L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Tue Jul 17 02:30:05 CEST 2018 France - It's time to Stand Up! For inclusion
16/07/18 Conseil d'État Rejet recours contre l'instruction sur l'isolement et la contention [arianeinternet.conseil-etat]
16/07/18 The Diagnosis of Autism Spectrum Disorder Based on the Random Neural Network Cluster. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
12/07/18 Autisme : descolarise, il obtient son bac avec 16,83 de moyenne [rtl]
09/07/18 Le nombre de demandes de PCH a continue de croitre de 6% en 2017 [caissedesdepotsdesterritoires]
04/07/18 Changer le regard sur le handicap [lanouvellerepublique]
04/07/18 « Les parents d'enfants handicapes ont un stress equivalent a un soldat » - La Croix [la-croix]
30/06/18 Therapeutic body wraps (TBW) for treatment of severe injurious behaviour in children with autism spectrum disorder (ASD): A 3-month randomized controlled feasibility study [journals.plos]
28/06/18 Sante mentale : ce que propose l'Assurance-maladie [lesechos]
27/06/18 Autisme et cerveau humain : des chercheurs identifient un nouveau mecanisme moleculaire : Le Bulletel [publications.mcgill]
26/06/18 Autism Disorder Treatment Market By Drugs, By Type of Treatment, Size, Types, Share, Trends, Analysis and Forecasts To 2025 - satPRnews [satprnews]
26/06/18 Autisme : Le Centre Expert De Limoges Entre Deux Eaux | Toubib Or Not Toubib [france3-regions.blog.francetvinfo]
23/06/18 Success of blood test for autism affirmed: First physiological test for autism proves high accuracy in second trial -- ScienceDaily [sciencedaily]
22/06/18 Lancement de la certification Services et etablissements Autisme | Handeo [handeo]
22/06/18 Adultes autistes : lancement d'une consultation publique pour elaborer des recommandations de bonnes pratiques [lequotidiendumedecin]
22/06/18 MDPH : enfin un systeme simplifie et uniformise en France ? [informations.handicap]
19/06/18 Scientists learn more about how gene linked to autism affects brain [medicalxpress]
19/06/18 Learning an Embodied Visual Language: Four Imitation Strategies Available to Sign Learners. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
19/06/18 Study finds more information about how gene linked to ASD affects the brain [news-medical]
17/06/18 Entre les neurosciences et la psychanalyse, la fin des hostilites [nonfiction]
11/06/18 L'association les Nez Rouges soupconnee d'« abus de confiance » par le parquet de Limoges - Limoges (87000) - Le Populaire du Centre [lepopulaire]
08/06/18 Suramin for Autism? - Ivanhoe Broadcast News, Inc. [ivanhoe]
06/06/18 Growth spurt in head, skeleton mark autism in boys | Spectrum | Autism Research News [spectrumnews]
06/06/18 The Difference Between Tantrums and Sensory Meltdowns [understood]
06/06/18 Autisme : une prise en charge encore trop couteuse pour les familles [sante.lefigaro]
05/06/18 Restitution des 1ers résultats Grande consultation nationale ''Familles & Handicap'' - Mission Nationale Accueils de loisirs et Handicap [mission-nationale]
13/05/18 Few parents recognize regression in their children with autism | Spectrum | Autism Research News [spectrumnews]
11/05/18 Petition ෠A.R.S et Sophie Cluzel et Emmanuel Macron: sauver Ines de l'enfer Psychiatrique (Camisole chimique et enfermement) · [change]
10/05/18 Question n°8178 - Assemblee nationale [questions.assemblee-nationale]
07/05/18 Study finds possibility of new ways to treat, manage epilepsy seizures | EurekAlert! Science News [eurekalert]
06/05/18 Predicting autism could be possible through brain wave patterns, study shows - ABC News [abcnews.go]
06/05/18 Is it Time to Give Up on a Single Diagnostic Label for Autism? - Scientific American Blog Network [blogs.scientificamerican]
05/05/18 Des tablettes pour sortir les autistes de leur silence [lanouvellerepublique]
04/05/18 Limoges : le centre expert autisme diagnostiquera, mais n'accompagnera plus les enfants - France 3 Nouvelle-Aquitaine [france3-regions.francetvinfo]
02/05/18 Ecrans : quels risques pour les enfants ? - Vies de famille, le magazine des allocations familiales [viesdefamille.streamlike]
29/04/18 Le Blanc accueille le premier stage pour parachutistes handicapes organise par la federation francaise [francebleu]
28/04/18 Oxytocin enhancement of emotional empathy: generalization across cultures and effects on amygdala activity | bioRxiv [biorxiv]
28/04/18 Understanding the Needs of Families of Children Who Are Deaf/Hard...: Ingenta Connect [ingentaconnect]
25/04/18 Influence of anxiety and alexithymia on brain activations associated with the perception of others' pain in autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
25/04/18 Pour l'accueil des autistes [lejsd]
22/04/18 Ianis vise son diplome au Tir sportif blancois [lanouvellerepublique]
19/04/18 Autisme et psychanalyse, histoire d'un echec francais [theconversation]
18/04/18 RASSEMBLEMENT AVS le 2 mai a Nimes [cnt-f]

Conseil d'État Rejet recours contre l'instruction sur l'isolement et la contention 16/07/2018

«Par une requête et un mémoire en réplique, enregistrés les 20 juillet 2017 et 9 mai 2018 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, l'association Cercle de réflexion et de proposition d'action sur la psychiatrie (CRPA) demande au Conseil d'Etat : 1°) d'annuler pour excès de pouvoir l'instruction n° DGOS2017109 du 29 mars 2017 relative à la politique de réduction des pratiques d'isolement et de contention au sein des établissements de santé autorisés en psychiatrie et désignés par le directeur général de l'agence régionale de santé pour assurer des soins psychiatriques sans consentement, ainsi que la décision du ministre des affaires sociales et de la santé rejetant son recours gracieux du 9 mai 2017 ;.»
[...]
« D E C I D E : Article 1er : La requête de l'association Cercle de réflexion et de proposition d'action sur la psychiatrie est rejetée. Article 2 : La présente décision sera notifiée à l'association Cercle de réflexion et de proposition d'action sur la psychiatrie et à la ministre des solidarités et de la santé. »...

<< Sommaire
arianeinternet.conseil-etat

The Diagnosis of Autism Spectrum Disorder Based on the Random Neural Network Cluster. - PubMed - NCBI 16/07/2018

«Abstract As the autism spectrum disorder (ASD) is highly heritable, pervasive and prevalent, the clinical diagnosis of ASD is vital. In the existing literature, a single neural network (NN) is generally used to classify ASD patients from typical controls (TC) based on functional MRI data and the accuracy is not very high. Thus, the new method named as the random NN cluster, which consists of multiple NNs was proposed to classify ASD patients and TC in this article. Fifty ASD patients and 42 TC were selected from autism brain imaging data exchange (ABIDE) database. First, five different NNs were applied to build five types of random NN clusters. Second, the accuracies of the five types of random NN clusters were compared to select the highest one. The random Elman NN cluster had the highest accuracy, thus Elman NN was selected as the best base classifier. Then, we used the significant features between ASD patients and TC to find out abnormal brain regions which include the supplementary motor area, the median cingulate and paracingulate gyri, the fusiform gyrus (FG) and the insula (INS). The proposed method provides a new perspective to improve classification performance and it is meaningful for the diagnosis of ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Autisme : descolarise, il obtient son bac avec 16,83 de moyenne 12/07/2018

«C'est une belle histoire de revanche. Nicolas a 17 ans et à l'âge de trois ans ce jeune garçon est retiré de la maternelle, parce qu'il est diagnostiqué comme autiste. 14 ans plus tard il vient non seulement de décrocher son bac, mais qui plus est, avec une mention Très Bien et 16,82 de moyenne générale. Si cela n'a pas été tous les jours facile, ce bac, Nicolas l'a préparé chez lui. Au mois d'octobre, il quitte le lycée dans lequel il est scolarisé. "Je ne me sentais pas bien", explique-t-il à la Dépêche du Midi. C'est sa mère qui l'a aidé, elle lui a notamment préparé les cours d'histoire-géo et de philo.»
[...]
«"J'ai fini ma scolarité comme je l'ai commencé, seul, à l'écart des autres, à cause d'un système. Je voudrais aujourd'hui dire aux familles que leurs enfants autistes n'ont rien à faire en psychiatrie ", affirme-t-il, "qu'elles se tournent plutôt vers les méthodes qui se pratiquent à l'étranger, qu'elles n'écoutent pas leurs médecins qui conseillent de faire le deuil de leur enfant comme cela a été le cas pour mes parents". Aujourd'hui le jeune homme rêve de devenir développeur de jeux vidéo. Il se donne un an pour intégrer une école de programmation à Montpellier. »...

<< Sommaire
rtl

Le nombre de demandes de PCH a continue de croitre de 6% en 2017 09/07/2018

«La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) publie un focus sur les chiffres de la prestation de compensation du handicap (PCH) en 2017. Financée par les départements avec le soutien de la CNSA, cette prestation n'a cessé de progresser depuis sa création par la loi Handicap du 11 février 2005. L'an dernier, elle a ainsi franchi une barre symbolique, en atteignant un total de 309.500 demandes, soit une progression de 6% par rapport à 2016. Un taux d'accord de l'ordre de 47% des demandes Ce chiffre représente aujourd'hui, en moyenne nationale, 914 demandes pour 100.000 habitants. Si la PCH entraine une mobilisation significative pour les équipes pluridisciplinaires des maisons départementales des personnes handicapées - et une dépense importante pour les départements -, elle ne représente en revanche que 7% des demandes adressées aux MDPH, qui traitent aussi de nombreuses autres prestations : AAH, AEEH, cartes mobilité inclusion, RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé), orientations en établissements ou services, orientation et formation professionnelle.»
[...]
«Une moyenne de 758 euros par mois pour financer l'aide humaine En termes financiers, les montants moyens attribués en 2017 par les MDPH varient selon les composantes de la prestation. En moyenne, la participation allouée est de 758 euros par mois pour financer de l'aide humaine, de 835 euros pour financer des aides techniques, de 2.861 euros pour financer un aménagement du logement et de 2.541 euros pour financer un aménagement du véhicule. En outre, la CNSA précise qu'en 2017, 87% des personnes bénéficiaires de l'intervention du fond de compensation du handicap sont des allocataires de la PCH. Cette dynamique continue de la PCH n'est évidemment pas sans effet sur les dépenses des départements. Le soutien aux personnes handicapées reste en effet leur dépense la plus dynamique, dans un contexte marqué pourtant par une relative stabilisation de leurs budgets d'action sociale. Selon l'Odas (Observatoire national de l'action sociale), elle a progressé l'an dernier de 2,7%, pour atteindre 7,52 milliards d'euros, ou 6,78 milliards d'euros et +2,7% si on tient compte du concours financier de la CNSA (voir notre article ci-dessous du 23 mai 2018). Les créations de places étant pratiquement terminées dans le secteur du handicap, cette progression d'ensemble - qui vaut aussi sur une période plus longue (voir notre article ci-dessous du 15 mars 2017) - s'explique essentiellement par celle de la PCH. Or, comme l'explique Claudine Padieu, la directrice scientifique de l'Odas, "on ne comprend pas la poursuite de la progression du nombre de PCH, dix ans après la création de la prestation...". »...

