnaf, distingue deux cas de figure pour les parents : – lors de la phase de reconnaissance du handicap : certains peuvent avoir besoin d’être accompagnés dans leurs démarches médicales (diagnostic…), administratives (MDPH…) et pour l’inclusion de leur enfant (entrée à l’école, recherche de structures adaptées, accompagnement dans les apprentissages…) ; – pour faire face à l’épuisement : confier leur enfant à un professionnel venant à la maison leur permettra de souffler. Ce temps de répit, durant lequel ils seront en mesure de s’absenter du domicile, peut représenter jusqu’à 50 % de l’intervention du service d’aide. »...

<< Sommaire
faire-face

La Caf finance enfin le repit et l'accompagnement des parents d'enfants handicapes 23/03/2021


«La Caf finance enfin le répit et l'accompagnement des parents d'enfants handicapés Franck Seuret il y a 6 heures Autonomie Laisser un commentaire Besoin d'être accompagné dans vos démarches de reconnaissance du handicap de votre enfant ? Ou de répit, en attendant de trouver une solution pérenne ? La Caf peut désormais financer des heures d'intervention de professionnels à domicile, sans notification de la MDPH. C'est un dispositif des Caisses d'allocations familiales (Caf) méconnu des parents d'enfants handicapés. Et pour cause ! Jusqu'à début mars, ils ne pouvaient prétendre aux services d'aide et d'accompagnement à domicile (Saad) qu'elles financent. Mais désormais, ils sont éligibles à ce « soutien temporaire destiné aux familles traversant une période difficile ».» [...]
«Quand en bénéficier ? La Caisse nationale, la Cnaf, distingue deux cas de figure pour les parents : – lors de la phase de reconnaissance du handicap : certains peuvent avoir besoin d’être accompagnés dans leurs démarches médicales (diagnostic…), administratives (MDPH…) et pour l’inclusion de leur enfant (entrée à l’école, recherche de structures adaptées, accompagnement dans les apprentissages…) ; – pour faire face à l’épuisement : confier leur enfant à un professionnel venant à la maison leur permettra de souffler. Ce temps de répit, durant lequel ils seront en mesure de s’absenter du domicile, peut représenter jusqu’à 50 % de l’intervention du service d’aide. »...

<< Sommaire
faire-face

La Caf finance enfin le repit et l'accompagnement des parents d'enfants handicapes 23/03/2021

«La Caf finance enfin le répit et l'accompagnement des parents d'enfants handicapés Franck Seuret il y a 6 heures Autonomie Laisser un commentaire Besoin d'être accompagné dans vos démarches de reconnaissance du handicap de votre enfant ? Ou de répit, en attendant de trouver une solution pérenne ? La Caf peut désormais financer des heures d'intervention de professionnels à domicile, sans notification de la MDPH. C'est un dispositif des Caisses d'allocations familiales (Caf) méconnu des parents d'enfants handicapés. Et pour cause ! Jusqu'à début mars, ils ne pouvaient prétendre aux services d'aide et d'accompagnement à domicile (Saad) qu'elles financent. Mais désormais, ils sont éligibles à ce « soutien temporaire destiné aux familles traversant une période difficile ».»
[...]
«Quand en bénéficier ? La Caisse nationale, la Cnaf, distingue deux cas de figure pour les parents : – lors de la phase de reconnaissance du handicap : certains peuvent avoir besoin d’être accompagnés dans leurs démarches médicales (diagnostic…), administratives (MDPH…) et pour l’inclusion de leur enfant (entrée à l’école, recherche de structures adaptées, accompagnement dans les apprentissages…) ; – pour faire face à l’épuisement : confier leur enfant à un professionnel venant à la maison leur permettra de souffler. Ce temps de répit, durant lequel ils seront en mesure de s’absenter du domicile, peut représenter jusqu’à 50 % de l’intervention du service d’aide. »...

