L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Sun May 31 00:30:03 CEST 2020 France - It's time to Stand Up! For inclusion
28/05/20 Zynerba Pharmaceuticals Inc shares surge on ''compelling'' results from Autism Spectrum Disorder (ASD) clinical trial [proactiveinvestors]
22/05/20 Parents' experiences of accessing respite care for children with Autism Spectrum Disorder (ASD) at the acute and primary care interface: a systematic review | BMC Pediatrics | Full Text [bmcpediatr.biomedcentral]
22/05/20 Parent perspectives of what helps and hinders their child on the autism spectrum to manage their anxiety - Clark - - Clinical Psychologist - Wiley Online Library [aps.onlinelibrary.wiley]
22/05/20 A systematic review of the effectiveness and efficacy of clinician-led psychological interventions for parents of children with ASD - ScienceDirect [sciencedirect]
22/05/20 Toward a Definition of the Linguistic Profile of Children With Autism Spectrum Disorder - PubMed [pubmed.ncbi.nlm.nih]
19/05/20 Assessment of Aggressive Behaviour in a Patient with Autism Spectrum Disorder Requiring General Anesthesia. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
17/05/20 Appel a projets : Grand Prix de l'Innovation pour la sante de l'enfant 2020 [lanouvellerepublique]
16/05/20 Diagnosis of Autism Spectrum Disorder Using Central-Moment Features From Low- and High-Order Dynamic Resting-State Functional Connectivity Networks. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/05/20 Deconfinement : des mesures specifiques en cas de handicap [informations.handicap]
14/05/20 Only 3% individuals diagnosed with autism receive recommended clinical genetic tests [news-medical]
13/05/20 Explaining language: A behavioral critique of Skinner's analysis of verbal behavior. [psycnet.apa]
13/05/20 Effects of an 8-Week Judo Program on Behaviors in Children with Autism Spectrum Disorder: A Mixed-Methods Approach. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
10/05/20 Urinary Essential Elements of Young Children with Autism Spectrum Disorder and their Mothers. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
10/05/20 How musical experience affects tone perception efficiency by musicians of tonal and non-tonal speakers? - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
10/05/20 A 74 ans, Fernand Derrien est confine avec sa fille autiste a La Ferte-Mace [actu]
08/05/20 Sleep difficulties in the first year of life linked to altered brain development in infants who later develop autism | UW News [washington]
07/05/20 Covid-19 et medico-social : La CNSA lance un appel a projets [handirect]
07/05/20 Autisme TSA : Interview du Pr MOTTRON ! Reflexions sur le cliche ''l'autisme est heterogene''. - YouTube [youtube]
06/05/20 Biological marker for autism in babies could lead to earlier therapy and better development | Genetic Literacy Project [geneticliteracyproject]
06/05/20 Arrete du 8 fevrier 2020 portant nomination des membres du Conseil national consultatif des personnes handicapees | Legifrance [legifrance.gouv]
06/05/20 Decret n° 2020-515 du 4 mai 2020 relatif au comite departemental de suivi de l'ecole inclusive | Legifrance [legifrance.gouv]
30/04/20 How Learning an Instrument Helps People With Disabilities [studybreaks]
30/04/20 COVID-19 : la CNSA lance une enquete sur l'organisation de la continuite des accompagnements dans les ESMS pour personnes handicapees | CNSA [cnsa]
30/04/20 Hair trace element concentrations in autism spectrum disorder (ASD) and attention deficit/hyperactivity disorder (ADHD) - ScienceDirect [sciencedirect]
22/04/20 Haute Autorite de Sante - Proposition de classification fonctionnelle de solutions numeriques selon leur finalite d'usage [has-sante]
22/04/20 Roche culls key phase 3 drug trials, including a cancer med and an autism 'breakthrough' therapy [fiercebiotech]
18/04/20 Handicap : une nouvelle vie a inventer en confinement [lanouvellerepublique]
14/04/20 How to define verbal ability in autistic children | Spectrum | Autism Research News [spectrumnews]
13/04/20 Video - Autisme non-oralisant, colloque 8 avril 2020 : la question institutionnelle - YouTube [youtube]
07/04/20 Using MRI to Diagnose Autism Spectrum Disorder [news-medical]
06/04/20 The possible use of precision tinted lenses to improve social cognition in children with autism spectrum disorders - ScienceDirect [sciencedirect]
04/04/20 New treatment for childhood anxiety works by changing parent behavior [sciencedaily]
03/04/20 « Ai-je le droit de sortir plus souvent de chez moi car je suis handicape ? » [faire-face]
02/04/20 VIDEO INA - 1977, des parents desempares face au handicap mental de leur enfant - Archives video et radio [ina]
02/04/20 Une journee mondiale de l'autisme placee sous le signe de la mobilisation dans le cadre de la crise sanitaire - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees [handicap.gouv]
02/04/20 Confinement : les regles vont etre assouplies pour les personnes autistes [sudouest]
01/04/20 Journee mondiale de sensibilisation a l'autisme, Temoignages Singapour | [lepetitjournal]
01/04/20 [Communique de Presse] Covid-19 : Saisie du Conseil d'Etat pour un droit egal a la vie et a la liberte - Collectif pour la Liberte d'Expression des Autistes [cle-autistes]
28/03/20 Arrete du 25 mars 2020 completant l'arrete du 23 mars 2020 prescrivant les mesures d'organisation et de fonctionnement du systeme de sante necessaires pour faire face a l'epidemie de covid-19 dans le cadre de l'etat d'urgence sanitaire | Legifrance [legifrance.gouv]
22/03/20 Avec France tv, faites classe a la maison | France Televisions [francetelevisions]
20/03/20 Haute Autorite de Sante - SLENYTO [has-sante]
19/03/20 Les independants contraints de garder leurs enfants peuvent obtenir un arret de travail indemnise [leparticulier.lefigaro]
19/03/20 Covid-19 : Quelques Mesures Interessant La Famille, Les Mineurs Et Les Personnes Vulnerables [actualitesdudroit]
16/03/20 Coronavirus Covid-19 / Consignes et recommandations applicables a l'accompagnement des enfants et adultes en situation de handicap - Federation Hospitaliere de France (FHF) [fhf]
12/03/20 La securite sociale condamnee, a Orleans, a prendre en charge les soins de deux enfants atteints de pathologies rares - Orleans (45000) [larep]
10/03/20 Autistic children's auditory delays may persist into adulthood | Spectrum | Autism Research News [spectrumnews]
10/03/20 &stxt=Bull Prevalence des troubles du spectre de l'autisme Publie le 10 Mars 2020 Mis a jour le 10 mars 2020 Auteur : Ha Catherine, Chan Chee Christine [santepubliquefrance]
09/03/20 Event Detail - Association for Behavior Analysis International [abainternational]
07/03/20 ˜I never realised everybody felt as happy as I do when I am around autistic people': A thematic analysis of autistic adults' relationships with autistic and neurotypical friends and family [journals.sagepub]
06/03/20 Common test for autism found wanting [news-medical]
06/03/20 Diagnosis of autism in adulthood: A scoping review - Yunhe Huang, Samuel RC Arnold, Kitty-Rose Foley, Julian N Trollor, [journals.sagepub]
06/03/20 Autism Spectrum Disorder Prevalence in Children Aged 12-13...‰Years From the Longitudinal Study of Australian Children - May - - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
06/03/20 LOI n° 2020-220 du 6 mars 2020 visant a ameliorer l'acces a la prestation de compensation du handicap | Legifrance [legifrance.gouv]
05/03/20 Psychometric concerns with the 10-item Autism-Spectrum Quotient (AQ10) as a measure of trait autism in the general population [cambridge]
05/03/20 Researchers question reliability of common autistic personality test [bath.ac]
05/03/20 Alexithymia and autism diagnostic assessments: Evidence from twins at genetic risk of autism and adults with anorexia nervosa - ScienceDirect [sciencedirect]
05/03/20 Study shows LGBTQ+ individuals with autism have greater health disparities than peers [medicalxpress]
04/03/20 ''It Defines Who I Am'' or ''It's Something I Have'': What Language Do [Autistic] Australian Adults [on the Autism Spectrum] Prefer? | SpringerLink [link.springer]
03/03/20 Effects of route of administration on oxytocin-induced changes in regional cerebral blood flow in humans |munications [nature]

Zynerba Pharmaceuticals Inc shares surge on ''compelling'' results from Autism Spectrum Disorder (ASD) clinical trial 28/05/2020

«Autism Spectrum Disorder (ASD) affects communication and behavior in around 1 million children and adolescent patients aged between five and 17 in the USA. In the study named BRIGHT, Zygel was given to 37 patients aged between 3 and 17 with moderate-to-severe symptoms of ASD as an add-on therapy to their standard of care using a variety of efficacy assessments. "We are very encouraged by the compelling top-line results of the BRIGHT trial and we expect to meet with the FDA to discuss the clinical pathway for developing Zygel for the treatment of behavioral symptoms of ASD in the second half of this year," Armando Anido, Zynerba's chairman and CEO said in a statement. "I am very impressed with the improvements my patients made over the 14-week treatment period while receiving Zygel; the reduction in irritability, communication deficits, and repetitive movements were especially noteworthy since some of these are core autistic behaviors," added Helen Heussler, the principal investigator in the BRIGHT trial. "The magnitude of effect on autistic behaviors in this trial is significant, including hyperactivity and stereotypy, which are among the most difficult behaviors to improve with therapeutic intervention. The results of this study strongly suggest the potential of this drug as an important treatment for ASD and I look forward to participating in future clinical studies with Zygel.»...

<< Sommaire
proactiveinvestors

Parents' experiences of accessing respite care for children with Autism Spectrum Disorder (ASD) at the acute and primary care interface: a systematic review | BMC Pediatrics | Full Text 22/05/2020

«Abstract Background Population prevalence estimates by the World Health Organisation suggest that 1 in 160 children worldwide has an Autism Spectrum Disorder (ASD). Accessing respite care services for children with an ASD can often be a daunting and exhaustive process, with parents sometimes forced to access acute hospital services as an initial point of contact for respite care or in a crisis situation. To gain an in-depth understanding of accessing respite care for children with an ASD, from the perspectives of parents, a systematic review of the evidence on parent's experiences and views of respite care for children with an ASD at the acute and primary interface was undertaken. Methods Pubmed, Embase, CINAHL and PsycINFO were systematically searched. Studies identified as relevant based on predetermined eligibility criteria were selected for inclusion. The search strategy also targeted unpublished studies and grey literature. Qualitative data and qualitative components of mixed method studies that represented the experiences of parents accessing respite care for children with an ASD were eligible for inclusion. A meta-aggregative approach was used during data synthesis.»
[...]
«Conclusion In the absence of appropriate services and defined pathways to support services such as respite care, overwhelmed parents and community providers of mental health resources may not be in a position to meet the specific needs of children with an ASD and their families which may be contributing to a direct increase in hospitalizations. This systematic review identified a number of barriers to respite care, of which the findings can be used to inform future service development and further research. Knowledge of parental experiences in caring for a child with an ASD is vital in addressing the need and type of respite care required for children with an ASD »...

<< Sommaire
bmcpediatr.biomedcentral

Parent perspectives of what helps and hinders their child on the autism spectrum to manage their anxiety - Clark - - Clinical Psychologist - Wiley Online Library 22/05/2020

«Abstract Objectives Although anxiety is recognised as one of the most common co...occurring conditions to affect school...aged children with an autism spectrum disorder, little research has explored the strategies that children on the autism spectrum use to manage their own anxiety. Methods Seventy...two parents of children on the spectrum aged 5 to 17years identified things that supported their child to manage their anxiety (enablers) and things that hindered their child's management of anxiety (barriers) across the home, school, and community. Using content analysis, parents' open...ended responses were coded into a series of subcategories for each setting. Results At home, "routine, modifications, and adaptations" was the most frequently reported enabler while "social, communication, and personal challenges" was the most frequently reported barrier to managing anxiety. "Supports and strategies (at school/in the community)" was the most commonly identified enabler that supported children to manage their anxiety in both the school and community environments. "Overstimulation, unpredictability, and demands (at school/in the community)" was the most commonly identified barrier hindering children's management of anxiety in both the school and community settings. Conclusions Given the wide range of barriers and enablers identified, working with children and families to identify the barriers and enablers for each child in managing their anxiety may be a useful process during therapy. Targeting interventions to align with the identified barriers and enablers may assist children on the autism spectrum to develop strategies for the management of their own anxiety across settings.»...

<< Sommaire
aps.onlinelibrary.wiley

A systematic review of the effectiveness and efficacy of clinician-led psychological interventions for parents of children with ASD - ScienceDirect 22/05/2020

«Abstract In families with a child with an Autistic Spectrum Disorder (ASD) much is known about the usefulness of parent training interventions focusing on children's behaviour, social or linguistic development. In contrast clinician led parent targeted interventions focusing on positive parental outcomes such as mental health and psychological well-being are often over-looked. This review systematically considered outcomes in relation to parent-targeted clinician led interventions to support parents' mental health and well-being. The Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses guidelines were followed. Selected articles focused on parent-targeted interventions with a therapeutic and psychoeducational approach delivered directly to one or both parent carers of a child with ASD. Of the 1756 articles screened eight studies were included with 307 participants. Parent focused interventions based on Mindfulness, Cognitive Behaviour Therapy, Acceptance and Commitment Therapy, and Non-Directive Counselling approaches were identified. Participating in clinician-led group interventions introducing stress management strategies, biofeedback, mindfulness, acceptance, and problem-solving skills had a positive effect on parents' mental health and well-being. Participating in groups with a parent focused therapy and psychoeducation component improves parents' well-being and quality of life and su ggests a fruitful avenue for future clinical practice and research that may ultimately broadly benefit all family members.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Toward a Definition of the Linguistic Profile of Children With Autism Spectrum Disorder - PubMed 22/05/2020

«Abstract The current investigation assessed linguistic and narrative abilities in a cohort of children with Autism Spectrum Disorder (ASD). The linguistic assessment was performed with both traditional tests and a multilevel procedure for discourse analysis. The results showed difficulties at different stages of message planning, organization, and microlinguistic processing (i.e., lexical selection and grammatical processing). Their macrolinguistic impairments were likely related to more general difficulties in the prelinguistic conceptual phase of message planning and mental model generation. Such weaknesses included a difficulty in the non-verbal conceptualization of the story and the generation of an internal representation of the addressee's mental model.»...

<< Sommaire
pubmed.ncbi.nlm.nih

Assessment of Aggressive Behaviour in a Patient with Autism Spectrum Disorder Requiring General Anesthesia. - PubMed - NCBI 19/05/2020

«Abstract in French Objectif: Estimer l'utilité d'une anesthésie générale dans l'évaluation du comportement agressif associé au trouble du spectre de l'autisme (TSA). Méthodes: Nous décrivons le cas d'un adolescent masculin présentant un comportement violent avec un diagnostic précédent de TSA, et révisons la littérature médicale traitant de l'évaluation de l'agressivité dans le contexte du TSA. Résultats: Un jeune homme de 16 ans ayant un diagnostic précédent de TSA, qui était non verbal, a été hospitalité dans une unité d'hospitalisation psychiatrique alors qu'il présentait un problème de comportement violent. Le patient n'avait pas reçu de soins médicaux ou dentaires réguliers depuis plusieurs années en raison de l'agitation et de l'agressivité qu'il manifestait quand on tentait de l'examiner physiquement. L'anesthésie générale était nécessaire pour évaluer les affections médicales qui pouvaient contribuer à ces changements de comportement. Quand il fut sous anesthésie générale, il a été physiquement examiné par plusieurs services de consultation, il a reçu une imagerie cérébrale et des échantillons de laboratoire ont été prélevés. Conclusions: Le comportement agressif est un problème commun chez les patients souffrant du TSA. Quand le comportement d'un patient empêche l'examen et les investigations, l'anesthésie générale peut être bénéfique pour faciliter le processus d'évaluation. Ce cas illustre l'importance d'une approche multidisciplinaire dans l'évaluation et la prise en charge d'un patient minimalement verbal qui présente des changements de comportement. A la connaissance des auteurs, ceci représente la première étude de cas publiée d'un patient souffrant du TSA nécessitant une anesthésie générale pour évaluer un comportement agressif.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Appel a projets : Grand Prix de l'Innovation pour la sante de l'enfant 2020 17/05/2020

«Ne manquez pas la 2e édition du Grand Prix de l'Innovation pour la Santé de l'Enfant. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 15 juillet 2020 minuit. La Fondation Saint-Pierre qui oeuvre dans le domaine de la santé infantile, organise cette année encore le Grand Prix de l'Innovation pour la Santé de l'Enfant. Cet appel national à projet récompensera trois projets d'innovation technologique susceptibles d'améliorer chez l'enfant une autonomie altérée par la maladie ou un handicap et par là même de le projeter positivement dans la possibilité d'une vie.»
[...]
«Qui peut candidater ? Ce concours national est destiné aux startups, laboratoires de recherche, associations et étudiants* qui se mobilisent, créent et inventent le monde de demain. Ce grand prix est une opportunité unique de s’introduire sur un marché, actuellement peu investi mais porteur, celui de la santé de l’enfant. *catégorie Idée uniquement Prix et dotations : Le prix Talent : récompense une innovation déjà introduite sur le marché ou en phase de déploiement. Il s’agit d’un produit nouveau, d’une nouvelle technique, de nouveaux services à la santé ou de nouvelles méthodes ou procédés de pratiques médicales. Sont incluses les innovations développées pour l’adulte qui cherchent à s’appliquer à l’enfant. Dotation : 70 000 euros sur deux ans. Le prix Espoir : récompense un projet au stade de développement : maquettes ou prototypes porteurs d’innovation, non encore introduits sur le marché, ni mis en œuvre. Dotation : 25 000 euros sur deux ans. Le prix Idée : récompense un projet au stade de concept nécessitant le développement de maquettes et prototypes. Dotation : 5 000 euros Startups, laboratoires de recherche, médecins, associations, étudiants, n’attendez plus et déposez votre projet ! Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 juillet 2020 »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Diagnosis of Autism Spectrum Disorder Using Central-Moment Features From Low- and High-Order Dynamic Resting-State Functional Connectivity Networks. - PubMed - NCBI 16/05/2020