<< Sommaire
caissedesdepotsdesterritoires

Changer le regard sur le handicap 04/07/2018


«L'Envolée furieuse, compagnie de théâtre amateur d'adultes en situation de handicap mental, a invité les élèves du collège blancois des Ménigouttes à assister à la représentation de leur spectacle, La Rencontre, donnée la semaine dernière, au Moulin de la filature. Cette nouvelle représentation s'inscrivait pleinement dans les objectifs de la troupe : provoquer la rencontre par le biais de la différence et des sentiments ; par l'entremise de la scène, déclencher une interrogation, un début de changement de regard ; transcender sur le plateau ce qui est vécu par les autres plus que par eux-mêmes, comme un handicap. A suivi un temps riche en échanges entre les adolescents (dont une cinquantaine pratique le théâtre au collège) et la troupe d'artistes. Les jeunes, enthousiasmés, ont enrichi l'arbre de la troupe avec des mots tels que « Emotion », « Admirable », « Ouverture », etc. Une belle rencontre pour les acteurs et les spectateurs.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

« Les parents d'enfants handicapes ont un stress equivalent a un soldat » - La Croix 04/07/2018

«Des mots face au handicap. Des paroles de colère, de découragement, de solitude aussi, souvent. Des témoignages de parents qui racontent la vie de leur enfant. Des appels au secours ou à la bienveillance. Des mots parfois teintés d'un humour un peu amer. « J'ai lu un jour que les parents d'enfants handicapés avaient un niveau de stress équivalent à un soldat sur le champ de bataille. Je confirme. Je vais certainement m'engager dans l'armée », dit Jessica, mère de Yoan. « Etes-vous avec nous? », c'est la question que pose l'Unapei dans un livre d'interpellation des responsables politiques et des professionnels de l'éducation, de la santé, de l'entreprise ou des médias. « Etes-vous avec nous pour mettre fin au scandale de l'isolement des personnes handicapées et de leurs familles? », demande l'association qui donne la parole à 50 personnes. Quelques professionnels du handicap, des bénévoles mais surtout des proches.»
[...]
«« Les cocktails de médicaments la transforment en zombie » Et vivre aujourd’hui avec le handicap, c’est ne plus accepter l’inacceptable. « Quelques semaines après que le diagnostic de notre enfant a enfin été posé, j’en ai informé la directrice de l’école, qui m’a dit sans ménagement et avec une violence terrible : “Vous devez faire votre deuil, un deuil sans mort, sans cadavre mais c’est le même processus” », raconte Mélissa, la mère de Thomas, dans le livre de l’Unapei. Les mots aussi d’Olivier, le frère de Jeanne, 37 ans, retournée vivre chez ses parents après sept ans d’hôpital psychiatrique. « Inscrite sur liste d’attente » depuis tellement d’années que plus personne dans la famille ne pense qu’elle aura un jour une place en établissement. « Les seules solutions proposées pour contrer ses crises de violence sont des cocktails de médicaments qui la transforment en zombie et la détruisent un peu plus tous les jours », explique Olivier. La Belgique, faute de place en France Les mots de Nadine, la mère de Marguerite, sans solution d’accueil depuis 2013. Enfin presque. «”La seule solution, c’est la Belgique”, nous dit-on. Comme un eldorado ! Nous sommes allés voir, nous avons visité et entendu. Un circuit bien huilé, comme si nous nous apprêtions à acheter une maison dans un joli lotissement », s’insurge Nadine. « Notre fille n’est pas un pion qu’on déplace d’une case à l’autre, bon sang », ajoute-t-elle. Avec toujours, en travers de la gorge, la réaction des éducateurs et des médecins face à son refus de la Belgique. « De toute façon, il faudra bien vous y faire, il n’y a pas de place ailleurs. » »...

<< Sommaire
la-croix

Therapeutic body wraps (TBW) for treatment of severe injurious behaviour in children with autism spectrum disorder (ASD): A 3-month randomized controlled feasibility study 30/06/2018

«Abstract Introduction The use of therapeutic body wraps (TBW) has been reported in small series or case reports, but has become controversial. Objectives This is a feasibility, multicentre, randomized, controlled, open-label trial with blinded outcome assessment (PROBE design). Setting Children with autism and severe-injurious behaviours (SIB) were enrolled from 13 specialized clinics. Interventions Dry-sheet TBW (DRY group) vs. wet-sheet TBW (WET group). Primary outcome measures 3-month change in the Aberrant Behaviour Checklist irritability score (ABC-irritability) within per-protocol (PP) sample. Results From January 2008 to January 2015, we recruited 48 children (age range: 5.9 to 9.9 years, 78.1% male). Seven patients (4 in the DRY group, 3 in the WET group) were dropped from the study early and were excluded from PP analysis. At endpoint, ABC-irritability significantly improved in both groups (means (standard deviation) = -11.15 (8.05) in the DRY group and -10.57 (9.29) in the WET group), as did the other ABC scores and the Children Autism Rating scale score. However, there was no significant difference between groups. All but 5 patients were rated as much or very much improved. A repeated-measures analysis confirmed the significant improvement in ABC-irritability scores according to time (p < .0001), with no significant difference between the two groups (group effect: p = .55; interaction time x group: p = .27). Pooling both groups together, the mean 3-month change from baseline in ABC-irritability score was -10.90 (effect size = 1.59, p < .0001). Conclusions We found that feasibility was overall satisfactory with a slow recruitment rate and a rather good attrition rate. TBW was a safe complementary therapy in this population. There was no difference between wet and dry TBW at 3 months, and ABC-irritability significantly decreased with both wet and dry sheet TBW. To assess whether TBW may constitute an alternative to medication or behavioural intervention for treating SIB in ASD patients, a larger randomized comparative trial (e.g. TBW vs. antipsychotics) is warranted.»...

<< Sommaire
journals.plos

Sante mentale : ce que propose l'Assurance-maladie 28/06/2018

«La ministre de la Santé présente sa feuille de route sur la santé mentale, qui concerne 7 millions de Français. L'Assurance-maladie propose de revoir le financement des établissements psychiatriques. Près de 23 milliards d'euros de dépenses en 2016 et 7 millions de Français concernés : le rapport annuel de l'Assurance-maladie, présenté à son conseil ce jeudi, se penche sur l'impact économique et sanitaire des problèmes de santé mentale. C'est le deuxième poste de remboursements. Du fait du vieillissement et d'un meilleur repérage, les dépenses ont cru de 1,7 milliard en cinq ans. Les auteurs avaient été surpris l'année précédente par le poids de la santé mentale. En 2018, ils ont cherché à comprendre pourquoi ces maladies coutent si cher, et comment mieux les prendre en charge. Concomitamment, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a présenté jeudi sa feuille de route « santé mentale et psychiatrie », six mois après l'annonce de douze mesures d'urgence pour la psychiatrie. L'accent est mis sur la prévention et les bonnes pratiques, par exemple pour repérer le burn-out des étudiants en santé ou des soignants en Ehpad. Mais la feuille de route ouvre également la voie à une révision du mode de financement des hôpitaux psychiatriques, avec un budget psychiatrie « préservé » à partir de 2018.»
[...]
«L'objectif est de réduire les inégalités entre établissements et territoires, avec des écarts qui vont de 3.200 euros par patient en Meurthe et Moselle à... 14.500 dans l'Indre. »...

<< Sommaire
lesechos

Sante mentale : ce que propose l'Assurance-maladie 28/06/2018

«La ministre de la Santé présente sa feuille de route sur la santé mentale, qui concerne 7 millions de Français. L'Assurance-maladie propose de revoir le financement des établissements psychiatriques. Près de 23 milliards d'euros de dépenses en 2016 et 7 millions de Français concernés : le rapport annuel de l'Assurance-maladie, présenté à son conseil ce jeudi, se penche sur l'impact économique et sanitaire des problèmes de santé mentale. C'est le deuxième poste de remboursements. Du fait du vieillissement et d'un meilleur repérage, les dépenses ont cru de 1,7 milliard en cinq ans. Les auteurs avaient été surpris l'année précédente par le poids de la santé mentale. En 2018, ils ont cherché à comprendre pourquoi ces maladies coutent si cher, et comment mieux les prendre en charge. Concomitamment, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a présenté jeudi sa feuille de route « santé mentale et psychiatrie », six mois après l'annonce de douze mesures d'urgence pour la psychiatrie. L'accent est mis sur la prévention et les bonnes pratiques, par exemple pour repérer le burn-out des étudiants en santé ou des soignants en Ehpad. Mais la feuille de route ouvre également la voie à une révision du mode de financement des hôpitaux psychiatriques, avec un budget psychiatrie « préservé » à partir de 2018.»
[...]
«L'objectif est de réduire les inégalités entre établissements et territoires, avec des écarts qui vont de 3.200 euros par patient en Meurthe et Moselle à... 14.500 dans l'Indre. »...

