L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Fri Aug 29 14:30:03 CEST 2014 France - It's time to Stand Up! For inclusion
28/08/14 L'ECOLE POUR TOUS, SAUF POUR LES ENFANTS AUTISTES ! [vaincrelautisme]
27/08/14 Formations droit du handicap - Alexandra GREVIN [inclure]
27/08/14 Environmental Enrichment May Help Treat Autism ... and Help Us All [scientificamerican]
26/08/14 Autisme : un exces de synapses qui pourrait etre reversible [sciencesetavenir]
25/08/14 Individuals with autism experience stronger visual capture by shape singletons than neurotypicals [journalofvision]
25/08/14 Audiovisual processing differences in autism spectrum disorder revealed by a model-based analysis of simultaneity and temporal order judgments [journalofvision]
25/08/14 Autisme : un excedent de synapses qui pourrait etre cible pour un traitement [psychomedia.qc]
24/08/14 La classe inversee - YouTube [powtoon]
24/08/14 Handicap : «Pas envie de faire la superwoman pour pisser au resto» - Liberation [liberation]
22/08/14 Surplus synapses may cause autism [unknown]
20/08/14 Pilot program simulating school year for autistic children [kplctv]
19/08/14 Handicap : les autistes au secours de la productivite des entreprises allemandes [novethic]
17/08/14 Five ways to ease the family stress of a child with a mental-health challenge [theglobeandmail]
17/08/14 Implicit learning in individuals with autism spectrum disorders: a meta-analysis. [ncbi.nlm.nih]
17/08/14 Memory failures for everyday tasks in caregivers of children with autism. [ncbi.nlm.nih]
15/08/14 Mothering, fathering, and the regulation of negative and positive emotions in high-functioning preschoolers with Autism Spectrum Disorder [onlinelibrary.wiley]
15/08/14 Emerging role of the KCNT1 Slack channel in intellectual disability [ncbi.nlm.nih]
14/08/14 Tiny Lights Could Illuminate Brain Activity [scientificamerican]
14/08/14 Brain 'switchboard' found, important in attention, sleep [sciencedaily]
13/08/14 What Video Games Do To Children [spring.org]
13/08/14 Social Environmental Influences on Physical Activity of Children With Autism Spectrum Disorders. [ncbi.nlm.nih]
13/08/14 Des defauts dans des proteines lies a la schizophrenie et l'autisme [techno-science]
13/08/14 La technologie resoudra-t-elle tous les mysteres du cerveau ? [nationalgeographic]
13/08/14 Management of autism in France: ''a huge job to be done'' [thelancet]
10/08/14 Autism CARES Act signed into law by President Obama [nj]
10/08/14 Observing Brain Synapses in Action [rocklintoday]
10/08/14 Francis Perrin et son fils Louis, 12 ans, autiste : ''Il est tire d'affaire...'' [purepeople]
09/08/14 Ressources pour scolariser les eleves handicapes - Ressources pour scolariser les eleves en situation de handicap dans le second degre - Eduscol [eduscol.education]
09/08/14 Behavior-focused therapies help children with autism, study shows [sciencedaily]
09/08/14 Quelles sont les demarches administratives qui vous irritent le plus ? | faire simple [faire-simple.gouv]
08/08/14 Strategies for Scaling Effective Family-Focused Preventive Interventions to Promote Children's Cognitive, Affective, and Behavioral Health: Workshop Summary. [ncbi.nlm.nih]
06/08/14 Le mystere des enfants qui guerissent de l'autisme [slate]
04/08/14 Comment affronter le trouble et le deficit de l'attention [fr.m.wikihow]
04/08/14 Handicap : l'activite des MDPH en 2013 [weka]
04/08/14 Julian, « boule de tendresse » [estrepublicain]
04/08/14 Le combat gagne d'une fonctionnaire contre son administration [lunion.presse]
04/08/14 Schoolgirl gives tips from her own experience for managing autism [theaustralian.com]
04/08/14 Carton Rouge a la MDPH [unknown]
04/08/14 Mother Learns of Son's Death Only After Smelling His Decomposing Body [news.gnom]
02/08/14 * Adaptive behavior important in inherited intellectual disability syndrome [medicalnewstoday]
02/08/14 Instruction relative au cadre national de repérage, de diagnostic et d’interventions précoces pour les enfants avec autisme ou autres troubles envahissants du développement prévu par le plan autisme (2013-2017). [circulaire.legifrance.gouv]
01/08/14 Du mauvais usage du mot « Autiste » [blogs.lexpress]
31/07/14 Help for halting autism symptoms [news.harvard]
31/07/14 The autistic brain found to be less flexible at taking on tasks [medicalnewstoday]
31/07/14 * Peers with strong language skills help preschoolers with special needs [medicalnewstoday]
31/07/14 Kids with autism and sensory processing disorders show differences in brain wiring [sciencedaily]
30/07/14 Autisme (3/3). Pour une mise a jour de la diversite clinique [blogs.mediapart]
29/07/14 Caisse Nationale de solidarite pour l'autonomie - L'activite des maisons departementales des personnes handicapees en 2013 : premiers resultats [cnsa]
29/07/14 Formation Paris 26/9/2014 - Apprendre à remplir le dossier MDPH pour votre enfant en situation de handicap [inclure]
25/07/14 Enfant handicape a domicile, les parents ont besoin d'aide ! [informations.handicap]
25/07/14 Comme une seconde maison chez l'accueillant familial [lanouvellerepublique]
24/07/14 Enzyme Linked to Autistic Behavior in Fragile X Syndrome [scienceworldreport]
24/07/14 Y a-t-il un imperialisme du soin dans les services? [blogs.mediapart]
22/07/14 L'autisme serait hereditaire [journalmetro]
22/07/14 Bilan a mi-parcours de la COG de la CNSA : du bon et du moins bon [localtis]
22/07/14 Gwen court pour l'autisme sur les routes des Pyrenees [ladepeche]
22/07/14 Rapport 2013 Le Defenseur des Droits - Focus : « Droit à l’éducation des enfants handicapés » [defenseurdesdroits]
22/07/14 « Etre particulier-employeur, c'est un vrai metier » [handirect]
21/07/14 France : Coup de pouce fiscal pour certains emplois a domicile, [bourse.lesechos]
21/07/14 Common Genes Implicated in Autism Study [nlm.nih]
21/07/14 Autisme a Lille : ils travaillent en entreprise avec leur handicap, et tout va bien ! [lavoixdunord]
21/07/14 « 28 ecoles l'ont refuse » [sudouest]
19/07/14 La CEDH demande a Bucarest d'ameliorer la protection juridique des handicapes mentaux [sudinfo]
17/07/14 Face viewing patterns in young children with autism spectrum disorders: Speaking up for a role of language comprehension. [ncbi.nlm.nih]
17/07/14 AESH Instructions et circulaires recentes | Legifrance [circulaire.legifrance.gouv]
17/07/14 Exposure to bullying among students with autism spectrum conditions: A multi-informant analysis of risk and protective factors [aut.sagepub]
17/07/14 Researcher finds genetic identifier that may allow clinicians to determine babies at risk for autism [news-medical]
17/07/14 Effect of community interventions on social-communicative abilities of preschoolers with autism spectrum disorder [informahealthcare]
16/07/14 Disney denies allegations that its policies violate Americans with Disabilities Act [ocregister]
15/07/14 Autiste, Julien a releve le defi du bac [ladepeche]
15/07/14 * Dysfunctional synapses can lead to autism, epilepsy, substance abuse and depression. [medicalnewstoday]
15/07/14 Nimes : cet outil numerique qui seduit les jeunes autistes [midilibre]
13/07/14 Consultations ouvertes - Ministere de l'education nationale, de l'enseignement superieur et de la recherche [education.gouv]
13/07/14 MENH1411625C - Conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap [education.gouv]
13/07/14 LG lance un bracelet connecte pour garder un oeil sur ses enfants [francemobiles]
12/07/14 Pitch Of the Day: NeuroScanPro and early autism detection [blogs.montrealgazette]
12/07/14 Creation de cours pour une methode de classe inversee [ludovia]
12/07/14 Language grows in diverse ways in children with autism ... [sfari]
10/07/14 Premontre : un medecin tire la sonnette d'alarme en psychiatrie [aisnenouvelle]
09/07/14 Handicap : «J'en fais quoi de mon fils ? Je le range dans un placard ?» [liberation]
08/07/14 L'enfant autiste de Francis Perrin au coeur d'un telefilm Actu - Tele 2 Semaines [programme]
08/07/14 Une course contre l'autisme ? ou pour la scolarisation des enfants autistes en milieu ordinaire. [sudouest]
08/07/14 Risperdal Lawsuits for Gynecomastia Page Launched In Response to Growing Risperdal Gynecomastia Litigation by The Oliver Law Group P.C. [digitaljournal]
08/07/14 Le formidable geste d'un ado pour son frere autiste [7sur7]
07/07/14 Autisme : vers l'ouverture d'une structure specialisee en Corse ? L'actu L'info - Alta Frequenza [alta-frequenza]
06/07/14 Education: un rapport interne dresse un sombre autoportrait | Mediapart [mediapart]
06/07/14 Autism-associated neuroligin-3 mutations commonly impair striatal circuits to boost repetitive behaviors. [ncbi.nlm.nih]
06/07/14 Modeling a Genetic Risk for Schizophrenia in iPSCs and Mice Reveals Neural Stem Cell Deficits Associated with Adherens Junctions and Polarity. [ncbi.nlm.nih]
06/07/14 How far can mice carry autism research? [ncbi.nlm.nih]
06/07/14 Study reveals that iPads help improve verbal skills of children with ASD [autismdailynewscast]
06/07/14 Publication bias in studies of an applied behavior-analytic intervention: An initial analysis - Sham - 2014 - Journal of Applied Behavior Analysis [onlinelibrary.wiley]
06/07/14 Efficacy of behavioral interventions for reducing problem behavior in persons with autism: An updated quantitative synthesis of single-subject research. [ncbi.nlm.nih]
04/07/14 Question Sénat Statut de l'aidant familial dans le cadre de la prestation de compensation du handicap [senat]
04/07/14 Le cas d'un enfant autiste devant le Conseil d'Etat [lanouvellerepublique]
04/07/14 Eleves handicapes : de bonnes nouvelles pour la rentree ! [informations.handicap]
03/07/14 Accompagnement des eleves handicapes : les AESH remplacent les AVS [faire-face]
03/07/14 Le pourvoi du pere de Ianis rejete par le Conseil d'Etat }- 03/07/2014 - La Nouvelle Republique Indre [lanouvellerepublique]
03/07/14 Sante & Handicaps - Concours Handicaps et Territoires - Region Poitou-Charentes [poitou-charentes]
02/07/14 Evaluation de la qualite de vie familiale [unknown]
02/07/14 Marisol Touraine lance www.transparence., un site Internet unique sur les liens d'interets entre entreprises et professionnels de sante [sante.gouv]
02/07/14 First Pediatric Autism Study Conducted Entirely Online [ucsf]
02/07/14 La maman d'une petite autiste ecartee d'une boutique par une vendeuse [rtl]
01/07/14 «Verite Moussaron» s'en prend aux lanceurs d'alerte [ladepeche]
01/07/14 Arrete du 27 juin 2014 relatif a l'entretien professionnel et a la reconnaissance de la valeur professionnelle des accompagnants des eleves en situation de handicap | Legifrance [legifrance.gouv]
01/07/14 Le temps partiel passe a 24 heures minimum... sauf exceptions [la-croix]
30/06/14 Decret 2014-724 du 27 juin 2014 relatif aux conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des eleves en situation de handicap | Legifrance [legifrance.gouv]
28/06/14 Tommy, autiste, ne trouve pas sa place en college [clicanoo]
27/06/14 www.- Publication du rapport d'activite 2013 [cnitaat]
27/06/14 29 sept 2014 Pourquoi traiter par bumetanide les personnes autistes ? Aix-en-Provence [centrepsycle-amu]
26/06/14 GPA : la CEDH ''a mis l'enfant au coeur'' de sa decision [lepoint]
25/06/14 Assassinat d'Helene Pastor : qui sont la fille et le gendre de l'heritiere ? [europe1]
24/06/14 Parents of children with autism often have autistic traits [news.wustl]
24/06/14 Villeneuve-d'Ascq : mouvement d'humeur en raison de la fermeture ce lundi de la Maison departementale des personnes handicapees [lavoixdunord]
24/06/14 Extrait inedit : 100 idees pour aider un enfant sourd a communiquer en francais [tompousse]
24/06/14 ''La France s'engage'', 15 initiatives (pour commencer) [franceinfo]
23/06/14 Social behavior tied to activity in specific brain circuit: finding has implications for autism, social anxiety, schizophrenia, depression [medicalnewstoday]
23/06/14 SAINT-QUENTIN «Mon fils est autiste, il n'est pas malade, il faut l'eduquer» [courrier-picard]
22/06/14 Centre Presse : Sourire retrouve au Centre pour adultes avec autisme [centre-presse]
22/06/14 Equalizing excitation-inhibition ratios across visual cortical neurons [nature]
21/06/14 Cinema a Paris - Trailer Quelque Chose En Plus | Votre lieu culturel : l'Entrepot [lentrepot]
20/06/14 Essais cliniques industriels : le gouvernement simplifie et racourcit la procedure [sante.gouv]
20/06/14 Mieux accompagner et inclure les personnes en situation de handicap : un defi, une necessite [lecese]
20/06/14 La Belgique a-t-elle perdu la cyberguerre ? [levif]
20/06/14 VIDEO. Une minute dans la tete d'un autiste [lexpress]
20/06/14 Le Defenseur des droits inquiet du sort des eleves handicapes [lemonde]
18/06/14 Autisme : un medicament centenaire tres prometteur [pourquoidocteur]
18/06/14 Reversal of autism-like behaviors and metaReversal of autism-like behaviors and metabolism in adult mice with single-dose antipurinergic therapy.... [Transl Psychiatry. 2014] [ncbi.nlm.nih]
17/06/14 Abuse scale in autism 'devastating' [heraldsun.com]
17/06/14 Translational Psychiatry - Reversal of autism-like behaviors and metabolism in adult mice with single-dose antipurinergic therapy [nature]
14/06/14 Dans le cortege de la « Mad Pride », contre les prejuges sur les maladies mentaux [lemonde]
14/06/14 Autisme, restitution de diagnostic : quand l'interet de l'enfant et du medecin divergent... [blogs.lexpress]
12/06/14 L'existence d'un ''cachot''...¨ confirmee a l'IME de Brottes [jhm]
12/06/14 Non-verbal teen with autism gives graduation address at school [abc7]
11/06/14 L'Agence regionale de sante passe la main a Autisme France au foyer pour autistes de Bray-sur-Somme [courrier-picard]
08/06/14 Autisme et prise en charge : Sophie Robert s'exprime sur les blocages - YouTube [youtube]
08/06/14 Rochefort 5-6 juillet Formation Soutien scolaire pour enfants avec autisme [epsilonalecole]
08/06/14 La course aux nombres - Un jeu qui enseigne l'arithmetique et combat la dyscalculie [lacourseauxnombres]
08/06/14 L'Attrape-Nombres - Un jeu qui enseigne l'arithmetique et combat la dyscalculie [attrape-nombres]
06/06/14 Gestion des talents, Autisme et Innovation: Embaucher des candidats «differents» ou le principe du Pissenlit [lesaffaires]
06/06/14 Interview de Bernard Courtieu, PDG d'IntegraGen. [boursorama]
06/06/14 J'ai lu : Scolariser un enfant avec autisme de Elisabeth Bintz, editions Tom Pousse | Le Petit Prince a dit [lepetitprinceadit]
05/06/14 Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé publiée dans le JO Sénat -Prise en charge de l'autisme - Senat [senat]
04/06/14 Visual Search and Emotion: How Children with Autism Spectrum Disorders Scan Emotional Scenes [link.springer]
03/06/14 Innovation : des etudiants inventent un gant qui fait parler sourds et muets [digischool]
03/06/14 « Des enseignants qui se retroussent les manches et qui ré-enchantent le métier » [cahiers-pedagogiques]
03/06/14 Desole pour les militants anti-fourrure... Non, il n'y a pas de lien entre le lait de vache et l'autisme [atlantico]
03/06/14 Memoire : des chercheurs ont reussi a effacer et reactiver des souvenirs [pourquoidocteur]
02/06/14 Shifting impairment and aggression in intellectual disability and Autism Spectrum Disorder. [ncbi.nlm.nih]
02/06/14 Ice Storm Project and maternal stress [eurekalert]
02/06/14 PETA slammed for advertisements linking autism and dairy consumption [adelaidenow.com]
02/06/14 Got Autism? Learn About the Link Between Dairy Products and the Disorder [peta]
02/06/14 PETA slammed for advertisements linking autism and dairy consumption | The Advertiser [adelaidenow.com]
01/06/14 : Prenatal Expression Patterns of Genes Associated With Neuropsychiatric Disorders [polygenicpathways.blogspot]
31/05/14 Video: BringJoshHome: father's moving campaign to help autistic son - Telegraph [telegraph.co]

L'ECOLE POUR TOUS, SAUF POUR LES ENFANTS AUTISTES ! 28/08/2014

«L'ECOLE POUR TOUS, SAUF POUR LES ENFANTS AUTISTES ! L'école française, autrement dit l'Education Nationale, a lutté contre les discriminations liées aux différences qu'elles soient basées sur l'origine, la religion ou sur la couleur. Pourtant, 40000 enfants autistes, en France, continuent d'être écartés des écoles alors que la scolarisation n'est pas uniquement un droit, c'est une obligation. Cette discrimination avérée est liée à une absence d'état de droit. Cette ségrégation prive les enfants autistes de l'accès à l'éducation, l'instruction et la socialisation. VAINCRE L'AUTISME lance la campagne « LE GRAND JOUR » pour lutter contre cette discrimination étatique et cette exclusion sociale le 2 septembre, jour de la rentrée scolaire 2014 La scolarisation « dans la limite des stocks disponibles ». La scolarisation de tout enfant âgé de 6 à 16 ans est obligatoire en France, quelle que soit sa situation. Le Conseil d'Etat reconnait ainsi que la privation de toute formation scolaire adaptée pour un enfant, notamment s'il souffre d'un handicap, constitue « une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale ». Pourtant, la réalité est bien plus contrastée. Selon les chiffres du Ministère de l'Education Nationale, en 2012 : 20% des enfants autistes bénéficiaient d'une scolarisation en milieu ordinaire. 37% étaient accueillis en institut médico-éducatif ou en hôpital de jour, avec un accompagnement éducatif souvent limité ou inexistant. 40 000 enfants atteints de troubles autistiques et en âge d'être scolarisés étaient privés du droit fondamental de recevoir une éducation. Parce qu'elle laisse aux établissements scolaires la possibilité de refuser l'accueil de ces enfants, la loi sur l'égalité des chances de 2005 a permis le développement d'une inégalité de traitement sur le territoire. En fonction de la formation des enseignants, de la disponibilité des auxiliaires de vie, ou encore de la réticence des autres parents : le combat des familles d'enfants autistes s'apparente dramatiquement à une loterie de l'école. Dans un rapport de 2008, le Comité Européen des droits sociaux s'alarmait du fait que l'inscription à l'école aboutissait trop souvent à une scolarisation fictive en raison du manque de personnels formés, « traduisant une tendance dans notre pays à penser que la reconnaissance symbolique d'un droit peut tenir lieu de substitut à un accès réel à ce droit ». De l'égalité à l'inégalité des chances. Répartition des enfants autistes scolarisés en milieu ordinaire, selon le niveau d'éducation Ecole élémentaire Collège Lycée 87% 11% 1,2% L'Etat français placé sous surveillance rapprochée Avec une prévalence d'1 naissance sur 100, la situation de l'autisme est un enjeu majeur de santé publique en France. Tous les rapports publiés ces dernières années font état d'un manquement dramatique de la France à son devoir de prise en charge des personnes autistes. Dans sa condamnation de la France en septembre 2013 par le Conseil de l'Europe, ce dernier reproche au gouvernement d'avoir intégré trop peu d'enfants autistes dans les écoles, en dépit d'une première sentence à ce sujet. Pour le cas où la France se demanderait si la place des enfants autistes est vraiment à l'école, les experts du Comité de la Charte Européenne ont pris position sans ambiguité : « ce doit être l'école ordinaire ». LA SCOLARISATION ? UN VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER POUR LES PARENTS Non seulement les parents sont confrontés à la dure réalité de cette maladie et au handicap qu'elle génère, mais aussi à l'absence de prise en compte de la maladie de leur enfant et de ses besoins spécifiques...¦ Pire, ils en arrivent à vivre dans la peur permanente de ce que leurs enfants vont subir à cause d'un système excluant, discriminant et maltraitant! L'arme juridique est de plus en plus utilisée par les parents d'enfants autistes, dans le désarroi, pour faire valoir leurs droits, devant les instances européennes comme les tribunaux français. VAINCRE L'AUTISME AGIT EN TANT QU'ASSOCIATION DE VICTIMES Pour dénoncer la discrimination étatique et institutionnelle, l'exclusion sociale et les inégalités de traitements dont sont victimes les enfants autistes et leurs familles, VAINCRE L'AUTISME lance, le 2 septembre, jour de la rentrée 2014, la campagne « LE GRAND JOUR » avec un spot produit par Die in Color et réalisé par Eric Debrosse, avec un site web consacré à cette campagne, et lance en parallèle une pétition pour revendiquer la mise en place et l'adoption d'une législation adaptée, qui elle seule pourra mettre fin au défaut de soins, d'éducation et de scolarisation caractérisés dont se rend coupable la France.»...

<< Sommaire
vaincrelautisme

Formations droit du handicap - Alexandra GREVIN 27/08/2014


«Formations droit du handicap 2014. Le Cabinet propose pour les particuliers, les associations, les professionnels du handicap et les entreprises, plusieurs formations relatives à la loi du 11 février 2005. Nous pouvons, également, à votre demande, vous proposer des formations sur mesure et vous adresser un devis, contactez nous. Formations droit du handicap à venir 4T 2014 . 10 bis, Rue des Frères Morane 75015 PARIS Tél : 06.37.10.59.40 Fax : 08.26.99.23.75.» [...]
« Formation La scolarisation 3 octobre 2014 : Formation La CDAPH 17 octobre 2014 :
Source: http://grevin75.siteadwin.fr | Source Status Formation Le TCI 7 novembre 2014 :
Source: http://grevin75.siteadwin.fr | Source Status Formation Tutelle et curatelle 14 novembre 2014 :
Source: http://grevin75.siteadwin.fr | Source Status »...
Source: http://inclure.fr | Source Status

<< Sommaire
inclure

Environmental Enrichment May Help Treat Autism ... and Help Us All 27/08/2014

«I had been working quite happily on the basic biology of the brain when a good friend of mine called for advice about his daughter, who had just been diagnosed with autism. I could hear the anguish and fear in his voice when he asked me whether there was anything that could be done to make her better. I told him about the standard-care therapies, including Intensive Behavioral Intervention, Early Intensive Behavioral Intervention, Applied Behavior Analysis, and the Early Start Denver Model (ESDM). These therapies also are expensive, time-consuming and have variable outcomes, with the best outcomes seen for ESDM. There are, however, few ESDM therapists, and the cost of such intensive therapy can be quite high. Moreover, my friend's daughter was already past the age of the oldest children in the study that demonstrated the efficacy of ESDM. My feeling was that there was a good chance that there was an effective therapy for her using a simple, inexpensive at-home approach involving daily exposure to a wide variety of sensory stimulation.»
[...]
«But you’re probably thinking that this approach certainly couldn’t work for people. We live in a world in which we seem to be over-stimulated. My guess is that we get plenty of visual stimulation, but our environment may lack the enrichment that it needs from other sensory pathways. I knew that a remarkable one-third of children who had been deprived of normal sensory stimulation while they were living in orphanages developed what has been called post-institutional autistic syndrome, with symptoms quite similar to autism. If decreasing sensory stimulation could increase the probability of expressing autism symptoms, then perhaps increasing sensory stimulation might decrease that probability. Furthermore, I knew of some parents who had tried environmental enrichment successfully with their children. So, even though it had not been evaluated by biomedical researchers, I thought there was a chance it could help my friend’s daughter — and was unlikely to cause any harm. »...

<< Sommaire
scientificamerican

Autisme : un exces de synapses qui pourrait etre reversible 26/08/2014

«L'autisme serait du à une surabondance de synapses dans le cerveau selon les travaux d'une équipe de neuroscientifiques du Centre médical de l'université Columbia. Une découverte qui laisse entrevoir de nouvelles stratégies thérapeutiques. C'est une découverte importante qui pourrait mener vers une nouvelle stratégie thérapeutique contre l'autisme", explique le Pr Jeffrey Lieberman directeur de l'Institut psychiatrique de New York. Les synapses sont les points de jonction par lesquels les neurones communiquent entre eux. Ce sont elles qui permettent le transfert d'information dans le cerveau. Chez les autistes, c'est donc un excès d'information circulant dans le cerveau qui serait à l'origine des symptômes typiques comme l'hypersensibilité par exemple.»...

<< Sommaire
sciencesetavenir

Individuals with autism experience stronger visual capture by shape singletons than neurotypicals 25/08/2014

«Abstract Individuals with autism spectrum disorder (ASD) have been reported to perform differently than neurotypical individuals on a variety of visual tasks, including visual search (e.g., Joseph, Keehn, Connolly, Wolfe, & Horowitz, 2009). Accounts of perceptual processing in ASD differ, with influential theories arguing either that these effects are attributable to abnormal bottom-up processing or to abnormal top-down executive control and attentional processes. Here we explored the roles of bottom-up and top-down processing during visual search in participants with ASD and neurotypical controls. In traditional conjunction search tasks, targets share one feature with half of the distractors and a different feature with the other half. When the ratio of distractor types varies, reaction times (RTs) are fastest when either distractor group is small and increase until the distractor groups are equal (the distractor ratio effect). This effect is presumed to be driven primarily by bottom-up signals related to the salience of items in the smaller group. Here, we manipulated distractor color and orientation. Search arrays contained 21 items: one red horizontal target and varying numbers of red tilted and green horizontal distractors. To instill a top-down preference for optimizing search efficiency via color grouping, red distractors were the minority in a greater proportion of trials (Sobel, Gerrie, Poole, & Kane, 2007). The expected distractor ratio effect was observed for both individuals with ASD and neurotypicals when red distractor orientation was 90째 from the target orientation; as green distractors became scarce, the unique orientation of the target became increasingly salient. This effect was reduced when red distractor orientation was similar to the target orientation. However, on trials with no green distractors, the ASD group showed greater capture by the orientation singleton, suggesting that visual capture can more effectively overrule a previously established top-down strategy for people with ASD than for neurotypicals.»...

<< Sommaire
journalofvision

Audiovisual processing differences in autism spectrum disorder revealed by a model-based analysis of simultaneity and temporal order judgments 25/08/2014

«Abstract The ability to integrate auditory and visual information is crucial to everyday life and there are mixed results regarding how Autism Spectrum Disorder (ASD) influences audiovisual integration. The audiovisual Temporal Integration Window (TIW) indicates how precisely sight and sound need to be temporally aligned to perceive a unitary audiovisual event. We used a model-based approach (Garcia-Perez & Alcala-Quintana, 2012) to compare the TIW of 26 adult males with ASD to age and IQ-matched typically developed (TD) males. The stimuli included the following audiovisual pairings with varying degrees of asynchrony: 1) a beep with a flashing circle (BF), 2) a point-light drummer with a drumbeat (PLD), 3) a face moving to say a single word and the voice saying the word (FV). In separate blocks participants were asked to make either simultaneity judgments (SJ) or temporal order judgments (TOJ) when presented with these stimuli. The model-based approach provides estimates of the TIW width as well as model parameters related to sensory and decisional factors of audiovisual processing. Analysis of the TIW width showed main effects of stimulus and group on SJ (wider TIW in the ASD group), whereas for TOJ no main effects were found. The combined model using both SJ and TOJ reported a main effect of stimulus and a marginal effect of group. Analysis of the model parameters showed group differences in both sensory and decisional factors. A decisional factor difference was found only for SJ, suggesting less temporal resolution in the ASD group. A sensory factor difference was found in the auditory but not the visual domain. This suggests that SJ is more sensitive to reveal TIW differences in ASD and that these differences appear to arise from processing differences in the auditory domain of audiovisual processing.»...

<< Sommaire
journalofvision

Autisme : un excedent de synapses qui pourrait etre cible pour un traitement 25/08/2014

«Les enfants et les adolescents atteints d'autisme présentent un excédent de synapses dans le cerveau qui est du à un ralentissement d'un processus normal d'élimination au cours du développement, selon une étude publiée dans la revue Neuron. Parce que les synapses sont les points de connexion où les neurones (cellules nerveuses) communiquent entre eux, cet excédent peut avoir des effets profonds sur les fonctions du cerveau.»...

<< Sommaire
psychomedia.qc

La classe inversee - YouTube 24/08/2014

«Introduction à la pédagogie inversée-- Created using PowToon -- Free sign up at PowToon is a free tool that allows you to develop cool animated clips and animated presentations for your website, office meeting, sales pitch, nonprofit fundraiser, product launch, video resume, or anything else you could use an animated explainer video. PowToon's animation templates help you create animated presentations and animated explainer videos from scratch. Anyone can produce awesome animations quickly with PowToon, without the cost or hassle other professional animation services require.»...
https://www.youtube.com/watch?v=91Sjr_y-aPU

<< Sommaire
powtoon

Handicap : «Pas envie de faire la superwoman pour pisser au resto» - Liberation 24/08/2014

««Je veux cesser de m'arracher les cheveux pour organiser chaque déplacement.» «Je veux pouvoir aller à la pharmacie de mon quartier.» «Je veux accéder à la plage comme tout le monde.» Ils ont tous les âges, ce sont des enfants, des jeunes, des actifs, des retraités. La plupart sont en fauteuil roulant, tous sont porteurs d'un handicap et souffrent au quotidien du manque d'accessibilité des lieux publics et des transports. Ils posent avec une feuille ou une petite ardoise sur les genoux. Certains avec le sourire, d'autres non, trop en colère.»
[...]
«Plutôt que d’appliquer les sanctions au 1er janvier 2015, le gouvernement a choisi de rallonger les délais, sous certaines conditions, pour les établissements qui en feraient la demande. «Et l’on voudrait nous faire croire que ce n’est pas un report ! C’est vraiment se moquer du monde. Surtout, que contrairement à ce que dit la secrétaire d’Etat, ça ne fait pas dix ans qu’on attend, mais quarante. Le principe de l’accès des bâtiments pour tous a été posé dans la loi de 1975», s'énerve Elisa Rojas, avocate et à l’origine du collectif. Pour elle, la raison de ce retard est évidente : «Une absence totale de volonté politique.» Elle est remontée aussi contre «les grandes associations censées nous défendre et qui n'ont pas fait leur travail». D’où ce collectif, monté en vitesse, et cet appel à témoignages sous forme de photos. «Il faut trouver d’autres moyens de se faire entendre que les manifestations compliquées à organiser pour des gens qui ont un mal fou à se déplacer.» Sur le Tumblr «Non au report», déjà une bonne centaine de photos, faites avec les moyens du bord, sont dans la boîte »...

<< Sommaire
liberation

Surplus synapses may cause autism 22/08/2014

«Children with autism have too many "junction boxes" in their brains, a study has found. The surplus synapses - places where neurons connect and communicate - are due to a lack of "pruning" that normally occurs early in life. In mice with autistic traits, scientists were able to restore synaptic pruning and reduce symptoms with a drug used to suppress the immune systems of transplant patients. The drug, rapamycin, has side-effects that make it unsuitable as an autism treatment. But the discovery opens up exciting possibilities for other therapies based on synaptic pruning. Excessive synapses could be a fundamental causal factor behind autism, the scientists believe. "This is an important finding that could lead to a novel and much-needed therapeutic strategy for autism," said Professor Jeffrey Lieberman, chair of psychiatry at Columbia University Medical Center in New York, where the research took place. Autism covers a range of behavioural disorders that reduce the ability to communicate with and relate to other people. It is believed to be triggered by a combination of genetic and environmental factors that impact on the developing brain. During normal brain development, a burst of synapse formation occurs in infancy, especially in the cortex - a region closely linked to autistic behaviour. Pruning removes more than half of these cortical synapses by late adolescence.»...
https://au.news.yahoo.com/thewest/world/a/24788649/surplus-synapses-may-cause-autism

<< Sommaire
unknown

Pilot program simulating school year for autistic children 20/08/2014

«Sending a child to school for the first time can be a nerve-wrecking time for parents. Factor in a child with autism and it can be an overwhelming transition for the child and mom or dad. A pilot program at the St. Nicholas Center for Children in Lake Charles is getting four and five-year-olds with autism ready for school. The B.A.S.I.C. Training (Be A Star In Class) is a full-blown class simulation program geared at getting children with autism ready for pre-k or kindergarten - whether it is in a mainstream classroom or special education class. Behavior analyst Tiffany Roberts says the program mirrors an actual school day, "They have different lessons. We do have small group lessons, we have some independent work. They also do centers. They go to lunctogetherer, they will take a nap, have a recess, a P.E." Roberts says the challenges specific to children with Autism Spectrum Disorder can be overcome with early intervention - without it, a child might spend years in separate classes. "Their behaviors could be it could be self-injury or aggression or just disruption in the classroom. That would interfere with their learning, as well as the learning of others," she said. Roxy Lincecum says two years ago, her then three-year-old son Eli was acting aggressively, basically non-verbal and struggling with positive socialization. "He had a lot of sensory issues, he didn't like to be touched and just was very angry," she said, "so of course he needed to learn to speak, but he needed to learn how to deal with his feelings." Lincecum did not think her son would be able to be in a mainstream kindergarten class. Kevin Fontenot had the same concerns for his five-year-old son, Payten, who needed help with the fundamentals of a classroom experience. "Using scissors, reading sight words, writing words, communicating his needs and his wants, sitting still during lunch time, following in line," said Fontenot. The B.A.S.I.C. Training offered at the St. Nicholas Center is a full seven-hour school day for children. It runs five days a week, from September until late July. "We wanted to end the program with as little time as possible between the end of the program and the time when school starts," said Roberts.»...

<< Sommaire
kplctv

Handicap : les autistes au secours de la productivite des entreprises allemandes 19/08/2014

«D'un côté, des autistes diagnostiqués Asperger avec leur handicap relationnel ; de l'autre, de grandes entreprises en manque de personnels qualifiés. Au final : des gens qui vivent en bonne intelligence, où tous profitent des talents mal connus de ces handicapés. Et des idées reçues qui volent en éclats. 142333_GF.jpg Martin Neumann, syndrome Asperger, consultant chez Auticon, avec son coach Elke Seng Auticon "Ils sont complètement nuls, tes sacs." C'est la conclusion catégorique des salariés de la firme informatique berlinoise Auticon à la vue des sacs à dos promotionnels confectionnés à l'effigie de l'entreprise. Et pour appuyer leurs dires, ils expliquent au directeur et fondateur d'Auticon, Dirk Muller, que "la fermeture éclair ne ferme pas bien et qu'il y a une erreur de tissage dans le logo". Dans un environnement professionnel traditionnel, la remarque aurait au mieux désarçonné, au pire choqué. Pas chez Auticon. En collaboration avec l'agence danoise Specialisterne, l'entreprise est spécialisée dans le recrutement en Allemagne de personnes atteintes par l'autisme Asperger. "Les Asperger vont droit au but, explique Matthias Prössl, directeur de la branche allemande de Specialisterne. Elles ne connaissent pas les non-dits et les sous-entendus. Elles ne comprennent pas l'ironie et ne s'étendent pas sur la pluie et le beau temps. Quand quelque chose ne va pas, elles le voient et le disent." A l'image de l'anecdote des sacs à dos. Cette capacité à voir "une aiguille dans une botte de foin", leur mémoire impressionnante, leurs pouvoirs de concentration et leur méticulosité forment un ensemble de qualités recherchées par les entreprises. Transformer une faiblesse en avantage compétitif»...

<< Sommaire
novethic

Five ways to ease the family stress of a child with a mental-health challenge 17/08/2014

«Raising a child with a mental-health challenge, an addiction or a developmental disability can be very stressful. Feelings of stress can erupt at any moment; at the grocery store, family gatherings, meetings with teachers. Parents of these children are often faced with comments such as "There is something wrong with that kid," "You must be an awful parent to cause such lousy behaviour," and "Why can't you handle your own children?"»...

