L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Sat Apr 30 03:30:02 CEST 2016 France - It's time to Stand Up! For inclusion
29/04/16 Josef Schovanec. L'autisme et ses qualites [letelegramme]
29/04/16 Intervention effects on spoken-language outcomes for children with autism: a systematic review and meta-analysis. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
29/04/16 The proportion of minimally verbal children with autism spectrum disorder in a community-based early intervention programme. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
29/04/16 Predicting social and communicative ability in school-age children with autism spectrum disorder: A pilot study of the Social Attribution Task, Mul... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
29/04/16 A standardized, evidence-based protocol to assess clinical actionability of genetic disorders associated with genomic variation. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
29/04/16 Relations Among Detection of Syllable Stress, Speech Abnormalities, and Communicative Ability in Adults With Autism Spectrum Disorders [jslhr.pubs.asha]
29/04/16 Vidéo: Commission des affaires sociales : Mme Segolene Neuville, ministre - Mercredi 27 avril 2016 - Videos de l'Assemblee nationale [assemblee-nationale]
28/04/16 TSA - Guide d'appui pour l'elaboration de reponses aux besoins des personnes presentant des troubles du spectre de l'autisme [cnsa]
26/04/16 Oxytocin and parent–child interaction in the development of empathy among children at risk for autism. [psycnet.apa]
26/04/16 Retracing the Historical Social Care Context of Autism: A Narrative Overview [bjsw.oxfordjournals]
25/04/16 Towards understanding the genetics of Autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
23/04/16 Inclusion scolaire en milieu ordinaire - Canal Autisme formations en ligne gratuites [canalautisme]
23/04/16 Inclusion scolaire en milieu ordinaire - Autisme formations en ligne gratuites [canalautisme]
23/04/16 Discours de Segolene Neuville - Comite National Autisme - Bilan d'etape du Plan Autisme 2013-2017 - Discours - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
23/04/16 Vidéo: Plasticité cérébrale : CERVEAU, SEXE, ET QUELQUES PREJUGES | France Culture Plus [plus.franceculture]
22/04/16 Autisme: le gouvernement va ameliorer l'aide au quotidien des familles - L'Express Styles [lexpress]
21/04/16 Un rapport tres severe sur la prise en charge de l'autisme en France [liberation]
21/04/16 The experiences and needs of female adults with high-functioning autism spectrum disorder [aut.sagepub]
21/04/16 Concerns of parents and teachers of children with autism in elementary school [aut.sagepub]
21/04/16 Autisme : ''La gauche deserte ce monde du handicap et s'en fout'', s'indigne la presidente de SOS Autisme [rtl]
21/04/16 Autisme. Vers une prise en charge financiere des soins non rembourses [ouest-france]
20/04/16 The Power of Core Vocabulary: Life Saving! - YouTube [youtu]
19/04/16 Pedophilie dans un IME a Voiron ? les familles demandent que lumiere soit faite | Place Gre'net [placegrenet]
18/04/16 ''Si los politicos tuvieran autismo estariamos mejor'' [entornointeligente]
16/04/16 Q Senat:Complexite des demarches administratives du handicap et de la dependance - Senat [senat]
16/04/16 Analysing change in music therapy interactions of children with communication difficulties. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/04/16 The Potential of Nasal Oxytocin Administration for Remediation of Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/04/16 ''More than blowing bubbles'': What parents want from therapists working with children with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/04/16 mTOR, a potential target to treat autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/04/16 Transgenerational effects of environmental enrichment on repetitive motor behavior development. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/04/16 Use of a Picture Exchange Communication System for preventive procedures in individuals with autism spectrum disorder: pilot study. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
14/04/16 Atypical Bilateral Brain Synchronization in the Early Stage of Human Voice Auditory Processing in Young Children with Autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
14/04/16 UI researchers find benefits to using telehealth with ASD families [medicalnewstoday]
10/04/16 Propositions pour un plan autisme du Conseil General 29 | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
09/04/16 Mieux accompagner les enfants autistes dans leur scolarite [france3-regions.francetvinfo]
09/04/16 Interactional challenges in conversations with autistic preadolescents: The role of prosody and non-verbal communication in other-initiated repairs [sciencedirect]
09/04/16 Evaluation of whole blood zinc and copper levels in children with autism spectrum disorder - Online First - Springer [link.springer]
09/04/16 Level of Immersion in Virtual Environments Impacts the Ability to Assess and Teach Social Skills in Autism Spectrum Disorder | Abstract [online.liebertpub]
08/04/16 Evolution in the Understanding of Autism Spectrum Disorder: Historical Perspective. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/04/16 Attention and Working Memory Training: A Feasibility Study in Children With Neurodevelopmental Disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/04/16 Volumetric alterations in the heteromodal association cortex in children with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/04/16 Systematically Teaching Students With Autism Spectrum Disorder About Expository Text Structures [isc.sagepub]
08/04/16 The prevalence of symptoms of attention-deficit/hyperactivity disorder in parents of children with autism spectrum disorder [sciencedirect]
08/04/16 Nature Extra - Neurotribes | Nature Podcast on acast [acast]
08/04/16 L'imposture morale de l'approche psychanalytique denoncee a l'Assemblee Nationale [blogs.mediapart]
08/04/16 Vidéo: Handicap : trop de sites Internet inaccessibles [allodocteurs]
07/04/16 Automated Tracking and Quantification of Autistic Behavioral Symptoms Using Microsoft Kinect. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
07/04/16 The Oscillopathic Nature of Language Deficits in Autism: From Genes to Language Evolution. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
07/04/16 Language impairment resulting from a de novo deletion of 7q32.1-q33: a case report | bioRxiv [biorxiv]
07/04/16 Maturation of auditory neural processes in autism spectrum disorder ...” A longitudinal MEG study [sciencedirect]
05/04/16 Autisme : mise en garde de l'ANSM contre la prescription d'un neuroleptique [europe1]
05/04/16 Autisme: Neuville promet une ''aide financiere complementaire'' pour les familles [leparisien]
03/04/16 Instruction in Letter-Sound Correspondences for Children With Autism and Limited Speech [tec.sagepub]
03/04/16 13 apps that support and empower the autistic community [mashable]
03/04/16 CUB and Sushi multiple domains 3 regulates dendrite development. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
03/04/16 Dillan's Path - YouTube [youtube]
02/04/16 Apple compte officiel youtube - Dillan's Voice - YouTube [youtube]
02/04/16 Josef Schovanec : ''C'est le rejet qui fait souffrir, pas l'autisme'' [francetvinfo]
02/04/16 Clip de sensibilisation a l'Autisme [Autistik] Manon Tanguy [twitter]
02/04/16 Najat Vallaud-Belkacem et Segolene Neuville se mobilisent pour la scolarisation des jeunes enfants autistes | Najat Vallaud-Belkacem [najat-vallaud-belkacem]
02/04/16 Centre d'actualites de l'ONU - Journee de sensibilisation a l'autisme : l'ONU plaide pour des societes plus inclusives [un]
02/04/16 LCP - La mise au point de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapée [facebook]
02/04/16 A paraitre ce mois-ci : ''Autisme, le cri de Lionel'' :: Editions a la carte [editions-carte]
02/04/16 Pourquoi l'autisme est aussi mal compris en France [rtl]
01/04/16 Autistes : ils vivent dans un autre monde - #REPLAY #touteunehistoire - YouTube [youtube]
31/03/16 Replay France2 Debat : autisme, le combat des familles - Mercredi 30 Mars 22h20 | Accueil [france2]
31/03/16 Limoges. Une institutrice de maternelle jugee pour maltraitance [ouest-france]
31/03/16 Enseignants referents : Le SNUipp-FSU enquete ! [questionnaires.snuipp]
31/03/16 A systematic review of peer-mediated interventions for children with autism spectrum disorder [sciencedirect]
31/03/16 Lanceurs d'alerte : enfin une loi ? - Arret sur images [arretsurimages]
30/03/16 Revoir en replay et en streaming ''Replay - Autistes : ils vivent dans un autre monde - Toute une histoire'' - Toute une histoire - France 2 [france2]
30/03/16 Repost: Autism, Vaccines, and Community: Steve Silberman Talks with Seth Mnookin circa 2011 | NeuroTribes [blogs.plos]
29/03/16 « Autisme, la grande enquete » : livre appelant a une revolte necessaire | The autist [blogs.lexpress]
29/03/16 Changer le regard sur l'autisme: une campagne pour depasser les prejuges - L'Express Styles [lexpress]
28/03/16 A review of research into stakeholder perspectives on inclusion of students with autism in mainstream schools [tandfonline]
28/03/16 A comprehensive peer network intervention appears effective for improving social communication of children with autism spectrum disorders based on the results of a randomized controlled trial in kindergarten and first grade - Evidence-Based Communication Assessment and Intervention - Volume 9, Issue 3 [tandfonline]
28/03/16 MicroRNA-181 promotes synaptogenesis and attenuates axonal outgrowth in cortical neurons. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/03/16 Single Subject Prediction of Brain Disorders in Neuroimaging: Promises and Pitfalls. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/03/16 Blocking and Binding Folate Receptor Alpha Autoantibodies Identify Novel Autism Spectrum Disorder Subgroups. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/03/16 Children with autism respond differently to spontaneous, elicited and deferred imitation - Heimann - 2016 - Journal of Intellectual Disability Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
28/03/16 ‘The right path of equality’: supporting high school students with autism who type to communicate [tandfonline]
27/03/16 La montre connectee, un nouvel outil pour les personnes avec autisme [fondationorange]
27/03/16 Autisme : l'incroyable retard francais | Actualite | LeFigaro.fr - Sante [sante.lefigaro]
27/03/16 Polemique : un spot pour sensibiliser a l'autisme... sans autiste [metronews]
25/03/16 ** Multimodal Diffusion-MRI and MEG Assessment of Auditory and Language System Development in Autism Spectrum Disorder [journal.frontiersin]
25/03/16 Neuroscience: Untangling autism [nature]
25/03/16 Expertise sanitaire: trop de conflits d'interets caches [sante.lefigaro]
25/03/16 We Thought You'd Never Ask: Autism and Self-Advocacy -Typing expands communication horizons for people with autism. [psychologytoday]
24/03/16 RMC ''La place de votre enfant autiste est au zoo, pas a l'ecole'' | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
24/03/16 Autisme : un appel a rattraper le retard francais [sante.lefigaro]
24/03/16 Methode Montessori : vie sensorielle et vie pratique - Autisme formations en ligne gratuites [canalautisme]
23/03/16 Nonverbal Man With Autism and Synesthesia Set to Host First Solo Art Exhibit [gma.yahoo]
22/03/16 Petition ministere de l'education nationale: Pour un vrai statut des accompagnants d'enfants et de jeunes en situation de handicap [change]
22/03/16 We all carry the genes for autism, study finds [sciencealert]
22/03/16 Cerebellar gray matter differentiates children with early language delay in autism - D'Mello - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
22/03/16 Autisme: « La ministre de la Sante ne prend pas ses responsabilites », denonce Olivia Cattan [rmc.bfmtv]
21/03/16 Autisme : les stars et parents alertent Francois Hollande [informations.handicap]
20/03/16 Autisme : le cri d'alarme de parents aupres de Francois Hollande [europe1]
20/03/16 8 Francais sur 10 estiment que les autistes sont discrimines en France [metronews]
18/03/16 How are they doing? Listening as fathers of children with autism spectrum disorder compare themselves to fathers of children who are typically developing [aut.sagepub]
18/03/16 Deces prematures chez les personnes atteintes d'autisme [topsante]
18/03/16 How well are children with autism spectrum disorder doing academically at school? An overview of the literature [aut.sagepub]
18/03/16 Treating Schizophrenia With the Diuretic Bumetanide: A Case Report. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
18/03/16 Enseignant specialise : « un metier tourne vers les autres, ou l'on se sent utile » » VousNousIls [vousnousils]
15/03/16 IME de Mauroc : appel a la greve pour mercredi et jeudi [lanouvellerepublique]
15/03/16 Video: Sixieme inclusive on Vimeo [vimeo]
15/03/16 LIRE, COMPRENDRE, APPRENDRE - Conference de consensus lecture « CNESCO [cnesco]
14/03/16 Evaluation des politiques inclusives (partie 2/2) - video Dailymotion [dailymotion]
14/03/16 Services publics et vingtième critère de discrimination: Avis du Défenseur des droits n° 1 6-07 [defenseurdesdroits]
13/03/16 Josef Schovanec a Plouaret: l'autisme a l'ecole de la tolerance. [lannion-perros.maville]
12/03/16 Liberation condamne pour des photos d'une autiste [informations.handicap]
12/03/16 Handicap : ils protestent au nom des enfants «dys» [ladepeche]
11/03/16 Jacques Moret dans l'attente d'un nouveau poste - 10/03/2016 - La Nouvelle Republique Vienne [lanouvellerepublique]
09/03/16 Signature d'un nouveau partenariat en faveur de la scolarisation des eleves en situation de handicap | Najat Vallaud-Belkacem [najat-vallaud-belkacem]
09/03/16 New research on autistic people's access to justice in the family courts [familylaw.co]
09/03/16 Chine : Des singes genetiquement modifies pour etudier l'autisme [8e-etage]
08/03/16 Decouverte d'un ''Big Bang'' neuronal [techno-science]
08/03/16 Sangles, camisoles, tranquillisants...¦: les profs ont droit a plusieurs recours pour maitriser les eleves difficiles [sudinfo]
08/03/16 6ème appel à projets aidants - Candidatez ! [etreaidant]
07/03/16 Depakine : Les medecins lui disaient qu'elle etait responsable du handicap de ses enfants - Societe - MYTF1News [lci.tf1]
07/03/16 Handicap : des Lot-et-Garonnais portent plainte contre le ministere de la Sante [sudouest]
07/03/16 Poitiers : la nouvelle rectrice affiche ses priorites [lanouvellerepublique]
06/03/16 Autisme : Vinca Riviere et l'association Pas a Pas perdent leur proces face a Mediapart | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
06/03/16 Agnes Buzyn, premiere femme a la tete de la Haute Autorite de sante [liberation]
05/03/16 Son fils, autiste, avait ete enleve par sa mere : le pere raconte les retrouvailles avec Nathan [lavoixdunord]
04/03/16 Most people saw limits for this boy with Down syndrome. His parents saw potential. | The Washington Post [washingtonpost]
03/03/16 Le pari de Neurochlore dans le traitement de l'autisme [marseille.latribune]
03/03/16 Pour reintegration de Tim, autiste chasse de son college [facebook]
03/03/16 Placement d'enfants ''autistes'' : la defense ira jusqu'au bout [placegrenet]
01/03/16 Une maman accuse un institut specialise d'avoir maltraite son fils autiste [rtbf]
27/02/16 Specific Language Impairment, Nonverbal IQ, Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder, Autism Spectrum Disorder, Cochlear Implants, Bilingualism, and Dialectal Variants: Defining the Boundaries, Clarifying Clinical Conditions, and Sorting Out Causes [jslhr.pubs.asha]
27/02/16 Tests show no specific gastrointestinal abnormalities in children with autism [scienceblog]
27/02/16 Accueillir un eleve autiste en CP, Xavier temoigne...¦ | Prenons le pouvoir sur notre metier [notremetier.se-unsa]
26/02/16 Scolarisation des eleves presentant des troubles autistiques : 50 emplois dedies pour l'annee scolaire 2016-2017 | Najat Vallaud-Belkacem [najat-vallaud-belkacem]
26/02/16 Teacher-Peer Learning Can Boost Student Performance, Study Says - Teacher Beat - Education Week [blogs.edweek]
26/02/16 Autisme. La cour d'appel de Grenoble confirme le placement des enfants de Rachel - France 3 Alpes [france3-regions.francetvinfo]
26/02/16 FUN - L'Institut Pasteur ouvre son troisieme MOOC sur FUN [fun-mooc]
26/02/16 Saint-Ouen : un autiste de 11 ans aurait ete agresse lors d'une classe de neige [leparisien]
26/02/16 Eglantine Emeye accusee de ''maltraiter'' son fils autiste, repond a la polemiq... [closermag]
22/02/16 Handicap et protection de l'enfance : la France persiste et signe, les enfants « saignent » [blog.lavant-garde]
21/02/16 Mothers’ Depressive State ‘Distorts’ the Ratings of Depression they give for their Sons with an Autism Spectrum Disorder [tandfonline]
21/02/16 A Review of Play Interventions for Children with Autism at School - International Journal of Disability, Development and Education - Volume 63, Issue 1 [tandfonline]
21/02/16 Early behavior therapy effective in treating ADHD prior to medication [examiner]
20/02/16 « Votre enfant ne parlera jamais...¦ | «L'Autistoide [lautistoide.wordpress]
20/02/16 les dys en 2016 - YouTube [youtube]
20/02/16 Numerique et handicap - Plateforme ''lire-ensemble.com'' - Eduscol [eduscol.education]
19/02/16 La question du placement abusif d'enfants autistes au coeur d'un proces en Isere | Place Gre'net [placegrenet]
19/02/16 Vers plus d'equite dans la compensation du handicap, Marisol Touraine et Segolene Neuville annoncent le lancement de la concertation et des travaux [social-sante.gouv]
19/02/16 Correcteur d'orthographe et de grammaire gratuit en ligne [cordial-enligne]
19/02/16 5 outils pour une orthographe irreprochable [zdnet]
19/02/16 Sante : l'inquietante explosion des derives sectaires [m.leparisien]
19/02/16 Pesticides : bataille de chiffres entre Libe et Cash Investigation [arretsurimages]
18/02/16 Should all young children be screened for autism? - CNN.com [edition.cnn]
18/02/16 New MU research finds link between trouble sleeping and behavioral problems in autistic children [news-medical]
18/02/16 Neuroscientists reverse autism symptoms [medicalxpress]
18/02/16 Adult restoration of Shank3 expression rescues selective autistic-like phenotypes : Nature : Nature Publishing Group [nature]
18/02/16 Mon fils est autiste Asperger : depressif et au chomage a cause d'une societe inadaptee - le Plus [leplus.nouvelobs]
18/02/16 Depistage universel de l'autisme : des experts '' reserves '' [informations.handicap]
16/02/16 Ces directeurs vereux : le pactole du handicap ! [informations.handicap]
16/02/16 Handicap a l'ecole « CNESCO [cnesco]
15/02/16 Adaptive coding of the value of social cues with oxytocin, an fMRI study in autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/02/16 Family quality of life among families with a child who has a severe neurodevelopmental disability: Impact of family and child socio-demographic fac... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/02/16 Oxytocin in the socioemotional brain: implications for psychiatric disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/02/16 Facing the Unknown: Intolerance of Uncertainty in Children with Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/02/16 Arrete du 15 fevrier 2016 portant nomination (administration centrale) | Legifrance [legifrance.gouv]
14/02/16 Autisme : le medicament Abilify peut entrainer des envies de suicide [actusante]
14/02/16 Question n°93101 - Assemblee nationale sur la situation de Timothée D., 16 ans, autiste, ayant du quitter avec sa mère le territoire national pour éviter les mauvais traitements infligés aux personnes autistes [questions.assemblee-nationale]
12/02/16 Preconisations pour une ecole inclusive « CNESCO [cnesco]
12/02/16 Un diplome pour accompagner les eleves handicapes - Faire Face [faire-face]
12/02/16 Transport des enfants en situation de handicap et pratiques douteuses de Vortex mobilite - Senat [senat]
12/02/16 Ecole inclusive : Le Cnesco recommande un enseignant ressource dans les etablissements [cafepedagogique]
12/02/16 Les barrieres a la scolarisation d'eleves handicapes persistent [lemonde]
12/02/16 Les eleves handicapes mieux inclus a l'ecole qu'au college ou au lycee [lepoint]
11/02/16 Liste OMS aides techniques prioritaires - enquete mondiale [extranet.who]
10/02/16 La France maltraite-t-elle ses enfants handicapes ? [informations.handicap]
09/02/16 Obligation d'emploi de travailleurs handicapes : ce que change la Loi Macron [juritravail]
09/02/16 Le comite des droits de l'enfant de l'ONU toujours severe avec la France -- Caisse des Depots [localtis]
08/02/16 Syracuse University Jumps into Top Research Tier in New Carnegie Classifications [news.syr]
08/02/16 ''Pourquoi tu ne m'as pas laisse mourir ?'' : mon fils est epileptique, il n'est pas fou [leplus.nouvelobs]
07/02/16 5 Videos That Will Change Your Mind About Inclusive Education | Think Inclusive [thinkinclusive]
06/02/16 Yanous ! Droits et handicap. Une indemnisation multipliee par 19 ! [yanous]
06/02/16 UN -Report of France- 40.-41. Torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment [tbinternet.ohchr]
06/02/16 UN -Report of France- 40. Torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment [tbinternet.ohchr]
06/02/16 Exclusif : La censure est-elle une valeur republicaine ? [cafepedagogique]
05/02/16 Committee on the Rights of the Child Concluding observations on the fifth periodic report of France [tbinternet.ohchr]
05/02/16 La rapporteuse speciale handicap de l'ONU sollicite une visite en FRANCE [blogs.lexpress]
05/02/16 La rapporteuse speciale handicap de l'ONU sollicite une visite en FRANCE | The autist [blogs.lexpress]
05/02/16 Le DEAES - decret n° 2016-74 du 29 janvier 2016 [scolaritepartenariat.chez-alice]
04/02/16 Vidéo: Une start-up nicoise cree un logiciel de lecture pour autistes [m.france3-regions.francetvinfo]
04/02/16 Les activites de promotion de l'egalite et d'acces aux droits | Le Defenseur des Droits [defenseurdesdroits]
04/02/16 Autisme : une methode prometteuse pour agir des le plus jeune age [lemonde]
04/02/16 Les Lilas : elle se bat pour scolariser son fils autiste [leparisien]
04/02/16 Audition de la France a Geneve : le Comite des droits de l'enfant de l'ONU rend ses observations - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales, de la Sante et des Droits des femmes [social-sante.gouv]
04/02/16 REPLAY. Regardez l'emission ''Cash Investigation'' consacree aux pesticides et leurs dangers pour la sante - France 2 - 2 fevrier 2016 - En replay [francetvinfo]
02/02/16 Maltraitance : ces lanceurs d'alerte qui ont tout risque [informations.handicap]
02/02/16 The two fold role of oxytocin in social developmental disorders: A cause and a remedy? - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
02/02/16 Un decret installe un nouveau metier : accompagnant educatif et social [localtis]
02/02/16 Autisme, Parkinson... Une appli toulousaine va revolutionner le quotidien des malades et de leurs proches « Article « Cote Toulouse [actu.cotetoulouse]
01/02/16 The costs of inequality: When a fair shake isn't | Harvard Gazette [news.harvard]
31/01/16 Elevated plasma levels of glutamate in children with autism spectrum disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]

Josef Schovanec. L'autisme et ses qualites 29/04/2016

«Josef Schovanec, 34 ans, était ce mercredi, à Brest. L'occasion pour ce philosophe, atteint du syndrome d'Asperger, de parler de cette mission confiée par Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat en charge du Handicap, sur l'emploi et l'autisme. Interview. Etes-vous heureux de vous retrouver à Brest ? Josef Schovanec : « Il y a un tissu associatif remarquable en ce qui concerne l'autisme dans le Finistère, j'y suis venu à de nombreuses reprises. Ce qui est amusant, c'est que les journées de l'autisme, comme celles organisées ici ou demain à Lorient, intéressent de plus en plus les gens. Les organisateurs sont presque dépassés ». Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée du Handicap, vous a confié une mission, quelle est-elle ? « Ce n'est pas encore officiel. D'ici la fin de cette année, nous présenterons des mesures pour le quatrième plan Autisme. Nous avions la crainte, vu l'actualité politique qui se profile l'année prochaine, que ce plan soit repoussé. Normalement, François Hollande devrait annoncer officiellement mon rôle fin mai, lors de la Conférence nationale sur le handicap à l'Elysée. Il sera consacré à l'emploi chez les autistes adultes, qui a longtemps été négligé en France. Tous les autistes devraient travailler, car il y a des compétences et trop de vies gâchées ». Est-ce différent ailleurs ? « Oui ! A Wall Street, par exemple, être autiste est un plus sur un CV. C'est une question de rationalité économique. Un fonds d'investissement qui embauche un autiste sait que ce dernier est passionné et travaillera sans compter. En Grande-Bretagne, depuis 1994, il y a un programme pour l'emploi des autistes. Je ne dis pas que c'est le paradis, mais il y a des efforts ». Pourquoi une telle différence chez nous ? « En France, nous avons très peu d'autistes qui font du militantisme, à la différence des Etats-Unis ». La médecine a-t-elle sa part de responsabilité ? « Longtemps, la médecine a pensé qu'il y avait des sous-syndromes, pour expliquer les différences entre autistes. Alors qu'il ne s'agit, au final, que des fruits des expériences de vie, des parcours ». La question de la scolarisation est donc fondamentale... « Oui. Au Canada, c'est très banal d'accueillir un enfant autiste. En France, certains croient que c'est contagieux ou que c'est à cause des parents qui éduquent mal leurs enfants ! ». Vraiment ? « Oui, il y a pire. Depuis environ un an, il y a une "épidémie" de placements d'enfants touchés par l'autisme. Il y a des cas où les parents sont suspectés de violences. Lorsque ces derniers préfèrent scolariser leur enfant plutôt que de l'envoyer en psychiatrie, ils sont dénoncés pour refus de soins ! Et, dans ces cas-là, il vaut mieux être riche, parce que le combat est très dur. J'ai entendu des procureurs expliquer que l'autisme n'existe pas ! Véridique ! ».»...

<< Sommaire
letelegramme

Intervention effects on spoken-language outcomes for children with autism: a systematic review and meta-analysis. - PubMed - NCBI 29/04/2016

«Abstract BACKGROUND: Although spoken-language deficits are not core to an autism spectrum disorder (ASD) diagnosis, many children with ASD do present with delays in this area. Previous meta-analyses have assessed the effects of intervention on reducing autism symptomatology, but have not determined if intervention improves spoken language. This analysis examines the effects of early interventions on spoken-language in children with ASD. METHOD: A systematic review of 1756 studies of children with ASD who participated in early intervention resulted in the inclusion of 26 studies in the current review. These studies included 1738 participants with ASD who were, on average, 3.3years old (SD=0.91). RESULTS: This random-effects meta-analysis of spoken-language outcomes for children with ASD who received early intervention as compared with usual treatments yielded a significant overall mean effect size of g=0.26 (CI=0.11 to 0.42). On average, children with ASD significantly increased their use of spoken-language following experimental early interventions. Treatments delivered simultaneously by a clinician and a parent resulted in greater gains in spoken-language than treatments delivered by a clinician or parent only. No other participant or study characteristics predicted individual-study effect sizes. CONCLUSIONS: Early intervention improves spoken-language outcomes for children with ASD, and the largest effects are found when both parent and clinician implement the intervention. Recommendations for practice include adding systematic parent training to interventions for spoken language to potentially improve outcomes. Future research should report standard language measures as well as child (cognitive ability and socio-economic status) and intervention characteristics to improve evidence related to the effects of interventions on spoken communication in children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

The proportion of minimally verbal children with autism spectrum disorder in a community-based early intervention programme. - PubMed - NCBI 29/04/2016

«Abstract BACKGROUND: Estimates of the proportion of children with autism spectrum disorder (ASD) who are minimally verbal vary from 25%to 35%. However, there is a lack of consensus in defining minimally verbal and few detailed reports of communication outcomes for these children following intervention. The aim of this study was to explore how minimally verbal children have been defined and to document the proportion of minimally verbal children in a group of children with ASD receiving a community based early intervention programme. METHOD: A longitudinal cohort design was used to examine the proportion of children who met criteria for minimally verbal in 246 children with ASD when they entered and exited an early intervention programme. RESULTS: Overall, 26.3% of the children in this study exited the programme using 'fewer than five spontaneous and functional words' and 36.4% exited not using 'two word phrases' as indicated by direct assessment. However, our findings were mixed depending on measures and definitions used, with parent report indicating that as many as 29.4% of children were not 'naming at least three objects' consistently, and 43.3% not using 'phrases with a noun and verb' consistently at exit. More than half of the children who entered the programme with minimal speech exited the programme with a similar language profile. A small percentage of children (1.2%-4.7%) regressed in their language level over time. CONCLUSIONS: Despite advances in early intervention, and access to services at a younger age, around a quarter of individuals with ASD in this study exited early intervention with significant communication needs. Our findings are considered in relation to the literature and clinical implications, and future research directions are discussed.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Predicting social and communicative ability in school-age children with autism spectrum disorder: A pilot study of the Social Attribution Task, Mul... - PubMed - NCBI 29/04/2016

«Abstract The Social Attribution Task, Multiple Choice is introduced as a measure of implicit social cognitive ability in children, addressing a key challenge in quantification of social cognitive function in autism spectrum disorder, whereby individuals can often be successful in explicit social scenarios, despite marked social adaptive deficits. The 19-question Social Attribution Task, Multiple Choice, which presents ambiguous stimuli meant to elicit social attribution, was administered to children with autism spectrum disorder (N=23) and to age-matched and verbal IQ-matched typically developing children (N=57). The Social Attribution Task, Multiple Choice performance differed between autism spectrum disorder and typically developing groups, with typically developing children performing significantly better than children with autism spectrum disorder. The Social Attribution Task, Multiple Choice scores were positively correlated with age (r=0.474) while being independent from verbal IQ (r=0.236). The Social Attribution Task, Multiple Choice was strongly correlated with Vineland Adaptive Behavior Scales Communication (r=0.464) and Socialization (r=0.482) scores, but not with Daily Living Skills scores (r=0.116), suggesting that the implicit social cognitive ability underlying performance on the Social Attribution Task, Multiple Choice is associated with real-life social adaptive function.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

A standardized, evidence-based protocol to assess clinical actionability of genetic disorders associated with genomic variation. - PubMed - NCBI 29/04/2016

«Abstract PURPOSE: Genome and exome sequencing can identify variants unrelated to the primary goal of sequencing. Detecting pathogenic variants associated with an increased risk of a medical disorder enables clinical interventions to improve future health outcomes in patients and their at-risk relatives. The Clinical Genome Resource, or ClinGen, aims to assess clinical actionability of genes and associated disorders as part of a larger effort to build a central resource of information regarding the clinical relevance of genomic variation for use in precision medicine and research. METHODS: We developed a practical, standardized protocol to identify available evidence and generate qualitative summary reports of actionability for disorders and associated genes. We applied a semiquantitative metric to score actionability. RESULTS: We generated summary reports and actionability scores for the 56 genes and associated disorders recommended by the American College of Medical Genetics and Genomics for return as secondary findings from clinical genome-scale sequencing. We also describe the challenges that arose during the development of the protocol that highlight important issues in characterizing actionability across a range of disorders. CONCLUSION: The ClinGen framework for actionability assessment will assist research and clinical communities in making clear, efficient, and consistent determinations of actionability based on transparent criteria to guide analysis and reporting of findings from clinical genome-scale sequencing»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Relations Among Detection of Syllable Stress, Speech Abnormalities, and Communicative Ability in Adults With Autism Spectrum Disorders 29/04/2016

«Purpose To date, the literature on perception of affective, pragmatic, and grammatical prosody abilities in autism spectrum disorders (ASD) has been sparse and contradictory. It is interesting to note that the primary perception of syllable stress within the word structure, which is crucial for all prosody functions, remains relatively unexplored in ASD. Thus, in the current study, we explored syllable stress perception sensitivity and its relationship to speech production abnormalities and communicative ability in adults with ASD. Method A same-different syllable stress perception task using pairs of identical 4-syllable words was delivered to 42 adults with/without high-functioning ASD, matched for age, to investigate primary speech perception ability in ASD. Speech production and communicative ability in ASD was measured using the Autism Diagnostic Observation Schedule (Lord et al., 2000). Results As predicted, the results showed that adults with ASD were less sensitive in making judgments about syllable stress relative to controls. Also, partial correlations revealed a key association of speech production abnormalities with stress perception sensitivity, rather than communicative ability. Conclusions Our findings provide empirical evidence for deficits on primary syllable stress perception in ASD and its role on sociocommunicative difficulties. This information could facilitate the development of effective interventions for speech and language therapy and social communication.»...

<< Sommaire
jslhr.pubs.asha

Vidéo: Commission des affaires sociales : Mme Segolene Neuville, ministre - Mercredi 27 avril 2016 - Videos de l'Assemblee nationale 29/04/2016

«Commission des affaires sociales : Mme Ségolène Neuville, ministre Audition de Mme Ségolène Neuville, ministre Les questions des députés: AVS, Scolarisation, Autisme, MDPH etc... Questions des représentants des groupes Mme Martine Carrillon-Couvreur M. Gilles Lurton M. Arnaud Richard M. Christophe Cavard Mme Dominique Orliac Questions des députés Mme Isabelle Le Callennec M. Philip Cordery M. Jean-Louis Costes Mme Annie Le Houerou M. Daniel Fasquelle Mme Kheira Bouziane-Laroussi M. Frédéric Barbier M. Gérard Bapt M. Bernard Perrut Mme Monique Orphé M. Rémi Delatte Mme Luce Pane M. Dominique Dord M. Philippe Noguès M. Arnaud Viala M. Renaud Gauquelin Mme Ségolène Neuville, ministre Mme la présidente Questions des députés Mme Gisèle Biémouret M. Jean-Louis Costes Mme Véronique Massonneau M. Arnaud Richard M. Robert Olive M. Christophe Cavard Mme Chaynesse Khirouni M. Gilles Lurton M. Jean-Patrick Gille Mme Martine Carrillon-Couvreur M. Arnaud Richard»...

<< Sommaire
assemblee-nationale

TSA - Guide d'appui pour l'elaboration de reponses aux besoins des personnes presentant des troubles du spectre de l'autisme 28/04/2016

«TSA - Guide d'appui pour l'élaboration de réponses aux besoins des personnes présentant des troubles du spectre de l'autisme. II . Ce guide est destiné aux équipes pluridisciplinaires des maisons départementales ... (MDPH) et à leurs partenaires, accompagnant la personne handicapée et/ou intervenant auprès d'elle.»...

<< Sommaire
cnsa

Oxytocin and parent–child interaction in the development of empathy among children at risk for autism. 26/04/2016

«Abstract This longitudinal study investigated whether variation in the oxytocin receptor gene (OXTR) and early parent-child interactions predicted later empathic behavior in 84 toddlers at high or low familial risk for autism spectrum disorder. Two well-studied OXTR single-nucleotide polymorphisms, rs53576 and rs2254298, were examined. Parent-child interaction was measured at 15 and 18 months of age during free play sessions. Empathy was measured at 24 and 30 months using a response to parental distress paradigm. While there was no direct association between parent-child interaction quality or OXTR and empathy, rs53576 moderated the relation between interaction quality and empathy. Results suggest that the interplay between OXTR and early parent-child interactions predicts individual differences in empathy in children at varying risk for atypical social development. Findings are consonant with a differential susceptibility model in which an OXTR variant may increase the social salience of interaction processes for specific allele carriers. These results increase our understanding of predictors of empathy development in young children with a wide range of social outcomes»...

<< Sommaire
psycnet.apa

Retracing the Historical Social Care Context of Autism: A Narrative Overview 26/04/2016

«Abstract Autism is a lifelong neurodevelopmental disorder requiring various levels of social support across the life course. Early cohorts of children first diagnosed as having autism are now middle-aged or older. Needs for support and services, meaningful and accurate information, and acceptance are substantial among both families supporting a person with autism and people with autism themselves. Social awareness and services for people with autism have changed over time; however, there is a paucity of reviews of the social context and services available since autism's ...˜discovery'. This narrative overview explores historically the social care services available to adults with autism and their families, in the context of changes in societal understanding and awareness of autism over time in England. Such an approach may contribute to understandings of older people with autism who have had a label of autism for many decades or who may have acquired this in later life. Retracing the historical social context and care services for autism contextualises the life course experiences and interactions with social workers of today's adults with autism and their families. This review may assist social workers supporting adults with autism and their families to have a better understanding of service trajectories and why contact with professionals may be or has been varied and inconsistent. The key themes from this narrative review suggest the interconnections between scientific development, social awareness and service provision for individuals with autism and their families and changes in social care over time.»...

<< Sommaire
bjsw.oxfordjournals

Towards understanding the genetics of Autism. - PubMed - NCBI 25/04/2016

«Abstract Autism spectrum disorder (ASD) includes a group of neurodevelopmental disorders that affect communication skills, social interaction and intellectual ability. Despite evidence suggesting a strong genetic link with ASD, the genetic determinant remains unclear. Early studies focusing on candidate genes have shown that several genes associated with neuronal synaptic function are involved in development of ASD. Linkage studies have identified several single nucleotide polymorphisms (SNPs) associated with ASD, and genome-wide association studies have implicated several loci, but failed to recognize a single specific locus with strong significance, indicating heterogeneity in ASD genetic determinants. Detection of de novo copy number variations and single nucleotide variants in several ASD probands has confirmed the genetic heterogeneity of the disease. More interestingly, next generation sequencing approaches have recently identified novel candidate genes and several point mutations in sporadic ASDs, thus increasing our knowledge of ASD etiology. The current review summarizes the findings of recent studies using genetic and genomic approaches to understand the underlying molecular mechanisms of ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Inclusion scolaire en milieu ordinaire - Canal Autisme formations en ligne gratuites 23/04/2016

«Nous vous proposons 9 vidéos qui montrent un exemple d'inclusion scolaire en milieu ordinaire, celle de Ianis, élève avec autisme, peu verbal, scolarisé en 6ème ordinaire. Le parcours scolaire de Ianis a été chaotique : peu scolarisé, un passage par une CLIS qui n'a pas été concluant...¦ les parents de Ianis ont fait le pari qu'une inclusion en milieu ordinaire avec une AVS qui adopte une posture d' « assistante d'inclusion » pouvait s'avérer gagnante pour leur fils. Avec l'aide du Dr Lemonnier ils ont montré que recevoir un élève en situation de handicap c'était possible. Aujourd'hui Ianis est en 5ème et a remporté durant l'été 2015 le 2ème prix départemental d'un concours de langue anglaise auquel participaient plus de 560 000 élèves (dont 1684 dans la Vienne) : lire l'article Les vidéos montrent des échanges entre les enseignants, le principal du collège, l'AVS et le Dr Eric Lemonnier. Ensemble, ils font le point sur l'inclusion de Ianis et apportent des éléments de réponse. Présentation de l'arrivée de Ianis au collège Interrogations sur l'évolution et le travail de l'élève La hiérarchisation La maturation neurosensorielle La motivation et représentation Evaluer la progression Le langage Gérer certains comportements Socialisation»...

<< Sommaire
canalautisme

Inclusion scolaire en milieu ordinaire - Autisme formations en ligne gratuites 23/04/2016

«Nous vous proposons 9 vidéos qui montrent un exemple d'inclusion scolaire en milieu ordinaire, celle de Ianis, élève avec autisme, peu verbal, scolarisé en 6ème ordinaire. Le parcours scolaire de Ianis a été chaotique : peu scolarisé, un passage par une CLIS qui n'a pas été concluant...¦ les parents de Ianis ont fait le pari qu'une inclusion en milieu ordinaire avec une AVS qui adopte une posture d' « assistante d'inclusion » pouvait s'avérer gagnante pour leur fils. Avec l'aide du Dr Lemonnier ils ont montré que recevoir un élève en situation de handicap c'était possible. Aujourd'hui Ianis est en 5ème et a remporté durant l'été 2015 le 2ème prix départemental d'un concours de langue anglaise auquel participaient plus de 560 000 élèves (dont 1684 dans la Vienne) : lire l'article Les vidéos montrent des échanges entre les enseignants, le principal du collège, l'AVS et le Dr Eric Lemonnier. Ensemble, ils font le point sur l'inclusion de Ianis et apportent des éléments de réponse. Présentation de l'arrivée de Ianis au collège Interrogations sur l'évolution et le travail de l'élève La hiérarchisation La maturation neurosensorielle La motivation et représentation Evaluer la progression Le langage Gérer certains comportements Socialisation»...

<< Sommaire
canalautisme

Discours de Segolene Neuville - Comite National Autisme - Bilan d'etape du Plan Autisme 2013-2017 - Discours - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 23/04/2016

«Nous sommes aujourd'hui réunis, comme c'est notre habitude chaque année, pour le comité national Autisme qui a pour objectif de faire le bilan d'étape de la mise en oeuvre du Plan Autisme 2013-2017. Je tiens d'abord à remercier chaleureusement Madame la Maire de Paris, Anne HIDALGO, de nous accueillir ici à la Mairie de Paris. C'est un symbole fort et important et je tiens à saluer les engagements de mandature pris par Madame la Maire concernant l'autisme. La Ville de Paris agit concrètement pour les enfants, les adultes et les familles concernées par les troubles du spectre de l'autisme. C'est particulièrement le cas dans les arrondissements où résident des familles en difficultés économiques, souvent des mamans seules. C'est pour cela que j'ai souhaité apporter mon soutien à un projet d'extension de places de SESSAD dans le 20ème arrondissement justement destiné à ces familles. Je tiens ici à confirmer l'engagement pris qui va se traduire concrètement par 300 000 euros de crédit de fonctionnement de la réserve ministérielle pour ces places de SESSAD spécialisé Autisme. Il y a bien d'autres projets à Paris qui est donc une ville qui fait de l'autisme une priorité citoyenne.»
[...]
«Concernant la qualité, je souhaite rappeler aux associations la proposition que je leur ai faite à plusieurs reprises de créer avec des experts professionnels un label qualité. Je n'ai pas reçu de propositions. Je la maintiens et je regrette que ce projet n'ait pas encore été proposé car il témoignerait d'une nouvelle étape de confiance et d'expertise partagée entre les personnes, les familles et les professionnels. La responsabilité des pouvoirs publics, mon engagement, étaient aussi de lancer la première campagne gouvernementale de sensibilisation et de communication pour changer le regard porté par le grand public sur l'autisme. C'est chose faite depuis le 2 avril 2016, journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. C'est un franc succès et je remercie les associations, les professionnels, les YouTubers et les médias qui s'y sont associés. Chacun à sa façon et en toute indépendance mais tous ensembles engagés pour dépasser les préjugés ! L'un des volets de la campagne du gouvernement est l'ouverture du site Internet national sur l'autisme. Ce sera bien un site du gouvernement et il ouvrira dans sa première version en octobre 2016. Mesdames, messieurs, j'ai tenu à faire ce bilan précis car nous sommes dans la dernière année du Plan Autisme. Les avancées ont été majeures et c'est notre réussite collective. Les premiers résultats sont là. Jamais aucun Plan Autisme n'a eu une telle ambition de changement. Mais les besoins sont encore énormes et les choses ne vont pas assez vite. Il était attendu aujourd'hui des annonces ? La responsabilité politique passe d'abord par le fait de porter les ambitions de ce plan, de faire connaitre les résultats, d'assumer les réussites mais aussi les points faibles. Notre responsabilité à tous ici est donc de préparer l'évaluation de 3 ème Plan Autisme et je sais pouvoir compter sur l'ensemble des membres du Comité national Autisme. Comme vous le savez, le Président de la République a tenu à ce qu'un point annuel de bilan de la Conférence nationale du handicap ait lieu. Ce rendez-vous annuel se tiendra d'ici la fin mai 2016. Il reviendra au Président de la République de fixer le cap d'une politique du handicap visant une société encore plus inclusive. Le handicap et l'autisme en particulier est une priorité de l'action du Président de la République et du gouvernement. Le rendez-vous annuel de la CNH sera donc certainement aussi un rendez-vous important pour l'autisme en France. »...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Vidéo: Plasticité cérébrale : CERVEAU, SEXE, ET QUELQUES PREJUGES | France Culture Plus 23/04/2016

«Malgré l'avancée des connaissances en neurosciences, les idées reçues sur les différences cérébrales entre les femmes et les hommes n'ont pas été balayées. Ces discours laissent croire que nos aptitudes et nos personnalités sont câblées dans des structures mentales immuables. Or, les progrès des recherches montrent le contraire : le cerveau, grâce à ses formidables propriétés de plasticité, fabrique sans cesse des nouveaux circuits de neurones en fonction de l'apprentissage et de l'expérience vécue. Rien n'est jamais figé dans le cerveau, quels que soient le sexe et les âges de la vie. CC Ellis Nadler / Flickr L'objectif de cette conférence est de donner à comprendre le rôle de la biologie mais aussi l'influence de l'environnement social et culturel dans la construction de nos identités de femmes et d'hommes. Catherine Vidal, neurobiologiste, directrice de recherche, Institut Pasteur. Aller plus loin... Voir toutes les conférences du Campus Condorcet.»...

<< Sommaire
plus.franceculture

Autisme: le gouvernement va ameliorer l'aide au quotidien des familles - L'Express Styles 22/04/2016

«Paris - Pour "améliorer l'aide concrète au quotidien" des familles d'enfants autistes, le gouvernement a annoncé jeudi, lors du Comité national autisme, une meilleure prise en charge financière d'intervenants spécialisés, une demande de longue date des parents. Devant ce comité, composé de représentants des associations, de professionnels et des administrations, chargé du suivi du 3e plan autisme (2013-2017), Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat en charge du handicap, a dit vouloir pallier "l'insuffisance de prise en charge financière" de certains spécialistes tels que les psychologues, éducateurs ou psychomotriciens. Elle a annoncé un dispositif portant sur la création de "pôles de compétences et de prestations externalisées", des structures médico-sociales vers lesquelles les parents pourront se tourner pour organiser les interventions de ces professionnels à leur domicile ou à l'école.»
[...]
«"C'est ce qu'on attendait depuis 10 ans", s'est félicité auprès de l'AFP Florent Chapel, porte-parole du Collectif autisme, tout en se montrant pruden »...

<< Sommaire
lexpress

Un rapport tres severe sur la prise en charge de l'autisme en France 21/04/2016

«Situation confuse, inégalitaire, remplie d'incertitudes, marquée par un manque de données et de profonds clivages théoriques sur la maladie: une enquête de l'Igas pointe les défaillances des réponses à l'autisme en France. Un rapport très sévère sur la prise en charge de l'autisme en France La prise en charge de l'autisme en France reste défaillante, loin d'être à la hauteur des difficultés que vivent les enfants atteints comme leurs familles, sans oublier la prise en charge, qui reste catastrophique, des jeunes adultes autistes. Pour autant, la lecture du rapport de l'Igas (Inspection générale des affaires sociales), rendu public ce jeudi soir, à l'occasion de la réunion du Comité national autisme, présidée par la secrétaire d'Etat, Ségolène Neuville, montre que «depuis les différents plans, les choses bougent», et que l'on est sorti de «l'indifférence et de l'immobilisme». «Ce rapport est important, il fallait faire le point, et avoir un regard extérieur sur l'état des lieux», confie à Libération le Dr Claude Bursztejn, qui préside l'Association nationale des centres ressource autisme (CRA). La demande faite à l'Igas était d'analyser le rôle et la fonction des CRA, presque dix ans après leur création. La fonction de ces centres ? Organiser sur le territoire un système de diagnostic le plus tôt possible des enfants atteints, mais aussi s'occuper de la formation des personnels et de l'information. Et enfin, diffuser les réglementations de bonnes pratiques de prise en charge, qui avaient été énoncées en 2012 par la Haute Autorité de santé (HAS). On se souvient que ces dites réglementations avaient été à l'origine d'un très violent conflit dans le milieu psy, car la HAS considérait que les pratiques psychanalytiques n'avaient plus leur place dans l'autisme, faute d'une évaluation suffisante, et qu'il fallait dès lors privilégier les prises en charge de type éducative et pédagogique.»
[...]
«Un avenir, quel avenir ? Bien d’autres point sont encore abordés, comme les différentes formes de prise en charge, mais aussi l’isolement des familles, ou encore l’avenir délicat qui s’annonce avec l’effondrement du nombre de pédopsychiatres. Pour la mission, il est clair que l’on n’est pas encore sorti du conflit entre d’un côté les associations de parents qui regardent avec méfiance le monde de la psychiatrie publique. Et, de l’autre coté, une partie du monde de la psychiatrie à tendance analytique, aujourd’hui marginalisée dans la prise en charge de l’autisme. Cette partie-là, hier dominante, n’a pas su s’ouvrir, se refermant sur elle-même sans se remettre en cause. L’Igas note que paradoxalement les meilleurs CRA sont ceux qui sont adossés à de fortes équipes de pédopsychiatrie universitaires. Autre frein, les Agences régionales de santé. Elles ne font pas majoritairement leur travail, certaines n’ayant toujours pas décliné sur leurs régions des plans autisme. «Nous avons un système où il y a un opérateur, les Agences régionales et un opérateur les CRA. Il faut que les deux se mobilisent et marchent ensemble. On en est encore loin», note un expert. En recevant ce rapport, Ségolène Neuville a expliqué que les propositions de l’Igas vont être toutes analysées. Elle devrait annoncer un changement de structures administratives des CRA, et le fait qu’il y en ait un CRA par région? »...