<< Sommaire
lesechos

Autisme et cerveau humain : des chercheurs identifient un nouveau mecanisme moleculaire : Le Bulletel 27/06/2018

«Dans une étude publiée dans Stem Cell Reports, une équipe de chercheurs de l'Université McGill menée par Carl Ernst, chercheur au Centre de recherche de l'hôpital Douglas, lève le voile sur un mécanisme moléculaire susceptible de contribuer au développement de l'autisme. A partir de cellules cutanées de patients reprogrammées par génie génétique en cellules cérébrales, Carl Ernst, Scott Bell, candidat au doctorat, ainsi qu'Edward A. Fon et Thomas M. Durcan, collègues de l'Institut et hôpital neurologiques de Montréal, ont déterminé comment une cellule du cerveau, porteuse d'une mutation génétique propre au patient, se développe anormalement. L'équipe s'est concentrée sur un gène nommé GRIN2B, connu pour causer l'autisme lorsqu'il subit une mutation. Presque tous les gènes chez les humains ont deux copies. Une mutation dans une seule copie de GRIN2B est suffisante pour provoquer une déficience intellectuelle modérée et l'autisme. «La protéine, fabriquée à partir de ce gène, est généralement étudiée sur des neurones matures ou en maturation, principalement chez les rongeurs. Dans notre étude, nous avons découvert que les cellules souches neurales humaines ...” des cellules immatures ...” produisent cette protéine. Elle joue d'ailleurs un rôle clé à un stade beaucoup plus précoce du développement qu'on ne le pensait auparavant», affirme Carl Ernst, titulaire d'une Chaire de recherche du Canada en génétique psychiatrique et professeur agrégé au département de psychiatrie à l'Université McGill. La fabrication de ces cellules cérébrales, actives électriquement, offre un aperçu du système nerveux humain en laboratoire, même en l'absence d'irrigation sanguine ou de structures cellulaires de soutien. «Les souris ne peuvent pas être utilisées comme modèle animal pour ce syndrome génétique particulier. Pour décrypter les mécanismes de la maladie, nous devons donc travailler sur des cellules humaines.» Gène réputé important au niveau de la communication entre neurones plus matures, GRIN2B forme une partie d'un récepteur majeur du cerveau humain (NMDA). Les résultats de cette étude montrent que GRIN2B a une fonction dès le stade des cellules souches neurales. Par génie génétique, l'équipe de Carl Ernst a réussi à corriger en laboratoire la mutation affectant les cellules du patient, et à les faire redevenir saines. «Les troubles du spectre de l'autisme forment un ensemble de centaines de maladies très rares, causées par des mutations dans de nombreux gènes. Elles peuvent néanmoins être regroupées en une constellation spécifique de symptômes. Nous devons aborder ces troubles en nous intéressant d'abord aux gènes, plutôt qu'en nous attardant à une classification clinique», explique Carl Ernst, auteur principal de l'étude. D'autres recherches seraient nécessaires pour tester si d'autres gènes de l'autisme, que l'on pense importants à des stades de développement tardifs, sont également essentiels à un stade neuronal précoce.»...

<< Sommaire
publications.mcgill

Autism Disorder Treatment Market By Drugs, By Type of Treatment, Size, Types, Share, Trends, Analysis and Forecasts To 2025 - satPRnews 26/06/2018

«Autism Disorder Treatment Market by Types (Autistic Disorder, Asperger Syndrome, Pervasive Developmental Disorder, Others), By Type of Treatment, By Drugs (SSRIS, Anti-Convulsant, Stimulants - Ritalin, Anti-Psychotic, Risperidone and Others) Autism Disorder Treatment Market Forecast from 2015 till 2025 Market Scenario: Autism is known as autism spectrum disorder (ASD) scientifically. It is recognized by symptoms such as repetitive behavior, problems with non-verbal communication, and social skills. Such symptoms differ from patient to patient, therefore, called autism spectrum disorder. The symptom of autism can appear in the age of 2-3 years of an individual. The exact reason of disorder is not known. However, genes and environmental factors can be the cause of incidence of autism.»...

<< Sommaire
satprnews

Autisme : Le Centre Expert De Limoges Entre Deux Eaux | Toubib Or Not Toubib 26/06/2018

«C'est un véritable feuilleton que nous suivons depuis plusieurs années. Un centre expert dédié à l'autisme s'est installé dans les murs du CHU de Limoges en 2014. Son efficacité fait l'unanimité, mais son fonctionnement est depuis plusieurs mois remis en cause. Des parents d'enfants autistes et des soignants s'opposent ainsi à l'Agence Régionale de Santé. Un dossier complexe, où les chiffres et les considérations administratives se heurtent à l'énergie et à la douleur de familles, avec au centre l'avenir de jeunes enfants. Voici une tentative de décryptage. De quoi parle-t-on ? Le Centre Expert Autisme (CEA) représentait à sa naissance une très grande évolution dans la prise en charge de l'autisme. Il était porté par un médecin, Geneviève Macé, elle-même mère d'un enfant autiste, et par l'ancien directeur de l'Agence Régionale de Santé (ARS) du Limousin, Philippe Calmette, un haut fonctionnaire très sensible au monde du handicap. Il a notamment dirigé le Syndicat national des associations de parents d'enfants inadaptés. L'objectif du CEA : détecter au plus tôt les enfants autistes, pour les prendre en charge de façon intensive le plus rapidement possible. Bons résultats Le diagnostic et l'intervention précoce sont au coeur de l'activité du centre. Il s'agit d'exploiter la plasticité cérébrale des jeunes enfants, pour leur donner de meilleures chances de s'adapter au monde qui les entoure. Toute la chaine est pilotée par le centre expert. En France, en matière d'autisme, les débats sont toujours vifs, et nombreux.»
[...]
«Le débat va même avoir lieu à l’Assemblée Nationale, quand la député de Haute-Vienne Sophie Baudouin-Hubière interpelle la ministre de la Santé Agnès Buzyn à propos du CEA : « Si l’idée consistant à en faire profiter plus de patients est louable, les moyens pour (…) assurer un service de qualité ne semblent pas garantis et personne n’en sortira gagnant. (…) Quelle assurance le Gouvernement peut-il donner concernant le respect des engagements pris en 2014 vis-à-vis d’un centre qui constitue un pôle d’excellence, dont les résultats pourraient servir de modèle dans le cadre du quatrième plan autisme ? » La ministre répond alors avec des arguments qui font bondir les membres du collectif de parents : ils sont basés sur des chiffres qu’ils contestent, fournis par les services de l’Etat, donc l’ARS de Nouvelle Aquitaine : « La qualité des prestations ne doit pas nous détourner de la nécessité de garantir l’efficience accrue de ce qui est financé sur fonds publics. Manifestement, ce centre peut et doit faire mieux compte tenu des moyens qui lui sont attribués ». De fait, les parents ont raison, et c’est l’ARS qui le reconnait implicitement. Exemple : dans un premier rapport, le coût du diagnostic par enfant était estimé à un peu plus de 8 000 euros. Les parents dénonçaient ce chiffre, qui incluait selon eux les salaires de personnes dont la mission n’était pas de faire du diagnostic. Dans un nouveau rapport de l’ARS, postérieur à l’intervention de la ministre, sans plus de commentaires, le coût du diagnostic par enfant est retombé à 5 000 euros. »...

<< Sommaire
france3-regions.blog.francetvinfo

Success of blood test for autism affirmed: First physiological test for autism proves high accuracy in second trial -- ScienceDaily 23/06/2018

«One year after researchers published their work on a physiological test for autism, a follow-up study confirms its exceptional success in assessing whether a child is on the autism spectrum. A physiological test that supports a clinician's diagnostic process has the potential to lower the age at which children are diagnosed, leading to earlier treatment. Results of the study, which uses an algorithm to predict if a child has autism spectrum disorder (ASD) based on metabolites in a blood sample, published online today, appear in the June edition of Bioengineering & Translational Medicine.»...

<< Sommaire
sciencedaily

Lancement de la certification Services et etablissements Autisme | Handeo 22/06/2018

«Cap'Handéo, la garantie de trouver un service de confiance et de qualité Le but d'Handéo ? Faciliter la vie quotidienne des personnes handicapées ou en perte d'autonomie et de leur proches aidants pour une meilleure inclusion dans la cité. Handéo vous aide à identifier les services et établissements médico-sociaux accompagnant les personnes autistes, pour que chacun puisse bénéficier d'un accompagnement sur mesure et adapté à son projet de vie. La certification vient compléter un panel d'offres de qualité que propose Handéo : la certification Services à la personne, les labels Aides Techniques et Services de mobilité. Les marqueurs qualité Cap'Handéo sont complémentaires les uns des autres et cherchent tous à répondre au leitmotiv de Handéo «Bien vivre chez soi et dans la cité» ; quelque soit le domicile, qu'il soit ordinaire, partagé, regroupé ou en établissement. Le gage d'un accompagnement de qualité Le service ou l'établissement certifié s'engage à : permettre aux personnes autistes de faire des choix et de prendre des décisions relatives à leur propre qualité de vie, soutenir et accompagner les proches aidants, appliquer les recommandations de bonnes pratiques de l'ANESM et de l'HAS. Les établissements et services concernés par la certification sont notamment les SAVS, SAMSAH, MAS, FAM, ESAT, EPHAD, SESSAD, IME, SAAD, accueil de jour etc... Pour des interventions comportementales et développementales sur mesure adaptées et précises La certification s'appuie sur un référentiel composé de 6 thématiques et 27 caractéristiques. Ce référentiel a été rédigé collectivement pour répondre aux besoins et attentes des personnes autistes et de leurs familles. Le service ou l'établissement candidat à la certification s'engage à participer au renforcement de l'autodétermination des personnes autistes et des familles ainsi qu'à leur inclusion dans la cité. Le service ou l'établissement garantit des interventions sur mesure (particularité de la personne, ses besoins, ses centres d'intérets, son profil d'autisme, son âge, ...).»...

<< Sommaire
handeo

Adultes autistes : lancement d'une consultation publique pour elaborer des recommandations de bonnes pratiques 22/06/2018

«Organismes, institutions, associations, sociétés savantes, syndicats, agences sanitaires...¦ Toutes les structures impliquées dans le suivi et l'accompagnement des adultes ayant un trouble du spectre autistique (TSA) sont invitées à donner leur avis sur une version préliminaire des recommandations de bonnes pratiques, en cours d'élaboration par la Haute autorité de santé (HAS) et l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM). Les avis sont recueillis jusqu'au 31 juillet; tous seront publiés et devraient servir à enrichir ces recommandations qui s'inscrivent dans le cadre du troisième Plan Autisme 2013-2017, assurent les deux institutions. L'objectif de ces bonnes pratiques : « améliorer la qualité des interventions tant sanitaires que médico-sociales auprès des adultes avec TSA, et ainsi répondre aux besoins en termes d'inclusion sociale et de qualité de vie », écrivent l'ANESM et la HAS. La prise en charge des adultes autistes est en France à la peine. Et le 3e plan n'y a rien fait, a déploré l'Inspection générale des affaires sociales dans son bilan paru en mai dernier, pointant le retard dans la création de places dans les établissements, l'absence d'une politique d'insertion professionnelle et de logement, la méconnaissance des besoins, et des ruptures dans les parcours de soins.»...

<< Sommaire
lequotidiendumedecin

MDPH : enfin un systeme simplifie et uniformise en France ? 22/06/2018

«Comment améliorer l'accompagnement des personnes en situation de handicap ? En modernisant les systèmes d'information des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). La CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie) a lancé ce vaste chantier de rénovation en 2016 car, jusqu'alors, toutes les MDPH n'utilisaient pas les mêmes logiciels, ni la même version d'un logiciel. Ce programme, qui bénéficie d'un budget de 19 millions d'euros, doit donc permettre d'harmoniser tous ces systèmes d'information grâce à un socle commun de fonctionnalités. On parle ainsi de « SI commun des MDPH ». Une nouvelle phase est engagée le 19 juin 2018 avec le déploiement des nouvelles fonctionnalités. Simplifier le système Cette refonte vise, selon le communiqué de la CNSA, à « améliorer le service rendu aux personnes handicapées et à leur famille, recentrer les activités des professionnels sur l'accompagnement des usagers, simplifier les échanges d'information avec les partenaires, améliorer la connaissance des besoins des personnes handicapées ». A titre d'exemple, ce système a donné l'opportunité d'harmoniser les courriers de notification de décisions, qui sont aussi simplifiés pour être mieux compris par les usagers.»
[...]
«Le palier 2 intégrera des fonctionnalités complémentaires destinées à faciliter les échanges de la MDPH avec l'Éducation nationale et Pôle emploi, et à recueillir des données sur les besoins des personnes handicapées. Par ailleurs, Sophie Cluzel, secrétaire d'État au handicap, a missionné la CNSA pour proposer un service de demande en ligne aux MDPH qui n'ont pas déjà développé un portail de services aux usagers. »...

<< Sommaire
informations.handicap

Scientists learn more about how gene linked to autism affects brain 19/06/2018

«New preclinical research shows a gene already linked to a subset of people with autism spectrum disorder is critical to healthy neuronal connections in the developing brain, and its loss can harm those connections to help fuel the complex developmental condition. Scientists at Cincinnati Children's Hospital Medical Center report in Developmental Cell their data clarify the biological role of the gene CHD8 and its protein CHD8 in developing oligodendrocytes, cells that form a protective insulation around nerves. The sheath supports neuronal connections in the brain and manifest themselves in white matter. Although previous studies show disruptive mutations in CHD8 cause autism spectrum disorders (ASDs) and abnormalities in the brain's white matter, the underlying biology has been a mystery. The current study, published online June 18, shows that disruption of CHD8 hinders the production and maintenance of nerve insulation...”harming the brain's neuronal connections and contributing to white matter damage. In laboratory mouse models genetically engineered to not express the CHD8 protein in the oligodendrocytes, the animals exhibited behavioral anomalies and seizures, according to lead study investigator Q. Richard Lu, Ph.D., Division of Experimental Hematology and Cancer Biology. "So far no treatment is available for autism patients with mutations in CHD8, one of the highest risk-susceptibility genes for autism," Lu said. "Current studies are still at a very early stage in terms of therapeutic agents, but our findings present a potential strategy to restore the function of faulty CHD8-dependent processes." Scientists found the strategy by using a number of experimental procedures with mice, including ChIP-Seq analysis of specific DNA-binding sites in developing oligodendrocytes, which helped them unravel biological processes. Their data showed that CHD8 loss or mutation reduces the function of what is known as a histone methyltransferase, which helps activate target genes needed for oligodendrocyte development.»
[...]
«Reversing Damage Scientists found the strategy by using a number of experimental procedures with mice, including ChIP-Seq analysis of specific DNA-binding sites in developing oligodendrocytes, which helped them unravel biological processes. Their data showed that CHD8 loss or mutation reduces the function of what is known as a histone methyltransferase, which helps activate target genes needed for oligodendrocyte development. They then figured out that using an experimental compound (CPI-455), which inhibits a different molecule linked to CHD8 called histone demethylase, rescued the development of oligodendrocytes. This reversed white matter defects in CHD8-mutant mice and reduced neurological problems in the animals. Lu said the findings suggest that modulating the activity of CHD8 and the molecules that control it has the potential to enhance the generation of neuronal insulation in people with ASDs. He also stressed it will be years before knowing if the research will translate to clinical care in patients. »...

<< Sommaire
medicalxpress

Learning an Embodied Visual Language: Four Imitation Strategies Available to Sign Learners. - PubMed - NCBI 19/06/2018

«Abstract The parts of the body that are used to produce and perceive signed languages (the hands, face, and visual system) differ from those used to produce and perceive spoken languages (the vocal tract and auditory system). In this paper we address two factors that have important consequences for sign language acquisition. First, there are three types of lexical signs: one-handed, two-handed symmetrical, and two-handed asymmetrical. Natural variation in hand dominance in the population leads to varied input to children learning sign. Children must learn that signs are not specified for the right or left hand but for dominant and non-dominant. Second, we posit that children have at least four imitation strategies available for imitating signs: anatomical (Activate the same muscles as the sign model), which could lead learners to inappropriately use their non-dominant hand; mirroring (Produce a mirror image of the modeled sign), which could lead learners to produce lateral movement reversal errors or to use the non-dominant hand; visual matching (Reproduce what you see from your perspective), which could lead learners to produce inward-outward movement and palm orientation reversals; and reversing (Reproduce what the sign model would see from his/her perspective). This last strategy is the only one that always yields correct phonological forms in signed languages. To test our hypotheses, we turn to evidence from typical and atypical hearing and deaf children as well as from typical adults; the data come from studies of both sign acquisition and gesture imitation. Specifically, we posit that all children initially use a visual matching strategy but typical children switch to a mirroring strategy sometime in the second year of life; typical adults tend to use a mirroring strategy in learning signs and imitating gestures. By contrast, children and adults with autism spectrum disorder (ASD) appear to use the visual matching strategy well into childhood or even adulthood. Finally, we present evidence that sign language exposure changes how adults imitate gestures, switching from a mirroring strategy to the correct reversal strategy. These four strategies for imitation do not exist in speech and as such constitute a unique problem for research in language acquisition.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Study finds more information about how gene linked to ASD affects the brain 19/06/2018

«018 New preclinical research shows a gene already linked to a subset of people with autism spectrum disorder is critical to healthy neuronal connections in the developing brain, and its loss can harm those connections to help fuel the complex developmental condition. Scientists at Cincinnati Children's Hospital Medical Center report in Developmental Cell their data clarify the biological role of the gene CHD8 and its protein CHD8 in developing oligodendrocytes, cells that form a protective insulation around nerves. The sheath supports neuronal connections in the brain and manifest themselves in white matter. Although previous studies show disruptive mutations in CHD8 cause autism spectrum disorders (ASDs) and abnormalities in the brain's white matter, the underlying biology has been a mystery. The current study, published online June 18, shows that disruption of CHD8 hinders the production and maintenance of nerve insulation-;harming the brain's neuronal connections and contributing to white matter damage. In laboratory mouse models genetically engineered to not express the CHD8 protein in the oligodendrocytes, the animals exhibited behavioral anomalies and seizures, according to lead study investigator Q. Richard Lu, PhD, Division of Experimental Hematology and Cancer Biology. "So far no treatment is available for autism patients with mutations in CHD8, one of the highest risk-susceptibility genes for autism," Lu said. "Current studies are still at a very early stage in terms of therapeutic agents, but our findings present a potential strategy to restore the function of faulty CHD8-dependent processes."»...

<< Sommaire
news-medical

Entre les neurosciences et la psychanalyse, la fin des hostilites 17/06/2018

«Les récents développements des neurosciences donneraient à la psychiatrie scientifique et à la psychanalyse les moyens de se rapprocher sans confondre leurs approches. Sabine CORNUDET Dans leur introduction aux dix contributions qui composent Epistémologie et méthodologie en psychanalyse et en psychiatrie, Bernard Golse et Alain Vanier fixent le cadre du vrai débat avec les neurosciences que nombre d'observateurs appellent de leurs voeux. Dans les années 80, après deux décennies d'ascendance de la psychanalyse sur la psychiatrie, la théorie freudienne a cessé d'être la référence obligée pour les jeunes psychiatres. Depuis près de 40 ans maintenant, la connaissance du cerveau domine la recherche psychiatrique, sans pour autant que la clinique s'y réduise. Entre une psychanalyse déboulonnée de son piédestal et une psychiatrie aspirée par les avancées des connaissances sur les neurones, le temps est venu d'un débat pacifié. Telle était en tout cas l'ambition du séminaire animé par Bernard Golse et Alain Vanier au CHS de Sainte-Anne, entre 2008 et 2011, dont sont issues plusieurs contributions de ce recueil. Tous les deux psychiatres et psychanalystes, Golse et Vanier défendent depuis longtemps la thèse selon laquelle les maladies prises en charge par la psychiatrie s'expliqueraient par un faisceau de plusieurs facteurs de natures différentes.»
[...]
«Jean-Pierre Bourgeois tire des conséquences plus neuves de la plasticité cérébrale en introduisant le concept d’« organisation synaptoarchitectonique ». Ce que le généticien entend par là, c’est la coexistence d’une organisation de réseaux neuronaux programmée par le génome d’un côté et les fluctuations des « états fonctionnels » des synapses de l’autre. La génétique avait déjà connu une révolution avec la mise en place de l’« épigénétique », cette discipline nouvelle qui permet désormais de penser l’action modificatrice de l’environnement sur le génome. Mais la « synaptoarchitectonie » introduit un troisième niveau, selon lequel le changement de cadre pourrait avoir un effet sur les liaisons synaptiques établies. Dans cette perspective, la cure psychanalytique pourrait susciter de nouvelles associations et constituer un « environnement » apte à replastifier l’architecture synaptique. Quant elle fait bouger des lignes, la psychanalyse serait un opérateur de renouvellement de la « synaptoarchitectonie ». »...

<< Sommaire
nonfiction

L'association les Nez Rouges soupconnee d'« abus de confiance » par le parquet de Limoges - Limoges (87000) - Le Populaire du Centre 11/06/2018

«Une information judiciaire pour « abus de confiance » a été ouverte par le parquet de Limoges, concernant l'association des Nez Rouges. Cela fait maintenant un an qu'une enquête préliminaire a été ouverte et confiée aux services financiers du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Limoges. Les Nez Rouges, dont les bénévoles se rendent dans les hôpitaux pour apporter du réconfort et de la joie aux enfants malades, sont dans le collimateur de la justice. Un préjudice de 250.000 euros»...

<< Sommaire
lepopulaire

Suramin for Autism? - Ivanhoe Broadcast News, Inc. 08/06/2018

«SAN DIEGO, Calif. (Ivanhoe Newswire) ...” The CDC estimates that one in 68 children in the U.S. are on the autism spectrum. Right now, there are no FDA approved treatments for the disorder or its symptoms, which can include difficulty with social skills, communication and repetitive behavior. That's why results of a small clinical trial in San Diego have grabbed the attention of researchers and families. Robert K. Naviaux, MD, PhD, Professor of Genetics at the Departments of Medicine, Pediatrics, and Pathology, and Co-director of the Mitochondrial and Metabolic Disease Center at UC San Diego School of Medicine suspected the cause of autism might be metabolic dysfunction, where the energy molecule ATP is "outside" cells. He researched more than two thousand drugs and found one that might help. That drug was Suramin. Dr. Naviaux tested one dose in a clinical trial of ten boys. Five got the drug. Dr. Naviaux shared, "Children began to talk sometimes for the first time in sentences in their life." (Read Full Interview) “I should generally be interested in the ability to possibly find a way that people with worse autism or struggle more with autism than I do, to possibly be able to find a solution that can help them better communicate,” said McInerney.»
[...]
«Boys who got Suramin had autism severity scores drop from eight-point-six to seven, the lowest point on the spectrum. They improved social, language and fine motor skills, and found relief from repetitive motions and fragmented sleep. Miles McInerney was in the trial but did not receive Suramin; he still wanted to help. “I should generally be interested in the ability to possibly find a way that people with worse autism or struggle more with autism than I do, to possibly be able to find a solution that can help them better communicate,” said McInerney. He now uses rowing to reduce the stress related to his autism. For those who did get the drug, Dr. Naviaux says most but not all the effects wore off in eight weeks. “Some children had learned to tie their shoes for the first time, and other children had learned to zip up a jacket. Those fine motors skills were motor memory that had been retained.” Dr. Naviaux continued. McInerney and his mom are encouraged by the results. Dr. Naviaux says next there will be several phase two trials to determine safety and efficacy for Suramin. He suspects it will be three to five years before phase three trials begin. »...

<< Sommaire
ivanhoe

Growth spurt in head, skeleton mark autism in boys | Spectrum | Autism Research News 06/06/2018

«Boys with autism have smaller heads, are shorter and weigh less at birth than their typical peers do ...” but all that changes by age 3, a new study suggests1. The new work is among the first to link autism to rapid skeletal growth. "Mapping physical growth as well as growth in head circumference is really important because it implicates a lot of other mechanisms that might be involved, not just the brain," says Cheryl Dissanayake, professor of developmental psychology at La Trobe University in Melbourne, Australia, who co-led the work. The findings hint that children with autism are smaller in utero, but their growth then accelerates: They catch up and surpass typical children in height and head size between birth and age 3.»...

<< Sommaire
spectrumnews

The Difference Between Tantrums and Sensory Meltdowns 06/06/2018

«At a Glance Tantrums and sensory meltdowns are not the same thing. It can be hard to tell the difference between them by just looking at an upset child. Knowing the causes of tantrums and meltdowns can help you learn how to manage them. Many people think the words "tantrum" and "meltdown" mean the same thing. And they can look very similar when you see a child in the middle of having one. But for kids who have sensory processing issues or who lack self-control, a meltdown is very different from a tantrum. Knowing the differences can help you learn how to respond in a way that better supports your child.»...

<< Sommaire
understood

Autisme : une prise en charge encore trop couteuse pour les familles 06/06/2018

«VIDEO - Un rapport parlementaire, présenté mercredi 6 juin aux députés, recommande d'instaurer un annuaire des professionnels compétents en matière d'autisme. Le 6 avril dernier, le gouvernement a lancé son 4ème plan autisme (2018-2022) - appelé Stratégie nationale pour l'Autisme - avec pour ambition de rattraper le retard français dans la prise en charge de ce handicap. Très attendu par les 700.000 personnes autistes vivant dans l'Hexagone et leurs familles, le plan vise, entre autres, à favoriser un diagnostic et une intervention précoce, à encourager l'inclusion des enfants autistes à l'école et à accélérer la recherche dans le domaine. Mais ces mesures vont-elles assez loin? Certaines non, selon un rapport parlementaire qui formule 31 propositions et qui est présenté mercredi aux députés. «Le plan du gouvernement va dans la bonne direction», assure Daniel Fasquelle, coauteur du rapport et député (LR). «Mais nous souhaitons préciser et compléter certains points de cette stratégie.» Nathalie Sarles, également coauteur du rapport et député (LREM) complète: «Nous espérons que ce rapport va peser sur les déclinaisons de mise en pratique du plan».»...

<< Sommaire
sante.lefigaro

Restitution des 1ers résultats Grande consultation nationale ''Familles & Handicap'' - Mission Nationale Accueils de loisirs et Handicap 05/06/2018

«Grande consultation nationale Familles & Handicap» Restitution des 1ers résultats Lille 1er juin 2018 ..Quel est l’état d’esprit des parents ? Plus de la moitié des familles évoquent un sentiment de lassitude et de peur»...

<< Sommaire
mission-nationale

Few parents recognize regression in their children with autism | Spectrum | Autism Research News 13/05/2018

«Many children eventually diagnosed with autism lose social skills between 18 months and 3 years of age. But few parents notice this trend, according to data from a large Norwegian study. Researchers presented the unpublished results yesterday at the 2018 International Society for Autism Research annual meeting in Rotterdam, the Netherlands. Parents notice regression in only 2 percent of the children who lost social skills, according to the study. Regression can be characterized by either a sharp or gradual loss of language, social and other skills. Many more children with autism regress than researchers originally thought, says Alexandra Havdahl, a research fellow at the University of Bristol in the United Kingdom, who presented the findings. Estimates of regression can often be low because parents have trouble remembering whether or when their children lost their skills. In the new study, Havdahl's team relied on the Norwegian Birth Cohort, which includes 114,500 children followed from before birth. They focused on data from 48,235 children. Of these children, 207 had an autism diagnosis by age 8; another 1,157 were diagnosed with a related condition, such as intellectual disability or attention deficit hyperactivity disorder.»
[...]
«The majority of children with regression have some kind of neurodevelopmental diagnosis by 8 years of age. However, some typically developing children also lose social skills. “There’s a clear lack of information about loss of skills in the general population,” Havdahl says. Loss of certain skills increases the likelihood of a child later being diagnosed with autism. For example, nearly 10 percent of the children with autism showed a waning interest in their peers by age 3, compared with 0.1 percent of the study population. »...

<< Sommaire
spectrumnews

Petition ෠A.R.S et Sophie Cluzel et Emmanuel Macron: sauver Ines de l'enfer Psychiatrique (Camisole chimique et enfermement) · 11/05/2018

«Aidez-nous à sortir Inès de l'enfer de l'hôpital psychiatriques (camisole chimique et de l'enfermement) Depuis deux ans et demi, ma fille Inès autiste et mineure est en hôpital psychiatrique. A la base, le centre d'Accueil de jour (UAJ) m'avait dit que le séjour durera 3 ou 4 semaines et maintenant Inès est enfermée dans une chambre où elle se tape la tête et ses cheveux pleins de poux. Elle est non verbale et s'exprime par les coups et les morsures. Sans activité, son état régresse beaucoup. Moi sa mère ne suis autorisée à la voir que 45 mn tous les 15 jours. Nous demandons, nous sa famille et ses amis, que sa situation soit examinée en urgence afin de trouver pour Inès un centre respectant les recommandations de bonnes pratiques»...

<< Sommaire
change

Question n°8178 - Assemblee nationale 10/05/2018

«M. Jacques Marilossian alerte Mme la secrétaire d'Etat, auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, sur les dysfonctionnements de la « SESSAD - Les Premières Classes », installée à Suresnes et qui prend en charge des enfants et des jeunes autistes du département des Hauts-de-Seine. Créée en 2009 à l'initiative de parents et de l'association « Les Premières Classes », devenue « Autistes Sans Frontières 92 », cette structure locale de prise en charge des enfants et jeunes autistes a été validée par l'agence régionale de santé. Cependant, l'agence oblige qu'une association gestionnaire accompagne la structure locale. C'est à ce jour l'association « AFG-Autisme » qui gère la SESSAD. L'association « Autistes Sans Frontières 92 » n'a quant à elle plus de contrôle sur la structure locale. Or depuis 2014, les parents des enfants et jeunes autistes pris en charge par la SESSAD se plaignent de nombreux dysfonctionnements : cas de maltraitances par défaut de soins sur les enfants et régression de certains d'entre eux ; exclusion définitive de certains jeunes ; perte d'emploi d'un parent pour compenser les problèmes du SESSAD ; prise en charge libérale externe onéreuse pour les parents, etc. En plus des signalements de cas de harcèlement moral sur les enfants et les parents de la part de certains membres du personnel de la SESSAD, certaines familles n'ont d'autre solution que de faire intégrer leurs enfants dans un institut, alors que leur place est à l'école. Les familles ont saisi toutes les instances et, depuis 2016, attendent que des actions soient prises pour permettre aux enfants et jeunes autistes inscrits dans cette structure d'être pris en charge autrement. Sachant que l'agence régionale de la santé a été saisie, mais n'a pas encore répondu aux familles, il souhaite savoir quelles sont les mesures immédiates que le Gouvernement prendra pour soutenir les enfants et leurs parents épuisés par ces dysfonctionnements.»...

<< Sommaire
questions.assemblee-nationale

Study finds possibility of new ways to treat, manage epilepsy seizures | EurekAlert! Science News 07/05/2018

«New findings from the University of Kentucky published in the Journal of Neuroscience demonstrate that there may be ways to address blood-brain barrier dysfunction in epilepsy. Epilepsy is one of the most common neurological disorders and around one-third of epilepsy patients do not respond well to anti-seizure drugs. Until now, it was believed that the cause and effect of epilepsy was merely based on a dysfunction in the brain's neurons. However, recent findings suggest that epilepsy can be caused by many other factors, including a dysfunctional blood-brain barrier. Essentially, seizures erode the lining of capillaries in the brain which plays a role in letting nutrients in and keeping toxins out. This can result in a "leaky" blood-brain barrier, which leads to more seizures, resulting in epilepsy progression. Björn Bauer's lab at the UK College of Pharmacy collaborated with Sanders-Brown Center on Aging scientists to conduct research focused on this barrier leakage. Bauer and colleagues hypothesized that glutamate, released during seizures, mediates an increase in certain enzymes and activity levels, thereby contributing to barrier leakage. Through their research, they found that the neurotransmitter glutamate, released during seizures, increased the activity of two types of enzymes, which increased barrier leakage. They also found that blocking the enzyme cPLA2 and genetically deleting cPLA2 may prevent the changes mentioned and the associated leakage. This suggests that cPLA2 is responsible for barrier leakage. Since 30 percent of people with epilepsy do not respond well to current anti-seizure medications, these findings demonstrate there could be new ways to treat and manage seizures that currently do not respond well to medication. The data gathered implies that cPLA2 could be a pharmaceutical target to repair and normalize barrier dysfunction and improve the treatment of epilepsy and potentially other neurological disorders that are accompanied by blood-brain barrier leakage These strategies to repair barrier dysfunction could be valuable add-on treatments to existing pharmacotherapy.»...

<< Sommaire
eurekalert

Predicting autism could be possible through brain wave patterns, study shows - ABC News 06/05/2018

«Can a baby's brain waves predict the chance of autism? New research that looked at brain wave patterns of babies and toddlers showed the answer is likely yes. A research group in Boston crunched data on brain activity from a group of 188 infants, between 3 months and 3 years old, to see if the reports showed what lead investigator Dr. William J. Bosl described as a "pattern of numbers that distinguished children who would develop autism from those who did not." The goal was to find a way to help diagnose autism spectrum disorders much earlier, by using simple and available tools to look at the electrical signals of the brain.»
[...]
« Can brain waves predict mental health? This is new and still-developing research. Children with autism typically do not display symptoms until they are at least 18 months old and many children are not diagnosed with autism until after 4 years. "Our hope is that this approach can be developed into an early screening tool," Bosl said. "If our results are replicated in much larger clinical studies, and can be implemented in a routine primary care setting, then the information obtained from early EEG measurements might be useful." With earlier diagnosis, treatment can also begin earlier. There is no "cure" for autism, however multiple randomized-controlled trials, including a recent study published in April, 2018, have shown that early language and behavioral therapy is linked to better results. Early intervention can be key to improving the quality of life for children with autism. In this study, researchers said they were able to predict the diagnosis of autism -- and also the severity of autism. »...

<< Sommaire
abcnews.go

Is it Time to Give Up on a Single Diagnostic Label for Autism? - Scientific American Blog Network 06/05/2018

«Five years ago, the American Psychiatric Association (APA) established autism spectrum disorder (ASD) as an umbrella term when it published the fifth edition of the Diagnostic and Statistical Manual (DSM-5), the primary guide to taxonomy in psychiatry. In creating this single diagnostic category, the APA also removed the subgroup called Asperger syndrome that had been in place since 1994. At the 2018 annual meeting of the International Society for Autism Research (INSAR), there will be plenty of discussion about diagnostic terminology: Despite the many advantages of a single diagnostic category, scientists will be discussing whether, to achieve greater scientific or clinical progress, we need subtypes.»
[...]
«A MODERATE PROPOSAL One obvious way forward would be to do what other medical diagnoses (such as Diabetes) have done, and introduce a typology of subgroups, as in type 1 and type 2. So, it’s not about either having a single diagnostic label or subgroups. One can have both. Under this approach, we could keep the single umbrella category called the autism spectrum and within this have type 1, type 2, etc. This could maintain the DSM-5’s flexibility, so that a person could transition freely between subtypes as they change across their development. Type 1 could be mapped on to what was formerly known as AS, and type 2 on to what was formerly known as classic autism. Other subtypes will undoubtedly follow, such as the syndromic forms of autism that are due to rare genetic mutations, to become type 3 and so on. Some may worry that this simply reintroduces the high- versus low-functioning distinction. Others will say it avoids the stigmatizing language while recognizing the value of marking the significant differences within the spectrum. Some may argue that this places too much reliance on IQ tests that frequently underestimate the intelligence of autistic people, who might be mistakenly subtyped as type 2 when they are really type 1. But by allowing flexible transitioning, there may be ways to get around this concern. Clinicians will need to have a very flexible notion of intelligence, and not stick rigidly to any specific test, such as a verbal IQ test. Advertisement Interestingly, the DSM-5 does already have the option to recognize subtypes, referred to as “specifiers,” and invites clinicians to use these to capture co-occurring conditions. But there may be value in explicitly recognizing subgroups within the autism spectrum, while keeping the helpful concept of specifiers. An individual could have type 1 autism with ADHD, or type 2 autism with language impairment, for example. There will be others who argue that we should only subtype on the basis of biology, not psychology, since in other medical conditions such as diabetes, subgrouping into type 1 and type 2, etc., is based on discovering different causal/mechanistic factors, which have different prognostic or therapeutic implications. I can’t wait to be at the INSAR 2018 annual meeting this year to listen to the arguments about whether we should subtype the autism spectrum, and if so what is the most useful way to do so. And to learn about the latest cutting edge scientific research that can be harnessed to improve the lives of autistic people and their families. »...

<< Sommaire
blogs.scientificamerican

Is it Time to Give Up on a Single Diagnostic Label for Autism? - Scientific American Blog Network 06/05/2018

«Five years ago, the American Psychiatric Association (APA) established autism spectrum disorder (ASD) as an umbrella term when it published the fifth edition of the Diagnostic and Statistical Manual (DSM-5), the primary guide to taxonomy in psychiatry. In creating this single diagnostic category, the APA also removed the subgroup called Asperger syndrome that had been in place since 1994. At the 2018 annual meeting of the International Society for Autism Research (INSAR), there will be plenty of discussion about diagnostic terminology: Despite the many advantages of a single diagnostic category, scientists will be discussing whether, to achieve greater scientific or clinical progress, we need subtypes.»
[...]
«A MODERATE PROPOSAL One obvious way forward would be to do what other medical diagnoses (such as Diabetes) have done, and introduce a typology of subgroups, as in type 1 and type 2. So, it’s not about either having a single diagnostic label or subgroups. One can have both. Under this approach, we could keep the single umbrella category called the autism spectrum and within this have type 1, type 2, etc. This could maintain the DSM-5’s flexibility, so that a person could transition freely between subtypes as they change across their development. Type 1 could be mapped on to what was formerly known as AS, and type 2 on to what was formerly known as classic autism. Other subtypes will undoubtedly follow, such as the syndromic forms of autism that are due to rare genetic mutations, to become type 3 and so on. Some may worry that this simply reintroduces the high- versus low-functioning distinction. Others will say it avoids the stigmatizing language while recognizing the value of marking the significant differences within the spectrum. Some may argue that this places too much reliance on IQ tests that frequently underestimate the intelligence of autistic people, who might be mistakenly subtyped as type 2 when they are really type 1. But by allowing flexible transitioning, there may be ways to get around this concern. Clinicians will need to have a very flexible notion of intelligence, and not stick rigidly to any specific test, such as a verbal IQ test. Advertisement Interestingly, the DSM-5 does already have the option to recognize subtypes, referred to as “specifiers,” and invites clinicians to use these to capture co-occurring conditions. But there may be value in explicitly recognizing subgroups within the autism spectrum, while keeping the helpful concept of specifiers. An individual could have type 1 autism with ADHD, or type 2 autism with language impairment, for example. There will be others who argue that we should only subtype on the basis of biology, not psychology, since in other medical conditions such as diabetes, subgrouping into type 1 and type 2, etc., is based on discovering different causal/mechanistic factors, which have different prognostic or therapeutic implications. I can’t wait to be at the INSAR 2018 annual meeting this year to listen to the arguments about whether we should subtype the autism spectrum, and if so what is the most useful way to do so. And to learn about the latest cutting edge scientific research that can be harnessed to improve the lives of autistic people and their families. »...