<< Sommaire
theglobeandmail

Implicit learning in individuals with autism spectrum disorders: a meta-analysis. 17/08/2014

«Abstract BACKGROUND: Individuals with autism spectrum disorders (ASDs) are characterized by social communication difficulties and behavioural rigidity. Difficulties in learning from others are one of the most devastating features of this group of conditions. Nevertheless, the nature of learning difficulties in ASDs is still unclear. Given the relevance of implicit learning for social and communicative functioning, a link has been hypothesized between ASDs and implicit learning deficit. However, studies that have employed formal testing of implicit learning in ASDs provided mixed results. METHOD: We undertook a systematic search of studies that examined implicit learning in ASDs using serial reaction time (SRT), alternating serial reaction time (ASRT), pursuit rotor (PR), and contextual cueing (CC) tasks, and synthesized the data using meta-analysis. A total of 11 studies were identified, representing data from 407 individuals with ASDs and typically developing comparison participants. RESULTS: The results indicate that individuals with ASDs do not differ in any task considered [SRT and ASRT task: standardized mean difference (SMD) -0.18, 95% confidence interval (CI) -0.71 to 0.36; PR task: SMD -0.34, 95% CI -1.04 to 0.36; CC task: SMD 0.27, 95% CI -0.07 to 0.60]. CONCLUSIONS: Based on our synthesis of the existing literature, we conclude that individuals with ASDs can learn implicitly, supporting the hypothesis that implicit learning deficits do not represent a core feature in ASDs.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Memory failures for everyday tasks in caregivers of children with autism. 17/08/2014

«Abstract The stress of caring for a loved one with chronic illness has been linked with impairments in cognitive processes such as attention and problem solving, though few studies have examined the impact on memory. Compromised cognition, in particular, aspects of everyday functioning such as remembering medical instructions and appointments, might affect caregivers' ability to maintain the consistency and quality of care needed by the child. A sample of 31 caregivers of children with autism and 51 parents of neuro-typical children completed an electronic survey assessing their levels of psychological distress and everyday memory. Perceived stress scores were higher in the caregiver group, as were self-reported memory failures for everyday tasks. The negative impact of caregiver stress on everyday memory was particularly salient among caregivers experiencing higher perceived levels of stress. These findings have implications for interventions that aim to improve caregivers' cognitive well being through targeting the psychological sequelae associated with the caregiving experience.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Mothering, fathering, and the regulation of negative and positive emotions in high-functioning preschoolers with Autism Spectrum Disorder 15/08/2014

«Background Children with ASD exhibit difficulties in regulating emotions and authors have called to study the specific processes underpinning emotion regulation (ER) in ASD. Yet, little observational research examined the strategies preschoolers with ASD use to regulate negative and positive emotions in the presence of their mothers and fathers. Methods Forty preschoolers with ASD and 40 matched typically developing children and their mothers and fathers participated. Families were visited twice for identical battery of paradigms with mother or father. Parent-child interactions were coded for parent and child behaviors and children engaged in ER paradigms eliciting negative (fear) and positive (joy) emotions with each parent. ER paradigms were microcoded for negative and positive emotionality, ER strategies, and parent regulation facilitation. Results During free play, mothers' and fathers' sensitivity and warm discipline were comparable across groups; however, children with ASD displayed lower positive engagement and higher withdrawal. During ER paradigms, children with ASD expressed less positive emotionality overall and more negative emotionality during fear with father. Children with ASD used more simple self-regulatory strategies, particularly during fear, but expressed comparable levels of assistance seeking behavior toward mother and father in negative and positive contexts. Parents of children with ASD used less complex regulation facilitation strategies, including cognitive reappraisal and emotional reframing, and employed simple tactics, such as physical comforting to manage fear and social gaze to maintain joy. Conclusion Findings describe general and parent- and emotion-specific processes of child ER and parent regulation facilitation in preschoolers with ASD. Results underscore the ability of such children to seek parental assistance during moments of high arousal and the parents' sensitive adaptation to their children's needs. Reduced positive emotionality, rather than increased negative reactivity and self-regulatory efforts, emerges as the consistent element associated with ER processes in this group.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Emerging role of the KCNT1 Slack channel in intellectual disability 15/08/2014

«Abstract The sodium-activated potassium KNa channels Slack and Slick are encoded by KCNT1 and KCNT2, respectively. These channels are found in neurons throughout the brain, and are responsible for a delayed outward current termed I KNa. These currents integrate into shaping neuronal excitability, as well as adaptation in response to maintained stimulation. Abnormal Slack channel activity may play a role in Fragile X syndrome, the most common cause for intellectual disability and inherited autism. Slack channels interact directly with the fragile X mental retardation protein (FMRP) and I KNa is reduced in animal models of Fragile X syndrome that lack FMRP. Human Slack mutations that alter channel activity can also lead to intellectual disability, as has been found for several childhood epileptic disorders. Ongoing research is elucidating the relationship between mutant Slack channel activity, development of early onset epilepsies and intellectual impairment. This review describes the emerging role of Slack channels in intellectual disability, coupled with an overview of the physiological role of neuronal I KNa currents.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Tiny Lights Could Illuminate Brain Activity 14/08/2014

«Step aside, huge magnets and radioactive tracers...”soon some brain activity will be revealed by simply training dozens of red lights on the scalp. A new study in Nature Photonics finds this optical technique can replicate functional MRI experiments, and it is more comfortable, more portable and less expensive. The method is an enhancement of diffuse optical tomography (DOT), in which a device shines tiny points of red light at a subject's scalp and analyzes the light that bounces back.»
[...]
«The team then used HD-DOT to successfully replicate fMRI studies of vision and language processing—a task impossible for other fMRI alternatives, such as functional near-infrared spectroscopy or electroencephalography, which do not cover a large enough swath of the brain or have sufficient resolution to pinpoint active brain areas. Finally, the team scanned the brains of people who have implanted electrodes for Parkinson's disease—something fMRI can never do because the machine generates electromagnetic waves that can destroy electronic devices such as pacemakers. Although HD-DOT can penetrate only about two centimeters, which means the method will never totally replace fMRI, commercial versions will cost about a tenth as much and be more portable, says lead author Adam Eggebrecht, a physicist at the Washington University School of Medicine. And that two-centimeter depth is enough to investigate many of the brain's higher-order cognitive functions, which largely take place in the cerebral cortex, the outer folds of the brain. Researchers are already using HD-DOT to study brain function in Parkinson's patients and children with autism, Eggebrecht says. »...

<< Sommaire
scientificamerican

Brain 'switchboard' found, important in attention, sleep 14/08/2014

«Summary: Using a mouse model, researchers have recorded the activity of individual nerve cells in a small part of the brain that works as a "switchboard," directing signals coming from the outside world or internal memories. Because human brain disorders such as schizophrenia, autism, and post-traumatic stress disorder typically show disturbances in that switchboard, the investigators say the work suggests new strategies in understanding and treating them.»...

<< Sommaire
sciencedaily

What Video Games Do To Children 13/08/2014

«Fears about what video games are doing to young minds have been growing for years ...” not least because now 97% of teenagers play them. They're said to reduce socialising with real friends, damage psychological adjustment and the violence depicted in many games may be corrupting. On the other hand, some studies have suggested benefits like improved thinking skills, hand-eye co-ordination, perhaps even greater attention and creativity. What should parents ...” and society at large ...” make of all this conflicting talk? Cautiously positive Now a new study, conducted by Oxford University psychologist Dr Andrew Przybylski, of almost 5,000 young people in the UK has looked at both the positive and negative effects of video games together for the first time (Przybylski, 2014). The results, published in the journal Pediatrics, are cautiously positive about video games, but still support the old saying: everything in moderation. Across the children, who were between 10- and 15-years-old, the results showed that the best adjusted children did play video games, but usually for less than one hour a day. These children were most likely to report: Being more sociable. Being more satisfied with their lives. Having low levels of hyperactivity. Doing worse on these measures were teens that didn't play any video games and those who spent at least half of their daily free time on video games (over 3 hours). For moderate players of video games ...” those who indulged for somewhere between 1 and 3 hours a day ...” there were no positive or negative effects on their psychological adjustment. Moderation However, even the negative effects of playing video games too much were relatively insignificant compared to the effects of material deprivation or family conflict.»...

<< Sommaire
spring.org

Social Environmental Influences on Physical Activity of Children With Autism Spectrum Disorders. 13/08/2014

«Abstract BACKGROUND: Children with Autism Spectrum Disorders (ASD) may be at greater risk for not meeting physical activity (PA) guidelines than neurotypical children (NT). The purpose of this study was to explore setting (free play versus organized) and social group composition influences on PA of children with ASD during summer camp. METHODS: Data were collected on 6 ASD and 6 NT boys (aged 5-6 years) attending an inclusive summer camp. During free play and organized activity, research assistants observed the camp's social environment and children's PA using a modified version of the Observational System for Recording Physical Activity of Children - Preschool version. RESULTS: In free play, children with ASD spent significantly less time in Moderate-Vigorous PA (MVPA) while with a peer (1.2%), compared to with a peer group (11.5%) or alone (13.2%). They demonstrated significantly more Light-Moderate-Vigorous PA (LMVPA) while in a solitary social context (68.2%) compared to alone with an adult (25.8%), alone with a peer (34.8%), or with a peer group (28.2%). No significant differences were noted during organized activity. CONCLUSION: Features of the social environment may influence PA levels of children with ASD. Specifically, certain social group contexts may be more PA-promoting than others depending on the setting.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Des defauts dans des proteines lies a la schizophrenie et l'autisme 13/08/2014

«En utilisant des méthodes diverses, des neuroscientifiques du RIKEN Brain Science Institute rapportent que les défauts dans les protéines de liaison des acides gras (FABP) peuvent aider à expliquer la pathologie dans certains cas de schizophrénie et de troubles du spectre autistique. Après avoir identifié des mutations concernant les FABPs de plusieurs patients, le groupe dirigé par le chef d'équipe principal Takeo Yoshikawa a déterminé que le comportement des souris affectées par ces perturbations génétiques de FABP imite les comportements spécifiques de la maladie chez les patients. Ces travaux suggèrent que la perturbation de FABP peut être une liaison commune sous-jacente de certaines formes très répandues de ces deux troubles mentaux. Publiée dans la revue Human Molecular Genetics, l'étude a révélé que les protéines de liaison des acides gras (FABP), une composante du métabolisme des lipides, sont génétiquement liées à la schizophrénie et les troubles du spectre autistique (TSA) chez l'homme et les comportements dysfonctionnels chez les souris. Les résultats fournissent un soutien pour l'implication du métabolisme des lipides dans le spectre des troubles cognitifs.»
[...]
«Pour étudier l'effet de la perte FABP dans le cerveau, les chercheurs ont génétiquement inactivé les gènes chez la souris et ont effectué des tests de comportement. Ils ont constaté que les souris dépourvues FABPs présentaient des comportements similaires à ceux observés chez les patients humains. Les souris knock-out Fabp3 ont montré une diminution de la mémoire et de la motivation sociale, reflétant la cognition dysfonctionnelle et le manque d'intérêt dans la communication sociale chez les patients des TSA. En revanche, les souris knock-out Fabp7 ont affiché de l'hyperactivité et de l'anxiété, un phénotype similaire à celui observé chez les patients schizophrènes. "Bien que la séquence d'acides aminés de la FABP soit similaire, on pense qu'ils interagissent avec différents acides gras et sont exprimés dans des cellules différentes à des instants distincts au cours du développement. C'est probablement la raison pour laquelle les comportements de la souris sont différents pour chaque membre de la famille FABP", a déclaré le Dr Yoshikawa. La schizophrénie et les TSA sont causées par de nombreux facteurs et le traitement conventionnel ne fonctionne pas bien sur tous les patients. Ces résultats suggèrent que les FABP peuvent définir un mécanisme pour ces troubles affectant sélectivement les systèmes de transport de lipides qui peuvent compléter d'autres facteurs étiologiques. "L'identification des mutations FABP chez les humains peut nous aider à adopter une approche de traitement personnalisé," a déclaré le Dr Yoshikawa. "Nous espérons que notre constatation conduira à la mise au point de thérapies sur mesure, fournir aux patients des molécules qui complètent les lacunes causées par leur mutation particulière." »...

<< Sommaire
techno-science

La technologie resoudra-t-elle tous les mysteres du cerveau ? 13/08/2014

«C'est l'une des plus grandes énigmes scientifiques encore en suspens : comment notre cerveau fonctionne-t-il réellement ? De nouvelles avancées technologiques apportent des réponses surprenantes.»...

<< Sommaire
nationalgeographic

Management of autism in France: ''a huge job to be done'' 13/08/2014

«Despite the Ministry of Health's revised treatment plan, France recently faced criticism by the Council of Europe for its discrimination against those with autism. Some rights groups are calling the state of autism treatment in France a "scandal" and claim the government's plan doesn't go far enough. Others say the continued use of psychoanalysis to treat autism is keeping France from advancing. Elodie Nourrisson, from the suburbs of Paris, first got answers about her son Thomas's behaviour when he was 26 months old. Since birth, he did not move or cry much, had difficulties walking, and was not troubled when separated from his parents. Lately, he had become hyperactive and was not sleeping more than 2 h per night. A doctor from one of the French public sector's Medico-psycho-pedagogical centres (CMPP) said that Thomas simply had developmental delays. "At the beginning, we felt reassured", says Nourrisson. "[The doctor said] there was a significant overall retardation but that they could help him." Waiting lists, ineffective treatments, and frustration ensued for Nourrisson. It was not until she went to a private specialist, when Thomas was nearly 3 years old, that she finally heard the word "autism" in reference to her son. Since the beginning, Nourrisson says she has been left by the public health system to "manage things on her own". M'Hammed Sajidi, the president of the autism rights organisation Conquer Autism, says this scenario is all too familiar for families of the estimated one in 68 children with autism in France. "It's an absolute outrage", says Sajidi, whose own son has autism. "France is the most delayed country in Europe when it comes to autism treatment." According to Sajidi, medical professionals and teachers do not receive enough specialised training to treat autism, the government funds ineffective treatment methods...”such as psychoanalysis...”and families are often left to their own devices to treat their children. Sajidi's frustration led his organisation, along with several others, to file a collective complaint in April, 2012, at the Council of Europe to take France to task on its treatment of people with autism. The Council's response was made public in February, 2014, stating that France had failed in its obligations to provide these children with an appropriate education. It is the second time the Council has condemned France over its autism treatment, with a similar condemnation taking place in 2004. Sajidi says his overall goals in filing the complaint were met, but that France's woes concerning autism treatment are far from over. He says that the Ministry of Health's Third Autism Plan, published in May, 2013, has not gone far enough to improve diagnosis and treatment. "The state is giving money where it shouldn't, and not giving money where it should", he says. Although psychoanalysis is now "not recommended" by the government, most public hospitals still use the method and when used there, it is reimbursed by the national health coverage.»...

<< Sommaire
thelancet

Autism CARES Act signed into law by President Obama 10/08/2014

«Every year, some 50,000 youth with autism come of age in the United States. No one can say for sure what adulthood will hold for them, but legislation signed into law by President Obama Friday will help ease the burden on them and their families. Known formally as the Autism Collaboration, Accountability, Research, Education and Support Act of 2014 (Autism CARES), it was sponsored by U.S. Rep. Chris Smith (R-4th Dist.) and his fellow congressman Mike Doyle (D-Pa.). The legislation authorizes $1.3 billion over the next five years: $950 million is allocated for research grants; another $110 million will go to the U.S. Centers for Disease Control and Prevention to continue researching the prevalence of autism spectrum disorders; and $340 million will go to early detection, education and intervention. "And the new law, for the first time, tasks the federal government with examining and anticipating needs for autistic adolescents who are ...˜aging out' of their school-based support and transitioning into adulthood," said Smith, who authored the original 2000 legislation that helped form the base line of federal autism programs.»...

<< Sommaire
nj

Observing Brain Synapses in Action 10/08/2014

«SACRAMENTO, Calif.) - Lin Tian's fascination with neuroscience stems from a deep curiosity about the complexity and elegance of the human brain. As one of only five scientists in the U.S. and Canada - and the first at UC Davis - to be named a 2014 Rita Allen Foundation Scholar, Tian will be developing optical sensors and applications to acquire fundamental insights about how the nervous system functions in health and disease. "The functioning brain receives thousands of chemical and electrical signals at the synapse, the area of connection between neurons," Tian said. "Understanding how neurons integrate these multiple inputs to transmit information and to shape and refine the neural circuitry itself is an important area of research that can shed light on an array of neurological disorders, including depression, addiction, autism, schizophrenia and epilepsy." With a five-year, $500,000 grant from the Rita Allen Foundation, Tian will develop imaging tools to obtain a comprehensive view of both excitatory and inhibitory synapses in action at the cellular, tissue and whole-animal levels. She also will apply these tools to uncover the functional organization of cortical layer1 (L1) interneurons in shaping long-range interactions and their link to behavior, which can't be done with current technology, Tian said. "Understanding how information is transferred across neural circuitry and systems is the key to innovation in the treatment of neurological disorders," she said.»...

<< Sommaire
rocklintoday

Francis Perrin et son fils Louis, 12 ans, autiste : ''Il est tire d'affaire...'' 10/08/2014

«Francis Perrin a posé ses valises à Ramatuelle, cet été. La Côte d'Azur et ses charmes intarissables sont un cadre idéal pour le comédien et scénariste de talent. Dans le Sud, en famille avec son épouse Gersende et leur fils Louis, et les frères et soeurs du petit garçon, il donnait une représentation de son spectacle, Molière malgré moi, une création originale qu'il présentait pour la dernière fois de l'été dans le cadre du Festival de Ramatuelle. A son retour de vacances, il se consacrera pleinement au tournage imminent, pour France 3, de Mongeville, une fiction en plusieurs épisodes. "Une série que j'affectionne, d'autant plus que je vais écrire les dialogues des saisons 5 et 6. C'est une fierté pour moi et du boulot en perspective", explique-t-il avec un enthousiasme non dissimulé dans les colonnes de Nice-Matin, en date du vendredi 8 aout 2014. "Mon fils est tiré d'affaire..." En 2012, Francis Perrin et Gersende publiaient un livre-témoignage poignant, Louis : Pas à pas (Editions JC Lattès), dans lequel ils racontaient leur combat pour leur fils alors âgé de 10 ans, et dépisté autiste à l'âge de 3 ans. Un ouvrage dans lequel le couple raconte son quotidien, les mots parfois très violents des médecins ou des psychanalystes, tout en livrant un formidable message d'espoir. Deux ans plus tard, avec l'aide de l'association Pas à pas, c'est confiant et plein d'optimisme que Francis Perrin livre un message d'espoir par l'intermédiaire de Nice-Matin. "Louis est tiré d'affaire. Notre combat avec mon épouse face à son autisme (...) a permis de lui redonner son autonomie. Aujourd'hui, il s'amuse avec ses frères et soeurs, entre en 5e avec 18,5 de moyenne, s'habille tout seul, etc. C'est un garçon comme les autres. Un pur bonheur !", constate-t-il avec fierté et émotion. Une formidable leçon de vie, et un combat émouvant et courageux qui sera retracé dans un téléfilm, attendu en février 2015 sur France 2, porté par Bernard Campan et Julie-Marie Parmentier.»...

<< Sommaire
purepeople

Ressources pour scolariser les eleves handicapes - Ressources pour scolariser les eleves en situation de handicap dans le second degre - Eduscol 09/08/2014

«Des séquences ou scénarios pédagogiques destinés à tous les enseignants du second degré, du collège au lycée, afin d'adapter sa pédagogie à des élèves en situation de handicap sensoriel, moteur ou ayant des troubles des apprentissages. Adapter son enseignement pour la réussite des élèves en situation de handicap Adapter sa pédagogie à un élève handicapé, c'est répondre aux besoins éducatifs particuliers de celui-ci en fonction des caractéristiques et de la sévérité de son trouble. Ainsi, c'est au quotidien, au sein de chaque classe de collège ou de lycée, à travers des démarches pédagogiques adaptées, que les professeurs peuvent mettre en oeuvre les conditions d'une accessibilité pédagogique réussie. Ces ressources disciplinaires proposent aux enseignants pour chaque séquence des aménagements pédagogiques afin de favoriser la scolarisation des élèves en situation de handicap (sensoriels, moteurs ou avec troubles des apprentissages) dans le second degré. Les livrets présentés ici proposent des aménagements pédagogiques différenciés dans les divers champs disciplinaires. Des séquences pédagogiques pour le second degré»...

<< Sommaire
eduscol.education

Behavior-focused therapies help children with autism, study shows 09/08/2014

«The review, conducted by the Agency for Healthcare Research and Quality (AHRQ)-funded Vanderbilt Evidence-based Practice Center (EPC), updates a prior systematic review of interventions for children (up to age 12) with a focus on recent studies of behavioral interventions. Study authors said the quality of research studies has improved dramatically since AHRQ's 2011 review of studies on ASD, when authors reported that there were significant gaps in research available to document the benefits of treatments. The updated review examined published evidence regarding the effectiveness of early intensive behavioral and developmental interventions -- interventions with a primarily behavioral approach based on applied behavioral analysis (ABA) principles and a comprehensive focus targeting multiple areas of functioning. "We are finding more solid evidence, based on higher quality studies, that these early intensive behavioral interventions can be effective for young children on the autism spectrum, especially related to their cognitive and language skills," said lead author Amy Weitlauf, Ph.D., assistant professor of Pediatrics and a Vanderbilt Kennedy Center investigator. "But the individual response to these treatments often varies from child to child." "We are also finding evidence that some of these targeted interventions, especially related to cognitive treatments for anxiety disorders, are also very effective for many, many children. Again, responses vary substantially and there are some children for whom these treatments have not yet been studied. So there is lots of promising evidence that these interventions are helpful, but we definitely need more research on which kids the treatments are more helpful for over time," Weitlauf said. In previous decades ASD was often thought to be almost untreatable, said senior author Zachary Warren, Ph.D., director of the Vanderbilt Kennedy Center's Treatment and Research Institute for Autism Spectrum Disorders #TRIAD#. But researchers, clinicians and parents have increasingly documented impressive improvements in early cognitive, language and educational outcomes for some children with ASD receiving intervention.»...

<< Sommaire
sciencedaily

Quelles sont les demarches administratives qui vous irritent le plus ? | faire simple 09/08/2014

«Particuliers, quelles démarches administratives trouvez-vous pénibles ? Démarches administratives complexes, pénibles, qui prennent du temps...¦. Dites-nous celles qui vous irritent le plus, qui sont incompréhensibles, que vous aimeriez voir changer ! L'administration change et se modernise. Partagez vos idées et vos expériences pour que nous vous simplifiions la vie ! Toutes vos contributions permettront de nourrir le programme de simplifications lancé par le gouvernement.»...

<< Sommaire
faire-simple.gouv

Strategies for Scaling Effective Family-Focused Preventive Interventions to Promote Children's Cognitive, Affective, and Behavioral Health: Workshop Summary. 08/08/2014

«Excerpt Over the last three decades, researchers have made remarkable progress in creating and testing family-focused programs aimed at fostering the cognitive, affective, and behavioral health of children. These programs include universal interventions, such as those for expecting or new parents, and workshops for families whose children are entering adolescence, as well as programs targeted to especially challenged parents, such as low-income single teens about to have their first babies, or the parents of children with autism. Some family-focused programs have been shown to foster significantly better outcomes in children, including enhanced educational performance, and reduced rates of teen pregnancy, substance abuse, and child conduct and delinquency, as well as reduced child abuse. The favorable cost-benefit ratios of some of these programs are due, in part, to the multiple and far-ranging effects that family-focused prevention programs targeting children can have. Other family-focused programs have shown success in smaller academic studies but have not been widely applied, or have not worked as effectively or failed when applied to more diverse real-world settings. Strategies for Scaling Effective Family-Focused Preventive Interventions to Promote Children's Cognitive, Affective, and Behavioral Health is the summary of a workshop convened by the Institute of Medicine Forum on Promoting Children's Cognitive, Affective, and Behavioral Health to explore effective preventive interventions for youth that can modify risk and promote protective factors that are linked to mental, emotional, and behavioral health, and how to apply this existing knowledge. Based on the 2009 report Preventing Mental, Emotional, and Behavioral Disorders Among Young People, this report considers how to build a stronger research and practice base around the development and implementation of programs, practices, and policies that foster children's health and well-being across the country, while engaging multi-sectorial stakeholders. While research has advanced understanding of risk, promotive, and protective factors in families that influence the health and well-being of youth, a challenge remains to provide family-focused interventions across child and adolescent development at sufficient scale and reach to significantly reduce the incidence and prevalence of negative cognitive, affective, and behavioral outcomes in children and adolescents nationwide, as well as to develop widespread demand for effective programs by end users. This report explores new and innovative ways to broaden the reach and demand for effective programs and to generate alternative paradigms for strengthening families.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Le mystere des enfants qui guerissent de l'autisme 06/08/2014

«L'idée qu'il serait possible de guérir de l'autisme a longtemps été rejetée par les médecins. Mais en 2013, deux études effectuées aux Etats-Unis ont montré que chez une minorité d'enfants, les symptômes pouvaient presque complètement disparaitre. Le magazine du New York Times s'est penché sur ces cas dans un article intitulé «Ces enfants qui ont vaincu l'autisme». La journaliste y interviewe plusieurs enfants suivis dans ces études, dont B. ,un garçon qui avait complètement cesser de communiquer de un a trois ans (pas de contact oculaire, très peu de mots, cognements de la tête), mais qui s'est débarrassé de tous ces symptômes après plusieurs années de thérapie comportementale. A 12 ans, ses parents lui ont révélé qu'il avait été autiste, et il a été choqué de l'apprendre. Souvent, les médecins considéraient que ces cas de «guérison» correspondaient à de mauvais diagnostics, des enfants qui n'avaient en fait jamais été autistes. Ce n'est pas le cas: il y a bien une forme de guérison chez certains patients. En janvier 2013, une étude de l'University of Connecticut a examiné 34 jeunes (y compris B.) qui avaient reçu un diagnostic d'autisme et avaient par la suite fait des progrès exceptionnels. Les chercheurs ont confirmé que leurs comportements ne correspondaient plus aux critères du spectre des troubles autistiques. En mai de la même année a été publiée une étude de Weill Cornell Medical College qui avait suivi 85 enfants pendant vingt ans depuis leur diagnostic d'autisme à deux ans. Au total, 9% des jeunes examinés n'avaient quasiment plus aucun symptôme. Geraldine Dawson, une chercheuse en psychologie à l'université de Duke, résume la portée de ces études: «Ceux d'entre nous qui travaillent aux côtés d'enfants autistes connaissaient déjà l'existence d'un petit groupe d'enfants qui commencent par être autistes et éliminent ensuite complètement leurs symptômes. Pourtant, leur existence était constamment remise en question. Ce travail montre de manière rigoureuse et systématique que ces enfants existent bien.»»
[...]
«Il y a tout de même certains facteurs favorables à un développement positif. La plupart des autistes qui ont éliminé leurs symptômes avaient un QI de plus de 70, et l’implication des parents est aussi considérée comme cruciale. Quant à l’efficacité des thérapies comportementales, elle n’est pas garantie, comme l’explique la journaliste du New York Times magazine: «De nombreuses études montrent que des thérapies comportementales intensives mises en place assez tôt peuvent significativement réduire les symptômes d’autisme. Mais la plupart des enfants qui sont traités avec ces thérapies demeurent autistes. Et d’autres, qui n’ont pas reçu ce type d’intervention, cessent d’être autistes.» Lorsque les symptômes ont quasiment disparu, les parents expliquent que plus personne ne les croit quand ils disent que leur enfant était autiste. Les médecins considèrent toujours qu’il s’agissait de faux diagnostic. Pour les familles, ces réactions sont frustrantes car elles nient tous les efforts fournis avec leur enfant, les années passées à apprendre à parler et à interagir avec les autres. »...

<< Sommaire
slate

Comment affronter le trouble et le deficit de l'attention 04/08/2014

«Le trouble et déficit de l'attention (TDA) est un trouble qui provoque chez l'individu, enfant ou adulte, une incapacité à maintenir son attention et rester concentré. Cette incapacité peut s'observer très tôt chez l'enfant et plus particulièrement à l'école, s'il a des difficultés d'apprentissage. Ce trouble est aujourd'hui reconnu et doit être pris en charge rapidement, afin d'aider l'enfant qui en souffre et ainsi améliorer ses capacités. Afin de vous aider à réduire les difficultés liées au TDA, si vous ou l'un de vos proches en êtes atteint, lisez cet article qui vous donnera de nombreuses pistes.»...

<< Sommaire
fr.m.wikihow

Handicap : l'activite des MDPH en 2013 04/08/2014

«La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) a présenté, mi-juillet, les premiers résultats de l'activité 2013 des MDPH. Plus encore que les années précédentes, les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ont été fortement sollicitées en 2013. L'an dernier, 57 demandes pour 1 000 habitants ont ainsi été déposées en moyenne, dont 20 % ont concerné les enfants. La pression de la demande s'est fait sentir, à la fois, chez les enfants et chez les adultes, avec une plus forte augmentation pour les demandes dites « adultes » : 88 demandes pour 1 000 habitants âgés entre 20 et 59 ans (80 demandes en 2012). Les demandes adultes sont traitées en moyenne après 4,4 mois, celles des enfants après 3,2 mois. Ce délai varie d'un département à l'autre. La CNSA a également recensé les décisions des MDPH. Résultat, le taux d'accord moyen pour les différentes prestations diffère de l'une à l'autre. Par exemple :
• Une prestation de compensation du handicap (PCH) a été accordée une fois sur deux en moyenne en 2013 (49 % chez les adultes, 50 % chez les enfants).
• 93 % des demandes de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ont été satisfaites.

• Les demandes d'orientation en établissement ou en service ont été accordées au moins 9 fois sur 10, chez les adultes comme chez les enfants.
• Les demandes d'auxiliaire de vie scolaire ont trouvé une réponse positive dans 83 % des cas. Ces proportions peuvent varier fortement d'un département à l'autre, précise la CNSA.»...

<< Sommaire
weka

Julian, « boule de tendresse » 04/08/2014

«Elise Cheval envisage de quitter Châtenois-les-Forges pour s'installer à Saint-Nazaire. En Loire-Atlantique, elle bénéficierait de la prise en charge intégrale d'une méthode de traitement pour son fils autiste Julian, âgé de cinq ans. Franche-Comté Julian, 5 ans, un enfant pas si différent des autres. Elise Cheval, 32 ans, prête à changer de vie. Photo Christine DUMAS ELLE a décidé de tout « plaquer » : le Territoire de Belfort où elle est née, Châtenois-les-Forges où elle a sa maison, qu'elle s'apprête à mettre en vente. Elle a fait le choix de s'éloigner de sa maman dont elle est si proche, de ses amis. Elle se dit « prête à tout ». Prête à changer de vie pour en soutenir une autre, celle de Julian, son fils autiste âgé de 5 ans.»
[...]
«Julian avait trois ans lorsqu’il a été diagnostiqué autiste sévère. À l’époque, la jeune maman opte pour la méthode ABA (Applied Behavior Analysis ou analyse appliquée du comportement) qui nécessite un budget de 423 à 517 euros par mois. Le coût d’un comportementaliste payé 47 euros de l’heure. La méthode ABA n’étant pas reconnue par la Haute autorité de la santé, ce genre de traitement n’est pas remboursé par la Sécurité sociale alors qu’Élise Cheval estime qu’une quarantaine d’heures hebdomadaires seraient nécessaires pour une réelle efficacité. Bien loin de ses moyens, d’autant plus qu’il faut aussi s’occuper d’Hugo, le grand frère solidaire âgé de 9 ans. « La situation n’est pas toujours simple pour lui, qui a parfois l’impression d’être délaissé. Mais il a acquis une grande maturité et je peux compter sur lui ». »...

<< Sommaire
estrepublicain

Le combat gagne d'une fonctionnaire contre son administration 04/08/2014

«C'est un long combat que Marie-Gabrielle Commien-Rivenet vient de remporter. Cette Laonnoise, assistante sociale de formation, travaillait pour la Commission technique d'orientation et de reclassement professionnel, la fameuse Cotorep, lorsque cette institution a disparu pour intégrer la maison départementale des personnes handicapées (MDPH). C'est dans cette toute nouvelle structure qu'elle a été affectée mais les choses ne se sont pas déroulées comme Marie-Gabrielle Commien-Rivenet l'avait imaginé et elle s'est retrouvée en opposition avec la direction. Marie-Gabrielle Commien-Rivenet a donc demandé à quitter la MDPH. « Je voulais repartir dans mon secteur professionnel, celui de l'assistance sociale », explique la Laonnoise, qui avait même en vue un poste au sein de l'Education nationale. Espoir déçu. Celle qui a plus de 35 ans de pratique dans ce domaine d'activité s'est retrouvée affectée à un poste purement administratif à la direction départementale de la cohésion sociale (DDCS). « J'ai été placardisée et j'étais dans un sous-emploi », témoigne Marie-Gabrielle Commien-Rivenet, dont les relations avec l'un de ses collègues se sont très vite détériorées, entrainant une dépression puis un arrêt maladie. « L'administration m'a demandé de me mettre en congé maladie de longue durée. Si je ne voulais pas y laisser ma santé, j'ai fini par accepter. »»...

<< Sommaire
lunion.presse

Schoolgirl gives tips from her own experience for managing autism 04/08/2014

«FOR Asha Tulloch-Hoskins, the secret to teaching children with autism is to give them "choosing time" frequently, allowing them time to study their interests and helping them clean up and calm down after a meltdown. Asha, now 14, was diagnosed with autism when she was 5½, and her advice is built on her own experience of attending a mainstream school, which she describes as "horrible". Music classes hurt her ears, the computers in the library made loud booming noises that also hurt her ears and she was often put in "time out" because of her meltdowns. When she became scared or confused, Asha would run away. Asha is one of 81,000 school students on the autism spectrum who are increasingly sitting in mainstream classrooms, with varying degrees of success. She is now happily settled in a Catholic special school ...” Our Lady of La Vang, in Adelaide ...” but to help students like her, Asha at the age of 10 wrote and illustrated a book, You Can Know Us, that offers an insight into living with autism and how to teach students on the spectrum. It is advice she shared at the first national conference on autism in education in Sydney last week, hosted by Autism Spectrum Australia (Aspect). Conference organiser and autism spectrum researcher and consultant Trevor Clark said experience in mainstream schools was patchy, and varied: "Much of the focus in autism research has been on diagnosis and early intervention and what we're trying to promote at this conference is evidence-based practice. There's evidence whole-of-school programs that create a positive, receptive culture in which the whole school supports the child with autism ...¦ is the best approach. "These children require structured teaching strategies and need their day structured using visual supports such as timetables that break down every part of the day ...¦ Our children learn visually.''»...

<< Sommaire
theaustralian.com

Carton Rouge a la MDPH 04/08/2014

«Pourquoi c'est important Le Collectif Citoyen Handicap, suite aux trop nombreux dysfonctionnements des MDPH en France et Dom Tom lance un Appel National à Mobilisation le 30 Septembre 2014 Nous demandons :
• La diminution significative des délais de traitement des dossiers - L'allongement des Durées de validité des Notifications - Uniformisation des Décisions sans distinctions Géographiques à la hausse - Une amélioration significative de la qualité d'accueil des usagers - La mise en place immédiate dans les Comités d'usagers d'un représentant de notre Collectif Le 30 Septembre 2014, Tous à la MDPH pour leur délivrer un carton Rouge !!!»...
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Mme_la_Ministre_de_la_Sante_Carton_Rouge_a_la_MDPH/

<< Sommaire
unknown

Mother Learns of Son's Death Only After Smelling His Decomposing Body 04/08/2014

«It wasn't until Kimberly Tutko noticed an odor coming from the third floor of her home that she says she learned of her 8-year-old son's death, the AP reports. Jarrod Nicholas Tutko Sr., 38, showed his wife the body of Jarrod Jr. on Friday. The mom, after pulling back a sheet, realized the boy had been dead for days, according to PennLive.com. "I said to him ...˜Why didn't you say anything?'" Kimberly Tutko told PennLive.com. "He said he was too afraid to say anything because of other kids in the house." The media outlet was allowed to walk through the family home in Harrisburg, PA., taking pictures of the boy's squalid, feces-covered bedroom, where he allegedly died. Jarrod Jr., who had autism and Fragile X Syndrome, lived on the third floor of the home and was cared for by his father. There were five other children in the home, all of whom have been removed by the county. Kimberly Tutko said she primarily took care of their daughter, who is blind and bedridden. It's not clear how Jarrod Jr. died, but an autopsy will be conducted next week. Jarrod Tutko was charged with concealing the death of a child, abuse of a corpse, and endangering the welfare of children. His bail is set at $500,000.»...

<< Sommaire
news.gnom

* Adaptive behavior important in inherited intellectual disability syndrome 02/08/2014

«Standard scores measuring "adaptive behavior" in boys with fragile X syndrome tend to decline during childhood and adolescence, the largest longitudinal study of the inherited disorder to date has found. Adaptive behavior covers a range of everyday social and practical skills, including communication, socialization, and completing tasks of daily living such as getting dressed. In this study, socialization emerged as a relative strength in boys with fragile X, in that it did not decline as much as the other two domains of adaptive behavior measured: communication and daily living skills. Fragile X syndrome is the leading inherited cause of intellectual disability and the leading single-gene risk factor for autism spectrum disorder. It affects one in 4000 boys and one in 8000 girls, and boys tend to be more severely affected, because boys have just one X chromosome while girls have two. Measured IQ shows a range from average to severe intellectual disability, with an average IQ of 40 in males who have complete silencing of the FMR1 gene. The results are published in the journal Pediatrics. The study's findings will help child development specialists refine educational programs for individuals with fragile X syndrome, and could inform the design of clinical trials now underway for drugs that target the molecular deficiencies arising in fragile X syndrome. Adaptive behavior is often studied in individuals with intellectual disability, because it indicates someone's ability to function independently. "Adaptive behavior is separate from measures of intelligence such as IQ, but it can be a more important predictor of success," says lead author Cheryl Klaiman, PhD, formerly of the Stanford University Center for Interdisciplinary Brain Sciences Center, now senior psychologist at Marcus Autism Center and assistant professor of pediatrics at Emory University School of Medicine. "Our findings highlight the need for continued attention to adaptive behavior skills for individuals with fragile X syndrome, in both special education programs and home-based care." For typically developing children, their average standard score in each area was around 100 and the average generally remained steady with age. For boys with fragile X, the average standard score for all three areas starts at around 60 in early childhood and declines significantly into the teens. Daily living skills did increase in males with fragile X after 14 years of age. This gain could perhaps be due to the increased efforts focused on teaching these skills prior to graduating from high school.»
[...]
« Study participants' caregivers were interviewed using the Vineland Adaptive Behavior Scales every two to four years. The Vineland framework asks caregivers whether the child never, sometimes/partially or always performs a given task, and was divided into socialization, communication and daily living realms. For typically developing children, their average standard score in each area was around 100 and the average generally remained steady with age. For boys with fragile X, the average standard score for all three areas starts at around 60 in early childhood and declines significantly into the teens. Daily living skills did increase in males with fragile X after 14 years of age. This gain could perhaps be due to the increased efforts focused on teaching these skills prior to graduating from high school. The decline doesn't mean that boys with fragile X are losing skills over time, Klaiman says. "It does mean that they are not keeping pace with their typically developing peers of the same age, or expectations based on their initial scores in early childhood," she says. Adaptive behavior scores for girls with fragile X start lower, compared to typically developing children, but do not decline as much as males' scores do over time. As a group, their scores also have a wider range. For girls, communication declines more than other domains. »...