«Abstract The sliding-window-based dynamic functional connectivity networks (D-FCNs) derived from resting-state functional magnetic resonance imaging (rs-fMRI) are effective methods for diagnosing various neurological diseases, including autism spectrum disorder (ASD). However, traditional D-FCNs are low-order networks based on pairwise correlation between brain regions, thus overlooking high-level interactions across multiple regions of interest (ROIs). Moreover, D-FCNs suffer from the temporal mismatching issue, i.e., subnetworks in the same temporal window do not have temporal correspondence across different subjects. To address the above problems, we first construct a novel high-order D-FCNs based on the principle of "correlation's correlation" to further explore the higher level and more complex interaction relationships among multiple ROIs. Furthermore, we propose to use a central-moment method to extract temporal-invariance properties contained in either low- or high-order D-FCNs. Finally, we design and train an ensemble classifier by fusing the features extracted from conventional FCN, low-order D-FCNs, and high-order D-FCNs for the diagnosis of ASD and normal control subjects. Our method achieved the best ASD classification accuracy (83%), and our results revealed the features extracted from different networks fingerprinting the autistic brain at different connectional levels.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Diagnosis of Autism Spectrum Disorder Using Central-Moment Features From Low- and High-Order Dynamic Resting-State Functional Connectivity Networks. - PubMed - NCBI 16/05/2020

«Abstract The sliding-window-based dynamic functional connectivity networks (D-FCNs) derived from resting-state functional magnetic resonance imaging (rs-fMRI) are effective methods for diagnosing various neurological diseases, including autism spectrum disorder (ASD). However, traditional D-FCNs are low-order networks based on pairwise correlation between brain regions, thus overlooking high-level interactions across multiple regions of interest (ROIs). Moreover, D-FCNs suffer from the temporal mismatching issue, i.e., subnetworks in the same temporal window do not have temporal correspondence across different subjects. To address the above problems, we first construct a novel high-order D-FCNs based on the principle of "correlation's correlation" to further explore the higher level and more complex interaction relationships among multiple ROIs. Furthermore, we propose to use a central-moment method to extract temporal-invariance properties contained in either low- or high-order D-FCNs. Finally, we design and train an ensemble classifier by fusing the features extracted from conventional FCN, low-order D-FCNs, and high-order D-FCNs for the diagnosis of ASD and normal control subjects. Our method achieved the best ASD classification accuracy (83%), and our results revealed the features extracted from different networks fingerprinting the autistic brain at different connectional levels.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Deconfinement : des mesures specifiques en cas de handicap 15/05/2020

«Quatre jours après le début du déconfinement, de nouvelles dispositions sont annoncées par le secrétariat d'Etat au Handicap, avec, selon lui « comme priorité de répondre de la manière la plus adaptée et la plus complète possible aux besoins d'accompagnement des personnes en situation de handicap et de leurs proches aidants » mais aussi « d'éviter l'épuisement comme les pertes de chance ». 150 millions d'euros seront mobilisés et délégués aux Agences régionales de santé (ARS) pour « personnaliser au plus près les solutions d'accompagnement et de répit ». Dérogations aux sorties, visites en établissements, retour à l'école...¦ Les déplacements à plus de 100 km sont autorisés pour le répit ou l'accompagnement des personnes handicapées, sous réserve de remplir la déclaration de déplacement et de cocher la mention correspondante. Cela va permettre de soulager les aidants, ainsi que de faciliter par exemple la reprise des soins ou des consultations nécessaires qui sont situés loin de chez les personnes concernées. Les parents dont les proches sont en Belgique pourront également aller leur rendre visite.»
[...]
«Dérogations aux sorties et aux masques Les déplacements à plus de 100 km sont autorisés pour le répit ou l'accompagnement des personnes handicapées, sous réserve de remplir la déclaration de déplacement et de cocher la mention correspondante. Cela va permettre de soulager les aidants, ainsi que de faciliter par exemple la reprise des soins ou des consultations nécessaires qui sont situés loin de chez les personnes concernées. Les parents dont les proches sont en Belgique pourront également aller leur rendre visite. La dérogation au port du masque est possible, dans les cas où celui-ci est obligatoire, comme par exemple dans les transports, pour les personnes dont le handicap le rend difficilement supportable. Il sera néanmoins nécessaire pour les personnes de se munir d'un certificat médical justifiant de cette impossibilité. La personne handicapée sera également tenue de prendre toutes les précautions sanitaires possibles (port si possible d'une visière, respect des distances physiques). »...

<< Sommaire
informations.handicap

Only 3% individuals diagnosed with autism receive recommended clinical genetic tests 14/05/2020

«A study analyzing data from the Rhode Island Consortium for Autism Research and Treatment (RI-CART) found that only 3% of individuals diagnosed with autism spectrum disorder reported having fully received clinical genetic tests recommended by medical professional societies. The results bring to light a dissonance between professional recommendations and clinical practice, the researchers behind the study say.»...

<< Sommaire
news-medical

Explaining language: A behavioral critique of Skinner's analysis of verbal behavior. 13/05/2020

«ABSTRACT In Verbal Behavior (1957), Skinner attempted to offer a functional account of human language and made a point of contrasting his approach with the more traditional accounts available at the time. Rather than focus on the structure or mechanics of language (formal aspects of language), Skinner attempted to identify the conditions that gave rise to those behaviors. Although Skinner's analysis of verbal behavior has been influential, particularly in treating language deficits for individuals with autism, there are conceptual problems with the way he defined and categorized verbal behavior. In this paper we argue that Skinner's analysis is in fact largely based on formal aspects (rather than functional) and that this has both created confusion and limited the utility of the analysis. Specifically, we argue that Skinner's formal account makes it difficult to distinguish verbal from nonverbal behavior and to distinguish the various types of verbal responses from one another. We then summarize and respond to some of the contemporary defenses and criticisms of Skinner's analysis of verbal behavior. Finally, we argue that although Skinner's analysis has had some practical utility, the conceptual benefits are questionable. SCIENTIFIC ABSTRACT Skinner (1957) offered a behavioral account of language in his book Verbal Behavior. Compared to more traditional, structural accounts of language at the time, Skinner's analysis attempted to identify the variables that control and maintain verbal behavior. This behavioral account of language has proven useful, especially in the area of treating language deficits for individuals with autism. However, there exist conceptual problems with Skinner's analysis. The definition of verbal behavior and subsequent taxonomy of verbal operants (or units) is based largely on formal properties. We suggest that these formal elements of Skinner's analysis result in arbitrary distinctions that emphasize the form of behavior or stimuli. This is problematic, at a conceptual level, as distinguishing between verbal and nonverbal behavior and distinguishing between the different verbal operants necessitates not only a functional account of stimuli but identification of the source and form of stimuli. In this paper, we examine some of the contemporary defenses and criticisms of Skinner's analysis. Lastly, we conclude that although Skinner's analysis of language has had practical utility, the conceptual benefits are limited.»...

<< Sommaire
psycnet.apa

Effects of an 8-Week Judo Program on Behaviors in Children with Autism Spectrum Disorder: A Mixed-Methods Approach. - PubMed - NCBI 13/05/2020

«Abstract Prior studies suggest that a combination of physical activity and mind-body exercises, often seen in martial arts, may attenuate negative behaviors in youth with Autism Spectrum Disorder (ASD). Therefore, the aim of this study was to examine the effects of an 8-week judo program on behavioral factors in children with ASD, using a mixed-methods approach. A total of 25 children (ages 8-17), diagnosed with ASD, participated in an 8-week judo program (1×week). Parents of participants were given the Aberrant Behavior Checklist (ABC) to compare the severity of ASD-related behavior at baseline and at the end of the program. A subset of parents (n=9) participated in semi-structured interviews that focused on their child's behaviors during the judo program. Non-parametric paired t-tests were conducted to compare differences in the ABC scores from at baseline and at the end of the program. Interviews were coded independently by two trained researchers and categorized into behavioral themes. Participants attended an average of 7.04±1.06 classes (out of 8 sessions). There were no significant changes in ABC scores, however, parent interviews revealed that 78% of parents observed improvements in both social skills and self-esteem as a result of the judo program. Despite no significant differences in ABC scores pre and post-judo, data from parent interviews indicate improvements in self-esteem and social skills. Future studies should further examine the effects of judo in a larger sample of youth with ASD, and include control conditions (e.g. no-exercise group) for comparison purposes.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Urinary Essential Elements of Young Children with Autism Spectrum Disorder and their Mothers. - PubMed - NCBI 10/05/2020

«Abstract Background: Even though the cause of autism spectrum disorders (ASD) remains unknown, the current understanding points towards complex interactions between environmental and genetic factors. One important environmental factor to consider is intake of toxic and essential elements, and their role in metabolism. Essential elements have received considerably less attention in the literature than the presence of toxins in urine. Method: The purpose of this investigation is to comprehensively assess the association between urinary element compositions of 28 mothers who had young children with ASD and 29 mothers who had young typically developing (TD) children, and in a subset of their children (21 with ASD and 26 TD). Results: The results show that there are significant differences between the ASD and TD children cohorts' concentrations for four specific elements (sulfur, phosphorous, molybdenum, and tin). Utilizing multivariate statistical techniques (Fisher's discriminant analysis and support vector machines), it was possible to distinguish the ASD from the TD children groups with an 81% accuracy after cross-validation utilizing the four significantly different elements. However, among the mother cohorts assessed, there were no significant differences between those that had children with ASD and those with TD children. There was a significant correlation of levels of phosphorus and sulfur in the children with ASD (r = 0.63, p = 3.0E-3) and in the TD children (r = 0.47, p = 0.02). Conclusions: Notable differences were observed between the elemental concentration in urine of children with ASD and their TD peers. Analyzing cellular pathways related to these elements are promising areas of future research.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

How musical experience affects tone perception efficiency by musicians of tonal and non-tonal speakers? - PubMed - NCBI 10/05/2020

«Abstract PURPOSE: To investigate if, regardless of language background (tonal or non-tonal), musicians may show stronger CP than non-musicians; To examine if native speakers of English (English or non-tonal musicians henceforth) or Mandarin Chinese (Mandarin or tonal musicians henceforth) can better accommodate multiple functions of the same acoustic cue and if musicians' sensitivity to pitch of lexical tones comes at the cost of slower processing. METHOD: English and Mandarin Musicians and non-musicians performed a categorical identification and a discrimination task on rising and falling continua of fundamental frequency on two vowels with 9 duration values. RESULTS: Non-tonal musicians exhibited significantly stronger categorical perception of pitch contour than non-tonal non-musicians. However, tonal musicians did not consistently perceive the two types of pitch directions more categorically than tonal non-musicians. Both tonal and non-tonal musicians also benefited more from increasing stimulus duration in processing pitch changes than non-musicians and they generally require less time for pitch processing. Musicians were also more sensitive to intrinsic F0 in pitch perception and differences of pitch types.»
[...]
«CONCLUSION: The effect of musical training strengthens categorical perception more consistently in non-tonal speakers than tonal speakers. Overall, musicians benefit more from increased stimulus duration, due perhaps to their greater sensitivity to temporal information, thus allowing them to be better at forming a more robust auditory representation and matching sounds to internalized memory templates. Musicians also attended more to acoustic details such as intrinsic F0 and pitch types in pitch processing, and yet, overall, their categorization of pitch was not compromised by traces of these acoustic details from their auditory short-term working memory. These findings may lead to a better understanding of pitch perception deficits in special populations, particularly among individuals diagnosed with autism spectrum disorder (ASD). »...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

A 74 ans, Fernand Derrien est confine avec sa fille autiste a La Ferte-Mace 10/05/2020

«A 74 ans, Fernand Derrien est confiné avec sa fille autiste à La Ferté-Macé Depuis 20 ans, Fernand Derrien s'occupe seul de sa fille, autiste profonde à La Ferté-Macé (Orne). Etonnamment, le confinement est une période qu'ils vivent plutôt bien. Publié le 10 Mai 20 à 10:30 Une grande A 74 ans, Fernand Derrien est confiné avec sa fille autiste à La Ferté-Macé Depuis 20 ans, Fernand Derrien s'occupe seul de sa fille, autiste profonde à La Ferté-Macé (Orne). Etonnamment, le confinement est une période qu'ils Originaire d’Ernée en Mayenne, Fernand Derrien s’est installé à La Ferté-Macé (Orne) avec sa famille en 1972.»
[...]
« Un beau jour, quand elle a eu ses 17 ans, on nous a dit qu’on ne pouvait plus la garder Après avoir tenté en vain de trouver une autre structure, le couple décide alors de garder leur fille chez eux. « Ma femme s’en est occupée à temps complet, raconte Fernand. Seulement, quand mon épouse est décédée d’une leucémie le 1er avril 2000, j’ai fait un choix de vie : alors que j’étais encore en activité et qu’il n’y avait pas de dispositif d’accompagnement pour s’occuper de notre fille, j’ai décidé de la garder à la maison. Quand j’étais en déplacement, c’est un couple d’amis retraités qui venait s’en occuper Complicité Et depuis qu’il a pris à son tour sa retraite en 2005, Fernand Derrien est à 100 % aux côtés de sa fille qui perçoit une allocation d’adulte handicapée. « Je l’aide dans tous les gestes de la vie quotidienne, pour s’habiller. Elle a besoin d’une présence permanente ». Si elle ne parle pas, Florence sait se faire comprendre auprès de son père : « elle vient vers moi, me prend par la main et me montre ce qu’elle veut ». C’est une véritable complicité qui existe aujourd’hui entre Fernand et Florence. « Nous faisons beaucoup d’activités ensemble. Elle adore aller faire les magasins, marcher autour du plan d’eau. Mais, elle ne peut pas sortir seule car elle n’a pas conscience des dangers. Comme je suis vice-président de la JFB depuis plus de 40 ans, elle m’accompagne le dimanche pour assister aux matches de football. Nous allons aussi aux sports d’hiver, parfois au bord de la mer, à Granville ». Chaque année, Fernand s’accorde une dizaine de jours pour souffler durant lesquels l’UNA prend le relais auprès de Florence. « Un rythme qui lui convient » Après sept semaines de confinement, Fernand Derrien estime plutôt bien vivre cette période inédite »...

<< Sommaire
actu

Sleep difficulties in the first year of life linked to altered brain development in infants who later develop autism | UW News 08/05/2020

«Infants spend most of their first year of life asleep. Those hours are prime time for brain development, when neural connections form and sensory memories are encoded. But when sleep is disrupted, as occurs more often among children with autism, brain development may be affected, too. New research led by the University of Washington finds that sleep problems in a baby's first 12 months may not only precede an autism diagnosis, but also may be associated with altered growth trajectory in a key part of the brain, the hippocampus. In a study published May 7 in the American Journal of Psychiatry, researchers report that in a sample of more than 400 6- to 12-month-old infants, those who were later diagnosed with autism were more likely to have had difficulty falling asleep. This sleep difficulty was associated with altered growth trajectories in the hippocampus. "The hippocampus is critical for learning and memory, and changes in the size of the hippocampus have been associated with poor sleep in adults and older children. However, this is the first study we are aware of to find an association in infants as young as 6 months of age," said lead author Kate MacDuffie, a postdoctoral researcher at the UW Autism Center. As many as 80% of children with autism spectrum disorder have sleep problems, said Annette Estes, director of the UW Autism Center and senior author on the study. But much of the existing research, on infants with siblings who have autism, as well as the interventions designed to improve outcomes for children with autism, focus on behavior and cognition. With sleep such a critical need for children ...” and their parents ...” the researchers involved in the multicenter Infant Brain Imaging Study Network, or IBIS Network, believed there was more to be examined.»...

<< Sommaire
washington

Covid-19 et medico-social : La CNSA lance un appel a projets 07/05/2020

«Alors que le secteur médico-social est fortement touché par la pandémie de Covid-19, on a pu constater que de nombreuses initiatives ont émergé sur le territoire pour répondre aux besoins des personnes âgées et des personnes en situation de handicap. C'est pour cela que la CNSA - Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie - lance un appel à projets autour du thème "Covid-19 et médico-social".»...

<< Sommaire
handirect

Autisme TSA : Interview du Pr MOTTRON ! Reflexions sur le cliche ''l'autisme est heterogene''. - YouTube 07/05/2020

«Autisme TSA : Interview du Pr MOTTRON ! Réflexions sur le cliché ''l'autisme est hétérogène''.»...

<< Sommaire
youtube

Biological marker for autism in babies could lead to earlier therapy and better development | Genetic Literacy Project 06/05/2020

«A small study by researchers at Stanford University School of Medicine has identified a biological marker in the cerebrospinal fluid (CSF) of human infants that may predict the future development of autism spectrum disorder (ASD). The study, which exploited a "one-of-a-kind" archive of biomaterials, showed that the hormone vasopressin was present at much lower levels in the CSF of 0-3-month-old babies who were later diagnosed with ASD than it was in CSF samples from infants who weren't subsequently diagnosed with ASD.»...

