L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Wed Mar 3 23:00:03 CET 2021 France - It's time to Stand Up! For inclusion
08/02/21 Synchronization of brain hemispheres changes what we hear [medicalxpress]
08/02/21 Virtual reality and naturalistic developmental behavioral interventions for children with autism spectrum disorder. | Physician's Weekly [physiciansweekly]
04/02/21 Songbird system may provide new treatment options for children with autism [news-medical]
18/01/21 Inceste, viol : « En France, en 2021, les medecins et les psy ne sont pas formes » - Elle [elle]
16/01/21 Handicap : quels sports autorises a partir du 16 janvier? [informations.handicap]
02/01/21 A Genetics-First Approach to Dissecting the Heterogeneity of Autism: Phenotypic Comparison of Autism Risk Copy Number Variants | American Journal of Psychiatry [ajp.psychiatryonline]
24/12/20 Arrete du 18 decembre 2020 portant nomination au cabinet de la secretaire d'Etat aupres du Premier ministre, chargee des personnes handicapees - Legifrance [legifrance.gouv]
19/12/20 Maroc - Handicap: le CNDH veut rompre avec le systeme de curatelle | H24info [h24info]
18/12/20 Question de majorite -AAH [yanous]
17/12/20 La gestion departementale et les absences des AESH [ecole-et-handicap]
16/12/20 Rennes : leur lampe contre la dyslexie va recevoir un prix de medecine [francebleu]
12/12/20 Vitamin D the clue to more autism spectrum disorder in boys | India Education,Education News India,Education News | India Education Diary [indiaeducationdiary]
11/12/20 Eleves handicapes : pour avoir le droit a l'ecole a domicile, il faudra lever le doigt - Faire Face [faire-face]
10/12/20 Ecole a la maison : pas d'interdiction en cas de handicap [informations.handicap]
09/12/20 Tribunal de Brest : un professeur de guitare reconnu coupable d'avoir agresse sexuellement son eleve autiste - Brest - Le Telegramme [letelegramme]
09/12/20 Abus sexuels presumes dans un I.M.E de Voiron en Isere : l'avocat general demande de rouvrir l'enquete [francebleu]
07/12/20 '' Le secret de la Victoire '' - OrangeDay #Violences #femmes #Sport / 10 Decembre 2020 | Billets | Autres | Billetto ...” France [billetto]
07/12/20 Réponse Question n°24249 - Assemblee nationale [questions.assemblee-nationale]
04/12/20 Infant hearing test might be sound predictor of autism | Spectrum | Autism Research News [spectrumnews]

Synchronization of brain hemispheres changes what we hear 08/02/2021

«Most of the time, our brain receives different input from each of our ears, but we nevertheless perceive speech as unified sounds. This process takes place through synchronization of the areas of the brain involved with the help of gamma waves, neurolinguists at the University of Zurich have now discovered. Their findings may lead to new treatment approaches for tinnitus. In addition, input from the right ear reaches the left brain hemisphere first, while input from the left ear reaches the right brain hemisphere first. The two hemispheres perform different tasks during speech processing: The left side is responsible for distinguishing phonemes and syllables, whereas the right side recognizes the speech prosody and rhythm. Although each hemisphere receives the information at a different time and processes different features of speech, the brain integrates what it hears into a unified speech sound.»
[...]
«How come we don't hear everything twice? After all, our ears sit on opposite sides of our head and most sounds do not reach both our ears at exactly the same time. "While this helps us determine which direction sounds are coming from, it also means that our brain has to combine the information from both ears. Otherwise, we would hear an echo," explains Basil Preisig of the Department of Psychology at the University of Zurich. In addition, input from the right ear reaches the left brain hemisphere first, while input from the left ear reaches the right brain hemisphere first. The two hemispheres perform different tasks during speech processing: The left side is responsible for distinguishing phonemes and syllables, whereas the right side recognizes the speech prosody and rhythm. Although each hemisphere receives the information at a different time and processes different features of speech, the brain integrates what it hears into a unified speech sound. Brain waves establish connection The exact mechanism behind this integration process was not known until now. In earlier studies, however, Preisig had found indications that measurable oscillations elicited by the brain—known as gamma waves—played a role. Now he has managed to demonstrate that the process of integrating what we hear is directly linked to synchronization by gamma waves. Neurolinguists from UZH worked on the project alongside researchers from the Netherlands and France. Processing ambiguous information The study, which took place at the Donders Center for Cognitive Neuroimaging in Nijmegen, the Netherlands, involved 28 healthy subjects who had to repeatedly solve a listening task: An ambiguous syllable (a speech sound between ga and da) was played in their right ear while a click containing a fragment of the syllables da or ga was played unnoticed in the left ear. Depending on what was played in their left ear, the participants heard either ga or da and then had to report what sound they had heard. During the process, the researchers were tracking activity in both hemispheres of the brain using functional magnetic resonance imaging (fMRI). Electric stimulation impairs synchronization During the experiments, the researchers disrupted the natural activity pattern of gamma waves by stimulating both hemispheres of the brain with electrodes attached to the head. This manipulation affected participants' ability to correctly identify the syllable they heard. The fMRI analysis showed that there were also changes in the activity of the neural connections between the right and the left brain hemispheres: The strength of the connection changed depending on whether the rhythm of the gamma waves was influenced by electric stimulation in the two brain hemispheres synchronously or asynchronously. This disruption also impaired the integration process. Thus, synchronization of the gamma waves seems to serve to balance the different inputs from the two hemispheres of the brain, providing a unified auditory impression. Possible therapy for tinnitus "Our results suggest that gamma wave-mediated synchronization between different brain areas is a fundamental mechanism for neural integration," says Preisig. "Moreover, this research shows for the first time, using human hearing as an example, that the connection between the two hemispheres of the brain can be successfully modulated by electric stimulation," adds Alexis Hervais-Adelman, head of neurolinguistics at the UZH Department of Psychology, who was also involved in the study. These findings could thus also find clinical application in the near future. "Previous studies show that disturbances in the connection between the two hemispheres of the brain are associated with auditory phantom perceptions such as tinnitus and auditory verbal hallucinations," Preisig adds. "Thus, electric brain stimulation may present a promising avenue for the development of therapeutic interventions. »...