<< Sommaire
medicalnewstoday

Instruction relative au cadre national de repérage, de diagnostic et d’interventions précoces pour les enfants avec autisme ou autres troubles envahissants du développement prévu par le plan autisme (2013-2017). 02/08/2014

«Résumé : La présente instruction porte sur la mise en oeuvre de l'action du plan autisme 2013-2017 relative à la mise en place d'une organisation régionale coordonnée et graduée favorisant le repérage, le diagnostic et les interventions précoces, avant l'âge de 6 ans, pour les enfants avec autisme ou autres troubles envahissants du développement. Cette instruction :
• Précise les enjeux de cette action en termes de santé publique et d'organisation de l'offre médico-sociale et de soins ;
• Fixe le cadre et les objectifs d'une démarche d'un « parcours » précoce autour de la mise en place d'une organisation coordonnée et graduée sur les territoires ;
• Propose des éléments de démarche régionale. Nombre d'annexes : 5 NOR : AFSA1417416J | Numéro interne : DGCS2014221 | CERFA : | Référence de publication au Journal officiel ou au Bulletin officiel : Auteur :La directrice générale de la cohésion sociale, Le directeur général de l'offre de soins, Le directeur de la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie Destinataire(s) :Directeurs généraux des agences régionales de santé, Copie : préfets de région, préfets de département Signataire :Sabine FOURCADE, directrice générale de la cohésion sociale, Jean DEBEAUPUIS, directeur général de l'offre de soins, Luc ALLAIRE, directeur de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie.»
[...]
« Annexes : Annexe 1 : Eléments du parcours précoce d’un enfant avec autisme ou autres troubles envahissants du développement (TED) Annexe 2 : La démarche régionale Annexe 3 : « Parcours précoce - Repérage » Annexe 4 : « Parcours précoce : Diagnostic » Annexe 5 : « Parcours précoce : Interventions éducatives et thérapeutiques » Diffusion : Conseils généraux et Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) La mise en place dans l’ensemble des régions des actions coordonnées de repérage, de diagnostic et d’interventions précoces pour enfants avec autisme ou autres troubles envahissants du développement (TED) constitue un enjeu de santé publique de première importance. Il est en effet reconnu aujourd’hui qu’une intervention précoce peut limiter leurs troubles et favoriser le développement durable de leur capacité d’autonomie. C’est la raison pour laquelle l’organisation effective d’un maillage du territoire régional en vue de repérer dès le plus jeune âge les enfants susceptibles d’être pris en charge, d’accélérer le diagnostic et de mettre en oeuvre un accompagnement adapté à leurs besoins, ainsi ceux de leurs familles, fait partie des mesures essentielles pour l’atteinte des objectifs fixés par le plan autisme 2013-2017. La présente instruction a pour objet de vous demander de mettre en place un tel maillage territorial reposant sur une organisation régionale coordonnée et graduée du repérage, du diagnostic et des interventions précoces, dénommée « triptyque ». Cette organisation, mise en oeuvre selon des modalités techniques propres à chaque territoire, élaborée en partenariat avec les acteurs du repérage, du diagnostic et de l’accompagnement, et associant les représentants des familles, constitue une action centrale de votre plan d’action en matière d’autisme ou autres TED. »...

<< Sommaire
circulaire.legifrance.gouv

Du mauvais usage du mot « Autiste » 01/08/2014

«Ras le bol J'en ai ras le bol que l'on se serve du mot « autiste » pour décrire une personne qui ne l'est absolument pas. Ras le bol que l'on associe l'autisme à une personne imperméable, dénuée d'émotions, insensible, froide, renfermée, fermée aux autres. Oui, pas mal de personnes autistes ont un abord renfermé : mais surtout, ne croyez pas que ces personnes ne vous perçoivent pas, ne vous ressentent pas. C'est d'ailleurs complètement l'inverse. Les autistes ne sont pas ce que vous croyez Ces personnes sont, comme tout le monde, bombardées de stimuli, sauf que : ...¢ Elles les traitent d'une manière différente de vous ...¢ Beaucoup de ces stimuli sont perçus beaucoup plus intensément que vous ...¢ Elles ont des difficultés à les filtrer, à saisir l'information pertinente La conséquence est, c'est vrai, souvent un repli, une façon de stopper ce bombardement, de se protéger de ces stimulations, que vous-mêmes ressentez à peine et décodez facilement. Au final, ces personnes sont trop perméables. Contrairement à l'idée véhiculée, elles éprouvent des émotions, comme tout le monde, mais la différence est dans la façon de les exprimer. Elles sont sensibles. Mon fils est ultrasensible, certainement plus que la moyenne ordinaire.»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Help for halting autism symptoms 31/07/2014

«Harvard scientists have identified a method to help reduce autism symptoms in mice, a finding that could one day lead to new insight into how the disorder affects the brains of humans. In a July 31 study described in Neuron, Takao K. Hensch, a professor of molecular and cellular biology and of neurology, and Nadine Gogolla, now a group leader at the Max Planck Institute of Neurobiology in Germany, found that boosting inhibitory neurotransmission early in brain development could reverse deficits in sensory integration associated with autismlike symptoms. "Despite ample evidence in humans that the insula [a brain region] is deeply involved in hallmarks of the social brain, such as empathy, pain, and urges, this is the first attempt to characterize its development in an experimentally tractable model," said Hensch, who also serves as the director of the NIMH Conte Center at Harvard, which investigates the developmental origins of mental illness. Working in Hensch's lab, Gogolla developed an assay for visualizing and quantifying sound-touch integration in the mouse insula by imaging intrinsic fluorescence of flavoproteins directly reflecting neuronal activity. Hensch's team focused on the insular cortex in the brains of a particular inbred type of mouse, called BTBR, that is often used as a model of idiopathic autism. The researchers found that the parvalbumin basket cells, a group of inhibitory interneurons already suspected in autism and other psychiatric disorders, showed decreased expression of inhibitory marker proteins and electrophysiological activity. Treating newborn mice with a benzodiazepine shortly after birth, the team strengthened inhibitory neurotransmission and prevented deficits in multisensory integration. When administered to adult mice, however, the same treatment proved ineffective. The finding suggests there may be a critical period for maturation of multisensory integration in the insula, which is regulated by excitatory-inhibitory balance and crucial for healthy social development. The authors noted that the critical period overlaps with the emergence of rodent social play behavior, which relies on vocal and forepaw interactions. Further study of the critical period may help researchers gain a better understanding of the core pathology in autism and other psychiatric disorders where multisensory integration is affected, and could ultimately lead to the development of novel therapies or biomarkers for early diagnosis. Intriguingly, the researchers said, the rescue of multisensory integration with drug treatment in young BTBR mice correlates with an improvement in repetitive grooming behavior, an established phenotype in many mouse models of autism. Since the BTBR mice are hyper-responsive to sound but show a weaker insula response when sound and touch stimuli are presented together, the excessive grooming behavior ...” long viewed as pathologic ...” could actually be an adaptive response. Hensch hopes to study whether the voluntary tactile stimulation afforded by self-grooming is being used to dampen the heightened insular activity caused by undesired visceral or auditory input, and whether these observations can provide new insight into repetitive behaviors and sensory processing abnormalities in human autism.»...

<< Sommaire
news.harvard

The autistic brain found to be less flexible at taking on tasks 31/07/2014

«The brains of children with autism are relatively inflexible at switching from rest to task performance, according to a new brain-imaging study from the Stanford University School of Medicine. Instead of changing to accommodate a job, connectivity in key brain networks of autistic children looks similar to connectivity in the resting brain. And the greater this inflexibility, the more severe the child's manifestations of repetitive and restrictive behaviors that characterize autism, the study found. The study, which was published online in Cerebral Cortex, used functional magnetic resonance imaging, or fMRI, to examine children's brain activity at rest and during two tasks: solving simple math problems and looking at pictures of different faces. The study included an equal number of children with and without autism. The developmental disorder, which now affects one of every 68 children in the United States, is characterized by social and communication deficits, repetitive behaviors and sensory problems. "We wanted to test the idea that a flexible brain is necessary for flexible behaviors," said Lucina Uddin, PhD, a lead author of the study. "What we found was that across a set of brain connections known to be important for switching between different tasks, children with autism showed reduced 'brain flexibility' compared with typically developing peers." Uddin, who is now an assistant professor of psychology at the University of Miami, was a postdoctoral scholar at Stanford when the research was conducted. "The fact that we can tie this neurophysiological brain-state inflexibility to behavioral inflexibility is an important finding because it gives us clues about what kinds of processes go awry in autism," said Vinod Menon, PhD, the Rachel L. and Walter F. Nichols, MD, professor of psychiatry and behavioral sciences at Stanford and the senior author of the study. The researchers focused on a network of brain areas they have studied before. These areas are involved in making decisions, performing social tasks and identifying relevant events in the environment to guide behavior. The team's prior work showed that, in children with autism, activity in these areas was more tightly connected when the brain was at rest than it was in children who didn't have autism. The new research shows that, in autism, connectivity in these networks that can be seen on fMRI scans is fairly similar regardless of whether the brain is at rest or performing a task. In contrast, typically developing children have a larger shift in brain connectivity when they perform tasks.»
[...]
« "The findings may help researchers evaluate the effects of different autism therapies," said Kaustubh Supekar, PhD, a research associate and the other lead author of the study. "Therapies that increase the brain's flexibility at switching from rest to goal-directed behaviors may be a good target, for instance." "We're making progress in identifying a brain basis of autism, and we're starting to get traction in pinpointing systems and signaling mechanisms that are not functioning properly," Menon said. "This is giving us a better handle both in thinking about treatment and in looking at change or plasticity in the brain." »...

<< Sommaire
medicalnewstoday

* Peers with strong language skills help preschoolers with special needs 31/07/2014

«The guiding philosophy for educating children with disabilities has been to integrate them as much as possible into a normal classroom environment, with the hope that peers' skills will help bring them up to speed. A new study provides empirical evidence that peers really can have an impact on a child's language abilities, for better or worse. While peers with strong language skills can help boost their classmates' abilities, being surrounded by peers with weak skills may hinder kids' language development. The findings are published in Psychological Science, a journal of the Association for Psychological Science. "We were surprised to see the striking differences among children's language skills at the end of the school year when considering those with less-skilled peers and highly-skilled peers," says psychological scientist Laura Justice of the Crane Center for Early Childhood Research and Policy at The Ohio State University, lead author on the study. "In particular, children with disabilities seemed to be very negatively affected by having classmates who were less-skilled." Previous research suggests that children with disabilities show developmental improvement from exposure to sophisticated language, and that teachers' level of speech sophistication influences children's language growth. Moreover, evidence indicates that peers may improve each other's performance in the classroom. Justice and colleagues hypothesized that classmates' higher level language abilities would promote language growth in children with disabilities. Six hundred seventy preschoolers participated in the study. Just over half of them had a clinically diagnosed disability, including autism spectrum disorder, language impairment, or Down syndrome. Teachers completed a measure examining each child's language skills at the beginning of the school year, and again at the end of the school year. To determine the level of improvement, the researchers then compared individual children's scores in the spring to the classroom average. The researchers found that preschoolers with special needs were more influenced by their peers' language skills than were children without disabilities. Children with disabilities whose classmates had weak language skills showed the strongest effects - by spring, their language skills lagged far behind those of typically developing children. In general, preschoolers whose peers had relatively high language skills showed more improvement in their own language skills over the course of the school year than did children whose peers' skills were not as strong. Children who started the year with weak language skills made larger gains if their classmates had strong language skills; by the end of the school year, they had scores similar to those of highly-skilled kids with less-skilled peers. The researchers believe that when kids play together and interact in the classroom, they naturally imitate each other's behaviors, which in turn helps them to develop language skills such as "taking turns in conversation, communicating their needs and wants, and producing narratives." "If peer effects operate as our work suggests they do, it is very important to consider how to organize children in classrooms so that their opportunities to learn from one another is maximized - and so that young children with disabilities are not segregated into classroom serving only those with special needs," says Justice. Justice and colleagues conclude that regardless of disability, classrooms in which most children have poor language skills are not ideal»...

<< Sommaire
medicalnewstoday

Kids with autism and sensory processing disorders show differences in brain wiring 31/07/2014

«Researchers at UC San Francisco have found that children with sensory processing disorders have decreased structural brain connections in specific sensory regions different than those in autism, further establishing SPD as a clinically important neurodevelopmental disorder. The research, published in the journal PLOS ONE, is the first study to compare structural connectivity in the brains of children with an autism diagnosis versus those with an SPD diagnosis, and with a group of typically developing boys. This new research follows UC San Francisco's groundbreaking study published in 2013 that was the first to find that boys affected with SPD have quantifiable regional differences in brain structure when compared to typically developing boys. This work showed a biological basis for the disease but prompted the question of how these differences compared with other neurodevelopmental disorders. "With more than 1 percent of children in the U.S. diagnosed with an autism spectrum disorder, and reports of 5 to 16 percent of children having sensory processing difficulties, it's essential we define the neural underpinnings of these conditions, and identify the areas they overlap and where they are very distinct," said senior author Pratik Mukherjee, MD, PhD, a professor of radiology and biomedical imaging and bioengineering at UCSF. SPD can be hard to pinpoint, as more than 90 percent of children with autism also are reported to have atypical sensory behaviors, and SPD has not been listed in the Diagnostic and Statistical Manual used by psychiatrists and psychologists. "One of the most striking new findings is that the children with SPD show even greater brain disconnection than the kids with a full autism diagnosis in some sensory-based tracts," said Elysa Marco MD, cognitive and behavioral child neurologist at UCSF Benioff Children's Hospital San Francisco and the study's corresponding author. "However, the children with autism, but not those with SPD, showed impairment in brain connections essential to the processing of facial emotion and memory."»...

<< Sommaire
sciencedaily

Autisme (3/3). Pour une mise a jour de la diversite clinique 30/07/2014

«L'accompagnement de l'autisme a changé, les connaissances ont changé, la psychiatrie elle même a changé. En voici quelques exemples pour le débat, issus de notre expérience avec les adolescents et adultes, non exhaustifs mais significatifs. 1. Apports de la génétique, de la psychologie piagétienne, du cognitivisme. La génétique a diffracté les entités syndromiques traditionnelles de la CFTMEA [2] française : des causes sont apparues qui différencient bien mieux les personnes à l'intérieur de tous les groupes « autisme », « psychoses précoces déficitaires », « dysharmonies évolutives », « dysharmonies psychotiques ». Elle diffracte aussi, dans le nouveau DSM V américain, l'entité « Troubles du Spectre Autistique », encore plus hétérogène que les précédentes. La découverte d'une litanie de « formes syndromiques d'autisme » ou de maladies génétiques avec des traits autistiques ne cesse pas : ce sont des délétions ou d'autres anomalies chromosomiques, à transmission héréditaire ou résultant d'accidents de réplication isolés. Elle a vidé presque entièrement le sac des « Psychoses Précoces Déficitaires » (celles qui étaient déjà repérées par Misès pour leur origine organique probable), en grande partie celui des « Dysharmonies Evolutives » [3] et enfin une part des « Dysharmonies Psychotiques » (les Multiplex Developpemental Disorders du DSM IV).»
[...]
«5. En conclusion : délimiter son champ de compétences et le fédérer avec les autres apports, au service de la complexité de l’autisme. Dans les dernières années, la psychiatrie et la psychanalyse, parfois conjointes, parfois rivales, ont perdu leur « suprématie » sur le discours relatif à l’autisme. Des approches comportementalistes ont gagné une reconnaissance dans de nombreux services. Mais quand les prises en charge sont actives, la combinaison des approches tend à devenir la règle, surtout si des troubles du comportement apparaissent. Cependant nombre d’équipes travaillent aujourd’hui dans la tension, le doute, voire la crainte. Elles se sentent menacées par des déclarations ou des textes dont les sources sont variées (Haute autorité de santé, ministres, administrations) et qui leurs sont assénées, amplifiées, transformées en injonctions par des intermédiaires intéressés ou obtus (associations exaltées, professionnels rivaux, petits bureaucrates). Malgré les facteurs d’usure que sont les conflits inutiles et la méfiance entre partenaires, la psychiatrie et la psychanalyse, séparément ou ensemble, ne devraient pas renoncer à aider les autistes et TED. »...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Caisse Nationale de solidarite pour l'autonomie - L'activite des maisons departementales des personnes handicapees en 2013 : premiers resultats 29/07/2014

«La CNSA a présenté à son Conseil, le 8 juillet dernier, les premiers résultats de l'activité 2013 des MDPH. Les demandes En 2013, encore plus que les années précédentes, les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ont été fortement sollicitées. En 2013, 57 demandes pour 1 000 habitants ont été déposées en moyenne, dont 20 % ont concerné les enfants. La pression de la demande s'est fait sentir à la fois chez les enfants et chez les adultes avec une plus forte augmentation pour les demandes dites « adultes » : 88 demandes pour 1000 habitants âgés entre 20 et 59 ans en 2013 (80 demandes en 2012). Les personnes déposent entre deux et trois demandes (2,4 en moyenne chez le public adultes et 2,1 chez le public enfant). Depuis 2011, on constate une diminution de la part des premières demandes. Ce constat s'est confirmé en 2013. Chez les adultes, les questions de l'employabilité́, de l'accompagnement vers et dans l'emploi demeurent prégnantes : 28% des demandes concernent l'orientation et la formation professionnelle ou la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé. Par ailleurs, 18 % des demandes déposées par les adultes à la MDPH concernent l'allocation pour adultes handicapés. Autre chiffre significatif : 11% des sollicitations formulées aux MDPH sont des demandes de cartes (stationnement, invalidité ou priorité) de la part des personnes âgées de 60 ans et plus. Chez les enfants, les demandes sont principalement concentrées autour de l'allocation d'éducation pour enfant handicapé (28 %) et des orientations en établissement ou en service, y compris les orientations scolaires (28 %). Viennent ensuite les demandes d'auxiliaire de vie scolaire (15 %) et de cartes - d'invalidité, de priorité ou de cartes de stationnement - (12.5%). Les demandes adultes sont traitées en moyenne après 4,4 mois, celles des enfants après 3,2 mois. Ce délai varie d'un département à l'autre. Les décisions Le taux d'accord moyen pour ces différentes prestations diffère de l'une à l'autre. Par exemple : Une prestation de compensation du handicap a été accordée une fois sur deux en moyenne en 2013 (49% chez les adultes, 50% chez les enfants). 93% des demandes de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ont été satisfaites. Les demandes d'orientation en établissement ou en service ont été accordées au moins 9 fois sur 10 chez les adultes comme chez les enfants. Les demandes d'auxiliaire de vie scolaire trouvent une réponse positive dans 83% des cas. Ces proportions peuvent varier fortement d'un département à l'autre. La mise en oeuvre et le respect des droits des usagers Pour mieux comprendre leurs droits, faire valoir leurs droits ou contester une décision, les personnes handicapées peuvent recourir à des modes de règlements amiables ou non des litiges : la médiation, la conciliation, le recours gracieux ou le recours contentieux. Soucieux de gérer au mieux les litiges avec leurs usagers, la majeure partie des départements a mis en place un dispositif de conciliation (91%) et dans une moindre mesure, un dispositif de médiation (63%). Les recours (gracieux ou contentieux) demeurent peu fréquents, puisque 67% des MDPH enregistrent moins de 3% de recours. Pour 86% des MDPH, la décision initiale rendue par la CDAPH est confirmée au moins une fois sur deux. Dans près de 30% des cas, le taux de confirmation est supérieur ou égal à 75%.»...

<< Sommaire
cnsa

Formation Paris 26/9/2014 - Apprendre à remplir le dossier MDPH pour votre enfant en situation de handicap 29/07/2014

«Formation - Paris 26/11/2014 - Apprendre à remplir le dossier MDPH pour votre enfant en situation de handicap Vendredi 26 septembre 2014 de 9h30 à 12h30 au Cabinet de Me GREVIN : 10 bis, Rue des Frères Morane, 75015 PARIS Objectifs de la formation :
• Savoir remplir un dossier MDPH pour son enfant - Connaître et comprendre les attentes des équipes pluridisciplinaires de la MDPH - Savoir ce qu’est réellement un projet de vie.»
[...]
« Programme de la formation : I. Apprendre à remplir le formulaire de dépôt de la demande auprès de la MDPH (CERFA 13788*01) - La question du projet de vie et son contenu - La question des compléments AEEH (définition et surtout justificatifs à produire) - La question de l’orientation scolaire - La question de l’affiliation gratuite d’un aidant familial à l’assurance vieillesse - La question relative à la procédure simplifiée devant la MDPH II. Savoir l’essentiel sur le certificat médical (CERFA n°13878*01) - Certificat médical et précision - Autres documents nécessaires (diagnostic initial et autres bilans...) Intervenante; Me Alexandra GREVIN, Avocate au Barreau de PARIS, Programme et inscription : »...
Source: http://inclure.fr | Source Status

<< Sommaire
inclure

Enfant handicape a domicile, les parents ont besoin d'aide ! 25/07/2014

«700 parents d'enfants handicapés ont pris la parole à l'occasion d'une enquête « L'aide à domicile auprès d'enfants en situation de handicap », menée par Handéo. Les aides proposées à domicile suffisent-elles à satisfaire leurs besoins ? Le constat est sans appel : mal informés, mal traités, ils se disent fatigués de devoir mener des combats incessants pour faire valoir leurs droits. Ils aspirent à vivre à égalité avec les autres familles et veulent être enfin entendus. Désarroi et colère sont les leitmotivs de cette enquête. 9 parents sur 10 réclament plus d'aides Certains résultats d'eux-mêmes ! Neuf parents sur dix déclarent avoir davantage besoin d'une aide professionnelle à domicile. Six sur dix assurent que leur enfant handicapé ne peut pas participer à des activités de loisirs. Le manque de moyens financiers est la première raison évoquée pour expliquer leur faible recours à une aide professionnelle dont ils reconnaissent avoir pourtant besoin. Difficultés d'accès à la PCH Ils doivent faire face à des obstacles majeurs tout au long de leur parcours : difficultés d'accès à la PCH (prestation de compensation du handicap) liées aux critères d'éligibilité, inadéquation entre leurs besoins et ceux inclus dans la PCH, faible niveau de la PCH au regard des couts d'une prestation d'aide à domicile adaptée aux spécificités du handicap. Les services d'accompagnement à domicile, y compris l'aide personnelle, y sont mentionnés comme une solution possible, notamment pour les enfants. Handéo, créé en 2007 par des associations Les membres fondateurs de Handéo mettent à profit les conclusions de cette étude pour lancer un appel : que la parole des parents d'enfants handicapés soit entendue. Cela nécessite une réponse rapide pour adapter la PCH à leurs besoins. Rappelons que Handéo a été créé en 2007 sous l'impulsion de fédérations, associations et unions nationales du handicap avec l'objectif de favoriser le développement de réponses adaptées, compétentes et innovantes en matière d'accompagnement à domicile des personnes en situation de handicap. L'étude "Services à la personne : quels couts?" publiée en octobre 2013 sur la base de données 2012, estime que la fourchette basse se situait entre 22,40 et 24,40 E par heure d'intervention en semaine. Une baisse des cotisations sociales Alors que le secteur de l'emploi à domicile a poursuivi sa baisse au premier trimestre 2014, l'Assemblée nationale a voté, le 21 juillet 2014, une réduction de cotisations sociales, mais qui ne sera certainement pas suffisante pour renverser cette tendance (lire article complet ci-dessous). Cette réduction sera doublée et portée de 0,75 euro à 1,50 euro par heure déclarée dès le 1er septembre 2014 pour les salariés employés pour des services destinés aux personnes handicapées.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Comme une seconde maison chez l'accueillant familial 25/07/2014

«A Talcy, Nicoleta et Philippe accueillent chez eux des personnes âgées ou en situation de handicap. Une alternative proposée avant une entrée en institution. Au milieu du potager, Jacky, ancien agriculteur, est un homme heureux. A presque 80 ans, il a posé ses valises depuis deux mois et demi, à Talcy, chez Nicoleta et Philippe Dubuc. Veuf depuis 2002, Jacky a toujours vécu à Dhuizon, jusqu'au jour où ses enfants ont pris la décision qu'il ne pouvait plus rester seul chez lui. Ils ont opté pour l'accueil familial au lieu de le placer en institution. Même si quitter sa maison ne se fait jamais de gaieté de coeur, le retraité, touché par la maladie d'Alzheimer, vit aujourd'hui à son rythme, stimulé et accompagné par le couple. Ce qui n'empêche pas ses proches de venir le chercher pour passer une journée en famille. Agréés tous les deux par le conseil général de Loir-et-Cher, Nicoleta et Philippe entament leur quatrième année d'accueillants familiaux. « Nous avions envie de vivre en famille et en même temps de rendre service aux autres », expliquent-ils. Assistante sociale de formation et travaillant au conseil général de Loiret, Nicoleta suivait, dans le cadre de ses fonctions, des familles d'accueil. Pour mener à bien ce projet, elle a demandé une disponibilité de la fonction publique pour dix ans. Quant à lui, il a laissé son métier de menuisier de côté pour une reconversion professionnelle dans le social. Le couple a suivi une formation initiale, a appris les gestes de premiers secours et, chaque année, il est invité à prolonger ses connaissances sur d'autres thèmes. « Avec les gens que nous accueillons, nous travaillons l'autonomie, en ne faisant pas à leur place mais avec eux.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Enzyme Linked to Autistic Behavior in Fragile X Syndrome 24/07/2014

«Scientists have long struggled with linking a more direct culprit to autism--a developmental disorder that's estimated to affect close to 1.5 million Americans. Yet a recent study conducted by researchers at the University of California, Riverside, found that certain enzymes may be connected to the issue.Findings published in the Journal of Neuroscience showed that the enzyme MMP-9 plays an important role in the development of certain autistic behaviors--specifically in patients with Fragile X Syndrome. "Our study targets MMP-9 as a potential therapeutic target in Fragile X and shows that genetic deletion of MMP-9 favorably impacts key aspects of FXS-associated anatomical alterations and behaviors in a mouse model of Fragile X," said Iryna Ethell, a professor of biomedical sciences in the UC Riverside School of Medicine, who co-led the study, in a news release. "We found that too much MMP-9 activity causes synapses to become unstable, which leads to functional deficits that depend on where in the brain that occurs." In otherwise healthy individuals, the brain cells produce inactive MMP-9; the activation of even small amounts can carry a great effect on connections between synapses. However, too much MMP-9 activity can lead to unstable problems that may ultimately cause functional deficits commonly seem in autism. Though researchers were previously unaware how certain mutations, such as FMR1 and MMP-9, resulted in unstable changes, the present findings explore how the MMP-9 inhibitor, minoclycline, can reduce some behavioral aspects of FXS. Furthermore, researchers said they believe that it may one day be possible to treat FXS with an inhibitor that suppresses MMP-9 activity.»...

<< Sommaire
scienceworldreport

Y a-t-il un imperialisme du soin dans les services? 24/07/2014

«Deuxième volet de cette série de trois articles autour du rôle de la psychiatrie aujourd'hui dans l'accompagnement de l'autisme et des troubles envahissants du développement (TED). Il y a une grande variété dans les soins : ceux qui sont somatiques, corporels ou sensoriels, et tous impliquent des compétences très variées. Résumé : La psychiatrie et la psychanalyse ont occupé une place dominante dans les institutions sanitaires et medico-sociales depuis les années soixante même quand elles n'étaient pas physiquement dans les services. C'est en parallèle, ou en opposition à elles, que d'autres disciplines ont apporté ensuite des modalités d'accueil nouvelles pour les personnes autistes. Pourtant, l'ère d'un « tout thérapeutique » n'a jamais vraiment existé. Une fiction illuminait la « psychothérapie » ou « le soin », irradiées par ces deux professions, et laissant dans l'ombre les autres accompagnements qui allaient du simple gardiennage asilaire à la scolarisation, en passant par de multiples activités éducatives et sociales. Le « suprémacisme » de ces disciplines a perdu de son aura mais il persiste dans le vocabulaire de nombre d'équipes tandis que pour les familles des confusions existent entre « le traitement », « le soin », « le thérapeutique », la « psychothérapie » et « la psychothérapie institutionnelle ». Cette dernière ne représente pas non plus la seule approche pour analyser les actions et les interactions dans les services, leur critique constructive et les innovations.»
[...]
«6. En conclusion : se mettre au service de l’inclusion sociale. En cinquante ans, l’accueil chronique par défaut dans des structures psychiatriques inaptes à l’accueil de l’autisme a beaucoup diminué au profit de nouveaux instituts spécialisées dans le sanitaire, le médico-social et le social. L’ancien et le nouveau coexistent dans toutes les régions et leur harmonisation ne doit pas être confondue avec un lissage administratif ou technique forcené. L’Education nationale commence à inverser le circuit de l’accueil depuis la loi de 2005 et son obligation scolaire. Ce mouvement modernise les enjeux pour l’inclusion sociale. Il rend possible une évolution culturelle et structurelle du milieu ordinaire dans les années qui viennent, le préparant à un accueil plus fluide des personnes handicapées à tous les âges. Tous les autres dispositifs devront donc se mettre au service de cette inclusion, avec leurs propres équipes et outils, à leurs rythmes, en tenant compte de leurs moyens, qui sont inégaux. Cela implique des « redéploiements » car il s’agit de faire évoluer les équipes en fonction de besoins nouveaux, qu’elles doivent repérer et anticiper. Cela n’implique pas forcément qu’on ampute dans les services des prestations anciennes utiles. C’est cette crainte qui agit habituellement comme un épouvantail, et qui immobilise les institutions dans la complainte du “c’était mieux avant” [24]. La « désinstitutionalisation », conséquence de l’inclusion sociale, a cependant ses limites. Les expériences québécoises ou américaines nous ont montré les risques pour les personnes vulnérables ou handicapées de devenir « homeless », de se retrouver en prison, ou de retourner à la seule prise en charge de leurs proches, et ce danger a gagné la France, malgré sa protection sociale plus avancée. Aussi ne doit-on pas renoncer à des accueils indépendants par les services, tempérés par le « soin institutionnel», pour les situations qui en ont besoin, pour aujourd’hui et pour demain, quand les possibilités de l’inclusion sont dépassées. »...

<< Sommaire
blogs.mediapart

L'autisme serait hereditaire 22/07/2014

«Malgré ce qui a déjà été avancé, une nouvelle étude démontre que près de 60 % des risques de l'autisme seraient génétiques. Une étude menée auprès de 3000 cas de TSA (trouble du spectre autistique) et d'autres personnes sans TSA a permis de conclure qu'environ 52,4 % du risque d'autisme est du à des variations héréditaires à la fois communes et rares. Des variantes génétiques associées à l'autisme sont visibles tant chez les personnes malades que dans la population générale, écrit Santé Log. Joseph D. Buxbaum, directeur du Seaver Autism Center et professeur de psychiatrie à l'Ecole de médecine du Mont Sinai, où une récente étude s'est déroulée, explique : « A ces facteurs génétiques finalement fréquents (52,4 %) peuvent venir s'ajouter d'autres facteurs génétiques rares qui vont déclencher le développement du trouble chez un membre de la famille en particulier ». Les mutations spontanées, telles que celles de novo qui peuvent se produire dans le sperme d'un père âgé, par exemple, et ne représentent que 2,6 % du risque, seraient donc aussi un facteur important pour comprendre comment se forme de façon moléculaire l'autisme, explique en détail le site de santé. Publiée dans la revue Nature Genetics, la récente analyse portait sur les variations de séquences d'ADN et la manière dont d'autres facteurs, tels que ceux environnementaux, pouvaient affecter le développement de l'autisme.»...

<< Sommaire
journalmetro

Bilan a mi-parcours de la COG de la CNSA : du bon et du moins bon 22/07/2014

«Signée le 24 avril 2012 avec l'Etat, la convention d'objectifs et de gestion (COG) de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) court jusqu'en décembre 2015 (voir notre article ci-contre du 16 février 2012). Elle se trouve donc à peu près à mi-parcours. Après la réunion, au début du mois de juillet, du comité de suivi semestriel de la COG - qui regroupe la CNSA et les administrations de tutelle - la caisse publie un "bilan intermédiaire du chemin parcouru", reprenant les sept axes principaux de la convention. Des améliorations notables sur la programmation des subventions Avec les réserves inhérentes à ce type d'"autoévaluation", ce travail n'en apporte pas moins des enseignements intéressants. Ainsi, la CNSA constate "des progrès importants dans le suivi de la dépense des établissements et services médicosociaux", autour de la maitrise de l'objectif global de dépenses, de l'amélioration de la programmation et, par conséquent, de la consommation des crédits.»
[...]
«Toujours pas d'explication sur les écarts entre départements En revanche, le bilan intermédiaire est moins positif sur la connaissance de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) et de la prestation de compensation du handicap (PCH) et - plus précisément - sur l'explication des écarts entre départements. Sur ce point, la CNSA indique toutefois qu'une enquête nationale est en cours et que ces résultats seront connus "fin 2014". Ces résultats paraissent néanmoins tardifs pour des prestations dont la mise en place remonte respectivement à 2002 et 2006. Système d'information des MDPH : le chantier débute Le rapport reconnaît également un autre point faible à propos des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Si l'harmonisation des pratiques - notamment sur l'évaluation des besoins et l'élaboration des plans personnalisés de compensation - est bien engagée, "l'objectif de remontée d'informations et de données des MDPH vers la CNSA est en revanche plus difficile à atteindre". Ceci tient notamment aux insuffisances du système d'information des MDPH, mises en évidence par un audit mené en 2013. Dans le prolongement de ce dernier, l'Etat et l'Assemblée des départements de France (ADF) ont fait le choix de "développer un système unique bâti par la CNSA, auquel se raccorderaient progressivement toutes les MDPH", plutôt que de maintenir les systèmes propres à chaque MDPH tout en développant des services transversaux à forte valeur ajoutée. »...

<< Sommaire
localtis

Gwen court pour l'autisme sur les routes des Pyrenees 22/07/2014

«Depuis hier et jusqu'à jeudi, vous croiserez peut-être sur les routes ariégeoises un coureur avec une drôle de petite charrette jaune. Il s'agit de Gwen Le Ny, conseiller principal d'éducation du collège de Landerneau (Finistère), qui, pour la sixième édition de sa performance pleine de générosité, traverse cette année les Pyrénées en courant. Sa motivation est de promouvoir la scolarisation des enfants autistes et d'insister sur le rôle déterminant de celle-ci en milieu ordinaire, qu'il juge non seulement possible mais souhaitable. Il désire que des aménagements soient mis en place pour permettre à ces enfants de progresser tant sur le plan scolaire que social. Quatre étapes en Ariège Parti d'Hendaye le 13 juillet, Gwen va parcourir, lors de 16 étapes de 37 à 50 km par jour, pas moins de 745 km, avec 15 180 m de dénivelé, pour rejoindre Gruissan le 28 juillet. Lors de cet ultra marathon, Gwen se nourrit de façon fractionnée tout au long de la journée. Il est accompagné en fourgon par trois personnes de l'association bretonne Asperansa (parents d'enfants autistes), dont il soutient l'action au travers de sa course, qui l'attendent tous les 5 à 10 km pour assurer l'alimentation et les soins éventuels. Depuis son départ, l'hébergement se fait généralement dans des campings, à l'occasion chez des particuliers ou dans des locaux municipaux. Les étapes 9 à 12 se déroulent donc en Ariège. Hier, il est parti de Henne-Morte (Comminges) pour rejoindre Lacourt (45 km); aujourd'hui, il relie Lacourt à Saurat (42,7 km) ; demain, Saurat à Caussou (36,8 km) et enfin, jeudi, Caussou à Coudons (Aude), 42,8 km. Pour soutenir son action, vous pouvez vous aussi marcher ou courir aux côtés de Gwen sur la distance ou pour la durée de votre choix. Un appel au 06 98 70 66 20 ou 06 86 99 78 25 vous permet de connaitre sa position sur le trajet. N'hésitez pas à laisser un message d'encouragement. Et pour suivre sur Internet le périple de Gwen, connectez-vous sur www.asperansa.org (onglet forum).»...