<< Sommaire
faire-face

La Caf finance enfin le repit et l'accompagnement des parents d'enfants handicapes 23/03/2021

«La Caf finance enfin le répit et l'accompagnement des parents d'enfants handicapés Franck Seuret il y a 6 heures Autonomie Laisser un commentaire Besoin d'être accompagné dans vos démarches de reconnaissance du handicap de votre enfant ? Ou de répit, en attendant de trouver une solution pérenne ? La Caf peut désormais financer des heures d'intervention de professionnels à domicile, sans notification de la MDPH. C'est un dispositif des Caisses d'allocations familiales (Caf) méconnu des parents d'enfants handicapés. Et pour cause ! Jusqu'à début mars, ils ne pouvaient prétendre aux services d'aide et d'accompagnement à domicile (Saad) qu'elles financent. Mais désormais, ils sont éligibles à ce « soutien temporaire destiné aux familles traversant une période difficile ».»
[...]
«Quand en bénéficier ? La Caisse nationale, la Cnaf, distingue deux cas de figure pour les parents : – lors de la phase de reconnaissance du handicap : certains peuvent avoir besoin d’être accompagnés dans leurs démarches médicales (diagnostic…), administratives (MDPH…) et pour l’inclusion de leur enfant (entrée à l’école, recherche de structures adaptées, accompagnement dans les apprentissages…) ; – pour faire face à l’épuisement : confier leur enfant à un professionnel venant à la maison leur permettra de souffler. Ce temps de répit, durant lequel ils seront en mesure de s’absenter du domicile, peut représenter jusqu’à 50 % de l’intervention du service d’aide. »...

<< Sommaire
faire-face

Adolescents with autism may engage neural control systems differently, study finds: Researchers used brain scans to measure proactive and reactive executive control -- ScienceDaily 13/03/2021

«A new study by UC Davis MIND Institute researchers suggests that executive control differences in autism spectrum disorder (ASD) may be the result of a unique approach, rather than an impairment. Executive control difficulties are common in individuals with autism and are associated with challenges completing tasks and managing time. The study, published in Biological Psychiatry: Cognitive Neuroscience and Neuroimaging, sought to tease out whether these difficulties represent a disruption in proactive executive control (engaged and maintained before a cognitively demanding event) or in reactive executive control (engaged as the event occurs). Using functional magnetic resonance imaging (fMRI), the researchers took brain scans of 141 adolescents and young adults ages 12-22 (64 with autism, 77 neurotypical controls) enrolled in the Cognitive Control in Autism Study. During the scan, the participants completed a task that required them to adapt their behavior. They were shown a green or red cue, followed by a white arrow (probe) pointing left or right. In half of the trials participants saw a green cue asking them to push a button that matched the direction of the arrow, and in the other half they saw a red cue that asked to push a button that didn't match. Trial order was randomized across the experiment. "Our brains are seemingly hardwired to be able to respond to a probe with a matching action more easily than doing the opposite," said Andrew Gordon, a postdoctoral scholar in the Department of Psychiatry and Behavioral Sciences and the lead author on the paper. Participants with autism show a unique approach»...