<< Sommaire
medicalxpress

Virtual reality and naturalistic developmental behavioral interventions for children with autism spectrum disorder. | Physician's Weekly 08/02/2021

«Naturalistic Developmental Behavioral Interventions (NDBI) have been evaluated as the most promising interventions for children with autism spectrum disorder. In recent years, a growing body of literature suggests that technological advancements such as Virtual Reality (VR) are promising intervention tools. However, to the best of our knowledge no studies have combined evidence-based practice with such tools. This article aims to review the current literature combining NDBI and VR, and provide suggestions on merging NDBI-approaches with VR. This article is divided into two parts, where we first conduct a review mapping the research applying NDBI-approaches in VR. In the second part we argue how to apply the common features of NDBI into VR-technology. Our findings show that no VR-studies explicitly rely on NDBI-approaches, but some utilize elements in their interventions that are considered to be common features to NDBI. As the results show, to date, no VR-based studies have utilized NDBI in their intervention. We therefore, in the second part of this article, suggests ways to merge VR and NDBI and introduce the term Virtual Naturalistic Developmental Behavioral Interventions (VNDBI). VNDBI is an innovative way of implementing NDBI which will contribute in making interventions more accessible in central as well as remote locations, while reducing unwanted variation between service sites. VNDBI will advance the possibilities of individually tailoring and widen the area of interventions. In addition, VNDBI can provide the field with new knowledge on effective components enhancing the accuracy in the intervention packages and thus move forward the research field and clinical practice.»...

<< Sommaire
physiciansweekly

Songbird system may provide new treatment options for children with autism 04/02/2021

«Inactivating a gene in young songbirds that are closely linked with autism spectrum disorder (ASD) prevents the birds from forming memories necessary to accurately reproduce their fathers' songs, a new study led by UT Southwestern shows. The findings, published online today in Science Advances, may help explain the deficits in speech and language that often accompany ASD and could eventually lead to new treatments specifically targeting this aspect of the disorder. Study leader Todd Roberts, Ph.D., associate professor of neuroscience and a member of the Peter O'Donnell Jr. Brain Institute at UT Southwestern, explains that the vocalizations that comprise a central part of human communication are relatively unique among the animal world - not just for their complexity, but in the way they're passed down from caregivers to offspring.»
[...]
«Songbirds such as zebra finches also learn complex vocalizations from caregivers (songs are passed on to male offspring typically from their fathers). Much like humans, these animals have intricate brain circuitry devoted to this task, found in a region of the brain in the birds often referred to as the high vocal center, or HVC. Because of the parallels between language learning in humans and song learning in the birds, Roberts says, songbirds are often used as a scientific model for understanding speech development in people, including conditions in which vocal communication is changed. In their research, Roberts and his colleagues used zebra finches to study the role of a gene called FoxP1, one of the genes most correlated with ASD. Mutations of this gene cause a specific subtype of autism-linked with severe language impairment and intellectual disability. »...

<< Sommaire
news-medical

Inceste, viol : « En France, en 2021, les medecins et les psy ne sont pas formes » - Elle 18/01/2021

«Alors que la parole se libère enfin, le corps médical n'a toujours pas les bons outils pour venir en aide aux victimes... Par Sarah Lévy Muriel Salmona ne décolère pas. Quand on évoque avec elle la prise en charge des victimes de violences sexuelles, la psychiatre spécialisée en traumatologie et victimologie voit rouge. « Vous vous rendez compte ? Actuellement, on peut encore recevoir quelqu'un qui se scarifie, a fait des tentatives de suicides et lui faire la morale sans lui demander ce qui lui est arrivé », tempête-t-elle. Depuis la sortie du livre « La Familia Grande », dans lequel Camille Kouchner accuse Olivier Duhamel d'avoir abusé de son frère jumeau, les victimes d'inceste se sont emparé des réseaux sociaux pour témoigner de ce qui leur est arrivé. Mais parmi elles, combien ont reçu les soins, l'écoute et l'aide de professionnels formés aux violences sexuelles ? « Pour plus de 70% des victimes de viols, le premier recours est le médecin ou le psy mais ils ne sont pas formés ! » s'indigne la présidente de l'association mémoire traumatique et victimologie. « J'ai plein de patientes dont le parcours de soin a été horrible. Les jeunes sont très souvent diagnostiqués psychotiques ou schizophrènes quand leur mémoire traumatique se réveille. Certains se retrouvent sous contention dans une chambre d'isolement. C'est terriblement maltraitant ! » s'inquiète-t-elle.»...

<< Sommaire
elle

Handicap : quels sports autorises a partir du 16 janvier? 16/01/2021

«Durcissement du couvre-feu de 18h à 6h qui, dès le samedi 16 janvier, s'étend à toute la Métropole et la Corse. De nouvelles règles sont édictées qui s'appliquent également à la pratique sportive. Les personnes handicapées restent "prioritaires". 16 janvier 2021 ...¢ Par Handicap.fr / E. Dal'Secco Thèmes : Commentaires0 Réagissez à cet article Illustration article Si la pratique dans les équipements sportifs couverts est suspendue à compter du 16 janvier 2021 pour les mineurs dans le cadre de l'école, des centres aérés ou des loisirs sportifs, la pratique des adultes comme des enfants restera possible dans l'espace public et dans les équipements sportifs de plein air.»
[...]
«Pour les publics prioritaires Comme c'était déjà le cas auparavant, certains publics jugés prioritaires peuvent néanmoins bénéficier de dérogations. Il s'agit des : sportifs professionnels, sportifs de haut niveau et autres sportifs inscrits dans le Parcours de performance fédéral, personnes en formation universitaire ou professionnelle, personnes détenant une prescription médicale APA et personnes en situation de handicap reconnu par la MDPH ainsi que l'encadrement nécessaire à leur pratique. Ils conservent l'accès à l'ensemble des équipements sportifs (plein air et couverts). Pour ces publics, l'ouverture des vestiaires collectifs est autorisée, dans les conditions fixées par les protocoles sanitaires. Toutefois, seuls les sportifs professionnels, les sportifs de haut niveau, les publics en formation professionnelle ainsi que l'encadrement nécessaire à leur pratique, seront autorisés à déroger au couvre-feu dans le cadre de leurs déplacements et de l'accès aux équipements sportifs. »...