<< Sommaire
liberation

The experiences and needs of female adults with high-functioning autism spectrum disorder 21/04/2016

«Abstract There is limited large-scale research into the lived experiences of female adults who have an autism spectrum disorder with no co-occurring intellectual disability. Drawing on the findings of an Australia-wide survey, this report presents self-report data from n=82 women with high-functioning autism spectrum disorder in the areas of health, education, employment, social and community activities. Where relevant, comparisons are provided with the male subset of the same study population; however, in the majority of analyses, no discernible gender differences emerged. The findings highlight the diverse and complex challenges faced by women with high-functioning autism spectrum disorder, including high levels of mental health disorder, unmet support needs in education settings and the workplace, and social exclusion and isolation.»...

<< Sommaire
aut.sagepub

Concerns of parents and teachers of children with autism in elementary school 21/04/2016

«Abstract Many consensus guidelines encourage parents and teachers to openly communicate about their concerns regarding their children. These guidelines attest to the importance of achieving consensus about what issues are most critical and how to address them. The purpose of this study was to examine whether parents and teachers (1) agree about their concerns for their children with autism and (2) when given the opportunity, whether they discussed these concerns. Participants were 39 parent-teacher dyads of children with autism in kindergarten-through-fifth grade autism support classrooms. Each parent and teacher was interviewed separately about their concerns and then observed together in a discussion about the child. Parents and teachers generally agreed about their primary and secondary concerns. When given an opportunity to communicate their concerns, 49% of the parent-teacher dyads discussed problems that neither reported as their primary concern, and 31% discussed problems that neither reported as their primary or secondary concern. These findings suggest that interventions should target parent-teacher communication, rather than agreement, to facilitate home-school collaboration.»...

<< Sommaire
aut.sagepub

Autisme : ''La gauche deserte ce monde du handicap et s'en fout'', s'indigne la presidente de SOS Autisme 21/04/2016

«Le Comité national autisme ouvre ses portes ce jeudi 21 avril à Paris et doit faire le bilan du troisième plan autisme, celui de la période 2013 - 2017. La prise en charge d'un enfant autiste est loin d'être abordable. Olivia Cattan, président de l'association SOS Autisme, explique que si l'on souhaite donner une véritable éducation à son enfant, un accès aux soins est nécessaire. Des soins notamment avec des psychologues dont les méthodes permettront réellement d'avancer au niveau de l'autisme et puis une scolarisation avec une auxiliaire de vie formée. Un aménagement qui coute entre 2.000 et 3.000 euros, ajoute-t-elle. D'autant que ces enfants autistes "ont également besoin de psychomotricité, des soins qui pour l'instant ne sont pas remboursés par la sécurité sociale". Les aides apportées aux familles sont seulement représentées par une allocation versée parla Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Mais celle-ci est ternie par un retard, entre le dépôt d'une demande et l'arrivée des allocations d'environ 8 mois. "Chaque année il nous oblige à recommencer le dossier", déplore Olivia Cattan. Les familles d'enfants autistes ne sont clairement pas aidées, administrativement et financièrement. "On reçoit à peu près 500 et 800 euros d'allocations, mais tout le reste est à notre charge", dénonce-t-elle. L'Education nationale nous a proposé 60 heures de formation, dont une journée qui parlait de l'autisme Florence, auditrice La présidente de l'association pointe des auxiliaires de vie sociales qui ne sont pas assez formées. "On ne peut pas en quelques heures apprendre à ces AVS de gérer un fauteuil roulant, des personnes sourdes, aveugles, autistes, alarme-t-elle. La formation adaptée prend des années. Florence, auxiliaire de vie dans les Yvelines confirme cette faible formation. "L'Education nationale nous a proposé 60 heures de formation, dont une journée qui parlait de l'autisme", précise-t-elle. Pourtant, ces auxiliaires sont primordiales au bien-être de l'enfant autisme, lui permettant "le suivi de tous les apprentissages mais aussi l'intégration scolaire". Pour Olivia Cattan, les enfants autistes "sont abandonnés et sont des sous citoyens". Environ 80% d'enfants qui ne sont pas scolarisés. Un pourcentage qui oblige les familles aujourd'hui à partir, dans des pays où une prise en charge est proposée. Ce jeudi 21 avril, la secrétaire d'Etat chargée de ces questions doit annoncer un certain nombre de mesures.»...

<< Sommaire
rtl

Autisme. Vers une prise en charge financiere des soins non rembourses 21/04/2016

«La secrétaire d'Etat en charge du handicap a annoncé un dispositif pour aider les familles d'enfants autistes à payer des interventions non remboursées par la Sécurité sociale Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat en charge du handicap, a annoncé jeudi un dispositif visant à aider les familles d'enfants autistes à payer des interventions non remboursées par la Sécurité sociale (psychologues, éducateurs, psychomotriciens ...), lors du Comité national autisme. « Améliorer l'aide concrète au quotidien » Affirmant la volonté du gouvernement « d'améliorer l'aide concrète au quotidien » pour les familles, Mme Neuville a dit vouloir pallier « l'insuffisance de prise en charge financière » de certaines interventions du secteur libéral, lors de ce comité de suivi du 3e plan autisme (2013-2017). Les parents « pourront passer une convention ou un contrat avec des structures médico-sociales », qui leur permettront d'organiser les interventions de ces professionnels à leur domicile ou à l'école, a-t-elle dit.»...

<< Sommaire
ouest-france

The Power of Core Vocabulary: Life Saving! - YouTube 20/04/2016

«This video shows the importance of teaching core vocabulary to individuals with disabilities. It is a powerful video.»...

<< Sommaire
youtu

Pedophilie dans un IME a Voiron ? les familles demandent que lumiere soit faite | Place Gre'net 19/04/2016

«FOCUS - Neuf familles, dont les enfants auraient été abusés sexuellement par trois éducateurs de l'institut médico-éducatif Les Nivéoles à Voiron, lancent un nouvel appel pour demander la levée de toutes les zones d'ombre sur ces événements. Les faits se seraient déroulés en 2014 et début 2015. L'enquête préliminaire sur cette affaire compliquée n'a que trop trainé selon les familles, qui craignent un classement sans suite. « Depuis le mois d'avril, mon fils s'automutile, se donne des coups et déchire ses sous-vêtements », rapportait une mère de famille en septembre dernier. Depuis, neuf plaintes ont été déposées au total pour suspicion d'abus sexuels sur des mineurs résidant à l'institut médico-éducatif (IME) Les Nivéoles à Voiron. L'institut médico-éducatif Les Nivéoles à Voiron. Violences sexuelles, enquête, autistes, enfants. L'institut médico-éducatif Les Nivéoles à Voiron. © Patricia Cerinsek - Place Gre'net Les faits remonteraient à plus d'un an et concerneraient donc neuf enfants, cinq garçons et quatre filles, handicapés intellectuels ou autistes.Trois éducateurs sont mis en cause dans cette affaire, et la procédure a révélé que l'un d'entre eux était par ailleurs suspecté de pédophilie dans un autre dossier. Cependant, aucun juge d'instruction n'a jusqu'ici été nommé par le procureur de la République de Grenoble. Pourquoi ? La parole d'enfants handicapés intellectuels ou autistes aurait-elle moins valeur de preuve pour la justice ? « Des affaires similaires qui trainent avec des enfants sans handicap, cela n'existe pas à ma connaissance », déclare Maitre Bertrand Sayn, l'avocat de cinq des familles.»
[...]
«Un éducateur suspendu mais les deux autres réintégrés Quid des trois éducateurs ? Dès l’instant où l’Afipaeim a connu le passé de l’éducateur soupçonné de pédophilie dans une procédure antérieure, elle a immédiatement réagi. « Ce salarié, qui était en contrat aidé à l’Afipaeim depuis six mois, a été suspendu avec interdiction d’approcher l’établissement », précise Christophe Hertereau. Dans la foulée, règlementation des événements indésirables graves oblige, l’Agence régionale de santé ainsi que le procureur de la République de Grenoble ont été avertis. Cette personne a par la suite été incarcérée quatre mois. Était-ce dans le cadre d’une détention provisoire ? Nul ne le sait, « l’enquête est encore secrète », regrette l’avocat des familles. DR DR Quant aux deux autres suspects ? « Après enquêtes et auditions de ces deux salariés, les services de gendarmerie ont informé l’Afipaeim, au cours de l’été, qu’il n’y aurait pas de suite judiciaire aux plaintes des parents », indique l’association dans un communiqué. De fait, ces deux salariés ont été réintégrés dans les effectifs de l’Afipaeim puisque, officiellement, après cette enquête, il n’y avait rien à leur reprocher. Ce que l’avocat des familles conteste. « En qualité de victime, personne n’a reçu de classement sans suite du dossier. J’ai écrit au procureur de la République à plusieurs reprises et il m’a été répondu que l’affaire était toujours en cours. » Il lui paraît donc anormal que les deux éducateurs aient été réintégrés « parce qu’on est encore dans une phase d’enquête », souligne-t-il. Plus d’une année s’est écoulée. Comment vont les enfants aujourd’hui ? « Mieux pour la plupart, parce qu’on s’est engagé à les défendre », répond Ghislaine Lubart. « L’important pour nous, c’est que la parole de ces enfants soit entendue et que cette affaire soit menée avec le sérieux et la sérénité qui conviennent ! », réaffirme Maître Sayn. »...

<< Sommaire
placegrenet

''Si los politicos tuvieran autismo estariamos mejor'' 18/04/2016

«Version Final / Tras las declaraciones del presidente Nicolás Maduro, el pasado martes 12 de abril durante su programa En Contacto con Maduro, en las que atribuyo el calificativo "autistas" de manera despectiva en contra de alcaldes y gobernadores de la oposicion, padres de organizaciones que funcionan en pro de las personas con autismo, repudiaron la mala utilizacion del término por parte del mandatario nacional. Maduro pregunto a la audiencia: "¿Ustedes creen que algún gobernador de la derecha ha tomado una iniciativa para producir algo? ¿Ustedes creen que un solo alcalde de la derecha ha tomado una sola medida para acompañar al país en su recuperacion economica?" A lo que él mismo respondio: " No. Ellos son autistas. No quieren ver, escuchar ni hablar". Mariana Aguilar, presidenta de la fundacion "Voceros del Autismo" y madre de dos niños con autismo, comento a Version Final: "Nos sentimos tristes y ofendidos. Es desesperanzador que la persona que dirige el país y que se supone que debe velar por los derechos de nuestros hijos con Trastorno del Espectro Autista (TEA), diga semejante cosa". La vocera señalo que ninguna discapacidad debería ser utilizada para ofender o socavar a alguien, porque ofende más a la persona que presenta la condicion. Explico que al contrario de como refirio el mandatario nacional, las personas con autismo tienen una capacidad auditiva cinco veces superior al resto, porque presentan sensibilidad auditiva, pero su condicion generalmente ocasiona que bloqueen lo que sucede a su alrededor. La indignada madre concluyo: "Si los políticos en nuestro país, del bando que sea, tuvieran un poquito de autismo serían transparentes , concretos y se propondrían cada día a superar obstáculos, no estaríamos en la decadencia que vivimos ahora". También como madre de un niño diagnosticado con TEA, Xiomara González repudio las palabras de Maduro: "Nuestra comunidad de padres y madres de niños y niñas con autismo se siente ofendida por estas declaraciones del Presidente. No podemos comprender por qué hablan de inclusion y discriminan". La madre recalco que es lamentable que las personas cuando quieren descalificar "utilicen la condicion de nuestros hijos". Ley de Autismo Julio Montoya, diputado por la Mesa de la Unidad Democrática (MUD) , solicito a la Asamblea Nacional, incorporar para este período legislativo la Ley de Autismo en Venezuela. El acuerdo fue aprobado de manera unánime ante el parlamento. Con respecto a la propuesta de Montoya, la representante de Voceros del Autismo expreso: "El Presidente debería más bien prestarle atencion a la Ley de Autismo y ejecutarla ".»...

<< Sommaire
entornointeligente

Q Senat:Complexite des demarches administratives du handicap et de la dependance - Senat 16/04/2016

«M. Roger Madec attire l'attention de Mme la secrétaire d'Etat, auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion sur la complexité des démarches administratives liées au handicap et à la dépendance. Le Gouvernement a fait du handicap l'une de ses priorités en décidant de mener une politique volontariste en matière d'inclusion scolaire ou d'accessibilité. En matière d'aides financières, au-delà de la revalorisation de l'allocation adulte handicapé (AAH) et de l'augmentation de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA), plusieurs mesures sont encore à venir qu'il s'agisse de la revalorisation des plafonds d'aides pour 180 000 personnes ou de l'instauration de l'aide au répit pour les aidants. Néanmoins, force est de constater les difficultés réelles auxquelles sont encore confrontées de nombreuses personnes en situation de handicap pour faire valoir leurs droits, du fait de la complexité des démarches et de la lenteur des circuits administratifs. Ainsi, malgré les efforts conséquents du Gouvernement pour ouvrir de nouveaux postes d'auxiliaires de vie scolaire, les délais d'attribution ou de remplacement des contrats engendrent parfois plusieurs semaines pendant lesquelles l'élève est pénalisé. Il en est de même pour l'attribution des pensions d'invalidité, de l'AAH ou de l'APA qui, malgré l'écoute et l'implication des maisons départementales des personnes handicapées et des organismes concernés, reste une démarche longue et complexe. La multiplication des saisines des parlementaires par les citoyens pour dénouer ces difficultés administratives démontre le besoin d'une simplification et d'une plus grande lisibilité des droits et critères d'éligibilité. C'est la raison pour laquelle, au regard de la dimension humaine de ces situations, il lui demande comment le Gouvernement entend répondre à ces préoccupations des personnes en situation de handicap et de dépendance.»...

<< Sommaire
senat

Analysing change in music therapy interactions of children with communication difficulties. - PubMed - NCBI 16/04/2016

«Abstract Music therapy has been found to improve communicative behaviours and joint attention in children with autism, but it is unclear what in the music therapy sessions drives those changes. We developed an annotation protocol and tools to accumulate large datasets of music therapy, for analysis of interaction dynamics. Analysis of video recordings of improvisational music therapy sessions focused on simple, unambiguous individual and shared behaviours: movement and facing behaviours, rhythmic activity and musical structures and the relationships between them. To test the feasibility of the protocol, early and late sessions of five client-therapist pairs were annotated and analysed to track changes in behaviours. To assess the reliability and validity of the protocol, inter-rater reliability of the annotation tiers was calculated, and the therapists provided feedback about the relevance of the analyses and results. This small-scale study suggests that there are both similarities and differences in the profiles of client-therapist sessions. For example, all therapists faced the clients most of the time, while the clients did not face back so often. Conversely, only two pairs had an increase in regular pulse from early to late sessions. More broadly, similarity across pairs at a general level is complemented by variation in the details. This perhaps goes some way to reconciling client- and context-specificity on one hand and generalizability on the other. Behavioural characteristics seem to influence each other. For instance, shared rhythmic pulse alternated with mutual facing and the occurrence of shared pulse was found to relate to the musical structure. These observations point towards a framework for looking at change in music therapy that focuses on networks of variables or broader categories. The results suggest that even when starting with simple behaviours, we can trace aspects of interaction and change in music therapy, which are seen as relevant by therapists.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

The Potential of Nasal Oxytocin Administration for Remediation of Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI 15/04/2016

«Abstract Administration of oxytocin has been proposed as a treatment for the core symptoms of autism spectrum disorder (ASD), including social-communicative deficit. Previous clinical trials have investigated the efficacy and safety of oxytocin intranasal single-dose and long-term administration for individuals with ASD. All studies suggest that single-dose and long-term administration are well tolerated, and no severe adverse events have been reported. However, the efficacy of long-term oxytocin administration is controversial. Some studies have reported significant improvement of the core symptoms of ASD by long-term oxytocin administration, while other studies showed no such improvement. To elucidate the factors influencing the efficacy of oxytocin administration, it is necessary to examine the effects of administration schedules (e.g., dosage amount, frequency per day) and participant characteristics (e.g., age, sex, intellectual ability). In addition to doubts about the efficacy of particular methods of administration, questions remain about the mechanism of action of intranasal oxytocin on the central nervous system. Examination of changes in the neural underpinnings of social behavior and simultaneous oxytocin levels in blood or cerebrospinal fluid could prove important in elucidating the pharmacokinetics of intranasal oxytocin administration, which could be essential for establishing optimal oxytocin treatments for individuals with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

''More than blowing bubbles'': What parents want from therapists working with children with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 15/04/2016

«Abstract PURPOSE: Providing therapy to children with autism spectrum disorder (ASD) often requires therapists to work closely with both the child with ASD and their family. Although there is evidence outlining best practice for therapists when working with families of children with disabilities, few studies have examined the parental perspective. This study investigated the qualities parents seek in therapists who work with their children with ASD. METHOD: Semi-structured interviews were conducted with 14 parents of children with ASD. Thematic analysis was undertaken to analyse the data, with emergence of two core themes; Partnership and Effective Therapy. RESULT: The parents of children with ASD interviewed for this study valued both working in partnership with therapists and therapists delivering effective therapy. Parents ultimately wanted therapists to produce positive outcomes for their children and were willing to sacrifice other desired qualities, as long as the therapy program was effective. CONCLUSION: While parents of children with ASD identified a range of qualities that they want in therapists, a therapist being able to produce positive outcomes for their child was considered most important. The implications of these findings are discussed both in terms of clinical implications for therapists and directions for future research.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

mTOR, a potential target to treat autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 15/04/2016

«Abstract Mammalian target of rapamycin (mTOR) is a key regulator in various cellular processes, including cell growth, gene expression, and synaptic functions. Autism spectrum disorder (ASD) is frequently accompanied by monogenic disorders, such as tuberous sclerosis complex, phosphatase and tensin homolog tumor hamartoma syndrome, neurofibromatosis 1, and fragile X syndrome, in which mTOR is hyperactive. Mutations in the genes involved in the mTOR-mediated signaling pathway have been identified in some cases of syndromic ASD. Evidences indicate a pathogenic role for hyperactive mTOR-mediated signaling in ASD associated with these monogenic disorders, and mTOR inhibitors are a potential pharmacotherapy for ASD. Abnormal synaptic transmission through metabotropic glutamate receptor 5 may underlie in a part of ASD associated with hyperactive mTOR-mediated signaling. In this review, the relationship between mTOR and ASD is discussed»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Transgenerational effects of environmental enrichment on repetitive motor behavior development. - PubMed - NCBI 15/04/2016

«Abstract The favorable consequences of environmental enrichment (EE) on brain and behavior development are well documented. Much less is known, however, about transgenerational benefits of EE on non-enriched offspring. We explored whether transgenerational effects of EE might extend to the development of repetitive motor behaviors in deer mice. Repetitive motor behaviors are invariant patterns of movement that, across species, can be reduced by EE. We found that EE not only attenuated the development of repetitive behavior in dams, but also in their non-enriched offspring. Moreover, maternal behavior did not seem to mediate the transgenerational effect we found, although repetitive behavior was affected by reproductive experience. These data support a beneficial transgenerational effect of EE on repetitive behavior development and suggest a novel benefit of reproductive experience.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Use of a Picture Exchange Communication System for preventive procedures in individuals with autism spectrum disorder: pilot study. - PubMed - NCBI 15/04/2016

«Abstract The aim of the present study was to evaluate the use of the Picture Exchange Communication System (PECS) in individuals with autism spectrum disorder (ASD) in order to facilitate patient-professional communication during preventive procedures. In this study, 26 patients with ASD, between 5 and 19 years of age (10±3.3 y), were divided into two groups: G1 (n = 13) with no previous experience of dental treatment, and G2 (n = 13), with such previous experience. The initial approach followed the principles of the Son-Rise Program®. The seven PECSs presented the routine of the dental office: "room," "ground," "chair," "dentist," "mouth," "low," and "triple." Each PEC was used up to three times in order to acquire the skill proposed. It was verified that G2 required a greater number of times to achieve the acceptance of PECS "ground," "dentist," "mouth," and "triple" (p < .05). We concluded that PECS facilitated patient-professional communication during preventive procedures, including for ASD patients with previous dental experience.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Atypical Bilateral Brain Synchronization in the Early Stage of Human Voice Auditory Processing in Young Children with Autism. - PubMed - NCBI 14/04/2016

«Abstract Autism spectrum disorder (ASD) has been postulated to involve impaired neuronal cooperation in large-scale neural networks, including cortico-cortical interhemispheric circuitry. In the context of ASD, alterations in both peripheral and central auditory processes have also attracted a great deal of interest because these changes appear to represent pathophysiological processes; therefore, many prior studies have focused on atypical auditory responses in ASD. The auditory evoked field (AEF), recorded by magnetoencephalography, and the synchronization of these processes between right and left hemispheres was recently suggested to reflect various cognitive abilities in children. However, to date, no previous study has focused on AEF synchronization in ASD subjects. To assess global coordination across spatially distributed brain regions, the analysis of Omega complexity from multichannel neurophysiological data was proposed. Using Omega complexity analysis, we investigated the global coordination of AEFs in 3-8-year-old typically developing (TD) children (n = 50) and children with ASD (n = 50) in 50-ms time-windows. Children with ASD displayed significantly higher Omega complexities compared with TD children in the time-window of 0-50 ms, suggesting lower whole brain synchronization in the early stage of the P1m component. When we analyzed the left and right hemispheres separately, no significant differences in any time-windows were observed. These results suggest lower right-left hemispheric synchronization in children with ASD compared with TD children. Our study provides new evidence of aberrant neural synchronization in young children with ASD by investigating auditory evoked neural responses to the human voice.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

UI researchers find benefits to using telehealth with ASD families 14/04/2016

«Telemedicine - connecting health care providers and patients via computer or smart phone for diagnosis and treatment -- has been making it easier, and more cost-effective, to "see" the doctor. Using a camera-enabled computer or smart phone, patients with common health concerns can get some diagnoses without leaving their homes. Emergency room doctors and nurses are able to communicate with their peers in larger trauma centers via computer, as well. Now a new University of Iowa study, published recently in the journal Pediatrics, shows that parents with children on the autism spectrum are able to have a specialist address challenging behavior in these children by interacting over the computer, too -- and at less than half of the cost of receiving similar care in person. "A lot of kids who are on the autism spectrum have significant problems with behavior," says Scott Lindgren, PhD, professor of pediatrics in the Stead Family Department of Pediatrics at University of Iowa Carver College of Medicine, and lead author of the study. "These kids may have trouble following directions, or have problems when there are changes in their schedule or routine. They also don't always have good enough communication skills to be able to explain to someone why they're getting upset or having a meltdown." Parents are often frustrated, Lindgren says, because they don't know how to communicate with their child to find a way to prevent or stop a meltdown. What adds to frustrations, he says, is that many Iowa families live in areas where services for children on the autism spectrum may be hard to come by.»...

<< Sommaire
medicalnewstoday

Propositions pour un plan autisme du Conseil General 29 | Le Club de Mediapart 10/04/2016

«Le Conseil Général du Finistère avait engagé une phase de concertation pour son 4ème schéma handicap. Des propositions ont été faites pour la prise en compte des personnes autistes. Ci-dessous ces propositions . Un premier bilan, deux ans et demi après, va suivre. Préparation du 4ème schéma handicap - Finistère / Plan autisme - janvier 2013 Ces propositions ont été préparées par des membres de plusieurs associations en vue de ce sous-groupe de travail. Elles sont destinées au débat et n'engagent pas les associations concernées. Dans le cadre de la préparation de ce 4ème schéma, nous avons voulu mettre en valeur ce qui nous apparaissait nécessaire pour mobiliser les acteurs départementaux pour les personnes avec troubles du spectre autistique (ou TED). La prévalence des TED est estimée depuis plusieurs années à une personne sur 150, et cela aux différents âges de la vie. Jusqu'à présent, l'accompagnement des TED en France est un échec majeur dans l'insertion sociale, le système éducatif, médico-social et sanitaire. Et pourtant des progrès sont possibles, comme le démontre la progression de la scolarisation des enfants avec Ted dans le Finistère, non seulement en maternelle et primaire, mais aussi dans le second degré et aujourd'hui l'enseignement supérieur, grâce notamment à la présence d'auxiliaires de vie scolaire. La présence à Brest d'un des premiers centres de ressources autisme a été jusqu'à présent un facteur essentiel pour une amélioration de l'inclusion des personnes avec TED. Les parents doivent pouvoir exercer leurs responsabilités, en accédant aux services nécessaires et reconnus comme les plus utiles pour leurs enfants. L'accompagnement des personnes avec autisme, notamment dans les institutions, rend nécessaire la reconnaissance de la spécificité du handicap, la réévaluation des diagnostics en conformité avec les données scientifiques actuelles, puis l'adaptation de l'environnement et des pratiques. L'inclusion en milieu ordinaire doit être privilégiée par rapport au développement de « ghettos », de filières excluantes.»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Mieux accompagner les enfants autistes dans leur scolarite 09/04/2016

«Depuis 2005, les enfants souffrant de troubles autistiques devraient pouvoir bénéficier d'une scolarité normale. Or il n'en est rien faute d'accompagnement adapté. L'association Autisme Landes et le département ont signé une convention pour une meilleure formation des auxilliares de vie scolaire. Dans la cour de l'école, Alexandre est un petit bonhomme blond de 5 ans que rien ne différencie des autres enfants. Le mal dont il souffre est invisible. Il s'agit de TSA, troubles du spectre de l'autisme. Alexandre a de la chance, il est scolarisé. Ce qui devrait être le cas de tous les enfants autistes en France. En effet, la loi de 2005 leur assure une égalité dans la scolarisation. Mais dans les faits, il n'en est rien. La majorité de ces enfants est privée d'école faute d'encadrement adapté. Dans les Landes, l'association Autisme Landes vient de signer une convention avec l'Education Nationale et prendra part au recrutement et à la formation des auxilliaires de vie scolaire pour communiquer plus facilement avec les enseignants. Avec ce partenariat, le département des Landes fait figure de précurseur. C'est une victoire pour les parents d'enfants autistes.»...

<< Sommaire
france3-regions.francetvinfo

Interactional challenges in conversations with autistic preadolescents: The role of prosody and non-verbal communication in other-initiated repairs 09/04/2016

«Abstract This paper focusses on repair sequences occurring in institutional interaction with autistic preadolescents. More precisely, the paper discusses the role of prosodic and non-verbal features in situations where the participants of interaction have difficulties understanding each other. The discussion will include analysis of the prosodic and non-verbal features of trouble-source turns that launch other-initiated repairs. Methodologically, the study falls within the framework of conversation analysis (CA). The data consist of audio-visual material recorded from group therapy sessions during which 11- to 13-year-old Finnish-speaking boys afflicted with autism talk about their lives with one another and with their therapists. The study findings suggest that certain prosodic and non-verbal features are often associated with trouble-source turns. For example, in 84% of the cases here, there is no eye contact between the speaker producing a trouble-source turn and the one who initiates the repair sequence. Sometimes the lack of eye contact is associated with overlapping speech (38%). Concerning the prosody, the most frequent feature is a creaky voice, which occurs in 35% of the trouble-source turns. A quiet voice (31%), large pitch excursions (24%), stretched syllables (18%) and jerky speech rhythms (16%) are examples of other prosodic features that could be found in the trouble-source turns of the data. The results of this study demonstrate that ASD persons' tendency to avoid direct eye contact as well as the occurrences of certain deviant prosodic features in their speech are factors that affect the fluidity of interaction and are related to the creation of understanding problems. However, only in a very few cases do non-verbal and prosodic features seem to be the main cause of the problem of understanding. The two most common causes of understanding problems in these data are overly literal interpretation of speech and topical discontinuities. The study also gives new evidence about autistic persons' pragmatic and interactional skills. Indeed, the data include passages in which the informants seem to have the ability to make certain inferences about the mental states of others. This is remarkable, because it is known that the ability in question is impaired in autism.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Evaluation of whole blood zinc and copper levels in children with autism spectrum disorder - Online First - Springer 09/04/2016

«Abstract Zinc (Zn) and copper (Cu) are important trace elements for cognitive development and normal neurological functioning. Autism spectrum disorder (ASD) is a common neurological disorder, which has previously been associated with the levels of some trace elements in the blood. However, clinical data regarding the potential implication of Zn and Cu in patients with ASD are still insufficient. Therefore, the aim of the present study was to investigate the whole blood levels of Zn and Cu in a cohort of 28 children with ASD and 28 age- and gender-matched healthy controls. Whole blood Zn and Cu levels were assessed using inductively-coupled plasma-sector field mass spectrometry. Both in the control and in the ASD group, the values of whole blood Cu and Zn were characterized by a Gaussian distribution. The results indicate that the ASD children were characterized by ~10 % (p = 0.005) and ~12 % (p = 0.015) lower levels of whole blood Zn and Zn/Cu ratio, respectively, in comparison to controls. No significant difference in whole blood Cu was observed. However, Cu/Zn ratio was ~15 % (p = 0.008) higher in ASD children than that in the control ones. The results of the present study may be indicative of Zn deficiency in ASD children. Taking into account Zn-mediated up-regulation of metallothionein (MT) gene expression, these findings suggest a possible alteration in the functioning of the neuroprotective MT system. However, further investigations are required to test this hypothesis.»...

<< Sommaire
link.springer

Level of Immersion in Virtual Environments Impacts the Ability to Assess and Teach Social Skills in Autism Spectrum Disorder | Abstract 09/04/2016

«ABSTRACT Virtual environments (VEs) may be useful for delivering social skills interventions to individuals with autism spectrum disorder (ASD). Immersive VEs provide opportunities for individuals with ASD to learn and practice skills in a controlled replicable setting. However, not all VEs are delivered using the same technology, and the level of immersion differs across settings. We group studies into low-, moderate-, and high-immersion categories by examining five aspects of immersion. In doing so, we draw conclusions regarding the influence of this technical manipulation on the efficacy of VEs as a tool for assessing and teaching social skills. We also highlight ways in which future studies can advance our understanding of how manipulating aspects of immersion may impact intervention success.»...

<< Sommaire
online.liebertpub

Evolution in the Understanding of Autism Spectrum Disorder: Historical Perspective. - PubMed - NCBI 08/04/2016

«Abstract The study of the evolution in the diagnosis and treatment of autism is a lesson in the dangers of medical beliefs or doctrines that are not grounded in medical science. The early descriptions of autism suggested that it was the result of childhood psychoses or psychodynamic disturbances of parent-child relationships. This flawed conceptualization of autism spectrum disorders (ASD) gave way to advances in medical science, which have established ASD as a neurobiological disorder of early brain development. There are many genetic, epigenetic, metabolic, hormonal, immunological, neuroanatomical and neurophysiological etiologies of ASD, as well as an array of gastrointestinal and other systemic co-morbid disorders. Thus, ASD are a biologically heterogeneous population with extensive neurodiversity. Early identification and understanding of ASD is crucial; interventions at younger ages are associated with improved outcomes. The advent of understanding the biological sub-phenotypes of ASD, along with targeted medical therapies, coupled with a multimodal therapeutic approach that encompasses behavioral, educational, social, speech, occupational, creative arts, and other forms of therapies has created a new and exciting era for individuals with ASD and their families: "personalized" and "precision" medical care based upon underlying biological sub-phenotypes and clinical profiles. For many individuals and their families dealing with the scourge of autism, their long and frustrating diagnostic journey is beginning to come to an end, with a hope for improved outcomes and quality of life.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Attention and Working Memory Training: A Feasibility Study in Children With Neurodevelopmental Disorders. - PubMed - NCBI 08/04/2016

«Abstract The current study investigated the efficacy of a game-based process specific intervention for improving attention and working memory in children with Fetal Alcohol Spectrum Disorders (FASD) and Autism Spectrum Disorders (ASD). The Caribbean Quest (CQ) is a 'serious game' that consists of five hierarchically structured tasks, delivered in an adaptive format, targeting different aspects of attention and/or working memory. In addition to game play, the intervention incorporates metacognitive strategies provided by trained educational assistants (EAs), to facilitate generalization and far transfer to academic and daily skills. EAs delivered the intervention to children (ages 6-13) during their regular school day, providing children with instruction in metacognitive strategies to improve game play, with participants completing approximately 12 hours of training over an 8 to 12 school week period. Pre- and post-test analyses revealed significant improvement on measures of working memory and attention, including reduced distractibility and improved divided attention skills. Additionally, children showed significant gains in performance on an academic measure of reading fluency, suggesting that training-related gains in attention and working memory transferred to classroom performance. Exit interviews with EAs revealed that the intervention was easily delivered within the school day, that children enjoyed the intervention, and that children transferred metacognitive strategies learned in game play into the classroom. Preliminary results support this game-based process specific intervention as a potentially effective treatment and useful tool for supporting cognitive improvements in children with FASD or ASD, when delivered as part of an overall treatment plan.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Volumetric alterations in the heteromodal association cortex in children with autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 08/04/2016

«Abstract BACKGROUND: We investigated if alterations in higher-order association areas related to schizophrenia, namely the heteromodal association cortex (HASC), are also observable in subjects with autism spectrum disorder (ASD). METHODS: A group of 18 children with ASD and 18 healthy controls (HC) underwent magnetic resonance imaging (MRI). The examination comprised an analysis of group differences in gray matter (GM) volume, surface area (SA) and hemispheric lateralization. RESULTS: Differences in GM volumes in children with ASD and HC were detected in frontal and parietal areas related to the HASC. No HASC structure that showed changes in GM volume exhibited differences in SA. Alterations in hemispheric lateralization between ASD and HC are seen in a frontal area of the HASC. CONCLUSIONS: Our results indicate that changes in HASC areas are not restricted to schizophrenia, but extend to other psychiatric disorders, namely ASD. The lacking group differences in SA indicate that changes in GM volume are possibly evoked by other variables than SA in children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Systematically Teaching Students With Autism Spectrum Disorder About Expository Text Structures 08/04/2016

«Abstract Students with autism spectrum disorder (ASD) represent an increasing number of learners in general education classrooms. While reading comprehension instruction has received growing attention, learners with ASD continue to experience poor academic outcomes. This article describes a research-based approach to teaching students with ASD to comprehend expository text in the context of standards-based instruction. Included is a description of the characteristics of ASD that influence expository text comprehension.»...

<< Sommaire
isc.sagepub

The prevalence of symptoms of attention-deficit/hyperactivity disorder in parents of children with autism spectrum disorder 08/04/2016

«Abstract This study aims to estimate the prevalence of symptoms of attention-deficit/hyperactivity disorder (ADHD) in parents of children with autism spectrum disorder (ASD). This is a cross-sectional study conducted with the parents of 89 children previously diagnosed with ASD. The research instrument used was the 18-item Adult ADHD Self-Report Scale (ASRS). Symptoms of ADHD were present in 10.4% of the mothers of children with a diagnosis of ASD and in 11.3% of the fathers. These results suggest that the prevalence of symptoms of ADHD in the parents of children with autism is higher than that found in the general adult population.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Nature Extra - Neurotribes | Nature Podcast on acast 08/04/2016

«Steve Silberman's new book, Neurotribes, gives a detailed history of autism spectrum disorder. In this Podcast Extra, Geoff Marsh hears from Steve about how we, as a society, should embrace those who think differently.»...

<< Sommaire
acast

L'imposture morale de l'approche psychanalytique denoncee a l'Assemblee Nationale 08/04/2016


«A l'Assemblée Nationale, le 5 avril 2016, le député PS Gwendal Rouillard, associant son collègue, le député LR Daniel Fasquelle, adresse une question à Ségolène Neuville, Secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion. Il lui a demandé d'abandonner définitivement l'imposture morale de l'approche psychanalytique vis à vis de l'autisme, et la pratique maltraitante du packing que continuent pourtant de préconiser certains psychanalystes et pédopsychiatres de cette obédience autoproclamés scientifiques et réunis en prétendues sociétés savantes... Applaudissements nourris entre autres des députés PS et LR :
Source: http://blogs.mediapart.fr | Source Status

<< Sommaire
blogs.mediapart

Vidéo: Handicap : trop de sites Internet inaccessibles 08/04/2016


«Des trottoirs inaccessibles aux fauteuils roulants, une signalisation inadaptée aux malvoyants ou malentendants...¦ En matière d'accessibilité, il y a encore beaucoup à faire. Et pas seulement dans la rue. D'après la loi 2005 sur le handicap, le numérique devrait aussi être accessible. Pourtant, dans un monde toujours plus connecté, de nombreuses personnes en situation de handicap peinent encore à naviguer sur le net. Pour certains, des outils techniques peuvent pallier le handicap. Pour d'autres en revanche, il faut s'adapter.» [...]
«Antonella, 15 ans, est infirme moteur cérébral et ses mouvements spasmodiques l'empêchent d'utiliser une souris. Si elle peut communiquer, c'est grâce à un petit boîtier relié à son ordinateur. "À l'intérieur du boîtier, il y a des caméras infrarouges qui captent le regard d'Antonella. Le boîtier est branché en USB sur l'ordinateur. Antonella vient poser son regard sur les lettres du clavier ou sur les pictogrammes et elle reste fixée sur la lettre qu'elle veut écrire", explique Aurélie Herman, ergothérapeute. »...

<< Sommaire
allodocteurs

Automated Tracking and Quantification of Autistic Behavioral Symptoms Using Microsoft Kinect. - PubMed - NCBI 07/04/2016

«Abstract The prevalence of autism spectrum disorder (ASD) has risen significantly in the last ten years, and today, roughly 1 in 68 children has been diagnosed. One hallmark set of symptoms in this disorder are stereotypical motor movements. These repetitive movements may include spinning, body-rocking, or hand-flapping, amongst others. Despite the growing number of individuals affected by autism, an effective, accurate method of automatically quantifying such movements remains unavailable. This has negative implications for assessing the outcome of ASD intervention and drug studies. Here we present a novel approach to detecting autistic symptoms using the Microsoft Kinect v.2 to objectively and automatically quantify autistic body movements. The Kinect camera was used to film 12 actors performing three separate stereotypical motor movements each. Visual Gesture Builder (VGB) was implemented to analyze the skeletal structures in these recordings using a machine learning approach. In addition, movement detection was hard-coded in Matlab. Manual grading was used to confirm the validity and reliability of VGB and Matlab analysis. We found that both methods were able to detect autistic body movements with high probability. The machine learning approach yielded highest detection rates, supporting its use in automatically quantifying complex autistic behaviors with multi-dimensional input.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

The Oscillopathic Nature of Language Deficits in Autism: From Genes to Language Evolution. - PubMed - NCBI 07/04/2016

«Abstract Autism spectrum disorders (ASD) are pervasive neurodevelopmental disorders involving a number of deficits to linguistic cognition. The gap between genetics and the pathophysiology of ASD remains open, in particular regarding its distinctive linguistic profile. The goal of this article is to attempt to bridge this gap, focusing on how the autistic brain processes language, particularly through the perspective of brain rhythms. Due to the phenomenon of pleiotropy, which may take some decades to overcome, we believe that studies of brain rhythms, which are not faced with problems of this scale, may constitute a more tractable route to interpreting language deficits in ASD and eventually other neurocognitive disorders. Building on recent attempts to link neural oscillations to certain computational primitives of language, we show that interpreting language deficits in ASD as oscillopathic traits is a potentially fruitful way to construct successful endophenotypes of this condition. Additionally, we will show that candidate genes for ASD are overrepresented among the genes that played a role in the evolution of language. These genes include (and are related to) genes involved in brain rhythmicity. We hope that the type of steps taken here will additionally lead to a better understanding of the comorbidity, heterogeneity, and variability of ASD, and may help achieve a better treatment of the affected populations.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Language impairment resulting from a de novo deletion of 7q32.1-q33: a case report | bioRxiv 07/04/2016

«Abstract Chromosome 7 is a hot spot for cognitive disorders involving language deficits. We report on a girl who presents with a cognitive and speech delay, motor problems, hearing loss, and behavioral disturbances, and a de novo deletion within 7q32.1-q33 (chromosome position: chr7:127109685-132492196, hg 18). Several genes involved in brain development and function are located within the deleted region. Many of them are related to developmental disorders encompassing language deficits (dyslexia, speech-sound disorder, and autism). The proband's phenotype may result from a change in the expression level of some of these genes.»...

<< Sommaire
biorxiv

Maturation of auditory neural processes in autism spectrum disorder ...” A longitudinal MEG study 07/04/2016

«Abstract Background Individuals with autism spectrum disorder (ASD) show atypical brain activity, perhaps due to delayed maturation. Previous studies examining the maturation of auditory electrophysiological activity have been limited due to their use of cross-sectional designs. The present study took a first step in examining magnetoencephalography (MEG) evidence of abnormal auditory response maturation in ASD via the use of a longitudinal design. Methods Initially recruited for a previous study, 27 children with ASD and nine typically developing (TD) children, aged 6- to 11-years-old, were re-recruited two to five years later. At both timepoints, MEG data were obtained while participants passively listened to sinusoidal pure-tones. Bilateral primary/secondary auditory cortex time domain (100 ms evoked response latency (M100)) and spectrotemporal measures (gamma-band power and inter-trial coherence (ITC)) were examined. MEG measures were also qualitatively examined for five children who exhibited "optimal outcome", participants who were initially on spectrum, but no longer met diagnostic criteria at follow-up. Results M100 latencies were delayed in ASD versus TD at the initial exam (~ 19 ms) and at follow-up (~ 18 ms). At both exams, M100 latencies were associated with clinical ASD severity. In addition, gamma-band evoked power and ITC were reduced in ASD versus TD. M100 latency and gamma-band maturation rates did not differ between ASD and TD. Of note, the cohort of five children that demonstrated "optimal outcome" additionally exhibited M100 latency and gamma-band activity mean values in-between TD and ASD at both timepoints. Though justifying only qualitative interpretation, these "optimal outcome" related data are presented here to motivate future studies. Conclusions Children with ASD showed perturbed auditory cortex neural activity, as evidenced by M100 latency delays as well as reduced transient gamma-band activity. Despite evidence for maturation of these responses in ASD, the neural abnormalities in ASD persisted across time. Of note, data from the five children whom demonstrated "optimal outcome" qualitatively suggest that such clinical improvements may be associated with auditory brain responses intermediate between TD and ASD. These "optimal outcome" related results are not statistically significant though, likely due to the low sample size of this cohort, and to be expected as a result of the relatively low proportion of "optimal outcome" in the ASD population. Thus, further investigations with larger cohorts are needed to determine if the above auditory response phenotypes have prognostic utility, predictive of clinical outcome.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Autisme : mise en garde de l'ANSM contre la prescription d'un neuroleptique 05/04/2016

«L'agence du médicament a lancé mardi une mise en garde contre la prescription d'un neuroleptique à des enfants autistes. L'agence du médicament ANSM a lancé mardi une mise en garde contre la prescription à des enfants autistes d'un neuroleptique, l'aripiprazole (Abilify et génériques), qui n'est pas autorisé dans ce type de troubles et qui peut entrainer des idées suicidaires. Dans un communiqué diffusé sur son site, l'ANSM précise qu'à sa demande, les laboratoires qui commercialisent le médicament ont envoyé une lettre aux professionnels de santé courant mars pour leur rappeler les "indications approuvées en France et en Europe" - qui n'incluent pas l'autisme - ainsi que "les précautions d'emploi liées au suicide". Commercialisé depuis 2004. En février, l'association "Vaincre l'autisme" avait demandé au ministère de la Santé d'ouvrir une enquête sur la prescription grandissante d'Abilify à des enfants autistes. Commercialisé en France depuis 2004 par le laboratoire Otsuka Pharmaceutical Europe, l'Abilify est un neuroleptique indiqué dans le traitement des schizophrénies et des troubles bipolaires. Chez les adolescents de plus de 13 ans souffrant de troubles bipolaires, la durée de traitement ne doit pas dépasser 12 semaines, selon la notice du laboratoire. Efficacité non établie. Dans un point d'information, l'ANSM reconnait que l'aripiprazole est utilisé dans l'autisme, alors même que la sécurité et l'efficacité de la molécule "n'ont pas été établies dans les troubles autistiques". Elle précise qu'un suivi national a été mis en place et que les laboratoires qui commercialisent les médicaments à base d'aripiprazole ont été interrogés "sur les mesures qu'ils pourraient prendre" pour réduire les risques liés à une utilisation pour des pathologies non autorisées. Concernant le risque de suicide, mis en avant par "Vaincre l'autisme", l'agence indique qu'au niveau international, 7 cas de suicides et 137 cas de comportements/idées suicidaires ou de tentatives de suicide ont été rapportés chez des enfants et des adolescents âgés de 3 à 7 ans. La prise en charge de l'autisme reste encore trop dominée en France par les psychiatres, dénoncent des associations de parents qui défendent des méthodes éducatives et comportementales reconnues.»...

<< Sommaire
europe1

Autisme: Neuville promet une ''aide financiere complementaire'' pour les familles 05/04/2016

«Une "aide financière complémentaire" sera mise en place pour les familles d'enfants autistes confrontées à la lourde charge des soins non remboursés, a annoncé mardi Ségolène Neuville, secrétaire d?Etat chargée des Personnes handicapées. Lors du Comité national autisme, "il y aura la mise en oeuvre concrète d'une aide financière complémentaire pour les familles qui déboursent énormément d'argent pour des intervenants actuellement non pris en charge par la Sécurité sociale", a déclaré Ségolène Neuville à l'Assemblée nationale, sans plus de précisions. Le Comité national de suivi doit examiner le 21 avril les nouvelles perspectives 2016/2017 du 3e plan autisme. Les associations de parents demandent depuis longtemps une prise en charge par la Sécurité sociale de soins prescrits par les médecins mais non remboursés (psychologues spécialisés en méthode ABA, psychomotriciens, ergothérapeutes...). Ségolène Neuville a par ailleurs précisé, concernant le "packing" (qui consiste à envelopper étroitement les enfants dans des draps humides), que le gouvernement considérait "valables les recommandations de l'ONU" qualifiant cette méthode "d'acte de maltraitance". "Nous prendrons avec Marisol Touraine (la ministre de la Santé) un certain nombre de mesures précises via des circulaires aux Agences régionales de santé", a-t-elle indiqué. "La première, par la circulaire budgétaire à la fin du mois d'avril, et la deuxième par l'actualisation de la circulaire sur la maltraitance, qui date de 2014, et précisera ce qu'est le packing".»...

<< Sommaire
leparisien

Instruction in Letter-Sound Correspondences for Children With Autism and Limited Speech 03/04/2016

«Abstract This study used a multiple probe across participants' research design to evaluate the effects of instruction on the acquisition of letter-sound correspondences (LSCs) by three young children with autism spectrum disorder and limited speech. All three children (ages 3-5 years) reached criterion for identifying the LSCs targeted during instruction, and a Nonoverlap of All Pairs (NAP) analysis showed evidence of medium to strong treatment effects. All three children also provided evidence of maintenance and generalization of LSC skills to other tasks. Implications for instruction and future research directions are discussed.»...