<< Sommaire
geneticliteracyproject

Arrete du 8 fevrier 2020 portant nomination des membres du Conseil national consultatif des personnes handicapees | Legifrance 06/05/2020

«JORF n°0111 du 6 mai 2020 texte n° 53 Arrêté du 8 février 2020 portant nomination des membres du Conseil national consultatif des personnes handicapées NOR: PRMS2001599A ELI: Non disponible Par arrêté de la secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, en date du 8 février 2020, sont nommés au titre de l'article D. 146-1 du code de l'action sociale et des familles membres du Conseil national consultatif des personnes handicapées :.»
[...]
« 1° Collège des représentants des associations de personnes en situation de handicap ou leurs familles composé au plus de 65 membres Advocacy France : Titulaire : M. Philippe GUÉRARD. Suppléante : Mme Nicole PASPATIS. Alliance maladies rares : Titulaire : Mme Michèle AUZIAS. Suppléant : M. Paul GIMENES. APF France handicap : Titulaire : M. Alain ROCHON. Suppléante : Mme Pascale RIBES. Association des parents d'elèves de l'enseignement libre (APEL) : Titulaire : M. Paul VITART. Suppléante : Mme Sabrina de LUCA. Association des personnes de petite taille (APPT) : Titulaire : Mme Violette VIANNAY. Suppléant : M. Anthony AUBE. Association française contre les myopathies (AFM Téléthon) : Titulaire : M. Jean-François MALATERRE. Suppléante : Mme Anne-Claude LE VOYER. Association nationale de défense des malades, invalides et handicapés (AMI) : Titulaire : Mme Patricia BACI. Suppléant : M. Rémi WAGNER. Association nationale des parents d'enfants aveugles (ANPEA) : Titulaire : Mme Caroline CHABAUD. Suppléant : M. Laurent GOUAUX. Association nationale pour l'intégration des personnes handicapées moteurs (ANPIHM) : Titulaire : Mme Ludivine POIVRE. Suppléant : M. Pierre SACHET. Association nationale pour la prise en compte du handicap dans les politiques publiques et privées (APHPP) : Titulaire : M. Matthieu ANNEREAU. Suppléante : Mme Véronique RACINEUX. Association nationale pour la promotion et le développement de la langue française parlée complétée (ALPC) : Titulaire : M. Michel FRANCOIS. Suppléante : Mme Bénédicte ANDRE. Association nationale pour les personnes sourdaveugles (ANPSA) : Titulaire : M. Jean BOUISSOU. Suppléante : Mme Sophie NOEL. Association nationale spina bifida et handicaps associés (ASBH) : Titulaire : M. François HAFFNER. Suppléante : Mme Evelyne JULIEN. Association pour adultes et jeunes handicapés - Fédération APAJH : Titulaire : M. Jean-Louis GARCIA. Suppléante : Mme Claire MAGIMEL. Autisme France : Titulaire : Mme Danièle LANGLOYS. Suppléant : M. Jean VINÇOT. Autisme sans frontières : Titulaire : Mme Isabelle ROLLAND. Suppléante : Mme Marie-Hélène AUDIER. BUCODES SurdiFrance : Titulaire : M. Yann GRISET. Suppléante : Mme Valérie CAILLAUD. Ciné-ma différence : Titulaire : M. Amar NAFA. Suppléante : Mme Catherine MORHANGE. Collectif T'Cap : Titulaire : Mme Dominique LE BERRE. Suppléant : M. Olivier RABALLAND. Confédération française pour la promotion sociale des aveugles et amblyopes (CFPSAA) : Titulaire : M. Edouard FERRERO. Suppléante : Mme Bernadette PILLOY. Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes (CFHE) : Titulaire : M. Farbod KHANSARI. Suppléante : Mme Roselyne TOUROUDE. Créative Handicap : Titulaire : Mme Sylvie SANCHEZ. Suppléant : M. Didier ROULÉ. Droit au savoir : Titulaire : M. Eric VERNIN. Suppléante : Mme Marie-Pierre TOUBHANS. Droit Pluriel : Titulaire : Mme Anne-Sarah KERTUDO. Suppléant : M. Sébastien COUROU. Fédération des associations nationales de parents d'enfants déficients auditifs (Fédération ANPEDA) : Titulaire : M. Didier VOÏTA. Suppléante : Mme Odile DUFOUR. Fédération étudiante pour une dynamique « Etudes et emploi avec un handicap » (FEDEEH) : Titulaire : Mme Manon TAOCHY. Suppléant : M. Fabien GAULUÉ. Fédération ANAPEDYS (Association nationale d'associations d'adultes et de parents d'enfants dys) : Titulaire : Mme Carole GOMARD. Suppléante : Mme Sylvie LEPETIT. Fédération des associations de personnes handicapées par des épilepsies sévères (EFAPPE) : Titulaire : Mme Marie-Christine POULAIN. Suppléant : M. Bernard THOMAS. Fédération des conseils de parents d'élèves des écoles publiques (FCPE) : Titulaire : Mme Karine AULIER. Suppléante : Mme Christelle CARRON. Fédération des malades et handicapés (FMH) : Titulaire : M. Yvonnick PICQUE. Suppléante : Mme Béatrice BAUDOUIN. Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP) : Titulaire : Mme Elise LE GALL. Suppléant : M. Laurent ZAMECZKOWSKI. Fédération française des associations d'infirmes moteurs cérébraux (FFAIMC) : Titulaire : M. Mamady KABA. Suppléant : M. Pierre-Yves LAVALLADE. Fédération française des DYS (FFDys) : Titulaire : Mme Nathalie GROH. Suppléant : M. Nicolas BONNET. Fédération française du sport adapté (FFSA) : Titulaire : M. Jean-Claude WACH. Suppléante : Mme Catherine FAYOLLET. Fédération française handisport (FFH) : Titulaire : Mme Mai-Anh NGO. Suppléant : M. Gaël RIVIERE. Fédération française SESAME autisme : Titulaire : Mme Christine MEIGNIEN. Suppléant : M. François LEBEAU. Fédération nationale France AVC : Titulaire : M. Francis LEMOINE. Suppléante : Mme Isabelle FLORENTIN. Fédération nationale des aphasiques de France (FNAF) : Titulaire : M. Jean-Dominique JOURNET. Suppléant : M. André REYSSIER. Fédération nationale des associations au service des elèves présentant une situation de handicap (FNASEPH) : Titulaire : M. Nicolas EGLIN. Suppléante : Mme Maria GARCIA. Fédération nationale des associations d'usagers en psychiatrie (FNAPSY) : Titulaire : Mme Claude FINKELSTEIN. Suppléant : M. François BOUCHON. Fédération nationale des sourds de France (FNSF) : Titulaire : Mme Ronit LAQUERRIERE-LEVEN. Suppléant : M. Gérard GUILLOT. Femmes pour le dire, femmes pour agir (FDFA) : Titulaire : M. Olivier MANCERON. Suppléante : Mme Chantal RIALIN. FNATH Association des accidentés de la vie : Titulaire : M. Karim Philippe FELISSI. Suppléante : Mme Sophie CRABETTE. France Acouphènes : Titulaire : Mme Roselyne NICOLAS. Suppléant : M. Jacques FOENKINOS. Groupe polyhandicap France (GPF) : Titulaire : Mme Marie-Christine TEZENAS du MONTCEL. Suppléant : M. Jean-Yves QUILLIEN. Groupement français des personnes handicapées (GFPH) : Titulaire : Mme Jocelyne NOUVET-GIRE. Suppléant : M. Vincent ASSANTE. Groupement national de coopération handicaps rares (GNCHR) : Titulaire : M. Pierre GALLIX. Suppléante : Mme Dominique SPRIET. Groupement pour l'insertion des personnes handicapées physiques (GIHP) : Titulaire : Mme Jocelyne ROCHE. Suppléant : M. Stéphane LENOIR. H'UP entrepreneurs : Titulaire : Mme Pauline ARNAUD-BLANCHARD. Suppléant : M. Patrick ABOAF. Handi Voice : Titulaire : M. Arthur AUMOITE. Suppléante : Mme Karen BUTTIN. Handidactique : Titulaire : M. Pascal JACOB. Suppléante : Mme Noémie NAULEAU. HyperSupers TDAH France : Titulaire : Mme Diane CABOUAT. Suppléant : M. François BERGE. Ligue française contre la sclérose en plaques (LFSEP) : Titulaire : M. Florian DEYGAS. Suppléante : Mme Anne-Alexandrine BRIAND. Nous aussi, Association française des personnes handicapées intellectuelles : Titulaire : M. Lahcen ER RAJAOUI. Suppléante : Mme Dolores PESSAROSSI. TouPI : Titulaire : Mme Danièle THÉLÉUS. Suppléante : Mme Marion AUBRY. Trisomie 21 France : Titulaire : Mme Cécile DUPAS. Suppléant : M. Emmanuel GUICHARDAZ. UNANIMES (Union des associations nationales pour l'inclusion des malentendants et des sourds) : Titulaire : M. Cédric LORANT. Suppléante : Mme Claire DUPUY. Union nationale des associations de familles de traumatisés crâniens et de cérébro-lésés (UNAFTC) : Titulaire : M. Émeric GUILLERMOU. Suppléante : Mme Marie-Christine CAZALS. Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (UNAPEI) : Titulaire : M. Luc GATEAU. Suppléant : M. Bruno LEMAIRE. Union nationale des associations familiales (UNAF) : Titulaire : Mme Chantal BRUNO. Suppléant : M. Christophe BONNIAU. Union nationale familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (UNAFAM) : Titulaire : Mme Marie-Jeanne RICHARD. Suppléant : M. Stéphane LOPEZ. Vaincre la mucoviscidose : Titulaire : M. Thierry NOUVEL. Suppléante : Mme Séverine DUSSERRE. 2° Collège des représentants des associations ou organismes représentant les professionnels qui interviennent dans le champ du handicap composé au plus de 35 membres ADMR : Titulaire : Mme Lise AUMONT. Suppléant : M. Jérôme PERRIN. Association des instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques et de leurs réseaux (AIRe) : Titulaire : M. François DELACOURT. Suppléant : M. Anthony COULON. Association nationale des directeurs et cadres d'Esat (ANDICAT) : Titulaire : M. Gérard ZRIBI. Suppléante : Mme Laura PLAZANET. Association nationale des équipes contribuant à l'action médico-sociale précoce (ANECAMSP) : Titulaire : Mme Geneviève LAURENT. Suppléant : M. Marcel HARTMANN. Accompagner la réalisation des projets d'études de jeunes élèves et étudiants handicapés (ARPEJEH) : Titulaire : Mme Servane CHAUVEL. Suppléant : M. Nicolas RIVIER. Comité d'étude, d'éducation et de soins auprès des personnes polyhandicapées (CESAP) : Titulaire : M. André SCHILTE. Suppléante : Mme Lydia THOUVENEL. Club handicaps & compétences : Titulaire : M. François SEILLE. Suppléante : Mme Christine HAMOT. Clubhouse France : Titulaire : Mme Elsa ABECASSIS. Suppléant : M. Olivier LEFÈVRE. CNAPE La fédération des associations de protection de l'enfant : Titulaire : M. Bruno PIASTRELLI. Suppléante : Mme Pauline de la LOSA. Coactis Santé : Titulaire : Mme Odile ANTOINE. Suppléante : Mme Pauline D'ORGEVAL. Croix-Rouge française : Titulaire : Mme Cyrielle CLAVERIE. Suppléant : M. Thomas BOUQUET. Etablissement public national Antoine Koenigswarter (EPNAK) : Titulaire : M. Emmanuel RONOT. Suppléante : Mme Gisèle LECLAIRE. Etre : Titulaire : M. Emmanuel PERRET. Suppléante : Mme Dominique BELLION. Fédération des associations, groupements et établissements pour la réadaptation des personnes en situation de handicap (FAGERH) : Titulaire : M. Bernard LAFERRIÈRE. Suppléante : Mme Isabelle MÉRIAN. Fédération nationale Grandir ensemble : Titulaire : M. Laurent THOMAS. Suppléante : Mme Haude LE BIGOT. Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne (FEHAP) : Titulaire : Mme Brigitte FOCH. Suppléant : M. Laurent PERAZZO. Fédération des particuliers employeurs de France (FEPEM) : Titulaire : Mme Marie-Béatrice LEVAUX. Suppléant : M. Pierre-Olivier RUCHENSTAIN. Fédération générale des PEP (FGPEP) : Titulaire : Mme Dominique GILLOT. Suppléant : M. Dominique QUINCHON. Fédération hospitalière de France (FHF) : Titulaire : Mme Pascale MOCAER. Suppléant : M. Hervé PIGALE. Fédération nationale pour l'insertion des personnes sourdes et des personnes aveugles en France (FISAF) : Titulaire : M. Christian BRELINSKI. Suppléante : Mme Florence DELORIÈRE. Fondation OVE : Titulaire : M. Christian BERTHUY. Suppléante : Mme Ségolène FRANDON. Groupement des associations partenaires d'action sociale (GAPAS) : Titulaire : M. François BERNARD. Suppléante : Mme Géraldine LOMBART. Groupe national des établissements et services publics sociaux et médico-sociaux (GEPSo) : Titulaire : M. Daniel COGUIC. Suppléante : Mme Melynda AUBRUN-DORBEAUX. Groupe de réflexion et réseau pour l'accueil temporaire des personnes en situation de handicap (GRATH) : Titulaire : M. Carl LAZZARELLI. Suppléante : Mme Isabelle MAUMY. Groupe SOS : Titulaire : Mme Alexandra BARRIER. Suppléant : M. Médéric ESCORBIAC. Groupe UGECAM : Titulaire : Mme Anne MOUTEL-SEILLER. Suppléant : M. Ghislain PROMONET. Handivillage 33 : Titulaire : Mme Odette TRUPIN. Suppléant : M. Alain LÉVÈNÈS. LADAPT : Titulaire : M. Michel REBILLON. Suppléante : Mme Amélie MAYOT. NEXEM : Titulaire : M. Patrick ENOT. Suppléante : Mme Laurence MAZÉ. Santé Mentale France : Titulaire : M. Thierry BRUN. Suppléante : Mme Valérie PAPARELLE. Union nationale de l'aide, des soins et des services aux domiciles (UNA) : Titulaire : Mme Christiane MARTEL. Suppléant : M. Vincent VINCENTELLI. Union nationale des entreprises adaptées (UNEA) : Titulaire : M. Sébastien CITERNE. Suppléante : Mme Pamela BRYANT. Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux (UNIOPSS) : Titulaire : M. Etienne PETITMENGIN. Suppléante : Mme Gwénaëlle SEBILO. Vivre : Titulaire : M Jean-François HAVRENG. Suppléante : Mme Danièle JUNQUA. 3° Collège des représentants des organisations syndicales de salariés interprofessionnelles représentatives au plan national et des organisations professionnelles nationales d'employeurs composé au plus de 11 membres Confédération française démocratique du travail (CFDT) : Titulaire : Mme Christine BIZEUL. Suppléant : M. Olivier LECLERCQ. Confédération française de l'encadrement CGC (CFE-CGC) : Titulaire : Mme Mireille DISPOT. Suppléant : M. Christophe ROTH. Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) : Titulaire : M. François COSKER. Suppléante : Mme Marylène VERSTRAETE. Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) : Titulaire : Mme Alexia AMAUDRY. Suppléant : M. Philippe CHOGNARD. Confédération générale du travail (CGT) : Titulaire : Mme Maud DENIS. Suppléant : M. Bruno PICARD. Confédération générale du travail Force ouvrière (FO) : Titulaire : Mme Anne BALTAZAR. Suppléant : M. Yvonnick LAVOLÉE. Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) : Titulaire : Mme Anne MERCIER-BEULIN. Fédération syndicale unitaire (FSU) : Titulaire : Mme Agnès DUGUET. Suppléant : M. Jérôme MOTARD. Union nationale des syndicats autonomes (UNSA) : Titulaire : Mme Martine VIGNAU. Suppléant : M. Gilles LAURENT. Union des entreprises de proximité (U2P) : Titulaire : M. Michel DUMON. Suppléante : Mme Rachel BOUVARD. 4° Collège des organismes institutionnels et des établissements publics intervenant dans le champ du handicap et agissant dans les domaines de la prévention, l'emploi, la protection sociale et la recherche composé au plus de 25 membres Fédération des centres régionaux d'études d'actions et d'informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité (ANCREAI) : Titulaire : M. Alain LAURENT. Suppléante : Mme Françoise JAN. Association pour la gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIPH) : Titulaire : M. Didier EYSSARTIER. Suppléante : Mme Véronique BUSTREEL. AUDIENS : Titulaire : M. Pascal PARSAT. Suppléante : Mme Isabelle THIRION. Caisse centrale de mutualité sociale agricole (CCMSA) : Titulaire : M. Eric VAN DAELE. Suppléante : Mme Maryse AÏO. Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM) : Titulaire : Mme Garménick LEBLANC. Suppléante : Mme Annie FOUARD. Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) : Titulaire : M. Rémi MANGIN. Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) : Titulaire : Mme Isabelle GOUDIER. Suppléant : M. Jean-Pierre MAZEL. Centre national de la recherche scientifique (CNRS) : Titulaire : M. Hugues de la GIRAUDIERE. Suppléante : Mme Corinne QUILGARS. Comète France : Titulaire : M. Michel BUSNEL. Suppléante : Mme Anna PICARD. Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs (CDEFI) : Titulaire : M. Jean-Marie RONCIN. Suppléante : Mme Isabelle SCHÖNINGER. Conférence des grandes écoles (CGE) : Titulaire : M. Xavier QUERNIN. Suppléante : Mme Elise GREVET. Conseil national handicap (CNH) : Titulaire : M. Paul JOLY. Suppléante : Mme Armelle PRIVAT. Conférence des présidents d'université (CPU) : Titulaire : Mme Christine GANGLOFF-ZIEGLER. Conseil national handicap et emploi des organismes de placement spécialisés (CHEOPS) : Titulaire : Mme Valérie LANNEAU. Suppléant : M. Camille MONIN. Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants (CPSTI) : Titulaire : M. Frank DELVAU. Suppléante : Mme Elisabeth LEMAURE. Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) : Titulaire : Mme Marie CUENOT. Suppléant : M. Hervé HEINRY. Ecole doctorale de l'Institut polytechnique de Paris : Titulaire : M. Clément LE LUDEC. Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) : Titulaire : M. Kévin ROBERT. Suppléante : Mme Emilie DUCHANGE. Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) : Titulaire : M. Marc DESJARDINS. Suppléante : Mme Caroline MAUVIGNIER. Institut de recherches interdisciplinaires en sciences sociales (IRISSO) : Titulaire : M. Pierre-Yves BAUDOT. Suppléante : Mme Dominique MÉDA. Institut national supérieur de formation et de recherche pour l'éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés (INSHEA) : Titulaire : M. Jacques MIKULOVIC. Suppléante : Mme Murielle MAUGUIN. Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) : Titulaire : M. Charles PERSOZ. Suppléante : Mme Sylvie LEDOUX. Pôle emploi : Titulaire : M. Jean BASSÈRES. Suppléante : Mme Nicole BRÉJOU. Union nationale des centres communaux d'action sociale (UNCCAS) : Titulaire : Mme Joëlle MARTINAUX. 5° Collège des personnes qualifiées composé de 24 membres M. Jérémy ARNAULT. M. Philippe AUBERT. M. Gilles BARBIER. M. Guillaume BENHAMOU. Mme Annick BOUQUET. M. Ralph BUCHTER. Mme Bernadette CELESTE. M. Matthieu CHATELIN. Mme Marie-Pierre De BANTEL. Mme Charlotte DECOOL. M. Julien DELAMORTE. M. Matthew DWYER. Mme Dina FOURNERET. Mme Karine GROS. M. Marcel JAEGER. Mme Soraya KOMPANY. M. Gérard LEFRANC. M. Vincent LOCHMANN. M. Fernando PINTO DA SILVA. M. Nicolas PLANTY. Mme Carine RADIAN. Mme Alice RATIER. M. Jean-François RAVAUD. M. Jean-Luc SIMON. 6° Collège des représentants des territoires, des organismes consultatifs nationaux et des assemblées parlementaires composé de 6 membres Assemblée des départements de France (ADF) : Titulaire : Mme Marie-Pierre MARTIN. Suppléant : M. Christophe SERRE. Association des maires de France (AMF) : Titulaire : Mme Virginie LANLO. Association des régions de France (ARF) : Titulaire : M. Pierre DENIZIOT. Suppléante : Mme Fanny PIDOUX. Assemblée nationale : Mme Caroline JANVIER. Sénat : M. Philippe MOUILLER. »...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Decret n° 2020-515 du 4 mai 2020 relatif au comite departemental de suivi de l'ecole inclusive | Legifrance 06/05/2020