<< Sommaire
informations.handicap

A Genetics-First Approach to Dissecting the Heterogeneity of Autism: Phenotypic Comparison of Autism Risk Copy Number Variants | American Journal of Psychiatry 02/01/2021

«Abstract Objective: Certain copy number variants (CNVs) greatly increase the risk of autism. The authors conducted a genetics-first study to investigate whether heterogeneity in the clinical presentation of autism is underpinned by specific genotype-phenotype relationships. Methods: This international study included 547 individuals (mean age, 12.3 years [SD=4.2], 54% male) who were ascertained on the basis of having a genetic diagnosis of a rare CNV associated with high risk of autism (82 16p11.2 deletion carriers, 50 16p11.2 duplication carriers, 370 22q11.2 deletion carriers, and 45 22q11.2 duplication carriers), as well as 2,027 individuals (mean age, 9.1 years [SD=4.9], 86% male) with autism of heterogeneous etiology. Assessments included the Autism Diagnostic Interview-Revised and IQ testing.»
[...]
«Results: The four genetic variant groups differed in autism symptom severity, autism subdomain profile, and IQ profile. However, substantial variability was observed in phenotypic outcome in individual genetic variant groups (74%–97% of the variance, depending on the trait), whereas variability between groups was low (1%–21%, depending on the trait). CNV carriers who met autism criteria were compared with individuals with heterogeneous autism, and a range of profile differences were identified. When clinical cutoff scores were applied, 54% of individuals with one of the four CNVs who did not meet full autism diagnostic criteria had elevated levels of autistic traits. Conclusions: Many CNV carriers do not meet full diagnostic criteria for autism but nevertheless meet clinical cutoffs for autistic traits. Although profile differences between variants were observed, there is considerable variability in clinical symptoms in the same variant. »...

<< Sommaire
ajp.psychiatryonline

Arrete du 18 decembre 2020 portant nomination au cabinet de la secretaire d'Etat aupres du Premier ministre, chargee des personnes handicapees - Legifrance 24/12/2020

«Arrêté du 18 décembre 2020 portant nomination au cabinet de la secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées NOR : PRMX2036148A JORF n°0311 du 24 décembre 2020 Texte n° 88 Extrait du Journal officiel électronique authentifié PDF - 176,6 Ko Version initiale La secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, Vu le décret n° 2017-1063 du 18 mai 2017 modifié relatif aux cabinets ministériels ; Vu le décret n° 2017-1098 du 14 juin 2017 relatif aux collaborateurs du Président de la République et des membres du Gouvernement ; Vu le décret du 3 juillet 2020 portant nomination du Premier ministre ; Vu le décret du 6 juillet 2020 relatif à la composition du Gouvernement, Arrête : Article 1 Mme Véronique BILLAUD est nommée, à compter du 1er décembre 2020, conseillère transformation médico-sociale au cabinet de la secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées.»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Maroc - Handicap: le CNDH veut rompre avec le systeme de curatelle | H24info 19/12/2020

«Le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) souhaite rompre avec le système de curatelle et mettre en place un système d'assistance au profit des personnes en situation de handicap, a souligné sa présidente, Mme Amina Bouayach, lors d'une conférence jeudi à distance. Lors de cette rencontre organisée par le Conseil autour du thème « les personnes en situation de handicap et la portée de la personnalité juridique », Mme Bouayach a fait savoir que le CNDH aspire à élaborer un programme ambitieux pour rompre avec le système de curatelle et mettre en place un système d'assistance dédié aux personnes en situation de handicap, indique un communiqué du Conseil. Elle a également indiqué que cette conférence offre au CNDH et au mécanisme national de protection des droits des personnes en situation de handicap un préambule pour présenter des recommandations visant à garantir la personnalité juridique des personnes en situation de handicap et se veut également une plateforme et un espace pour discuter des problématiques liées à la non-application de la pleine jouissance de la capacité juridique, que se soit sur le plan législatif national, comparatif ou encore normatif international.»
[...]
«Mme Bouayach a, à cet effet, mis l’accent sur les interventions et les observations d’un parterre de pays concernant l’article 12 de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées qui a trait à la reconnaissance de la personnalité juridique, ajoutant qu' »au vu des rapports des différents États parties que le Comité des droits des personnes handicapées a examinés, il a été constaté l’existence d’un malentendu général en ce qui concerne la portée exacte des obligations des États parties au titre de l’article 12 de la Convention ». Elle a expliqué que les rapports des États parties reflètent une confusion entre les notions de capacité mentale et juridique, précisant que le Comité concerné par les droits des personnes handicapées avait souligné dans ses observations finales concernant l’article 12, que les États parties doivent réexaminer les lois relatives à la tutelle et entreprendre des mesures pour mettre en place des politiques à même de remplacer le système de « curatelle » dans la prise de décision par le système d' »assistance qui prend en compte l’autonomie et l’indépendance des personnes en situation de handicap ». »...

<< Sommaire
h24info

Question de majorite -AAH 18/12/2020

«Le Parlement de Belgique a adopté à l'unanimité une loi qui rétablit l'égalité réelle entre les jeunes hommes et femmes : ceux qui sont handicapés ne devenaient majeurs, en fait, qu'à compter de 21 ans, âge auquel ils entraient dans le système allocataire conçu pour les adultes. Ils ne pouvaient également pas, avant 21 ans, accéder à l'aide sociale sans que les revenus de leurs parents soient pris en compte, gênant ou empêchant tout projet de vie en autonomie. C'est la Cour Constitutionnelle belge qui, le 9 juillet 2020, a sanctionné la loi de 1987 qui établissait ce report de trois ans de la majorité légale réelle des jeunes handicapés. Elle s'est prononcée à la demande d'un tribunal provincial lui-même saisi par un jeune homme auquel l'administration compétente avait été refusé l'accès aux prestations adultes. Nos jeunes voisins belges peuvent donc, avec effet rétroactif au 1er aout 2020, accéder dès l'âge de 18 ans à l'équivalent de notre Allocation Adulte Handicapé (AAH).»
[...]
«Parce qu’en France, l’âge de la majorité légale des jeunes handicapés est établi à 20 ans depuis la loi du 30 juin 1975 créant cette AAH. Jusqu’à cet âge, ce sont les parents ou tuteurs légaux qui peuvent demander et percevoir l’Allocation d’Éducation de l’Enfant Handicapé (AEEH) qu’ils emploient à leur convenance. Pourquoi 20 ans ? Parce qu’il correspond à l’âge limite du droit des parents à percevoir des prestations familiales, tant que les éventuels revenus de leurs enfants en âge de travailler ne dépassent pas 55% du SMIC. Au moment de la création de l’AAH, l’âge de la majorité avait été abaissé de 21 à 18 ans par la volonté du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing. L’âge limite de scolarité obligatoire était alors fixé à 16 ans, autorisant les adolescents à travailler (hors apprentissage) comme les adultes. Et depuis la rentrée 2020, ceux qui ont entre 16 et 18 ans ont l’obligation de se former. Pourtant, depuis 1975 les âges réels de majorité ne coïncident pas en France selon que les jeunes soient valides ou handicapés, et pour ces derniers qu’ils travaillent ou pas. Plus de 45 ans après la loi fondatrice des droits des personnes handicapées, il reste une frontière à franchir dans l’égalité : qui la fera sauter auprès de notre Conseil Constitutionnel ? »...