<< Sommaire
sciencedaily

Synchronization of brain hemispheres changes what we hear 08/02/2021

«Most of the time, our brain receives different input from each of our ears, but we nevertheless perceive speech as unified sounds. This process takes place through synchronization of the areas of the brain involved with the help of gamma waves, neurolinguists at the University of Zurich have now discovered. Their findings may lead to new treatment approaches for tinnitus. In addition, input from the right ear reaches the left brain hemisphere first, while input from the left ear reaches the right brain hemisphere first. The two hemispheres perform different tasks during speech processing: The left side is responsible for distinguishing phonemes and syllables, whereas the right side recognizes the speech prosody and rhythm. Although each hemisphere receives the information at a different time and processes different features of speech, the brain integrates what it hears into a unified speech sound.»
[...]
«How come we don't hear everything twice? After all, our ears sit on opposite sides of our head and most sounds do not reach both our ears at exactly the same time. "While this helps us determine which direction sounds are coming from, it also means that our brain has to combine the information from both ears. Otherwise, we would hear an echo," explains Basil Preisig of the Department of Psychology at the University of Zurich. In addition, input from the right ear reaches the left brain hemisphere first, while input from the left ear reaches the right brain hemisphere first. The two hemispheres perform different tasks during speech processing: The left side is responsible for distinguishing phonemes and syllables, whereas the right side recognizes the speech prosody and rhythm. Although each hemisphere receives the information at a different time and processes different features of speech, the brain integrates what it hears into a unified speech sound. Brain waves establish connection The exact mechanism behind this integration process was not known until now. In earlier studies, however, Preisig had found indications that measurable oscillations elicited by the brain—known as gamma waves—played a role. Now he has managed to demonstrate that the process of integrating what we hear is directly linked to synchronization by gamma waves. Neurolinguists from UZH worked on the project alongside researchers from the Netherlands and France. Processing ambiguous information The study, which took place at the Donders Center for Cognitive Neuroimaging in Nijmegen, the Netherlands, involved 28 healthy subjects who had to repeatedly solve a listening task: An ambiguous syllable (a speech sound between ga and da) was played in their right ear while a click containing a fragment of the syllables da or ga was played unnoticed in the left ear. Depending on what was played in their left ear, the participants heard either ga or da and then had to report what sound they had heard. During the process, the researchers were tracking activity in both hemispheres of the brain using functional magnetic resonance imaging (fMRI). Electric stimulation impairs synchronization During the experiments, the researchers disrupted the natural activity pattern of gamma waves by stimulating both hemispheres of the brain with electrodes attached to the head. This manipulation affected participants' ability to correctly identify the syllable they heard. The fMRI analysis showed that there were also changes in the activity of the neural connections between the right and the left brain hemispheres: The strength of the connection changed depending on whether the rhythm of the gamma waves was influenced by electric stimulation in the two brain hemispheres synchronously or asynchronously. This disruption also impaired the integration process. Thus, synchronization of the gamma waves seems to serve to balance the different inputs from the two hemispheres of the brain, providing a unified auditory impression. Possible therapy for tinnitus "Our results suggest that gamma wave-mediated synchronization between different brain areas is a fundamental mechanism for neural integration," says Preisig. "Moreover, this research shows for the first time, using human hearing as an example, that the connection between the two hemispheres of the brain can be successfully modulated by electric stimulation," adds Alexis Hervais-Adelman, head of neurolinguistics at the UZH Department of Psychology, who was also involved in the study. These findings could thus also find clinical application in the near future. "Previous studies show that disturbances in the connection between the two hemispheres of the brain are associated with auditory phantom perceptions such as tinnitus and auditory verbal hallucinations," Preisig adds. "Thus, electric brain stimulation may present a promising avenue for the development of therapeutic interventions. »...

<< Sommaire
medicalxpress

Virtual reality and naturalistic developmental behavioral interventions for children with autism spectrum disorder. | Physician's Weekly 08/02/2021

«Naturalistic Developmental Behavioral Interventions (NDBI) have been evaluated as the most promising interventions for children with autism spectrum disorder. In recent years, a growing body of literature suggests that technological advancements such as Virtual Reality (VR) are promising intervention tools. However, to the best of our knowledge no studies have combined evidence-based practice with such tools. This article aims to review the current literature combining NDBI and VR, and provide suggestions on merging NDBI-approaches with VR. This article is divided into two parts, where we first conduct a review mapping the research applying NDBI-approaches in VR. In the second part we argue how to apply the common features of NDBI into VR-technology. Our findings show that no VR-studies explicitly rely on NDBI-approaches, but some utilize elements in their interventions that are considered to be common features to NDBI. As the results show, to date, no VR-based studies have utilized NDBI in their intervention. We therefore, in the second part of this article, suggests ways to merge VR and NDBI and introduce the term Virtual Naturalistic Developmental Behavioral Interventions (VNDBI). VNDBI is an innovative way of implementing NDBI which will contribute in making interventions more accessible in central as well as remote locations, while reducing unwanted variation between service sites. VNDBI will advance the possibilities of individually tailoring and widen the area of interventions. In addition, VNDBI can provide the field with new knowledge on effective components enhancing the accuracy in the intervention packages and thus move forward the research field and clinical practice.»...