«Objet : création du comité départemental de suivi de l'école inclusive. Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication. Notice : le décret transforme le groupe technique de suivi de la scolarisation des enfants, des adolescents ou des jeunes adultes handicapés en un comité départemental de suivi de l'école inclusive. Il précise la composition de ce comité ainsi que ses missions. Références : le décret et les dispositions du code de l'action sociale et des familles qu'il modifie, dans leur rédaction issue de cette modification, peuvent être consultés sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr). Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse et de la secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, Vu le code de l'action sociale et des familles ; Vu le code de l'éducation, notamment son article L. 351-1 ; Vu le code de la santé publique, notamment son article L. 1432-1 ; Vu l'avis du Conseil national d'évaluation des normes du 16 janvier 2020 ; Vu l'avis du Conseil national consultatif des personnes handicapées du 18 janvier 2020, Décrète :.»
[...]
« Article 1 Le code de l'action sociale et des familles est modifié comme suit : 1° L'article D. 312-10-13 est remplacé par les dispositions suivantes : « Art. D. 312-10-13. - Dans chaque département, la collectivité de Corse et les collectivités territoriales de Guyane et Martinique, le directeur général de l'agence régionale de santé et le recteur de l'académie organisent un comité départemental de suivi de l'école inclusive chargé du suivi, de la coordination et de l'amélioration des parcours de scolarisation et de formation des enfants, des adolescents ou des jeunes adultes en situation de handicap, dans le respect des principes de l'école inclusive et de la coopération mentionnée au VII de l'article L. 312-1. » ; 2° Après l'article D. 312-10-13, sont insérés trois articles ainsi rédigés : « Art. D. 312-10-13-1. - Le comité départemental de suivi de l'école inclusive est composé : « a) Du directeur général de l'agence régionale de santé ou de son représentant ; « b) Du directeur académique des services de l'éducation nationale ou de son représentant ; « c) De l'autorité académique en charge de l'enseignement agricole ou de son représentant ; « d) Du directeur de la maison départementale des personnes handicapées ou de son représentant ; « e) Du président du conseil départemental ou de son représentant ; « f) Du président du conseil régional ou de son représentant ; « g) D'un représentant des communes et établissements publics de coopération intercommunale siégeant à la formation spécialisée pour les questions relatives aux personnes handicapées du conseil départemental de la citoyenneté et de l'autonomie ; « h) D'un représentant des associations de parents d'enfants en situation de handicap désigné parmi les membres du premier collège de la formation spécialisée pour les questions relatives aux personnes handicapées du conseil départemental de la citoyenneté et de l'autonomie mentionné au 1° de l'article D. 149-4 ; « i) D'un représentant des organismes gestionnaires désigné parmi les organismes membres du troisième collège de la formation spécialisée pour les questions relatives aux personnes handicapées du conseil départemental de la citoyenneté et de l'autonomie mentionné au 3° de l'article D. 149-4. « Le comité départemental de suivi de l'école inclusive est présidé conjointement par le directeur général de l'agence régionale de santé et le directeur académique des services de l'éducation nationale. « Les présidents peuvent convier toute autre personne ou organisation concernée par le parcours de scolarisation et de formation des enfants, des adolescents ou des jeunes adultes en situation de handicap. « Le directeur général de l'agence régionale de santé et le recteur de l'académie peuvent décider de définir le périmètre et la composition du comité à une échelle interdépartementale. « Art. D. 312-10-13-2. - Le comité départemental de suivi de l'école inclusive établit un état des lieux des moyens consacrés à l'école inclusive et à l'accompagnement médico-social des élèves en situation de handicap par les différentes autorités compétentes, ainsi qu'un bilan annuel des résultats qualitatifs et quantitatifs au regard des objectifs et des moyens. « A partir des données collectées et de l'état des lieux mentionné précédemment, il examine, en vue de leur coordination et d'un maillage territorial cohérent, les programmations et les déploiements nécessaires pour l'accueil, la formation et l'accompagnement des élèves en situation de handicap. « Le comité départemental de suivi de l'école inclusive encourage le développement des actions de formation croisée en matière d'école inclusive et de coopération. Il en dresse le bilan. « Art. D. 312-10-13-3. - Un rapport des travaux menés par le comité départemental de suivi de l'école inclusive est adressé annuellement au conseil départemental de l'éducation nationale, à la commission de coordination des politiques publiques dans le domaine des prises en charge et des accompagnements médico-sociaux et à la formation spécialisée pour les questions relatives aux personnes handicapées du conseil départemental de la citoyenneté et de l'autonomie. Ce rapport est annexé au rapport biennal du conseil départemental de la citoyenneté et de l'autonomie sur la mise en œuvre des politiques de l'autonomie dans le département mentionné à l'article L. 149-1. » Article 2 A l'annexe 2-12 de la partie réglementaire du même code, au paragraphe « pilotage local » de la section 1 « Principes, prérequis et dispositions relatives aux conditions partenariales du fonctionnement en dispositif intégré ITEP », les mots : « groupe technique départemental » sont remplacés par les mots : « comité départemental de suivi de l'école inclusive ». Article 3 Le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse et la secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française. Fait le 4 mai 2020. »...

<< Sommaire
legifrance.gouv

How Learning an Instrument Helps People With Disabilities 30/04/2020

«I used to beg my mother for piano lessons. Many of my sisters danced and I wanted to understand the feeling of grace that I assumed they felt on stage. I never did feel the grace of dancing on stage, though not from a lack of recitals. I had difficulty remembering dance routines and I did not like sitting still through practice. I wanted to dance after all. It seemed I, a young child with ADHD, would never feel graceful. Or so I had thought. Learning a musical instrument opened doors I had never imagined; it calmed me and gave me the encouragement I needed to pursue new opportunities.»
[...]
«Music offers a form of solace we can all appreciate. However, the calamity of music is not always appealing. But for neurodivergent people, the chaos of using both hands, reading sheet upon sheet of a different language and skipping from one end of the instrument to the other can be the best part of music. Playing an instrument is a stimulating, hands-on activity. It requires a person to listen and be patient. Those with disabilities, especially those with ADHD and autism, often have trouble sitting still and listening to directions. But instruments offer physical stimulation and the reward of learning a song. This can appeal to a desire for gratification for a person with disabilities. »...

<< Sommaire
studybreaks

COVID-19 : la CNSA lance une enquete sur l'organisation de la continuite des accompagnements dans les ESMS pour personnes handicapees | CNSA 30/04/2020

«Alors que se prépare le déconfinement, les personnes handicapées et leurs aidants sont directement concernés par la crise sanitaire et le confinement. La CNSA lance aujourd'hui une enquête auprès des établissements et services médico-sociaux (ESMS) pour analyser l...˜organisation de la continuité de l'accompagnement et les coopérations mises en place dans les territoires. Les établissements et services médico-sociaux ont jusqu'au mercredi 6 mai pour répondre à l'enquête. Celle-ci a notamment pour objectif de mieux comprendre comment les ESMS ont adapté leurs modalités d'accompagnement et se sont organisés avec les autres acteurs du territoire pour poursuivre celui-ci dans les meilleures conditions. Cette enquête, dont le nombre de questions est volontairement limité, est structurée en quatre parties : la première porte sur l'identification des établissements et services et sur leurs principales caractéristiques (région, département, autorisation, public accompagné...) ; la seconde porte sur l'adaptation des modalités d'accompagnement pendant la crise ; la troisième porte sur l'évolution de l'activité et sur les ressources humaines ; la dernière concerne l'accès à l'information, les liens avec les autorités territoriales et la mise en place de coopérations dans les territoires pour apporter la réponse la plus complète possible aux besoins des personnes dans ce contexte. L'enquête a été élaborée par la CNSA et partagée avec les agences régionales de santé (ARS), l'Association nationale des directeurs d'action sociale et de santé des départements et métropoles (ANDASS) et les principales fédérations du secteur du handicap pour coordonner et limiter les sollicitations. Lien pour accéder à l'enquête en ligne Vous pouvez prendre connaissance des questions et des aides pour y répondre en ligne en téléchargeant le document joint. En cas de difficultés pour répondre à l'enquête, vous pouvez joindre l'équipe de la CNSA en écrivant à l'adresse suivante : questionnaire-esms-covid@cnsa.fr»...

<< Sommaire
cnsa

Hair trace element concentrations in autism spectrum disorder (ASD) and attention deficit/hyperactivity disorder (ADHD) - ScienceDirect 30/04/2020

«Abstract Background The existing data demonstrate that alteration of trace element and mineral status in children with neurodevelopmental disorders including ASD and ADHD. However, comparative analysis of the specific patterns of trace element and mineral metabolism in children with ASD and ADHD was not performed. Therefore, the primary objective of the present study was to assess hair trace element and mineral levels in boys with ADHD, ASD, as well as ADHD with ASD. Methods Boys with ADHD (n=52), ASD (n=53), both ADHD and ASD (n=52), as well as neurotypical controls (n=52) were examined. Hair analysis was performed using inductively-coupled plasma mass-spectrometry. Results The obtained data demonstrate that hair Co, Mg, Mn, and V levels were significantly reduced in children with ADHD and ASD, and especially in boys with ADHD+ASD. Hair Zn was found to be reduced by 20% (p=0.009) only in children with ADHD+ASD as compared to healthy controls. Factor analysis demonstrated that ASD was associated with significant alteration of hair Co, Fe, Mg, Mn, and V levels, whereas impaired hair Mg, Mn, and Zn content was also significantly associated with ADHD. In regression models hair Zn and Mg were negatively associated with severity of neurodevelopmental disorders. The revealed similarity of trace element and mineral disturbances in ASD and ADHD may be indicative of certain similar pathogenetic features. Conclusion The obtained data support the hypothesis that trace elements and minerals, namely Mg, Mn, and Zn, may play a significant role in development of both ADHD and ASD. Improvement of Mg, Mn, and Zn status in children with ASD and ADHD may be considered as a nutritional strategy for improvement of neurodevelopmental disturbances, although clinical trials and experimental studies are highly required to support this hypothesis.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Haute Autorite de Sante - Proposition de classification fonctionnelle de solutions numeriques selon leur finalite d'usage 22/04/2020

«Clôture de la consultation le 30 juin 2020 Consultation publique - Mis en ligne le 22 avr. 2020 Contexte Les solutions « numériques » s'implantent progressivement dans le système de santé. Et la crise sanitaire actuelle accélère encore cette implantation. Elles renvoient à un champ vaste et diversifié et leurs fonctionnalités sont donc extrêmement diverses et complémentaires. Certaines sont destinées à être utilisées par des usagers/patients, d'autres sont réservées aux professionnels de santé ou d'autres enfin aux structures de santé ou à l'organisation du système de santé. Certaines sont des dispositifs médicaux, d'autres non. Certaines sont évaluées, certifiées, normées, d'autres non, etc...¦.»
[...]
«Objet de la consultation publique Compte tenu de cette extrême diversité des solutions numériques existantes et à venir, et pour faciliter les échanges entre les divers acteurs, la HAS propose une grille de classification des solutions numériques selon : leur finalité d’usage, la capacité de la solution numérique à prendre en compte les paramètres de l’usager/du patient (conduisant à une personnalisation de la réponse) et l’autonomie fonctionnelle de la solution numérique. Quatre niveaux croissants (de A à D) en personnalisation patient/usager et autonomie de la solution numérique sont proposés. Ce projet de classification des solutions numériques en santé pourra également contribuer à la réflexion sur ce qui doit être, ou ne pas être, évalué. En effet, l’évaluation systématique de toutes les solutions numériques n’est ni envisageable, ni pertinente. La HAS proposait, dans son rapport d’analyse prospective de 2019, de construire une matrice d’évaluation adaptée au numérique construite par fonctionnalité. La Classification fonctionnelle, qui n’est pas une telle matrice, répond toutefois à un premier élément de clarification. La HAS souhaite recueillir votre avis et vos suggestions éventuelles sur cette proposition de grille de classification fonctionnelle des solutions numériques. Objectifs de la consultation Au travers de cette consultation publique, la HAS souhaite : Recueillir l’expression des avis sur le projet de classification ; Apprécier la lisibilité et l’exhaustivité des catégories proposées. À qui s’adresse la consultation publique ? Tous les acteurs impliqués dans le développement ou l’utilisation de solutions numériques sont invités à donner leur avis : associations agréées ou non de patients et d’usagers du système de santé, collèges nationaux professionnels et sociétés savantes, institutions et agences publiques, syndicats, industriels, développeurs, chercheurs … Jusqu’à quelle date pouvez-vous participer ? La consultation publique est prévue entre 22 avril et le 30 juin 2020. La période de consultation pourra être allongée selon l’évolution du contexte actuel. »...