<< Sommaire
yanous

La gestion departementale et les absences des AESH 17/12/2020

«La gestion départementale et les absences des AESH La gestion des AESH est rectorale mais presque toujours le Recteur de l'académie délègue cette gestion aux Inspecteurs d'académie (DASEN). C'est donc l'Inspecteur d'académie du département qui a en charge l'affectation des AESH après que la CDAPH a notifié leur attribution auprès d'un ou de plusieurs élèves. Et c'est donc à l'Inspecteur d'Académie et à ses services que l'on doit s'adresser pour toute question en rapport avec l'affectation des AESH. Mais si l'on n'obtient pas satisfaction on peut faire appel à d'éventuels recours Dans chaque département, l’Inspecteur d’académie désigne un responsable chargé de coordonner le dispositif d’accompagnement des élèves en situation de handicap, en application de la circulaire n° 2017-084 du 3 mai 2017.»
[...]
«Un coordonnateur départemental organise et coordonne le travail des AESH Dans chaque département, l’Inspecteur d’académie désigne un responsable chargé de coordonner le dispositif d’accompagnement des élèves en situation de handicap, en application de la circulaire n° 2017-084 du 3 mai 2017. Ce coordonnateur est chargé de l’organisation et de la planification des emplois du temps des AESH. Il assure la liaison entre les différents partenaires. Il est l’interlocuteur privilégié des directeurs d’école, des chefs d’établissement et des personnels chargés de l’aide humaine. Un certain nombre de problèmes (choix de l’AESH, horaires d’intervention auprès de l’élève, etc.) peuvent être traités au niveau de la coordination départementale, comme dans cet exemple de règlement d’un cas d’incompétence de l’AESH. Mais les principales difficultés que rencontrent les familles sont liées à l’absence des AESH. Le coordonnateur départemental est placé sous la responsabilité de l’IEN-ASH. On trouve généralement ses coordonnées sur le site de l’IEN-ASH du département ou on peut la demander à ses services (voir aussi : liste des adresses). Les PIAL Dans certains secteurs, les AESH ont une organisation locale en PIAL (Pôle Inclusif d’Accompagnement Localisé). Si c’est le cas, s’adresser au pilote du PIAL (qui est souvent le Principal du collège du Secteur). Ce dispositif prend de plus en plus d’importance. Les problèmes liés à l’absence des AESH Les textes officiels rappellent que la présence de l’AESH n’est pas une condition de la scolarisation. L’élève devrait donc être accueilli en classe même en l’absence de l’AESH, à moins qu’une disposition autre n’ait été prévue dans le PPS de l’enfant. Les textes reconnaissent toutefois la nécessité de prendre en compte l’existence de cas particuliers et de circonstances exceptionnelles. Il peut éventuellement y avoir accord amiable avec des parents conscients de la difficulté pour l’enseignant de s’occuper de l’enfant sans l’aide de l’AESH. Ou alors, l’école peut demander à l’IEN de la circonscription de prendre une décision en urgence, conformément à la circulaire 2006-126 du 17 août 2006 (§ 2-4-3). Mais en aucun cas l’école ne peut décider seule de refuser un enfant. On distinguera deux situations : Les absences de l’AESH qui a été affecté auprès de l’enfant Il est écrit que le responsable départemental assure le suivi du dispositif. C’est dire qu’il doit répondre aux situations difficiles qui se produisent en cas d’absence de l’AESH. Malheureusement, ses moyens sont limités. Il est rare que le coordonnateur dispose d’un potentiel suffisant de remplaçants ! Alors, que faire ? En cas d’absence de l’AESH, les parents et le directeur de l’école interrogeront d’abord ce coordonnateur départemental et le pilote du PIAL, si l’école est dans un PIAL, pour savoir ce qu’il en est et pour demander un remplaçant. Ils peuvent mettre une copie de leur courrier ou de leur mail à l’Inspecteur d’Académie et au Recteur. Mais s’ils ne se passe rien, ils se retrouveront dans la même situation que les parents qui sont toujours en attente de l’affectation d’un AESH. La non affectation d’un AESH malgré la notification de la MDPH C’est l’un des dysfonctionnement habituels de le rentrée scolaire : tous les ans les parents et les enseignants sont nombreux à se plaindre de l’absence des ARSH à la rentrée scolaire, malgré les notifications de la CDAPH, tandis que de leur côté des AESH restent dans l’attente d’une affectation. Le difficultés se résorbent dans les jours qui suivent. Et on notera tout de même, pour être juste, que la majorité des 90 000 AESH sont en poste le jour de la rentrée ! Mais il y a aussi les cas où aucun AESH n’est affecté parce que les effectifs de l’Inspecteur d’académie sont épuisés ou encore, dans quelques départements, à Paris par exemple, parce que des postes d’AESH ne sont pas pourvus par manque de candidats. Quelles sont alors les voies de recours pour les familles ? Dans tous les cas, joindre le coordonnateur départemental des AESH et éventuellement le pilote du PIAL A défaut de pouvoir régler rapidement le problème, les services de l’Inspection académique qui gèrent les AESH, et notamment le responsable départemental du dispositif devraient être en mesure de renseigner la famille sur le délai d’attente pour l’envoi d’un AESH. Demander ses coordonnées à la cellule départementale d’écoute des familles 0 805 805 110 Les n° d’appel du Ministère Le Ministère a mis en place une cellule nationale et des cellules départementales d’écoute des familles qui rencontrent des difficultés quant à la scolarisation de leurs enfants en situation de handicap un serveur interactif : 0 805 805 110 Faire appel au Recteur Puisque l’Inspecteur d’Académie (DASEN) ne fournit pas d’AESH, on peut faire appel au Recteur, qui est son supérieur hiérarchique, au moins pour l’informer de la situation. Le Recteur gère les moyens au niveau de l’académie. Ecrire au Recteur, avec copie à l’Inspecteur d’Académie (DASERN) et à l’IEN-ASH conseiller technique du Recteur, dont on trouvera les coordonnées sur conseillers des recteurs Il peut être utile d’être appuyé par une association. Le défenseur des enfants L’intervention du Défenseur des Droits, et en l’occurrence du Défenseur des enfants, s’avère souvent être la procédure la plus efficace. Et la plus rapide. Des familles qui ont fait appel à la Défenseure des enfants ont obtenu qu’une AESH soit envoyée rapidement dans l’école. La défenseure avait été contactée par mél, sur son site. Pour la procédure, voir : le défenseur des enfants Le tribunal administratif Le tribunal administratif est compétent pour les questions d’orientation (on pourra faire appel à lui, par exemple, quand la décision d’orientation prononcée par la MDPH n’est pas appliquée par l’Education nationale). Le recours doit être formulé dans un délai de deux mois à compter de la date de réception de la notification Voir l’exemple d’une décision d tribunal administratif de Pau condamnant l’Etat pour non affectation d’un AESH Une nouvelle jurisprudence vient confirmer que l’on peut saisir le tribunal administratif d’un référé-liberté (audience en 48 heures) pour un élève handicapé dès l’âge de 3 ans, lorsqu’il n’a pas son AESH malgré une notification de la MDPH. (Tribunal administratif de Nice – Ordonnance du 15 novembre 2019) Compléments Les textes officiels sont : La circulaire n° 2017-084 du 3 mai 2017 – 7.le pilotage La circulaire 2016-117 du 8 août 2016 – 2.3. L’aide humaine La circulaire 2019-090 du 5 juin 2019 – Cadre de gestion des personnels exerçant des missions d’accompagnement d’élèves en situation de handicap (AESH) »...