<< Sommaire
blogs.scientificamerican

Des tablettes pour sortir les autistes de leur silence 05/05/2018

«Dans le hall de la section passerelle du Berceau, c'est l'effervescence. Basé à Reffannes, le foyer de vie recevait, lundi après-midi, dix tablettes des mains de Denis-François Boland et Christine Denis, respectivement président et secrétaire de l'association Acharnée (*). Financés à hauteur de 1.650 E par le Lions club de Parthenay, ces équipements permettront aux dix résidents autistes de communiquer autrement avec le personnel et leur famille.»
[...]
«Une application utile pour d’autres pathologies Une initiative innovante qui trouve son origine à partir de l’expérience de Christine Denis. En 2001, la Varoise, originaire de La Crèche, donne naissance à Kévin, un enfant atteint d’autisme sévère et de leucodystrophie, qui ne peut pas parler. « Depuis 17 ans, je vois mon fils s’automutiler, tout en essayant de comprendre d’où venait sa souffrance », raconte-t-elle. Pour pouvoir interagir avec lui, elle s’associe avec Denis-François Boland, alors professeur, docteur en physique et spécialiste en neurosciences, ainsi qu’une entreprise marseillaise. Ensemble, ils développent une application pour tablette, intitulée « Kevivox », permettant d’énoncer un mot en cliquant sur un pictogramme. Auprès de Kévin, le test s’avère plutôt concluant. « Les automutilations ont cessé rapidement, il n’a même plus besoin de prendre certains médicaments », se réjouit sa mère. Des résultats encourageants qui incitent les deux fondateurs d’Acharnée à équiper des établissements spécialisés. Comme au Berceau, où Christine Denis présentait en détail l’application qui permet à la fois de répondre oui ou non, d’indiquer la faim, la soif, le sommeil, de transmettre ces émotions… Un apprentissage progressif qui pourrait se dupliquer dans d’autres domaines. « Nous nous sommes aperçus que cela pouvait être utile pour des patients atteints d’autres pathologiques comme les accidents vasculaires cérébraux ou les maladies dégénératives. » La démonstration a particulièrement plu à Didier Colombo, chef de service au foyer de vie : « Ces supports rendront les autistes plus autonomes et faciliteront la communication. Ils nous permettront aussi de travailler sur l’apprentissage et d’améliorer la relation avec les accompagnants. » Le personnel suivra d’ailleurs trois jours de formation pour bien se familiariser avec ce nouvel outil. Et les concepteurs espèrent des retours pour améliorer le « Kevivox », l’application qui permet aux autistes de sortir de leur silence. »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Limoges : le centre expert autisme diagnostiquera, mais n'accompagnera plus les enfants - France 3 Nouvelle-Aquitaine 04/05/2018

«Changements en vue pour le centre expert autisme de Limoges : cet établissement pilote, unique en France, va en effet perdre une partie de ses prérogatives, et de fait disparaitre dans sa forme actuelle. Car désormais, la structure va se consacrer uniquement au diagnostic précoce des troubles du spectre de l'autisme (TSA). L'accompagnement des enfants, dont elle s'occupait jusqu'ici, sera maintenant assuré par d'autres structures. L'ARS (Agence régionale de santé) justifie sa décision en avançant une clarification des rôles de chacun, destinée à améliorer l'efficacité de la prise en charge des enfants autistes. Limoges : le centre expert autisme diagnostiquera, mais n'accompagnera plus les enfants Dans un communiqué, l'agence régionale de santé (ARS) annonce vouloir pérenniser le centre expert autisme de Limoges. Mais dans les faits, la structure va devenir un simple centre de diagnostic, n'accompagnant plus les familles. Reportage : Hugo Lemonier et Pascal Coussy. Avec : Emilie Vennat-Louveau, maman de Zélie, vice-Présidente de "Autisme Limousin" ; François Négrier, directeur de la délégation départementale Agence Régionale de Santé en Haute-Vienne.

• France 3 Nouvelle-Aquitaine Coup dur pour les familles Mais pour les familles, cette annonce est un immense recul. Emilie Vennat-Louveau, dont la fille Zélie fait partie de la centaine d'enfants suivis par le centre, craint déjà les conséquences des changements à venir. "Quand j'ai appelé le centre expert autisme pour Zélie, en 48 heures j'avais un rendez-vous, et en six mois on avait le diagnostic et le début de la prise en charge", raconte-t-elle. "Là, concrètement, on va perdre du temps, et plus un enfant est pris en charge tôt, plus il va progresser."»...

<< Sommaire
france3-regions.francetvinfo

Ecrans : quels risques pour les enfants ? - Vies de famille, le magazine des allocations familiales 02/05/2018

«En moyenne, chaque foyer français dispose de plus de six écrans. Et pourtant, Smartphone, tablette et ordinateur ne sont pas sans dangers, notamment pour les jeunes enfants, en cas d'utilisation excessive : troubles du développement et du sommeil, dépression...¦ Alors, faut-il se méfier des écrans ? Si oui, comment s'en protéger et quelles règles adopter en fonction des âges ? Dans cette émission, retrouvez des reportages, des témoignages et les conseils de nos invités en plateau : Serge Tisseron, psychiatre et créateur du programme 3-6-9-12 ; ainsi que Virginie Sassoon, coordinatrice du guide gratuit intitulé 'La Famille Tout-Ecran', édité par le Centre pour l'éducation aux médias et à l'information.»...

<< Sommaire
viesdefamille.streamlike

Ecrans : quels risques pour les enfants ? - Vies de famille, le magazine des allocations familiales 02/05/2018

«Ecrans : quels risques pour les enfants ? Réalisation : Cnaf / Cinéquanon En moyenne, chaque foyer français dispose de plus de six écrans. Et pourtant, Smartphone, tablette et ordinateur ne sont pas sans dangers, notamment pour les jeunes enfants, en cas d'utilisation excessive : troubles du développement et du sommeil, dépression...¦ Alors, faut-il se méfier des écrans ? Si oui, comment s'en protéger et quelles règles adopter en fonction des âges ? Dans cette émission, retrouvez des reportages, des témoignages et les conseils de nos invités en plateau : Serge Tisseron, psychiatre et créateur du programme 3-6-9-12 ; ainsi que Virginie Sassoon, coordinatrice du guide gratuit intitulé 'La Famille Tout-Ecran', édité par le Centre pour l'éducation aux médias et à l'information.»...

<< Sommaire
viesdefamille.streamlike

Le Blanc accueille le premier stage pour parachutistes handicapes organise par la federation francaise 29/04/2018

«C'est une première pour la fédération française de parachutisme : un stage de handifly, c'est-à-dire de parachutisme adapté aux personnes handicapées. Et pour cette première, c'est l'aérodrome du Blanc qui a été choisi. La vice-présidente de la fédération, Marie-Claude Feydeau, justifie ce choix en quelques mots : « C'est parce qu'on est bien ici ». On estime à environ 400 le nombre d'handicapés qui pratiquent le parachutisme en France, mais jusqu'ici, chacun pratiquait de son côté, en fonction des possibilités offertes par l'école la plus proche. Marie-Claire Feydeau raconte : « Depuis plusieurs années, la fédération réfléchit au handicap. J'ai souhaité structurer ce cadre handi, mettre en place une commission, m'entourer d'experts. Maintenant nous avons un savoir-faire. C'est un premier stage, mais n'en doutons pas, il y en aura désormais tous les ans»...

<< Sommaire
francebleu

Oxytocin enhancement of emotional empathy: generalization across cultures and effects on amygdala activity | bioRxiv 28/04/2018

«Abstract Accumulating evidence suggests that the neuropeptide oxytocin can enhance empathy although it is unclear which specific behavioral and neural aspects are influenced, and whether the effects are modulated by culture, sex and trait autism. Based on previous findings in Caucasian men, we hypothesized that a single intranasal dose of oxytocin would specifically enhance emotional empathy via modulatory effects on the amygdala in an Asian (Chinese) population and explored the modulatory role of sex and trait autism on the effects. We first conducted a double-blind, randomized between-subject design experiment using a modified version of the multifaceted empathy task (MET) to determine whether oxytocins facilitation of emotional empathy can be replicated in Chinese men (n = 60). To further explore neural mechanisms behind and potential sex differences, functional MRI and skin conductance measures were acquired in an independent experiment incorporating men and women (n = 72). Oxytocin enhanced emotional empathy across experiments and sex, an effect that was accompanied by reduced amygdala activity and increased skin conductance responses. On the network level oxytocin enhanced functional coupling of the right amygdala with the insula and posterior cingulate cortex for positive valence stimuli but attenuated coupling for negative valence stimuli. The effect of oxytocin on amygdala functional connectivity with the insula was modulated by trait autism. Overall, our findings provide further support for the role of oxytocin in facilitating emotional empathy and demonstrate that effects are independent of culture and sex and involve modulatory effects on the amygdala and its interactions with other key empathy regions»...

<< Sommaire
biorxiv

Understanding the Needs of Families of Children Who Are Deaf/Hard...: Ingenta Connect 28/04/2018

«Abstract Background: There is a significant lack of evidence guiding our understanding of the needs of families of children who are deaf/hard of hearing (Deaf/HH) with an autism spectrum disorder (ASD). Much of our current knowledge is founded in case report studies with very small numbers of children with the dual diagnosis. Purpose: The purpose of this study was to gain an understanding of the factors relating to caregiver stress and needs (i.e., supports and interventions) in families of children who are Deaf/HH with ASD. Research Design: Comparison groups of families of children who were Deaf/HH, families with a hearing child with ASD, and families of children who were Deaf/HH with ASD were administered standardized questionnaires of stress with brief qualitative questionnaires focusing on family-identified needs. Study Sample: Six families of children with the dual diagnosis, four families of children who were Deaf/HH, and three families of children with ASD. Data Collection and Analysis: Surveys included demographic and support questionnaires, the Parenting Stress Index (PSI), the Pediatric Hearing Impairment Caregiver Experience, and a qualitative questionnaire. Results: Families of children who were Deaf/HH with ASD had a higher median total stress score on the PSI as compared to families of children who were Deaf/HH only (58.5 versus 41.5, respectively; p = 0.02) and higher Child Domain scores (60 versus 43, respectively; p = 0.02), indicating higher levels of stress in families of children with the dual diagnosis. The families of children who were Deaf/HH with ASD reported similar levels of stress as families of children with ASD.»
[...]
«Conclusions: Families of children who are Deaf/HH with an ASD experience stress and describe similar needs and priorities as families of hearing children with ASD. This suggests the needs related to having an autism spectrum disorder are of high priority in families of children with the dual diagnosis. »...

<< Sommaire
ingentaconnect

Influence of anxiety and alexithymia on brain activations associated with the perception of others' pain in autism. - PubMed - NCBI 25/04/2018

«Abstract The circumstances under which empathy is altered in ASD remain unclear, as previous studies did not systematically find differences in brain activation between ASD and controls in empathy-eliciting paradigms, and did not always monitor whether differences were primarily due to ASD "per se", or to conditions overlapping with ASD, such as alexithymia and anxiety. Here, we collected fMRI data from 47 participants (22 ASD) viewing pictures depicting hands and feet of unknown others in painful, disgusting, or neutral situations. We computed brain activity for painful and disgusting stimuli (vs. neutral) in whole brain and in regions of interest among the brain areas typically activated during the perception of nociceptive stimuli. Group differences in brain activation disappeared when either alexithymia or anxiety - both elevated in the ASD group - were controlled for. Regression analyses indicated that the influence of symptoms was mainly shared between autistic symptomatology, alexithymia and anxiety or driven by unique contributions from alexithymia or anxiety. Our results suggest that affective empathy may be affected in ASD, but that this association is complex. The respective contribution of alexithymia and anxiety to decreased affective empathy of people with ASD may be due to the association of those psychiatric conditions with reduced motor resonance/Theory of Mind.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Pour l'accueil des autistes 25/04/2018

«Dimanche 29 avril, au palais des sports Auguste-Delaune, l'Office des sports, en collaboration avec la Ville et des associations du territoire, s'engage « pour l'inclusion des personnes atteintes du trouble de l'autisme dans les activités physiques et sportives ». « Le but de cette initiative est de sensibiliser les associations sportives de Saint-Denis à la prise en charge des personnes en situation de handicap et particulièrement celles atteintes d'autisme », explique Sam Berrandou, le directeur de l'Office des sports, qui constate un retard sur le territoire. Par cette journée, il veut montrer qu'il est possible d'accueillir ce public « avec la bienveillance des éducateurs et des adhérents ». Il y aura des démonstrations de boxe anglaise, de Meslek combat, de judo ou encore de muay-thai. Les champions de boxe thailandaise Souleymane M'Baye, Djimé Coulibaly, Jo Prestia seront présents pour l'occasion, accompagnés d'invités surprises. Un Défi Forme Santé avec du basket sera proposé, tandis que l'école des sports de la Ville mettra en place un parcours pour les jeunes. Gratuit, dimanche 29 avril, à partir de 14h, palais des sports Auguste-Delaune (9, avenue Roger-Sémat).»...

<< Sommaire
lejsd

Ianis vise son diplome au Tir sportif blancois 22/04/2018

«Ce jeune autiste fait partie de l'Ecole de musique du Blanc, pratique le judo et le tir. Il est un bel exemple d'inclusion dans le monde associatif. Dans la mouvance de la Journée mondiale de la sensibilisation à l'autisme, le 2 avril, et sachant qu'une personne sur cent cinquante est touchée en France, un beau témoignage sur l'autisme et l'inclusion a été apporté par Guy Coslado, de l'association Inclure. Depuis des années, ce dernier accompagne son fils, Ianis, porteur de ce handicap qui, par ailleurs, dévoile chez beaucoup des facultés sensitives hors du commun. Ianis, Blancois de 15 ans, est scolarisé en milieu ordinaire. « II commence à entrer dans la verbalité mais c'est encore difficile », témoigne son père qui, depuis des années, étudie les meilleures solutions pour son fils.»
[...]
«“ Avant tout un enfant comme les autres ” L’adolescent pratique des activités culturelles et sportives dans des associations locales, jouant du piano et des percussions à l’École de musique municipale du Blanc, faisant du judo, de la boxe et « du tir sportif, dernière activité excellente pour un enfant autiste car elle l’amène à suivre des consignes avec grande exactitude et lui apprend à gérer avec précision son comportement physique ». En France il n’y a que trois autistes qui participent à cette activité et le club de Tir sportif blancois a le mérite d’accueillir des enfants dans la situation de Ianis. « Prochainement, il va recevoir son premier diplôme de tir, merveilleux témoignage de l’inclusion d’un enfant autiste dans les activités sportives locales et qui rejoint les vœux de notre président et de son épouse qui soutiennent ce type d’initiatives, souligne Guy Coslado. Ianis est un enfant heureux qui affiche sa joie de vivre sur son visage car au collège, à l’école de musique, au centre de loisirs, les enfants et les personnels considèrent qu’avant tout, c’est un enfant comme les autres. » »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Autisme et psychanalyse, histoire d'un echec francais 19/04/2018

«La France a un problème avec l'autisme. La Cour des comptes, juridiction chargée de la régularité des comptes publics, estime que le pays compte 700 000 personnes autistes, dont seules 75 000 ont été diagnostiquées. Les enfants sont diagnostiqués plus tard que dans les pays voisins. Ils sont souvent exclus du système éducatif traditionnel et ont un accès limité aux services de soutien scolaire et activités extrascolaires. Les enfants autistes français sont souvent cloitrés dans des hôpitaux de jour ou des institutions, isolés du reste de la communauté et bien souvent incapables de communiquer par oral. Alors qu'aux Etats-Unis, par exemple, les écoles publiques sont dans l'obligation légale d'inclure les enfants autistes dans les classes traditionnelles. Depuis des années, les familles du nord-est de la France doivent emmener leurs enfants en Belgique pour qu'ils bénéficient d'une meilleure prise en charge.»
[...]
«Le rôle de Françoise Dolto Mes recherches portent notamment sur l’impact de la pédopsychanalyste Françoise Dolto qui, dans les années 1970 et 1980, était considérée comme un « monument national ». Elle animait une émission de radio très populaire sur France Inter, où elle répondait aux auditeurs qui lui soumettaient leurs dilemmes en matière d’éducation. Elle a aussi fondé un réseau de centres pour enfants, les Maisons vertes, en partie dirigées par des psychanalystes. »...

<< Sommaire
theconversation

RASSEMBLEMENT AVS le 2 mai a Nimes 18/04/2018

«Parents, enseignant-e-s, AVS :un combat commun ! Pour faire valoir nos droits, celui de nos enfants et celui de nos élèves, Rassemblons-nous mercredi 2 mai devant la DSDEN à 15h ! 58 Rue Rouget de Lisle, 30030 Nîmes Inscrivez-vous sur la liste de diffusion en envoyant un mail à : collectif.avs.30@gmail.com NOS REVENDICATIONS : 1) Revalorisation des salaires. Nous ne devons plus vivre sous le seuil de pauvreté fixé à 840 E. 2) La Titularisation de tous les AESH avec le statut de fonctionnaire de l'état et plus seulement la cédéisation. Arrêt des contrats précaires CAE-CUI, mais des CDD AESH d'une durée de 3 ans voir plus...¦ 3) La prime REP/ REP + , nous faisons partie de l'équipe pédagogique. 4) Proposer des entretiens d'embauche avec évaluations de connaissances correspondant à un niveau d'études minimum de cycle 3 5) Proposer des temps complets (sur la base de 35 heures ) en tenant compte des heures invisibles(formations personnelles, réunions informelles avec les enseignants, parents, professionnels de l'accompagnement , préparation des ESS, préparation des cours, adaptation des contrôles...¦)et Ne plus imposer les temps partiels, qui sont actuellement subis. 6) Que les réunions, les ESS, les sorties scolaires ... soient des heures à récupérer. 7) Invitation systématique aux ESS et autres réunions concernant les élèves accompagnés pour un vrai travail d'équipe ! 8) Que nos missions soient claires et définies. Un rappel aux établissements, directeurs et professeurs de nos fonctions qui nous permettrait d'exercer correctement notre métier, notamment pour nos pauses et la surveillance des récréations . Une note de service doit être envoyée à chaque établissement. (sauf PPS stipulant que nous devons être présents auprès de nos élèves pendant la récréation). Nous ne sommes ni ATSEM ni AED. 9) Des formations payées par notre employeur sur notre temps de travail, adaptées aux élèves que l'on accompagne en fonction du handicap et nous former aussi dans l'élaboration des contrôles adaptés...¦Une formation particulière pour les AVS-CO exerçant en ULIS. Les besoins de ces élèves sont très spécifiques et une solide formation est nécessaire pour travailler dans de bonnes conditions. 10) L'accès dès la rentrée scolaire au GEVASCO et au dossier scolaire des élèves accompagnés. 11) La création d'un groupe de parole où nous pourrons trouver du soutien, des conseils et où nous pourrons nous rencontrer pour échanger, partager nos expériences. 12) La création d'un référent AVS formé et expérimenté, qui pourra répondre à nos questions (contrat, salaire, arrêt maladie, relations avec les parents/prof/direction...¦), qui serait disponible et très réactif en cas d'urgence ou de détresse. Les référents enseignants sont débordés, ils ne peuvent pas faire face à nos demandes. 13) Que les voeux des AVS/AESH reconnus travailleurs handicapés soient prioritaires sur des postes adaptés à leur handicap. 14) Que nous soyons présentés aux professeurs- vie scolaire- aux élèves et ce, dès la rentrée. 15) Favoriser notre lieu de travail en fonction de notre habitation Monsieur Macron promettait la reconnaissance de notre métier, un vrai statut, de vrais salaires, 20 000 d'entre nous ont été remerciés. Que doit-on attendre de sa part ? Nous sommes déjà 70 000 à vivre sous le seuil de pauvreté, beaucoup d'entre nous ne souhaitent pas renouveler leurs contrats car il est insuffisant pour vivre correctement. Jusqu'où allons-nous accepter notre situation de précaires ? Arrêtons de nous contenter d'avoir un emploi, nous sommes exploités, nous n'obtenons pas la reconnaissance due à la hauteur de notre travail/métier, notre manque de formation est inacceptable car il nous place souvent dans une situation de maltraitance envers nos élèves !!»...

<< Sommaire
cnt-f