<< Sommaire
tec.sagepub

13 apps that support and empower the autistic community 03/04/2016

«Whether it's a notes app to remember your grocery list or a game to feel less frustrated during delays in your commute, you probably use apps on a regular basis. But you probably don't think of it as anything special ...” just normal tech. Yet that ability to fill a need with a simple download on an already accessible device has held particular, and sometimes life-changing, importance to the autistic community. SEE ALSO: Apple's new short film starring autistic teen shows how tech transforms lives People on the autism spectrum have begun to use apps as tools to turn their phones and tablets into assistive tech, catered to their needs. Simple, common devices we all have in our homes and pockets can suddenly become pieces of technology that enable communication, enhance social skills and radically improve learning, both in and out of the classroom, for autistic people. "Smartphones have opened a door to a whole new world for our community." Julia Bascom, executive director of the Autistic Self Advocacy Network, tells Mashable that the "explosion of apps" over the past few years has been remarkable, giving autistic people more ways to express themselves and more ways to connect. "You hear from a lot of thinkpieces that smartphones are destroying the youth of today," Bascom says. "But, from our perspective, smartphones have opened a door to a whole new world for our community." 1. Proloquo4Text Proloquo4Text is a text-based communication app created by AssistiveWare that turns typed words into speech. The app, which is especially useful for nonverbal individuals, has a single-screen layout, making it easy for users to customize the main screen to their individual needs.»
[...]
«Nevertheless, apps that do the work responsibly are having a tangible and impressive impact. From apps that speak for those who can't to apps that make stressful situations a little less scary, check out these 13 well-known apps aiding some members of the autistic community — and those with similar needs. 1. Proloquo4Text Proloquo4Text is a text-based communication app created by AssistiveWare that turns typed words into speech. The app, which is especially useful for nonverbal individuals, has a single-screen layout, making it easy for users to customize the main screen to their individual needs. The app is available in 15 different languages, featuring word and sentence prediction for fast on-the-spot communication. Users can also choose their own voice, giving them autonomy over not only what they say, but how they say it. Available on iOS for $119.99 ($59.99 through April 4 for Autism Acceptance Day). 2. Assistive Express A more simplified text-based communication app, Assistive Express allows users to express their thoughts via text-to-speech technology. The app features word prediction to speed up response time, and has the ability to save commonly used phrases for easy accessibility. Assistive Express is available in English, German, Italian and Spanish. Available on iOS for $24.99. 3. Proloquo2Go Proloquo2Go is an English and Spanish, symbol-supported communication app created by AssistiveWare for individuals who have difficulty speaking. With three different vocabulary levels and customizable visual grids, the app can be customized to best fit the needs of individual users. Through the use of text-to-speech technology, users can select from more than 7,000 predetermined words housed on categorized visual grids to get their message across quickly and simply. Users can also customize the grid to add words they often use, like the names of family members or regional locations. Available on iOS for $249.99 ($124.99 through April 4 for Autism Acceptance Day). 4. Keeble Image: iTunes Keeble is an accessible keyboard created by AssistiveWare that replaces a standard on-screen keyboard in any app with a more user-friendly keyboard for those who have fine-motor challenges. With several customizable keyboards, users can choose the keyboard that is best for their specific needs. Word prediction and keyboard layouts are available in English, Spanish, French and Dutch. Available on iOS for $19.99. 5. Avaz FreeSpeech Avaz FreeSpeech allows users to drag and rearrange picture tiles from a visual grid into sentences. The picture-language app then converts the tiles into speech. The app also assists users with language skills through a series of training modules, supporting users who need a little help to create grammatically correct and complete sentences. Available on iOS for $9.99. 6. Children With Autism: A Visual Schedule Image: iTunes Designed with the autistic community in mind, this picture-based scheduler allows users to keep track of scheduled activities. The scheduler helps users anticipate and plan for changes in their daily routine, helping to make days predictable. It also has the ability of providing step-by-step instructions to daily activities to empower users with more independence. Available on iOS for $12.99. 7. Choiceworks Image: iTunes Choiceworks helps users manage their daily routines through a scheduler that categorizes tasks in sequential order, while also indicating which tasks have been completed and which still have to be done. The app also supports users through sometimes frustrating and overwhelming situations. Choiceworks is especially useful in situations when users must wait for something, giving them options to fill in wait time. Available on iOS for $6.99. 8. Miracle Modus Image: iTunes In a world that can often get overwhelming, many of us could use a little help getting back into a calm state. Miracle Modus looks to solve some of that problem, using lights, sounds and colors is different patterns and configurations to help users find calm in emotionally overwhelming situations. Available for free download on iOS and Android. 9. FlummoxVision Image: iTunes Flummox and Friends is a quirky, live-action comedy of a group of scientists working to understand "the most perplexing scientific mystery of all: other people." Through the app, children can watch episodes and interact with the characters via "Discuss Mode" to help support the development of social and emotional skills. Available for free download on iOS, at $1.99 per episode. 10. Injini: Child Development Game Suite Image: iTunes Injini is a collection of learning games that supports children with cognitive, language and fine-motor delays. The games, created with autistic children in mind, help users develop fine motor and language skills, understand cause and effect, recognize spatial awareness, and work on memory and visual processing.
 All the games in the collection operate on with a "no penalty" model, meaning answers that are incorrect aren’t penalized in gameplay to help encourage children to try again when needed. Available on iOS for $29.99. 11. Pictello Image: iTunes Pictello, a creative app created by AssistiveWare, allows users to create personal photo albums and a picture book, and each page is enhanced with audio so users can record themselves. The app is particularly useful when preparing autistic individuals for unfamiliar or stressful situations, like doctor’s appointments or visits to unfamiliar places. Available for iOS for $19.99. 12. Emergency Chat Image: iTunes Emergency Chat is an app created for emergency situations in which communication is essential, but speech isn't an option. The main screen has preset splash text that explains a person cannot use speech, but wants to use the app to communicate. The following screen has a simple chat function that allows two people to communicate back and forth. Creators of the app say it was developed especially for users who are experiencing an "autistic meltdown, where their speech centers stay non-functional for a while even after they've recovered." Available for free download on iOS and Android. 13. Autism Apps Image: iTunes This simple app, created by Touch Autism, is a comprehensive list of apps being used by people on the autism spectrum. The apps are categorized and reviewed, with extensive information available on each, making it easy for users to find exactly what they need. Available for free download on iOS. »...

<< Sommaire
mashable

CUB and Sushi multiple domains 3 regulates dendrite development. - PubMed - NCBI 03/04/2016

«Abstract CUB and Sushi multiple domains 3 (CSMD3) is a large protein expressed in fetal and adult brain. Recently, mutations of the CSMD3 gene were identified in schizophrenia and autism patients. However, biochemical properties and functions of the CSMD3 protein remain unknown. Here, we demonstrate that CSMD3 is an oligomeric type I transmembrane protein localized in the apical dendrites of hippocampal pyramidal neurons in the postnatal brain. In cultured hippocampal neurons, CSMD3 is expressed only after 7 days in vitro. Overexpression of CSMD3 induced dendritic branching in hippocampal neurons. Regulation of dendritic morphology by CSMD3 depended on the presence of its extracellular region, while CSMD3 intracellular region was dispensable for this activity. These results suggest that CSMD3 acts as a co-receptor of an unidentified membrane protein to regulate dendrite development. Therefore, malfunctions of CSMD3 may be one of the factors in the pathogenesis of psychiatric disorders.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Dillan's Path - YouTube 03/04/2016

«Autism Acceptance Month acknowledges that every autistic person's path is unique. For Dillan, the dedication of his loved ones, years of hard work and his iPad made a big difference in how he connects with others. Hear Dillan, his mother and his therapist / communication partner share that journey.»...

<< Sommaire
youtube

Apple compte officiel youtube - Dillan's Voice - YouTube 02/04/2016

«Autism Acceptance Month is dedicated to the stories of people like Dillan. His words remind us how important it is to ensure everyone with a voice can be heard.»...

<< Sommaire
youtube

Josef Schovanec : ''C'est le rejet qui fait souffrir, pas l'autisme'' 02/04/2016

«Josef Schovanec auteur de Voyage en Autistan, chroniqueur sur Europe 1 était l'invité du Soir 3. Atteint d'autisme, il l'affirme. Le regard des autres fait plus souffrir que le syndrome lui-même. "C'est le regard extérieur, l'ignorance de la différence qui enferme, qui fait souffrir. Ce n'est pas l'autisme en tant que tel qui fait souffrir, c'est le rejet ou l'ignorance (...). Parfois des gens qui ne connaissent pas l'autisme et qui peuvent commencer à se moquer de moi. Subitement ils ont un moment :"c'est le monsieur de la radio." Et là leur attitude change complètement", regrette le philosophe. Le problème de la scolarisation des élèves atteints d'autisme Autre défaillance soulignée par le philosophe, la scolarisation souvent chaotique des autistes. Et elle n'est pas sans conséquence pour leur avenir : "Un enfant exclu de l'école, exclu des apprentissages sera exclu plus tard dans la vie. Et il sera qualifié de déficient. Ceux qu'on a appelés les gens déficients étaient essentiellement des gens privés d'école et d'éducation." Josef Schovanec qui est revenu sur l'image des autistes totalement différente selon les pays. Une différence qu'il a pu constater lors de ses voyages au Balouchistan situé entre l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan et l'Inde.»...

<< Sommaire
francetvinfo

Clip de sensibilisation a l'Autisme [Autistik] Manon Tanguy 02/04/2016

«La jeune et belle Manon interprète une personne avec autisme. Elle veut vivre avec les autres, mais elle n'a pas les clefs, pas le mode d'emploi. Manon déploie beaucoup d'efforts dans ce monde qu'elle perçoit différemment de nous.»...

<< Sommaire
twitter

Najat Vallaud-Belkacem et Segolene Neuville se mobilisent pour la scolarisation des jeunes enfants autistes | Najat Vallaud-Belkacem 02/04/2016

«La loi du 8 juillet 2013 pour la Refondation de l'Ecole de la république inscrit désormais, dès le premier article du code de l'éducation (L.111-1), le principe de l'école inclusive pour tous les enfants, sans aucune distinction. La scolarisation en milieu ordinaire est ainsi favorisée. Elle permet à la fois d'obtenir de meilleurs résultats éducatifs pour de nombreux élèves en situation de handicap, et notamment pour ceux ayant des troubles du spectre autistique (TSA), ainsi qu'une plus grande ouverture à la différence de la part des autres élèves. Le plan autisme 2013-2017 a permis de construire une nouvelle étape de la politique en faveur des personnes ayant des troubles du spectre autistique (TSA). Il prévoit notamment la création d'unités d'enseignement en écoles maternelles (UEM) afin de faciliter la scolarisation des jeunes enfants autistes en s'appuyant sur le déploiement d'interventions précoces, personnalisées, globales et coordonnées, telles que recommandées par la HAS et l'ANESM. Ce sont des classes de 7 élèves qui bénéficient de l'intervention de professionnels spécialisés (services ou établissements médico-sociaux spécifiques TSA). Depuis la rentrée scolaire 2014, 60 unités d'enseignement maternelles ont été ouvertes et ont permis de scolariser 420 jeunes élèves ayant des TSA. Les 30 premières UEM ouvertes lors de l'année scolaire 2014/2015 ont été accompagnées d'un cahier des charges élaboré de façon concertée avec des représentants du Comité de suivi du plan autisme, et notamment des associations de familles. Ce cahier des charges a été diffusé aux ARS par voie d'instruction en date du 13 février 2014. L'ouverture de 50 nouvelles UEM est d'ores et déjà programmée et budgétée pour l'année scolaire 2016/2017. Ces nouvelles UEM permettront de mieux répondre aux besoins de ces très jeunes enfants. Dans les départements où les besoins sont les plus importants, il pourra y avoir 2 UEM pour les jeunes élèves avec autisme. Ainsi, le plan autisme 2013-2017, aura permis, à son terme, la création de 110 UEM. Le cahier des charges des UEM a été actualisé en 2016 tenant compte des premiers retours d'expérience. Les UEM sont venues compléter l'offre de scolarisation proposée aux élèves ayant des TSA et les différentes modalités de scolarisation permettant une gradation de l'accompagnement et du parcours scolaire de chaque enfant, en fonction de son bilan fonctionnel et de l'évaluation de ses besoins spécifiques : scolarisation individuelle avec ou sans accompagnement, unités localisées pour l'inclusion scolaire, unités d'enseignement. Ainsi, le nombre d'élèves ayant des TSA scolarisés dans les établissements scolaires a fortement progressé. En 2008-2009 on comptabilisait plus de 12 000 élèves en situation d'autisme ou présentant des troubles envahissants du développement (TED) scolarisés à l'école ordinaire. En 2015/2016, 29 326 élèves avec TSA sont scolarisés en milieu ordinaire soit une augmentation de 144% depuis 2008 et de 30% depuis 2012. 67,8% d'entre eux sont accompagnés par une aide humaine. Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education Nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion auprès de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, sont déterminées à mettre en oeuvre les collaborations nécessaires pour que la scolarisation des élèves présentant des TSA progresse quantitativement et qualitativement.»...

<< Sommaire
najat-vallaud-belkacem

Centre d'actualites de l'ONU - Journee de sensibilisation a l'autisme : l'ONU plaide pour des societes plus inclusives 02/04/2016

«1 avril 2016 - A la veille de la Journée internationale de sensibilisation à l'autisme, célébrée le 2 avril, plusieurs hauts responsables des Nations Unies ont souligné l'importance de la contribution des personnes atteintes d'autisme pour l'humanité, tout en avertissant que les mettre à l'écart est une « violation des droits de l'homme » et un « gaspillage de potentiel humain ». Créée en 2007 par l'Assemblée générale des Nations Unies, cette Journée a pour but d'attirer l'attention sur la nécessité d'améliorer la qualité de vie des personnes autistes et de lutter contre la stigmatisation et la discrimination associées aux différences neurologiques. Lors d'un évènement commémoratif organisé dans la matinée au siège de l'ONU, à New York, le Président de l'Assemblée générale, Mogens Lykketoft, a souligné que « l'autisme et les autres formes de handicap font partie de l'expérience humaine qui contribue à la diversité humaine ». M. Lykketoft a ajouté que les données disponibles démontrent une augmentation de la prévalence de l'autisme, qui touche une personne sur 68, soit presque 1% de la population mondiale. La grande majorité des personnes touchées sont des enfants, a-t-il précisé.»
[...]
« « Aujourd'hui, nous célébrons aussi les talents uniques des personnes atteintes d'autisme », a dit le Président de l'Assemblée générale, soulignant que chacun d'entre eux doit être traité comme un membre apprécié de la société et bénéficier de chances égales, y compris en matière d'éducation, d'emploi, de participation à la vie sociale, politique et culturelle, et d'accès à l'information. Le handicap et les personnes handicapées sont mentionnés expressément dans plusieurs des 17 objectifs de développement durable (ODD) composant le Programme de développement durable à l'horizon 2030, adopté en septembre 2015. Aussi, le thème choisi pour l'édition 2016 de cette Journée est : 'L'autisme et le Programme de développement durable à l'horizon 2030 : intégration et neurodiversité'. « Faisons [de cette promesse] une réalité en construisant des sociétés inclusives et des collectivités accessibles où les personnes atteintes d'autisme et d'autres handicaps peuvent prospérer, jouir de l'égalité des chances et être par conséquent autonomisées », a dit M. Lykketoft. « La communauté internationale s'attelle aujourd'hui à la tâche difficile que représente la mise en œuvre du Programme ambitieux et universel de développement durable à l'horizon 2030 », a rappelé quant à lui le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, dans un message rendu public pour la journée. « La participation et l'engagement actif et sur un pied d'égalité des personnes atteintes d'autisme sont indispensables à l'instauration d'une société où nul n'est laissé de côté, qui figure parmi les objectifs de développement durable », a-t-il dit. L'autisme est un trouble neurologique qui dure toute la vie et se manifeste durant la petite enfance, sans distinction de sexe, de race ou de situation socioéconomique. Il se caractérise principalement par des formes tout à fait particulières d'interaction sociale, des modes d'apprentissage non conventionnels, un vif intérêt pour certaines disciplines, une attirance pour les activités routinières, des difficultés de communication et des manières distinctives de traiter l'information sensorielle. M. Ban a indiqué que la marginalisation dont souffre souvent les personnes atteintes d'autisme constitue une violation des droits de l'homme et un gâchis de potentiel humain. « J'ai été le témoin du dynamisme et de la détermination dont peuvent faire preuve les autistes. Au début de l'année, j'ai eu l'honneur de dialoguer avec un jeune autiste au Siège de l'Organisation des Nations Unies, à New York, et j'ai été particulièrement impressionné par l'originalité de ses idées sur les moyens d'atteindre les objectifs de développement durable », a-t-il dit. Le chef de l'ONU a indiqué que le passage à l'âge adulte est particulièrement délicat pour les personnes atteintes d'autisme. « En tant qu'ardent défenseur de la mobilisation des jeunes de tous les pays du monde pour contribuer à notre avenir commun, je demande à toutes les sociétés d'accroître les ressources permettant aux jeunes autistes de participer à l'effort sans précédent engagé par la jeunesse d'aujourd'hui pour favoriser le progrès », a dit M. Ban. Il a rappelé que cette année marque le dixième anniversaire de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées. « À l'occasion de cette Journée internationale de sensibilisation à l'autisme, je lance un appel pour que les droits des personnes atteintes d'autisme soient mieux respectés et pour qu'elles puissent participer pleinement à notre famille humaine diverse et y être intégrées en tant qu'éléments de valeur à même de contribuer à un avenir de dignité et d'opportunité pour tous », a-t-il dit. Entrée en vigueur en 2008, la Convention réaffirme le principe fondamental de l'universalité des droits de l'homme. Elle a pour objet de promouvoir, protéger et assurer la pleine et égale jouissance de tous les droits de l'homme et de toutes les libertés fondamentales par les personnes handicapées et de promouvoir le respect de leur dignité intrinsèque. »...

<< Sommaire
un

LCP - La mise au point de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapée 02/04/2016

«La mise au point de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées : "La psychanalyse ne fait pas partie des méthodes recommandées pour les enfants autistes !" #CVR»...

<< Sommaire
facebook

A paraitre ce mois-ci : ''Autisme, le cri de Lionel'' :: Editions a la carte 02/04/2016

«Ce livre est un cri apaisé. Il propose le récit d'une grande et longue souffrance, il relate la quête de solutions, de guérison, les espoirs, les échecs, les impasses. Lionel est diagnostiqué « autiste ». A 27 ans, un médicament diurétique ouvre un espoir. Il faut y croire, il faut convaincre, y compris le médecin. Il faut oser. Aujourd'hui, la vie de Lionel a « changé du tout au tout ». Il a passé son permis, trouvé un travail et un studio. Jean, le père de Lionel a pris la plume et il raconte. Des pages fortes !»...

<< Sommaire
editions-carte

Pourquoi l'autisme est aussi mal compris en France 02/04/2016

«L'autisme toucherait 650.000 personnes en France dont 250.000 enfants. Et 80% de ces derniers ne vont pas à l'école. A l'heure de la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme ce samedi 2 avril, le gouvernement lance une campagne pour changer le regard des Français. Car pendant longtemps, en France, on a considéré l'autisme comme une maladie mentale. On enfermerait les malades dans des hôpitaux psychiatriques et on les gavait de médicaments. Depuis 20 ans seulement, l'autisme est reconnu comme un handicap qu'il faut gérer autrement. Et encore aujourd'hui, un tiers des Français pensent, à tort donc, que l'autisme est un trouble psychologique. Un enfant sur 100 en France naitrait avec des troubles de l'autisme. Des troubles plus ou moins importants... l'autisme touche quatre fois plus les garçons que les filles. les cas sont de plus en plus nombreux, il n'y a pas d'explication scientifique pour l'instant, mais les associations s'interrogent sur les liens avec les produits chimiques qui nous entourent et notamment les pesticides. Quels sont les troubles ? Les autistes ont des difficultés de communication, ont du mal à avoir des relations sociales. Des crises de colère, des obsessions, des phobies alimentaires... L'autisme entraine dans la moitié des cas une déficience intellectuelle. Quelles sont donc les réponses à apporter ? Comme ce n'est pas une maladie, les autorités de santé estiment qu'un autiste doit pouvoir faire comme tout le monde, avoir les mêmes droits, aller à l'école. Qu'il ne faut pas l'enfermer. Mais l'intégrer à la société et le stimuler par des méthodes comportementales et par l'éducation. Pourtant, 80% des enfants autistes, c'est énorme, ne vont toujours pas à l'école. Un accompagnement spécial nécessaire en classe Un enfant autiste pour aller à l'école doit avoir tout le temps avec lui une auxiliaire de vie scolaire formée, dans la classe à côté de lui. Quand la maitresse parle trop vite, elle explique à l'enfant. L'aide pendant la leçon de lecture, et y compris à la récrée dans la cour, pour éviter que l'enfant ne se mette tout seul dans son coin. Mais ça coute cher : 3.000 euros par mois. Ce n'est pas pris en charge, et trop peu d'auxiliaires sont formées en France. C'est ce que dénoncent les associations, il n'y a pas assez de moyens en France pour prendre en charge l'autisme. Les parents doivent souvent trouver et payer eux-même une axillaire compétente. Ils demandent que l'Education nationale les aide, et que l'Etat rembourse. L'association SOS autisme a fait des propositions à François Hollande La seule chose prise en charge aujourd'hui, ce sont les séances chez l'orthophoniste pour aider les enfants à parler. Il y a une allocation handicap de 500 euros environ tout le reste c'est aux parents de le financer. L'association SOS autisme a publié un manifeste et a fait des propositions a François Hollande. En premier lieu : mieux rembourser. Comme les autistes ne vont pas à l'école, ils sont souvent dans des hôpitaux de jour qui coutent beaucoup plus cher que de financer des auxiliaires scolaires. Donc l'Etat ferait des économies. Il faudrait aussi recruter et former plus d'auxiliaires, et former les médecins. Les pédiatres, les généralistes, qui ont bien du mal à détecter les cas d'autisme, et laissent souvent les parents complètement désemparés.»...

<< Sommaire
rtl

Autistes : ils vivent dans un autre monde - #REPLAY #touteunehistoire - YouTube 01/04/2016


«Ajoutée le 30 mars 2016 A l'occasion de la journée mondiale de l'Autisme, nous recevrons quatre mères. 4 combattantes qui ont pour point commun d'avoir un enfant atteint de troubles autistiques. Elles nous raconteront leur combat et leur quotidien. Parmi elles, Lydia qui vient de découvrir l'autisme de son fils Huggo âgé de 3 ans et demi. Elle n'a aucune idée de ce qui l'attend dans les années à venir et participe à l'émission pour en savoir plus. Quant à Estelle, Magali et Olivia, elles se battent pour changer le regard de la société sur l'autisme et pour donner un avenir à leurs fils.»...

<< Sommaire
youtube

Replay France2 Debat : autisme, le combat des familles - Mercredi 30 Mars 22h20 | Accueil 31/03/2016

«Résumé L'autisme a été déclaré «grande cause nationale» en 2012. Quel traitement accorde aujourd'hui le pays à ce trouble, méconnu et trop souvent assimilé à une maladie ? Ségolène Neuville, Secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, débat au côté des familles et experts.»...

<< Sommaire
france2

Limoges. Une institutrice de maternelle jugee pour maltraitance 31/03/2016

«Relaxée en première instance, une institutrice et directrice d'école de Haute-Vienne était jugée hier en appel pour violences morales et physiques sur des élèves de maternelle Le ministère public a requis contre l'enseignante, toujours sous le coup d'une mesure de suspension conservatoire, une peine de 18 mois de prison avec sursis et l'interdiction à vie d'exercer une profession en lien avec des enfants. La décision a été mise en délibéré au 27 mai. Mettant en lumière « sa pédagogie de la terreur », son comportement « générateur de violence » la présidente Johanne Perrier et l'avocat général Georges Borg n'ont pas fait ciller l'institutrice de 49 ans, qui a soutenu comme en première instance être victime d'une « machination ». « Ce n'est que mensonges et exagérations », a-t-elle répété. Des enfants « terrorisés » Mais le feu incessant de questions a permis d'éclairer la personnalité de « maitresse Delphine », tels que l'appelaient les enfants, laissant entendre que brimades et humiliations contribuaient à pousser les enfants « à l'autonomie » et à « vaincre leurs peurs ». Une quinzaine d'avocats, une vingtaine de parties civiles, une quarantaines de parents et huit témoins de l'entourage professionnel de l'institutrice ont raconté à la barre comment étaient « terrorisés » les enfants de la petite section de maternelle de l'école de Feytiat, près de Limoges. « Cheveux tirés », « claques », « tapes » Six assistantes maternelles, au contact quotidien de l'institutrice de 49 ans, ont évoqué des « hurlements », « cheveux tirés », « claques », « tapes ». « On ne savait pas quoi faire pour que ça s'arrête, c'était tous les jours », a témoigné l'une d'entre elles.»
[...]
«Plainte déposée en février 2015 En janvier, le tribunal correctionnel de Limoges avait jugé qu'une partie des faits, antérieurs à 2012, étaient prescrits. Et pour la période du 27 février 2012 à début 2015, il n'avait pas suivi le ministère public, qui avait requis un an de prison avec sursis, considérant que les faits ne relevaient pas de violences physiques et morales commises par une personne ayant autorité sur des mineurs de moins de 15 ans. L'institutrice a été relaxée mais le parquet a fait appel. L'affaire avait éclaté au début de l'été 2015 quand des parents avaient constaté que le comportement de leurs enfants se dégradait (peur irrationnelle, refus de manger, terreurs nocturnes, draps souillés...). Ils avaient alerté la hiérarchie de l'institutrice mais, en l'absence de sanctions disciplinaires, ils avaient porté plainte en février 2015. »...

<< Sommaire
ouest-france

Limoges. Une institutrice de maternelle jugee pour maltraitance 31/03/2016

«Relaxée en première instance, une institutrice et directrice d'école de Haute-Vienne était jugée hier en appel pour violences morales et physiques sur des élèves de maternelle Le ministère public a requis contre l'enseignante, toujours sous le coup d'une mesure de suspension conservatoire, une peine de 18 mois de prison avec sursis et l'interdiction à vie d'exercer une profession en lien avec des enfants. La décision a été mise en délibéré au 27 mai. Mettant en lumière « sa pédagogie de la terreur », son comportement « générateur de violence » la présidente Johanne Perrier et l'avocat général Georges Borg n'ont pas fait ciller l'institutrice de 49 ans, qui a soutenu comme en première instance être victime d'une « machination ». « Ce n'est que mensonges et exagérations », a-t-elle répété. Des enfants « terrorisés » Mais le feu incessant de questions a permis d'éclairer la personnalité de « maitresse Delphine », tels que l'appelaient les enfants, laissant entendre que brimades et humiliations contribuaient à pousser les enfants « à l'autonomie » et à « vaincre leurs peurs ». Une quinzaine d'avocats, une vingtaine de parties civiles, une quarantaines de parents et huit témoins de l'entourage professionnel de l'institutrice ont raconté à la barre comment étaient « terrorisés » les enfants de la petite section de maternelle de l'école de Feytiat, près de Limoges. « Cheveux tirés », « claques », « tapes » Six assistantes maternelles, au contact quotidien de l'institutrice de 49 ans, ont évoqué des « hurlements », « cheveux tirés », « claques », « tapes ». « On ne savait pas quoi faire pour que ça s'arrête, c'était tous les jours », a témoigné l'une d'entre elles.»
[...]
«Plainte déposée en février 2015 En janvier, le tribunal correctionnel de Limoges avait jugé qu'une partie des faits, antérieurs à 2012, étaient prescrits. Et pour la période du 27 février 2012 à début 2015, il n'avait pas suivi le ministère public, qui avait requis un an de prison avec sursis, considérant que les faits ne relevaient pas de violences physiques et morales commises par une personne ayant autorité sur des mineurs de moins de 15 ans. L'institutrice a été relaxée mais le parquet a fait appel. L'affaire avait éclaté au début de l'été 2015 quand des parents avaient constaté que le comportement de leurs enfants se dégradait (peur irrationnelle, refus de manger, terreurs nocturnes, draps souillés...). Ils avaient alerté la hiérarchie de l'institutrice mais, en l'absence de sanctions disciplinaires, ils avaient porté plainte en février 2015. »...

<< Sommaire
ouest-france

Enseignants referents : Le SNUipp-FSU enquete ! 31/03/2016

«Vous êtes nombreux à faire état d'une charge de travail importante et de moyens fonctionnels qui ne sont pas toujours à la hauteur des besoins. Afin de porter les revendications nécessaires à l'exercice de vos missions, essentielles à la scolarisation des élèves en situation de handicap, le SNUipp-FSU lance une enquête. Nous avons fait le choix d'un questionnaire court, qui ne devrait vous prendre que quelques minutes. Merci de répondre avant le 1er mai 2016. Il nous permettra de dresser une photographie rapide de votre situation et de nous donner des points d'appui pour intervenir et obtenir des améliorations. Il y a 9 questions dans ce questionnaire.»...

<< Sommaire
questionnaires.snuipp

A systematic review of peer-mediated interventions for children with autism spectrum disorder 31/03/2016

«Abstract Background Peer mediated intervention (PMI) is a promising practice used to increase social skills in children with autism spectrum disorder (ASD). PMIs engage typically developing peers as social models to improve social initiations, responses, and interactions. Method The current study is a systematic review examining PMIs for children and adolescents with ASD conducted using group designs. Five studies met the pre-specified review inclusion criteria: four randomized controlled trials and one pre- and post-test design. Results Four of the studies were conducted in school settings, whereas one study was conducted in a camp setting. The studies all reported that participants improved in social skills (e.g., social initiations, social responses, social communication) post intervention. Additionally, sustainment, generalization, and fidelity of implementation were examined. Conclusion PMI is a promising approach to address social skills in children with ASD, and this approach can be conducted in meaningful real-word contexts, such as schools. Limitations of the studies as well as future directions are discussed.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Lanceurs d'alerte : enfin une loi ? - Arret sur images 31/03/2016

«Enfin une loi de protection des lanceurs d'alerte. Disons, quelques articles d'un projet de loi , présenté au conseil des ministres d'aujourd'hui, et qui porte le nom de Sapin 2. Cette fois, après tant d'atermoiements, ce sera peut-être la bonne. Il faudra être attentif au débat parlementaire. Aux objections qui ne manqueront pas. Car il y a toujours de bonnes raisons de ne pas protéger le lanceur d'alerte, cet emmerdeur. Il ne faut pas mettre en danger l'industrie française du médicament. Il ne faut pas mettre en danger la sécurité des Français (raison pour laquelle un amendement a été retiré du projet de loi renseignement par le gouvernement en juin dernier). Il ne faut pas jeter la suspicion sur les entreprises françaises (qui ne sont certainement pas plus corrompues que les autres).»
[...]
«Reste que ce projet de loi est une bonne chose, un petit pas dans la bonne direction, etc. Pour l'instant, le lanceur d'alerte français est protégé par cinq textes différents, comme on le détaillait ici. Mais qui dit cinq parapluies, dit trous entre les parapluies. Pour l'instant, c'est une protection à trous. Certes, la loi Sapin 2 ne bouchera pas tous les trous. Par exemple, elle ne protègera pas Jean-Baptiste Rivoire, rédacteur en chef adjoint de Spécial Investigation, sur Canal+, dont Le Canard Enchaîné assure qu'il serait, avec d'autres, dans le viseur de Bolloré. Il faut dire que Rivoire n'a pas dénoncé des faits de corruption. Il s'est contenté de dénoncer l'emprise de la censure sur une grande chaine privée française. Une loi ne peut pas penser à tout. Rivoire restera donc vraisemblablement dans un trou. Ce n'est pas une raison pour ignorer les avancées du projet de loi. Arrêtons-nous sur une de ces avancées. La nouvelle agence anti-corruption "prendra à sa charge les frais de Justice des lanceurs d'alerte, s'ils doivent se défendre contre des attaques ou des sanctions injustifiées", assure Sapin. Très bien. C'est l'aspect le moins médiatisé de l'affaire. Car s'il est invité partout, au plus fort de "son" affaire, le lanceur d'alerte n'est pas ensuite... tiré d'affaire. Ensuite, quand les projecteurs se sont détournés, commence un long calvaire silencieux de placardisation usante et humiliante, de procès de toutes sortes, qui dévorent sa vie, et le laissent sur la paille. Il faut lire dans le détail ce témoignage de Stéphanie Gibaud, sur son nouveau blog de Mediapart, passé un peu inaperçu. Stéphanie Gibaud, la lanceuse d'alerte de la banque UBS, nous la recevions ici l'an dernier. Elle racontait toutes ces petites agressions qui détruisent la vie de celui qui a décidé de l'ouvrir, et contre lesquelles une loi, si débordante de bonnes intentions soit-elle, aura bien de la peine à lutter. »...

<< Sommaire
arretsurimages

Revoir en replay et en streaming ''Replay - Autistes : ils vivent dans un autre monde - Toute une histoire'' - Toute une histoire - France 2 30/03/2016

«Fance 2 - Replay - Autistes : ils vivent dans un autre monde - Toute une histoire - France 2
• Magali a 5:39
Source: http://www.france2.fr | Source Status

<< Sommaire
france2

Repost: Autism, Vaccines, and Community: Steve Silberman Talks with Seth Mnookin circa 2011 | NeuroTribes 30/03/2016

«Two things that the anti-vaccine movement offers to parents of kids with Autism Spectrum Disorder that the pro-vaccine forces generally don't, Seth Mnookin says, are answers and a supportive community. As the author of The Panic Virus, a compelling history of the misguided rebellion against one of the most significant medical breakthroughs of the 20th century, Mnookin is acutely aware that no reputable study has linked vaccines ...” or mercury-based preservatives like thimerosal ...” to autism in children. On the contrary, the many researchers who have looked for such a link have failed to find one. The alleged "answers" offered by the anti-vaccine community are often illusory, he points out. But for parents struggling with their child's diagnosis and disability, a network of people eager to listen to fears and practical concerns about raising a kid on the spectrum can help relieve profound feelings of isolation. The Panic Virus is a must-read for anyone interested in how rumors, conspiracy theories, and misinformation can drown out the cautious voices of evidence-based medicine in the age of he said/she said media, when "safe vaccine" advocate Jenny McCarthy touts medical expertise earned at "the University of Google." Chronicling the events following gastroenterologist Andrew Wakefield's now-infamous 1998 press conference in London implicating the MMR vaccine ...” based on a 12-case series that has been retracted by the editors of The Lancet and branded "an elaborate fraud" by the British Medical Journal ...” Mnookin brings to light the fabrications that ignited a global firestorm of fear about vaccines. Aided by a scandal-hungry press and credulous talk-show hosts eager to ladle on the kerosene, the blaze of paranoia sparked by Wakefield's lies resulted in plummeting immunization rates in the UK and the resurgence of childhood afflictions like the measles, previously kept at bay.»...

<< Sommaire
blogs.plos

« Autisme, la grande enquete » : livre appelant a une revolte necessaire | The autist 29/03/2016

«364 partages facebookPartager TwitterTweeter Google plusPartager Pinterest Epingler Mail Whatsapp Whatsapp commentaireRéagir Je viens de lire le livre Autisme, la grande enquête, de Florent Chapel et Sophie Le Callennec. Image de prévisualisation YouTube Florent Chapel est père d'enfant autiste engagé, porte parole et ancien président du Collectif Autisme. Sophie Le Callennec est auteur d'ouvrages pédagogiques. Une chose est sure, j'aurais adoré avoir ce livre quand le parcours du combattant commençait pour moi : tout ce que j'ai compris laborieusement au bout de quelques années, je l'aurais compris dès la fin de la lecture de ce livre. C'est un brulot qui dénonce et analyse le contexte particulier de l'autisme en France, extrêmement bien construit et étayé de nombreuses données et témoignages. On démarre fort dans ce livre, avec un constat du sort réservé aux adultes autistes, qu'ils soient autonomes ou non, en faisant une analyse des raisons de cette situation, analyse extrêmement bien fournie en chiffres, témoignages. On ne peut qu'être scandalisé(e) en lisant ce chapitre : est-ce vraiment la réalité ? Hélas oui, et c'est bien parce que nos enfants seront un jour des adultes que nous nous battons autant aujourd'hui pour qu'ils soient le plus autonomes possible, pour qu'ils ne connaissent jamais cet avenir que la France leur promet (les adultes Asperger ne sont pas épargnés de l'hôpital psychiatrique et de la surmédication). Pourtant, les auteurs démontrent que ces adultes, mêmes dans les cas les plus alarmants, peuvent énormément progresser, à condition de se remonter les manches et mettre en pratique des approches reposant sur du simple bon sens. Puis les auteurs décrivent de manière très pédagogique le fonctionnement autistique, là-aussi avec moult exemples : fonctionnement entrainant des situations très handicapantes, mais qui révèle aussi des forces, également exposées. Le volet scolarisation est bien sur abordé, avec comme introduction l'histoire de Maryna et Timothée, cas emblématique :»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Changer le regard sur l'autisme: une campagne pour depasser les prejuges - L'Express Styles 29/03/2016

«Paris - Changer le regard sur l'autisme en dépassant les préjugés et les idées reçues, c'est l'objectif et le pari d'une campagne de sensibilisation lancée par le gouvernement à l'occasion de la journée mondiale de l'autisme le 2 avril. Présentée mardi par la secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion Ségolène Neuville, cette campagne de communication, via un film et une expérience interactive sur internet, vise à "sensibiliser et changer le regard sur l'autisme", mais aussi à "informer" le grand public. "Les enfants et adultes autistes souffrent du regard porté sur eux. Les parents témoignent sans relâche des idées fausses, des difficultés, voire des discriminations que leurs enfants, mais aussi eux-mêmes, subissent au quotidien", rappelle la ministre pour qui il faut donc "agir sans attendre pour toucher le grand public". La campagne de sensibilisation s'inscrit dans cette volonté, en amont de la création, annoncée pour septembre 2016, d'un site internet gouvernemental dédié aux troubles du spectre autistique (TSA), comme prévu par le 3ème Plan autisme (2013-2017) doté de 205 millions d'euros. Dès mercredi et jusqu'au 12 avril, "Elliot", un petit film de Nicolas Humbert mettant en scène un enfant autiste qui participe à un stage de théâtre, sera diffusé dans 80 cinémas en France métropolitaine. Parallèlement, une "expérience digitale" sera proposée dans l'espace autisme du du ministère des Affaires sociales et de la Santé. Appelée "Dis-moi Elliot", elle se compose de quatre séquences interactives illustrant les troubles liés à l'autisme (résistance au changement, troubles de la communication, hypersensibilité...) et se conclut sur une partie informative où le film sera aussi accessible. Le ministère espère que les internautes partageront largement leur expérience afin de toucher le plus grand nombre possible de personnes. Il a sollicité à cet effet une dizaine de blogueurs. Quant au futur site gouvernemental, il présentera les connaissances actualisées et validées sur l'autisme, ses signes et caractéristiques, ainsi que les conséquences sur la vie des personnes concernées. Il rassemblera aussi des informations sur les dispositifs d'accompagnement et les professionnels. Selon l'association de parents SOS Autisme, un nouveau-né sur 100 serait atteint de troubles du spectre de l'autisme (TSA) et "650.000 personnes, dont 250.000 enfants", seraient concernées en France. Dans un manifeste qu'elle veut remettre à François Hollande avant le 2 avril, l'association présente ses revendications pour améliorer la prise en charge des personnes autistes.»...

<< Sommaire
lexpress

A review of research into stakeholder perspectives on inclusion of students with autism in mainstream schools 28/03/2016

«ABSTRACT Increasing numbers of students with autism are being educated in mainstream schools. However, outcomes for students with autism are poor when compared to typical students and students with other developmental disabilities. In order to better understand facilitators and barriers to success at school for students with autism, research into the attitudes of key stakeholders, educators, parents, people with autism, to inclusion in mainstream schools for students with autism, was reviewed. Key themes emerging included attitudes to inclusion, the characteristics of autism and social communication in particular and interaction with the school environment, and consequent student problem behaviour. Level of knowledge and understanding of school staff emerged as the primary issue with all stakeholders identifying the need for more training. Other support needs identified included the need for structural support, resources and funding. Parents, in particular, identified the need for a collaborative approach to the education process. The findings highlight the need to translate theory into practice to increase capacity in schools to provide effective educational programmes for students with autism.»...

<< Sommaire
tandfonline

A comprehensive peer network intervention appears effective for improving social communication of children with autism spectrum disorders based on the results of a randomized controlled trial in kindergarten and first grade - Evidence-Based Communication Assessment and Intervention - Volume 9, Issue 3 28/03/2016

«Abstract Jump to section Q Methods Main Results Authors' Conclusions Commentary Kamps, D., Thiemann-Bourque, K., Heitzman-Powell, L., Schwarts, I., Rosenberg, N., Mason, R., & Cox, S. (2015). A comprehensive peer network intervention to improve social communication of children with autism spectrum disorders: A randomized controlled trial in kindergarten and first grade. Journal of Autism and Developmental Disorders, 45 (6), 1809-1824. doi:10.1007/s10803-014-2340-2 (1) What are the effects of a comprehensive peer network intervention on social communication performance of the participants in the experimental group in non-treatment social probes and in generalization probes as compared to participants in the comparison group? (2) What are the effects on communicative acts during treatment sessions, and are there differences in outcomes between 1 and 2 years of intervention for participants in the experimental group? (3) What are the effects of a comprehensive peer network intervention on standardized measures of language and adaptive communication performance compared to participants in the comparison group? (4) Do teachers' impressions of children's social communication and interactions with peers improve as a result of the comprehensive peer network intervention?»
[...]
«Main Results Participants in the experimental group showed an improvement in initiations to peers (but not responses or total communicative acts) in non-treatment social probes and generalization probes as compared to those in the comparison group. In addition, the longer they were in the peer network intervention groups, the more participants in the experimental group demonstrated growth in total communicative acts towards peers. The authors reported that the significant improvement in communicative acts occurred within a year and a half (between baseline and the middle of first grade). A significant effect for time was found for both the CELF-4 and VABS. Results on the CELF-4 revealed that while all participants had a growth in language performance, those in the experimental group showed better improvement than did those in the comparison group. Results on the VABS found that participants in kindergarten in both groups showed an improvement, with no significant differences between the groups. However, first-grade participants in the experimental group revealed significantly more improvement than did those in the comparison group. While teacher ratings of participants’ social communication and interactions improved across both group and levels, scores of participants in the experimental group showed more improvement with time. Authors’ Conclusions The authors concluded that the intervention promoted social skills and could promote generalization in children with ASD. The authors also noted several strengths in their studies: (a) the demonstration of efficacy from outcome variables that focused on verbal communication instead of joint attention or social engagement; (b) the recruitment of a bigger group of participants as compared to single-case designs often used in previous studies; and (c) that school staff members employed the intervention with fidelity through the use of a structured procedural manual. »...

<< Sommaire
tandfonline

MicroRNA-181 promotes synaptogenesis and attenuates axonal outgrowth in cortical neurons. - PubMed - NCBI 28/03/2016

«Abstract MicroRNAs (miRs) are non-coding gene transcripts abundantly expressed in both the developing and adult mammalian brain. They act as important modulators of complex gene regulatory networks during neuronal development and plasticity. miR-181c is highly abundant in cerebellar cortex and its expression is increased in autism patients as well as in an animal model of autism. To systematically identify putative targets of miR-181c, we repressed this miR in growing cortical neurons and found over 70 differentially expressed target genes using transcriptome profiling. Pathway analysis showed that the miR-181c-modulated genes converge on signaling cascades relevant to neurite and synapse developmental processes. To experimentally examine the significance of these data, we inhibited miR-181c during rat cortical neuronal maturation in vitro; this loss-of miR-181c function resulted in enhanced neurite sprouting and reduced synaptogenesis. Collectively, our findings suggest that miR-181c is a modulator of gene networks associated with cortical neuronal maturation.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Single Subject Prediction of Brain Disorders in Neuroimaging: Promises and Pitfalls. - PubMed - NCBI 28/03/2016

«Neuroimaging-based single subject prediction of brain disorders has gained increasing attention in recent years. Using a variety of neuroimaging modalities such as structural, functional and diffusion MRI, along with machine learning techniques, hundreds of studies have been carried out for accurate classification of patients with heterogeneous mental and neurodegenerative disorders such as schizophrenia and Alzheimer's disease. More than 500 studies have been published during the past quarter century on single subject prediction focused on a multiple brain disorders. In the first part of this study, we provide a survey of more than 200 reports in this field with a focus on schizophrenia, mild cognitive impairment (MCI), Alzheimer's disease (AD), depressive disorders, autism spectrum disease (ASD) and attention-deficit hyperactivity disorder (ADHD). Detailed information about those studies such as sample size, type and number of extracted features and reported accuracy are summarized and discussed. To our knowledge, this is by far the most comprehensive review of neuroimaging-based single subject prediction of brain disorders. In the second part, we present our opinion on major pitfalls of those studies from a machine learning point of view. Common biases are discussed and suggestions are provided. Moreover, emerging trends such as decentralized data sharing, multimodal brain imaging, differential diagnosis, disease subtype classification and deep learning are also discussed. Based on this survey, there are extensive evidences showing the great potential of neuroimaging data for single subject prediction of various disorders. However, the main bottleneck of this exciting field is still the limited sample size, which could be potentially addressed by modern data sharing models such as the ones discussed in this paper. Emerging big data technologies and advanced data-intensive machine learning methodologies such as deep learning have coincided with an increasing need for accurate, robust and generalizable single subject prediction of brain disorders during an exciting time. In this report, we survey the past and offer some opinions regarding the road ahead.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Blocking and Binding Folate Receptor Alpha Autoantibodies Identify Novel Autism Spectrum Disorder Subgroups. - PubMed - NCBI 28/03/2016

«Abstract Folate receptor α (FRα) autoantibodies (FRAAs) are prevalent in autism spectrum disorder (ASD). They disrupt the transportation of folate across the blood-brain barrier by binding to the FRα. Children with ASD and FRAAs have been reported to respond well to treatment with a form of folate known as folinic acid, suggesting that they may be an important ASD subgroup to identify and treat. There has been no investigation of whether they manifest unique behavioral and physiological characteristics. Thus, in this study we measured both blocking and binding FRAAs, physiological measurements including indices of redox and methylation metabolism and inflammation as well as serum folate and B12 concentrations and measurements of development and behavior in 94 children with ASD. Children positive for the binding FRAA were found to have higher serum B12 levels as compared to those negative for binding FRAAs while children positive for the blocking FRAA were found to have relatively better redox metabolism and inflammation markers as compared to those negative for blocking FRAAs. In addition, ASD children positive for the blocking FRAA demonstrated better communication on the Vineland Adaptive Behavior Scale, stereotyped behavior on the Aberrant Behavioral Checklist and mannerisms on the Social Responsiveness Scale. This study suggests that FRAAs are associated with specific physiological and behavioral characteristics in children with ASD and provides support for the notion that these biomarkers may be useful for subgrouping children with ASD, especially with respect to targeted treatments.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Children with autism respond differently to spontaneous, elicited and deferred imitation - Heimann - 2016 - Journal of Intellectual Disability Research - Wiley Online Library 28/03/2016

«Abstract Background Imitation, a key vehicle for both cognitive and social development, is often regarded as more difficult for children with autism spectrum disorders (ASD) than for children with Down syndrome (DS) or typically developing (TD) children. The current study investigates similarities and differences in observed elicited, spontaneous and deferred imitation using both actions with objects and gestures as imitation tasks in these groups. Methods Imitation among 19 children with autism was compared with 20 children with DS and 23 TD children matched for mental and language age. Results Elicited imitation resulted in significantly lower scores for the ASD group compared with the other two groups, an effect mainly carried by a low level of gesture imitation among ASD children. We observed no differences among the groups for spontaneous imitation. However, children with ASD or DS displayed less deferred imitation than the TD group. Proneness to imitate also differed among groups: only 10 (53%) of the children with autism responded in the elicited imitation condition compared with all children with DS and almost all TD children (87%). Conclusions These findings add to our understanding of the kind of imitation difficulties children with ASD might have. They also point to the necessity of not equating various imitation measures because these may capture different processes and be differently motivating for children with autism.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

‘The right path of equality’: supporting high school students with autism who type to communicate 28/03/2016

«Abstract The inclusion of students who type to communicate has been researched and strategies to accommodate such students have been recommended, but little information has been gathered about the students' perspectives and daily school lives. This study utilises classroom observations and qualitative interviewing to explore the experiences of three high school students who type to communicate and the systems in place to support them. The study privileges and focuses on the ways that their school personnel honour the voices of those students as contributors to the construction of the spaces they enter and ways in which their active participation is supported.»...

<< Sommaire
tandfonline

La montre connectee, un nouvel outil pour les personnes avec autisme 27/03/2016

«Pourquoi vouloir créer une application de montre connectée ? J'ai voulu un outil qu'une personne avec handicap puisse toujours garder sur elle. Il existe de nombreuses applications sur tablette ou smartphone destinées à aider les personnes en situation de handicap. Mais pour les personnes atteintes de troubles cognitifs, il y a toujours le risque qu'elle l'oublie quelque part. D'autre part, j'ai également voulu un outil rassurant, très simple d'utilisation, très visuel et qui permette une communication à distance entre l'aidé et l'aidant. Comment vous est venue cette idée ? Il y a plusieurs années, Allan ne parlait pas. J'ai donc longtemps communiqué avec lui avec des images. Un jour, j'ai commandé en Asie un porte-clé qui était un mini-cadre photo. Du coup, plutôt que d'imprimer, découper et plastifier tous les pictogrammes, je les avais directement téléchargés sur ce petit porte-clé et nous n'avions plus qu'à faire défiler les pictogrammes sur le petit écran. C'est par rapport à ce souvenir que j'ai eu l'idée de la montre connectée. "J'ai longtemps communiqué avec Allan avec des images" Persuadée que ce genre d'application existait déjà (il ne s'agit en fait que d'envoyer des alertes et des rappels via un téléphone), j'ai acheté une montre connectée. Mais lorsque j'ai commencé à chercher l'application... rien... Du coup j'ai cherché à l'étranger et curieusement ça n'existait nul part. J'ai donc décidé de la faire moi-même ! Quelles seront les principales fonctions de cette application pour montre ? Cette application propose trois fonctions principales : La fonction "Séquentiel" qui lui indique étape par étape les tâches qu'il doit effectuer. Par exemple : « je me lève », « je me douche », « je m'habille » etc. Le mode "Planning" qui permet de consulter son emploi du temps et de recevoir des alertes à chaque rendez-vous. La fonction "Mémo", qui apporte sous forme d'images et/ou de textes, une solution face à une situation déstabilisante ; par exemple "je loupe mon bus". Enfin, une fonctionnalité permet aux aidants de vérifier à distance que tout se déroule comme prévu, en posant des questions auxquelles l'aidé doit répondre par « oui » ou par "non". Par exemple : "es-tu bien arrivé ?" application montre connectée autisme application montre connectée autisme Quels sont les avantages pour l'enfant et pour ses parents ? Toutes les personnes atteintes de troubles cognitifs pourront devenir plus autonomes car elles n'auront plus constamment quelqu'un derrière elles à leur dire constamment ce qu'elle doivent faire. Elles seront aussi rassurées sur le fait qu'elles peuvent se retrouver seules dans de nombreuses situations, tout en bénéficiant d'une aide relativement discrète. Elles n'auront plus peur d'oublier certaines choses ou certains événements. Même avec cette aide au poignet, elles auront le sentiment de pouvoir faire plein de choses seules. "Les personnes atteintes de troubles cognitifs pourront devenir plus autonomes"»...