<< Sommaire
ecole-et-handicap

Rennes : leur lampe contre la dyslexie va recevoir un prix de medecine 16/12/2020

«Deux physiciens de l'université de Rennes-1 vont recevoir un prix de l'Académie de médecine ce mardi 15 décembre. Albert Le Floch et Guy Ropars ont créé un système qui permet de lutter contre la dyslexie. Albert Le Floch et Guy Ropars vont recevoir le prix de l'Académie de médecine pour leur découverte. Albert Le Floch et Guy Ropars vont recevoir le prix de l'Académie de médecine pour leur découverte. Deux chercheurs bretons de l'Université de Rennes-1 vont recevoir un prestigieux prix ce mardi 15 décembre. Albert Le Floch et Guy Ropars, physiciens à l'université de Rennes-1 à Rennes (Ille-et-Vilaine) vont être récompensés par l'Académie de médecine pour leurs recherches sur la dyslexie. Une pathologie qui toucherait entre 500 et 700 millions de personnes à travers le monde selon les études relayés par la fédération des "Dys". Ce trouble cognitif handicape la lecture.»
[...]
«La lumière pulsée comme solution Après quinze années de travaux, Albert Le Floch et Guy Ropars ont mis au point une lampe et des lunettes qui permettent de corriger ce trouble. Ils misent sur la lumière pulsée. "C'est un peu comme dans les postes de télévision. L'écran s'éclaire dans un temps très court, puis il se rallume, puis s’éteint de nouveau, de façon alternative. On arrive à effacer tout ce qui est en trop. Dans le cas de la dyslexie, l'enfant lit sur un tableau non effacé. Notre lampe vient effacer ce qui est en trop sur le tableau et l'enfant arrive à lire comme quelqu'un qui n'a pas de problème," explique Albert Le Floch. Selon les deux chercheurs, la dyslexie pourrait s'expliquer par une malformation des tâches de Maxwell que l'on peut observer dans le fond de nos yeux. Chez les personnes dyslexiques, celles-ci seraient identiques alors qu'elles ne doivent pas se ressembler. L'absence d’œil dominant rendrait le cerveau incapable de faire un choix lors de la lecture des lettres. Les deux chercheurs bretons ont reçu des centaines d'enfants dans leur laboratoire pour effectuer les tests de leurs appareils. "Notre plus belle récompense était le sourire des enfants à la sortie des essais." A partir du travail d'Albert Le Floch et Guy Ropars, une start-up a commencé à développer une lampe qui pourrait voir le jour "sous peu de temps" précise Romuald Guegan, de la société Lili Light for Life. »...

<< Sommaire
francebleu

Vitamin D the clue to more autism spectrum disorder in boys | India Education,Education News India,Education News | India Education Diary 12/12/2020

«A deficiency in vitamin D on the mother's side could explain why autism spectrum disorder (ASD) is three times more common in boys, say researchers from The University of Queensland. In their latest study, Professor Darryl Eyles and Dr Asad Ali from UQ's Queensland Brain Institute found vitamin D deficiency during pregnancy caused an increase in testosterone in the developing brain of male rats. “In addition to its role in calcium absorption, vitamin D is crucial to many developmental processes.»
[...]
«“The biological cause of autism spectrum disorder is unknown but we have shown that one of the many risk factors—low vitamin D in mothers—causes an increase in testosterone in the brain of the male foetuses, as well as the maternal blood and amniotic fluid,” Professor Eyles said. “In addition to its role in calcium absorption, vitamin D is crucial to many developmental processes. “Our research also showed that in vitamin D-deficient male foetuses, an enzyme which breaks down testosterone was silenced and could be contributing to the presence of high testosterone levels.” Professor Eyles’ previous research has shown that vitamin D plays a critical role in brain development and that giving vitamin D supplements to mice during pregnancy completely prevented ASD-like traits in their offspring. Co-author Dr Ali said that excessive exposure of the developing brain to sex hormones like testosterone was thought to be an underlying cause of ASD, but the reasons remained unclear. “Vitamin D is involved in pathways controlling many sex hormones,” Dr Ali said. “When the rat mothers were fed a low vitamin D diet, it caused male foetal brains to have high levels of exposure to testosterone.” Professor Eyles said the study was the first to show that a known risk factor for ASD alters testosterone in both the foetal brain and the mother’s blood — one possible contributor to why ASD is more prevalent in males. “We have only studied one risk factor for ASD — vitamin D deficiency during development — our next step is to look at other possible risk factors, such as maternal stress and hypoxia – lack of oxygen – and see if they have the same effect,” he said. This research is published in Molecular Autism (DOI:10.​1186/s13229-020-00399-2). It is a collaboration with The University of Western Australia’s Dr Andrew Whitehouse and funded by the National Health and Medical Research Council Australia and Queensland Centre for Mental Health Research. »...