<< Sommaire
has-sante

Roche culls key phase 3 drug trials, including a cancer med and an autism 'breakthrough' therapy 22/04/2020

«As the first tranche of quarterly results starts coming through for Big Pharma, questions are naturally arising about the new threats from COVID-19, but Swiss major Roche is also sticking to the old playbook, quietly dumping trials of pipeline drugs. In its financials this morning, Roche saw strong growth of 7% at constant exchange rates and kept its guidance for the year, despite what will be significant headwinds in 2020. But it also had a big first-quarter clear-out, something of a tradition for pharmas, which includes two major late-stage experimental efforts, several meds in midstage testing and also a failed phase 2.»
[...]
«The first of the phase 3 drugs to be “removed,” according to its latest update, is its FDA breakthrough-tagged autism hopeful balovaptan (RG7314). The drug aimed to treat autism by modulating the activity of vasopressin, a hormone that first emerged as a possible drug target in the disorder a few years ago. It blocks the activity of the V1a vasopressin receptor subtype and was given the FDA label back in 2018. Vasopressin is a neuropeptide that helps neurons in the brain communicate with each other and seems to play a role in social bonding. In the case of autism, higher levels in the blood correlate with better social functioning in individuals. A similar approach has been tried with oxytocin, another neuropeptide that was shown to enhance social functioning in a small study in children with autism reported in 2017 but has also failed other clinical trials. As with vasopressin, higher levels of oxytocin seem to be linked to higher functioning, so the team is selecting children with lower levels of the neuropeptide in additional studies. Roche’s approach was rather different, speculating that blocking the activity of the hormone at one receptor will help improve social functioning and avoid potential side effects of increasing vasopressin across the board, which some scientists believe could lead to increased aggression. In a study in adult males with autism a few years back, balovaptan had showed a trend toward activity on social functioning scores but failed to reach statistical significance, though it was able to achieve a significant improvement on an adaptive behavior rating scale at higher doses. Roche gave few details on the fate of the drug, except to say that a study is adults with autism was stopped in the first quarter “after a pre-planned futility analysis.” The pharma industry has had a tough time trying to develop an effective treatment for autism, with a string of product failures in recent years; Novartis, Roche and Seaside Therapeutics are among those with defunct programs. Roche has also “removed” idasanutlin (RG7388), an investigational MDM2 inhibitor, which was being tested for relapsed or refractory acute myeloid leukemia in phase 3. In its slides from the company’s financials, it marked a big red "X" next to the highly expected results from Mirros, a 440-patient trial of idasanutlin with chemo in relapsed/refractory patients. According to a recent analysis from EvaluateVantage, “key to success could be idasanutlin's use in combination with Venclexta.” As of March, the trial was “Active, not recruiting,” according to ClinicalTrials.gov. A phase 2 test of the med for a rare form of blood cancer called polycythemia vera was also cut. Further culled was a test for nemolizumab, a first-in-class investigational monoclonal antibody that blocks signaling of IL-31, which was being tested for pruritus (itching) in dialysis patients. It is a Galderma drug (and originally penned with Roche buyout Chugai) and is also being tested in atopic dermatitis. Roche added that a phase 2 trial of its Prothena-partnered Parkinson’s hopeful prasinezumab, an anti-αSynuclein, “did not meet its primary objective, but shows signals of efficacy.” Roche is now “evaluating the data to determine next steps,” it said; part two of the trial is still ongoing. The pharma also removed phase 2 drug basmisanil, a highly selective inverse agonist/negative allosteric modulator of α₅ subunit-containing GABAA receptors, which was working on the treatment of cognitive impairment associated with Down syndrome. »...

<< Sommaire
fiercebiotech

Handicap : une nouvelle vie a inventer en confinement 18/04/2020

«Au foyer l'Odyssée, 28 adultes handicapés vivent en confinement depuis début mars. Le personnel se dévoue pour bloquer le virus et apaiser les angoisses. Comment se déroule le confinement des adultes en situation de handicap qui vivent dans le foyer l'Odyssée ? Emmanuelle Raja, directrice du site des PEP86 à Montmorillon : « Bien, et nous en sommes agréablement surpris. Nous avions des craintes. Nous pensions avoir des réactions plus difficiles, de l'angoisse. L'équipe fait un travail remarquable. Le plus dur pour les résidents est de ne pas voir les familles. Mais ils savent que nous non plus on ne peut pas voir nos proches»
[...]
«Nous avons installé des tablettes avec WhatsApp et Skype, pour communiquer, ça se passe bien. On a même découvert que deux de nos adultes avaient appris à écrire et qu’ils savaient envoyer des messages. »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

How to define verbal ability in autistic children | Spectrum | Autism Research News 14/04/2020

«Many children with autism have difficulties with language, such as confusing pronouns or repeating words and sounds. Even those who know as many words as their typical peers often have challenges with intonation and prosody. In his research, Stephen Camarata, professor of hearing and speech sciences at Vanderbilt University in Nashville, Tennessee, has long focused on therapies to improve speech skills in autistic children. But when he turned his attention to the 25 percent or more of autistic children who speak rarely, if at all, he says he was surprised to discover a lack of clear guidance on the treatment or characterization of these children.»
[...]
«Earlier this year, Camarata and his colleagues reported that only 31 studies published from 1960 to 2018 looked at methods to improve speech in minimally verbal children with autism1. The methods used to measure skills varied from one study to the next: Some used parent reports, whereas others relied on a range of behavioral and language assessments. Definitions of ‘minimally verbal’ also varied widely, with one study specifying fewer than 20 intelligible words and another fewer than 5 spontaneous words per day. Earlier this month, Camarata and his colleagues reported that studies of education programs for parents of minimally verbal autistic children are also sparse, and reflect a variety of educational methods rather than a standardized approach2. Camarata spoke to Spectrum about the impact these inconsistent methods and definitions have on research and treatment of autism. Spectrum: Why did you investigate how researchers define verbal ability in autistic children? Stephen Camarata: Even since the very beginning, in the early 1940s, one of the main subgroups of autism has been ‘nonverbal/low verbal.’ There have been a couple of position papers from the [nonprofit advocacy group] National Alliance for Autism Research, and at least for the past 10 or 15 years they have highlighted minimally verbal children with autism as a high priority. Based on that background, we expected there would be pretty extensive literature and protocols to identify these children, how you measure their language production, how you measure progress, things like that. But that was not the case. S: What was the focus of your review? SC: We narrowed the topic to: ‘I have a child with autism that I want to treat and improve their speaking ability and their pronunciation. How do I do that? What does the literature say?’ Nonverbal would be defined as people with no words, minimally verbal would be from 1 to 50 words, and low verbal would be children who are significantly below normative levels on speech and language tests but have more than 50 words. There are only 31 articles published in the past 50 years that give us information, which is a shock. And they all used different measures and definitions. S: Do those differences make it difficult to know what interventions work best? SC: Exactly. You walk away from this with a sense that you don’t have that many solid recommendations on what to do. We’re not quite at square one, but we’re really at an initial phase. Let’s say a colleague in England has a patient who’s on the autism spectrum. They want to know if our findings apply to that patient or that family, and they only would know that if we all had similar measures. S: What would you suggest as a way forward? SC: The field of speech pathology has a pretty well-worked-out system for measuring different levels of speech, and so adapting those to the unique problems of autism would be a good way forward. At this point we don’t know exactly whether one speech measure or another is better, because that work hasn’t been done yet. But at the very least we can say, “Hey, these basic descriptors have to be in the studies and in the cases.” My own goal is to do some speech-intervention studies for this population. I really see it as very important to families. One of the main things people ask us clinicians is, “Is my child going to talk? How can I help them talk?” I want to be able to answer that based on the literature. Children with autism tend to talk less anyway, even when they can speak. When they do talk and you can’t understand them, you can think of it as nature’s double whammy: The process of supporting communication becomes even more difficult. S: Can therapies improve speech skills in autistic children? SC: We can always teach everybody; I want to give a message of hope. No matter where a child falls on the spectrum, and no matter how verbal they are or not, we can always support development and learning. When there’s a knowledge void, things like facilitated communication and rapid prompting fill that void. The data is really clear that those treatments aren’t evidence based and can actually do harm. When we don’t have resources available, the knowledge void gets filled with information that’s not evidence based and can lead to non-evidence-based treatments. That’s something I worry about a lot. »...

<< Sommaire
spectrumnews

Video - Autisme non-oralisant, colloque 8 avril 2020 : la question institutionnelle - YouTube 13/04/2020

«Mélodie Bourger, Secrétaire générale de CLE Autistes présente son expérience institutionnelle et décrit la construction de ce qu'on appelle troubles du comportement, déficience intellectuelle et la production d'une trajectoire développementale différente, à profil égal. Elle décrit également le role des facteurs psychosociaux et les parcours sociaux qui font du handicap dit "sévère" une construction de l'institution. Mélodie Bourger souligne également que c'est parce qu'on ne considère pas ces résidents comme des personnes, que leur expression s'en trouve affectée. L'institution est un lieu d'abus, de maltraitances et de restriction des libertés.»...

<< Sommaire
youtube

Using MRI to Diagnose Autism Spectrum Disorder 07/04/2020

«Magnetic Resonance Imaging (MRI) has been used to detect instances of neurological disorders in patients across hundreds of studies since the first images were produced by the method in the early 1970s. Many patients and medical scientists have benefited from its use since these early days of MRI, with ever-more detailed images being produced as the method has been refined, leading to increased understanding of numerous conditions that affect the brain. Individuals on the autism spectrum have particularly benefited from the early and detailed detection and analysis that MRI has provided since its invention, and the information gleaned by clinical studies. Medical use of the machinery and technique has provided invaluable insight into the processes that lead to these conditions.»
[...]
«Summary In conclusion, the study carried out in 2017 provides positive proof of concept that MRI scans can potentially aid earlier diagnosis of infants with ASD. However, studies including more data would be needed to see if these physiological changes are present in all children with autistic spectrum disorder. Also, a high degree of accuracy in tests is necessary to prevent under- or over-diagnosis of ASD in children. More studies in this area are ongoing currently and the use of MRI scans to provide a diagnostic tool for early detection of ASD before the onset of symptoms could prove invaluable for clinical science and the proper care and treatment of autistic people throughout their lives. »...

<< Sommaire
news-medical

The possible use of precision tinted lenses to improve social cognition in children with autism spectrum disorders - ScienceDirect 06/04/2020

«Abstract A masked randomised control design compared the effectiveness of precision ophthalmic tints in improving the recognition of emotion in Autism Spectrum Disorders (ASD). Fourteen children aged 10-14 with ASD and 14 control children matched on verbal and non-verbal IQ, wore spectacles with coloured lenses to complete two tasks that involved the observation of coloured video sequences in which social interactions were depicted. On one occasion (randomly first or second) the coloured lenses provided light of a colour that the child had one month previously selected as optimal for the clarity of text. On the other occasion the lenses differed in CIE UCS chromaticity by 0.077. Performance in the ASD group was superior in both social interaction tasks with the lenses that provided the optimal colour of light.»...

<< Sommaire
sciencedirect

New treatment for childhood anxiety works by changing parent behavior 04/04/2020

«A study in the Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry (JAACAP), published by Elsevier, reports that an entirely parent-based treatment, SPACE (Supportive Parenting for Anxious Childhood Emotions), is as efficacious as individual cognitive-behavioral therapy (CBT) for the treatment of childhood and adolescent anxiety disorders. Anxiety disorders, including social phobia, separation anxiety, generalized anxiety, are the most common mental health problems in childhood, causing significant distress to the child and family. With up to one-third of youth experiencing a clinically impairing anxiety disorder by the time they reach adulthood, such disorders lead to impairment in personal, social and academic functioning. When not treated successfully, anxiety disorders in childhood can cause long term impairment and an increased risk of additional physical and mental health problems.»
[...]
«Anxious children look to their parents for help in coping with their anxiety and avoiding the things that make them feel afraid. Parents of anxious children typically become entangled in their child's symptoms through a process known as family accommodation. For example, a child who is chronically worried may rely on a parent for constant reassurance, or a child with separation anxiety may require a parent to stay at home with them or sleep next to them at night. For children with social phobia, parents often speak in place of the child or avoid having guests over to the home. Research indicates that family accommodation can contribute to maintaining the child's anxiety symptoms over time. For both treatments, approximately 60 percent of children no longer met diagnostic criteria for any anxiety disorder following treatment, based on assessments conducted by independent evaluators who were unaware of which treatment children received. An even greater proportion (87.5 percent for SPACE and 75.5 percent for CBT) showed significant improvement in their symptoms. Anxiety symptom questionnaires completed by children and by their parents also showed equivalent improvement for SPACE and CBT. Parents and children rated both treatments as highly satisfactory. »...

<< Sommaire
sciencedaily

« Ai-je le droit de sortir plus souvent de chez moi car je suis handicape ? » 03/04/2020

«« En raison de mon handicap, j'ai beaucoup de mal à supporter le confinement. Ai-je le droit de sortir plus qu'une heure et d'aller plus loin que le kilomètre autorisé normalement ? » Le message sur l'assouplissement des conditions de sortie pour certaines personnes handicapées a évolué tout au long du jeudi 2 avril. Voilà ce qu'il faut retenir pour être en règle. Qui peut bénéficier de l'assouplissement des règles de sortie ? Cet assouplissement vise « toutes les personnes handicapées qui rencontrent une aggravation de leurs troubles du fait du confinement », a clarifié Claire Compagnon, la déléguée interministérielle à l'autisme et aux troubles du neuro-développement lors d'un Facebook live. Cela concerne donc principalement certaines personnes atteintes de troubles du spectre de l'autisme, de troubles psychiques, de déficiences intellectuelles et de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité. En clair, une personne ayant un handicap moteur sans troubles associés aggravés par le confinement ne rentre pas dans ce champ.»
[...]
«En quoi consiste cet assouplissement ? « Les sorties des personnes autistes, soit seules soit accompagnées, en voiture ou non, ne sont pas limitées à 1 heure. Ni contraintes à 1 km du domicile. Ni régulées dans leur fréquence et leur objet », indique le secrétariat d’État chargé des personnes handicapées, dans son communiqué. Vous pouvez donc aller dans la forêt la plus proche. Faire le tour du périphérique en voiture. Ou bien encore arpenter la grande rue du village. Seul ou accompagné par un proche. Cela vaut-il aussi pour les établissements ? Oui, un salarié pourra accompagner les résidents ayant un besoin impérieux de sortir, a précisé Sophie Cluzel lors du Facebook live. Un par un. Faut-il une attestation spéciale ? Non, contrairement à ce qu’avait indiqué Emmanuel Macron, il n’y pas d’attestation spécialement faite pour les personnes handicapées. Il faut par contre sortir avec l’habituelle attestation de déplacement dérogatoire ou sa version facile à lire ou à comprendre. Cochez la case déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne… Comment justifier de mon handicap ? Sortez avec : une notification de droits de la MDPH, une carte d’invalidité, une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, ou bien encore d’un certificat médical justifiant le besoin de sortir. »...

<< Sommaire
faire-face

VIDEO INA - 1977, des parents desempares face au handicap mental de leur enfant - Archives video et radio 02/04/2020

«Le 2 avril, c'est la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. Ce handicap aux manifestations très variés, pouvant prendre des formes lourdes ou légères, toucherait 1 personne sur 150. En 1977, des parents témoignaient des difficultés d'élever une enfant handicapée mentale, alors même que son handicap n'avait pas été diagnostiqué précisément, ce dernier pouvant être de l'autisme ou tout autre pathologie mentale.»...

<< Sommaire
ina

Une journee mondiale de l'autisme placee sous le signe de la mobilisation dans le cadre de la crise sanitaire - Secretariat d'Etat aupres du Premier ministre charge des Personnes handicapees 02/04/2020


«Ce collectif de travail que nous avons créé depuis 2 ans avec les personnes, leurs familles, les associations, les services sanitaires et médico-sociaux, les professionnels, les collectivités territoriales nous a permis de formaliser très rapidement en cette période de crise non seulement des orientations pour garantir la continuité de service d'accompagnement et de soins, notamment pour les personnes maintenues à domicile, mais aussi des dispositifs de soutien et d'information spécifiques aux personnes et à leur famille (cf infra). Par ailleurs, suite à l'annonce ce matin du Président de la République, les conditions de sortie pour les personnes en situation de handicap et leur accompagnant sont désormais assouplies pour notamment accompagner les personnes en grande difficulté au regard de leurs troubles du spectre de l'autisme, déficience intellectuelle, déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité, troubles psychiques. Cet assouplissement doit s'accompagner d'un strict respect des gestes barrière impératifs pour la sécurité sanitaire de tous. ...¢ Pour les personnes en situation de handicap domiciliées chez elles, leurs parents ou leurs proches : leurs sorties, soit seules soit accompagnées, en voiture ou non, ne sont pas limitées à 1H, ni contraintes à 1Km du domicile -pour permettre notamment d'aller dans un lieu de dépaysement-, ni régulées dans leur fréquence et leur objet, dès lors que la personne ou son accompagnant justifie aux forces de l'ordre d'un document attestant de la situation particulière de handicap. ...¢ S'agissant des déplacements d'un tiers professionnel ou non pour la prise en charge de personnes en situation de handicap : ce déplacement entre dans le cadre des déplacements pour assistance à personnes vulnérables, sans condition de durée ou de distance.» [...]
«Attention : cette mesure ne fait pas l’objet d’une attestation dédiée, mais consigne est donnée aux préfets et aux forces de l’ordre d’une prise en compte spécifique. Il faut donc toujours pour autant remplir et avoir l’attestation habituelle dérogatoire de déplacement. »...

<< Sommaire
handicap.gouv

Confinement : les regles vont etre assouplies pour les personnes autistes 02/04/2020

«Emmanuel Macron a adressé un message vidéo aux personnes autistes. Un formulaire d'attestation adapté spécialement pour eux leur permettra de "sortir un peu plus souvent". Emmanuel Macron a annoncé jeudi un aménagement des règles de confinement pour les personnes autistes, en les autorisant à sortir "un peu plus souvent" pour se rendre sur les lieux habituellement fréquentés, "porteurs de repères rassurants". A l'occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, le chef de l'Etat a adressé un message vidéo aux personnes souffrant de troubles du spectre autistique et à leurs accompagnants, qui connaissent une période "difficile" avec la crise du coronavirus.»...