<< Sommaire
fondationorange

Autisme : l'incroyable retard francais | Actualite | LeFigaro.fr - Sante 27/03/2016

«L'état des lieux de la prise en charge de ces troubles est accablant pour la France. Au premier regard, on se dit que la prise en charge de l'autisme n'est pas si mauvaise en France. Après tout, il y eut un rapport de l'Inserm, des recommandations de bonnes pratiques en 2012, et même un troisième «plan autisme», lancé en 2013. L'enquête menée ces deux dernières années par Florent Chapel, porte-parole du Collectif autisme, avec l'anthropologue Sophie Le Callenec, montre que l'on est loin du compte. Intitulé Autisme, la grande enquête, le livre aurait peut-être du s'appeler «Les Sacrifiés de la République», tant le tableau brossé par les auteurs est accablant. «D'abord il y a le problème du diagnostic , explique au Figaro Florent Chapel. Certains parents doivent attendre cinq ou dix ans pour avoir un diagnostic, donc une prise en charge adaptée.» Car s'agissant d'un trouble où les interactions sociales sont perturbées, il y a bien nécessité d'une prise en charge précoce et intensive. Sinon, c'est la régression! Heureusement, des centres experts, comme ceux du réseau Fondamental mis en place par le Pr Marion Leboyer, ont ouvert la voie à une psychiatrie basée sur la science. A la veille de la Journée mondiale de l'autisme le 2 avril, Ségolène Neuville va-t-elle rompre avec des années d'approximations dans la prise en charge des autistes en France? La secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion aura sous peu toutes les cartes en main pour faire vraiment bouger la prise en charge de l'autisme en France. Aux rapports qui se sont succédé ces dernières années (Comité national d'éthique, Conseil économique et social, rapport Léotard) viendra s'ajouter celui de l'Igas, «dans les toutes prochaines semaines », assure-t-on dans l'entourage de sa ministre de tutelle, Marisol Touraine. Mais a-t-on réellement pris la mesure des besoins? Florent Chapel ne le pense pas: «Le plan autisme 2013-2017 fait de la scolarisation un objectif prioritaire mais ne prévoit la création que de 700 places supplémentaires en unité d'enseignement en maternelle, soit 175 par an alors que 8000 enfants autistes naissent chaque année.» Sans parler de l'absence de remboursement des soins éducatifs et comportementaux nécessaires pour les autistes. Et puis surtout, il reste le problème de fond des fondements psychiatriques et pyschanalytiques de la prise en charge. La prédécesseur de Mme Neuville, en charge du handicap, Marie-Arlette Carlotti, l'avait annoncé: «En France, depuis quarante ans, l'approche psychanalytique est partout, elle concentre tous les moyens. Il est temps de laisser la place à d'autres méthodes pour une raison simple: ce sont celles qui marchent et elles sont recommandées par la Haute Autorité de santé.» Sans la résistance des psychiatres français (lire ci-dessous), les recommandations de la HAS auraient du faire basculer la situation.»...

<< Sommaire
sante.lefigaro

Polemique : un spot pour sensibiliser a l'autisme... sans autiste 27/03/2016

«Le ministère de la Santé a prévu de diffuser un clip à l'occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, le 2 avril. Mais dans le court-métrage, c'est un jeune comédien qui a été choisi pour jouer le rôle de l'enfant autiste.»...

<< Sommaire
metronews

** Multimodal Diffusion-MRI and MEG Assessment of Auditory and Language System Development in Autism Spectrum Disorder 25/03/2016

«Background: Auditory processing and language impairments are prominent in children with autism spectrum disorder (ASD). The present study integrated diffusion MR measures of white-matter microstructure and magnetoencephalography (MEG) measures of cortical dynamics to investigate associations between brain structure and function within auditory and language systems in ASD. Based on previous findings, abnormal structure-function relationships in auditory and language systems in ASD were hypothesized. Methods: Evaluable neuroimaging data was obtained from 44 typically developing (TD) children (mean age 10.4 ± 2.4 years) and 95 children with ASD (mean age 10.2 ± 2.6 years). Diffusion MR tractography was used to delineate and quantitatively assess the auditory radiation and arcuate fasciculus segments of the auditory and language systems. MEG was used to measure (1) superior temporal gyrus auditory evoked M100 latency in response to pure-tone stimuli as an indicator of auditory system conduction velocity, and (2) auditory vowel-contrast mismatch field (MMF) latency as a passive probe of early linguistic processes. Results: Atypical development of white matter and cortical function, along with atypical lateralization, were present in ASD. In both auditory and language systems, white matter integrity and cortical electrophysiology were found to be coupled in typically developing children, with white matter microstructural features contributing significantly to electrophysiological response latencies. However, in ASD, we observed uncoupled structure-function relationships in both auditory and language systems. Regression analyses in ASD indicated that factors other than white-matter microstructure additionally contribute to the latency of neural evoked responses and ultimately behavior. Results also indicated that whereas delayed M100 is a marker for ASD severity, MMF delay is more associated with language impairment. Conclusion: Present findings suggest atypical development of primary auditory as well as auditory language systems in ASD. Findings demonstrate the need for additional multimodal studies to better characterize the different structural features (white matter, gray matter, neurochemical concentration) that contribute to brain activity, both in typical development and in ASD. Finally, the neural latency measures were found to be of clinical significance, with M100 associated with overall ASD severity, and with MMF latency associated with language performance.»...

<< Sommaire
journal.frontiersin

Neuroscience: Untangling autism 25/03/2016

«A clever dissection of the roles of the Ptchd1 gene in the brains of mice demonstrates one way to untangle the complex relationships between the causes and symptoms of neurodevelopmental disorders.»...

<< Sommaire
nature

Expertise sanitaire: trop de conflits d'interets caches 25/03/2016

«Votée après le scandale du Mediator, la loi Bertrand sur la transparence oblige les experts en santé publique à déclarer. La semaine dernière, le Pr Michel Aubier, pneumologue, provoquait la colère du Sénat pour avoir «oublié» de préciser ses liens avec Total lors d'une audition sur les effets de la pollution. L'affaire rappelle l'importance de la déclaration des liens financiers que les experts médicaux peuvent avoir avec l'industrie, déclaration rendue obligatoire par la loi Bertrand de 2011 sur la réforme du système de sécurité sanitaire. Mais cette loi ne permet «toujours pas de rendre compte de façon simple et directe des liens entre les professionnels de santé et l'industrie et, dès lors, de garantir l'absence de tout conflit d'intérêts susceptible d'affaiblir la décision sanitaire», regrette la Cour des comptes dans un rapport rendu public le 23 mars. L'enjeu sanitaire est pourtant énorme, dans un secteur secoué par des scandales réguliers, du Mediator au retard d'information sur les dangers de la Dépakine chez la femme enceinte. Et les sommes en jeu, avec une consommation de soins et de biens médicaux de 190 milliards d'euros en 2014 en France, rappellent le poids économique énorme du secteur.»
[...]
«En termes de transparence, le principe de la loi de 2011 est pourtant assez simple: tout expert travaillant pour les agences sanitaires françaises doit faire une déclaration d'intérêts sur un site Internet dont le contenu doit être gratuit et ouvert à tous. Mais dans les faits, son application s'est révélée un casse-tête, tant technique que légal. Malgré ces bonnes intentions et tous les progrès réalisés, le dispositif de transparence présente des «failles majeures (absence de contrôle des informations déclarées, sanctions pénales sans réelle portée, interprétation très restrictive des avantages consentis par les industriels aux professionnels de santé)», avertit la Cour des comptes. L'accroc sans doute le plus grave au principe du texte de 2011 est que le Comité économique des produits de santé (CEPS), organisme qui a la lourde responsabilité de fixer les prix des médicaments, a été exclu «du champ de la loi» par un arrêté pris en 2012 par le directeur général de la santé. Le CEPS «bénéficie d'un régime particulier antérieur, non abrogé, et plus souple», ce qui se traduit par une opacité totale sur la manière dont sont décidés les prix des médicaments: «Les débats du CEPS ne sont ni enregistrés ni publiés», précise le rapport. La situation est loin d'être plus brillante dans les quatre autres organismes enquêtés par la Cour des comptes: l'Agence du médicament (ANSM), la Haute Autorité de santé (HAS), l'Institut national du cancer (Inca) et l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam). Les enquêteurs ont relevé des anomalies dans 22% des 2904 déclarations d'intérêts des experts contrôlées (sur un total de 3953). Ces anomalies sont pour la plupart des absences de publication ou de mise à jour annuelle des déclarations d'intérêts. »...

<< Sommaire
sante.lefigaro

We Thought You'd Never Ask: Autism and Self-Advocacy -Typing expands communication horizons for people with autism. 25/03/2016

«Autism and Self-Advocacy Typing expands communication horizons for people with autism. "Not being able to speak is not the same as not having anything to say," read the flat and emotionless voice of the computer. The author of these words, Tracy Thresher, is a 42-year-old man living with autism. "Tracy, good job! I am landing on my bald head some good vibes from you," added Larry Bissonnette, a 52-year-old autistic man and long-time friend of Tracy. Since 2000, Tracy and Larry have been traveling the globe on a quest to redefine autism, offering an insider's perspective on the disorder. Part of their fame comes from being among the first with autism to communicate through typing, at first relying on others to help them control their muscle spasms, but now writing independently. Their goal is to change public and professional views on the disorder, including preconceptions about disability and intelligence. During their travels, they stopped at York University in Toronto, Canada, where they presented a screening of their documentary Wretches and Jabberers, followed by a panel discussion. As audience members arrived, Tracy and Larry were already conversing with the event organizers by typing on their iPads. At first, Tracy comes off as clumsy and quiet, while Larry seems lost in echolalia, the uncontrollable repetition of words commonly associated with autism, their outer appearance revealing none of the thoughtfulness and humour later conveyed in written form. Larry views the main goal of his self-advocacy to make "intelligence seen as possible, no matter how weird you act or how little your speech is. Autism is not so much an abnormal brain, but abnormal experience. My difficulties are not with thinking and knowing, but with doing and acting." They have no oral language skills and engage in odd, uncontrollable rituals. Growing up, both were labelled ...˜low-functioning autistics,' presumed to be mentally retarded. They were excluded from normal schooling and faced the challenges of social isolation in mental institutions and adult disability centers.»
[...]
« They have no oral language skills and engage in odd, uncontrollable rituals. Growing up, both were labelled ‘low-functioning autistics,’ presumed to be mentally retarded. They were excluded from normal schooling and faced the challenges of social isolation in mental institutions and adult disability centers. Today, we know that including students with special needs in regular classrooms can greatly improve development and quality of life. Yet according to the Canadian Council on Learning, a large number of students with the disorder continue to be excluded from mainstream classrooms. Performance is often a reflection of the individual in context. Through their advocacy, Tracy and Larry say that sufferers of autism are more disabled by the environments they live in than their own bodies. Tracy’s accomplishments are a testament to the potential that some with autism possess. He has presented at numerous local and national workshops and conferences, and has consulted to schools. He is also a member of the Vermont Statewide Standing Committee, and has worked for the Green Mountain Self-Advocates. An artist, some of Larry’s notable achievements include his paintings, which are in the permanent collection at the Musée de l’Art Brut in Switzerland and in many private collections around the world. His work was most recently featured in the Hobart William and Smith Disability and the Arts Festival. The goal behind their efforts is to encourage people to re-examine misconceptions about autistic people, and to allow educators, professionals, and the public to discover the individuals behind the label. This view aims not to romanticize the struggles of autism, but to promote the idea that if autistic individuals cannot learn within the current educational system, schools need to adapt. »...

<< Sommaire
psychologytoday

RMC ''La place de votre enfant autiste est au zoo, pas a l'ecole'' | Le Club de Mediapart 24/03/2016

«Un "professeur" l'a violemment interpellé: "Il m'a agressé en me disant que mon fils devait aller dans un zoo ou un asile psychiatrique mais certainement pas à l'école, et que les professeurs avaient autre chose à faire que de s'occuper d'enfants anormaux. C'était ses termes".»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Autisme : un appel a rattraper le retard francais 24/03/2016

«L'association SOS Autisme France s'apprête à remettre aux autorités de santé un manifeste comprenant dix propositions visant à combler «des décennies» de retard. Des parcours de soin hors de prix, un temps de scolarisation limité et un personnel médical non formé: le manifeste rendu public cette semaine par l'association SOS Autisme France est un véritable brulot contre l'inertie des pouvoirs publics français concernant la prise en charge des 30 000 enfants autistes et de leurs familles. Mais loin d'être une seule critique du système actuel, ce manifeste intitulé «un autiste dans la Cité» et porté par Olivia Cattan, présidente de l'association et mère d'un petit garçon autiste, présente également dix propositions originales. Elaborées lors d'un Tour de France de l'autisme auquel s'est consacrée Olivia Cattan pendant deux ans, elles sont le fruit d'une concertation entre familles, professionnels de santé, auxiliaires de vie scolaire (AVS), enseignants et directeurs d'établissement. 2000 à 3000 euros par mois Les acteurs qui accompagnent le parcours d'un enfant autiste sont nombreux: pédopsychiatres, psychologues, orthophonistes, psychomotriciens ou encore ergothérapeutes. Or seules les séances d'orthophonie sont remboursées par la Sécurité sociale. «La psychomotricité fine est essentielle, explique Olivia Cattan. Pour ma part, cela fait deux ans que je n'ai plus les moyens de payer la séance à 80 euros pour mon fils». Dans l'appel de SOS autisme, la prise en charge correcte d'un enfant autiste est estimée entre 2000 et 3000 euros par mois. Des dépenses qualifiées d'«impossibles» pour la grande majorité des familles, et dont le remboursement partiel est réclamé. «Toutes les familles rencontrent des difficultés, en particulier les familles monoparentales qui se trouvent plongées dans des situations extrêmement précaires», raconte la présidente de SOS autisme France. «Une journée en hôpital de jour coute 800 euros à la Sécurité sociale, or la prise en charge n'y est pas adaptée, souligne Olivia Cattan.»
[...]
«Une économie souterraine Autre question soulevée: l'absence d'un organisme de surveillance du travail des psychologues, comme il en existe pour les médecins avec le Conseil de l'Ordre. «En tant que parents, nous sommes dans une telle situation de désespoir que nous pouvons croire n'importe quoi, confie Olivia Cattan. Je me suis faite avoir plusieurs fois par de faux psychologues ou de fausses formations. Il faut que l'État reprenne la main sur l'autisme». La clé de voûte du manifeste se trouve sans doute dans la neuvième proposition, qui demande la réalisation d'un «grand audit». Celui-ci permettrait d'établir «un état des lieux clair et précis de tous les secteurs concernés (petite enfance, soins, école, )» dans tout le pays. «Le problème est qu'on ne connaît même pas le nombre de personnes autistes en France, s'exclame Olivia Cattan. On ne sait pas combien de structures et de places existent, ni si elles respectent les recommandations de la HAS». Ces données, essentielles pour adapter l'offre aux besoins, pourraient éviter dans l'avenir les déménagements forcés de certaines familles. «Beaucoup partent en Belgique. Mais nous voulons des solutions dans notre pays», déclare Olivia Cattan. Tandis que la France a été condamnée en février 2014 par le Conseil de l'Europe pour ne pas avoir respecté le droit à la scolarisation des enfants autistes et que le troisième plan autisme, débuté en 2013, touche à sa fin, le chantier reste important. Le 2 avril aura lieu la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. D'ici là, il est prévu que les porteurs du manifeste rencontrent Ségolène Neuville, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, à la fin du mois, afin de lui remettre le manifeste en main propre. »...

<< Sommaire
sante.lefigaro

Methode Montessori : vie sensorielle et vie pratique - Autisme formations en ligne gratuites 24/03/2016

«Approche de la méthode Montessori : vie sensorielle et vie pratique Cette formation vous propose de faire connaissance avec la pédagogie Montessori et ses principes. Maria Montessori, première femme médecin en Italie au début du XXème siècle, a développé une pédagogie utilisant des outils manipulables pour concrétiser les enseignements de la maternelle à la fin du collège. Le programme évolutif qu'elle a développé et l'aspect « manipulation » conviennent très bien aux besoins des personnes autistes. Durant ce premier module, nous aborderons les principes fondamentaux de la pédagogie Montessori et les premiers apprentissages permettant de mettre en place les notions de tâche complétée, précision, application, apprentissages de base ...»...

<< Sommaire
canalautisme

Methode Montessori : vie sensorielle et vie pratique - Autisme formations en ligne gratuites 24/03/2016


«Approche de la méthode Montessori : vie sensorielle et vie pratique Cette formation vous propose de faire connaissance avec la pédagogie Montessori et ses principes. Maria Montessori, première femme médecin en Italie au début du XXème siècle, a développé une pédagogie utilisant des outils manipulables pour concrétiser les enseignements de la maternelle à la fin du collège. Le programme évolutif qu'elle a développé et l'aspect « manipulation » conviennent très bien aux besoins des personnes autistes. Durant ce premier module, nous aborderons les principes fondamentaux de la pédagogie Montessori et les premiers apprentissages permettant de mettre en place les notions de tâche complétée, précision, application, apprentissages de base ...»...

<< Sommaire
canalautisme

Nonverbal Man With Autism and Synesthesia Set to Host First Solo Art Exhibit 23/03/2016

«Despite what some would call obstacles, a nonverbal San Diego man discovered he had the ability to paint three years ago, and now he's set to curate his first art exhibit later this month. Jeremy Sicile-Kira, 27, has autism and synesthesia, a neurological condition that gives him the ability to see letters, words and emotions in color. He told ABC News via email that he was inspired to start painting after he had a dream. "I saw the paintings in my dream," Sicile-Kira said. "For many years I dreamt I was painting people's colors into portraits. Then one night I dreamt I had a great art show of my paintings. ... I was really excited and asked my mom how to truly have an art show." 12-Year-Old Girl's Sister on Autism Spectrum Inspires Her and Friends to Develop App Six College Students Create Backpack to Help Students on Autism Spectrum After his mother told him he'd have to start painting "in real life," Sicile-Kira picked up his paintbrush and began his journey. "I was surprised to see I could," he said of painting. Sicile-Kira, who communicates by typing on a keyboard, said painting has given him an entirely new way to communicate with the world. "As a nonverbal person with autism, it is hard to ... feel that there is something I can contribute to society," he said. "My gift of synesthesia and painting is one way I frankly can give people pleasure." His mother, Chantal, told ABC News that discovering her son's ability to paint has helped him in several ways. "A lot of people with disabilities are always looking at their disability and not their abilities," she said. "Jeremy is one of the people that's been told he should be institutionalized and he'll never amount to anything. [Painting] can be a way for him to earn money eventually and that's a thing that's important to tell people because people like Jeremy need support ... but they can also be people who give back to the community." "Imagine if he never learned how to type, or imagine if he never told me [he wanted to paint]," she added emotionally.»...

<< Sommaire
gma.yahoo

Petition ministere de l'education nationale: Pour un vrai statut des accompagnants d'enfants et de jeunes en situation de handicap 22/03/2016

«Parce qu'à ce jour les accompagnants d'enfants et de jeunes en situation de handicap ne sont toujours pas reconnus : * salaires variables, mais toujours en dessous du seuil de pauvreté A titre d'exemple : 681,83 E pour 24h/ semaine (rémunérées 20h) pour un EVS (Emploi Vie Scolaire, chargé de l'accompagnement d'un ou plusieurs enfants en situation de handicap et/ou de tâches administratives dans les établissements) en CUI/CAE * temps partiel imposé * annualisation (souvent 24h payées 20h) calculée de façon opaque, voire incompréhensible * absence de réelle formation à l'emploi * renvoi pur et simple au chômage de la plupart des EVS-CUI au bout de deux ans * pour les EVS, absence persistante de la formation professionnalisante, qualifiante pourtant due par l'employeur. Parce qu'il est essentiel de permettre aux enseignants d'exercer leur métier dans de bonnes conditions, en équipe avec des personnels accompagnants formés, qualifiés. Parce que les ENFANTS et les JEUNES que nous accompagnons et leurs familles sont malheureusement les PREMIERS TRIBUTAIRES de ce système, qui, de part un turn-over important, leur impose de « tout recommencer » à chaque changement d'accompagnant... Nous, EVS et AESH (AVS et AS) exigeons d'être intégrés dans un corps de la Fonction publique d'Etat, ce qui selon le Statut général de la Fonction publique, devrait d'ailleurs avoir immédiatement été mis en place puisque les emplois d'accompagnants correspondent à des besoins nouveaux, identifiés et pérennes. Adressée à ministère de l'éducation nationale Pour un vrai statut des accompagnants d'élèves en situation de handicap Collectif soutien Evs,avs,as,aesh 22 a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 1 471 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.»...

<< Sommaire
change

We all carry the genes for autism, study finds 22/03/2016

«A large international study of the genes that predispose people to autism spectrum disorders (ASD) suggests that the same gene variants are also present in the wider population, where they can contribute to a range of behavioural and developmental traits with lesser severity than clinical ASD. According to the researchers, there's no real cut-off point on the autism spectrum - rather, it's a continuum of complex genetic factors that can affect our behaviour. But for a small percentage of the community who have more of certain gene variants than others, this gives them a greater likelihood of demonstrating the social and behavioural traits recognised as clinical ASD.»
[...]
«"This research suggests that studies of the autistic population can gain from integrating studies of the general population, and so adds to the evidence that autism involves many complex and interacting factors including genetics, the environment and the development of the brain," Carol Povey, director of the National Autistic Society Centre for Autism, who was not involved with the research, told The Guardian. "While this research refers to 'autism-related' traits in the general population, people should not take away the message that 'we're all a little bit autistic'." Rather, what the study gives us, according to its authors, is a broader framework in which to examine how ASD comes to be. "A continuum model should inform the design and interpretation of studies of neuropsychiatric disease biology," they write in Nature Genetics. "We can use behavioural and cognitive data in the general population to untangle the mechanisms through which different types of genetic risk are operating, " said Robinson. "We now have a better path forward in terms of expecting what types of disorders and traits are going to be associated with certain types of genetic risk." »...

<< Sommaire
sciencealert

We all carry the genes for autism, study finds 22/03/2016

«A large international study of the genes that predispose people to autism spectrum disorders (ASD) suggests that the same gene variants are also present in the wider population, where they can contribute to a range of behavioural and developmental traits with lesser severity than clinical ASD. According to the researchers, there's no real cut-off point on the autism spectrum - rather, it's a continuum of complex genetic factors that can affect our behaviour. But for a small percentage of the community who have more of certain gene variants than others, this gives them a greater likelihood of demonstrating the social and behavioural traits recognised as clinical ASD.»
[...]
«"This research suggests that studies of the autistic population can gain from integrating studies of the general population, and so adds to the evidence that autism involves many complex and interacting factors including genetics, the environment and the development of the brain," Carol Povey, director of the National Autistic Society Centre for Autism, who was not involved with the research, told The Guardian. "While this research refers to 'autism-related' traits in the general population, people should not take away the message that 'we're all a little bit autistic'." Rather, what the study gives us, according to its authors, is a broader framework in which to examine how ASD comes to be. "A continuum model should inform the design and interpretation of studies of neuropsychiatric disease biology," they write in Nature Genetics. "We can use behavioural and cognitive data in the general population to untangle the mechanisms through which different types of genetic risk are operating, " said Robinson. "We now have a better path forward in terms of expecting what types of disorders and traits are going to be associated with certain types of genetic risk." »...

<< Sommaire
sciencealert

Cerebellar gray matter differentiates children with early language delay in autism - D'Mello - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library 22/03/2016

«Abstract Early language delay (ELD) is one of the earliest indicators of autism spectrum disorder (ASD), and predicts later cognitive and behavioral outcomes. We aimed to determine the neural correlates of ELD in autism, and examine the relationships between gray matter (GM), age of first word/phrase, and core ASD symptoms. We used voxel-based morphometry to examine whole-brain differences in GM in 8-13 year old children with autism (n=13 ELD; n=22 non-ELD) and 35 age-matched typically developing (TD) children. Multiple regression analyses examined the relationships between GM, age of first word/phrase, and autism diagnostic observation schedule (ADOS) scores. Composite age of first word/phrase negatively correlated with GM throughout the cerebellum. Both ASD groups (ELD and non-ELD) had reduced GM in right cerebellar Crus I/II when compared to TD children. Left cerebellar Crus I/II was the only region in the brain that differentiated ELD and non-ELD children, with ELD children showing reduced GM relative to both non-ELD and TD groups. Group×score interactions converged in left Crus I/II, such that the non-ELD group showed poorer ADOS scores with increasing GM, whereas the ELD group showed poorer ADOS scores as GM decreased. Reduced GM in right cerebellar Crus I/I was related ASD diagnosis, while children with ELD showed additional reduced GM in left Crus I/II. These findings highlight the importance of specific cerebellar networks in both ASD and early language development, and suggest that bilateral disruption in cerebellar regions that interconnect with fronto-parietal networks could impact language acquisition in ASD.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Autisme: « La ministre de la Sante ne prend pas ses responsabilites », denonce Olivia Cattan 22/03/2016

«7000. C'est le nombre d'enfants diagnostiqués autistes chaque année, en France. Olivia Cattan, présidente de l'association SOS Autisme, était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin ce lundi. Elle dénonce l'inactivité de l'Etat face à l'autisme, et le trop peu d'aides perçues par les familles. "Les familles n'en peuvent plus. On est très en colère, parce que la ministre de la Santé ne prend pas ses responsabilités", explique-t-elle. "C'est intolérable de nous laisser dans cette précarité. Les élus doivent faire leur boulot!" SOS Autisme demande aujourd'hui la gratuité totale des soins dédiés aux personnes autistes.»...

<< Sommaire
rmc.bfmtv

Autisme : les stars et parents alertent Francois Hollande 21/03/2016

«Des chiffres sur l'autisme « qui explosent » et « plusieurs décennies » de retard dans la prise en charge de ce handicap en France...¦ L'association de parents SOS Autisme fait dix propositions dans un manifeste devant être remis à François Hollande avant la journée de l'autisme du 2 avril 2016. Vers un diagnostic précoce Un nouveau-né sur 100 serait atteint de troubles du spectre de l'autisme (TSA) et « 650 000 personnes, dont 250 000 enfants », seraient concernés en France, selon SOS Autisme. « On ne guérit pas de l'autisme, mais la précocité du diagnostic, associée à une prise en charge adaptée, suivant les préconisations de la Haute autorité de santé (HAS), permettent de faire progresser l'enfant au point d'avoir une vie normale », souligne l'association dans son manifeste. La HAS a estimé en 2012 que l'approche psychanalytique, « non consensuelle », n'avait pas fait la preuve de sa pertinence, et a recommandé, dès le plus jeune âge, des méthodes éducatives et comportementales, telles la méthode ABA (Applied Behavior Analysis), qui travaillent sur les apprentissages à l'aide de jeux ou pictogrammes. Des dépenses à la charge des familles Parmi les dix propositions qui doivent être remises au chef de l'Etat, ainsi qu'à plusieurs ministres (Santé, Famille, Handicap) et élus, l'association demande une prise en charge par la Sécurité sociale de soins prescrits par les médecins mais non remboursés (psychologues spécialisés en méthode ABA, psychomotriciens, ergothérapeutes). Seules les séances d'orthophonie sont remboursées. « La prise en charge correcte d'un enfant autiste se situe entre 2 000 et 3 000 euros par mois, dépenses impossibles pour la grande majorité des familles », souligne le manifeste. Un accueil généralisé dans les écoles publiques « Mon fils Ruben, 10 ans, est aujourd'hui scolarisé en CM1, avec une AVS (ndlr : auxiliaire de vie scolaire) privée », témoigne auprès de l'AFP la présidente de SOS Autisme, Olivia Cattan, ancienne journaliste. « Il parle avec un vocabulaire élaboré, a 16 de moyenne, mais fait toujours des crises de violence. Il n'a plus de prise en charge psychologique car je n'ai plus les moyens ». Le manifeste demande aussi que l'accueil des enfants autistes dans les écoles publiques soit généralisé, réclame des recrutements et une formation spécialisée des AVS publiques, des filières universitaires plus nombreuses pour former les psychologues aux méthodes éducatives, ou encore une campagne d'information pour favoriser l'accès à l'emploi des personnes autistes. 20 personnalités mobilisées L'association lance par ailleurs une campagne, « Je suis autiste, et alors ?» (dans le même temps, une campagne intitulée « En situation de handicap psychique, et alors ? » s'affiche elle aussi dans toute la France, article en lien ci-dessous), diffusée à partir du 21 mars 2016 sur les principales chaines de télévision et dès le lendemain dans les cinémas. Une vingtaine de personnalités (Juliette Binoche, Anna Mouglalis, Samuel Le Bihan, Frédéric Michalak ...) apparaissent dans ces clips destinés à lutter contre les préjugés, aux côtés de personnes atteintes d'autisme. Selon un sondage Ifop réalisé pour SOS Autisme (1 502 personnes interrogées en ligne du 1er au 3 mars), 79% des Français pensent que les personnes autistes sont victimes de discriminations. 69% se disent prêts à travailler avec elles, et 72% se disent choqués que le terme « autiste » soit utilisé dans le langage courant et par des personnalités publiques comme quelque chose de négatif et insultant.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Autisme : le cri d'alarme de parents aupres de Francois Hollande 20/03/2016

«Le manifeste demande aussi que l'accueil des enfants autistes dans les écoles publiques soit généralisé, réclame des recrutements et une formation spécialisée des AVS. Des chiffres sur l'autisme "qui explosent", et "plusieurs décennies" de retard dans la prise en charge de ce handicap en France: l'association de parents SOS Autisme fait dix propositions dans un manifeste devant être remis à François Hollande avant la journée de l'autisme du 2 avril. 250.000 enfants concernés en France. Un nouveau-né sur 100 serait atteint de troubles du spectre de l'autisme (TSA), et "650.000 personnes, dont 250.000 enfants", seraient concernés en France, selon SOS Autisme. "On ne guérit pas de l'autisme, mais la précocité du diagnostic, associée à une prise en charge adaptée, suivant les préconisations de la Haute autorité de santé (HAS), permettent de faire progresser l'enfant au point d'avoir une vie +normale+", souligne l'association dans son manifeste. Dix propositions soumises à Hollande. La HAS a estimé en 2012 que l'approche psychanalytique, "non consensuelle", n'avait pas fait la preuve de sa pertinence, et a recommandé, dès le plus jeune âge, des méthodes éducatives et comportementales, telles la méthode ABA (Applied Behavior Analysis), qui travaillent sur les apprentissages à l'aide de jeux ou pictogrammes. Parmi les dix propositions qui doivent être remises au chef de l'Etat, ainsi qu'à plusieurs ministres (Santé, Famille, Handicap) et élus, l'association demande une prise en charge par la Sécurité sociale de soins prescrits par les médecins mais non remboursés (psychologues spécialisés en méthode ABA, psychomotriciens, ergothérapeutes). Seules les séances d'orthophonie sont remboursées. Entre 2.000 et 3.000 euros par mois. "La prise en charge correcte d'un enfant autiste se situe entre 2.000 et 3.000 euros par mois, dépenses impossibles pour la grande majorité des familles", souligne le manifeste. "Mon fils Ruben, 10 ans, est aujourd'hui scolarisé en CM1, avec une AVS (ndlr: auxiliaire de vie scolaire) privée", témoigne la présidente de SOS Autisme, Olivia Cattan, ancienne journaliste. "Il parle avec un vocabulaire élaboré, a 16 de moyenne, mais fait toujours des crises de violence. Il n'a plus de prise en charge psychologique car je n'ai plus les moyens".»...

<< Sommaire
europe1

8 Francais sur 10 estiment que les autistes sont discrimines en France 20/03/2016

«SONDAGE - Une étude réalisée par l'IFOP pour la fondation Jean Jaurès et l'association SOS Autisme, révèle que pour beaucoup de Français, le monde du handicap, et de l'autisme en particulier, se révèle encore trop mystérieux. Metronews vous détaille en exclusivité les principaux enseignements de ce sondage. Les Français s'estiment mal informés face au handicap. A la question "Pensez-vous que les personnes autistes sont aujourd'hui victimes de discriminations dans notre société ?", 79% ont répondu "oui". Par ailleurs, 73% d'entre eux estiment également qu'ils "manquent de connaissances" et devraient être "mieux formés" sur le monde du handicap. 81% prêts à travailler avec les autistes Cette étude, conduite par l'IFOP pour la fondation Jean Jaurès et l'association SOS Autisme, indique pourtant que, malgré leur méconnaissance, les Français ne sont pas réfractaires à la présence des autistes auprès d'eux, notamment dans le travail : 81% sont prêts à travailler avec des autistes au quotidien dans leur entreprise. Mais 25% seulement estiment que ces derniers sont "une richesse pour la société", même si la proportion a tendance à augmenter chez les jeunes générations (35% chez les moins de 35 ans). "Il était important qu'on fasse un sondage plutôt généraliste, pour montrer que les Français et la société sont prêts", commente Olivia Cattan, la présidente de SOS Autisme. "Ce n'est pas la société qui rejette les autistes. c'est tout le reste." Cette mère de famille, qui a quitté son travail de journaliste pour s'occuper de son fils autiste de dix ans, a en parallèle entrepris un tour de France de deux ans à la rencontre des familles, des institutions et des structures prenant en charge les autistes. Elle en a tiré un manifeste de dix propositions, à l'adresse du gouvernement et des pouvoirs publics (voir encadré). EN SAVOIR + >> 7 idées reçues sur l'autisme "On a pris un grand retard" "Certains pays ont pris en compte l'autisme dans leur politique publique, détaille-t-elle. En France, on en est encore loin. On reste encore sur une vieille médecine, des structures qui datent. On a pris un grand retard dans la réponse qu'on donne aux parents." Nombreuses sont en effet les familles qui doivent s'endetter pour subvenir aux besoins et à l'éducation de leurs enfants. Souvent, les femmes sont en première ligne. "J'ai du arrêter de travailler quand ma fille a eu cinq ans", confirme Annie, mère d'une autiste de 17 ans, croisée sur le tournage du clip de SOS Autisme en février dernier. Dominique, 56 ans, jongle entre son emploi de comédienne et son fils, Gabriel, atteint de troubles du comportement. "C'est un gouffre financier, renchérit-elle. En Ile-de-France, la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées ndlr), est submergée. On doit tout faire par nous-mêmes."»...

<< Sommaire
metronews

How are they doing? Listening as fathers of children with autism spectrum disorder compare themselves to fathers of children who are typically developing 18/03/2016

«Abstract The growing prevalence of autism spectrum disorder is accompanied by ongoing efforts to understand and support parents in the face of challenges related to their child's autism spectrum disorder. Although fathers are increasingly hands-on in raising children, research focus on parenting children with autism spectrum disorder continues to be skewed toward experiences of mothers. Our purpose in this article is to contribute understandings of how fathers of children with autism spectrum disorder perceive themselves to be managing, and we undertake this by examining comparisons fathers of children with autism spectrum disorder make between their parenting experiences and experiences of fathers of typically developing children. A purposive sample of 28 fathers of children (aged 2-13years) with autism spectrum disorder living in an urban center in Western Canada participated in in-depth interviews about their parenting successes and challenges. We found fathers speak of universal fathering experiences yet articulate their own sense of loss and efforts to come to terms with unanticipated demands associated with autism spectrum disorder. Fathers of children with autism spectrum disorder feel "pangs of jealousy" toward fathers of typically developing children, yet they are keenly attentive to their own child's development and convey a sense of gratitude for their child's capabilities and personality amidst an appreciation for trials and triumphs of fathering in general and fathering a child with autism spectrum disorder in particular.»...

<< Sommaire
aut.sagepub

Deces prematures chez les personnes atteintes d'autisme 18/03/2016

«Une étude publiée dans le British Journal of psychiatry laisse entendre que les personnes atteintes de troubles du spectre autistique meurent en moyenne 18 ans avant la population générale. Les accidents (souvent par noyade), ainsi que l'épilepsie sont des causes fréquentes de décès prématurés chez les personnes atteintes d'autisme qui souffrent également de troubles de l'apprentissage. Un risque de décès prématuré 2,5 fois plus grand Pour cette étude, les chercheurs de l'Institut Karolinska de Suède ont étudié les dossiers médicaux de 27 000 personnes atteintes d'un trouble du spectre autistique, dont 6500 ayant également une déficience intellectuelle. Ils ont constaté que le risque de décès prématuré était environ 2,5 fois plus élevé pour l'ensemble du groupe. Un écart du en grande partie à l'augmentation de la prévalence des problèmes de santé courants tels que le diabète et les maladies respiratoires. Comme le souligne l'étude, ces patients sont diagnostiqués trop tard car ils ne savent comment exprimer leurs préoccupations de santé auprès du médecin. L'étude montre aussi que les autistes n'ayant pas de déficience intellectuelle sont 9 fois plus susceptibles de mourir par suicide, notamment les femmes. "Comment accepter, sans réagir, le fait qu'un grand nombre de personnes souffrant d'autisme n'atteindront pas leur 40e anniversaire ?" a souligné la fondation Autistica, dans un communiqué . La fondation a donc décidé de lancer une levée de fonds de 10 millions de livres sterling afin de financer des recherches sur la prévention de ce risque.»...

<< Sommaire
topsante

How well are children with autism spectrum disorder doing academically at school? An overview of the literature 18/03/2016

«Abstract The academic achievement of individuals with autism spectrum disorder has received little attention from researchers despite the importance placed on this by schools, families and students with autism spectrum disorder. Investigating factors that lead to increased academic achievement thus would appear to be very important. A review of the literature was conducted to identify factors related to the academic achievement of children and adolescents with autism spectrum disorder. A total of 19 studies were identified that met the inclusion criteria for the review. Results indicated that many individuals demonstrate specific areas of strength and weakness and there is a great deal of variability in general academic achievement across the autism spectrum. Adolescents and individuals with lower IQ scores were underrepresented, and few studies focused on environmental factors related to academic success. The importance of individualised assessments that profile the relative strengths and weaknesses of children and adolescents to aid in educational programming was highlighted. Further research on child-related and environmental factors that predict academic achievement is needed.»...

<< Sommaire
aut.sagepub

Treating Schizophrenia With the Diuretic Bumetanide: A Case Report. - PubMed - NCBI 18/03/2016

«Abstract Administration of the diuretic and NKCC1 chloride cotransporter antagonist bumetanide reduces the severity of autism spectrum disorders in children, and this effect is mediated by a reduction of the elevated intracellular chloride concentrations and a reinforcement of GABAergic inhibition (Lemonnier et al Transl Psychiatry. 2012;2:e202; Tyzio et al Science. 2014;343:675-679). Here, we report that this treatment also reduces the severity of symptoms in an adolescent with schizophrenia. Long-term treatment reduced hallucinations significantly, suggesting that this treatment may also be useful to treat schizophrenia. Further clinical trials and experimental studies are warranted to test this hypothesis.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Enseignant specialise : « un metier tourne vers les autres, ou l'on se sent utile » » VousNousIls 18/03/2016

«Qu'est-ce qu'être enseignant spécialisé et comment le devenir ? Emmanuelle Vincent, co-responsable des formations 'Adaptation scolaire et Scolarisation des élèves Handicapés' de l'ESPE Lille Nord de France, nous répond. Pouvez-vous nous présenter les différentes formations pour devenir enseignants spécialisés ? Pour devenir enseignant spécialisé, il faut d'abord être enseignant titulaire puis obtenir une certification. Dans le primaire, le professeur des écoles doit obtenir le certificat d'aptitude professionnelle pour les aides spécialisées, les enseignements adaptés et la scolarisation des enfants en situation de handicap (CAPA-SH). Cette certification comporte des options, selon le public d'élèves auprès duquel l'enseignant spécialisé sera amené à exercer : Option A : enseignants spécialisés chargés de l'enseignement et de l'aide pédagogique aux élèves sourds et malentendants, Option B : enseignants spécialisés chargés de l'enseignement et de l'aide pédagogique aux élèves aveugles ou malvoyants, Option C : enseignants spécialisés chargés de l'enseignement et de l'aide pédagogique aux élèves présentant une déficience motrice grave ou un trouble de la santé évoluant sur une longue période et/ou invalidant, Option D : enseignants spécialisés chargés de l'enseignement et de l'aide pédagogique aux élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives, Option E : enseignants spécialisés chargés des aides spécialisées à dominante pédagogique, Option F : enseignants spécialisés chargés de l'enseignement et de l'aide pédagogique auprès des élèves des établissements et sections d'enseignement général et professionnel adapté, Option G: enseignants spécialisés chargés des aides spécialisées à dominante rééducative. Le professeur du secondaire (certifié ou agrégé) doit, quant à lui, réussir le certificat complémentaire pour les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation de handicap (2 CA-SH) avec plusieurs options possibles : A, B, C, D, F. Ce certificat reconnait ainsi la compétence professionnelle de l'enseignant du second degré à travailler au sein d'équipes pédagogiques et éducatives accueillant des élèves présentant des besoins éducatifs particuliers. Où peut-on exercer ce métier ?»...

<< Sommaire
vousnousils

IME de Mauroc : appel a la greve pour mercredi et jeudi 15/03/2016

«L'Institut médico-éducatif de Mauroc (route de Gençay à Saint-Benoit) qui accueille 70 enfants déficients mentaux sera en grève mercredi 16 et jeudi 17 mars. Les personnels dénoncent « des méthodes de gestion et les conditions de travail ». « Notre management malmène l'humain. Nous voulons retrouver du sens à notre travail », revendiquent les personnels, qui soulignent « que les tensions sont grandissantes ». L'appel à la grève est lancé pour mercredi entre 9h et 16h ainsi que pour jeudi entre 12h et 20h.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

IME de Mauroc : appel a la greve pour mercredi et jeudi 15/03/2016

«L'Institut médico-éducatif de Mauroc (route de Gençay à Saint-Benoit) qui accueille 70 enfants déficients mentaux sera en grève mercredi 16 et jeudi 17 mars. Les personnels dénoncent « des méthodes de gestion et les conditions de travail ». « Notre management malmène l'humain. Nous voulons retrouver du sens à notre travail », revendiquent les personnels, qui soulignent « que les tensions sont grandissantes ». L'appel à la grève est lancé pour mercredi entre 9h et 16h ainsi que pour jeudi entre 12h et 20h.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Video: Sixieme inclusive on Vimeo 15/03/2016

«Expérimentation pédagogique en classe de sixième dans les collèges Paul Langevin à Boulogne-sur-Mer et Germinal à Raismes.»...

<< Sommaire
vimeo

LIRE, COMPRENDRE, APPRENDRE - Conference de consensus lecture « CNESCO 15/03/2016

«LIRE, COMPRENDRE, APPRENDRE Comment soutenir le développement de compétences en lecture ? Les séances publiques se dérouleront les 16 et 17 mars 2016, à l'ENS de Lyon (Amphithéâtre Mérieux, 46 avenue d'Italie, 69 007 LYON). #CC_Lecture Quels sont les principaux obstacles rencontrés dans l'apprentissage de la lecture ? Quelles sont les pratiques de lecture des jeunes, dans la classe comme à la maison ? Quelles sont les spécificités de la lecture numérique ? Cette conférence de consensus a pour objectif d'établir un dialogue entre des experts et des membres de la communauté éducative afin de faire des recommandations basées sur les résultats de la recherche, les connaissances scientifiques et les pratiques de terrain, nationales et internationales, concernant l'apprentissage et l'enseignement continus de la lecture dans l'école française. Ces recommandations se présenteront sous la forme de conclusions écrites par un jury d'acteurs de terrain après l'audition d'experts. C'est un outil majeur et efficace de dialogue entre le monde de la recherche et les acteurs de terrain.»
[...]
« Afin de permettre à chacun de suivre les échanges, le Cnesco et l'Ifé ont décidé de retransmettre la conférence de consensus en direct. Le Cnesco et l'Ifé proposent aux participants de s'inscrire à la conférence virtuelle afin d'être alertés par e-mail, quelques minutes avant le début de la diffusion. Pour cela il suffit de s'inscrire sur le lien suivant : La conférence virtuelle en direct sera accessible directement sur la page ci-dessous.Elle sera diffusée le mercredi 16 mars, de 9h30 à 16h30, et le jeudi 17 mars, de 9h30 à 16h.
Source: http://www.cnesco.fr | Source Status »...
Source: http://www.cnesco.fr | Source Status

<< Sommaire
cnesco

Evaluation des politiques inclusives (partie 2/2) - video Dailymotion 14/03/2016

«La conférence de comparaisons internationales sur l'école inclusive s'est déroulée les 28 et 29 janvier 2016. Elle a été organisée par le Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco) et le Centre international d'études pédagogiques (CIEP), en partenariat avec le secteur de l'éducation de l'Unesco et l'Agence européenne pour l'école inclusive et adaptée.»...

<< Sommaire
dailymotion

Services publics et vingtième critère de discrimination: Avis du Défenseur des droits n° 1 6-07 14/03/2016

«Avis du Défenseur des droits n° 1 6-07 Le Défenseur des droits, Vu l'article 71–1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n°2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Auditionné le 8 mars 2016 par mission de contrôle de la mise en application de la loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine de la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, émet l'avis ci-joint.»...

<< Sommaire
defenseurdesdroits

Josef Schovanec a Plouaret: l'autisme a l'ecole de la tolerance. 13/03/2016

«Mission réussie pour Hélène Tadié, maman de Brice, autiste Asperger en 4e au collège de Plouaret. Avec l'aide de syndicats (CGT, FSU), de la mairie, des pompiers, d'un garage...¦ elle a fait venir deux pointures à la salle polyvalente : Christine Philip, de l'institut national supérieur pour le handicap et les enseignements adaptés, et Josef Schovanec, philosophe, écrivain, et autiste Asperger. [lire son témoignage sur l'école ci-dessous] De nombreuses personnes ont assisté à la conférence en fin d'après-midi puis en soirée, vendredi. Pédagogie différenciée Christine Philip plante le décor. « Sur environ 20000 enfants autistes, à peine un quart est en milieu scolaire ordinaire, et souvent à temps partiel. » Elle montre pourtant que l'école peut faire un effort d'adaptation pour inclure ces enfants. L'équité, c'est reconnaitre qu'il y a des différences entre les enfants ; qu'il faut donc une pédagogie différenciée. » Avec des profs préparés, des AVS, un système d'évaluation positif, un partenariat avec les parents, des élèves incités à jouer les tuteurs de leur camarade autiste. Cela a marché pour Brice. Vidéo à l'appui, Christine Philip montre l'ado de 15 ans, en cours de chimie et de français, avec son AVS. Il est bien intégré après « un parcours chaotique ». « Plus petit, en Clis, c'était la cata. Puis en Ulis, re-patatras. J'ai refusé qu'il aille en IME » explique Hélène Tadié, sa mère. « Si au départ, les autres élèves ont pu être surpris de ses interventions intempestives en classe, ça ne pose pas problème », note une prof. Qui plus est, les questions ou réponses de Brice peuvent aussi faire progresser le groupe.»...

<< Sommaire
lannion-perros.maville

Liberation condamne pour des photos d'une autiste 12/03/2016

«Le directeur de la publication de Libération, François Moulias, a été condamné le 10 mars 2016 à 3 000 euros d'amende, dont la moitié avec sursis, pour avoir publié deux clichés d'une jeune femme autiste dans une institution en Belgique sans autorisation (article en lien ci-dessous). Une jeune femme torse nu Le journal consacrait dans son édition du 25 avril 2014 un article aux "mauvaises conditions de prise en charge des handicapés français dans les centres d'hébergement en Belgique, où nombre d'entre eux étaient contraints de se rendre faute de places suffisantes dans les centres français", ont rappelé dans leur décision les juges de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. L'une des photos représentait la jeune femme devant la fenêtre de sa chambre, de dos, torse nu, une autre allongée sur un matelas posé à même le sol de sa chambre des "Boutons d'or", à Celles (Belgique), sans que le consentement de sa tutrice ne soit demandé. Sa famille avait engagé des poursuites contre le journal. Atteinte à la vie privée Libération plaidait la relaxe, soulignant qu'il s'agissait d'un sujet d'intérêt général. Pour le tribunal, les photos "n'illustrent nullement le thème de l'article, mais ont été délibérément et artificiellement incluses dans le reportage, pour en illustrer, avec sensationnalisme, le constat général le sous-tendant". Condamné pour "utilisation d'un document obtenu par une atteinte à la vie privée", le journal devra également verser au total 19 000 euros de dommages et intérêts aux membres de la famille de la jeune femme et à elle-même, représentée par sa tutrice. S'y ajoutent 5 000 euros au titre des frais de justice.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Handicap : ils protestent au nom des enfants «dys» 12/03/2016

«Une mobilisation a été organisée mercredi, à Agen, devant les grilles du conseil départemental, pour une meilleure prise en charge du handicap et «des handicaps invisibles» chez les enfants «Dys» (dyslexiques, dysphasiques, dyspraxiques) comme le souligne Brigitte Piazzo, bénévole de Handi'Gnez-Vous. Association créée au lendemain de l'affaire de l'IME Moussaron, dans le Gers, qui s'est jointe en soutien à la manifestation. Céline Boussié, sa présidente et lanceuse d'alerte, déclare que l'association lutte plus globalement contre la maltraitance pas que physique mais aussi psychologique ou institutionnelle des personnes handicapées. Clairement désignée comme coupable de dysfonctionnements, la MPDH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) sous tutelle du conseil départemental.»
[...]
«Dépossédés de leurs droits Le collectif s'insurge contre le fait que les usagers et leurs familles sont de plus en plus dépossédés de leurs droits fondamentaux et d'un système qui, lorsqu'il dysfonctionne, entraîne de graves conséquences : refus de scolarisation, orientation forcée… Dys'Solutions pointe aussi un guide d'évaluation scolaire rempli après coup, à l'issue d'une réunion associant les familles avec les équipes éducatives, «ce qui entraîne souvent une sous-évaluation des incapacités des élèves allant à l'encontre des préoccupations des parents et impacte forcément les compensations financières et les aménagements de scolarisation», stipule Philippe Fernandez. L'association fuméloise milite pour que ces enfants atteints de troubles neurologiques ou neuromusculaires suivent un cursus scolaire traditionnel et n'échoient pas en classes SEGPA ou ULIS qui n'existe pas en Lot-et-Garonne et qui ne sont, de toute façon, pas adaptées aux troubles «Dys». La délégation souhaitait être reçue par Pierre Camani, estimant être condamnée au silence total de l'institution jusqu'ici. 9 »...