<< Sommaire
indiaeducationdiary

Eleves handicapes : pour avoir le droit a l'ecole a domicile, il faudra lever le doigt - Faire Face 11/12/2020

«Le projet de loi confortant le respect des principes de la République prévoit de soumettre à autorisation le droit d'assurer l'école à la maison. Une pilule dure à avaler pour ces parents d'enfants handicapés qui n'ont d'autre choix que d'assurer l'instruction à domicile. Car leur fille ou leur fils s'est retrouvé exclu de l'école, faute d'accompagnement, de place en Ulis ou d'orientation adaptée. Gwénaëlle Journet se fait du souci pour la rentrée prochaine. Pourtant, depuis qu'elle a décidé de faire l'école à la maison à son fils handicapé, il y quatre ans, tout se passe bien. Le jeune garçon de dix ans est atteint du syndrome de Joubert. Cette maladie génétique affecte ses capacités cognitives et motrices. « Nathan progresse à son rythme », se félicite sa maman. Mais ce qui l'inquiète, c'est l'article 21 du projet de loi confortant le respect des principes de la République. Il va rendre plus difficile la possibilité d'enseigner à domicile.»
[...]
«Aujourd’hui, un simple courrier d’information Jusqu’à présent, c’est un droit. « L’instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles », stipule l’article L131-2 du code de l’éducation. Les rentrées précédentes, Gwénaëlle Journet n’avait donc qu’à envoyer un courrier d’information à sa mairie et à la direction académique. Demain, une demande d’autorisation Mais si le texte passe en l’état, il lui faudra obtenir l’accord de l’Éducation nationale. Le gouvernement souhaite en effet réécrire article L131-2 dans ces termes : « L’instruction obligatoire est donnée dans les établissements ou écoles publics ou privés. Elle peut également, par dérogation, être dispensée dans la famille sur autorisation. » « Autrement dit, si vous voulez vous soustraire au principe de la scolarisation, vous devrez obtenir l’autorisation des autorités académiques », a explicité Jean Castex, dans Le Monde. Un véritable changement de régime. « Une démarche administrative de plus ! » Nathan avance à son rythme, à domicile. Certes, le projet de loi liste les motifs ouvrant droit à cette dérogation. Y figure, entre autres, « l’état de santé de l’enfant ou son handicap ». « Dans le meilleur des cas, ce sera juste une démarche administrative de plus ! » pointe Gwénaëlle Journet. Avec le risque, cependant, de longs délais de traitement. « Mais cela pourrait se transformer en obstacle », s’inquiète-t-elle. Sur quels critères l’Éducation nationale accordera-t-elle l’autorisation ? Pourra-t-elle considérer que l’enfant serait mieux en Ulis ou en IME ? « Nous avons dû chercher des alternatives à l’école. » Les trois premières années de maternelle, Nathan était inscrit à l’école de son quartier. Avec une notification de 25 heures d’accompagnement par un AESH… dont il n’a jamais réellement bénéficié. « Sa scolarisation en classe étant un échec, nous avons dû chercher des alternatives à l’école », rappelle sa mère. L’Ulis ? « Pas adapté car Nathan a besoin d’un suivi individuel ». L’IME ? « Trop loin et pas conforme à nos souhaits. » Restait l’école à la maison. « Conseillée par l’inspectrice d’académie ! » Une double pleine et une humiliation « Comment le gouvernement va-t-il expliquer à des parents d’élèves handicapés n’ayant d’autre choix que l’instruction en famille qu’ils doivent demander une autorisation ?, interroge Marion Aubry, vice-présidente de Toupi, une association pour l’inclusion des personnes atteintes de handicap cognitif. C’est une humiliation. » « Il y a un côté double peine pour ces mères et ces pères, approuve Bénédicte Kail, conseillère nationale éducation d’APF France handicap. L’école ne veut plus de leur enfant. Ou il a été orienté en IME mais il n’y a pas de place… Et pourtant, ils vont devoir solliciter une dérogation pour faire l’école à la maison. C’est violent ! » »...

<< Sommaire
faire-face

Ecole a la maison : pas d'interdiction en cas de handicap 10/12/2020

«Le gouvernement a décidé d'assouplir l'interdiction de la scolarité à domicile, point clé du projet de loi contre le séparatisme. Des dérogations seront notamment accordées pour les enfants handicapés, malades ou encore les sportifs de haut niveau. 10 décembre 2020 ...¢ Par L'AFP pour Handicap.fr Thèmes : Commentaires0 Réagissez à cet article Illustration article Le gouvernement va "encadrer" plus strictement la scolarité à domicile dans le projet de loi sur le séparatisme mais va étendre les exceptions possibles au principe de l'instruction à l'école, a-t-on appris, le 8 décembre 2020, de l'entourage du ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. En détaillant ce projet de loi, qui est présenté le 9 décembre en Conseil des ministres, le président Emmanuel Macron avait annoncé en octobre la fin de l'instruction à domicile, à quelques rares exceptions notamment médicales. Face au tollé et au risque d'inconstitutionnalité, l'exécutif a décidé d'assouplir la mesure...»
[...]
«Dérogations en cas de handicap Le gouvernement souhaite "passer à un système encadré, avec des demandes d'autorisation auprès du rectorat", a-t-on précisé dans l'entourage de M. Blanquer qui veut en finir avec un système "très libéral" où, "sur simple déclaration, une famille peut informer sa mairie et l'Education nationale" de son souhait de scolariser ses enfants à la maison. "Le principe sera celui de la scolarisation à l'école avec des dérogations pour la santé, le sport, le handicap, les gens du voyage, les sportifs de haut niveau et un critère plus général qui sera fondé sur un projet pédagogique pour l'enfant", a ajouté cette source. "Les services du rectorat prendront en considération la demande des parents, le projet formé par les parents et l'ensemble des critères qui leur permettront d'accorder ou non cette autorisation", ajoute-t-on de même source. L'instruction à la maison multipliée par 10 Sur le volet de l'instruction en famille, "nous sommes confrontés à une forte progression des effectifs, qui a justifié une réflexion sur de la régulation de ce secteur. Nous sommes aujourd'hui à 62 000 enfants inscrits à l'instruction en famille, c'est une multiplication par deux par rapport à l'année 2016", dit-on au ministère. "Nous ne pouvons pas laisser ce chiffre croître d'année en année sans être en capacité d'apprécier de manière plus précise les motivations et les situations individuelles", se défend le ministère. Ce dernier se veut clair : "L'objectif affiché est de pouvoir réduire le nombre d'enfants instruits en famille, le gouvernement n'entend pas se cacher derrière son petit doigt". Selon lui, "les convictions politiques, religieuses ou philosophiques des familles ne pourront pas venir justifier le choix d'inscrire l'enfant en instruction à domicile puisque le but est de privilégier l'intérêt de l'enfant et non pas la seule volonté propre des parents". »...

<< Sommaire
informations.handicap

Tribunal de Brest : un professeur de guitare reconnu coupable d'avoir agresse sexuellement son eleve autiste - Brest - Le Telegramme 09/12/2020

«Ce mardi, un retraité a été condamné à douze mois d'emprisonnement avec sursis par le tribunal de Brest. Il a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur une jeune fille âgée de 15 ans. Tribunal de Brest : un professeur de guitare reconnu coupable d'avoir agressé sexuellement son élève autiste (Photo d'illustration Le Télégramme) Ce mardi, un retraité a été condamné à 12 mois d'emprisonnement avec sursis par le tribunal de Brest. Il a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur une jeune fille âgée de 15 ans. L'homme de 61 ans donnait des cours de guitare, dans un village de la région de Brest. Le 6 mai 2017, une élève de 15 ans et demi, souffrant de troubles autistiques, se plaint à sa grand-mère. Son professeur de guitare l'aurait embrassée et aurait caressé son entrejambe. « J'ai failli pleurer », confie-t-elle ensuite à sa mère, qui décide de porter plainte. La jeune fille, même si elle n'est pas « sexualisée », sait reconnaitre ce qui est bien ou mal.»...

<< Sommaire
letelegramme

Abus sexuels presumes dans un I.M.E de Voiron en Isere : l'avocat general demande de rouvrir l'enquete 09/12/2020

«Neuf familles ont fait un recours devant la cour d'Appel de Grenoble. Il était examiné, ce mardi matin, l'avocat général a requis un complément d'enquête, alors qu'au mois d'avril, le juge d'instruction avait prononcé un non-lieu. Ces adolescents autistes auraient subi des abus sexuels en 2014-2015 L'affaire d'abus sexuels présumés sur des enfants et adolescents autistes dans un IME de Voiron n'est pas encore terminée. Les familles ont l'espoir que la justice rouvre l'enquête. C'est ce que l'avocat général a requis devant la cour d'Appel de Grenoble. Elle avait été saisie par les parents des victimes présumées après le classement sans suite de leurs plaintes par la justice, en avril.»
[...]
«La cour d'appel rendra sa décision le 28 janvier Neuf familles avaient porté plainte en 2015. Leurs dix enfants autistes affirmaient avoir subi des abus sexuels fin 2014, début 2015. Trois éducateurs étaient désignés par les enfants. En avril dernier, la justice avait rendu un non-lieu général, en raison d'un manque de preuves et en raison de la fragilité de la parole des enfants et adolescents. "Cela nous a fait du bien d'entendre les plaidoiries., on se sent entendus", raconte Céline à la sortie de l'audience à huis-clos. "C'était difficile. L'agresseur de mon fils était là. Le revoir, pour moi, cela a été ... dérangeant". Cette maman d'un adolescent de 15 ans au moment des faits poursuit : "Il fallait que je sois là pour soutenir mon enfant et les autres". Ce qu'elle attend de cette procédure ? "Qu'on fasse une vraie enquête pour trouver réellement ce qui s'est passé, parce qu'ils ont été agressés." L'impression d'avoir été entendues pour les familles "Nous sortons d'une audience durant laquelle la justice a été extrêmement attentive", dit maître Céline Astolfe qui intervenait pour la Fondation pour l'Enfance. "Il faut aussi dire que le parquet général a suivi les demandes des parties civiles en étant favorable à un supplément d'information. Ce qui nous semble être une excellente nouvelle pour cette famille qui est depuis des années à attendre que des investigations complémentaires soit faites, et que la justice aille vraiment au bout de cette affaire dans laquelle des enfants ont été victimes dans cet institut médico-éducatif". Maître Myriam Guedj-Benayoun, qui représente l'association "Innocence en danger" réclame "l'audition de tous les enfants par des professionnels psychiatres ou psychologues du handicap et de l'autisme, la confrontation avec les éducateurs incriminés et, surtout, surtout, que le juge d'instruction interroge deux des trois éducateurs. Il n'en avait interrogé qu'un seul". Deux éducateurs n'ont pas été entendus par la justice. Pourquoi ? Selon Maître Astolfe : "On ne l'explique pas. Justement ! On a l'impression que, peut-être, l'enquête a été faite rapidement. La question qui se posait, c'était de savoir si le juge pouvait entendre les deux éducateurs puisque un seul a été entendu. Donc, nous avons sollicité, officiellement, l'interrogatoire de ces deux éducateurs" »...