<< Sommaire
sudouest

Journee mondiale de sensibilisation a l'autisme, Temoignages Singapour | 01/04/2020

«La journée mondiale de sensibilisation à l'autisme est célébrée chaque année le 2 avril depuis 2007. Lepetitjournal.com vous propose de découvrir le parcours de trois mamans courage basées à Singapour, Clothilde Mary Voisin, Stéphanie Reverchon et Gaelle Berclaz, à travers leurs témoignages croisés. Cette journée mondiale est l'occasion de sensibiliser la société à la problématique humaine, quotidienne, rencontrée par ces familles d'enfants autistes. La couleur bleue est celle choisie en ce jour pour contribuer au changement des mentalités et favoriser l'inclusion des personnes atteintes de troubles du spectre autistique dans la société. L'objectif est d'attirer l'attention sur les enjeux liés à la transition vers l'âge adulte des personnes atteintes d'autisme, telles que la participation à la culture, l'autodétermination, la prise de décisions communautaires, l'accès à l'éducation post-secondaire et à l'emploi et la vie de manière indépendante.»
[...]
«Quelles sont vos réussites? De quoi êtes vous particulièrement fière? Quelles sont vos difficultés ? Clothilde: Je suis fière de mes filles parce que peu importe l’investissement c’est toujours gagnant. Ce sont des bosseuses. Elles évoluent en permanence, le bilan annuel nous le prouve quand le pédopsychiatre nous dit: " Cette année, vous avez encore bien bossé ! ". Ce qui est important sur le handicap lui-même c’est qu’il faut stimuler la flexibilité, tout un art entre les routines et les imprévus. Le parent d’enfant avec autisme est un marathonien armé de brouette de patience ! Mes filles me surprennent tous les jours, car elles repoussent sans cesse leurs limites. J’ai peur de l’adolescence sans filtre, c’est compliqué, c’est un challenge. J’ai peur qu’on ne soit jamais traitées comme des personnes normales, tant mes filles que moi. Mais d’un autre côté, grâce à elles, j’ai pu rencontrer des gens formidables et avoir des amis à toute épreuve ! Stéphanie: Je suis très fière de la transformation de mon fils, il est beau, gentil, il va vers les autres il est indépendant il est capable de tout et ça c’est ma plus belle réussite ! Je n’ai plus peur pour sa vie d’adulte. Je suis fière de moi, de l’équipe que je forme avec mon fils. J’ai peur du harcèlement de la mise à l’écart, de l’adolescence. J’ai peur qu’il se rende compte de sa différence, en même temps que les autres s’en rendront compte. Gaelle: Je suis férocement fière de ma fille, mais ça, malgré un petit coup de main de notre part, c’est elle toute seule qui l’accomplit, donc ça me semble un peu incongru de le voir comme une de mes réussites. Avec les années, ce qui me rend la plus fière, c’est les changements qu’on a fait dans notre dynamique familiale, et l’équilibre qu’on y a trouvé. On a profondément changé notre manière de gérer notre quotidien, et notre chez-nous est devenu un bol de sérénité, et nous a permis d’affronter des tempêtes dont la famille d’avant ne se serait peut-être pas relevée. On a appris à vraiment se parler, communiquer efficacement au sein de la famille et ça a été un atout majeur pour affronter l'adolescence. Elle ne nous fait plus peur, on commence même à se dire que finalement elle se passe somme toute relativement bien. Je crois que le plus dur, c’est l’isolement de ma fille. Pour moi, introvertie jusqu’au bout des ongles, c’est une libération de l’assumer, et de ne me mettre que des attentes réalistes pour moi. Ma fille par contre, c’est une jeune fille super extravertie, et elle a beaucoup souffert ces dernières années avec les difficultés de santé qu’elle a eu. Elle est un tel patchwork de trucs différents, de co-conditions, qu’elle se sent seule. Peu de gens - que ce soit les autres jeunes ou les adultes sensés l’accompagner - comprennent vraiment sa vie et les compromis qu’elle doit faire au jour le jour. Plus déstabilisant encore pour elle parfois, c’est l’incompréhension à laquelle elle se heurte quand elle explique qu’elle s’aime et s’accepte comme elle est et ne changerait rien. Comment être fière de qui on est, s’aimer, quand beaucoup de gens voient la différence et le handicap, soit comme quelque chose à cacher, soit comme la pire des calamités ? autisme @Shutterstock Comment vivez-vous la situation actuelle du coronavirus? Stéphanie: Je ne me sens pas particulièrement impactée, tant que nous ne sommes pas confinés. Clothilde: Le changement dans les routines (qui est LA difficulté dans l’autisme) couplé à l’incertitude et à l’ambiance générale, font que c’est très compliqué. Je suis choquée du discours en France disant que les enfants autistes ne seraient pas prioritaires, s’il y avait un choix à faire dans les soins apportés aux patients atteints du COVID 19. C’est en période de crise que l’on se rend compte si notre société est évoluée ou pas. Ce coronavirus révèle bien des failles de notre société. Gaelle: Dans notre vie de tous les jours ici, ça n’a pas encore chamboulé trop de choses. Mais ma fille, étant personne à risque de part ses soucis de santé, souffre à devoir rester cloitrée à la maison plus que d’habitude, et de ne plus pouvoir sortir en ville avec ses amies. C’est par contre beaucoup d’anxiété en arrière-plan pour les proches en Europe, et ailleurs. Ma fille et moi-même devons choisir prudemment la quantité d’information à laquelle on s’expose. C’est un coup de projecteur à la fois sur le meilleur et le pire de l’humanité, ça fait beaucoup cogiter. Un des trucs qui est parfois un peu dur à avaler, c’est toutes ces adaptations - comme la continuité éducative à la maison - qui semblent mises en place étonnamment facilement pour le coronavirus, alors que ces aménagements étaient trop complexes à mettre en place, quand ce n’était que la personne handicapée du bureau ou de la classe qui en avait besoin. Qu’attendez vous de cette journée mondiale de l’autisme? Stéphanie: Que les gens comprennent ce qu’est l’autisme, qu’ils n’en aient plus peur. Il s’agit d’une différence neurologique. J’aimerais que les gens se rendent compte des petits gestes qu’ils peuvent faire au quotidien en faveur des personnes autistes, ne serait ce que de ne plus utiliser les sèche-mains électriques dans les endroits publics. Il y a plein de gens autour de nous avec des troubles neuro-sensoriels, à qui cela fait mal d’entendre ce bruit de machine soufflante. Utilisez le papier s’il y en a ou laissez sécher à l’air libre vos mains! Gaelle: L’utopiste en moi espère qu’un jour elle ne sera plus nécessaire, parce qu’on aura réellement suffisamment progressé dans l’acceptation et l’inclusion des différences dans la société. En attendant je dois avouer que c’est une journée très violente pour moi, parce que c’est la foire aux idées reçues, aux stéréotypes qui persistent, et un coup de projecteur sur toutes les injustices, les préjugés et tout le chemin qu’il reste à parcourir, en particulier dans le monde francophone… J’ai tendance à me couper du monde le temps qu’elle passe. Clothilde: On entend souvent dire que les enfants autistes sont des « Rain Man », avec de nombreux exemples de génies bizarres : Einstein, Graham Bell, Bill Gates… Non, les autistes ne sont pas débiles, mais ne sont pas tous des génies non plus. Je voudrais que les mentalités évoluent. Et pour finir ! Que l’école du XXIeme siècle puisse passer dans un système d’inclusion et en finir avec ce système d’intégration. »...

<< Sommaire
lepetitjournal

[Communique de Presse] Covid-19 : Saisie du Conseil d'Etat pour un droit egal a la vie et a la liberte - Collectif pour la Liberte d'Expression des Autistes 01/04/2020

«Le Collectif pour la Liberté d'Expression des Autistes et Validity Foundation sont alarmés des conséquences de la décision du gouvernement concernant le confinement des résidents des établissements médico-sociaux qui accueillent les personnes handicapées. Face à une violation massive des droits fondamentaux, notamment le droit à la liberté, à la protection des détentions arbitraires, à la vie et à la dignité, notre collectif, avec le soutien des experts de l'ONG Validity Foundation, a déposé une requête devant le Conseil d'Etat le 28 mars. Le gouvernement produira ses observations avant le 1e avril. Le 14 mars 2020, la Secrétaire d'Etat auprès du Premier Ministre chargée des Personnes Handicapées, Mme Sophie Cluzel, annonce par voie de communiqué de presse la mise en place de mesures de confinement pour les personnes handicapées institutionnalisées. Cette décision, sans aucune référence juridique ni base légale apparente, ordonne le verrouillage des institutions médico-sociales. Souvent confinées dans des chambres, privées de tous contacts avec leurs proches et de tout moyen de communication alternatif tels que ceux déployés dans les institutions pénitentiaires, les personnes handicapées se retrouvent dans une situation de grande détresse psychique et danger physique, livrées à toute sorte d'abus potentiel, dans des institutions opaques qui échappent à tout contrôle indépendant.»
[...]
«Des mesures arbitraires, illégales et indignes Nous ne pouvons que constater les manquements graves au droit français et aux conventions internationales, notamment la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CRDPH) et la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) du gouvernement à travers cette décision. Les personnes institutionnalisées, privées de leur liberté et souvent de leur capacité juridique, sont enfermées de façon arbitraire dans des établissements médico-sociaux du seul fait de leur handicap. Elle se trouvent à présent privées de leur droit à la vie, à la dignité et à l’accès aux soins. La crise sanitaire actuelle aggrave la situation de ces personnes, et la décision de la Secrétaire d’État ne fait qu’accentuer les inégalités et le traitement discriminatoire réservé à ces personnes, soumises à un traitement encore plus défavorable que celles qui se trouvent dans les établissements pénitentiaires. Nous avons décidé, en qualité d’association militant pour les droits des personnes en situation de handicap, de saisir le Conseil d’État, afin d’obtenir la mise en place de mesures d’urgence indispensables pour assurer la liberté, l’égalité et la non-discrimination des personnes handicapées en institutions spécialisées. Dans un souci de transparence et de prévention des abus à l’encontre de personnes handicapées privées de leur liberté et qui se trouvent davantage restreintes dans des établissements médico-sociaux, il est primordial de mettre en place un mécanisme de contrôle indépendant et de permettre à des tiers d’accéder à ces institutions, conformément à la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. La situation de crise sanitaire ne saurait justifier un accroissement de la violation des droits des personnes handicapées en France. Celles-ci doivent bénéficier des mêmes protections et jouir des mêmes droits que toute autre personne se trouvant sur le territoire de la République. La protection de la société et la limitation de la propagation du virus COVID-19 ne peuvent avoir pour effet de condamner à une peine de mort tacite les personnes institutionnalisées en les privant d’accès aux soins et en les contraignant d’être confinées avec des personnes déjà infectées. Les effets morbides de la décision du gouvernement se font déjà sentir. La presse régionale a déjà relayé plusieurs cas de contamination massive ayant entraîné plus de 200 décès dans les EPHAD. La crainte que les institutions accueillant des personnes handicapées se transforment en mouroirs est réelle. Des témoignages inquiétants Nous recevons de nombreux témoignages alarmants sur la situation des personnes confinées. De graves cas d’automutilations, des enfants en larmes criant « maman, papa » pour avoir un contact avec leurs parents, d’autres clamant « ne me touchez pas, laissez-moi mourir », de nombreuses personnes handicapées ne s’alimentant plus. La crise Covid-19 ne fait qu’exacerber la situation déjà désastreuse des personnes handicapées. Le personnel de renfort dans les établissements médicosociaux ne dispose pas toujours des compétences relatives au handicap ce qui conduit à la mise en danger des personnes concernées. Nous demandons par conséquent, la mise en place de dispositifs d’aménagement raisonnable et d’autorisations de sortie dérogatoires. La crise sanitaire actuelle est, plus que jamais, le moment de s’interroger sur le modèle de dépendance des personnes handicapées entretenu par le système français, devenu obsolète. Nous demandons également la reconnaissance de ces institutions comme des lieux de privation de liberté conformément à l’interprétation du Comité de l’ONU de la CDPH dans l’Observation générale N°1 et par la suite, leur fermeture. En temps ordinaire, ce modèle institue et justifie la privation arbitraire de liberté. En période d’urgence sanitaire, les institutions médicosociales deviennent un piège épidémiologique, un lieu de violation massive des droits humains, soustraits à tout contrôle indépendant. »...

<< Sommaire
cle-autistes

Arrete du 25 mars 2020 completant l'arrete du 23 mars 2020 prescrivant les mesures d'organisation et de fonctionnement du systeme de sante necessaires pour faire face a l'epidemie de covid-19 dans le cadre de l'etat d'urgence sanitaire | Legifrance 28/03/2020


«Le ministre des solidarités et de la santé, Vu la directive (UE) 2015/1535 du Parlement européen et du Conseil du 9 septembre 2015 prévoyant une procédure d'information dans le domaine des réglementations techniques et des règles relatives aux services de la société de l'information, et notamment la notification n° 2020/163/F ; Vu le code de la santé publique, notamment son article L. 3131-16 ; Vu le code de la sécurité sociale, notamment ses articles L. 162-1-7 et 162-14-1 et 162-9 ; Vu la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19, notamment son article 4 ; Vu l'arrêté du 23 mars 2020 prescrivant les mesures d'organisation et de fonctionnement du système de santé nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire ; Vu la convention nationale des orthophonistes signée le 31 octobre 1996 et ses 16 avenants ; Vu la liste des actes et prestations modifiée adoptée par la décision de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie du 11 mars 2005 ; Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ; Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19 ; Considérant que pour faire face à l'épidémie de covid-19 il est nécessaire de pouvoir mobiliser l'ensemble des médecins disponibles ; qu'à cette fin, il y a lieu d'autoriser les médecins de prévention et de contrôle à délivrer des soins curatifs lorsqu'ils sont réquisitionnés pour les besoins de la lutte contre l'épidémie ; Considérant que la télésanté permet à la fois d'assurer une prise en charge médicale et soignante à domicile pour les patients présentant les symptômes de l'infection ou reconnus atteints du covid-19 et de protéger les professionnels de santé de l'infection ainsi que les patients qu'ils prennent en charge ; qu'il y a lieu de prendre les dispositions nécessaires pour permettre son développement...» [...]
« Article 1 En savoir plus sur cet article... L'arrêté du 23 mars 2020 susvisé est ainsi modifié : 1° Le VI de l'article 8 devient le VII et il est rétabli un VI ainsi rédigé : « VI. - A l'exclusion des bilans initiaux et des renouvellements de bilan, les actes d'orthophonie mentionnés en annexe du présent article peuvent être réalisés à distance par télésoin. La pertinence du recours au télésoin est déterminée par l'orthophoniste. Ces actes de télésoin sont réalisés par vidéotransmission. Ils sont conditionnés à la réalisation préalable, en présence du patient, d'un premier soin par l'orthophoniste. Pour les mineurs de 18 ans, la présence d'un des parents majeurs ou d'un majeur autorisé est nécessaire. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise. « Par dérogation aux articles L. 162-1-7, L. 162-14-1 et L. 162-9 du code de la sécurité sociale, les orthophonistes libéraux ou les autres structures mentionnées à l'article L. 162-1-7 du même code sont autorisés à facturer à l'assurance maladie les actes réalisés à distance par télésoin relevant du présent article VI. » 2° Après le chapitre 4, il est inséré un chapitre 4 bis ainsi rédigé : « Chapitre 4 bis « Mesures concernant les professionnels de santé « Art. 8-1. - Les médecins mentionnés à l'article R. 4127-99 et à l'article R. 4127-100 du code de la santé publique peuvent délivrer des soins curatifs nonobstant les restrictions prévues par ces dispositions lorsqu'ils exercent dans le cadre d'une réquisition prononcée pour faire face à la crise sanitaire. » »...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Avec France tv, faites classe a la maison | France Televisions 22/03/2020

«Avec France tv, faites classe à la maison Pour mieux accompagner les enfants (et leurs parents) au quotidien, dans la poursuite des apprentissages scolaires à la maison, France tv renforce son offre en ouvrant plus que jamais ses antennes à l'éducation. Aperçu du programme (scolaire). La Maison Lumni avec Alex Goude La Maison Lumni avec Alex Goude ©Nathalie Guyon / FTV La Maison Lumni France tv diffuse, à partir du 23 mars, La Maison Lumni, une émission quotidienne de 52 minutes dédiée aux élèves de 8 à 12 ans, réalisée en lien avec le ministère de l'Education nationale. La Maison Lumni sera proposée sur plusieurs antennes linéaires et numériques : à 10h sur France 2, 15h45 sur France 4 et à 11h sur France 5 et, à tout moment de la journée, en replay sur Lumni.fr et la plateforme vidéo france.tv. Entouré d'experts - enseignants, blogueurs, YouTubeurs, personnalités de la société civile...
•, Alex Goude reprendra les notions essentielles des programmes scolaires de la maternelle au collège, mais aussi informera et divertira.»...

<< Sommaire
francetelevisions

Haute Autorite de Sante - SLENYTO 20/03/2020

«NEUROLOGIE - Nouveau médicament Avis sur les Médicaments - Mis en ligne le 22 nov. 2019 Nature de la demande Inscription Intérêt clinique important dans le traitement de l'insomnie chez les enfants et adolescents de 2 à 18 ans présentant un trouble du spectre de l'autisme et/ou un syndrome de Smith-Magenis, lorsque les mesures d'hygiène du sommeil ont été insuffisantes et progrès thérapeutique mineur dans la stratégie thérapeutique. SLENYTO a l'AMM dans le traitement de l'insomnie chez les enfants et les adolescents de 2 à 18 ans, présentant un trouble du spectre de l'autisme (TSA) et/ou un syndrome de Smith-Magenis, lorsque les mesures d'hygiène du sommeil ont été insuffisantes. La supériorité de la mélatonine LP a été démontrée par rapport au placebo sur l'amélioration du temps de sommeil total à 13 semaines avec une quantité d'effet modérée :+32 minutes chez des patients ayant un temps de sommeil total de 7h30 environ.»...

<< Sommaire
has-sante

Les independants contraints de garder leurs enfants peuvent obtenir un arret de travail indemnise 19/03/2020

«Le téléservice declare.ameli.fr de l'Assurance Maladie permet aux travailleurs indépendants et aux auto-entrepreneurs de déclarer un maintien à domicile pour eux-mêmes et/ou pour leurs salariés. Ce dispositif concerne les parents d'enfants de moins de 16 ans ou en situation de handicap sans limite d'âge. Comme les salariés, les travailleurs indépendants peuvent demander un arrêt maladie pour s'occuper de leurs enfants pendant l'épidémie de coronavirus. Le dispositif des arrêts de travail indemnisés concerne les parents d'enfants de moins de 16 ans scolarisés, ainsi que les parents d'enfants en situation de handicap sans limite d'âge. Les indépendants peuvent aussi faire cette demande s'ils sont eux-mêmes malades. Dans tous les cas, il faut remplir un formulaire sur le site declare.ameli.fr.»...

<< Sommaire
leparticulier.lefigaro

Covid-19 : Quelques Mesures Interessant La Famille, Les Mineurs Et Les Personnes Vulnerables 19/03/2020

«Outre l'exception des déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance des personnes vulnérables ou pour la garde d'enfants, d'autres mesures ont été prises afin de protéger au mieux la famille, les mineurs et les personnes vulnérables. Parmi l'ensemble de ces mesures, on peut relever :
• Arrêts de travail simplifiés pour les salariés contraints de garder leurs enfants.
•Garde alternée.»
[...]
« -Arrêts de travail pour les parents séparés. -Protection judiciaire de la jeunesse. -Confinement et femmes victimes de violences conjugales. -Personnes en situation de handicap. – Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, a décidé d’un maintien préférentiel au domicile et de l’organisation sans délai de la continuité de l’accompagnement des personnes handicapées, vivant au domicile de leurs proches aidants (enfants et adultes), domiciliées dans une structure d’hébergement médico-sociale, habitant un domicile personnel ou un habitat partagé. Pour les enfants et adultes accueillis en externats, les établissements et services médico-sociaux ont organisé un service minimum d’appui aux familles. Une attention particulière est prêtée à l’accompagnement des situations complexes ne pouvant être maintenues au domicile, dont en particulier celui des enfants confiés à l’Aide sociale à l’enfance. Pour apporter une réponse à ces situations complexes, les internats enfants et adultes à temps complet sont maintenus en fonctionnement. Les parents qui sont amenés à garder leur enfant handicapé à domicile, du fait de la fermeture de la structure médico-sociale d’accueil, bénéficieront d’une prise en charge par la Sécurité Sociale des indemnités journalières (-Mariage et funérailles. »...
Source: http://www.actualitesdudroit.fr | Source Status

<< Sommaire
actualitesdudroit

Covid-19 : Quelques Mesures Interessant La Famille, Les Mineurs Et Les Personnes Vulnerables 19/03/2020

«Outre l'exception des déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance des personnes vulnérables ou pour la garde d'enfants, d'autres mesures ont été prises afin de protéger au mieux la famille, les mineurs et les personnes vulnérables. Parmi l'ensemble de ces mesures, on peut relever :
• Arrêts de travail simplifiés pour les salariés contraints de garder leurs enfants.
•Garde alternée.»
[...]
« -Arrêts de travail pour les parents séparés. -Protection judiciaire de la jeunesse. -Confinement et femmes victimes de violences conjugales. -Personnes en situation de handicap. – Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, a décidé d’un maintien préférentiel au domicile et de l’organisation sans délai de la continuité de l’accompagnement des personnes handicapées, vivant au domicile de leurs proches aidants (enfants et adultes), domiciliées dans une structure d’hébergement médico-sociale, habitant un domicile personnel ou un habitat partagé. Pour les enfants et adultes accueillis en externats, les établissements et services médico-sociaux ont organisé un service minimum d’appui aux familles. Une attention particulière est prêtée à l’accompagnement des situations complexes ne pouvant être maintenues au domicile, dont en particulier celui des enfants confiés à l’Aide sociale à l’enfance. Pour apporter une réponse à ces situations complexes, les internats enfants et adultes à temps complet sont maintenus en fonctionnement. Les parents qui sont amenés à garder leur enfant handicapé à domicile, du fait de la fermeture de la structure médico-sociale d’accueil, bénéficieront d’une prise en charge par la Sécurité Sociale des indemnités journalières (-Mariage et funérailles. »...
Source: http://www.actualitesdudroit.fr | Source Status

<< Sommaire
actualitesdudroit

Coronavirus Covid-19 / Consignes et recommandations applicables a l'accompagnement des enfants et adultes en situation de handicap - Federation Hospitaliere de France (FHF) 16/03/2020

«Le Ministère des Solidarités et de la Santé a diffusé dimanche 15 mars des consignes et recommandations applicables à l'accompagnement des adultes et enfants en situation de handicap, accompagnées d'une foire aux questions. Ces recommandations rappellent tout d'abord que le principe général de précaution, au regard de l'intensité de la circulation du virus sur le territoire national, est de favoriser le maintien à leur domicile des personnes en situation de handicap exposées particulièrement à des complications de santé. Au regard des besoins d'accompagnement médico-sociaux nécessaires à la préservation de l'état de santé global des personnes en situation de handicap, il est précisé que le principe de précaution visant le maintien au domicile s'accompagne du principe lié d'une continuité de l'accompagnement médico-social. Il est demandé aux agences régionales de santé (ARS) et aux départements de veiller scrupuleusement, en lien avec les organismes gestionnaires (OG), à l'application conjointe de ces deux principes solidaires l'un de l'autre. La prévention de l'exposition au risque épidémique doit s'accompagner d'une vigilance redoublée à ne pas créer de risques supplémentaires de ruptures de parcours, de pertes de chances, d'événements indésirables, de dégradation de l'état de santé général des personnes. Cela signifie une action coordonnée et en responsabilité des ARS, des départements, des MDPH, des établissements et services médico-sociaux, en lien avec les acteurs de droit commun, pour organiser de manière réactive et coordonnée : 1. Le maintien accompagné à domicile pour ceux qui vivent chez leurs aidants ; 2. La sécurisation du domicile dans les structures médico-sociales ; 3. Les solutions en soutien de ceux qui vivent dans un habitat inclusif personnel ou partagé : Une fiche annexe spécifique à la situation des ESAT a également été diffusée (ci-joint).»
[...]
« Documents joints Consignes et recommandations pour le secteur PH – pdf – 682,36 kB FAQ Recommandations PH – pdf – 537,74 kB Fiche annexe ESAT – pdf – 451,05 kB »...

<< Sommaire
fhf

Coronavirus Covid-19 / Consignes et recommandations applicables a l'accompagnement des enfants et adultes en situation de handicap - Federation Hospitaliere de France (FHF) 16/03/2020

«Le Ministère des Solidarités et de la Santé a diffusé dimanche 15 mars des consignes et recommandations applicables à l'accompagnement des adultes et enfants en situation de handicap, accompagnées d'une foire aux questions. Ces recommandations rappellent tout d'abord que le principe général de précaution, au regard de l'intensité de la circulation du virus sur le territoire national, est de favoriser le maintien à leur domicile des personnes en situation de handicap exposées particulièrement à des complications de santé. Au regard des besoins d'accompagnement médico-sociaux nécessaires à la préservation de l'état de santé global des personnes en situation de handicap, il est précisé que le principe de précaution visant le maintien au domicile s'accompagne du principe lié d'une continuité de l'accompagnement médico-social. Il est demandé aux agences régionales de santé (ARS) et aux départements de veiller scrupuleusement, en lien avec les organismes gestionnaires (OG), à l'application conjointe de ces deux principes solidaires l'un de l'autre. La prévention de l'exposition au risque épidémique doit s'accompagner d'une vigilance redoublée à ne pas créer de risques supplémentaires de ruptures de parcours, de pertes de chances, d'événements indésirables, de dégradation de l'état de santé général des personnes. Cela signifie une action coordonnée et en responsabilité des ARS, des départements, des MDPH, des établissements et services médico-sociaux, en lien avec les acteurs de droit commun, pour organiser de manière réactive et coordonnée : 1. Le maintien accompagné à domicile pour ceux qui vivent chez leurs aidants ; 2. La sécurisation du domicile dans les structures médico-sociales ; 3. Les solutions en soutien de ceux qui vivent dans un habitat inclusif personnel ou partagé : Une fiche annexe spécifique à la situation des ESAT a également été diffusée (ci-joint).»
[...]
« Documents joints Consignes et recommandations pour le secteur PH – pdf – 682,36 kB FAQ Recommandations PH – pdf – 537,74 kB Fiche annexe ESAT – pdf – 451,05 kB »...

<< Sommaire
fhf

Coronavirus Covid-19 / Consignes et recommandations applicables a l'accompagnement des enfants et adultes en situation de handicap - Federation Hospitaliere de France (FHF) 16/03/2020

«Le Ministère des Solidarités et de la Santé a diffusé dimanche 15 mars des consignes et recommandations applicables à l'accompagnement des adultes et enfants en situation de handicap, accompagnées d'une foire aux questions. Ces recommandations rappellent tout d'abord que le principe général de précaution, au regard de l'intensité de la circulation du virus sur le territoire national, est de favoriser le maintien à leur domicile des personnes en situation de handicap exposées particulièrement à des complications de santé. Au regard des besoins d'accompagnement médico-sociaux nécessaires à la préservation de l'état de santé global des personnes en situation de handicap, il est précisé que le principe de précaution visant le maintien au domicile s'accompagne du principe lié d'une continuité de l'accompagnement médico-social. Il est demandé aux agences régionales de santé (ARS) et aux départements de veiller scrupuleusement, en lien avec les organismes gestionnaires (OG), à l'application conjointe de ces deux principes solidaires l'un de l'autre. La prévention de l'exposition au risque épidémique doit s'accompagner d'une vigilance redoublée à ne pas créer de risques supplémentaires de ruptures de parcours, de pertes de chances, d'événements indésirables, de dégradation de l'état de santé général des personnes. Cela signifie une action coordonnée et en responsabilité des ARS, des départements, des MDPH, des établissements et services médico-sociaux, en lien avec les acteurs de droit commun, pour organiser de manière réactive et coordonnée : 1. Le maintien accompagné à domicile pour ceux qui vivent chez leurs aidants ; 2. La sécurisation du domicile dans les structures médico-sociales ; 3. Les solutions en soutien de ceux qui vivent dans un habitat inclusif personnel ou partagé : Une fiche annexe spécifique à la situation des ESAT a également été diffusée (ci-joint).»
[...]
« Documents joints Consignes et recommandations pour le secteur PH – pdf – 682,36 kB FAQ Recommandations PH – pdf – 537,74 kB Fiche annexe ESAT – pdf – 451,05 kB »...

<< Sommaire
fhf

La securite sociale condamnee, a Orleans, a prendre en charge les soins de deux enfants atteints de pathologies rares - Orleans (45000) 12/03/2020

«Dans deux décisions rendues récemment, le pôle social du tribunal judiciaire d'Orléans a condamné la caisse primaire d'assurance maladie du Loiret à prendre en charge les soins prescrits à deux enfants atteints de pathologies rares. Dans deux décisions distinctes rendues récemment, le pôle social du tribunal judiciaire d'Orléans vient de rappeler à la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) "son devoir de solidarité" à l'égard d'enfants atteints d'une pathologie rare, dont elle refusait de prendre en charge les soins. Le premier dossier, soumis à la juridiction en charge du contentieux de la protection sociale, concernait un enfant atteint de lissencéphalie. Cette malformation rare du cerveau est une pathologie sévère et les personnes qui en sont atteintes sont dans une dépendance totale.»
[...]
«Au regard "d’une nécessité impérieuse", le tribunal impose à la caisse de prendre en charge la facture de l’appareil. Mais aussi les éventuelles séances de rééducation sensomotrice et ce, compte tenu de "la situation exceptionnelle dans laquelle se trouve l’enfant". Dans un second dossier, la juridiction avait à statuer sur le refus de la sécurité sociale de procéder au remboursement d’une séance de psychomotricité, d’un montant de 45 euros, qu’un médecin traitant avait prescrite à l’égard d’un enfant atteint d’une anomalie génétique cérébrale. Dans son jugement, rendu mardi 10 mars, le tribunal social dit "regretter à nouveau de constater que la CPAM et la commission de recours amiable oublient la solidarité nationale, fondement de la sécurité sociale". Et contraint cette dernière à prendre à sa charge les séances de psychomotricité, prescrites à l’enfant, à compter du 1er juillet 2018, date à laquelle le traitement a été entamé. »...

<< Sommaire
larep

Autistic children's auditory delays may persist into adulthood | Spectrum | Autism Research News 10/03/2020

«A delay in autistic children's brain responses to sound continues into adulthood, according to the first study to examine the phenomenon in adults on the spectrum1. The study also linked this delay to language difficulties. When a person hears a sound ...” a musical note, for example, or someone speaking ...” the listener's brain produces two important neural responses about 50 and 100 milliseconds later. Prior research has shown that in autistic children's brains, these responses are delayed by several milliseconds2.»...

<< Sommaire
spectrumnews

&stxt=Bull Prevalence des troubles du spectre de l'autisme Publie le 10 Mars 2020 Mis a jour le 10 mars 2020 Auteur : Ha Catherine, Chan Chee Christine 10/03/2020

«Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 10 mars 2020, n°6-7 Prévalence des troubles du spectre de l'autisme Publié le 10 Mars 2020 Mis à jour le 10 mars 2020 Auteur : Ha Catherine, Chan Chee Christine Année de publication : 2020 Pages : 125-156 pdf Prévalence des troubles du spectre de l’autisme // Prevalence of Autism Spectrum Disorders Coordination scientifique // Scientific coordination Catherine Ha & Christine Chan Chee, Santé publique France, Saint-Maurice, France Et pour le Comité de rédaction du BEH : Florence Bodeau-Livinec, École des hautes études en santé publique, Rennes & Damien Mouly, Santé publique France – Occitanie, Toulouse, France
Source: http://www.santepubliquefrance.fr | Source Status

<< Sommaire
santepubliquefrance

&stxt=Bull Prevalence des troubles du spectre de l'autisme Publie le 10 Mars 2020 Mis a jour le 10 mars 2020 Auteur : Ha Catherine, Chan Chee Christine 10/03/2020

«Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 10 mars 2020, n°6-7 Prévalence des troubles du spectre de l'autisme Publié le 10 Mars 2020 Mis à jour le 10 mars 2020 Auteur : Ha Catherine, Chan Chee Christine Année de publication : 2020 Pages : 125-156 pdf Prévalence des troubles du spectre de l’autisme // Prevalence of Autism Spectrum Disorders Coordination scientifique // Scientific coordination Catherine Ha & Christine Chan Chee, Santé publique France, Saint-Maurice, France Et pour le Comité de rédaction du BEH : Florence Bodeau-Livinec, École des hautes études en santé publique, Rennes & Damien Mouly, Santé publique France – Occitanie, Toulouse, France
Source: http://www.santepubliquefrance.fr | Source Status

<< Sommaire
santepubliquefrance

Event Detail - Association for Behavior Analysis International 09/03/2020

«ymposium #568 CE Offered: BACB ...” Ethics Positive Punishment of Severe Problem Behaviors Monday, May 25, 2020 3:00 PM-4:50 PM Walter E. Washington Convention Center, Level 1, Room 103 Area: DDA; Domain: Applied Research CE Instructor: Nathan Blenkush, Ph.D. Chair: Nathan Blenkush (Judge Rotenberg Educational Center) Discussant: W. Joseph Wyatt (Marshall University) Abstract: We conducted an empirical analysis of contingent skin-shock in the treatment of severe problem behaviors in 191 individual cases between 2002 and 2018. Overall, a 95% reduction was observed in the frequency of severe aggression and health dangerous (e.g., self-injurious) behaviors across a wide variety of psychological diagnoses. Findings provide support for the supplemental use of contingent skin-shock in conjunction with differential reinforcement of alternative and other appropriate behaviors. We present novel findings from (a) the largest clinical sample in the skin-shock literature, (b) planned versus unplanned fading of treatment, (c) reversal of treatment effects, and (d) follow-up data spanning 16 years. The evidence provides support for the assertion that contingent skin-shock is the least intrusive, most effective, efficient, and ethical treatment available for the severe problem behavior of some individuals. Instruction Level: Intermediate Keyword(s): aversive, punishment, severe behavior, skin-shock Target Audience: Graduate students and practicing professionals interested in punishment procedures (e.g., BCaBA, BCBA, BCBA-D).»...

<< Sommaire
abainternational

˜I never realised everybody felt as happy as I do when I am around autistic people': A thematic analysis of autistic adults' relationships with autistic and neurotypical friends and family 07/03/2020

«Abstract Many autistic people are motivated to have friends, relationships and close family bonds, despite the clinical characterisation of autism as a condition negatively affecting social interaction. Many first-hand accounts of autistic people describe feelings of comfort and ease specifically with other autistic people. This qualitative research explored and contrasted autistic experiences of spending social time with neurotypical and autistic friends and family. In total, 12 autistic adults (10 females, aged 21-51) completed semi-structured interviews focused on time spent with friends and family; positive and negative aspects of time spent with neurotypical and autistic friends and family; and feelings during and after spending time together. Three themes were identified: cross-neurotype understanding, minority status and belonging. Investigation of these themes reveals the benefits of autistic people creating and maintaining social relationships with other autistic people, in a more systematic way than previous individual reports. They highlight the need for autistic-led social opportunities and indicate benefits of informal peer support for autistic adults.»...

<< Sommaire
journals.sagepub

Common test for autism found wanting 06/03/2020

«The study The researchers re-examined the Autism-Spectrum Quotient (AQ10) questionnaire, a form which depends on self-reported personality characteristics to diagnose autism. It is just one of many such forms, but it happens to be the one in most common use by GPs and the shortest one too. It is recommended for people aged 12-16 years as well as those above 18 years because they do not take much time, are easy to use, and may be used by the individual without previous training, but with acceptable sensitivity and specificity, according to older reviews. If adult patients suspect they may have autism, they can take the questionnaire. A score of 6-10 may mean they should go in for more confirmatory tests. It is recommended by the National Institute for Health and Care Excellence (NICE), which is the UK government's voice in recommending clinical practice measures as well as NHS procedures. NICE supports the use of the AQ10 to screen autism in adults. Such results are used in large-scale studies to understand the prevalence of autistic traits in the population at large. These traits are also linked to the performance of the subjects on other tasks, to help to understand how autism is linked to other social skills and social behavior. However, the scientists retrieved data from about 6,500 people, all from the society at large, who had taken the AQ10 questionnaire. They aimed to evaluate the effectiveness of the form for assessing autism. Some of the questions include whether the individuals notice small sounds that pass unnoticed by others or find it hard to identify the emotions of others from their faces. The findings The study shows that the measure yields unsatisfactory results when the results are analyzed using several commonly used statistical techniques, which means the AQ10 is not a reliable measure of autistic traits. Instead, say the researchers, a new system should be designed to detect the spectrum of autistic traits that manifest in a large population.»
[...]
«Implications Other researchers have already pointed out that earlier ASD screening methods were developed before 2013, and therefore do not take into account the newer guidelines of the Diagnostic and Statistical Manual -V (DSM-5). These methods of screening are meant to be used based on clinical diagnosis, which means that when clinical criteria were changed in the DSM-5, the diagnostic decision making within the screening technique must also be altered appropriately. They have concluded that "there is a need to re-examine questions and features within the ASD diagnostic and screening tools in order to comprehensively satisfy the new criteria of the DSM-5." The danger of using such unreliable tools is that what is currently believed about autism and its management has come from studies based on these very tools which are now being shown to be incapable of fulfilling their intended role. Shah goes on to explain, "If the measure of autism is unreliable, as we suggest, so too are the findings and conclusions. Without reliable measures, it is unclear if the findings from these studies are valid, and may hamper the support we provide for people with autistic personalities or diagnosed autism in society." A colleague of Shah, Emily Taylor, chimes in: "This is an important finding, which will hopefully initiate a more concerted effort at examining and refining tools used in autism research and clinical practice." She points out that the current sample is taken from the general population, which has not received appropriate medical diagnoses to countercheck the findings of the study. Therefore, she says, "The next step would be to conduct follow-up studies in equally large clinical samples." And more importantly, she indicates a general loss of faith in the reliability of mental health assessment tools, not just this single measure of autistic traits. As a result, she says, "We need far more 'basic' science to examine and address these issues in future research towards improving their application in the management of mental health difficulties in society." Source: Researchers question reliability of common autistic personality test - »...
Source: http://www.news-medical.net | Source Status

<< Sommaire
news-medical

Diagnosis of autism in adulthood: A scoping review - Yunhe Huang, Samuel RC Arnold, Kitty-Rose Foley, Julian N Trollor, 06/03/2020

«Abstract More adults are undergoing autism assessment due to recent changes in awareness, diagnostic criteria and professional practices. This scoping review aimed to summarise research on autism diagnosis in adulthood and identify any gaps for future study. The authors searched for studies involving first-time assessment and diagnosis of autism in adults, which identified 82 studies from 13 countries using various methodologies. Six themes of (1) prevalence, (2) diagnostic pathways and processes, (3) gender, (4) psychosocial characteristics, (5) co-occurring conditions and (6) experiences of diagnosis were identified across the studies. Findings suggest that receiving an autism diagnosis has a significant emotional impact on adults, but accessibility and processes are inconsistent, and formal support services are lacking. More research is needed on autism diagnosis in adults with intellectual disability, consequences of the timing of diagnosis, and support after diagnosis.»
[...]
«Lay abstract More adults are getting assessed for possible autism. Here, we give an overview on what is already known about autism diagnosis in adulthood and find areas that need more research. We divided results from the studies we found into six topics of (1) rates of autism in different groups; (2) the process of getting an autism diagnosis in adulthood; (3) gender; (4) personality traits, abilities and behaviours of diagnosed adults; (5) mental and physical health conditions that occur together with autism; and (6) how adults think and feel about being assessed and diagnosed. We found that adults often have strong emotions after being diagnosed, the process of getting a diagnosis can be unclear and different for everyone, and not many support services are available for adults. More research on diagnosing adults with intellectual disability, differences between early and late-diagnosed adults, and support after diagnosis would be useful. »...

<< Sommaire
journals.sagepub

Autism Spectrum Disorder Prevalence in Children Aged 12-13...‰Years From the Longitudinal Study of Australian Children - May - - Autism Research - Wiley Online Library 06/03/2020

«Abstract This study aimed to provide an autism spectrum disorder (ASD) prevalence update from parent and teacher report using the Longitudinal Study of Australian Children (LSAC). The LSAC is a prospective cohort study of Australian children representative of the population with two cohorts: Kinder (birth year 1999/2000) and Birth cohort (birth year 2003/2004). Children in the Birth and Kinder cohort with parent... and teacher...reported ASD prevalence were compared to children without ASD. There were N = 3,381 (66%) responding in the Birth cohort at age 12 and N = 3,089 (62%) for the Kinder cohort at age 16. Quality of life was measured by the Pediatric Quality of Life Inventory, and emotional/behavior problems using the Strengths and Difficulties Questionnaire. Parent...reported ASD prevalence increased to 4.36% [95% CI 3.56-5.19] at age 12-13years in the Birth cohort and 2.60% [95% CI 2.07-3.31] in the Kinder cohort. Kinder cohort ASD children had more parent... and teacher...reported social problems, and lower parent...reported social and psychosocial quality of life. As expected, parent...reported ASD prevalence continued to rise. The higher prevalence in the Birth cohort may relate to milder cases of ASD being diagnosed.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

LOI n° 2020-220 du 6 mars 2020 visant a ameliorer l'acces a la prestation de compensation du handicap | Legifrance 06/03/2020

«Article 1 A la fin du 1° du II de l'article L. 245-1 du code de l'action sociale et des familles, les mots : « , sous réserve de solliciter cette prestation avant un âge fixé par décret » sont supprimés. Article 2 I.
• Le deuxième alinéa de l'article L. 146-5 du code de l'action sociale et des familles est ainsi rédigé : « Dans la limite des financements du fonds départemental de compensation, les frais de compensation ne peuvent excéder 10 % des ressources personnelles nettes d'impôts des personnes handicapées mentionnées au premier alinéa du présent article, dans des conditions définies par décret. » II.
• Le Gouvernement remet au Parlement un rapport sur la mise en oeuvre du décret mentionné au deuxième alinéa de l'article L. 146-5 du code de l'action sociale et des familles, dans un délai de dix-huit mois à compter de l'entrée en vigueur de ce décret. Ce rapport traite notamment de l'évolution du reste à charge des personnes ayant déposé au moins une demande auprès d'un fonds départemental de compensation du handicap. Article 3 Le chapitre V du titre IV du livre II du code de l'action sociale et des familles est ainsi modifié : 1° L'article L. 245-5 est ainsi modifié : a) Au début, est ajoutée la mention : « I.
• » ; b) Il est ajouté un II ainsi rédigé : « II.
• Le président du conseil départemental prend toutes mesures pour vérifier les déclarations des bénéficiaires et s'assurer de l'effectivité de l'utilisation de l'aide qu'ils reçoivent. Il peut mettre en oeuvre un contrôle d'effectivité, portant sur une période de référence qui ne peut être inférieure à six mois, qui ne peut s'exercer que sur les sommes qui ont été effectivement versées. Toute réclamation dirigée contre une décision de récupération de l'indu a un caractère suspensif. » ; 2° Le premier alinéa de l'article L. 245-6 est ainsi modifié : a) A la première phrase, après le mot : « accordée », sont insérés les mots : « , pour une durée d'attribution unique et renouvelable, » ; b) Est ajoutée une phrase ainsi rédigée : « Lorsque le handicap n'est pas susceptible d'évoluer favorablement, un droit à la prestation de compensation du handicap est ouvert sans limitation de durée, sans préjudice des révisions du plan personnalisé de compensation qu'appellent les besoins de la personne. » ; 3° Le deuxième alinéa de l'article L. 245-13 est ainsi modifié : a) Les mots : « la décision attributive de la prestation de compensation ouvre droit au bénéfice des éléments mentionnés aux 2°, 3°, 4° et 5° de l'article L. 245-3 et que » sont supprimés ; b) Les mots : « elle peut spécifier » sont remplacés par les mots : « la décision attributive de la prestation de compensation prévoit » ; c) Les mots : « ces éléments » sont remplacés par les mots : « les éléments mentionnés à l'article L. 245-3 ». Article 4 Un comité stratégique, dont la composition et les missions sont précisées par décret, est créé auprès du ministre chargé des personnes handicapées. Ce comité est chargé d'élaborer et de proposer, d'une part, des adaptations du droit à la compensation du handicap répondant aux spécificités des besoins des enfants et, d'autre part, des évolutions des modes de transport des personnes handicapées, intégrant tous les types de mobilités et assurant une gestion logistique et financière intégrée. La présente loi sera exécutée comme loi de l'Etat.»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Psychometric concerns with the 10-item Autism-Spectrum Quotient (AQ10) as a measure of trait autism in the general population 05/03/2020

«Abstract The 10-item Autism-Spectrum Quotient (AQ10) is a self-report questionnaire used in clinical and research settings as a diagnostic screening tool for autism in adults. The AQ10 is also increasingly being used to quantify trait autism along a unitary dimension and correlated against performance on other psychological/medical tasks. However, its psychometric properties have yet to be examined when used in this way. By analysing AQ10 data from a large non-clinical sample of adults (n = 6,595), we found that the AQ10 does not have a unifactorial factor structure, and instead appears to have several factors. The AQ10 also had poor internal reliability. Taken together, whilst the AQ10 has important clinical utility in screening for diagnosable autism, it may not be a psychometrically robust measure when administered in non-clinical samples from the general population. Therefore, we caution against its use as a measure of trait autism in future research.»...

<< Sommaire
cambridge

Researchers question reliability of common autistic personality test 05/03/2020

«Psychologists at the University of Bath, King's College London, and Cardiff have found that a common test used by doctors and researchers to measure autistic personality traits lacks reliability and might not be capturing the right signs of autism. This means that research including scores from this test may lack validity and raises new questions about its use for screening for autism in the general population. The 10-item Autism-Spectrum Quotient (AQ10) questionnaire asks people to report if they have personality characteristics associated with autism. There are many forms of these types of questionnaires, with the AQ10 being the shortest and most commonly used by GPs. The National Institute for Health and Care Excellence (NICE), the government body responsible for making recommendations for clinical practice and to the NHS, recommends the AQ10 as a screening tool for autism in adults. For research purposes, results from the questionnaire are used in large-scale studies to measure autistic traits in the general population. These autistic traits/tendencies are then linked to their performance on other tasks, in order to inform how autism may be related to other social behaviours and difficulties.»
[...]
«=In a new study, published today (Thursday 5 March) in Cambridge University Press' new journal Experimental Results, researchers used data from over 6,500 participants from the general population to examine the effectiveness of AQ10 in measuring autism. »...

<< Sommaire
bath.ac

Researchers question reliability of common autistic personality test 05/03/2020

«Psychologists at the University of Bath, King's College London, and Cardiff have found that a common test used by doctors and researchers to measure autistic personality traits lacks reliability and might not be capturing the right signs of autism. This means that research including scores from this test may lack validity and raises new questions about its use for screening for autism in the general population. The 10-item Autism-Spectrum Quotient (AQ10) questionnaire asks people to report if they have personality characteristics associated with autism. There are many forms of these types of questionnaires, with the AQ10 being the shortest and most commonly used by GPs. The National Institute for Health and Care Excellence (NICE), the government body responsible for making recommendations for clinical practice and to the NHS, recommends the AQ10 as a screening tool for autism in adults. For research purposes, results from the questionnaire are used in large-scale studies to measure autistic traits in the general population. These autistic traits/tendencies are then linked to their performance on other tasks, in order to inform how autism may be related to other social behaviours and difficulties.»
[...]
«Dr. Punit Shah, senior author of the study and expert on cognitive processing at the University of Bath's Department of Psychology, explained: "Our findings add further evidence to a growing body of literature indicating that the measures of autism and autistic traits currently used in research are inadequate. "A lot of what we know about autism—and how to help people with autism—has come from studies where these tools are used. However, if the measure of autism is unreliable, as we suggest, so too are the findings and conclusions. Without reliable measures, it is unclear if the findings from these studies are valid, and may be hampering the support we provide for people with autistic personalities or diagnosed autism in society." Emily Taylor, a Ph.D. researcher on the team, added: "This is an important finding, which will hopefully initiate a more concerted effort at examining and refining tools used in autism research and clinical practice. Our analyses used a large sample without medical diagnoses, so the next step would be to conduct follow-up studies in equally large clinical samples. "More generally, we have focussed on a measure of autistic traits, but we know that there are similar reliability problems with measures of mental health tools. We need far more 'basic' science to examine and address these issues in future research, towards improving their application in the management of mental health difficulties in society." »...

<< Sommaire
medicalxpress

Alexithymia and autism diagnostic assessments: Evidence from twins at genetic risk of autism and adults with anorexia nervosa - ScienceDirect 05/03/2020

«Abstract Background Alexithymia, a difficulty identifying and communicating one's own emotions, affects socio-emotional processes, such as emotion recognition and empathy. Co-occurring alexithymia is prevalent in Autism Spectrum Disorder (ASD) and underlies some socio-emotional difficulties usually attributed to autism. Socio-emotional abilities are examined during behavioural diagnostic assessments of autism, yet the effect of alexithymia on these assessments is not known. This study aimed to examine the associations between alexithymia and Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS) assessment scores. Method Two previously collected samples of ADOS assessments were used to examine the relationship between alexithymia and ADOS scores. Participants included 96 women with anorexia, and 147 adolescents who were either high in autistic symptoms, or whose twin had high autistic symptoms. We examined 1) the impact of alexithymia on meeting the criteria for autism/ASD, 2) correlations between alexithymia and ADOS subscales, and 3) whether alexithymia predicted scores on specific ADOS items, selected a priori based on existing literature. Results In the adolescent group, parent-reported (but not self-reported) alexithymia correlated with both ADOS sub-scales, predicted scores on ADOS items, and predicted meeting clinical cut-offs for an ASD/autism diagnosis. Few associations were observed in the anorexic sample between self-reported alexithymia and ADOS subscale and item scores, but the presence of alexithymia predicted the likelihood of meeting diagnostic criteria for autism/ASD in this sample. Conclusions Alexithymia does show relationships with ADOS assessment scores. We discuss potential clinical and research implications, particularly in studies of autism where the ADOS is often the only diagnostic measure used.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Study shows LGBTQ+ individuals with autism have greater health disparities than peers 05/03/2020

«Individuals with disabilities or who identify as LGBTQ+ often encounter difficulties in navigating the American health care system. A new study from the University of Kansas has found that people with autism spectrum disorder who identify as LGBTQ+ have greater health disparities than their peers, including being denied service or being told by doctors they couldn't be transgender because autism would prevent them from understanding their own sexuality.»...

<< Sommaire
medicalxpress

''It Defines Who I Am'' or ''It's Something I Have'': What Language Do [Autistic] Australian Adults [on the Autism Spectrum] Prefer? | SpringerLink 04/03/2020

«Abstract There has been a recent shift from person-first to identity-first language to describe autism. In this study, Australian adults who reported having a diagnosis of autism (N=198) rated and ranked autism-terms for preference and offensiveness, and explained their choice in free-text. ...˜Autistic', ...˜Person on the Autism Spectrum', and ...˜Autistic Person' were rated most preferred and least offensive overall. Ranked-means showed ...˜person on the autism spectrum' was the most preferred term overall. Six qualitative themes reflected (1) autism as core to, or (2) part of one's identity, (3) ...˜spectrum' reflecting diversity, (4) the rejection of stigmatising and (5) medicalised language, and (6) pragmatics. These findings highlight the importance of inclusive dialogue regarding individual language preference»...

<< Sommaire
link.springer

Effects of route of administration on oxytocin-induced changes in regional cerebral blood flow in humans |munications 03/03/2020

«Abstract Could nose-to-brain pathways mediate the effects of peptides such as oxytocin (OT) on brain physiology when delivered intranasally? We address this question by contrasting two methods of intranasal administration (a standard nasal spray, and a nebulizer expected to improve OT deposition in nasal areas putatively involved in direct nose-to-brain transport) to intravenous administration in terms of effects on regional cerebral blood flow during two hours post-dosing. We demonstrate that OT-induced decreases in amygdala perfusion, a key hub of the OT central circuitry, are explained entirely by OT increases in systemic circulation following both intranasal and intravenous OT administration. Yet we also provide robust evidence confirming the validity of the intranasal route to target specific brain regions. Our work has important translational implications and demonstrates the need to carefully consider the method of administration in our efforts to engage specific central oxytocinergic targets for the treatment of neuropsychiatric disorders.»...

<< Sommaire
nature