<< Sommaire
ladepeche

Jacques Moret dans l'attente d'un nouveau poste - 10/03/2016 - La Nouvelle Republique Vienne 11/03/2016

«Recteur de l'académie de Poitiers depuis 2012, Jacques Moret a été remplacé par Anne Bisagni-Faure, la semaine dernière, dans le cadre d'une vague de féminisation voulue par le ministère de l'Education nationale. Lors de son discours d'adieux, il n'a pas indiqué sa nouvelle affectation. Le rectorat n'a pas non plus souhaité communiquer sur le sujet. Contacté par la rédaction, le ministère de l'Education nationale indique qu'il sera « appelé à d'autres fonctions dans les prochaines semaines ».»
[...]
« Le passage de Jacques Moret à Poitiers a notamment été marqué l'affaire Chazerans, du nom de ce professeur de philosophie mis à pied au lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo. Plus récemment, il a été pointé du doigt pour avoir créé sur mesure un poste de convenance pour une conseillère municipale de Poitiers en tant que professeur dans un collège. »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Signature d'un nouveau partenariat en faveur de la scolarisation des eleves en situation de handicap | Najat Vallaud-Belkacem 09/03/2016

«Le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR) a signé le 22 janvier 2016 une convention partenariale pluriannuelle (2015-2017) avec la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) et Unifaf (Organisme Paritaire Collecteur Agréé - OPCA - de la branche sanitaire, sociale et médico-sociale). Cette convention s'inscrit dans la continuité des travaux conduits par le comité interministériel pour la modernisation de l'action publique (CIMAP) et notamment du rapport La scolarisation des élèves en situation de handicap publié en juillet 2013. Elle a pour objet de réaliser une action de formation conjointe à destination des professionnels concourant à la scolarisation des élèves en situation de handicap et vise à favoriser les coopérations interprofessionnelles des acteurs d'un même territoire et le partage de références communes. Ainsi les personnels de l'Education nationale, des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), des personnels des établissements et services médico-sociaux (ESMS) et des agences régionales de santé (ARS) se formeront ensemble pour travailler à la personnalisation des parcours de scolarisation des élèves en situation de handicap pour une école toujours plus inclusive. Le programme de la formation, son contenu pédagogique, les supports de formation et les modalités d'évaluation sont définis conjointement par le MENESR, la CNSA, Unifaf et le CNFPT. Un consortium, réunissant l'Université Blaise Pascale de Clermont-Ferrand, la fédération des APAJH, l'APF, Trisomie 21 France et l'IRTS Ile-de-France Montrouge-Neuilly-sur-Marne, piloté par l'INSHEA, a été choisi pour animer les formations. Ces sessions de formation s'organisent à deux niveaux de responsabilité : les encadrants et les professionnels du terrain. L'accent sera mis sur le développement d'une culture locale de partenariat et de coopération, ainsi que la compréhension du rôle et des missions des différents acteurs afin d'inscrire leur action dans une démarche partenariale et pluri professionnelle. A la suite de la phase expérimentale qui s'est tenue en 2015 sur trois académies (Lille, Amiens, Clermont-Ferrand), ce dispositif va être déployé sur l'ensemble du territoire jusqu'en 2017. Il est d'ores et déjà programmé dans cinq académies pour le premier semestre 2016 (Caen, Rouen, Orléans-Tours, Nantes, Rennes).»...

<< Sommaire
najat-vallaud-belkacem

New research on autistic people's access to justice in the family courts 09/03/2016

«Dr Rob George, barrister at Harcourt Chambers and a Lecturer at University College London, along with Dr Anna Remington, a psychologist at the UCL Institute of Education, is undertaking a new research project investigating the experiences of people with autism within the family justice system. The aim of this research is both to improve understanding of the experiences of this vulnerable group and then to work towards developing best practice guidance to help the family justice system to improve autistic people's access to justice in family disputes. Writing in his monthly column, ...˜The View from the Bar' in March Family Law, Dr George says: ...˜Autistic people comprise around 1% of the population, yet there is minimal knowledge about their treatment by the court system or how their condition may affect their access to justice. This is concerning, as many aspects of autism (such as inability to decode non-verbal cues or to understand non-literal language and subtext) render individuals with the condition vulnerable to being taken advantage of in negotiation or dispute settings. In addition, a departure from daily routine and lack of control of the situation can cause autistic individuals a great deal of distress.' As part of this research, the authors are looking to speak to two main groups of people. The first is litigants who have autism (or significant markers on the autism spectrum) who have been involved with the family justice system as litigants, whether their cases ended up in court or not. The second group is legal professionals (lawyers and judges) who have experience of a client/party appearing before them who has autism. The authors are interested in knowing about experiences, both positive and negative, and about any tips or strategies that might have been developed from cases. A 5-minute questionnaire about legal professional's knowledge and attitudes to help develop training in this is available online here. For readers who have had a client or have their own experiences to share, please get in touch via email for more information. Interviews are expected to take around 30 minutes.»...

<< Sommaire
familylaw.co

Chine : Des singes genetiquement modifies pour etudier l'autisme 09/03/2016

«Des scientifiques chinois ont eu recours au génie génétique pour créer des singes atteints d'une forme d'autisme. Si la méthode pourrait bien permettre de tester différents traitements médicaux sur les troubles du spectre autistique, elle soulève aussi d'épineuses questions, aussi bien pratiques qu'éthiques, quant à l'usage de telles méthodes.»...

<< Sommaire
8e-etage

Decouverte d'un ''Big Bang'' neuronal 08/03/2016

«Notre cerveau abrite différents types de neurones ayant chacun une signature génétique propre qui définit leur fonction. Ces neurones sont issus de progéniteurs, sortes de cellules souches, qui ont la capacité de se diviser pour donner naissance aux neurones. Aujourd'hui, une équipe de la Faculté de médecine de l'Université de Genève (UNIGE) lève le voile sur les mécanismes qui permettent aux progéniteurs de générer les neurones. Grâce à FlashTag, une technologie révolutionnaire permettant d'isoler et de visualiser les neurones au moment même où ils naissent, ils ont décrypté le code génétique primordial permettant leur construction. Cette découverte, à lire dans la revue Science, permet non seulement d'appréhender le développement de notre cerveau, mais également d'utiliser ce code pour reconstruire des neurones à partir de cellules souches. Les chercheurs vont ainsi pouvoir mieux comprendre l'origine de maladies neurologiques, telles que l'autisme et la schizophrénie. Expression de tous les gènes d'un neurone durant les premières heures de sa naissance. Chaque cercle représente un temps développemental (6h, 12h, 24h) et les points colorés au sein de chaque cercle représentent le niveau d'expression d'un gène. © Jabaudon Lab, UNIGE Sous la direction de Denis Jabaudon, professeur au Département des neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine et médecin associé dans le service de neurologie des Hôpitaux universitaires genevois (HUG), les chercheurs genevois ont développé une technique, appelée FlashTag, permettant de visualiser la naissance des neurones. A l'instant même où un progéniteur se divise, FlashTag intègre un marqueur fluorescent qui persiste dans sa progéniture. Les scientifiques peuvent alors visualiser et isoler ces neurones nouveau-nés afin d'observer de manière dynamique quels gènes sont exprimés au cours des premières heures de leur existence. On peut ainsi étudier leur évolution et les modifications de l'expression des gènes au fil du temps. "Jusqu'à aujourd'hui, nous ne disposions que de quelques photos pour reconstruire l'histoire des neurones, ce qui laissait une très grande place aux interprétations les plus diverses. Grâce à FlashTag, c'est un véritable film génétique qui se déroule sous nos yeux. Chaque étape du développement du neurone devient visible, ce qui nous permet enfin de comprendre le scénario évolutif et d'identifier les personnages principaux, leurs interactions et leurs enjeux", note Denis Jabaudon. Travaillant dans le cortex cérébral de la souris, les scientifiques ont ainsi identifié les gènes clés du développement neuronal et montré que la dynamique de leur profil d'expression est essentielle au développement normal du cerveau. Une chorégraphie originelle très précise Cette découverte, en donnant accès au code originel de la formation des neurones, permet d'expliquer leur fonctionnement dans le cerveau adulte. Ainsi, les neuroscientifiques ont observé que certain de ces gènes primordiaux sont impliqués dans des maladies neurodéveloppementales et neurodégénératives, qui ne se déclarent pourtant qu'après de nombreuses années. Cela suggère que la susceptibilité de développer certaines maladies pourrait être présente dès les premiers instants de vie des neurones et que des facteurs environnementaux permettraient ensuite à la maladie de se déclarer des années plus tard. En comprenant la chorégraphie génétique des neurones, les chercheurs peuvent donc observer comment ces gènes se comportent lors de leur formation et identifier de potentielles anomalies annonciatrices de maladies.»...

<< Sommaire
techno-science

Sangles, camisoles, tranquillisants...¦: les profs ont droit a plusieurs recours pour maitriser les eleves difficiles 08/03/2016

«A la suite des événements dans une école de Havré, en région montoise, Jolle Milquet, la ministre de l'Enseignement vient de faire paraitre une circulaire définissant les mesures de contentions et d'immobilisation que peuvent appliquer les professeurs vis-à-vis de leurs élèves.»...

<< Sommaire
sudinfo

6ème appel à projets aidants - Candidatez ! 08/03/2016

«6ème appel à projets aidants - Candidatez ! Aujourd'hui, 8,3 millions de français aident quotidiennement un proche en situation de dépendance. Le secteur associatif est particulièrement actif auprès de ces aidants et de nombreuses associations, installées sur le territoire, orientent, soutiennent et conseillent ces hommes et ces femmes dans leur rôle d'aidant. Dans le cadre de sa démarche de responsabilité sociale et de son engagement auprès des aidants, Crédit Agricole Assurances lance pour la 6ème année consécutive, un appel à projets national à destination des associations ou organismes d'intérêt général qui interviennent auprès des aidants familiaux ou bénévoles. L'objectif est de leur permettre de lancer, développer ou pérenniser des programmes d'actions à destination des aidants en matière de formation, information, répit, soutien psychologique, conciliation vie professionnelle et rôle d'aidant ou encore coordination des aidants professionnels et non professionnels. Pour l'appel à projets 2016, les projets facilitant la conciliation vie professionnelle et rôle d'aidant ainsi que les initiatives mixtes aidants/aidés favorisant le « vivre ensemble » feront l'objet d'une attention particulière. Depuis six ans, plus de 800 dossiers ont été reçus confirmant ainsi les besoins liés à cette cause. Et, plus de 100 projets issus d'associations réparties dans la plupart des régions ont été financés pour une enveloppe globale de 1,5 million E (300 000 E/an) Pour candidater, déposez votre dossier sur www.associations.etreaidant.com du 1er février au 8 avril inclus. Chaque dossier reçu fera l'objet d'une analyse approfondie par notre partenaire RRI (Révélateur de Richesses Immatérielles) et une sélection sera réalisée sur des critères liés notamment à l'impact réel et durable envers les aidants, la faisabilité du projet ainsi que son caractère innovant. Notre comité de sélection se tiendra en juin 2016 ; il est composé de membres du groupe Crédit Agricole et de personnalités de la société civile, dont :
• Florence Leduc, présidente de l'association française des aidants - Serge Guérin, sociologue - Olivier de Ladoucette, gériatre - Franck Guichet, sociologue - Frédéric Cazenave, rédacteur en chef- Le Monde Le comité de sélection choisira de quinze à vingt projets pour un budget global de l'ordre de 300 000 euros annuels. Déposez votre dossier»...

<< Sommaire
etreaidant

Depakine : Les medecins lui disaient qu'elle etait responsable du handicap de ses enfants - Societe - MYTF1News 07/03/2016

«Durant de longues années, Laurence a cherché à comprendre pourquoi ses trois enfants étaient atteints de diverses pathologies. L'an dernier, elle apprend enfin que la cause en est la Dépakine, un traitement qu'elle utilise contre l'épilepsie. Depuis, elle se bat contre Sanofi, qui commercialise ce médicament en France depuis près de 50 ans. Avant, Laurence se battait contre des fantômes, un combat dans lequel "on s'épuise", dit-elle. Désormais, depuis qu'elle sait enfin qui est responsable des difficultés de santé de ses enfants, elle affronte "un mur" appelé Sanofi. Cette mère de famille, qui a accepté de confier son histoire à Thierry Demaizière pour Sept à Huit, a une fille et deux fils. Lisa est née au début des années 90. A l'école primaire, on lui diagnostique des troubles de la concentration. Elle apprendra plus tard qu'elle a un trou dans la colonne vertébrale. Son frère cadet, Lucas, a quant à lui un visage bizarre à la naissance. Atteint de troubles autistiques, il est aujourd'hui handicapé à plus de 80%. Le petit dernier, Loic, est quant à lui tombé malade rapidement après sa naissance en raison d'une atrophie cutanée au niveau du dos et d'une hyperlaxité ostéo-articulaire. "Mauvais parents" Durant des années, Laurence (à qui l'on prescrit de la dépakine) et son mari vont tenter de comprendre pourquoi leurs enfants ont une santé si défaillante. Mais les médecins restent sans réponses. En tout cas, d'un point de vue médical. Si Lisa, Lucas et Loic sont atteints de pathologies si différentes, c'est parce que Laurence et son mari sont "de mauvais parents", conclut un médecin. Quand les problèmes digestifs de Lisa débutent, un autre thérapeute accuse cette mère d'en être responsable. "Les femmes contemporaines travaillent donc elles stressent et nourrissent mal leurs enfants", lui a-t-on dit. Et puis finalement, l'an dernier, c'est un généticien qui a révélé à cette famille la cause réelle de tous ces problèmes de santé. Le responsable, c'est la dépakine, commercialisée en France par Sanofi depuis 1967 pour traiter l'épilepsie. "Toute ma vie sera un combat" Selon l'Igas, ce médicament a provoqué au moins 450 malformations»...

<< Sommaire
lci.tf1

Handicap : des Lot-et-Garonnais portent plainte contre le ministere de la Sante 07/03/2016

«Leurs enfants handicapés n'ont de place nulle part. Des familles montent au créneau Le casque vissé sur les oreilles, le portable à la main, Loris, 13 ans, à l'air d'un enfant comme les autres. « Il a l'air, oui », souffle Myriam Mazari, sa maman. Depuis deux ans, son garçon est en « surmaintien » dans une école primaire agenaise. Atteint d'un trouble du comportement et d'une maladie génétique détectée sur le tard, il fait partie de ces enfants qui n'ont plus leur place dans un milieu scolaire ordinaire. Mais qui ne trouvent pas leur place dans une structure adaptée, faute de places. A l'image de beaucoup de parents, Myriam Mazari et Frédéric Jacquot vivent un véritable parcours du combattant. « Ce que l'on nous propose, c'est une scolarisation en milieu normal, l'an prochain en 6e ! Il arrive à peine à écrire, c'est le mettre en échec ! » Comme Yolande Raulet il y a quelques mois, ils ont déposé une main courante contre l'Agence régionale de santé et le ministère de la Santé, au début du mois de février. « Il n'y a pas de place dans l'Institut médico-éducatif qui serait le plus approprié pour lui, celui de Montpezat-d'Agenais. Ce que l'on nous propose, c'est une scolarisation en milieu normal, l'an prochain en 6e ! Il arrive à peine à écrire, c'est le mettre en échec ! » La famille pense à le déscolariser en septembre si aucune solution n'est trouvée. « Le problème est que l'IME de Montpezat est en capacité d'accueillir plus d'enfants. Mais il n'a pas l'agrément de l'Agence régionale de santé », s'insurge Yolande Raulet, qui a bataillé pendant des mois pour que son fils, Clément, intègre ce même établissement.»...

<< Sommaire
sudouest

Poitiers : la nouvelle rectrice affiche ses priorites 07/03/2016

«Nommée mercredi en conseil des ministres, Anne Bisagni-Faure a entamé ce matin la visite des services du rectorat. Son cap : "une école plus juste et plus performante, une école qui n'agit pas seule". Arrivée jeudi à Poitiers, la nouvelle rectrice de l'académie et chancelière de l'Université s'est mise aussitôt au travail en rencontrant les quatre directeurs académiques des services de l'éducation nationale de la région. Anne Bisagni-Faure, nommée la veille en conseil des ministres, a tenu à rencontrer dès ce matin l'ensemble des personnels du rectorat, service par service, bureau par bureau. Sa première visite sur le terrain est réservée en fin de journée à la cité scolaire Jean-Moulin à Montmorillon qui fête ses 50 ans. "Je suis là avec une conscience que l'année 2015 a été une année de mise en tension forte de l'école, qui a permis de montrer son rôle dans la transmission des valeurs de la République", a-t-elle déclaré. "Cela a permis aussi de montrer que l'école, seule, n'agit pas, mais avec ses partenaires, qu'il s'agisse des services de l'Etat ou des collectivités". "Une école plus juste et plus performante" Dans les jours prochains, elle rencontrera ses collègues de la grande région. La rectrice évoque un certain nombre d'activités que le rectorat de Poitiers portera plus haut dans le cadre d'une coordination entre académies "pour avoir un message cohérent de l'Etat en partenariat avec la Région." Rappelant que le rôle de l'académie est toujours le même, elle ajoute : "Ce que nous allons faire, c'est chercher de la valeur ajoutée sur certains sujets qui ont un sens particulier dans le partenariat avec la Région", citant par exemple l'orientation. Parmi ses priorités, Anne Bisagni-Faure va s'employer à finaliser les négociations des protocoles ruralité notamment avec les départements de la Charente et des Deux-Sèvres. L'occasion d'afficher son cap : "une école plus juste et plus performante". "J'arrive ici avec beaucoup de motivation, j'espère que je mettrais aussi au service de l'académie mes expériences passées". Elle a indiqué que sa culture, c'est "le collectif, suivre des caps, mener des projets, d'inscrire des axes politiques et de les mettre en oeuvre mais dans le cadre de partenariats ". Après avoir occupé des responsabilités dans le champ médical et de la recherche, en partie à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Anne Bisagni-Faure a rejoint le cabinet de Geneviève Fioraso, alors ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, puis le pôle éducation du cabinet du Premier ministre en tant que conseillère technique spécialiste des questions liées à l'enseignement supérieur et la recherche. Cette nomination s'inscrit également dans une volonté affichée de la ministre de diversifier le vivier des recteurs vers des profils différents et une plus grande parité.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Autisme : Vinca Riviere et l'association Pas a Pas perdent leur proces face a Mediapart | Le Club de Mediapart 06/03/2016

«En avril 2012, je publiais sous le titre : « Austime : un courrier embarrassant pour un centre toujours cité en exemple », une enquête révélant qu'un rapport de l'agence régionale de santé du Nord-Pas-de-Calais concluait que le centre Camus de Villeneuve-d'Ascq présentait des « dysfonctionnements » constituant « des facteurs de risques de maltraitante susceptibles d'avoir des répercussions sur les enfants accueillis ». Madame Vinca Rivière et l'association Pas à Pas déposaient plainte pour diffamation. Nous venons de recevoir les attendus du jugement : l'association Pas à Pas et Vinca Rivière sont déboutées et Mediapart est relaxé.»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Agnes Buzyn, premiere femme a la tete de la Haute Autorite de sante 06/03/2016

«C'est ce lundi matin qu'Agnès Buzyn intègre le vaste et prestigieux bureau de la présidence de la Haute Autorité de santé (HAS). C'est peu dire que son arrivée est attendue, tant la période de transition depuis la démission surprise en novembre du Pr Jean-Luc Harousseau a été longue et pénible. Une arrivée qui intervient alors que cette structure, essentielle dans le paysage sanitaire français, se cherche. La HAS est une autorité indépendante, certes, mais qui la connait ? A quoi sert-elle ? Doit-elle réagir, par exemple, face à l'explosion du cout des nouveaux médicaments ? Censée fixer les bonnes pratiques médicales, la HAS est devenue une grosse machine chargée de la certification des établissements. Plus de dix ans après sa création, beaucoup s'étonnent de son manque de visibilité et de son incapacité à imposer une parole forte et libre. Dans ses nouvelles fonctions, Agnès Buzyn a bien des atouts. Elle arrive auréolée d'un parcours sans tache. Lors de ses auditions au Parlement, droite et gauche ont salué la nomination d'une femme d'expérience et de science, qui a réussi ces cinq dernières années à la présidence de l'Institut national du cancer. Personnalité efficace, peu sensible aux mirages du pouvoir, elle se montre très attentionnée sur les questions des inégalités de santé. Professeure d'université en médecine à l'hôpital Necker-Enfants malades, elle a su trouver une place dans un territoire mandarinal particulièrement misogyne et conservateur. A l'occasion, elle n'a pas peur de monter au créneau : en décembre, elle a dénoncé les lobbys et les risques sanitaires lorsque les députés ont détricoté la loi Evin afin d'élargir la pub pour l'alcool. Encore plus récemment, elle s'est battue pour le droit à l'oubli des personnes guéries du cancer. Il y a deux ans, Buzyn a encore refusé la Direction générale de la santé, pour garder son indépendance. Cette fois-ci, elle a accepté la présidence de la HAS, tout en disant que la gouvernance actuelle de l'autorité, autour de six membres désignés d'un collège, lui paraissait bien peu efficiente. «On attend de voir à quelle sauce on va être mangé»,confie l'un d'eux. Une ordonnance devrait être rédigée afin de modifier le fonctionnement de la HAS.»...

<< Sommaire
liberation

Son fils, autiste, avait ete enleve par sa mere : le pere raconte les retrouvailles avec Nathan 05/03/2016

«C'est une drôle d'histoire : fin novembre, Nathan, un jeune homme autiste sévère soigné à l'IME de Saint-Jans-Cappel, avait été enlevé par sa mère (seul le père avait la garde). La femme avait filé en Espagne. Elle a été arrêtée il y a quelques jours. Le père qui est steenvoordois, Renaud Dominois, vient de récupérer Nathan. Nous avons pu le joindre par téléphone ce jeudi midi, alors qu'il était dans le Gard, juste après avoir passé la frontière. 1 / 3 Renaud Dominois a pu récupérer son fils, Nathan, en début de semaine. Il devrait rentrer dans le Nord aujourd'hui. Comment se sont passés ces derniers jours ? « J'ai reçu un coup de fil lundi matin. On m'a dit que Nathan avait fait une crise très sérieuse dans un magasin, qu'il était hospitalisé et que la garde civile avait arrêté mon ancienne épouse. J'ai tout de suite pris un avion pour Madrid et loué une voiture là-bas. J'ai pris avec moi le jugement de tutelle que j'ai obtenu il y a peu pour mon fils. Là-bas, j'ai rencontré un psychiatre espagnol qui m'a expliqué qu'il avait posé un diagnostic d'autisme. Je lui ai donc dit que ce diagnostic avait été posé il y a 15 ans (...¦). J'ai eu une grosse décompensation hier mais là, je suis très content, très soulagé. Je n'avais pas tellement d'espoir...¦ Un mandat d'arrêt, il faut avoir de la chance. Je suis très soulagé. »»...

<< Sommaire
lavoixdunord

Most people saw limits for this boy with Down syndrome. His parents saw potential. | The Washington Post 04/03/2016

«MOUNT PLEASANT, S.C. ...” The dogging question for any athlete is whether their competitive values mean anything in the real world. Here it was for Debbie and Frank Antonelli. What were all the sweat-soaked shirts and the worn-soled sneakers for when their infant son was on oxygen, facing a lifetime of impairments from slowed motor skills to cognitive deficits? It was a random error in cell division, the pediatric specialist said. Down syndrome was an accident, a faulty extra copy of a single chromosome. "All the rest of them are yours," he said. They had counted with an unthinking confidence on having healthy kids, maybe even a team roster's worth. She played basketball at North Carolina State before becoming a sportscaster, and he hit .400 for the Columbia University baseball team before making a career in elite sports management, and they hoped to add some quality little strivers to the general population. Their first child was an easy birth, and they were so confident of their second that she played nine holes of golf the day he was born. Then he came out scrunched up with the cord around his neck, and holes in his heart. The doctors spoke in dead-end terms, even the ones who tried to be positive. Though it was 1997 and not the Victorian Age, one said, "Don't let anybody tell you to institutionalize him." Statistics showed most Down syndrome children would not see 50. He won't develop properly, they said, or play games like other children. "I can't tell you how many times I heard the words can't and won't," Debbie says. Defeatist words. They seemed to apply as much to her, as to him. You can't have a career with a disabled child. You won't be able to work. But the Antonellis were athletes, and athletes don't deal in can't and won't. They deal in can, and will.»
[...]
« Eighteen years later, Frankie Antonelli is a junior in high school with sparkling eyes, and a well-defined V shape from fitness training. "Hi, I'm Frankie, I'm a celebrity," he says, wise-guy-like as he introduces himself to a reporter. With a motor-speech impediment that doesn't dull his meaning, he proceeds to argue with some spirit that he's the best basketball player in the Antonelli Driveway Series. »...

<< Sommaire
washingtonpost

Le pari de Neurochlore dans le traitement de l'autisme 03/03/2016

«Un diurétique peut-il aider au traitement de l'autisme ? C'est ce que dit la start-up basée à Marseille, qui prévoit le lancement d'un essai clinique de phase III dès juillet. Elle vient de lever 9 ME auprès de la Simons Foundation, fondation américaine dédiée à l'autisme. C'est dire le potentiel que représentent les travaux effectués par les équipes du docteur Yehezkel Ben-Ari, fondateur de Neurochlore et par ailleurs responsable du Groupe Autisme au sein de l'Institut de Neurobiologie de la Méditerranée, basé à Luminy à Marseille. Neurones immatures Selon le docteur Yehezkel Ben-Ari, qui travaille depuis 30 ans sur la régulation du chlore dans les neurones, si l'autisme commence avant la naissance, c'est durant la phase de développement que s'installent les troubles comportementaux.»
[...]
«Et la prise d'un diurétique - la Bumétanide - viendrait diminuer ces troubles de communication. "La thèse que je défends, c'est que comme pour un bâtiment qui s'effondrait après un défaut sur un matériau, s'il y a eu insulte dans l'utérus, les neurones restent affectés par cette insulte, sont donc immatures et conservent un taux de chlore élevé. Ces neurones embêtent le voisinage. Le diurétique vient calmer ces neurones et uniquement ces neurones. Sur les autres neurones, il n'a aucun effet", explique le chercheur marseillais. Selon une étude faite sur les souris, le diurétique pris avant la naissance corrige les déficits sur les descendants. Il a également été démontré que l'ocytocine, l'hormone de l'accouchement, produit une baisse du taux de chlore pendant la naissance qui contrôle l'expression du syndrome autistique. Cohorte en préparation Grâce au prêt convertible en actions consenti par Simons Foundation, Neurochlore s'engagera en juillet prochain dans un essai clinique de phase III. Pour cela le recrutement d'une cohorte est ouvert. Elle concerne 200 enfants et adolescents souffrant de troubles du spectre autistique, domiciliés en France, en Grande-Bretagne et en Hollande. L'essai se déroulera dans une dizaine de centres. Si les résultats sont à la hauteur des espérances de Yehezkel Ben-Ari, une demande d'enregistrement du médicament - qui est par ailleurs fabriqué près de Nimes dans le Gard - auprès des autorités de santé européennes sera effectuée. Ce qui permettrait d'envisager une molécule mise sur le marché à horizon de 3 ans. De leur côté les interlocuteurs américains de Neurochlore ne cachent pas leur souhait de mener, eux aussi, des essais. Incubée au sein d'Impulse à Marseille de 2011 - date de sa création - à 2013, Neurochlore avait notamment bénéficié alors d'une avance remboursable de 40 000 euros. Bpifrance apporte également son soutien financier. La start-up dispose de deux départements, l'un de recherche fondamentale financée notamment par la fondation Bettencourt Schueller et qui travaille sur d'autres pathologies dont l'X fragile, l'autre spécialisé dans les essais cliniques et entièrement dévolu à l'autisme. Laurence Bottero l_bottero Du même auteur Georges Dao : "Il faut s'emparer de la richesse du territoire" »...

<< Sommaire
marseille.latribune

Pour reintegration de Tim, autiste chasse de son college 03/03/2016

«Voi-là, Tim a réintégré le collège. Pas le sien, qui l'a laissé sur le trottoir. Pas un collège français: la France lui proposait, pour toute éducation, Risperdal+Terciane et les "vacances" en HP. Il a integré an Irish Secondary School, qui est ouverte à tous les elèves, handicapés ou non, jusqu'au 18 ans. Même si je sais qu'elles ne risquent pas lire ce post, je remercie chaleureusement toutes les personnes de la fondation Co-Action qui m'ont accompagnée dans cette démarche et, bien évidemment, l'équipe du Collège (pour certaine raison je ne le nomme pas) qui a relevé ce défi. Le chemin est encore (très) long pour nous tous mais, on avance.»...

<< Sommaire
facebook

Placement d'enfants ''autistes'' : la defense ira jusqu'au bout 03/03/2016

«DROIT DE SUITE - La cour d'appel de Grenoble a confirmé le placement des enfants de Rachel en structure et famille d'accueil, ce vendredi 26 février. La justice estime leur mère responsable de leurs troubles du comportement et réfute tout diagnostic d'autisme. Inacceptable pour la défense qui dénonce une erreur judiciaire et entend bien poursuivre le combat. « Nous allons saisir la Cour européenne des droits de l'homme et rendre compte du jugement en appel au Comité sur les droits de l'enfant de l'Organisation des Nations unis (ONU) qui est déjà au courant de l'affaire », prévient maitre Sophie Janois, l'avocate de Rachel, loin de s'avouer vaincue. Maitre Sophie Janois à la sortie de l'audience d'appel le 22 janvier 2016. © Véronique Magnin - Place Gre'net Maitre Sophie Janois à la sortie de l'audience d'appel le 22 janvier 2016. © Véronique Magnin - Place Gre'net C'est malgré tout d'une voix blême qu'elle nous annonce la confirmation du premier jugement dans toutes ses dispositions. Le placement des trois enfants de Rachel, déjà séparés de leur mère depuis sept mois, a donc bel et bien été confirmé vendredi 26 février par la cour d'appel de Grenoble. « On s'y attendait un peu », lâche-t-elle après un silence. Il est vrai que l'audience en appel du 22 janvier dernier avait été particulièrement éprouvante selon l'avocate qui l'avait comparée à une audience d'assises.»
[...]
«« Le juge reproche à la mère de dire que ses enfants sont autistes » L’arrêt de la cour de Grenoble est ubuesque selon Sophie Janois : « Le juge reproche à la mère de dire que ses enfants sont autistes alors que d’après lui, ils sont atteints de troubles envahissants du développement (TED). C’est fou ! C’est comme si vous déclariez : il ne faut pas dire que le ciel est gris mais qu’il est anthracite. » Et ce n’est pas la seule allégation a l’avoir indignée : « Il est aussi indiqué que Rachel ne peut pas récupérer ses enfants parce qu’elle leur renvoie une image handicapée d’eux-mêmes ! » »...

<< Sommaire
placegrenet

Une maman accuse un institut specialise d'avoir maltraite son fils autiste 01/03/2016

«C'est un grande déception et une grosse colère. Eléonore, maman d'un enfant autiste de 7 ans a retrouvé son fils attaché à une chaise. Les faits se seraient produits selon son témoignage ce lundi à l'institut Schaller à Evere. Selon elle, le petit Radek, avait été immobilisé à l'aide d'une ceinture et se trouvait isolé derrière la porte. Une mesure d'urgence prise par l'institutrice qui se retrouvait face à trop d'élèves difficiles à gérer. L'enfant se serait montré agressif avec ses camarades. Radek, qui est scolarisé dans cette école depuis 3 ans, aurait commencé à changer de comportement depuis la rentrée de septembre explique la mère de famille. Il aurait commencé à s'automutiler et se montrait de plus en plus nerveux. Pour Eleonore il est difficile de faire coexister des enfants autistes avec des enfants souffrant de troubles mentaux profonds. La mère de famille a décidé de porter plainte auprès de la police de Schaerbeek. Elle estime qu'attacher son enfant était une mesure inappropriée et qu'elle aurait du être prévenue par le personnel de l'école. Le service général de la Fédération Wallonie Bruxelles, dont dépend l'établissement, a pris connaissance des faits. Un chargé de mission sera envoyé sur place ce mercredi pour participer à l'enquête diligentée par la direction de l'école. L'école Schaller est un établissement spécialisé dans l'accueil d'enfant souffrant de troubles autistiques ou polyhandicapés. La direction de l'école et la fédération Wallonie-Bruxelles attendaient les résultats de cette enquête avant de faire d'autres commentaires.»...

<< Sommaire
rtbf

Specific Language Impairment, Nonverbal IQ, Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder, Autism Spectrum Disorder, Cochlear Implants, Bilingualism, and Dialectal Variants: Defining the Boundaries, Clarifying Clinical Conditions, and Sorting Out Causes 27/02/2016

«Purpose The purpose of this research forum article is to provide an overview of a collection of invited articles on the topic "specific language impairment (SLI) in children with concomitant health conditions or nonmainstream language backgrounds." Topics include SLI, attention-deficit/hyperactivity disorder, autism spectrum disorder, cochlear implants, bilingualism, and dialectal language learning contexts. Method The topic is timely due to current debates about the diagnosis of SLI. An overarching comparative conceptual framework is provided for comparisons of SLI with other clinical conditions. Comparisons of SLI in children with low-normal or normal nonverbal IQ illustrate the unexpected outcomes of 2 × 2 comparison designs. Results Comparative studies reveal unexpected relationships among speech, language, cognitive, and social dimensions of children's development as well as precise ways to identify children with SLI who are bilingual or dialect speakers. Conclusions The diagnosis of SLI is essential for elucidating possible causal pathways of language impairments, risks for language impairments, assessments for identification of language impairments, linguistic dimensions of language impairments, and long-term outcomes. Although children's language acquisition is robust under high levels of risk, unexplained individual variations in language acquisition lead to persistent language impairments.»...

<< Sommaire
jslhr.pubs.asha

Tests show no specific gastrointestinal abnormalities in children with autism 27/02/2016

«Children with autism have no unique pattern of abnormal results on endoscopy or other tests for gastrointestinal (GI) disorders, compared to non-autistic children with GI symptoms, reports a study in the Journal of Pediatric Gastroenterology and Nutrition (JPGN), official journal of the European Society for Paediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition and the North American Society for Pediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition. The journal is published by Wolters Kluwer. The study finds no evidence of cellular intestinal inflammation, lactase deficiency, or "leaky gut" specific to autistic children with GI symptoms, according to the new research, led by Timothy Buie, MD, Rafail Kushak, PhD, and Harland Winter, MD, of MassGeneral Hospital for Children, Boston. The results raise questions about previous scientific and non-scientific reports linking GI abnormalities to autism and autistic behaviors.»...

<< Sommaire
scienceblog

Accueillir un eleve autiste en CP, Xavier temoigne...¦ | Prenons le pouvoir sur notre metier 27/02/2016

«photo xav1 Xavier est professeur des écoles depuis 2005. Il a toujours été dans des zones prioritaires et a pu travailler sur tous les niveaux de l'école élémentaire. Actuellement, il a une classe de CP sur Drancy en REP. Il accueille un enfant dans sa classe dont le diagnostic serait un trouble autistique. Il a fait ses trois années de maternelle puis est arrivé en classe de CP. La MDPH lui a accordé 18h avec une AESH sur le temps scolaire, les 6h restantes il est en prise en charge extérieure. 1. Comment s'est passée l'arrivée de ton élève en situation de handicap ? Les élèves le connaissent de la maternelle. Ils étaient dans la même classe pour certains et dans la même école pour d'autres. Il y a une bonne intégration au sein de sa classe. Les autres élèves l'aident, ils sont gentils et bienveillants. Il n'est pas stigmatisé. Il est, cependant, assez solitaire, il ne va pas vers les autres. Dans la cour, il ne participe pas aux jeux collectifs. Cela vient de son trouble, il a des difficultés à entrer en communication avec les autres, à être en relation duelle. Malgré les inclusions, il n'y a pas de réels échanges entre les élèves. Souvent, on constate dans les cours d'école que les élèves de CLIS ne jouent pas avec les autres. Il a 2 AESH réparties sur 18h avec lui. Elles l'aident à le canaliser dans les apprentissages. Il n'est ni violent, ni perturbateur. Elles sont deux parce que leur contrat est établi pour un nombre d'heures pour plusieurs élèves. L'une d'elles travaillaient déjà avec lui l'année dernière. Il sait des choses mais a des difficultés à les utiliser à bon escient. C'est difficile pour lui de réinvestir les apprentissages. Il n'a pas un énorme retard par rapport aux autres élèves pour le moment. Pour moi, le temps sans l'AESH est difficile, c'est un élève qui a besoin de la présence permanente de l'adulte sinon il se disperse, il se lève, se lave les mains plusieurs fois dans le point d'eau de la classe. Quand on lui rappelle les règles de la classe, cela le recentre. L'année dernière, quand j'ai su que j'étais affecté sur cette école sur une classe de CP, j'ai demandé à assister à la réunion parents/professeurs. Nous ne savions pas encore quelle serait sa classe. Je n'ai eu aucune information sur la situation.»
[...]
«2. As-tu bénéficié d’une aide, d’une formation ou d’information pour l’accueillir ? Je n’ai bénéficié d’aucune aide et encore moins d’information. Nous sommes obligés de chercher par nous-même. Quand je dis nous je parle des AESH et moi. 3. Comment cela se passe-t-il en classe ? y-a-t-il un aménagement spécifique ? une prise en charge autre que celle de la classe ? Rôle de l’AVS ? Les AESH ont eu une formation, cependant, aucune sur l’autisme spécifiquement. Elles sont très compétentes mais par rapport à ce qu’elles devraient apporter à cet élève, elles sont limités faute de formation. Nous n’avons aucune information sur la ou les prises en charge extérieures. Je ne sais pas qui s’occupe de lui en dehors de l’école. De plus, j’ai rarement vu les parents. Cet élève a une bonne mémoire, il s’en sort sur tout ce qui concerne les apprentissages automatiques, il est rentré dans une lecture globale. MAIS entrer dans la syllabique, la combinatoire ce n’est pas possible pour l’instant. Je n’ai pas les moyens ni les connaissances pour l’aider et je ne dispose d’aucune formation pour m’aider à l’aider. Je suis obligé de faire avec mes propres moyens. Ni moi, ni les AESH ne sommes formés pour l’accueillir dans de véritables conditions d’inclusion. 4. Quelles seraient tes attentes pour améliorer cette inclusion ? J’aimerais un minimum de formation. Mes limites sont réelles, je n’ai pas été formé à enseigner aux élèves en situation de handicap « je ne sais pas faire ». En discutant avec la psychologue scolaire, on s’est rendu compte des limites de l’inclusion. Elle-même a des connaissances limitées dans le domaine de l’autisme. L’inclusion sociale est relativement bien faite. L’inclusion du handicap « y a rien ». Personne ne m’a jamais contacté pour m’expliquer quoi faire. La psychologue scolaire m’a donné des pistes mais encore une fois rien de vraiment spécifique à l’autisme. La loi de 2005 est une bonne loi, mais ce qui est mis en œuvre ne suffit pas. Ce qui devrait être mené pour que cette loi soit efficace n’est pas fait. Il n’y a ni les moyens humains ni les moyens financiers. Il est impossible de mettre en place une bonne inclusion sans les moyens. Nous avoir imposé une loi sans nous expliquer comment nous donne l’impression qu’il s’agissait d’une loi pour faire plaisir aux parents, à un électorat. Je suis incapable de le faire progresser comme il faudrait. L’année prochaine « qu’est qu’on va faire » ? Il va sûrement aller en ULIS. « Comment l’aider si nous ne sommes même pas formés ? ». Nous sommes dans un secteur géographique où les REP et les REP+ sont en grand nombre. Nous devons faire face à des problèmes économiques, sociaux. Nous avons beaucoup d’élèves en difficulté sans être dans le champ du handicap. J’ai été formé pour ces élèves en difficulté mais pas pour ceux en situation d’handicap. Je suis dans une classe avec un effectif idéal, je n’imagine même pas les collègues avec des classes à 30 et plus ! « On nous demande de réaliser des miracles ». Je me demande si les adultes en situation d’handicap sont eux-mêmes bien inclus dans notre société. Est-ce que les moyens mis en place sont à la hauteur de la loi ou est-ce juste pour faire plaisir à un électorat ? Quand j’étais en formation à l’IUFM c’était en 2004, la loi était en pleine conception. Je n’ai rien eu en relation avec l’ASH ou même l’idée d’accueillir des enfants en situation de handicap. Aujourd’hui, j’ai dix ans d’ancienneté et je n’ai toujours rien. La formation continue ne m’a pas non plus permis de pallier mes carences. Si on veut vraiment que les élèves soient dans une réelle inclusion, il faut former les PE pour qu’ils puissent répondre aux besoins. »...

<< Sommaire
notremetier.se-unsa

Scolarisation des eleves presentant des troubles autistiques : 50 emplois dedies pour l'annee scolaire 2016-2017 | Najat Vallaud-Belkacem 26/02/2016

«Pour rendre l'école toujours plus inclusive, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, donne la priorité cette année à l'adaptation des différents dispositifs de scolarisation pour répondre au mieux aux besoins des 260 000 enfants qui bénéficient aujourd'hui de parcours spécifiques. Cette priorité se décline pour les élèves présentant des troubles autistiques ou des troubles envahissants du développement (TED), de plus en plus nombreux à être scolarisés dans les établissements scolaires : ils étaient 26 347 en 2014-2015 contre 23 545 l'année précédente. L'augmentation est de plus de 30 % en 4 ans. Les 2/3 des enfants bénéficient de l'aide d'un d'auxiliaire de vie scolaire et 14 000 sont scolarisés au titre d'une unité d'enseignement. Dans la dynamique du troisième plan autisme, de nombreux efforts ont été accomplis afin de déployer une offre adaptée à la scolarisation des élèves avec TED, pour permettre une gradation de la prise en charge et une continuité des parcours. 30 nouvelles unités d'enseignement en maternelle ont ainsi été créées à la rentrée 2015. Elles s'ajoutent aux 30 unités ouvertes dans les écoles maternelles dès la rentrée 2014 afin de faciliter la scolarisation des enfants présentant des troubles du spectre autistique, en s'appuyant sur le déploiement d'interventions précoces, personnalisées, globales et coordonnées telles que recommandées par la Haute autorité de santé. Lors de l'année scolaire 2016/2017, ce sont 50 nouvelles unités d'enseignement en maternelle qui seront installées. Pour mieux répondre aux besoins de ces très jeunes enfants, certains départements disposeront ainsi de 2 dispositifs. Avec ces 50 emplois dédiés, 110 unités d'enseignement en maternelle auront été créées pour la scolarisation des jeunes enfants présentant des troubles autistiques. Ces initiatives seront prolongées par Najat Vallaud-Belkacem afin de renforcer la scolarisation en milieu ordinaire qui permet de meilleurs résultats éducatifs pour les élèves, ainsi qu'une plus grande ouverture à la différence de la part des autres élèves.»...

<< Sommaire
najat-vallaud-belkacem

Teacher-Peer Learning Can Boost Student Performance, Study Says - Teacher Beat - Education Week 26/02/2016

«What's one potential way to help a struggling teacher get better? Pairing her up with a teacher who's strong in that skill area, and giving the two of them room to work together, concludes a recent experimental study. I'm sure that any teacher reading this blog item right now is rolling her eyes and thinking, "no duh." After all, teachers have long clamored for more time to work together, learn from peers, and watch and critique instruction. And some earlier research also indicates that teachers' performance is influenced by their peers. But with this study, there's some pretty strong evidence that carefully designed efforts to this end could do a lot to help boost teacher quality...”and cost less than formal PD courses and graduate credits. "The one-on-one personalized approach to on-the-job training we study in this paper is apparently much more successful and much less costly" than many other forms of PD, the researchers write. The study was released as a working paper by the National Bureau of Economic Research. The research team includes John Papay, John Tyler, and Mary Laski of Brown University, and Eric Taylor of the Harvard Graduate School of Education. The experiment consisted of seven treatment schools and seven control schools in the Jackson-Madison County school district in Tennessee during the 2013-14 and 2014-15 school years. Using prior teacher-evaluation results, which are graded on a 1-to-5 scale, principals in the treatment matched up teachers who scored below a three on at least one of the evaluation's 19 skill areas with a teacher who had scored a four or higher on one of the skills. After a year, researchers examined test scores from students taught by the treatment and control group teachers. More than 300 teachers in all participated, although a smaller number were in grades and subjects that were tested and were included in the analysis. Learning from teacher colleagues In short, the study finds that the pairing of teachers in this manner bore fruit for student learning: Students taught by the teachers targeted for learning with a more-skilled peer learning scored higher than the average student taught by such a teacher in a control school, by about 0.12 of a standard deviation, on tests administered at the end of the 2014 school year. The effects persisted the following year, too. Explaining the effects poses some challenge, because the principals and researchers pretty much left the teachers alone to decide how to work together. But one thing seemed to matter: The improvements were strongest when a teacher weak in one area was matched with a colleague who was strong in that same area. In other words, the specific skill-matching made a difference, and the results weren't as strong when the paired teachers' skills areas of strength and weakness didn't line up. There's one other thing to note, which is that this system was tied to a formal teacher-evaluation system. The researchers postulate that teachers might have responded to the system (and its incentives and pressures) differently as a result...”perhaps one reason why it was successful, when other, informal mentoring and professional-development efforts haven't had an effect. Financial support for the research came from the Bill & Melinda Gates Foundation. (The Gates Foundation also supports coverage of college- and career-ready standards in Education Week.)»...

<< Sommaire
blogs.edweek

Autisme. La cour d'appel de Grenoble confirme le placement des enfants de Rachel - France 3 Alpes 26/02/2016


«La cour a donc décidé de ne pas revenir sur le placement, séparément, des trois enfants de Rachel D., âgés de 4, 6 et 9 ans, en famille d'accueil et en pouponnière. Ils auraient des troubles autistiques. Depuis le mois d'aout, cette mère, elle-même Asperger (une forme d'autisme), ne les voit plus. "Rachel est pourtant tout à fait apte à s'occuper de ses enfants", estime Me Sophie Janois, "elle aurait juste besoin d'un peu d'aide." Dans son arrêt, la cour estime cependant que les enfants ne sont pas autistes mais atteints d'un trouble envahissant du développement (TED). "Ils jouent sur les mots: quand on dit autiste, c'est un terme du langage courant. Le TED, avant ça s'appelait autisme, c'est un terme générique", explique l'avocate. En conclusion, la cour estime que "les mineurs doivent être protégés de la représentation invalidante et alarmiste que la mère a de ses enfants", selon un extrait de l'arrêt cité par l'avocate. Reportage Maxence Regnault et Cédric Lepoittevin Rachel privée de ses 3 enfants autistes Intervenantes: Maitre Sophie Janois, avocate de la mère de famille; Ghislaine Lubart, présidente de Envol Isère Autisme Le rapport d'une pédo-psychiatre Une pédo-psychiatre, mandatée dans le cadre d'une expertise judiciaire, "a nié l'autisme de ses enfants en disant que c'était la mère qui provoquait leurs symptômes", explique Me Sophie Janois. "Comme si on pouvait simuler un trouble du développement! Il faut être d'une incompétence crasse pour raisonner comme ça", s'énerve Danièle Langloys, présidente de l'association Autisme France Le juge des enfants a suivi l'avis de l'experte, estimant que Rachel créait "une représentation invalidante et alarmiste de ses enfants sans aucun fondement médical, ce qui leur est préjudiciable", selon un extrait du jugement de première instance cité par Me Janois, qui dénonce une "erreur judiciaire". Depuis leur placement, les trois enfants auraient toutefois été diagnostiqués autistes par l'équipe du Dr Sonié, médecin coordinateur du Centre de Ressources Autisme Rhône-Alpes, selon les associations. Près de deux cents associations soutiennent le combat "emblématique" de Rachel. Et le 25 janvier, devant le congrès d'Autisme France, la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées Ségolène Neuville s'est elle aussi dite "totalement mobilisée pour que cette maman puisse le plus rapidement possible retrouver ses trois enfants".»...