<< Sommaire
francebleu

'' Le secret de la Victoire '' - OrangeDay #Violences #femmes #Sport / 10 Decembre 2020 | Billets | Autres | Billetto ...” France 07/12/2020

«Evénement en ligne 10 Déc 2020 20:30 - 22:30 Association AFFA et Mémoire traumatique et Victimologie Billets Gratuit Obtenir des billets Allez avec des amis Dans le cadre des #16jours #orangeDay #Violences #filles #femmes, #OrangeTheWorld, initié par ONU Femmes, l'association AFFA et l'association Mémoire Traumatique et Victimologie vous invite à une table ronde en visio-conférence avec des sportives internationales : Abitbol Sarah, Larcade Audrey, Plaza Mélissa et Marie Rabatel, avec une experte du psychotraumatisme, la Dre Muriel Salmona et les interventions de Roxana Maracineanu Ministre déléguée attachée au sport et Adrien Taquet Secrétaire d'Etat de l'Enfance et des familles. Une soirée inédite basée sur des témoignages de femmes victimes en tant qu'enfant ou adolescente, de harcèlement, discriminations, violences sexuelles... Elles parleront de l'apport et des valeurs du sport pour faire face aux conséquences psychotraumatiques. Leur plus grande victoire secrète de leur vie grâce à leur mental d'acier ! La plus haute marche du podium n'est pas celle que l'on croit ...»...

<< Sommaire
billetto

Réponse Question n°24249 - Assemblee nationale 07/12/2020


«Texte de la question Mme Valérie Rabault interroge M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur les prescriptions des commissions des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) pour la scolarisation des élèves en situation de handicap. Elle souhaiterait qu'il lui communique, par département, les données suivantes telles qu'elles ont été arrêtées le jour de la rentrée scolaire 2019, d'une part, au titre de l'aide humaine individuelle et d'autre part, au titre de l'aide humaine mutualisée : le nombre de prescriptions reçues ; le nombre d'élèves bénéficiant de l'aide prescrite ; le nombre d'élèves en attente d'un accompagnement et le taux de couverture de ces prescriptions en %.» [...]
« Texte de la réponse Permettre à l'École de la République d'être pleinement inclusive est une ambition forte du Gouvernement qui a fait du handicap une priorité du quinquennat. Conformément à l'article L. 111-1 du code de l'éducation, le service public de l'éducation veille à l'inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction. La loi n° 2019-791 du 26 juillet 2019 pour une « école de la confiance » consacre le chapitre IV à l'école inclusive et transforme en profondeur l'accompagnement des élèves en situation de handicap. Dès la rentrée 2019, plusieurs mesures ont d'ores et déjà été mises en place :
• le recrutement des AESH par contrat à durée déterminée de trois ans, renouvelable une fois avant transformation en contrat à durée indéterminée ;
• la mise en place d'une formation de 60 heures obligatoire dès la première année du contrat pour tous ces accompagnants et l'ouverture des plans de formation académiques et départementaux à ces personnels ;
• la pleine reconnaissance des accompagnants comme professionnels à part entière au sein des équipes éducatives. Ainsi, les AESH participent aux équipes de suivi de la scolarisation (ESS) et un entretien est rendu obligatoire avec la famille et l'enseignant de l'élève en début d'année scolaire ;
• la désignation dans chaque département d'un ou de plusieurs AESH « référents » chargés de fournir un appui à d'autres AESH dans l'exercice de leurs missions. Ces mesures sont des étapes importantes vers la déprécarisation du métier et la stabilité des contrats. Enfin, la loi précitée entérine également la création des pôles inclusifs d'accompagnement localisés (PIAL). Cette nouvelle forme d'organisation a pour objectif de coordonner les moyens d'accompagnement humain au sein des écoles et établissements scolaires de l'enseignement public et de l'enseignement privé sous contrat. Ces dispositifs sont conçus de manière à mieux prendre en compte les besoins éducatifs particuliers de l'élève en situation de handicap en vue du développement de son autonomie. Le PIAL offre une souplesse organisationnelle aux écoles et aux établissements scolaires leur permettant de déterminer comment mettre en œuvre cet accompagnement humain en fonction des besoins des élèves, suite à la prescription de la MDPH. Les données actualisées, à la date du 31 mai 2020, au niveau national, sont les suivantes :
• le nombre de prescriptions reçues au titre de l'aide individuelle s'élève à 91 147, et le nombre d'élèves accompagnés est de 85 291, le taux de couverture est donc de 93,6 % ;
• le nombre de prescriptions reçues au titre de l'aide mutualisée est de 140 097 et le nombre d'élèves accompagnés est de 129 325, soit un taux de couverture de 92,3 %. Le détail par département s'établit comme suit : Départements Aide individuelle Aide mutualisée Élèves avec prescription Élèves accompagnés Élèves en attente Taux de couverture Élèves avec prescription Élèves accompagnés Élèves en attente Taux de couvertur »...

<< Sommaire
questions.assemblee-nationale

Infant hearing test might be sound predictor of autism | Spectrum | Autism Research News 04/12/2020

«Babies who are later diagnosed with autism have a slightly slower brain response to sound on a newborn hearing test than non-autistic babies do, according to a new study. The findings suggest that the screen, called the auditory brainstem response (ABR) test, could one day help clinicians identify autism in infants, says study investigator Oren Miron, research associate in biomedical informatics at Harvard University. The ABR test is already used to screen nearly all babies born in a U.S. hospital for hearing impairments. Infants in a neonatal intensive care unit who were later diagnosed with autism showed delayed brain responses to sound on this test at around 10 days old, according to a 2012 study. And autistic children aged 2 to 6 years can also show ABR delays, a 2017 study suggests. But those analyses both exposed participants to higher-intensity sounds than are typically used in routine screening. The new work investigated whether the results from conventional ABR screenings can foretell autism, too. "There's a brain test that's done on every newborn to detect hearing impairment, and it's already been shown it's abnormal in children with autism," Miron says. "Once we develop this marker further, it could help us modify those 4 million hearing tests that are done each year so they'll also test for autism." “It is important that we have more support for auditory problems in [autism], and this paper supports that these are detectable at birth,” he says. “The sooner kids are diagnosed with [autism], the sooner interventions and therapies can start.”»
[...]
«The study supports the notion that hearing impairments are a cardinal sign of autism, says Randy Kulesza, professor and director of anatomy at Lake Erie College of Osteopathic Medicine in Erie, Pennsylvania, who was not involved in the study. “It is important that we have more support for auditory problems in [autism], and this paper supports that these are detectable at birth,” he says. “The sooner kids are diagnosed with [autism], the sooner interventions and therapies can start.” »...

<< Sommaire
spectrumnews