<< Sommaire
physiciansweekly

Songbird system may provide new treatment options for children with autism 04/02/2021

«Inactivating a gene in young songbirds that are closely linked with autism spectrum disorder (ASD) prevents the birds from forming memories necessary to accurately reproduce their fathers' songs, a new study led by UT Southwestern shows. The findings, published online today in Science Advances, may help explain the deficits in speech and language that often accompany ASD and could eventually lead to new treatments specifically targeting this aspect of the disorder. Study leader Todd Roberts, Ph.D., associate professor of neuroscience and a member of the Peter O'Donnell Jr. Brain Institute at UT Southwestern, explains that the vocalizations that comprise a central part of human communication are relatively unique among the animal world - not just for their complexity, but in the way they're passed down from caregivers to offspring.»
[...]
«Songbirds such as zebra finches also learn complex vocalizations from caregivers (songs are passed on to male offspring typically from their fathers). Much like humans, these animals have intricate brain circuitry devoted to this task, found in a region of the brain in the birds often referred to as the high vocal center, or HVC. Because of the parallels between language learning in humans and song learning in the birds, Roberts says, songbirds are often used as a scientific model for understanding speech development in people, including conditions in which vocal communication is changed. In their research, Roberts and his colleagues used zebra finches to study the role of a gene called FoxP1, one of the genes most correlated with ASD. Mutations of this gene cause a specific subtype of autism-linked with severe language impairment and intellectual disability. »...

<< Sommaire
news-medical

Inceste, viol : « En France, en 2021, les medecins et les psy ne sont pas formes » - Elle 18/01/2021

«Alors que la parole se libère enfin, le corps médical n'a toujours pas les bons outils pour venir en aide aux victimes... Par Sarah Lévy Muriel Salmona ne décolère pas. Quand on évoque avec elle la prise en charge des victimes de violences sexuelles, la psychiatre spécialisée en traumatologie et victimologie voit rouge. « Vous vous rendez compte ? Actuellement, on peut encore recevoir quelqu'un qui se scarifie, a fait des tentatives de suicides et lui faire la morale sans lui demander ce qui lui est arrivé », tempête-t-elle. Depuis la sortie du livre « La Familia Grande », dans lequel Camille Kouchner accuse Olivier Duhamel d'avoir abusé de son frère jumeau, les victimes d'inceste se sont emparé des réseaux sociaux pour témoigner de ce qui leur est arrivé. Mais parmi elles, combien ont reçu les soins, l'écoute et l'aide de professionnels formés aux violences sexuelles ? « Pour plus de 70% des victimes de viols, le premier recours est le médecin ou le psy mais ils ne sont pas formés ! » s'indigne la présidente de l'association mémoire traumatique et victimologie. « J'ai plein de patientes dont le parcours de soin a été horrible. Les jeunes sont très souvent diagnostiqués psychotiques ou schizophrènes quand leur mémoire traumatique se réveille. Certains se retrouvent sous contention dans une chambre d'isolement. C'est terriblement maltraitant ! » s'inquiète-t-elle.»...

<< Sommaire
elle

Handicap : quels sports autorises a partir du 16 janvier? 16/01/2021

«Durcissement du couvre-feu de 18h à 6h qui, dès le samedi 16 janvier, s'étend à toute la Métropole et la Corse. De nouvelles règles sont édictées qui s'appliquent également à la pratique sportive. Les personnes handicapées restent "prioritaires". 16 janvier 2021 ...¢ Par Handicap.fr / E. Dal'Secco Thèmes : Commentaires0 Réagissez à cet article Illustration article Si la pratique dans les équipements sportifs couverts est suspendue à compter du 16 janvier 2021 pour les mineurs dans le cadre de l'école, des centres aérés ou des loisirs sportifs, la pratique des adultes comme des enfants restera possible dans l'espace public et dans les équipements sportifs de plein air.»
[...]
«Pour les publics prioritaires Comme c'était déjà le cas auparavant, certains publics jugés prioritaires peuvent néanmoins bénéficier de dérogations. Il s'agit des : sportifs professionnels, sportifs de haut niveau et autres sportifs inscrits dans le Parcours de performance fédéral, personnes en formation universitaire ou professionnelle, personnes détenant une prescription médicale APA et personnes en situation de handicap reconnu par la MDPH ainsi que l'encadrement nécessaire à leur pratique. Ils conservent l'accès à l'ensemble des équipements sportifs (plein air et couverts). Pour ces publics, l'ouverture des vestiaires collectifs est autorisée, dans les conditions fixées par les protocoles sanitaires. Toutefois, seuls les sportifs professionnels, les sportifs de haut niveau, les publics en formation professionnelle ainsi que l'encadrement nécessaire à leur pratique, seront autorisés à déroger au couvre-feu dans le cadre de leurs déplacements et de l'accès aux équipements sportifs. »...

<< Sommaire
informations.handicap