<< Sommaire
france3-regions.francetvinfo

FUN - L'Institut Pasteur ouvre son troisieme MOOC sur FUN 26/02/2016

«Ce MOOC couvrira les principaux sujets de pointe dans la recherche en neurosciences : évolution, développement, plasticité et pathologies du système nerveux. Un troisième MOOC (Massive Online Open course, ou cours en ligne ouvert et massif) de l'Institut Pasteur, intitulé « From Neurons to behavior », sera ouvert au public à partir du 16 mai prochain, sur la plateforme France Université Numérique (FUN). Ce MOOC couvrira les principaux sujets de pointe dans la recherche en neurosciences : évolution, développement, plasticité et pathologies du système nerveux. Ce MOOC ouvrira de plus, dans ses dernières séances, des perspectives fascinantes sur les liens entre microbiote et cerveau, une thématique de recherche en plein essor à l'Institut Pasteur. Porté par Pierre-Marie Lledo, directeur du département de Neuroscience de l'Institut Pasteur, ce MOOC fera intervenir pas moins de 26 intervenants de haut niveau. Ce troisième cours en ligne de l'Institut Pasteur fait suite au succès de ses deux premiers MOOC, consacré respectivement aux concepts et méthodes en épidémiologie, puis à la vaccinologie, ayant chacun mobilisé plus de trois mille apprenants à chaque session, dont deux sessions déjà organisées pour le MOOC en épidémiologie. Le MOOC Vaccinologie de l'Institut Pasteur a su convaincre un large public, bien qu'il soit destiné uniquement aux personnes ayant une formation médicale ou scientifique et ne s'adresse pas au grand public. Sa diffusion sur une plateforme française ne l'a pas empêché de rencontrer une large audience issue de 116 pays. Près de trois quarts des apprenants étaient situés à l'étranger, dont 13% aux Etats-Unis. Ces chiffres témoignent de la capacité pour la plateforme FUN d'accueillir une grande diversité d'apprenants. Trois MOOC supplémentaires sont prévus pour l'année 2016, renforçant encore la présence de l'Institut Pasteur dans le monde de l'enseignement. La plateforme FUN s'affirme progressivement comme un acteur majeur des MOOC dans le monde, en proposant des enseignements en ligne tant en français qu'en anglais. L'Institut Pasteur entend amplifier encore son ouverture aux enseignements en ligne et renforcer son offre de MOOC, en étroit partenariat avec le Réseau international des instituts Pasteur. Pour accéder au cours et s'inscrire Dans la même catégorie Sur les pas des combattants de Verdun : 1916 - 2016 Lancement du teaser du MOOC « Former & développer les compétences dans le secteur alimentaire » Vos prochains MOOC sur FUN dès la mi-février Articles mis en avant Sur les pas des combattants de Verdun : 1916 - 2016 La plate-forme FUN s'offre une petite coupe de printemps Lancement du teaser du MOOC « Former & développer les compétences dans le secteur alimentaire »»...

<< Sommaire
fun-mooc

Saint-Ouen : un autiste de 11 ans aurait ete agresse lors d'une classe de neige 26/02/2016

«Un enfant autiste de 11 ans aurait subi des agressions sexuelles de la part d'un camarade de classe lors d'un voyage au ski avec son école de Saint-Ouen. Une enquête a été ouverte. Illustration. Un enfant autiste de 11 ans aurait subi des agressions sexuelles de la part d'un camarade de classe lors d'un voyage au ski avec son école de Saint-Ouen. Une enquête a été ouverte. (LP/Yann Foreix.) Mehdi*, un enfant autiste Asperger de 11 ans, a-t-il été agressé sexuellement par un de ses camarades de classe lors du voyage au ski organisé par son école de Saint-Ouen fin janvier ? A ce jour, rien n'est établi mais, suite à un rapport de la direction académique, une enquête a été ouverte et confiée à la brigade des mineurs du service départemental de la police judiciaire (SDPJ). «C'est la deuxième fois que mon fils partait au ski avec sa classe de CM 2, raconte, bouleversé, le papa de Mehdi. Il était ravi. Mais, là bas, j'ai senti que ça se passait mal. Alors qu'il s'exprime parfaitement, il nous a écrit deux petites lettres roulées en boule. » Le soir de son retour à Saint-Ouen, Mehdi va très mal. «Il a fini par nous dire, non sans mal, qu'un enfant de sa classe l'avait pris pour un esclave. Mais rien de plus. » L'enfant entendu par la police judiciaire Le lendemain, le père de Mehdi reçoit un appel téléphonique de la direction académique de Bobigny qui l'informe des faits présumés. Quelques jours plus tard, Medhi est entendu par les policiers du SDPJ. «Mon fils, qui est autiste Asperger, s'est retrouvé seul dans la même chambre qu'un camarade de classe connu pour être un enfant très difficile. Ce garçon l'aurait obligé à faire des choses dégradantes », raconte le père de Mehdi, qui s'interroge : «Pourquoi n'étaient-ils que deux dans cette chambre alors que la plupart des autres enfants étaient à plusieurs ? Pourquoi aussi a-t-on mis mon fils, qui souffre d'un handicap, avec un enfant réputé perturbateur ? » Autre question : Mehdi aurait-il du être accompagné lors de ce voyage d'une auxiliaire de vie scolaire (AVS), comme c'est le cas le reste de l'année ? «Ni l'Education nationale, ni l'Office Vacances Loisirs, qui gère le site de colonie de vacances, ne nous avait fait de demande d'AVS pour cet enfant », remarque William Delannoy, le maire (UDI) de Saint-Ouen.»...

<< Sommaire
leparisien

Eglantine Emeye accusee de ''maltraiter'' son fils autiste, repond a la polemiq... 26/02/2016

«Invitée hier soir dans Le Grand Journal, Eglantine Eméyé a mis les points sur les i et expliqué n'avoir jamais "jamais voulu faire de mal" à son fils Samy, polyhandicapé et autiste. Il y a deux ans, Eglantine Eméyé proposait au public de se plonger dans le dur quotidien de son fils Samy, 8 ans, polyhandicapé et autiste, au travers du documentaire Mon fils, un si long combat, diffusé sur France 5. Mais une séquence du film avait provoqué une levée de boucliers de la part de certains parents et militants de la cause des autistes. Une séquence dans laquelle on voyait l'animatrice utiliser sur son fils la méthode controversée du "packing", qui consiste à emmailloter les autistes dans des draps humides et froids pour les apaiser. "Très attaquée sur cette histoire" depuis la diffusion du documentaire, Eglantine Eméyé a décidé de répondre une fois pour toutes à la polémique hier soir lors de son passage dans Le Grand Journal de Canal +. "Les gens n'entendent que ceux qu'ils veulent alors je vais faire une mise au point : je n'ai jamais dit que c'était une méthode universelle à appliquer auprès de tous les enfants autistes, j'ai simplement demandé le droit à en faire bénéficier mon fils, qui en a besoin parce que c'est un cap très sévère avec de l'automutilation", a souligné l'animatrice, qui a également écrit un livre sur son combat, Le Voleur de brosses à dents, paru l'an dernier. "J'ai prouvé dans ce documentaire qui mon fils n'était pas maltraité. Je n'ai jamais voulu faire de mal à mon fils", a conclu Eglantine Eméyé. Closer.fr vous propose de visionner la séquence.»...

<< Sommaire
closermag

Eglantine Emeye accusee de ''maltraiter'' son fils autiste, repond a la polemiq... 26/02/2016

«Invitée hier soir dans Le Grand Journal, Eglantine Eméyé a mis les points sur les i et expliqué n'avoir jamais "jamais voulu faire de mal" à son fils Samy, polyhandicapé et autiste. Il y a deux ans, Eglantine Eméyé proposait au public de se plonger dans le dur quotidien de son fils Samy, 8 ans, polyhandicapé et autiste, au travers du documentaire Mon fils, un si long combat, diffusé sur France 5. Mais une séquence du film avait provoqué une levée de boucliers de la part de certains parents et militants de la cause des autistes. Une séquence dans laquelle on voyait l'animatrice utiliser sur son fils la méthode controversée du "packing", qui consiste à emmailloter les autistes dans des draps humides et froids pour les apaiser. "Très attaquée sur cette histoire" depuis la diffusion du documentaire, Eglantine Eméyé a décidé de répondre une fois pour toutes à la polémique hier soir lors de son passage dans Le Grand Journal de Canal +. "Les gens n'entendent que ceux qu'ils veulent alors je vais faire une mise au point : je n'ai jamais dit que c'était une méthode universelle à appliquer auprès de tous les enfants autistes, j'ai simplement demandé le droit à en faire bénéficier mon fils, qui en a besoin parce que c'est un cap très sévère avec de l'automutilation", a souligné l'animatrice, qui a également écrit un livre sur son combat, Le Voleur de brosses à dents, paru l'an dernier. "J'ai prouvé dans ce documentaire qui mon fils n'était pas maltraité. Je n'ai jamais voulu faire de mal à mon fils", a conclu Eglantine Eméyé. Closer.fr vous propose de visionner la séquence.»...

<< Sommaire
closermag

Handicap et protection de l'enfance : la France persiste et signe, les enfants « saignent » 22/02/2016

«Le 20 novembre 2015, le défenseur des droits avait rendu public un rapport inédit dont le titre était déjà pour le moins éloquent : « Handicap et protection de l'enfance : des droits pour des enfants invisibles ». Le 4 février dernier, c'est le comité des droits de l'enfant de l'ONU qui a critiqué la France à la suite de l'audition de celle-ci les 13 et 14 janvier 2016. L'UNICEF avait été déjà particulièrement critique vis-à-vis de la France dans son rapport de juin 2015. Le Conseil de l'Europe était même allé, fait rarissime, jusqu'à relever l'hypocrisie de l'Etat français qui, plutôt que de mettre en place les moyens nécessaires à la scolarisation en milieu ordinaire des enfants présentant un handicap en France, préférait payer des établissements scolaires en Belgique pour le faire. Ainsi, le comité des droits de l'enfant de l'ONU « réitère sa précédente recommandation pour que le système de collecte de données couvrant tous les domaines de la convention des droits de l'enfant » permette le suivi et l'évaluation des politiques et projets en faveur des droits de l'enfant. Or il est bien triste de constater que jusqu'à présent c'est l'absence de statistiques qui prévaut concernant les enfants en âge d'être scolarisés et relevant d'un handicap au sens de l'éducation nationale et du ministère de la santé. Ce défaut de données précises a pour conséquence de maintenir une grande ambiguité sur les besoins de ces enfants et l'absence criante de moyens mis en place par l'Etat. Le Comité des droits de l'enfant de l'ONU rappelle une nouvelle fois sa préoccupation concernant « les cas de mauvais traitements des enfants handicapés dans les institutions et la surveillance indépendante insuffisante de ces institutions. » Il s'alarme plus particulièrement de la technique du « packing » concernant des enfants atteints du trouble du spectre autistique (TSA) (enveloppement et contention de l'enfant dans des draps humides et froids), ce qui s'apparente à « des mauvais traitements » et qui n'est toujours pas interdit par la loi française et se pratique toujours dans certains établissement.»
[...]
«Le comité des droits de l’enfant de l’ONU encore une fois « prie instamment la France d’accroître les initiatives pour prévenir et lutter contre les causes profondes des mauvais traitements des enfants dans les institutions, et notamment mettre en place des mécanismes capables de procéder à des inspections régulières et efficaces indépendamment des institutions de contrôle ».Comme je l’écrivais le 7 décembre dernier, il faut cesser d’exclure ou de parquer dans des structures inadaptées (IME et ITEP) des enfants qui n’ont rien à y faire et qui forcement y régressent en espérant que les parents affligés, ne se plaindront pas trop fort. Malheureusement, tout un pan de la médecine psychiatrique française (école psychanalytique) s’acharne à traiter des troubles neurologiques chez les enfants, comme des troubles liés à des carences éducatives, affectives ou familiales, alors que les neurosciences ont démontré qu’il n’en est rien. Le comité s’inquiète également d’une trop grande pratique des représailles contre les enfants et les familles alors que c’est le système qui est défaillant. Pour ma part je crois fermement qu’il faut que les recours manifestement abusifs aux procédures de « l’information préoccupante » ou du « signalement » pour faire taire les parents et les associations de défense des enfants à besoins particuliers soient sanctionnées. Aujourd’hui ce n’est pas possible. Enfin, il est plus que temps que notre pays mette un terme à un système d’exclusion généralisé qui s’auto génère et s’autofinance avec l’argent de la sécurité sociale. (Ecole, médico-social, Aide Social à l’Enfance) Car la suite logique est que, le comité des droits de l’enfant de l’ONU s’alarme une nouvelle fois de la surreprésentation des enfants handicapés dans les établissements de l’ASE (Aide Social à l’enfance) Ces pratiques d’un autre temps de la gestion du handicap et du handicap à l’école bloquent le système de la protection de l’enfance. L’Aide Sociale à l’Enfance ne peut plus protéger les enfants qui devraient l’être, elle gère l’affluence. Nous devons briser cette spirale infernale de l’exclusion. Pour y arriver, il faut que les services de l’état et les prises en charge thérapeutiques des enfants changent : « L’accueil des enfants présentant un handicap à l’école ne doit plus être abordé par l’état français comme un service que l’on rendrait aux parents en accueillant leurs enfants mais réellement comme un droit de l’enfant à être scolarisé ». Et les enfants qui ont des troubles d’origines neurologiques doivent pouvoir être pris en charge par des soignants et des personnels accompagnants formés à leurs troubles. Des milliards d’euros de soins inadaptés sont dépensés chaque année par la sécurité sociale. Les moyens financiers sont donc là. S’ils étaient employés à bon escient cela permettrait à des dizaines de milliers d’enfants d’être scolarisés en milieu ordinaire, dans de bonnes conditions et de recevoir des soins adaptés. »...

<< Sommaire
blog.lavant-garde

Mothers’ Depressive State ‘Distorts’ the Ratings of Depression they give for their Sons with an Autism Spectrum Disorder 21/02/2016

«Abstract Depression is highly prevalent in children who have an Autism Spectrum Disorder (ASD), potentially confounding accurate diagnosis and treatment planning. Although information about the depressive status of a child is often collected from parents, there is evidence of distortion in parental assessments of their offspring's depression. This distortion was investigated in a sample of 132 mothers of boys with an ASD. Results indicated that, as predicted from previous studies, there was a significant correlation between the depressive state of the mothers and the ratings they gave for their sons' depression. However, in contradiction to the expected influence direction, mothers who were minimally depressed under-estimated their sons' depression when cross-validated by structured clinical interviews for depression conducted by a third party, rather than mothers who were more severely depressed exaggerating their sons' depression. Implications for clinical assessment of the presence of depression in boys with an ASD are discussed.»...

<< Sommaire
tandfonline

A Review of Play Interventions for Children with Autism at School - International Journal of Disability, Development and Education - Volume 63, Issue 1 21/02/2016

«Abstract Play is an important aspect of children's development and its value to education has been widely explored. However, play in children with disabilities and especially children with autism may be restricted when compared to that of their non-disabled peers of similar age and abilities. Moreover, play has been neglected to a certain extent in school practice due to the focus many teachers place on academic attainments and the difficulty in engaging autistic children in play activities. Children spend most of their time in schools as opposed to attending interventions individually. School based research can improve the educational outcomes for autistic children and, therefore, there is a pressing need for more research to be conducted in school settings. The current literature review aims to: (i) identify empirical studies using interventions to develop play skills in autistic children at school, and (ii) explore the features of play skills targeted in these studies. A systematic search of two electronic databases: (i) PsycINFO, and (ii) Education Resources Information Center (ERIC) has been conducted between 2000 and 2014. Fourteen papers were collected and the findings suggest that a significant number of studies have been conducted in schools exploring a wide range of play skills. Strengths and limitations of the reviewed studies are given as well as implications for practice and future research. Conclusions are discussed in the light of the high ecological validity of real world studies and the need to bridge the gap between academic research and school practice.»...

<< Sommaire
tandfonline

Early behavior therapy effective in treating ADHD prior to medication 21/02/2016

«According to new research, early intervention, behavior therapy is more effective at treating the symptoms of ADHD, prior to the use of prescription medication, such as Ritalin or Adderall. A study published Thursday in the Journal of Clinical Child & Adolescent Psychology finds that symptoms of ADHD are mitigated faster if early behavior therapy is implemented prior to the use of any prescription drugs. The yearlong study looked at 146 children ages 5 to 12 who had an ADHD diagnosis. Oftentimes, once a diagnosis is made and the severity of symptoms is determined, clinicians will opt to prescribe one of these drugs, as they have been effective in alleviating some of the challenges inherent to ADHD. The diagnostic criteria for ADHD are far-reaching, but include: Inattention, including often fails to give close attention to details or makes careless mistakes in schoolwork, at work, or with other activities; often has trouble holding attention on tasks or play activities; often does not seem to listen when spoken to directly; often does not follow through on instructions and fails to finish schoolwork, chores, or duties in the workplace (e.g., loses focus, side-tracked); often has trouble organizing tasks and activities; often avoids, dislikes, or is reluctant to do tasks that require mental effort over a long period of time (such as schoolwork or homework); often loses things necessary for tasks and activities (e.g. school materials, pencils, books, tools, wallets, keys, paperwork, eyeglasses, mobile telephones); is often easily distracted; is often forgetful in daily activities. Hyperactivity and Impulsivity, including often fidgets with or taps hands or feet, or squirms in seat; often leaves seat in situations when remaining seated is expected; often runs about or climbs in situations where it is not appropriate (adolescents or adults may be limited to feeling restless); often unable to play or take part in leisure activities quietly; is often "on the go" acting as if "driven by a motor"; often talks excessively; often blurts out an answer before a question has been completed; often has trouble waiting his/her turn; often interrupts or intrudes on others (e.g., butts into conversations or games). Several inattentive or hyperactive-impulsive symptoms were present before age 12 years. Several symptoms are present in two or more setting, (such as at home, school or work; with friends or relatives; in other activities). There is clear evidence that the symptoms interfere with, or reduce the quality of, social, school, or work functioning. The symptoms are not better explained by another mental disorder (such as a mood disorder, anxiety disorder, dissociative disorder, or a personality disorder). The symptoms do not happen only during the course of schizophrenia or another psychotic disorder. In this study, outcomes across each of these symptoms were significantly better for those who started with the early behavior therapy rather than those who started with medication. If medications were necessary as a secondary treatment for children with more severe ADHD symptoms, lower doses were required than the typical prescribed dosage. Furthermore, a second study published in the same journal looked at cost-effectiveness across various treatments and found that behavior therapy ended up costing approximately $700 less than the group who only took medication. The results of this study are consistent with research which has found that early intervention behavior therapy is effective at treating the symptoms of developmental delays such as autism, Down syndrome and ADHD. Behavior treatment for symptoms of ADHD will vary depending on each child's needs, but can include targeting social skills and attending to various activities in the absence of the aforementioned behaviors.»...

<< Sommaire
examiner

« Votre enfant ne parlera jamais...¦ | «L'Autistoide 20/02/2016

«En 2013, au téléphone, mon fils de vingt-huit ans : « tu sais Maman, des fois je me demande si je ne serais pas autiste...¦ ». Alors je lui ai raconté notre histoire...¦ Janvier 1989, dans un CMPP d'une grande ville, quelque part en France, un pédopsychiatre nous reçoit : « D'après mes observations et le bilan remis par la psychomotricienne1, votre fils est autiste.

• autiste ?! (Son père et moi incrédules) - oui, il est autiste. Il va falloir vous préparer à faire le deuil de votre enfant. Il ne parlera jamais et ne pourra pas suivre une scolarité normale.
• mais, selon vous, quelles sont les causes de cet...¦ autisme ? - en général, ce dysfonctionnement est le produit d'une attitude maternelle froide, d'une relation distante entre la mère et l'enfant.
• pourtant, il a été allaité durant plus de deux ans et je suis très proche de lui. Si nous ne communiquons pas par la parole, nous communiquons énormément par le dessin et les images...¦ - alors dans votre cas ce doit être le contraire : vous êtes trop fusionnelle avec votre fils. Ou alors c'est un mélange des deux : trop distante sur certains points, et trop fusionnelle dans d'autres domaines.
• mais je ne suis pas surprotectrice non plus, il est très indépendant et je respecte cela ! - peut-être, mais sans doute y a-t-il chez vous quelque chose qui ne va pas entre vous et votre fils, quelque chose qui doit remonter à votre propre enfance, mais ça peut aussi venir de la relation au père, ou entre le père et vous. Ça peut aussi être lié à la naissance de sa petite soeur...¦ En tous cas, il n'ira pas à l'école et devra être placé dans un institut médico-éducatif, car ces enfants doivent être éloignés de leur famille pour éviter une aggravation de leur comportement. Vous devrez aussi suivre dorénavant une thérapie familiale pour protéger sa petite soeur.»...

<< Sommaire
lautistoide.wordpress

les dys en 2016 - YouTube 20/02/2016

«une mise au point sur les dys : c'est quoi les dys- ; responsabilité des professionnels d'évaluation et de soin de transmettre des informations ; guérir l'enfant ou permettre la scolarité...»...

<< Sommaire
youtube

Numerique et handicap - Plateforme ''lire-ensemble.com'' - Eduscol 20/02/2016

«"Lire-ensemble.com" une plateforme web ambitieuse et productive, afin d...˜offrir aux enfants sourds des ouvrages qui leur sont accessibles. Elle a été retenue par la Direction du numérique pour l'éducation dans le cadre du dispositif de soutien à projet de la Commission multimédia. Description du portail Vers une liberté d'utilisation Description du portail La plateforme Web " lire-ensemble.com" vise à la création : D'ouvrages adaptés en langue des signes (accessibles aux plus jeunes, sourds comme entendants), ainsi que des activités numériques pour l'entrée élèves des cycles 1 et 2 dans la langue des signes. Ces programmes seront disponibles sur support dévédérom mais également en ligne, et notamment sur les supports nomades. D'un logiciel « auteur » convivial à destination des enseignants et des éducateurs pour construire leurs propres supports à partir de modèles d'activités bilingues et éventuellement, les diffuser en ligne. La réflexion qui accompagne ces développements repose sur des apports théoriques qui sont confrontés à l'introduction d'une nouvelle langue ayant la particularité d'être visuelle. Découvrir la plateforme Accéder à la plateforme lire-ensemble.com Vers une liberté d'utilisation Les données en ligne (vidéos, illustrations, activités) seront totalement libres de droit. Le logiciel auteur sera disponible gratuitement sur les sites de l'Education nationale et commercialisé pour les autres utilisateurs. Les ressources produites sont gratuites et d'accès libre pour les établissements et les enseignants relevant de l'Education nationale.»...

<< Sommaire
eduscol.education

La question du placement abusif d'enfants autistes au coeur d'un proces en Isere | Place Gre'net 19/02/2016

«La justice reviendra-t-elle sur sa décision ce jeudi 25 février ? Fin janvier, Rachel, mère de famille de Saint-Marcellin, a en effet fait appel de la décision du tribunal de Grenoble qui lui a retiré la garde de ses trois enfants en aout dernier. Motif : elle serait atteinte, d'après une expertise judiciaire, « d'aliénation parentale ». Son avocate dénonce un placement abusif. Au centre du procès, la question délicate du diagnostic de l'autisme. Rassemblement à l'initiative d'Envol Isère autisme, sous la forme d'une chaine de solidarité, en soutien à Rachel lors de son procès en appel, le 22 janvier 2016.
• DR Chaine de solidarité à l'initiative d'Envol Isère autisme, en soutien à Rachel lors de son procès en appel, le 22 janvier 2016. DR « Des audiences avec ce type de problème, j'en fais presque toutes les semaines », déclarait Sophie Janois, l'avocate de Rachel, à la sortie de l'audience d'appel du procès opposant la jeune femme à l'Aide sociale à l'enfance (Ase) de l'Isère, le 22 janvier dernier. Le 10 juillet 2015, la jeune maman de 29 ans s'était vu retirer la garde de ses trois enfants par décision de justice. Aucun recours n'a ensuite pu faire bouger les lignes. Le 10 aout 2015, les enfants ont été placés en structure d'accueil. « Voilà pourquoi l'affaire de Rachel est très emblématique et symptomatique d'un scandale énorme, à savoir, le placement abusif d'enfants autistes ! », dénonce l'avocate.»...

<< Sommaire
placegrenet

Vers plus d'equite dans la compensation du handicap, Marisol Touraine et Segolene Neuville annoncent le lancement de la concertation et des travaux 19/02/2016

«Conformément aux orientations fixées par le Président de la République à l'occasion de la dernière Conférence nationale du handicap, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, lanceront, dans les prochains jours, la concertation et les travaux relatifs à la prestation de compensation du handicap (PCH). Un groupe de travail et de concertation associant les associations représentatives des personnes handicapées, membres du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), permettra de faire des propositions visant une meilleure équité dans l'attribution de la PCH. Ce groupe abordera notamment : l'aide à la parentalité, la possibilité d'ouvrir la PCH au-delà de 75 ans, la mise en commun de la PCH en mutualisant cette aide entre plusieurs personnes lorsque les besoins sont similaires ; la mise en place d'un recours subrogatoire, recommandé par l'Inspection générale des Affaires sociales (IGAS) et l'Inspection générale de l'Administration en 2011 (IGA) ; Les premières conclusions de ce groupe de travail et de concertation sont attendues pour septembre 2016.»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Correcteur d'orthographe et de grammaire gratuit en ligne 19/02/2016

«Pourquoi ce correcteur corrige-t-il les fautes avec autant de précision ? Notre technologie unique (analyse de la phrase - détection des sujets, verbes, compléments), issue de plus de 20 années de recherche de linguistes et de spécialistes du traitement automatique de la langue, permet au logiciel de correction de comprendre, analyser et donc de mieux corriger le texte, notamment pour la grammaire et les accords.»
[...]
«La richesse de nos dictionnaires, conçus par des lexicographes et enrichis chaque année de nouveaux mots, assure une couverture lexicale sans équivalent y compris dans des domaines professionnels spécifiques comme le juridique, le médical, les métiers techniques et du bâtiment. Une véritable analyse sémantique des textes permet de corriger plus de fautes d'homophonies et d'accords du participe passé. La prise en compte de millions de fautes issues de Wikipédia et de textes divers garantit non seulement que les fautes courantes sont bien corrigées mais aussi que le contexte d'usage des mots est pris en compte (mots avant, mots après). »...

<< Sommaire
cordial-enligne

5 outils pour une orthographe irreprochable 19/02/2016

«Pratique : Avoir une orthographe soignée est important dans la vie professionnelle. Pourtant, entre les abréviations liées à l'usage des téléphones portables et autres messageries instantanées et les anglicismes fréquents, il est facile d'y perdre son français. Voici cinq outils pour le retrouver.»...

<< Sommaire
zdnet

Sante : l'inquietante explosion des derives sectaires 19/02/2016

«Le président de la Mission contre les dérives sectaires, Serge Blisko, sonne l'alarme : les charlatans prospèrent sur le dos des malades vulnérables, à l'image de ce gourou mis en examen pour abus de faiblesse. Serge Blisko, médecin, président de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) depuis 2012, constate l'inquiétante montée en puissance des dérives sectaires dans le domaine de la santé. Quelle est l'ampleur du phénomène ? SERGE BLISKO. Sur les 2 500 à 3 000 signalements qui nous sont faits chaque année, 4 0 % concernent désormais le domaine de la santé, une proportion qui a doublé en trois ans. C'est d'autant plus préoccupant que par essence, nous n'avons qu'une vision partielle du phénomène, beaucoup de victimes se sentant trop honteuses pour en parler.»
[...]
«Comment expliquer que ces affaires touchent particulièrement le domaine de la santé ? Il y a aujourd’hui en France entre dix et quinze millions de personnes qui souffrent d’une affection de longue durée et qui doivent prendre un traitement, parfois à vie. Cela nourrit une angoisse permanente qui, ajoutée à la froideur technicienne de la médecine conventionnelle et à l’effondrement du maillage des médecins de famille, fait d’eux des proies potentielles. C’est particulièrement vrai avec le cancer, une pathologie très déstabilisante. Les malades sont de plus en plus nombreux et vivent plus longtemps, ce qui génère un véritable marché dont on peine à mesurer le poids économique… Mais on doit aussi s’inquiéter de ces pseudo-thérapeutes, dont certains sont particulièrement déviants, qui proposent, sous couvert de coaching ou de développement personnel et à la façon des marabouts, de régler tous vos problèmes. On assiste enfin à des dérives dans le domaine de la vaccination, nourries d’une forme de défiance envers les laboratoires. »...

<< Sommaire
m.leparisien

Pesticides : bataille de chiffres entre Libe et Cash Investigation 19/02/2016

«Jeu, set et match pour Libération ? Accusé par la rubrique "Désintox" de Libération d'utiliser des chiffres "bidon" sur les pesticides dans son émission du 2 février 2016, Cash Investigation s'était déjà défendu. Insuffisant pour Libé, qui publie aujourd'hui un nouvel article, chiffres à l'appui, intitulé : "Cash Investigation a toujours tort". [Cliquez pour zoomer : nouveau media] > Cliquez sur l'image pour un gros plan < Libe.fr, 17/02/2016 La bataille de chiffres continue, après la diffusion mardi 2 février, d'un numéro de Cash Investigation intitulé "Produits chimiques : nos enfants en danger". Dans le premier épisode, Libé avait relevé une "grosse confusion" dans les chiffres de France 2. L'émission affirmait, à plusieurs reprises, que 97% des denrées alimentaires contenaient des résidus de pesticide. "Bidon" pour la rubrique "Désintox" de Libé qui est retourné voir le rapport, publié en 2013, par l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa), sur lequel se base l'équipe de Cash. Le rapport explique bien que plus de 97 % des aliments contiennent des résidus de pesticides, mais "dans les limites légales". Ce que ne précise pas Cash, et qui change tout selon Libé : "En fait, l'étude écrit clairement dès son introduction que 97,4 % des échantillons ne dépassent pas les limites de pesticides autorisées par l'UE (maximum residue level, MRM) alors que 2,6 % les dépassent". Plus loin dans le rapport, on découvre aussi que dans ces 97%, on trouve 54,6 % ne contenant "aucun résidu [de pesticide] détectable". En réponse, l'émission assure, sur le site de son producteur Premières Lignes, que ces 54,6% d'aliments sans résidus détectables contenaient en réalité des pesticides mais dans des quantités non mesurables. Cette défense ne tient pas la route pour Libé qui revient à la charge avec un nouvel article intitulé : "Cash Investigation a toujours tort". "Martin Boudot se trompe. Dans les 54,6%, il y a bien certains aliments qui présentent des traces de pesticides en quantité tellement infimes qu'on ne peut pas les quantifier...¦ mais il y en a aussi, contrairement à ce qu'il affirme, qui n'ont donné lieu à aucune détection du tout." L'étude de 2012 qui change tout ? Une bataille de chiffres difficile à arbitrer, d'autant que toutes les études citées, et par Cash et par Libé, s'appuient sur la limite de quantification, sous laquelle les aliments sans aucune trace de résidu détecté sont rangés avec ceux dans lesquels ont été détectées des traces inquantifiables. Pour enfoncer le clou, les journalistes de "Désintox" dégainent une autre étude, datant de 2012 : celle de la Direction Générale de l'Alimentation (DGAL) qui, jusqu'à cette date, effectuait des analyses plus poussées, permettant d'aller au-delà de cette fameuse "limite de quantification".»...

<< Sommaire
arretsurimages

Pesticides : bataille de chiffres entre Libe et Cash Investigation 19/02/2016

«Jeu, set et match pour Libération ? Accusé par la rubrique "Désintox" de Libération d'utiliser des chiffres "bidon" sur les pesticides dans son émission du 2 février 2016, Cash Investigation s'était déjà défendu. Insuffisant pour Libé, qui publie aujourd'hui un nouvel article, chiffres à l'appui, intitulé : "Cash Investigation a toujours tort". [Cliquez pour zoomer : nouveau media] > Cliquez sur l'image pour un gros plan < Libe.fr, 17/02/2016 La bataille de chiffres continue, après la diffusion mardi 2 février, d'un numéro de Cash Investigation intitulé "Produits chimiques : nos enfants en danger". Dans le premier épisode, Libé avait relevé une "grosse confusion" dans les chiffres de France 2. L'émission affirmait, à plusieurs reprises, que 97% des denrées alimentaires contenaient des résidus de pesticide. "Bidon" pour la rubrique "Désintox" de Libé qui est retourné voir le rapport, publié en 2013, par l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa), sur lequel se base l'équipe de Cash. Le rapport explique bien que plus de 97 % des aliments contiennent des résidus de pesticides, mais "dans les limites légales". Ce que ne précise pas Cash, et qui change tout selon Libé : "En fait, l'étude écrit clairement dès son introduction que 97,4 % des échantillons ne dépassent pas les limites de pesticides autorisées par l'UE (maximum residue level, MRM) alors que 2,6 % les dépassent". Plus loin dans le rapport, on découvre aussi que dans ces 97%, on trouve 54,6 % ne contenant "aucun résidu [de pesticide] détectable". En réponse, l'émission assure, sur le site de son producteur Premières Lignes, que ces 54,6% d'aliments sans résidus détectables contenaient en réalité des pesticides mais dans des quantités non mesurables. Cette défense ne tient pas la route pour Libé qui revient à la charge avec un nouvel article intitulé : "Cash Investigation a toujours tort". "Martin Boudot se trompe. Dans les 54,6%, il y a bien certains aliments qui présentent des traces de pesticides en quantité tellement infimes qu'on ne peut pas les quantifier...¦ mais il y en a aussi, contrairement à ce qu'il affirme, qui n'ont donné lieu à aucune détection du tout." L'étude de 2012 qui change tout ? Une bataille de chiffres difficile à arbitrer, d'autant que toutes les études citées, et par Cash et par Libé, s'appuient sur la limite de quantification, sous laquelle les aliments sans aucune trace de résidu détecté sont rangés avec ceux dans lesquels ont été détectées des traces inquantifiables. Pour enfoncer le clou, les journalistes de "Désintox" dégainent une autre étude, datant de 2012 : celle de la Direction Générale de l'Alimentation (DGAL) qui, jusqu'à cette date, effectuait des analyses plus poussées, permettant d'aller au-delà de cette fameuse "limite de quantification".»...

<< Sommaire
arretsurimages

Should all young children be screened for autism? - CNN.com 18/02/2016

«Sparking strong reaction from doctors and child development experts, an influential task force says there's "insufficient evidence" to argue definitely that the benefits of screening all young children for autism outweigh the harms. "There's not enough evidence for us to recommend for or against screening in children for autism under 30 months," said David Grossman, vice chair of the U.S. Preventive Services Task Force and a Seattle pediatrician. "Clinicians need to make a judgment on their own about whether to screen. There is no right answer on that." The findings, which apply to children between the ages of 18 months and 30 months who haven't exhibited any signs of the disorder, were published Tuesday in JAMA. But some health professionals worry the position could result in pediatricians missing opportunities for early intervention, and could exacerbate disparities in treating autism.»...

<< Sommaire
edition.cnn

New MU research finds link between trouble sleeping and behavioral problems in autistic children 18/02/2016

«New research from the University of Missouri has found associations between trouble sleeping and behavioral problems in children with Autism Spectrum Disorder (ASD). "Past research has found that children with ASD often have trouble sleeping at night. Many children with ASD also struggle with regulating their behavior during the day," said Micah Mazurek, assistant professor of health psychology in the MU School of Health Professions and the Thompson Center for Autism and Neurodevelopmental Disorders and co-author of the study. "Research on children without ASD has found that lack of sleep can contribute to these behavioral problems. In this study, we were specifically interested in whether sleep is related to challenging behavior in children with ASD."»...

<< Sommaire
news-medical

Neuroscientists reverse autism symptoms 18/02/2016

«In a study of mice, MIT researchers have now shown that they can reverse some of those behavioral symptoms by turning the gene back on later in life, allowing the brain to properly rewire itself. "This suggests that even in the adult brain we have profound plasticity to some degree," says Guoping Feng, an MIT professor of brain and cognitive sciences. "There is more and more evidence showing that some of the defects are indeed reversible, giving hope that we can develop treatment for autistic patients in the future." Feng, who is the James W. and Patricia Poitras Professor of Neuroscience and a member of MIT's McGovern Institute for Brain Research and the Stanley Center for Psychiatric Research at the Broad Institute, is the senior author of the study, which appears in the Feb. 17 issue of Nature. The paper's lead authors are former MIT graduate student Yuan Mei and former Broad Institute visiting graduate student Patricia Monteiro, now at the University of Coimbra in Portugal. Boosting communication The Shank3 protein is found in synapses...”the connections that allow neurons to communicate with each other. As a scaffold protein, Shank3 helps to organize the hundreds of other proteins that are necessary to coordinate a neuron's response to incoming signals. Studying rare cases of defective Shank3 can help scientists gain insight into the neurobiological mechanisms of autism. Missing or defective Shank3 leads to synaptic disruptions that can produce autism-like symptoms in mice, including compulsive behavior, avoidance of social interaction, and anxiety, Feng has previously found. He has also shown that some synapses in these mice, especially in a part of the brain called the striatum, have a greatly reduced density of dendritic spines...”small buds on neurons' surfaces that help with the transmission of synaptic signals. In the new study, Feng and colleagues genetically engineered mice so that their Shank3 gene was turned off during embryonic development but could be turned back on by adding tamoxifen to the mice's diet.»
[...]
«For the small population of people with Shank3 mutations, the findings suggest that new genome-editing techniques could in theory be used to repair the defective Shank3 gene and improve these individuals' symptoms, even later in life. These techniques are not yet ready for use in humans, however. Feng believes that scientists may also be able to develop more general approaches that would apply to a larger population. For example, if the researchers can identify defective circuits that are specific for certain behavioral abnormalities in some autism patients, and figure out how to modulate those circuits' activity, that could also help other people who may have defects in the same circuits even though the problem arose from a different genetic mutation. "That's why it's important in the future to identify what subtype of neurons are defective and what genes are expressed in these neurons, so we can use them as a target without affecting the whole brain," Feng says »...

<< Sommaire
medicalxpress

Adult restoration of Shank3 expression rescues selective autistic-like phenotypes : Nature : Nature Publishing Group 18/02/2016

«Because autism spectrum disorders are neurodevelopmental disorders and patients typically display symptoms before the age of three1, one of the key questions in autism research is whether the pathology is reversible in adults. Here we investigate the developmental requirement of Shank3 in mice, a prominent monogenic autism gene that is estimated to contribute to approximately 1% of all autism spectrum disorder cases2, 3, 4, 5, 6. SHANK3 is a postsynaptic scaffold protein that regulates synaptic development, function and plasticity by orchestrating the assembly of postsynaptic density macromolecular signalling complex7, 8, 9. Disruptions of the Shank3 gene in mouse models have resulted in synaptic defects and autistic-like behaviours including anxiety, social interaction deficits, and repetitive behaviour10, 11, 12, 13. We generated a novel Shank3 conditional knock-in mouse model, and show that re-expression of the Shank3 gene in adult mice led to improvements in synaptic protein composition, spine density and neural function in the striatum. We also provide behavioural evidence that certain behavioural abnormalities including social interaction deficit and repetitive grooming behaviour could be rescued, while anxiety and motor coordination deficit could not be recovered in adulthood. Together, these results reveal the profound effect of post-developmental activation of Shank3 expression on neural function, and demonstrate a certain degree of continued plasticity in the adult diseased brain.»...

<< Sommaire
nature

Mon fils est autiste Asperger : depressif et au chomage a cause d'une societe inadaptee - le Plus 18/02/2016

«Ce 18 février a lieu comme tous les ans la Journée nationale du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme. Pour les enfants atteints de ce trouble, la scolarité reste très difficile en France, et l'insertion professionnelle parfois encore davantage. Dominique L. est la mère de Robin, un jeune Asperger âgé de 22 ans et aujourd'hui sans emploi. Elle témoigne. Robin, âgé aujourd'hui de 22 ans, a eu un premier diagnostic de "comportements de type autistique" alors qu'il n'avait pas deux ans. Diagnostic qui a ensuite été "dysharmonie évolutive" pour définitivement devenir "syndrome d'Asperger", qualifié par le Centre ressource autisme (CRA) de Reims en 2006. Un parcours scolaire chaotique Après un parcours scolaire qu'on peut qualifier de chaotique - maternelle à temps partiel, de 8h30 à 10h au début, puis orientation par la force des choses en Institut médico-éducatif (IME) puisque l'école ne l'acceptait en CP qu'à mi-temps -, puis trois ans en IME, retour à l'école primaire en Classe d'intégration scolaire (CLIS) avant une orientation au collège, en 6e, en Unité pédagogique d'intégration (UPI). Cette partie de sa scolarité a été la plus heureuse pour lui. Bien accompagné, il suivait quasiment une scolarité normale en 3e, et il a obtenu son brevet des collèges avec mention "assez bien". L'auxiliaire de vie scolaire collective (AVS-Co) de l'UPI a toujours été présente auprès de lui et c'est le meilleur accompagnement qu'il ait eu au cours de sa scolarité. Le lycée professionnel : l'Enfer pour lui Puis est venu ce qu'il appelle encore aujourd'hui "l'Enfer". Son orientation en lycée professionnel en "technicien du bâtiment option assistant architecte", cette orientation qu'on avait choisie pour lui en croyant bien faire, puisque décidée en fonction de ses centres d'intérêt. Un changement trop brutal, un public difficile, une équipe pédagogique qui ne comprenait pas le handicap, sauf quelques rares professeurs. Un auxiliaire de vie scolaire (AVS) qui changeait chaque année. L'année du bac, un supplice Et puis, il a fallu trouver des terrains de stages : tout comme les enseignants, les professionnels ne connaissent ni l'autisme, ni le syndrome d'Asperger et ils n'étaient pas prêts à accepter les "bizarreries" de Robin. Pourtant, son maitre de stage de dernière année m'a confié que Robin était très performant dans son travail, bien plus que d'autres stagiaires qu'il avait déjà reçus. Mais Robin, traumatisé par sa scolarité en lycée professionnel, a complètement décroché. Démotivé, il ne fournissait plus aucun travail et n'a pas obtenu son bac pro. Je précise qu'à cette époque, son AVS était absent quasiment tout le temps, et au moment du bac, pour lequel il bénéficiait du droit à la présence d'un secrétaire et de temps supplémentaire, il a du passer ses épreuves seul. Cette dernière année a été un supplice : il ne voulait plus se lever, s'enfermait dans la salle de bains alors que le taxi qui l'accompagnait au lycée attendait devant la maison. Robin n'a aucune envie, aucun but Depuis, Robin est inscrit à Pôle emploi, suivi aussi par la Mission locale et par un Service d'accompagnement à la vie sociale (SAVS), mais il est sans envie, sans but. Le manque de motivation est un trait particulier de certains Asperger, mais chez Robin, ce manque de motivation est tel qu'il représente un réel obstacle. Il ne voit aucun intérêt à intégrer un système qu'il ne comprend que vaguement. Il se sent comme un extra-terrestre.»...

<< Sommaire
leplus.nouvelobs

Depistage universel de l'autisme : des experts '' reserves '' 18/02/2016

«Un groupe d'experts indépendants du gouvernement fédéral américain s'est dit réservé le 16 février 2016 quant à l'utilité du dépistage pour l'autisme chez de très jeunes enfants en l'absence d'inquiétude exprimée par les parents ou du pédiatre traitant. Les indications actuelles sont insuffisantes pour déterminer si le fait de dépister systématiquement le trouble du spectre de l'autisme chez des enfants de 18 à 30 mois, sans signe apparent de la maladie, est bénéfique ou néfaste, a conclu dans sa recommandation finale l'US Preventive Services Task Force (USPSTF) dont le rapport parait dans le Journal of the American Medical Association (JAMA). "Il ne s'agit pas d'une recommandation contre le dépistage mais d'un appel pour que davantage de recherches soient menées afin de pouvoir faire cette détermination", écrivent ces experts.»
[...]
«Les familles induites en erreur Tant qu'on ne disposera pas davantage de données sur l'utilité d'un dépistage universel, les médecins doivent s'appuyer sur leur jugement médical pour décider de la marche à suivre quant à l'utilité de ces tests sans symptômes apparents d'autisme, écrit le groupe dans son rapport. "Cette recommandation de l'USPSTF induit en erreur les familles et médecins et est préjudiciable à toutes les personnes atteintes d'autisme", a réagi Alycia Halladay, responsable scientifique de Autism Science Foundation, un organisme privé, dans un courriel à l'AFP. Selon elle "un dépistage universel de l'autisme effectué tôt est très efficace pour identifier les enfants qui en sont atteints et un traitement précoce donne aussi de meilleurs résultats". L'American Academy of Pediatrics (AAP) recommande quant à elle un dépistage de l'autisme pour tous les enfants entre 18 et 24 mois, suivi d'une surveillance régulière de leur développement. »...

<< Sommaire
informations.handicap

Ces directeurs vereux : le pactole du handicap ! 16/02/2016

«Un couple de professeurs est soupçonné d'avoir détourné 575 000 euros destinés à des associations d'aide aux personnes handicapées qu'ils avaient créées. L'argent a été épargné sur des comptes bancaires et des assurances-vie. L'info tombe le 30 janvier 2016. Même moment, autre affaire, révélée par Le Parisien (article complet en lien ci-dessous) ; le 26 janvier, Jacques Ducastel, ancien directeur de la Fondation Hardy, à Fontenay-Trésigny (77), est placé en garde à vue à la section financière de la police judiciaire de Meaux. Il sera jugé le 31 mai pour détournement de fonds.»
[...]
«Une cave à vin, des ordis, des luminaires… Il est soupçonné d'avoir détourné 454 000 € entre 2010 et juin 2012 alors qu'il dirigeait cet établissement public médico-social (EPMS) qui accueille 170 résidents handicapés de 5 à 20 ans. Une succession d'achats injustifiés : une palette d'écrans plats et d'ordinateurs, un détecteur de radars routiers, un congélateur, un fauteuil, un four à micro-ondes, une cave à vins… Et pourquoi pas des luminaires, des cuvettes de WC, du carrelage destinés à équiper une maison en Espagne ? Le garage de l'établissement se transforme même en atelier mécanique dans lequel on répare les voitures des amis du directeur au black. L'ARS découvre des « comptes douteux » Une quantité innombrable d'achats personnels a été ainsi réglée via le compte de l'établissement, sans que jamais les délibérations du conseil d'administration ne pointent ces malversations. « L'affaire Ducastel » démarre après un contrôle de l'Agence régionale de santé, en mai 2012. Elle découvre des comptes douteux, des dépenses injustifiées comme 25 920 € de frais de déplacements personnels en deux ans et demi. On exige de Jacques Ducastel qu'il quitte ses fonctions et deux plaintes sont déposées, par l'ARS et le nouveau directeur, en 2012 et 2015. A quand plus de contrôles ? Cette affaire suscite l'indignation de deux associations parentales indépendantes. Pour Handi'Gnez-vous !, « pendant que les politiques de tous bords et de tous poils hurlent à qui veut l'entendre que les personnes vulnérables et leurs familles coûtent cher à la société, pendant que les prises en charge et l'accompagnement sont refusés sous prétexte de coupe budgétaire dues à l'austérité, d'autres mènent grand train et belle vie sur leurs dos avec la complicité de certains barons locaux et tout cela dans l'omerta la plus totale ! ». Et Céline Boussié, sa présidente, de poursuivre : « On réclame des contrôles à corps et à cris, et si chacun des décideurs du médico-social faisait son job, on n'en arriverait pas à de telles dérives. » Une pétition pour en finir avec le « business handicap » Même indignation du côté du Collectif citoyen handicap (CCH) : « Lorsqu'on voit ces sommes détournées au détriment des plus fragiles, il y a plus qu'urgence. » Cette association réclame, comme tant d'autres, de réels contrôles tant sur le bâti que sur les finances. « C'est le rôle de l'ARS mais cela ne fonctionne pas, s'insurge son président, Jean-Luc Duval. D'où notre proposition de faire réaliser ces contrôles et audits par un organisme totalement indépendant composé d'élus, de professionnels, de familles, d'usagers, avec une représentativité dans chaque département. » Ces deux affaires révélées en janvier 2016 laissent présager d'autres cas, certainement étouffés ou passés sous silence. Le CCH dénonce « les nominations qui s'apparentent à de la corruption passive, les rapports IGAS enterrés sans suite, le système pyramidal qui fonctionne sur le copinage… ». Cette association a donc lancé une pétition pour dire non au « handicap business » (en lien ci-dessous). »...