<< Sommaire
ladepeche

Rapport 2013 Le Defenseur des Droits - Focus : « Droit à l’éducation des enfants handicapés » 22/07/2014

«Rapport annuel d'activité 2013 (Juillet 2014) Couverture du rapport annuel d'activité Télécharger le rapport annuel d'activité 2013 (PDF, 4 Mo) . EN trente mois, Dominique Baudis est parvenu à créer une Institution nouvelle et indispensable à notre démocratie. Pour défendre l’inaudible, l’oublié, l’invisible, dans une société rendue chaque jour plus complexe et souvent cruelle pour les plus faibles, Dominique Baudis que je connaissais bien, avait les qualités rares, faites d’humanité, de souci de l’autre et d’opiniâtreté qui lui ont permis d’imposer cet «ombudsman à la française» dans notre paysage public. Il laisse un héritage qui m’oblige.»
[...]
«Focus : « Droit à l’éducation des enfants handicapés » Dès 2012, le Défenseur des droits avait alerté le ministère de l’Education nationale sur cette situation particulièrement choquante et demandé une remise à plat du calendrier du baccalauréat afin de tenir compte des droits des personnes handicapées. Le Défenseur des droits avait recommandé que, dès la fixation du calendrier des épreuves du baccalauréat 2014, la situation spécifique des élèves handicapés bénéficiant d’un tiers temps soit pleinement intégrée. Le calendrier du baccalauréat pour 2014, publié par la note de service n° 2013-185 du 26 novembre 2013, tient compte des recommandations du Défenseur des droits et s’étend désormais sur six jours pour tous les élèves. Les épreuves des classes de terminale ne dépassent pas huit heures par jours, tiers temps inclus. LE droit à l’éducation pour tous, consacré par la Constitution et de nombreux textes internationaux104, garantit aux enfants handicapés un égal accès à l’instruction, en milieu ordinaire prioritairement et chaque fois que possible, ou si tel n’est pas le cas, dans le cadre de dispositifs adaptés aux besoins de l’enfant. La loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a donné une véritable impulsion à la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire. Aujourd’hui, près de 225 560 élèves handicapés sont scolarisés dans les établissements scolaires ordinaires, contre 151 500 en 2005-2006. Ce bilan positif doit toutefois être nuancé. Malgré les moyens importants consacrés par l’Etat depuis 2005 et sa volonté de favoriser l’inclusion scolaire de tous les enfants sans distinction, réaffirmée par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République du juillet 2013, les élèves handicapés se heurtent à des difficultés persistantes pour accomplir leur scolarité. Ce constat ressort clairement de l’analyse des réponses apportées à l’appel à témoignage, lancé par le Défenseur des droits à l’automne 2013 auprès des parents d’enfants handicapés, afin d’identifier les éventuelles ruptures d’accompagnement sur 104. Premier protocole additionnel à la Convention européenne des droits de l’Homme (article 2) ; la Convention relative aux droits de l’enfant, adoptée par l’assemblée générale des Nations unies le 20 novembre 1989 ; Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne (article 14) ; Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 13 décembre 2006 et ratifiée par la France le 18 février 2010 (article 24). les différents temps de la vie scolaire et périscolaire, ainsi que leurs impacts sur la vie de ces enfants et de leur entourage. Selon l’enquête, 37 % des enfants concernés seraient scolarisés seulement à temps partiel et 65 % n’auraient pas accès aux activités périscolaires. Le manque de personnels d’accompagnement et d’encadrement en serait la raison principale. De ce fait, 69 % des parents concernés disent avoir dû renoncer à tout ou partie de leur activité professionnelle pour s’occuper de leur enfant handicapé. Ils insistent donc fortement sur la nécessité de disposer de personnels formés à l’accompagnement de leurs enfants, prioritairement des enseignants et des auxiliaires de vie scolaires (AVS). Par ailleurs, en février 2013, l’UNAPEI lançait une action nationale en vue de dénoncer la situation, parfois extrême, dans laquelle se trouvent aujourd’hui plusieurs milliers d’enfants handicapés et leurs familles, faute de places en établissement ou services médico-social pour les accueillir, et les invitait à saisir le Défenseur des droits. Cette question s’inscrit, en effet, au coeur des missions du Défenseur des droits, qu’il s’agisse de la défense de l’intérêt supérieur et des droits de l’enfant, de la lutte contre les discriminations ou encore, de la défense des droits et libertés des usagers dans leurs relations avec les services publics. Fort des nombreuses saisines qui lui ont été adressées par les associations et les familles, le Défenseur des droits a interpellé, à l’occasion de la rentrée scolaire de 2013, le ministre de l’Education nationale, la ministre des Affaires sociales et de la Santé et la ministre chargée des personnes handicapées, sur le fait que plusieurs milliers d’enfants handicapés se trouvaient privés de leur droit fondamental à l’instruction, faute de réponses adaptées à leurs besoins. Grâce à ces témoignages, le Défenseur des droits a identifié les points de blocage qui sont sources de difficultés pour les personnes handicapées et leur famille. A partir de ces constats, le Défenseur des droits, au-delà des informations transmises aux familles sur les voies de recours, a pu formuler des préconisations pour une évolution de la règlementation, de l’accompagnement et de la prise en charge des personnes handicapées, dans le cadre de la réflexion pilotée par M. Denis Piveteau, Conseiller d’Etat, dont les conclusions permettront au gouvernement d’élaborer un plan d’action. Le Défenseur des droits préconise, notamment, que soit mis en place un système d’information permettant d’obtenir, en temps réel, des données objectives sur les besoins des personnes handicapées et l’offre institutionnelle existante ; que soit institué un « référent » chargé d’accompagner les personnes handicapées et leurs familles dans la mise en oeuvre des décisions d’orientation de la CDAPH ; et que soient définis des critères objectifs de gestion des listes d’attente par les responsables des établissements et services médico-sociaux. L’effectivité du droit à l’éducation pour les enfants handicapés fait également l’objet de l’attention particulière du Défenseur des droits, au titre de sa mission de suivi de l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant et de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées (CIDPH). »...

<< Sommaire
defenseurdesdroits

« Etre particulier-employeur, c'est un vrai metier » 22/07/2014

«Emmanuel Loustalot, spécialiste de la question de l'emploi direct d'assistants de vie par des personnes handicapées, nous explique les spécificités du statut de particulier-employeur. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? Je suis directeur de la délégation APF de l'Hérault et du SAAHED, organisme qui a pour mission de sécuriser l'aide humaine des personnes qui ont recours à l'emploi direct. Je fais également une thèse en sociologie, au CNAM de Paris, sur le thème de l'organisation des aides humaines en emploi direct des personnes qui ont un besoin d'aide humaine permanent. Je vais pour cela à la rencontre de personnes handicapées. En quoi consiste le statut de particulier employeur ? C'est un mode d'organisation utilisé pour répondre à un besoin d'aide humaine. Une personne dispose de deux possibilités pour organiser ses aides humaines :
• L'utilisation de services prestataires : le bénéficiaire fait appel à un ou plusieurs organismes proposant de l'aide à domicile.

• L'emploi direct : La personne (le particulier-employeur) embauche et gère lui-même ses auxiliaires de vie. Il peut aussi être aidé par un service mandataire. La relation de travail est gérée par une convention collective et cette aide peut être financée grâce à la Prestation de Compensation du Handicap (PCH). Quels sont les avantages du statut de particulier employeur ? Ce qui ressort systématiquement lorsque j'interviewe des personnes handicapées pour mes recherches, c'est la notion de liberté et d'autonomie. Le statut de particulier employeur permet au bénéficiaire de choisir directement et lui-même les personnes qui vont l'accompagner au quotidien. Il devient le maitre complet de l'organisation de sa vie, gère son équipe, ses horaires, et ne laisse pas un tiers prendre les décisions à sa place : c'est vraiment un élément très important pour majorité des personnes handicapées qui ont choisi ce mode de fonctionnement, si important qu'il compense pour elles les contraintes que cela induit.»...

<< Sommaire
handirect

France : Coup de pouce fiscal pour certains emplois a domicile, 21/07/2014

«Les députés ont multiplié lundi par deux le montant de la réduction de cotisation sociale dont bénéficient les particuliers employeurs pour les services destinés à la garde d'enfant, aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Cette déduction passera ainsi de 0,75 à 1,50 euro par heure déclarée à partir du 1er septembre, une façon d'aider l'emploi à domicile qui souffre de la crise et de la réduction continue des avantages fiscaux. L'amendement du rapporteur de la commission des Affaires sociales Gérard Bapt au projet de loi rectificative de financement de la sécurité sociale a été adopté à l'unanimité des présents, avec le soutien de la ministre de la Santé Marisol Touraine. Il reprend un amendement de la commission des Affaires sociales du Sénat, disparu du fait du rejet du texte par les sénateurs. Le projet de loi sera adopté définitivement mercredi par le Parlement. En limitant cette mesure à certains services, l'amendement tient compte des critiques de la Cour des comptes, qui a dénoncé dans un récent rapport le cout élevé des aides pour l'emploi à domicile, jugeant leur impact sur l'emploi "limité", et a prôné un meilleur ciblage de celles-ci en réduisant la liste des 27 services éligibles.»...

<< Sommaire
bourse.lesechos

Common Genes Implicated in Autism Study 21/07/2014

«Most of the genetic risk for autism appears to come from common gene variants rather than spontaneous gene mutations, according to a new study. Researchers compared about 3,000 people in Sweden with and without autism and found that about 52 percent of autism was linked to common gene variants and rare inherited variations. Spontaneous genetic mutations accounted for only 2.6 percent of autism risk. The investigators also found that genetics seem to play a stronger role in autism risk than environmental factors, according to the study funded by the U.S. National Institutes of Health. The study, which the researchers said was the largest of its kind to date, was published in the July 20 issue of the journal Nature Genetics. "From this study, we can see that genetics plays a major role in the development of autism compared to environmental risk factors, making autism more like height than we thought -- many small risk factors add up, each pushing a person further out on the spectrum," co-lead investigator Kathryn Roeder, professor of statistics and computational biology at Carnegie Mellon University in Pittsburgh, said in a university news release. Autism spectrum disorders describe a range of developmental disabilities that can cause social, communication and behavioral difficulties. About 1 in 68 U.S. children has an autism spectrum disorder, the U.S. Centers for Disease Control and Prevention estimates. "Genetic variation likely accounts for roughly 60 percent of the liability for autism, with common variants comprising the bulk of its genetic architecture," co-lead investigator Joseph Buxbaum, of the Icahn School of Medicine at Mount Sinai in New York City, said in a news release from the U.S. National Institute of Mental Health (NIMH). "Although each exerts just a tiny effect individually, these common variations in the genetic code add up to substantial impact, taken together," explained Buxbaum. Roeder added, "These findings could not have happened without statistics, and now we must build off of what we learned and use statistical approaches to determine where to put future resources, and decide what is the most beneficial direction to pursue to further pinpoint what causes autism." According to NIMH Director Dr. Thomas Insel, "Knowing the nature of the genetic risk will help focus the search for clues to the molecular roots of the disorder. Common variation may be more important than we thought," he said in the Carnegie Mellon news release.»...

<< Sommaire
nlm.nih

Autisme a Lille : ils travaillent en entreprise avec leur handicap, et tout va bien ! 21/07/2014

«Douze jeunes hommes à la recherche d'un emploi, avec un handicap en plus : le syndrome Asperger, une forme d'autisme où les difficultés à communiquer sont accompagnées de grandes facultés intellectuelles. Un programme expérimental a réussi à leur trouver des stages et ils sont aujourd'hui en CDI, en CDD longue durée ou en formation. Le dispositif a été salué et reconduit. Le stage de Gaël Picard (à droite) chez Imabiotech, une PME d'Eurasanté, a débouché sur un long CDD. LOCVDN Imprimer - A + « Notre financement, au début ? Zéro : quelques salariés du Centre ressources autisme (CRA) et du Centre lillois de réadaptation professionnelle (CLRP) ont été détachés sur cette activité, unique en France. » Germain Pinet, chargé des relations avec les entreprises au CLRP, était un de ces travailleurs sociaux à s'embarquer sur le Pass P'AS (Passeport professionnel Asperger). Il ne connaissait presque rien du syndrome Asperger, et s'occupait davantage de demandeurs d'emploi souffrant d'un handicap moteur ou psychique. Unique en France Sélectionner douze hommes aujourd'hui âgés de 20 à 35 ans, n'ayant jamais travaillé mais tous diplômés (du CAP à bac +5), les coacher, puis leur trouver une formation en alternance. Six mois de préparation ont été nécessaires avant que Gaël, ingénieur en biotechnologie, n'intègre la PME Imabiotech, à Eurasanté ; Valentin a été chargé de l'inventaire et de la gestion des produits chimiques d'un laboratoire de la Catho, à Lille ; Xavier s'est occupé des inscriptions de l'université Lille I (sciences) à Villeneuve-d'Ascq...¦ « Tous sont allés au bout de la formation en alternance de six mois. Aujourd'hui, six sont en CDI ou CDD longue durée, un est entré dans un ESAT (ex-CAT, établissement et services d'aides par le travail), un autre part dans une entreprise adaptée, trois vont entamer une formation. » Le plus jeune, par exemple, démarre un apprentissage en cuisine à l'Hermitage Gantois. « Ce qui a plu à leurs tuteurs, c'est leur spécificité : ils sont très rigoureux, parfois pointilleux, honnêtes, avec une grande force de travail quand c'est leur domaine. » La nouvelle promotion de « Pass P'Asseurs », en cours de recrutement, commencera à chercher du travail en septembre : le dispositif a été pérennisé, et les salariés détachés pourront s'y consacrer totalement. Un film-témoignage tiré de cette expérience est disponible en DVD auprès du CLRP. « Notre fils a changé » « Qu'est-ce qui a changé chez Gaël depuis qu'il travaille ? - Il a pris confiance en lui, il est mieux dans sa peau. Désormais, il est capable de gérer une journée avec des activités alors qu'avant, il était déprimé, tout le temps fatigué et sortait de chez lui le moins possible.»...

<< Sommaire
lavoixdunord

« 28 ecoles l'ont refuse » 21/07/2014

«C hristelle Bukvic est mère d'un petit garçon autiste de 8 ans, Milan. A 3 ans passés, Milan ne parle pas. Il ne dort pas la nuit. « Les médecins m'ont dit que tout allait bien, qu'il fallait attendre. » Christelle travaillait comme assistante juridique. « Quand je me suis endormie en voiture et que j'ai fini dans un champ au milieu des vaches, j'ai démissionné. » Publicité Quand on lui annonce que son fils est autiste, on l'envoie vers les hôpitaux de jour, on la « culpabilise » en tant que mère. Milan est mis en observation, on lui prescrit des somnifères. « En miettes », elle finit par contacter une association où se rencontrent et parlent des mères d'enfants autistes, qui veulent que leurs enfants soient accompagnés selon les méthodes comportementales (et non psychiatriques). 28 refus « Sur la plaine de Nay, j'ai du demander à 28 écoles avant d'en trouver une qui accepte d'accueillir mon fils. Il y a une loi, qui date de 2005, qui oblige les écoles à scolariser les enfants autistes, mais en tant que parents, mettre son enfant dans une école qui n'en veut pas au départ, nous n'en avions pas envie », raconte Christelle.»
[...]
«Face à ces galères administratives, les mères de l'association décident de frapper aux portes de l'administration. Elles finissent par obtenir de l'Inspection académique que les familles puissent embaucher les AVS en dehors du temps scolaire, et assurer ainsi une continuité et une cohérence à l'accompagnement des enfants. Enfin, elles embauchent une psychologue et une orthophoniste formée aux problématiques de l'autisme. Résultat : « Cela a permis d'augmenter le temps de présence des enfants à l'école à minimum 15 heures par semaine [sur 24] » expliquent Maguy et Christelle. Et « à 7 ans, mon fils s'est mis à parler. Il met deux mots à la suite maintenant », raconte cette dernière. Continuer avec le même encadrement coûte 7 000 euros par an et par enfant. »...

<< Sommaire
sudouest

La CEDH demande a Bucarest d'ameliorer la protection juridique des handicapes mentaux 19/07/2014

«La Roumanie doit se doter de mécanismes permettant aux personnes souffrant d'un handicap mental d'être mieux défendues face à l'administration, a plaidé ce jeudi la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), qui a condamné Bucarest suite au décès d'un jeune handicapé dans un hôpital psychiatrique. La Cour était saisie du cas d'un jeune homme d'origine rom, séropositif et atteint d'un grave handicap mental. Valentin Câmpeanu était mort en 2004, à l'âge de 18 ans, dans un hôpital psychiatrique de Poiana Mare. Les juges européens ont relevé qu'il n'avait pas pu bénéficier d'un traitement antirétroviral contre le VIH, mais seulement de sédatifs, et ce dans un hôpital psychiatrique dont les autorités « connaissaient la difficile situation » (manque de personnel, nourriture insuffisante et manque de chauffage). La Cour en conclut que « les autorités ont mis de manière déraisonnable sa vie en danger ».»...

<< Sommaire
sudinfo

Face viewing patterns in young children with autism spectrum disorders: Speaking up for a role of language comprehension. 17/07/2014

«Abstract Purpose: The aim was to examine whether viewing patterns towards the mouth, eyes, and non-mouth/non-eyes areas differed between young children with autism spectrum disorder (ASD) and typical development (TD) when viewing a person speaking. Also, we examined the role of language comprehension in such viewing patterns. Method: Eleven children with ASD (approx. 4.5 years) and 29 TD toddlers (approx. 2.5 years) participated. The groups were matched on language comprehension raw scores from the Reynell Developmental Language Scales-III. All children viewed short films of a woman speaking while their eye-movements were recorded with eye-tracking equipment. Results: Children with ASD spent proportionally less time viewing the mouth, and more time viewing non-mouth/non-eyes areas. Time viewing the eyes did not differ between groups. Increased mouth viewing was associated with lower language comprehension in the ASD group. Conclusions: We argue that variability in language comprehension is an important factor to monitor when interpreting face-viewing patterns in young children with ASD, particularly with regard to mouth viewing. Our result may help explain divergent findings in this field of research.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

AESH Instructions et circulaires recentes | Legifrance 17/07/2014

«Résumé : La présente circulaire a pour objet de préciser les modalités de mise en oeuvre du nouveau dispositif des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) qui remplace l'ancien dispositif des assistants d'éducation-auxiliaires de vie scolaire (AED-AVS) Nombre d'annexes : 7 NOR : MENH1411625C | Numéro interne : 14-083 | CERFA : | Référence de publication au Journal officiel ou au Bulletin officiel : Auteur :DGRH B1-3 - DGESCO Destinataire(s) :Les rectrices et recteurs d'académie, chancelières et chanceliers des universités, le vice-recteur de Mayotte et le chef du service de l'éducation de Saint-Pierre-et-Miquelon Signataire :La directrice générale des ressources humaines, Catherine Gaudy et la directrice générale de l'enseignement scolaire, Florence Robine Catégorie :
• Mesures d'organisation des services retenues par le ministre pour la mise en oeuvre des dispositions dont il s'agit. Directives adressées par le ministre aux services chargés de leur application, sous réserve, le cas échéant, de l'examen particulier des situations individuelles. Type :
• Instruction aux service déconcentrés : oui - Instruction du Gouvernement : oui Texte(s) de référence :
• article L. 917-1 du code de l'éducation créé par l'article 124 de la loi n° 2013-1278 du 28-12-2013 de finances pour 2014 - article L. 351-3 du code de l'éducation modifié par l'article 124 de la loi n° 2013-1278 du 28-12-2013 de finances pour 2014 - article L. 916-2 du code de l'éducation - décret n° 86-83 du 17-1-1986 modifié - décret n° 2014-724 du 27-6-2014 - Arrêté du 27 juin 2014 relatif à l'entretien professionnel et à la reconnaissance de la valeur professionnelle des accompagnants des élèves en situation de handicap - Arrêté du 27 juin 2014 relatif à la rémunération des accompagnants des élèves en situation de handicap et modifiant l'arrêté du 6 juin 2003 fixant le montant de la rémunération des assistants d'éducation Circulaires qui ne sont plus applicables : Date de mise en application :2014/07/08»...

<< Sommaire
circulaire.legifrance.gouv

Exposure to bullying among students with autism spectrum conditions: A multi-informant analysis of risk and protective factors 17/07/2014

«Abstract Research has consistently shown that children and young people with autism spectrum conditions are more likely to be bullied than those with other or no special educational needs. The aim of this study was to examine risk and protective factors that could help to explain variation in exposure to bullying within this group. A sample of 722 teachers and 119 parents reported on their child's experience of being bullied. This response variable was regressed onto a range of explanatory variables representing individual and contextual factors. The teacher- and parent-rated regression models were statistically significant, explaining large proportions of variance in exposure to bullying. Behaviour difficulties and increased age were associated with bullying in both models. Positive relationships and attending a special school were associated with a decrease in bullying in the teacher model, with use of public/school transport predicting an increase. In the parent model, special educational needs provision at School Action Plus (as opposed to having a Statement of Special Educational Needs) was a significant risk factor, and higher levels of parental engagement and confidence were associated with reductions in bullying. These findings are discussed in relation to the autism spectrum conditions literature, and opportunities for intervention are considered.»...

<< Sommaire
aut.sagepub

Researcher finds genetic identifier that may allow clinicians to determine babies at risk for autism 17/07/2014

«A researcher at Seattle Children's Hospital and Research Institute has found a genetic identifier for autism that includes physical features that may eventually allow clinicians to identify babies who are at risk for autism before they are born. This is the first time a genetic mutation has been linked to autism. Dr. Raphael Bernier, clinical director of Seattle Children's Autism Center and Associate Professor at the University of Washington, who led the research in collaboration with 13 institutions worldwide, has discovered a mutation of the CHD8 gene that, in addition to significantly increasing a child's risk of developing a specific subtype of autism, also causes several physical traits and symptoms that are unique to children with the same subtype of autism. The physical traits - subtle facial features, such as larger heads and prominent foreheads - are features that, combined with confirmation of a CHD8 gene mutation, could allow clinicians to screen babies still in utero for a higher risk of developing autism, much like clinicians now screen for physical and genetic indicators of disorders like Down's Syndrome. "This is a big leap forward in our insight into the causes of autism," said Bernier, who led the study published today in the scientific journal Cell. "It's possible we may be able to look at features in utero and determine a higher risk of autism, possibly even early detection." "For years, parents of children with autism have been telling us the gastrointestinal symptoms are real, but science has been slow to respond. Now, we have clear evidence that in a subgroup of individuals with autism, both the autism symptoms and constipation are a result of the CHD8 disruptions," Bernier said.»
[...]
«Bernier and his team interviewed all 15 cases with CHD8 mutations, and confirmed the findings by working with scientists who study zebrafish, a tropical freshwater fish commonly used in research because of its regenerative abilities. Researchers disrupted the CHD8 gene in the fish, which then developed large heads and wide set eyes. They then fed the fish fluorescent pellets and found that the fish also were constipated and had problems discarding food waste. "For years, parents of children with autism have been telling us the gastrointestinal symptoms are real, but science has been slow to respond. Now, we have clear evidence that in a subgroup of individuals with autism, both the autism symptoms and constipation are a result of the CHD8 disruptions," Bernier said. Bernier said this is the first time researchers have shown a definitive cause of autism to a specific gene mutation. Previously identified gene mutations like Fragile X, which account for a greater number of autism cases, are more often associated with other impairments, such as intellectual disability, than autism. Although less than half a percent of kids with autism will have the CHD8 mutation, Bernier said it is likely one of »...

<< Sommaire
news-medical

Effect of community interventions on social-communicative abilities of preschoolers with autism spectrum disorder 17/07/2014

«Abstract Purpose: To evaluate the effect that different intervention methods have on the social-communicative abilities of children with autism spectrum disorder (ASD) in community settings. Methods: Intervention based on applied behaviour analysis was compared with a more specific intervention programme targeting imitation and joint attention (JA) and with treatment as usual in a sample of 85 children with ASD. Objective measures for imitation, JA, pretend play, language, autism severity and parent report measures were used to assess the effect of six months of intervention. Results: Results revealed no differences between the intervention methods. There was, however, great individual variability in outcome within each treatment method. Conclusion: These results suggest that it is important to focus on "What works for whom" instead of trying to find a one-size-fits-all-treatment for children with ASD.»...

<< Sommaire
informahealthcare

Disney denies allegations that its policies violate Americans with Disabilities Act 16/07/2014

«Disney is calling for the dismissal of a federal lawsuit brought by families of autistic children who are challenging its theme parks' policies. In April, 16 undisclosed families sued Walt Disney Parks and Resorts, saying the theme parks' practices violate the Americans with Disabilities Act, or ADA, because they fail to adequately accommodate visitors with autism. Disney submitted its response last week to the U.S. District Court lawsuit, denying virtually all of the allegations. "Disney Parks have an unwavering commitment to providing an inclusive and accessible environment for all our guests. We fully comply with all ADA requirements and believe that the legal claims are without merit," Suzi Brown, a Disneyland Resort spokeswoman, said in a statement. RELATED: Disney, other recruiters turn to social media, for better and worse The lawsuit stems from a policy, which was changed Oct. 9, to handle the way that disabled visitors can obtain shorter-line passes. The lawsuit seeks an undisclosed amount of money and a reversal of the latest policy. Previously, visitors could get Guest Assistance Cards that allowed them widespread access to the front of ride lines. Because the cards were widely abused, Disney said it changed its practice, replacing them with the Disability Access Service, or DAS, system that allows visitors to obtain one pass at a time for assigned times to board rides.»...

<< Sommaire
ocregister

Autiste, Julien a releve le defi du bac 15/07/2014

«Le jeune homme, atteint de l'autisme d' Asperger, à force de patience et de courage, a décroché son bac à la dernière session. Julien Spadotti peut désormais réaliser l'un de ses rêves : à la rentrée, il attaque une formation en BTS Tourisme, à Foix. La joie de Julien Spadotti est immense. Accompagné de sa soeur Pauline, de ses parents Brigitte et Pierre, de sa cousine Hervelyne et de son AVS Béatrice, il consulte les résultats du Bac, et recueille la preuve tangible que les efforts qu'il a fournis durant tant d'années ont payé. Julien est reçu ! Scène ordinaire pour certains, histoire extraordinaire pour tous ceux qui connaissent Julien et sa famille. En effet, notre jeune bachelier est autiste Asperger. Après un parcours scolaire émaillé de nombreuses épreuves, malheureusement communes à la majorité d'enfants porteurs de handicaps, Julien est déscolarisé en 2008. Des enseignants de l'AEEMA interviennent bénévolement à la maison pour permettre à l'adolescent de conserver un excellent niveau scolaire. En 2010, dans le but de le resocialiser en douceur, Julien intègre une petite classe de terminale L au Lycée de Mirepoix.»
[...]
«Hommage à son instituteur «La réussite de Julien a pour beaucoup dépendu des qualités remarquables d'un enseignant, qui l'a intégré au sein de son école durant tout le primaire.Grâce à Laurent, ses qualités de cœur et d'enseignant remarquables, Julien est resté dans un cursus scolaire classique et a pu évoluer avec des camarades de son âge. Je rappelle qu'il est important pour nos enfants porteurs de pathologies telles que l'autisme, lorsque c'est possible, d'évoluer dans de structures scolaires classiques pour les aider à progressivement, et à intégrer les codes sociaux indispensables à toute vie d'adulte», souligne Brigitte, la maman de Julien. »...

<< Sommaire
ladepeche

* Dysfunctional synapses can lead to autism, epilepsy, substance abuse and depression. 15/07/2014

«In the brains of all vertebrates, information is transmitted through synapses, a mechanism that allows an electric or chemical signal to be passed from one brain cell to another. Chemical synapses, which are the most abundant type of synapse, can be either excitatory or inhibitory. Synapse formation is crucial for learning, memory, perception and cognition, and the balance between excitatory and inhibitory synapses critical for brain function. For instance, every time we learn something, the new information is transformed into memory through synaptic plasticity, a process in which synapses are strengthened and become more responsive to different stimuli or environmental cues. Synapses may change their shape or function in a matter of seconds or over an entire lifetime. In humans, a number of disorders are associated with dysfunctional synapses, including autism, epilepsy, substance abuse and depression. Astrocytes, named for their star-like shape, are ubiquitous brain cells known for regulating excitatory synapse formation through cells. Recent studies have shown that astrocytes also play a role in forming inhibitory synapses, but the key players and underlying mechanisms have remained unknown until now. A new study just published in the journal Glia and available online, details the newly discovered mechanism by which astrocytes are involved in inhibitory synapse formation and presents strong evidence that Transforming Growth Factor Beta 1 (TGF β1), a protein produced by many cell types (including astrocytes) is a key player in this process. The team led by Flávia Gomes of the Rio de Janeiro Institute of Biomedical Sciences at the Federal University of Rio de Janeiro investigated the process in both mouse and human tissues, first in test tubes, then in living brain cells. Previous evidence has shown that TGF β1, a molecule associated with essential functions in nervous system development and repair, modulates other components responsible for normal brain function. In this study, the authors were able to show that TGF β1 triggers N-methyl-D-aspartate receptor (NMDA), a molecule controlling memory formation and maintenance through synaptic plasticity. In the study, the group also shows that TGF β1-induction of inhibitory synapses depends on activation of another molecule - Ca2+/calmodulin-dependent protein kinase II (CaMK2)-, which works as a mediator for learning and memory. "Our study is the first to associate this complex pathway of molecules, of which TGF β1 seems to be a key player, to astrocytes' ability to modulate inhibitory synapses", says Flávia Gomes. The idea that the balance between excitatory and inhibitory inputs depends on astrocyte signals gains strong support with this new study and suggests a pivotal role for astrocytes in the development of neurological disorders involving impaired inhibitory synapse transmission. Knowing the players and mechanisms underlying inhibitory synapses may improve our understanding of synaptic plasticity and cognitive processes and may help develop new drugs for treating these diseases.»...

<< Sommaire
medicalnewstoday

Nimes : cet outil numerique qui seduit les jeunes autistes 15/07/2014

«Un établissement spécialisé de Nimes investit dans des tablettes. Une formule qui a déjà conquis les parents. Plutôt que quatre lourds classeurs : une tablette, légère, nomade et ludique. Emilie, enfant autiste de 8 ans et demi, est conquise. Comme sa maman Nadège, formée aux méthodes d'éducation structurée Pecs et Aba - qui utilisent beaucoup les images pour favoriser l'expression de ces enfants murés dans une forme ou une autre d'incommunicabilité. "Avant, Emilie avait quatre classeurs : un pour son emploi du temps, un pour la communication de ses besoins quotidiens, un pour ses dessins animés et un autre pour les jeux. Ce n'était vraiment pas très pratique. Depuis que tout est dans sa tablette, notre vie est transformée", se réjouit Nadège.»
[...]
«Et c'est d'un très bon œil que la tablette d'Émilie est perçue à l'unité d'accueil spécialisé Passerelles qui prend en charge à Nîmes une vingtaine d'autres jeunes autistes, en accueil de jour ou en Sessad. La structure, qui a au moins l'immense mérite de ne pas regarder de haut l'expertise des parents, va se lancer dans un programme éducatif avec ce support, faire l'acquisition de huit tablettes et songe déjà à étendre l'expérimentation (lire ci-après). Une démarche pas si fréquente dans les établissements de ce type en France mais beaucoup plus courante en Amérique du Nord, où les méthodes très visuelles Pecs, Aba et Teacch ont redonné espoir aux parents et auxquelles la tablette offre un parfait support. "On a des parents qui se sont formés eux-mêmes, qui cherchent, échangent beaucoup sur internet dans les forums de discussion, souligne Géraldine Galtier, chef de service de Passerelles. Notre job, c'est aussi de rester vigilant à l'évolution des connaissances, de ce qui se fait, de ce qui est utile." »...

<< Sommaire
midilibre

Consultations ouvertes - Ministere de l'education nationale, de l'enseignement superieur et de la recherche 13/07/2014

«Consultations ouvertes Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi n°2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations, dite loi DCRA, selon lequel le silence de l'administration, pendant deux mois, sur la demande qui lui est adressée par un usager vaut rejet. Donnez-nous votre avis du 10 au 25 juillet 2014 inclus sur les exceptions et les dérogations à ce nouveau principe. Le principe tel qu'il est désormais inscrit à l'article 21 de la loi du 12 avril 2000 modifié par la loi n°2013-1005 du 12 novembre 2013 habilitant le Gouvernement à simplifier les relations entre l'administration et les citoyens est que le silence gardé par l'administration sur la demande d'un usager pendant deux mois vaut acceptation. Les autorités administratives concernées sont celles qui sont énumérées à l'article 1er de la loi du 12 avril 2000 : Etat, collectivités territoriales, établissements publics à caractère administratif, organismes de sécurité sociale et autres organismes chargés de la gestion d'un service public administratif. Les usagers sont les personnes physiques, (parent d'élève, étudiant, par exemple), et les personnes morales de droit privé (associations, établissements d'enseignement privés, par exemple). En application de l'article 21-I et 21-II de la loi du 12 avril 2000, trois projets de décrets sont soumis à la consultation : le premier projet de décret, pris sur le fondement de l'article 21-II de la loi du 12 avril 2000 ouvre la faculté, lorsque l'urgence ou la complexité de la procédure le justifie, de modifier le délai de deux mois de naissance d'une décision implicite d'acceptation le deuxième projet de décret, pris sur le fondement de l'article 21-I-4° de la loi du 12 avril 2000 prévoit que l'application du principe peut être écartée pour des motifs liés au respect des engagements internationaux et européens de la France, la protection de la sécurité nationale, la protection des libertés et des principes à valeur constitutionnelle et la sauvegarde de l'ordre public le troisième projet de décret, pris sur le fondement de l'article 21-II de la loi du 12 avril 2000 prévoit que des procédures peuvent être écartées de l'application du principe pour des motifs liés aux enjeux de la décision en cause ou à la bonne administration des procédures. Les annexes de ces décrets prennent la forme d'une énumération des demandes que peuvent adresser les usagers au ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche et à ses établissements publics administratifs. Afin de permettre une vision d'ensemble des demandes concernées, ces projets de textes sont accompagnés d'un tableau. Il indique, pour chaque demande recensée, le régime actuel et le régime futur proposé au regard des dispositions de la loi. Sont recensées : les demandes qui basculeront dans le nouveau principe à l'issue d'un délai de silence de l'administration de deux mois les demandes qui basculeront à l'issue d'un silence de l'administration supérieur à deux mois les demandes exceptées du principe soit à l'issue d'un délai de silence de deux mois soit à l'issue d'un délai supérieur les demandes qui ne relèvent pas du champ d'application de la loi La période de consultation ouverte La consultation est ouverte du 10 au 25 juillet 2014 inclus. Cette consultation se substitue aux consultations obligatoires des commissions consultatives. Les documents mis à votre disposition Note de présentation Premier projet de décret - L'article 21-II de la loi du 12 avril 2000 ouvre la faculté, lorsque l'urgence ou la complexité de la procédure le justifie, de modifier le délai de deux mois de naissance d'une décision implicite d'acceptation. Deuxième projet de décret - L'article 21-I-4° de la loi du 12 avril 2000 prévoit que l'application du principe peut être écartée pour des motifs liés au respect des engagements internationaux et européens de la France, la protection de la sécurité nationale, la protection des libertés et des principes à valeur constitutionnelle et la sauvegarde de l'ordre public. Troisième projet de décret - L'article 21-II de la loi du 12 avril 2000 prévoit que des procédures peuvent être écartées de l'application du principe pour des motifs liés aux enjeux de la décision en cause ou à la bonne administration des procédures. Document d'information»...

<< Sommaire
education.gouv

MENH1411625C - Conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap 13/07/2014

«Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie, chancelières et chanceliers des universités, au vice-recteur de Mayotte ; au chef du service de l'éducation de Saint-Pierre-et-Miquelon Textes de référence : article L. 917-1 du code de l'éducation créé par l'article 124 de la loi n° 2013-1278 du 28-12-2013 de finances pour 2014 ; article L. 351-3 du code de l'éducation modifié par l'article 124 de la loi n° 2013-1278 du 28-12-2013 de finances pour 2014 ; article L. 916-2 du code de l'éducation ; décret n° 86-83 du 17-1-1986 modifié ; décret n° 2014-724 du 27-6-2014 ; arrêtés du 27-6-2014 Afin de favoriser la réussite scolaire des élèves en situation de handicap, un groupe de travail présidé par Pénélope Komitès a rendu ses conclusions à l'été 2013 et conclu, notamment, à la nécessité de professionnaliser la fonction d'accompagnant. A cette fin, des mesures visant à offrir aux auxiliaires de vie scolaire une véritable perspective professionnelle ont été annoncées, parmi lesquelles figure l'accès au contrat à durée indéterminée. L'article 124 de la loi du 28 décembre 2013 visée en référence concrétise cet engagement en insérant dans le code de l'éducation l'article L. 917-1 dans un nouveau chapitre intitulé « Dispositions spécifiques relatives aux accompagnants des élèves en situation de handicap ». Parallèlement, les articles L. 351-3 relatif à la scolarisation des élèves en situation de handicap et L. 916-1 relatif aux assistants d'éducation sont modifiés pour tirer les conséquences de ces nouvelles dispositions. Par ailleurs, le point II. de ce même article 124 étend le bénéfice du contrat à durée indéterminée aux assistants d'éducation-auxiliaires de vie scolaire (AED-AVS) maintenus dans leurs fonctions à la rentrée scolaire 2013 bien que parvenus au terme de six années d'engagement. Le titre premier du décret n° 2014-724 du 27 juin 2014 précise les modalités d'application de l'article L. 917-1 du code de l'éducation. Il est complété par un arrêté qui fixe les modalités de la rémunération des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) et un arrêté relatif aux modalités d'appréciation de leur valeur professionnelle. La présente circulaire ne traite pas des dispositions relatives aux AED modifiées par le titre II du décret du 27 juin 2014 et par l'article 2 de l'arrêté de la même date relatif à leur rémunération, qui feront l'objet d'une note spécifique. Elle a pour seul objet de préciser les modalités de mise en oeuvre du nouveau dispositif des AESH comme suit : I - Conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap 1. Recrutement a. Condition de diplôme b. Modalités de recrutement en contrat à durée déterminée c. Modalités de renouvellement de contrat à durée déterminée d. Durée du contrat 2. Accès au contrat à durée indéterminée 3. Conditions d'emploi a. Fonctions exercées et lieux d'exercice b. Temps de travail et quotité de service c. Commission consultative paritaire d. Appréciation de la valeur professionnelle 4. Rémunération 5. Formation 6. Gestion II - Reprise en qualité d'accompagnant des élèves en situation de handicap des personnes exerçant ou ayant exercé les fonctions d'auxiliaire de vie scolaire 1. AED-AVS a. AED-AVS parvenus au terme de six années d'exercice des fonctions b. AED-AVS repris en CDD transitoire (note du 28 aout 2013) c. AED-AVS justifiant de moins de six années d'exercice des fonctions d. AED-AVS ayant exercé d'autres fonctions e. Personnes ayant été engagées successivement par contrat d'AED-AVS et par CUI-CAE 2. Personnes parvenues au terme de deux années d'engagement en CUI-CAE 3. Personnes engagées par les associations III - Accompagnement des personnels en situation de handicap Annexes : Annexe 1. Modèle de CDD Etat Annexe 2. Modèle de CDD EPLE Annexe 3. Modèle de renouvellement de CDD Etat Annexe 4. Modèle de renouvellement de CDD EPLE Annexe 5. Modèle de CDI Annexe 6. Indices de référence Annexe 7. Modèle de compte-rendu de l'entretien professionnel»...

<< Sommaire
education.gouv

LG lance un bracelet connecte pour garder un oeil sur ses enfants 13/07/2014

«LG vient de proposer un nouveau venu au marché des bracelets connectés : le KizON. La particularité du KizON réside dans le fait qu'il est fait pour les enfants et qu'il permettra aux parents de rester en contact et s'assurer de la sécurité des bambins. Le LG KizON n'est certes pas la première montre connectée faite pour les enfants, mais ce n'est pas un segment de marché surexploité comme les montres et bracelets connectés en général. Contrairement à d'autres modèles, le KizON est simplement un bracelet connecté et ne propose pas un écran, mais ses fonctionnalités sont bel et bien présentes et devraient permettre de rassurer les nombreux parents qui sont inquiets à chaque fois que leurs enfants sortent sans eux. La solution du constructeur coréen repose sur la compatibilité de son produit avec divers réseaux, comme la 2G/3G et la WiFi. Le bracelet KizON inclut aussi un GPS, permettant de situer l'enfant en temps réel grâce à l'application dédiée. Un des points forts de ce bracelet reste le bouton d'appel présent sur la montre. Avec le bracelet, l'enfant peut automatiquement appeler un des parents dont le numéro aura été programmé dans le bracelet. Et inversement, les parents peuvent aussi communiquer avec l'enfant. LG a poussé ce détail pour permettre au Kizon de décrocher automatiquement si le porteur ne réceptionne pas l'appel au bous de 10 secondes. Cela permettra aux parents d'entendre ce qui se passe autour de l'enfant.»...

<< Sommaire
francemobiles

Pitch Of the Day: NeuroScanPro and early autism detection 12/07/2014

«What if you could know your child has autism months, and maybe even years, before normal diagnostic testing? Early diagnosis is proven to increase a child with autism's chances of leading more independent lives. But testing can take months, and then getting into a treatment program in Quebec can take even longer. NeuroScanPro is working to identify signs of autism earlier by tracking eye gaze and movement, said co-founder Irene Pylypenko. She has worked with three other co-founders, including Dr. Ofer Avital, to create a video for iPhone and iPad that runs an algorithm in the background to track eye gaze. According to Avital, NeuroScanPro is the first company to patent such a technology. Currently in beta, the app is not yet available to the public. Even so, it's been named the No. 1 project of 55 at Ste-Justine Hospital, which is also one of its partners. Pylypenko met Avital through non-profit health tech organization Hacking Health, and it took off from there. The small team began their project in earnest in early spring, and so they're essentially still in the startup basement. But it has attracted a lot of attention, which will serve them well as they begin fundraising activities in the fall. What's next: NeuroScanPro will seek $1.5 million in funding to conduct validation and clinical studies. It pegs 600 children scanned for every $100K raised.»...

<< Sommaire
blogs.montrealgazette

Creation de cours pour une methode de classe inversee 12/07/2014

«Problématique pédagogique La classe inversée part du principe qu'un élève est le plus souvent en position de récepteur en classe et ne devient acteur que chez lui devant sa leçon à apprendre ou ses exercices à faire. La classe inversée bouleverse ce principe en proposant à l'élève de visionner une vidéo réalisée par le professeur afin d'introduire le cours. Le lendemain, les élèves échangeront sur ce qu'ils ont vu, feront des exercices ensemble, construiront la leçon. Le professeur, plus disponible, pourra ainsi aider les élèves en difficulté pendant la phase d'échange et sera un guide lors de la mise en place de la leçon. Apport du numérique ou présentation de la techno utilisée : Les élèves sont invités à visionner chez eux une « capsule » vidéo réalisée avec Explain everything ou Show me et déposée sur le site du collège : ils remplissent une fiche qui permet d'en résumer le contenu et de lister les questions à poser au professeur ( formulaire Google drive). En classe, les élèves pendant leurs échanges construisent une carte heuristique en groupe qui sera ensuite projetée et sera discutée avec la classe. Enfin, les élèves feront la synthèse du cours en pointant les points importants en créant un « chef d'oeuvre » qui peut prendre la forme d'une trace écrite rédigée sur Evernote, une vidéo explicative montée avec l'application Tellagami ou encore sous la forme d'un podcast audio qui sera mis en ligne sur le site du collège. Relation avec le thème de l'édition : Utilisation du numérique comme moyen de communication aux autres. ( de l'élève à la classe, du professeur à l'élève) Synthèse et apport du retour d'usage en classe : L'inversion permet surtout, selon moi, de modifier la posture de l'enseignant. Plus proche de ses élèves, plus disponible, l'enseignant pourra prendre en charge plus rapidement les élèves en difficultés. L'ambiance de la classe se trouve également modifiée, les élèves s'expriment, travaillent, échangent et surtout produisent. Après plusieurs mois de pratique, les cours sont plus vivants, les élèves viennent en classe avec le sourire et l'envie d'apprendre. Voir le programme complet des ateliers ExplorCamps Voir la biographie de Marie Soulié sur Ludovia 20141 Voir la biographie d'Amélie Mariottat»...

<< Sommaire
ludovia

Language grows in diverse ways in children with autism ... 12/07/2014

«The language abilities of children with autism vary widely in early childhood, but become more predictable after age 6. The results were published 30 May in the Journal of Child Psychology and Psychiatry. It's unclear whether the differences in the children's trajectories is the consequence of biology, early environmental influences such as speech therapy, or both. Either way, the results suggest that the years before age 6 offer a prime window for intervention, the researchers say. Many children with autism have difficulty understanding language or talking with other people, and about 25 percent are nonverbal. But few studies have measured language development in autism over time, so researchers are unsure of the best age at which to intervene or the methods to use. The new study charted language development in 106 children with autism referred to autism clinics for evaluation in the late 1980s and early 1990s. Researchers and parents completed surveys and tests on the children's language skills six times from age 2 to 19. The researchers divided the children into seven groups based on the children's language skills at the initial assessment. The two groups with the lowest language abilities included 55 percent of the children, or 58 individuals, and improved over time, but slowly. Children in both these groups had severe autism symptoms and low verbal and nonverbal intelligence quotients as toddlers. By age 19, the children in the lowest-skill group had the language abilities of a typical 2-year-old child, and those in the second-lowest-skill group had the abilities of a 5-year-old. The five children in the next group, called ...˜late delay,' started out with close to typical language abilities, but fell behind with age. These children did not lose skills, but learned more slowly than their typically developing peers did. By age 19, they had the language skills of a typical 8-year-old child. By contrast, the 24 children in the ...˜catch-up' and ...˜partial catch-up' categories started with poor language skills on par with the two lowest groups, and moderate autism symptoms. But by age 6, these children made rapid gains. The children's language abilities developed uniformly after that and reached the age equivalents of 19 and 11 years old, respectively, by the end of the study. The 19 children in the ...˜near typical' and ...˜mild delay' groups fared the best. As toddlers, they scored similarly to the typically developing children and largely caught up by age 3. Unsurprisingly, they had mild autism symptoms that lessened with time. Just 8 percent of the children in the study achieved typical language levels. Other studies have reported that about 10 percent of children with autism lose their diagnosis with age. Doctors are diagnosing more people at the higher-functioning end of the autism spectrum than they did in the 1980s and ...˜90s, the researchers note, so the percentages in this study may not align with a present-day snapshot. The study also compared the levels of receptive language, the ability to understand the words and gestures of others, with those of expressive language. These two abilities developed at roughly the same rate, but the levels of expressive language tended to outperform receptive abilities, a finding that is in line with other studies.»...

<< Sommaire
sfari

Premontre : un medecin tire la sonnette d'alarme en psychiatrie 10/07/2014

«C'est l'histoire d'un malade. Un malade qui attend depuis 2009 de quitter l'établissement public de santé mentale (EPSM) de Prémontré. Sauf que, pour ce faire, il doit trouver une place dans un « lieu de vie » adapté. « Entre 2009 et le 17 avril 2013, huit refus d'établissements français ont été opposés à [sa] candidature », indique Yves Kaufmant, chef du Service de déchronicisation et réadaptation psychosociale. Aujourd'hui, aucune solution n'a encore abouti. Ce cas n'est pas unique, loin de là. Mais « c'est le plus criant », soulève le praticien. Depuis quelques années déjà, les services psychiatriques tirent la sonnette d'alarme sur le manque de places dans les foyers ou « lieux de vie ». Des établissements adaptés aux personnes qui ne peuvent vivre seules. « Actuellement, on a un certain nombre de patients pour lesquels le séjour n'est pas ou plus requis, signale le chef du service, [...¦] un certain nombre de patients où le séjour est parfois nuisible. » Or, le but du service et de « remettre un certain nombre de patients au travail et de sortir des patients de l'hôpital. » Question de cout ? Du coup, les médecins se tournent vers la Belgique, pays dans lequel se développe ce type d'établissements. Or, le maintien d'un séjour en EPSM coute (pour Prémontré) environ 680 E par jour ; celui dans un « établissement dit médico-social » en Belgique 150 E, selon le médecin. Dans le premier cas, la prise en charge revient à la sécurité sociale (plus le cout de l'hospitalisation laissé au patient) ; dans le second (y compris en France), elle revient à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), qui dépend...¦ du conseil général. Or, selon Yves Kaufmant, c'est au Département que la demande bloque. « On est allés de mensonges en mensonges, de traquenard en traquenard. » Quatre ans de procédure et de dossiers à constituer qui n'auraient mené nulle part. Et pour le médecin-chef, la raison ne doit pas être cherchée bien loin : baisse de budget oblige. Pourtant, le problème devient récurrent pour les malades dès l'âge de 16 ans. Un problème qui n'est pas nouveau, mais qui n'a fait l'objet que « de prévisions à la petite semaine », estime Yves Kaufmant. Non (ou mal) anticipé, il ne fait que s'aggraver. Et les patients concernés, « ce sont des gens très pauvres », souligne le praticien. Qui bénéficient uniquement d'une allocation pour adulte handicapé.»...

<< Sommaire
aisnenouvelle

Handicap : «J'en fais quoi de mon fils ? Je le range dans un placard ?» 09/07/2014

«Les parents d'Elias, ce jeune autiste dont «Libé» a raconté l'histoire, sont toujours sans solution. Ils ont gagné en justice mais la décision n'est pas appliquée. Jusqu'où devront-ils aller ? Comment faire pour que la République française respecte les droits de ses citoyens ? Les parents d'Elias Hamdaoui, cet adolescent autiste dont Libération avait raconté l'histoire, se débattent toujours pour trouver un établissement adapté. Sur le même sujet Récit Un lieu de vie, la quête sans fin d'Elias, autiste Par Marie Piquemal Il y a six mois, la justice leur a pourtant donné raison : le tribunal administratif a reconnu que l'absence de solution de la part des autorités était une atteinte grave aux droits élémentaires d'Elias et de ses parents. Le juge avait alors enjoint aux services de l'Etat d'agir dans un délai de trois mois. C'était le 13 décembre 2013. Depuis, aucune solution pérenne n'a été trouvée. Ecoeurée, la famille vient d'intenter une nouvelle action devant les tribunaux. Interrogé, le ministère assure «suivre de près ce dossier». Elias fait partie des quinze cas identifiés comme critiques par les services de l'Etat, selon le décompte publié ce mercredi. Retour sur une histoire pas si isolée. «On fait quoi maintenant ? Une prise d'otage ?» Elias est un grand garçon. A 15 ans, il chausse du 49, mesure 1,95 m et pèse 140 kg. Jusqu'ici, il se rendait chaque jour à l'institut médical éducatif (IME) du Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis, destiné en principe aux enfants entre 6 et 12 ans. «Ã‡a fait bien longtemps que cette structure n'est plus adaptée pour Elias. Il est en totale régression, bourré de médicaments pour rester tranquille», se désole le père, Driss Hamdaoui. Le directeur de l'établissement a prévenu à plusieurs reprises : Elias doit partir, il sera mis à la porte le cas échéant. Le père se démène pour trouver une place dans un établissement adapté depuis février 2012. Refus sur refus. Il a pourtant tout essayé. Des lettres recommandées en pagaille, des coups de fil acharnés aux autorités...¦ Jusqu'à saisir la justice, en décembre dernier, dans les pas d'Amélie Loquet. En octobre 2013, les parents de cette jeune femme lourdement handicapée avaient obtenu la condamnation de l'Etat à trouver d'urgence une solution. La pression médiatique aidant, les autorités avaient fini par dégoter une structure pour l'accueillir. (1) Elias n'a pas eu cette chance. En décembre dernier, le juge administratif a certes donné raison aux parents, estimant que l'absence de solution mettait en danger sa sécurité et celle de sa famille. Les services de l'Etat avaient jusqu'au mois de mars pour se retourner. «Sauf que le délai de trois mois s'est écoulé, et rien ne s'est passé. Nada. Aucune solution», répète Driss Hamdaoui.»
[...]
«Une décision de justice aux oubliettes Déterminé, Driss Hamdaoui vient de saisir à nouveau la justice. Après le référé-liberté de décembre dernier, il tente cette fois le référé-provision. «Là, l’idée c’est de demander de l’argent, en se disant que ça va peut-être les pousser à bouger», détaille maître Felissi, en charge du dossier. Mais comment expliquer que l’ordonnance du juge rendue en décembre ne soit pas respectée ? «Parce que tout le monde s’en fiche ! Dans notre pays, des décisions de justice ne sont pas appliquées et personne ne s’en émeut», répond-il, excédé. «C’est comme la décision de renvoyer Elias de l’établissement à compter du 13 juillet. Sur le plan du droit, aucun directeur ne peut virer un enfant sans alternative derrière ! Cela va à l’encontre du principe général de continuité de prise en charge.» Pourtant, les cas d’enfants ou d’adultes qui pour une raison ou une autre, se retrouvent expulsés quasiment du jour au lendemain de leur structure sont nombreux. Maître Felissi collectionne les affaires depuis vingt ans. Très impliqué dans la défense des personnes handicapées, il avait notamment défendu le cas d’Amélie Loquet. «Je continuerai, prévient-il. Si à la rentrée, Elias n’a pas de place, on ira au pénal pour mise en danger de la vie d’autrui.» La sienne et celle de ses parents. Combien de cas comme Elias ? A l’automne dernier, l’affaire Amélie Loquet avait nourri des espoirs. Des familles, esseulées et sans solution pour leur proche, avaient retrouvé un peu confiance. La condamnation de l’Etat semblait avoir secoué les autorités. Carlotti, la ministre de l’époque, avait annoncé un «plan» pour les «cas d’urgence». «Il faut que cette histoire aide les autres derrière elle. Amélie aura été utile», avait-elle dit dans l’émotion. Neuf mois après, quel bilan ? Ce mercredi matin, les premiers chiffres vont être rendus public. Entre novembre et mai, 70 dossiers sont «remontés dans la cellule de crise mise en place», indique le ministère. Dans le lot, quinze ont été identifiés comme «critiques» : dix ont nécessité l’intervention de l’Etat et ont été résolus, et cinq sont «en voie de l’être». »...

<< Sommaire
liberation

L'enfant autiste de Francis Perrin au coeur d'un telefilm Actu - Tele 2 Semaines 08/07/2014

«L'histoire du comédien et de son enfant autiste a donné lieu à une fiction qui sera tournée à la fin de l'année. C'est le combat de sa vie. Acteur populaire, Francis Perrin est le papa d'un jeune garçon, Louis, qui a été diagnostiqué autiste dès l'âge de 3 ans. Une histoire qu'il a racontée dans le livre Louis, pas à pas, écrit avec sa femme et paru aux éditions J.C Lattès en avril 2012. Cette histoire va être adaptée sur le petit écran, dans un téléfilm réalisé par Renaud Bertrand, avec au casting Bernard Campan, Julie-Marie Parmentier et Marie-Anne Chazel. Il sera tourné aux mois d'octobre et novembre et diffusé sur France 2 en 2015. Voici le résumé de ce téléfilm : « Une jeune comédienne tombe follement amoureuse d'un comédien de 30 ans son ainé. Leur premier enfant arrive, pour leur bonheur. Très vite, ils se rendent compte que, contrairement aux propos apaisants des pédiatres et médecins de tous poils, quelque chose ne va pas. Il faudra deux ans avant qu'un diagnostique d'autisme tombe. Pas à pas, c'est le couple en grande détresse que nous avons choisi de suivre. Toujours soudé malgré l'impossibilité de travailler pour la mère, l'abandon de sa carrière, les nuits sans sommeil, l'alcool pour lui. Soutenu par la famille, lâché par les proches souvent, le couple se réjouit néanmoins de l'annonce d'une nouvelle grossesse. »»...

<< Sommaire
programme

Une course contre l'autisme ? ou pour la scolarisation des enfants autistes en milieu ordinaire. 08/07/2014


«Il va parcourir 745 km, du 13 au 28 juillet, dans le seul objectif de sensibiliser le grand public à la scolarisation des enfants autistes en milieu ordinaire. Gwen Le Ny est CPE dans le Finistère. Il a débuté son parcours professionnel avec l'accueil d'un élève atteint du syndrome d'Asperger, qui poursuit désormais son cursus en BTS informatique. Le collège et lycée Saint-Sébastien de Landerneau accueille aujourd'hui une douzaine d'enfants autistes, scolarisés avec les autres élèves. Aussi passionné de course à pied que motivé par la nécessité de scolariser ces enfants, Gwen Le Ny s'est engagé dans ce grand marathon. A ses côtés, l'association bretonne Asperansa, rejointe par l'association béarnaise TED et TSA vont à l'école. Cette association milite sur le territoire depuis plusieurs années pour la scolarisation d'enfants autistes dans les écoles, les collèges et les lycées et accompagnera, à la rentrée, la scolarisation de 12 de ces enfants. Gwen Le Ny est attendu le 16 juillet à Nay, au cours de sa 4e étape de 52 km entre Arette et Bruges. Entre 16 heures et 19 heures, un stand permettra de mieux connaitre les actions et les projets en faveur de ces jeunes.»...

<< Sommaire
sudouest

Risperdal Lawsuits for Gynecomastia Page Launched In Response to Growing Risperdal Gynecomastia Litigation by The Oliver Law Group P.C. 08/07/2014

«The Oliver Law Group P.C. a harmful drug law firm, announces that they have launched a Risperdal lawsuit for Gynecomastia page in response to the growing Risperdal gynecomastia litigation underway in Pennsylvania state court. Court documents indicate that hundreds of Risperdal lawsuits have been filed in the Philadelphia Court of Common Pleas on behalf of men and boys who allegedly developed gynecomastia due to their use of the atypical antipsychotic drug. (In Re: Risperdal Litigation, Case ID. 100300296) According to the Risperdal lawsuits, gynecomastia is a condition marked by the excessive growth of breast tissue in men and boys. Symptoms of the disorder include: Enlarged breasts Pain and swelling in breasts Nipple discharge Galactorrhea (production of milk in the breasts) According to the claims pending in Pennsylvania, Risperdal is an antipsychotic medication used to treat a number of psychiatric conditions in adults and children, including schizophrenia, bipolar disorder, and irritability due to autism. The drug was brought to market in 1993, but its first pediatric indications were not approved until 2006. Plaintiffs in Risperdal gynecomastia lawsuit claims allege that use of the medication can increase the production of prolactin by the pituitary gland. Prolactin, a hormone related to breast development and lactation in women, is linked to the development of gynecomastia in men and boys. In some cases, plaintiffs are alleged to have developed breasts as large as D-cups, and required liposuction or mastectomy to remove excessive breast tissue. In addition to medical bills, the alleged victims of Risperdal gynecomastia claim that they endured severe pain and emotional distress as a result of the condition. The Risperdal lawsuits also claim that Johnson & Johnson and Janssen Pharmaceuticals were aware of the link between gynecomastia and Risperdal, but concealed that knowledge from the public. Finally, plaintiffs allege that the companies promoted the off-label use of Risperdal in children long before such uses were approved in 2006. According to The Oliver Law Group, Risperdal gynecomastia lawsuits are not the only legal claims to raise questions about the marketing tactics used by Johnson & Johnson and Janssen to drive sales of the drug. In November 2014, the companies agreed to pay $2.2 billion to settle charges of false marketing, and paying doctors and nursing homes kickbacks for promoting Risperdal and other drugs for unapproved use. Among other things, the government accused the drug makers of marketing Risperdal for unapproved pediatric uses. The agreement was one of the largest relating to healthcare fraud in the nation's history. The Oliver Law Group is offering free Risperdal lawsuit reviews to men who allegedly suffered gynecomastia, including those whose excess breast growth required surgical intervention. Free legal evaluations are also being offered to families of boys who allegedly experienced excessive breast growth due to their use of Risperdal. To learn more about filing a Risperdal lawsuit, please contact our office by calling 800-939-7878 today.»...

<< Sommaire
digitaljournal

Le formidable geste d'un ado pour son frere autiste 08/07/2014

«"Je ne serais pas la même personne sans lui." © Capture d'écran. Austin Coppola a été diplômé de la Fairfort High School, à New York. L'adolescent a refusé de monter sur le podium si son frère jumeau, Ty, atteint du syndrome de Down, ne l'accompagnait pas. Austin a expliqué à sa mère que Ty méritait la même reconnaissance et les mêmes louanges que lui. "Il a travaillé plus dur que moi, il a eu plus de challenges à relever. J'ai travaillé dur pour avoir mon diplôme mais il a travaillé bien plus dur d'une manière différente", a-t-il confié. Le 26 juin, Austin et son frère, qui portait lui aussi la robe et le chapeau traditionnels, se sont présentés main dans la main face aux nombreux étudiants qui se sont levés d'un même geste pour les ovationner. "Ce sera probablement l'un des moments les plus mémorables de ma vie et ça signifie beaucoup pour moi que Ty ait pu le partager avec moi", a déclaré Austin. "Je suis sur d'être une bien meilleure personne avec lui dans ma vie. Je ne serais pas le même sans lui."»...

<< Sommaire
7sur7

Autisme : vers l'ouverture d'une structure specialisee en Corse ? L'actu L'info - Alta Frequenza 07/07/2014

«- La méthode A.B.A avance, en Corse aussi. Cette méthode, basée sur l'analyse du comportement appliquée, a pour but de venir en aide aux enfants qui souffrent de retard dans les acquisitions de la vie courante. Aujourd'hui cependant, les séances A.B.A ne sont toujours pas prises en charge par l'Etat, ce qui implique pour les parents, d'incessants aller-retour sur le continent, avec les conséquences financières et familiales que cela sous entend. C'est pour cela que l'association Dinedilou a décidé il y a plus de trois ans de prendre à bras le corps cette problématique. Aujourd'hui, un projet est à l'étude, « Bulle d'espoir », qui consisterait à l'ouverture en Corse d'une structure permettant l'efficacité pleine et entière de ce traitement A.B.A, et qui soulagerait grandement enfants et parents à plusieurs niveaux. Les explications de Sylvie Spano, présidente de l'association Dinedilou.»...

<< Sommaire
alta-frequenza

Education: un rapport interne dresse un sombre autoportrait | Mediapart 06/07/2014

«Mediapart publie l'intégralité du dossier confidentiel remis au nouveau ministre de l'éducation nationale. C'est un bilan sans fard des réformes engagées: le collège est en pleine crise, la création de 60 000 postes n'est pas acquise, les équations budgétaires sont intenables. Ce document préfigure ce qui devrait se passer sur le front de l'éducation ces trois prochaines années. Au fil des pages se dessine aussi une administration qui peine à hiérarchiser ses priorités, comme noyée dans le suivi d’une myriade de programmes accumulés au cours du temps, à l’image des coûteux « internats d’excellence » créés sous Sarkozy, si critiqués et néanmoins maintenus. Si le ministère est celui qui s’en est le mieux sorti dans l’austérité générale, ce rapport révèle une administration qui ne cesse de s’inquiéter pour le financement de telle ou telle mesure et paraît fonctionner avec des économies de bouts de chandelle : rognant sur la formation des assistants pour les élèves handicapés ou sur l’aide financière aux élèves.»
[...]
« Au fil des pages se dessine aussi une administration qui peine à hiérarchiser ses priorités, comme noyée dans le suivi d’une myriade de programmes accumulés au cours du temps, à l’image des coûteux « internats d’excellence » créés sous Sarkozy, si critiqués et néanmoins maintenus. Si le ministère est celui qui s’en est le mieux sorti dans l’austérité générale, ce rapport révèle une administration qui ne cesse de s’inquiéter pour le financement de telle ou telle mesure et paraît fonctionner avec des économies de bouts de chandelle : rognant sur la formation des assistants pour les élèves handicapés ou sur l’aide financière aux élèves. xxxx S’agissant des contrats uniques d’insertion (CUI), ces emplois de vie scolaire créés pour « renforcer la présence d’adultes dans les établissements », assister les élèves handicapés, les directions d’école, le rapport note que « le renouvellement du contingent de 22 000 CUI au 1er juillet 2014 n’est pas assuré à ce jour ». Par ailleurs, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes, « les crédits formation des contrats aidés sont insuffisants pour poursuivre les actions initiées à la rentrée 2013. xxxx La scolarisation des élèves handicapés : de fortes inégalités Alors que le ministère a beaucoup communiqué sur sa politique de résorption de la précarité pour les personnels accompagnant les élèves handicapés, on apprend que leur formation a été sérieusement passée au rabot : « Le comité interministériel du handicap (CIH) dans une de ses mesures prévoyait la mise en place de 220 heures de formation pour les personnels recrutés en contrats aidés. Les arbitrages budgétaires n’ont pas permis de financer la mesure en l’état. Le temps de formation est finalement fixé à 120 heures. » Par ailleurs, « la coordination de l’offre entre l’éducation nationale et le secteur médico-social apparaît insuffisante, aboutissant à des inégalités territoriales fortes ». »...

<< Sommaire
mediapart

Autism-associated neuroligin-3 mutations commonly impair striatal circuits to boost repetitive behaviors. 06/07/2014

«Abstract In humans, neuroligin-3 mutations are associated with autism, whereas in mice, the corresponding mutations produce robust synaptic and behavioral changes. However, different neuroligin-3 mutations cause largely distinct phenotypes in mice, and no causal relationship links a specific synaptic dysfunction to a behavioral change. Using rotarod motor learning as a proxy for acquired repetitive behaviors in mice, we found that different neuroligin-3 mutations uniformly enhanced formation of repetitive motor routines. Surprisingly, neuroligin-3 mutations caused this phenotype not via changes in the cerebellum or dorsal striatum but via a selective synaptic impairment in the nucleus accumbens/ventral striatum. Here, neuroligin-3 mutations increased rotarod learning by specifically impeding synaptic inhibition onto D1-dopamine receptor-expressing but not D2-dopamine receptor-expressing medium spiny neurons. Our data thus suggest that different autism-associated neuroligin-3 mutations cause a common increase in acquired repetitive behaviors by impairing a specific striatal synapse and thereby provide a plausible circuit substrate for autism pathophysiology.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Modeling a Genetic Risk for Schizophrenia in iPSCs and Mice Reveals Neural Stem Cell Deficits Associated with Adherens Junctions and Polarity. 06/07/2014

«Abstract Defects in brain development are believed to contribute toward the onset of neuropsychiatric disorders, but identifying specific underlying mechanisms has proven difficult. Here, we took a multifaceted approach to investigate why 15q11.2 copy number variants are prominent risk factors for schizophrenia and autism. First, we show that human iPSC-derived neural progenitors carrying 15q11.2 microdeletion exhibit deficits in adherens junctions and apical polarity. This results from haploinsufficiency of CYFIP1, a gene within 15q11.2 that encodes a subunit of the WAVE complex, which regulates cytoskeletal dynamics. In developing mouse cortex, deficiency in CYFIP1 and WAVE signaling similarly affects radial glial cells, leading to their ectopic localization outside of the ventricular zone. Finally, targeted human genetic association analyses revealed an epistatic interaction between CYFIP1 and WAVE signaling mediator ACTR2 and risk for schizophrenia. Our findings provide insight into how CYFIP1 regulates neural stem cell function and may contribute to the susceptibility of neuropsychiatric disorders.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

How far can mice carry autism research? 06/07/2014

«Abstract In the face of growing controversy about the utility of genetic mouse models of human disease, Rothwell et al. report on a shared mechanism by which two different neuroligin-3 mutations, associated with autism spectrum disorders in humans, produce an enhancement in motor learning. The open question is how much we can learn about human ills from such models.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Study reveals that iPads help improve verbal skills of children with ASD 06/07/2014

«Los Angeles - A recent study indicates that iPads help to improve the oral communication skills of children on the spectrum. Researchers at the Semel Institute for Neuroscience and Human Behaviour have revealed that use of the device by primary school-aged children improves the efficacy of traditional therapy. Those conducting the study followed participants for a period of three years using a control group comprised of children who did not have access to iPads in order to compare results. They found that more than 80% of the primary groups' participants showed a 25% improvement in verbal communication ability. Conversely, researchers noted that the children who were provided with the iPad following 3 months of stagnant progression did not improve to the same degree as those who had been given one from the outset. Thus, as with all therapies related to ASD, early intervention plays a key role in the overall prognosis of a child who has the disorder. Researchers warn that the iPad must be used in addition to an established program and should not replace it. Dr. Ruth Milanaik, a New York physician asserts that the iPad is "simply a tool" and that it was "an adjunct" to other treatment. Further studies are being planned. The original study was published last month in Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry. Autism Daily Newscast reported on similar findings in a story published in January this year.»...

<< Sommaire
autismdailynewscast

Publication bias in studies of an applied behavior-analytic intervention: An initial analysis - Sham - 2014 - Journal of Applied Behavior Analysis 06/07/2014

«Publication bias arises when studies with favorable results are more likely to be reported than are studies with null findings. If this bias occurs in studies with single-subject experimental designs (SSEDs) on applied behavior-analytic (ABA) interventions, it could lead to exaggerated estimates of intervention effects. Therefore, we conducted an initial test of bias by comparing effect sizes, measured by percentage of nonoverlapping data (PND), in published SSED studies (n...‰=...‰21) and unpublished dissertations (n...‰=...‰10) on 1 well-established intervention for children with autism, pivotal response treatment (PRT). Although published and unpublished studies had similar methodologies, the mean PND in published studies was 22% higher than in unpublished studies, 95% confidence interval (4%, 38%). Even when unpublished studies are included, PRT appeared to be effective (PND...‰M...‰=...‰62%). Nevertheless, the disparity between published and unpublished studies suggests a need for further assessment of publication bias in the ABA literature.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Efficacy of behavioral interventions for reducing problem behavior in persons with autism: An updated quantitative synthesis of single-subject research. 06/07/2014

«Abstract Problem or challenging behaviors are highly prevalent among persons with autism and bring along major risks for the individual with autism and his/her family. In order to reduce the problem behavior, several behavioral interventions are used. We conducted a quantitative synthesis of single-subject studies to examine the efficacy of behavioral interventions for reducing problem behavior in persons with autism. Two hundred and thirteen studies representing 358 persons with autism met the inclusion criteria and were included in the statistical analyses. Overall, we found that behavioral interventions were on average effective in reducing problem behavior in individuals with autism, but some interventions were significantly more effective than others. The results further showed that the use of positive (nonaversive) behavioral interventions was increasing over time. The behavioral interventions were on average equally effective regardless of the type of problem behavior that was targeted. Interventions preceded by a functional analysis reduced problem behavior significantly more than interventions not preceded by a functional analysis. Finally, treatment and experimental characteristics, but not participant characteristics, were statistically significant moderators of the behavioral treatment effectiveness.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Question Sénat Statut de l'aidant familial dans le cadre de la prestation de compensation du handicap 04/07/2014

«Question écrite n° 12343 de Mme Maryvonne Blondin (Finistère - SOC) publiée dans le JO Sénat du 03/07/2014 - page 1600 Mme Maryvonne Blondin interroge Mme la secrétaire d'Etat, auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion sur la question de la fiscalisation de la prestation de compensation du handicap (PCH) et, en particulier, sur la situation de l'aidant familial dédommagé. Cette disposition particulière n'existe que dans le cadre de la PCH et est encadrée par le code de l'action sociale et des familles, notamment à son article L. 245-12. Ce statut reconnait financièrement l'aide apportée à une famille et prend ainsi en compte, par une majoration, une cessation partielle ou totale d'activité pour un aidant. La PCH est une prestation exonérée de l'impôt. Ce dédommagement est donc reconnu par les services fiscaux comme un revenu non professionnel et non commercial. Cette distinction entraine alors la possible fiscalisation de ces revenus, dès lors qu'ils sont perçus par un aidant familial. Ce dernier doit donc déclarer non pas la PCH mais bien les sommes perçues en tant qu'aidant, faute de quoi il risque de se trouver en délicatesse avec les services fiscaux. De plus, suite à une évolution réglementaire récente, ces sommes sont soumises aux prélèvements de contribution sociale généralisée (CSG) et de contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS), ce qui met en difficulté de nombreuses familles. Elle souhaiterait donc savoir s'il serait possible d'envisager la mise en place d'un dispositif d'exonération totale des sommes perçues dans ce cadre précis et selon des critères à définir avec les principaux acteurs. En attente de réponse du Secrétariat d'Etat, auprès du ministère des affaires sociales et de la santé, chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion»...

<< Sommaire
senat

Le cas d'un enfant autiste devant le Conseil d'Etat 04/07/2014


«Comment garantir le droit de son enfant autiste à bénéficier d'un accompagnement de qualité en milieu scolaire...‰? Cette question, Guy Coslado se la pose depuis le 26 juin 2013. Ce jour-là, il y a presque un an, la Commission départementale des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) de l'Indre octroie à son fils, scolarisé dans la Vienne, un quota hebdomadaire de 21 heures d'accompagnement en milieu scolaire. Une durée nettement inférieure aux 34 heures que nécessite le temps scolaire, la cantine et les activités périscolaires mises en place à la rentrée 2013. Les parents de Ianis qui se sont battus pour obtenir la scolarisation de leur enfant en milieu « normal », se lancent alors dans une bagarre qui les a conduits en juin jusqu'au Conseil d'Etat. Il a prononcé ses premiers mots Pourquoi aller saisir la plus haute juridiction administrative...‰? Parce que la lenteur du cheminement du dossier de Ianis ne cadre pas avec les impératifs liés à sa scolarisation. Après avoir successivement saisi une instance de conciliation, le tribunal du contentieux de l'incapacité (TCI) puis le juge des référés du tribunal administratif de Limoges, les parents du jeune autiste en sont toujours à attendre une décision concernant l'année scolaire 2013-2014... « On a compensé nous-mêmes ce qui ne nous a pas été accordé mais je ne peux pas accepter que la loi pose ainsi un verrou à la scolarisation des enfants autistes, s'insurge M. Coslado. Mon gamin a besoin d'une auxiliaire de vie scolaire pour l'accompagner pendant l'intégralité du temps passé à l'école. Or, la décision de limiter sa prise en charge à 21 heures par semaine est incompatible avec cet impératif. » Aux dires de son père, cela est d'autant plus dommageable pour Ianis que l'enfant, handicapé à 80...‰%, est en net progrès. Constatant la lenteur de l'unique procédure de recours mise à sa disposition, c'est donc à la loi qu'a choisi de s'attaquer le père de famille. D'où le pourvoi devant le Conseil d'Etat afin que celui-ci transmette au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité (QPC).» [...]
«Le pourvoi a été rejeté Guy Coslado dénonçait en l'espèce l'impossibilité pour les mineurs d'avoir recours à une procédure d'urgence pour contester une décision émanant de la commission départementale des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Il avait donc saisi le Conseil d'État au motif que le principe d'égalité, le droit au recours effectif et le principe d'égal accès à l'instruction et à la liberté d'enseignement contenus dans la Constitution étaient bafoués par la loi. Mais les magistrats du Palais royal n'ont pas eu la même lecture du dossier. Ils ont rejeté l'ensemble des griefs avancés par le père du jeune autiste et jugé en conséquence qu'il était inutile de transmettre sa demande au Conseil constitutionnel. Ce faisant, les juges ont estimé en creux qu'il existait déjà des voies de recours. »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Le cas d'un enfant autiste devant le Conseil d'Etat 04/07/2014


«Comment garantir le droit de son enfant autiste à bénéficier d'un accompagnement de qualité en milieu scolaire...‰? Cette question, Guy Coslado se la pose depuis le 26 juin 2013. Ce jour-là, il y a presque un an, la Commission départementale des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) de l'Indre octroie à son fils, scolarisé dans la Vienne, un quota hebdomadaire de 21 heures d'accompagnement en milieu scolaire. Une durée nettement inférieure aux 34 heures que nécessite le temps scolaire, la cantine et les activités périscolaires mises en place à la rentrée 2013. Les parents de Ianis qui se sont battus pour obtenir la scolarisation de leur enfant en milieu « normal », se lancent alors dans une bagarre qui les a conduits en juin jusqu'au Conseil d'Etat. Il a prononcé ses premiers mots Pourquoi aller saisir la plus haute juridiction administrative...‰? Parce que la lenteur du cheminement du dossier de Ianis ne cadre pas avec les impératifs liés à sa scolarisation. Après avoir successivement saisi une instance de conciliation, le tribunal du contentieux de l'incapacité (TCI) puis le juge des référés du tribunal administratif de Limoges, les parents du jeune autiste en sont toujours à attendre une décision concernant l'année scolaire 2013-2014... « On a compensé nous-mêmes ce qui ne nous a pas été accordé mais je ne peux pas accepter que la loi pose ainsi un verrou à la scolarisation des enfants autistes, s'insurge M. Coslado. Mon gamin a besoin d'une auxiliaire de vie scolaire pour l'accompagner pendant l'intégralité du temps passé à l'école. Or, la décision de limiter sa prise en charge à 21 heures par semaine est incompatible avec cet impératif. » Aux dires de son père, cela est d'autant plus dommageable pour Ianis que l'enfant, handicapé à 80...‰%, est en net progrès. Constatant la lenteur de l'unique procédure de recours mise à sa disposition, c'est donc à la loi qu'a choisi de s'attaquer le père de famille. D'où le pourvoi devant le Conseil d'Etat afin que celui-ci transmette au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité (QPC).» [...]
«Le pourvoi a été rejeté Guy Coslado dénonçait en l'espèce l'impossibilité pour les mineurs d'avoir recours à une procédure d'urgence pour contester une décision émanant de la commission départementale des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Il avait donc saisi le Conseil d'État au motif que le principe d'égalité, le droit au recours effectif et le principe d'égal accès à l'instruction et à la liberté d'enseignement contenus dans la Constitution étaient bafoués par la loi. Mais les magistrats du Palais royal n'ont pas eu la même lecture du dossier. Ils ont rejeté l'ensemble des griefs avancés par le père du jeune autiste et jugé en conséquence qu'il était inutile de transmettre sa demande au Conseil constitutionnel. Ce faisant, les juges ont estimé en creux qu'il existait déjà des voies de recours. »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Eleves handicapes : de bonnes nouvelles pour la rentree ! 04/07/2014

«Benoit Hamon, ministre de l'Education nationale, se félicite de la publication du décret permettant la « cédéisation », à terme, de plus de 28 000 agents qui accompagnent les élèves en situation de handicap. Adieu les AVS (auxiliaires de vie scolaire), on les appelle désormais AESH. La fin d'une aberration ? La mise en oeuvre de ce décret (N° 2014-724 du 27 juin 2014 relatif aux conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap) publié le 29 juin 2014, permet de proposer un contrat à durée indéterminée (CDI) à ces assistants d'éducation qui exercent les missions d'auxiliaire de vie scolaire (AVS), au fur et à mesure de leur arrivée à l'échéance de six ans d'exercice en contrat à durée déterminée. Ceci met fin à l'aberration qui les contraignait jusqu'alors à cesser leur activité au terme de cette période. Une formation validée par un diplôme C'était un engagement pris par le Président de la République : le métier qu'accomplissent ces personnels est désormais reconnu et valorisé pour leur offrir de véritables perspectives professionnelles. Les personnels recrutés en CDI pourront bénéficier d'une formation validée par un nouveau diplôme des métiers de l'accompagnement du secteur social : celui d'« accompagnant d'élèves en situation de handicap » (AESH). 350 nouveaux AESH Parallèlement à cette démarche de professionnalisation, 350 nouveaux emplois d'AESH seront créés pour la rentrée 2014. Des progrès et davantage de garanties dans l'accompagnement réclamés depuis longtemps par toutes les parties et en particulier par les parents. Mais la question est de savoir si ces centaines d'emploi suffiront à combler la pénurie d'accompagnants qui prive chaque année des « milliers » d'élèves handicapés de rentrée ? Réponse en septembre !»...

<< Sommaire
informations.handicap

Accompagnement des eleves handicapes : les AESH remplacent les AVS 03/07/2014

«En septembre, les accompagnants d'élèves en situation de handicap vont faire leur première rentrée scolaire. Ces AESH interviendront en lieu et place des auxiliaires de vie scolaire (AVS). Un décret, paru vendredi 27 juin, et une circulaire, envoyée aux recteurs d'académie, précisent les modalités de ce nouveau dispositif. 1 440 E brut pour un CDI à temps plein Les AESH seront recrutés en contrat à durée déterminée (CDD) de trois ans maximum, renouvelables deux fois. A l'issue de six années de contrat, ils seront reconduits automatiquement en contrat à durée indéterminée (CDI). Seule condition exigée : « les six années d'exercice effectif des fonctions doivent avoir été accomplies de manière continue, ou discontinue si les interruptions entre deux contrats sont inférieures ou égales à quatre mois. » Le temps plein sera rémunéré 1 440 E bruts par mois, mais le temps partiel s'appliquera à la plupart des postes. Un CDI au terme de six années de CDD Les AVS actuellement en poste sous contrat d'assistant d'éducation se verront proposer ce CDI, lorsqu'ils auront effectué six ans de service. Les années déjà réalisées seront comptabilisées au même titre que celles restant à accomplir sous CDD d'AESH. Les personnes dont les contrats n'avaient pas été renouvelés, car elles avaient atteint la durée maximum possible, « peuvent être réengagées (...¦) directement en CDI », précise la circulaire. Enfin, les AVS sous contrat unique d'insertion (CUI) pourront être engagés en CDD d'AESH. Ils accéderont au CDI au terme de ces six années de CDD. Un bien long parcours...¦ Franck Seuret - Photo Mica A lire aussi :
• Un décret va préciser la nouvelle organisation de l'accompagnement scolaire des élèves handicapés - Auxiliaires de vie scolaire pour enfants handicapés : une réforme au milieu du gué - Ecole : le rapport Komités recommande le recrutement d'accompagnants de jeunes handicapés, formés, diplômés et à durée indéterminée»...

<< Sommaire
faire-face

Le pourvoi du pere de Ianis rejete par le Conseil d'Etat }- 03/07/2014 - La Nouvelle Republique Indre 03/07/2014

«Le père du jeune enfant autiste estimait que les libertés de son fils, dont la prise en charge aurait été sous-évaluée, avaient été bafouées (NR du 25 juin). Le cas de Ianis, jeune Indrien scolarisé dans la Vienne, ne sera pas examiné par le Conseil constitutionnel. Guy Coslado, le père de cet enfant, auquel la commission départementale des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) de l'Indre avait octroyé 21 heures d'accompagnement en milieu scolaire en lieu et place des 34 nécessaires à sa prise en charge, avait choisi de saisir la justice pour faire valoir les droits de son fils. Guy Coslado dénonçait en l'espèce l'impossibilité pour les mineurs d'avoir recours à une procédure d'urgence pour contester une décision émanant de la CDAPH. Il avait donc saisi le Conseil d'Etat au motif que le principe d'égalité, le droit au recours effectif et le principe d'égal accès à l'instruction et à la liberté d'enseignement contenus dans la Constitution étaient bafoués par la loi. Ainsi que les y avait invités le rapporteur public lors de l'audience du 12 juin, les magistrats du Palais royal n'ont pas eu la même lecture du dossier. Ils ont rejeté l'ensemble des griefs avancés par le père du jeune autiste et jugé en conséquence qu'il était inutile de transmettre sa demande au Conseil constitutionnel. Ce faisant, les juges ont estimé en creux qu'il existait déjà des voies de recours.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Sante & Handicaps - Concours Handicaps et Territoires - Region Poitou-Charentes 03/07/2014

«La Région Poitou-Charentes a adopté, le 15 décembre 2008, l'Agenda 22 du Poitou-Charentes, avec pour objectif d'améliorer l'accessibilité pour tous aux équipements, services et activités, au plus près du territoire, par la prise en compte de tous les types de handicap (moteur, visuel, auditif, mental, psychique, cognitif...). Dans ce cadre, elle a créé le concours « Handicaps et Territoires » qui accompagne les initiatives exemplaires. Le concours régional « Handicaps et Réussites » devient concours régional "Handicaps et Réussites". Il est un rendez-vous désormais annuel. Créé en 2009, il s'inscrit dans la politique volontariste menée par la Région dans le champ du handicap depuis 2004 et la dynamique engagée autour de « L'Agenda 22 Poitou-Charentes ». Il récompense les initiatives innovantes réalisées en direction des personnes en situation de handicap, en Poitou-Charentes, par des collectivités publiques et/ou des associations. En 2014, le concours évolue. L'ensemble des prix ont été remaniés et trois prix supplémentaires ont été créés. Donc au total 9 prix qui se déclinent comme suit : Prix « Un autre regard » de 3 000 E, destiné à récompenser une association, une commune, une communauté de communes, une communauté d'agglomération, un pays, ou un établissement d'enseignement, de formation, de santé ou médico-social qui aura mis en place une action exemplaire contribuant à faire changer le regard sur le handicap ;»...

<< Sommaire
poitou-charentes

Evaluation de la qualite de vie familiale 02/07/2014

«Dans le cadre d'une recherche menée à l'Université de Strasbourg sur la qualité de vie des familles, nous vous serions reconnaissants de prendre quelques minutes pour répondre à ce questionnaire. Les questions concernent des aspects que des centaines de familles ont dit être importants pour une bonne qualité de vie (Hoffman, Marquis, Poston, Summers, et Turnbull, 2006). Les données que nous recueillons permettent de comparer la qualité de vie des familles ayant un enfant porteur d'un handicap et d'autres familles. Veuillez noter que pour participer à cette étude, il faut être parent d'au moins un enfant âgé entre 3 et 18 ans et vivre en France (Métropolitaine ou Dom et Tom). Plusieurs personnes d'une même famille peuvent répondre (parents, beaux-parents). Le temps passé à répondre à ce questionnaire ne devrait pas dépasser 10 minutes.»...
https://docs.google.com/forms/d/12RQVNthF1AF7WtYF4hBPUJY9hSxRzSQAej7z8mPu3RU/viewform?edit_requested=true

<< Sommaire
unknown

Marisol Touraine lance www.transparence., un site Internet unique sur les liens d'interets entre entreprises et professionnels de sante 02/07/2014

«Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a lancé aujourd'hui la base de données publique Transparence-Santé, accessible à l'adresse www.transparence.sante.gouv.fr, qui répertorie l'ensemble des liens d'intérêts entre les entreprises qui commercialisent des produits de santé ou cosmétiques et les professionnels de santé. Prévue par le décret dit « Sunshine Act », cette initiative importante concrétise l'engagement de la ministre en faveur de la transparence et de la prévention des conflits d'intérêts dans le secteur de la santé. Pour concevoir, développer et vendre leurs produits, les entreprises sont amenées à nouer des relations avec des experts, des journalistes et des acteurs publics. Il faut conserver et développer cette complémentarité, qui fait avancer la science et permet le progrès thérapeutique. Cependant, pour garantir l'indépendance et l'impartialité des décisions dans le secteur de la santé, il faut aussi que ces liens soient connus de tous. La loi (dite « produits de santé ») du 29 décembre 2011 et son décret d'application (dit « Sunshine Act ») du 21 mai 2013 posent donc une obligation de publication des relations d'intérêts que les entreprises entretiennent avec les autres acteurs du monde de la santé, notamment les professionnels de santé, les associations, les sociétés savantes et la presse. Marisol Touraine a souhaité aller le plus loin possible dans le cadre légal existant, en rendant public : Tout avantage (don de matériel, transport, hébergement, etc.) accordé par une entreprise à un professionnel d'une valeur supérieure ou égale à 10 euros (ce seuil est le plus bas possible dans le cadre actuel de la loi) ; Toute convention ou accord (pouvant porter sur la participation à un congrès, des activités de recherche, des actions de formation, etc.) liant une entreprise à un professionnel. La création de la base de données publique www.transparence.sante.gouv.fr, qui centralise l'ensemble de ces informations sur un site unique hébergé par le gouvernement, répond également à cet engagement. Grâce à la simplicité de ses fonctionnalités de recherche, cette plateforme permettra à chaque internaute, à chaque citoyen, de connaitre l'existence de ces liens d'intérêts et d'apprécier en toute objectivité la nature des relations qui lient les industries de santé aux professionnels de santé. Marisol Touraine tient à souligner l'importance de cette mesure qui permet de renforcer la nécessaire confiance entre le citoyen, usager du système de santé, et les professionnels du secteur.»...

<< Sommaire
sante.gouv

First Pediatric Autism Study Conducted Entirely Online 02/07/2014

«UC San Francisco researchers have completed the first Internet-based clinical trial for children with autism, establishing it as a viable and cost effective method of conducting high-quality and rapid clinical trials in this population. In their study, published in the June 2014 issue of the Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, the researchers looked at whether an Internet-based trial was a feasible way to evaluate whether omega-3 fatty acids helped reduce hyperactivity in children with autism. The authors found that not only was it a valuable platform for conducting the randomized clinical trial, but that it was both cost and time effective, as well. "Recruitment for clinical trials in children with autism is one of the biggest challenges we face in studying potential treatments, and we found that process to be accelerated and streamlined by using existing online communities for enrollment," said lead author Stephen Bent, associate professor of medicine at UCSF. "This trial can serve as a model for how to efficiently test potential treatments through the growing power of online communities." Using the Interactive Autism Network's (IAN) robust online community of parents, the researchers enrolled 57 children from 28 states into the randomized trial. The enrolled children were randomly assigned to either receive 1.3 grams of omega-3 fatty acids or an identical placebo daily for six weeks. Once a week the participants' parents received an email asking them to complete outcome measures on how their child was doing and report on the child's level of hyperactivity. The children's teachers reported on changes in hyperactivity as well. The parent and teacher responses were submitted to a database, allowing the researchers to access the data immediately. Because the IAN requires that parents complete a short questionnaire and verify that their child has been professionally diagnosed in order to participate in the online network, the researchers were able to confirm the participants met the diagnostic criteria for autism without a clinic visit. While the researchers found that the omega-3 fatty acids did not lead to a statistically significant reduction in hyperactivity, they concluded the online trial was a promising technique for evaluating treatments for autism. "The entire study was completed in slightly more than three months from the start of enrollment, and demonstrates there are many advantages including low cost, rapid enrollment, high completion rate, convenience for participating families, and the ability to participate from virtually any location," said Bent. "We had 100 percent completion of all outcome measures from parents and teachers, indicating that there is an ease to this method of testing that engages parents at a higher rate than traditional trials." The study was supported by a grant from the Simons Foundation and by the National Center for Research Resources and the National Institute of Health.»...

<< Sommaire
ucsf

La maman d'une petite autiste ecartee d'une boutique par une vendeuse 02/07/2014

«Les parents d'une petite fille autiste ont décidé de porter plainte contre une boutique qui leur a prié de ne plus venir car l'enfant effrayait les vendeuses. Une boutique de vêtement (image di'llustration) Une boutique de vêtement (image di'llustration) par Héloise Leussier publié le 01/07/2014 à 12:38 13Partages "Ne revenez plus, votre enfant fait peur aux employés". Voici, en substance, ce que la maman d'une petite fille autiste s'est entendue dire quand elle est passée à la caisse du magasin de vêtements "Tape à l'oeil" du centre commercial d'Osny (Val-d'Oise). Choquée, elle a décidé porter de plainte, rapporte Le Parisien mardi 1er juillet. Lamia, maman de la petite Silya, 7 ans, autiste et atteinte de plusieurs handicaps, raconte avoir fondu en larmes quand elle a entendu cette requête. C'est l'incompréhension, d'autant qu'elle est cliente régulière de la boutique. La marque se défend Son mari a tenté par la suite d'appeler la vendeuse, mais cette dernière a refusé de lui parler. Le couple a donc décidé de porter plainte pour discrimination et a signalé l'affaire au défenseur des droits. "Si l'employée s'était excusée, nous n'aurions rien fait, explique le papa au Parisien, on fait cette démarche pour nous, mais aussi pour tous les parents d'enfants handicapés." Informé de l'incident, le directeur général de la marque a présenté ses excuses au couple. Il affirme avoir une version un peu différente, mais annonce avoir lancé une enquête en interne.»...

<< Sommaire
rtl

«Verite Moussaron» s'en prend aux lanceurs d'alerte 01/07/2014

«L'établissement a été placé sous tutelle./Photo archives L'établissement a été placé sous tutelle./Photo archives [Zoomer] Céline B. a lancé l'alerte en 2013 sur les dysfonctionnements de l'IME gersois, depuis placé sous tutelle. Désormais, elle est la cible d'un individu caché derrière un pseudonyme sur Facebook. Depuis le début du scandale sur les conditions d'accompagnement des enfants handicapés l'année dernière, la vie interne de l'IME Moussaron est régulièrement étalée sur la place publique. Y compris en ce qui concerne les règlements de compte entre collègues. Céline B., alias Barbara, est bien placée pour en parler, elle vient de porter plainte pour harcèlement contre le ou les individus qui se cachent derrière la page «Vérité Moussaron» sur Facebook. «Je suis devenu leur cible» Sur le réseau social, l'auteur a constitué un petit florilège dédié à l'ancienne employée de l'institut. On y trouve une photo d'elle, «sans sa vilaine bouche qui dit des mensonges» accompagnée d'une invitation «Au personnel de Moussaron, (pour) l'imprimer et vous déchainer dessus» ; ou encore une pièce de son dossier administratif liée à une procédure judiciaire et censée ne pas être publique. «Vérité Moussaron» n'hésite pas non plus à s'adresser directement à Céline B. en faisant référence à sa vie privée. «Je suis devenue leur cible», a-t-elle écrit dans une lettre adressée au préfet auscitain et à la directrice générale de l'Agence régionale pour la santé. «Celle sur qui ils déversent toute leur haine et leur violence, mettant clairement en danger ma sécurité morale et physique mais aussi celle de mes deux filles âgées de 14 et 10 ans». Sans que cela ne puisse être relié à «Vérité Moussaron», la maison de Céline B. a aussi fait l'objet de dégradations. Des plaintes ont été déposées en Lot-et-Garonne, où elle réside, et des enquêtes ont commencé. Tout cela car Céline B. a pointé du doigt ce qui n'allait pas à Moussaron. Protéger les lanceurs d'alerte En effet, son tort est d'avoir fait partie des salariés lanceurs d'alerte en mai 2013. Leur démarche a abouti à une enquête de l'Agence régionale pour la santé qui a fait état de «dysfonctionnement» et de «situation de maltraitance institutionnelle». L'établissement a été placé sous tutelle, mais Céline B. ne s'y sent pas en sécurité. Pour elle, derrière «Vérité Moussaron», il ne peut y avoir que d'anciens collègues qui lui en veulent d'avoir mis leurs emplois en danger et se défoulent dans l'anonymat. A l'IME, Aurélie Doazan, la directrice, affirme ne pas savoir qui est l'auteur de «Vérité Moussaron» mais veut apaiser les esprits : «J'ai reçu les représentants du personnel et le CHSCT et j'ai demandé que ça se calme». Mais le mal est déjà fait. A cause de ce climat délétère, Céline B. a du se mettre en arrêt maladie pour dépression avant d'être déclarée «inapte au poste» par la médecine du travail et d'être licenciée pour cela en mai dernier. Elle en est venue à se poser une question toute simple : «Que fait-on pour protéger les lanceurs d'alerte ?». Si le statut légal leur épargne les licenciements abusifs pour les faits dénoncés, rien ne les met à l'abri de la vindicte publique. Dans ces conditions, Céline B. ne voit pas quel travailleur du secteur médico-social prendrait les risques qu'elle a pris, «et si on ne protège pas les lanceurs d'alerte, on ne protège pas les enfants», prévient-elle»...

<< Sommaire
ladepeche

Arrete du 27 juin 2014 relatif a l'entretien professionnel et a la reconnaissance de la valeur professionnelle des accompagnants des eleves en situation de handicap | Legifrance 01/07/2014

«Le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, Vu le code de l'éducation, notamment son article L. 917-1 ; Vu le décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 modifié relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l'Etat pris pour l'application de l'article 7 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l'Etat, notamment son article 1er-4 ; Vu le décret n° 2014-724 du 27 juin 2014 fixant les conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap, notamment son article 9 ; Vu l'avis du comité technique ministériel de l'éducation nationale en date du 13 mai 2014, Arrête : Article 1 En savoir plus sur cet article... L'entretien professionnel prévu à l'article 9 du décret du 27 juin 2014 susvisé est conduit par le chef d'établissement, ou l'inspecteur de l'éducation nationale compétent lorsque l'agent exerce ses fonctions dans une école. L'autorité compétente fixe la date, l'heure et le lieu de l'entretien et en informe l'agent au moins huit jours avant. Article 2 En savoir plus sur cet article... L'entretien professionnel porte a minima sur l'évaluation de la manière de servir de l'agent et sur ses perspectives d'évolution professionnelle. Il porte notamment sur les besoins de formation de l'agent en rapport avec ses missions et ses projets de préparation aux diplômes professionnels et aux concours d'accès aux corps de la fonction publique. Article 3 En savoir plus sur cet article... Les critères à partir desquels la valeur professionnelle de l'agent est appréciée figurent en annexe du présent arrêté. Ces critères sont utilisés pour évaluer les connaissances et les compétences mobilisées et démontrées par l'agent au cours de la période écoulée. L'appréciation prend en compte la nature et la spécificité des fonctions exercées et les moyens mis à disposition. Les critères doivent être adaptés à la situation particulière de la personne évaluée. Article 4 En savoir plus sur cet article... Le chef d'établissement, ou l'inspecteur de l'éducation nationale compétent lorsque l'agent exerce ses fonctions dans une école, établit et signe le compte rendu écrit de l'entretien qui comporte notamment une appréciation générale exprimant la valeur professionnelle de l'agent. Le compte rendu est communiqué à l'agent qui le complète, le cas échéant, de ses observations. Le compte rendu est visé par le recteur d'académie qui peut formuler des observations. Il est notifié à l'agent qui le signe. Il le retourne au recteur d'académie qui le verse à son dossier. Article 5 En savoir plus sur cet article... Le recteur d'académie peut être saisi par l'agent d'une demande de révision du compte rendu de l'entretien professionnel. Ce recours hiérarchique est traité selon les modalités fixées au III de l'article 1er-4 du décret du 17 janvier 1986 susvisé. Article 6 En savoir plus sur cet article... Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française. Annexe Article Annexe En savoir plus sur cet article... Critères d'appréciation de la valeur professionnelle des accompagnants des élèves en situation de handicap 1. Compétences professionnelles et technicité :
• maitrise technique de l'accompagnement d'élèves en situation de handicap ;
• implication dans l'actualisation de ses connaissances professionnelles, volonté de s'informer et de se former ;
• connaissance de l'environnement professionnel et capacité à s'y situer ;
• capacité d'anticipation et d'innovation ;
• capacité d'analyse, de synthèse et de résolution des problèmes ;
• qualités d'expression écrite ;
• qualités d'expression orale. 2. Contribution à l'activité du service :
• capacité à partager l'information, à transférer les connaissances et à rendre compte ;
• dynamisme et capacité à réagir ;
• sens des responsabilités ;
• capacité de travail ;
• capacité à s'investir dans des projets ;
• sens du service public et conscience professionnelle ;
• capacité à respecter l'organisation collective du travail ;
• rigueur et efficacité (fiabilité et qualité du travail effectué, respect des délais, des normes et des procédures, sens de l'organisation, sens de la méthode, attention portée à la qualité du service rendu) ;
• contribution au respect des règles d'hygiène et de sécurité. 3. Capacités professionnelles et relationnelles :
• autonomie, discernement et sens des initiatives dans l'exercice de ses attributions ;
• capacité d'adaptation ;
• capacité à travailler en équipe ;
• aptitudes relationnelles (avec le public et dans l'environnement professionnel), notamment maitrise de soi.»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Le temps partiel passe a 24 heures minimum... sauf exceptions 01/07/2014

«La réforme des temps partiels, Yasmina est pour. A compter de mercredi 2 juillet, cette jeune salariée de 21 ans, qui travaillait jusqu'ici seize heures par semaine, va passer à vingt-quatre heures. Et son salaire va faire un bond...‰: alors qu'elle gagne 580 E par mois pour l'instant, elle espère désormais « avoir 750 E environ ». Comme 4,2 millions de personnes en France, soit 18,6 % des salariés, Yasmina travaille à temps partiel. Selon la Dares, le service statistique du ministère du travail, entre 28 % et 32 % de ces salariés à temps partiel souhaiteraient travailler plus. Pas étonnant quand on sait que la durée moyenne de travail à temps partiel était de 23,2 heures par semaine en 2011, pour un salaire net moyen de 996 E. étudiants, intérimaires et salariés des particuliers employeurs non concernés C'est pour faire obstacle à ce travail partiel subi que le patronat, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC ont décidé, dans leur accord sur la sécurisation de l'emploi du 11 janvier 2013, de fixer la durée minimale du travail à temps partiel à 24 heures par semaine pour tous les nouveaux contrats signés à compter du 1er juillet. La nouvelle loi prévoit aussi qu'une majoration de salaire sera pratiquée alors dès la première heure « complémentaire » faite au-delà de la durée prévue dans le contrat, ce qui n'était pas le cas jusqu'ici. Bref une petite révolution, qui prévoit toutefois trois dérogations majeures. D'abord, les étudiants, les intérimaires et les salariés des particuliers employeurs ne sont pas concernés. Ensuite, chaque branche professionnelle peut fixer, par la négociation, des durées de travail inférieures. Enfin, un contrat de moins de 24 heures par semaine restera possible si le salarié signifie par écrit son accord»...

<< Sommaire
la-croix

Le temps partiel passe a 24 heures minimum... sauf exceptions 01/07/2014

«La réforme des temps partiels, Yasmina est pour. A compter de mercredi 2 juillet, cette jeune salariée de 21 ans, qui travaillait jusqu'ici seize heures par semaine, va passer à vingt-quatre heures. Et son salaire va faire un bond...‰: alors qu'elle gagne 580 E par mois pour l'instant, elle espère désormais « avoir 750 E environ ». Comme 4,2 millions de personnes en France, soit 18,6 % des salariés, Yasmina travaille à temps partiel. Selon la Dares, le service statistique du ministère du travail, entre 28 % et 32 % de ces salariés à temps partiel souhaiteraient travailler plus. Pas étonnant quand on sait que la durée moyenne de travail à temps partiel était de 23,2 heures par semaine en 2011, pour un salaire net moyen de 996 E. étudiants, intérimaires et salariés des particuliers employeurs non concernés C'est pour faire obstacle à ce travail partiel subi que le patronat, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC ont décidé, dans leur accord sur la sécurisation de l'emploi du 11 janvier 2013, de fixer la durée minimale du travail à temps partiel à 24 heures par semaine pour tous les nouveaux contrats signés à compter du 1er juillet. La nouvelle loi prévoit aussi qu'une majoration de salaire sera pratiquée alors dès la première heure « complémentaire » faite au-delà de la durée prévue dans le contrat, ce qui n'était pas le cas jusqu'ici. Bref une petite révolution, qui prévoit toutefois trois dérogations majeures. D'abord, les étudiants, les intérimaires et les salariés des particuliers employeurs ne sont pas concernés. Ensuite, chaque branche professionnelle peut fixer, par la négociation, des durées de travail inférieures. Enfin, un contrat de moins de 24 heures par semaine restera possible si le salarié signifie par écrit son accord»...

<< Sommaire
la-croix

Decret 2014-724 du 27 juin 2014 relatif aux conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des eleves en situation de handicap | Legifrance 30/06/2014

«Publics concernés : accompagnants des élèves en situation de handicap et assistants d'éducation. Objet : conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap. Modalités d'engagement d'assistants d'éducation pour assurer le remplacement temporaire d'un personnel enseignant ou d'éducation absent ou pour faire face à une vacance temporaire d'emploi d'enseignement ou d'éducation. Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication. Notice : le présent décret fixe les conditions générales relatives au recrutement des accompagnants des élèves en situation de handicap et à leur accès à un contrat à durée indéterminée ainsi qu'à l'exercice de leurs fonctions. En outre, ce décret modifie le décret n° 2003-484 du 6 juin 2003 fixant les conditions de recrutement et d'emploi des assistants d'éducation afin de permettre à un assistant d'éducation d'assurer le remplacement temporaire d'un personnel enseignant ou d'éducation absent, ou de faire face à une vacance temporaire d'emploi d'enseignement.»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Tommy, autiste, ne trouve pas sa place en college 28/06/2014

«Le père du garçon refuse d'inscrire son fils dans une classe ordinaire, persuadé qu'il ne pourra pas suivre, même avec une AVS. La CGTR Educ'action voudrait "débloquer la situation avant la rentrée" et demande une vraie formation pour les accompagnants. "Mon fils va avoir 12 ans en novembre, il est autiste et il est affecté dans une classe de 6e normale. C'est impensable !" Jean-Karl a reçu récemment un courrier du rectorat qui affecte son fils Tommy dans une "Ulis", une "unité localisée pour l'inclusion scolaire", c'est-à-dire une classe spécifique avec des enseignants formés pour instruire des enfants handicapés. Malheureusement, faute de place en Ulis, Jean-Karl apprend que son fils est en 5e position sur une liste d'attente. "On nous a dit de l'inscrire dans une 6e "normale" au collège de Quartier-Français, mais j'ai refusé. C'est inadmissible", poursuit le père, remonté. Après cinq ans de scolarisation en Clis (classe pour l'inclusion scolaire) à l'école René-Manglou (Sainte-Suzanne), Tommy bénéficie toujours d'une AVS (auxiliaire de vie scolaire). Mais selon son père, c'est insuffisant pour lui permettre de suivre les cours dans une classe ordinaire, au milieu de 25 autres collégiens. "Le rectorat doit créer des places pour ces enfants", s'insurge Jean-Karl. "Sinon je ferai une action au tribunal". Car la "loi handicap" de février 2005 prévoit la scolarisation pour tous les enfants handicapés, avec les aménagements nécessaires. Avant d'en arriver au tribunal, Patrick Corré, secrétaire général de la CGTR Educ'action, veut "débloquer la situation avant la rentrée scolaire". Il rappelle que le 2 avril dernier, suite à une manifestation du Collectif citoyen handicap (soutenu par la CGTR Educ'action), le recteur avait promis de mettre en place un groupe de travail sur la scolarisation des enfants handicapés. "Trois mois après, on n'en voit pas les contours", regrette M. Corré.»...

<< Sommaire
clicanoo

www.- Publication du rapport d'activite 2013 27/06/2014

«La Cour nationale de l'incapacité et de la tarification de l'assurance des accidents du travail publie en ligne son rapport d'activité 2013. 2 S O M M A I R E LA LETTRE DE LA PRÉSIDENTE ............................................................................ 3 LA LETTRE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL............................................................... 6 1ÈRE PARTIE : L'ACTIVITÉ DES SECTIONS - PAGES 8 à 18 CHAPITRE 1 : LES AVIS D'APPEL ET RECOURS CHAPITRE 2 : LES DECISIONS CHAPITRE 3 : LE STOCK DES AFFAIRES ET LEUR FLUX CHAPITRE 4 : LES AUDIENCES 2ÈME PARTIE : L'ANALYSE DU CONTENTIEUX - PAGES 19 à 31 CHAPITRE 1 : LA SECTION ACCIDENT DU TRAVAIL ET MALADIE PROFESSIONNELLE CHAPITRE 2 : LA SECTION PERSONNES HANDICAPEES CHAPITRE 3 : LA SECTION INVALIDITE-INAPTITUDE CHAPITRE 4 : LES SECTIONS TARIFICATION ET AGRICOLE .»
[...]
«2) Les incertitudes quant au maintien de la CNITAAT, La question n’est pas nouvelle puisque déjà en 2010, la Cour de Cassation dans son rapport annuel proposait l’abrogation des textes concernant le contentieux technique de la sécurité sociale (articles L.143-1 et suivants et R.143-1 et suivants du Code de la sécurité sociale) et par voie de conséquence, la disparition des TCI et de la CNITAAT ,cette dernière pouvant être cependant maintenue pour le seul contentieux spécifique de la tarification visé à l’article L.143-1 du Code de la sécurité sociale pour lequel elle statue en premier et en dernier ressort. . Dès le début de l’année 2013, Madame la Garde des Sceaux a mis en place un groupe de travail chargé d’examiner, notamment cette question, présidé par Monsieur Marshall, Premier Président de la Cour d’Appel de Montpellier et devant lequel, mon collègue, Pascal Hamon et moi-même avons été auditionnés . Le rapport Marshall a été déposé le 16 décembre 2013. Parmi les réformes à entreprendre immédiatement figure la fusion des TASS et des TCI. Qu’en est-il de la CNITAAT dans ce rapport? Apparemment la réponse est en suspens puisque sa suppression n’est pas préconisée expressément contrairement aux TCI, le rapport Marshall se bornant, à poser le problème, de la manière suivante:”Supprimer la CNITAAT dont les délais de traitement sont excessifs et confier aux chambres sociales des cours d’appel, le traitement des recours y compris des décisions en matière d’élections professionnelles en entreprise et de désignation des représentants syndicaux?”. La question est posée aussi sous une autre forme :”Faut-il fusionner la CNITAAT et les chambres sociales de la cour d’appel ou de certaines cours d’appel? Totalement ou à l’exception des recours sur la tarification ?” »...

<< Sommaire
cnitaat

29 sept 2014 Pourquoi traiter par bumetanide les personnes autistes ? Aix-en-Provence 27/06/2014

«Lundi 29 septembre 2014 18:00 -20:00 Dr Eric Lemonnier, Psychiatre Chef de clinique à Brest et au Centre de Ressources Autisme de Bretagne pendant plus de 10 ans. Consultation de recherche clinique en psychiatrie au sein du pôle organes des sens au CHRU de Brest. Si nous sommes aujourd'hui capables d'envisager traiter les personnes autistes avec un diurétique (la bumétanide) c'est grâce à la rencontre d'un chercheur fondamentaliste (Y. Ben-Ari) et d'un clinicien (E. Lemonnier). Pour présenter ce travail, il me semble nécessaire d'examiner les préalables de chacun d'entre nous. En clinique nous avons la nécessité de nous appuyer sur des modèles psychopathologiques. Un modèle n'a pas pour vertu d'être en tout point exact, il doit en revanche impérativement être compatible avec les données de la science, et doit, nous permettre de proposer des prises en charges (au sens le plus large du terme) efficaces. C'est donc le modèle psychopathologique sur lequel je m'appuis que nous examinerons d'abord. Dire aujourd'hui que les personnes autistes ne parviennent pas à traiter plusieurs informations en même temps est devenu presque un lieu commun, il y a cependant un réel intérêt à examiner les processus mis en oeuvre pour traiter simultanément les informations du quotidien. Puis nous irons voir du coté du développement neurobiologique. L'autisme est un syndrome neuro-développemental il est donc naturel d'aller voir ce que l'on connait actuellement du développement du cerveau et plus particulièrement le rôle des neurones GABA dans ce processus. Ce qui nous amènera à la proposition d'utiliser la bumétanide dans l'autisme en présentant les travaux déjà réalisés. On en verra les limites et ce qu'elles impliquent pour les travaux à venir.»...

<< Sommaire
centrepsycle-amu

GPA : la CEDH ''a mis l'enfant au coeur'' de sa decision 26/06/2014

«En condamnant la France contre les époux Mennesson, la Cour européenne a jugé que l'intérêt de l'enfant prévalait sur l'interdiction des mères porteuses. "Une immense victoire après quatorze ans de combat"... "Mes enfants ne seront plus appelés les fantômes de la République"... Dominique et Sylvie Mennesson ont la voix chargée d'émotion devant leur avocat Patrice Spinosi. Leur joie est à son comble. D'ici quelques semaines, leurs jumelles n'auront plus besoin de prouver aux organismes sociaux qu'elles ont un lien de parenté avec eux ou qu'elles sont entrées légalement en France. La Cour européenne des droits de l'homme a, à l'unanimité, condamné la France pour son "refus de reconnaitre en droit français une filiation légalement établie aux Etats-Unis entre des enfants nées d'une gestation pour autrui (GPA) et le couple ayant eu recours à cette méthode". Transcription annulée»...

<< Sommaire
lepoint

Le cas d'un enfant autiste devant le Conseil d'Etat 25/06/2014

«Ianis, jeune Indrien scolarisé dans la Vienne, aurait besoin d'une auxiliaire de vie scolaire 34 heures par semaine. Seules 21 heures lui ont été octroyées. Paris Comment garantir le droit de son enfant autiste à bénéficier d'un accompagnement de qualité en milieu scolaire...‰? Cette question, Guy Coslado se la pose depuis le 26 juin 2013. Ce jour-là, il y a presque un an, la Commission départementale des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) de l'Indre octroie à son fils, scolarisé dans la Vienne, un quota hebdomadaire de 21 heures d'accompagnement en milieu scolaire. Une durée nettement inférieure aux 34 heures que nécessite le temps scolaire, la cantine et les activités périscolaires mises en place à la rentrée 2013. Les parents de Ianis qui se sont battus pour obtenir la scolarisation de leur enfant en milieu « normal », se lancent alors dans une bagarre qui les a conduits, la semaine dernière, jusqu'au Conseil d'Etat. Pourquoi aller saisir la plus haute juridiction administrative...‰? Parce que la lenteur du cheminement du dossier de Ianis ne cadre pas avec les impératifs liés à sa scolarisation. Après avoir successivement saisi une instance de conciliation, le tribunal du contentieux de l'incapacité (TCI) puis le juge des référés du tribunal administratif de Limoges, les parents du jeune autiste en sont toujours à attendre une décision concernant l'année scolaire 2013-2014...¦ « On a compensé nous-mêmes ce qui ne nous a pas été accordé mais je ne peux pas accepter que la loi pose ainsi un verrou à la scolarisation des enfants autistes, s'insurge M. Coslado. Mon gamin a besoin d'une auxiliaire de vie scolaire pour l'accompagner pendant l'intégralité du temps passé à l'école. Or, la décision de limiter sa prise en charge à 21 heures par semaine est incompatible avec cet impératif. » Aux dires de son père, cela est d'autant plus dommageable pour Ianis que l'enfant, handicapé à 80%, est en net progrès.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Assassinat d'Helene Pastor : qui sont la fille et le gendre de l'heritiere ? 25/06/2014

«LE CONTRAT - Placé en garde à vue depuis lundi, le couple est soupçonné par les enquêteurs d'avoir commandité l'assassinat de la riche monégasque, en mai dernier, à Nice. Sylvia Ratkowski-Pastor et Wojciech Janowski. Depuis lundi, ce couple monégasque est au coeur d'une enquête criminelle menée par les hommes de la DIPJ de Marseille. La première est la fille d'Hélène Pastor, riche héritière morte par balles à la suite d'un guet-apens en mai dernier à Nice. Le second est le mari de Sylvia, le gendre d'Hélène. Tous deux sont soupçonnés d'avoir commandité cette embuscade mortelle, perpétrée par deux tueurs marseillais contre qui les preuves s'accumulent. Qui sont-ils ? Europe 1 fait les présentations.»
[...]
«Aujourd'hui, c'est cet homme de 63 ans, consul honoraire de Pologne à Monaco depuis 2007, qui semble intéresser plus précisément les enquêteurs. Dans la principauté, il est surtout connu pour ses activités caritatives, notamment au sein de l'association de lutte contre l'autisme Monaco against autism (MONAA), dont il le co-fondateur et vice-président et dont la présidente d'honneur n'est autre que la princesse Charlène de Monaco. Assassinat d'Hélène Pastor : qui sont la fille et le gendre de l'héritière ? En 2010, il avait d'ailleurs été fait officier de l'Ordre national du Mérite de la République Française par Nicolas Sarkozy au titre de ses œuvres de bienfaisance. »...

<< Sommaire
europe1

Parents of children with autism often have autistic traits 24/06/2014

«Studying children with autism and their parents, researchers have found that when a child has autism, his or her parents are more likely to have autistic traits than parents who don't have a child with an autism spectrum disorder, as measured by a survey used to identify such characteristics. Past studies have found that the siblings of children with autism also tended to have more autistic traits than the siblings of kids without autism. But this study is the first to connect significant numbers of autistic traits in parents to diagnoses of autism in their children. The research ...” from investigators at Washington University School of Medicine in St. Louis, the Harvard School of Public Health and the University of California, Davis ...” is available online in the journal JAMA Psychiatry. "When there was a child with autism in the family, both parents more often scored in the top 20 percent of the adult population on a survey we use to measure the presence of autistic traits," said one of the lead researchers, John N. Constantino, MD, the Blanche F. Ittleson Professor of Psychiatry and Pediatrics. "It could be that a mother or a father is just a little bit repetitive or slightly overfocused on details," Constantino explained. "We can measure the presence of those traits with our questionnaire, but higher scores don't mean a parent has problems. In fact, there may be advantages to having some of those traits. The problem comes when those traits are so intense that they begin to impair a person's ability to function."»...

<< Sommaire
news.wustl

Villeneuve-d'Ascq : mouvement d'humeur en raison de la fermeture ce lundi de la Maison departementale des personnes handicapees 24/06/2014

«Une dizaine de personnes ayant déposé des dossiers à la MDPH ou parents d'enfants handicapés ont trouvé porte close lundi matin devant le siège de l'établissement, rue de la Toison d'or à Villeneuve-d'Ascq. Ces personnes estiment qu'on ne les écoute pas assez et que les délais de traitement des dossiers sont trop longs. Imprimer - A + Une petite panacarte indiquait bien que la maison était fermée chaqque lundi jusqu'au mois de septembre en raison de travaux mais les personnes qui se sont déplacées lundi n'avaient pas été averties, disent-elles. « La plate-forme téléphonique ne le signale pas et des personnes sont venues de loin, même en taxi, c'est inadmissible », déclare Jean-Luc Duval, président du collectif Citoyen-handicap. Plus généralement, ces bénéficiaires d'allocations déplorent « l'inorganisation » du service : « Il faut quelquefois des mois pour que les dossiers soient traités, quand ils ne sont pas perdus ». Une journée de protestation, dans un cadre national, est d'ores et déjà programmée sur place le 30 septembre.»...

<< Sommaire
lavoixdunord

Extrait inedit : 100 idees pour aider un enfant sourd a communiquer en francais 24/06/2014

«Extrait inédit de 100 idées pour aider un enfant sourd à communiquer en français de Brigitte Maunoury-Loisel et Françoise Cattoni-Larroche - sortie 1er juillet 2014 La surdité chez l'enfant n'est pas exceptionnelle. En France, 1 bébé sur 1 000 nait sourd sévère et/ou profond. Ce chiffre double avant l'âge de 4 ans en raison des surdités acquises ou évolutives. De plus, il faut savoir que 95% des jeunes sourds naissent de parents entendants. La surdité n'est pas une maladie. Il n'y a pas de pronostic vital. Cependant, quelle que soit l'importance de la déficience auditive, un accompagnement spécialisé, plus ou moins fréquent et régulier, sur une durée plus ou moins longue, est nécessaire. Des aides techniques, des aides humaines par des professionnels spécialisés et surtout l'implication de la famille sont d'autant plus indispensables que la surdité est sévère et/ou profonde. Les mots « sourd profond » ou « sourd sévère » évoquent en nous des images particulières, non « ordinaires ». Ces images sont souvent véhiculées par les médias : nous avons tous vu des émissions télévisées où des personnes sourdes s'expriment par gestes, le plus souvent en langue des signes, nous avons tous lu dans des revues « grand public », non spécialisées, des témoignages de personnes sourdes qui parlent de leur vie dans le silence. Nous pourrions alors penser que le jeune sourd profond est dans l'incapacité de nous comprendre lorsqu'on lui parle et dans l'incapacité de nous répondre en parlant. Toute communication nous parait difficile voire impossible. Or, la surdité n'est pas obligatoirement liée à la mutité.»...

<< Sommaire
tompousse

''La France s'engage'', 15 initiatives (pour commencer) 24/06/2014

«Puisque l'engagement est cette année grande cause nationale, François Hollande a dévoilé aujourd'hui un appel à projets d'un genre un peu nouveau : ceux-ci promeuvent des initiatives socialement innovantes, souvent isolées... qui ont donc besoin d'un peu de visibilité. Et d'argent. 15 projets ont été retenus, une dizaine d'autres devraient suivre chaque semestre. "La France s'engage", c'est un site Internet. Qui présente les initiatives retenues, et qui propose d'en soumettre d'autres. "La France s'engage", c'est la démarche portée par l'Elysée, et présentée ce matin sur France Info par François Hollande, en cette année où l'engagement est "grande cause nationale". L'engagement du président de la République, c'est que cette démarche durerar le temps de la mandature... 15 projets ont été retenus, pour commencer donc. L'idée c'est qu'une dizaine d'autres suivent, chaque semestre. Trois critères sont fixés : leur caractère innovant, leur potentiel de duplication ou de changement d'échelle, et l'évaluation rigoureuse de leurs résultats. Chacun de ces projets sera soutenu par le Fonds d'expérimentation jeunesse, doté de quelque 50 millions d'euros, pour la période 2014-2017.»
[...]
«La liste des 15 premières initiatives labellisées La cohabitation intergénérationnelle propose une chambre chez l'habitant, senior, contre une présence. Monalisa, Mobilisation nationale contre l'isolement des âgés L'Institut du service civique : 250 lauréats en 2014 Energie jeunes lutte contre le décrochage scolaire en ZEP Le labo des histoires vise à transmettre la passion de l'écrit aux jeunes Simplon.co propose une formation au développement web en six mois Cuisine mode d'emploi(s), Boulangerie mode d'emploi(s), porté par le chef Thierry Marx, propose des formations courtes de 12 semaines Web@cadémie est une école pour les 18-25 ans passionnés d'informatique mais sortis du système scolaire sans qualification La cravate solidaire lutte contre les discriminations liées à l'apparence vestimentaire L'appui, un dispositif de prévention de l'exclusion bancaire mis sur pied par La Banque Postale Les microfranchises solidaires, pour permettre de créer son entreprise Tous chercheurs initie le plus large public à l'observation et à la démarche scientifique Helloasso est une plateforme de collecte de fonds pour accompagner les associations dans leur développement numérique ADN, l'Agence du don en nature collecte des produits neufs invendus, non alimentaires, et les redistribue aux plus démunis Jaccede recense des données précises sur l'accessibilité aux handicapés de tous les lieux publics »...

<< Sommaire
franceinfo

Social behavior tied to activity in specific brain circuit: finding has implications for autism, social anxiety, schizophrenia, depression 23/06/2014

«A team of Stanford University investigators has linked a particular brain circuit to mammals' tendency to interact socially. Stimulating this circuit - one among millions in the brain - instantly increases a mouse's appetite for getting to know a strange mouse, while inhibiting it shuts down its drive to socialize with the stranger. The new findings, published in Cell, may throw light on psychiatric disorders marked by impaired social interaction such as autism, social anxiety, schizophrenia and depression, said the study's senior author, Karl Deisseroth, MD, PhD, a professor of bioengineering and of psychiatry and behavioral sciences. The findings are also significant in that they highlight not merely the role of one or another brain chemical, as pharmacological studies tend to do, but rather the specific components of brain circuits involved in a complex behavior. A combination of cutting-edge techniques developed in Deisseroth's laboratory permitted unprecedented analysis of how brain activity controls behavior. Deisseroth, the D.H. Chen Professor and a member of the interdisciplinary Stanford Bio-X institute, is a practicing psychiatrist who sees patients with severe social deficits. "People with autism, for example, often have an outright aversion to social interaction," he said. They can find socializing - even mere eye contact - painful. Deisseroth pioneered a brain-exploration technique, optogenetics, that involves selectively introducing light-receptor molecules to the surfaces of particular nerve cells in a living animal's brain and then carefully positioning, near the circuit in question, the tip of a lengthy, ultra-thin optical fiber (connected to a laser diode at the other end) so that the photosensitive cells and the circuits they compose can be remotely stimulated or inhibited at the turn of a light switch while the animal remains free to move around in its cage. Using optogenetics and other methods he and his associates have invented, Deisseroth and his associates were able to both manipulate and monitor activity in specific nerve-cell clusters, and the fiber tracts connecting them, in mice's brains in real time while the animals were exposed to either murine newcomers or inanimate objects in various laboratory environments. The mice's behavioral responses were captured by video and compared with simultaneously recorded brain-circuit activity.»...

<< Sommaire
medicalnewstoday

SAINT-QUENTIN «Mon fils est autiste, il n'est pas malade, il faut l'eduquer» 23/06/2014

«Carine Canoine se bat depuis dix ans pour offrir une vie normale à son fils, Aurélien, atteint d'autisme. Il passe en CM1, fait du pentathlon. Plongeons dans leur quotidien. DSC_0300.JPG Imprimer - A + Il plonge, la tête la première dans le grand bassin extérieur de la piscine Jean-Bouin. « Aurélien, vient, remonte sur le tapis », l'appellent ses copains de bassin. Une scène ordinaire dans une vie qui ne l'est pas complètement. Aurélien est autiste. Ses parents se battent pour lui faire vivre une vie ordinaire. Un combat quotidien. « Du temps pour nous, cela n'existe pas. On est tout le temps, tout le temps, dedans », indique Carine Canoise, sa maman. Alors que son premier enfant, Aurélien, a dix-huit mois, elle s'inquiète. « Il ne répondait pas à son prénom, il avait le regard fuyant et il réagissait à des bruits qui nous paraissaient anodins, comme froisser du papier, cela le faisait hurler. » Son instinct de mère la pousse à consulter. Médecin traitant, ORL. « Cela va de fil en aiguille. » Puis, le couple arrive au centre d'action médico-sociale. « Nous avons eu une très mauvaise expérience. On nous a incriminés. Vous êtes déjà dans la douleur. En somme, c'était la faute de la mère , notre fils n'était pas éduqué. » Pour autant, le diagnostic ne tombe pas encore. Il faudra attendre les deux ans et demi d'Aurélien. « Nous sommes allés au Centre ressources autismes de Reims et là, on nous a parlé de dysharmonie évolutive. » Cela veut dire quoi ? « Rien, rétorque Carine Canoine. On ne sait pas ce qui nous tombe sur la tête. » Déchiffrer les codes d'Aurélien Elle plonge dans les bouquins pour ne pas sombrer. « On a fait des kilomètres, on essayait tout pour le faire sortir de là. » Le papa, lui, ne cache pas son soulagement lorsque le diagnostic tombe. « On savait qu'on entrait en bataille mais on savait ce qu'il avait. » Il se réfugie dans les forums, les blogs. Le couple recherche les méthodes pour les adapter à leur fils. « Nous sommes les mieux placés pour le comprendre, l'aider au mieux. »»...

<< Sommaire
courrier-picard

Centre Presse : Sourire retrouve au Centre pour adultes avec autisme 22/06/2014

«Le rassemblement annuel du CAAP s'est déroulé dans une ambiance festive. Les relations avec les organismes de tutelle se sont apaisées. Photo de famille avant le déjeuner. Photo de famille avant le déjeuner. jjboissonneau Il n'était pas acquis en mars quand les personnels et les parents manifestaient devant la préfecture qu'on se retrouverait en juin dans une ambiance festive pour le rendez-vous annuel du Centre pour adultes avec autisme de Vouneuil-sous-Biard. Le ciel s'est éclairci et ce vendredi, le CAAP a pu fêter son 9 anniversaire. Christiane de Pasquale, l'une des chevilles ouvrières, a indiqué que les discussions ont pu se nouer avec l'Agence régionale de santé et ont permis de lever les ambiguités. « Nous avons répondu aux questions, envoyé de la documentation supplémentaire et nous avons le sentiment d'être écoutés. » L'accueil des autistes adultes - ils sont 24 de 21 à 61 ans - encadrés par 42 professionnels, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Avec des pratiques éducatives faisant appel à l'écoute et qui commencent tout juste à être reconnues en France. Laurent Petit, le directeur a dit combien il est important « d'être respectueux des familles et des résidants. » Il a souligné la qualité professionnelle des personnels qui bénéficient de formations régulières. Ainsi, un ancien salarié de l'industrie (il a travaillé dix-sept ans chez Federal Mogul) anime-t-il aujourd'hui des ateliers de menuiserie, de serrurerie et d'entretien d'espaces verts, après avoir suivi plusieurs formations. La volonté du CAAP est aussi d'ouvrir l'établissement vers l'extérieur. Mercredi dernier, un groupe de cinq résidants a fait une randonnée à vélo de douze kilomètres sur des chemins de Vouneuil, encadrés par deux professionnels, deux parents et deux bénévoles. « Tout le monde s'est bien débrouillé, même si le groupe appréhendait un peu les côtes et les descentes », analysait Vincent Faure, éducateur.»...

<< Sommaire
centre-presse

Equalizing excitation-inhibition ratios across visual cortical neurons 22/06/2014

«The relationship between synaptic excitation and inhibition (E/I ratio), two opposing forces in the mammalian cerebral cortex, affects many cortical functions such as feature selectivity and gain1, 2. Individual pyramidal cells show stable E/I ratios in time despite fluctuating cortical activity levels. This is because when excitation increases, inhibition increases proportionally through the increased recruitment of inhibitory neurons, a phenomenon referred to as excitation-inhibition balance3, 4, 5, 6, 7, 8, 9. However, little is known about the distribution of E/I ratios across pyramidal cells. Through their highly divergent axons, inhibitory neurons indiscriminately contact most neighbouring pyramidal cells10, 11. Is inhibition homogeneously distributed12 or is it individually matched to the different amounts of excitation received by distinct pyramidal cells? Here we discover that pyramidal cells in layer 2/3 of mouse primary visual cortex each receive inhibition in a similar proportion to their excitation. As a consequence, E/I ratios are equalized across pyramidal cells. This matched inhibition is mediated by parvalbumin-expressing but not somatostatin-expressing inhibitory cells and results from the independent adjustment of synapses originating from individual parvalbumin-expressing cells targeting different pyramidal cells. Furthermore, this match is activity-dependent as it is disrupted by perturbing pyramidal cell activity. Thus, the equalization of E/I ratios across pyramidal cells reveals an unexpected degree of order in the spatial distribution of synaptic strengths and indicates that the relationship between the cortex's two opposing forces is stabilized not only in time but also in space.»...

<< Sommaire
nature

Cinema a Paris - Trailer Quelque Chose En Plus | Votre lieu culturel : l'Entrepot 21/06/2014

«Comment un enfant autiste peut-il apprendre à communiquer à travers le jeu et le plaisir de la relation ? Le film restitue l'ambiance extraordinaire qui règne dans ces équipes et qui unit les duos éducateurs-enfants. Un regard sur l'autisme porteur de beaux espoirs, celles des prises en charge éducatives, développementales et comportementales. à l'affiche Rencontre autour de "Quelque Chose En Plus" Mercredi 3 septembre à 19h40 : Rencontre autour de "Quelque Chose En Plus" en présence de Sophie Robert, réalisatrice du documentaire. Lundi 8 septembre à 19h40 : Rencontre autour de "Quelque Chose En Plus" en présence de Sophie Robert, réalisatrice du documentaire. Mardi 16 septembre à 19h40 : Rencontre autour de "Quelque Chose En Plus" en (...»...

<< Sommaire
lentrepot

Essais cliniques industriels : le gouvernement simplifie et racourcit la procedure 20/06/2014

«Arnaud Montebourg, ministre de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Geneviève Fioraso, secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, simplifient les démarches administratives à effectuer pour conduire des essais cliniques industriels en France. Très attendue par les établissements de santé et les entreprises du secteur, cette initiative accélèrera la recherche clinique, renforcera l'attractivité des hôpitaux français, permettra à davantage de patients d'accéder aux dernières innovations thérapeutiques et accélérera le transfert vers l'industrie dans un secteur créateur d'emplois et à fort potentiel de développement économique en France et à l'export. Arnaud Montebourg, ministre de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Geneviève Fioraso, secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, simplifient les démarches administratives à effectuer pour conduire des essais cliniques industriels en France. Très attendue par les établissements de santé et les entreprises du secteur, cette initiative accélèrera la recherche clinique, renforcera l'attractivité des hôpitaux français, permettra à davantage de patients d'accéder aux dernières innovations thérapeutiques et accélérera le transfert vers l'industrie dans un secteur créateur d'emplois et à fort potentiel de développement économique en France et à l'export. Jusqu'à présent, pour conduire des essais cliniques, les industriels devaient signer une convention spécifique avec chaque établissement de santé partenaire, une procédure complexe qui allongeait les délais de contractualisation (de huit mois en moyenne jusqu'à plus de 1 000 jours) et retardait les recherches. Face à ce constat, le gouvernement a décidé de simplifier la procédure en créant une convention unique, pilotée par un établissement coordonnateur, et en limitant les délais de signature à 60 jours. La ministre des Affaires sociales et de la Santé publie aujourd'hui une circulaire concrétisant cette avancée. Ainsi, Arnaud Montebourg, Marisol Touraine et Geneviève Fioraso lèvent un frein important au développement de la recherche clinique en France et renforcent l'attractivité de notre pays sur ce terrain. Cette initiative permettra aux patients un accès plus précoce aux dernières innovations thérapeutiques. Elle renforce enfin la compétitivité des établissements publics de santé et stimule la création d'emplois en France.»...

<< Sommaire
sante.gouv

Mieux accompagner et inclure les personnes en situation de handicap : un defi, une necessite 20/06/2014

«Plénière du 25 juin 2014, à suivre en direct à partir de 14h30 Projet d'avis présenté par Christel Prado, au nom de la section des affaires sociales et de la santé En France, une personne sur quatre souffre d'une incapacité, d'une limitation d'activité ou d'un handicap. Le nombre de personnes concernées, les engagements pris par la France en ratifiant en 2010 la Convention internationale des droits des personnes handicapées, nous conduisent à aller au delà de la simple analyse des dispositifs en faveur des personnes handicapées et d'une approche catégorielle. La mobilisation de la puissance publique, du monde du travail et du monde associatif en faveur des personnes handicapées doit désormais être rejointe par les citoyens eux-mêmes. "Une société inclusive, c'est permettre à chacun de participer pleinement à la vie de la société. Pour la construire, il faut penser en amont les biens et les services pour qu'ils soient accessibles à tous. Cette conception universelle suppose de pérenniser les investissements publics dans la recherche, de promouvoir les innovations technologiques (pôles de compétitivité, plates-formes contributives...), de développer l'accueil et l'accompagnement (numéro vert dédié, formation des intervenants notamment des enseignants...¦), de proposer des parcours de vie sans rupture (suppression de la barrière d'âge..). La société inclusive, c'est répondre aux défis des mutations en cours (vieillissement de la population, progression des maladies chroniques). C'est surtout, si nous le voulons tous, la société de demain." Christel Prado est présidente de l'UNAPEI (Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) et attachée territoriale. Elle siège au CESE à la section des affaires sociales et de la santé et à la délégation à l'Outre-mer où elle représente le groupe des associations. Ségolène Neuville, Secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion assistera à nos débats Point presse au CESE le 25 juin 2014 à 12h en présence de la rapporteur Christel Prado et de François Fondard, président de la section des affaires sociales et de la santé L'ensemble des débats sera retransmis en direct sur cette page le 25 juin à partir de 14h30»...

<< Sommaire
lecese

La Belgique a-t-elle perdu la cyberguerre ? 20/06/2014

«Les attaques informatiques contre le gouvernement se multiplient et elles sont conséquentes. Dernière en date, l'effraction du système des Affaires étrangères n'est toujours pas résolue, plus d'un mois après l'attaque ! © vtm Le 12 mai dernier, les Affaires étrangères ont été infectées par un logiciel espion, baptisé Snake. Il s'agit d'un spyware extrêmement redoutable connu de la plupart des services secrets. Il permet d'accéder à la totalité des systèmes infiltrés. Apparu en 2006, il s'est montré particulièrement agressif depuis 2013. Sa cible privilégiée : l'Ukraine. C'est justement par un ordinateur de l'ambassade de Belgique à Kiev qu'il a réussi à infecter les Affaires étrangères et nos autres représentations diplomatiques. On sait que des fichiers concernant l'Ukraine ont été pillés. Certains de ces fichiers provenaient du SGRS, le service de renseignement militaire. L'attaque, repérée et révélée par la NSA américaine, a été si importante que tout le réseau de communication diplomatique belge a du être mis sous quarantaine totale pendant dix jours. Traduction : aucun e-mail sécurisé, aucune message crypté n'a pu être échangé entre les ambassades et le siège du ministère, à Bruxelles, pendant ce temps. Hallucinant. Digne d'un roman de Robert Ludlum, le père de Jason Bourne. Aujourd'hui, plus d'un mois après l'intrusion, toutes les fonctionnalités n'ont pu être rétablies, selon une source diplomatique. Les diplomates ne peuvent toujours pas utiliser la fonction push-mail qui leur permet de recevoir des mails sécurisés sur leur smartphone, ni la fonction VPN pour recevoir des mails d'un ordinateur sécurisé vers un ordinateur mobile. Or, ne pas pouvoir interroger le ministère pendant une réunion peut se révéler très handicapant. Ces fonctions ne seront pas rétablies avant plusieurs mois, selon nos informations. Pis : certains diplomates n'ont toujours aucune fonction mailing, même pas sur les ordinateurs fixes de l'ambassade.»...

<< Sommaire
levif

VIDEO. Une minute dans la tete d'un autiste 20/06/2014

«L'autisme n'est pas une maladie mentale, mais un handicap. Il se traduit par des altérations dans la capacité à établir des interactions sociales et à communiquer, ainsi que par des troubles du comportement. Capture de vidéo Quand la moindre goutte d'eau devient insupportable... Imaginez vos sens décuplés, au point que vous n'importe quel bruit du quotidien soit multiplié à outrance. C'est ce que vivent, chaque jour, les personnes atteintes de syndrome autistique. La National Autistic Society, une association britannique, a mis en ligne une vidéo, Sensory sensitivity (en français "sensibilité sensorielle"), pour faire partager à tous l'hypersensibilité des autistes. Pour Magali Pignard, blogueuse sur L'Express de The Autist, maman d'un enfant autiste et elle-même atteinte par une forme légère du handicap, la vidéo est "très représentative" de son quotidien. "C'est comme si les bruits rentraient dans notre tête et se produisaient à l'intérieur même de notre crâne," explique-t-elle. La jeune femme compare ces désagréments "à de petites décharges électriques." "A force d'être 'agressé', l'enfant autiste craque"»...

<< Sommaire
lexpress

Le Defenseur des droits inquiet du sort des eleves handicapes 20/06/2014

«Alors que les communes s'affairent à organiser pour la rentrée prochaine de nouvelles activités périscolaires, dans le cadre de la réforme des rythmes, le Défenseur des droits, autorité constitutionnelle indépendante, vient leur rappeler une de leurs obligations : celle de tenir compte des besoins spécifiques des élèves handicapés. De fait, si la scolarisation de ces enfants a progressé depuis la loi de 2005 sur le handicap, leur participation aux activités autour de la classe est encore très incertaine. C'est en tout cas ce que mettent en lumière les résultats, à paraitre, de l'appel à témoignages du Défenseur des droits sur les « temps de vie scolaire et périscolaire des enfants en situations de handicap»...

<< Sommaire
lemonde

Autisme : un medicament centenaire tres prometteur 18/06/2014

«Un médicament synthétisé il y a cent ans, majoritairement utilisé en Afrique dans la maladie du sommeil, a permis d'inverser les symptômes de l'autisme chez des souris. Des résultats très encourageants. Autisme : un médicament centenaire très prometteur DURAND FLORENCE/SIPA Sur le même thème « Autisme : les facteurs génétiques ne comptent que pour moitié » « Autisme : vers une "formule" pour prédire la maladie précocément » « Autisme : le risque augmente avec l'âge des parents » Elle traite la maladie du sommeil, apportée par la mouche tsé-tsé en Afrique. Mais la suramine pourrait bien avoir d'autres vertus. Des chercheurs de l'Université de Californie ont expérimenté cette molécule, synthétisée il y a près de cent ans, sur des souris autistes. Résultat : après absorption du médicament, les cobayes ont tous retrouvé un comportement parfaitement normal. Des cellules « pacifiées » Pour parvenir à ces résultats, les scientifiques se sont penchés sur les problèmes de métabolisme auxquels sont confrontés les populations autistes. Ces dysfonctionnements se traduisent par l'envoi de signaux de danger, réceptionnés par un certain type de cellules. « Ces cellules se comportent comme des guerrières. En cas d'attaque, elles renforcent leur bordure et coupent toute communication avec les autres cellules, ce qui peut créer des dommages permanents » explique Robert Naviaux, généticien à l'Université de Californie. Chez les autistes, ces cellules sont particulièrement sollicitées. Au cours de l'expérience sur les souris, la suramine a permis d'inhiber les signaux de danger, et donc de stopper l'activité défensive des cellules concernées. Une fois ces cellules « pacifiées », les symptômes de l'autisme ont disparu. Un effet positif mais pas durable Il y a des mais, bien sur. D'abord, les cobayes qui se sont prêtés à l'expérience sont des souris, et non pas des êtres humains. En outre, la molécule n'agit que temporairement - chez les souris, les symptômes sont revenus au bout de cinq semaines - et elle ne saurait être utilisée à long terme en raison de ses effets secondaires (anémie, dysfonctionnement des glandes surrénales...¦). Malgré tout, ces résultats sont suffisamment encourageants pour que l'expérience soit menée sur des humains. Un essai clinique devrait ainsi être lancé sur des enfants atteints d'autisme au cours de l'année.»...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Reversal of autism-like behaviors and metaReversal of autism-like behaviors and metabolism in adult mice with single-dose antipurinergic therapy.... [Transl Psychiatry. 2014] 18/06/2014

«Abstract Autism spectrum disorders (ASDs) now affect 1-2% of the children born in the United States. Hundreds of genetic, metabolic and environmental factors are known to increase the risk of ASD. Similar factors are known to influence the risk of schizophrenia and bipolar disorder; however, a unifying mechanistic explanation has remained elusive. Here we used the maternal immune activation (MIA) mouse model of neurodevelopmental and neuropsychiatric disorders to study the effects of a single dose of the antipurinergic drug suramin on the behavior and metabolism of adult animals. We found that disturbances in social behavior, novelty preference and metabolism are not permanent but are treatable with antipurinergic therapy (APT) in this model of ASD and schizophrenia. A single dose of suramin (20...‰mg...‰kg-1 intraperitoneally (i.p.)) given to 6-month-old adults restored normal social behavior, novelty preference and metabolism. Comprehensive metabolomic analysis identified purine metabolism as the key regulatory pathway. Correction of purine metabolism normalized 17 of 18 metabolic pathways that were disturbed in the MIA model. Two days after treatment, the suramin concentration in the plasma and brainstem was 7.64...‰Î¼M pmol...‰Î¼l-1 (±0.50) and 5.15...‰pmol...‰mg-1 (±0.49), respectively. These data show good uptake of suramin into the central nervous system at the level of the brainstem. Most of the improvements associated with APT were lost after 5 weeks of drug washout, consistent with the 1-week plasma half-life of suramin in mice. Our results show that purine metabolism is a master regulator of behavior and metabolism in the MIA model, and that single-dose APT with suramin acutely reverses these abnormalities, even in adults.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Abuse scale in autism 'devastating' 17/06/2014

«THERE is a "devastating scale" of neglect and abuse experienced by adults with autism, a British charity has warned. MANY are staying at home because they are afraid of being abused or harassed, the National Autistic Society (NAS) says. People with autism can find it hard to interpret other people's motivations and as a result can be taken advantage of or manipulated, the charity said. Half of 1,300 sufferers questioned by NAS said they had been abused by someone who they thought of as a friend, 37 per cent said they had been manipulated to do something they didn't want to do by these so-called friends and 44 per cent said fear of abuse or harassment led them to not wanting to leave the house. Meanwhile a quarter of those polled said they have had their money or possessions stolen. The charity said that the poll also revealed that many adults with the condition are being neglected. Two thirds said they require someone to prompt them to wash, dress or feed themselves. But seven in 10 of these sufferers said they had missed meals because they don't get this support and 86 per cent said they had not washed. NAS raised concerns that changes to the care system could mean this kind of neglect could become more commonplace. A spokesman said that the government's proposals suggest that people will be eligible for care and support if they need "assistance", which may not necessarily include prompting.»...

<< Sommaire
heraldsun.com

Translational Psychiatry - Reversal of autism-like behaviors and metabolism in adult mice with single-dose antipurinergic therapy 17/06/2014

«Abstract Autism spectrum disorders (ASDs) now affect 1-2% of the children born in the United States. Hundreds of genetic, metabolic and environmental factors are known to increase the risk of ASD. Similar factors are known to influence the risk of schizophrenia and bipolar disorder; however, a unifying mechanistic explanation has remained elusive. Here we used the maternal immune activation (MIA) mouse model of neurodevelopmental and neuropsychiatric disorders to study the effects of a single dose of the antipurinergic drug suramin on the behavior and metabolism of adult animals. We found that disturbances in social behavior, novelty preference and metabolism are not permanent but are treatable with antipurinergic therapy (APT) in this model of ASD and schizophrenia. A single dose of suramin (20...‰mg...‰kg−1 intraperitoneally (i.p.)) given to 6-month-old adults restored normal social behavior, novelty preference and metabolism. Comprehensive metabolomic analysis identified purine metabolism as the key regulatory pathway. Correction of purine metabolism normalized 17 of 18 metabolic pathways that were disturbed in the MIA model. Two days after treatment, the suramin concentration in the plasma and brainstem was 7.64...‰Î¼M pmol...‰Î¼l−1 (±0.50) and 5.15...‰pmol...‰mg−1 (±0.49), respectively. These data show good uptake of suramin into the central nervous system at the level of the brainstem. Most of the improvements associated with APT were lost after 5 weeks of drug washout, consistent with the 1-week plasma half-life of suramin in mice. Our results show that purine metabolism is a master regulator of behavior and metabolism in the MIA model, and that single-dose APT with suramin acutely reverses these abnormalities, even in adults.»...

<< Sommaire
nature

Dans le cortege de la « Mad Pride », contre les prejuges sur les maladies mentaux 14/06/2014

«« Au moment de l'affaire Cahuzac, Hervé Morin s'est permis de dire que l'ancien ministre du budget était ...˜un schizophrène'. Non, c'est seulement un mec malhonnête ! » Philippe Guerard, président de l'association Advocacy qui représente les usagers des services de santé mentale, tient à mettre les choses au clair. Il a trop souffert de la stigmatisation pour accepter ce genre de comparaison. Assis sur un banc de l'hôpital Sainte-Anne pendant que les adhérents de son association pique-niquent, il attend le départ de la première « Mad Pride » française. Comprenez « Fierté des fous ». Cette marche, sur le modèle de ce qui se pratique déjà à l'étranger, de l'Australie aux Etats-Unis, a pour but de « démonter les a priori des gens sur les maladies mentales ». Avec ce nom, le défilé s'inscrit directement dans la lignée de la Gay Pride. « J'avais vingt ans dans les années soixante, je me rappelle du statut des homosexuels à l'époque. Ils ont du se battre pour leurs droits », assure Claude Deutsch, l'un des bénévoles de l'association qui avait participé à la Mad Pride de Bruxelles en 2011. A côté de lui, sur le parking qui fait face au pavillon Magnan, des dizaines de personnes se préparent à défiler. Masques sur la tête, maquillage bariolé sur le visage, poncho arc-en-ciel sur le dos, les manifestants s'apprêtent à marcher vers l'Hôtel de ville. Ils vont signer une charte de la dignité en santé mentale en présence de Bernard Jomier, adjoint à la mairie de Paris en charge des questions de santé.»...

<< Sommaire
lemonde

Autisme, restitution de diagnostic : quand l'interet de l'enfant et du medecin divergent... 14/06/2014

«Une famille raconte son entretien avec un pédopsychiatre concernant leur enfant autiste. Quand l'intérêt de l'enfant et du médecin divergent...¦ Sans commentaire. M. et Mme ANNIBAL Brest, le 17 mai 2014 38 rue Yves Collet 29200 Brest à Conseil départemental de l'ordre des médecins du Finistère 355 rue de l'Elorn - CS 72908 29229 Brest CEDEX 2 Madame, monsieur, Par la présente, nous vous informons que nous souhaitons déposer une plainte contre un médecin de notre département, le docteur Botbol Michel, pédopsychiatre psychanalyste, exerçant au centre de ressources de l'autisme de Bretagne, à l'hôpital psychiatrique de Bohars, route de Ploudalmezeau - BP 17 - 29820 Bohars. En effet, en date du 7 mai 2014, nous avons été victimes d'une attitude inadmissible de ce médecin, en plus d'un diagnostic incorrect et incomplet. Ce manquement au code de déontologie médicale s'est déroulé de la façon suivante : Mon mari et moi avions rendez-vous au CRA le 7 mai 2014 pour la restitution des évaluations menées par cet organisme sur notre fille Axelle (4 ans et demi), qui est autiste. Notre enfant avait déjà été diagnostiquée en mars 2012 aux Etats-Unis, où nous vivions alors. Elle a bénéficié outre-Atlantique d'une prise en charge très intensive et pluridisciplinaire, dont les résultats sont maintenant visibles. En demandant l'avis du CRA de Bretagne (nous vivons à Brest depuis l'été 2013), il s'agissait pour nous de faire mesurer finement ses progrès et de bénéficier des conseils de professionnels locaux concernant les moyens à mettre en place pour qu'Axelle continue à se développer. A la demande du Dr Botbol, nous avons d'ailleurs récupéré auprès de l'hôpital de Portsmouth (Virginie), où Axelle avait été suivie, la totalité des évaluations et des tests réalisés alors. Nous lui avons transmis tous ces documents en février 2014.»
[...]
«C’est malheureusement à ce stade que nous avons commis l’imprudence de citer le Dr Lemonnier, avec qui nous avons également pris contact, étant intéressés par son programme expérimental et cherchant à en savoir plus avant de décider si cela pourrait aider Axelle. Nous avons clairement dit au Dr Botbol que nous avions connaissance des mauvais rapports qu’il entretient avec le Dr Lemonnier, mais qu’en tant que parents cela ne nous concernait pas, que nous voulions surtout ne pas fermer de porte à notre enfant. Le Dr Botbol a alors pris à témoin ses deux collaboratrices en leur disant « je savais bien qu’il y avait un truc » (sic). Il nous a ensuite déclaré : « dites-moi ce que vous voulez que j’écrive dans le rapport et je le ferai », tout en martelant que l’expérience du Dr Lemonnier avait été jugée non probante par la science. Il nous a clairement dit qu’il marquerait ce que nous désirions dans le rapport (c’est à dire qu il serait capable de nous rendre un rapport médical mensonger). Il nous a également interpellés à plusieurs reprises en déclarant « je crois qu’il vaut mieux que je m’en aille ». Cela a duré de longues minutes. Sentant que l’impasse était totale nous lui avons demandé si il avait un conseil à nous donner pour la prise en charge d’Axelle. Il a répondu que non puis il a enfin quitté la pièce. Il nous a fallu quelques minutes, ainsi qu’aux collaboratrices du Dr Botbol, pour reprendre notre respiration et évacuer un peu du stress. Nous avons ensuite pu échanger avec elles de manière normale (vu les circonstances) afin de recueillir des informations et des contacts utiles pour Axelle. »...

<< Sommaire
blogs.lexpress

L'existence d'un ''cachot''...¨ confirmee a l'IME de Brottes 12/06/2014

«En attendant les conclusions de l'étude de l'Agence régionale de santé, ...¨la CGT livre des informations sur le dossier de l'IME et confirme l'existence ...¨d'un "cachot" non-officiel.»...

<< Sommaire
jhm

Non-verbal teen with autism gives graduation address at school 12/06/2014

«WOODLAND HILLS, Calif. (KABC) -- A local teenager with autism spent most of his life not being able to express himself. Dillan Barmache felt trapped and frustrated by not being able to speak. But on Thursday, in front of his whole graduating class, he found his voice. On Graduation Day, so many thoughts enter your mind as you walk on stage. Dillan Barmache, 14, may have autism and may be non-verbal, but on this day his commencement message is crystal clear. "Always look inside other people's experience in order to gain another perspective," Dillan said on stage. For years, Dillan's ideas used to be trapped inside his head. Today they're spilling out with the aid of his tablet computer. "I so believe that there is so much more each one of us can do for other people," said Dillan. Classmates, parents and teachers responded with a standing ovation. But as his mom tells us the road to this moment was often filled with frustration. "Up until the age of 10, we were trying a lot of the interventions that are very common for an autistic child, but at 10 we realized that speech wasn't really coming in," said Dillan's mother Tami Barmache. Not being able to express himself increased Dillan's anxiety. His movements and his mood became difficult for him to control. He desperately wanted to communicate that he was more than the few sounds that left his lips.»...

<< Sommaire
abc7

L'Agence regionale de sante passe la main a Autisme France au foyer pour autistes de Bray-sur-Somme 11/06/2014

«Le Foyer d'accueil médicalisé du Coquelicot, né sous l'impulsion d'Autisme Picardie 80, une structure portée par des parents de malades, a accueilli ses premiers résidents en janvier 2013. Vingt-six adultes atteints d'autisme et de troubles apparentés y vivent. Le 10 décembre 2013, l'établissement est placé, par l'Agence régionale de santé, sous l'administration de Jérôme Passicousset jusqu'au 6 juin 2014, après que des salariés ont dénoncé, d'abord anonymement, des dysfonctionnements. Le 30 juin 2014, Dominique Pasquet, directeur, quittera ses fonctions, de son propre chef, comme la chef de service, sa compagne, partie le 15 mai. A l'issue de la période d'administration provisoire du foyer pour autistes de Bray, c'est le groupement Autisme France qui gère l'aspect administratif et les recrutements.»...

<< Sommaire
courrier-picard

Autisme et prise en charge : Sophie Robert s'exprime sur les blocages - YouTube 08/06/2014

«Invitée sur le plateau du 12/13 de France 3 Alpes le vendredi 6 juin, pour la projection de son film "Quelque chose en plus" aux 6 REX à Grenoble (4 au 18 juin 2014)»...

<< Sommaire
youtube

Rochefort 5-6 juillet Formation Soutien scolaire pour enfants avec autisme 08/06/2014

«Epsilon à l'école Soutien scolaire pour enfants avec autisme ou présentant des troubles spécifiques des apprentissages. Thèmes présentés Journée 1 : Tenir compte de la pensée autistique dans l’enseignement Journée 2 : Géométrie (cycle 2 et 3) Cette formation est animée par Lydie LAURENT, enseignante de l’Education Nationale française depuis 16 ans, professeur spécialisée pour des enfants présentant des troubles cognitifs, formation ASH Adaptation Scolaire et Scolarisation des élèves Handicapés, formation référente Autisme pour la Région Rhône Alpes, maman d’un enfant avec autisme, formée et expérimentée en ABA1, TEACCH2 , à la pédagogie Montessori, sensibilisée au PRT3 , auteur des livres Epsilon, un enfant extra-ordinaire – Qu’est-ce que l’autisme ? et Epsilon, un écolier extra-ordinaire – Qu’est-ce que l’autisme à l’école ?»
[...]
«Journée 2 : Géométrie (cycle 2 et 3) Cette journée permettra de mettre en application les procédures d’enseignement présentées lors de la première journée en utilisant le matériel de géométrie Montessori et d’autres outils. A travers des activités concrètes, l’enfant aborde progressivement la géométrie :
• Les figures planes et leurs caractéristiques - Les solides et leurs caractéristiques - Les lignes droites et leurs positions - Les angles - La notion de périmètre - La notion de surface - La notion de volume - la notion de symétrie axiale. www.epsilonalecole.com »...

<< Sommaire
epsilonalecole

La course aux nombres - Un jeu qui enseigne l'arithmetique et combat la dyscalculie 08/06/2014

«image description download  Qu'est-ce que La Course aux Nombres ? C'est un logiciel de jeu amusant qui vous fait jongler avec les nombres, et enseigne les concepts fondamentaux de l'arithmétique : Présentation des nombres - ensembles concrets, chiffres ou mots Comptage - entrainement avec les nombres 1 à 40 Calculs élémentaires - additions et soustractions Apprendre à jouer ou sur le fonctionnement du jeu A qui s'adresse ce jeu ? La Course aux Nombres est destinée à l'origine aux enfants de 4 à 8 ans. Les enfants de maternelle y découvriront les concepts de base des nombres et de l'arithmétique. Ceux de primaire, qui connaissent déjà les nombres, apprendront à calculer de plus en plus vite. Le jeu s'adresse tout particulièrement aux enfants qui éprouvent des difficultés en maths (dyscalculie) - il les aidera à renforcer leurs circuits cérébraux de représentation et de manipulation des nombres. La Course aux Nombres se concentre sur les petits nombres. Pour les enfants plus à l'aise, pensez à jouer à L'Attrape-Nombres. Qui a créé La Course aux Nombres? Le jeu a été imaginé par l'Unité INSERM-CEA de Neuroimagerie Cognitive, un centre de recherche de pointe en cognition mathématique. Copyright © 2004 Anna Wilson et Stanislas Dehaene.»...

<< Sommaire
lacourseauxnombres

L'Attrape-Nombres - Un jeu qui enseigne l'arithmetique et combat la dyscalculie 08/06/2014

«Qu'est-ce que L'Attrape-Nombres? C'est un logiciel de jeu rapide et amusant qui vous fait jongler avec les nombres, et enseigne les concepts fondamentaux de l'arithmétique : Calculs élémentaires - additions et soustractions Présentation des nombres - ensembles concrets, chiffres ou mots Principe de la base 10 et des nombres à plusieurs chiffres Apprendre à jouer ou sur le fonctionnement du jeu A qui ce jeu est-il destiné? L'Attrape-Nombres est principalement adapté aux enfants de 5 à 10 ans - mais les niveaux supérieurs feront le plaisir des adultes ! Les enfants de maternelle y découvriront les concepts de base des nombres et de l'arithmétique. Ceux de primaire, qui connaissent déjà les nombres, apprendront à calculer de plus en plus vite. Le jeu s'adresse tout particulièrement aux enfants qui éprouvent des difficultés en maths (dyscalculie) - il les aidera à renforcer leurs circuits cérébraux de représentation et de manipulation des nombres. L'Attrape-Nombres se concentre sur les nombres à deux chiffres. Pour les plus jeunes, qui font leurs tous premiers pas en arithmétique, nous recommandons notre autre jeu La Course aux nombres. Qui a créé L'Attrape-Nombres? Le jeu a été imaginé par l'Unité INSERM-CEA de Neuroimagerie Cognitive, un centre de recherche de pointe en cognition mathématique.»...

<< Sommaire
attrape-nombres

Gestion des talents, Autisme et Innovation: Embaucher des candidats «differents» ou le principe du Pissenlit 06/06/2014

«Tels les pissenlits dans un beau gazon vert, les personnes différentes au plan comportemental ou neurologique, ne trouvent guère de place dans des équipes bien rodées, cohésives et efficaces. Bref, de la mauvaise herbe! Faux, nous rappellent les dirigeants du géant mondial de l'informatique SAP AG. Pour preuve, la société poursuit une politique d'embauche de candidats « bénéficiant d'autisme » ou autres formes de dérèglements neurologiques. Avantage concurrentiel, innovation technologique et création de valeur obligent! L'objectif initial: 1% des effectifs mondiaux à l'horizon 2020 se verront confier des « responsabilités » expérimentales et créatrices: testing de logiciels, élaboration d'algorithmes, design de diagrammes, notamment. Citoyenneté corporative ou stratégie différenciée de création de valeur? « Nous partageons la conviction que l'innovation technologique émerge le plus souvent à la marge du conformisme. Ainsi, en privilégiant des personnalités limites, nous augmentons notre capacité de redéfinir l'avantage concurrentiel dans nos champs d'activités de transferts technologiques et de transferts de savoir », affirme l'un des dirigeants de SAP. La démarche consiste à repérer les « meilleurs au monde » pour effectuer des activités requérant un potentiel de créativité élevée et des façons de voir inédites ou plus difficiles pour des intelligences normales... En un mot, le talent spécialisé, « ex-centrique » et faible en besoin d'interaction sociale et de collégialité professionnelle, est une matière première (la grise) recherchée. Le bassin est universel. La course aux cerveaux différents est ouverte. En témoignent la belge Passwerk, l'allemande Auticon et les américaines Aspiritech et Microsoft, pour n'en citer que quelques-unes. La formule: configurer un environnement de travail (technologique, ergonomique) propice à l'optimisation de l'efficacité de l'autiste (par exemple) adapter un encadrement et un style de gestion convenable et stimuler les caractéristiques propres au fonctionnement neurologique de ces candidats. Le contenu des tâches? Au candidat d'y voir? Ces personnes atypiques, « doués ès nerditude » (« Geekdom ») sont difficiles à normaliser mais souvent très prompts à saisir l'erreur, à corriger l'irrégularité chez les conformistes. En un mot, à voir différemment, selon l'expression de Newton. A innover et rendre possible l'impossible et l'improbable, à stimuler la chaine de valeurs dans l'industrie technivore, biotechnologie, informatique et physique appliquée, entre autres Le secteur le plus prometteur pour cette approche complémentaire à la gestion des ressources humaines: le BIG DATA, nouvel univers de la création de richesses et porteur de développement à tous les niveaux de l'activité industrielle, scientifique et humaine. Qui gagnera la guerre des talents atypiques? Cette guerre n'a ni frontières, ni drapeaux. Elle a certes ses posologies, ses ritalins et autres herbicides.»...

<< Sommaire
lesaffaires

Gestion des talents, Autisme et Innovation: Embaucher des candidats «differents» ou le principe du Pissenlit 06/06/2014

«Tels les pissenlits dans un beau gazon vert, les personnes différentes au plan comportemental ou neurologique, ne trouvent guère de place dans des équipes bien rodées, cohésives et efficaces. Bref, de la mauvaise herbe! Faux, nous rappellent les dirigeants du géant mondial de l'informatique SAP AG. Pour preuve, la société poursuit une politique d'embauche de candidats « bénéficiant d'autisme » ou autres formes de dérèglements neurologiques. Avantage concurrentiel, innovation technologique et création de valeur obligent! L'objectif initial: 1% des effectifs mondiaux à l'horizon 2020 se verront confier des « responsabilités » expérimentales et créatrices: testing de logiciels, élaboration d'algorithmes, design de diagrammes, notamment. Citoyenneté corporative ou stratégie différenciée de création de valeur? « Nous partageons la conviction que l'innovation technologique émerge le plus souvent à la marge du conformisme. Ainsi, en privilégiant des personnalités limites, nous augmentons notre capacité de redéfinir l'avantage concurrentiel dans nos champs d'activités de transferts technologiques et de transferts de savoir », affirme l'un des dirigeants de SAP. La démarche consiste à repérer les « meilleurs au monde » pour effectuer des activités requérant un potentiel de créativité élevée et des façons de voir inédites ou plus difficiles pour des intelligences normales... En un mot, le talent spécialisé, « ex-centrique » et faible en besoin d'interaction sociale et de collégialité professionnelle, est une matière première (la grise) recherchée. Le bassin est universel. La course aux cerveaux différents est ouverte. En témoignent la belge Passwerk, l'allemande Auticon et les américaines Aspiritech et Microsoft, pour n'en citer que quelques-unes. La formule: configurer un environnement de travail (technologique, ergonomique) propice à l'optimisation de l'efficacité de l'autiste (par exemple) adapter un encadrement et un style de gestion convenable et stimuler les caractéristiques propres au fonctionnement neurologique de ces candidats. Le contenu des tâches? Au candidat d'y voir? Ces personnes atypiques, « doués ès nerditude » (« Geekdom ») sont difficiles à normaliser mais souvent très prompts à saisir l'erreur, à corriger l'irrégularité chez les conformistes. En un mot, à voir différemment, selon l'expression de Newton. A innover et rendre possible l'impossible et l'improbable, à stimuler la chaine de valeurs dans l'industrie technivore, biotechnologie, informatique et physique appliquée, entre autres Le secteur le plus prometteur pour cette approche complémentaire à la gestion des ressources humaines: le BIG DATA, nouvel univers de la création de richesses et porteur de développement à tous les niveaux de l'activité industrielle, scientifique et humaine. Qui gagnera la guerre des talents atypiques? Cette guerre n'a ni frontières, ni drapeaux. Elle a certes ses posologies, ses ritalins et autres herbicides.»...

<< Sommaire
lesaffaires

Interview de Bernard Courtieu, PDG d'IntegraGen. 06/06/2014

«Bernard Courtieu, Président-directeur général d'IntegraGen, répond aux questions de Cercle Finance, suite au lancement d'une augmentation de capital sans droit préférentiel de souscription ni délai de priorité, par émission de 740.740 actions nouvelles. Cercle Finance: Le prix est de 5,40 euros par action, soit une décote de 20% par rapport au cours moyen des 28, 29 et 30 mai 2014, et la période de souscription s'étend du 3 juin 2014 au 11 juin 2014 inclus. Vous avez l'intention de lever un produit brut d'environ quatre millions d'euros. Le montant de l'augmentation de capital est susceptible d'être porté à un maximum d'environ 4,6 millions d'euros en cas d'exercice en totalité de la clause d'extension. Le nombre d'actions nouvelles serait alors porté à 851.851. Pourquoi engager une telle opération? Bernard Courtieu: Deux raisons expliquent le lancement de cette augmentation de capital. Tout d'abord, d'un point de vue purement technique, les titres sont transférés sur un compartiment de cotation accessible au public. Quatre ans plus tôt, la société a fait son entrée en Bourse sur Alternext à Paris via un placement privé, réservé aux investisseurs institutionnels. Depuis, elle a franchi des étapes importantes et validé des données cliniques qui vont lui permettre de passer à la phase de commercialisation des tests de diagnostic moléculaire conçus ces dernières années, grâce à des investissements majeurs en R&D. Par conséquent, afin de s'ouvrir au plus grand nombre d'actionnaires et accroitre le flottant, le groupe opère un transfert des 4.115.471 actions constituant le capital d'IntegraGen, du groupe de cotation EI (placement privé) au groupe de cotation E2 (société ayant fait une offre au public) du marché Alternext d'Euronext Paris. D'autre part, les fonds levés ont pour objectif de financer les développements en cours. La société entend nouer des partenariats pour la distribution des tests relatifs au cancer du colon et du foie, en Europe et aux Etats-Unis. Ceux destinés à détecter les prédispositions d'un enfant à l'autisme seront toujours commercialisés par nous-mêmes, outre-Atlantique. Pour ce faire, nous embaucherons des commerciaux, actuellement au nombre de deux. Ils démarcheront les pédiatres américains, davantage sensibilisés que sur le Vieux Continent. Argument imparable, le test est remboursé. Il doit être prescrit au jeune patient entre un et trois ans, afin de débuter le traitement le plus rapidement possible, permettant une réduction considérable du handicap à l'âge adulte. Nous estimons le marché à plus de 500 millions de dollars aux Etats-Unis, étant donné que 50.000 nouveaux cas d'enfants autistes sont constatés chaque année. IntegraGen n'a pas de concurrent sérieux sur le territoire américain dans le dépistage de l'autisme.»...

<< Sommaire
boursorama

J'ai lu : Scolariser un enfant avec autisme de Elisabeth Bintz, editions Tom Pousse | Le Petit Prince a dit 06/06/2014

«C'est avec beaucoup de curiosité que j'ai ouvert le livre Scolariser un enfant avec autisme de Elisabeth Bintz, en me demandant quels conseils cela allait m'apporter, et finalement, je n'ai pas été déçue, loin de là ! Ce que j'ai aimé d'emblée dans ce livre, c'est que de suite l'auteure décrit l'absolue nécessité de mettre l'enfant dans une école, et en parle de manière très positive, et c'est génial. Loin de nier les difficultés, elle les valorise pour en révéler tous les aspects motivants et vecteurs de succès et de progrès pour l'enfant. Pourtant j'ai été surprise car je m'attendais à ce que cet ouvrage soit adressé à nous, les parents et en fait, non : il s'adresse aux enseignants ! C'est donc un guide extrêmement pratique et factuel qui va pouvoir aider les enseignants à accompagner l'enfant autiste dans la classe. En même temps, il nous permet à nous, parent, de guider les profs et d'anticiper les problèmes, donc je conseille de le lire aussi pour nous-même, ne serait-ce que pour nous conforter dans le fait que l'école est faite aussi pour nos enfants ! Elisabeth Bintz va alors aborder les différentes matières de l'instruction au programme et les moyens de les aborder avec l'enfant avec autisme : on retrouvera la maitrise de la langue, les mathématiques, la découverte du monde, l'éducation physique et sportive, l'éducation musicale, les arts visuels et enfin l'informatique. Ce petit livre d'environ 110 pages se lit très vite et surtout comprend pleins d'illustrations qui schématisent les méthodologies à employer : très pratique ! Il est donc à mettre entre toutes les bonnes mains, et peut-être à offrir aux enseignants : ce livre coute 14E, un investissement qui peut s'avérer très payant je pense.»...

<< Sommaire
lepetitprinceadit

Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé publiée dans le JO Sénat -Prise en charge de l'autisme - Senat 05/06/2014

«Question écrite n° 04125 de Mme Natacha Bouchart (Pas-de-Calais - UMP) publiée dans le JO Sénat du 24/01/2013 - page 235 Mme Natacha Bouchart attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la prise en charge des personnes atteintes d'autisme. De nombreuses associations ont pu souligner le grand travail des gouvernements précédents dans la reconnaissance et la prise en considération de l'autisme. Mais la France reste très en retard dans le dépistage et la prise en charge de cette maladie. Aujourd'hui, il n'est pas acceptable que des familles soient dans l'obligation de pallier les déficiences de l'Etat en sacrifiant leur vie personnelle et professionnelle pour être en mesure d'accompagner leur enfant au mieux. Alors que 2013 sera l'année du troisième plan autisme, les familles de personnes autistes regrettent de ne pas être associées à son élaboration. Elle lui demande donc quels moyens seront mis en oeuvre pour faire émerger sur cette question une politique d'envergure en matière de soutien à la famille. Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé.»
[...]
« Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé publiée dans le JO Sénat du 05/06/2014 - page 1304 Le plan autisme 2013-2017 adopté en Conseil des ministres le 2 mai 2013 après une large concertation de toutes les parties prenantes, est doté de 205,5 millions d'euros. Il programme une action très volontariste en matière de formation, de scolarisation, d'emploi. Au niveau local, chaque agence régionale de santé (ARS) assurera la mise en oeuvre et le suivi du plan en associant l'ensemble des acteurs dans une structure de concertation. Un Plan régional pour l'autisme sera élaboré dans ce cadre en cohérence avec les autres schémas régionaux. Le Gouvernement s'est ainsi donné les moyens de faire évoluer le système sur la base des recommandations de bonne pratique édictées par la Haute autorité de santé (HAS) et l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM). Ainsi, 5 000 professionnels du secteur médico-social dans son ensemble seront formés sur la durée du plan aux méthodes éducatives. 195 millions d'euros seront dédiés à la création et à la transformation de places dans les établissements et services médico-sociaux, dont 1 500 places pour les adultes, 350 dans des structures de répit, 700 dans des unités d'enseignement en maternelle. Il est en effet impératif de diagnostiquer et de suivre les personnes autistes dès leur plus jeune âge et tout au long de la vie, en prenant en compte leur environnement et leurs besoins de manière globale. Il s'agit d'un effort très conséquent, particulièrement dans le contexte actuel, tant pour répondre aux besoins des personnes concernées, que pour accompagner leurs familles. Celles-ci ont fait l'objet d'un axe particulier du plan (« Soutenir les familles ») qui prévoit notamment la réforme des centres de ressource autisme, dédiés à leur information et à leur orientation. Par ailleurs, la valorisation du rôle des aidants familiaux, auprès des personnes en situation de handicap, comme des personnes âgées, fait l'objet d'une réflexion approfondie du Gouvernement et des partenaires sociaux. »...

<< Sommaire
senat

Visual Search and Emotion: How Children with Autism Spectrum Disorders Scan Emotional Scenes 04/06/2014

«Abstract This study assessed visual search abilities, tested through the flicker task, in children diagnosed with autism spectrum disorders (ASDs). Twenty-two children diagnosed with ASD and 22 matched typically developing (TD) children were told to detect changes in objects of central interest or objects of marginal interest (MI) embedded in either emotion-laden (positive or negative) or neutral real-world pictures. The results showed that emotion-laden pictures equally interfered with performance of both ASD and TD children, slowing down reaction times compared with neutral pictures. Children with ASD were faster than TD children, particularly in detecting changes in MI objects, the most difficult condition. However, their performance was less accurate than performance of TD children just when the pictures were negative. These findings suggest that children with ASD have better visual search abilities than TD children only when the search is particularly difficult and requires strong serial search strategies. The emotional-social impairment that is usually considered as a typical feature of ASD seems to be limited to processing of negative emotional information.»...

<< Sommaire
link.springer

Innovation : des etudiants inventent un gant qui fait parler sourds et muets 03/06/2014

«Faire parler les sourd et les muets Faire parler les sourds et les muets est un rêve qu'aucun homme n'a jamais pu exaucer. Pourtant une équipe de 6 étudiants de Nancy a mis au point une technique faisant parler les personnes n'ayant pas la chance de pouvoir s'exprimer avec des mots. La solution est un gant ! Oui, vous avez bien lu, un gant. Mais comment est-ce possible ? A l'aide de capteurs positionnés sur le gant numérique, un signal est envoyé au smartphone qui analyse les mouvements et les retranscrit vocalement par un boitier. Ainsi, avec Hand'speaker, une personne utilisant la langue des signes pourrait se faire comprendre par tous. L'objectif principal de ce projet et de "réduire le taux de chômage des personnes atteintes de surdité sévère en favorisant leur insertion professionnelle", précise Tracy Rival, responsable communication de Hand'speaker sur la présentation vidéo du projet. De nombreuses récompenses Le projet regroupe 3 étudiants de l'école des Mines de Nancy et 3 autres de l'ICN Business School. Il est porté par un étudiant ingénieur marocain de 21 ans, Salah Ghamizi qui a mis au point cette technologie. L'équipe a participé à plusieurs concours entrepreneuriaux où elle a rencontré un franc succès. Hand'speaker a raflé le Prix national des "entrepreneuriales", le prix "Startem" et celui de la Banque de France du concours "Créactiv'Est". Les récompenses ne s'arrêteront peut-être pas là puisque le projet a été sélectionné parmi les 23 finalistes français pour participer à la "World Cup", organisée par Enactus en octobre 2014 à Pékin, regroupant 38 pays. Quoi qu'il en soit ce projet ne sera pas qu'un feu de paille puisque Salah Ghamizi entend consacrer une demi-année pour lancer sa start-up, selon le Républicain Lorrain.»...

<< Sommaire
digischool

« Des enseignants qui se retroussent les manches et qui ré-enchantent le métier » 03/06/2014

«Ca change, ça bouge. Mais qu'est-ce qui change et bouge dans ce métier ? C'est ce que nous apprend ce dossier. Les coordonnateurs, Michèle Amiel et Yannick Mevel, nous le présentent. Quelle a été votre plus grosse surprise en coordonnant ce dossier ? Michèle Amiel : Ce qui m'a le plus frappée, c'est la mise en évidence d'un métier qui devient de plus en plus difficile. Les enseignants comprennent bien que la donne est différente : un environnement social qui a changé, les représentations d'un élève idéal qu'il faut abandonner, le cadre d'un établissement autonome qui entraine de nouveaux comportements. En fait, l'acceptation d'une réalité, un pragmatisme nécessaire. Yannick Mevel : Ce qui m'a frappé, moi, c'est l'absence de contributions spontanées portant sur les questions de statut, comme si celles-ci étaient finalement secondaires par rapport aux changements engagés sur le terrain. Quelle vision du métier enseignant le dossier renvoie-t-il ? M. A. : Je redoutais une déferlante d'expression de souffrance sur le métier ou de sentiment de désarroi en lançant ce cahier : plusieurs dossiers diffusés il y a quelques années illustraient cette souffrance chez beaucoup de professionnels. Il est vrai que les questions que nous avions posées induisaient un certain style de réponse : nous insistions sur le changement, sur l'évolution des pratiques ; les enseignants en souffrance ne se sont peut-être pas sentis concernés par notre problématique. Y. M. : Le dossier propose en effet une conception du métier et du changement dans le métier résolument optimiste, portée par des enseignants qui se retroussent les manches et qui, malgré les obstacles, ré-enchantent le métier. Même les textes qui soulignent les difficultés (on est loin d'une vision aseptisée du métier) sont tendus par un enthousiasme qui repose sur la conviction qu'il est possible de faire apprendre les élèves. Comment voyez-vous évoluer le métier ? M. A. : Par l'obligation de faire évoluer ses pratiques professionnelles et d'acquérir de nouvelles compétences pour répondre de manière efficace à ces situations nouvelles : passer de la notation à l'évaluation, du travail individuel au travail en équipe, de la discipline unique à l'interdisciplinarité, de la fermeture dans la classe aux partenariats divers, du niveau de la classe à la participation au pilotage de l'établissement... Avec, pourtant, une permanence : le souci de l'éthique, le respect de l'élève comme personne, la volonté têtue de le faire progresser et réussir. Y. M. : Par le bas : des enseignants qui s'y mettent et qui font « bouger le métier » sans attendre le grand soir de la réforme ni même de la refondation. Deux directions majeures : le développement de l'autonomie professionnelle et le développement des solidarités qui permettent cette autonomie. Mais rien n'est acquis : le repli individualiste, la caporalisation, l'usure guettent...»...

<< Sommaire
cahiers-pedagogiques

Desole pour les militants anti-fourrure... Non, il n'y a pas de lien entre le lait de vache et l'autisme 03/06/2014

«Atlantico : Pourquoi la mise en cause (voir ici) du rôle néfaste du lait dans les cas d'autisme s'avère être une erreur ? Eric Lemonnier : la caséine, protéine contenue dans le lait de vache, est mise en cause avec le gluten depuis une dizaine d'années. Cette histoire traine depuis très longtemps dans le milieu. Il n'y a jusqu'à présent pas eu de travaux scientifiques admis avec un niveau de preuves suffisant qui montre que le gluten et la caséine jouent un rôle important dans l'autisme. Depuis 15 ans certains parents se lancent dans des régimes sans gluten mais la plupart arrêtent et ne voient pas l'intérêt car c'est très contraignant. Certains disent que ça va mieux, mais quand on leur demande ils répondent que ce n'est pas l'autisme de leur enfant qui s'améliore mais éventuellement les troubles du comportement. C'est seulement le témoignage de quelques parents mais du coup personne n'arrive à transformer ces témoignages en niveau de preuves acceptable. On commence à travailler sur des populations importantes mais pour le moment on n'a pas assez de monde. Où en est-on actuellement au niveau de la recherche sur les causes de l'autisme ? Longtemps considéré comme une maladie de la relation mère-enfant et lié à l'environnement familial, l'autisme est aujourd'hui présenté comme une maladie "génétique"... Il y a des modèles de fonctionnement ou de dysfonctionnement psychologique différents et on adopte un point de vu ou un autre. Avant on considérait que c'était environnemental avec l'interaction précoce entre la mère, les parents et l'enfant mais là on a abandonné cette idée. Aujourd'hui il y a un consensus des scientifiques, ce qui est d'ailleurs très problématique en science, pour considérer que ce sont des troubles neuro-comportementaux qui arrivent précocement dans le développement du cerveau. Les causes sont en fait essentiellement génétiques mais aussi environnementales, il y a une interaction entre les deux. On ne connait pas les facteurs environnementaux si ce n'est la prise de Dépakine, un traitement antiépileptique. On s'est rendu compte en 2005 que la Dépakine pouvait s'accompagner d'autisme mais c'est dans un petit nombre de cas et il n'y a pas de relation systématique. On est aussi loin d'en savoir plus, il n'y a rien pour le moment. De grandes études américaines sont lancées elles n'ont pas appris grand chose. Même pour les gênes c'est compliqué car on n'arrive pas à savoir lequel serait responsable. On a 300 gènes candidats aujourd'hui...Beaucoup de publications scientifiques, environ 6000 à 7000, sont publiées chaque année mais ça part dans tous les sens. Il faudrait modéliser les choses alors que nos modèles s'avèrent très partiels donc c'est très compliqué. Où en est-on au niveau des traitements ? Le neurobiologiste Yehezkel Ben Ari et vous-même ont récemment mis au point un traitement révolutionnaire consistant à baisser le taux de chlore chez les autistes... Yehezkel Ben Ari est un chercheur magnifique. Il a travaillé l'essentiel de sa carrière sur le développement du cerveau. Il a rencontré ma théorie selon laquelle les enfants ont une réaction paradoxale à certains traitements comme le Valium. Du point de vu thérapeutique on agit effectivement sur le taux de chlore dans les neurones. Le premier essai est encouragent, on essaye d'avancer là-dessus. C'est le premier traitement qui agit sur l'autisme à proprement parler. Pour l'instant il y a que nous mais ça ne va durer. C'est la première étape mais on n'a pas guéri pour autant l'autisme... Le dépistage de l'autisme progresse autant que le diagnostic de ces troubles, en hausse. Les deux sont-ils liés ou assiste-t-on à une véritable recrudescence de cette maladie ? Là encore, le débat est encore loin d'être tranché sur la hausse des cas d'autisme. Trois choses : tout le monde a un meilleur accès au soin et au diagnostic. On a aussi des classifications qui sont plus larges, avant les enfants n'étaient pas dans la case autisme. Enfin, troisième point, ça augmente peut-être mais il n'y a aucun argument définitif pour l'instant.»...

<< Sommaire
atlantico

Memoire : des chercheurs ont reussi a effacer et reactiver des souvenirs 03/06/2014

«Grâce à des stimulations de différentes fréquences, des chercheurs sont parvenus à effacer un souvenir et le faire resurgir. Ces travaux pourraient être intéressants pour la maladie d'Alzheimer. Mémoire : des chercheurs ont réussi à effacer et réactiver des souvenirs C'est un pari un peu fou que viennent de réussir des chercheurs américains. Effacer la mémoire et la faire revenir. Leurs travaux, publiés dans la revue Nature, ont été menés chez des rats. Les animaux avaient appris à associer la stimulation du nerf optique à la douleur d'une décharge électrique. Ainsi, à chaque fois qu'ils recevaient des stimuli, les rats ressentaient de la peur. Ces stimuli étaient délivrés grâce à une fibre optique insérée dans le cerveau, et qui envoie des impulsions lumineuses. Puis les chercheurs ont stimulé cette même zone cérébrale, mais avec des fréquences beaucoup plus basses, de l'ordre d'une impulsion par seconde, pendant 15 minutes. Et après cela, les rats n'exprimaient plus aucune peur, même avec les stimuli d'origine de plus haute fréquence. Ce qui veut dire que la mémoire de l'association entre le stimulus lumineux et la douleur avait disparu. « Nous pouvons créer un souvenir, l'effacer et le faire resurgir », a déclaré le Dr Roberto Malino, professeur de neurosciences à l'Université de Californie San Diego School et principal auteur de l'étude. Des changements au niveau des synapses neuronales Mais comment expliquer ce phénomène ? Les chercheurs avancent que les stimulations ont provoqué des changements au niveau des synapses qui relient les neurones. Quand les connections synaptiques étaient affaiblies par les stimuli de basse fréquence, la mémoire s'effaçait. Tandis que les stimulations de haute fréquence renforçaient les connexions synaptiques.»...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Shifting impairment and aggression in intellectual disability and Autism Spectrum Disorder. 02/06/2014

«Abstract Aggressive behaviour is a major problem in individuals with an intellectual disability (ID) as well as in individuals with an Autism Spectrum Disorder (ASD). There are indications that suggest a link between cognitive shifting and aggression. In this study, reports of aggressive incidents of adolescents and young adults with different clinical diagnoses (ID, ID+ASD, ASD) were collected during 1 year, using the Staff Observation Aggression Scale-Revised. Whether they were diagnosed with ID, ASD or both; individuals who displayed aggression were found to face more cognitive shifting difficulties than non-aggressive individuals, while no significant differences were found on severity of ASD symptoms. Study results support the assumption that a cognition-based model for aggression may be more adequate than a diagnose-based model.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Ice Storm Project and maternal stress 02/06/2014

«A new study finds a link between prenatal maternal stress (PNMS) and the development of symptoms of asthma and autism in children. A team of scientists from The Douglas Mental Health University Institute and from McGill University has been studying women who were pregnant during the January 1998 Quebec ice storm since June of that year and observing effects of their stress on their children's development (Project Ice Storm).The team examined the degree to which the mothers' objective degree of hardship from the storm and their subjective degree of distress explained differences among the women's children in asthma-like symptoms and in autism-like traits. Results reported in the journal Psychiatry Research show that the greater the mothers' objective hardship from the ice storm (such as more days without electricity), and the greater the mothers' distress about the ice storm 5 months later, the more severe their children's autistic-like traits at 6½ years of age. The team emphasizes that the children in Project Ice Storm are not autistic; the results describe normal variations among children. These traits include difficulty making friends, being clumsy, speaking in odd ways, etc. The effect of the mothers' ice storm stress was especially strong when the ice storm happened in the first trimester of pregnancy. Interestingly, the children with the most severe symptoms had mothers who had had high levels of hardship from the ice storm but low levels of distress. "We have found effects of the mothers' objective hardship from the ice storm (such as the number of days without electricity), or their degree of distress from the storm, on every aspect of child development that we have studied, said Suzanne King, PhD, the senior author of the paper. This is surprising, since the children in our study are mostly from upper class families and are generally doing extremely well in school and in life." In May, the team reported in the journal Biomedical Research International that girls whose mothers had had high levels of distress after the ice storm were more likely to have experienced wheezing, to have been diagnosed with asthma by a doctor, and to have been prescribed asthma medication before the age of 12. There was no effect in boys, and there was no effect of the mothers' objective hardship. These results demonstrate the power of a stressor in pregnancy to influence both the physical development and the mental health of the unborn child. Project Ice Storm continues to follow the children's development, including brain MRI scans at the age of 16 years starting in September. "If the stress of the ice storm could have such large effects on these children, helping to explain why some are sicker than others or have more atypical development than others, added Suzanne King, how much greater would the effects be with an even more stressful event in pregnancy or in disadvantaged families with fewer resources? Our research is showing us how vulnerable the unborn child is to his mother's environment and her mood."»...

<< Sommaire
eurekalert

PETA slammed for advertisements linking autism and dairy consumption 02/06/2014

«THE animal rights organisation PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) has been slammed by scientists and on social media for a new campaign which links autism to the consumption of dairy products. The advertisements have also been criticised for making autism, as one Twitter user described, "look like it's the most awful thing ever". Florey Institute researcher Dr Emma Burrows told a science website that "The balance of evidence suggests that this link does not deserve any media attention". "This is just adding to the multitude of conflicting and bewildering recommendations that parents of children with autism have to sift through." Noting to fear ... Jonny and Grace Yull get their calcium fix. Picture: Mark Brake Nothing to fear ... Jonny and Grace Yull get their calcium fix. Picture: Mark Brake Source: News Corp Australia On its website, PETA states that "more research is needed" - but has still created a billboard and online advertisements to "alert the public". "The reason why dairy foods may worsen or even cause autism is being debated. Some suspect that casein harms the brain, while others suggest that the gastrointestinal problems so often caused by dairy products cause distress and thus worsen behaviour in autistic children," PETA states on its website. The organisation quotes two studies appearing to show a link between dairy consumption and behaviour in autistic children - but the studies have been criticised for their extremely small sample sizes (20 in one case, 36 in the other). The ads were widely condemned on Twitter:»...

<< Sommaire
adelaidenow.com

Got Autism? Learn About the Link Between Dairy Products and the Disorder 02/06/2014

«Autism and autism spectrum disorder are complex disorders of brain development that may be associated with a wide range of symptoms, such as limited verbal communication and difficulties with social interactions. PETA has created a billboard to alert the public to the connection between this condition and dairy-product consumption. More research is needed, but scientific studies have shown that many autistic kids improve dramatically when put on a diet free of dairy foods. One study of 20 children found a major reduction in autistic behavior in kids who were put on a casein-free diet (casein is a component of cow's milk). And another study done by researchers at the University of Rome showed a "marked improvement" in the behavior of autistic children who were taken off dairy products. The reason why dairy foods may worsen or even cause autism is being debated. Some suspect that casein harms the brain, while others suggest that the gastrointestinal problems so often caused by dairy products cause distress and thus worsen behavior in autistic children.»...

<< Sommaire
peta

PETA slammed for advertisements linking autism and dairy consumption | The Advertiser 02/06/2014

«THE animal rights organisation PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) has been slammed by scientists and on social media for a new campaign which links autism to the consumption of dairy products. The advertisements have also been criticised for making autism, as one Twitter user described, "look like it's the most awful thing ever". Florey Institute researcher Dr Emma Burrows told a science website that "The balance of evidence suggests that this link does not deserve any media attention". "This is just adding to the multitude of conflicting and bewildering recommendations that parents of children with autism have to sift through." Noting to fear ... Jonny and Grace Yull get their calcium fix. Picture: Mark Brake Nothing to fear ... Jonny and Grace Yull get their calcium fix. Picture: Mark Brake Source: News Corp Australia On its website, PETA states that "more research is needed" - but has still created a billboard and online advertisements to "alert the public". "The reason why dairy foods may worsen or even cause autism is being debated. Some suspect that casein harms the brain, while others suggest that the gastrointestinal problems so often caused by dairy products cause distress and thus worsen behaviour in autistic children," PETA states on its website. The organisation quotes two studies appearing to show a link between dairy consumption and behaviour in autistic children - but the studies have been criticised for their extremely small sample sizes (20 in one case, 36 in the other). The ads were widely condemned on Twitter:»...

<< Sommaire
adelaidenow.com

: Prenatal Expression Patterns of Genes Associated With Neuropsychiatric Disorders 01/06/2014

«OBJECTIVE Neurodevelopmental disorders presumably involve events that occur during brain development. The authors hypothesized that neuropsychiatric disorders considered to be developmental in etiology are associated with susceptibility genes that are relatively upregulated during fetal life (i.e., differentially expressed). METHOD The authors investigated the presence of prenatal expression enrichment of susceptibility genes systematically, as composite gene sets associated with six neuropsychiatric disorders in the microarray-based "BrainCloud" dorsolateral prefrontal cortex transcriptome. RESULTS Using a fetal/postnatal log2-fold change threshold of 0.5, genes associated with syndromic neurodevelopmental disorders (N=31 genes, p=3.37×10-3), intellectual disability (N=88 genes, p=5.53×10-3), and autism spectrum disorder (N=242 genes, p=3.45×10-4) were relatively enriched in prenatal transcript abundance, compared with the overall transcriptome. Genes associated with schizophrenia by genome-wide association studies were not preferentially fetally expressed (N=106 genes, p=0.46), nor were genes associated with schizophrenia by exome sequencing (N=212 genes, p=0.21), but specific genes within copy-number variant regions associated with schizophrenia were relatively enriched in prenatal transcript abundance, and genes associated with schizophrenia by meta-analysis were functionally enriched for some neurodevelopmental processes. In contrast, genes associated with neurodegenerative disorders were significantly underexpressed during fetal life (N=46 genes, p=1.67×10-3). CONCLUSIONS The authors found evidence for relative prenatal enrichment of putative susceptibility genes for syndromic neurodevelopmental disorders, intellectual disability, and autism spectrum disorder. Future transcriptome-level association studies should evaluate regions other than the dorsolateral prefrontal cortex, at other time points, and incorporate further RNA sequencing analyses.»...

<< Sommaire
polygenicpathways.blogspot

Video: BringJoshHome: father's moving campaign to help autistic son - Telegraph 31/05/2014

«Josh is just one of more than 2,600 people with learning and behavioural problems stuck in institutions which are either too far from home or not suitable for their needs. Anger over the situation in which he and so many other families find themselves because of this broken promise led Josh's father to campaign for improvements to the facilities offered not just to his own son but to others. These have come to be known as Winterbourne View cases, after the scandal at the care home, near Bristol, where residents were subjected to abuse by staff. As part of that campaign Mr Wills has produced a short, yet heartbreaking film showing his son's decline from happy-go lucky youngster to a deeply traumatised teenager prone to bouts of terrible self-harm, a decline his family blame in part on the stress of being away from home for so long.»...

<< Sommaire
telegraph.co