<< Sommaire
informations.handicap

Handicap a l'ecole « CNESCO 16/02/2016

«Handicap à l'école Alors que l'école primaire accueille très largement les élèves en situation de handicap, pourquoi sont-ils encore très peu nombreux à accéder au lycée ? Pourquoi les garçons et les élèves issus des milieux sociaux les plus défavorisés sont-ils sur-représentés parmi les élèves en situation de handicap ? Quelles expériences sont menées à l'étranger pour favoriser les apprentissages des élèves en situation de handicap ? Quelles sont les conditions d'inclusion et de réussite scolaire bénéfiques à ces élèves ? Le Cnesco et le CIEP ont organisé, en partenariat avec le secteur de l'éducation de l'UNESCO et l'Agence européenne pour l'éducation inclusive et adaptée, une conférence de comparaisons internationales (janvier 2016) sur le thème : « Ecole inclusive pour les élèves en situation de handicap : accessibilité, réussite scolaire et parcours individuels« Dossier de synthèse A partir de l'ensemble des ressources produites lors de la conférence, le Cnesco présente un dossier de synthèse : Préconisations du Cnesco A l'issue de la conférence, le Cnesco a produit des préconisations. Rapport scientifique A l'occasion de la conférence, le Cnesco et le CIEP ont publié un rapport scientifique. Ecole inclusive pour les élèves en situation de handicap : accessibilité, réussite scolaire et parcours individuels Par Serge Ebersold, Eric Plaisance et Christophe Zander Constats sur l'accueil scolaire des élèves en situation de handicap en France Fonctionnement de la scolarisation des élèves en situation de handicap en France Inclusion des élèves en situation de handicap dans les pays de l'OCDE Revue documentaire Le Centre de ressources et d'ingénierie documentaire du CIEP a réalisé une revue documentaire pour la conférence. Vidéos de la conférence L'ensemble des vidéos de la conférence sont accessibles. Pour aller plus loin : Projets innovants et témoignages en France»...

<< Sommaire
cnesco

Adaptive coding of the value of social cues with oxytocin, an fMRI study in autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 15/02/2016

«Abstract The neuropeptide oxytocin (OT) is one of the major targets of research in neuroscience, with respect to social functioning. Oxytocin promotes social skills and improves the quality of face processing in individuals with social dysfunctions such as autism spectrum disorder (ASD). Although one of OT's key functions is to promote social behavior during dynamic social interactions, the neural correlates of this function remain unknown. Here, we combined acute intranasal OT (IN-OT) administration (24 IU) and fMRI with an interactive ball game and a face-matching task in individuals with ASD (N = 20). We found that IN-OT selectively enhanced the brain activity of early visual areas in response to faces as compared to non-social stimuli. OT inhalation modulated the BOLD activity of amygdala and hippocampus in a context-dependent manner. Interestingly, IN-OT intake enhanced the activity of mid-orbitofrontal cortex in response to a fair partner, and insula region in response to an unfair partner. These OT-induced neural responses were accompanied by behavioral improvements in terms of allocating appropriate feelings of trust toward different partners' profiles. Our findings suggest that OT impacts the brain activity of key areas implicated in attention and emotion regulation in an adaptive manner, based on the value of social cues.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Family quality of life among families with a child who has a severe neurodevelopmental disability: Impact of family and child socio-demographic fac... - PubMed - NCBI 15/02/2016

«Abstract We aimed to examine family quality of life (FQOL) of Northern Israeli families having a child with a severe neurodevelopmental disability and its relation to socio-demographics. The cohort included caregivers of 70 children ages (mean±standard deviation) 5.36±3.53 years. Families were two-parent (85.7%), lived in the periphery (67.1%) and included Jews (60%), Muslims (18.6%), Druze (14.3%) and Christians (7.1%). Religiosity included: secular (38.6%), traditional (31.4%), religious (30%). Children's diagnosis included autistic spectrum disorder (41.4%), intellectual disability (21.4%), cerebral palsy (17.1%), genetic syndromes (17.1%) and sensorineural hearing loss (2.9%). Degree of support (1-minimal,5-greatest) required by the child was 3.67±1.28 for physical and 3.49±1.36 for communication. Primary caregivers completed the FQOL Survey. Domain scores were highest for family relations and lowest for financial well-being. Dimension scores were highest for importance and lowest for opportunities. Overall FQOL approximated average. Jewish families and residents of a major urban area reported higher and more religious families reported lower overall FQOL. Regression analysis found ethnicity contributing to overall FQOL and domain scores with residence contributing to support from services. Ethnicity and child dependence contributed to dimension scores. Northern Israeli families having a child with a severe neurodevelopmental disability report average FQOL scores. However, family and child dependence characteristics affect FQOL scores. Professionals working with these families should consider FQOL information when making recommendations.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Oxytocin in the socioemotional brain: implications for psychiatric disorders. - PubMed - NCBI 15/02/2016

«Abstractin English, French, Spanish L'ocytocine (OXT), neuropeptide très bien conservé au cours de l'évolution, est un modulateur important des processus sociaux et émotionnels dans de nombreuses espèces. Ces 10 dernières années, de nombreux articles de la littérature ont montré ses effets sur différents aspects du comportement social dont le stress et l'anxiété sociaux, la mémoire sociale, l'affiliation et la création de lien, la reconnaissance des émotions, la mentalisation, l'empathie et la confiance interpersonnelle. De plus, le rôle de l'OXT dans les troubles mentaux et leur traitement a été très étudié car des déficits dans ces domaines sociaux sont observés dans de nombreux troubles psychiatriques comme l'autisme, l'anxiété sociale, la dépression, la schizophrénie et la personnalité «borderline». Dans cet article nous faisons une brève revue de ces axes de recherche et montrons comment l'OXT est devenue une cible prometteuse de nouveau traitement pour les troubles mentaux caractérisés par des troubles sociaux.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Facing the Unknown: Intolerance of Uncertainty in Children with Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 15/02/2016

«Abstract BACKGROUND: Anxiety is a common problem for children with autism spectrum disorder (ASD). Recent research indicates that intolerance of uncertainty (IU) may be an important aspect of anxiety for this population. IU is the belief that uncertainty is upsetting, and not knowing what is going to happen is negative. There is little known about the phenomenology of IU in children with ASD. We therefore present data from parent focus groups exploring this concept in children with ASD. METHODS: Participants were asked to differentiate IU from dislike of change and fear, and to discuss examples of IU and the strategies they use to manage it. Their experiences of IU and strategies are presented. RESULTS: IU was evident across novel and familiar situations and parents used a variety of strategies to manage IU. Their experiences of IU and strategies used are presented. CONCLUSIONS: Participants were able to identify and provide examples of IU suggesting that it is a recognizable construct among children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Arrete du 15 fevrier 2016 portant nomination (administration centrale) | Legifrance 15/02/2016

«Par arrêté du Premier ministre, de la ministre des affaires sociales et de la santé et du ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique en date du 15 février 2016, Mme Cécile TAGLIANA, administratrice civile hors classe, est nommée cheffe du service des politiques sociales et médico-sociales, adjointe au directeur général de la cohésion sociale, à la direction générale de la cohésion sociale, à l'administration centrale du ministère des affaires sociales et de la santé, à compter du 15 février 2016, pour une période d'un an.»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Autisme : le medicament Abilify peut entrainer des envies de suicide 14/02/2016

«L'association « Vaincre l'autisme » demande qu'une enquête soit ouverte sur l'Abilify, un médicament potentiellement mis en cause dans plusieurs cas de suicides chez de jeunes autistes. Après le suicide en 2015 de Yassine, un jeune autiste de 13 ans traité avec le médicament Abilify , l'association « Vaincre l'autisme » a adressé vendredi une lettre à la ministre de la Santé. Dans cette lettre l'association demande qu'une enquête soit menée sur les conditions de prescription du médicament, sur le suivi des patients et exige qu'une alerte de pharmacovigilance soit émise.»...

<< Sommaire
actusante

Question n°93101 - Assemblee nationale sur la situation de Timothée D., 16 ans, autiste, ayant du quitter avec sa mère le territoire national pour éviter les mauvais traitements infligés aux personnes autistes 14/02/2016

«M. Paul Salen attire l'attention de Mme la secrétaire d'Etat, auprès de la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion sur la situation de Timothée D., 16 ans, autiste, ayant du quitter avec sa mère le territoire national pour éviter les mauvais traitements infligés aux personnes autistes par notre pays, alors même qu'un communiqué d'experts de l'ONU condamnait son internement en hôpital psychiatrique. Il rappelle qu'à maintes reprises la France a été condamnée par le Conseil de l'Europe ; la dernière condamnation, en 2013, étant fondée sur l'article 15 paragraphe 1 de la Charte sociale européenne révisée, pour non-respect de ses obligations éducatives envers les personnes autistes. Timothée est aujourd'hui protégé par sa mère qui, comme nombre de parents, subit les représailles du système car elle s'oppose à son institutionnalisation ; il progresse dans son parcours éducatif alors qu'en France il serait, comme beaucoup de personnes autistes, psychiatrisé et privé de ses droits fondamentaux. Aussi, sans préjudice au principe de séparation des pouvoirs, mais invoquant l'intérêt supérieur de l'enfant et les devoirs de notre pays face à la CEDH et aux traités internationaux prévoyant la protection des personnes en situation de handicap, il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures concrètes pour mettre fin aux dysfonctionnements, également dénoncés, les 13 et 14 janvier 2016, par le rapporteur du Comité des droits de l'enfant de l'ONU, citant ce cas emblématique.»...

<< Sommaire
questions.assemblee-nationale

Preconisations pour une ecole inclusive « CNESCO 12/02/2016

«Le Cnesco et le CIEP ont organisé une conférence de comparaisons internationales sur l'école inclusive (28 et 29 janvier 2016), en partenariat avec le secteur de l'éducation de l'UNESCO et l'Agence européenne pour l'éducation inclusive et adaptée. Eclairé par le travail collectif des décideurs réunis lors de la conférence, le Cnesco présente ses préconisations pour favoriser l'inclusion des élèves en situation de handicap dans l'école française. Développer rapidement l'accessibilité de l'environnement éducatif Eliminer les barrières physiques Mener et rendre publique une enquête sur la mise en accessibilité de tous des bâtiments scolaires. Toute construction ou reconstruction d'école, collège ou lycée doit respecter les règles d'accessibilité en vigueur. Rendre accessibles les transports scolaires pour tous les élèves. Généraliser et accompagner l'usage des outils numériques nomades Mettre en place un équipement individuel de tablettes numériques équipées de logiciels offrant une alternative à la prise de notes et à la saisie de réponses pour les élèves en situation de handicap. Cet équipement facilite le travail de l'enseignant. Ils l'ont mis en place...¦ Un coordonnateur en Ulis Pro (Lycée Henri Nominé de Sarreguemines, Académie Nancy Metz) a développé l'usage des tablettes numériques pour ses élèves. A partir d'un texte pris en photo, la tablette assure une lecture à haute voix et une mise en forme adaptée aux besoins de chaque élève. Les élèves en situation de handicap peuvent donc avoir les mêmes documents que leurs camarades. Mettre l'établissement au coeur de la scolarité de l'élève en situation de handicap Inclure la problématique du handicap dans le projet d'établissement Le handicap apparait comme une composante de la diversité des élèves. Une décision collective doit permettre la mise en oeuvre d'une politique d'éducation inclusive au sein de l'établissement. Nommer un enseignant « personne ressource » dans chaque établissement L'enseignant « personne ressource » de l'établissement doit pouvoir se former et être reconnu comme interlocuteur des personnels de l'établissement. Cette personne peut répondre aux questions que se posent les différents acteurs et impulse une démarche de mutualisation des expériences au sein de l'établissement. Ils l'ont mis en place...¦ Une professeure d'EPS du collège Jean Gay de Verfeil (Académie de Toulouse), formée à l'inclusion des élèves en situation de handicap, est devenue la « personne ressource » de l'établissement. Elle réunit chaque semaine les élèves pour rechercher des outils adaptés à leur handicap. Ces outils sont ensuite présentés aux équipes enseignantes et mis à leur disposition. Former l'ensemble des élèves au handicap Profiter du temps périscolaire accordé à l'école primaire pour sensibiliser tous les enfants au handicap, notamment à travers des mises en situation. Développer le tutorat entre les élèves en situation de handicap et les autres élèves.»
[...]
«Développer des recherches sur l’école inclusive Lancer des appels à projets nationaux Des appels à projets nationaux doivent permettre d’utiliser ou de créer des outils appropriés d’évaluation qui permettront : d’identifier et d’évaluer les pratiques inclusives et leurs effets sur les compétences et la qualité de vie des élèves en situation de handicap et d’étudier les évolutions des représentations de l’inclusion et du handicap par les professionnels de l’éducation, les élèves et les parents. »...

<< Sommaire
cnesco

Un diplome pour accompagner les eleves handicapes - Faire Face 12/02/2016

«L'une des trois spécialités du tout nouveau Diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social (DEAES) porte sur l'accompagnement des élèves handicapés. Jusqu'à présent, aucune formation diplômante n'existait pour les auxiliaires de vie scolaire. Attention, message codé : pas d'AESH sans DEAES. Traduction : les candidats à un poste d'Accompagnant d'élèves en situation de handicap (AESH) devront désormais être titulaire d'un Diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social (DEAES). Ils ne pourront toutefois postuler à un emploi d'AESH que s'ils ont choisi, parmi les trois spécialités proposées dans le cadre de ce cursus (voir encadré), l'accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire. Ce tout nouveau diplôme, créé par un décret et un arrêté du ministère des Affaires sociales en date du 29 janvier 2016, comble un vide : jusqu'à présent, aucune formation diplômante n'existait pour les auxiliaires de vie scolaire. Un diplôme ne répondant pas aux besoins de tous les élèves handicapés « Il est effectivement important de professionnaliser les personnes accompagnant les élèves handicapés, note Bénédicte Kail, conseillère nationale de l'APF. Mais ce diplôme est seulement de niveau V, comme un CAP ou un BEP. Ses titulaires risquent donc de se heurter à certaines limites dans l'accompagnement au savoir des collégiens et des lycéens, voire même dès l'élémentaire pour certaines tâches. » « L'un des grands enjeux pour l'Education nationale est de parvenir à ce que les jeunes en situation de handicap poursuivent leurs études aussi loin que possible, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui, complète Sophie Cluzel, la présidente de la Fnaseph. Comment y parvenir avec des accompagnants ayant un diplôme d'un niveau inférieur au bac ? » Source : rapport de la députée Barbara Pompili, projet de loi de finances 2016 Source : rapport de la députée Barbara Pompili, projet de loi de finances 2016 Peu de recrutements pour ces diplômés Plus fondamentalement encore, le nombre de diplômés en fonction risque d'être très réduit. Aujourd'hui, sur les 76 000 auxiliaires de vie scolaire en exercice, seuls 28 000 (un tiers) ont le statut d'AESH, les 48 000 autres étant en contrats aidés. « Et seuls quelques dizaines d'AESH ont été embauchés cette année, souligne Sophie Cluzel. La plupart des autres recrutements se font sous contrats aidés, pour lesquels les seuls critères sont l'éligibilité à ce type de contrat. Rien n'indique que la tendance va s'inverser. » Autrement dit, l'Etat vient de créer un diplôme permettant d'accéder à des postes qu'il ne crée qu'en nombre insuffisant...¦ Franck Seuret»...

<< Sommaire
faire-face

Transport des enfants en situation de handicap et pratiques douteuses de Vortex mobilite - Senat 12/02/2016

«Question orale sans débat n° 1372S de M. Eric Bocquet (Nord - Communiste républicain et citoyen) publiée dans le JO Sénat du 11/02/2016 - page 496 M. Eric Bocquet attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat, auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche sur les pratiques de l'entreprise Vortex mobilité, principal opérateur français du transport d'enfants handicapés. Chaque jour, 2 800 chauffeurs, à temps très partiel, rémunérés en moyenne 350 euros nets par mois, transportent des milliers d'enfants sur les routes de quelque soixante dix départements. Les marchés publics représentent la quasi-totalité des activités de cette société, qui réalise un chiffre d'affaires annuel de cinquante millions d'euros. Vortex bénéficie d'importants allègements fiscaux et a notamment déjà reçu 3,2 millions d'euros au titre de crédit d'impôt compétitivité emploi. Le 25 novembre 2015, le cabinet Secafi a rendu un rapport d'expertise qui pointe de nombreuses entorses au code du travail : défaut de visite médicale obligatoire ; heures de travail non rémunérées ; défaut de formation pourtant nécessaire et obligatoire quand on transporte vers l'école des enfants handicapés moteur ou mentaux. Outre de nombreux constats simples, quatre inspecteurs du travail sont allés jusqu'à dresser procès-verbal, dans les départements de l'Essonne, de la Vienne, du Rhône et de l'Hérault, concernant de multiples infractions et principalement des faits récurrents de travail dissimulé par dissimulation d'heures de travail. A l'interne, des syndicalistes se battent, depuis des années, et les parents d'enfants handicapés sont des dizaines à se manifester auprès des conseils départementaux pour dénoncer les dysfonctionnements. Vortex se porte bien grâce à un modèle économique en « holding », qui permet de faire transiter la quasi-totalité des profits vers des sociétés tierces lui appartenant. Plus de dix millions d'euros de dividendes y ont été reversés entre les années 2010 et 2015.»
[...]
«Des bénéfices, Vortex en a réalisé avec un simple tube de colle. Chaque jour, chaque chauffeur remplit une feuille de route qu'il remet à l'agence en fin de mois. Cette feuille est signée du chauffeur lui-même, du chef de l'établissement scolaire et du directeur de l'agence locale. Des salariés ont découvert que des dizaines de ces feuilles ont été falsifiées pour gonfler la facture remise au conseil départemental. Dans le département du Rhône, Vortex a également été pris en flagrant délit de surfacturation. »...

<< Sommaire
senat

Ecole inclusive : Le Cnesco recommande un enseignant ressource dans les etablissements 12/02/2016

«Dix ans après la loi de 2005, l'inclusion des enfants handicapés dans le système éducatif français semble une réussite. Et ce n'est pas faux dit le Cnesco à l'issue d'une conférence de comparaison internationale. Mais, si la France a fait le choix de l'école inclusive, il reste encore beaucoup à faire en terme d'inégalités comme le révèle un rapport du Cneco sur la sociologie des élèves handicapés en France. Parmi les recommandations du Cnesco publiées le 11 février, on notera la création d'enseignants ressources dans les établissements capables de faire le lien entre les enfants et les enseignants peu ou pas formés aux handicaps. Mais la promesse de l'école inclusive est plus large : l'école inclusive saura aussi mieux faire progresser tous les élèves. Des inégalités choquantes "Alors que le pays est souvent accusé d'immobilisme scolaire, en matière de handicap à l'école, les progrès ont été fulgurants en 10 ans", rappelle Nathalie Mons, présidente du Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco). Aujourd'hui 53% des enfants handicapés sont scolarisés en classe ordinaire, 24% en classe spécialisée et plus que 21% en établissement spécialisé. Le Cnesco ne le dit pas mais le poids de ce grand progrès a été porté par les enseignants qui au quotidien et souvent sans aucune formation, font face aux difficultés inhérentes à cette scolarisation. Mais ce que révèle le Cnesco c'est que la scolarisation révèle des inégalités choquantes. Un rapport de S Ebersold, E Plaisance et C Zander montre que l'école inclusive est un défi pour l'école. L'école française a été crée pour transmettre des connaissances ou préparer à un emploi et la dimension d'épanouissement n'est pas dans sa tradition. D'où un manque d'intérêt pour la dimension inclusive. Mais le rapport pointe des réalités sociologiques passées jusque là inaperçues. Le rapport montre que la probabilité d'être caractérisé handicap dépend étroitement de la situation sociale de la famille. "Les élèves présentant un trouble cognitif ayant été scolarisés en primaire en 2013 sont proportionnellement plus nombreux à provenir de milieux défavorisés ; selon l'enquête HID (Handicaps-invalidités-dépendance) , l'admission en milieu spécialisé est plus fréquente pour les enfants et les adolescents d'origine modeste que pour ceux provenant de milieux aisés". Les familles plus favorisées contournent la qualification du handicap. Une école qui peine à inclure un quart des enfants handicapés Selon le rapport le nombre de jeunes scolarisés en établissement spécialisé n'a pas diminué depuis 2005 alors que celui des jeunes scolarisés augmentait fortement. "On peut donc se demander si l'augmentation du nombre d'élèves handicapés en milieu ordinaire reflète une meilleure réceptivité du système éducatif ou si elle correspond plutôt à une redéfinition du périmètre opératoire de la catégorique politique publique "handicap", dit le rapport. D'autant que c'est le plus souvent l'école qui diagnostique le handicap... Le rapport montre aussi des disparités dans la scolarisation. Le taux de scolarisation en milieu ordinaire décroit avec l'âge. De 100% du primaire, on passe à 70% au collège et 40% au lycée et seulement 20% passé 18 ans. Résultat seulement 6% des jeunes handicapés (20-24 ans) ont un diplôme du supérieur contre 30% pour la population. Enfin souligne qu'on sait peu de choses du vécu des enfants scolarisés et de celui de leurs parents. Il semble que leur parcours scolaire soit beaucoup plus heurté que celui des autres jeunes. Le rapport soulève aussi les retards à mettre en conformité les locaux scolaires, ce qui éloigne de l'école certains handicaps.»
[...]
«L'école inclusive saura mieux faire réussir tous les élèves Restent à conquérir deux espaces. D'une part celui du périscolaire à l'école primaire. Dans le secondaire celui des stages et de l'alternance. Là il faudra prévoir des accompagnements qui n'existent pas aujourd'hui. "Pour être inclusive, l’école doit tout d’abord faire sauter les barrières physiques à la scolarisation, en la matière les normes d’accessibilité doivent enfin devenir réalité dans les établissements. Mais l’accueil physique des élèves ne suffit pas à construire une carrière scolaire réussie. Après la réussite quantitative de l’accueil des élèves en situation de handicap, doit être relevé le défi d’un accueil qualitatif, c’est-à-dire pédagogiquement efficace", dit N Mons. Et là on rejoint une problématique globale du système éducatif. En devenant plus inclusive l'école française saura aussi s'adapter davantage aux différences entre tous les élèves. L'école inclusive c'est aussi l'école du progrès de tous. »...

<< Sommaire
cafepedagogique

Les barrieres a la scolarisation d'eleves handicapes persistent 12/02/2016

«Des progrès, mais peut mieux faire. Telle est l'appréciation donnée par le Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco) à la scolarisation des élèves handicapés. Après une décennie (2005-2015) de progrès jugés « fulgurants » en la matière, qui a vu les portes de l'école s'ouvrir à ces enfants, l'instance d'évaluation a présenté, jeudi 11 février, ses préconisations pour que l'on s'approche davantage de l'idéal d'une école « inclusive ». Cette présentation fait à la suite d'une conférence de comparaisons internationales sur le sujet, organisée les 28 et 29 janvier en présence de décideurs. D'abord, les succès. Dix ans après la loi de 2005, qui a instauré un droit à la scolarisation pour tous les enfants et adolescents handicapés, la situation s'est considérablement améliorée. En une décennie, le nombre d'élèves handicapés scolarisés en « milieu ordinaire », c'est-à-dire dans une école lambda, a presque doublé (252 285 élèves en 2014 contre 133 838 en 2004). Aujourd'hui, la moitié des élèves handicapés sont scolarisés dans une classe ordinaire et bénéficient, si besoin, de l'accompagnement d'un auxiliaire de vie scolaire. Un quart est scolarisé dans une classe spécialisée d'une école ordinaire. Près de 20 % suivent leur scolarité dans un établissement médico-social ou à l'hôpital. Cette évolution concerne tous les niveaux de la scolarité, de la maternelle au lycée, et tous les types de handicap - même si les déficiences intellectuelles sont moins représentées en milieu ordinaire que les déficiences physiques.»
[...]
«Le bilan du Cnesco demeure toutefois nuancé. Premièrement, si « l’école inclusive est bien en train de devenir une réalité dans le primaire, les élèves en situation de handicap sont encore très souvent séparés des autres au collège, et plus encore au lycée », souligne Nathalie Mons. La quasi-totalité des enfants handicapés âgés de 3 à 5 ans sont scolarisés dans une école ordinaire ; à 12 ans, ils sont 80 % ; à 15 ans, un peu plus de 60 % ; et à 18 ans, seulement 44 %. Ils accèdent très peu aux études postbac : seuls 6 % des jeunes handicapés âgés de 20 à 24 ans sont diplômés de l’enseignement supérieur. »...

<< Sommaire
lemonde

Les barrieres a la scolarisation d'eleves handicapes persistent 12/02/2016

«Des progrès, mais peut mieux faire. Telle est l'appréciation donnée par le Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco) à la scolarisation des élèves handicapés. Après une décennie (2005-2015) de progrès jugés « fulgurants » en la matière, qui a vu les portes de l'école s'ouvrir à ces enfants, l'instance d'évaluation a présenté, jeudi 11 février, ses préconisations pour que l'on s'approche davantage de l'idéal d'une école « inclusive ». Cette présentation fait à la suite d'une conférence de comparaisons internationales sur le sujet, organisée les 28 et 29 janvier en présence de décideurs. D'abord, les succès. Dix ans après la loi de 2005, qui a instauré un droit à la scolarisation pour tous les enfants et adolescents handicapés, la situation s'est considérablement améliorée. En une décennie, le nombre d'élèves handicapés scolarisés en « milieu ordinaire », c'est-à-dire dans une école lambda, a presque doublé (252 285 élèves en 2014 contre 133 838 en 2004). Aujourd'hui, la moitié des élèves handicapés sont scolarisés dans une classe ordinaire et bénéficient, si besoin, de l'accompagnement d'un auxiliaire de vie scolaire. Un quart est scolarisé dans une classe spécialisée d'une école ordinaire. Près de 20 % suivent leur scolarité dans un établissement médico-social ou à l'hôpital. Cette évolution concerne tous les niveaux de la scolarité, de la maternelle au lycée, et tous les types de handicap - même si les déficiences intellectuelles sont moins représentées en milieu ordinaire que les déficiences physiques.»
[...]
«Le bilan du Cnesco demeure toutefois nuancé. Premièrement, si « l’école inclusive est bien en train de devenir une réalité dans le primaire, les élèves en situation de handicap sont encore très souvent séparés des autres au collège, et plus encore au lycée », souligne Nathalie Mons. La quasi-totalité des enfants handicapés âgés de 3 à 5 ans sont scolarisés dans une école ordinaire ; à 12 ans, ils sont 80 % ; à 15 ans, un peu plus de 60 % ; et à 18 ans, seulement 44 %. Ils accèdent très peu aux études postbac : seuls 6 % des jeunes handicapés âgés de 20 à 24 ans sont diplômés de l’enseignement supérieur. »...

<< Sommaire
lemonde

Les barrieres a la scolarisation d'eleves handicapes persistent 12/02/2016

«Des progrès, mais peut mieux faire. Telle est l'appréciation donnée par le Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco) à la scolarisation des élèves handicapés. Après une décennie (2005-2015) de progrès jugés « fulgurants » en la matière, qui a vu les portes de l'école s'ouvrir à ces enfants, l'instance d'évaluation a présenté, jeudi 11 février, ses préconisations pour que l'on s'approche davantage de l'idéal d'une école « inclusive ». Cette présentation fait à la suite d'une conférence de comparaisons internationales sur le sujet, organisée les 28 et 29 janvier en présence de décideurs. D'abord, les succès. Dix ans après la loi de 2005, qui a instauré un droit à la scolarisation pour tous les enfants et adolescents handicapés, la situation s'est considérablement améliorée. En une décennie, le nombre d'élèves handicapés scolarisés en « milieu ordinaire », c'est-à-dire dans une école lambda, a presque doublé (252 285 élèves en 2014 contre 133 838 en 2004). Aujourd'hui, la moitié des élèves handicapés sont scolarisés dans une classe ordinaire et bénéficient, si besoin, de l'accompagnement d'un auxiliaire de vie scolaire. Un quart est scolarisé dans une classe spécialisée d'une école ordinaire. Près de 20 % suivent leur scolarité dans un établissement médico-social ou à l'hôpital. Cette évolution concerne tous les niveaux de la scolarité, de la maternelle au lycée, et tous les types de handicap - même si les déficiences intellectuelles sont moins représentées en milieu ordinaire que les déficiences physiques.»
[...]
«Le bilan du Cnesco demeure toutefois nuancé. Premièrement, si « l’école inclusive est bien en train de devenir une réalité dans le primaire, les élèves en situation de handicap sont encore très souvent séparés des autres au collège, et plus encore au lycée », souligne Nathalie Mons. La quasi-totalité des enfants handicapés âgés de 3 à 5 ans sont scolarisés dans une école ordinaire ; à 12 ans, ils sont 80 % ; à 15 ans, un peu plus de 60 % ; et à 18 ans, seulement 44 %. Ils accèdent très peu aux études postbac : seuls 6 % des jeunes handicapés âgés de 20 à 24 ans sont diplômés de l’enseignement supérieur. »...

<< Sommaire
lemonde

Les eleves handicapes mieux inclus a l'ecole qu'au college ou au lycee 12/02/2016

«Les progrès de la France dans la scolarisation des élèves handicapés se sont plus concrétisés en primaire qu'au secondaire, et pas assez dans l'accès aux bâtiments, selon une conférence de comparaison internationale qui émet vendredi des recommandations pour aller plus loin. Une loi de 2005 a ouvert plus largement les portes de l'école aux enfants handicapés, jusque-là surtout cantonnés dans des instituts médico-sociaux. Depuis, "les progrès ont été fulgurants", salue Nathalie Mons, présidente du Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco), qui a co-organisé fin janvier la conférence de comparaison internationale avec le Centre international d'études pédagogiques (CIEP). Comme la majorité des pays européens, "la France a adopté le modèle de l?école inclusive, qui n'est plus strictement enfermé dans une vision médicale du handicap", mais "accepte les différences comme une diversité". En dix ans le nombre d'enfants scolarisés en milieu ordinaire a presque doublé. A la rentrée 2014, il y avait 330.247 élèves handicapés scolarisés: 53% en classe ordinaire, 24% en classe spécialisée, 21% dans des établissements spécialisés sous la tutelle du ministère de la Santé et 2% en scolarisation partagée (spécialisée et ordinaire). Mais la France reste "au milieu du gué". Un quart des écoles construites depuis 2008 ne respectent pas les règles d'accessibilité. L'inclusion s'est davantage concrétisée en maternelle et à l'école élémentaire qu'au second degré, où il y a quatre fois moins d'élèves handicapés au lycée qu'au collège. Beaucoup de jeunes ne sont plus scolarisés après 15 ans. Plus de la moitié (58%) des lycéens handicapés sont scolarisés dans une filière professionnelle, contre un tiers pour l'ensemble des élèves. De même, les jeunes d'origine modeste sont surreprésentés parmi les élèves handicapés. La communication avec les parents peut aussi s'améliorer. Actuellement, moins de la moitié des familles connaissent les aménagements pédagogiques prévus par le plan personnalisé de scolarisation de leur enfant.

• 'Eliminer les barrières physiques' - Et la double responsabilité des ministères de la Santé et de l'Education "a créé une inflation d'organisations" responsables, ainsi qu'"une multiplication de sigles incompréhensibles pour les parents". Pour aller plus loin dans l'inclusion, la conférence préconise d'"éliminer les barrières physiques": toute construction ou reconstruction d'établissement scolaire doit respecter les règles d'accessibilité, tout comme les transports scolaires. Les enseignants doivent être formés à l'évaluation des élèves handicapés et à la diversité des méthodes pédagogiques. Il faudrait aussi développer le tutorat entre les élèves handicapés et les autres, proposer des activités périscolaires adaptées dans le cadre de la réforme des rythmes, désigner dans chaque établissement un enseignant capable de répondre aux questions des différents acteurs et "d'impulser une démarche de mutualisation des expériences".»...

<< Sommaire
lepoint

Liste OMS aides techniques prioritaires - enquete mondiale 11/02/2016

«Liste OMS aides techniques prioritaires - enquête mondiale Vous avez complété 0% de ce questionnaire. 0% 100% Choisissez une autre langue Contexte: Nous avons besoin de plus d'un milliard de produits et d'aides techniques à l'heure actuelle, et de plus de 2 milliards en 2050. Cependant, aujourd'hui seulement 1 personne sur 10 qui en ont besoin ont accès aux aides techniques (AT). Afin de changer ce scénario, en nous inspirant et en nous basant sur le succès de la liste des médicaments essentiels et génériques (MEG), l'OMS élabore une liste modèle des produits et aides techniques prioritaires de l'OMS (ATP) pour aider les Etats membres à planifier les politiques et les programmes liés à la fourniture d'AT. Comme les MEG, l'objectif principal de cette initiative est d'améliorer l'accès aux produits et aides techniques de qualité et abordables. Dans ce but, l'OMS lance une enquête mondiale pour identifier 50 produits et aides techniques les plus prioritaires. Toutes les parties prenantes, en particulier les utilisateurs/ les utilisateurs potentiels ou les membres de leur famille / ou organisations sont vivement encouragées à participer à cette enquête. Veuillez partager cette enquête auprès de vos collègues et amis. Prière de remplir ce questionnaire en ligne, ou télécharger le formulaire de l'enquête et renvoyer le questionnaire rempli, après avoir sélectionné les 50 produits et aides techniques les plus prioritaires à : assistivetechnology@who.int. Si vous acceptez d'y participer, veuillez remplir le formulaire sur vos données personnelles, afin de nous permettre de rester en contact et de vous informer sur les progrès liés à cette initiative. Tous les résultats de l'enquête seront analysés de façon anonyme et aucun identifiant personnel ne sera lié aux réponses individuelles. Toutes les informations resteront confidentielles. Merci pour votre participation à ce travail. Chapal Khasnabis (khasnabisc@who.int) Coopération mondiale en matière d'aides techniques (GATE)
Source: http://extranet.who.int | Source Status

<< Sommaire
extranet.who

La France maltraite-t-elle ses enfants handicapes ? 10/02/2016

«L'info est passée plutôt inaperçue et pourtant elle est lourde de sens et conséquences. Le Comité des Droits de l'enfant de l'ONU s'est réuni à Genève en janvier 2016 pour faire l'audition de 14 pays membres sur cette question. Les 13 et 14, il procède à celle de la France. Les débats sont filmés (vidéo en lien ci-dessous). Un rapporteur sans langue de bois A partir de la minute 27, le rapporteur Jorge Cardona aborde le cas des enfants handicapés. Il commence par féliciter la France pour la circulaire du 20 février 2014 (en lien ci-dessous) qui intensifie les mesures visant à éradiquer la maltraitance commise dans les établissements médico-sociaux. Il interpelle ensuite la délégation française en ces termes : « Mais le DDD (Défenseur des droits) continue de dénoncer ces traitements et surtout l'impunité face à ce type d'agissements. Quels sont les mécanismes existant pour veiller à l'application de la circulaire ? Qui mène à bien les inspections ? Avec quelle fréquence, comment ? Quels sont les systèmes de recours, les mécanismes prévus pour éviter l'impunité comme celle qui a eu lieu dans le cadre de l'institut Moussaron ? ». Les recommandations de l'ONU Quelques jours plus tard, le 4 février 2016, l'ONU rend ses recommandations à la France publiques. Sur 91 points, plusieurs concernent les enfants handicapés. Deux, réunis dans le chapitre « Torture et autres traitements dégradants et inhumains » et relatifs à la prise en charge dans le milieu médico-social, s'avèrent sans équivoque (rapport en lien ci-dessous en anglais).
• Point 40. Le Comité est préoccupé par les cas de mauvais traitements des enfants handicapés dans les institutions et la surveillance indépendante insuffisante de ces institutions. Il est particulièrement préoccupé par le fait que, dans certains cas, le personnel dénonçant ces mauvais traitements ait été accusé de diffamation et condamné ; les auteurs sont rarement traduits en justice, en dépit des preuves vidéo enregistrées.

• Point 41. Le Comité prie instamment l'Etat d'accroitre les initiatives pour comprendre, prévenir et lutter contre les causes profondes de mauvais traitement des enfants dans les institutions et le convie à : (A) Mettre en place des mécanismes capables de procéder à des inspections régulières et efficaces indépendantes des institutions de contrôle. (B) Enquêter rapidement et de manière approfondie sur toute allégation de mauvais traitement, traduire les coupables en justice et fournir des soins de rétablissement, de réinsertion et d'indemnisation aux victimes. (C) Créer des systèmes et services de notification adaptés aux familles, y compris des canaux confidentiels pour dénoncer les cas de mauvais traitements, et de protection contre les représailles, en particulier pour les enfants, leur famille et le personnel (article en lien ci-dessous sur les lanceurs d'alerte). (D) Interdire légalement la pratique du packing (enveloppement de l'enfant dans des draps humides froids) assimilable à des mauvais traitements et qui serait toujours pratiquée sur des enfants atteints de troubles du spectre autistique. Un autre chapitre est quant à lui consacré exclusivement aux enfants handicapés, avec autisme ou troubles psychiques (recommandation 57 à 64) tandis que leur scolarité est détaillée à partir du numéro 71. Des associations de parents soulagées Certaines petites associations parentales se sont fait connaitre pour leur virulence contre cette impunité. Rien à perdre, pas de centre à gérer, pas de « lits » à sauvegarder. Alors, sans relâche, elles interpellent. Et disent aujourd'hui leur soulagement ; l'ONU légitime leur combat. C'est le cas du Collectif Citoyen Handicap (CCH) qui rappelle que « cette institutionnalisation, ainsi que la mise en place d'unités d'enseignement pilotées et gérées via les associations gestionnaires, au lieu de préserver les droits des enfants handicapés, leur mission première, participent activement à la ségrégation et à leur exclusion. » Et de déplorer cette « institutionnalisation forcée où ils sont, pour beaucoup, jetés dans des établissements appliquant des méthodes inefficaces où sont, dans le même temps, exclues celles qui ont fait leurs preuves à l'international. ».» [...]
«Des parents victimes de menaces Le CCH confirme également les menaces et intimidations dont sont victimes, « de façon quasi-systématique », professionnels et parents s'opposant au système, allant parfois jusqu'au placement de leur enfant. Pour le collectif d'associations Parents en Colère 77, Autisme Ecoute et Partage, et Handi'Gnez-Vous !, c'est le même soulagement. Selon lui, le rapport de l'ONU constitue « une avancée majeure dans le cadre de la protection des enfants en situation de handicap, tous handicaps confondus. Nous ne pouvons que nous en féliciter tant ces recommandations étaient attendues par les parents, les professionnels et les acteurs associatifs non gestionnaires du médico-social. » Des attentes concrètes Ces associations espèrent donc du Gouvernement français qu'elles seront appliquées et suggèrent la mise en place de contrôles par un organisme totalement indépendant avec une représentativité dans chaque département, la suspension de l'agrément et des financements publics aux centres qui dysfonctionnent et la création d'un collégial de parents au sein des établissements médico-sociaux. La mise en place de groupes de parole mensuels associant professionnels, usagers et familles pour échanger autour du fonctionnement et de l'exercice de la vie citoyenne au sein des établissements figure également parmi les pistes pour offrir l'assurance de prises en charge adaptées. « Maltraitance institutionnelle » dans le code pénal Enfin, l'inscription des termes « maltraitance institutionnelle et prise en charge inadaptée » dans le code pénal français, inexistante à ce jour, pourrait permettre de traduire les coupables en justice comme le préconise l'ONU. Ces associations disent souhaiter travailler rapidement avec le Gouvernement, les parlementaires, les institutions indépendantes et l'ensemble des acteurs de la société civile pour que les droits des enfants en situation de handicap et la bientraitance dans les établissements médico-sociaux soient appliqués. »...

<< Sommaire
informations.handicap

Obligation d'emploi de travailleurs handicapes : ce que change la Loi Macron 09/02/2016

«L'employeur est tenu à une obligation d'emploi de travailleurs handicapés (OETH) dans son entreprise. Pour ce faire, il peut recourir à l'emploi direct de salariés en situation de handicap mais peut également s'acquitter de son obligation sous différentes formes. La loi Macron du 6 aout 2015 - complétée par un décret d'application du 28 janvier 2016 - a modifié quelque peu les moyens permettant d'atteindre cette obligation. Sommaire L'obligation d'emploi de travailleurs handicapés (OETH) Contrats de fourniture, de sous-traitance ou de prestations de services En effet, la loi n°2015-990 du 6 aout 2015 dite Loi Macron I pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, a étendu les possibilités à disposition des employeurs leur permettant de satisfaire leur obligation d'emploi de travailleurs handicapés. Le décret d'application n°2016-60 du 28 janvier 2016 relatif aux modalités d'acquittement partiel de l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés vient préciser les modalités de prise en compte des contrats conclus avec des travailleurs handicapés indépendants et des périodes de mise en situation professionnelle au titre de l'obligation d'emploi.»
[...]
« Désormais, la loi Macron I prévoit que les contrats passés avec des travailleurs indépendants handicapés sont pris en compte dans l'OETH, ce qui n'était pas le cas jusqu'alors. Cette mesure a été mise en oeuvre suite aux nombreuses revendications de l'Union professionnelle des travailleurs indépendants handicapés (Uptih). Néanmoins, on peut se poser la question suivante : en disposant de plus en plus de possibilités de s'acquitter de l'obligation d'emploi de manière indirecte, les employeurs vont-ils embaucher des travailleurs handicapés ? Pas sûr… »...

<< Sommaire
juritravail

Le comite des droits de l'enfant de l'ONU toujours severe avec la France -- Caisse des Depots 09/02/2016

«Qu'il s'agisse des enfants handicapés, des enfants pauvres ou des enfants de migrants, le rapport sur la situation de la France au regard de l'application de la convention des droits de l'enfant porte un regard sévère sur la mise en oeuvre des politiques liées à l'enfance. Après l'audition de la délégation française, les 13 et 14 janvier dernier à Genève, par le comité des droits de l'enfant de l'ONU, ce dernier a rendu, le 4 février 2016, son rapport sur la situation de la France au regard de l'application de la convention des droits de l'enfant. Il s'agit en l'occurrence du cinquième rapport périodique du genre, le précédent remontant à 2009 (voir nos articles ci-contre du 6 février et du 3 aout 2009). Haut niveau et sérieux ne suffisent pas à convaincre Dans un communiqué du 4 février 2016 en forme de pare-feu, publié juste avant la diffusion du rapport, Laurence Rossignol indique qu'elle s'était rendue à Genève, comme chef de la délégation française, "pour réaffirmer l'ambition du gouvernement en faveur de la politique de l'enfance, avec une attention toute particulière aux enfants les plus vulnérables". La secrétaire d'Etat chargée de la famille, de l'enfance, des personnes âgées et de l'autonomie précise aussi qu'"au cours de l'audition, le comité avait souligné le haut niveau de la délégation et le sérieux des réponses de la France". Mais le haut niveau et le sérieux n'ont manifestement pas suffi à convaincre le comité de droits de l'enfant. Il est vrai que le gouvernement n'a pas vraiment été aidé, dans son plaidoyer, par les rapports adressés au comité - comme le veut la procédure - par plusieurs organisations et associations françaises contribuant à la défense des droits des enfants (voir par exemple nos deux articles ci-contre du 12 juin 2015). Des avancées juridiques, mais du retard dans les faits Le rapport du comité reconnait certes des avancées, notamment dans le cadre juridique. Il cite ainsi, à ce titre, la loi de modernisation du système de santé, la loi sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, celle sur la transmission des informations préoccupantes ou encore la loi de refondation de l'école de la République. De même, il se félicite de la ratification, par la France, du troisième protocole à la convention des droits de l'enfant - qui permettra notamment aux enfants et à leurs représentants de saisir directement le comité - et d'autres engagements internationaux. Mais le rapport se fait nettement plus critique - comme en 2009 - sur la mise en oeuvre des politiques et sur les retards restant à combler. On pourrait passer sur le débat - très franco-français - autour de la fessée, mais le comité ne l'entend pas de cette oreille. Pour lui, "les châtiments corporels sont une forme de violence" et il demande donc à la France d'"interdire expressément les châtiments corporels dans tous les milieux, y compris au sein de la famille, dans les écoles, les garderies et dans les soins". Handicap et autisme Le comité se préoccupe également des cas de mauvais traitements relevés dans quelques établissements pour enfants handicapés. Dans le même ordre d'idée, il remet en cause la technique dite du "packing" - défendue par certains parents d'enfants autistes -, qui consiste à les envelopper dans des draps humides et froids et à utiliser le temps du réchauffement pour favoriser le travail psychothérapeutique. La Haute Autorité de santé (HAS) a également pris position contre cette technique, hors protocoles de recherche autorisés, mais n'a pas été entendue jusqu'à présent. Au-delà de cette question, c'est l'ensemble de la politique en faveur de la prise en charge des enfants autistes que le comité juge insuffisante. Le comité a en revanche pris note des efforts accomplis pour l'intégration scolaire des enfants handicapés, même s'il juge nécessaire de poursuivre les efforts d'amélioration. Trois millions d'enfants pauvres et encore trop de discriminations De façon plus large, les membres du comité se sont inquiétés du sort des trois millions d'enfants qui vivent sous le seuil de pauvreté, comme l'a dénoncé récemment le comité français de l'Unicef (voir notre article ci-contre du 12 juin 2015). De même, le rapport pointe "la persistance de la discrimination raciale et de la stigmatisation à l'égard des enfants roms". Dans le même esprit, il s'inquiète du sort des enfants dans la "jungle de Calais" et, plus largement, de celui des enfants de clandestins (notamment à propos des placements en zones de rétention et de l'accès aux droits des mineurs isolés étrangers). En termes de prestations - et malgré un certain nombre d'améliorations -, le comité note aussi la persistance des inégalités de traitement des enfants entre la métropole et les DOM - et tout particulièrement en Guyane et à Mayotte - en matière d'éducation, d'accès aux soins ou d'aide sociale à l'enfance.»...

<< Sommaire
localtis

Syracuse University Jumps into Top Research Tier in New Carnegie Classifications 08/02/2016

«Syracuse University has moved into the top tier for research activity among all doctoral universities in the nation, according to the recently released 2015 Carnegie Classification of Institutions of Higher Education. In the new rankings, which are issued twice a decade, Syracuse moved from an "R2" designation in 2010, denoting a "higher research activity," to an R1 designation, which is the top research class a university can be awarded. The distinction is based on an examination of recent data that helps Carnegie analysts gauge research activity as compared with other doctoral institutions. Criteria for research activity includes such factors as research and development expenditures, research staff and number of doctoral conferrals. Syracuse was one of 15 universities nationwide to move from R2 into the top category in the latest rankings. "Earning this classification is powerful recognition of our efforts to grow and expand research" says Syracuse University Interim Provost Liz Liddy. "We have already identified research and discovery as a key focus area in our academic strategic plan, and this is one more step in the right direction. I am proud of my colleagues across all of the schools and colleges and look forward to many future accomplishments." Interim Vice President for Research Peter Vanable says this distinction is a strong affirmation of faculty scholarship. "It acknowledges the great work that our faculty are already doing" says Vanable. "This is a proud moment, but there is much more we can do to effectively build on this momentum, and we plan on doing just that." The Carnegie Classification, created by the Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching and first published in 1973, is the widely accepted industry standard for classifying schools by higher education researchers and others. The U.S. Department of Education and many higher education associations use the classifications to organize data as well as determine a school's eligibility for grant money. The classifications are also used by U.S. News and World Report in grouping institutions by type for its popular Best Colleges rankings guide. The Carnegie Classification defines its doctoral grouping as those institutions that awarded at least 20 research/scholarship doctorates in 2013-14. Professional practice doctoral degrees, such as juris doctors, did not count toward that total. This year, a total of 335 institutions were classified as doctoral. Within that doctoral grouping, institutions were further classified as R1 (highest research activity), R2 (higher research activity) and R3 (moderate research activity).»...

<< Sommaire
news.syr

''Pourquoi tu ne m'as pas laisse mourir ?'' : mon fils est epileptique, il n'est pas fou 08/02/2016

«Mon fils a eu sa première crise d'épilepsie à 11 mois. Un jour, je l'ai retrouvé dans son lit. Son coeur ne bâtait plus. Il est mort quelques instants, mais a été réanimé par son père. A l'hôpital, on nous a expliqué que Judikaël avait fait une convulsion fébrile. Il aurait eu une otite que nous n'avions pas repérée, puis une forte poussée de fièvre qui aurait provoqué une convulsion. Au bout de quelques jours, son état s'étant stabilisé, nous sommes rentrés à la maison. Deux semaines plus tard, alors que je tenais mon bébé dans les bras, il a commencé à convulser. Son corps s'est crispé, et moi, je ne pouvais rien faire. J'étais paniquée, j'ai cru que mon fils allait mourir dans mes bras. Judikaël pouvait avoir plus de 15 crises par jour Quand Judikaël a eu 13 mois, il a commencé comme tous les enfants de son âge à marcher, mais à chaque fois qu'il trébuchait, il était saisi d'une nouvelle convulsion. Nous avons alors décidé de consulter un neuro-pédiatre. Le diagnostic est tombé : mon fils est épileptique.»
[...]
«Scolariser son enfant est un véritable combat Vivre avec un enfant atteint d’épilepsie est un combat quotidien : il faut trouver un bon médecin et surtout une école qui accepte de le prendre en charge. Ça a été très compliqué. En maternelle, Judikaël allait seulement deux heures par semaine à l’école, mais je devais rester dans le couloir en cas de problème. Au bout de deux ans, j’ai jeté l’éponge. Finalement, il a pu être pris en charge dans une école publique quand il a eu quatre ans. Il était scolarisé normalement, et pouvait même aller à la cantine. Il faut savoir que l’épilepsie peut entraîner des problèmes d’apprentissage. Mon fils a redoublé sa grande section pour être bien préparé au CP. "Votre fils le fait exprès" Certains de ses instituteurs ont fait preuve de beaucoup d’indulgence, d’autres ont été très durs. Je me souviens de son professeur de CE1 qui m’avait dit : "Judikaël le fait exprès. Il ne veut pas apprendre, il ne veut pas comprendre. Il ne peut pas rester ici." J’ai tenté de réclamer une auxiliaire de vie scolaire (AVS), mais cela m’a été refusé par le directeur de l’école. Abattue, j’ai eu la chance d’apprendre grâce au médecin de la Maison départementales des personnes handicapées (MDPH) de mon département qu’il existait un centre spécialisé pour les épileptiques à 80 km de chez nous. C'est le centre de Toul-ar-c'hoat à Châteaulin. Il a alors suivi une scolarité normale et pour son entrée en 6e, il a intégré une unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS). Aujourd’hui, il va avoir 16 ans, et il doit changer d’établissement. Il est probable qu’il soit accepté à Toulouse, à plus de 800 km de la maison. C’est dur à accepter, mais je sais aussi que c’est ce qu’il y a de mieux pour lui. »...

<< Sommaire
leplus.nouvelobs

5 Videos That Will Change Your Mind About Inclusive Education | Think Inclusive 07/02/2016


«Tomorrow Is Too Long to Wait for Inclusion 5 Videos That Will Change Your Mind About Inclusive Education November 1, 2013 By Tim Villegas 3 Comments Axel I don't know which side of the fence you are on in regard to inclusive education. And for all intents and purposes...¦it does not matter. This post could just as easily have been called, No...¦Really...¦I'm Not Crazy...¦Inclusive Education Works! Usually when I talk to people who are not familiar with the idea of having students with disabilities (including significant disabilities) in the general education setting they say they are having a hard time "wrapping their head around it" or want to see "what it actually looks like". So...¦just for those of you who need to see it to believe it, I have picked out five videos that will most definitely change your mind about whether inclusive education is really a good thing or not (or at least they should). Including Issac including isaac | a kala project from Bradley Productions on Vimeo. Including Issac is a 13 minute video about a boy with Spinal Muscular Atrophy (SMA) and his story of inclusion in a private Christian school in Michigan. It takes commitment from a school on all levels to make inclusion work for students with significant disabilities and this a clear example of how coming together for the benefit of one student can benefit all students. Watch this beautifully filmed and powerful video. Damian's Inclusion Project This video was made by the Georgia Department of Education (2011) to highlight a pilot inclusion program for students with the most significant cognitive disabilities in cooperation with Cobb County Schools. I am currently working on a follow up video to show how Damian is progressing through his 4th grade year (slated Fall of 2014). He is currently included for all segments in general education. Thaysa Thaysa from Dan Habib on Vimeo. Thasya Lumingkewas, 8, has autism and thrives at Maple Wood Elementary School in Somersworth, NH. The school has implemented Response to Intervention (RtI), Positive Behavioral Interventions and Supports (PBIS) and Universal Design for Learning (UDL). This film highlights the power of presuming competence, differentiated instruction and augmentative and alternative communication. Tana Vogele's Story Every year since Kindergarten, Tana Vogele has been included in general education classrooms despite her significant physical and intellectual disabilities. Watch this compelling video about the friendships that have been nurtured during her 4th grade year and what inclusion does to a classroom and school community. Axel AXEL open captioned FINAL HD 1080p from Dan Habib on Vimeo. This short film (16:39) focuses on Axel Cortes and the staff at Idelhurst Elementary School in Somersworth, NH. Axel is a fifth grader with autism who is non-verbal and exhibited significant behavioral challenges when he arrived at school. Axel came to Idelhurst during his 5th grade year from another school where he was exclusively in self-contained settings and was being taught preschool/kindergarten level. Through effective implementation of supports - including AAC, UDL, RtI, social stories, visual schedules and positive behavioral supports - Axel was able to learn 5th grade general education curriculum in a general education classroom within a few months. His challenging behaviors also decreased, and he thrived through interaction and engagement with ...˜typical' peers. Once Axel had an effective means of communication, the staff found that Axel was was bilingual and bi-literate (his family speaks Spanish at home). This film illustrates the potential for students with significant cognitive disabilities to achieve high academic outcomes. The film has received support from the National Center and State Collaborative (NCSC). The video shows how Axel accesses his environment via Augmentative and Alternative Communication as well as how his classmates accept him into their community. Watch how Axel is learning to type independently and makes strides with communicating his wants and needs in the general education setting. Sometimes we need to see examples of inclusion to really understand that it is possible and happening all over the world. Perhaps you are the one who can influence your local school to implement inclusive practices.»...

<< Sommaire
thinkinclusive

Yanous ! Droits et handicap. Une indemnisation multipliee par 19 ! 06/02/2016

«En 1994, un jeune piéton âgé de 9 ans était victime d'un grave accident de la circulation et subissait un traumatisme crânien grave. Une procédure amiable et une expertise médicale amiable étaient mises en place par la compagnie d'assurances pendant lesquelles la jeune victime était assistée de son père mais par aucun avocat. En 2005, 11 ans après l'accident, la compagnie d'assurances présentait enfin une offre d'indemnisation définitive d'un montant total de 449.000E. Désespéré, le père s'adressait alors à un avocat spécialisé afin qu'il représente les intérêts de son fils et le conseille sur l'opportunité d'accepter cette offre indemnitaire. L'avocat spécialisé, après avoir étudié le dossier, déconseillait d'accepter cette offre indemnitaire définitive manifestement sous-évaluée, et proposait d'assigner immédiatement l'assureur devant le Tribunal pour obtenir une juste et parfaite indemnisation. Le père fit confiance à l'avocat et suivit ses conseils en refusant cette offre définitive obtenue si tardivement après tant d'années de discussions amiables. Ce fut le début d'un long procès très difficile où, finalement, la victime obtint pleinement satisfaction.»
[...]
«Une fois encore, de nombreuses conclusions et pièces furent échangées devant la Cour d'Appel. La victime communiquait plus de 100 pièces. L'affaire fut à nouveau longuement plaidée. Par arrêt du 17 mars 2014, la Cour d'Appel de Paris donnait à nouveau gain de cause à la victime et condamnait la compagnie d'assurances à lui payer une somme en capital de 1.459.000€, ainsi que deux rentes viagères annuelles au titre de la tierce personne future et du préjudice professionnel d'un montant respectif, à compter d'août 2017, de 169.700€ et 18.000€, et représentant une somme capitalisée de 4.857.365€, soit une indemnisation totale du préjudice corporel à hauteur de 6.316.365€. A cette somme s'ajoutait la condamnation au titre du doublement des intérêts qui était confirmée et qui représentait plus de 1.870.000€ en sus, soit une indemnisation totale de plus de 8.180.000€. La compagnie d'assurance introduisait à nouveau un pourvoi en cassation, mais uniquement sur le doublement des intérêts qu'elle estimait totalement infondé. Conformément à notre droit, et heureusement pour la victime, la compagnie d'assurances a dû payer la totalité des condamnations avant de pouvoir faire examiner son pourvoi en cassation. Ainsi, après l'échange des mémoires, un arrêt fut rendu par la Cour de Cassation le 11 juin 2015, déboutant la compagnie d'assurances de la totalité de son pourvoi et de toutes ses illusions. Enfin, la victime introduisait une requête en interprétation devant la Cour d'Appel de Paris sur l'assiette du doublement des intérêts qui fut rejetée par arrêt du 19 octobre 2015. Ainsi, après 8 années de procédure intensive, ce dossier délicat et difficile est terminé. Il a donné toute satisfaction à la victime qui a obtenu par voie judiciaire une indemnisation 19 fois supérieure à l'offre d'indemnisation définitive et dérisoire formulée par la compagnie d'assurances en 2005 (8.180.000€ obtenus devant la Cour contre 449.000€ offerts initialement). Le jeune homme a certes perdu beaucoup de temps en se défendant seul, mais il a largement rattrapé le temps perdu. Il a pu obtenir gain de cause grâce à sa famille, qui a été patiente et persévérante en faisant toute confiance à son avocat spécialisé, lequel a mis tout en œuvre pour obtenir une très bonne indemnisation pour son client lors de ce captivant procès. Il faut rendre hommage à son père qui s'est battu pour obtenir une décision de justice garantissant les droits de son fils, ainsi qu'à sa mère qui a pris la relève et a aussi su le représenter avec ténacité. Le jeune homme, après avoir eu un parcours difficile, a enfin trouvé, avec sa mère, une vie équilibrée et sécurisée, lui permettant d'acquérir un logement et de vivre entouré des siens avec bonheur et sous la surveillance bienveillante de son oncle. »...

<< Sommaire
yanous

UN -Report of France- 40.-41. Torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment 06/02/2016


«40. The Committee is concerned by cases of ill-treatment of children with disabilities in institutions and the insufficient independent monitoring of such institutions. It is particularly concerned that in some cases, the personnel denouncing ill-treatment have reportedly been accused of defamation and condemned while perpetrators were rarely brought to justice, in spite of video recorded evidence. The Committee is further concerned that the “packing” technique (wrapping the child in cold, wet sheets), which amounts to ill-treatment, has not been legally prohibited and is reportedly still practiced on some children with autistic spectrum disorders.» [...]
« 41. The Committee urges the State party to increase initiatives to understand, prevent and counter the root causes of ill-treatment of children in institutions, and that it: (a) Establish oversight mechanisms able to undertake regular and effective independent inspections of institutions; (b) Thoroughly and promptly investigate any allegations of ill-treatment, bring the perpetrators to justice, and provide care, recovery, reintegration and compensation for child victims; (c) Create accessible and child-friendly reporting systems and services, including confidential channels for denouncing cases of ill-treatment and protection from reprisals, particularly for children, their families, and personnel; (d) Legally prohibit the practice of “packing” children and any other practice that amounts to ill treatment. »...

<< Sommaire
tbinternet.ohchr

UN -Report of France- 40. Torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment 06/02/2016

«40. The Committee is concerned by cases of ill-treatment of children with disabilities in institutions and the insufficient independent monitoring of such institutions. It is particularly concerned that in some cases, the personnel denouncing ill-treatment have reportedly been accused of defamation and condemned while perpetrators were rarely brought to justice, in spite of video recorded evidence. The Committee is further concerned that the “packing” technique (wrapping the child in cold, wet sheets), which amounts to ill-treatment, has not been legally prohibited and is reportedly still practiced on some children with autistic spectrum disorders.»...

<< Sommaire
tbinternet.ohchr

Exclusif : La censure est-elle une valeur republicaine ? 06/02/2016

«Modifié à 18h. Un numéro de la revue Diversité portant sur l'école et les valeurs républicaines est bloqué depuis un mois. L'information a été donnée par F Dhume, un chercheur, lors du colloque sur les discriminations organisé par le rectorat de Créteil. Selon nos informations, le contenu du numéro poserait problème au cabinet de N Vallaud-Belkacem. Pour l'éditeur, Canopé, la décision de publication est en attente et il n'y a pas de censure ministérielle. Comment le ministère a géré l'après Charlie La recherche peut-elle tout dire sur la façon dont les valeurs républicaines sont enseignées par l'Ecole ? Apparemment non. Un numéro de la revue scientifique Diversité, publiée par Canopé, est bloqué depuis un mois. Selon F Dhume ce numéro devait sortir début janvier. Nous avons contacté plusieurs auteurs de ce numéro qui confirment la non parution de ce numéro et qui rendent le cabinet de la ministre responsable de la non publication. L'idée d'un numéro sur L'Ecole et les valeurs de la République est née après Charlie et un colloque qui s'est tenu à Marseille sur ce thème. Le numéro devait réunir des contributions de Fabrice Dhume, Geneviève Zoia, Françoise Lorcerie, Benoit Falaize, tous des spécialistes reconnus sur les questions de citoyenneté, de discrimination, notamment de discrimination ethnique. Les articles évoquaient la généalogie du racisme dans l'institution scolaire, les usages de la laicité à l'école au niveau international et la gestion de l'après Charlie par le ministère. Au moins une contribution aurait suscité le blocage ministériel. Canopé dément Pour JM Merriaux, directeur général de Canopé et directeur de la publication, la décision de publication lui revient et il n'y a pas d'interférence du cabinet de N. Vallaud Belkacem.»...

<< Sommaire
cafepedagogique

Committee on the Rights of the Child Concluding observations on the fifth periodic report of France 05/02/2016

«Committee on the Rights of the Child Concluding observations on the fifth periodic report of France III. Main areas of concern and recommendations A. General measures of implementation (arts. 4, 42 and 44 (6)) The Committee’s previous recommendations 6. The Committee recommends that the State party adopt all the measures necessary to address those previous recommendations that have been partly, insufficiently, or not implemented at all (CRCCO4), such as those relating to corporal punishment, minimum age of responsibility, the juvenile justice system, and unaccompanied migrant children, and regrets in particular that the State party has not withdrawn its reservation to article 30 and its two declarations to articles 6 and 40. Legislation 7. The Committee is concerned that only a very limited number of the provisions of the Convention are recognized as self-executing and that its principles and rights are not duly included in national legislation 8. The Committee reiterates its recommendation to the State party that it ensure the applicability of all the provisions of the Convention on the whole territory of the State party and that it can be invoked by individuals in national courts at all levels (CRCCO4, para. 10).»
[...]
« Children with autism 59. The Committee is concerned that in spite of three successive Autism Plans, children with autism continue to be subjected to widespread violations of their rights. The Committee is particularly concerned that the majority of children with autism do not have access to education in mainstream schools, or receive limited education on a part-time basis with no specifically trained personnel to support their inclusion. The Committee is also concerned that: (a) The implementation of the 2012 recommendations by the High Health Authority is not mandatory and that children with autism are still proposed inefficient psychoanalytical therapies, over-medication, and placement in psychiatric hospitals and institutions, including in Belgium; (b) Professionals trained in internationally recognised therapies, development and education programmes are scarce and are not covered by the health insurance system; (c) Some parents who oppose the institutionalization of their children are intimidated, threatened, and, in some cases, lose the custody of their children, with the children being forcibly institutionalized or subject to administrative placement. 60. The Committee urges the State party to take immediate measures to ensure that the rights of children with autism, especially their right to inclusive education, are respected, that the 2012 recommendations of the High Health Authority are legally binding on professionals working with children with autism, and that only therapies and educational programmes which conform with the recommendations of the High Health Authority be authorised and reimbursed. The State party should also ensure that children with autism are not subjected to forced institutionalization or administrative placement and that parents are no longer subjected to reprisals when refusing institutionalisation of their children. »...

<< Sommaire
tbinternet.ohchr

La rapporteuse speciale handicap de l'ONU sollicite une visite en FRANCE 05/02/2016

«Mme Catalinas Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale de l'ONU aux droits des personnes handicapées, a sollicité en octobre 2015 une visite officielle en FRANCE (suite à une demande collective d'associations). Elle n'a toujours pas reçu de réponse du gouvernement. Manque de temps ? Pourtant, 5 mois, c'est large pour répondre non ? MMe Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale aux droits des personnes handicapées MMe Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale aux droits des personnes handicapées En attendant...¦Le Comité des droits de l'enfant de l'ONU vient de rendre ses observations finales sur la mise en oeuvre par la France de la convention des droits de l'enfant, dans le cadre du 5ème rapport périodique de la France. Alliance Autiste et Autisme France avaient rédigé un rapport alternatif au Comité concernant l'autisme. Le Comité n'a pas été dupe des réponses technocratiques de la France lors son audition les 13 et 14 janvier, et il tire aujourd'hui la sonnette d'alarme : il y a une violation généralisée des droits des enfants handicapés à l'éducation, à la scolarisation sans ségrégation, à la participation à la collectivité, à recevoir des accompagnements conséquents et adaptés à leurs spécificités dans tous leurs lieux de vie, à ne pas subir d'actes maltraitants, à ne pas être discriminés...¦. Voici en détail les observations / recommandations concernant le handicap.»
[...]
«Entre autres le Comité recommande à la France :
• de mettre en place des mécanismes de contrôle permettant de procéder à des inspections indépendantes, régulières et efficaces des institutions ;
• d’interdire légalement la pratique du packing,
• de rendre juridiquement contraignantes les recommandations autisme publiées par la HAS,
• de former les enseignants et professionnels de l’éducation à l’éducation inclusive,
• de prendre des mesures immédiates – pour assurer que les droits des enfants autistes, en particulier leur droit à l’éducation inclusive, soient respectés, – pour que seules les thérapies et les programmes éducatifs qui sont conformes aux recommandations de la Haute autorité de santé soient autorisés et remboursés,
• de veiller à ce que les enfants autistes ne soient pas soumis à l’institutionnalisation forcée ou au placement administratif et à ce que les parents ne soient plus soumis à des représailles lorsqu’ils refusent l’institutionnalisation de leurs enfants. »...

<< Sommaire
blogs.lexpress

La rapporteuse speciale handicap de l'ONU sollicite une visite en FRANCE | The autist 05/02/2016

«Mme Catalinas Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale de l'ONU aux droits des personnes handicapées, a sollicité en octobre 2015 une visite officielle en FRANCE (suite à une demande collective d'associations). Elle n'a toujours pas reçu de réponse du gouvernement. Manque de temps ? Pourtant, 5 mois, c'est large pour répondre non ? MMe Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale aux droits des personnes handicapées MMe Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale aux droits des personnes handicapées En attendant...¦Le Comité des droits de l'enfant de l'ONU vient de rendre ses observations finales sur la mise en oeuvre par la France de la convention des droits de l'enfant, dans le cadre du 5ème rapport périodique de la France. Alliance Autiste et Autisme France avaient rédigé un rapport alternatif au Comité concernant l'autisme. Le Comité n'a pas été dupe des réponses technocratiques de la France lors son audition les 13 et 14 janvier, et il tire aujourd'hui la sonnette d'alarme : il y a une violation généralisée des droits des enfants handicapés à l'éducation, à la scolarisation sans ségrégation, à la participation à la collectivité, à recevoir des accompagnements conséquents et adaptés à leurs spécificités dans tous leurs lieux de vie, à ne pas subir d'actes maltraitants, à ne pas être discriminés...¦. Voici en détail les observations / recommandations concernant le handicap Entre autres le Comité recommande à la France : ...¢ de mettre en place des mécanismes de contrôle permettant de procéder à des inspections indépendantes, régulières et efficaces des institutions ; ...¢ d'interdire légalement la pratique du packing, ...¢ de rendre juridiquement contraignantes les recommandations autisme publiées par la HAS, ...¢ de former les enseignants et professionnels de l'éducation à l'éducation inclusive, ...¢ de prendre des mesures immédiates - pour assurer que les droits des enfants autistes, en particulier leur droit à l'éducation inclusive, soient respectés, - pour que seules les thérapies et les programmes éducatifs qui sont conformes aux recommandations de la Haute autorité de santé soient autorisés et remboursés, ...¢ de veiller à ce que les enfants autistes ne soient pas soumis à l'institutionnalisation forcée ou au placement administratif et à ce que les parents ne soient plus soumis à des représailles lorsqu'ils refusent l'institutionnalisation de leurs enfants.»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Le DEAES - decret n° 2016-74 du 29 janvier 2016 05/02/2016


«DECRET n° 2016-74 du 29 janvier 2016 M. Manuel VALLS Premier ministre relatif au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social et modifiant le code de l'action sociale et des familles(partie réglementaire) JORF n°0026 du 31 janvier 2016 (texte n° 21) - NOR: AFSA1521331D On trouve ce décret sur le site : legifrance> décret n° 2016-74 du 29 janvier 2016 ou : NOR: AFSA1521331D è commentaire de ce décret : le DEAES Notice : ce décret crée un diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, en remplacement du diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale et du diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique. Ce décret fixe les modalités d'organisation de la formation et de délivrance du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social. Il prévoit une période transitoire pendant laquelle les personnes engagées dans un cycle de formation ou de validation des acquis de l'expérience relevant des précédentes dispositions applicables pour l'obtention d'un diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale ou d'aide médico-psychologique peuvent poursuivre leur formation.» [...]
«Article 1 Art. D. 451-88.-Le diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social atteste des compétences nécessaires pour réaliser un accompagnement social au quotidien, visant à compenser les conséquences d'un handicap, quelles qu'en soient l'origine ou la nature, qu'il s'agisse de difficultés liées à l'âge, à la maladie, ou au mode de vie, ou les conséquences d'une situation sociale de vulnérabilité, et à permettre à la personne de définir et de mettre en œuvre son projet de vie. Art. D. 451-89.-I.-Le diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social est structuré en un socle commun de compétences et trois spécialités : “ Accompagnement de la vie à domicile ”, “ Accompagnement de la vie en structure collective ”, “ Accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire ”. Le diplôme mentionne la spécialité acquise. Il peut être obtenu par la voie de la formation ou, en tout ou pour partie, par la validation des acquis de l'expérience. Il est délivré par le représentant de l'Etat dans la région. II.-Le certificat de spécialité “ accompagnement de la vie à domicile ” atteste des compétences nécessaires pour contribuer à la qualité de vie de la personne, au développement ou au maintien de ses capacités à vivre à son domicile. Le certificat de spécialité “ accompagnement à la vie en structure collective ” atteste des compétences nécessaires au soutien des relations interpersonnelles et à la qualité de vie de la personne dans son lieu de vie collectif. Le certificat de spécialité “ Accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire ” atteste des compétences nécessaires pour faciliter, favoriser et participer à l'autonomie des enfants, adolescents et des jeunes adultes en situation de handicap dans les activités d'apprentissage, et les activités culturelles, sportives, artistiques et de loisirs. Les certificats de spécialité peuvent être obtenus uniquement par les titulaires du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, par une formation complémentaire. Ils sont délivrés par le représentant de l'Etat dans la région. Art. D. 451-90.-La formation préparant au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, pour l'acquisition du socle commun de compétences et des spécialités, comprend une formation théorique et une formation pratique dispensée au cours de stages en alternance. Cette formation est dispensée par les établissements publics ou privés ayant satisfait aux obligations mentionnées aux articles L. 451-1 et suivants du code de l'action sociale et des familles. La durée et le contenu de la formation peuvent varier en fonction de l'expérience professionnelle et des diplômes possédés par les candidats. « Les candidats sont soumis à des épreuves d'entrée en formation, organisées par les établissements de formation selon des modalités fixées par arrêté. Art. D. 451-91.-Le représentant de l'Etat dans la région nomme le jury plénier du diplôme, qui comprend au plus treize membres dont le président et douze membres répartis en trois collèges égaux : 1° Des formateurs issus des établissements de formation, publics ou privés, préparant au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social ; 2° Des représentants de l'Etat, des collectivités publiques ou de personnes qualifiées dans le champ de l'action sociale, médico-sociale et dans le champ éducatif ; 3° Des représentants qualifiés du secteur professionnel. Le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale ou son représentant, préside le jury. Le président du jury a voix prépondérante, en cas d'égalité de voix. Ce jury procède à la délibération finale. Ce jury peut, en tant que de besoin, se subdiviser en groupes d'examinateurs. Art. D. 451-92.-Les titulaires du diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale ou du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide à domicile ou de la mention complémentaire aide à domicile sont, de droit, titulaires du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, spécialité “ accompagnement de la vie à domicile ”. Les titulaires du diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique ou du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide médico-psychologique sont, de droit, titulaires du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, spécialité “ accompagnement de la vie en structure collective ”. Art. D. 451-93.-Un arrêté du ministre chargé des affaires sociales précise les compétences professionnelles mentionnées à l'article D. 451-88, les modalités d'accès à la formation, le contenu et l'organisation de cette formation ainsi que les modalités de certification du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social. Article 2 A titre transitoire, les candidats engagés à la date de publication du présent décret dans une préparation au diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique ou au diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale restent soumis aux modalités de certification du diplôme préparé, qui demeure régi par les dispositions antérieures. De même, en cas de validation partielle, les candidats peuvent compléter la certification conformément aux dispositions antérieures. Article 3 A titre transitoire, les établissements de formation, titulaires d'une déclaration préalable les autorisant à délivrer une formation au diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique ou au diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale, peuvent être autorisés à dispenser la formation au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, (...) »...

<< Sommaire
scolaritepartenariat.chez-alice

Vidéo: Une start-up nicoise cree un logiciel de lecture pour autistes 04/02/2016


«Apprendre à lire, à parler est compliqué pour les enfants autistes. La Fondation Lenval à Nice, utilise un logiciel imaginé par une start-up des Alpes-Maritimes. Les résultats sont spectaculaires. Il s'appelle Sema-tic. Imaginé par une start-up niçoise, cet outil numérique permet d'apprendre aux enfants autistes, qui ne parlent quasiment pas, de décoder les mots, et de les prononcer. Le support est motivant, tout se fait sur ordinateur, et la fondation Lenval expérimente ce mode d'apprentissage, avec succès.» [...]
« Apprendre à lire, à parler, enfin, Luisa Usson en rêvait pour sa petite fille. Enfin, elle entend le son de sa voix. Elle disait juste quelques mots, chaque fois que je l'entends, c'est une fierté. Le logiciel est désormais en vente et disponible pour les écoles ou les particuliers. »...

<< Sommaire
m.france3-regions.francetvinfo

Les activites de promotion de l'egalite et d'acces aux droits | Le Defenseur des Droits 04/02/2016

«Encadré 5 : Formation des cadres de l'Education nationale La loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République du 25 juin 2013, rappelle la nécessité de lutter contre les inégalités et les discriminations pour la réussite de tous les élèves. Dans le but d'accompagner l'école dans son ambition de promouvoir l'égalité, l'Ecole supérieure de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche (ESENESR) et le Défenseur des droits ont signé une convention de partenariat visant à développer des actions de formation en direction des publics accueillis à l'ESENESR, afin de contribuer à la lutte contre les discrimination, ainsi qu'à la promotion des droits et de l'égalité dans l'éducation. A la faveur de cette convention, le Défenseur des droits a développé en 2015 une série de onze sessions de formation en direction des chefs d'établissements et des inspecteurs de l'éducation nationale, ainsi que des équipes pédagogiques de l'ESENESR chargées de la conception et de l'animation des formations. Ces sessions de formation, proposées dans le cadre de la formation initiale des personnels de direction, ont eu pour objectif d'apporter des éléments de connaissances sur les missions et les actions du Défenseur des droits, ainsi que sur le droit de la lutte contre les discriminations en se basant notamment sur l'analyse juridique de situations de discrimination établies à partir des saisines du Défenseur des droits. 2400 personnels cadres de l'Education nationale ont participé à ces formations. Lors de ces différentes occasions, des situations anonymisées reçues par le Défenseur des droits, mettant en cause l'institution scolaire, ont fait l'objet de travaux en atelier visant à confronter les pratiques des cadres de l'éducation nationale pouvant rencontrer de telles situations au sein de leurs établissements ou de leurs académies. Pour l'année 2016, l'action du Défenseur des droits en matière de formation dans l'éducation portera sur deux principaux axes stratégiques : le renforcement de la formation initiale des personnels de direction de l'éducation à l'ESENESR ainsi que le développement des modules de formation continue des enseignants en académie à la faveur d'une convention en cours de signature entre le ministère de l'Education nationale et le Défenseur des droits.»...

<< Sommaire
defenseurdesdroits

Autisme : une methode prometteuse pour agir des le plus jeune age 04/02/2016


«Pong, pong. Dans une petite pièce au décor dépouillé, un enfant et une jeune femme se lancent un ballon de baudruche. Au bout de quelques passes, Jules (son prénom a été changé), 2 ans et demi, part dans un coin. «Fini», bredouille-t-il. Immédiatement, Carolina, l'adulte, range le ballon et lui propose un livre. Puis un puzzle. Sans succès. Alors elle embraye, se dissimule sous une couverture. Jules vient la chercher. D'une voix enjouée, la jeune femme l'incite à se cacher à son tour. Pas de réaction. Alliant le geste à la parole, elle tente «...Šla petite bête qui monte...Š». Cette fois, l'enfant sourit, son regard s'éclaire. Elle recommence encore et encore. Jules éclate de rire, cherche le contact physique avec Carolina. Un joli moment de complicité, mais pas seulement. «...ŠC'est une RSS, une routine ­sociale sensorielle, et c'est exactement ce que nous cherchons à obtenir, explique la jeune femme. Dès qu'un enfant émet un comportement social, on le renforce. Et dans cette démarche, trouver son sourire est un élément essentiel....Š»»...

<< Sommaire
lemonde

Les Lilas : elle se bat pour scolariser son fils autiste 04/02/2016

«« Votre fils en CP, c'est inenvisageable ». Pour Sabrina Deguine-Leroy, mère d'un enfant atteint de troubles du spectre autistique (TSA), la réponse de l'école est tombée comme une condamnation. Aujourd'hui, Ryan, 6 ans, est scolarisé dans une « classe normale » au sein de la maternelle Victor-Hugo aux Lilas. « Stimulé par les autres enfants, il a fait d'énormes progrès. Il a appris à compter jusqu'à dix », assure sa maman. Mais l'année prochaine, pas le choix...¦ Cet enfant qui souffre d'un retard du développement général et a tendance à « rester dans sa bulle » devra renoncer à son cartable d'écolier. Une seule option est proposée à l'enfant : une place en Institut médico-éducatif (IME). « Mais mon fils n'a rien à faire dans cette structure, poursuit Sabrina. Le suivi éducatif proposé est insuffisant et inadapté. De plus, côté médical, Ryan est déjà entouré par une équipe soignante de qualité avec laquelle il faudra rompre s'il intègre l'IME. »»...

<< Sommaire
leparisien

Audition de la France a Geneve : le Comite des droits de l'enfant de l'ONU rend ses observations - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales, de la Sante et des Droits des femmes 04/02/2016

«Laurence Rossignol, Secrétaire d'Etat chargée de la Famille, de l'Enfance, des Personnes âgées et de l'Autonomie et cheffe de la délégation française, s'était rendue à Genève pour réaffirmer l'ambition du Gouvernement en faveur de la politique de l'enfance, avec une attention toute particulière aux enfants les plus vulnérables. Au cours de l'audition, le comité avait souligné le haut niveau de la délégation et le sérieux des réponses de la France. C'est dans ce même esprit de dialogue constructif que les observations et recommandations sont rédigées. Le comité souligne les nombreuses évolutions positives, en particulier par l'élaboration et la mise en oeuvre de stratégies depuis 2012, notamment dans le domaine de la protection de l'enfance, de l'éducation et de la lutte contre la pauvreté. Plus particulièrement, il accueille très positivement la ratification de plusieurs grands textes, comme le 3ème protocole à la convention des droits de l'enfant, et la promulgation d'importantes dispositions législatives, telles que la loi de modernisation du système de santé, la loi sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes ou encore la loi de refondation de l'école de la République. Le comité note également avec satisfaction les soixante mille créations de postes dans l'Education Nationale contribuant ainsi à une meilleure inclusion des enfants porteurs de handicap. Bien que soulignant les efforts fournis, le comité relève des axes d'amélioration nécessaires dans les domainesde la prise en charge de l'autisme, de la justice des mineurs, de l'accueil des enfants étrangers ou encore de l'égalité des territoires, en particulier d'outre-mer. Consciente des progrès qu'il lui reste à accomplir à partir des recommandations du comité, la France orientera ses politiques publiques dans le respect des droits de l'enfant. La formation enfance du Haut Conseil de la Famille, de l'Enfance et de l'Age, prévue dans la loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement, promulguée le 28 décembre, y veillera. Elle sera en effet chargée du suivi des observations du Comité et permettra un lien constant entre les associations et institutions de l'enfance et notamment de défense et de promotion des droits de l'enfant. Il répondra ainsi dès le premier semestre 2016 à la recommandation du Comité d'avoir une instance garante de la cohérence et de l'ambition de la stratégie globale pour l'enfance.»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

REPLAY. Regardez l'emission ''Cash Investigation'' consacree aux pesticides et leurs dangers pour la sante - France 2 - 2 fevrier 2016 - En replay 04/02/2016

«Elles s'appellent Syngenta, Monsanto, Bayer ou Dow, vous ne les connaissez peut-être pas. Ce sont des multinationales de l'agrochimie qui fabriquent les pesticides utilisés dans l'agriculture. Leurs produits se retrouvent dans les aliments, dans l'eau du robinet et même dans l'air que l'on respire. Certains sont cancérigènes ou neurotoxiques, d'autres sont des perturbateurs endocriniens particulièrement dangereux pour les enfants. "Cash Investigation" a eu accès à une base de données confidentielle sur les ventes de pesticides en France, produit par produit, département par département, entre 2008 et 2013. En moyenne, ce sont près de 65 000 tonnes de pesticides purs qui sont épandues chaque année sur notre territoire. Aujourd'hui, l'Hexagone est le premier consommateur de produits phytosanitaires en Europe. Des molécules dangereuses Depuis 1980, les cancers infantiles augmentent de 1% par an en France, soit environ 2 500 cas supplémentaires chaque année. C'est la deuxième cause de mortalité chez l'enfant. Existe-t-il un lien entre ces maladies et l'exposition aux pesticides ? Pour les scientifiques du monde entier, il n'y a plus guère de doute. Le folpel produit par Bayer, l'atrazine de Syngenta ou le chlorpyrifos-éthyl de Dow Chemical. Derrière ces noms inconnus du grand public se cachent des molécules aux risques sanitaires avérés. Des molécules qui rapportent des milliards d'euros aux multinationales. Après un an d'investigation en France, en Allemagne, en Suisse ou aux Etats-Unis, "Cash Investigation" révèle comment certains produits mettent nos enfants en danger. La démocratie polluée par les pesticides Le dernier volet de l'enquête a conduit l'équipe de "Cash Investigation" à Hawai. Le climat de cet archipel paradisiaque permet quatre récoltes par an. C'est pourquoi les multinationales y testent leurs produits. Dans ce qui est probablement le plus grand labo à ciel ouvert d'expérimentation d'OGM au monde, elles font un usage massif de pesticides. On y recense dix fois plus d'anomalies congénitales que la moyenne aux Etats-Unis. La mobilisation des citoyens a permis de faire passer une loi locale pour limiter les dégâts. Les industriels ont immédiatement répliqué, attaquant cette loi devant les tribunaux, et ils ont gagné. A Hawai, au grand jeu de la démocratie, c'est la chimie qui l'emporte.»...

<< Sommaire
francetvinfo

REPLAY. Regardez l'emission ''Cash Investigation'' consacree aux pesticides et leurs dangers pour la sante - France 2 - 2 fevrier 2016 - En replay 04/02/2016

«Elles s'appellent Syngenta, Monsanto, Bayer ou Dow, vous ne les connaissez peut-être pas. Ce sont des multinationales de l'agrochimie qui fabriquent les pesticides utilisés dans l'agriculture. Leurs produits se retrouvent dans les aliments, dans l'eau du robinet et même dans l'air que l'on respire. Certains sont cancérigènes ou neurotoxiques, d'autres sont des perturbateurs endocriniens particulièrement dangereux pour les enfants. "Cash Investigation" a eu accès à une base de données confidentielle sur les ventes de pesticides en France, produit par produit, département par département, entre 2008 et 2013. En moyenne, ce sont près de 65 000 tonnes de pesticides purs qui sont épandues chaque année sur notre territoire. Aujourd'hui, l'Hexagone est le premier consommateur de produits phytosanitaires en Europe. Des molécules dangereuses Depuis 1980, les cancers infantiles augmentent de 1% par an en France, soit environ 2 500 cas supplémentaires chaque année. C'est la deuxième cause de mortalité chez l'enfant. Existe-t-il un lien entre ces maladies et l'exposition aux pesticides ? Pour les scientifiques du monde entier, il n'y a plus guère de doute. Le folpel produit par Bayer, l'atrazine de Syngenta ou le chlorpyrifos-éthyl de Dow Chemical. Derrière ces noms inconnus du grand public se cachent des molécules aux risques sanitaires avérés. Des molécules qui rapportent des milliards d'euros aux multinationales. Après un an d'investigation en France, en Allemagne, en Suisse ou aux Etats-Unis, "Cash Investigation" révèle comment certains produits mettent nos enfants en danger. La démocratie polluée par les pesticides Le dernier volet de l'enquête a conduit l'équipe de "Cash Investigation" à Hawai. Le climat de cet archipel paradisiaque permet quatre récoltes par an. C'est pourquoi les multinationales y testent leurs produits. Dans ce qui est probablement le plus grand labo à ciel ouvert d'expérimentation d'OGM au monde, elles font un usage massif de pesticides. On y recense dix fois plus d'anomalies congénitales que la moyenne aux Etats-Unis. La mobilisation des citoyens a permis de faire passer une loi locale pour limiter les dégâts. Les industriels ont immédiatement répliqué, attaquant cette loi devant les tribunaux, et ils ont gagné. A Hawai, au grand jeu de la démocratie, c'est la chimie qui l'emporte.»...

<< Sommaire
francetvinfo

Maltraitance : ces lanceurs d'alerte qui ont tout risque 02/02/2016

«« Nous sommes dans une société où il vaut mieux fermer sa gueule ». Elle le dit haut et fort Bernadette. Bernadette, c'est une ex de « Moussaron ». Cet institut du Gers accueillant des enfants polyhandicapés a défrayé la chronique fin 2013 (articles en lien ci-dessous). Ce scandale de maltraitance (certains préfèrent employer le mot « dysfonctionnement ») avait été relayé par de nombreux medias. Bernadette y était éducatrice et avait été l'une des rares à dénoncer ces agissements. Il est même placé sous tutelle par la ministre de l'époque, Marie-Arlette Carlotti. Un rapport de 300 pages de l'ARS (Agence régionale de santé) confirme les faits. Et puis après ? Pour ceux qui ont parlé, la messe est dite...¦ Deux femmes face caméra Deux ans plus tard, plutôt que de la fermer, Bernadette a décidé de continuer à l'ouvrir. Céline aussi malgré sa mise en examen pour diffamation (article en lien ci-dessous). Toutes deux face caméra pour le premier épisode d'une série documentaire « Lanceurs d'alerte, la vie d'après », réalisée par Eloise Lebourg et Matthias Simonet (Mediacoop). Première étape dans le médico-social ; bientôt les affaires politiques, économiques, financières, environnementales et les services publics. De quoi se faire des amis...¦ Un lanceur d'alerte, quésaco ? Mais c'est quoi un lanceur d'alerte ? Ce néologisme désigne une « personne ou un groupe qui estime avoir découvert des éléments qu'il considère comme menaçants pour l'homme, la société, l'économie ou l'environnement et qui, de manière désintéressée, décide de les porter à la connaissance d'instances officielles, d'associations ou de médias, parfois contre l'avis de sa hiérarchie. » Ni dénonciateur ni délateur. La délation, c'est autre chose, c'est « une dénonciation motivée par la vengeance, la jalousie, l'appât du gain ou pour son propre intérêt. » Une loi de protection des lanceurs d'alerte est en réflexion en France mais, pour le moment, aucune aide ne leur est accordée. Un colloque avait lieu en 29 septembre 2016 sur ce thème à Paris. On y a parlé finance, politique, assez peu médico-social. Céline était présente. En est revenue dépitée. D'autres Moussaron ? Des Moussaron, il y en a pourtant d'autres. « On en parfois prend plein la figure dans ce secteur mais personne ne veut rien faire, explique Céline. » Alors ces deux femmes ont décidé de ne plus mâcher leurs mots ; elles n'ont, de toute façon, plus rien à perdre. Ont tout perdu ! Comme souvent pour ceux qui brisent l'omerta, deviennent parias...¦ Ou héros ? Il existe en effet quelques grandes figures comme Edward Snowden, l'homme à abattre. Ou à sauver ? En juin 2014, 169 000 Français adressaient une pétition à François Hollande pour que notre pays lui accorde l'asile politique. Mais combien de signatures pour d'autres, ces passionarias anonymes, ces « emmerdeurs » à faire taire ? La vulnérabilité des lanceurs d'alerte laisse un trou béant dans la protection du droit à la liberté de l'information. « Le pire serait de se taire » Comme annoncé en préambule du film, « ce documentaire ne veut pas faire le travail de la justice. Il ne s'agit pas de mener une enquête sur ce qu'on appelle désormais l'affaire Moussaron mais de donner la parole aux lanceurs d'alerte, bien souvent bâillonnés et condamnés au silence. » Une cinquantaine de minutes qui disent le quotidien de ceux qui ont parlé. Les pressions, les insultes, les lynchages, la solitude. La peur aussi...¦ Rien n'a protégé Bernadette et Céline. Rien ni personne, et encore moins le système, « une machine juridique et sociétale qui est en train de les piétiner » selon les réalisateurs. Ces derniers conçoivent qu'ils prennent aussi des « risques » mais affirment que le « pire serait de se taire ».»...

<< Sommaire
informations.handicap

The two fold role of oxytocin in social developmental disorders: A cause and a remedy? - PubMed - NCBI 02/02/2016

«Abstract Oxytocin is widely used by obstetricians to induce or facilitate labor. The long lasting consequences of oxytocin administration remain however unknown. Here, we discuss recent evidence suggesting a link between oxytocin labor induction and developmental social impairments such as autism spectrum disorders (ASD). Because these associations are methodologically questionable, we provide a review of animal studies investigating the long term effects of neonatal injection of oxytocin to shed light on the biological mechanisms that mediate the contribution of early oxytocin supplementation on the development of social impairments. In contrast to this potential negative impact on development, oxytocin has been shown to ameliorate social skills of ASD patients. However, results of chronic oxytocin administration from animal experiments are contradictory. We also review recent studies looking at chronic oxytocin effects in animal and in humans. Obstetric and psychiatric uses of exogenous oxytocin both impact on oxytocinergic neurotransmission but the effects may be sharply dissimilar.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Un decret installe un nouveau metier : accompagnant educatif et social 02/02/2016

«Un décret et un arrêté du 29 janvier 2016 créent officiellement un nouveau métier dans le secteur médicosocial et, plus précisément, dans la prise en charge des personnes en perte d'autonomie. Il s'agit en l'occurrence du décret créant le diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social et de l'arrêté précisant le contenu et le déroulé de la formation conduisant à l'obtention de ce diplôme. Le nouveau diplôme remplace ceux d'AVS et d'AMP Ce nouveau métier - qui n'a pas encore d'acronyme (AES ?) - remplace, en les fusionnant, deux autres diplômes d'Etat préexistants : celui d'auxiliaire de vie sociale (AVS) - plutôt orienté de fait vers les personnes âgées - et celui d'aide médicopsychologique (AMP), plutôt orienté vers les personnes handicapées. Le décret du 29 janvier 2016 précise que le nouveau diplôme "atteste des compétences nécessaires pour réaliser un accompagnement social au quotidien, visant à compenser les conséquences d'un handicap, quelles qu'en soient l'origine ou la nature, qu'il s'agisse de difficultés liées à l'âge, à la maladie, ou au mode de vie, ou les conséquences d'une situation sociale de vulnérabilité, et à permettre à la personne de définir et de mettre en oeuvre son projet de vie". Une définition qui s'inscrit directement dans le prolongement de celle de l'AVS ou de l'AMP. Le diplôme d'accompagnant éducatif et social - de niveau V dans la classification des emplois et des formations - comprend un socle commun de compétences et trois spécialités : "Accompagnement de la vie à domicile", "Accompagnement de la vie en structure collective", "Accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire". Cette dernière spécialité "atteste des compétences nécessaires pour faciliter, favoriser et participer à l'autonomie des enfants, adolescents et des jeunes adultes en situation de handicap dans les activités d'apprentissage, et les activités culturelles, sportives, artistiques et de loisirs". Il s'agit en l'occurrence de la mise en oeuvre de la reconnaissance et de la professionnalisation des auxiliaires de vie scolaire qui accompagnent les enfants handicapés scolarisés en milieu ordinaire. Une bascule automatique sur le nouveau diplôme Le diplôme est délivré par le préfet de région, après délibération d'un jury plénier composé de trois collèges égaux composés de formateurs pour le premier, de représentants de l'Etat, des collectivités et de personnalités qualifiées pour le second, et de représentants qualifiés du secteur professionnel pour le troisième. De façon classique, le cursus combine une formation théorique de 525 heures (dont 378 pour le socle commun et 147 pour la spécialité choisie) et une formation pratique de 840 heures, le tout s'étalant sur une période de un à deux ans. Le décret prévoit aussi un basculement automatique sur le diplôme d'accompagnant éducatif et social (spécialité "accompagnement de la vie à domicile") pour les titulaires du diplôme d'Etat d'AVS ou du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide à domicile ou de la mention complémentaire aide à domicile. De même, les titulaires du diplôme d'Etat d'AMP ou du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide médicopsychologique sont, de droit, titulaires du diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social, spécialité "accompagnement de la vie en structure collective". Enfin, le décret du 29 janvier 2016 prévoit - à titre transitoire - que "les candidats engagés à la date de publication du présent décret dans une préparation au diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique ou au diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale restent soumis aux modalités de certification du diplôme préparé, qui demeure régi par les dispositions antérieures". De son côté, l'arrêté du 29 janvier 2016 détaille les modalités d'accès à la formation conduisant au diplôme d'accompagnant éducatif et social, le contenu et l'organisation de cette formation, les modalités de certification et la validation des acquis de l'expérience (VAE). Les annexes de l'arrêté proposent notamment le référentiel professionnel de ce nouveau métier.»...

<< Sommaire
localtis

Autisme, Parkinson... Une appli toulousaine va revolutionner le quotidien des malades et de leurs proches « Article « Cote Toulouse 02/02/2016

«L'histoire d'Estelle, c'est celle de milliers, voire de millions de personnes en France qui vivent au quotidien avec une personne atteinte de troubles cognitifs. Maman d'Allan, un enfant diagnostiqué autiste à deux ans et scolarisé en Clis (Classe pour l'inclusion scolaire), cette sémillante toulousaine a voulu fructifier son expérience personnelle pour en faire profiter les personnes malades ou en perte d'autonomie et leurs proches et aidants familiaux. Ma base de départ était de trouver la façon de communiquer à distance avec les personnes porteuses d'un handicap via des alertes. Le but est que la personne soit la plus autonome possible, explique Estelle, qui a trouvé un énorme manque sur ce type de service dans ses différentes recherches.»...

<< Sommaire
actu.cotetoulouse

The costs of inequality: When a fair shake isn't | Harvard Gazette 01/02/2016

«First in a series on what Harvard scholars are doing to identify and understand inequality, in seeking solutions to one of America's most vexing problems. It's a seemingly nondescript chart, buried in a Harvard Business School (HBS) professor's academic paper. A rectangle, divided into parts, depicts U.S. wealth for each fifth of the population. But it appears to show only three divisions. The bottom two, representing the accumulated wealth of 124 million people, are so small that they almost don't even show up. Other charts in other journals illustrate different aspects of American inequality. They might depict income, housing quality, rates of imprisonment, or levels of political influence, but they all look very much the same. Perhaps most damning are those that reflect opportunity ...” whether involving education, health, race, or gender ...” because the inequity represented there belies our national identity. America, we believe, is a land where everyone gets a fair start and then rises or falls according to his or her own talent and industry. But if you're poor, if you're uneducated, if you're black, if you're Hispanic, if you're a woman, there often is no fair start.»...

<< Sommaire
news.harvard

Elevated plasma levels of glutamate in children with autism spectrum disorders. - PubMed - NCBI 31/01/2016

«Abstract Excitatory neurotransmitter signaling through glutamate receptors modulates cognitive functions such as memory and learning, which are usually impaired in autism spectrum disorders (ASD). The aim of this study was to assess the clinical significance of plasma glutamate levels in ASD. Fifty-one children diagnosed with ASD, 51 typically developing children, and 51 children with intellectual disability matched for sex and age were assessed for plasma glutamate at admission. Plasma levels of glutamate were measured by liquid chromatography-tandem mass spectrometry and the severity of ASD was evaluated using the Childhood Autism Rating Scale Score. We found that the mean plasma glutamate levels were significantly (P<0.0001) higher in children with ASD compared with healthy controls and intellectual disability controls [36.1 (SD: 8.3) vs. 23.4 (4.2) vs. 24.7 (4.6)µM; P<0.001, respectively]. Levels of glutamate increased with increasing severity of ASD as defined by the Childhood Autism Rating Scale score. Receiver operating characteristics to diagnose ASD showed areas under the curve of glutamate of 0.92 [95% confidence interval (CI), 0.87-0.96], which was superior to high-sensitivity C-reactive protein [0.64 (95% CI, 0.55-0.75), P<0.001] and homocysteine (area under the curve, 0.72; 95% CI, 0.64-0.81; P<0.000). In multivariate logistic regression analysis, glutamate was an independent diagnosis indicator of ASD with an adjusted odds ratio of 1.362 (95% CI, 1.164-1.512; P<0.0001). The present study shows that autistic children had higher plasma levels of glutamate and elevated plasma glutamate levels may play an important role in the pathogenesis of autism. Further larger studies are required to support our findings.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih